ÉCONOMIE & STRATÉGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCONOMIE & STRATÉGIE"

Transcription

1 BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU JUILLET CONCLUSIONS : Marchés : la crise grecque monte d un cran Zone Euro : aussi incroyable que cela puisse paraitre, la croissance s accélère! Emergents : tour d horizon des indices PMI Chine : quel impact sur la consommation? MARCHÉS LA CRISE GREQUE MONTE D UN CRAN Comme convenu, les électeurs grecs ont été appelés aux urnes ce dimanche pour se prononcer, "oui" ou "non", sur le plan de sauvetage soumis par les créanciers du pays. Si le "oui" l avait emporté, un accord aurait pu être trouvé entre les différentes parties, accord que l on aurait pu synthétiser avec les mots suivants : "aides financières contre réformes". Les marchés financiers auraient très largement apprécié cette issue. 7% % % % % % % %.% No Greek Referendum Results 8.9% Yes Il n en est rien, puisque le "non" est ressorti en tête, avec % des votants. On pourra toujours relativiser la portée de ce non par le taux d'abstention élevé, mais il est bel et bien là. La question suivante, celle que tous les investisseurs se pose, est inlassablement la même. Ce refus du peuple grec débouchera-t-il sur une sortie automatique de la Grèce de la Zone Euro, le désormais très répandu Grexit? EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK /

2 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET Comme nous l avons maintes fois stipulé, ce sont actuellement les gouverneurs de la Banque Centrale Européenne qui détiennent la plume qui permettra de rédiger la suite du scénario. Tant que la BCE continuera d accorder des liquidités aux banques helléniques, elle leur permettra d éviter une déroute systémique. Mais, la BCE devra pour cela violer ses traités officiels et ses règles de fonctionnement. Sous cet angle de vue, la tenue du referendum n a pas modifié la donne. Nous nous retrouvons aujourd hui dans la même situation qu il y a jours, où Mario Draghi a quatre options :. couper l accès des banques grecques aux prêts d urgence ELA (solution peu probable). relever le plafond de l'ela (peu probable également). augmenter les décotes sur les collatéraux (possible). ne rien faire pour le moment (solution la plus probable) Benoît Cœuré, membre du directoire de la BCE, a déclaré ce week-end, avant même la publication des résultats du referendum que "dans les circonstances actuelles, qui sont des circonstances de très grande incertitude européenne et mondiale, la BCE a été claire sur le fait que si on devait faire plus on fera plus, on trouvera les instruments nécessaires, on utilisera nos instruments pour faire plus si cela devait être nécessaire". Nous lui donnons à moitié raison. Pour mieux comprendre, il est important de préciser qu il existe deux risques de contagion au reste de la Zone Euro, en cas de Grexit. Le premier peut se faire par l intermédiaire du marché obligataire. Le stress grec provoque la flambée des taux au Portugal, en Espagne, en Irlande ou en Italie, les pays les plus endettés à l heure actuelle. Cette hausse des taux provoquerait l insolvabilité des pays périphériques, qui seraient à leur tour soumis à un plan de sauvetage européen. Bonne nouvelle : à la différence des années précédentes, ce risque de contagion n est plus qu un horrible épouvantail. Benoit Cœuré l a correctement indiqué. La BCE est aujourd hui capable, et elle le fera soyons en certains, d utiliser l'assouplissement quantitatif (QE) et le programme d opérations monétaires sur titres (OMT), pour apaiser ce type de tensions sur les marchés obligataires. En rachetant tout ou parties des obligations dont la demande serait asséchée, la BCE contrôle complètement le stress obligataire et, in fine, son risque de contagion aux pays les plus fragiles. Le second provient du précédent créé par la sortie d un membre de la Zone Euro, autrement dit la désunion de l union monétaire. Le risque, cette fois-ci, est de se demander qui sera le prochain? Le Portugal, l Espagne, etc.? Si les ménages et les entreprises de ces pays sont rationnels, ils pourraient logiquement se demander quand viendra leur tour, dès à présent ou plus tard lorsque la crise se fera plus virulente. Dans ce cas de figure, ils devraient courir aux guichets de leurs banques pour évacuer leurs capitaux avant qu il ne soit trop tard, exactement comme l ont fait les grecs ces derniers mois. Sous cette hypothèse de bank run, suivant le nombre de banques concernées, le risque peut devenir systémique, comme après la faillite de Lehman Brothers aux États-Unis en 8. La BCE a beau exprimer qu elle peut utiliser de nouveaux instruments pour éviter un tel scénario, nous en doutons fortement, puisque la seule stratégie capable d endiguer ce risque est d ordre budgétaire. Elle est / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

3 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET entre les mains des chefs d Etat et de gouvernement de la Zone Euro : l union budgétaire. Seule cette stratégie permettrait aux Etats d être garants de leur endettement les uns envers les autres, via des eurobonds. Benoit Cœuré l avoue d ailleurs à demi-mots lorsqu il explique que la Zone Euro doit reposer sur «un équilibre entre responsabilité et solidarité». Et maintenant, que faire? Le referendum grec n ayant rien changé pour les investisseurs, notre analyse nous conduit toujours au scénario principal suivant : La Grèce fera, tôt ou tard, défaut sur une partie de sa dette Malgré cela, elle restera dans la Zone Euro pour éviter un risque systémique Les marchés financiers seront chahutés mais salueront cette issue raisonnable En revanche, la probabilité que les décideurs politiques optent pour un Grexit va croissante. Pour les investisseurs les plus prudents, ceux dont la préservation du capital est le premier de tous les objectifs, il n est jamais trop tard pour protéger les portefeuilles. En attendant que l horizon soit dégagé, et que le scénario d un évènement du type Lehman Brothers soit complètement évacué, les obligations, les fonds long-short, le dollar, les actifs réels tels que l or et, surtout, le cash doivent être privilégiés. --- Nikkei Index --- EUR/USD Exchange Rate Les mécanismes de transmission du stress sont déjà à l œuvre. Les actions reculent nettement ce matin. La Bourse de Tokyo, qui donne le pouls en ce début de semaine, a ouvert en forte baisse, perdant.% à l'ouverture. Quelques heures plus tard, elle affichait même -.7%. Les Bourses européennes percevront également d'un très mauvais œil le "non" massif des Grecs. Sur les autres marchés d actifs, les réactions demeurent timides. L'euro par exemple, qui s échangeait contre.99 dollar, hier soir, en baisse de -.% par rapport à son cours de vendredi, remonte depuis quelques heures, signe que le stress n est pas à son apogée et que certaines banques centrales, comme en Suisse, sont en train de soutenir la monnaie unique à bout de bras. Du côté des matières premières, l or a également le plus grand mal à s apprécier, afin de jouer son rôle de valeur refuge. Enfin, sur le marché obligataire, les spreads de taux devraient quelque peu s écarter. D une part, la pression sera haussière pour les pays périphériques et EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK /

4 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET les entreprises les moins bien cotées. D autre part, il est probable que les investisseurs s'arrachent les placements les plus stables, comme les obligations d'etat allemandes ou les Treasuries américains. Le marché n'a pas encore intégré le "non" et ses éventuelles conséquences. La semaine risque donc d'être longue et chahutée sur les marchés, avec une grande volatilité. Au risque de conclure comme la semaine dernière, tel un leitmotiv, que tout est question d aversion au risque et d horizon-temps. Préférez-vous vous protéger à court terme ou vous exposer à long terme? ZONE EURO INCROYABLE, LA CROISSANCE S ACCÉLÈRE! Depuis quelques mois, les investisseurs évoquent la Zone Euro uniquement pour commenter les tractations politiques entre la Grèce et ses créanciers. Tout ce bruit a eu tendance à masquer les améliorations significatives de l économie. Les indicateurs avancés, notamment ceux qui mesurent conjointement la confiance des directeurs d achat et des consommateurs (cf. graphique de gauche) mais également ceux relatifs aux flux de crédit (cf. graphique de droite), sont en nette accélération. Ils sont désormais compatibles avec une progression annuelle de l activité de.% à % par an, totalement en ligne avec notre scénario économique. Gross Domestic Product (%YoY, R.H.S.) Economic Sentiment Index Gross Domestic Product (%YoY, R.H.S.) nd derivative of non-fin. credit (Yr change in Yr change) Si la dynamique de croissance s améliore, c est principalement grâce à la bonne tenue de la consommation privée. Le recul du taux de chômage, de % à %, n est pas fantastique, mais il permet aux ménages du Vieux Continent d améliorer quelque peu leur pouvoir d achat et, in fine, leurs dépenses / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

5 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET de consommation. L amélioration du marché de l emploi permet ainsi d être confiant quant à la pérennité du rebond économique (cf. graphique de gauche ci-après), inédit depuis la crise financière de 8. Jusqu à présent, il était difficile d être aussi optimiste au sujet de l investissement des entreprises. Si cette situation devait perdurer, elle aurait des conséquences fâcheuses. En effet, compte tenu du niveau élevé de l endettement public et du taux de chômage structurel, la croissance potentielle dans la Zone Euro avoisine désormais.% par an, contre % lors des décennies précédentes. Cette dynamique serait encore plus faible si les gains de productivité devaient baisser par manque d investissement. Le sousinvestissement est actuellement visible dans certains pays européens, comme l Italie. Les disparités observées ont d ailleurs un lien étroit avec la plus ou moins grande restriction du crédit bancaire Private Consumption (%YoY, R.H.S.) Employment Expectations in Retail Trade Employment (%YoY, R.H.S.) Capacity Utilization Rate (% Total) Heureusement, l espoir d une amélioration sensible du cycle d investissement devient réalité. Trois arguments peuvent être avancés : Premièrement, les taux d utilisation du travail et du capital sont en forte progression. Les capacités productives sont utilisées à hauteur de 8.% du total des équipements (cf. graphique de droite). Il faudra bientôt investir pour anticiper l accélération de la demande. Qui plus est, et ce sera le deuxième point, le vieillissement du stock de capital s est accentué. Entre 7 et, l âge moyen des machines et équipements a augmenté de six mois environ en Allemagne et en France. Il a crû davantage encore, de mois, en Italie et en Espagne. Une simple stabilisation de l âge moyen du stock de capital suffirait, à lui seul, pour justifier une hausse significative des dépenses d investissement. Troisièmement, la formation brute de capitale fixe réagit davantage aux accélérations ou aux freinages de la croissance économique qu à son niveau absolu. Passer d une croissance de % à % démultiplie la progression de l investissement. C est ce que d aucuns appellent l effet accélérateur. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK /

6 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET La dépréciation de la monnaie unique viendra également soutenir la dynamique de croissance. L euro a chuté de % contre les devises de ses principaux partenaires commerciaux, lors des douze derniers mois. Historiquement, ce phénomène permet à la balance commerciale de générer une croissance additionnelle du PIB d environ.7% (cf. graphique de gauche). Plutôt agréable comme nouvelle Les carnets de commande à l export sont d ores et déjà bien garnis et la tendance est à l accentuation de ce phénomène (cf. graphique de droite). Qu on se le dise, les entreprises européennes profitent de la faiblesse de l euro pour gagner des parts de marché. - - Trade Balance (% GDP YoY) Nominal Exchange Rate (% YoY, Inv.L.H.S.) Exports (%YoY, R.H.S.) Export Order Books Puisque le climat conjoncturel s améliore sur tous les fronts, la Banque Centrale Européenne (BCE) va-telle effectuer un tapering de son Quantitative Easing (QE)? Dit de manière compréhensible, Mario Draghi va-t-il ralentir la vitesse de rotation de sa planche à billets, actuellement utilisée pour soutenir l activité en achetant la dette des Etats? C est en tout cas la question que se posent les investisseurs obligataires. Souvenons-nous, le rendement du Bund allemand à ans a progressé de points de base entre avril et juin, pour atteindre un sommet à.7% le juin dernier. La réponse à cette question cruciale se doit d être tranchée et explicite : Non, Mario Draghi ne freinera pas sa création monétaire, pour trois raisons principales : Une politique monétaire non-conventionnelle, telle que le QE, a pour but de maintenir les taux réels durablement bas, voire négatifs (cf. graphique de gauche ci-après). Par essence, elle est efficace pour relancer l activité économique et faire grimper les anticipations d inflation uniquement si elle dure longtemps, plusieurs années. Pour le moment, ces anticipations demeurent timorées. Certes, elles rebondissent depuis quelques mois mais pointent à.%,.% et.9% selon qu il s agisse des ménages, des investisseurs ou des entreprises (cf. graphique de droite ci-après). Il n y aura pas de pression inflationniste en Zone Euro tant que le taux de chômage ne sera pas passé sous son niveau d équilibre (NAIRU). Aujourd hui, la population sans emploi est encore loin de ce taux de chômage structurel, qui s établit à.% selon l OCDE. La boucle prix-salaires (où la / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

7 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET hausse des salaires génère la hausse des prix, qui génère elle-même la hausse des salaires, etc.) ne pourra pas s enclencher. Les gouverneurs de la BCE demeurent inquiets pour l avenir. Leurs prévisions d inflation demeurent inférieures à l objectif officiel de %, pour, et même Year Real Interest Rate (%) ECB Real Target Rate (%) Prices Expectations : Industry Prices Expectations : Consumers Prices Expectations : Investors Il est donc aisé de conclure que la BCE n arrêtera pas sa création monétaire de sitôt. Tant qu elle mènera une politique monétaire non-conventionnelle, elle n augmentera pas non plus ses taux directeurs. Ces derniers devraient rester proches de zéro durant plusieurs années. En bout de chaine, les rendements obligataires européens à ans, qu ils soient souverains ou d entreprises, ne pourront donc progresser que "par sympathie" avec leurs homologues américains ou par augmentation du stress sur les marchés financiers (graphique de droite). 7 7 Corporate Yield Spread -Year Corporate Bond Yield -Year Government Bond Yield Corporate Yield Spread itraxx Generic for European Financials Subordinated Y EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 7/

8 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET Globalement, il nous est toujours difficile d entrevoir des taux allemands à ans supérieurs à.9% en fin d année et à.8% en, comme le stipule notre scénario économique. Les rendements corporates de même échéance auront, quant à eux, le plus grand mal à dépasser.7%, puis.% en (cf. graphique de gauche). Par voie de conséquence, malgré la faiblesse des coupons et leur tendance structurelle à la hausse, il demeure intéressant de détenir des obligations européennes en portefeuille. Leur pouvoir de diversification n est que faiblement entaché par leur espérance de gains négative. ÉMERGENTS TOUR D HORIZON DES INDICES PMI Les indices des directeurs d achat du secteur manufacturier publiés par HSBC donnent une image globalement encourageante pour les principales économies émergentes. Si l indice agrégé englobant l intégralité de la sphère émergente demeure sous la barre des frontière théorique entre une expansion et une contraction de l activité économique les BRIC connaissent dans l ensemble une stabilisation de leur activité manufacturière suggérant que les conditions économiques ne se dégradent pas outre-mesure. Y-axis represents the deviation from the -treshold En Chine, l indice HSBC PMI sort à 9, en légère avancée sur le mois. Si les plus optimistes y voient les signes précurseurs d une reprise de l activité domestique, seules les prochaines données macroéconomiques permettront de juger de l intensité et de la durabilité de ce regain de momentum. Quoiqu il en soit, la batterie de mesures monétaires votées et l accroissement des dépenses en infrastructure offrent une protection à la baisse du niveau d activité industrielle. Dans l actualité chinoise, 8/ EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

9 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET notons que des mesures additionnelles destinées à rééquilibrer les marchés actions ont été adoptées, comme la suspension des Initial Public Offerings planifiées ou encore la constitution d un fonds d urgence de CNY milliards (USD 9. milliards) destiné à soutenir les marchés locaux. Le Brésil et la Russie présentent des niveaux en ligne avec la faiblesse structurelle de leur appareil industriel. CHINE QUEL IMPACT SUR LA CONSOMMATION? Depuis les points hauts de la mi-juin, l indice de référence des actions domestiques chinoises les dernièrement très médiatisées A-shares a abandonné près de % de sa capitalisation boursière. Le débouclement des positions de margin trading, les prises de bénéfices suivant l exceptionnelle phase de hausse ainsi que l atteinte de seuils techniques-clefs sont les variables explicatives de cette sévère correction. Les développements autour de la crise grecque induisent aussi des comportements davantage réfractaires au risque. Cette correction brutale pose inévitablement la question des conséquences sur l économie réelle et plus particulièrement sur le patrimoine et la consommation des ménages. La structure patrimoniale des ménages chinois diffère considérablement des pratiques usuellement observées au sein des économies développées. Selon la China Household Finance Survey (CHFS), l investissement en biens immobiliers représente % du bilan des ménages et porte pour l essentiel sur des premières résidences. Les actifs monétaires que ce soit la détention de cash ou le placement en dépôts bancaires représentent % à % de leur patrimoine. Il est ainsi estimé que les dépôts des EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK 9/

10 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET ménages auprès des établissements de crédit s élèvent à 8% du PIB. Enfin, le solde restant de % à % correspond à des participations dans des entreprises cotées. Source: CHRS, SG Aussi, selon cette étude, seuls % des ménages auraient participé au rallye des actions domestiques durant ce premier trimestre. Bien qu il soit communément admis que 8% à 9% des volumes échangé sur l indice Shanghai Composite sont le fait de clients particuliers de type retail, ces derniers ne détiendraient qu environ % de sa capitalisation boursière. Ainsi, de par la représentativité modeste des marchés actions dans le patrimoine des ménages et la concentration des comptes-titres auprès d une fraction relativement limitée de la population chinoise (7%), les conséquences néfastes de la récente correction sur le bilan des ménages devraient rester contenues. Il est probable que la rapidité de la hausse des marchés actions n a pu engendrer un wealth effect ou effet de richesse important. Rappelons que ce dernier ne peut exister que si les agents économiques (ici les ménages) considèrent leurs gains en capital latents comme durables. Evoluant souvent de concert, les ventes au détail n ont cette fois pas accompagné l évolution haussière des marchés actions. De même, l achat de biens discrétionnaires n a aucunement été dopé par l accumulation de gains en capital au cours des derniers mois. Les risques de contagion de la correction boursière sur le comportement des ménages semble donc limitée. La faible «equitisation» des ménages fait en sorte que les leviers modifiant les dynamiques de consommation sont les salaires réels, l évolution des tendances industrielles et les perspectives de croissance avant d être la bonne marche des marchés actions. / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

11 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET Il est clair qu à terme le gouvernement chinois souhaite encourager le développement des marchés actions et la pénétration de ceux-ci dans le patrimoine des ménages. L appétit des investisseurs locaux devrait être au rendez-vous au vu de l attrait déclinant des classes d investissement traditionnelles comme l immobilier, les produits de taux ou les produits liés au shadow banking. Afin de garantir l exhaustivité dans l analyse de l impact de cette correction sur l économie réelle, nous aborderons la semaine prochaine les conséquences des derniers développements boursiers sur le monde de l entreprise en Chine. EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK /

12 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET PREVISIONS ECONOMIQUES Contributions à la croissance de l'activité économique mondiale Economic Activity GDP GDP GDP Economist Estimates Country Weights Contribution United States.9%.%.%.9%.% Canada.8%.%.%.%.% Euro Area -.%.9%.%.%.% United Kingdom.8%.%.%.8%.% Switzerland.9%.9%.8%.8%.% Russia.%.% -.%.%.% Japan.7%.%.%.%.% China 7.7% 7.%.9%.%.% India.%.% 7.%.7%.% Brazil.%.% -.%.%.% Mexico.%.%.%.7%.% Others.%.%.9%.%.7% WORLD.%.%.% %.% Source : Bloomberg Momentum (vs Last Estimates) Performance (Over \ Under) Remarques : Croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) en et. Prévisions en. Le poids de chaque pays est calculé à partir de son PIB en USD, sur la base des chiffres de la Banque Mondiale. La contribution à la croissance mondiale est calculée de la manière suivante : croissance du PIB de chaque pays multiplié par son poids. La somme des contributions donne.%, soit une bonne estimation de la progression du PIB mondial en. / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

13 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET MARCHES FINANCIERS Performances des principaux indices internationaux Markets Performances (local currencies) Last Price -Week (%) -Month (%) Year-to-Date (%) Last Year (%) Equities World (MSCI) -.7% -.%.%.8% United States (S&P ) '7 -.% -.%.9%.7% Euro Area (DJ EuroStoxx) -.% -.%.%.% United Kingdom (FTSE ) '7 -.% -.%.%.% Switzerland (SMI) 8'89 -.% -.7%.%.9% Japan (NIKKEI) ' -.8%.% 8.7% 9.% Emerging (MSCI) 9 -.% -.%.% -.% Bonds (Bloomberg/EFFAS) United States (7- Yr).%.8%.%.% 8.9% Euro Area (7- Yr).%.% -.% -.%.% Germany (7- Yr).78%.%.9% -.%.% United Kingdom (7- Yr).%.%.7% -.%.7% Switzerland (7- Yr).%.% -.%.% 7.% Japan (7- Yr).8% -.% -.% -.9%.% Emerging (- Yr).7%.% -.%.% 7.7% United States (IG Corp.).%.% -.% -.% 7.% Euro Area (IG Corp.).%.% -.% -.% 8.% Emerging (IG Corp.).%.% -.%.%.7% United States (HY Corp.).7% -.% -.%.%.% Euro Area (HY Corp.).% -.% -.%.7%.% Emerging (HY Corp.) 8.% -.% -.7% 8.% -.% United States (Convert. Barclays) 7 -.9% -.%.% 7.7% Euro Area (Convert. Exane) 7'8 -.% -.%.7%.% Real Estate World (MSCI) 89 -.% -.% -.9%.% United States (MSCI) 88.9% -.8% -.8% 8.% Euro Area (MSCI) 9 -.% -.% 8.% 9.% United Kingdom (FTSE) '98.%.%.% 9.7% Switzerland (DBRB) ' -.% -.%.%.% Japan (MSCI) 8 -.% -.8%.9% -.% Emerging (MSCI) -.9% -.8%.% -.% Hedge Funds (Dow Jones) Hedge Funds Industry 7 n.a..8%.%.% Distressed 77 n.a..%.%.% Event Driven n.a..8%.%.% Fixed Income n.a..%.%.% Global Macro 9 n.a..7%.%.% Long/Short 8 n.a..%.%.% Managed Futures (CTA's) n.a. -.8%.9% 8.% Market Neutral n.a..% -.9% -.% Multi-Strategy n.a..7%.7%.% Short Bias 8 n.a. -.8% -8.7% -.% Commodities Commodities (CRB) 7.%.% -.% -.9% Gold (Troy Ounce) '7 -.9% -.% -.7% -.% Oil (Brent, Barrel) 8 -.% -.%.8% -9.7% Currencies USD 9..7%.%.8%.8% EUR. -.% -.% -8.% -.% GBP. -.%.%.% -.9% CHF.9 -.% -.7%.% -.% JPY.8 -.%.% -.% -.% Source : Bloomberg Momentum (-week / -month / -month) Performance (Negative \ Positive) EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK /

14 ÉCONOMIE & STRATÉGIE JUILLET AVERTISSEMENT La présente brochure a été élaborée par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., 8 rue de Hesse, Genève, Suisse. Edmond de Rothschild (Europe), établie au boulevard Emmanuel Servais, Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg et placée sous la supervision de la Commission de Surveillance du Secteur Financier à Luxembourg, ainsi que Edmond de Rothschild (France), Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de euros, soumise au contrôle de L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le siège social est situé 7, rue du Faubourg Saint-Honoré 78 PARIS, se contentent de mettre à disposition de leurs clients ladite brochure dans leurs propres locaux ou dans les locaux de leurs succursales. Les données chiffrées, commentaires, analyses et les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure reflètent le sentiment d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., quant à l évolution des marchés compte tenu de son expertise, des analyses économiques et des informations en sa possession à ce jour. Les données chiffrées, commentaires, analyses les travaux de recherche en investissement figurant dans cette brochure peuvent s avérer ne plus être actuels ou pertinents au moment où l investisseur prend connaissance de la brochure, notamment eu égard à la date de publication de cette dernière ou encore en raison de l évolution des marchés. Chaque analyste mentionné dans le présent document certifie que les points de vue qui y sont exprimés à l endroit des entreprises et des titres qu il est amené à évaluer reflètent précisément son opinion personnelle. Sa rémunération n est pas liée directement ou indirectement à des recommandations et opinions particulières émises dans ce document. Des détails sur la méthodologie de notation de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. sont disponibles gratuitement sur simple demande. En aucun cas, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée par une décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation prise sur la base desdits commentaires et analyses. Par ailleurs, la responsabilité d Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., ou d Edmond de Rothschild (Europe) ou d Edmond de Rothschild (France) ne saurait être engagée en raison d un dommage subi par un investisseur et résultant du contenu ou de la mise à disposition de cette brochure. En effet, cette brochure a vocation uniquement à fournir des informations générales et préliminaires aux investisseurs qui la consultent et ne saurait notamment servir de base à une quelconque décision d investissement, de désinvestissement ou de conservation. Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. recommande dès lors à chaque investisseur de se procurer les différents descriptifs réglementaires de chaque produit financier avant tout investissement, pour analyser son risque et forger sa propre opinion indépendamment, en s entourant au besoin, de l avis de tous les conseils spécialisés dans ces questions afin de s assurer de l adéquation de cet investissement à sa situation financière et fiscale. Les performances et les volatilités passées ne préjugent pas des performances et des volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps. Ces données ne peuvent être reproduites ni utilisées en tout ou partie. Copyright EDMOND DE ROTHSCHILD (Suisse) S.A. Tous droits réservés. EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. Rue de Hesse 8 GENÈVE Suisse - T Avenue Agassiz LAUSANNE Suisse T Rue de Morat 7 FRIBOURG Suisse T / EDMOND DE ROTHSCHILD B. JACQUIER, F. LÉONET, L. TURK

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015

STRATEGIE INVESTISEMENT 29 JUIN 2015 STRATEGIE D INVESTISSEMENT COMMENTAIRES A PROPOS DE LA GRECE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 1/8 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/8 SYNTHÈSE Une fois

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 17 th November Interconnection BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 23 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs regardent la bourse chinoise avec des lunettes roses Chine : l économie ralentit

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE NOVEMBRE 215 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA 1/12 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 FEVRIER 15 CONCLUSIONS : Marchés : les investisseurs sont-ils en phase avec la croissance? Europe : faut-il croire au miracle? Japon : que reste-t-il dans le carquois?

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 24 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : l épineuse question d acheter ou vendre Chine : vent de panique, vente panique États-Unis : attendons la Fed, pour

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 5 OCTOBRE 15 CONCLUSIONS : États-Unis : aurons-nous droit à la révolution d octobre? Emergents : comparaison est raison ÉTATS-UNIS AURONS-NOUS DROIT A

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU ER JUIN 5 CONCLUSIONS : Suisse : un pied en récession, l autre en expansion Emergents : les revers d une devise forte SUISSE UN PIED EN RÉCESSION, L AUTRE

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 11 MAI 2015 CONCLUSIONS : Marchés : Janet Yellen dans les pas d Alan Greenspan Obligations : comment expliquer la récente hausse des taux? Emergents : la relation

Plus en détail

GENÈVE, LE 25 MARS 2015

GENÈVE, LE 25 MARS 2015 BANQUE PRIVÉE BENOIT CLIVIO DIRECTEUR, RESPONSABLE DU MARCHÉ SUISSE GENÈVE, LE 25 MARS 2015 EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. BANQUE PRIVÉE BRUNO JACQUIER CHEF ÉCONOMISTE EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE)

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT POLITIQUE DE PLACEMENT AOUT 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 1/10 EDMOND DE ROTHSCHILD (EUROPE) 2/10 SOMMAIRE Synthèse... 4 Conjoncture internationale...

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 2 JANVIER 215 CONCLUSIONS : Suisse : la BNS déterre la hache de guerre Marchés : comment en profiter? SUISSE LA BNS DETERRE LA HACHE DE GUERRE Le 15 janvier 215, la

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 14 DECEMBRE 215 CONCLUSIONS : Marchés : l heure du dénouement approche Chine : le yuan s affranchit progressivement du dollar États-Unis : l investissement

Plus en détail

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1

1.7 1.6 1.5 1.4 1.3 1.2 1.1 EUR USD JPY GBP CAD Other Gvt bonds Equities Other bonds AAA-rated AA-rated A-rated Other BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 FEVRIER 215 CONCLUSIONS : Marchés : comptes d apothicaire autour du franc

Plus en détail

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8

66 65.8 64.0 63.5 61.0 58.5 58.4 8/31/2013 = 63.2% 63.2 60.1 59.6 58.8 57.1 56.2 55.8 HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 9 SEPTEMBRE 213 CONCLUSIONS : États-Unis : les rendements du Trésor à 3%! L'euro est affaibli par les inquiétudes de Mario Draghi et par la situation géopolitique en Syrie Le franc

Plus en détail

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015

Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 Stratégie d investissement 2015 AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE MARDI 13 JANVIER 2015 PERFORMANCE DES MARCHÉS ACTIONS EN 2014 (EN EURO) PERFORMANCE DES MARCHÉS OBLIGATAIRES EN 2014 (DEVISES LOCALES) Monde 19,5%

Plus en détail

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE

HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE BANQUE PRIVÉE HEBDOMADAIRE D'ÉCONOMIE 1 JUILLET 1 CONCLUSIONS : Marchés : c'est au tour de la Réserve Fédérale de relever la complaisance excessive des investisseurs Europe : la croissance est montrée

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 4 JANVIER 2016 CONCLUSIONS : Marchés : en 2016, il sera préférable d avoir la santé Scénario macroéconomique : 2016, une transition économique à haut

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

ÉCONOMIE & STRATÉGIE

ÉCONOMIE & STRATÉGIE BANQUE PRIVÉE ÉCONOMIE & STRATÉGIE HEBDOMADAIRE DU 17 AOUT 2015 CONCLUSIONS : Marchés : au-delà de la Grèce, les matières premières inquiètent Zone Euro : il faut persévérer dans l effort Turquie : les

Plus en détail

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui!

Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! Point de vue macroéconomique Le marché immobilier a de beaux jours devant lui! par Bruno Jacquier Bonne surprise pour l économie Suisse! Alors que nous redoutions une stagnation, le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - MARS 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITE D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Perspectives d investissement 2015

Perspectives d investissement 2015 Perspectives d investissement 2015 Henri Ghosn Président Club Finance HEC Laurent Geronimi Directeur de la Gestion taux SwissLife Banque Privée Auditorium de SCOR 12 décembre 2014 Perspectives d investissement

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

MMR Monthly Market Report Octobre 2010

MMR Monthly Market Report Octobre 2010 Contexte économique mondial Le ralentissement de l économie mondiale reste modéré L économie mondiale traverse actuellement une phase de ralentissement après la forte reprise initiée par les plans gouvernementaux

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

La finale d Athènes. Cinq scénarios pour la crise grecque

La finale d Athènes. Cinq scénarios pour la crise grecque Macro Focus Economic & Strategy Research - Recherche économique et stratégique 17 Juni 2015 Les obligations grecques intègrent une défaillance La finale d Athènes Les conditions de crédit sont par conséquent

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 3 décembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 3 décembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La BCE en route vers un programme «Quantitative Easing» à l américaine? Depuis la crise

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE?

QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? QUEL AVENIR POUR LE FRANC SUISSE? GENÈVE, LE 11 AVRIL 2013 BRUNO JACQUIER BANQUE PRIVÉE PARTIE 1 LA PARITÉ DES POUVOIRS D ACHAT BANQUE PRIVÉE EDMOND DE ROTHSCHILD S.A. 2 EXPLICATION THÉORIQUE ÉQUILIBRE

Plus en détail

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE

LE COMITÉ D INVESTISSEMENT DE LA GESTION PRIVÉE DE LA GESTION PRIVÉE COMPTE RENDU DAVID DESOLNEUX DIRECTEUR DE LA GESTION SCÉNARIO ÉCONOMIQUE ACTIVITÉS La croissance économique redémarre, portée par les pays développés. Aux Etats-Unis, après une croissance

Plus en détail

Macro Network Consensus

Macro Network Consensus 3 ème trimestre 2015 NUMERO 3 Macro Network Consensus Le Macro Network Consensus consulte les économistes de la place de Genève et de Paris pour établir un consensus macroéconomique européen sur les risques

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

POLITIQUE DE PLACEMENT

POLITIQUE DE PLACEMENT BANQUE PRIVÉE - FÉVRIER 2015 POLITIQUE DE PLACEMENT MENSUEL DES INVESTISSEMENTS EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) S.A. - COMITÉ D INVESTISSEMENT EDMOND DE ROTHSCHILD (SUISSE) SA - COMITÉ D INVESTISSEMENT 2/12

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque

Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Perspectives Perspectives 2014 : le principal risque consiste à ne s exposer à aucun risque Une approche mesurée du risque s impose : la prise de risque maitrisée est la solution AUTEUR : STEFAN HOFRICHTER

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

Pictet-Absolute Return Fixed Income

Pictet-Absolute Return Fixed Income Pictet-Absolute Return Fixed Income Une bonne couverture pour un hiver volatil Frédéric Rollin Janvier 2015 Les taux des obligations souveraines européennes ont enfoncé leurs plus bas : le taux de l OAT

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

L OBSERVATEUR FINANCIER

L OBSERVATEUR FINANCIER L OBSERVATEUR FINANCIER Services économiques TD TURBULENCES SUR LES MARCHÉS ÉMERGENTS: POSSIBLE REPORT DU RELÈVEMENT DU TAUX DIRECTEUR DE LA FED Faits saillants Pour un deuxième mois consécutif, les mouvements

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement Mars 2014 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres économiques récents aux Etats-Unis indiquent

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

N 12 23 au 27 mars 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr

N 12 23 au 27 mars 2015. Document destiné principalement à des professionnels I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr Stratégie & Recherche économique N 12 23 au 27 mars 2015 I Hebdomadaire I www.societegeneralegestion.fr > L essentiel de la semaine Europe : De nouveaux signes d amélioration. Etats-Unis : Signaux divergents.

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015

Note de gestion. Note de Gestion 15 Janvier 2015. 15 janvier 2015 Note de gestion 15 janvier 2015 En début d année, il est d usage de se livrer à l exercice du bilan de l année écoulée et de tracer des perspectives pour l année qui débute. Il est intéressant de constater

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 31-12-2014 COMMENTAIRE DE 2 e SEMESTRE 2014 L année 2014 aura été marquée par des performances

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé).

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé). Alpha Conviction Instrument financier émis par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 14 janvier 2014) dont l investisseur supportera le risque de crédit. Alpha Conviction est une alternative

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2010 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Table des matières Inhaltsverzeichnis Résumé

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Document destiné aux clients professionnels Guerre des changes : fin de l acte II? Raphaël Gallardo Stratégiste - Investissement et Solutions Clients D ans un monde marqué par un

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Lettre hebdomadaire OFP

Lettre hebdomadaire OFP Lettre hebdomadaire OFP 06/11/ - 13/11/ Novembre - Semaine 388 Performances des Fonds et Grandes classes d'actifs 1 sem 1 mois 3 mois 6 mois 1 an Creation Valeur Fonds OFP et Indices de Référence OFP 150

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse.

Misez sur l indice représentatif de la bourse suisse. ING Bank (NL) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? ING Bank (NL) est un titre de dette structuré. Le produit est émis par ING Bank N.V. et vous permet de miser sur l évolution du SMI (Swiss Market Index), l

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

La Chine en pleine déroute?

La Chine en pleine déroute? Que s'est-il passé en août? Commentaires de marché Focus Marchés La déroute des marchés chinois et des matières premières s'est propagée à l'ensemble des actifs à prime de risque durant ce mois d'août.

Plus en détail

INVESTMENT NEWSLETTER

INVESTMENT NEWSLETTER Chère cliente, Cher client, L objectif de notre bulletin d information est de communiquer sur deux points qui nous sont essentiels : 1. Environnement macro-économique 2. Notre stratégie d investissement

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. Août 2015. 9xpansion. Contraction. Index. 1. Economie mondiale La dynamique vient des économies développées

1 MOIS EN 10 IMAGES. Août 2015. 9xpansion. Contraction. Index. 1. Economie mondiale La dynamique vient des économies développées 1 MOIS EN 1 IMAGES Août 1 Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 1 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

LETTRE D INVESTISSEMENT

LETTRE D INVESTISSEMENT BANQUE PRIVEE LETTRE D INVESTISSEMENT 1 ER TRIMESTRE 2015 DOCUMENT CONFIDENTIEL ET RÉSERVÉ À L USAGE DES DESTINATAIRES Monaco, le 30 mars 2015 Lénine avait raison «Par des procédés constants d'inflation,

Plus en détail