ÉCONOMIE & STRATÉGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCONOMIE & STRATÉGIE"

Transcription

1 BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 17 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : au-delà de la Grèce, les matières premières inquiètent Zone Euro : il faut persévérer dans l effort Turquie : les difficultés d une coalition Chine : Yuan, vers une guerre des devises? MARCHÉS AU-DELA DE LA GRECE, LES MATIERES PREMIERES INQUIETENT Le troisième plan d'aide à la Grèce vient d être accepté par les créanciers européens. Voici les éléments clefs à garder en mémoire pour comprendre cet accord. - Ce plan d aide pourra atteindre un montant de 86 milliards d'euros maximum sur trois ans, dont une première tranche immédiate de 10 milliards destinée à la recapitalisation des banques. - Il a été validé vendredi par le Parlement grec, puis par les ministres des Finances de la Zone Euro. Il le sera également par le Bundestag, mercredi 19 août. En revanche, ce plan est jugé non viable par le Fonds Monétaire International (FMI), qui menace de ne pas continuer à participer au financement des prêts si des mesures de réduction de la dette ne sont pas mises en œuvre. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 1/14

2 - En effet, si elles vont donner de l'oxygène à l économie et au système bancaire grecs, ces liquidités feront grimper la dette publique aux alentours de 200% du Produit Intérieur Brut (cf. graphique ci-après). Elles vont donc devoir être accompagnées de mesures susceptibles de rendre soutenable la dette. Puisque certains créanciers souhaitent que le nominal ne soit pas effacé, "un rallongement des périodes de grâce et de remboursement" est inévitable (cf. Hebdo du 3 août 2015). Ce débat est planifié pour le mois d octobre Greek Debt as a % of GDP Cette période automnale sera doublement importante, puisque devraient également y être organisées des élections en Grèce. La majorité d'alexis Tsipras n'ayant jamais été aussi divisée, des législatives anticipées sont probables dans les prochains mois. Il est donc important de se souvenir que l'instabilité politique demeure très forte en Grèce. Autour du phénomène grec, d autres sujets préoccupent les marchés financiers. Deux rapports importants viennent d être publiés, le premier par le World Gold Council, le deuxième par l International Energy Agency. Les statistiques publiées révèlent un recul marqué de la demande d or, que ce soit pour la joaillerie dont la consommation a reculé -14% (574 tonnes), pour l investissement en chute de -11% (327 tonnes) ou pour les pièces et lingots qui se replient de -15% (334 tonnes). Même les grandes banques centrales n ont pas accumulé autant d or physique que prévu dans leurs bilans. En dépit de la crise grecque, des craintes d un krach obligataire, ou d une explosion de l inflation en lien avec les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales, les investisseurs se détournent de l or et son cours ne cesse de reculer. Récemment, il aura fallu trois dévaluations du yuan pour redonner un peu d allant à l'once d or, revenant au-dessus de la barre psychologique des dollars (cf. graphique de gauche ci-après). Le cours du 2/14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

3 métal jaune pourrait donc continuer de faiblir, sous le seuil psychologique des dollars, si les tendances du premier semestre se prolongeaient au second. À l instar du marché de l or, le prix du baril de brut a été divisé par deux par rapport à son niveau de juin 2014 où il flirtait avec les 115 dollars (cf. graphique de droite). Comme l explique l Agence Internationale de l Energie (IEA), la production de pétrole excède très largement la demande. Et pourtant, à mesure que la croissance économique redémarre un peu partout, la demande se renforce. L économie mondiale consomme 1.6 million de barils supplémentaires par jour en 2015, en comparaison avec C est la plus forte progression enregistrée au cours des cinq dernières années. --- Gold Price Index (USD) --- Gold Price Index (EUR) --- Oil Price Index (WTI) --- Oil Price Index (Brent) Le problème provient bel et bien d un excès d offre. Les stocks de brut s accumulent. L IEA va même jusqu à juger que la production mondiale croît à un rythme "effréné" de 2.7 millions de barils par jour supplémentaires en 2015, par rapport à En cause? Les deux plus grands producteurs de l OPEP, l Arabie Saoudite et l Irak, ont porté la production quotidienne du cartel à un plus haut de trois ans (32 millions de barils). Clairement, l organisation a décidé de privilégier les volumes plutôt que les prix. Quant à la production des pays n appartenant pas à l OPEP, qui représente désormais la moitié de l offre mondiale de brut, elle a également progressé en 2015 : 1.2 million de barils de plus par jour qu en Malgré le fait que les grands producteurs américains de pétrole de schiste aient réduit leurs investissements de capacité, leur production ne diminuera pas fortement. Ils ont largement accru leur productivité, pouvant ainsi extraire l or noir à moindre coût que précédemment. Enfin, il faudra prendre en compte le retour de l Iran et ses capacités de production additionnelles, avec la levée de l embargo. Si l excès d offre devait perdurer, le prix du brut américain (WTI) pourrait tomber temporairement à 35 dollars en C est, par exemple, ce qu implique le dernier compte-rendu de la Banque Mondiale. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 3/14

4 US Euro Area Japan UK Switz.(e) Germany France Italy Spain Nether. Belgium Austria Greece Portugal ÉCONOMIE & STRATÉGIE 17 AOÛT 2015 ZONE EURO IL FAUT PERSEVERER DANS L EFFORT La croissance des dix-neuf pays qui composent la Zone Euro a progressé de +0.3% par rapport au trimestre précédent, en-deçà de nos estimations de +0.5%. La progression annuelle du Produit Intérieur Brut (PIB) ressort tout de même à +1.2%, en accélération continue depuis un an (cf. graphique de gauche) GDP Euro Area - % QoQ GDP Euro Area - % YoY GDP - % YoY - R.H.S. Economic Sentiment Index Malgré la dépréciation de l euro qui a soutenu les exportations, l activité a été impactée par le manque de dynamique de l investissement et par la faiblesse passagère des dépenses de consommation. Les variations négatives des stocks laissent toutefois penser que les entreprises ont sous-estimé la demande. Un rebond est envisageable au troisième trimestre, en ligne avec notre scénario et avec les indicateurs avancés (cf. graphique de droite). Gross Domestic Product for the 2 nd Quarter %QoQ /14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

5 Si la dynamique conjoncturelle a légèrement ralenti entre avril et juin, c est en bonne partie à cause de la contre-performance de la France, restée à l'arrêt (cf. graphique ci-dessus). Cette déception est également visible aux Pays-Bas et en Autriche (+ 0.1%) et, dans une moindre mesure, en Italie (+0.2%). À l autre bout du spectre, la croissance allemande est restée convenable (+0.4%), tandis que l Espagne continue de renaître de ses cendres après l enfer des sacrifices effectués au cours des dernières années (+1.0%). 5 4 Inflation HCPI - % YoY Core HCPI - % YoY ECB Inflation Target Dans cet environnement, l inflation est restée stable en juillet, à 0.2% (cf. graphique ci-dessus), nettement endeçà de l objectif affiché par la Banque Centrale Européenne (BCE), qui a pourtant lancé en mars un vaste programme d achat d actifs (QE) pour tenter de retrouver à moyen terme le niveau de 2%, considéré comme idéal. Toutefois, cette image est excessivement noire car c est le secteur de l énergie qui pèse le plus sur l inflation, avec un taux négatif de -5.6%. À l inverse, l inflation sous-jacente, calculée hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, est de 1%. Elle progresse depuis plusieurs mois. Or, c est elle qui doit être considérée pour estimer la tendance de fond sur les prix. TURQUIE LES DIFFICULTÉS D UNE COALITION Début juin, la perte de la majorité absolue du parti AK présidé par Recep Erdoğan ouvrait la voie à des négociations avec les partis de l opposition afin de former une coalition gouvernementale. Les perspectives de coalition avec le CHP principale formation de l opposition se sont effondrées récemment sur fond de dissensions au sujet de la politique étrangère et de l éducation poussant les actifs et la devise locaux à des niveaux proches de ceux prévalant au lendemain de l élection (cf. graphique de droite). Les autres partis d importance le MHP et le parti pro-kurde HDP ont annoncé ne pas vouloir se joindre à une coalition emmenée par l AK. Si techniquement la date-butoir pour la formation d une coalition est le 23 août, EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 5/14

6 Erdoğan pourrait dès à présent appeler à de nouvelles élections lesquelles se tiendraient alors en novembre. Au vu de la distribution éclatée des votes entre les différentes familles politiques, un nouveau passage aux urnes ne serait pas nécessairement garant d un déblocage de l actuelle impasse politique (cf. graphe de gauche). Source: Middle East Eye Ainsi, à l équilibre instable du couple «croissance ralentie inflation élevée» dans un contexte de comptes courants déficitaires, s ajoute une couche d incertitude politique qui continuera à court terme à peser sur les actifs turcs. Le relèvement à venir des taux américains et la plus grande implication dans le conflit en Syrie se posent également comme des obstacles générateurs de volatilité. CHINE YUAN : VERS UNE GUERRE DES DEVISES? L annonce par la Banque Populaire de Chine (PBoC) de revoir à la baisse le taux de référence déterminant le cours de change du yuan face au dollar américain s est accompagnée d un vent de panique sur les marchés internationaux. Si les autorités chinoises qualifient ce mouvement d ajustement technique corrigeant l écartement accru entre ce taux de référence fixé quotidiennement selon un procédé opaque et déconnecté des mécanismes d offre et de demande et le taux de marché effectif, certains investisseurs y voient un premier pas vers une dévaluation de plus grande ampleur destinée à doper les exports chinois actuellement en berne (cf. graphe de gauche). En effet, le yuan certes relativement stable face au dollar US au cours des derniers mois s est nettement apprécié sur base des taux de change réels effectifs, bornant d autant la compétitivité des entreprises et la croissance locale (cf. graphe de droite). Les représentants de la PBoC ont pourtant mis en exergue le caractère unique et 6/14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

7 purement technique de cette décision l assimilant à une avancée vers une plus forte intégration du yuan dans l économie mondiale, prérequis nécessaire à la tant convoitée reconnaissance internationale. Le caractère inattendu et la composante fortement politique de cette décision rendent les prévisions d objectif de cours particulièrement difficiles. Certains éléments pourtant permettent de tirer des enseignements quant à la trajectoire probable du yuan face au billet vert. Selon les précédents historiques, la dépréciation du yuan demeure modeste de -1,85% suivant la modification du taux de référence à -3% ce jour ce qui rend l utilisation du terme «dévaluation» presque abusive. Les chutes du peso argentin de 2002 ou 2014 (-13% sur deux jours) donnent un ordre de grandeur relativisant le mouvement enregistré sur le yuan. Il semble donc que les investisseurs aient davantage été pris au dépourvu par le caractère inattendu plutôt que par l ampleur de ce mouvement. Si cette décision peut paraître en contradiction avec le maintien d une devise relativement stable condition nécessaire à une inclusion dans le cercle fermé des devises de référence auprès du FMI, elle va pourtant dans le sens d une plus grande détermination des cours par les forces du marché. Salué par les instances du FMI, ce mouvement ne remet donc pas en cause l internationalisation du yuan pour peu que ne s ensuivent pas d autres mesures qui iraient dans le sens d une dévaluation. La modestie de cette dépréciation n induira pas un boost significatif des exports en contraction de près de 10% sur un an ni a fortiori une accélération de la croissance chinoise. Aussi, l entrée dans une guerre des devises irait en contradiction flagrante avec la volonté des organes chinois de s affranchir de l ancien modèle de croissance à savoir l export massif de biens à faible/moyenne valeur ajoutée sur base d une devise faible pour privilégier une croissance davantage domestique. Notons aussi qu un yuan se dépréciant massivement freinerait EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 7/14

8 le développement de la consommation domestique, les biens importés devenant en parité de pouvoir d achat plus chers pour les agents locaux. Malgré le biais accommodant mis en œuvre par la PBoC via les baisses de taux directeurs et des réserves bancaires obligatoires, les conditions réelles de financement pour les ménages et plus particulièrement pour les entreprises restent restrictives (voir graphe). Les tensions désinflationnistes et même déflationnistes pour le secteur industriel maintiennent en effet élevé le coût réel du crédit. Ce biais restrictif se retrouve également au niveau de la devise, fortement valorisée sur base des termes de l échange avec les principaux partenaires commerciaux. Aussi, les fortes sorties de capitaux au cours des derniers trimestres ont poussé les autorités à davantage d interventionnisme monétaire. Cette politique de soutien a dans une certaine mesure érodé les effets positifs des mesures accommodantes sur la liquidité domestique. Ces deux éléments accroissent donc la pression exercée sur les épaules du gouvernement pour déployer davantage de mesures accommodantes, favorables à la croissance locale, en ligne avec notre scénario macroéconomique. A supposer que le yuan soit dès aujourd hui librement et exclusivement déterminé par les forces du marché, il y a fort à parier que les pressions vendeuses remporteraient la mise du fait d un différentiel de taux avec les Etats-Unis plus défavorable et d une réduction continue des comptes courants chinois (cf. graphe de gauche). De plus, dans un contexte d ouverture progressive de la balance des capitaux, on peut pointer l appétit grandissant des épargnants résidents pour les solutions d investissement internationales, bien plus attractives que les alternatives classiques chinoises. Ce phénomène renforcerait le flux vendeur de la devise chinoise. Il semble cependant peu probable que les autorités chinoises ne soutiennent pas leur devise dans le cadre de cette ouverture des capitaux et de plus grande dépendance du cours de change aux dynamiques de marché. Non seulement la crédibilité de la Chine est engagée mais aussi, 8/14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

9 l internationalisation tant voulue des actifs chinois et la reconnaissance internationale du yuan passent par une relative stabilité des changes. Toute velléité de dépréciation serait incomptable avec cette reconnaissance. A ce titre, le trésor de guerre amassé au cours des dernières années les réserves de change se chiffrent à USD milliards offre un coussin suffisant aux autorités monétaires pour compenser des flux vendeurs trop importants (cf. graphe de droite). Il est certain qu au cours des prochaines sessions, les investisseurs vont «tester» la PBoC afin de déterminer la marge de manœuvre qu elle est disposée à tolérer. La prudence s impose donc dans un premier temps dans un environnement de volatilité accrue. Après cette phase de test et au vu des éléments développés précédemment, nous estimons que ce «nouveau» régime de change ira de pair avec un yuan relativement stable. Les pressions vendeuses pourraient pousser le point d ancrage du yuan face au dollar modérément endessous des niveaux actuels tandis que le scénario d une dépréciation massive et d une guerre des devises nous semble peu probable. Quoiqu il en soit, les prochaines sessions de marché seront riches en enseignement quant aux réelles ambitions de la PBoC. Il est donc préférable de laisser jouer le temps avant d initier des positions actives sur cette devise. Au rang des conséquences économiques, les regards sont braqués sur le marché des matières premières dont le cycle partage des points communs avec celui du yuan et les secteurs de l automobile, des biens d équipement et du luxe. Ceux-ci devront faire face à la baisse du pouvoir d achat réel des agents chinois résultant d imports dorénavant plus chers. Très clairement, seront handicapées les entreprises présentant une structure de production défavorable, exportant en Chine des biens dont la structure de coût est libellée dans une devise s appréciant. Les craintes de guerre de devises qui ont touché le won coréen et le dollar taiwanais semblent s être normalisées. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 9/14

10 Certains observateurs estiment que les pressions désinflationnistes induises par des exports chinois moins coûteux pourraient affecter le timing et la trajectoire de relèvement des taux directeurs de certaines banques centrales, la Fed en tête. Selon notre vue, l impact réel sur l inflation US serait très réduit. Si d aventure les autorités monétaires américaines utilisaient cet argument, ce serait davantage dans le sens d une excuse toute trouvée pour justifier un report d un mois d une hausse des taux plutôt que pour signaler une modification fondamentale des perspectives de l économie US. Nous tablons donc toujours sur un relèvement des taux au dernier trimestre de l année sur fond de chiffres de l emploi et de la consommation privée robustes. 10/14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

11 PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP 2013 GDP 2014 GDP 2015 Economist Estimates Country Weights Contribution 2014 United States 1.9% 2.4% 2.3% 22.9% 0.55% Canada 1.8% 2.4% 1.1% 2.1% 0.05% Euro Area -0.4% 0.9% 1.5% 14.4% 0.13% United Kingdom 1.8% 2.6% 2.5% 3.8% 0.10% Switzerland 1.9% 1.9% 0.7% 0.8% 0.01% Russia 1.3% 0.5% -3.6% 2.1% 0.01% Japan 1.7% 0.2% 0.9% 5.0% 0.01% China 7.7% 7.4% 7.0% 16.5% 1.22% India 5.0% 5.4% 7.4% 3.7% 0.20% Brazil 2.2% 0.1% -1.5% 2.4% 0.00% Mexico 1.2% 2.1% 2.5% 1.7% 0.04% Others 5.2% 4.5% 4.1% 24.6% 1.10% WORLD 3.4% 3.4% 3.3% 100% 3.4% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en 2013 et Prévisions en Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne 3.5%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 11/14

12 MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price 1-Week (%) 1-Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) % -1.9% 2.5% 4.8% United States (S&P 500) 2' % -0.6% 2.9% 13.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) % -2.5% 16.1% 5.0% United Kingdom (FTSE 100) 6' % -2.2% 2.8% 1.0% Switzerland (SMI) 9' % 0.4% 7.1% 12.9% Japan (NIKKEI) 20' % 0.7% 18.6% 9.0% Emerging (MSCI) % -7.8% -7.9% -2.0% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7-10 Yr) 2.16% -0.2% 1.6% 1.6% 8.9% Euro Area (7-10 Yr) 1.61% 0.0% 1.8% 0.0% 14.0% Germany (7-10 Yr) 0.64% 0.0% 1.7% 0.2% 12.0% United Kingdom (7-10 Yr) 1.83% -0.2% 1.9% -0.2% 11.7% Switzerland (7-10 Yr) -0.18% 0.4% 2.5% 4.6% 7.2% Japan (7-10 Yr) 0.40% 0.3% 0.8% 0.0% 5.0% Emerging (5-10 Yr) 4.86% 0.1% -0.5% 2.0% 7.7% United States (IG Corp.) 3.42% -0.3% 0.7% -0.5% 7.6% Euro Area (IG Corp.) 1.13% 0.0% 1.2% -0.4% 8.1% Emerging (IG Corp.) 4.42% 0.0% -0.6% 1.3% 5.7% United States (HY Corp.) 8.29% -0.7% -2.0% 1.2% 1.6% Euro Area (HY Corp.) 4.11% 0.1% 0.2% 2.2% 5.5% Emerging (HY Corp.) 9.63% -0.6% -1.8% 5.7% -2.6% United States (Convert. Barclays) % -0.5% 1.7% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7' % -0.6% 6.8% 4.5% Real Estate World (MSCI) % 1.7% 2.4% 15.2% United States (MSCI) % 3.8% 1.9% 28.1% Euro Area (MSCI) % 4.1% 20.0% 19.1% United Kingdom (FTSE) 6' % 1.1% 6.1% 19.7% Switzerland (DBRB) 3' % 2.6% 4.1% 14.6% Japan (MSCI) % 5.7% 10.9% -6.3% Emerging (MSCI) % -5.7% -4.6% -3.4% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 565 n.a. -1.3% 2.0% 4.1% Distressed 767 n.a. -1.2% -0.1% 2.6% Event Driven 645 n.a. -1.2% 2.0% 1.6% Fixed Income 303 n.a. -0.2% 0.8% 4.4% Global Macro 906 n.a. -1.8% 2.6% 3.1% Long/Short 677 n.a. -0.5% 3.5% 5.5% Managed Futures (CTA's) 307 n.a. -5.8% -4.1% 18.4% Market Neutral 264 n.a. 1.6% -0.4% -1.2% Multi-Strategy 518 n.a. -0.4% 3.2% 6.1% Short Bias 28 n.a. -0.2% -8.9% -5.6% Commodities Commodities (CRB) % -5.9% -10.2% -11.9% Gold (Troy Ounce) 1' % -1.2% -5.7% -1.1% Oil (Brent, Barrel) % -18.0% -15.1% -49.7% Currencies USD % -1.4% 6.9% 12.8% EUR % 2.6% -8.1% -12.0% GBP % 0.2% 0.4% -5.9% CHF % -1.4% 1.9% -10.2% JPY % -0.2% -3.7% -12.1% Source : Bloomberg Momentum (1-week / 1-month / 3-month) Performance (Negative \ Positive) 12/14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

13 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 13/14

14 AVERTISSEMENT La présente brochure a été élaborée par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., 18 rue de Hesse, 1204 Genève, Suisse. Edmond de Rothschild (Europe), établie au 20 boulevard Emmanuel Servais, 2535 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg et placée sous la supervision de la Commission de Surveillance du Secteur Financier à Luxembourg, ainsi que Edmond de Rothschild (France), Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, soumise au contrôle de L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le siège social est situé 47, rue du Faubourg Saint-Honoré PARIS, se contentent de mettre à disposition de leurs clients ladite brochure dans leurs propres locaux ou dans les locaux de leurs succursales. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure reflètent le sentiment d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à ce jour. Les données chiffrées, commentaires, analyses les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure peuvent s avérer ne plus être actuels ou pertinents au moment où l investisseur prend connaissance de la brochure, notamment eu égard à la date de publication de cette dernière ou encore en raison de l évolution des marchés. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. Par ailleurs, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée en raison d un dommage subi par un investisseur et résultant du contenu ou de la mise à disposition de cette brochure. En effet, cette brochure a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux investisseurs qui la consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation. Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment, en s entourant au besoin, de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer de l adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Ces données ne peuvent être reproduites ni utilisées en tout ou partie. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz LAUSANNE Suisse T Rue de Morat FRIBOURG Suisse T /14 EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 27 JUIN 2016 CONCLUSIONS : Marchés : Brexit la voie de l incertitude La persistance de l incertitude politique devrait favoriser les comportements d aversion

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MAI 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS AVRIL 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR AUTOMOBILE FRANÇAIS PLACEMENT ATHENA AUTO MAI 2015 Pourquoi bienprévoir.fr est «positif» sur l industrie

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

UNOFI ACTIONS SECURITE

UNOFI ACTIONS SECURITE UNOFI ACTIONS SECURITE Actif de référence d un contrat d assurance sur la vie en unités de compte NOTICE D INFORMATION L Obligation Unofi Actions Sécurité est un actif représentatif d une unité de compte

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 4,14% : 1,63% Bonne performance en juillet et en septembre Nouvelle augmentation des liquidités Progression de la quote-part du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 11 AVRIL 2016 CONCLUSIONS : Marchés : le franc suisse peut-il chuter "naturellement"? La BNS a pris le relais des entreprises suisses, qui ont cessé de

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 5 octobre 2015 fff Semaine 40 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +45.42% +41.32% CAC 40 +1.56% +4.36% Variation hebdo Cours* CAC 40-0.49%

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER

Juillet-Août 2010. LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Juillet-Août 2010 LETTRE MENSUELLE numéro 8 L IMMOBILIER Les prix qui avaient baissé de 5 à 10% en 2009 ont regagné le terrain perdu depuis le début de l année. Les prix de l ancien nous semble toutefois

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 5,76% : 1,56% Exigences de la LPP dépassées de plus de 4% Bonne performance essentiellement induite par les actions Légère baisse de

Plus en détail

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE)

COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) JUIN 2015 CONVICTIONS & PERSPECTIVES COMPRENDRE NOS CONVICTIONS SUR LES PERSPECTIVES DU SECTEUR FINANCIER FRANÇAIS (BANQUE / ASSURANCE) PLACEMENT ATHENA FINANCE JUIN 2015 Nos convictions Nos convictions

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012

Perspectives et stratégie de placement 2012. Premier trimestre 2012 Perspectives et stratégie de placement 2012 Premier trimestre 2012 Macro-économie générale & marchés obligataires Les perspectives économiques mondiales se sont significativement détériorées depuis cet

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015

Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 Belfius Pension Fund Reporting Mensuel Juin 2015 130 125 120 115 110 105 95 90 Rendement depuis 31/12/2014 (% changement en EUR) MSCI Europe MSCI EMU MSCI United Kingdom ( ) MSCI World ex-europe ( ) MSCI

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive

Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 28 octobre 2012 Quand le policy-mix de la zone euro devient une arme de destruction massive Les statistiques de la semaine passée devraient avoir levé les derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières

AGF OCTOPLUS 3. Caractéristiques financières Code Isin : FR0010056556 NOTICE D'INFORMATION AGF OCTOPLUS 3 FONDS A FORMULE AVERTISSEMENT Le FCP AGF OCTOPLUS 3 est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de la formule,

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

commentaires trimestriels

commentaires trimestriels commentaires trimestriels Sécuritaire boursier L Europe s est encore retrouvée à l avant plan de la scène économique et financière durant le dernier trimestre de 2011. Les problèmes reliés à la perte de

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Risques de contagion en provenance des marchés émergents

Risques de contagion en provenance des marchés émergents DIRECTION ECONOMIC DES RESEARCH ETUDES DEPARTMENT ECONOMIQUES Risques de contagion en provenance des marchés émergents Comme le souligne le FMI, dans la dernière édition du Rapport sur la stabilité financière

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()"+ 0'*. * -/# $ + * &

-.! / * 0' / '+ 2 -# (+) 3 4/ $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - + -# 6 0 / 1 -. 3+ +*0 % ()+ 0'*. * -/# $ + * & #$ & '()* *+ #, -. &# * 0' '+ +0& + $-#, + #, 2 -# (+) 3 4 $ $- ' +3 * ' + + # 5 ++ - - '-* + -# 6 0-0&+ -. 3+ +*0 #+' + ()+ 0'*. +# LE POINT SUR LES MARCHÉS 7&8, && - +# 9 + #, : ;* '# < ** + *. * & *#

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin

Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités. Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Le 29 janvier 2014 Maïs: volatilité en baisse alors que les mouvements de prix restent très limités Marchés boursiers et devises émergentes en baisse ce matin Bourse et Économie Bourse et Commodités La

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015

LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS. CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 LA CHUTE DES COURS DU PETROLE LA VISION DES FINANCIERS CONFERENCE AFTP - AEE 4 mars 2015 Frédéric LASSERRE Président & Co-fondateur frederic.lasserre@belaco-capital.com 1 AVERTISSEMENT Belaco Capital est

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail