Un modèle et une typologie ethno-sociolinguistiques de la compétence de communication

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un modèle et une typologie ethno-sociolinguistiques de la compétence de communication"

Transcription

1 Un modèle et une typologie ethno-sociolinguistiques de la compétence de communication Cours de Master de Philippe Blanchet Université Rennes contact : 2.fr L ethnographie de la communication de J. Gumperz (GUMPERZ, J., 1989, Engager la conversation, introduction à la sociolinguistique interactionnelle, Paris, Minuit.) L'analyse des interactions langagières a été développée dans une direction particulièrement prometteuse par John J. Gumperz. Chercheur américain, ses travaux, publiés aux Etats-Unis depuis les années 1970, ont connu un grand retentissement depuis les années La synthèse qu'il réalise entre différents courants scientifiques est nommée "ethnographie de la communication", et plus précisément "sociolinguistique interactionnelle", ou par lui-même "approche interprétative de la conversation". Ces divers intitulés témoignent bien de l'angle d'étude retenu. Il s'agit d'analyser : -la façon dont les interlocuteurs utilisent diverses variétés d'une langue, ou diverses langues, au cours des échanges (principes d'alternance codique et de covariation établis par la sociolinguistique), -comment ces choix participent à des stratégies de communication, -comment ces choix construisent des cadres culturels pour l'interprétation des énoncés et des énonciations, -en quoi ces choix sont signifiants, -quelles inférences fondées sur quels indices sont effectuées, -comment ces modalités d'interaction fonctionnent en cas -fréquents- de contacts entre locuteurs appartenant à des communautés ethnolinguistiques et sociolinguistiques différentes. La sociolinguistique étudie les langues dans leur relation avec les sociétés où on les emploie. Elle cherche à répondre à la question "Qui parle quoi, où, quand, comment, pourquoi?". Les sociolinguistes (américains d'abord), comme W. Labov, J. Fishman, C. Ferguson, ont développé par l'observation des pratiques effectives une vision nouvelle des langues. Ils ont montré que toute langue est constituée de variétés non étanches entre elles, que les langues elles-mêmes ne sont pas des blocs monolithiques homogènes. La notion de contact de langues a mis en évidence, au contraire, le phénomène de continuum : la compétence linguistique d'un locuteur forme une palette continue de plusieurs variétés d'une ou plusieurs langue(s) dans laquelle il choisit pour s'exprimer en réalisant des mélanges. Les langues, ou leurs variantes, ne sont ni riches ni pauvres, ni bonnes ni mauvaises. Par contre, elles sont prises dans des hiérarchies sociales qui répartissent les codes selon des paramètres sociologiques : à situation "prestigieuse" on associe plutôt une langue jugée "soutenue" (celle des groupes sociaux dominants), à situation "familière" une langue jugée "relâchée", (celle des groupes dominés). C'est la diglossie. Les règles associant paramètres sociologiques et variétés linguistiques sont dites de covariation. Les locuteurs n'en sont pas prisonniers. Leurs stratégies variationnistes jouent sur les mélanges et les normes (par ex. par la contre-norme, qui consiste à employer volontairement des formes différentes de ce que les paramètres sociologiques laissent attendre, ou l' hypercorrection, qui consiste à rechercher une langue très soutenue jusqu'à en dépasser la norme). On parle alors d'alternance codique (en anglais code-switching). 1

2 Gumperz a privilégié empiriquement les situations de malentendus, de désaccords, de problèmes d'intercompréhension, même à l'intérieur d'une même langue, dès lors que les locuteurs n'appartenaient pas tous à la même communauté sociale ou culturelle. Il a travaillé notamment sur des sociétés plurilingues, comme l'inde, la Norvège, la Carinthie (zone slovénophone d'autriche), les Etats-Unis. Gumperz propose, à la suite de W. Labov, de substituer à la grammaire "mentale" du "locuteur idéal" introspecté par une linguistique de la Langue saussurienne, une grammaire sociologique de la communauté linguistique observée dans ses pratiques effectives. Seulement, les sociolinguistes se limitent à cette époque à des corpus fermés, à des garanties d'échantillonnages permettant des calculs statistiques en fonction de paramètres classiques (âge, sexe, niveau scolaire, catégorie socio-professionnelle, origine ethnique, etc.). Gumperz reproche donc à une certaine sociolinguistique naissante de réduire le comportement du locuteur à des régularités statistiques repérées sur des échantillons de population choisis à dessein. Parallèlement, Gumperz reproche à l'analyse pragmatique ou conversationnelle de «considérer comme acquis que l'engagement conversationnel existe, que les interlocuteurs coopèrent, et que les conventions d'interprétation sont partagée». La communauté linguistique est souvent pensée par les sociolinguistes et par les pragmaticiens comme stable, homogène, presque close. Or, dans les faits, rien n'est stable, rien n'est clos : «On commence à s'interroger sérieusement sur le fait qu'on puisse effectivement isoler des communautés de langue, définies comme des systèmes sociaux fonctionnellement intégrés, partageant les mêmes normes d'évaluation ( ) Il n'y a pas superposition entre système grammatical, sentiment linguistique et espace socio-historique et politique» Toutes sortes de gens se rencontrent et communiquent en employant toutes sortes de langues et de variétés de langues (variétés sociales ou régionales, par exemple), et ceci de plus en plus dans les sociétés modernes. Ils ne partagent donc pas forcément les mêmes conventions de conversation, d'interprétation, d'interaction. C'est en introduisant dans la démarche sociolinguistique une approche pragmatique -et inversement- que Gumperz ouvre une voie pertinente. Il resserre l'analyse sur des microphénomènes en contexte (conversations), en prenant en compte l'autonomie des interlocuteurs quant à leurs choix sociolinguistiques. Il met l'accent sur "l'auditeur interprétant" plus que sur l'émetteur. En outre, il inclut dans sa méthode une analyse fine de faits communicationnels traditionnellement négligés et dont il montre l'importance, la prosodie (rythme, intonations, accentuations, etc.) et le canal mimo-posturo-gestuel. Il donne l'exemple d'un étudiant noir qui, à la fin d'un cours dans une grande université américaine, demande au professeur dans un anglais américain plutôt "soutenu", si celui-ci peut le recevoir. L'étudiant ajoute qu'il sollicite une recommandation pour obtenir une bourse. L'enseignant l'invite à venir dans son bureau et quitte la salle. L'étudiant se retourne alors vers d'autres étudiants noirs et leur dit, dans un anglais typique des américains noirs "Je vais me faire pistonner" (Ahma git me a gig). Cette dernière phrase, présentée avec la conversation à différentes personnes, a été interprétées de façons multiples : non compréhension notamment par des blancs, rejet de l'institution et de l'enseignant, ciblage des interlocuteurs (exclusivement noirs) à qui cet énoncé est adressé, et, cette dernière interprétation n'ayant été réalisée que par des membres de la communauté noire, tentative de justification auprès des membres de sa communauté auxquels il manifeste sa loyauté (= tu peux interpréter ce que je veux te dire, c'est que nous sommes de la même communauté, et tu comprends pourquoi j'agis ainsi). Autre exemple : en Autriche slovénophone, Gumperz a observé des stratégies identitaires : on ne parle slovène qu'entre Slovènes et on passe à l'allemand -régional ou standard- dès qu'un inconnu approche. On sait que parler dans une langue (ou une variété d'une langue), c'est automatiquement manifester une connivence avec ceux qui la parlent et/ou la comprennent, et une distance avec ceux qui ne la parlent pas ou ne la comprennent pas. En même temps c'est instaurer/imposer un cadre culturel de référence. Gumperz a également observé un peu partout la valeur significative, et notamment la force illocutoire, de l'alternance codique. Telle injonction est considérée comme plus forte en allemand qu'en slovène, telle autre plus ouverte en slovène qu'en allemand, notamment si seulement une partie de l'énoncé est dans une langue et l'autre partie dans l'autre langue : 2

3 «Il ne suffit pas de dire simplement que le répertoire villageois comprend trois variétés et que les locuteurs les utilisent en alternance selon le contexte ( ) Ils [= les trois codes linguistiques] se sont incorporés à des conventions pragmatiques spécifiques au réseau [des locuteurs], où l'inférence conversationnelle est signalée par la juxtaposition de codes ( ) plutôt que par le choix d'un code de préférence à un autre» Enfin, dernier exemple, célèbre, à l'intérieur d'une même langue : aux Etats-Unis un médecin hospitalier d'origine philippine était accusé de négligence à propos d'un enfant mort de brûlures infligées par ses parents. Parlant très couramment l'anglais américain, il conservait en fait, et notamment en situation de forte émotivité, des traces de sa langue première et de la variété d'anglais parlé aux Philippines (intonations, emploi des temps verbaux), qui faisaient penser au jury uniquement constitué d'américains "de souche" qu'il tenait des propos contradictoires et mensongers. L'expertise réalisée par J. Gumperz, à la demande du tribunal, donna au médecin la possibilité de s'exprimer dans un autre contexte ; et ses propos enregistrés au tribunal furent soumis à des Américains d'origine philippine, qui n'y voyaient ni contradiction ni mensonge. L'analyse rigoureuse des processus interprétatifs, et des indices linguistiques sur lesquels les interprétations portaient, révéla et expliqua les mécompréhensions entre lui et les jurés, là où tous croyaient parler la même langue et produire des énoncés ayant "objectivement " (!) le même et unique sens. A cela s'ajouta une étude des écarts existants entre son origine culturelle, sa vision du monde, où les mauvais traitements à enfants sont rarissimes et où le rôle des parents n'est pas identique à celui des parents américains, et celles des jurés. Effet pragmatique : sans ceci, à cause de cela, il aurait été condamné à une lourde peine alors qu'il était innocent Gumperz propose enfin une typologie indicative (et empirique) des fonctions principales de l'alternance codique : discours rapporté, ciblage de l'interlocuteur, interjection ou élément phatique, réitération (clarification ou insistance), construction de phrase (copules, mots de liaison), engagement personnel, nouveauté de l'information, emphase, type de discours (lecture ou discussion, par exemple). Au-delà, Gumperz conceptualise un "indice de contextualisation" : «J'entends par contextualisation l'emploi par des locuteurs/auditeurs de signes verbaux et non verbaux qui relient ce qui se dit à un moment donné et en un lieu donné à leur connaissance du monde ( ) La notion de contextualisation doit se comprendre par référence à une théorie de l'interprétation qui repose sur les deux hypothèses fondamentales suivantes : 1) l'interprétation en situation de tout énoncé est toujours une question d'inférence. Cette inférence ( ) repose sur des présupposés. Elle est donc d'ordre conjecturel et non assertif, c'est-à-dire qu'elle implique des tentatives d'évaluation ( ) de l'intention de communication, [intention] qui ne peut être validée qu'en relation à d'autres hypothèses de base, et non en termes de valeur de vérité absolue. 2) Ces hypothèses de base sont ( ) en fait le fruit d'une collaboration.» Ces indices jouent essentiellement sur les trois points que sont la prosodie (intonation, rythme, chevauchements des tours de parole), le choix du code parmi les options au sein du répertoire linguistique (alternance codique, variables phonético-phonologiques, grammaticales et lexicales), le choix des expressions métaphoriques et des routines de conversation (énoncés rituels, notamment de prise de contact et de fin de conversation). Ils stimulent des inférences par un processus de "mise en valeur" tout à fait relative de certaines séquences du discours, surtout en cas de co-occurrence de plusieurs indices. Il est important d'insister sur le fait que si Gumperz a privilégié les interactions verbales où les effets pragmatiques des variations sociolinguistiques sont les plus flagrants, mais de telles différences ne sont pas rares, et ne se limitent pas à ses situations. Les différences sociales, familiales, de sexe, de génération, de milieu professionnel, etc., produisent quotidiennement des phénomènes d'alternance codique et d'interprétations différentes. Lorsque de tels différences, fondées sur des différences ethno-sociolinguistiques, produisent des interprétations divergentes, «Les malentendus qui en résultent empêchent les interlocuteurs de reconnaitre leurs différences de perspective ( ) Il en résulte un échec des tentatives de réparation, et un défaut de communication qui se trouve aggravé, plutôt que résolu, par la poursuite de l'entretien» 3

4 Une vision traditionnelle monolithique, normative, et interne, de la langue, qui pose les problèmes en termes de "fautes", qui s'en tient strictement à l'énoncé, et refuse de voir la valeur signifiante de l'hétérogénéité, ne peut guère prévoir de telles modalités de communication, ni remédier aux éventuelles difficultés qu'elles provoquent. La compétence de communication de D. Hymes (HYMES, D., 1984, Vers la compétence de communication, Paris, Didier) Dell HYMES a établi une liste mnémotechnique (en anglais S.P.E.A.K.I.N.G.) des composantes essentielles maitrisées et activées dans une compétence communicationnelle : -Settings "lieu et moment"(qui fournissent des indices de signification et de comportement importants et nombreux), -Participants "interlocuteurs" (y compris personnes présentes mais ne prenant pas la parole), -Ends "objectifs" (au niveau des intentions comme à celui des résultats), -Acts "actes de langage" (au sens de ce concept en pragmatique, c-à-d. type d'action sur le réel et donc de réalité que l'énonciation de tel énoncé instaure, par ex. promesse, jugement, prise de contact, assertion, etc.), -Keys "tonalité" (aspects principalement psychologiques de l'échange : tendu, agressif, détendu, amical, professionnel, intime, etc.), -Instrumentalities "instruments de communication" (oralité, écriture, gestuelle, téléphone, vidéo, vêtements, tous éléments symboliques visuels ou autres, etc.), -Norms "normes" (au sens de "règles sociales de comportement linguistique et social" en général : variétés de langue(s) employées, choses à faire ou à ne pas faire, tous rituels d'échange tel offrir à boire, etc.), -Genres "genres" (au sens de "type de discours" faisant l'objet de conventions langagières et sociales préalables, tels courriers administratifs, publicité, conte, recette de cuisine, description, nouvelle, etc.). Une conceptualisation de la communication et de la signification (BLANCHET, Ph., 2000, Linguistique de terrain, méthode et théorie (une approche ethnosociolinguistique), Presses Universitaires de Rennes). Le schéma modélisant de la communication le plus connu en sciences du langage est celui de Jakobson (1963). Ses composantes sont un destinateur qui encode un message selon un code commun partagé avec le destinataire auquel il l'adresse, lequel le décode, la circulation du message nécessitant un contact dans un contexte donné. Les interlocuteurs et leurs messages peuvent utiliser en les combinant ou non diverses fonctions du langage, qui ne sont pas qu'informatives, mais également relationnelle ou esthétique, par exemple. Tout en en reconnaissant l'intérêt, on doit constater que ce modèle déjà ancien n'est pas suffisant pour comprendre la richesse, la souplesse et la complexité des échanges langagiers. Ce modèle est d'ailleurs aujourd'hui souvent critiqué par différents chercheurs (notamment pragmaticiens et sociolinguistes) sous le nom de «conception télégraphique de la communication». En effet, le rapport au contexte y est considéré comme secondaire, voire marginal, le code y est considéré comme unique, préexistant et identique chez les interlocuteurs (ce qui est loi d'être le cas), la signification y est considérée comme relevant d'un décodage mécanique du message verbal qui est censé la contenir (ce que les faits contredisent), lequel est intentionnel et unidirectionnel. Plusieurs propositions d'améliorations ont été faites par des linguistes ou des sémioticiens. J'ai résumé les apports de ces différents courants sous la forme du schéma suivant : 4

5 Schéma ethno-sociolinguistique de la communication (Ph. Blanchet, La linguistique de terrain, Rennes PUR, 2000) Cette modélisation de la communication comme système complexe présente un certain nombre de modifications essentielles : a) La circularité : les discours fonctionnent en une boucle d'échanges qui agissent les uns sur les autres dans un tout infini. Il y a toujours un "avant" et un "après" qui sont liés au discours et inversement (présupposés, implicite, objectifs, effets d'intertextualité ). Les prises de paroles, les autres indices tels gestes, mimiques, objets, images, symboles, ne se succèdent pas mais se chevauchent en simultané. Un échange n'a donc jamais véritablement ni début ni fin ; les parties prenantes, les locuteurs, l'organisent et l'interprètent en le ponctuant chacune à sa façon, c'est-àdire en y isolant des parties par découpage provisoire toujours variable, souvent objet d'écarts et mécompréhensions mutuelles. b) Les contextes : les discours ont toujours lieu en contexte temporel, spatial, socioculturel, entre locuteurs. C'est la situation de communication où se produit l'évènement de communication, toujours partiellement nouveau. Ce contexte intervient dans la construction de la signification de façon très importante, bien au delà de la seule sémantique des déictiques ou embrayeurs tels que 5

6 je, ici, hier qu'avait mis à jour la théorie de l'énonciation (Benveniste). L'environnement que contribue à produire l'énoncé rétro-agit sur l'énoncé, qui en porte les marques (par exemple choix des variables sociolinguistiques). Le même énoncé prendra des significations différentes selon les locuteurs, dans des lieux ou à des moments différents et tous ses éléments sont concernés. En outre, il faut compter dans le contexte les objets (qu'on peut désigner du geste ou de la parole, interpréter symboliquement1, utiliser), les célèbres bruits (représentés sur mon schéma par une clochette) qui interfèrent avec l'échange2, les personnes présentes -dont la seule présence influe évidemment sur les comportements et sur ce qui est communiqué (le visage du haut, sur mon schéma), les évènements qui "baignent" les échanges, le cadre ethno-socioculturel dans lequel l'échange a lieu3, etc. A contexte différent, implicite et présupposés différents, d'où significations différentes (même pour des énoncés "identiques"4). c) Les codes : on y trouve les quatre axes capacitaires d'une compétence communicationnelle présentés ci-après. Chaque individu et groupe possède ses propres codes et usages des codes5, en partie communs mais en parties différents de ceux des autres, même dans une "même langue" et "même culture". C'est ce qu'on appelle idiolecte, sociolecte, ethnolecte, régiolecte, etc. Les mots, prononciations, intonations, tournures, gestes, comportements, n'ont pas exactement les mêmes valeurs pour chacun et ces valeurs varient selon les locuteurs, le lieu, le moment, l'appartenance culturelle sociale ou régionale, l'humeur, etc. Il y a donc ici à la fois un fort potentiel individuel et/ou collectif d'affirmation identitaire, de connivence dans une variété ethnosociolinguistique donnée, mais également de stratégie individuelle de jeu sur le "répertoire" global du locuteur (variation), ainsi que de mécompréhension. d) L'intentionalité : chacun émet des signes intentionnels (linguistiques, gestuels, symboliques, etc.) mais aussi non-intentionnels qui sont pourtant perçus et interprétés par autrui (y compris à travers les différences de codes) car "on ne peut pas ne pas communiquer"6. Il est évident que ces signes et interprétations de la non-intentionalité jouent un rôle -parfois ou souvent très importantdans les significations construites. On n'oubliera pas que discours, et communication en général, ne visent pas qu'une transparence optimale, mais également une certaine opacité par laquelle chacun se protège légitimement, dit qui il est, signifie à autrui les limites qu'il ne souhaite pas dépasser, vise des interlocuteurs particuliers. L'intentionnalité comprend les stratégies d'interaction, par lesquelles chacun cherche à atteindre son but (convaincre, faire faire, informer, émouvoir, se faire reconnaitre ). L'individu n'est donc pas exclusivement prisonnier de contraintes contextuelles qui conduiraient mécaniquement à certaines modalités déterminées de communication7 ; il peut au contraire, à l'intérieur d'une certaine marge de manœuvre, jouer sur les mélanges de codes, les significations symboliques, les contre-normes et hypocorrections, les réorientations ou ruptures de l'échange. e) La coopération : représenté sur mon schéma par la notion de "construire ensemble", ce concept est fondamental. Pour qu'il y ait échange, il faut que chacun des individus s'engage effectivement dans une certaine collaboration avec autrui, cherche à produire chez autrui les interprétations de ses propres intentions motivées, et réciproquement cherche à interpréter les intentions et signaux d'autrui. C'est parce que cet engagement à coopérer existe que la 1Selon la façon d'être habillé, le mobilier, etc. qui concerne le locuteur, on interprète différemment ses propos. 2Soit 1) qu'ils gênent, irritent, procurent du plaisir, soit 2) qu'ils confirment ou infirment d'autres signaux. Ainsi en est-il d'une musique pour 1) ou d'un bruit d'avion entendu au téléphone lorsque votre interlocuteur vous déclare être au bureau 3Groupe social, régional, familial, etc. auquel on appartient ou pas, ayant ses connivences et ses différences. 4Ainsi ce qui est un ordre adressé par un supérieur n'est qu'un conseil adressé par un subalterne. 5Les conventions portant sur les usages des codes linguistiques relèvent des codes socio-culturels. 6Adage célèbre de l'école de Palo Alto. Toute "non communication" est en fait une communication d'autre chose à un autre degré (symbolique). 7Comme le laisse penser une certaine vision des "registres" ou "niveaux" de langue -pour ne pas parler d'une vision puriste de la langue. 6

7 communication est possible en tant que tout mais aussi dans le fonctionnement de ses éléments constitutifs. On ne peut pas tout dire8, ni dire n'importe quoi n'importe comment ; une confiance réciproque sur la prise en compte des données d'arrière-plan (contexte, présupposés, implicite ) et sur la pertinence de ce qui est intentionnellement émis est nécessaire. Pourtant, cette coopération a des limites, chacun ayant ses propres motivations et objectifs, ses propres codes et son identité (y compris dans une même langue, grâce à des variétés différentes et variations ponctuelles) : c'est sur ces écarts observés en situations de contacts interculturels (J. Gumperz dit "inter-ethniques") que s'est construite la relativisation importante induite par la sociolinguistique interactionnelle. f) Les significations : une signification peut être définie comme une interprétation que des coénonciateurs construisent lors d'une situation de communication. Cette interprétation des signes se fait par des inférences (déductions et ressentis) intégrant non seulement le sens (potentiel sémantique interne -"littéral"- des énoncés linguistiques proprement dits, lui-même multiple) mais aussi et surtout l'ensemble indices de contextualisation, paramètres contextuels dont le sens interne du message est d'ailleurs indissociable (données d'arrière-plan, stratégies, intentions, caractéristiques sociolinguistiques spécifiques et signaux divers, etc.). Cela implique, bien sûr, que les co-énonciateurs n'émettent pas directement du sens, ni même de la signification, mais seulement des signes intentionnels ou non (sons ou graphèmes, mimique culturelle, insigne ), organisés et interprétés selon des codes divers, y compris au plan symbolique. La signification ne se réduit ni au sens, ni au message. Dans les faits se construisent effectivement toujours des significations plurielles. Il ne s'agit pas de dire que n'importe quel énoncé peut signifier n'importe quoi, mais qu'entre l'énoncé et la signification, entre les significations interprétées par différents locuteurs selon différents paramètres, il peut y avoir de vastes différences. Ainsi en est-il de J'ai fait la vaisselle qui peut parfaitement signifier "c'est à cette heure-ci que tu rentres?" (et donc "je manifeste mon désaccord sur ton comportement") ou "le lave-vaisselle est encore en panne" ou etc., avec des écarts d'interprétation selon les codes ethno-socioculturels etc. g) La métacommunication : de ce qui précède ressort un profond relativisme (sans pour autant nier l'existence conjointe d'éléments stables dans les échanges humains ou dans une langue). La responsabilité de la "réussiste" ou de "l'échec" de l'échange, ou pour mieux dire de l'atteinte des objectifs intentionnellement visés, n'incombe jamais à un seul énonciateur. Les significations possibles sont multiples, tout comme les modalités possibles de l'échange. On ne peut donc rien décider ni évaluer de façon automatique, puisque tout est affaire d'interprétation. Quand il y a mécompréhension ou écart apparemment trop grand entre intentions et résultats, on peut (on doit) alors métacommuniquer, c'est-à-dire communiquer à propos de la communication. En clair, interrompre le cercle -parfois vicieux- de l'échange, pour expliciter en conscience ses stratégies et ses interprétations. Les décalages peuvent alors être élucidés sinon résolus, l'échange est recadré et peut éventuellement repartir. C'est une coopération de deuxième niveau qui nécessite davantage encore de souplesse, ouverture et écoute d'autrui. La communication apparait ainsi comme un fait social essentiel. Une société est un système d'échanges à valeurs symboliques (de messages, de personnes et de biens, pour reprendre la triade de Lévi-Strauss) ; une société est un système de communication, dans lequel la communication ethno-sociolinguistique occupe une place fondamentale, sinon prépondérante entre les humains. 8Chaque énoncé conduirait au fond à expliciter sans fin la totalité de l'univers, ce qui buterait sur les conventions arbitraires. 7

LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE GRC (Groupe de Recherche sur les Communications), Université Nancy 2

LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE GRC (Groupe de Recherche sur les Communications), Université Nancy 2 LA COMMUNICATION INTERPERSONNELLE GRC (Groupe de Recherche sur les Communications), Université Nancy 2 1. Généralités Un acte de communication est un comportement de quelque nature que ce soit pourvu qu

Plus en détail

Moyens d intervention en fonction des objectifs

Moyens d intervention en fonction des objectifs Commission Scolaire des Samares DVE Plan d intervention Moyens d intervention en fonction des objectifs DOMAINE LANGAGIER L élève améliorera ses habiletés en conscience phonologique. L'élève développera

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE

OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE OPTION LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE AU BACCALAURÉAT PROGRAMME PEDAGOGIQUE Par Jean-Paul LANDAIS Mars 2014 1/5 LE BUT DE L ENSEIGNEMENT Le but de l enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F).

Plus en détail

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE

LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE LISTE DES CITATIONS SUR LA COMMUNICATION ORALE 1. Choisir un point de vue sur le langage ne suffit pas pour tenir un discours didactique sur l oral; pour passer de l analyse de l oral à son enseignement,

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

PLAN: (by Samiroft - TETOUAN, Morocco)

PLAN: (by Samiroft - TETOUAN, Morocco) 1 PLAN: (by Samiroft - TETOUAN, Morocco) I. Définitions : II. Les éléments qui constituent l acte de : III. Les formes de la : le rôle de la non verbale : IV. Les fonctions de la 1-Le développement personnel:

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS

Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS Programme Arts et lettres COURS COMMUNS AUX TROIS PROFILS LES INSTITUTIONS CULTURELLES AU QUÉBEC 502-JAL-03 Pondération : 1-2-3 Compétences : 01D0 (c) Ce cours pose les bases d une connaissance critique

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP)

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ÉLÉMENTS DE DÉFINITIONS La communication interpersonnelle est un processus naturel entre deux personnes. Quoiqu il se passe entre deux

Plus en détail

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L

PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L LE BADEZET Eva Master 1. Information/Communication PENSER LES MEDIAS (A. CALMES) L école de Palo Alto Année universitaire 2009 / 2010 Semestre 1 2 L école de Palo Alto, petite ville de Californie située

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Les principes de la communication orale

Les principes de la communication orale Cours 2 Les principes de la communication orale LIN2512 La communication orale : fondements et didactique UQAM Christian Dumais 20 janvier 2009 Plan de la rencontre Intentions de la rencontre : Connaître

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Communication non violente

Communication non violente Intervalle coaching formation conseil Communication non violente Il n est pas rare qu un dialogue paisible, que ce soit au travail avec un collègue ou en famille avec ses enfants ou son (sa) conjoint(e),

Plus en détail

1- QU EST-CE QUE LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE?

1- QU EST-CE QUE LE CADRE EUROPÉEN COMMUN DE RÉFÉRENCE? 1- QU ST-C QU L CAD UOPÉN COMMUN D ÉFÉNC?!"#$$%"!#%& &!%" '! %"($!%" $!% )*! * ") %% )$+$!, %% ), %!!%"!!#" &!!"'!" %"!%")$$!,-!$+#$!%)!! %%!)%%. %, %" &! ), '!"&!)$$!!## '' ))* "%)!!# %% )!(), %!!#*!'!,

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1.

Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. Communiquer à l Ecole. Corinne ROUX-LAFAY Professeur de philosophie ESPE - Université LYON 1. DÉFINITION GÉNÉRALE. La communication est l ensemble des processus physiques et psychologiques par lesquels

Plus en détail

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques I.E.P. TOULOUSE Cours de langue vivante : objectifs linguistiques ANGLAIS 1A, 2A, 4A & 5A E. DI PAOLANTONIO 01/11/2015 Cadre européen commun de référence pour les langues - grille d'autoévaluation - «Le

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke

Kostanca Cuko Université de Fribourg La diversité au cœur de la recherche interculturelle 19-23 juin 2011, Sherbrooke «Images de soi versus images de l autre sur soi et leurs effets sur le sentiment d appartenance des élèves (issus) de l immigration dans une classe d accueil du primaire à Montréal» Kostanca Cuko Université

Plus en détail

Jean-François Bonastre. jean-francois.bonastre@lia.univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr 08 Février 2006

Jean-François Bonastre. jean-francois.bonastre@lia.univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr 08 Février 2006 L authentification biométrique vocale Jean-François Bonastre jean-francois.bonastre@lia.univ-avignon.fr www.lia.univ-avignon.fr 08 Février 2006 L identification vocale dans le milieu judiciaire Une motivation

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

Techniques de prise de parole en public

Techniques de prise de parole en public Techniques de prise de parole en public La prise de parole en public Objectifs Transmettre des informations, Exposer et défendre un point de vue, Confronter des opinions divergentes, etc La prise de parole

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal

LE LICENCIEMENT. Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal LE LICENCIEMENT Présenté par: AITOUYHYANE Hamza ZAKI Ghita Encadré par: Mr Larhzal Introduction Votre qualité d'employeur vous autorise à sanctionner un salarié fautif. Cette sanction peut prendre la forme

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

«Communication» Articles de Wikipédia

«Communication» Articles de Wikipédia 1 Dossier de recherche «Communication» Articles de Wikipédia Auteurs : Elisa Frantz Marie Desoubeaux Cours ICL 2A 01c «Notions de base en sciences de l information et de la communication adaptées au contexte

Plus en détail

LE PROCESSUS DE LA COMMUNICATION

LE PROCESSUS DE LA COMMUNICATION LE PROCESSUS DE LA COMMUNICATION Citation "parler est un besoin, écouter est un art' W.Goethe 'Les mots représentent des ponts entres les hommes' A.Hitler Objectif: L'objectif de ce cours c'est de définir

Plus en détail

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.)

COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE (L.S.F.) LES COURS PROGRESSIFS À raison de 2 heures par semaine, les lundis, mardis, jeudis ou vendredis, vous avez la possibilité de suivre 2 niveaux (60 heures) dans l année. COURS DE LANGUE DES SIGNES FRANÇAISE

Plus en détail

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud

processus PRÉLECTURE LECTURE lecture conseil scolaire de district catholique centre- sud guide des processus lecture PRÉLECTURE mprendre lire pour l de la conseil scolaire de district catholique LECTURE centre- sud Ce guide contient des conseils et des renseignements pour t aider à produire

Plus en détail

Titre : Bien identifiable, facile à repérer

Titre : Bien identifiable, facile à repérer TITRE : Pourquoi AUTEUR : Nikolaï Popov RESUME ET INTERET DE L ALBUM : GRILLE D ANALYSE D UN ALBUM EDITEUR : Nord Sud ILLUSTRATEUR : Nikolaï Popov Une gentille grenouille hume en paix une jolie fleur dans

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE

Langues CIIP 2010 TROISIÈME CYCLE Langues VISÉES PRIORITAIRES Maîtriser la lecture et l écriture et développer la capacité de comprendre et de s exprimer à l oral et à l écrit en français. Découvrir les mécanismes de la langue et de la

Plus en détail

Les implicatures dans la Théorie de la Pertinence. Pragmatique avancée Module AB5-6-7 Cours 7 2 mai 2012 Jacques Moeschler

Les implicatures dans la Théorie de la Pertinence. Pragmatique avancée Module AB5-6-7 Cours 7 2 mai 2012 Jacques Moeschler 1 Les implicatures dans la Théorie de la Pertinence Pragmatique avancée Module AB5-6-7 Cours 7 2 mai 2012 Jacques Moeschler 2 Principes Un stimulus linguistique déclenche un processus automatique de décodage.

Plus en détail

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC

Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Note sur le projet CEFRIO de formation de base en entreprise à l aide des TIC Quelques constats et remarques formulés à partir de l examen de trois rapports d activités (juin 2008, avril et juin 2009)

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

chapitre 1 Décrire la langue

chapitre 1 Décrire la langue chapitre 1 Décrire la langue 1 Du langage à la langue Quelques dé nitions préalables Le langage est cette faculté, que l homme est seul à posséder, de s exprimer par la parole et par l écriture. Elle lui

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

Introduction : LA COMMUNICATION NON VERBALE

Introduction : LA COMMUNICATION NON VERBALE Introduction : LA COMMUNICATION NON VERBALE 1. La communication non verbale : une communication «silencieuse» A. Définition Elle concerne tous les éléments, en dehors de l oral et de l écrit, qui entrent

Plus en détail

Le Cadre européen commun de référence pour les langues

Le Cadre européen commun de référence pour les langues Le Cadre européen commun de référence pour les langues Bibliographie Beacco J.-C. (2005) : Niveau A1 pour le français : un référentiel, Paris, Didier Beacco J.-C., Bouquet S., Porquier R. (2004) : Le niveau

Plus en détail

Vers 2 ans et 6 moins

Vers 2 ans et 6 moins Le développement de l enfant Quelques repères De la naissance à 18 mois : - réagit aux bruits à la naissance - comprend des petites phrases vers 8 mois - - gazouille vers 3 mois - rit aux éclats vers 4

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC H.M. ALAOUI 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION: ANALYSE SEMANTIQUE II. CONTENU ET ELEMENTS DE LA COMMUNICATION III. PRINCIPALES QUESTIONS A SE POSER

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Langues CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Langues CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Langues VISÉES PRIORITAIRES Maîtriser la lecture et l écriture et développer la capacité de comprendre et de s exprimer à l oral et à l écrit en français. Découvrir les mécanismes de la langue et de la

Plus en détail

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT

PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT PROGRAMME D'ÉTUDES FRANÇAIS, LANGUE D'ENSEIGNEMENT Présecondaire Secondaire FRA-P031-3 FRA-P033-4 FRA-1031-3 FRA-5145-1 JUILLET 1996 TROISIÈME SECONDAIRE FRA-3034-1 er 1 OBJECTIF TERMINAL LIRE Lire des

Plus en détail

Institut Jean-Pierre Lallemand

Institut Jean-Pierre Lallemand Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (2 e partie) (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2011-2012 Cours de

Plus en détail

projet d éd échanges en ligne à la formation en didactique

projet d éd échanges en ligne à la formation en didactique Grenoble 12 juillet 2011 1 Apports d un d projet d éd échanges en ligne à la formation en didactique du Français ais Langue Étrangèrere Soutenance de thèse de Louay Pierre SALAM Membres du jury: Maguy

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Règlement de filière du Bachelor of Science HES-SO en Energie et techniques environnementales Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute

Plus en détail

Arrêtons: Chapitre I: De l'organisation des études menant au grade de bachelor et au grade de master

Arrêtons: Chapitre I: De l'organisation des études menant au grade de bachelor et au grade de master Règlement grand-ducal du 22 mai 2006 relatif à l'obtention du grade de bachelor et du grade de master de l'université du Luxembourg. - base juridique: L du 12 août 2003 (Mém. A - 149 du 06 octobre 2003,

Plus en détail

Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet

Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet Stage FLE Tchernivtsi 29 juin 3 juillet Atelier 3 Élaborer une fiche pédagogique Jehanne EL MRABET Plan Introduction 1. Déterminer les objectifs pédagogiques à partir du document 2. Structurer l unité

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr Atelier n 4n Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr rent Docteur Agnès Riché Référente en antibiothérapie, CH Angoulême Docteur Remy Gauzit Anesthesiste Réanimateur, Hôtel Dieu, AP-HP

Plus en détail

Développement du langage

Développement du langage Développement du langage Quelques repères chronologiques Des deux aspects du langage oral : réception/compréhension et production, c'est ce dernier versant qui est décrit succinctement ici. 1 Plan : Stade

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français.

Projet de recherche. Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Projet de recherche Amener l apprenant à s exprimer naturellement afin de le rendre autonome dans sa vie en français. Réalisé lors du stage de formation au CIEP, Sèvres du 22 avril au 2 mai 2014 Par Roopa

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

POLITIQUE 2500-625. Politique rédactionnelle non sexiste

POLITIQUE 2500-625. Politique rédactionnelle non sexiste POLITIQUE 2500-625 TITRE : Politique rédactionnelle non sexiste APPROUVÉE PAR : Comité exécutif Résolution : CE-94-15-5 Date : 06.09.1994 Conseil d administration Résolution : CA-94-4-13 Date : 26.09.1994

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio»

Séquence Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Séquence "Ecouter l'information en littérature et société : s approprier le média radio» Auteurs : Chris Trabys, Sophie Siret, Linda Khirani-Lycée Blaise Pascal brie Comte Robert (77) Niveau : Seconde

Plus en détail

L UNITE D EXPERIENCE PROFESSIONNELLE U.E.P. 2010-2011

L UNITE D EXPERIENCE PROFESSIONNELLE U.E.P. 2010-2011 UNIVERSITE DE POITIERS FACULTE DE DROIT ET DES SCIENCES SOCIALES L UNITE D EXPERIENCE PROFESSIONNELLE U.E.P. 2010-2011 I.F.E.P. Droit et Sciences sociales Bureau B123 Campus Ouvert tous les jours de 9

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité

Textes de référence : Table des matières. A. Nature de la responsabilité L INDEMNISATION DES VICTIMES D ACCIDENTS LIES AUX ACTES MEDICAUX EN ALLEMAGNE Textes de référence :! 611 et suivants du Code civil allemand (BGB)! 823 et suivants du Code civil (BGB)! 223 al. 2 du Code

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage :

«Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : «Interactions entre professeurs et élèves porteurs de troubles de la communication et du langage : Projet de recherche de P. Binisti Thèse de linguistique Paris 5 René Laboratoire Modyco sous la direction

Plus en détail

Enfants de l immigration : que fait-on de leur(s) langue(s)?

Enfants de l immigration : que fait-on de leur(s) langue(s)? ANALYSE 2012 Enfants de l immigration : que fait-on de leur(s) langue(s)? Publiée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pax Christi Wallonie-Bruxelles Enfants de l immigration : que fait-on

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...i

Table des matières. Remerciements...i Table des matières Remerciements...i CHAPITRE 1...1 Introduction générale...1 1.1 La traduction : moyen de communication, d expression et de développement économique et social...3 1.2 Communication et

Plus en détail

Votre profil d'enseignant : où sont vos atouts?

Votre profil d'enseignant : où sont vos atouts? Votre profil d'enseignant : où sont vos atouts? Vous trouverez ci-après un certain nombre d'affirmations. Vous pouvez cocher plusieurs (ou aucune) par point. 1. Vous vous faites un plan qui prévoit le

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française

Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Pilier 1 du socle commun: la maîtrise de la langue française Présentation des programmes 2007: nouveautés par rapport à 2002 Objectif prioritaire: savoir lire, écrire et s exprimer oralement dans toutes

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn.

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. 1. Il faut donner une information appropriée et actualisée à toute personne qui souhaite un DIAGNOSTIC

Plus en détail

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi?

CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? CAFDES Communication Communiquer, c est quoi? Communiquer, c est parler v En Grèce antique, Rome, la communication était synonyme d éloquence Ø Le talent de communicateur était assimilé à l art de bien

Plus en détail

TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE

TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE Michel JOSIEN TECHNIQUES DE COMMUNICATION INTERPERSONNELLE Analyse transactionnelle École de Palo Alto PNL Troisième tirage 2007 142 Savoir utiliser les techniques de communication interpersonnelle locuteur

Plus en détail

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS

SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS 6. LYCEE JEAN-PIAGET NEUCHATEL SECTION DE MATURITE PLAN D ETUDE-CADRE ANGLAIS I. Objectifs généraux L apprentissage de l anglais, comme celui de toute autre langue étrangère, permet à l élève d acquérir

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation

Communication. Description. Marche à suivre. Activités en ligne et les deux tâches de consolidation. Notions étudiées. Tâche de consolidation Communication Description La capacité de communiquer efficacement est une compétence très importante pour réussir au travail. Une bonne communication en milieu de travail permet aux gens de recevoir et

Plus en détail

La démarche du message clair

La démarche du message clair La démarche du message clair Au fil des mois passés à la maternelle, l enfant prend de plus en plus conscience des liens qui le lient aux autres et de l importance de développer une saine interdépendance

Plus en détail

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE

LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE LES INSTRUCTIONS OFFICIELLES. PALIER 1 DU COLLEGE Programme applicable à la rentrée 2006. Introduction. 1. Le Cadre Européen Commun de Références pour les Langues. Le CECRL a été publié en 2001 par le

Plus en détail

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline

604-101-MQ Langue anglaise et communication. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités. Note préliminaire Objet de la discipline Langue anglaise et communication Compétence 4SA1 Communiquer en anglais avec une certaine aisance. Pondération: 2-1-3 Préalable au cours : 604-TE2-SH 2,00 unités Objectif Énoncé de la compétence Standard

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES 1 INTRODUCTION 1998-05-19 CE-125-491 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES DE TOUS LES CYCLES Adoption 1998-05-19 CE-125-491 Modifications 2002-09-19 CA-230-2030 (concordance) 2003-11-18 CE-150-652 2006-11-30 CA-255-2478

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau»

Séminaire «Répondre au téléphone et tenue du bureau» LE TELEPHONE Répondre au téléphone réunit plusieurs paramètres: Un contexte Un message Une relation 1 Le contexte Pouvoir entendre son interlocuteur endroit calme, silencieux. Le téléphone sonne alors

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail