DES LYCEENS ENTRE LA FRANCE ET L ALLEMAGNE : COMPARER DES EXPERIENCES SCOLAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES LYCEENS ENTRE LA FRANCE ET L ALLEMAGNE : COMPARER DES EXPERIENCES SCOLAIRES"

Transcription

1 UNIVERSITE PARIS 13 FREIE UNIVERSITÄT BERLIN «DEPARTEMENT DE «FACHBEREICH ERZIEHUNGSWISSENSCHAFT SCIENCES DE L EDUCATION» UND PSYCHOLOGIE» N attribué par la bibliothèque _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ T H E S E pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paris 13 et de Doktor der Philosophie (Dr. phil.) DES LYCEENS ENTRE LA FRANCE ET L ALLEMAGNE : COMPARER DES EXPERIENCES SCOLAIRES Thèse présentée et soutenue publiquement le 2 octobre 2008 par Nathanaël WALLENHORST Ayant obtenue les mentions Très honorable, avec les félicitations du jury à l unanimité (Université Paris 13) Summa cum laude (freie Universität Berlin) sous la codirection de Pr. Dr. Gilles BROUGERE (Université Paris 13) et Pr. Dr. Christoph WULF (Freie Universität Berlin) Membres du jury : Pr. Dr. Gilles BROUGERE Pr. Dr. Christoph WULF Pr. Dr. Régine SIROTA Pr. Dr. Jürgen HELMCHEN Pr. Dr. Dieter GEULEN Dr. Lucette COLIN 1

2 2

3 Merci Mes remerciements vont en premier lieu aux lycéens français et allemands qui m ont fait part de leur expérience, de leurs analyses, de leurs questions. C est à partir de leur discours que ce travail a pu prendre forme. Je tiens à remercier vivement Pr. Dr. Gilles Brougère pour la direction de ce travail, ses relectures attentives et critiques, sa grande réactivité, sa disponibilité, et ses précieux conseils dans la conduite de cette recherche. Je remercie également Pr. Dr. Christoph Wulf pour la codirection de ce travail et ses constants encouragements. Je tiens à remercier Fondacio, mon employeur actuel, qui m a fréquemment libéré du temps pour que je termine ce travail. Je remercie aussi l OFAJ et le BBI pour leur aide dans l accès à des données sur le programme Voltaire. Cette page est l occasion pour moi d exprimer toute ma reconnaissance à Thomas Wallenhorst, mon père, pour son aide inestimable dans la lecture d ouvrages allemands et la traduction allemande du résumé de ce doctorat et à Anne-Marie Clair pour sa minutieuse relecture et la précision de ses remarques ainsi qu à Roselyne Wallenhorst, ma mère, Bruno Kauffmann et Elise Maurice pour leur relecture finale. L aide de Ruth Wallenhorst, ma grandmère, Eloi Leymarie et Marion Clair a également été précieuse. Que chacun soit ici très fortement remercié! Enfin, un grand merci à Noémi pour ses relectures, mais surtout pour sa patience durant ces années. 3

4 4

5 Sommaire Sommaire...5 Introduction...7 PREMIERE PARTIE Vers une comparaison des expériences scolaires Chapitre 1. L expérience sociale...17 Chapitre 2. L expérience scolaire lycéenne en France...41 Chapitre 3. La Bildung allemande...67 Chapitre 4. La comparaison des expériences scolaires française et allemande...89 DEUXIEME PARTIE Méthodologie de la comparaison des expériences scolaires Chapitre 5. Population d étude et recueil des données Chapitre 6. Comparatisme et méthodologie de la comparaison proposée TROISIEME PARTIE Comparaison empirique des expériences scolaires française et allemande Chapitre 7. Relation pédagogique et figure de l enseignant Chapitre 8. Travail scolaire et place de l école dans la vie de l adolescent Chapitre 9. Adolescents et systèmes scolaires QUATRIEME PARTIE Expérience comparée et comparaison des systèmes scolaires Chapitre 10. Réfléchir l expérience scolaire Chapitre 11. Une autre façon de faire de l éducation comparée Chapitre 12. Des expériences scolaires aux systèmes éducatifs Conclusion Bibliographie Annexes Table des matières

6 6

7 Introduction «J ai été élevée par J ai grandi là-dedans, j ai Ouais, toute ma vie, elle est (silence). Elle fait partie intégrante du système, enfin ou le système éducatif français fait partie intégrante de ma vie. Puisque j ai toutes les choses que j ai apprises, enfin presque, viennent de là donc euh, je peux pas le renier et je peux pas dire : Je l aime pas. C est, c est c est impossible, c est un bout de ma vie, donc euh, je peux pas. C est comme n importe Et même il y a des choses qu on n aime pas, elles font partie de notre vie et Enfin, concrètement enfin si on raisonne, on les aime pas, mais comme elles font partie de notre vie on finit par les aimer bien. C est c est comme ça. ( ) Je peux pas renier un bout de mon existence! C est normal, c est Quand on est normal on peut pas!» (Anne, de retour de son immersion de six mois en Allemagne) «J ai vraiment pris conscience qu on était qu on était fou. Qu on était, qu on était fou (rire de l interlocuteur), qu on était fou et qu on était ( ) Qu on était qu on était fou. Je trouve ça grave! Moi ça me au début ça me faisait rire maintenant ça me révolte! Parce que je trouve on est fou!» (Antoine, de retour de son immersion de six mois en Allemagne) Qui sont les élèves, quelle est leur expérience? Qui sont ces perturbateurs qui saisissent de suite l occasion de prendre la parole lors de l ouverture du site internet note2be.com le mardi 7

8 29 janvier 2008? Un site qui propose aux élèves d évaluer leurs enseignants! 1 Une multitude de forums de discussion sur internet ont l ouverture de ce site pour objet 2. Celle-ci, qui fait énormément parler d elle dans les médias, et particulièrement dans les médias en ligne 3, est un révélateur très intéressant de la relation entre élèves et enseignants, comme de l expérience scolaire des élèves, les principaux acteurs de l école. Parce que les messages déposés sont anonymes, ces forums de discussion donnent parfois lieu à de virulentes insultes des enseignants envers les élèves 4 : «Et certains gros cons d'élèves qui pourrissent les écoles et les rendent invivables, on ne pourrait pas les noter en ligne? Ça peut être intéressant avant de fréquenter le même établissement qu'eux» 5, ou encore : «Certains profs ne sont effectivement pas parfaits, mais comparés à certains élèves (de pures crétins finis) qu'il y a en classe, ils en deviennent géniaux.» 6 Comme des élèves envers les enseignants : «Les prof juges, les profs notes parfois à la tète de l'élève, donc pourquoi ne pas instaurer un peu de légitimité la dedans en explicitant réellement ce que vaut un prof!» 7. Pourquoi tant d agressivité et de violence? Est-ce intrinsèque à la relation pédagogique ou cela est-il différent dans d autres pays? L ouverture de ce site donne à voir ce qu enseignants et élèves peuvent se dire (les forums de discussion étant remplis de ce type de propos) lorsque tombent les barrières conventionnelles habituelles ou les risques pour l élève d être renvoyé de son établissement. Elle est, de par la vigueur des débats déclenchés, un révélateur extrêmement intéressant de certains aspects de l expérience scolaire des élèves en France (mettant par exemple en évidence les différences de statuts entre enseignants et élèves avec la difficulté pour les élèves d exprimer une pensée critique au sein de l espace scolaire et la revendication par les adolescents de leur capacité à 1 Ce site a été suspendu par le Tribunal de Grande Instance de Paris le 3 mars 2008, contrairement au site similaire allemand qui ne l a pas été. 2 Comme les identités sont masquées, nous ne saurons jamais s il s agit effectivement d un enseignant, d un élève ou d une autre personne. Ce n est pas tant la réalité qui nous intéresse ici que les rôles joués et les discours tenus par les individus lorsqu ils prennent l identité d élève ou d enseignant. La réalité ou la facticité de celle-ci ne modifie en rien le rapport de force révélé. Il est fortement probable que plusieurs personnes ne soient plus élèves, mais répondent dans cette posture à ceux qui ont été leurs enseignants. 3 Le : France soir, «Education - Un site Internet pour noter les professeurs» ; Libération, «Les profs refusent d'être notés en ligne par leurs élèves» ; France info, «Note2be.com note les profs» ; Le nouvel observateur, «Note2be.com : le site qui scandalise les profs» ; Echos du net, «Note2be.com dans le collimateur de la Cnil et du ministère de l'éducation nationale» ; Yahoo! News, «Le site de notation des profs Note2be.com dans le collimateur de la Cnil» ; L expansion, «La Cnil et l'education Nationale condamnent les pratiques de Note2be.com» ; Vu du net, «Le syndicat SNES-FSU assigne en référé Note2be.com». 4 Nous avons volontairement laissé ces quelques extraits de débats lors de forum tel quel, c est-à-dire avec quelques fautes orthographiques et grammaticales. 5 rum=371415&post=156881&thread=156443, le le Ibid. 8

9 penser de façon autonome). Mais qu en est-il dans d autres pays? Connaissons-nous l expérience scolaire des autres élèves européens? Possédons-nous des connaissances d une autre nature qu un classement de la France par rapport à d autres pays à partir des compétences acquises des élèves? L expérience scolaire est-elle structurée de la même façon dans d autres pays? Un détour par l ailleurs peut-il nous donner des éléments nouveaux d analyse de l expérience scolaire des élèves? Ce travail tentera d apporter des réponses à ces questions. L objet de cette recherche En nous appuyant entre autres sur les travaux de Dubet 1 et Rayou 2, nous étudierons l expérience scolaire à partir du discours d adolescents français et allemands ayant participé à un séjour scolaire solitaire de longue durée. La situation interculturelle de ces lycéens permettra de porter un regard nouveau et particulier sur les expériences scolaires française et allemande, de par la mise en exergue de spécificités culturelles (souvent négligées dans les analyses sociologiques), comme Brougère l a montré concernant l éducation préscolaire 3. Alors que les élèves à la marge de l école dits en «échec scolaire» font l objet de plusieurs recherches 4, l expérience des élèves en réussite scolaire n est que très rarement analysée. Et si leur expérience apportait des éléments nouveaux et pertinents de compréhension de l expérience scolaire de l ensemble des lycéens? L éducation comparée, qui consiste parfois en une évaluation quantitative des compétences des élèves de différents pays, prend rarement l expérience des individus pour objet. Pourtant la comparaison des expériences pourrait être un moyen pertinent de développement de la 1 Dubet, F., Sociologie de l expérience, Seuil, Paris, 1994 ; Dubet, F., A l école, sociologie de l expérience scolaire, Paris, Seuil, 1996 ; Dubet, F., Les lycéens, Paris, Seuil, col. «Points», 1991 (liste non exhaustive). 2 Rayou, P., La cité des lycéens, Paris, L Harmattan, 1998 ; Rayou, P., La «dissert de philo», sociologie d une épreuve scolaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002 ; Rayou, P., La grande école, approche sociologique des compétences enfantines, Paris, PUF, 1999 (liste non exhaustive). 3 Brougère, G., Tobin, J., «Culture et sexualité à l école maternelle, Etude comparée entre les Etats-Unis et la France», Education et Sociétés, n 6, 2000, p. 168 ; Brougère, G., «L exception française : L école maternelle face à la diversité des formes préscolaires», Les Dossiers des Sciences de l Education, n 7, 2002 ; Brougère, G., Rayna, S., (sous la dir.), Traditions et innovations dans l éducation préscolaire, INRP, 2000 ; Brougère, G., «Parents et professionnels face à l accueil et à l éducation du jeune enfant», in G. Brougère, S. Rayna, (sous la dir.), Accueillir et éduquer la petite enfance, Lyon, INRP, 2005, p Dubet, F., La galère : jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987 ; Bautier, E., Rochex, J.-Y., L expérience scolaire des nouveaux lycéens, Paris, Armand Colin, 1998 ; Charlot, B., Bautier, E., Rochex, J.-Y., Ecole et savoir dans les banlieues et ailleurs, Paris, Bordas, 2000 (liste non exhaustive). 9

10 connaissance. 1 Nous proposerons dans ce travail un nouveau type d éducation comparée en laissant les adolescents comparer eux-mêmes les deux expériences scolaires expérimentées d une part, et en croisant les regards français et allemands sur un même objet d autre part. Il s agit donc d un travail d éducation comparée dans le champ de la sociologie compréhensive. Enfin, cette démarche comparatiste, qui suppose de renoncer en partie à ce qui peut paraître évident 2, permettra de porter une analyse renouvelée sur le système scolaire français en quittant un certain ethnocentrisme conceptuel 3. Quelques éléments de notre implication dans ce travail La méthode n est pas la seule composante interculturelle de cette recherche puisque c est nous-mêmes qui sommes «traversé par l interculturel» du fait de notre double nationalité française et allemande. En revanche, comme toute notre scolarité a été effectuée en France, nous n avons pas expérimenté le système scolaire allemand. Avant notre engagement dans ce travail de recherche, cette double nationalité n avait jamais fait l objet d une réflexion sur notre origine culturelle. Ce n est donc que tardivement que nous nous sommes penché sur les questions interculturelles. Lorsqu en septembre 2002, alors que nous recherchions un DEA après notre maitrise en STAPS 4, Gilles Brougère et Lucette Colin nous ont proposé de travailler sur le programme Voltaire. Dans un premier temps, c est davantage la possibilité d obtention d une allocation de recherche que la spécificité du terrain proposé qui a attiré notre attention. Le moins que l on puisse dire est que nous ne soupçonnions pas l ampleur de l intérêt des problématiques interculturelles (même si dans le cadre de notre travail elles ne servent que de révélateur et ne seront pas analysées en tant que telles), ni l enthousiasme et la passion suscités par cette recherche. Ce travail a fait évoluer notre rapport au système scolaire français et est venu modifier nos représentations de l école française comme de l école allemande. 1 Novoa, A., «Etats des lieux de l éducation comparée, paradigmes, avancées et impasses», in R. Sirota, Autour du comparatisme en éducation, Paris, PUF, 2001, p ; La Borderie, R., «L art du voyage, repères pour la comparaison», in D. Groux, N. Tutiaux-Guillon, (sous la dir.), Les échanges internationaux et la comparaison en éducation, pratiques et enjeux, Paris, L Harmattan, 2000, p. 24 ; Brougère, G., «Jeu et objectifs pédagogiques : une approche comparative de l éducation préscolaire», Revue française de pédagogie, n 119, 1997, p Jucquois, G., «Le comparatisme, éléments pour une théorie», in G. Jucquois, C. Vielle, (sous la dir.), Le comparatisme dans les sciences de l homme. Approches pluridisciplinaires, Bruxelles, De Boeck Université, 2000, p Akkari, A., «Au-delà de l ethnocentrisme en sciences de l éducation», in R., Dasen, C., Perregaux, Pourquoi des approches interculturelles en sciences de l éducation?, Bruxelles, De Boeck Université, 2002, p Sciences et techniques et des activités physiques et sportives. 10

11 Dans le cadre de notre mémoire de maîtrise, nous avions réalisé une étude comparative sur la construction de marqueurs identitaires chez des adolescents sportifs de haut-niveau et des adolescents non-sportifs. Nous désirions poursuivre par une recherche sur la construction de marqueurs identitaires durant la scolarité des lycéens. Mais très rapidement, l expérience scolaire nous est apparue comme la notion la plus pertinente dans l analyse de l école du point de vue des lycéens, comme dans l analyse des spécificités de l individu contemporain. En commençant cette recherche, nous souhaitions effectuer un travail symétrique d analyse des expériences scolaires française et allemande. Mais notre travail sera finalement dissymétrique, notre point de vue étant majoritairement français. Une partie seulement du chemin est parcouru et il serait nécessaire de passer quelques années en Allemagne, afin d être plus au cœur du système scolaire allemand, pour espérer être dans une perspective plus symétrique. Le parcours proposé «Le temps qu ils passent à lire le journal, nous on le passe à l école.» (Vincent, français) «L école appartient à la vie, mais la vie ça n est pas l école.» 1 (Kristin, allemande) Ce travail est composé de 12 chapitres qui se répartissent en 4 parties. La première partie consiste en la construction et la problématisation progressive de notre objet de recherche à partir d une revue de la littérature. C est par le concept d expérience que nous commencerons notre travail, et très rapidement, c est le concept d expérience sociale qui attirera notre attention, parce que particulièrement adapté et pertinent dans la compréhension de l individu contemporain et la conduite de ses actions. Ce premier chapitre introductif, «L expérience sociale», présente une partie du cadre théorique qui servira de point de départ de notre travail. Nous présentons principalement les travaux de Dubet et l architecture conceptuelle de la sociologie de l expérience. Ce chapitre constitue une forme d entrée en matière de notre travail. Ce début de revue de la littérature nous conduira à nous centrer sur une application particulière de la notion d expérience sociale qu est l expérience scolaire. Nous reviendrons sur les travaux présentés dans le premier chapitre à la fin de notre travail, dans la dernière partie, et proposerons quelques éléments nouveaux de théorisation. 1 «Die Schule gehört zum Leben, aber Leben ist nicht Schule.» 11

12 Dans le deuxième chapitre, «L expérience scolaire lycéenne en France», nous prenons acte des différents travaux prenant en considération la subjectivité des élèves afin d initier notre réflexion sur l expérience scolaire. La lecture de ces travaux nous amène, à la fin de ce chapitre, à relever leur forte dimension culturelle. Quelle est l expérience scolaire de lycéens étrangers? Est-elle la même que celle des lycéens français? Et comment l expérience scolaire est-elle conceptualisée dans d autres contextes culturels? La remarque de Rayou 1 relative au positionnement d un lycéen français de retour d Allemagne vis-à-vis de son expérience scolaire, nous incitera à approfondir la question des spécificités de l expérience scolaire afin d inscrire l expérience scolaire dans un contexte interculturel. Nous avons donc exploré les recherches empiriques sur l école en Allemagne qui prennent en considération la subjectivité des élèves. Celles-ci sont très peu nombreuses, le contexte culturel et scientifique est radicalement différent. C est autour de la notion de Bildung que le débat scientifique allemand sur l école se cristallise et c est à ce concept et à la spécificité de son univers qu est consacré le 3 ème chapitre «La Bildung allemande». L immersion dans la littérature allemande ainsi que le parallèle des contextes français et allemand confirme la mise en évidence de très fortes spécificités culturelles dans la conceptualisation de la notion d expérience scolaire et nous invite à tenter une comparaison des expériences scolaires. Cette entreprise de comparaison des expériences scolaires pose la question de leur comparabilité que nous abordons dans le chapitre 4, «La comparaison des expériences scolaires française et allemande». Nous y explorons les quelques travaux proposant une comparaison des expériences scolaires et particulièrement des expériences scolaires française et allemande. Ce court chapitre aboutit à la nécessité d une méthodologie de la comparaison des expériences scolaires. La deuxième partie, constituée de deux chapitres, est consacrée à la méthodologie employée dans cette recherche et aux questions relatives à la comparaison des expériences scolaires. Dans le 5 ème chapitre, «Population d étude et recueil des données», nous présentons les caractéristiques de notre population : les adolescents participant au programme Voltaire, un programme d échange réciproque solitaire d un an entre la France et l Allemagne pour des jeunes de 15 à 17 ans. Ce chapitre consiste également en la présentation de notre objet de 1 Rayou, P., La cité des lycéens, op. cit., p

13 recherche qu est l expérience scolaire, analysée dans la comparaison. Nous utiliserons pour ce faire une méthodologie dont le matériau de recherche principal sera des entretiens. Le 6 ème chapitre est consacré au comparatisme dans cette recherche. En effet, l interculturel est un moyen d accès aux données, il est ce qui permet aux adolescents de comparer les expériences scolaires française et allemande. Ce dispositif pose des questions épistémologiques relatives à la comparaison, celle-ci étant dans notre travail au cœur de la production des résultats. Ce chapitre conduit à la possibilité de comparer empiriquement les expériences scolaires française et allemande. La troisième partie est composée de trois chapitres d analyse des données sur l expérience scolaire. «Je suis arrivée pendant un week-end, et déjà le lundi, ça commençait. Et mon premier cours, c'était un cours de maths. Alors ici ils sont très, très stricts en maths, quand on va en maths, on a un peu J'ai rigolé, j'ai rigolé ; c'était tellement marrant, c'était tellement différent, j'ai rigolé du début à la fin. La façon dont les élèves se tenaient, c'était vraiment décontracté par rapport à nous où on doit se tenir droit, rien dire, c était vraiment ça m a ça m a c est pas que ça m a fait peur, mais ça m a vraiment étonnée. Et en fait, au bout d'un moment je m'y suis habituée et ça s'est très bien passé.» (Elisabeth, française) Nous donnerons largement la parole aux adolescents qui analysent et comparent leur expérience scolaire nationale et l expérience scolaire étrangère. Les divergences entre les expériences scolaires française et allemande sont conséquentes, et c est par l analyse de la relation pédagogique et de la figure de l enseignant que nous commencerons cette présentation des données empiriques (chapitre 7 : «La relation pédagogique et la figure de l enseignant»). Ensuite, dans le 8 ème chapitre, la comparaison franco-allemande portera sur des caractéristiques culturelles fortes ayant trait au travail scolaire et à la place de l école dans la vie de l adolescent, ce qui nous permettra de mettre en évidence l importance du travail scolaire en France, les spécificités françaises et allemandes des méthodes de travail et d apprentissage, la «centralité» de l école dans la vie de l adolescent en France, et le sens de l expérience scolaire lycéenne. Le dernier chapitre d analyse des données empiriques, «Adolescents et systèmes scolaires», est consacré au rapport de l adolescent aux systèmes scolaires (à son propre système scolaire 13

14 et au système scolaire étranger). Ce sera l occasion d illustrer la pluralité des rapports des adolescents à leur système scolaire d une part, et l ambivalence de la relation de chacun d entre eux à celui-ci d autre part. Nous aborderons également la question du retour des adolescents dans leur système scolaire. Après avoir analysé le discours des adolescents comparant leurs expériences scolaires, nous dégagerons les résultats théoriques de cette recherche dans la quatrième partie, en commençant par un retour sur la notion d expérience scolaire (chapitre 10) qui mettra en évidence les caractéristiques culturelles de l expérience scolaire, et analysera la réflexivité particulièrement aiguë de ces adolescents sur leur expérience et leur socialisation. Nous continuerons la mise en évidence de nos résultats théoriques par le chapitre 11 consacré aux résultats méthodologiques auxquels ce travail permet d aboutir et nous proposerons une nouvelle façon de faire de l éducation comparée, qui nous semble être pertinente pour les sciences sociales. Cette éducation comparée «in vivo» investit la mobilité internationale des acteurs comme un révélateur des expériences sociales et laisse les acteurs ayant fait «l expérience d une autre expérience» comparer eux-mêmes leurs expériences. Enfin, ce travail ne serait pas terminé si, à partir de l expérience scolaire des adolescents, nous n effectuions pas un retour sur les systèmes scolaires. Nous montrerons que l analyse comparée de l expérience scolaire des lycéens français et allemands en réussite, qui permet de dégager certains éléments d intelligibilité des systèmes scolaires, éclaire l expérience scolaire de tous les lycéens. Nous mettrons en valeur quelques caractéristiques du système scolaire français, comme la forte fonction symbolique de l école, la violence du système scolaire, le sanctuaire 1 à l abri de la vraie vie qu est l institution éducative, le rapport aux apprentissages, ou les spécificités des processus de socialisation en France et en Allemagne où le poids et la signification des «rituels quotidiens des cours et de la vie scolaire» 2 sont différents. 1 Dubet, F., Le déclin de l institution, Paris, Seuil, 2002, pp Wulf, C., Gebauer, G., Jeux, rituels, gestes. Les fondements mimétiques de l action sociale, tr. fr., Paris, Anthropos, p

15 PREMIERE PARTIE Vers une comparaison des expériences scolaires 15

16 16

17 Chapitre 1 L expérience sociale LE TERME D EXPERIENCE Le terme «expérience» provient du latin experientia qui signifie «mettre à l épreuve, pénétrer dans la réalité, aller au-delà de la simple réflexion théorique, confronter avec la vie quotidienne» 1 ; toujours en latin, ex perir, évoque l idée de sortie du péril ou de l épreuve 2. Le mot «expérience» renvoie au fait d éprouver quelque chose. Ainsi ce terme est utilisé dans les sciences expérimentales pour signifier expérimentation, c est-à-dire le fait d éprouver par le réel des hypothèses. Le concept d expérience est polysémique et il fait l objet d un relatif flou notionnel en français. En effet, l expérience désigne plusieurs réalités. Ainsi, l expérience est une émotion, une sensation : on parle par exemple de l expérience amoureuse, spirituelle 3. Il s agit donc d un phénomène proprement subjectif, elle est ce qui se vit d abord avec les sens avant de se 1 Bertrand, Y., «Expérience et éducation», in J. Houssaye, (sous la dir.), Education et philosophie, Paris, ESF, 1999, p Pineau, G., «La formation expérientielle en auto, éco et co-formation», Apprendre par l expérience, Education permanente, n , p Dubet, F., Sociologie de l expérience, Paris, Seuil, 1994, p

18 penser intellectuellement 1. En même temps, ce vécu est «recouvrement de la conscience individuelle par la société» 2, c est-à-dire qu il est socialement construit. Cette idée est à tenir ensemble avec une acception différente de la notion d expérience : l expérience est aussi une activité cognitive, une vérification du réel, «une expérimentation», ce par quoi les individus construisent le monde. L expérience est un moyen de connaissance du monde, à travers le corps 3, et on distingue alors experientia d experimentum, une construction artificielle 4. I. LA NOTION D EXPERIENCE 1. Formation, connaissances et apprentissages Ce terme d expérience renvoie également à une multitude d acceptions courantes comme la connaissance (ou une somme de connaissances acquises au fil du temps), la formation ou les apprentissages. C est le cas dans la philosophie de Kant où l Erfahrung (expérience) est la première source de connaissance, même si elle n est pas suffisante à la connaissance. 5 L expérience peut être opposée aux connaissances théoriques et signifier la connaissance par la pratique. Dominicé, par exemple, qui dresse également ce bilan, souhaite redonner à l expérience une place dans «l apprentissage des connaissances nécessaires à l existence». Cette façon de concevoir l expérience induit une appréhension des savoirs comme construits au cours de son histoire de vie et non pas uniquement comme reçus de l extérieur. C est ainsi que la méthode de biographisation 6 peut être l occasion «d une revalorisation épistémologique de la notion d expérience» 7 dans la mesure où les récits biographiques mettent tout particulièrement en exergue la force de l expérience au sein des histoires de vies et dans la création de savoirs pour les individus. L expérience de la vie quotidienne se trouve donc être au cœur de la construction de soi. Pour Gadamer, cette conception rejoint l idée que 1 Raveneau, G., «L expérience comme aménagement social et culturel de l existence», L expérience vécue, Sociétés, n 64, Dubet, F., Sociologie de l expérience, op. cit, p Féménias, D., «Quelque part dans l inachevé : le vécu sportif aux confins du sacré», L expérience vécue, Sociétés, n 64, 1999, pp Feldman, J., «Propos sur l expérience, à travers la vie, la connaissance, la science», in H. Bézille, B. Courtois, (sous la dir.), Penser la relation expérience-formation, Lyon, Chronique Sociale, 2006, p Cohen, H., La théorie kantienne de l expérience, Paris, Cerf, 2001, [1871]. 6 Delory-Momberger, C., Biographie et Education, Paris, Anthropos, 2003 ; Delory-Momberger, C., Histoire de Vie et Recherche biographique en éducation, Paris, Anthropos, 2005 ; Delory-Momberger, C., Hess, R., Le sens de l histoire, Moments d une biographie, Paris, Anthropos, Dominicé, P., L histoire de vie comme processus de formation, Paris, L Harmattan, 2002, p

19 «l expérience que l on fait», l expérience existentielle est par essence douloureuse et désagréable, mais c est elle qui permet de produire et de créer 1, l expérience de l individu et son interprétation participent à la production identitaire. 2 L expérience peut donc être source d apprentissages. Dewey, un des premiers théoriciens de l expérience, la considère comme première dans la réalisation d apprentissages, elle est un des fondements de sa pensée éducative, et représente pour lui la vie même. Pour qu elle soit réellement efficiente, et que l apprenant trouve dans son expérience l origine de connaissances, il doit en dégager du sens. Elle doit donc dépasser le plaisir immédiat pour avoir un impact sur l expérience suivante. Il s agit donc d apprendre à dégager de l expérience ce qu elle a de «positif». Ainsi la pensée et la création de liens entre les différentes expériences sont essentielles. 3 Mais la pensée ferait suite à l expérience, contrairement aux conceptions rationalistes du XVII ème qui ont comme postulat que la connaissance provient de la raison qui précède l expérience. 4 Dewey, qui a œuvré pour une transformation de l éducation aux Etats-Unis et à travers le monde, a milité pour l élaboration d une théorie de l expérience 5 qui peine encore à voir le jour. La période actuelle est marquée par la prise en considération de l expérience et de ses acquis dans la formation, notamment grâce à la loi du 17 janvier 2002 dans le cadre de la modernisation sociale. Ainsi, depuis quelques années l université valide les acquis de l expérience professionnelle, associative ou du domaine personnel comme les séjours à l étranger. L expérience permet de développer des compétences, de réaliser des apprentissages, elle est une ressource essentielle de l éducation informelle, au cœur du processus de formation informelle. L expérience «constitue une sorte de point de convergence de la plupart des problématiques qui se posent en formation et que se posent les acteurs de la formation.» 6. Les recherches sur la validation des acquis de l expérience (VAE) manifestent un regain d intérêt pour la notion d expérience. 7 1 Gamba-Nasica, C., Socialisations, expériences et dynamique identitaire, L épreuve de l entrée dans la vie active, Paris, L Harmattan, Berger, P., Luckmann, T., La construction sociale de la réalité, tr. fr., Paris, Armand-Colin, Dewey, J., Expérience et éducation, tr. fr., Paris, Armand Colin, Pourtois, J.-P., Desmet, H., L éducation postmoderne, Paris, PUF, Dewey, J., Expérience et éducation, op. cit. 6 Mayen, P., Mayeux, C., «Expérience et formation, note de synthèse», Savoirs, n 1, Paris, L Harmattan, 2003, p Aubret, J. «La validation des acquis de l expérience», Savoirs, n 1, Paris, L Harmattan, 2003, ainsi que Ollagnier, E., Malglaive, G., Feutrie, M., «Réponses», Savoirs, n 1, Paris, L Harmattan, 2003 ; Debon, C., «Parcours de la reconnaissance : le processus de la validation des acquis de l expérience (VAE)», in H. Bézille, B., Courtois, (sous la dir.) Penser la relation expérience-formation, Lyon, Chronique sociale,

20 2. Erfahrung et Erlebnis La notion d expérience est théorisée de façon plus précise en Allemagne avec la distinction entre Erfahrung et Erlebnis : c est-à-dire avec la distinction entre «j ai vécu cela» ou «j ai fait une expérience» (Erlebnis) et «j ai de l expérience» ou «l expérience d être père» (Erfahrung). Les concepts en langue française, anglaise et italienne (esperienza) ne distinguent pas ces deux dimensions de l expérience tandis que les notions espagnoles (vincencia) et portugaise (vivência) s apparentent au concept de vécu ou d Erlebnis. Ainsi la notion d expérience est plus conceptualisée en Allemagne qu elle ne l est en France : Kant et Hegel ont travaillé la notion d Erfahrung aux XVIII ème et XIX ème siècles et le mouvement de l éducation nouvelle est conceptualisé à partir de la notion d Erlebnis. Ce concept, qui peut se définir comme l «expérience vécue», a émergé avec le roman de formation au sein du romantisme allemand où le vécu de l individu est essentiel. 1 L Erlebnis est l expérience du présent : elle peut être intellectuelle, esthétique, sentimentale, douloureuse. 2 Cette expérience de soi dans le cours de la vie permet une autoformation. 3 L expérience vécue est étroitement liée à la notion de temps, elle a lieu dans l instant un cas particulier pouvant être un instant «hors du temps» comme dans le cas de la consommation de drogue par exemple. 4 Par ailleurs, l expérience vécue signifie fréquemment quelque chose d extraordinaire, hors du commun pour laquelle le corps est le moyen de réalisation, comme dans le saut en parachute où l expérience trouve en elle-même sa finalité. 5 Et pourtant, dans la banalité du quotidien, l individu réalise également «des expériences». L expérience peut survenir dans la vie de l individu sans qu il ne l ait décidé, mais elle peut aussi être recherchée et provoquée. 6 1 Sirost, O., «Expérience primitive du monde de la vie», L expérience vécue, Sociétés, n 64, 1999, pp Dilthey, W., Le monde de l esprit, Tome 2, tr. fr., Paris, Aubier, 1947, in L expérience vécue, Sociétés, n 64, Prévost, H., «Expérience de soi dans le cours de la vie : entre parcours et discours», in H. Bézille, B. Courtois, (sous la dir.), Penser la relation expérience-formation, Lyon, Chronique Sociale, Houdayer, H., «Intoxication et formes du temps», L expérience vécue, Sociétés, n 64, Raveneau, G., «L expérience comme aménagement social et culturel de l existence», op. cit., p Verrier, C., «Expérience réfléchie et expérience non réfléchie», in H. Bézille, B. Courtois, (sous la dir.), Penser la relation expérience-formation, Lyon, Chronique Sociale,

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Méthodologie qualitative

Méthodologie qualitative Méthodologie qualitative Dans une enquête, le choix d une recherche et d une analyse de type qualitatif est avant tout dicté par la problématique. C est un choix pragmatique qui a pour but de répondre

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales

Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Sociologie générale et sociologie politique 1. Les processus de socialisation et la construction des identités sociales Ressources pour le lycée général

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE

Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE MASTER 2 PROFESSIONNEL «ETUDES INTERNATIONALES», SPECIALITE : «ETUDES LATINO-AMERICAINES» Responsable : Marie Laure Geoffray 2013-2014 GUIDE DU MEMOIRE Le mémoire de Master 2 Professionnel n'est pas un

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement

Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Accompagner le personnel scolaire vers un engagement qui favorise le réinvestissement Leadership et travail en équipe de collègues 2008 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR!

LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LA PÉDAGOGIE DE PROJET COMME MOTEUR D APPRENTISSAGE ET DE PLAISIR! LES MOTEURS DU PLAISIR POUR L APPRENANT Comment peut-on avoir du plaisir en apprenant? Le plaisir d apprendre doit être identique au plaisir

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

"Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe.

Le chemin est long du projet à la chose. Molière, Tartuffe. "Le chemin est long du projet à la chose." Molière, Tartuffe. Stage PAF STL SPCL - Le Projet 05/04/12 1 La place du projet dans les programmes de STL SPCL Alors, qu est-ce qui s est passé? Elle se serait

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002

LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LA BIBLIOTHÈQUE DANS L UNIVERSITÉ : UNE RELATION EN MUTATION 24 OCTOBRE 2002 LE POINT DE VUE DES MILIEUX DU TRAVAIL Me Claudine Roy Contrairement aux autres conférenciers qui, jusqu à présent, vous ont

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail

Cycle 2. Cned - Académie en ligne

Cycle 2. Cned - Académie en ligne Cycle 2 Cycle 2 Manuel Auteur Emmanuelle Rodriguez Professeure des écoles Coordonnateur de l équipe rédactionnelle Pascal Lalanne Inspecteur de l éducation nationale Expert Martine Safra Inspectrice générale

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail