Contexte des finances locales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contexte des finances locales"

Transcription

1 1

2 INTRODUCTION Contexte des finances locales Montée en charge de la baisse des concours de l Etat (27 milliards d euros en cumulé) Loi de Finances 2014 : CONTRIBUTION = PRELEVEMENT SUR LA DGF (jusqu à épuisement) AU REDRESSEMENT + PRELEVEMENT SUR LES COMPENSATIONS D EXONERATIONS (fiscalité directe locale) le DU DEFICIT PUBLIC cas échéant + si nécessaire PRELEVEMENT SUR LES AVANCES DE FISCALITE Quels impacts? Un ajustement des dépenses (de l ordre de 10 milliards) - Sur l investissement - Sur les dépenses de fonctionnement (baisse des achats de fournitures, moins de recrutements ) Un appel aux recettes autonomes des collectivités - Augmentation des impôts (restera toutefois modeste) - Recours à l emprunt - Tirage sur le fonds de roulement 2

3 INTRODUCTION Evolution de la structure des principales recettes hors emprunts toutes collectivités locales confondues Source : La Banque Postale avril

4 INTRODUCTION Evolution du poids de la fiscalité avec pouvoir de taux dans les recettes réelles de fonctionnement 4

5 INTRODUCTION Objectif de la présentation Recenser les différentes recettes fiscales (pouvoir de taux ou non) Identifier les moyens d actions des collectivités sur ces dernières (agir sur les bases, agir sur les taux). 5

6 SOMMAIRE La fiscalité ménages et entreprises La répartition des taxes entre les collectivités et leur pouvoir de taux La fiscalité avec pouvoir de taux (TH, TFB, TFNB et CFE) La fiscalité sans pouvoir de taux (CVA, IFER) La fiscalité sans pouvoir de taux mais modulation possible (TASCOM) Comment remplir l état fiscal 1259? Le travail des commissions des impôts directs (communales et intercommunales) La collectivité en tant que contribuable La fiscalité déchets La TEOM / La REOM La part incitative à la TEOM La fiscalité de l aménagement La taxe d aménagement Le versement pour sous-densité Les autres recettes fiscales Le versement transport La taxe sur la consommation finale d électricité La taxe de séjour La taxe sur les remontées mécaniques Le calendrier fiscal 6

7 LA FISCALITE MENAGES ET ENTREPRISES 7

8 LA REPARTITION DES TAXES ENTRE LES COLLECTIVITES ET LEUR POUVOIR DE TAUX MENAGES TAXE D'HABITATION (TH) TAXE SUR LE FONCIER BATI (TFB) TAXE SUR LE FONCIER NON BATI (TFNB) TAXE ADDITIONNELLE AU FONCIER NON BATI (TAFNB) BLOC COMMUNAL COMMUNES EPCI DEPARTEMENT REGIONS COTISATION FONCIERE DES ENTREPRISES (CFE) COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES (CVAE) 26,50% 48,50% 25% ENTREPRISES IMPOSITION FORFAITAIRE POUR LES ENTREPRISES DE RESEAUX (IFER) TAXE SUR LES SURFACES COMMERCIALES (TASCOM) N.B-TASCOM : les EPCI à fiscalité additionnelle peuvent se substituer à leurs communes membres pour la perception de son produit, sur délibérations concordantes de l'établissement public et des communes concernées. Pouvoir de taux : la collectivité fixe le taux en respectant certaines règles (plafond, lien) Absence de pouvoir de taux local : taux ou tarifs fixés par l'etat Absence de pouvoir de taux local (taux ou tarifs fixés par l'etat) mais possibilité pour la collectivité locale de moduler le montant de la taxe 8

9 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La taxe d habitation (TH) : Principale ressource des collectivités territoriales. Les locaux imposables : les locaux meublés d habitation avec leurs annexes et dépendances, lesquels forment bien un ensemble. Les locaux doivent disposer d un ameublement suffisant pour permettre l habitation et être dans un état non délabré. Par dépendance, il faut entendre «tout local ou terrain, qui, en raison de sa proximité par rapport à une habitation, de son aménagement ou de sa destination, peut être considéré comme y étant rattaché même s il n est pas contigu à celle-ci». Ex : garages, jardins d agrément, parc et terrains de jeux. les locaux meublés et à usage privatif des personnes morales (sociétés non soumises à la CFE, associations et organismes privés). Les locaux exonérés : Article 1407, II, du Code général des impôts : local où le contribuable est passible de la CET (locaux commerciaux, industriels ou professionnels comme les usines, ateliers, boutiques ), local servant aux exploitations rurales (granges, écuries, greniers, pressoirs ), local pour le logement des élèves dans les écoles et pensionnats (attention : le logement mis à disposition des instituteurs est imposable à la taxe d'habitation). 9

10 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La taxe d habitation (TH) : Montant de la TH payé par un contribuable = Base d imposition de son logement X taux voté par la collectivité POUVOIR DE LA COLLECTIVITE Base d imposition de la TH = Valeur locative cadastrale (VLC) du local abattements DEFINITION VALEUR LOCATIVE CADASTRALE VALEUR LOCATIVE : Loyer théorique annuel que produirait un immeuble s il était loué dans les conditions normales d un marché équilibré et concurrentiel (à partir d un tarif au m 2 élaboré au 1 er janvier 1970, puis application d un coefficient d actualisation départemental établi en 1980, et enfin application d un coefficient de revalorisation fixé chaque année par la loi de finances.) CADASTRALE : car inscrite sur les documents cadastraux supports d identification de la matière imposable dans chaque commune Abattements obligatoires ETAT Abattements facultatifs POUVOIR DE LA COLLECTIVITE 10

11 La taxe d habitation (TH) : Révision des valeurs locatives inscrites dans la loi de finances rectificative 2013 Pourquoi? Pour aligner les valeurs locatives sur des valeurs de marché afin de mettre en relation les assiettes fiscales des collectivités et la réalité économique : expérimentation dans 5 départements représentatifs Les grands principes : (idem pour la révision des valeurs locatives des locaux professionnels mais adaptés aux spécificités des locaux d habitation) Abandon de la classification actuelle et de la notion de local de référence au profit d un classement par tranche de surface (référence à la surface dite «Carrez» mieux comprise des propriétaires que les équivalences superficielles actuelles, complexes et obsolètes), Institution de grilles tarifaires et de secteurs d évaluation correspondant à un marché locatif homogène (commune ou plusieurs communes ou sections cadastrales) 2016 : généralisation FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE 2018 : intégration des résultats de la révision dans les bases des impôts directs locaux. 11

12 La taxe sur le foncier bâti (TFB) : Elle constitue l une des taxes les plus importantes des collectivités locales surtout des communes. Les biens imposés : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE -les constructions proprement dites : fixées au sol à perpétuelle demeure (ne peut être déplacée), présentant le caractère de véritables bâtiments (pas de ruines), achevées (gros œuvre, menuiseries extérieures, plâtres terminés). -les biens assimilables à des propriétés bâties : les cheminées d'usine, les réfrigérants atmosphériques - les ouvrages d art et de communication : toutes les constructions assurant les communications par les terres, l air, la mer (ponts, pistes, voies ferrées, routes, quais ). - les bateaux utilisés en un point fixe : qu ils aient un but d habitation, commercial ou industriel. -les terrains imposables à la taxe foncière sur les propriétés bâties : les chantiers, lieux de dépôt de marchandises, les terrains utilisés pour la publicité commerciale ou industrielle (panneaux-réclames, affiches-écrans ou affiches sur portatif spécial, établis au-delà d'une distance de 100 mètres autour de toute agglomération de maisons ou de bâtiments). 12

