Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale"

Transcription

1 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale Jeudi 15 Octobre 2015 Domaine de l Asnée VILLERS LES NANCY Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

2 SOMMAIRE La DSN Armelle NOËL et Sylvine VIVIEN Responsables Service Social La Mutuelle Obligatoire Julie BARNET Responsable Service Social La Loi MACRON Epargne Salariale Francis KINZELIN Expert Comptable Mémorialiste Autres Dispositions sociales Eric PIERRAT Expert Comptable La Loi MACRON Le sur-amortissement Sébastien LABURTHE Expert Comptable Mémorialiste Mesures diverses Tatiana SCHMITZ Expert Comptable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

3 La DSN Armelle NOËL et Sylvine VIVIEN Responsables Service Social Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

4 LA DSN Hier plusieurs déclarations transmises à plusieurs destinataires Aujourd hui plusieurs déclarations transmises via un canal unique, 2 types de flux : la déclaration mensuelle une seule transmission mensuelle dématérialisée à l issue de la paie, adressée aux organismes sociaux. la déclaration évènement ponctuelle, signalement d évènements ( arrêts de travail, rupture de contrats de travail ) 2 modes de transmission: 1- dépôt d un fichier 2- mode EDI Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

5 LA DSN HIER AUJOURD HUI Plusieurs déclarations Plusieurs déclarations Transmises via un seul canal unique Plusieurs destinataires Déclaration mensuelle Issue de la paie Déclaration évènement Arrêt de travail, rupture contrat Transmises par fichier ou par EDI Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

6 LA DSN DSN Projet Majeur du Choc de Simplification Choc de simplification Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

7 LA DSN La Déclaration mensuelle : une DSN par établissement C est la dernière étape du traitement de la paie Transmission des données sociales nominatives (identification des salariés, contrats de travail, rémunérations...) aux organismes sociaux (Caisses, Pôle emploi, CPAM, CARSAT, DMMO ) Envoi des déclarations aux organismes sociaux («DUCS») et possibilité de télé-règlement. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

8 LA DSN 1 D.S.N D.S.N. Portail Net Entreprise Pôle Emploi C.P.A.M. Carsat etc Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

9 TEXTES DE LOI LA DSN Décret n du 17/11/2014 relatif à la déclaration sociale nominative Décret n du 24/09/2014 fixant les seuils de l obligation anticipée d effectuer la déclaration sociale nominative Article 35 de la loi du 22/03/2012 précisant le contenu et le calendrier de la DSN Décret n du 16/04/2012 relatif au comité de normalisation des données sociales déclaratives CNDS Décret n du 28/03/2013 relatif à la DSN Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

10 LA DSN CONTACTS UTILES Techniques (coût d un appel local) ; lien ou (Comprendre ce qu est la DSN : Voir la vidéo) Conseils Editeur de logiciel Votre Expert comptable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

11 LA DSN OU se renseigner? votre éditeur de paie Votre Expert Comptable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

12 LA DSN CADRE GENERAL La Déclaration sociale nominative est un projet majeur du «choc de simplification» qui va remplacer toutes les déclarations sociales actuelles à la charge des employeurs. La DSN repose sur la transmission unique, mensuelle et dématérialisée des données issues de la paie et la transmission dématérialisée de signalements d événements. Dans un contexte de complexité administrative et déclarative très forte, le gouvernement a fait de la DSN un des chantiers majeurs du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

13 LA DSN Dernière étape de la paie TRANSMISSION UNIQUE MENSUELLE Données sociales nominatives DEMATERIALISÉE DUCS Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

14 LA DSN Calendrier Déploiement des phases jusqu à l obligation légale au 1 er Janvier 2016 Avril 2013 et février 2015 Démarrage des phases 1 et 2 Avril 2015 Obligation anticipée de passer à la DSN pour certaines entreprises 1 er Janvier 2016 Généralisation de la DSN à toutes les déclarations sociales, pour finir par le remplacement de la DADS-U en janvier 2017 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

15 LA DSN DSN mensuelle : Délais Transmission Pour toutes les entreprises : mensuelle, pour le 5 ou le 15 (entreprises de moins de 50 salariés) du mois suivant. DSN «annule et remplace» possible jusqu à la date limite d échéance. Au-delà, rectification sur la paie et la DSN du mois suivant Paiement < 9 salariés: Urssaf et retraite au trimestre + 9 salariés : Urssaf et retraite au mois Modification du rythme de paiement des cotisations de retraite complémentaire pour les entreprises de plus de 9 salariés Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

16 LA DSN Transmission 5 ou 15 du mois < Trimestre Mensuel URSSAF et RETRAITE Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

17 LA DSN Les Entreprises transmettront le DSN en remplacement de 4 déclarations l attestation de salaire pour le versement des indemnités journalières (DSIJ), l attestation employeur destinée à Pôle emploi (AED), la déclaration et l'enquête de mouvements de main d œuvre (DMMO et EMMO), la radiation des contrats groupe pour les contrats en assurance complémentaire et supplémentaire Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

18 LA DSN Les DSN évènementielles : délais Principe général: dans les 5 jours ouvrés suivants la connaissance de l évènement par l employeur Exceptions: transmission en même temps que la DSN mensuelle DSN «arrêt de travail» en cas de subrogation DSN «fin de contrat» CDD saisonnier, CDD d usage, ou contrat de travail temporaire, sauf demande expresse du salarié. DSN évènement «annule et/ ou remplace» sans date limite d envoi Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

19 LA DSN Les DSN évènementielles Arrêt de travail 3 types de signalement Période transitoire Fin de contrat de travail Reprise anticipée de travail Attendre le dépôt suffisant de DSN mensuelles Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

20 LA DSN Sanctions Défaut de production Omission de salariés Données inexactes sur le montant des rémunérations déclarées 7,5 / salarié concerné, plafond mensuel à 750 (entreprises moins 2000 salariés), (autres entreprises) ATTESTATION CPAM ET PE Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

21 LA DSN 5 jours ouvrés Transmission avec D.S.N mensuelle DSN «arrêt de travail» -DSN «fin de contrat» Défaut de production Omission de salariés Données inexactes Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

22 LA DSN Avantages Entreprises et Tiers déclarants Réduction du nombre de déclarations à effectuer, Simplification des déclarations au rythme du cycle de paie, Sécurisation et la fiabilisation des obligations sociales avec moins de risques d erreurs, de contentieux et de pénalités (pas d informations à ressaisir, moins de données à transmettre au départ du salarié...) Performance : maîtrise, efficacité, fiabilité au service de la productivité de l entreprise. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

23 LA DSN Avantages pour les salariés la sécurisation des droits grâce à une identification unique valable auprès de tous les organismes, et un traitement plus rapide de leurs droits et de leurs prestations la simplification des démarches et l assurance de la portabilité des droits, la confidentialité renforcée des données en circulation, celles-ci étant moins nombreuses. limitation des justificatifs à produire Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

24 LA DSN Réduction Simplification Sécurisation et fiabilisation Performance A V A N T A G E S Sécurisation droits Simplification démarches Confidentialité Limitation justificatifs Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

25 LA DSN Cela implique : des difficultés à prévoir Nécessité de tenir à jour le logiciel de paie Paramétrage à compléter Période transitoire: doublon anciennes méthodes et DSN surcharge de travail et difficulté du mois de janvier 2016 Raccourcissement des délais de transmission des données Entreprises de moins 10 salariés : changement de logique déclarative: rythme mensuel Entreprises de plus de 10 salariés: paiement mensuel des charges de retraite Lourdeur pour les CDD Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

26 LA DSN Difficultés Logiciel de paie Transition = Doublons Réduction délais < 10 salariés : rythme mensuel > 10 salariés paiement mensuel des charges Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

27 LA DSN Se préparer à la DSN Le mot clé : ANTICIPATION La fin d année s annonce fortement chargée, les acteurs risquent d être moins disponible Phase d information et de formation continue Mise à jour du logiciel de paie Contact et paramétrage des organismes sociaux S inscrire à la DSN Ajout de la DSN sur le portail de net entreprise ou MSA et validation de la «charte relative à la DSN» Information des salariés Organisation et transmission Vérifier les informations de vos salariés Utiliser l outil de pré-contrôle DSN Val Consulter les bilans d anomalies Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

28 LA DSN Se préparer à la DSN ANTICIPATION S inscrire à la D.S.N. Organisation et transmission Information et formation Logiciel de paie Organismes sociaux Net Entreprises MSA Informations salariés Informations salariés DSN Val / Contrôle Anomalie Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

29 LA DSN Cela implique : une réorganisation de la collecte des informations Collecte et vérification mensuelle des informations sociales du dossier sous peine de rejet du fichier. Obligation de fournir l ensemble des informations administratives des salariés sans erreurs ni oublis Vigilance accrue afin d éviter l envoi de déclaration rectificative qui entraine un surcroit de travail et un surcout d envoi. Passée la date d exigibilité de la DSN (le 5 ou 15 du mois M+1) il ne sera plus possible de refaire les bulletins de paie Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

30 LA DSN Collecte informations Informations sociales Déclaration rectificative Impossible de refaire les bulletins de paie Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

31 LA DSN Mission sociale de BATT & ASSOCIES Pour toute embauche, il sera demandé copie du dossier administratif du salarié au complet, envoyé par mail ou courrier (carte d identité et carte vitale ) Le client devra communiquer dans les délais les informations «événements» et respecter les délais d élaboration des paies (48h) Envoi par scan ou courrier dès que possible et dans le délai maximum de 5 jours: des arrêts de travail, et leurs prolongations des éléments d un solde de tout compte Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

32 En confiant la gestion sociale de votre personnel à BATT & ASSOCIÉS, l enjeu de la DSN vous sera simplifié Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

33 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE La Mutuelle Obligatoire au 1 er Janvier 2016 Julie BARNET Responsable Service Social Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

34 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Quelques textes de référence Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 Article D du code de la sécurité sociale Article 11 de la loi Evin Lettre circulaire ACOSS du 30 janvier 2009 Décret du 9 janvier 2012 Lettre circulaire ACOSS du 23 septembre 2013 Décret du 8 juillet 2014 et du 18 novembre 2014 (contrat responsable) Décret du 8 septembre 2014 (paniers de soins) Circulaire DSS du 30 janvier 2015 Lettre circulaire ACOSS du 12 août 2015 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

35 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE De quoi s agit-il? L entreprise doit souscrire pour l ensemble de ces salariés à une couverture frais de santé, en complément des prestations de la Sécurité sociale. Généralisation au 1 er janvier 2016 Contrat collectif, obligatoire, responsable Contribution uniforme, 50% minimum patronal Exonération des cotisations patronales finançant ce régime Nouveau contrat ou mise en conformité des contrats existants Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

36 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Généralisation au 1 er janvier Contrat collectif, obligatoire, responsable Contribution uniforme, 50 % minimum patronal Exonération des cotisations patronales finançant ce régime Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

37 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Mise en place par accord collectif (branche ou entreprise) par référendum- majorité des inscrits requise par décision unilatérale de l employeur A défaut d accord collectif, l employeur doit négocier avec les représentants du personnel. A défaut de négociations entérinées ou en l absence de représentants du personnel, l employeur met en place par décision unilatérale de l employeur Choix de l assureur: libre Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

38 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Par accord collectif Remboursement des dépenses de santé Par référendum Par décision unilatérale de l employeur Choix de l assureur : libre Panier de soin minimal Contrat responsable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

39 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Prestations Remboursement des dépenses de santé (non prises en charge par la sécurité sociale : ticket modérateur, dépassement d honoraires ou non remboursées : l ostéopathie, certains vaccins ) Panier de soin minimal: garanties «planchers» Contrat responsable: conditions de remboursement en fonction du respect ou non du parcours de soins par le patient. Objectif: encadrer / exclure les dépenses de santé par un cahier des charges L employeur peut étendre le niveau des prestations Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

40 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Les caractéristiques du contrat : Un Contrat Collectif Il bénéficie à: l ensemble des salariés et ayants droits à une ou plusieurs catégories de personnel : 5 critères objectifs Le plus courant : le personnel cadre et non cadre définit en référence à la convention collective nationale AGIRC de 1947 (cadres article 4, 4bis, article 36) La référence aux tranches de rémunération ARRCO ou AGIRC L appartenance aux catégories de salariés définies par les conventions de branche; ou accords professionnels ou interprofessionnels Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

41 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Les caractéristiques du contrat : Les sous catégories fixées par les conventions ou accords professionnels ou interprofessionnels et définies par référence à un niveau de responsabilité, type de fonctions ou degré d autonomie L appartenance aux catégories définies clairement er de manière non restrictive à partir d usages constants, généraux et fixes en vigueur dans la profession Les critères non autorisés: cadre dirigeant, temps de travail, nature du contrat, âge, ancienneté Le contrat souscrit peut différer d une catégorie objective à une autre. Contribution uniforme par catégorie. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

42 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Les caractéristiques du contrat : un Contrat Obligatoire Principe: dès l embauche, adhésion obligatoire du salarié A noter : condition d ancienneté supprimée au 1 er Janvier En cas de contrat existant mise en conformité Le salarié pourra résilier sa mutuelle individuelle, hors échéance, sous réserve d un préavis d 1 mois, par l envoi d une LRAR en y joignant une lettre de résiliation, le certificat employeur et document d adhésion émanant de l organisme. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

43 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Les caractéristiques du contrat : un Contrat Obligatoire Dispense d adhésion : expressément prévu par l acte fondateur Libre choix du salarié : demande explicite traduisant un consentement libre et éclairé. Justificatif à produire Cas particulier : salariés embauchés avant la mise en place du régime par décision unilatérale de l employeur: Même en l absence de stipulation expresse Participation financière du salarié Cas particulier : ayants droits déjà couverts Même en l absence de stipulation expresse Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

44 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE CONTRAT COLLECTIF CONTRAT OBLIGATOIRE Bénéficiaires Ensemble des salariés et ayants droits Une ou plusieurs catégories de personnel (5 critères objectifs) Le contrat souscrit peut différer d une catégorie objective à une autre. Contribution uniforme par catégorie. Principes Dès l embauche Adhésion obligatoire du salarié A noter : condition d ancienneté supprimée au 1er Janvier En cas de contrat existant mise en conformité Cas particuliers Principales dispenses d adhésion autorisées Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

45 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Principales dispenses d adhésion à prévoir dans l acte juridique (DUE) Temps partiels et apprentis : quote part salariale > 10% du brut CDD et apprentis de moins de 12 mois ou si plus de 12 mois : justifier d une couverture identique par ailleurs Bénéficiaire de la CMU ou d une aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS) Salarié couvert à titre individuel au moment de la mise en place ou de l embauche, jusqu à l échéance du contrat (ou date de la reconduction tacite) Couverture obligatoire en tant qu ayant droit par son conjoint salarié d une autre entreprise Couple travaillant dans la même entreprise (avec couverture ayant droit) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

46 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Justifications obligatoires : à tenir à disposition de l URSSAF Contrat d assurance, détails des garanties et des cotisations Acte ayant formalisé la mise en place et preuve de remise aux salariés (liste d émargement signée à chaque embauche) ou preuve de dépôt à la DIRECCTE (si accord) ou PV de ratification du référendum Dispenses d affiliation: Demandes écrites, datées, signées Attestation annuelle certifiant une couverture obligatoire auprès de son conjoint ou CMU Attestation de souscription d un contrat individuel et sa date d échéance Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

47 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE JUSTIFICATIONS OBLIGATOIRES à tenir à disposition de l URSSAF Contrat d assurance, détails des garanties et des cotisations Acte ayant formalisé la mise en place et preuve de remise aux salariés ou preuve de dépôt à la DIRECCTE (si accord) ou PV de ratification du référendum Il existe certaines dispenses d affiliation Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

48 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Traitement social et fiscal Si conditions remplies: exclusion de la contribution patronale de l assiette des charges sociales. Minimum 50% Soumis à CSG CRDS et si plus de 9 salariés soumis au forfait social 8% Part patronale intégrée au net imposable du salarié, déductible du bénéfice imposable Limite d exonération annuelle: sociale (6% PASS +1,5%, limite 12% PASS) et fiscale (5% PASS + 2% SB, limite 2% de 8PASS) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

49 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE TRAITEMENT SOCIAL ET FISCAL Si conditions remplies exclusion de la contribution patronale de l assiette des charges sociales Minimum 50 % Part patronale intégrée au net imposable du salarié, déductible du bénéfice imposable Soumis à CSG CRDS et si plus de 9 salariés soumis au forfait social 8 % Limite d exonération annuelle sociale et fiscale Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

50 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Les démarches conseillées Entreprises a déjà une mutuelle : s assurer de la mise en conformité et couvrir l ensemble du personnel (respect des critères objectifs, contenu du contrat, dispenses par écrit, condition d ancienneté supprimée ) Entreprises dont la branche est en cours de négociation : Anticiper peut nécessiter une mise en conformité postérieure Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

51 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE Entreprises dépourvues d IRP et sans contrat mutuelle Obligation au 1 er Janvier DUE Les avantages Pour les salariés : mutuelle plus intéressante et moins onéreuse Possibilité de souscrire pour les ayants droits Pour l entreprise: possibilité d en faire un vecteur de promotion de sa politique salariale Choix de l organisme libre Par appel d offres: Tarif modulable en fonction du nombre de salariés, des prestations à mettre en place, modulables pour chaque catégorie de salariés, de l organisme Clauses de «recommandation» des conventions collectives Pas de pénalités Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

52 LA MUTUELLE OBLIGATOIRE DEMARCHES CONSEILLEES Entreprises dépourvues d IRP et sans contrat mutuelle Entreprises ayant déjà une mutuelle (s assurer de la mise en conformité) Entreprises dont la branche est en cours de négociation Avantages (pour les salariés, pour l entreprise) Choix de l organisme (par appel d offres) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

53 Loi MACRON : Les principaux points à retenir concernant l Epargne Salariale Intéressement et Participation PERCO Francis KINZELIN Expert Comptable Mémorialiste Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

54 Intéressement Accord facultatif pour associer financièrement les salariés aux résultats de l Entreprise Montant Durée Critères objectifs et librement choisis 3 ans Exonération de charges sociales patronales (sauf forfait social de 20 %) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

55 Participation Accord facultatif ou Obligatoire pour les Entreprises de plus de 50 salariés Montant Durée Calcul légal de participation Déterminée ou indéterminée Exonération de charges sociales patronales (sauf forfait social de 20 %) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

56 Intéressement et Participation A compter du 1 er Janvier 2016 FORFAIT A SOCIAL compter réduit 1 er Janvier de 20 % 2016 à 8 :% pour les entreprises De 50 salariés qui concluent pour la première fois un accord de participation ou d intéressement ou qui n ont pas conclu d accord dans les 5 ans précédant la date d effet de l accord Taux applicable 6 ans à la date d effet de l accord Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

57 Intéressement et Participation Harmonisation de la date de versement de l intéressement et de la participation à compter de 2016 Les dates de versement de l intéressement et de la participation sont harmonisées au dernier jour du 5 ème mois suivant la clôture de l exercice (31 Mai lorsque l exercice correspond à l année civile) Déclenchement des intérêts de retard après le dernier jour du 5 ème mois suivant la clôture de l exercice (1 er Juin lorsque l exercice correspond à l année civile) et mise en place d un taux d intérêt unique Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

58 Intéressement et Participation..à compter de 2016 Attention au déclenchement des intérêts de retard!! mise en place d un taux d intérêt unique Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

59 Intéressement et Participation A compte du 1 er Janvier 2016 : blocage par défaut des sommes issues de l intéressement s il existe un PEE (Plan Epargne Entreprise) ou un PEI (Plan Epargne Interentreprises) Les salariés devront être informés selon les modalités prévues par l accord A défaut, les conditions et les modalités d information des salariés sur l affectation seront précisées par décret A titre transitoire entre le 1 er Janvier 2016 et le 31 Décembre 2017, les salariés pourront demander le déblocage de leur intéressement dans les 3 mois suivant la notification de son affectation sur un plan d épargne Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

60 Intéressement et Participation À compter du 1 er Janvier 2016 : Les salariés devront être informés selon les modalités prévues par l accord Blocage par défaut des sommes issues de l intéressement s il existe un PEE ou un PEI A défaut, les conditions et les modalités d information des salariés sur l affectation seront précisées par décret Entre le et le , déblocage possible de l intéressement dans les 3 mois suivant la notification de son affectation sur un plan d épargne Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

61 Intéressement et Participation Modification du seuil d assujettissement en cas de mise en place obligatoire de la participation Avant : le seuil de 50 salariés s appréciait mois par mois au cours des 12 mois précédents Désormais, la condition d effectif de 50 salariés s appréciera sur 12 mois, consécutifs ou non, au cours des 3 derniers exercices Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

62 Intéressement et Participation Pas de renégociation tous les 3 ans Dispensées 3 ans régime participation Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

63 Intéressement et Participation Si l accord d intéressement comporte une clause tacite de reconduction, alors il n a pas à être renégocié tous les 3 ans Pour les entreprises qui franchissent le seuil de 50 salariés et qui ont déjà conclu un accord d intéressement, elles sont dispensées pendant 3 ans de mettre en place un régime de participation Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

64 Intéressement et Participation En cas de mise en place obligatoire de la participation Désormais : sur 12 mois, consécutifs ou non, au cours des 3 derniers exercices Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

65 PERCO Dispositif épargne salarial facultatif pour constituer un revenu supplémentaire pour la retraite Possible si Versement Abondement des Entreprises PEE mis en place dans l Entreprise Volontaire des salariés Versement complémentaire librement déterminé et modifiable Exonération de charges sociales patronales (sauf forfait social de 20 %) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

66 PERCO Suppression de la contribution spécifique au fonds de solidarité vieillesse de 8,2% à la charge de l employeur sur l abondement dépassant uros par an et par salarié versés à compter du 1 er Janvier 2016 Mise en place d un forfait social à 16% en cas de placement des sommes issues de l épargne salariale sur le PERCO A compter du 1 er Janvier 2016, les versements dans le Perco seront désormais épargnés sur le support d investissement le moins risqué Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

67 PERCO À compter du 1 er Janvier 2016 : ABONDEMENT > / an / salarié Forfait social 16 % au lieu de 20 % Versements au PERCO Suppression de la contribution spécifique au fonds de solidarité vieillesse de 8,2% placement des sommes issues de l épargne salariale sur le PERCO Support investissement le moins risqué par défaut Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

68 PERCO L employeur pourra en l absence de versement du salarié effectuer des versements sur le Perco Autorisation en cas d absence de délégué syndical ou comité d entreprise de mettre en place un Perco par ratification aux deux tiers des salariés En l absence de compte épargne temps (CET), le salarié pourra verser sur le Perco, les sommes correspondantes à 10 jours de repos non pris, au lieu de 5 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

69 PERCO L employeur pourra sous certaines conditions : Le salarié pourra (si pas de CET) : effectuer un abondement sur le PERCO même en l absence de versement du salarié. mettre en place un PERCO par ratification des 2/3 des salariés Verser 10 jours repos non pris (en ) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

70 Autres dispositions sociales Informations des salariés en matière de cession d entreprises Obligation d emploi des travailleurs handicapés Aide à la 1 ère embauche Aide à l embauche d un jeune apprenti Rémunérations des stagiaires Eric PIERRAT Expert Comptable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

71 Rappels Entreprises de moins de 250 salariés Information préalable obligatoire des salariés en cas de Cession du fonds de commerce. Exclusion des fonds artisanaux et des clientèles civiles Cession de titres de SARL, SA, SAS et SCA représentant plus de 50 % du capital. Exclusion des cessions de parts de sociétés civiles, SNC, etc. Transmissions exclues Information des salariés en cas de cession d entreprises. Cessions au profit du conjoint, des ascendants ou descendants demeurent exclus. Successions et liquidation de régime matrimonial. Sociétés faisant l objet d une procédure de conciliation, de sauvegarde ou de redressement ou liquidation judiciaire Objectifs Permettre aux salariés de proposer une offre de rachat N instaure pas un droit de préférence au bénéfice des salariés Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

72 Information des salariés en cas de cession d entreprises Cession du fonds de commerce Entreprises de moins de 250 salariés Cession de titres (SARL, SA, SAS, SCA) + de 50% du capital Transmissions exclues Offre de rachat des salariés Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

73 Ce qui change : Obligation d information des salariés en cas de cession de l entreprise Modification du champ d application Information des salariés en cas de vente du fonds de commerce ou de 50 % des parts d une SARL / SA Avant, toutes les cessions étaient concernées Dispense d information si les salariés ont reçu l information triennale relative aux possibilités de reprise d une société dans les 12 mois précédents la vente Simplification des modalités d information par RAR En fonction de la date de présentation du Recommandé avec AR Modification de la sanction Amende civile allant jusqu à 2 % du montant de la vente Avant, nullité de la cession Date d effet des modifications Fixée par décret, au plus tard 6 mois après la publication de la loi Information triennale Obligation complémentaire d informer sur les orientations générales de l entreprise relatives à la détention du capital Information des salariés en cas de cession d entreprises Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

74 Ce qui change Information des salariés en cas de cession d entreprises Obligation d information des salariés en cas de cession de l entreprise Modification du champ d application Uniquement en cas de vente du fonds de commerce ou de 50 % des parts Dispense si les salariés ont déjà reçu l information dans les 12 mois précédant la vente (information triennale) Modification de la sanction Amende civile : Maxi 2 % du montant de la vente Information triennale Obligation d informer en plus sur les orientations générales de l entreprise relatives à la détention du capital Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

75 Obligation d emploi des travailleurs handicapés De nouvelles façons de s acquitter Passer des contrats de fourniture, de sous-traitance ou de prestations de services avec des travailleurs indépendants handicapés. Limite actuelle : 3 % de l effectif Accueillir une personne handicapée pour une période d immersion ou d observation Limite : 2 % de l effectif Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

76 Aide à la première embauche Entreprises concernées Embauches visées Entreprises n appartenant pas à un groupe d entreprises (au sens retenu pour les comités du groupe). 1 er salarié embauché (particuliers employeurs exclus). CDI ou CDD de + de 12 mois. Date d effet du contrat : entre le 09/06/2015 et le 08/09/2016. Dans les 12 mois précédant l embauche, absence de contrat poursuivi au delà de la période d essai. Aide maintenue si un nouveau contrat est conclu suite à la rupture du 1 er contrat de travail, sous conditions. Montant de l aide : Versement : Par tranches de 500, à l échéance de chaque trimestre d exécution. Cumul impossible avec une aide à l insertion, à l accès ou au retour à l emploi. Cumul possible avec la réduction Fillon. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

77 TPE : Aide à la première embauche Montant de l Aide Les Conditions Montant : Versement par tranches de 500 pendant 8 trimestres CDI CDD de + 12 mois 1 ère embauche salariée depuis 12 mois Aide proratisée si temps partiel Cumul impossible avec certaines aides Date d effet du contrat entre le 09/06/15 et le 08/09/16 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

78 Entreprises concernées Jeunes concernés Montant de l aide Cumul possible avec Moins de 11 salariés (effectif mensuel, moyen de l année précédente. Apprenti âgé de moins de 18 ans à la date de signature du contrat. Aide non due si rupture pendant les 2 premiers mois de son exécution. Recrutement à compter du 1 er juin Embauche d un jeune apprenti Aide forfaitaire de attribuée pour la 1 ère année, à raison de à la fin de chaque période de 3 mois, proratisée en cas d interruption. Prime à l apprentissage pour les entreprises de moins de 11 salariés. Aide à l apprentissage (entreprises de moins de 250 salariés) en cas d embauche d un 1 er apprenti ou de recrutement d un nouvel apprenti. Montant minimal : par année de formation. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

79 Qui est concerné Embauche d un jeune apprenti Entreprises de moins de 11 salariés Jeunes de moins de 18 ans Recrutement à compter du 1 er juin 2015 Montant et cumul Aide forfaitaire de Cumuls possible : Prime à l apprentissage (- de 11 salariés) Aide à l apprentissage (- de 250 salariés) Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

80 Gratifications des stagiaires Stages intégrés à un cursus pédagogique scolaire ou universitaire faisant l objet d une convention de stage. Exclue : la formation professionnelle. Durée supérieure à 2 mois, consécutifs ou non, au cours d une même année universitaire ou scolaire (ou plus de 308 heures). Montant = heures réellement effectuées X 3,60 * *(15 % du plafond horaire de la sécurité sociale (PHSS) pour les heures réalisées en 2015 et pour les conventions signées depuis le 01/09/2015). Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

81 DEDUCTION FISCALE EXCEPTIONNELLE en FAVEUR de l INVESTISSEMENT Le Sur-amortissement de 40 % Sébastien LABURTHE Expert Comptable Mémorialiste Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

82 DEDUCTION FISCALE EXCEPTIONNELLE en FAVEUR de l INVESTISSEMENT Le Sur amortissement de 40 % Présentation du Dispositif Les Entreprises concernées Les Investissements concernés Récapitulatifs des investissements concernés Exemples Montant de calcul de la déduction Exemples Que se passe-t-il en cas de cession? Conclusion Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

83 Présentation du dispositif Volonté du gouvernement de soutenir l investissement Intégré au projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques (Loi Macron) Déduction fiscale exceptionnelle de 40 % de la valeur d origine de l investissement qui s applique à certains biens éligibles à l amortissement dégressif qui s applique aux biens acquis, fabriqués, pris en crédit-bail ou en LOA du 15/04/2015 au 14/04/2016. Il s agit donc d un avantage fiscal qui diminue l assiette d impôt sur les bénéfices. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

84 Présentation du dispositif DEDUCTION FISCALE EXCEPTIONNELLE de De la valeur d origine de l investissement Applicable à certains biens éligibles à l amortissement dégressif Applicable aux biens acquis, fabriqués et pris en crédit-bail ou en LOA du 15/04/2015 au 14/04/2016 Il s agit donc d un avantage fiscal qui diminue l assiette d impôt sur les bénéfices. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

85 Les entreprises concernées Qui est concerné? Les entreprises soumises à l impôt sur les sociétés quelle que soit l activité Les entreprises soumises à l impôt sur le revenu selon le régime réel d imposition dans la catégorie : des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou des bénéfices agricoles (BA) Les BNC et les entreprises imposées selon un régime forfaitaire sont exclus du dispositif. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

86 Les entreprises concernées Qui est concerné? Entreprises soumises à l impôt sur les sociétés quelle que soit l activité Entreprises soumises à l impôt sur le revenu selon le régime réel d imposition dans la catégorie : - des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) - ou des bénéfices agricoles (BA) BENEFICES NON COMMERCIAUX ENTREPRISES IMPOSEES SELON UN REGIME FORFAITAIRE Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

87 Les investissements concernés Quels sont les biens concernés? Les biens qui peuvent être amortis selon le mode dégressif c est-àdire : qui ne sont pas des biens usagés dont la durée d utilisation n est pas inférieure à 3 ans et qui relèvent des catégories suivantes Matériels et outillages Industriels de fabrication ou de transformation (sauf transport) de manutention de recherche scientifique ou technique Installations Epuration des eaux et assainissement de l atmosphère Production de vapeur / chaleur / énergie Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

88 Les investissements concernés Biens concernés? Biens neufs dont la durée d amortissement est supérieure à 3 ans Eligibles au mode d amortissement dégressif Matériels et outillages - De fabrication, transformation, manutention, recherche scientifique ou technique (sauf transport) Installations - Epuration des eaux et assainissement de l atmosphère - Production de vapeur/chaleur/énergie Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

89 Les investissements concernés Biens éligibles à l amortissement dégressif Investissements Autres biens Matériels et outillages Industrie de fabrication ou de transformation (sauf transport) de manutention de recherche scientifique ou technique Installations Epuration eaux et assainissement atmosphère production vapeur / chaleur / énergie Déduction Fiscale Matériels et outillages de transports, satellites de communication Machines de bureau Installations de sécurité, médicosociales, de magasinage et stockage Immeubles et matériels hôteliers Bâtiments industriels dont la durée normale d utilisation < 15 ans Equipements et bâtiments légers des exploitations agricoles Pas de Déduction Fiscale Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

90 Exemples Biens éligibles Moteurs Fours Forges Machines-outils Tracteurs Monte-charges Tapis roulant Appareils de ventilation, de conditionnement et de filtrage de l air Chaudières Matériels utilisés pour développer les procédés de fabrication Biens non éligibles Véhicules de tourisme et utilitaires Ambulances Equipements de détection d incendie Appareillages de protection contre le vol Equipements audiovisuels de surveillance Caisses enregistreuses Matériels informatiques Chambres froides Pépinières Entrepôts d approvisionnement Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

91 Montant et calcul de la déduction Pour les biens acquis ou fabriqués la déduction de 40 % de la valeur d origine (hors frais financiers) Pour les biens en crédit-bail ou en location avec option d achat, la déduction est de 40 % de la valeur du bien à la signature du contrat (valeur que le locataire aurait inscrit à l actif s il en avait été propriétaire) Il s agit d une déduction extra comptable répartie linéairement sur la durée normale d utilisation des biens. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

92 Montant et calcul de la déduction Biens acquis ou fabriqués Biens en crédit bail ou en location avec option d achat de la valeur d origine de la valeur du bien à la signature du contrat Il s agit d une déduction extra comptable répartie linéairement sur la durée normale d utilisation des biens. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

93 Exemple Machine outil éligible à l amortissement dégressif Date d acquisition Valeur Durée d utilisation Amortissement/5 ans er Juillet HT 5 ans Sur-amortissement Economie d impôt (33,33 %) Dans le cas présent, le coût final de la machine sera de = Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

94 Que se passe-t-il en cas de cession? Cas d une cession le 30 Juin 2018 Année Montant de l'amortissement Montant de la déduction exceptionnelle à l'investissement Economie d'is (tx normal à 33,33%) /06/ Les avantages fiscaux restent acquis à hauteur des montants déjà déduits du résultat à la date de cession (calculée prorata temporis). Dans notre cas, la déduction exceptionnelle acquise sera de , soit une économie d IS à 33,33 % de La déduction fiscale exceptionnelle n a aucune incidence sur la calcul de la plus ou moins-value de cession. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

95 Que se passe-t-il en cas de cession? Les avantages fiscaux restent acquis à hauteur des montants déjà déduits du résultats à la date de cession La déduction fiscale exceptionnelle n a aucune incidence sur le calcul de la plus ou moins-value de cession Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

96 Conclusion Investissements acquis, fabriqués ou pris en location durant la période du 15/04/2015 au 14/04/2016 Permet une déduction fiscale de 140 % de la valeur d origine des bien éligibles, soit une économie d impôt de 13 % de l investissement (sur la base d un IS à 33 %), N a pas d incidence sur le résultat avant impôts, Permet une économie d impôt définitive et une meilleure rentabilité des investissements, L avantage fiscal n est pas soumis au plafond «de minimis» Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

97 Conclusion INVESTISSEMENTS acquis, fabriqués ou pris en location durant la période du 15/04/15 au 14/04/2016 DEDUCTION FISCALE DE 140 % ECONOMIE D IMPOT DEFINITIVE AVANTAGE FISCAL Non soumis au plafond «de minimis» Pas d incidence sur le résultat avant impôts Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

98 MESURES DIVERSES Paiement en espèces Confidentialité du compte de résultat Insaisissabilité de la résidence principale de l entrepreneur individuel Révision valeurs locatives Régularisation de TVA Tatiana SCHMITZ Expert Comptable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

99 Régularisation de TVA BOI-TVA-DECLA du 3 Juin 2015 Des précisions ont été apportées par l administration fiscale sur les modalités de régularisations de TVA dans le BOFiP du 3 Juin Lorsqu une entreprise a omis, de bonne foi, de porter des recettes imposables sur une déclaration de TVA, elle doit bien évidemment corriger son erreur. Les modalités de régularisation diffèrent selon que la déclaration de TVA initiale erronée était débitrice (TVA à payer) ou créditrice (crédit de TVA) et selon que le montant à régulariser pour un exercice antérieur est inférieur ou supérieur à Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

100 Paiement en espèces Transaction avec un professionnel Montant maximum : au lieu de auparavant Quand : à compter du 1 er Septembre 2015 Pourquoi? Lutte contre le blanchiment d argent et le lessivage d argent sale Seuil de est augmenté à si le domicile fiscal ou professionnel est à l étranger Transaction entre particulier : pas de limite de montant Mais un écrit peut être utile voire indispensable pour prouver les versements Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

101 Confidentialité du compte de résultat Article 2013 de la Loi MACRON du 6 Août 2015 Qui : PME Bilan < 4 M - Chiffre d affaires < 8 M - Salariés < 50 Quand : applicable à compter du 6 Août 2016 Concrètement, ce choix s appliquera aux exercices clos à compter du 31 décembre 2015 et déposés à compter du 6 août Pour les sociétés clôturant leur exercice le 31 décembre 2015, cette faculté ne sera donc possible qu en cas de dépôt par voie électronique, dont la date butoir est fixée au30août2016(encasdedépôtpapier,elleestfixéeau1 er août2016). Formalités : joindre une déclaration de confidentialité? Information non connue à ce jour Rappel: les micro-entreprisesqui ne dépassent pas 2 des 3 seuils suivants: 350 K de bilan, 700 K de chiffre d affaires et 10 salariés peuvent demander à ce que leurs comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexes) ne soient pas rendus publics sous réserve de joindre une déclaration de confidentialité (ordonnance du 30 janvier 2014). Ne pas déposer au Greffe du TC le compte de résultat Bilan et Annexes restent OBLIGATOIRES Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

102 Insaisissabilité de la résidence principale de l entrepreneur individuel Personnes physiques immatriculées au RCS, répertoire des métiers, activité professionnelle agricole (commerçant, artisan, autoentrepreneur, exploitant agricole ) Quelle dette : Les dettes PROFESSIONNELLES Créances nées à partir du 7 Août 2015 Depuis quand : le 7 Août 2015 La résidence principale d un entrepreneur individuel ne peut plus faire l objet d une saisie immobilière par ses créanciers pour ses dettes professionnelles. L insaisissabilité n est toutefois pas opposable à l administration fiscale en cas de manœuvres frauduleuses de l entrepreneur ou d inobservation grave et répétée de ses obligations fiscales. Dettes NON professionnelles : résidence principale toujours saisissable Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

103 Révision des valeurs locatives des locaux professionnels Entreprises soumises à l IS Envoi d une déclaration à l administration des loyers des locaux à usage professionnel ou commercial dont les contribuables sont exploitants au 1er janvier de l'année d'imposition et pour lesquels ils sont passibles de CFE à la même date. Locaux industriels évalués selon la méthode comptable Pour les locaux occupés au 1 er Janvier 2015 envoi en EDI au plus tard le 15 Septembre 2015 Fait par votre Cabinet BATT & ASSOCIES Révision des valeurs locatives pour instaurer une grille tarifaire par catégories de locaux et par secteurs locatifs homogènes ET la mise en place d'un dispositif de mise à jour permanente des évaluations permettant de prendre en compte les évolutions du marché locatif au fur et à mesure qu'elles se produisent. Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

104 Régularisation de TVA OMISSION - de bonne foi - de porter des recettes imposables sur la déclaration de TVA Possibilité de Correction TVA à payer ou Crédit de TVA Montant < Montant > Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

105 Régularisation de TVA La déclaration de TVA initiale était débitrice(tva à payer) Déclaration initiale débitrice TVA à régulariser > OUI Déclaration rectificative NON Régularisation sur la déclaration du mois de la découverte de l omission Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

106 Régularisation de TVA La déclaration de TVA initiale était créditrice(crédit de TVA) Déclaration initiale créditrice Remboursement de TVA demandé OUI Déclaration rectificative NON Régularisation sur la déclaration du mois de la découverte de l omission Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale 2015

Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale 2015 Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale 2015 Le 15 octobre à Villers les Nancy Le 22 octobre à paris Le 26 octobre à Vittel Le 3 novembre à Neufchâteau Soirée de l Actualité Sociale et Fiscale du 15 Octobre

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Infos pratiques Infos pratiques Base de calcul Eléments soumis à cotisations Toutes les sommes et avantages attribués en contrepartie ou à l'occasion du travail sont soumis à cotisations tels que : - les salaires et assimilés,

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire :

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : fiscalité et cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2014

LOI DE FINANCES POUR 2014 Note d information du mois de Janvier 2014 Nous vous adressons tous nos vœux de santé, bonheur et prospérité LOI DE FINANCES POUR 2014 FISCALITE DES PARTICULIERS Revalorisation des tranches du barème d

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

CABINET GM ASSURANCES

CABINET GM ASSURANCES CABINET GM ASSURANCES Mieux vous accompagner dans vos projets Assurer votre santé et votre prévoyance et celle de vos salariés! Constituer votre retraite et celle de vos salariés! Valoriser votre patrimoine

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités?

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités? Généralisation de la complémentaire santé contraintes ou opportunités? SOMMAIRE I - Rappel du contexte 1- Qu est que la généralisation de la complémentaire santé? 2- Quelles sont les entreprises concernées?

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

LES COTISATIONS SOCIALES

LES COTISATIONS SOCIALES LES COTISATIONS SOCIALES Les Autres Contributions : CSG ET CRDS La Mutualité Sociale Agricole est chargée du recouvrement de la contribution sociale généralisée et de la contribution au remboursement de

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À

LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À LES NOUVELLES MESURES RELATIVES À L AUTO-ENTREPRENEUR, L EIRL ET LES ARTISANS Salon des entrepreneurs de PARIS 5 février 2015 MESURES RELATIVES À L AUTO- ENTREPRENEUR Pour rappel L auto-entrepreneur est

Plus en détail

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche?

Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Dispositif auto-entrepreneur : comment ça marche? Salon Micro entreprise Octobre 2015 Le régime auto-entrepreneur Au sommaire Le dispositif, conditions, principes L adhésion Les cotisations, déclaration

Plus en détail

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE

OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE OPTIMISATIONS FISCALES ET SOCIALES DES REMUNERATIONS L EPARGNE SALARIALE Mise à jour mars 2012 Contexte : généralités Pourquoi l épargne salariale? Historique des mesures incitatives : 1959, 1967, 2001,

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Bref social du 11 décembre 2015

Bref social du 11 décembre 2015 Bref social du 11 décembre 2015 SOMMAIRE REGLEMENTATION - Complémentaire santé : la future liste des cas de dispenses de plein droit ; - Maintien de la complémentaire santé : un projet de décret encadre

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF

La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF Mot d accueil Sommaire La loi, Accord National Interprofessionnel (ANI) : contenu, objectifs Crédit Mutuel Groupama MAAF La complémentaire santé : des échéances différentes selon les métiers Harmonie Mutuelle

Plus en détail

L AUTO - ENTREPRENEUR

L AUTO - ENTREPRENEUR L AUTO - ENTREPRENEUR Présenté par le CGAHDF Y. GRANIER et M. VILLERS 15 Avril 2009 Y.GRANIER - M. VILLERS 1 Qui peut le devenir? Tous les Français à titre principal ou accessoire Les salariés, les chômeurs,

Plus en détail

La protection sociale du créateur d entreprised

La protection sociale du créateur d entreprised La protection sociale du créateur d entreprised Une initiative conjointe du RSI et de l Urssafl Janvier 2014 version b Sommaire La protection sociale en France 1/ Formes d entreprise et statuts juridiques

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DSN

DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DSN i DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DSN CE QU IL FAUT SAVOIR POINTS DE VIGILANCE LA FIDUCIAIRE MALLET VOUS INFORME CE QU IL FAUT SAVOIR Les origines de la DSN : Assises de la simplification du 6 Décembre

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi

Plus en détail

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE Régime Professionnel Complémentaire de Santé IRP AUTO Partenaire de l UNIDEC 28 Juin 2014 LA COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE SOMMAIRE Présentation du groupe IRP AUTO Le contexte

Plus en détail

ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014

ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014 ACTUALITE SOCIALE Décembre 2014 EDITORIAL Compte pénibilité, modulation de la cotisation allocations familiales, allègement Fillon, une nouvelle fois refondu et encore plus complexe Un choc de simplification?

Plus en détail

Protection sociale créateur : comment ça marche?

Protection sociale créateur : comment ça marche? Protection sociale créateur : comment ça marche? votre projet d entreprise : Choix du Statut du projet à la création : les formalités votre protection sociale - artisans commerçants - professions libérales

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2

Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 Projet DSN Modalités de déclaration des régularisations de cotisations sociales recouvrées par les URSSAF en DSN phase 2 13 février 2014 Sommaire Introduction Modifications apportées au Cahier Technique

Plus en détail

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 1 Assurances Collectives Mes clients et leurs besoins Les particuliers & les professionnels PREVOYANCE Décès Arrêt de

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS FORMATIONS PAIE 7, montée des Emeries 13580 La Fare les Oliviers Tel : 09 50 78 95 09 Fax : 09 55 78 95 09 E-mail : contact@formations-paie.fr URL: http://formations-paie.fr/

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h

«Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h «Le choix juridique et fiscal» 18 Novembre 2015 / 10h-11h Quelle forme juridique pour entreprendre? RDV de la Création d Entreprise du 18 novembre 2015 Maître Nathalie MEILLAND-PLANCHE, Avocat Cabinet

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir

Epargne salariale. L épargne salariale après. l essentiel à retenir Epargne Epargne salariale L épargne salariale après la Loi MACRON : l essentiel à retenir 2 Introduction Ce document a pour objet de vous présenter les principales mesures de la Loi n 2015-990 du 6 août

Plus en détail

LANCEMENT DE LA DSN. n Déclaration sociale nominative

LANCEMENT DE LA DSN. n Déclaration sociale nominative LANCEMENT DE LA DSN AU Régime agricole n Déclaration sociale nominative La DSN : une déclaration pour remplacer toutes les autres Instituée par la loi du 22 mars 2012 relative à la simplification du droit

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement. Dernière révision le 18/01/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.

Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement. Dernière révision le 18/01/2006. http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas. Pégase 3 Déblocage de la participation et de l intéressement Dernière révision le 18/01/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Prime exceptionnelle sur l intéressement 2004...3 Deux

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif

Généralisation de la complémentaire santé. Guide D INFORMATION. Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Guide D INFORMATION Généralisation de la complémentaire santé Harmonie Mutuelle vous accompagne dans la mise en place de ce nouveau dispositif Généralisation de la complémentaire santé La loi du 14 juin

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L)

L Entrepreneur Individuel (E.I.R.L) L Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (E.I.R.L) L EIRL Définition L EIRL : Pourquoi? Comment? Mise en garde Formalités Coûts des formalités Régime fiscal Définition Régime social Avantages

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

CSM FORMATION CSM FORMATION. Programme 2015. Murat LE BILAN SOCIAL CONTENU L OFFRE 2015

CSM FORMATION CSM FORMATION. Programme 2015. Murat LE BILAN SOCIAL CONTENU L OFFRE 2015 LE BILAN SOCIAL Savoir élaborer des tableaux de bord. Réaliser un bilan social. Responsables du service du personnel. Etre familier avec les tâches administratives du Service des Ressources Humaines. Spécialiste

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015)

Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) Déduction exceptionnelle en faveur de l investissement productif : application en matière agricole (Note de la FNSEA du 6 avril 2015) À l issue du Conseil des Ministres du 8 avril dernier, le Gouvernement

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise Dossier spécial Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Février 2014 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité

Table des matières. Chapitre 1 : Administration et comptabilité Table des matières Chapitre 1 : Administration et comptabilité Modes de financement des entreprises............................. 2 Règles de crédit aux entreprises... 4 Garanties demandées par les banques...

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise

La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Epargne Entreprise DOSSIER SPÉCIAL Juridique et Fiscalité La fiscalité de l épargne salariale Entreprise Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Les versements de l entreprise

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES)

DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) DOCUMENT 1 MODELE D ACCORD COLLECTIF D ENTREPRISE (REGIME DE RETRAITE A COTISATIONS DEFINIES) ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société/L Entreprise.., dont le siège social est situé., immatriculée au RCS de sous

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail