Néphrites tubulo-interstitielles. Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Néphrites tubulo-interstitielles. Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon"

Transcription

1 Néphrites tubulo-interstitielles Dr. Brigitte McGregor HEH, Lyon

2 Terminologie Atteinte tubulaire et interstitielle Aigues et chroniques Primaire ou secondaire lésions glomérulaires ou vasculaires Réactives au cours maladies systémiques/ infectieuses par microorganisme dans l arbre urinaire (pyélonéphrite)

3 Contexte clinique Tout âge 20% des IRC terminale/dialyse rénale IRA, IRC, ou IR progressive Protéinurie < 1g/24h, pas d hématurie Pas d HTA au début Evolution vers l IRC terminale Importance du Dg positif par la PBR (clinique et analyse fonctionnelle insuffisantes)

4 Histopathologie: PBR Néphrite interstitielle aigue - infiltrat interstitiel polymorphe (PN, PE, MM, L, P) - œdème interstitiel - lésions tubulaires associées: tubulite, vacuoles, nécrose des cell. épith. tubulaires - pas d atteinte glomérulaire ni vasculaire Néphrite interstitielle subaigue infiltrat mononucléé, disparition de l oedème

5 Histopathologie: PBR (suite) Néphrite interstitielle chronique - fibrose interstitielle plus ou moins riche en myofibroblastes, progressive, extensive - lymphocytes épars avec quelques amas multifocaux, tubulite multifocale discrète - lésions glomérulaires: ischémie, HSF (Hyalinose Segmentaire et Focale) secondaire (augmentation protéinurie) - lésions vasculaires: épaississement pariétal

6 Etiologie Infections - NI réactives (StreptoK, brucella, rubéole, toxoplasme ) - infectieuses véritables (EColi, mycobactéries, CMV, herpes, polyoma virus, hantavirus, candida, aspergillus, rickettsia, plasmodoium, treponeme ) Réaction médicamenteuse - toxicité directe (cisplatine, aminosides ) - Réaction immunoallergique (antibiotiques, antiinflammatoires ) Obstruction des voies excrétrices (néoplasie plasmocytaire, adénome prostatique)

7 Etiologie (suite) Reflux vésico-urétéral Réaction immune: anti-mbt, avec CI (lupus, GN), autres Métabolique (hyperuricémie, hypercalcémie, hypokaliémie ) Intoxication par métaux lourds (plomb, cadmium, mercure, cuivre, fer, or ) Maladies héréditaires (oxalose, cystinose ) Autres: N radique, N ischémique, N des Balkans (ochratoxine A), herbes chinoises (acide aristolochique) Idiopathique

8 Les plus fréquentes NIA/PNA infectieuses Toxiques: AINS, antibiotiques, autres Obstruction des voies excrétrices myélome, obstacle prostatique, reflux Immune syndrome TINU, Gougerot-Sjögren Néphrite granulomateuse tuberculose, sarcoidose, (Mdie de Wegener, drogues, µorganismes)

9 Cas clinique (H ) Homme de 55 ans Hépatite B chronique active, stade précirrhotique Résistance à IFN, traité depuis 2 ans par ADEFOVIR Depuis 6 mois, créatininémie µmol/l Pas d hématurie, pas de protéinurie

10 Homme, 55 ans 20 glomérules, pas de PAC

11 Fibrose extensive

12 Fibrose extensive

13 Dg: NIC avec fibrose extensive, liée à l antiviral ADEFOVIR

14 Autre cas: toxicité antibiotique (aminosides) Toxicité tubulaire directe

15 Autre cas: toxicité antibiotique (aminosides) Toxicité tubulaire directe

16 Cas clinique (EN 298) Homme de 76 ans IRA dans les suites d une prostatectomie avec antibiothérapie (aminosides et céphalosporine) Protéinurie de Bence-Jonces Pic monoclonal IgA, kappa

17 Homme de 76 ans, Cylindres+++

18 Cylindres rhomboides, hyalins, polychromes

19 Cylindres myélomateux et infiltrat inflammatoire polymorphe

20 Cas clinique (H ) Femme, 66 ans Sd Sjögren (SSA+) depuis 10 ans HTA ancienne Protéinurie: 0,15g/24h Hématurie microscopique Créatininémie: 165 µmol/l Cl créatinine 70 ml/mn

21 Où est la lésion?

22 Où est la lésion?

23 Tubulite Infiltrat lympho-plasmocytaire: syndrome de Sjögren

24 Tubulite Infiltrat lympho-plasmocytaire: syndrome de Sjögren

25 Cas clinique (EG 116) Homme de 39 ans Sarcoidose pulmonaire puis rénale depuis 15 et 10 ans respectivement Actuellement: créatinine 345 µmol/l, protéinurie 0,8g/l, hypercalcémie Histologie: poussée évolutive de NIC granulomateuse

26 Granulome sarcoidosique

27 Granulome sarcoidosique

28 Cas clinique (Tripoli, Lybie) Jeune adulte de 29 ans Baisse de l état général Syndrome inflammatoire, fièvre Antécédents de tuberculose IRC Histologie: NIC granulomateuse

29 NIC granulomateuse : tuberculose

30 NIC granulomateuse : tuberculose

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Rein Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le rein normal 1700 l de sang > 1 l d urine Homéostasie du milieu liquide Rôle endocrine: Erythropoïétine

Plus en détail

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Isabelle Brochériou Hôpital Tenon Lésions élémentaires évaluées sur une biopsie rénale Lésions glomérulaires Lésions tubulaires Lésions Interstitielles

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher «Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans Dr. Luc Radermacher Plan Les reins sains. Les reins malades. Les symptômes. Les traitements. La prévention de l insuffisance

Plus en détail

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009

Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe. Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Valeur pronostique des dépôts péri-tubulaires de C4d dans la néphropathie chronique d allogreffe Marie-Sophie Gavard Le 9 juin 2009 Néphropathie Chronique d Allogreffe Chapman et al. J Am Soc Nephrol 2005;16(10):3015-3026.

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

Pneumopathies médicamenteuses

Pneumopathies médicamenteuses Pneumopathies médicamenteuses Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale Bordeaux, Mars 2009 3 % des pneumopathies interstitielles Fréquence variable 1/100.000 pour la Nitrofurantoine 1-2% Amiodarone >

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP HTA d origine rénale parenchymateuse Alexandre Karras Néphrologie HEGP INTRODUCTION Les néphropathies chroniques parenchymateuses sont la 1 ère cause d HTA secondaire (3 à 5 %) Toute HTA doit conduire

Plus en détail

Un infiltrat peut en cacher un autre. Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg

Un infiltrat peut en cacher un autre. Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg Un infiltrat peut en cacher un autre Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg 1 Cas clinique 1 Jeune femme de 43 ans Antécédents : Cirrhose post-oh

Plus en détail

Les Syndromes en Néphrologie

Les Syndromes en Néphrologie Les Syndromes en Néphrologie Définition Ensemble de signes et de symptômes (modifications morphologiques, fonctionnelles et/ou biochimiques) relevant de plusieurs étiologies rénales Type de néphropathies

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë. Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET

Insuffisance rénale aiguë. Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET Insuffisance rénale aiguë Vienne 20.3.2014 Dr P. HALLONET Cas clinique Mr D. âgé de 75ans 1,75m et 82kg Antécédents : HTA, dyslipidémie, insuffisance rénale chronique (créatinine 180 µmol/l soit MDRD 34

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail

UNE OBSERVATION DE MALADIE D ERDHEIM- CHESTER VUE DANS LE SERVICE DE MEDECINE INTERNE DU CHR DE DAX

UNE OBSERVATION DE MALADIE D ERDHEIM- CHESTER VUE DANS LE SERVICE DE MEDECINE INTERNE DU CHR DE DAX MEMOIRE POUR L OBTENTION DE DFMS MEDECINE INTERNE UNE OBSERVATION DE MALADIE D ERDHEIM- CHESTER VUE DANS LE SERVICE DE MEDECINE INTERNE DU CHR DE DAX Présenté par : RAHERISON Rija Eric (MADAGASCAR) Octobre

Plus en détail

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7. Date Cours Enseignant Faculté de Médecine Programme de cours DCEM 3 / 2015-2016 1 er semestre Définitif SALLE 7 Date Cours Enseignant Lundi 19/10/2015 Mardi 20/10/2015 15h00-16h30 Mercredi 21/10/2015 Hématurie Physiologie de

Plus en détail

Les Néphropathies Glomérulaires

Les Néphropathies Glomérulaires Les Néphropathies Glomérulaires Les Néphropathies Glomérulaires PLAN I/Introduction II/Les lésions élémentaires III/La classification des NG. IV/Les différents syndromes glomérulaires V/Les Différentes

Plus en détail

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite

Objectifs. Cystite 14/03/2011. Infections urinaires chez le sujet agé. Cystite Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite Infections urinaires chez le sujet agé Pyélonéphrite Prostatite Orchiépididymite LILLAZ J. (CCA UROLOGIE) Objectifs Infectieux urologie = Sujet simple dans la plupart des cas. A condition d être précis,

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE. EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008.

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE. EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008. PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS URINAIRES EN VILLE EMERY malo a partir des recommandations de bonne pratique AFSSAPS 2008. Infections urinaires hautes et basses n'existent plus. On parle d'infection urinaire

Plus en détail

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES...

CARACTERISTIQUES PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... Table des matières Méthodes mécaniques PERSONNELLES ET ANTECEDENTS GENESIQUES... 1 Grossesse... 1 Age... 1 Parité... 1 Post-partum... 1 Post-abortum... 1 Antécédents de grossesse extra-utérine... 2 Antécédents

Plus en détail

Gammapathie monoclonale

Gammapathie monoclonale Gammapathie monoclonale I. Définitions gammapathie = anomalie de la synthèse protéique comportant une _ production d'un ou plusieurs types d'ig gammapathie monoclonale (GPM) : - _ synthèse d'un seul type

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008

Pathologie de la transplantation. Françoise Berger mai 2008 Pathologie de la transplantation Françoise Berger mai 2008 Pathologie de la transplantation Généralités Progrès immunologie et utilisation immunosuppresseurs + progrès de la chirurgie et de la réanimation

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie

Les infections urinaires. Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Les infections urinaires Dr Karine RISSO CCA Infectiologie + Epidémiologie Très fréquentes : second site dinfections communautaires. Plus fréquent chez la femme avec deux pics : au début de l activité

Plus en détail

Hypophysite : un spectre étiologique de plus en plus large! Pr V.Rohmer, Dr I.Allix Département Endocrinologie,Diabétologie,Nutrition CHU ANGERS

Hypophysite : un spectre étiologique de plus en plus large! Pr V.Rohmer, Dr I.Allix Département Endocrinologie,Diabétologie,Nutrition CHU ANGERS Hypophysite : un spectre étiologique de plus en plus large! Pr V.Rohmer, Dr I.Allix Département Endocrinologie,Diabétologie,Nutrition CHU ANGERS Epidémiologie Lésions hypophysaires 90 % Tumeurs 10 % lésions

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES. Le point de vue de l urologue. Rétention vésicale : les causes. Augmentation des résistances uréthrales

RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES. Le point de vue de l urologue. Rétention vésicale : les causes. Augmentation des résistances uréthrales RETENTION AIGUE/CHRONIQUE DES URINES Le point de vue de l urologue JF HERMIEU Clinique urologique CHU Bichat Paris Rétention vésicale : les causes - Augmentation des résistances uréthrales - Diminution

Plus en détail

L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES. Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013

L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES. Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013 L ORDONNANCE CHEZ L IRC: PIEGES ET BALISES Dr Parotte M-C Néphrologue CHPLT Verviers 27 Avril 2013 => QUELLE EST LA FONCTION RENALE DE MON PATIENT? MDRD: COCKROFT: Clairance créatinine ml/min = [140-âge

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat (Hôpital Edouard-Herriot - Lyon ) MAJ : 18/01/2005

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pierre Cochat (Hôpital Edouard-Herriot - Lyon ) MAJ : 18/01/2005 Limites de la question : Protéinurie et syndrome néphrotique chez l enfant Item 328 Le document ci-dessous ne concerne que les aspects pédiatriques de la protéinurie et du syndrome néphrotique Objectifs

Plus en détail

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB

UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB UN CAS DE GLOMÉRULOPATHIE À C3 TRAITÉ PAR ECULIZUMAB Alexis Payette SQN le 9 mai 2014 Conflits d intérêt Aucuns 1 Glomérulopathie à C3 Caractérisée par la présence de dépôts prédominants de C3 en immunofluorescence

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES

INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES INFLAMMATIONS ORBITAIRES NON-SPECIFIQUES Mehrad HAMEDANI Hôpital Ophtalmique Jules-Gonin Université de Lausanne Comment se présente une inflammation orbitaire? Qu entend-on par non-spécifique? INFLAMMATION

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple

Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple Recommandations régionales Prise en charge du myélome multiple - juillet 2010 - Bilan au diagnostic A visée diagnostique Bilan clinique OMS. Douleurs osseuses, tuméfactions osseuses. Bilan biologique Hématologique

Plus en détail

Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure

Conférence De néphrologie. Lille Internat DCEM3 E. Faure Conférence De néphrologie Lille Internat DCEM3 E. Faure 219 : Anomalies du bilan de l eau et du sodium (DCEM3 conf 2) 219 : Anomalies du bilan du potassium (DCEM3 conf 1) 219 : Désordres de l équilibre

Plus en détail

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF

GLOMERULONEPHRITE AIGUE. Professeur Boucar DIOUF GLOMERULONEPHRITE AIGUE Professeur Boucar DIOUF Introduction DEFINITION Le syndrome néphritique aigu: qualificatif clinique associant: œdèmes, HTA, protéinurie, hématurie et insuffisance rénale. Apparition

Plus en détail

Jamal BAMOULID Service de Néphrologie-Hémodialyse CHU Hôpital Saint-Jacques. sous-titres du masque

Jamal BAMOULID Service de Néphrologie-Hémodialyse CHU Hôpital Saint-Jacques. sous-titres du masque Jamal BAMOULID Service de Néphrologie-Hémodialyse CHU Hôpital Saint-Jacques INSUFFISANCE Cliquez RÉNALE pour modifier AIGUË le CHEZ style LE des SUJET AGÉ sous-titres du masque Généralités Vieillissement

Plus en détail

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant Tim Ulinski Service de Néphrologie Pédiatrique Armand -APHP & Université 6 Y1 Phénotype des anomalies de HNF1beta DIABETE - présentation clinique hétérogène - sécrétion

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques

homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques homme 32ans, baisse de l état général (-5 kg en 3 mois),épigastralgies et diarrhée sécrétoire résistant aux traitements. hypothèses diagnostiques gastropathies à gros plis -lymphome -maladie de Ménétrier

Plus en détail

CAS CLINIQUES. Monsieur Jean Paul V

CAS CLINIQUES. Monsieur Jean Paul V CAS CLINIQUES DIU 2012 Monsieur Jean Paul V 82 ans,. hypertendu équilibré sous béta-bloquant. Adénome prostatique à opérer. Examen normal 1 2 QUEL EST LE STADE DE CETTE LLC? Monsieur Jean Paul V NFS =

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

08/06/2010. References. J. ROSSERT Kidney International. 2001 Vol, 60, 804-817

08/06/2010. References. J. ROSSERT Kidney International. 2001 Vol, 60, 804-817 MEDICAMENTS ET NEPHROPATHIES INTERSTITIELLES G. DERAY CHU - PITIE-SALPETRIERE PARIS References J. ROSSERT Kidney International. 2001 Vol, 60, 804-817 1 MECANISMES QUELS MEDICAMENTS ASPECTS CLINIQUES COMMENT

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure)

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure) Un néphrologue nous explique les étapes de la maladie rénale Une lecture pour bien comprendre ce qui peut se passer après le dépistage Interview du Pr Didelot : Consultant en santé, auparavant néphrologue

Plus en détail

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011

Exploration du Profil protéique sérique. A. Galmiche, mars 2011 Exploration du Profil protéique sérique A. Galmiche, mars 2011 Pourquoi explorer le profil protéique du sérum? L électrophorèse des protéines sériques est un examen simple, réalisé en routine qui permet

Plus en détail

Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne

Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne Auto-Anticorps: Quel Usage en Ville? Laurent CHICHE Service de Médecine Interne Samedi 16 janvier 2016 Dans l exploration d un $ inflammatoire La positivité d ANCA (anti-cytoplasme des polynucléaires neutrophiles)

Plus en détail

Les lésions élementaires du rein. Patrice Callard Hôpital Tenon

Les lésions élementaires du rein. Patrice Callard Hôpital Tenon Les lésions élementaires du rein Patrice Callard Hôpital Tenon La bandelette urinaire ou la PBR du pauvre Bandelette Hématies +++ Albumine + Hématies - Hématies - Albumine + Albumine +++ Electrophorèse

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques.

Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Un patient, né le 25 avril 1923, est adressé aux urgences pour troubles neurologiques. Le patient est ininterrogeable, son épouse née en 1928 rapporte les antécédents suivants : sur le plan médical : des

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

AVIS D EXPERT. Injection de Produits de Contraste et Insuffisance Rénale

AVIS D EXPERT. Injection de Produits de Contraste et Insuffisance Rénale AVIS D EXPERT Injection de Produits de Contraste et Insuffisance La survenue d une insuffisance rénale aiguë (IRA) au détours d une injection de produit de contraste iodé peut avoir un pronostic néfaste.

Plus en détail

Œdèmes des membres inferieurs. Définition: Augmentation de volume des membres inférieurs, blancs, mous et prenant le godet

Œdèmes des membres inferieurs. Définition: Augmentation de volume des membres inférieurs, blancs, mous et prenant le godet Œdèmes des membres inferieurs Définition: Augmentation de volume des membres inférieurs, blancs, mous et prenant le godet! A différencier d un œdème localisé qui doit faire rechercher une cause locale

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Docteur Collet Fenetrier CHR Metz-Thionville. Ammppu section de Metz 3 février 2015

Docteur Collet Fenetrier CHR Metz-Thionville. Ammppu section de Metz 3 février 2015 Docteur Collet Fenetrier CHR Metz-Thionville Ammppu section de Metz 3 février 2015 Maladie de Crohn (MC) -atteinte de la bouche à l anus -grêle, lésions ano-périnéales -atteinte transmurale, maladie fistulisante

Plus en détail

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris Fibrinoid necrosis (media) Inflammation Thrombosis CLASSIFICATION CLASSIFICATION DES VASCULARITES NECROSANTES

Plus en détail

HEMODIALYSE SURVEILLANCE DES BACTERIEMIES ET DES INFECTIONS LIEES À L ACCÈS VASCULAIRE

HEMODIALYSE SURVEILLANCE DES BACTERIEMIES ET DES INFECTIONS LIEES À L ACCÈS VASCULAIRE HEMODIALYSE SURVEILLANCE DES BACTERIEMIES ET DES INFECTIONS LIEES À L ACCÈS VASCULAIRE GUIDE DE L UTILISATEUR A L INTENTION DES INFIRMIÈRES RESPONSABLES DE LA SURVEILLANCE CENTRES D HÉMODIALYSE DU CANTON

Plus en détail

Immunoglobuline monoclonale

Immunoglobuline monoclonale 22 Item 126 Immunoglobuline monoclonale Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une immunoglobuline monoclonale. COFER Savoir détecter sur l électrophorèse un aspect d immunoglobuline monoclonale

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3

Cas clinique n 1 : femme de 27 ans. Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN. Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Fatiguée depuis 1 mois Taches sur la peau : NFS : 5600 GB, 60% PN 9 gr/l Hb, VGM 71 Plaquettes 8000 / mm 3 Cas clinique n 1 : femme de 27 ans Nature des lésions cutanées,

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Maladie de Gougerot-Sjögren

Maladie de Gougerot-Sjögren B. Legallicier Service de Néphrologie Maladie de Gougerot-Sjögren Les atteintes rénales Le 11 mars 2009 Le syndrome de Gougerot Sjögren une épithélite auto-immune Infiltration lymphocytaire Destruction

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum

Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Chaînes légères libres d immunoglobulines et gammapathies Utilité du dosage dans le sérum Denis Rivier Médecin-consultant, Laboratoire Meditest SA, Vevey; anciennement maître d enseignement et de recherches

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1

Table des matières. Table des matières... i. Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 Table des matières Table des matières... i Chapitre 1 Éléments de base : structure et fonction... 1 1. INTRODUCTION... 2 2. MOLÉCULES PRINCIPALES... 3 2.1 Antigènes... 3 2.2 Anticorps... 4 2.3 Récepteurs

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux!

Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Électrophorèse des protéines plasmatiques Un examen précieux! Mathieu Royer CCA Service de rhumatologie Rappel Albumine : 60% des protéines circulantes α1 : orosomucoïde, α1anti trypsine α 2 : haptoglobine,

Plus en détail

Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales

Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales Atteintes rénales au cours des gammapathies monoclonales Guy Touchard, Frank Bridoux, Service de Néphrologie, CHU Poitiers Service d Hématologie et Immunologie Clinique, Hôpital Saint-Louis, Paris Centre

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

Hépato-gastro-entérologie: Actualités en PV

Hépato-gastro-entérologie: Actualités en PV Hépato-gastro-entérologie: Actualités en PV Sophie Gautier Centre de Pharmacovigilance de Lille 8 octobre 2015 Actualités Olmesartan: - Risque de colite Anti HCV: - Risque cardiotoxique? Anticoagulants

Plus en détail

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE

ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Ischémie distale des doigts ou de la main : étiologies et stratégie diagnostique en imagerie M.EDJLALI, O.FAVELLE, P.OMOUMI, A.DELHOMMAIS, D.ALISON TOURS - FRANCE Introduction L ischémie digitale est une

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

Indications des appareillages respiratoires de domicile.

Indications des appareillages respiratoires de domicile. Indications des appareillages respiratoires de domicile. Du relaxateur de pression au ventilateur. Dr Jésus Gonzalez Bermejo Pneumologie et réanimation médicale UARD : Unité d appareillage Respiratoire

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

Maladies rénales. Informations et conseils

Maladies rénales. Informations et conseils Ministère de la Santé et des Solidarités Informations et conseils Maladies rénales Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.il contient des informations sur

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone

Avis 9 janvier 2013. Phosphate disodique de bétaméthasone COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 janvier 2013 BETNESOL 0,50 mg, comprimé effervescent B/30 (CIP : 34009 301 097 3-1) BETNESOL 4 mg/ml, solution injectable B/3 (CIP : 34009 301 096 7-0) BETNESOL 5 mg/100

Plus en détail

ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE

ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE CHAPITRE 13 Item 255 ÉLÉVATION DE LA CRÉATININÉMIE UE 8. Circulation - Métabolismes N 255. Élévation de la créatininémie OBJECTIFS Argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifi er les

Plus en détail