13 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La taxe sur le foncier bâti (TFB) : Les biens exonérés : Il conviendra de distinguer les exonérations : -Permanentes -Temporaires -Facultatives POUVOIR DE LA COLLECTIVITE Montant de la TFB payé par un contribuable = Base d imposition X taux voté par la collectivité POUVOIR DE LA COLLECTIVITE Base d imposition de la TFB = Revenu net cadastral DEFINITION REVENU NET CADASTRAL Valeur locative cadastrale de l année (donc VL 1970 actualisée et revalorisée) à laquelle on applique le seul abattement forfaitaire légal de 50 % pour tenir compte des frais de gestion, d assurances, d amortissement, d entretien et de réparation de la propriété imposable. 13

14 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La taxe sur le foncier non bâti (TFNB) : Elle constitue une ressource au rendement modeste même pour les communes rurales. Les terrains imposables : L ensemble des parcelles de terres exploitées ou non Les terrains exclus : Les terrains qui sont soumis à la TFB : les sols des constructions et des terrains formant dépendances indispensables et immédiates ; les terrains non cultivés car non cultivables (chantiers, dépôts, etc.) ; les terrains cultivés ou non cultivés, et affectés à la publicité industrielle ou commerciale par des systèmes de panneaux. Les sous-sols ne sont pas non plus soumis à la TFPNB. Les exonérations : il conviendra de distinguer les permanentes des temporaires, celles de plein droit et/ou soumises à des conditions restrictives et celles qui sont subordonnées à une décision des collectivités territoriales POUVOIR DE LA COLLECTIVITE. 14

15 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La taxe sur le foncier non bâti (TFNB) : Elle constitue une ressource au rendement modeste même pour les communes rurales. Montant de la TFNB payé par un contribuable = Base d imposition X taux voté par la collectivité POUVOIR DE LA COLLECTIVITE Base d imposition de la TFNB = Revenu net cadastral DEFINITION REVENU NET CADASTRAL Valeur locative cadastrale issue de la dernière révision de 1961 à laquelle on applique un abattement forfaitaire de 20 % afin de compenser les frais et charges du propriétaire. 15

16 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX LES CARACTERISTIQUES DES 4 TAXES : TH, TFB, TFNB et CFE La cotisation foncière des entreprises (CFE) : Elle correspond à l ancienne part foncière de la taxe professionnelle. Redevables : les entreprises ou les personnes qui exercent de manière habituelle une activité professionnelle non salariée, quel que soit leur statut juridique, leur activité ou leur régime d'imposition. Assiette : la valeur locative (VL) des biens passibles d une taxe foncière situés en France dont a disposé le redevable pour les besoins de sa profession. La période de référence retenue pour déterminer les bases de cotisation foncière des entreprises est l avant-dernière année précédant celle de l imposition. Exemple, pour la cotisation due en 2014, sont pris en compte les biens utilisés en Taux : POUVOIR DE LA COLLECTIVITE 16

17 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Apprécier la richesse fiscale de la collectivité via les indicateurs suivants : Le potentiel fiscal : indicateur de richesse permettant d'apprécier les ressources que peut mobiliser une collectivité. Communes membres d'un EPCI à fiscalité professionnelle unique Produit des bases de TH, FB et FNB X par les taux moyens nationaux de chacune des taxes + Somme : Produits des jeux, surtaxe sur les eaux minérales et redevance des mines perçus par la commune Montant de DCRTP et/ou montant perçu ou prélevé au titre du FNGIR par le groupement, ventilé(s) au prorata de la population DGF de la commune Attribution de compensation perçue ou versée N-1 Communes membres d'un EPCI à fiscalité additionnelle Produit des bases de TH, FB et FNB X par les taux moyens nationaux de chacune des taxes + Somme de : Produit de la base CFE x taux moyen national de cette taxe Produits communaux de CVAE, IFER, TAFNB et TASCOM Produits intercommunaux de CVAE, IFER, TAFNB et TASCOM perçus sur le territoire de la commune Produits des jeux, surtaxe sur les eaux minérales et redevance des mines perçus par la commune Montant de DCRTP et/ou montant perçu ou prélevé au titre du FNGIR par la commune Répartition des produits du groupement * ventilés au prorata de la population DGF de la commune Compensation part salaires N-1 nette du prélèvement TASCOM = POTENTIEL FISCAL Montant de DCRTP et/ou montant perçu ou prélevé au titre du FNGIR par le groupement, ventilé au prorata de la population DGF de la commune Compensation suppression de la part salaire (CSPS) N-1 = POTENTIEL FISCAL 17

18 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Apprécier la richesse fiscale de la collectivité via les indicateurs suivants : Le potentiel fiscal : EPCI à fiscalité propre Produit des bases de TH, FB et FNB X par les taux moyens nationaux de chacune des taxes + Somme de : Produit de la base CFE x taux moyen national de cette taxe Produits intercommunaux de CVAE, IFER, TAFNB et TASCOM Montants positifs ou négatifs de DCRTP et FNGIR perçus ou supportés par l'epci Part de la dotation de compensation N-1 correspondant à la compensation "part salaires" = POTENTIEL FISCAL 18

19 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Apprécier la richesse fiscale de la collectivité via les indicateurs suivants : L effort fiscal : indicateur permettant d évaluer la pression fiscale exercée sur les contribuables de la commune (taxes ménages) Somme des produits fiscaux communaux Potentiel fiscal (3 taxes) TH FB FNB TAFNB TEOM/REOM Produits EPCI TOTAL Produits Bases nettes Taux 18,83% 28,77% 155,38% + Produits des exonérations Effort fiscal = Somme des produits fiscaux communaux Potentiel fiscal 3 taxes = 1, TH FB FNB TOTAL Potentiel Bases brutes Taux moyen nationaux 23,83% 20,04% 48,79% + TAFNB

20 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Apprécier la richesse fiscale de la collectivité via les indicateurs suivants : Le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal : indicateur permettant de comparer le produit des impôts locaux (taxes ménages + CFE) à celui qui serait obtenu par application aux bases de la commune des taux moyens nationaux. Produit fiscal 4 taxes N Potentiel fiscal 4 taxes de la commune 20

21 Déroulé de la démarche : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Faire connaissance avec la matière fiscale de la collectivité Informations contenues dans les états fiscaux papiers ou informatiques élaboration d un observatoire fiscal (plus ou moins élaboré) Calendrier de mise à disposition par la DGFIP des infos en 2014/2015 : Mars : Etats 1259/1253 Septembre : bases CFE simulées sur 2015 des établissements dominants aux collectivités les plus importantes et sur demande aux autres collectivités (communes et EPCI). La transmission des bases n est donc pas automatique. Par ailleurs, la liste des éléments communiqués n est pas exhaustive. Novembre : montants CVAE estimé au titre des versements 2015 (la DGFIP communiquera dès juillet 2014 les premières tendances nationales d évolution de la CVAE à verser en 2015). 4ème trimestre (jusqu en février 2015) : Impôts sur rôles Transmission des rôles de : TH, TFNB, TFPB, CFE, IFER. Transmission des informations individuelles de TASCOM. Notification des montants définitifs des produits issus des rôles et des impôts auto-liquidés. 21

22 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule TAXES FONCIERES Etablir un diagnostic Objectifs et enjeux multiples. Exemples : Appréhender les caractéristiques socioéconomiques des contribuables (via l analyse des allègements d impôts et des montants de taxes acquittés) Analyser les ressources fiscales perçues par la collectivité et leur évolution via effet base et effet taux Rappeler les dispositions en matière d exonération (de droit ou décision des collectivités) et réduction d impôt, en mesurer le poids Enrichir l analyse financière prospective de la collectivité avec la prise en compte du calendrier du retour des exonérations Rôles de TF + Fichier CADASTRE Produit perçu Evolution des bases Types de locaux imposables Classification des locaux d habitation par catégorie de confort Prix au m2 Dégager des pistes de travail / Définir les actions à mener repenser sa politique fiscale : Agir sur les bases (exonérations, abattements) Agir sur les taux agir sur ses propres charges fiscales (la collectivité = contribuable, parfois à tort) 22

23 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Préambule Constatation des changements de la valeur locative suite à un changement de caractéristiques physiques et d environnement Rappel : L administration fiscale met annuellement à jour les valeurs locatives des propriétés bâties et non bâties pour tenir compte des changements qui les affectent. En cas de hausse de la valeur locative liée à des changements de caractéristiques physiques et/ou d environnement, les changements des propriétés n étaient pris en compte que lorsqu ils entraînaient une modification de plus de 10 % de leur valeur locative. Procédure actuelle (loi de finances pour article 1517 du CGI) : A partir de 2014, le seuil de 10 % pour la prise en compte d une modification des valeurs locatives des propriétés est supprimé. Les changements de caractéristiques physiques ou d environnement seront désormais pris en compte au fil de l eau, et non plus à chaque franchissement de seuil. Les changements de caractéristiques physiques : travaux d amélioration ou dépréciation directe durable (ex : une remise en état ou l adjonction d équipements nouveaux, un défaut d entretien ) Les changements d environnement : intervention d événements extérieurs aux locaux (ex : modifications positives ou dégradations touchant à l urbanisme, aux équipements collectifs, une rénovation urbaine, un parc de loisirs, de nouvelles voies de communication ) 23

24 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Effet base de l évolution des produits fiscaux : Revalorisation forfaitaire (variation nominale) : Rappel : la valeur locative cadastrale d'un bien immobilier sert de base aux impôts directs locaux (taxe d'habitation, taxes foncières, contribution économique territoriale). Elle correspond au loyer annuel théorique que pourrait produire un immeuble bâti ou non bâti, s il était loué dans les conditions normales du marché locatif de Pour tenir compte de l'érosion monétaire et de l'évolution du marché locatif, depuis 1970, elle est revalorisée chaque année au niveau national. Les valeurs locatives sont ainsi majorées par application de coefficients forfaitaire fixées en loi de finances. Pour 2014, le taux de revalorisation de l Etat est de 0,9 % (alors qu il était de 1,8 % en 2013) Dynamisme du territoire (variation physique) La hausse de la population, la construction de nouveaux locaux sur le territoire jouent un rôle dans l augmentation des bases d imposition et inversement en cas de baisse. 24

25 Définitions préalables : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonération : Permanente ou temporaire, totale ou partielle A pour effet de ne pas imposer une personne (au vu de sa situation) ou un bien (en raison de sa nature, son affectation) Perte de produit fiscal pour les collectivités locales compensées (à taux d imposition figé) pour les seules exonérations décidées par l Etat. Compensations d exonérations = variables d ajustement pour l Etat depuis les dernières lois de finances Dégrèvement : Total ou partiel Le contribuable = L ETAT Pas de perte de produit fiscal pour les collectivités locales (prise en compte de l augmentation des bases fiscales et des taux supportés par l ETAT ou le contribuable). Abattement : Réduction de l assiette de l impôt Perte de produit fiscal pour les collectivités locales 25

26 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques La mise en place de réductions, leur modulation ou leur suppression = STRATEGIE FISCALE Des questions à se poser : Exemple pour l exonération «nouvelles constructions» : L attractivité du territoire dépend-il du maintien de l exonération? Y a-t-il une pression foncière trop forte sur le territoire? Quelle perte de produit fiscal pour la collectivité? Quelles exonérations, quels abattements sur le territoire? Se référer aux délibérations, ou consulter le site (voir fiche diapositives ci-après) : statistiques.donnees_detaillees 26

27 Abattements FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Commune : Membre du syndicat Inter-communalité Département : Région : Taxe d'habitation CA du Lac du Bourget SAVOIE RHONE-ALPES VIVIERS DU LAC VIVIERS DU LAC Commune Syndicats Inter-communalité Département Region Taux d'imposition ,11% 5,48% Taux d'imposition ,11% 5,48% général à la base - - personne à charge - par personne rang 1 ou 2 10% 10% - par personne rang 3 ou + 15% 15% spécial à la base en faveur de certaines personnes de condition - - modeste spécial à la base en faveur de certaines personnes handicapées - Exonérations Mesures votées aucune aucune Autres délibérations Mesures votées aucune Taxe foncière sur les propriétés bâties Commune Syndicats Inter-communalité Département Region 27

28 spécial à la base en faveur de certaines personnes handicapées FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX Exonérations Mesures votées aucune aucune OBJECTIF Autres OPTIMISATION délibérations : Agir sur les bases Mesures votées Taxe foncière sur les propriétés bâties - aucune Commune Syndicats Inter-communalité Département Region Taux d'imposition ,63% 11,03% Taux d'imposition ,63% 11,03% Exonérations pour l'implantation des entreprises en faveur de l'innovation et de la recherche pour la protection de l'environnement en faveur de certaines activités en faveur de certains logements Autres délibérations Mesures votées - Suppression de l'exonération de 2 ans pour l'ensemble des nouveaux locaux d'habitation Taxe foncière sur les propriétés non-bâties Commune Syndicats Inter-communalité Département Region Taux d'imposition ,20% 3,36% Taux d'imposition ,20% 3,36% Exonérations temporaires Mesures votées aucune aucune Autres délibérations Mesures votées aucune aucune Cotisation foncière des entreprises et Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises Commune Syndicats Inter-communalité Département Région Taux d'imposition CFE ,88% Taux d'imposition CFE ,88% 28

29 Taux d'imposition ,20% 3,36% Taux d'imposition ,20% 3,36% FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX Exonérations temporaires Mesures votées aucune aucune OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Autres délibérations Mesures votées aucune aucune Cotisation foncière des entreprises et Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises Commune Syndicats Inter-communalité Département Région Taux d'imposition CFE ,88% Taux d'imposition CFE ,88% Exonérations CFE/CVAE en faveur de l'innovation et de la recherche pour la protection de l'environnement en faveur de certaines installations en faveur de certaines activités pour l'implantation des entreprises Autres délibérations CFE/CVAE Mesures votées aucune aucune aucune aucune 29

30 Taxe d habitation : Exonérations (sous condition de ressources) : Personnes âgées de plus de 60 ans Veuf ou veuve Titulaire de l allocation adulte handicapé (AAH) ou de l allocation supplémentaire d invalidité (Asi), ou de l allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) Contribuables atteint d une infirmité ou d'une invalidité les empêchant de subvenir seuls aux nécessités de l'existence Dégrèvement partiel (sous condition de ressources) : pour les revenus ne dépassant pas le seuil fixé à l article 1417 du CGI : plafonnement de la contribution à 4,3 % du montant du revenu de référence pris en compte (diminué d un abattement suivant la situation de famille). Abattements : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Les abattements facultatifs sont votés par les collectivités, ils s appliquent uniquement à la valeur locative moyenne (VLM) des résidences principales. NB : En cas d absence de politique d abattements définie au niveau de l EPCI, les abattements qui s appliqueront sur son territoire seront ceux résultant des votes des conseils municipaux et l abattement s appliquera alors à la valeur locative moyenne de chaque commune et non à la VLM de l EPCI. 30

31 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Taxe d habitation : Abattements pour charge de famille (obligatoires) Abattements à la base (facultatifs) Abattement général à la base (uniquement sur les résidences principales) Abattements obligatoires Pour chacune des 2 premières personnes à charge 10 % Pour la 3e personne à charge et chacune des personnes suivantes 15 % Abattement spécial à la base en faveur des personnes de condition modeste (ayant un certain seuil de revenus l année précédente et dont la valeur locative du logement est inférieure à 130 % de la valeur locative moyenne des habitations du département ou du groupement à fiscalité propre) Abattement spécial à la base en faveur des personnes handicapées ou invalides (titulaires de l allocation de solidarité aux personnes âgées, de l allocation aux adultes handicapés ou de la carte d invalidité, ainsi que les contribuables atteints d une infirmité ou d une invalidité les empêchant de subvenir par leur travail aux nécessités de l existence ou qui occupent leur habitation avec les personnes mentionnées précédemment) Augmentations possibles 1 ou plusieurs % Jusqu au plafond de 20 % 1 ou plusieurs % jusqu au plafond de 25 % Augmentations possibles 1 ou plusieurs % sans dépasser 15 % 1 ou plusieurs % sans dépasser 15 % 10 % 31

32 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Taxe d habitation : Exemple de modulation et ses impacts : Fichier 1386 bis TH-K Modulation envisagée : baisse de 10 % à 5%; cette mesure touchera l ensemble des contribuables imposés (résidences principales). Taux TH : 9,93 % 32

33 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Taxe d habitation : Globalement, les bases abattues diminuent de ( ) x156 = Soit un gain de produit de x 9,93 % = En l espèce : gain très relatif Dans d autres cas : gain substantiel, la collectivité veut neutraliser la modulation sur son produit global via une correction du taux de TH, cet objectif entraînera une iniquité entre les contribuables. 33

34 Taxe d habitation : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Possibilité d instituer un abattement de 25 % de la valeur locative de certains logements vacants ayant fait l objet d une convention de mise à disposition (loi de finances rectificative pour 2013-article 1388 quinquies A nouveau du CGI) Dans le cadre de la loi du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l exclusion, un propriétaire de locaux vacants peut signer une convention avec un intermédiaire agréé par l État «en vue de leur protection et préservation et de leur occupation par des résidents temporaires». Cette convention de mise à disposition, d une durée minimale de quatre mois, permet l occupation jusqu à la réaffectation des locaux. Les occupants sont liés par un contrat de résidence de 3 mois renouvelable tacitement, pour une redevance maximale de 200. Pour inciter les propriétaires de locaux vacants à s engager dans ce dispositif de résidence temporaire, les collectivités locales peuvent délibérer sur un abattement de 25 % de la valeur locative des locaux. Ce dispositif, qui devait prendre fin au 31 décembre 2013, est prolongé jusqu en Cet abattement est facultatif et la délibération devra, s il y a lieu, intervenir avant le 1er octobre 2014 pour application l année suivante. Pour cette année, les délibérations pouvaient aussi intervenir jusqu au 21 janvier

35 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Taxe d habitation : TAXE SUR LES LOGEMENTS VACANTS (TLV) Communes appartenant à une zone d urbanisation continue de plus de habitants. Vise les agglomérations où il existe un déséquilibre marqué entre l'offre et la demande de logements entraînant des difficultés sérieuses d accès au logement. Taxe perçue au profit de l'agence Nationale de l'habitat (ANAH). Quoi? Local d habitation non meublé, vacant depuis au moins une année. Taux : 12,5 % la 1 ère année 25 % à compter de la 2 è année. OU TAXE D HABITATION SUR LES LOGEMENTS VACANTS (THLV) Communes ou EPCI si ont adopté un plan local de l'habitat et si leurs communes n'ont pas ellesmêmes instauré cette taxe ou la TLV. Quoi? Local d habitation non meublé, vacant depuis deux années consécutives. Taux : voté par la collectivité Mise en œuvre de la THLV : objectif de faire réintégrer les faux vacants dans les bases Fichiers utiles : 1767 bis ou nouvel outil mis en place par la DGFiP (voir page suivante) Démarche : vérification de la réalité de la vacance signalement des vacances suspectes au centre des impôts relance effectuée par les services fiscaux Résultats : retour à une imposition en résidence principale ou en résidence secondaire d une quantité non négligeable de logements. 35

36 Taxe d habitation : FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Une information fiscale des collectivités sur les logements vacants et les résidences secondaires facilitée depuis l arrêté du 16 avril 2014 lequel permet un traitement automatisé de transfert de données à caractère personnel. La collectivité doit en faire la demande. Utile par exemple pour connaître la proportion de logements vacants et en bon état détenus par une même personne et dont la vacance prolongée est liée à la seule volonté du propriétaire ou de l usufruitier. Les informations : Sur les logements vacants : - propriétaire ou gestionnaire du local : nom, prénom ou forme juridique et raison sociale de la personne morale ; - local : adresse du bien, nature, numéro séquentiel, références cadastrales, valeurs locatives, code d affectation, date de la dernière mutation de propriété ; - vacance du local : première année de vacance, année de référence de TLV ou de THLV, indicateur de taxation à la TLV ou à la THLV, indicateur signalant un local susceptible d être soumis à la TLV ou à la THLV au cours de l année N. Sur les résidences secondaires : - propriétaire du local : nom, prénom du propriétaire ou forme juridique et raison sociale de la personne morale ainsi que l adresse ; - occupant du local : nom, prénom ou forme juridique et raison sociale de la personne morale ainsi que le numéro séquentiel ; - local : adresse, nature, numéro séquentiel, références cadastrales et valeurs locatives. 36

37 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Taxe foncière sur les propriétés bâties : Exonérations permanentes (art 1382 CGI) : Bâtiments publics Edifice de cultes Exploitations rurales Bâtiments des coopératives agricoles Exonérations temporaires (art 1383 à 1387 CGI) partielles ou totales délibération : Constructions neuves ou reconstruction (2 ans) Constructions bénéficiant de prêts aidés PLA, PAP, PLAI (plus de 2 ans) Logements neufs ayant une performance énergétique, achevés à partir du 01/01/2009 (5 ans) Exonérations (art 1390 à 1391 CGI) : Personnes âgées (de plus de 75 ans) ou invalides (titulaires de l AAH, l Asi ou l Aspa) ayant de faibles revenus Dégrèvement (art 1389 CGI) : En cas de vacance d une durée de plus de 3 mois de la totalité d un logement ou d une partie susceptible de location, indépendamment de la volonté du propriétaire 37

38 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Taxe foncière sur les propriétés non bâties : Exonérations permanentes (art 1394 CGI) : Propriétés publiques Routes nationales Fleuves et rivières Sols et terrains soumis à la TFB Exonérations temporaires (art 1395 CGI) partielles ou totales délibération : Terrains plantés en bois (peupleraies 10 ans, résineux 30 ans, noyers 8 ans, arbres fruitiers 15 ans ) Terrains exploités selon un mode de production biologique. Dégrèvement (art 1397 à 1398 CGI) : Suite à la disparition d une parcelle (avalanches, inondations ) Suite à des pertes de récoltes (grêle, gelée, inondation, sécheresse...) Suite à des pertes de bétail (épizooties) NB : Mesures spécifiques pour les jeunes agriculteurs bénéficiaires de la dotation d installation ou de prêts à moyen terme spéciaux (MTS) ou qui ont souscrit un contrat territorial d'exploitation (CTE) : réduction de 50 % de la taxe due pendant 5 ans (réduction qui peut être majorée par délibération). 38

39 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases Exonérations, abattements : de vraies politiques Cotisation économique territoriale : Exonérations permanentes : Collectivités territoriales, EPCI et organismes de l Etat Exploitants agricoles Entreprises minières Coopératives agricoles Société de pêche Artisans Etablissement d enseignement privé Exonérations temporaires : En fonction des zonages : ZRR, ZUS, zones franches (5 ans maximum) Dégrèvement : Plafonnement de la taxe égal à 3 % de la valeur ajoutée de l entreprise. Il ne s applique pas à la cotisation foncière minimum Réductions : Pour la CFE : 30 % pour les entreprises industrielles Pour la CVAE : pour les entreprises ayant un CA < à 2 M 39

40 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les bases La base minimum de la cotisation foncière des entreprises (CFE) : Lorsque la valeur locative est très faible ou lorsqu un contribuable ne dispose d aucun local (domicilié fiscalement au lieu d habitation), une cotisation minimum est établie à partir d'une base dont le montant est fixé par délibération de la commune ou de l'epci concerné. Ce montant doit être compris dans une fourchette qui varie en fonction du chiffre d'affaires hors taxes de l'entreprise, à savoir de : 210 à 500 si le chiffre d affaires (CA) est inférieur à ; 210 à si le CA est compris entre et ; 210 à si le CA est compris entre et ; 210 à si le CA est compris entre et ; 210 à si le CA est compris entre et ; 210 à si le CA est supérieur à A défaut de délibération, le montant de la base minimum est égal au montant de la base minimum de taxe professionnelle appliqué en 2009 dans la commune. Possibilité de réduire le montant de la base minimum de moitié au plus pour les assujettis n'exerçant leur activité professionnelle qu'à temps partiel ou pendant moins de neuf mois de l'année et pour les assujettis dont le montant hors taxes des recettes ou du chiffre d'affaires au cours de la période de référence est inférieur à

41 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les taux Effet taux de l évolution des produits fiscaux : En plus d une hausse ou d une baisse des bases d imposition, le produit fiscal des contributions directes peut également évoluer du fait d une action sur les taux d imposition, sachant que toute collectivité peut librement les augmenter ou les diminuer. 3 limites à cette liberté (articles 1636 sexies et septies du CGI) : Plafonnement des taux d imposition (indications sur l état fiscal 1259) : CFE 2 fois le taux moyen communal n-1 déterminé au niveau national pour l ensemble des collectivités de même nature TH-TFB-TFNB 2,5 fois le plus élevé du taux moyen communal ou départemental n-1 Pas de taux plafond pour les taxes ménages des EPCI à fiscalité propre et pour la CFE additionnelle (pour EPCI à FPU : le taux de CFE ne peut pas dépasser 2 fois le taux moyen national de CFE constaté l année précédente) mais les taux intercommunaux viennent en déduction du taux plafond de la commune. Encadrement de la variation du taux de CFE d une année sur l autre (règle de lien) Encadrement de la variation du taux FNB (règle de lien). Il existe deux modes d évolution des taux : La variation proportionnelle : elle est identique pour l ensemble des taxes La variation différenciée : chaque taux peut se voir appliquer une hausse différente, mais dans ce cadre, il est impératif de respecter les règles de liens entre les taux qui varient suivant si le choix porte sur une hausse ou une diminution des taux. 41

42 FISCALITE AVEC POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : Agir sur les taux HAUSSE CONTRAINTES BAISSE CONTRAINTES TH SYNTHESE DES DIFFERENTES POSSIBILITES D EVOLUTION DES TAUX Aucune sur les autres taxes TH Aucune sur la TFB TFNB dans la même proportion CFE dans la même proportion TFB Aucune sur les autres taxes TFB Aucune sur la TH et sur la TFNB CFE dans la même proportion que TMP TFNB TH au moins de façon identique TFNB Aucune sur la TH et sur la TFB CFE dans la même proportion que TMP CFE TH ou TMP au moins de façon identique CFE Aucune sur les autres taxes TMP : taux moyen pondéré 3 taxes ménages. Il correspond au rapport (X100) entre le produit des 3 taxes ménages et la somme de leurs bases. Le taux de CFE ne peut pas augmenter plus que la plus faible des augmentations du taux de TH ou de TMP (hors possibilité d appliquer la majoration spéciale). 42

43 FISCALITE SANS POUVOIR DE TAUX La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) : Redevables : les entreprises dont le chiffre d affaires annuel est supérieur à HT. Toutefois, les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à HT doivent effectuer la déclaration de valeur ajoutée et des effectifs salariés qui sert à en déterminer la base d'imposition même si elles ne sont pas redevables. Assiette : la valeur ajoutée réalisée par l'entreprise (CA hors charges et produits financiers et exceptionnels). Taux : le bloc communal n a aucun pouvoir de taux sur cette taxe puisque la CVAE est fixée au niveau national à partir d'un taux unique égal à 1,5 % de la valeur ajoutée, auquel est appliqué un dégrèvement (pris en charge par l Etat) suivant le montant du CA. CA HT de l entreprise TAUX applicable à la valeur ajoutée CA < % < CA < % x (CA ) / cotisation minimale de < CA < % + 0.9% x (CA ) / < CA < % % x (CA ) / CA > % 43

44 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) : Quels moyens d action? FISCALITE SANS POUVOIR DE TAUX OBJECTIF OPTIMISATION : connaître les entreprises présentes sur le territoire Rappel : la CVAE est un impôt déclaratif L entreprise doit notamment déclarer les effectifs salariés un enjeu pour les collectivités car pour les entreprises mono-établissement, la CVAE est directement affectée à la collectivité d implantation sans passer par des critères de répartition ; en revanche, la CVAE calculée nationalement pour les entreprises disposant de plusieurs établissements est territorialisée entre les différentes communes d implantation au prorata des effectifs salariés (2/3) et de la valeur locative (1/3) de chacun d entre eux. Effectifs des établissements Données fichiers : multi-établissements SIREN entr NIC entr Denomination NACE entr Date cessation CA reference CA reel CA groupe VA NIC etab ETP par etab CVAE payee CVAE degrevee CVAE exo comp Somme CVAE exo non comp ,2566E+10 SN ,8931E SN0BG Exemple alerte : si ETP par etab est égal à zéro alors que l entreprise est bien présente se rapprocher de l entreprise, contacter les services fiscaux correction de la déclaration. 44

45 FISCALITE SANS POUVOIR DE TAUX L imposition forfaitaire pour les entreprises de réseaux (IFER) : Concerne 3 secteurs d entreprises : ENERGIE TRANSPORT FERROVIAIRE TELECOMMUNICATIONS aucun pouvoir de fixation des tarifs fixé au niveau national. Le tarif (revalorisation de 1,3 % en 2014 contre 1,75 % en 2013) et l assiette dépendent de la catégorie de l IFER. 8 catégories : 1. Les éoliennes terrestres et «hydroliennes» 2. Les usines de production d électricité nucléaire ou thermique à flamme 3. Les usines de production d électricité photovoltaïque ou hydraulique 4. Les transformateurs électriques 5. Les stations radioélectriques 6. Les installations gazières et sur les canalisations de transport de gaz naturel, d'autres hydrocarbures et de produits chimiques 7. Les répartiteurs principaux de téléphonie 8. Le matériel roulant ferroviaire OBJECTIF OPTIMISATION : pas d actions possibles 45

46 FISCALITE SANS POUVOIR DE TAUX MAIS MODULATION POSSIBLE La taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) : Redevables : Sont concernés les établissements réalisant un chiffre d affaires hors taxe (CAHT) de plus de , ouverts à partir du 1er janvier 1960, quelle que soit la forme juridique de l entreprise qui les exploite. Assiette : taxe assise sur la surface de vente dépassant 400 m². Le barème de la taxe dépend du chiffre d affaires au m² de l établissement : CAHT annuel par m² Commerce Station-service Jusqu'à ,74 par m² 8,32 par m² Entre et [(CA au m² ) x 0,00315] + 5,74 par m² [(CA au m² ) x 0,00304] + 8,32 par m² À partir de ,12 par m² 35,70 par m² 46

47 La taxe sur les surfaces commerciales (TASCOM) : Modulation possible du montant de la taxe en application d un coefficient multiplicateur compris entre 0,8 et 1,2 sur délibération préalable de la collectivité à qui est affectée la taxe (commune ou EPCI) prise avant le 1 er octobre. Le coefficient multiplicateur, au titre de la première année, ne peut être ni inférieur à 0,95 ni supérieur à 1,05 et ne peut ensuite varier de plus de 0,05 chaque année (art. L du Code général des collectivités territoriales). Quel constat au niveau national? FISCALITE SANS POUVOIR DE TAUX MAIS MODULATION POSSIBLE OBJECTIF OPTIMISATION : moduler les tarifs Selon la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), depuis 2012, communes ont majoré la taxe et cinq l ont réduite. En 2013, nombreuses communes ont adopté un coefficient à 1,10, soit 10 % d augmentation en deux ans. Colère des entreprises : «Pour les GMS alimentaires, les 4 principales taxes locales dont la Tascom amputaient le résultat net d exploitation de 25 % en 2009 et de 51 % en La Tascom, c est aujourd hui 20 % de l ensemble des impôts et taxes nationaux et locaux. Sa hausse, commencée avec celle du barème des taux en 2004, a été de 172 % entre 2004 et Dans le même temps, l augmentation du CA a été beaucoup moins rapide (moins de 10 %)». 47

48 COMMENT REMPLIR L ETAT FISCAL 1259? + 0,9 %

49 COMMENT REMPLIR L ETAT FISCAL 1259?

50 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS Les commissions communales des impôts directs (CCID) Composition : Les membres sont désignés par le directeur départemental des finances publiques sur une liste dressée par le conseil municipal. Le maire ou l adjoint délégué préside la commission entouré de commissaires dont le nombre varie en fonction de la taille de la commune : Si la commune comprend moins de habitants : 6 titulaires (+ 6 suppléants ) Si la commune comprend plus de habitants : 8 titulaires (+ 8 suppléants) Durée du mandat : La durée est identique à celle du mandat du conseil municipal. Fonctionnement : La CCID est une instance consultative : en cas d échec de la concertation, le dernier mot revient à l administration fiscale La commission se réunit à huit clos, au minimum une fois par an mais peut éventuellement se réunir plus, si elle le souhaite Les décisions se prennent à la majorité des suffrages avec voix prépondérante pour le président Le quorum de cinq membres minimum doit être atteint 50

51 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS Les commissions communales des impôts directs (CCID) Rôles : La CCID a un rôle essentiel : la détermination de la valeur cadastrale. La CCID donne son avis sur ces valeurs locatives cadastrales ET assure leur mise à jour régulière. Missions : Dresser la liste des locaux de référence et des locaux types ; Participer à la détermination de la surface pondérée et des tarifs d évaluation des propriétés non bâties ; Porter à la connaissance des membres tous les changements qui ont affecté les propriétés bâties et non bâties ; Formuler par la suite un avis sur l évaluation et la mise à jour annuelle des propriétés bâties et non bâties nouvelles ; Donner un avis sur les réclamations liées à la TH et la taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM). 51

52 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS Les commissions intercommunales des impôts directs (CIID) Composition : Les membres de la CIID sont au nombre de 11 : le président (ou un vice-président délégué) de l EPCI à fiscalité professionnelle unique + 10 commissaires. Ils sont désignés par le directeur départemental des finances publiques sur une liste dressée par l organe délibérant de l EPCI sur proposition de ses communes membres, dans les deux mois suivant le renouvellement des conseils municipaux. Durée du mandat : La durée est identique à celle de l organe délibérant de l EPCI. Fonctionnement : Les membres de la commission délibèrent en commun à la majorité des suffrages. Aucune décision ne peut être prise s'ils ne sont pas au moins 9 présents. La CIID se réunit à la demande du directeur départemental des finances publiques du département du siège de l'epci (ou de son délégué) ET sur convocation du président de l'epci (ou du vice-président délégué) ou à défaut du plus âgé des commissaires titulaires dans un délai de 2 mois à compter de cette demande. Si le directeur n invite pas le président à réunir la commission avant le 31 janvier, lorsqu il y a des modifications à intégrer dans les rôles, le président peut prendre l initiative de la convoquer. 52

53 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS Les commissions intercommunales des impôts directs (CIID) Rôle : La commission intercommunale des impôts directs intervient en matière de fiscalité directe locale en ce qui concerne les locaux commerciaux et biens divers : elle participe, en lieu et place des commissions communales des impôts directs, à la désignation des locaux types à retenir pour l évaluation par comparaison des locaux commerciaux et biens divers (article 1504 du CGI) ; elle donne un avis, en lieu et place des commissions communales des impôts directs, sur les évaluations foncières des locaux commerciaux et biens divers proposées par l administration fiscale (article 1505 du CGI). Le rôle de la CIID est consultatif, en cas de désaccord entre l administration et la commission, les évaluations sont arrêtées par l administration fiscale. Dans le cadre de la révision des valeurs locatives des locaux professionnels, la CCID et la CIID seront amenées à se prononcer sur le projet soumis par la commission départementale des valeurs locatives des locaux professionnels (CDVLLP). 53

54 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS 54

55 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS EXEMPLE DE TRAVAIL DES COMMISSIONS : Objectif = détecter les locaux sous-évalués en raison du classement dans une mauvaise catégorie, et évaluer le différentiel en valeur locative qui en découle. 3 étapes : Établissement de listes de locaux par catégorie. Détection d éléments discordants par catégorie : ces informations sont données par l équipe mise en place à partir soit d inspections sur le terrain, soit d éléments cadastraux ou tous autres moyens (par exemple, les piscines peuvent être repérées par photographie aérienne). Transmission aux services fiscaux de listes de locaux à modifier par catégorie. 55

56 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS EXEMPLE DE TRAVAIL DES COMMISSIONS : Cas : une commune avec un taux TH à 16 %, un taux TFB à 13,32 % et une TEOM à 5 %. Travail réalisé sur les catégories 7 et 8. Après un travail sur les incohérences, il est établi que 105 locaux méritent une réévaluation : Au regard des VL moyennes suivantes : 56

57 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS EXEMPLE DE TRAVAIL DES COMMISSIONS : En passant les locaux visés (15 maisons et 30 appartements) de la catégorie 8 à 7 et les locaux visés (20 maisons et 40 appartements) de la catégorie 7 à 6, on peut estimer le gain en valeur locative suivant : 57

58 LE TRAVAIL DES COMMISSIONS DES IMPOTS DIRECTS EXEMPLE DE TRAVAIL DES COMMISSIONS : Et un gain substantiel en produit fiscal sur la TH, la TFB et la TEOM : 16 58

59 LA COLLECTIVITE EN TANT QUE CONTRIBUABLE AGIR SUR SES PROPRES CHARGES FISCALES ACTIONS : un suivi du patrimoine de la collectivité une vérification de ses avis d imposition (taxes foncières principalement) QUELQUES EXEMPLES D ANOMALIES CONSTATEES : Un local démoli mais toujours imposé Un local affecté à un service public de la collectivité, non productif de revenus mais toujours imposé (ex : un ancien logement de fonction affecté aujourd hui à des bureaux) Un local imposé à tort au nom de la collectivité (ex : immeuble collectif édifié par un bailleur social sur une emprise foncière appartenant à la collectivité) Un local d habitation vacant, insalubre surimposé pouvant faire l objet d une demande de déclassement. 59

60 LA COLLECTIVITE EN TANT QUE CONTRIBUABLE AGIR SUR SES PROPRES CHARGES FISCALES Les sources d informations : Etats papiers Supports numériques 1259 Le rôle 1386 TF Fichier foncier «MAGIC 3» 1387 TF Thcol et 1767 bis 1386 TH bis Liste B CFE Fichier CVAE et Tascom 60

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1

Eco-Fiche LA FISCALITE LOCALE 1 Eco-Fiche Avril 2011 LA FISCALITE LOCALE 1 La fiscalité locale constitue la catégorie de ressources des collectivités territoriales la plus significative. Souvent jugée inégale, injuste ou encore complexe,

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE

CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE CATALOGUE DES DÉLIBÉRATIONS DE FISCALITÉ DIRECTE LOCALE 2015 Sommaire Introction 3 I. TAXE D HABITATION A. Abattement 8 B. Exonération 9 C. Divers 10 II. TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES A. Exonération

Plus en détail

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010)

Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. (Loi de finances pour 2010) Présentation de la réforme de la taxe professionnelle (Loi de finances pour 2010) I. Economie générale La réforme de la taxe professionnelle a pour vocation de lutter contre une source de déséquilibre

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012

ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 COMMUNE : 010 BONDY N 1259 COM (1) ARRONDISSEMENT : TRESORERIE SPL : 93 BOBIGNY TRESORERIE DE BONDY ETAT DE NOTIFICATION DES TAUX D'IMPOSITION DES TAXES DIRECTES LOCALES POUR 2012 TAUX FDL 2012 I RESSOURCES

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

TAXE D HABITATION ANNEXE 1 : TABLEAU SYNOPTIQUE DES INFORMATIONS UTILES A L ELABORATION DES ARRETES DE VERSEMENT DES ALLOCATIONS COMPENSATRICES 1 COMPENSATIONS VERSÉES AU TITRE DE L EXONÉRATION RÉFÉRENCE

Plus en détail

6. Les contributions de l État

6. Les contributions de l État 6. Les contributions de l État En conséquence des allègements d'impôt décidés, l'état est amené à contribuer lui-même aux recettes fiscales des collectivités locales pour ne pas porter atteinte à leurs

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

Plan de la formation

Plan de la formation Plan de la formation 1 ère partie : Introduction : la stratégie fiscale La fiscalité directe (TF, TH, CET) La fiscalité locale 1973 La valeur locative cadastrale - le travail sur les bases ménages - le

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Ressources fiscales Bases Ménages Bases Professionnelles. Nantes 19 Juin 2014

Ressources fiscales Bases Ménages Bases Professionnelles. Nantes 19 Juin 2014 Ressources fiscales Bases Ménages Bases Professionnelles 1 Nantes 19 Juin 2014 FISCALITE DIRECTE ET OPTIMISATION A. Généralités B. Introduction à la fiscalité directe C. Bases ménages D. Bases professionnelles

Plus en détail

COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE

COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE LA HAUTE-NORMANDIE ET DE LA SEINE-MARITIME COMITE LOCAL DES USAGERS PROFESSIONNELS 4 MARS 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE En l'état des informations

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté

La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté La réforme de la taxe professionnelle : comprendre le texte adopté Entrée des bailleurs de locaux nus à usage professionnel dans le champ d application de la nouvelle C.E.T Cathy GOARANT-MORAGLIA Avocat

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties. Note méthodologique OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment est calculée la taxe foncière sur les propriétés bâties? Prenons l exemple d un avis d imposition pour un bien

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers

SOMMAIRE Les impôts locaux Les revenus financiers Les revenus fonciers Les plus-values des particuliers L impôt sur le revenu des particuliers SOMMAIRE Les impôts locaux Fiche 1 Les taxes foncières... 4 Fiche 2 La taxe d habitation... 6 Fiche 3 La cotisation foncière des entreprises... 8 Fiche 4 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises...

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

5 Perspectives sur la révision des valeurs locatives des locaux d habitation... 10

5 Perspectives sur la révision des valeurs locatives des locaux d habitation... 10 ANNEXE 4 LA REVISION DES VALEURS LOCATIVES CADASTRALES DES LOCAUX PROFESSIONNELS 1 Une révision rendue nécessaire par le caractère obsolète des valeurs locatives, et mise en œuvre par étapes... 3 1.1 L

Plus en détail

TAXES ET IMPOTS FONCIERS RECUPERABLES PAR LE BAILLEUR NOTICE EXPLICATIVE - 2014

TAXES ET IMPOTS FONCIERS RECUPERABLES PAR LE BAILLEUR NOTICE EXPLICATIVE - 2014 TAXES ET IMPOTS FONCIERS RECUPERABLES PAR LE BAILLEUR NOTICE EXPLICATIVE - 2014 SERVICE JURIDIQUE AMENAGEMENT FONCIER & ENVIRONNEMENT La base d imposition : le revenu cadastral Depuis 1980, chaque année,

Plus en détail

6. La fiscalité locale indirecte

6. La fiscalité locale indirecte 6. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES TFB-13 2014 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES EXONÉRATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES NOUVELLES POUR LES ETABLISSEMENTS QU ELLES ONT CREES OU REPRIS A UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Code Général des

Plus en détail

LA TAXE D HABITATION

LA TAXE D HABITATION LA TAXE D HABITATION Qui paye la taxe d habitation? Les personnes ayant la disposition d'un logement au 1er janvier de l année sont en principe imposables à la taxe d'habitation. Que l occupant soit propriétaire,

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE

LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE LE DISPOSITIF «PINEL» LOGEMENTS NEUFS OU EN VEFA EN METROPOLE La loi de finances pour 2015, qui a rebaptisé le dispositif «Duflot» en dispositif «Pinel», a apporté des améliorations au dispositif d investissement

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Supplément à l analyse des lois de finances

Supplément à l analyse des lois de finances Février 2012 Supplément à l analyse des lois de finances Précisions concernant le FPIC Suite à l adoption de la loi de finances pour 2012, le Comité des finances locales a examiné mardi 7 février un projet

Plus en détail

La fiscalité en Ehpad

La fiscalité en Ehpad La fiscalité en Ehpad Etat des lieux Réunion Groupe de travail Ehpad Mardi 24 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. L offre en Ehpad Des formes juridiques très hétérogènes Une forte croissance de l offre du secteur

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 TAXE D'HABITATION : MODALITÉS DE CALCUL, EXONÉRATIONS ET DÉGRÈVEMENTS

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 TAXE D'HABITATION : MODALITÉS DE CALCUL, EXONÉRATIONS ET DÉGRÈVEMENTS TAXE D'HABITATION : MODALITÉS DE CALCUL, EXONÉRATIONS ET DÉGRÈVEMENTS La taxe d'habitation Introduction La taxe d'habitation est un impôt direct ce qui implique qu'elle est payée et supportée par la même

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX

LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX LA RÉFORME DE L ÉVALUATION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX COMMERCIAUX Au cours du mois de juillet 2010, les services de la direction de la législation fiscale (DLF) et de la direction générale des finances

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011. Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011. Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010 1 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2011 Examen des articles non rattachés de la deuxième partie Mardi 30 novembre 2010 MOYENS DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DISPOSITIONS SPÉCIALES TITRE I ER : AUTORISATIONS

Plus en détail

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local

Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Source : Le Sénat, Documentation Déxia Crédit Local Sur quoi se base-t-on pour calculer ma taxe d habitation? Quel que soit l impôt considéré, taxe d habitation et taxe foncière sur les propriétés bâties

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

La révision des valeurs locatives des locaux professionnels

La révision des valeurs locatives des locaux professionnels Direction Départementale des Finances Publiques de Charente- Maritime La révision des valeurs locatives des locaux professionnels Pôle gestion fiscale Division de la fiscalité des particuliers et des missions

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

MODALITES DE FIXATION DES TAUX D IMPOSITION. Plafonnement des taux d imposition

MODALITES DE FIXATION DES TAUX D IMPOSITION. Plafonnement des taux d imposition MODALITES DE FIXATION DES TAUX D IMPOSITION Les articles 1636 B sexies et 1636 B septies du CGI posent trois limites à la liberté dont disposent les collectivités pour fixer leur taux d imposition. Plafonnement

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

7. La fiscalité locale indirecte

7. La fiscalité locale indirecte 7. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

LA FISCALITE DIRECTE LOCALE

LA FISCALITE DIRECTE LOCALE LA FISCALITE DIRECTE LOCALE L Ordonnance du 7 janvier 1959 annonçait la suppression des «quatre vieilles», (les contributions qui remontaient à la Révolution) et la création de quatre nouvelles taxes.

Plus en détail

DEFISCALISATION LOI GIRARDIN PARTICULIER

DEFISCALISATION LOI GIRARDIN PARTICULIER DEFISCALISATION LOI GIRARDIN PARTICULIER Le dispositif dit «loi Girardin» est un mécanisme de réduction d'impôt dont peuvent bénéficier les contribuables qui investissent dans leur résidence principale

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014

LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Département Finances Dossier suivi par Nathalie BRODIN, Claire GEKAS, Soraya HAMRIOUI 15 janvier 2014 LES PRINCIPALES DIPOSITIONS DES LOIS DE FINANCES IMPACTANT LES BUDGETS LOCAUX EN 2014 Les dispositions

Plus en détail

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI Département Finances AR/AH Dossier suivi par Alain ROBY et Maud ROLHION mai 2010 LA TAXE FORFAITAIRE SUR LA CESSION DE TERRAINS DEVENUS CONSTRUCTIBLES : UN IMPOT FACULTATIF POUR LES COMMUNES OU LES EPCI

Plus en détail

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2

FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS. I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 FASCICULE IV : LE VOTE DES TAUX DES DÉPARTEMENTS I. Taux départemental de taxe foncière sur les propriétés bâties... 2 II. Droit départemental d enregistrement et taxe départementale de publicité foncière

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 400108

DÉPENSE FISCALE N 400108 DÉPENSE FISCALE N 400108 Exonération partielle d ISF des bois et forêts et des parts d intérêts détenues dans un groupement forestier, des biens ruraux loués par un bail à long terme et des parts de GFA

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts

INVESTIR EN LOI DUFLOT. Optimisons ensemble votre patrimoine. Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts INVESTIR EN LOI DUFLOT Le 1 er uro à investir est celui que l on peut légalement distraire de ses impôts Optimisons ensemble votre patrimoine LA LOI DUFLOT La loi de finances de 2013 définit un nouveau

Plus en détail

Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2)

Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2) Numéro 118 - janvier 2016 Spécial lois de finances (2) - Lois de finances et décisions du Conseil constitutionnel - Abaissement de la limite d'exonération des indemnités de cessation forcée des fonctions

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

MON PETIT GUIDE DE LA FISCALITE

MON PETIT GUIDE DE LA FISCALITE MON PETIT GUIDE DE LA FISCALITE taxe d aménagement (TA) et Redevance d Archéologie Préventive (RAP) SOMMAIRE N utiles : 1) La TA et la RAP : Qu est-ce que c est, à quoi ça sert? Pôle fiscalité de la Direction

Plus en détail

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS

VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS VILLE D ESSEY-LES-NANCY REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 19 septembre 2012 OBJET : Convention de partenariat avec la DDFIP Rapporteur : Mme MERCIER Délibération

Plus en détail

SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa

SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa SCP Jacqueline Calvet-Lèques Dominique Baudet Olivier Desoutter Notaires associés à Nouméa NOTE DE PRESENTATION DU DISPOSITIF FISCAL EN FAVEUR DES INVESTISSEMENTS DANS LE SECTEUR DU LOGEMENT INTERMEDIAIRE

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie LOI DE FINANCES POUR 2011 Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 21/01/2011 N : 01.11 LOI DE FINANCES POUR 2011 La loi de Finances pour 2011 a été définitivement adoptée le 15 décembre 2010 et publiée

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros EXTRAITS DU N 47 NOVEMBRE 2011 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 A apprécier Plus-values immobilières 2012 Une déclaration unique Un timbre de 35 euros Vers

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE

Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Formation Repreneurs MODULE FISCALITE Fiscalité I. Les différents régimes fiscaux II. La TVA III. Imposition des bénéfices IV.Taxes diverses et exonérations fiscales V. Les Centres de Gestion Agréés I.

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

PINCIPALES REGLES EN MATIERE D EVALUATION FONCIERE CADASTRALE LES PRINCIPES

PINCIPALES REGLES EN MATIERE D EVALUATION FONCIERE CADASTRALE LES PRINCIPES PINCIPALES REGLES EN MATIERE D EVALUATION FONCIERE CADASTRALE LES PRINCIPES Le montant de l impôt résulte de l application d un taux voté par la collectivité à une valeur locative. La valeur locative de

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

réforme de la taxe professionnelle

réforme de la taxe professionnelle réforme de la taxe professionnelle Analyse technique du projet de loi (sur la base du projet de loi de finances pour 2010) 16 octobre 2009 Avant propos Le projet de réforme supprime et remplace l actuelle

Plus en détail

Projet de loi de finances rectificative pour 2014

Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Note d information du mois de Décembre 2014 Le cabinet sera fermé du 24/12/2014 au soir au 05/01/2015 au matin Projet de loi de finances rectificative pour 2014 Le projet de deuxième loi de finances rectificative

Plus en détail

Les cartes grises sont les récépissés de déclarations de mise en circulation des véhicules automobiles et de tous autres véhicules à moteur.

Les cartes grises sont les récépissés de déclarations de mise en circulation des véhicules automobiles et de tous autres véhicules à moteur. Cartes grises Les cartes grises sont les récépissés de déclarations de mise en circulation des véhicules automobiles et de tous autres véhicules à moteur. La délivrance des certificats d immatriculation

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

à l habitation LOCAUX ENTIÈREMENT PRIVATIFS

à l habitation LOCAUX ENTIÈREMENT PRIVATIFS 1Locaux affectés à l habitation La réduction de la TVA à taux réduit est réservée aux locaux affectés à l habitation, pour les travaux concernant l amélioration, la transformation, l aménagement et l entretien

Plus en détail

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE

LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE LOCATION MEUBLÉE NON PROFESSIONNELLE Contribuables concernés : Propriétaires bailleurs de locations meublées dont les recettes locatives annuelles sont inférieures à 23 000 (150 870,11 F). Type d avantage

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO HABITATION 1. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO HABITATION 1 Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER RÉSIDENTIEL BBC EN CONTREPARTIE D UNE DURÉE DE CONSERVATION DES PARTS ÉGALE À LA DURÉE DE VIE

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère

Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère Les fiches pratiques de l ADIL du Finistère JE VAIS CONSTRUIRE UNE MAISON INDIVIDUELLE A QUELLES TAXES MON PROJET SERA-T-IL SOUMIS? L acte de construire est soumis au paiement de taxes et participations

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION 2041 GZ N 51109#01 DOCUMENT D INFORMATION CONTRIBUTION À L'AUDIOVISUEL PUBLIC Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. Depuis

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail