Présentation de Saint-Malo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de Saint-Malo"

Transcription

1 Dossier de presse

2 Présentation de Saint-Malo Une cité fondée au XIIe siècle Saint-Malo doit son nom au moine gallois Mac Low qui, vers le VIe siècle, devint évêque d Alet, berceau antique de la ville actuelle fondée au milieu du XIIe siècle sur un îlot rocheux voisin. Dès le XIIIe siècle, les Malouins firent des prises sur les navires ennemis. En 1308, ils eurent une commune jurée, puis de 1395 à 1415, ils se donnent au Roi de France, Charles VI, qui leur accorde des franchises portuaires. A la fin du XVe siècle, Anne de Bretagne, par ses mariages successifs avec Charles VIII, puis Louis XII, annexa le Duché de Bretagne au Royaume de France. Saint-Malo indépendant Pour mieux garder les franchises portuaires, les Ducs de Bretagne ont fait bâtir le château que les Malouins assiègent en 1590 pour se déclarer ensuite en «République Indépendante» pendant 4 ans, jusqu à l abjuration du Roi Henri IV. Une ville prospère La Ville appelée jadis «Saint-Malo de l Isle» resserrée dans son enceinte étroite (16 hectares) autour de sa cathédrale, brûla partiellement au cours d un premier incendie en Dans les années suivantes, Vauban et Garangeau la transformèrent de nouveau en l agrandissant à 4 reprises jusqu à 24 hectares. Grâce à ses navigateurs et ses marchands qui arment pour les Indes, la Chine, l Afrique, les Amériques ; la prospérité de la cité est prodigieuse aux XVIIe et XVIIIe siècles. La ville des explorateurs Gouin de Beauchesne affronte le Cap Horn en 1701, Mahé de la Bourdonnais colonise les Mascareignes et reprend Madras, Maupertuis part en Laponie en 1736 mesurer la forme de la Terre. Ses corsaires, Duguay-Trouin qui s empare de Rio de Janeiro en 1711 et Surcouf lui donnent un prestige considérable. Après la fin de la «Guerre de Course» en 1815, Saint-Malo maintiendra encore ses armements pour Terre-Neuve et poursuivra l aménagement de son port. 2 2

3 L héritage de ses grands hommes La richesse des négociants ne s exprime pas mieux que dans les constructions qu ils ont laissées. Si les maisons à pans de bois à vitraux peints ressemblant à des châteaux-arrières de navires ont presque toutes disparu (La Maison des Poètes et des Ecrivains), les anciennes constructions de pierres sont encore assez nombreuses pour témoigner de ce que fut la richesse de Saint-Malo (L Hôtel d Asfeld). Saint-Malo dans le XX e siècle Les combats de 1944 dévastent le port et détruisent l Intra Muros à 80 %. Si la reconstruction lui a restitué sa silhouette légendaire, Saint-Malo, cité historique et de fastes maritimes, se dote depuis des équipements indispensables à l un des plus hauts lieux du tourisme de Bretagne et au premier port de sa côte nord. Le 26 octobre 1967, Saint-Malo intra-muros, Saint- Servan, Paramé et Rothéneuf fusionnent : c est la naissance du Grand Saint-Malo et un nouveau départ pour la ville. Le nautisme, les transat Source : site de l office du tourisme de Saint-Malo La Cité Corsaire cultive son image nautique et cela lui vaut de disposer du label de qualité «France Station Nautique «. C est donc en toute logique que Saint-Malo est le théâtre de nombreux grands événements, telle la Route du Rhum ou la Transat Québec / Saint-Malo, tous les quatre ans. 3

4 Programme du congrès Mercredi 17 avril h 00 Réunion du Collège Territorial Élection du rapporteur 10 h 30 Accueil des congressistes 12 h 00 Déjeuner 14 h 00 Ouverture officielle du 35 e Congrès par Danièle Flécher, présidente des assemblées Discours de bienvenue de René Couanau, maire de Saint-Malo et de Jérôme Billet, président de l Union Régionale CFE-CGC de Bretagne 14 h 45 Rapport d activité présenté par Carole Couvert, secrétaire générale (débat et vote) Rapport financier présenté par Jean-Frédéric Dreyfus, trésorier national (débat et vote) 16 h 30 Pause, visite des stands 17 h 30 Présentation des équipes candidates, débats puis élection par vote électronique 19 h 45 Proclamation des résultats 20 h 00 Conférence de presse de la nouvelle équipe dirigeante 20 h 30 Dîner libre Jeudi 18 avril h 45 Ouverture des portes, accueil des congressistes et émargements 09 h 00 Reprise du congrès Élection du conseil juridictionnel (7 postes) Élection de la commission de contrôle financier (8 postes) 9 h 50 Pause /visite des stands 10 h 30 Élections des Secrétaires nationaux (9 postes) 11 h 20 Élections des Délégués nationaux (16 postes) 12 h 30 Déjeuner 14 h 30 Présentation d un sondage exclusif sur l innovation 15 h 00 Trois temps forts 15h00/18h00 Ateliers : 1 - l innovation pour le bien être des salariés 2 - l innovation pour la compétitivité de l entreprise 3 - l innovation pour le syndicalisme au XXI e siècle 4 - l innovation dans les territoires ultramarins français 15h00/18h00 Plénière : «L innovation en marche» 15h15/17h30 mini conférences dans l espace exposants 18 h 00 Temps libre Vendredi 19 avril h 00 Dîner et soirée de gala 8 h 00 Ouverture des portes, accueil des congressistes 09 h 00 Restitution et synthèse des ateliers, débat avec la salle 10 h 30 Pause / annonce des gagnants au jeu 11 h 15 Table ronde : «Comment continuer à produire et consommer français?» 12 h 45 Discours de clôture du ou de la président(e) 13 h 15 Déjeuner 14 h 30 Fin du congrès 4 4

5 Donnez du sens à votre futur! C est dans cette perspective que la CFE-CGC invite les congressistes à réfléchir à l impact de l innovation, sous toutes ses formes, sur la vie des salariés. Les jeudi 17 et vendredi 18 avril verront une succession de tables rondes, de débats qui constitueront un des événements structurant de la vie de l organisation. Les ateliers (jeudi, 15 h - 18 h) Ils pourront s appuyer sur les résultats d un sondage exclusif Opinion Way-CFE-CGC et sur les réponses des internautes participant au forum installé sur le site web confédéral. L innovation pour le bien-être des salariés Quelles pratiques novatrices pour le bien-être individuel et collectif? L innovation pour la compétitivité de l entreprise Quelle innovation pour l employabilité et la compétitivité? L innovation pour le syndicalisme du XXIe siècle L image et le sens de l action syndicale L innovation dans les territoires d ultramarins français La restitution de ces travaux (vendredi, 9 h), sera le point de départ d une vaste réflexion qui enrichira les travaux de la CFE-CGC tout au long de l année. Les conférences des partenaires L espace Quai-Saint-Malo accueille de nombreux partenaires qui, à leur initiative, animeront des conférences en lien avec les thématiques du congrès. À retrouver sur les stands tout au long de ces trois journées La plénière : «L innovation en marche» (jeudi, 15 h - 18 h) La CFE-CGC donne la parole à des chefs d entreprise, des DRH qui ont su innover en matière sociale. Leurs témoignages lanceront des débats avec les congressistes. Avec, notamment : Arnaud Groff, directeur du cabinet Inovatech3V et ancien délégué national à l innovation au Centre des Jeunes Dirigeants (CDJ) Philippe Peyrard, directeur général délégué d Atol Muriel Garcia, présidente d Innov Acteurs et responsable pour le développement de l innovation participative RH du groupe La Poste Yann-Etienne Le Gall, DRH d Yves Rocher Jérôme Billet, président de l UR Bretagne et délégué syndical d Yves Rocher. Grand témoin : Pierre-Henri Caquelin, directeur associé de 2 ème maison - conseil & communication RSE et Innovation sociétale La table ronde «comment continuer à produire et consommer français?» (Vendredi, 11 h h 45) Débat en présence d experts : la CFE-CGC va s intéresser à réfuter les idées préconçues du déclin productif français. 5

6 Les assurés nés avant le 1 er juillet 1951 ne seront pas concernés par l augmentation de l âge de départ, même s ils continuent à travailler après cette date. Report progressif de l âge légal de départ de 60 à 62 ans Á compter du 1 er juillet 2011 report progressif de l âge légal de départ en retraite de 60 à 62 ans ; l âge d ouverture de droit à une retraite est fixé à 62 ans pour les assurés nés à compter du 1 er janvier Cette évolution est résumée par le tableau suivant : Âge de départ Date de départ Décalage de Âge de départ Date de départ Date de naissance avant la réforme avant la réforme l âge de départ après la réforme après la réforme 1 er juillet ans 1 er juillet mois 60 ans et 4 mois 1 er novembre er janvier ans 1 er janvier mois 60 ans et 8 mois 1 er septembre er janvier ans 1 er janvier an 61 ans 1 er janvier er janvier ans 1 er janvier an et 4 mois 61 ans et 4 mois 1 er mai er janvier ans 1 er janvier an et 8 mois 61 ans et 8 mois 1 er septembre er janvier ans 1 er janvier ans 62 ans 1 er janvier 2018 Générations suivantes 60 ans 2 ans 62 ans Les assurés nés après le 1 er juillet 1951 pourront ainsi prendre leur retraite à compter de l âge de 60 ans et 4 mois. Ceux qui sont nés en 1952, dont le départ à la retraite pouvait avoir lieu dans 2 ans, verront leur âge porté à 60 ans et 8 mois. L augmentation se poursuivra au même rythme jusqu à 62 ans. Le départ à 60 ans devrait être maintenu pour les carrières longues avec un début d activité avant 18 ans ou moins. Report progressif de l âge de départ à taux plein de 65 à 67 ans Les assurés qui ne réunissaient pas le nombre de trimestres suffisant pour le taux plein et qui prenaient leur retraite, avant la réforme, à 65 ans sans abattement, devront désormais pour bénéficier du taux plein partir à : Les principales dispositions adoptées dans le projet de loi par les députés - 65 ans et 4 mois pour ceux nés après le 1 er juillet 1951, - 65 ans et 8 mois pour ceux nés en 1952, - et ensuite 4 mois supplémentaires pour les assurés nés entre 1953 à 1956, - 67 ans pour ceux nés à compter de 1956 et après. Prise en compte des années d études et de stages Possibilité d obtenir le remboursement des rachats d années d études sous certaines conditions pour les assurés qui en feraient la demande (revendication CFE-CGC) ; Réflexion en cours sur la prise en compte des périodes de stage pour les droits à retraite (revendication CFE-CGC). Mesures relatives à la pénibilité Prise en compte de la pénibilité en l étendant à tous les emplois susceptibles de laisser des traces durables identifiables et irréversibles sur la santé du travailleur ; Abaissement de la condition d âge pour un départs en retraite à taux plein pour pénibilité visant les assurés qui justifient d une incapacité permanente au moins égale à un taux fixé par décret (cela devrait être 10 %) et sous certaines conditions ; Instauration d une pénalité financière pour les entreprises d au moins 50 salariés, qui ne sont pas couvertes par un accord ou un plan d action relatif à la prévention de la pénibilité. Les mesures d égalité salariale Pénalité à la charge des employeurs pour les entreprises d au moins 50 salariés, lorsque ces dernières ne sont pas couvertes par un accord Confédération Française de l Encadrement-CGC - 59 rue du Rocher Paris - Téléphone : Septembre 2010 Les retraités sont de plus en plus nombreux. Il est important d agir aujourd hui, pour leur assurer une retraite décente demain. Élargissons les sources de financement! Toutes les propositions sur TOUS ACTIFS POUR NOS RETRAITES Retraites, Protection sociale Une protection sociale solidaire Nos adhérents salariés et retraités, sont tous attachés à notre système de protection sociale, si précieux dans l accompagnement des familles et des personnes face aux aléas de la vie. Le secteur protection sociale porte les valeurs de ce modèle avec détermination car les défis sont majeurs dans un contexte de crise, d augmentation de l espérance de vie, et de contrainte budgétaire. Ce modèle s est révélé comme un amortisseur de crise efficace! Cependant, le poids de la démographie et de la dette nous contraint à rechercher des solutions pour dépenser mieux, combler les déficits sociaux, et préserver les équilibres des prélèvements et des prestations entre les générations. La CFE-CGC s engage à défendre l égalité de traitement entre les générations. Un modèle solidaire doit protéger les plus âgés, les malades, les chômeurs mais il doit aussi dessiner un avenir ambitieux pour les plus jeunes. Notre volonté est de tout mettre en œuvre pour actionner les leviers nécessaires au maintien du pacte intergénérationnel et du «bien vivre ensemble». C est cette ligne de conduite exigeante qui a guidé le secteur protection sociale dans ses négociations et actions. Retraite de base La volonté de la CFE-CGC est de préserver le niveau des pensions, et de circonscrire le départ en retraite à un âge acceptable : la Grande réforme des retraites Avril 2010 : la réforme des retraites entre dans le vif du sujet. Septembre 2010 : le projet de loi présenté par le gouvernement doit être débattu devant le Parlement. La CFE-CGC se joint à l immense mouvement de réaction contre la réforme de notre système de retraite, non pas pour stopper toute évolution, mais pour dénoncer un financement insuffisant et une baisse des pensions. Elle participe aux six manifestations nationales, lance une campagne d affichage pour faire connaître ses positions et édite des outils pédagogiques (rédaction de documents d analyse, de positionnement, de fiches de présentation aux structures et aux instances ). 16 Nous défendons un niveau de retraite proportionné aux salaires d activité. Le maintien de notre pacte social exige un juste équilibre entre la contribution de chacun et la construction de droits pour soi. Nous sommes favorables à une retraite «contributive» et nous résistons fermement aux tendances vers des «redistributions abusives» car notre préférence n est pas celle de l alignement par le bas, mais celle de la responsabilité, du mérite et de l ascenseur social. Tous actifs pour les retraites! Le syndicat au service des cadres, ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise et forces de vente Une retraite oui, mais dans quelles conditions? Rapport d activité Durant ces trois dernières années, la CFE-CGC a été amenée à faire feu de tout bois : crise économique, changements politiques, révisions sociales la mobilisation a été permanente. Chaque secteur d activité a connu une intense activité, synthétisée dans le rapport d activité présenté au congrès. Retraites, Protection sociale La grande réforme des retraites fait réagir fortement la CFE-CGC contre la menace d un niveau de pension déconnecté des salaires. Elle ne cesse de rappeler l impératif d une retraite contributive. La retraite complémentaire fait également l objet d une remise en cause compte tenu de l accord bancal de 2011 ne permettant pas d assurer la pérennité du système. La CFE-CGC va jusqu à lancer contre celui-ci un recours contentieux. Dans les négociations qui ont suivi, la CFE-CGC demande un «effort partagé» pour préserver le principe de répartition. La CFE-CGC s oppose aux tentatives de remises en cause de la prévoyance spécifique à l encadrement. Les systèmes de santé se complexifient : la CFE-CGC multiplie les formations. Le financement de la dépendance est toujours en débat : la Confédération demande la mise en place d une cinquième branche de Sécurité sociale. Depuis des années sur le feu, la CFE-CGC maintient sa proposition de Cotisation sociale sur la consommation pour financer la protection sociale. En matière de politique familiale, ciblée au détriment des catégories moyennes, la CFE-CGC refuse la suppression du quotient familial et la mise sous condition de ressources ou la fiscalisation des allocations familiales. Conditions de travail, Handicap, Santé au travail Conditions de travail - Handicap - Santé au travail 20 Donner aux adhérents les outils nécessaires au bien-être au travail La médecine du travail Le 1 er juillet 2012, les règles instaurées par la «Loi du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail», les décrets de janvier 2012 et la circulaire de novembre 2011, entrent en application pour les services de santé au travail. Cette loi porte plus particulièrement sur la modification et le transfert des missions du médecin du travail qui doit avant tout concentrer son action sur les conditions de travail. La gouvernance est désormais paritaire, mais avec prédominance de la voix patronale. La CFE-CGC, grâce à un intense lobbying, a permis de sauvegarder des points importants dans la loi et dans les décrets. Des sessions de formation ont été proposées aux représentants CFE-CGC et un support documentaire réalisé. Stress, risques psychosociaux Négociation «Violence et harcèlement moral» (2010) : la CFE-CGC signe l accord. En 2011, elle suit sa mise en œuvre, au niveau européen. La CFE-CGC a lutté afin que cet accord ne soit pas la mise en procès de l encadrement (comme certaines organisations le proposaient) et qu il soit fait référence à la nécessaire étude de l organisation du travail. La CFE-CGC est auditionnée à l Assemblée nationale sur la question des risques psychosociaux (2010) et contribue aux travaux sur la pénibilité pour le ministère du Travail. Rédaction de la position CFE-CGC sur les décrets relatifs à la pénibilité et définition des positions CFE-CGC lors de la sous-commission extraordinaire de la Commission nationale de la négociation collective (mai 2011). La pénibilité au travail Baromètre stress Cinq baromètres stress ont été publiés par la CFE-CGC entre mai 2010 et aujourd hui. Face à l évolution du monde du travail, de nouveaux critères ont été pris en compte : qualité de vie au travail, influence des TIC (réseaux sociaux, smartphones..), langue étrangère Ils montrent la progression du problème et la multiplication des facteurs susceptibles de provoquer des situations de stress. Réimpression et actualisation des BD stress R n La CFE-CGC est partie prenante du groupe de travail pour la refondation des missions de l ANACT et de l ARACT. La CFE-CGC, grâce à un intense lobbying a permis de sauver l essentiel dans la réforme de la médecine du travail : sa gouvernance est paritaire. Le rôle d expertise de la CFE-CGC en matière de stress professionnel est reconnu : elle signe l accord national sur la violence et le harcèlement moral de Elle est auditionnée sur ces questions à l Assemblée nationale et au ministère du Travail. Cinq baromètres stress ont été publiés en trois ans. Le succès de sa BD sur le stress oblige à un retirage. La qualité de vie au travail est un nouveau cheval de bataille : la CFE-CGC signe la Charte d engagement en faveur du bien-être au travail et du droit universel à la santé de l Observatoire social international. Elle fait de la langue véhiculaire au travail un sujet de revendication. Un guide du CHSCT et une BD permettent aux militants d être mieux armés pour négocier la santé au travail. Des formations spécifiques sont mises en place. 7

7 LA CFE-CGC, C EST QUI? LA CFE-CGC M APPORTERA QUOI? Depuis plus de 60 ans, La Confédération Française de conseils, du soutien, de la protection avec ses l Encadrement Confédération Générale des Cadres, est experts juridiques conseillers prud homaux, conseillers du salarié, avocats... le 1 er syndicat au service de l encadrement et des cadres. C est un réseau de personnes réparties partout en France. Les valeurs que nous défendons sont l humanisme, facilitera vos démarches au sein des institutions et organismes de Sécurité sociale, retraite, retraite la responsabilité, la libre entreprise, le professionnalisme, l éthique et la hiérarchie. Notre vocation est de représenter complémentaire, mutuelles, organismes de formation, et défendre l encadrement et de concilier les intérêts du famille, Action Logement, administrations personnel d encadrement et des entreprises. formation La CFE-CGC a créé, entre autres, les retraites complémentaires cadres (AGIRC), l Association Pour l Emploi des en alternance Cadres (APEC), l Observatoire du stress et l Observatoire une de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE). mutuelle complémentaire «Le Plus Santé» à Elle est à l origine du congé paternité. un tarif négocié spécialement pour la CFE-CGC, d une protection juridique personnalisée, d une écoute LES ÉLECTIONS DANS LES TRÈS PETITES psychologique sur tout problème de souffrance au travail, de harcèlement ou de problèmes personnels. ENTREPRISES (TPE*), C EST QUOI? Vous êtes salarié d une entreprise de moins de 11 salariés. Ces services, vous les trouverez partout, car Vous allez avoir la possibilité de désigner le partenaire social la CFE-CGC c est un réseau de militants et de qui vous représentera dans votre branche professionnelle. professionnels sur toute la France, et une galaxie avec des délégations départementales Les salariés sont répartis en 2 collèges : «cadres» et «non et locales (Unions départementales et locales) cadres». La CFE-CGC a pour vocation de représenter les dans le département où vous habitez. cadres et agents de maîtrise, c est-à-dire ceux qui cotisent à une caisse de retraite complémentaire cadres (AGIRC) * TPE : Très Petites Entreprises (cela représente les entreprises de ou équivalent. moins de 11 salariés) Pour contacter la CFE-CGC Par téléphone : Par internet : rubrique «La CFE-CGC» Ne pas jeter sur la voie publique - ecoprint Action syndicale 24 Garantir la représentativité de la CFE-CGC, former les militants, assurer son développement et sa notoriété Le secteur «action et développement» a relevé tous les défis de la représentativité. Une mandature dans l action permanente au service des structures territoriales et fédérales. Des résultats électoraux scats au eau atoal 2010 : la CFE-CGC incontournable dans la gestion de la Mutuelle sociale agricole (MSA) Le dépouillement de janvier 2010 place la CFE-CGC en 2 e position avec 23 % des voix à la MSA! Un grand bravo à tous les militants qui ont participé à ce succès! Comité de pilotage pour les élections MSA Élection des délégués cantonaux Avec délégués cantonaux, la CFE-CGC est la deuxième organisation syndicale sur six, en progression depuis les élections de Élection des administrateurs La CFE-CGC fait carton plein dans les caisses départementales et/ou interdépartementales. C est plus de 89 administrateurs qui représenteront la CFE-CGC sur l ensemble du territoire! La CFE-CGC obtient 2 administrateurs à la Caisse centrale de la MSA dont la 1 ère vice-présidence : la CFE-CGC, premier syndicat de cadres dans les TPE! Les élections professionnelles dans les TPE (Très petites entreprises) se sont déroulées, pour la première fois, du 28 novembre au 12 décembre La CFE-CGC est reconnue comme la première organisation syndicale dans le collège cadre et encadrement, avec un score de 26,91 % des suffrages exprimés, soit 6 points devant la CFDT. Une élection clé en termes de représentativité pour la CFE-CGC et ses fédérations. Un résultat important également pour le personnel d encadrement des TPE, grand oublié jusqu ici de la représentation syndicale. ALORS, POUR LES ÉLECTIONS DANS VOTRE ENTREPRISE : VOTEZ ET FAITES VOTER CFE-CGC La CFE-CGC est très active pour «faire changer nos regards sur le handicap» ; nouveau site web, communications multiples et animations de débats se succèdent. Action syndicale Le secteur action et développement est au cœur du défi de la représentativité syndicale. Le militantisme de la CFE-CGC a permis de beaux succès électoraux, tant au niveau national qu à celui des entreprises : Mutualité sociale agricole, Très petites entreprises, Chambres d agriculture la CFE-CGC est incontestablement représentative! Le secteur garde le contact avec le terrain grâce à ses publications (La Voix des régions) ou ses divers guides (prud hommes, conseiller du salarié, passeport ). Le Centre de formation syndicale ne désemplit pas et de nouveaux stages sont proposés. Emploi Emploi 28 Formation initiale, Dialogue social 32 Sécuriser l emploi et les parcours professionnels des salariés Tout au long de cette dernière mandature, le secteur n a eu qu une finalité : tout pour l emploi! Il s est attaché à dépasser les dogmes et à agir pour la sécurisation de l emploi et des parcours professionnels, comme pour la compétitivité des entreprises. Plus de droits pour les chômeurs Négociation sur les chômeurs en fin de droits (Plan Rebonds 2010) Un accord relatif à la situation des chômeurs en fin de droits est signé en avril. Ce texte prévoit une allocation pour les chômeurs de longue durée, allocation qui ne sera perçue qu à la condition qu aucune autre solution n ait pu être proposée par Pôle Emploi. Signature de la convention sur le régime d assurance chômage (mars 2011) Une convention qui améliore celle de 2009, grâce à la création d une filière d indemnisation dès quatre mois d activité et à la règle «un jour cotisé : un jour indemnisé». Des négociations en faveur de l emploi L emploi des jeunes Cette négociation a fait l objet de quatre accords nationaux interprofessionnels (ANI) en Comme le souhaitait la CFE-CGC, la problématique a été abordée de manière globale en s appuyant sur les items de la formation, de l orientation, de l accompagnement vers l emploi, du transport et du logement. Négociation sur les groupements d employeurs (novembre 2011) La CFE-CGC n a pas signé cet accord, qui n offrait aucune des garanties qu elle recherchait lors de cette négociation. Le législateur, via la loi Cherpion, n a repris que l existant, n assurant aucune protection aux salariés du groupement d employeurs. Ce thème devra être repris tant au plan fonctionnel, qu au niveau territorial. Des négociations au service de l emploi et de la formation La CFE-CGC a soutenu la fusion des dispositifs de reclassement des salariés licenciés pour motif économique dans les entreprises de moins de salariés. Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est le dispositif qui remplace le CTP et la CRP. Il prévoit une indemnisation à 80 % du salaire sur douze mois ainsi que des mesures d accompagnement. Contrat de génération : du peps pour les jeunes! La CFE-CGC est partie prenante de la négociation, dont elle signe l accord en octobre L objectif? Améliorer l accès des jeunes à l emploi, conforter le maintien des seniors dans l entreprise et formuler une véritable transmission des savoirs et des compétences. Les travaux de la négociation sur la gestion sociale des conséquences de la crise économique sur l emploi (2010) et de la négociation sur la sauvegarde de l activité et de l emploi (avril 2012) seront repris lors de la négociation sur la sécurisation de l emploi (janvier 2013) qui s achève le 11 janvier 2013, après trois mois d âpres négociations. Lors de cette négociation la CFE-CGC a conquis : un véritable droit à la mobilité temporaire assortie d un droit de retour dans l entreprise, favorable notamment à l encadrement ; la présence d administrateurs salariés avec voix délibérative au sein des organes de gouvernance. Dans le même temps, elle a fait reculer le patronat sur ses propositions tendant à réduire les contentieux judiciaires à leur plus simple expression. L accord finalisé est une étape importante, fondatrice, offensive et mesurée pour assurer aux salariés de véritables droits face aux effets ravageurs de la baisse de compétitivité ou la disparition des entreprises. Donner un cadre au syndicalisme de demain La VAE syndicale Le 7 juillet 2010, la CFE-CGC signe pour ses adhérents et militants actifs une convention avec Sciences Po Aix. Celle-ci propose une formation type Validation des acquis de l expérience (VAE) qui permet d obtenir un «Certificat d intelligence économique et sociale». Cette VAE permet à chacun(e) de maintenir son employabilité professionnelle, développer ses compétences syndicales et intégrer son parcours syndical dans son parcours professionnel. La CFE-CGC est fière d ouvrir la voie en la matière et appelle les employeurs à s y engager de la même manière. De nouveaux partenariats sont en cours de signature avec l Université de Paris-Dauphine (Le Master 2, «Négociations et relations sociales») et avec l Université de Versailles Sciences Po Aix (Diplôme universitaire «Droit de l Europe sociale»). Formation initiale : Éducation, Enseignement supérieur La CFE-CGC revendique l établissement et recherche d un Contrat d engagement social pour tout militant syndical. Les rythmes scolaires Auditionnée dans le cadre des débats de la Conférence sur les rythmes scolaires de 2010, la CFE-CGC plaide pour des rythmes mieux adaptés aux besoins des enfants et une rénovation de l organisation et du contenu des enseignements en primaire et au collège. L alternance En 2010, la CFE-CGC s engage dans les débats pour la définition d un plan de relance de l alternance, concrétisé par les dispositions de la loi Cherpion du 28 juillet Les inégalités à l école La CFE-CGC participe activement aux travaux du Conseil économique social et environnemental pour la rédaction de son rapport sur les inégalités à l école (septembre 2011), abordant notamment les thématiques des rythmes scolaires, de l éducation prioritaire et de la rénovation de la pédagogie à l école. Livre bleu sur l éducation En mars 2012, la CFE-CGC publie le «Livre Bleu de l éducation», qui reprend ses principales propositions pour l école et l enseignement supérieur. Le secteur représente la CFE-CGC dans les négociations nationales qui se sont succédé depuis 2010 : chômeurs en fin de droit ; régime d assurance chômage ; emploi des jeunes ; groupements d employeurs ; Contrat de sécurisation professionnelle ; Contrat de génération ; sécurisation de l emploi ; accord national APEC À chaque fois, l expertise de la CFE-CGC permet l avancement et l aboutissement des négociations. La CFE-CGC s implique en faveur de l égalité professionnelle. Elle est signataire du Pacte pour l égalité en Son réseau Équilibre en faveur de l égalité professionnelle s étend sur tout le territoire. Une campagne d affichage met en exergue la problématique du forfait jours pour l encadrement. Un guide sur La rupture conventionnelle du contrat de travail est publié. Formation initiale, Dialogue social La CFE-CGC continue d innover pour la valorisation des acquis de l expérience. Elle signe un partenariat avec Sciences Po Aix pour être associée à la délivrance d un diplôme d intelligence économique et sociale reconnu. De nouveaux partenariats se nouent avec Paris Dauphine et l Université de Versailles. La CFE-CGC est de tous les débats sur la formation initiale ou l université. Elle publie un Livre bleu de l éducation. Elle participe activement à la concertation pour la Refondation de l école et aux Assises de l enseignement supérieur. Elle est membre du comité de suivi de l agenda social. Exigeante pour le dialogue social, elle refuse de signer l accord de février 2012 sur la modernisation du paritarisme, compte tenu du recul démocratique constaté. La CFE-CGC siège dans chacune des Commissions paritaires régionales interprofessionnelles de l artisanat. Elle participe au suivi technique du Haut conseil du dialogue social et contribue aux travaux de la Commission nationale de la négociation collective. 8 8

8 Confédération Française de l'encadrement-cgc ESOPE est le baromètre CFE-CGC de suivi des salaires des personnels d encadrement. Le cru 2010 révèle une situation inquiétante En 2009, la rémunération brute 1 moyenne est de euros par an soit euros par mois. Celle-ci a reculé de -2,9 %! Avec une infl ation en moyenne annuelle de +0,1 % en 2009 (contre +2,8 % en 2008), le personnel d encadrement connaît un recul de son pouvoir d achatf : -3 % après un recul de -3,4 % en 2008! La médiane se situe à euros par an soit euros mensuels. La médiane recule de -4,6 % en 2009, la moitié de la population touche donc une rémunération inférieure de 4,6 % à celle de Le package rémunération, c est-à-dire tout ce qui s ajoute au salaire de base (primes, intéressement, participation ), représente en moyenne 8 % de la rémunération globale en % du personnel d encadrement a vu sa rémunération brute annuelle stagner ou baisser (contre 36 % en 2008), soit la plus mauvaise évolution depuis ces quatre dernières années! Heureusement pour eux, l inflation a été très faible en 2009 (+0,1 %) ce qui a permis de ne pas entamer encore plus leur pouvoir d achat. Seuls 53 % des salariés interrogés ont vu leur rémunération augmenter contre 64 % en 2008, soit une baisse de 11 points et : dans 39 % des cas, cette augmentation était individuelle, dans 51 % des cas, cette augmentation était inférieure à 2 % (+17 pts/2008). 1 C est-à-dire la rémunération globale comprenant le salaire de base plus tout ce qui s y ajoute tel les primes, l intéressement, la participation, les avantages en nature Confédération Française de l Encadrement-CGC - 59 rue du Rocher Paris - Téléphone : Version du 4 février 2013 À l usage des militant(e)s CFE-CGC Confédération Française de l'encadrement-cgc 59 rue du Rocher Paris Formation tout au long de la vie - Europe et international 36 Favoriser l accès pour tous à la formation tout au long de la vie Formation professionnelle continue Regroupement des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) et négociation des Conventions d objectifs et de moyens (COM) Suite à la réforme de la formation professionnelle de 2010, les partenaires sociaux ont été amenés à renégocier les accords constitutifs des OPCA afin d obtenir de nouveaux agréments. Ces renégociations ont abouti à des regroupements d OPCA. Elles devaient obligatoirement aboutir le 31 décembre Cette réforme a aussi mis en place un dispositif de COM négocié entre l État et chaque OPCA. La COM définit les modalités de financement et de mise en œuvre des missions des OPCA. Les parties signataires s assurent de son suivi et réalisent une évaluation à l échéance de la convention dont les conclusions sont transmises au Conseil national de la formation professionnelle tout au long de la vie. La Confédération a créé un groupe de travail interne afin d aider et d expliquer les nouvelles conditions d agrément des OPCA et les règles concernant les COM. Élaboration d un document de doctrine à l occasion des négociations des CPRDF au sein de chaque région La loi du 24 novembre 2009 pour l orientation et la formation tout au long de la vie a introduit un Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP), en lieu et place du précédent Plan régional de développement des formations rofessionnelles (PRDF). En 2011, toutes les régions ont négocié leur CPRDF. Afin d aider nos représentants en régions dans cette tâche, un document a été rédigé. Celui-ci développe les points clés des positions CFE-CGC : Une offre de formation de qualité et pour tous niveaux ; Opérationnalité du CPRDF ; La GPEC territoriale ; Le refus de voir se créer des conférences des financeurs ; Le dialogue social territorial par la COPIRE ; Le droit à la formation pour l encadrement ; La promotion de la logique des dispositifs POE et alternance ; La formation et l emploi des jeunes. La CFE-CGC renouvelle son partenariat avec l association Companieros en faveur de la formation des managers (Handimanagement ; HF Management ; Dialogue équation ). Elle s associe à l opération «Mercredi c-papa». Fiches, guides pratiques, mallettes pédagogiques sont mis régulièrement à la disposition des militants. Formation professionnelle, Europe, International La CFE-CGC a suivi au plus près le Regroupement des organismes dédiés à la formation professionnelle (OPCA et COM). Elle a installé un groupe de travail pour «armer» ses référents en la matière. Elle a élaboré un document de doctrine relatif au Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles, ainsi que sur le Compte personnel de formation. Elle développe un réseau de «coordonnateurs formation» et publie une BD didactique dédiée à la formation professionnelle, accompagnée d un CD interactif. La CFE-CGC, associée à la Confédération européenne des cadres et à sept fédérations européennes porte le projet européen PER- CEE, plateforme de l encadrement pour un réseau des comités d entreprises européens. Elle a été associée à la parution d un guide pour renforcer l implication de l encadrement dans les CEE. Elle développe son réseau de référents Europe qui couvre seize secteurs d activité. Elle anime un cycle de formation syndicale dédié à l Europe. Économie, Industrie, Développement durable, Logement Économie, Industrie, Développement durable, Logement 40 Une économie à visage humain, respectueuse de l environnement Salaires et rémunérations Salaires Enquête Esope : La CFE-CGC suit de près l évolution des rémunérations du personnel d encadrement. Les derniers crus (2010 et 2011) de son enquête ont révélé des situations inquiétantes : un éventail des salaires qui se referme, une égalité salariale qui n existe toujours pas, un encadrement mécontent de sa rémunération Enquête Esope 2010 Résultats d Esope 2010 : les principaux chiffres Un salaire minimum pour les cadres : La CFE-CGC demande : - l établissement d un salaire minimum de base de référence «cadre» égal au salaire charnière de l Agirc soit 3 409,33 /mois, ,96 /an pour 2013 (montant provisoire), - l instauration d un salaire minimum plancher pour l ensemble des salariés non cadres au forfait jours, adossé au plafond de la Sécurité sociale soit /mois, /an pour Publications Nouvelle édition du «Kit de la négociation salariale» : les lignes de conduite de la CFE-CGC pour les négociateurs salaires dans les branches et dans les entreprises (2013). État des lieux sur la rémunération de 1945 à nos jours : Ce guide, réalisé pour les négociateurs CFE-CGC, a pour objectif de mieux appréhender la notion contemporaine de salaire, en soulevant les faits marquants ayant influencé la fixation du salaire. Épargne salariale Négociations avec l Union nationale des professions libérales en vue de créer un PEI et un PERCOI (2012). Publication du guide «LASER» : L actionnariat salarié, l épargne salariale et les retraites d entreprise (2013). L Actionnariat Salarié, l Épargne salariale & les Retraites d entreprise Guide «LASER» La CFE-CGC suit au plus près la question des rémunérations de l encadrement. Son enquête annuelle Esope lui permet une expression argumentée et écoutée, notamment pour réclamer l établissement d un salaire minimum de base cadre, ou un salaire minimum plancher. Elle publie divers documents didactiques : Kit de négociation salariale, État des lieux sur la rémunération ; guide LASER de l épargne salariale Elle est active au sein du Comité intersyndical de l épargne salariale (CIES). Elle avance ses propositions en faveur de l industrie dans le cadre de la Conférence nationale de l industrie ou la Semaine de l industrie. Les questions fiscales font l objet d une fiche argumentaire pour les structures. Elle est partie prenante des travaux paritaire sur «L approche de compétitivité française» et «Les gisements de croissance pour la France». Elle participe à l ensemble des tables rondes de la Grande conférence sociale de juillet La CFE-CGC pèse de tout son poids pour défendre l intégrité d Action Logement, ponctionné par l État. Elle signe l ANI Logement d avril 2012 qui légitime les partenaires sociaux. Elle publie un Memento action logement CFE-CGC. 9

9 Événements Échanger, rencontrer, partager Tables rondes Depuis début 2007, les tables rondes CFE- CGC sont devenues des événements clé de la vie de la Confédération. Elles ont le double objectif d accroître la notoriété de la CFE-CGC et de permettre à tout militant(e), adhérent(e) ou sympathisant(e) d avoir un échange direct avec l exécutif confédéral et des experts. Lors de cette dernière mandature, la formule s est articulée autour de trois types d événements : des débats autour de livres d actualité, des débats autour des thématiques sociétales, des tables rondes en région. Les thématiques abordées ont été variées : la DRH du troisième millénaire, la souffrance au travail, la rébellion des cadres, le travail le pouvoir d achat, les seniors, la finance sans oublier des partenariats marquants avec l université Paris-Dauphine autour de son Master 2 «Management, Travail et Développement Social» (en formation continue) ou avec Groupe Chèque Déjeuner, sur le thème des SCOP. Table ronde sur les Scop en partenariat avec le Groupe Chèque déjeuner La CFE-CGC a ainsi accueilli de nombreux experts de renom : sociologues, économistes, DRH et des personnalités : Matthieu Pigasse, Gilles Finchelstein, Maurice Thévenet, David Courpasson, Jean-Claude Thoenig, Charlotte Duda, Brigitte Grésy 4 mars 2010, débat autour 30 juin 2011, débat autour du livre de Brigitte Grésy, du livre de Dominique Méda «Petit traité contre le sexisme «Travail, la révolution ordinaire» nécessaire» 46 Informer, diffuser, promouvoir Les publications La CFE-CGC met à disposition de ses adhérents et militants différentes publications : Encadrement Magazine, le magazine de référence, présente chaque mois des analyses de fond sur des thématiques économiques et sociales (emploi des cadres, stress au travail, salaires, management, égalité hommes/femmes ). 8 numéros par an. Communication La Lettre confédérale modernisée en 2013, lettre d information bi-mensuelle est destinée aux délégués syndicaux et délégués centraux d entreprise. Elle présente l actualité confédérale, l avancée des négociations, les réactions «à chaud» de la CFE-CGC 22 à 24 numéros par an. 44 Toutes ces rencontres ont permis d échanger, de débattre, de communiquer les valeurs de la CFE-CGC, mais aussi de faciliter les passerelles entre les uns et les autres et de tisser des liens durables avec les intervenants et les participants. Les tables rondes sont le fruit d un long travail de préparation en amont : choix de la thématique, choix des interlocuteurs, organisation, couverture médiatique... Elles conjuguent pédagogie, conseils pratiques et réflexions sociétales et sont devenues un rendez-vous attendu et plébiscité par les participants pour qui chaque rencontre est aussi l occasion d échanger sur les bonnes pratiques en entreprise, sur les difficultés rencontrées, sur les solutions envisagées... Les tables rondes, c est aussi du partage et de la capitalisation d expériences. Tous ces événements sont organisés et animés par Carole Couvert, secrétaire générale de la CFE-CGC et sont ouverts à toutes et tous. En trois ans, 23 tables rondes réunissant à chaque fois plus de 100 personnes, ont été organisées. En voici quelques exemples 2010 Stress : comment y faire face? La France du travail 2011 Lost in Management. Travail. «La révolution nécessaire et Cadres, classes moyennes : vers l éclatement?» Le Capitalisme idéal et les bobards économiques Débat autour du livre : Le handicap en entreprise : contrainte ou opportunité? Les SCOP, Sociétés coopératives et participatives, un modèle pour relancer la croissance? Chaque table ronde fait l objet d un reportage publié dans les publications confédérales. Plusieurs d entre elles ont été intégralement filmées et mises en ligne sur le site Internet de la Confédération. La Newsletter «le + syndical», lettre d information bi-mensuelle est adressée par . Elle traite de l actualité des structures, l action des militants, les grands événements de la CFE-CGC. 22 à 24 numéros par an. Technologies de l Informatique 2012, l année des évolutions Février 2012 : le site intranet s offre une nouvelle jeunesse : nouveau rubriquage, nouveau design. Octobre 2012 : lancement du nouveau site Internet confédéral : nouvelle ergonomie, nouvelle hiérarchisation de l information. Un site épuré, dans l air du temps. Avril 2012 : la CFE-CGC lance son site mobile : consultable sur tous les supports mobiles smartphones et tablettes! La Confédération est le seul syndicat signataire de la Charte du développement durable de février Elle est partie prenante des grands débats nationaux, notamment la Conférence environnementale pour la transition énergétique en La CFE-CGC participe activement aux travaux de l Institut de recherches économiques et sociales (IRES) qui fête ses trente ans en Elle s implique dans les travaux du Conseil économique social et environnemental (CESE). Événements pour échanger, se rencontrer, partager La CFE-CGC se veut force de propositions. Pour alimenter sa réflexion tout en entretenant sa notoriété, elle multiplie les débats et les événements thématiques. Tables rondes à Paris et en province lui permettent d échanger les points de vue entre experts, auteurs d ouvrages et militants, sur des questions diverses touchant à l actualité ou aux faits de société (le sexisme ordinaire, le management, le handicap en entreprise, les SCOP ). La Confédération est à l initiative d événements médiatiques qui se déclinent dans ses structures : Fête des voisins en entreprise, Retraithon, J aime ma boîte, Tour de France du dialogue et Procès du syndicalisme émaillent la vie de la CFE-CGC tout au long de ces trois années. L élection présidentielle de mai 2012 a été l occasion, grâce aux contributions recueillies lors de son Tour de France, de synthétiser l ensemble de ses revendications dans un document : Le Pacte social de la CFE-CGC. Dans la continuité de son Pacte social, la CFE-CGC s implique dans sept ateliers de la Grande conférence sociale de juillet Elle insiste sur ses thèmes de prédilection : l emploi des jeunes, la formation tout au long de la vie, la rémunération de l encadrement, l égalité professionnelle et la qualité de vie au travail, le redressement productif, les retraites et la protection sociale, la modernisation de l action publique Les vecteurs de communication pour informer, diffuser, promouvoir La Confédération renouvelle ses vecteurs, sous toutes leurs formes : Encadrement magazine pour tous les adhérents ; nouvelle maquette de la Lettre confédérale pour les délégués doublée d une Newsletter par voie électronique ; nouveau site web accessible sur smartphone et tablette ; nouvel intranet ; multiplication des accès via les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, YouTube, Flick r ) : adhérents et militants sont connectés et peuvent suivre la vie de la CFE-CGC dans un magazine vidéo, le MAG360.. Le service communication est la plaque tournante de l expression de la Confédération (infographie, relations presse, tables rondes, communication en direction des structures via la Galaxie CFE-CGC ). Retrouvez l intégralité du rapport d activité sur notre site (rubrique congrès) 10 10

10 La CFE-CGC en quelques chiffres (2012) Nombre d adhérents adhérents Pyramides des âges 20 % des adhérents ont moins de 40 ans 26 % des adhérents ont entre 40 et 49 ans 34 % des adhérents ont entre 50 et 59 ans 20 % des adhérents ont plus de 60 ans Statut 64 % : ingénieurs et cadres 36 % : autres (agents de maîtrises, techniciens ) 8 %. : retraités femmes (28 %) et hommes (72 %). Origine géographique (29 unions régionales ; 98 unions départementales) Ile de France : 23 % PACA : 9 % Rhône-Alpes : 9 % Nord Pas de Calais : 6 % Midi-Pyrénées : 6 % Principales fédérations sur 26 Métallurgie : 23,9 % Banques et assurances : 13,3 % Fonction publique : 7,9 % Agroalimentaire : 5,8 % Chimie : 5,2 % Crédit Agricole : 4,7 % Santé : 4,5 % 11 11

11 Candidatures à l exécutif confédéral Rapporteur du collège territorial (1 candidat ; 1 poste à pourvoir) CARUANA Laurent (Rhône-Alpes) Direction confédérale COUVERT Carole, présidente (Énergies), LEFLON Marie-Françoise, secrétaire générale (Métiers Finance et Banque), ZID Franck,trésorier national (FNEMA). HOMMERIL François, président (Chimie), HEMERY Jean-Yves, secrétaire général (Métallurgie), ALARÇON Diégo, trésorier national (Construction). Conseil juridictionnel (7 candidats ; 7 postes à pourvoir) CROZIER Sébastien (FCCSM) FUBIANI Gérard (Métiers Finance et Banque) GLAICHENHAUS Robert (Fonctions publiques) LAMBOLEY Christiane (Construction) MARTIN Eric (Santé, Médecine et Action sociale) SYMONEAUX Yves (Crédit Agricole) VALENSI Eric (FIECI) Commission de contrôle financier (8 candidats ; 8 postes à pourvoir) DONADONI Jean-François (Agroalimentaire) DURIEZ Jean-Philippe (FIECI) GEANTY Gérard (Fonctions publiques) LEGLUDIC Gérard (Assurance) LE GOFFIC Yvon (Métiers Finance et Banque) NORET Dominique (Crédit Agricole) PIGEON Gérard (Chimie) ROUGIER Jean-Emmanuel (Fonctions publiques) 12 12

12 Secrétaires nationaux (12 candidats ; 9 postes à pourvoir) DEBAERE Patrick (Métallurgie) DEMARCQ Gérard (Fonctions publiques) FOUCARD Jean-François (Métallurgie) GHIELMETTI Véronique (FNEMA) GIFFARD Alain (Métiers Finance et Banque) GRILLAT Alexandre (Énergies) KERYER Martine (Santé, Médecine et Action sociale) LAVAGNA Serge (Santé, Médecine et Action sociale) LEFEVRE Christophe (Assurance) PECORINI Jean-Michel (Agroalimentaire) ROCHE Véronique (Chimie) VINCENT Bernard (FNECS) Délégués nationaux (25 candidats ; 16 postes à pourvoir) BOUDALIEZ Jean-Jacques (Fonctions publiques) CARRIE Laurent (ENERMINE) CUDENNEC Anne-Catherine (Métallurgie) DELANNOY Jean-Yves (Fonctions publiques) DIEBOLD Christine (Métiers Finance et Banque) DISPOT Mireille (Sécurite sociale) FRERET Isabelle (Chimie) GOMEZ Jean-François (Santé, Médecine et Action sociale) GUIOLET Chantal (FIECI) HECQUET Pierre-Malo (Métiers Finance et Banque) JEUFFRAULT Dominique (Assurance) LE COQ Xavier (Métallurgie) LECUELLE Gilles (Chimie) LEFEUVRE-SCANIGLIA Christiane (Agroalimentaire) LOUIS Georges (Énergies) MARTIN Jean-Luc (Métallurgie) MERCIER Patrick (Métallurgie) MEURGUES Thierry (FCCSM) MIKULA Franck (FNEMA) OSCAR Alain (FNEMA) POREBA Jean-Marc (ENERMINE) ROGER Pierre (Métiers Finance et Banque) ROBERT Michel (Fonctions publiques) TYACK Fabrice (Métiers Finance et Banque) VIGLIETTI Huguette (FDEA) 13 13

13 Carole Couvert Née le 21 janvier Parcours syndical Depuis 2011 Depuis 2010 Depuis 2010 De 2006 à 2010 Administratrice de l École Nationale des Arts et Métiers (CNAM) Session annuelle IHEST Membre du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) Présidente du groupe CFE-CGC au CESE Membre du bureau du CESE Siège en section Affaires européennes et internationales du CESE Secrétaire générale de la Confédération CFE-CGC Organisation et animation de tables rondes et de débats Lancement d'opérations de notoriété : le Retraithon, la tournée avec la pièce de théâtre «Le procès : faut-il supprimer les syndicats?» Lancement d'opérations de démocratie participative : questionnaire «le Nouveau Dialogue», ateliers de réflexion du tour de France du Nouveau Dialogue en partenariat avec ODIS, Mise en place de partenariats «la Fête des voisins au travail», «J'aime ma boîte» Renforcement des liens institutionnels du monde économique, social et politique Organisation du congrès confédéral : - un thème : "l'innovation", - des ateliers de réflexion, - un cycle de conférences en plénière avec la présence de chefs d'entreprise et de DRH - des mini conférences animées par des partenaires, - une table ronde intitulée «Comment continuer à produire et consommer français? Recherche de nouvelles sources de financement, Présence terrain aux côtés des équipes CFE-CGC Secrétaire nationale Pôle Cohésion Interne de la Confédération CFE-CGC Réalisation d un diagnostic sur la circulation de l information au sein de l organisation, Organisation et animation de tables rondes, Travail de réflexion sur l évolution du paysage syndical français. De 2006 à 2010 Membre de l Observatoire de la parité en politique De 2006 à 2008 Membre du Conseil Économique et Social (CES) section des Affaires sociales 2005 Tour de France de l Égalité Professionnelle avec la ministre déléguée à l Égalité professionnelle, Nicole Ameline (intervention pour la confédération CFE-CGC dans 7 villes de France : Dijon, Orléans, Caen, Lille, Strasbourg, Marseille, Paris) De 2004 à 2006 Déléguée nationale en charge des questions sociales pour la fédération CFE-CGC des IEG Négociation de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes pour la branche professionnelle des IEG, Négociation de l adossement du régime spécial des retraites des IEG au régime général (CNAV - ARRCO et AGIRC). De 2004 à 2006 Membre du Conseil Supérieur de l Égalité Professionnelle (CSEP) Membre suppléante du Comité directeur de la Confédération Européenne des Cadres (CEC) Membre de la Commission nationale de labellisation sur l Égalité professionnelle 14

14 De 2003 à 2006 Carole Couvert Déléguée nationale Égalité Professionnelle, Conciliation des temps de vie et Famille de la Confédération CFE-CGC Création du Réseau Équilibre, Création de diaporamas pédagogiques pour présenter le contexte réglementaire et les positions de la CFE-CGC, Création d une boîte à outils pour les militant(e)s sous forme de CD-ROM, Création d un module de sensibilisation interne à la CFE-CGC sur les questions d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Interventions dans les fédérations et dans les unions territoriales de la CFE-CGC pour présenter le dossier égalité professionnelle, Interventions pour la CFE-CGC dans le cadre de colloques organisés par d autres partenaires, Participation au programme européen EQUAL TEMPORA en partenariat avec le CNIDFF, Participation à la rédaction du répertoire des bonnes pratiques en matière d égalité professionnelle de l Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (ORSE), Auditions à l Assemblée nationale et au Sénat sur les questions d égalité professionnelle, Intervention pour la CFE-CGC lors des trois dernières Conférences de la Famille à Matignon. De 2003 à 2005 Conseillère prud homale, section encadrement à Beaune (21) De 2003 à 2004 Secrétaire fédérale en charge des questions sociales pour la fédération CFE-CGC des IEG Négociation de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes pour la branche professionnelle des IEG, Négociation de l adossement du régime spécial des retraites des IEG au régime général (CNAV ARRCO et AGIRC). De 2002 à 2003 Déléguée syndicale Zone Est pour la Direction commerciale de Gaz de France 2002 Déléguée régionale Bourgogne-Franche Comté pour la fédération CFE-CGC des IEG 2002 Création de l union locale CFE-CGC de Beaune (21) De 2001 à 2002 Membre du Conseil d administration de l union départementale CFE-CGC de la Côte d Or 2001 Présidente du syndicat de Côte d Or pour la fédération CFE-CGC IEG 2000 Vice-présidente du syndicat de Côte d Or pour la fédération CFE-CGC des Industries Électriques et Gazières (IEG) Parcours professionnel Depuis 2008 De 2005 à 2008 Cadre dirigeant au sein du groupe GDF Suez Présidente de la caisse nationale de retraites des IEG (CNIEG) : création de la caisse, mise en place de la première convention d objectifs et désignation (COD)... Installation du conseil d administration, Création de l ensemble des procédures pour le bon fonctionnement du conseil, Rédaction du règlement intérieur du conseil d administration, Définition des ordres du jour, Tenue et animation des conseils d administration, Installation de la caisse de retraite dans le monde de la protection sociale (caisses de retraites complémentaires, GIP Info retraites, ACOSS, ADRECRI, CNAV ), Gestion de la relation avec les trois ministères de tutelle : budget, énergie, affaires sociales, Benchmark sur le mode de fonctionnement des autres caisses (statuts, règlement intérieur, conseil d administration, représentations externes ), Organisation de séminaires pour les administrateurs, Définition du cahier des charges, recherche d intervenants pour la réalisation de sessions de formation pour les administrateurs, Rédaction d un cahier des charges pour la mise en place d une base de données pour les administrateurs, 15

15 Carole Couvert Depuis 2005 De 2001 à 2005 De 1998 à 2000 De 1994 à 1998 Négociation de la première convention d objectifs et de gestion (COG) de la CNIEG, Passage de relais avec les présidents suivants. Intégration au Groupe Gaz de France, puis GDF Suez Hyperviseur pour le centre de Côte d Or pour EDF et Gaz de France Mise en place d un plateau d accueil téléphonique des clients d EDF et de Gaz de France à la maille du département de la Côte d Or en mettant en réseau les autocoms de téléphone pour permettre aux conseillers clientèle de conserver leur lieu de travail habituel, Suivi des statistiques téléphoniques, Évaluation des besoins en conseillers clientèle pour répondre à la demande des clients Responsable clientèle d un plateau d accueil téléphonique et physique pour EDF et Gaz de France Mise en place de la démarche client : passage de la culture d abonnés à la culture clients, Mise en place d une démarche de professionnalisation des conseillers clientèle par la réalisation d accompagnements téléphoniques des conseillers clientèle, Réalisation de guide d entretien téléphonique, de fiche d argumentaires et de traitement des objections clients, Mise en place d objectifs pour les conseillers, Mise en place de campagne d appels sortants pour vendre des services, Réalisation de prévision du volume d appels clients, Réalisation des plannings des conseillers avec adaptation en temps réel en fonction du volume d appels réels des clients, Suivi des statistiques téléphoniques et des placements de services, Suivi des enquêtes de satisfaction clients Assistante marketing pour EDF et Gaz de France sur le centre de Côte d Or (poste en création) responsable de la partie marketing opérationnel pour les deux énergies et pour les trois segments de clientèle (particuliers, professionnels, entreprises) : Réalisation de campagne de mailings pour EDF et Gaz de France mais également pour nos partenaires : chauffagistes, climatisiens, cuisinistes, électriciens Réalisation et accompagnement de plans d actions annuels sur les différents segments de clients, Formation des agents à un nouveau logiciel de réalisation d actions marketing (Optimia). Formation Session annuelle IHEST «sciences, société, puissance» IHEE session nationale sur la mondialisation et ses conséquences INTEFP auditrice 28 ème session «développement des services : défis et opportunités» 2007 Assessment très haut potentiel 1994 Premier prix du concours marketing des Dirigeants Commerciaux de France (DCF) 1993 Premier prix du concours marketing des Dirigeants Commerciaux de France (DCF) École Supérieure de Management (ESM), Major de promo au niveau français et Major de promo du réseau européen Prépa HEC Bac D mention assez bien 16

16 Marie-Françoise Leflon Mariée 1 enfant Domiciliée à Paris 15 ème Parcours professionnel Sous-Directeur de Banque (gestion clientèle privée et formation) 40 années de carrière dans la Banque : gestion clientèle privée, chargée de mission direction financière, animation de réseau commercial, service formation Mandats syndicaux SNB-Fédération de la Banque Déléguée Nationale Syndicat National de la Banque CFE-CGC depuis 1999 (pour la Banque Hervet, puis pour HSBC toujours en exercice) Elue CE, CCE, Commission Emploi, Négociation des accords d entreprise, Coordonnatrice fusion de banques Comité européen HSBC Mandats confédéraux CFE-CGC De 2003 à 2009 : Déléguée Nationale CFE-CGC Pôle Emploi Formation Missions : Restructurations, Assurance chômage de 2003 à 2009 Depuis le 18 février 2010 : Secrétaire Nationale Secteur Emploi, à ce titre Administrateur à l UNEDIC (et deuxième Vice-Présidente) ; à Pôle Emploi (et titulaire au Comité d audit), à l APEC et à l AFPA, à l Agence des Services à la Personne : pour couvrir toutes les problématiques liées à l emploi Membre du COE Depuis le 14 septembre 2011 : Présidente de l APEC Négociations menées Mars et Mai 2011 : Accords et Conventions Assurance Chômage Avril à Juillet 2011 : 4 accords jeunes Décembre 2010 à Mars 2012 : Accord et Mandat de Service Public de l APEC Novembre 2011 : Groupements d Employeurs Portage Salarial Du 4 octobre 2012 à ce jour : ANI du 11 Janvier 2013 sur la Sécurisation de l Emploi (transcription dans la loi) 17

17 Marie-Françoise Leflon Personnel - Edition Auteur d ouvrages de banque (exemple «les 110 exercices de la Banque) Directeur de collection sur des ouvrages de sociétés (exemple «Alerte à la Francophonie en février 2004» ; «le Vademecum de l assurance en 2008») Préparation d un outil pédagogique sur l Emploi (forme d emploi, régimes d indemnisation, institutions ) Distinctions Chevalier dans l Ordre National du Mérite Promotion 15 novembre 2001 Ministère de l Economie et des Finances Officier dans l Ordre National du Mérite Promotion 11 novembre 2010 Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi 18

18 Franck ZID Né le 10 mars 1956 Marié, 3 enfants Parcours professionnel Depuis 1996 Air France Cadre Principal à la Direction industrie Manager long courrier au 747 De 1982 à 1996 De 1977 à 1982 Air Inter Technicien Supérieur Aéronautique Instructeur et Manager Airbus 300/330. Europe Aéro Service à Orly Parcours syndical Depuis 1998 Depuis 2011 Depuis 2007 Depuis 2004 Délégué syndical d Air France Responsable Syndical au CCE d Air France Représentant FNEMA au conseil d administration de l UD 77 Premier secrétaire général adjoint du syndicat chez Air France En charge de l organisation interne de la CFE-CGC Participation aux négociations et à la mise en place du plan «TRANSFORM 2015» pour le redressement de l entreprise Trésorier de la Fédération Nationale de l Encadrement des Métiers de l Aérien Développement de adhérents à aujourd hui 2002 Délégué Syndical permanent et responsable de la CFE-CGC sur la base parisienne d Orly : développement du poste de coordinateur pour un meilleur fonctionnement de notre organisation, poste officialisé quelques années plus tard par la Direction d Air France Depuis 2000 Elu titulaire au Comité d Entreprise Air France Maintenance Mandat fédéral CFE-CGC à la Direction Générale de l Aviation Civile en qualité de négociateur et signataire des accords pour la Convention Collective Nationale du Transport Aérien Personnel Sol De 1998 à 2007 Elu DP et CHSCT 1989 Adhésion à la CFE-CGC Formation De 1973 à 1977 Formation de Maintenance Engineer dans la Marine Nationale 19

19 François Hommeril Né le 23 juillet Parcours professionnel De 1986 à 1989 Doctorant au CNRS à Nancy dans le domaine de la croissance cristalline De 1989 à 1992 Ingénieur de recherche au centre de recherche sur l alumine de Gardanne (13) De 1992 à 1993 Ingénieur de fabrication à l usine de production d alumine de Gardanne (500 personnes, tonnes par an). Secteurs : attaque, filtration, lavage, cristallisation De 1994 à 1997 Ingénieur procédé au service procédé de l usine de Gardanne De 1998 à 2002 Ingénieur de fabrication à l usine de fabrication de corindon de La Bâthie (170 personnes ; tonnes par an). Secteurs couverts : fusion, broyage, tamisage De 2003 à 2010 Chef du service Assistance technique usine sur le même site : suivi des procédés, formation ; conseil et expertise ; assistance sur réclamation Parcours syndical 1990 Adhésion CFE-CGC (membre sans interruption depuis) Élu suppléant au CE de Gardanne (650 salariés) Titulaire CE et membre CCE Aluminium Pechiney 1994 Délégué syndical CFE-CGC site de Gardanne De 1994 à 1997 Membre permanent de la délégation paritaire CFE-CGC de la société Aluminium Pechiney Représentant Syndical CFE-CGC au CE de Aluminium Pechiney Gardanne Avril 1998 Délégué syndical sur le site de La Bathie (170 salariés). Juin 1998 Délégué syndical central de la société (3 sites en France, 350 salariés) Depuis juillet 1998 Membre en tant que représentant syndical CFE-CGC du CCE de PEM-AR De 1999 à 2006 Représentant syndical au comité de groupe Pechiney (mandat tenu sans interruption jusqu en juin 2006) De 1999 à 2012 Responsable de la coordination Groupe Pechiney, puis Alcan, puis Rio Tinto Depuis 1999 Membre du conseil d administration de l UD 73 Membre du conseil d administration de SPEICAIS De 2000 à 2003 Membre du comité confédéral au titre de la délégation de la fédération Chimie CFE-CGC De 2002 à 2003 Membre de la délégation de négociation de l accord interprofessionnel sur la formation (accord dit du 20 septembre 2003) Élu conseiller prud homme dans la section encadrement du conseil d Albertville, réélu en décembre 2008 De 2003 à 2010 Président de l UD de la Savoie (73) De 2001 à 2002 Membre du Conseil d Administration de l APEC Rhône-Alpes De 2003 à 2006 Représentant syndical CFE-CGC au comité de groupe Pechiney 20

20 François Hommeril Depuis 2003 Responsable coordination CFE-CGC groupe Alcan France Responsable instance paritaire de négociation PECHINEY ALCAN et à ce titre : Responsable de la délégation CFE-CGC négociation accord Comité d Entreprise Européen ALCAN (accord signé le 1er mars 2006) Responsable de la délégation de négociation accord droit syndical ALCAN France (accord signé en décembre 2006) De 2006 à 2007 Membre de la commission paritaire nationale (CPN) des IUT des spécialités «chimie» et «Génie chimique-génie des procédés De 2006 à 2008 Membre du Comité d Entreprise Européen Alcan (CEE) De 2008 à 2010 Membre du Comité d Entreprise Européen Rio Tinto De 2006 à 2010 Délégué national de la CFE-CGC au Pôle Europe et International : Représentant de la CFE-CGC au CDSEI (Comité Interministériel de Dialogue Social Europe et International) Animation du réseau des référents Europe Participation à l activité du pôle sur les dossiers de consultation européenne (analyse et avis sur le PNR (Plan national de réforme), réforme de la stratégie de Lisbonne (mission LCT), livre vert de la commission sur le temps de travail, consultation sur la nouvelle directive CEE) Intervention régulière dans les stages CFS sur l Europe Représentant de la CFE-CGC à la conférence de l OIT Participation aux conférences 2008 et 2009 à Genève et à la conférence interrégionale de Lisbonne en février Représentant de la CFE-CGC vis-à-vis de la mission gouvernementale de l OIT Participation au développement des projets européens cofinancés (dans ce cadre, Chef de projet du colloque sur les accords cadres internationaux à Cannes les 29 et 30 septembre 2009) Membre du bureau et du comité Directeur de la CEC jusqu en juin 2009 (Confédération Européenne des Cadres). De 2010 à 2013 Secrétaire National en charge des secteurs : Formation tout au long de la vie : - Membre du Comité Paritaire National de la Formation Professionnelle - Membre du Conseil National Formation professionnelle tout au long de la vie - Négociateur pour la CFE-CGC des accords : convention FPSPP, OPCALIA, AGEFOS- PME, OPCA-PL - Animation des différents réseaux d experts formation - Réalisation d une BD formation L enjeu Europe et International : - Continuation des mandats occupés en tant que Délégué National au CDSEI, à la CEC et à l OIT, animation réseau référents. - Chef de projet du guide et de la conférence PERCEE (plateforme Comité d Entreprise Européen, projet co-financé par la Commission Européenne) Formation 1986 Ingénieur Géologue (diplôme ENSG) Docteur INPL (Institut National Polytechnique de Lorraine). 21

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT

VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE. WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc SYNDICAT SYNDICAT SANTÉ SOCIAUX Pour améliorer la vie, défendons la vôtre VOTRE PROGRAMME DE FORMATION SYNDICALE 2014 WWW.CFTC-SANTESOCIAUX.FR facebook/cftcsantesoc - twitter :@CFTCsantesoc formation syndicale

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Référentiel de conservation Fédérations CFDT

Référentiel de conservation Fédérations CFDT Date de création : mai 2014 Date de modification : - Version : 1 Rédacteur : EM Nombre de pages : 16 Référentiel de conservation Rédigé par le service des Archives de la CFDT Version 1 mai 2014 1 Sommaire

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé

La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé La retraite complémentaire obligatoire des salariés du secteur privé L Agirc et l Arrco au service des entreprises et des salariés L AGIRC ET L ARRCO, VOTRE RETRAITE, ON Y TRAVAILLE L Agirc et l Arrco,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

LA REFORME DES RETRAITES

LA REFORME DES RETRAITES LA REFORME DES RETRAITES (Loi du 9 Novembre 2010 et 1 ers décrets d application) Lettre d actualité sociale n 8 Eric Pouliquen - Avocat - Willway&Associés Alain Defrance - Courtier - Cabinet Mahier&Baylac

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS. n o 3. Cotisations et points de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO L ESSENTIEL EN QUATRE POINTS Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Arrêté du 3 octobre 2011 relatif à l agrément de certains accords de travail applicables dans les

Plus en détail

La réforme des retraites

La réforme des retraites Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2011 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage

Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage ÉPARGNE - PRÉVOYANCE - RETRAITE Généralisation de la complémentaire santé : Eclairage Vendredi 17 octobre 2014 Présentation Prévoyance, quelques rappels Les points clés des textes ANI Loi Sécurisation

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le partage de solutions CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Le partage de solutions RH Partageons nos solutions RH... Dans chaque collectivité, la collaboration active entre élus et personnels est la clé de

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi

Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi Tous les deux mois, l actualité en bref sur le chômage, le service public de l emploi et Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Seconde rencontre nationale des mandatés CHOMAGE CFTC les 17

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 16 avril 2015 relatif à l agrément de la convention du 26

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE

UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE UNE AMBITION TRIPARTITE POUR L EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS L ENTREPRISE La grande conférence sociale a permis d établir une feuille de route ambitieuse, qui engage ensemble l Etat, les

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr

C est la rentrée! n 4. Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr C est la rentrée! n 4 Toujours plus d infos sur http://www.cfecgc-santesocial.fr 1- Le Mag Santé-Social - 4ème trimestre 2014 L édito Lors du QUE VIVE LE DIALOGUE SOCIAL Dans son discours à l Assemblée

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

COTISATIONS ET POINTS DE

COTISATIONS ET POINTS DE GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO COTISATIONS ET POINTS DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 3 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

mode d emploi Représentativité des syndicats

mode d emploi Représentativité des syndicats mode d emploi Représentativité des syndicats LA LOI DU 20 AOUT 2008 transpose dans le Code du travail les règles sur la représentativité et la négociation collective, telles que définies par les partenaires

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Ordonnance n o 2015-682 du 18 juin 2015 relative à la simplification des déclarations

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Convention Collective Nationale de la Mutualité

Convention Collective Nationale de la Mutualité Page 1 sur 14 Convention Collective Nationale de la Mutualité ACCORD DE BRANCHE SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE PREAMBULE Les organismes mutualistes et leurs salariés sont confrontés à la nécessité de

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés

INDUSTRIES DE SANTÉ. 6 DÉFIS RH À relever en soutien de la compétitivité des entreprises et de l évolution professionnelle des salariés La lettre d information des défis RH lancés pour les entreprises de la filière Industries de santé INDUSTRIES DE SANTÉ Avril 2014 n 1 ACtionS/déveLoPPement/emPLoi/ComPétenCeS 6 DÉFIS RH À relever en soutien

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail