Analyse du risque et évaluation des projets d investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse du risque et évaluation des projets d investissement"

Transcription

1 8e Conférence Internationale de MOdélisation et SIMulation -MOSIM au 12 mai Hammamet Tunisie «Évaluation et optimisation des systèmes innovants de production de biens et de services» Analyse du risque et évaluation des projets d investissement F. BELAID CRS/ UMR 7218 LAVUE ESA PARIS 3-15 Quai Panhard et Levassor Paris- France A. D. DE WOLF IM/Univ-Littoral 49/79 Place du Général de Gaulle B.P Dunkerque-France B. RÉSUMÉ : L objet de cet article est une étude quantitative du risque, autour de la problématique principale de la prise de décision d investissement en amont pétrolier (exploration & production). L objectif premier est de fournir aux décideurs un outil d aide à la décision qui va leur permettre de choisir prudemment leurs stratégies d investissement et de réduire les échecs. En l état actuel des choses, le processus décisionnel au sein des compagnies s est fortement complexifié. En effet, elles sont amenées à sélectionner un ensemble de projets sur la base de critères variables et incertains, notamment la volatilité du prix, et l étendu des ressources disponibles. Par ailleurs les correctifs classiques qui sont destinés à atténuer la complexité du processus décisionnel, notamment la valeur actuelle nette (VA) et l indice de profitabilité, se révèlent insuffisants vu, d une part, une faible prise en compte de la notion du risque qui est un élément essentiel de tout investissement, et d autre part, l omission des interactions entre les différents projets. En résumé, nous allons définir une méthodologie pour la gestion de portefeuille de projets d investissement qui va non seulement tenir compte du risque, mais également de l effet de l interdépendance des projets. La méthodologie va être appliquée à un portefeuille de projets en amont pétrolier. Mots-Clés. Optimisation d un portefeuille de projets ; Evaluation de projets ; Simulation de Monte Carlo ; Gestion du risque. 1. ITRODUCTIO L exploration et le développement d un champ pétrolier font face à de nombreuses inconnues : les incertitudes liées aux rendements et aux coûts tout au long du cycle de vie du projet, aux coûts d investissement (Capex), aux coûts opératoires (Opex), au taux de production, au prix du pétrole (et du gaz), au taux de succès géologique, et au train des dépenses, notamment pour les puits sousmarins (l exploitation off-shore). Avec toutes ces incertitudes il est extraordinairement difficile de prévoir les bénéfices et les cash-flows, même pour les prospects les plus simples. Turner [1992] définit l investissement de la manière suivante : «Une tentative dans laquelle des ressources matérielles, humaines et financières sont organisées de manière novatrice, afin d'entreprendre un objectif unique de travail d une spécification donnée, en respectant les contraintes du coût et du temps, de manière à atteindre les changements bénéfiques unitaires, grâce à des objectifs quantitatifs et qualitatifs donnés.» Cette définition met en lumière les changements induits par la nature des projets, la nécessité d organiser une variété de ressources soumises à des contraintes significatives, et le rôle central des objectifs dans la définition du projet. Il suggère également de prêter une attention particulière aux incertitudes inhérentes à la nouvelle organisation en tant qu'élément central d une gestion efficace des projets. 1

2 La méthodologie suivie dans cet article est issue de la théorie de la décision et de la théorie de portefeuille. La théorie de la décision a été d'abord appliquée aux projets d exploration-production par Allais [1956] avec son étude sur la faisabilité économique de l'exploration dans le sud de Sahara Algérien. Ensuite, plusieurs tentatives ont misé à mettre en œuvre ces concepts dans le processus décisionnel en amont pétrolier, par Grayson [1960], Krumbein and Graybill [1965], Drew [1967], ces concepts ont été popularisés par Cozzolino [1977], Harris [1984,1990], Harbaugh [1984], ewendorp and Schuyler [2000], et autres. Cozzolino avait utilisé une fonction d'utilité exponentielle dans la détermination des flux financiers futurs d un projet d'exploration pétrolière pour exprimer l'équivalent certain, cet équivalent est égale à la valeur espérée moins une rémunération de risque, appelée prime de risque. Une autre contribution importante est celle faite par Walls [1995] qui intègre le concept de la théorie de l'utilité multi-attributs (Multi- Attribute Utility Theory Approach) au choix de projets d investissement pétroliers. Cette approche donne un aperçu riche sur les effets de l'intégration des objectifs des compagnies pétrolières et sur l analyse de risques dans les choix d'investissement. Walls et Dyer [1996] ont utilisé cette approche pour étudier les changements dans la propension des risques en fonction de la taille des entreprises dans l'industrie pétrolière. L histoire de l analyse quantitative du portefeuille a commencé dans les années 50, avec le travail révolutionnaire d Harry Markowitz, qui a vulgarisé l idée que l accroissement des rendements implique l accroissement du risque. Markowitz a développé la base mathématique et les conséquences de cette analyse dans sa thèse, soutenue en Dans les années 60, William Sharpe [1964] a étendu et développé les travaux de Markowitz, avec son modèle d évaluation d actifs du marché (CAPM : Capital Asset Pricing Model), tandis que Franco Modigliani et Merton Miller [1958] faisaient une autre contribution importante à la théorie d'évaluation des valeurs. Au début des années 70, Fischer Black, Myron Scholes [1972] et Robert Merton [1973] ont déterminé le principe de l évaluation rationnelle des stocks options. Depuis, plusieurs recherches on été menées dans ce domaine. David B. Hertz [1968] a discuté l application du modèle de Markowitz aux projets industriels risqués avec la manière dont il est utilisé dans le marché financier. En 1983, Ball & Savage ont proposé l application du modèle de Markowitz aux décisions stratégiques en E&P. Depuis 1990, les deux auteurs ont collaboré sur un ensemble de modèles pour répondre aux besoins de certaines compagnies. Cela, a permis d affiner la méthode, et de faciliter son application aux projets d'e&p. En outre, en 1997, l'observatoire de la terre de Lamont- Doherty de l'université de Colombie a fondé un consortium de sociétés de pétrole pour partager les connaissances en analyse des portefeuilles de projets d'e&p en se basant sur les modèles de Ball & Savage [1999], Holistic vs. Hole-istic E&P Strategies. Ce dernier article reste l un des plus populaires dans le domaine. Depuis, plusieurs travaux ont été menés dans ce sens (Michael R. Walls [2004], Erdogan et al. [2005], etc.) L'idée d'origine est qu un portefeuille peut avoir une valeur supérieure ou inférieure à la somme des projets qui le composent, et qu il n'y a pas un meilleur portefeuille, mais une famille de portefeuilles optimaux qui permettent d'atteindre un équilibre entre le risque et le rendement. Dans les années 30 et 40, le développement de la collecte et de l'analyse de données séismiques a sensiblement réduit le risque de non découverte du pétrole. La géologie et la géophysique résultantes (G&G) ont révolutionné la prospection pétrolière. L'analyse de décision a été traditionnellement appliquée à l'information dérivée de G&G pour ranger les projets puits par puits, déterminant sur une base individuelle s ils devaient être explorés et développés. Aujourd'hui, cette approche puits par puits (hole-istic) est concurrencée par l approche holistique globale (holistic) qui tient compte du portefeuille entier de projets potentiels. Cette analyse de portefeuille commence par la représentation des incertitudes locales des différents projets fournis par la science et la technologie de Géologie et la Géophysique (G&G). On tient compte alors des incertitudes globales en ajoutant deux G additionnels : la Géoéconomique et la Géopolitique. On essaye de ce fait de réduire les risques liés aux fluctuations des prix et aux événements politiques en plus des risques physiques adressés par l analyse traditionnelle de G&G. L évaluation économique de la rentabilité potentielle d un projet pétrolier est incertaine, elle dépend des résultats de plusieurs variables : les coûts totaux du projet, la probabilité de trouver un réservoir économiquement exploitable, le volume et le type (pétrole/gaz) des hydrocarbures trouvés, et les prix de vente futurs de la production. Tous ces paramètres ont un impact sur les indicateurs économiques des projets d exploration-production. Le risque économique d un projet d exploration production, est essentiellement lié à l environnement économique. otamment, l'évaluation de la rentabilité des investissements est basée essentiellement sur les 2

3 scénarios de prix du pétrole, ce qui fait que ce dernier reste le facteur déterminant des revenus. 2. MODELE PROPOSE Le modèle que nous proposons est un modèle économique intégral, ventilé en trois étapes principales : 1. Evaluation individuelle de chaque projet par l utilisation de la méthode déterministe pour l évaluation des cash-flows du projet d exploration ou production pétrolière. 2. Génération des simulations de Monte Carlo pour l évaluation des risques économiques de projets ; 3. Construction d un modèle d optimisation pour sélectionner le portefeuille optimal de projets Evaluation déterministe des projets La première étape d évaluation d un projet est de mettre en place un scénario de la situation de base et de calculer sa valeur actuelle nette (PV : et Present Value). Ceci suppose que les valeurs des paramètres d'entrée sont connues : la nature du pétrole en place ; le taux de déclin ; les prix du pétrole pour chaque année ; les coûts de chaque année ; le taux d actualisation ; la structure fiscale ; etc. Pour notre modèle, la formule utilisée est la suivante : n i VA i = (P i Prix Capex i Opex i Taxes i ) [1 + r + p + (r p)] n i=1 14 : Le nombre de projets dans le portefeuille n = Le nombre de périodes pour la durée d actualisation Prix = Prix du brut Pi : Production de projet i Capex i : Investissements du projet i Opex i : Les coûts opératoires de projet i Taxes i : Taxes payées au gouvernement hôte pour le projet i La détermination du taux d actualisation à utiliser est un élément critique du calcul économique. En effet, un taux trop élevé aura pour effet de valoriser le présent au détriment du futur et vice-versa. Les décisions fondées sur ces calculs seront donc faussées. L actualisation repose sur trois éléments essentiels : l inflation, la préférence pour la jouissance immédiate, et l aversion au risque. Les deux premiers principes sont souvent confondus dans ce que l'on nomme le "coût du temps" par opposition au troisième principe correspondant au "coût du risque". Le coût du temps reflète le fait qu'un euro de demain vaut moins qu'un euro d'aujourd'hui. Le coût du risque, quant à lui, reflète le fait qu'un euro certain vaut plus qu'un euro espéré mais incertain Evaluation probabiliste Pour analyser la sensibilité des projets aux paramètres d entrée, nous utilisons la simulation de Monte Carlo. La simulation permet aux analystes de décrire le risque et l incertitude des variables qui influencent la rentabilité du projet par des distributions de probabilité. Comme exemple de variables incertaines, on peut citer : les réserves, les coûts de forage, les prix du brut, etc. L'avantage de simuler un système sur ordinateur réside dans la possibilité de répliquer son évolution autant de fois que nécessaire dans des conditions indépendantes. Le premier objectif de l utilisation de la simulation dans l évaluation de projet en amont pétrolier est de déterminer la distribution de la VA à partir des variables qui influent sur le rendement du projet, d où sa moyenne ou la valeur actuelle espérée (voir ewendrop, 2002). Pour tout le processus on a utilisé la dernière version du logiciel Crystal Ball version 7.3 (voir John Charnes, 2007). On peut résumer le processus de la simulation de Monte Carlo effectué en trois étapes principales, comme suit : 1. Création d une distribution de probabilité pour chaque paramètre économique d entrée : comme première étape, nous devons déterminer les principaux facteurs de risque, qui sont ici en nombre de trois (production, Opex, Capex) et estimer leurs distributions de probabilités en utilisant les valeurs historiques et les jugements d experts. Dans notre exemple les distributions attribuées aux variables principales sont : log-normale pour la production, triangulaire pour Opex et Capex. Un exemple est donné dans le graphique de la figure 1 : r : Le taux d actualisation p : Le taux d inflation 3

4 En théorie, l application d une procédure prévisionnelle devrait se dérouler en trois étapes : - La collecte et l analyse des informations, qu il s agisse de données historiques ou des résultats d une enquête ; - L élaboration d un modèle orienté vers la prévision; - Le contrôle des prévisions. La réalité est tout autre, notamment en évaluation. L expérience montre, en effet, que la troisième condition n est jamais, ou presque jamais remplie. Il est rare qu un suivi d une analyse de marché pétrolier soit assuré. Figure 1: Distribution de probabilité de la production de la troisième année de projet 1. Rappelons que ces distributions sont fréquemment utilisées en industrie pétrolière, par exemple, Rodriguez et Oliveira [2005], Rose [1987]. 2. Génération d une simulation de Monte Carlo avec itérations. 3. Enregistrement des résultats de la simulation (la distribution de VA espérée EPV, la moyenne de la VA, sa variance, et enfin on récupère les données de la simulation qui vont être utilisées pour le calcul de la matrice des variances-covariances des valeurs espérées de la VA et celle des semi-covariances. Le calcul des deux matrices est fait sur Excel, à l aide de l utilitaire d analyse. Pour le prix du pétrole, vu le contexte actuel (la forte volatilité de prix du brut), il est difficile de détecter une relation de long terme qui peut décrire l évolution du prix. En conséquence, le modèle de prévision sera voué à l échec, en sachant que le portefeuille de projets dont on dispose a une durée de vie de 22 ans. Pour pallier ce problème, dans le calcul de la VA, l idéal serait d imaginer quelques scénarios de prix (deux à trois) en prenant compte tous les facteurs de la conjoncture économique actuelle, et les éventuels changements futurs (accroissement continu de la demande mondiale, épuisement éventuel des réserves, découverte de nouveaux gisements, éventuelle arrivée d une énergie nouvelle, etc.). Pour cela, on a imaginé trois scénarios de prix différents. Un prix bas à 25 $ le baril avec une probabilité d occurrence de 0,2 ; un prix moyen à 100 $ le baril avec une probabilité d occurrence de 0,4 ; un prix élevé à 200 $ le baril avec une probabilité d occurrence de 0,4. Enfin on calcule l espérance du prix. Pour cela, nous avons imaginé trois scénarios «type» de prix (bas, moyen et élevé). Les scénarios représentent un moyen de réfléchir sur les perspectives futures sans s appuyer sur des préconceptions Optimisation et sélection du portefeuille optimale Depuis Markowitz [1952], l analyse mathématique de la gestion de portefeuilles s est développée considérablement, et la variance est devenue la définition mathématique la plus populaire du risque pour la sélection de portefeuille. Les chercheurs ont développé une variété de modèles en utilisant la variance comme mesure du risque dans diverses situations, par exemple, Chow [1994], Chopra [1998], Hlouskova [2000], etc. En revanche, quand les distributions des rendements sont asymétriques, la sélection du portefeuille basée sur la variance peut être un handicap potentiel, de fait qu elle sacrifie trop de rendement prévu en éliminant les rendements extrêmes, à la fois les rendements extrêmes élevés et les rendements extrêmes faibles ; pour pallier ce problème, la semi-variance a été proposée comme une autre mesure alternative du risque. Beaucoup de modèles ont été construits sur la base de la minimisation de la semi-variance, par exemple, Markowitz [1993], Homaifar [1999], Grootveld [1999], Huang [2008], etc. Pour ces raisons, nous utilisons la semi-variance comme mesure du risque pour notre application. Le modèle avec la semi-variance comme mesure du risque s écrit de la manière suivante : 4

5 Max Z 1 = 1 λ i=1. EVA i λ i=1 J =1 X j Ω ij Sous les contraintes suivantes : i= 1, ; t = 2013, 2017 (horizon de production dans le moyen terme) 0 1 i=1. I i I max i=1. R i R min i=1. EVA i ρ min ( i=1. I i ) Exploration β. ( i=1. I i ) Total 0 i=1. I i P min t otation Comme indices, nous utilisons i et j pour indicer les différents projets et t pour les années. Où : λ = coefficient reflétant le facteur d aversion au risque de l investisseur (0 λ 1) β = la fraction des investissements attribuée aux cinq premiers projets (20 %) Pour obtenir la courbe de la frontière efficiente, on fait varier les valeurs du coefficient λ (tolérance au risque) dans l intervalle [0; 1]. Pour la résolution du modèle nous utilisons le logiciel GAMS (Brook and al, 1992). En tout nous avons eu 20 portefeuilles efficients. A lecture des résultats, on remarque que le portefeuille P 1 est le plus rentable avec un rendement de ,14 Millions $, une variance de ,55, et un investissement de 4 995,78 millions de $. Le portefeuille correspond au portefeuille sélectionné avec la méthode de l indice de profitabilité, avec une petite différence de composition, à l exemple du projet EXP 7 qui est sélectionné avec une fraction de 24 %, ce dernier n as pas été choisi auparavant, il en va de même pour le projet EXP 4, qui est sélectionné avec une fraction de 0,89 %, alors qu avant il avait été sélectionné en intégralité. La figure 2 présente la frontière efficiente résultante du modèle. = le nombre total de projets (14) E = le nombre de premier lot de projets (5) EVA i = le rendement espéré du projet i (fournit par la simulation de Monte Carlo) Ω ij : les coefficients de la matrice des semi-covariances entre les valeurs actuelles nettes espérées des projets i et j (fournis par la simulation de Monte Carlo) R i = les réserves du projet i P i = la production du projet i I i = l investissement du projet i P min t = la production minimale ciblée à l horizon t R min = le seuil de production minimal requis pour le portefeuille sélectionné I max = le capital d investissement disponible Figure 2 : Frontière efficiente résultante du modèle. 3. COCLUSIO otre modèle s articule sur les trois étapes principales suivantes : - Analyse des cash-flows de projets à l aide de calculs déterministes en utilisant les critères de la VA ; ρ min = le seuil de la valeur actuelle nette désiré du portefeuille 5

6 - Analyse des cash-flows de projets à l aide de calculs stochastiques en utilisant la simulation de Monte Carlo pour le calcul de la VA ; - Sélection du portefeuille optimal de projets en utilisant la méthode de Markowitz, en utilisant deux statistiques différentes comme mesure du risque (variance et semi-variance). La simulation de Monte Carlo que nous avons utilisé pour la simulation des VA des projets, est une méthode d'estimation générale, flexible et souvent simple à implanter. Elle permet d'estimer des paramètres inconnus qui, autrement, seraient insaisissables. Elle reste une des méthodes les plus performantes en analyse de risque projet, car c est la seule méthode qui soit capable d intégrer les diverses dimensions d un problème. En effet, elle nous permet d imaginer tous les scénarii possibles des distributions des variables de projets. La comparaison des valeurs obtenues par l approche de Monte Carlo aux valeurs déterministe nous éclaire sur la validité de la méthode Monte Carlo. En effet, les valeurs des différentes variables utilisées dans cette méthode sont «correctement» estimées. La méthode d optimisation de portefeuille qui est basée sur la méthode de Markowitz, permet aux décideurs de voir la contribution marginale de chaque projet au portefeuille, de définir ainsi les portefeuilles de projets optimaux, et le meilleur taux de participation dans chaque projet. Cette méthode, contrairement aux méthodes de sélection classiques, analyse les projets en prenant en considération les différentes facettes du risque et les différentes corrélations qui existent entre les différents projets, ce qui nous permet de cerner au mieux le risque encouru par les projets, de les quantifier, et de limiter les échecs d investissement. Elle permet de déterminer : - les allocations en capital, ainsi que la distribution de la production et des rendements pour chaque projet ; - déterminer les stratégies d investissement adéquates, qui répondent aux objectifs attendus, et respectent les contraintes budgétaires de la compagnie. Cette étude montre qu une analyse explicite des incertitudes et des corrélations dans l évaluation individuelle du risque de projets d exploration production, améliore la qualité de la prise de décision d investissement. L utilisation de la théorie du portefeuille de Markowitz qui incorpore le risque dans le processus de sélection, rend le système d analyse d investissement plus adéquat avec les attentes des décideurs. 4. BIBLIOGRAPHIE Allais, M., (1956), évaluation des Perspectives économiques de la recherche minière sur de grands espaces-application au Sahara Algérien, Revue de l Industrie Minérale, Paris, January, Al-Harthy, M. H., (2007). Stochastic oil price models: Comparison and impact, Eng. Econ. 52(3)pp Ball, B.C, Savage, S.L., (1999), Holistic vs. Hole-istic E&P Strategies, SPE Journal of Petroleum Technology, September, 74. Brook and al, (1992), GAMS user s guide release 2.25, The Scientific Press, San Francisco. Chow K., Denning K.C., (1994), On variance and lower partial moment betas: The equivalence of systematic risk measures, Journal of Business Finance and Accounting 11, pp Cozzolino, J. M., (1977), Management of Oil and Gas Exploration Risk, Cozzolino Associates, Inc., West Berlin. Drew, L.J., (1967), Grid-drilling exploration and its application to the search for petroleum, Economic Geology 62, Erdogan, M., Mudford, B., (2001), Optimization of decision tree and simulation of portfolios: a comparison, SPE SPE Hydrocarbon Economics and Evaluation Symposium, Dallas. Estrada, J., (2007), Mean-semi-variance behavior: Downside risk and capital asset pricing, Int. Rev. Econ. Financ. 16(2) Fateh Belaid, Daniel DE WOLF, (2008a), Petroleum projects selection by taking the risk into account, HEC Ecole de Gestion de l'ulg Working Paper, /01. Fateh Belaid, Daniel DE WOLF, (2009b), Stochastic evaluation of investment projects, HEC Ecole de Gestion de l'ulg Working Paper, May 09 / /02. Fichter, D.P., (2000), Application of genetic algorithms in portfolio optimization for the oil and gas industry, SPE 62970, SPE Annual Technical Conference and Exhibition, Texas. 6

7 Grayson, C. J., (1960), Decisions Under Uncertainty: Drilling Decisions By Oil and Gas Operators, Harvard Business School, Boston. Hertz, David B., (1968), Investment Policies That Pay Off, Harvard Business Review, vol. 46, o. 1 (January-February) Hightower, M. L. and A. David, (1991), Portfolio Modeling: A Technique for Sophisticated Oil and Gas Investors, SPE Paper 22016, presented at the 1991 SPE Hydrocarbon Economics and Evaluation Symposium, Dallas, TX, April Homaifar G., Graddy D.B., (1990), Variance and lower partial moment betas as alternative risk measures in cost of capital estimation: A defense of the CAPM beta, Journal of Business Finance and Accounting 17, pp Huang, X., (2008), Portfolio selection with new definition of risk, Eur. J. Oper. Res. 1(1) pp John Charnes, (2007), Financial Modeling with Crystal Ball and Excel, John Wiley & Sons, ew York. Sefair, J. A., A. L. Medaglia, (2005), Towards a model for selection and scheduling of risky projects, E. J. Bass, ed., Proceedings of the 2005 Systems and Information Engineering Design Symposium. Sira, E., (2006), Semi-variance as real project portfolio selection optimization criteria: An oil and gas industry application, Int. J. Global Energy 26(1 2) Tversky, A., D. Kahneman, (1991), Loss aversion in riskless choice: A reference dependent model, Q. J. Econ 106(4) Walls, M. R., J. S. Dyer, (1996), Risk propensity and firm performance: A study of the petroleum exploration industry, Management Sci. 42(7) Walls, M. R., (2004), Combining decision analysis and portfolio management to improve project selection in the exploration and production firm, J. Petrol. Sci. Eng. 44(1 2) Kaufman, G. M., (1963), Statistical Decision and Related Techniques in Oil and Gas Exploration, Prentice-Hall, Englewood Cliffs. Markowitz, H., (1952a), Portfolio selection, J. Financ. 7(1), pp Markowitz, H., (1959b), Portfolio Selection: Efficient Diversification of Investment, John Wiley & Sons, ew York. Markowitz, H., P. Todd, G. Xu, Y. Yamane (1993), Computation of mean-semivariance efficient sets by the critical line algorithm, Ann. Oper. Res. 45(1), pp Megill, R. E., (1977), An Introduction to Risk Analysis, PennWell Books, Tulsa. ewendorp, P.D., Schuyler, J.R., (2000), Decision Analysis for Petroleum Exploration, 2nd ed. Planning Press, Colorado. Orman, M., Duggan, T.E., (1998), Applying Modern Portfolio Theory to Upstream Investment Decision- Making, Paper SPE presented at the 1998 Annual Technical Conference and Exhibition, ew Orleans, Sept Ross, J. G., (2004), Risk and uncertainty in portfolio characterization, J. Petrol. Sci. Eng. 44(1 2)

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Analyse des risques financiers

Analyse des risques financiers Analyse des risques financiers Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA

MATHS FINANCIERES. Mireille.Bossy@sophia.inria.fr. Projet OMEGA MATHS FINANCIERES Mireille.Bossy@sophia.inria.fr Projet OMEGA Sophia Antipolis, septembre 2004 1. Introduction : la valorisation de contrats optionnels Options d achat et de vente : Call et Put Une option

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD Par : Jean Masson, Ph. D., Directeur général Avril 05 La plupart des investisseurs préfèrent les rendements élevés, mais n aiment pas prendre

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002

DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS. Semestre d hiver 2001-2002 Département d économie politique DIPLOME D'ETUDES APPROFONDIES EN ECONOMIE ET FINANCE THEORIE DES MARCHES FINANCIERS Semestre d hiver 2001-2002 Professeurs Marc Chesney et François Quittard-Pinon Séance

Plus en détail

Scénarios économiques en assurance

Scénarios économiques en assurance Motivation et plan du cours Galea & Associés ISFA - Université Lyon 1 ptherond@galea-associes.eu pierre@therond.fr 18 octobre 2013 Motivation Les nouveaux référentiels prudentiel et d'information nancière

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

Résumé des communications des Intervenants

Résumé des communications des Intervenants Enseignements de la 1ere semaine (du 01 au 07 décembre 2014) I. Titre du cours : Introduction au calcul stochastique pour la finance Intervenante : Prof. M hamed EDDAHBI Dans le calcul différentiel dit

Plus en détail

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière Gestion et Finance Gestion et Finance GIP / MFP GIP / FMC Management financier d une entreprise pétrolière et gazière 10 Jours Approfondir ses connaissances en comptabilité pétrolière et s initier à l

Plus en détail

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite

Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain. Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Séance 4 - Les rachats d engagements de retraite sur le marché américain Caitlin Long Groupe de solutions en matière de retraite Ce sont GM et Verizon qui ont ouvert le marché des rachats d engagements

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations

IFP School. www.ifp-school.com. S'ouvrir de nouveaux horizons. École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations IFP School S'ouvrir de nouveaux horizons École d'application dans les domaines de l'énergie et des motorisations www.ifp-school.com Transition énergétique demande énergétique mondiale : mieux utiliser

Plus en détail

Marie-Elaine Gaudreault Directrice principale Marketing, Assurance et rentes individuelles. Une solution de retraite optimale?

Marie-Elaine Gaudreault Directrice principale Marketing, Assurance et rentes individuelles. Une solution de retraite optimale? Marie-Elaine Gaudreault Directrice principale Marketing, Assurance et rentes individuelles Une solution de retraite optimale? Octobre 2013 1 Une solution de retraite optimale? Ou croyez-vous que les rentes

Plus en détail

PLAN DE COURS. Description du cours. Approche pédagogique. Matériel pédagogique. 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005

PLAN DE COURS. Description du cours. Approche pédagogique. Matériel pédagogique. 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005 3-203-99 Gestion de portefeuille Automne 2005 PLAN DE COURS Professeurs : Kodjovi Assoé Téléphone : 340-6615, bureau 4.222, kodjovi.assoe@hec.ca Jean-Philippe Tarte Téléphone : 340-6612, bureau 4.261,

Plus en détail

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE :

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : TERMES, SWAPS & OPTIONS LIVRE BLANC I 2 Table des Matières Introduction... 3 Les produits non optionnels... 3 La méthode des flux projetés... 3 Les options de change

Plus en détail

LES PRIX NOBEL, LA FINANCE ET L'IMMOBILIER

LES PRIX NOBEL, LA FINANCE ET L'IMMOBILIER LES PRIX NOBEL, LA FINANCE ET L'IMMOBILIER Roland GILLET Professeur à la Sorbonne (Paris 1) ainsi qu à l ULB (Solvay) et à l'emi Expert au niveau international Introduction par Louis-Marie Piron et Serge

Plus en détail

Thèmes de recherche. Projets en cours

Thèmes de recherche. Projets en cours Formation Michel Baroni Professeur, Département Finance Responsable Pédagogique des Mastères Spécialisés en Techniques Financières et Finance & Asset Management Habilitation à Diriger des Recherches, Université

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ?

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? Les recherches présentées dans cet article, qui couvrent dix pays, suggèrent que la maturité du marché de l'immobilier titrisé

Plus en détail

Overmind. Project Management Optimization

Overmind. Project Management Optimization Project Management Optimization Contenu Objectifs Expérience et compétences Project Management Optimization : Mission et Vision Grands programmes Données, Méthodologie et Résultats Process Appendix 1 Front

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS. Management of Transportation Systems

DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS. Management of Transportation Systems DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS PROGRAMME : MBA TITRE DU COURS : Management of Transportation Systems SIGLE : XXX PROFESSEUR RESPONSABLE DU PROJET DE COURS : Georges Zaccour SERVICE D'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain

Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain PORTFOLIO RESEARCH AND CONSULTING GROUP Construire des portefeuilles durables dans un environnement incertain Tirer parti de l approche Durable Portfolio Construction * Nous pensons que les investisseurs

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D

Stage Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Ingénieur en développement logiciel/modélisation 3D Schlumberger recrute un(e) stagiaire ingénieur en modélisation 3D pour la plate-forme Petrel. Vous serez intégré(e) au sein d une équipe innovante, Petrel

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

1 La formule de Black et Scholes en t discret

1 La formule de Black et Scholes en t discret Université de Provence Préparation Agrégation Epreuve de Modélisation, Option Proba. Texte : La formule de Black Scholes en Finance Étienne Pardoux 1 La formule de Black et Scholes en t discret On suppose

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie

Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Solvabilité II et rentabilité ajustée au risque des produits en assurance-vie Vladislav GRIGOROV, CRO SwissLife France Journées d études de l IA, Deauville, 21 septembre 2012 Introduction Solvency II représente

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option

Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Emma Alfonsi, Xavier Milhaud - M2R SAF Simulations de Monte Carlo en finance : Pricer d option Sous la direction de M. Pierre Alain Patard ISFA - Mars 2008 . 1 Table des matières 1 Introduction 4 2 Un

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie

Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie Optimisation de l agrégation d un portefeuille de contrat d assurance vie Pierre-Olivier Goffard 1 1 AXA France, Université de Aix-Marseille. pierreolivier.goffard@axa.fr Résumé. Une méthode d agrégation

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail

Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay.

Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay. Bienvenue chez DayByDay, Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay. Il est en deux parties : - Les idées de trading : quels sont les

Plus en détail

Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie,

Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie, 1er octobre 2013 PA / 10 ENTRETIEN Je suis optimiste quant aux futurs résultats de l exploration de l important potentiel de la Mauritanie, déclare au PA Saad Cheikh Saad Bouh, directeur général de la

Plus en détail

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Outils théoriques du modèle standard MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Le portefeuille : la notion centrale du modèle standard On ne s intéresse pas ici à la dynamique du prix d un titre mais

Plus en détail

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF

COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF COLLOQUE SUR LA RETRAITE ET LES PLACEMENTS AU QUÉBEC L INVESTISSEMENT GUIDÉ PAR LE PASSIF LE 20 NOVEMBRE 2014 Sébastien Naud, CFA, M.Sc. Conseiller principal L investissement guidé par le passif Conférenciers

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

SOLUTIONS DE PLACEMENT

SOLUTIONS DE PLACEMENT COMPRENDRE VOS BESOINS LA PIERRE ANGULAIRE D UNE GESTION PATRIMONIALE PÉRENNE RÉCONCILIER VOS OBJECTIFS ET VOTRE TOLÉRANCE AUX RISQUES Dans la vie, chaque individu possède une combinaison unique de besoins

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

HÉBERGEMENT AUBERGE SAINT-ANTOINE

HÉBERGEMENT AUBERGE SAINT-ANTOINE Séminaire d une journée S é m i n a i r e M. Charles Gilbert, CFA Président Fondateur Creating Risk Efficient Portfolios for Institutional Investors M. Pierre Chamberland, CFA Vice-président Indice de

Plus en détail

Le crédit-bail : une alternative au financement par dette?

Le crédit-bail : une alternative au financement par dette? Le crédit-bail : une alternative au financement par dette? Joseph HAKIMIAN Professeur Associé à la FGM Existe-t-il une structure optimale du capital? La littérature financière s est depuis longtemps penchée

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables

Contribution sur le thème relatif au point de vue et au rôle des actuaires vis-à-vis des nouvelles normes comptables Valorisation du risque IARD et nouvelles normes comptables Mathieu Gatumel et Guillaume Gorge Axa Group Risk Management 9 avenue de Messine 75008 Paris Tel. : +33 1 56 43 78 27 Fax : +33 1 56 43 78 70

Plus en détail

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Dimitri Kassatkine, Sofiane Maayoufi IMI Finance Mars 2006 1 INTRODUCTION 1.1 Présentation des produits obligataires Une obligation est un

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

TSX-V : SOI. TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE 31 DÉCEMBRE 2007

TSX-V : SOI. TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE 31 DÉCEMBRE 2007 TSX-V : SOI TSX Croissance : SOI RESSOURCES SIRIOS INC. ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES POUR LA PÉRIODE DE 6 MOIS TERMINÉE LE TABLE DES MATIÈRES RESSOURCES SIRIOS INC. Bilans 1. Résultats et déficit 2.

Plus en détail

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/

Conférence organisée par le Laboratoire d ingénierie financière de l Université Laval www.fsa.ulaval.ca/labiful/ MERCI À NOS PARTENAIRES : Fonds Conrad Leblanc Département de finance, assurance et immobilier Chaire RBC en innovations financières Chaire d'assurance et de services financiers L'Industrielle Alliance

Plus en détail

Efficience des marchés et finance comportementale

Efficience des marchés et finance comportementale Efficience des marchés et finance comportementale Martin Vlcek, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu 1. Introduction 2. Théorie de l efficience du marché 3. Finance comportementale

Plus en détail

HEC LAUSANNE. CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS)

HEC LAUSANNE. CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS) HEC GENÈVE HEC LAUSANNE Maîtrise universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance (MscCCF) 1. Contenu CONTROLE STRATEGIQUE Professeur Daniel Oyon (6 crédits ECTS) Ce cours a pour but de montrer l importance

Plus en détail

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved

overmind La solution précède le problème 2008 Overmind - All rights reserved La solution précède le problème Société Overmind vous propose des solutions d optimisation, d anticipation, de pilotage global capables de prendre en compte l interdépendance des variables en terme de

Plus en détail

«Valuation» et gestion du risque dans la biotech. 5 Février 2007

«Valuation» et gestion du risque dans la biotech. 5 Février 2007 «Valuation» et gestion du risque dans la biotech 5 Février 2007 Points abordés Principes de la «valuation» Concepts clés Paramètres d entrée et calcul d une rnpv Applications «Licensing» Levée de fond/

Plus en détail

Note:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :...

Note:... Q1 :... Q2 :... Q3 :... Q4 :... Bonus :... Total :... FACUL S HAUS US COMMRCIALS L'UNIVRSI LAUSANN Professeurs :. Andrei C. Bobtcheff Matière : Principes généraux de finance Session : té Informations générales: o ocumentation autorisée. o Calculatrices autorisées

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif

Matinale recherche. Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Matinale recherche Gestion des risques comme source inexploitée de performance : impact sur la gestion d actifs et la gestion actif-passif Intervenante : Adina GRIGORIU, Directrice de recherche, AAAiC,

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTÉRÊT Avril 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Risque

Plus en détail

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole

Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole Une expérience de mathématiques appliquées en Grande Ecole El Karoui Nicole Univ Paris VI / Ecole Polytechnique elkaroui@cmapx.polytechnique.fr 6 Novembre 2009 El Karoui Nicole (Labo de proba/ CMAP) Conf

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Efficacité des interactions multicanales. Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal

Efficacité des interactions multicanales. Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal Efficacité des interactions multicanales Maximiser la valeur des activités commerciales et marketing par un mix canal optimal Le ralentissement de l économie mondiale incite les économistes à maintenir

Plus en détail

Méthodologie et Processus d Investissement

Méthodologie et Processus d Investissement Méthodologie et Processus d Investissement Paris 15 janvier 2010 Table des matières AVERTISSEMENT...2 1. INTRODUCTION...3 2. LE FCP VARENNE VALEUR...3 3. LE FCP VARENNE SELECTION...3 4. LA METHODOLOGIE

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour

Plus en détail

Qu est-ce-qu un Warrant?

Qu est-ce-qu un Warrant? Qu est-ce-qu un Warrant? L epargne est investi dans une multitude d instruments financiers Comptes d epargne Titres Conditionnel= le detenteur à un droit Inconditionnel= le detenteur a une obligation Obligations

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

RAHMANI ABDEL MEMOIRE DESS MARCHE DE FINANCIERS ET GESTION DE CAPITAUX MESURE DE LA RENTABILITÉ ET DU RISQUE - CNAM - ANNEE SCOLAIRE 2002-2004

RAHMANI ABDEL MEMOIRE DESS MARCHE DE FINANCIERS ET GESTION DE CAPITAUX MESURE DE LA RENTABILITÉ ET DU RISQUE - CNAM - ANNEE SCOLAIRE 2002-2004 RAHMANI ABDEL MEMOIRE DU DESS MARCHE DE FINANCIERS ET GESTION DE CAPITAUX MESURE DE LA RENTABILITÉ ET DU RISQUE - CNAM - ANNEE SCOLAIRE 2002-2004 A. INTRODUCTION... 3 B. PREMIÈRE PARTIE : LES ACTIONS...

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES

PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES PRINCIPES ET APPROCHES DE L EVALUATION D ENTREPRISES Plan Introduction Partie 1: Rappel des principales méthodes d évaluation financière Partie 2: la méthode Discounted Cash Flow Partie 3: la méthode des

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles

CURRICULUM VITAE. Informations Personnelles CURRICULUM VITAE Informations Personnelles NOM: BOURAS PRENOM : Zine-Eddine STRUCTURE DE RATTACHEMENT: Département de Mathématiques et d Informatique Ecole Préparatoire aux Sciences et Techniques Annaba

Plus en détail