Fiscalité internationale et prix de transfert

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiscalité internationale et prix de transfert"

Transcription

1 Fiscalité internationale et prix de transfert Etude de cas Master 2 économie et droit /2015 Julien Pellefigue

2 Plan de la séance Répondre aux questions sur les notions clefs Etudes de cas

3 Questions sur les notions clés? Fiscalité Rôle de l Etat dans l économie Principe de l incidence fiscale Double critère de jugement: équité / efficacité Fiscalité des entreprises Mode de calcul et nature de l IS Evaluation de l équité et de l efficacité de l IS Fiscalité internationale Régimes source / résidence Notion d établissement stable Capital Export Neutrality / Capital Import Neutrality Equité inter-nations et équité inter-contribuables Réglementation des prix de transfert Principe de pleine concurrence Cadre institutionnel d application international et français Méthodes de contrôle des prix de transfert Méthode d allocation forfaitaire et formule du Massachussetts Economie positive des prix de transfert Théorie de la firme et existence d un surplus d intégration Problématiques d égalisation du taux de profit et benchmark Economie normative des prix de transfert Méthodes de partage équitable Valeur de Shapley

4 Etude de cas

5 Il existe 5 méthodes d application du principe de pleine concurrence, la MTMN est employée très majoritairement Méthode CUP (Comparable Uncontroled Price) Cost Plus Resale Minus TNMM (Transactional net margin method) Profit Split Description Le prix de transfert est fixé au prix de marché d un bien comparable au bien échangé entre deux filiales. Les comparaisons peuvent être internes ou externes. S il existe des différences mineures entre les biens échangés intragroupe et les biens échangés sur le marché, une correction de prix doit être apportée. Le prix de transfert est fixé à l aide du coût complet de production du bien auquel on ajoute une marge correspondant à c elle qu une entreprise indépendante «comparable» réaliserait sur cette transaction Le prix de transfert est fixé à l aide du prix de vente final au client duquel on retranche les coûts complets de distribution augmentés d une marge correspondant à ce qu une entreprise comparable aurait réalisé. Cette méthode ne vise pas à calculer un prix de transfert mais à fixer directement un niveau de profit pour la filiale concernée Le profit est calculé par comparaison au profit net réalisé par des entreprises comparables Le profit total généré par l activité est partagée entre les différentes filiales concernées au prorata de la valeur de leur contribution respective Utilisation concrète Rare sauf pour certains types de flux (services financiers ou matières premières) Des comparables pertinents peuvent rarement être identifiés Ces méthodes ne sont pratiquement jamais utilisées en raison de la difficulté de trouver des taux de profits de référence Méthode très largement la plus couramment utilisée Peu utilisée en raison de la complexité de la mise en œuvre et de l absence de lignes directrices claires dans les principes OCDE

6 Identification du prix de marché: Hofert vs. The Minister of National Revenue (1962) (1/2) Canada Hofert Hofert Canada Vendeurs indépendants Vente de sapins de Noël Prix calculé sur la base d un cost +8% pour la logistique et cost + 10% pour la coupe des arbres Prix ~2$ / balle Prix de marché autour de 3$/balle Le fisc canadien a considéré que le prix de transfert avec les Etats-Unis était trop faible et a réalisé un redressement sur la base du prix de marché au Canada

7 Identification du prix de marché: Hofert vs. The Minister of National Revenue (1962) (2/2) Canada Vendeurs indépendants Grossistes indépendants Hofert Hofert Canada Vendeurs indépendants 80% 20% En appel, le redressement a été abandonné sur la base d un manque de comparabilité entre le prix de marché et le prix de transfert: Pas le même niveau de marché aux et au Canada: au Canada Hofert vendait directement à des distributeurs indépendants alors qu aux Hofert vendait à des grossistes, les coûts supportés par Hofert était donc plus importants et expliquaient en partie la différence de prix Pas le même volume de vente: Hofert était destinataire de 80% des ventes de Hofert Canada, ce qui justifie l application d un discount de volume.

8 Valorisation des incorporels: Eli Lilly & Co vs. Commissioner (1985) Puerto Rico Pays A Eli Lilly distribution Eli Lilly Eli Lilly Puerto Rico Eli Lilly distribution Eli Lilly distribution Conception de la molécule du Darvon (antidouleur) Déduction des frais de R&D Transfert (gratuit) du brevet à Puerto Rico Taux d impôts pratiquement nul pour les revenus tirés de redevances Paiement de redevances Le fisc américain a proposé un redressement fondé sur un partage de profit entre Eli Lilly et Puerto Rico, seule méthode qui lui était accessible à ce moment mais la clef de répartition était imprécise, et elle laissait un profit inéquitable à PR

9 Valorisation des incorporels: Bausch & Lomb vs. Commissioner (1994) (1/2) Ireland Bausch & Lomb Bausch & Lomb Ireland Vente des adhésifs à 550$/t Conception d un procédé innovant permettant de fabriquer des adhésifs Licence du brevet (sans paiement d impôts) à une filiale en Irelande Construction d une usine utilisant le procédé innovant Paiement des redevances: 100$/t Le fisc américain a considéré que les redevances de 100$/t n étaient pas suffisantes et a procédé à un redressement

10 Valorisation des incorporels: Bausch & Lomb vs. Commissioner (1994) (2/2) Ireland Bausch & Lomb Bausch & Lomb Ireland Vente des adhésifs à 550$/t Si B&L devait produire les adhésifs, le coût moyen serait de 300$/t Le profit serait donc de 250$/t La redevance a donc été augmentée de 100 à 250$ en considérant que B&L devrait au moins obtenir autant que sa 2 e meilleure alternative Si B&L Irelande est capable de produire moins cher que 300$/t, le surprofit lui est donc attribué

11 Partage de synergies de groupe: Indalex vs. The Queen (1972) (1/2) Alcan Alcan amont (bauxite, production de l alu., production de lingots) Alcan aval (extrusion des lingots) Canada Rio Tinto Vente de lingots avec discount de volume au prix (10 2=8) Indalex Canada Profit = 2 Profit 12-8=4 Bermudes Le discount est enregistré comme profit chez Pillar: 2,6M$ sur Pillar International 2 0,1 2000% Revente de lingots au prix 10 Le fisc canadien a considéré que le discount devrait être rétrocédé intégralement à Indalex Canada sur la base des arguments de (i) abus de droit (sham), (ii) prix de transfert incorrect

12 Partage de synergies de groupe: Indalex vs. The Queen (1972) (2/2) Décision de première instance Pas d abus de droit les entreprises ont le droit de gérer leurs affaires à leur discrétion Prix de transfert: Comparaison avec le prix de marché: impossible car les transactions portant sur des lingots d aluminium sont extrêmement rares (transactions intragroupes ou contrats de long terme aux conditions très spécifiques) Comparaison interne: la meilleur comparaison de prix est le prix entre Alcan et Pillar International cependant des ajustements étaient nécessaires pour tenir compte des fonctions réalisées par Pillar Calcul de la rentabilité sur coûts de traders de métal tiers montre que Pillar avait une rentabilité très excessive argument jugé insuffisant par le Juge Question: quel taux de discount Indalex aurait pu obtenir si elle avait négocié directement avec Alcan? Témoignage de David Culver (CEO Alcan) qui a expliqué qu il avait effectivement accordé un discount plus important à Pillar en raison de ses autres filiales. Le Juge a tranché sur un partage 80/20 du discount entre Pillar Bermudes et Indalex. Décision de la Cour d appel Pillar n a pas apporté la preuve qu il avait contribué au discount de volume qui semble provenir exclusivement des achats d Indalex. L intégralité du discount est donc attribué à Indalex.

13 Bibliographie Une présentation plus détaillée des cas et une bibliographie complète peut être trouvée dans: Eden L, Taxing Multinationals: Transfer Pricing and Corporate Income Taxation in North America. University of Toronto Press D autres cas plus récents: Roin J., «Transfer pricing in the Courts: a cross country comparison» in Schön et Konrad (eds) Fundamentals of International Transfer Pricing in Law and Economics. Springer Verlag

Fiscalité internationale et prix de transfert

Fiscalité internationale et prix de transfert Fiscalité internationale et prix de transfert La réglementation des prix de transfert Master 2 économie et droit - 2014/2015 Julien Pellefigue Plan de la séance Problématique des prix de transfert Enjeux

Plus en détail

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes

Les aspects prix de transfert des biens incorporels. Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Les aspects prix de transfert des biens incorporels Frédéric Lubczinski Avocat à la Cour Département Taxes Sommaire I- Le concept de prix de transfert II- Les biens incorporels III- Les réflexions actuelles

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES CORRECTIFS OU AJUSTEMENTS DE COMPARABILITÉ JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur juridique

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE... 55 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LES ÉTATS FINANCIERS...................................... 7 TITRE II- LA FISCALITÉ CORPORATIVE.................................. 55 Table des matières 3 TITRE I LES ÉTATS

Plus en détail

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014

Petits déjeuners des PME & Start-up. Vendredi 31 janvier 2014 Petits déjeuners des PME & Start-up Vendredi 31 janvier 2014 Réforme de la Fiscalité des Entreprises III Markus F. Huber, Partner Karen Simonin, Partner Agenda Situation actuelle Rapport de l organe de

Plus en détail

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS

Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS Acquisitions d entreprises : traitement des actifs incorporels en IFRS CONFERENCE IMA DU 5 AVRIL 2006 Jean-Pierre COLLE et Raphaël JACQUEMARD Associés KPMG 1 Introduction Jusqu à une période récente et

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7. La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7. La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11 Table des matières Sommaire 5 Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo et Nicolas Pirotte La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11 Jean-Michel Noé Introduction

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Direction générale des impôts. les prix de transfert. Guide à l usage des PME

Direction générale des impôts. les prix de transfert. Guide à l usage des PME Direction générale des impôts les prix de transfert Guide à l usage des PME les prix de transfert Guide à l usage des PME Novembre 2006 Madame, Monsieur, Toute entreprise qui réalise des opérations transfrontalières

Plus en détail

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO)

Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ministère du Revenu Imposition des sociétés 33, rue King Ouest CP 620 Oshawa ON L1H 8E9 Guide pour demander le crédit d impôt à l innovation de l Ontario (CIIO) Ce formulaire s applique aux années d imposition

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Démystifier le Système Fiscal Brésilien. Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015

Démystifier le Système Fiscal Brésilien. Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015 Démystifier le Système Fiscal Brésilien Chambre de Commerce de Montréal 27 février 2015 Ordre du jour Contexte fiscal et survol des divers impôts brésiliens Faire affaire au Brésil sans présence locale

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS

FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS PRB 05-107F FARDEAU FISCAL INTERNATIONAL : PERSONNES SEULES AVEC OU SANS ENFANTS Alexandre Laurin Division de l économie Le 15 février 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Fiscalité internationale et prix de transfert

Fiscalité internationale et prix de transfert Fiscalité internationale et prix de transfert Fiscalité internationale des entreprises Master 2 économie et droit - 2014/2015 Julien Pellefigue Plan de la séance Eléments factuels Définition et importance

Plus en détail

LES PRIX DE TRANSFERT. Guide à l'usage des PME

LES PRIX DE TRANSFERT. Guide à l'usage des PME LES PRIX DE TRANSFERT Guide à l'usage des PME Version de novembre 2006 les prix de transfert Guide à l usage des PME Novembre 2006 Madame, Monsieur, Toute entreprise qui réalise des opérations transfrontalières

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007

UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 UNIVERS SWIFTNET 19 mars 2007 Conclusion Jean-Luc Thérond Directeur Marketing et Développement CEDICAM Filiale Flux et Paiements du Groupe Crédit Agricole 1 Sommaire SEPA : calendrier et instruments SWIFTNET

Plus en détail

Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME

Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME SOMMAIRE Le dispositif du CIR en France Focus sur les dépenses d Innovation Valorisation du CIR/CII Notre Approche Le dispositif du

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES?

COMMENT OPTIMISER SA GESTION DE DEVISES? Dossier spécial Après une reprise observée en 2012 et 2013 (de l ordre de 2 et 2,5 %), l Organisation Mondiale du Commerce prévoit une croissance du commerce international de l ordre de 4 à 4,5 % en 2014.

Plus en détail

Régime de fiscalité. L année fiscale indienne commence le 1 er avril et s achève le 31 mars de l année suivante. Fiscalité des entreprises

Régime de fiscalité. L année fiscale indienne commence le 1 er avril et s achève le 31 mars de l année suivante. Fiscalité des entreprises La fiscalité en Inde 2010 - Ubifrance et les Missions Economiques Introduction. Actualisation au 3 juin 2010 Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001-2008 Régime

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui?

Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? 81 rue du pré Catelan 59110 La Madeleine Tél : 03 20 39 33 47 Fax : 03 20 63 92 21 lille@valoxy.fr www.valoxy.fr Convention de «management fees»: qu en est-il aujourd hui? Attention aux prestations de

Plus en détail

L Espagne est un pays qui bénéficie des

L Espagne est un pays qui bénéficie des Accords préalables de prix "intra- groupe" avec l'administration fiscale : une nouvelle frontièr ontière de l'audit? José Maria Bove L Espagne est un pays qui bénéficie des investissements en provenance

Plus en détail

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane

Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane BSF5000(F) Guide de l importateur sur l établissement de la valeur Comment déterminer la valeur en douane Dans cette publication toutes les expressions désignant les personnes visent à la fois les hommes

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie Introduction Problèmes liés à la planification fiscale des propriétaires dirigeants Formes de rémunération des propriétaires dirigeants Salaires, primes et honoraires de gestion Rémunération des propriétaires

Plus en détail

Guide pour investir dans les MLP

Guide pour investir dans les MLP Les MLP*, une catégorie d actif non indexée intéressante pour les investisseurs canadiens à la recherche de revenus et de croissance Guide pour investir dans les MLP Avantages d une MLP Modèles d affaires

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo. Introduction 11 Micheline Claes

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo. Introduction 11 Micheline Claes Table des matières Sommaire 5 Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo Introduction 11 Micheline Claes Évaluation d entreprises 15 Joseph Marko Introduction 15 Titre I er. Projet de norme relative aux

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière

Premier trimestre. États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars 2015. Intact Corporation financière Premier trimestre 1 États financiers consolidés intermédiaires (non audités) pour le trimestre terminé le 31 mars Intact Corporation financière États financiers consolidés intermédiaires (non audités)

Plus en détail

Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014. Déclarations prospectives et utilisation d hypothèses et d estimations

Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014. Déclarations prospectives et utilisation d hypothèses et d estimations Rapport de gestion annuel Exercice terminé le 31 décembre 2014 Le présent rapport de gestion relatif aux résultats, à la situation financière et aux flux de trésorerie de Industries Lassonde inc. se doit

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Les points d appui des prêts-levier

Les points d appui des prêts-levier Les points d appui des prêts-levier Déductibilité des frais d intérêt et diversification rapide du portefeuille sont les deux grands piliers sur lesquels s appuie le prêt-levier. Étendant le concept de

Plus en détail

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig Responsable de la Communication

Plus en détail

Table des matières. Introduction... 1

Table des matières. Introduction... 1 Table des matières Introduction... 1 Sommaire... 4 Introduction... 5 1.1 Intermédiaires impliqués dans la transaction internationale... 5 1.1.1 Fournisseurs en matières... 5 1.1.2 Courtiers en douane...

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Les atouts d URBAN PREMIUM : Une équipe de professionnels reconnus dans leurs métiers, Une expérience significative dans la structuration de produits immobiliers, Un solide

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte

Société A Compte. Société B Compte. Société F. Société E. Compte pivot. Compte. Compte. Société D. Société C. Compte. Compte La gestion de trésorerie de groupe 1. L organisation de la trésorerie dans un groupe 2. Les contraintes réglementaires, juridiques et fiscales 3. La centralisation du risque de change 1. L organisation

Plus en détail

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL?

Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Soirée Débat: Entrepreneurs individuels, auto-entrepreneurs : pourquoi ne pas changer de structure juridique pour l EIRL? Intervenant :Nicolas CAMPELS PRESENTATION DE L EIRL Pourquoi? Ce nouveau statut

Plus en détail

Libéralisation des industries électriques et analyse économique

Libéralisation des industries électriques et analyse économique Concurrence Energie Econométrie Libéralisation des industries électriques et analyse économique Vincent Rious (Microeconomix) et Thomas Veyrenc (RTE) Organisation du cours Séance 1 Les raisons de la libéralisation

Plus en détail

Notes complémentaires aux états financiers consolidés

Notes complémentaires aux états financiers consolidés Notes complémentaires aux états financiers consolidés Note 1 Description des activités Pour les exercices terminés les 30 septembre 2010, 2009 et 2008 (les montants des tableaux sont en milliers de dollars

Plus en détail

Barème de frais et de commissions

Barème de frais et de commissions BMO Ligne d action 1 er mai 2015 Barème de frais et de commissions Pour des commissions et des frais concurrentiels, vous pouvez compter sur nous Chez BMO Ligne d action, nous sommes déterminés à fournir

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Pour les exercices clos les 30 septembre 2013 et 2012

États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Pour les exercices clos les 30 septembre 2013 et 2012 États financiers consolidés du GROUPE CGI INC. Rapports de la direction et des auditeurs DÉCLARATION CONCERNANT LA RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE LA COMMUNICATION D INFORMATION FINANCIÈRE

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer

Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Gains et pertes «virtuels» sur taux de change : les comprendre et les gérer Présenté par: Marylène Paquet Caisse Centrale Desjardins 418-634-5775 poste 235 Sophie Fortin, M.Sc., CA Samson Bélair/Deloitte

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks)

Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks) Cinq sources de création de valeur (et quelques benchmarks) Par Jean Estin Président, Estin & Co Il y a cinq véritables sources de création de valeur. La (profitable) Accélérer fortement la d un groupe.

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES

RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES RAPPORT DE 2010 SUR L ATTRIBUTION DE BÉNÉFICES AUX ÉTABLISSEMENTS STABLES 22 juillet 2010 CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES AVANT-PROPOS

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS

FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS MTL01: 2557258: v1 1. Introduction FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE VANGUARD RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DISTRIBUTIONS Chaque Fonds négocié en bourse Vanguard précisé à l occasion à l annexe A ci-jointe (chacun

Plus en détail

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012

Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES LA DEDUCTION D INTERET NOTIONNEL: un incitant fiscal belge novateur Exercice d imposition 2013 - Revenus 2012 www.invest.belgium.be 2 Contenu 4 De

Plus en détail

Droit & Economie l Concurrences N 2-2013 pp. 32-39. Laurent Benzoni benzoni@tera.fr l Professeur d économie, Université Paris II

Droit & Economie l Concurrences N 2-2013 pp. 32-39. Laurent Benzoni benzoni@tera.fr l Professeur d économie, Université Paris II Concurrences Revue des droits de la concurrence Competition Law Journal Ouvrir la boîte noire des prix de transfert pour mieux articuler le droit de la concurrence et le droit fiscal international Droit

Plus en détail

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public

Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur des produits de santé grand public Communiqué de presse Bayer SAS 16 rue Jean-Marie Leclair CS 90106 69266 LYON 09 France Tél. : +33.4.72.85.43.21 www.bayer.fr Acquisition visant à renforcer significativement notre position dans le secteur

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Avantages anormaux ou bénévoles : principes et applications

Avantages anormaux ou bénévoles : principes et applications Avantages anormaux ou bénévoles : principes et applications concrètes Pierre-François Coppens Conseil fiscal, juriste Service d études de l IEC 1. Principes 1 Origine et finalité de la disposition L important

Plus en détail

Crédit Impôt Recherche (CIR)

Crédit Impôt Recherche (CIR) Crédit Impôt Recherche (CIR) Afin de renforcer la compétitivité des PME françaises, la loi de finances pour 2013 a étendu le dispositif à certaines dépenses d'innovation. Le BOI-BIC-RICI-10-10-10-20 délimite

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE

DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DOCUMENT D INFORMATION DATÉ DU 7 NOVEMBRE 2011 PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE DE LA BANQUE DE MONTRÉAL DESCRIPTION DU PROGRAMME DE LIVRAISON PHYSIQUE Généralités Le programme de livraison physique de

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

L assurance crédit et le financement des exportations. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier L assurance crédit et le financement des exportations 2 Section 1. Les modalités de paiement des exportations : le crédit documentaire Section 2. Les crédits à court terme et le financement des exportations

Plus en détail

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS

Bulletin fiscal L AGENCE DU REVENU DU CANADA MET FIN AU SERVICE IMPÔTEL PRÊTS PERSONNELS À VOS ENFANTS Octobre 2012 L Agence du revenu du Canada met fin au service IMPÔTEL Prêts personnels à vos enfants Les reports de pertes Les biens à usage personnel Les règles relatives aux biens de remplacement Bulletin

Plus en détail

COMMENT FAVORISER LA TRANSPARENCE DES SOCIETES MULTINATIONALES

COMMENT FAVORISER LA TRANSPARENCE DES SOCIETES MULTINATIONALES TAX JUSTICE NETWORK LE REPORTING PAYS PAR PAYS : COMMENT FAVORISER LA TRANSPARENCE DES SOCIETES MULTINATIONALES 1 En quoi consiste globalement le problème? 1.1 L optimisation fiscale est un problème mondial.

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE

FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE : PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique établie dans le but de subventionner un vaste éventail d activités

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

1 Voir les mesures non définies par les PCGR

1 Voir les mesures non définies par les PCGR Yellow Média inc. dévoile ses résultats pour le quatrième trimestre et l exercice 2010 D importants investissements en 2010 accélèrent la transformation de l entreprise Chiffre record pour les produits

Plus en détail

«Valuation» et gestion du risque dans la biotech. 5 Février 2007

«Valuation» et gestion du risque dans la biotech. 5 Février 2007 «Valuation» et gestion du risque dans la biotech 5 Février 2007 Points abordés Principes de la «valuation» Concepts clés Paramètres d entrée et calcul d une rnpv Applications «Licensing» Levée de fond/

Plus en détail

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr LA GESTION COMPTABLE DU CABINET MEDICAL Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr 18/05/2008 Docteur Marc HECKLER 1 18/05/2008 Docteur Marc

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec STRATÉGIES D ÉVALUATION DE LA VALUER D UNE ENTREPRISE POUR MAXIMISER LES RETOMBÉES DE VOS TRANSACTIONS ET NÉGOCIATIONS par Richard M. Wise, FCA, FEEE,

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés États financiers consolidés États financiers consolidés 100 Responsabilité de la direction dans la préparation des états financiers 100 Rapports des comptables agréés inscrits indépendants 101 Rapport

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES

MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES MARKETING INTERNATIONALES DES PRODUITS AGRICOLES Sommaire Introduction au marketing international Types de marketing international La stratégie d internationalisation La politique internationale du produit

Plus en détail