Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton"

Transcription

1 Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes de dimensionnement : les Eurocodes «béton» Arnold BALLIERE 28 novembre 2013 CETE Méditerranée d Aix-en-Provence Au 1 er Janvier 2014, les 8 CETE, le Certu, le Cetmef et le Sétra fusionnent pour donner naissance au Cerema

2 Eurocodes et exigences EN 1990 Bases de calcul des structures EN 1991 Actions sur les structures EN 1992 Calcul des structures en béton EN 1997 Calcul géotechnique EN 1998 Calcul des structures pour leur résistance aux séismes 2

3 Eurocodes et exigences NF EN 1990 «Bases de calcul des structures» Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Durée d utilisation de projet Niveau 1 Prise en compte spécifique dans l EC2 3

4 Section 4 : «Durabilité et enrobage des armatures» Conditions d environnement de la structure l environnement de l ouvrage est exprimé en terme de classes d expositions lien avec NF EN 206-1/CN (extrait du tableau) Approche par surface de parties d ouvrages : enrobages Approche par parties d ouvrages : choix des bétons 4

5 Section 4 : «Durabilité et enrobage des armatures» Détermination des enrobages Enrobage minimal vis-à-vis de la durabilité Fait directement intervenir la(les) classes d exposition de la surface considérée 5

6 Rappel : Etats-Limites de Service (ELS) - BAEL Contrainte de traction des armatures liée au «niveau» de fissuration retenue : - Peu préjudiciable - Préjudiciable - Très préjudiciable Exemple : en très préjudiciable, ss < 250 MPa à l ELS rare 6

7 Section 7 : «Etats-Limites de Service (ELS)» (EC2) Approche différente de celle du BAEL : Limitations des contraintes : - pas de lien direct entre les limites de contraintes à l ELS caractéristique et la durabilité niveaux de fissuration non repris dans l EC2 fyd=0,8x500=400 MPa à l ELS caractéristique contre 0,5x500=250 MPa à l ELS rare en fissuration très préjudiciable Maîtrise de la fissuration - prise en compte de la durabilité des structures : - à l ELS fréquent pour les ponts - à l ELS quasi-permanent pour les bâtiments 7

8 Section 7 : «Etats-Limites de Service (ELS)» (EC2) Maîtrise de la fissuration 1/ Détermination d une valeur limite Wmax de l ouverture des fissures en lien avec les classes d exposition 8

9 Section 7 : «Etats-Limites de Service (ELS)» Maîtrise de la fissuration 2/ Deux méthodes possibles pour les ponts Méthode directe (7.3.4) (calcul de l ouverture «réelle» des fissures) Méthode simplifiée (NF EN /NA 7.3.3(101)) (limitation de la contrainte des armatures et des espacements) Espacement : s < 5(c+ /2) Contrainte : ss < 1000xWmax (éléments fléchis) Exples : - XC3 Wmax=0,30 mm ss < 300 MPa à l ELS fréqt non dimensionnant, couvert par ELS caract. - XD2 Wmax=0,20 mm ss < 200 MPa à l ELS fréqt peut devenir dimensionnant 9

10 Annexe E : «Classes indicatives de résistance pour la durabilité» (Informative, mais rendue normative par l annexe nationale) Résistance minimale du béton en fonction de l environnement Peut conduire à une résistance plus élevée que celle exigée pour le dimensionnement de la structure 10

11 Bilan EC2 : Insistance accrue sur l expression de la Durabilité : Lien direct avec la NF EN 206-1/CN Formalisation dans l enrobage et la maîtrise de la fissuration Impact possible sur le dimensionnement des sections d armatures et même des coffrages Durabilité et résistance mécanique conditionnent le choix du béton Importance capitale d une bonne définition des classes d exposition lors de l élaboration du projet Plus grande responsabilité du concepteur : EC moins directifs que les règlements antérieurs ; plus de liberté dans les choix de paramètres et de méthodes 11

12 Merci de votre attention Au 1 er Janvier 2014, les 8 CETE, le Certu, le Cetmef et le Sétra fusionnent pour donner naissance au Cerema

Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes

Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes Conception et calcul des ponts en béton en application des Eurocodes François Toutlemonde IFSTTAR département Structures et Ouvrages d Art Journée technique CETE de Lyon COTITA Centre-Est «Concevoir, construire

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET... 3

SOMMAIRE 1. OBJET... 3 SOMMAIRE 1 SOMMAIRE 1. OBJET... 3 2. DOMAINE D APPLICATION... 5 3. CALCULS EN ENVIRONNEMENT AGRESSIF... 7 3.1 Généralités... 7 3.2 Vérification des dalles... 12 3.3 Vérification des poutres... 24 3.4 Calculs

Plus en détail

Les Eurocodes Présentation et objectifs des Eurocodes L Eurocode 2 : NF EN La philosophie de l enrobage suivant l Eurocode 2

Les Eurocodes Présentation et objectifs des Eurocodes L Eurocode 2 : NF EN La philosophie de l enrobage suivant l Eurocode 2 Les Eurocodes.1 - Présentation et objectifs des Eurocodes.2 - L Eurocode 2 : NF EN 1992. - La philosophie de l enrobage suivant l Eurocode 2 25 Les Eurocodes.1 - Présentation et objectifs des Eurocodes

Plus en détail

SOMMAIRE. Le cadre normatif. Les eurocodes. III L Eurocode 2 - NF EN 1992

SOMMAIRE. Le cadre normatif. Les eurocodes. III L Eurocode 2 - NF EN 1992 I Le cadre normatif 6 1.1 La normalisation 1.2 Les ouvrages 1.3 Les marchés publics 1.4 Les marchés privés 6 6 7 8 SOMMAIRE II Les eurocodes 2.1 Le rôle des Eurocodes 2.2 L historique 2.3 Les différents

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE. Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton

COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE. Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton COLLECTION T ECHNIQUE C IMBÉTON G 58 EUROPE : LA NOUVELLE DONNE Conception et réalisation des ouvrages avec les produits structuraux en béton EUROPE : LA NOUVELLE DONNE Conception et réalisation des ouvrages

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

des structures en béton

des structures en béton Chapitre2 Dimensionnement des structures en béton 2.1 Les Eurocodes 2.2 L Eurocode 2 (Eurocode béton) 2.3 Le béton armé 2.4 Les armatures pour béton armé 2.5 L enrobage des armatures 2.6 Le béton précontraint

Plus en détail

Introduction. Direction des routes Île de France (DiRIF) 28/01/15

Introduction. Direction des routes Île de France (DiRIF) 28/01/15 Introduction Présentation de l opération Contournement Est de Roissy (CER) Zoom sur CER \ Accès Est (mise en service fin 2014) Zoom sur CER \ Echangeur A1 A104 (travaux en cours) Retour d expérience études

Plus en détail

Florent IMBERTY Razel

Florent IMBERTY Razel Florent IMBERTY Razel 1 / 20 Sommaire Les types de dalles couverts par les Eurocodes Matériaux, durabilité, enrobages Les paramètres essentiels du calcul Maîtrise de la fissuration Résistance en fatigue

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

Cours de béton armé 4: Dimensionnement du béton en flexion

Cours de béton armé 4: Dimensionnement du béton en flexion Cours de béton armé 4: Dimensionnement du béton en flexion BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction 2009 Dimensionnement CAS 1 : dimensionnement complet On connaît : Les charges

Plus en détail

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation.

Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Prise en compte des Eurocodes dans le dimensionnement d ouvrages d art courant en béton armé. Comparaison avec «l ancienne» réglementation. Projet de Fin d Etude Auteur : GODARD Sandy Elève ingénieur en

Plus en détail

MARQUE NF - ÉLÉMENTS EN BÉTON POUR RÉSEAUX D'ASSAINISSEMENT SANS PRESSION

MARQUE NF - ÉLÉMENTS EN BÉTON POUR RÉSEAUX D'ASSAINISSEMENT SANS PRESSION Organisme certificateur Centre d Études et de Recherches de l Industrie du Béton CS 10010 28233 ÉPERNON CEDEX FRANCE Tél. 02 37 18 48 00 Fax 02 37 32 63 46 e-mail : qualite@cerib.com www.cerib.com mandaté

Plus en détail

Les nouvelles règles parasismiques (2/4)

Les nouvelles règles parasismiques (2/4) Les nouvelles règles parasismiques (2/4) 1 1. Une nouvelle réglementation 2. Le nouveau zonage 3. Conséquence de l introduction de l EC8 4. La classification des bâtiments t 5. Les données introduites

Plus en détail

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL

W.JALIL Amadeus Consult Alan JALIL Alan JALIL Présentation de la Méthode Pushover: Association Française du Génie Parasismique Approche Performantielle: Exigences performantielles Non Effondrement / Limitation des Dommages Développement

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION

2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION 2.1 - DURABILITE - CLASSE D EXPOSITION Désignation de la classe Description de l'environnement 1 - Aucun risque de corrosion ni d'attaque Béton non armé et sans pièces métalliques noyées : toutes expositions,

Plus en détail

STAGES EUROCODES FORMATION CONTINUE 2015. Dans un monde en mutation, l école des formations tout au long de la vie

STAGES EUROCODES FORMATION CONTINUE 2015. Dans un monde en mutation, l école des formations tout au long de la vie STAGES EUROCODES FORMATION CONTINUE 2015 Dans un monde en mutation, l école des formations tout au long de la vie CONNAISSANCE DES TECHNIQUES DE BASE Eurocode 0 et 1 : calculs aux états limites et actions

Plus en détail

Evolution du fascicule 74 du CCTG travaux et cohérence avec les eurocodes

Evolution du fascicule 74 du CCTG travaux et cohérence avec les eurocodes Evolution du fascicule 74 du CCTG travaux et cohérence avec les eurocodes Minh N Guyen, directeur des études de Sade, représentant le GCEE, pilote du groupe de travail calcul du CCTG 74 Mokhtar Daoudi,

Plus en détail

INTRODUCTION 9 LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 1. GÉNÉR ALITÉS 12. 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12

INTRODUCTION 9 LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 1. GÉNÉR ALITÉS 12. 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12 PART_PRESENTATION:Presentation_laquage_1-8 23/04/09 10:46 Page 4 4 INTRODUCTION 9 PARTIE I LE DIMENSIONNEMENT DES GARDE-CORPS 11 1. GÉNÉR ALITÉS 12 1.1. Conception d un projet d ouvrage métallique 12 1.1.1.

Plus en détail

BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS

BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS Jean-Louis Granju BÉTON ARMÉ : THÉORIE ET APPLICATIONS SELON L EUROCODE 2 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-12782-9 Table des matières Remerciements... 2 Préface... 3 Avant-propos... 5 Objectifs...

Plus en détail

Développement d une base de données sur la résistance à la traction de l interface bétonrocher

Développement d une base de données sur la résistance à la traction de l interface bétonrocher Thème : Critères de conception et de justification des fondations Développement d une base de données sur la résistance à la traction de l interface bétonrocher Madly LEROUX EDF TEGG Grégory COUBARD EDF

Plus en détail

Fiche n VI-1 "La préfabrication en usine"

Fiche n VI-1 La préfabrication en usine Fiche n VI-1 "La préfabrication en usine" 1. Objet de la présente fiche Cette fiche concerne le contrôle de la réalisation d éléments ou parties d ouvrages, préfabriqués en usine tels que : Poutres préfabriquées

Plus en détail

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques

CFMS 11 octobre 2012. Textes obligatoires L. CARPINTEIRO. votre partenaire en maîtrise des risques CFMS 11 octobre 2012 Textes obligatoires L. CARPINTEIRO SOMMAIRE Les règles de l art Quels sont les textes d application obligatoire? Résumé de la réglementation sismique Les règles de l art Quelles sont

Plus en détail

Maçonnerie de blocs rectifiés en béton de granulats légers remplis avec isolant laine de roche posés à joints minces

Maçonnerie de blocs rectifiés en béton de granulats légers remplis avec isolant laine de roche posés à joints minces CCTP TÉLÉCHARGÉ Maçonnerie de blocs rectifiés en béton de granulats légers remplis avec isolant laine de roche posés à joints minces Fabricant : Alkern Produit : Bloc Climat Localisation de votre projet

Plus en détail

LES CLASSES D EXPOSITION

LES CLASSES D EXPOSITION LES CLASSES D EXPOSITION Patrick Guiraud Novembre 2011 1 Les nouveaux textes normatifs relatifs aux ouvrages en béton prennent en compte la DURABILITE en s appuyant sur la notion de CLASSE D EXPOSITION.

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

Intégration des menuiseries dans les parois à ossature bois

Intégration des menuiseries dans les parois à ossature bois Intégration des menuiseries dans les parois à ossature bois Focus sur l étanchéité à l air Etats Généraux du Bois - Angers 19 Septembre 2013 Intégration des menuiseries dans les parois à ossature bois

Plus en détail

BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES

BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur BAC3 COURS DE CALCUL DES STRUCTURES BASES DE CALCUL DES STRUCTURES INSTITUT HEMES GRAMME Ir. Jacques Dehard Professeur

Plus en détail

des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage

des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage Chapitre4 Durabilité des bétons soumis au gel et aux sels de déverglaçage 4.1 - Mécanismes développés par le gel et les sels de déverglaçage 4.2 - Document de référence 4.3 - Principes de prévention 37

Plus en détail

Flexion des poutres en béton précontraint

Flexion des poutres en béton précontraint Flexion des poutres en béton précontraint Aspects réglementaires Présentation : comportement d une poutre précontrainte de la mise en tension jusqu à la rupture. Exemple : poutre rectiligne à plan moyen

Plus en détail

Ouvrages de bâtiment

Ouvrages de bâtiment Ouvrages de Introduction Les classes d'exposition telles que définies dans les normes NF EN 206-1, NF EN 13369, NF EN 1992-1-1 et leurs annexes nationales sont des données permettant de concevoir des vrages

Plus en détail

Le béton armé Principe et généralités

Le béton armé Principe et généralités Le béton armé Principe et généralités Le béton armé est un matériau très utilisé dans les constructions du BTP (bâtiments, routes, ouvrages d arts ). Son succès repose d une part sur ses qualités de résistance,

Plus en détail

La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg

La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg Robert Huberty Inspection du travail et des mines 1 Fire Safety Day Luxembourg 26.05.2011 Pourquoi réglementer? - L incendie est un danger «exceptionnel»,

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Intervenant Service Date Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99 Forme de la semelle : homothétique

Plus en détail

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze

Les maçonneries parasismiques en pierre. Olivier Chèze Les maçonneries parasismiques en pierre Olivier Chèze Quels sont les nouveaux référentiels? Commençons par les anciens : - Règles PS 92 : tous les bâtiment - PSMI 92 : petits bâtiments (maisons individuelles

Plus en détail

Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique. Sébastien Burlon (IFSTTAR) Le 8 octobre 2014

Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique. Sébastien Burlon (IFSTTAR) Le 8 octobre 2014 Journée technique du CFMS Les enjeux de la normalisation de la géotechnique Fonctionnement et activités de la Commission de Normalisation pour la Justification des Ouvrages Géotechniques (CNJOG) Sébastien

Plus en détail

Fiche n I-6 "Le visa des plans d'exécution"

Fiche n I-6 Le visa des plans d'exécution Fiche n I-6 "Le visa des plans d'exécution" 1. Objet de la présente fiche et rappels Cette fiche a pour objet de décrire la démarche préalable nécessaire à la délivrance du visa d un plan d exécution.

Plus en détail

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple

Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple Cours de béton armé Comportement du béton en flexion simple BAC3 - HEMES -Gramme 1 Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Conventions/notations Signes : + compression - traction Min Maj NOM 2

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal»

ANNEXE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» ANNEE 4-7 Les éléments non structuraux et leur dimensionnement Bâtiment à risque «normal» Définition des familles d éléments non structuraux du cadre bâti 1 Les éléments constitutifs du bâtiment sont

Plus en détail

Construire en zone sismique. Olivier Chèze, CTMNC

Construire en zone sismique. Olivier Chèze, CTMNC Olivier Chèze, CTMNC La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013 Plan de la présentation I. Le contexte réglementaire II. III. Pourquoi de nouvelles règles parasismiques? Un

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre du masque. ferraillage

Cliquez pour modifier le style du titre du masque. ferraillage Cliquez pour modifier le style du titre du masque Cliquez pour Contrôle modifier d exécution les styles du texte du masque Rappels de Béton Armé et principes de Deuxième niveau Troisième niveau Quatrième

Plus en détail

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier

Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier Construire des Ouvrages d'art en Béton Les contrôles en cours de chantier Philippe DROY (CETE Lyon DLL) 19-20 janvier 2011 SOMMAIRE Levée du point d arrêt avant bétonnage Réception sur site et contrôle

Plus en détail

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE

EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE La durée d utilisation du projet doit être spécifiée par le maître d ouvrage, ou la structure classée suivant une classe de structure définie par le tableau 2.1. de

Plus en détail

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil

AFGC délégation Rhône-Alpes. LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon. Les études du Génie-Civil AFGC délégation Rhône-Alpes LE PONT SCHUMAN : un 14eme Ouvrage sur la Saône à Lyon Les études du Génie-Civil AFGC Délégation Rhône Alpes 19 juin 2014 Par Franck DUBOIS BET Vinci Construction France STRUCTURES

Plus en détail

Le risque sismique : ce qui change

Le risque sismique : ce qui change Le risque sismique : ce qui change Conséquences de la publication des décrets Rencontre des professionnels de l'aménagement 19 mai 2011 Le risque sismique Direction Départementale du Territoire ၇၄ Pros

Plus en détail

Mise à Jour du Logiciel Pétra 2.0 et de la bible OA 2007

Mise à Jour du Logiciel Pétra 2.0 et de la bible OA 2007 Club Ouvrages d Art d Ile-de-France - 10 juin Mise à Jour du Logiciel Pétra 2.0 et de la bible OA 2007 (Logiciel développé par le Sétra) Généralités Logiciel développé par le Sétra. Rappels historiques

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014

Logiciels Ouvrages d Art. Retrait et auto contraintes Janvier 2014 Logiciels Ouvrages d Art Retrait et auto contraintes Janvier 2014 SOMMAIRE Calcul du retrait et du gradient thermique... Remarques :... Retrait du béton...4 Calcul du retrait à la mise en service...4 Calcul

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

L offre Bloc Béton sur mesure

L offre Bloc Béton sur mesure L offre Bloc Béton sur mesure 2013 Les blocs béton, nouvelle génération, multi conforts pour mieux vivre, le matériau du bien être. Solutions Pradier Blocs "Économique et Durable" Un Bloc toujours aussi

Plus en détail

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP.

Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré comme un modèle de CCTP. IDE A LA REDACTION D UN CCTP: Prescriptions particulières MURS PORTEURS INTERIEURS Allotissement S 26/07/2013 REAMBULE Ce document est une aide à la rédaction d un CCTP et ne doit en aucun cas être considéré

Plus en détail

dr. ir. L. Vasseur 4 th Concrete Innovation Forum Heusden-Zolder 14-02 - 2011

dr. ir. L. Vasseur 4 th Concrete Innovation Forum Heusden-Zolder 14-02 - 2011 Plats collés dr. ir. L. Vasseur 4 th Concrete Innovation Forum Heusden-Zolder 14-02 - 2011 SOMMAIRE - TYPES DE FIBRES - APPLICATIONS - EXEMPLES SOMMAIRE - TYPES DE FIBRES (GFRP CFRP AFRP) - APPLICATIONS

Plus en détail

LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON

LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON LES FAÇADES ET ÉLÉMENTS ARCHITECTURAUX EN BETON Les produits préfabriqués de façade et éléments architecturaux en béton sont généralement constitués de grands panneaux ou voiles en béton, de largeurs courantes

Plus en détail

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique

SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique SISMOB : améliorer la connaissance du comportement des ouvrages en bois en situation sismique Cet article présente les premiers résultats obtenus sur les panneaux à base de bois en termes de ductilité

Plus en détail

Les différents types de renforcement du Béton Projeté. S. Mathieu, C. Larive

Les différents types de renforcement du Béton Projeté. S. Mathieu, C. Larive Les différents types de renforcement du Béton Projeté S. Mathieu, C. Larive Pourquoi le renforcer? Car c est du béton! Avec les effets des retraits: - plastique (avant prise donc quasi immédiat) - hydraulique

Plus en détail

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux

NOTE DE CALCUL. Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) Fondations profondes par pieux forés à la tarière creuse. Note de Calcul - Pieux Keller Fondations Spéciales Siège Social 2 rue Denis Papin 67120 Duttlenheim Tél. : 03 88 59 92 00 Fax : 03 88 59 95 90 www.keller-france.com Silo ECOCEM à FOS SUR MER (13) NOTE DE CALCUL Fondations profondes

Plus en détail

Dalle en béton précontraint

Dalle en béton précontraint Dalle en béton précontraint 1 Morphologie 2 Morphologie 3 Portées et élancements Gamme de portée Élancement Nombre et type de travée 1/22 à 1/25 travée isostatique Dalles pleines 14 à 20 m 1/28 2 travées

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI. Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal»

DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI. Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal» DIMENSIONNEMENT PARASISMIQUE DES ÉLÉMENTS NON STRUCTURAUX DU CADRE BÂTI Justifications parasismiques pour le bâtiment «à risque normal» Édition 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 5 1- Domaine d application...7

Plus en détail

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8

CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 7 CHAPITRE 1 LE TREILLIS SOUDÉ GÉNÉRALITÉS TABLE DES MATIÈRES Pages 1. LE TREILLIS SOUDÉ 8 1.1. LES AVANTAGES DU TREILLIS SOUDÉ 8 1.2. CARACTÉRISTIQUES DU TREILLIS SOUDÉ 9 1.2,1. NORMALISATION 9 1.2,2.

Plus en détail

2.5 L enrobage des armatures

2.5 L enrobage des armatures 2.5 L enrobage des armatures 2.5.1 - Incidence de la qualité de l enrobage L enrobage des armatures représente la distance entre la surface du béton et l armature la plus proche (cadres, étriers, épingles,

Plus en détail

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils

Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire DVD Eurocodes Le référentiel et les outils Sommaire du cadre juridique de la construction Cadre juridique de la construction o Règles d'urbanisme Documents d'urbanisme Règles d'occupation du sol

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

DUREE D UTILISATION DE PROJET

DUREE D UTILISATION DE PROJET DUREE D UTILISATION DE PROJET Patrick GUIRAUD Novembre 2011 1 DURABILITÉ DES BÉTONS Un ouvrage doit satisfaire, avec un niveau constant, les besoins des utilisateurs au cours du temps et résister aux diverses

Plus en détail

Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité.

Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité. Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité. Goujon d ancrage Hilti HST3 PERFORMANCE DANS TOUTES CONDITIONS. Les ingénieurs et les installateurs

Plus en détail

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678

PCB 20 Plancher collaborant. Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 Plancher collaborant Fiche technique Avis technique CSTB N 3/11-678 V1/2011 caractéristiques du profil DÉTAIL GÉOMÉTRIQUE DU 22 728 104 épaisseur (mm) 0,5 0,7 poids (dan/m 2 ) 5,3 7,4 APPLICATION CONSEILLÉE

Plus en détail

En France, 7 maçonneries sur 10 sont réalisées avec des blocs béton.

En France, 7 maçonneries sur 10 sont réalisées avec des blocs béton. LES BLOCS EN BETON Les blocs, généralement de forme parallélépipédique, ont un poids et des dimensions qui permettent de réaliser des parois de géométrie simple ou complexe et qui les rendent manuportables

Plus en détail

Cours de béton armé 2: Choisir et commander un béton

Cours de béton armé 2: Choisir et commander un béton 1 Cours de béton armé 2: Choisir et commander un béton BAC3 - Gramme Dr Ir P. Boeraeve - Unité 9 Construction - 2007 Comment choisir un béton? 1. Il doit avoir une résistance suffisante pour résister aux

Plus en détail

Classes d exposition des bétons. Jean-Marie DEGAUGUE CETE Nord Picardie

Classes d exposition des bétons. Jean-Marie DEGAUGUE CETE Nord Picardie Classes d exposition des bétons Jean-Marie DEGAUGUE CETE Nord Picardie Classes d exposition des bétons Elles sont définies dans la norme NF EN 206-1 avril 2004 NF EN 206-1 / CN application nationale parution

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Critères de durabilité

Critères de durabilité Critères de durabilité Exemple du viaduc de Millau T.THIBAUX EIFFAGE TP 1.Préambule : Définition de la durabilité 2.Dispositions pour satisfaire l exigence d utilisation de 120 ans -La conception générale

Plus en détail

PROJET DE FIN D ETUDE. Comparaison BAEL/EC2 et modélisation PS92/ EC8 appliquée à un établissement hospitalier

PROJET DE FIN D ETUDE. Comparaison BAEL/EC2 et modélisation PS92/ EC8 appliquée à un établissement hospitalier PROJET DE FIN D ETUDE Comparaison BAEL/EC2 et modélisation PS92/ EC8 appliquée à un établissement hospitalier Rapport Auteur : Metz Marie- Laure, INSA STRASBOURG, Génie Civil Tuteurs ICAT : M. Waltisperger

Plus en détail

Journée technique. Hervé Ditchi CETE Ouest / DIMER / GOA 15 octobre 2013. Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest

Journée technique. Hervé Ditchi CETE Ouest / DIMER / GOA 15 octobre 2013. Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest Journée technique Hervé Ditchi CETE Ouest / DIMER / GOA 15 octobre 2013 Centre d'etudes Techniques de l'equipement de l'ouest www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr Sommaire Rappel concernant la

Plus en détail

T43. Les nouvelles solutions des bétons prêts à l emploi BÉTONS ET GÉNIE CIVIL COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON

T43. Les nouvelles solutions des bétons prêts à l emploi BÉTONS ET GÉNIE CIVIL COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON T 43 Bétons et Génie Civil - Les nouvelles solutions des bétons prêts à l'emploi COLLECTION TECHNIQUE C IMBÉTON T43 BÉTONS ET GÉNIE CIVIL Les nouvelles solutions des bétons prêts à l emploi Avant-propos

Plus en détail

Les dispositions constructives préventives

Les dispositions constructives préventives Les dispositions constructives préventives Prise en considération des contraintes Détail des dispositions constructives associées Jean-Sébastien MAIRE / IRIS CONSEIL Armand JOLY / Provence Impressions

Plus en détail

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS?

COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? COMMENT FAIRE DES ESCALIERS? Conception et mise en œuvre GUIDE TECHNIQUE 2012 Union des Métalliers C O L L E CT I O N R E C H E R C H E D É V E LO P P E M E N T M É T I E R 4 INTRODUCTION 13 PARTIE I GÉNÉR

Plus en détail

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées

Contractualiser la qualité. Performance et garantie dans les marchés publics de travaux. Olivier RUIZ DIR EST. Performance et marchés de chaussées Contractualiser la qualité Performance et garantie dans les marchés publics de travaux Olivier RUIZ DIR EST Nancy, 26 mai 2011 Sommaire : I- Approche générale II- Performances / exigences techniques dans

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR CCTP TÉLÉCHARGÉ Ici vous pouvez inscrire le Produit que vous avez sélectionné Produit choisit (*) : Epaisseur : (*) : voir les propriétés dans le corps du texte. Fabricant : Produit : JACKON Insulation

Plus en détail

LA FUMEE DE SILICE : L addition incontournable pour des bétons durables. Patrick GUIRAUD CIMbéton

LA FUMEE DE SILICE : L addition incontournable pour des bétons durables. Patrick GUIRAUD CIMbéton Patrick GUIRAUD CIMbéton EVOLUTION DU CONTEXTE NORMATIF EUROPEEN Un nouveau contexte normatif et réglementaire encadre désormais l utilisation du matériau BETON. Toutes les normes constituent un ensemble

Plus en détail

PROTECTION PARASISMIQUE

PROTECTION PARASISMIQUE POUR SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE SISMIQUE En cas de séisme, 90 % des pertes en vie humaines sont dues à l effondrement des constructions. La prévention constitue le meilleur moyen de se prémunir contre

Plus en détail

LES PERFORMANCES DU BETON ET DES ARMATURES REQUISES EN EUROPE : COMMENT OBTENIR CES PERFORMANCES TUNIS 25/11/2008

LES PERFORMANCES DU BETON ET DES ARMATURES REQUISES EN EUROPE : COMMENT OBTENIR CES PERFORMANCES TUNIS 25/11/2008 LES PERFORMANCES DU BETON ET DES ARMATURES REQUISES EN EUROPE : COMMENT OBTENIR CES PERFORMANCES TUNIS 25/11/2008 LES PERFORMANCES DU BETON ET DES ARMATURES REQUISES EN EUROPE : COMMENT OBTENIR CES PERFORMANCES

Plus en détail

Contenu de la présentation

Contenu de la présentation Implantation optimale des bâtiments industriels Calcul de la distance minimale entre bâtiments, en fonction du critère performantiel de rayonnement Jean-Philippe Vériter, Infosteel Workshops Fire Safety

Plus en détail

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle!

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! Dalles alvéolées en béton précontraint Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! 1. Généralités Les planchers en béton, appelés hourdis, sont aujourd hui devenus des

Plus en détail

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton

Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Concevoir, construire et gérer des structures durables en béton Approche performantielle et évolutions normatives Normes béton : le nouveau complément national NF EN 206-1/CN et les évolutions de la norme

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises

Sécurité incendie. Outils et guides à disposition des entreprises Sécurité incendie Outils et guides à disposition des entreprises Union des Métiers du Bois UMB FFB Etats Généraux du bois Angers 2014 R. Maufront Guide de la sécurité incendie pour les menuisiers agenceurs

Plus en détail

au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot

au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot Durabilité des ouvrages fluviaux et maritimes renforcés au moyen de matériaux composites application port de dunkerque Mardy Long, Chafika Djelal-Dantec, & Stephan Kesteloot Partenaires de projets Partenairesdu

Plus en détail

Guide pour le choix. des classes d exposition des ouvrages maritimes et fluviaux en béton. Ouvrages portuaires p.04. Ouvrages côtiers p.

Guide pour le choix. des classes d exposition des ouvrages maritimes et fluviaux en béton. Ouvrages portuaires p.04. Ouvrages côtiers p. solutions B É T O N Guide pour le choix des classes d exposition des ouvrages maritimes et fluviaux en béton Ouvrages portuaires p.04 >>> LES NOUVEAUX TEXTES NORMATIFS RELATIFS AUX OUVRAGES EN BÉTON PRENNENT

Plus en détail

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes

ÉCOLE DOCTORALE. Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT. Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université de Nantes Ecole Centrale de Nantes Université de Nantes ÉCOLE DOCTORALE MECANIQUE, THERMIQUE ET GENIE CIVIL Année 2007 N B.U. : Thèse de DOCTORAT Diplôme délivré conjointement par L'École Centrale de Nantes et l'université

Plus en détail

Optimiser l enrobage selon l'ec2 : application en France

Optimiser l enrobage selon l'ec2 : application en France Optimiser l enrobage selon l'ec2 : application en France François Toutlemonde IFSTTAR département Structures et Ouvrages d Art Journée technique CETE de Lyon COTITA Centre-Est «Concevoir, construire et

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

LA FUMEE DE SILICE : L addition incontournable pour des bétons durables. Norme NF EN Alain PICOT CONDENSIL

LA FUMEE DE SILICE : L addition incontournable pour des bétons durables. Norme NF EN Alain PICOT CONDENSIL Norme NF EN 206-1 Alain PICOT CONDENSIL STRUCTURES EN BÉTON NORMES DE DIMENSIONNEMEN T EUROCODE 0 EUROCODE 1 NORMES Produits préfabriqués structuraux en béton et NF EN 13369 NORMES D ESSAIS - Sur béton

Plus en détail

Remblayage de tranchées en matériau auto-compactant recyclé (MAC R)

Remblayage de tranchées en matériau auto-compactant recyclé (MAC R) CoTITA Méditerranée Journée du 14 novembre 2013 Nouvelles solutions économiques et performantes Remblayage de tranchées en matériau auto-compactant recyclé (MAC R) Laure HUGUES Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE

Plus en détail