Albinisme oculo-cutané : un peu de chemin parcouru ensemble.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Albinisme oculo-cutané : un peu de chemin parcouru ensemble."

Transcription

1 Albinisme oculo-cutané : un peu de chemin parcouru ensemble. Benoît Arveiler Laboratoire de Génétique Moléculaire, Service de Génétique Médicale CHU de Bordeaux Laboratoire Maladies Rares: Génétique et Métabolisme (EA4576) Université Bordeaux Segalen Assemblée Générale Genespoir mars 2013

2 Tout a commencé en 1998 : patient avec AOC associé à une leucodystrophie. mutation de TYR et d une grande délétion de toute la région 11q14.1. TYR, puis OCA2, puis TYRP1, puis SLC45A4, puis OA1, puis HPS1. Recherche de mutations ponctuelles : changement d une lettre Exon 1 Exon 2 Exon 3 Exon 4 Exon 5 ** * *** * * *** *** ** *** Recherche de remaniements génomiques : environ 10% des mutations Exon 1 Exon 4 Exon 5 X X Chaque patient a deux mutations différentes

3 Délétion Hétérozygote des exons 2 à 20 d OCA2 F9 DSCR1 Peak height Exons Exons Th DSCR1 Fc IX Exon2 Exon3 Exon7 Exon10 Exon15 Exon20 Exon24 Exon25 DSCR ,92 2,76 2,11 2,19 1,60 1,94 1,94 1,02 0,96 Fc IX ,09-3,00 2,29 2,38 1,74 2,11 2,10 1,11 1,05 Exon ,36 0,33-0,76 0,79 0,58 0,70 0,70 0,37 0,35 Exon ,47 0,44 1,31-1,04 0,76 0,92 0,92 0,48 0,46 Exon ,46 0,42 1,26 0,96-0,73 0,89 0,88 0,46 0,44 Exon ,62 0,58 1,72 1,32 1,37-1,21 1,21 0,64 0,60 Exon ,51 0,47 1,42 1,08 1,13 0,82-1,00 0,52 0,50 Exon ,52 0,48 1,43 1,09 1,13 0,83 1,00-0,53 0,50 Exon ,98 0,90 2,71 2,07 2,15 1,57 1,91 1,90-0,95 Exon ,04 0,95 2,86 2,18 2,27 1,66 2,01 2,01 1,06 -

4 15q11-q12 Délétion OCA2/Angelman 5 Mb

5 OCA2 délétion «polonaise» duplication TYR SLC45A2 Exon2 (8 kb) Exon3-5 (340 kb) (145kb)

6 D15S1007 D15S1048 D15S815 D15S1019 OCA-I2 OCA-I17 OCA-I20 OCA-I22 OCA-I24 D15S217 D15S156 D15S219 D15S1002 D15S del del del del del del del del del del 185 / / délétion polonaise del dup Rooryck et al, 2011, Hum Genet

7 Réarrangement complexe d OCA2 chez deux patients non apparentés

8 Nombre d analyses réalisées par an :

9 BILAN MUTATIONS 399 PATIENTS OCA1, OCA2, OCA3, OCA4, OA1, HPS1 6% SLC45A2-1 Mut; 1; 0% TYRP1-1 Mut; 1; 0% OCA2-1 Mut; 17; 4% TYR - 1 Mut; 7; 2% OA1-1 Mut; 26; 6% HPS1-2 Mut; 5; 1% SLC45A2-2 Mut; 45; 11% TYRP1-2 Mut; 7; 2% Pas de mutation; 52; 13% OCA2-2 Mut; 98; 25% TYR - 2 Mutations; 94; 24% TYR - 1 Mut + R402Q; 46; 12%

10 19% des patients restent sans diagnostic pourquoi? 1) Les mutations se cachent dans des régions non explorées des gènes: Exon 1 Exon 3 Exon 4 Exon 2 Exon 5 // // // // 2) Les patients n ont pas un AOC pur, mais une forme syndromique. 3) D autres gènes sont à découvrir: Gènes candidats Cartographie d homozygotie chez 9 patients Exome séquencé chez 5 patients; 6 autres à venir

11 «Les mutations se cachent dans des régions non explorées des gènes.» Moyen : séquençage de l intégralité des gènes TYR, OCA2, TYRP1, SLC45A2 = exons + introns + régions régulatrices LCR enh CAAT TATA introns LCR // // // kb 1-10 kb -70b -40b promoteur Région adjacente 5 régulatrice 5 UTR exons 3 UTR TYR: OCA2: TYRP1: SLC45A2: TOTAL : pb Impossible à faire avec techniques de séquençage classique Fait par NGS sur 16 patients porteurs d une seule mutation (octobre 2012) (Integragen, Evry) Rien de particulier pour l instant Analyse toujours en cours

12 «D autres gènes sont à découvrir : Gènes candidats» Gènes candidats impliqués dans la pigmentation : AP3B1 (HPS2), ASIP, BLOC1S3 (HPS8), CNO, CYP1A2, CYP2C8, CYP4B1, DCT, DTNBP1 (HPS7), EDN3 (ET3) (WS4), EDNRB (WS4), ERCC1, ERCC2, ERCC3, ERCC4, ERCC5, ERCC6, ERCC8, EXOC2, Gαi3, GNAS, GPR143, HPS1, HPS3, HPS4, HPS5, HPS6, IRF4/SEC5L1, KIF26A, KIT, KITLG, LYST, MC1R, MITF, MLPH, MYO5A (GS1,3), MYO7A (USH1B), OBSCN, OCA2, PAX3 (WS1,3), PLDN (HPS9), PRKAR1A, RAB27A (GS2), SILV, SLC24A4, SLC24A5, SLC45A2, SOX10 (WS4), TPCN2, TP53, TYR, TRP1, UBE3A, 6p25.3, 15q26,17q25.3, 21q22.13,

13 «D autres gènes sont à découvrir» Cartographie d homozygotie Principe : chez des patients issus d union consanguine, le gène et la région qui l entoure se retrouvent à l état homozygote. x x x x x x x

14 Cartographie d homozygotie Identifier à travers le génome des régions homozygotes, dans lesquelles on recherche des gènes candidats porteurs de mutations homozygotes. Moyen: analyser marqueurs; collaboration Pr. JL Mandel (Strasbourg). Recherche ciblée sur régions candidates: gènes d albinisme, de pigmentation Recherche sans a priori : - y a-t-il des régions communes à plusieurs patients? - regarder dans chaque région si des gènes font figure de candidat Homozygotie au locus HPS1 chez 2 patients Identification d une mutation homozygote chez un patient turque : c.972delc/p.met325trpfsx6.

15 Chez deux patients : Gène CNO Homologue de la Protéine cappuccino de souris Rôle dans la biogenèse d organelles associées avec les mélanosomes, granules denses des plaquettes, les lysosomes. Rôle possible dans le trafic de vésicules intracellulaires. Souris cno-/-: modèle de Syndrome d Hermansky-Pudlak. Pas de mutation trouvée après séquençage de CNO.

16 Chez trois patients : Petite région en 15q14, faiblement positive, contenant SLC24A5. SLC24A5 Pas de mutation trouvée après séquençage de SLC24A5. sauvage Golden

17 «D autres gènes sont à découvrir» Séquençage d exome Génome Humain : gènes environ 180,000 exons 1% du génome 85% des mutations responsables de maladies sont situées dans les régions codant pour des protéines. Stratégie très efficace et éprouvée pour identifier de nouveaux gènes de maladies. Analyse de 6 patients «sans mutation» (Integragen, Evry). Près de variants par patient! Application d une série de «filtres» pour rechercher des variants potentiellement pathogènes.

18 EXOME PATIENT ALBINISME - Illumina HiSeq2000 ( exons; 50 Mb) Chr Nb SNPs Profo ndeur (moye nne) HZ HTZ Référ encés (dbsn p) Nouv eaux (no dbsnp ) 3'UTR 5'UTR Coda nts Nouv eaux Coda nts Nonsens Fauxsens Silenc ieux Intron En dehors des gènes X Y mir

19 ADN Séquençage Exome Variants Filtres : hypothèse maladie rare récessive -2 variants dans un même gène -Frq htz < 1 hmz =0 -Couverture > 8x -Variants affectant des séquences codantes (Exon, faux sens, non sens, épissage) variants Sélection de Gènes - Pathogénicité des variants (Polyphen2, Alamut) -Fonction du Gène - Confirmation par séquençage Sanger - Etude de ségrégation chez les parents 50 variants Séquençage Sanger de gènes candidats chez d autres patients OCA = confirmation 15 gènes candidats investigués Etudes fonctionnelles

20 Autres 1) Optimisation des outils, techniques : nouvelles amorces PCR, 2) Etudes fonctionnelles sur mutations d épissage 3) Base de données clinico biologiques 4) Collaboration R. Aquaron : Analyses haplotypes G47D (TYR) et del exon 7 (OCA2) Utilisation des crédits: - Réactifs, prestations séquençage NGS - Salaires: S. François (technicien); F. Morice-Picard (thèse); D. Simon (vacations)

21 PERSPECTIVES 1) Finir analyse exome : - Analyse de 5 gènes candidats restants chez 20 patients sans mutation (phénotype AOC typique, ADN disponible) - Séquencer l exome de 6 nouveaux patients (dont deux apparentés) Appel d Offres Fondation Maladies Rares ) Analyse des nouveaux gènes OCA6 et OCA7 chez 20 patients : - c10orf11 : aucune mutation trouvée (ponctuelle, délétions) - SLC24A5 : 5/20 patients mutés à confirmer pour certains. NB: aucun variant de SLC24A5 mis en évidence dans exome 3) Séquençage complet des gènes OCA1-4 : finir l analyse 4) Analyse des 19 gènes d albinisme syndromique

22 APPLICATION DIAGNOSTIC HOSPITALIER Le NGS de débitmoyenpermetde séquencersimultanémentdes dizainesde gènessurun nombrerestreintde patients : totalement adapté au diagnostic de maladies rares. But principal : faire plus viteet plus complètementcequel onfaisaitdéjà. Actuellement: OCA1, 2, 3, 4, OA1, HPS1 Temps de réponse : 1 à 12 mois Nouvelles possibilités grâce au NGS machine installée : Analyse de tous les gènes d albinisme : OCA: TYR, OCA2, TRP1, SLC45A2, GPR143, c10orf11, SLC24A5, nouveaux gènes à venir HPS: HPS1, AP3B1 (HPS2), HPS3, HPS4, HPS5, HPS6, DTNBP1 (HPS7), BLOC1S3(HPS8), PLDN(HPS9) WS : PAX3 (WS1,3), MITF (WS2), EDN3(ET3) (WS4), EDNRB (WS4), SOX10(WS4) GS: MYO5A(GS1,3), RAB27A(GS2), MLPH(GS3) CHS: LYST Piebaldism: KIT Modificateurs: MC1R, KITLG, SLC24A4, (SLC24A5),. Séquençage de gènes entiers (exons + introns + séquences flanquantes) Avantages: Exhaustivité Flexibilité accrue Rapidité : semaines -mois

23 Conseil Génétique Distinguer les formes syndromiques des non syndromiques. Mode de transmission : autosomique récessive. Risque de récurrence familial = 25%. Diagnostic prénatal à discuter, en fonction notamment de la sévérité de la forme familiale, du vécu familial,. Plus le nombre de patients testés est élevé, meilleure est la connaissance de la maladie d un point de vue médicoscientifique: corrélation génotype-phénotype : relation entre mutation dans tel ou tel gène et expression de la maladie.

24 Remerciements: Service de Génétique Médicale, CHU Bordeaux: Fanny Morice-Picard (UB) Eulalie Lasseaux (CHU) Stéphane François (UB) Delphine Simon (UB) Claudio Plaisant (CHU) Dorothée Cailley (CHU) Caroline Rooryck-Thambo (UB, CHU) Audrey Rouault (CHU) Claire Castaing (CHU) Didier Lacombe (UB, CHU) Service de Dermatologie, CHU de Bordeaux: Alain Taieb Nombreux cliniciens des CHU Genespoir, les patients et leurs familles DHOS (Min. Santé), UNADEV

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux Service de Neurologie U614 Génétique médicale et fonctionnelle des cancers et des maladies neuropsychiatriques Pr Frébourg Dr Campion Pr Hannequin Détermination de gènes candidats par séquençage d exome

Plus en détail

Objectif : identifier la mutation responsable de la maladie parmi les millions de polymorphisme.

Objectif : identifier la mutation responsable de la maladie parmi les millions de polymorphisme. Identification de gènes morbides Analyses mutationnelles Maladies monogéniques Objectif : identifier la mutation responsable de la maladie parmi les millions de polymorphisme. Plan : Variations du nombre

Plus en détail

1953 : double hélice d ADN

1953 : double hélice d ADN 1953 : double hélice d ADN 1956 : nombre de chromosomes dans le caryotype humain (46) Années 70 : boîte à outils : couper, coller, cloner, premières techniques de séquençage d ADN technique du Southern

Plus en détail

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène

TD Révision BIO57. Connaissance et Technique du gène TD Révision BIO57 Connaissance et Technique du gène Novembre 2007 Cécile BAUDOT cecile.baudot@medecine.univ-mrs.fr INSERM 910 «Génétique Médicale et Génomique Fonctionnelle» Maladies Neuromusculaires Le

Plus en détail

Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée

Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée UNITE DE GENETIQUE MEDICALE UNIVERSITE SAINT-JOSEPH Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée Eliane CHOUERY KHOURY Journées de la recherche à l USJ La publication académique: moyens et enjeux

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE

PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE PRINCIPALES TECHNIQUES UTILISEES EN GENOMIQUE Définitions généralités Quelques chiffres 46 chromosomes 22 paires d autosomes (n=44) 1 paire de gonosomes (n=2) : XX/F et XY/H 300 bandes cytogénétiques =

Plus en détail

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx

Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Détection de mutations somatiques par NGS sur GAIIx Aude Lamy Laboratoire de Génétique Somatique des Tumeurs CHU de Rouen Inserm U1079 Faculté de Médecine et Pharmacie de Rouen La médecine personalisée

Plus en détail

Bases de données des mutations

Bases de données des mutations Bases de données des mutations CFMDB CFTR2 CFTR-France / Registre Corinne THEZE, Corinne BAREIL Laboratoire de génétique moléculaire Montpellier Atelier Muco, Lille, 25-27 septembre 2014 Accès libre http://www.genet.sickkids.on.ca/app

Plus en détail

I. TOUITOU (Mise ligne 15/10/08 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

I. TOUITOU (Mise ligne 15/10/08 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes er cycle PCEM MI5 Génétique moléculaire et clinique Année Universitaire 008-009 Comment apprécier la composante héréditaire des maladies?. Excès de cas familiaux - Les études familiales - - La plupart

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique

La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique La CGH-array : une nouvelle technique de diagnostic en cytogénétique Olivier Pichon (Ingénieur) Laboratoire de cytogénétique de Nantes, Service de Génétique Médicale Les techniques classiques de cytogénétique

Plus en détail

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008

Marc DELPECH. CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 Marc DELPECH CORATA La Rochelle le 21 mai 2008 En 24 ans les progrès ont été considérables Premières utilisation des techniques de génétique moléculaire en diagnostic : 1984 Une palette de techniques très

Plus en détail

Polymorphismes de l ADN

Polymorphismes de l ADN Introduction Polymorphismes de l ADN Présentation et mise en évidence Recherche de gènes responsables de maladies génétiques : Analyse de pedigrees où la maladie est présente Sur quel chromosome? À quel

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Véronique Satre, Charles Coutton, Gaëlle Vieville, Françoise Devillard et Florence Amblard Maladies génétiques Anomalies chromosomiques Cytogénétique

Plus en détail

Le gène ABCB4 / MDR3 : de l ADN au phénotype

Le gène ABCB4 / MDR3 : de l ADN au phénotype Le gène ABCB4 / MDR3 : de l ADN au phénotype Dr Véronique Barbu Dr Michèle Maurice Pr Chantal Housset LCBGM & CRMIVB, AP-HP, HUEP UPMC & INSERM, CdR Saint-Antoine, Paris Réseau national «Hereditary Cholestasis

Plus en détail

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire P. Latour Praticien Hospitalier Responsable UF 3427 Neurogénétique Moléculaire Laboratoire de Neurochimie Pr Renaud HCL Centre de Biologie Est DES Neurologie

Plus en détail

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome

Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Mercredi 23 Octobre LECLERCQ Barbara L2 GM Pr Krahn 10 pages Principe des études moléculaires en génétique médicale Méthodes d analyse des microlésions du génome Plan A. Introduction B. Techniques courantes

Plus en détail

Professeur Joël LUNARDI

Professeur Joël LUNARDI Biochimie - Biologie moléculaire Chapitre 9 : Applications médicales Professeur Joël LUNARDI MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 9. APPLICATIONS

Plus en détail

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin

Les Evolutions techniques. Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin Les Evolutions techniques Marc Delpech Laboratoire de Génétique et Biologie moléculaires de l hôpital Cochin 1 Les principales étapes de l évolution technologique 1975 Southern blot 1977 Séquençage Sanger

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle

Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle Lyon Neuroscience Research Center Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle Damien Sanlaville Service de Génétique, Pr Edery Plateforme ACPA, NGS CHU de Lyon Pas de conflit

Plus en détail

Modalités d exécution des prestations NGS réalisées via l UMR 8199-2013

Modalités d exécution des prestations NGS réalisées via l UMR 8199-2013 Modalités d exécution des prestations NGS réalisées via l UMR 8199-2013 I. Préparation des librairies en vue du séquençage Haut débit via HiSeq et MiSeq 1.1 Points communs à toutes préparations de librairies

Plus en détail

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen

Vendredi 6 décembre 2013 Rouen Séminaire danimation d Animation de l Axe laxe 1 Vendredi 6 décembre 2013 Rouen «Le Séquençage de Nouvelle Génération dans le Cancéropôle Nord Ouest: Evolution, Résultats, projets» Diagnostic 0,5 2 Gb

Plus en détail

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel

Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Vers l individualisation des prescriptions en oncologie : rôle du génome constitutionnel Jacques Robert I NSERM U916 I nstitut Bergonié Université de Bordeaux Le génome constitutionnel 3 milliards de paires

Plus en détail

Albinisme : une condition génétique

Albinisme : une condition génétique Albinisme : une condition génétique L albinisme et maintenant? On vient de porter un diagnostic d albinisme pour votre enfant. Et maintenant? Maintenant, il y a la vie. Vous vous posez beaucoup de questions

Plus en détail

GENOPARFUM. Création de ressources moléculaires pour l amélioration de la lavande (L. angustifolia) Berline Fopa Fomeju

GENOPARFUM. Création de ressources moléculaires pour l amélioration de la lavande (L. angustifolia) Berline Fopa Fomeju GENOPARFUM Création de ressources moléculaires pour l amélioration de la lavande (L. angustifolia) 2015-2017 Berline Fopa Fomeju La lavande, espèce orpheline Peu d information sur la génétique et le génome

Plus en détail

Mise en place du NGS en routine diagnostic - Validation, Organisation, Développements

Mise en place du NGS en routine diagnostic - Validation, Organisation, Développements Mise en place du NGS en routine diagnostic - Validation, Organisation, Développements Atelier sur le Diagnostic Moléculaire de la Mucoviscidose 2014 - Lille Stratégie analytique Préparation library (1,5

Plus en détail

Génotypage et Séquençage. Pierre Mournet

Génotypage et Séquençage. Pierre Mournet Génotypage et Séquençage Pierre Mournet Plan Séquençage/Génotypage Classique (usat, Sanger) Séquençage NGS (Next Generation Sequencing) Séquenceur Préparation Pré-NGS Exemple 1 NGS Exemple 2 NGS Génotypage

Plus en détail

Génome humain Polymorphismes Marqueurs génétiques. Dr Chrystelle COLAS Département de Génétique GH Pitié Salpêtrière.

Génome humain Polymorphismes Marqueurs génétiques. Dr Chrystelle COLAS Département de Génétique GH Pitié Salpêtrière. Génome humain Polymorphismes Marqueurs génétiques Dr Chrystelle COLAS Département de Génétique GH Pitié Salpêtrière Génome humain Génome Humain () Homme Cellules Noyaux 46 Chromosomes Protéines Gènes ADN

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique

Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique Le déficit en Proteine Kinase C-δ une nouvelle cause de Lupus Erythémateux Systémique Alexandre Belot, MD, PhD Service de Néphrologie, Rhumatologie, Dermatologie Pédiatriques Hôpital Femme Mère Enfant

Plus en détail

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides.

Aujourd hui, il y a plus de consortium, ce qui permet des avancées plus rapides. GFMOM 20/01/2012 Cours 2 partie 2 T. Bourgeron II. LA CYTOGENETIQUE Nous allons étudier les anomalies chromosomiques des plus grossières aux plus fines. Ces anomalies peuvent être retrouvées dans la population

Plus en détail

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal

Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal Les expériences françaises en analyse de «l exome» CFTR Laboratoire de Géné:que Moléculaire Inserm U827 MONTPELLIER Anne Bergougnoux Caroline Raynal I. CFTR MASTR TM v2 Dx performance evalua:on study (Mul$plicom)

Plus en détail

Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles

Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles Nouveaux outils de cytogénétique moléculaire (MLPA et CGH) utilisés en constitutionnel COUTTON Charles EC Génétique Jeudi 12 Janvier 2012 Remaniements génomiques Regroupent les duplications, les délétions,

Plus en détail

Maladies communes (multifactorielles)

Maladies communes (multifactorielles) Maladies communes (multifactorielles) Des variations individuelles (polymorphismes) au niveau de certains gènes peuvent prédisposer (ou protéger) à une maladie en interaction avec des facteurs de l environnement

Plus en détail

LES MARQUEURS MOLECULAIRES

LES MARQUEURS MOLECULAIRES LES MARQUEURS MOLECULAIRES Il y a différents types de marqueurs : o Les caractères phénotypiques : limités, observations sur l arbre entier et sur différentes années o Les marqueurs biochimiques o Les

Plus en détail

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn.

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn. 24/09/2014 REBOUL Nicolas L2 CR : Hamza BERGUIGUA Génétique Médicale Dr Martin KRAHN 8 pages Introduction à la Génétique Médicale : Les champs de la Génétique Médicale, La place de la Génétique Médicale

Plus en détail

«Biotechnologies et nouvelles stratégies diagnostiques du retard mental.» Colloque médical du Jeudi 26 Avril 2012

«Biotechnologies et nouvelles stratégies diagnostiques du retard mental.» Colloque médical du Jeudi 26 Avril 2012 «Biotechnologies et nouvelles stratégies diagnostiques du retard mental.» Colloque médical du Jeudi 26 Avril 2012 COUTTON Charles Etude du Génome Cytogénétique Cytogénétique moléculaire Biologie moléculaire

Plus en détail

Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien. Catherine André. Heuzé. Catherine André CNRS Rennes Mars 2007.

Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien. Catherine André. Heuzé. Catherine André CNRS Rennes Mars 2007. Recherche des causes génétiques de génodermatoses chez le chien Catherine André CNRS André Eric Guaguere Lille Emmanuel Bensignor Rennes Mathieu Heuzé Thè Heuzé Thèse vé vétérinaire Guillaume Queney, Queney,

Plus en détail

DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement

DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement DNA-seqciblé : principales méthodes d'enrichissement DU de séquençage haut-débit Module 1 : Séquençage nouvelle génération - Technologies & applications 17 octobre 2013 Amélie PITON piton@igbmc.fr 1 Introduction

Plus en détail

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques

Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Bases moléculaires des mutations et Bases moléculaires du mode de transmission des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale Martin Krahn Département de Génétique

Plus en détail

Dépistage Prénatal Non Invasif

Dépistage Prénatal Non Invasif Dépistage Prénatal Non Invasif Dr Mélanie JIMENEZ POCQUET Biologiste - Cytogéneticien L ABOcaryo+ L ABO+ - Chambray les Tours Les patientes connectées Les forums La presse Le presse DPNI : pourquoi

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

La Génétique en Pratique

La Génétique en Pratique La Génétique en Pratique Deux volets /Trois échelles Clinique :-les syndromes - le conseil génétique Biologie :-Cellulaire -Moléculaire CELLULAIRE=Cytogénétique Structure du chromosome CELLULAIRE=Caryotype

Plus en détail

Le séquençage haut-débit

Le séquençage haut-débit Nouveaux outils en biologie Le séquençage haut-débit DES d hématologie 16 janvier 2015 Paris Alice Marceau-Renaut Laboratoire d hématologie CHRU Lille NGS = Next-Generation Sequencing Whole-genome Whole-exome

Plus en détail

Conclusions du GT Supra GH relatif au NGS. Bureau de CME 26/08/2015

Conclusions du GT Supra GH relatif au NGS. Bureau de CME 26/08/2015 Conclusions du GT Supra GH relatif au NGS Bureau de CME 26/08/2015 Le contexte : la révolution du NGS Technique de Sanger NGS NGS : Next Generation Sequencing La révolution du NGS : les machines Le moyen/haut

Plus en détail

Les biobanques pour les débutants

Les biobanques pour les débutants Les biobanques pour les débutants C Dubourg B Turlin 14 octobre 2010 CHU de Rennes Définition Collection d échantillons biologiques humains Réunion, à des fins scientifiques, de prélèvements biologiques

Plus en détail

AutoGRAPH Un serveur pour automatiser et visualiser la comparaison de génomes: Application à l identification de nouveaux gènes chez le chien.

AutoGRAPH Un serveur pour automatiser et visualiser la comparaison de génomes: Application à l identification de nouveaux gènes chez le chien. AutoGRAPH Un serveur pour automatiser et visualiser la comparaison de génomes: Application à l identification de nouveaux gènes chez le chien. Thomas DERRIEN CNRS-UMR6061 Génétique et Développement Université

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

La Génétique pour les Nuls

La Génétique pour les Nuls La Génétique pour les Nuls Marie Pierre AUDREZET Laboratoire de Génétique Moléculaire INSERM U1078 - CHRU BREST La Génétique pour les nuls Mutations Référence : Base de données HGMD Différents types de

Plus en détail

Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes

Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes Prédispositions génétiques aux cancers du sein en 2013 quels gènes impliqués? Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie, Université Paris Descartes 1 - Estimation du risque individuel de cancer du sein :

Plus en détail

Les plateformes de génétique

Les plateformes de génétique Thérapies ciblées : de l anatomopathologie th l à la biothérapie i Les plateformes de génétique moléculaire PO Schischmanoff UF Génétique moléculaire et oncogénétique CHU Avicenne ACP FHF 29 mars 2012

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Premières expériences de diagnostic des formes héréditaires de cancer du sein et de l ovaire sur séquenceur Illumina GAIIx

Premières expériences de diagnostic des formes héréditaires de cancer du sein et de l ovaire sur séquenceur Illumina GAIIx Premières expériences de diagnostic des formes héréditaires de cancer du sein et de l ovaire sur séquenceur Illumina GAIIx 1 / 35 2 / 35 Contexte 3 / 35 Risque cumulé de cancer à 70 ans Cancer du sein

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Organisation du Génome humain Notions essentielles

Organisation du Génome humain Notions essentielles Organisation du Génome humain Notions essentielles Biologie Moléculaire et Médecine; Kaplan et Delpech; Flammarion «How to sequence a genome» (film): www.genome.gov/25019885 Human Genome Project: http://www.genome.gov/hgp/

Plus en détail

Date de naissance (J-M-A) moléculaire et séquençage Adresse. Ville Prov 330 Avenue Université Code postal Moncton, N.B. E1C 2Z3

Date de naissance (J-M-A) moléculaire et séquençage Adresse. Ville Prov 330 Avenue Université Code postal Moncton, N.B. E1C 2Z3 DEMANDE D ANALYSE PAR SEQUENCAGE EXOME Information du patient ID Hôpital # Nom de famille Prénom Sexe: H F Laboratoire de diagnostic Date de naissance (J-M-A) moléculaire et séquençage Adresse Ville Prov

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

du Cancer du Sein et de l Ovaire

du Cancer du Sein et de l Ovaire Déterminisme Génétique du Cancer du Colon du Cancer du Sein et de l Ovaire Caen CRLCC Rouen Inserm U1079 CHU Lille CHU CRLCC BENEFICE MEDICAL DU DIAGNOSTIC DES FORMES HEREDITAIRES DE CANCER COLORECTAL

Plus en détail

Plateforme de Recherche de Mutations

Plateforme de Recherche de Mutations Plateforme de Recherche de Mutations Jean-Marc Aury contact: pfm@genoscope.cns.fr 29 janvier 2009 Introduction Présentation des données produites par le GSFLX : type, qualité, Méthodes de détection de

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail

Les maladies autosomiques récessives

Les maladies autosomiques récessives Les maladies autosomiques récessives Emmanuelle HAQUET (MPCG-PhD) Conseillère en génétique CHRU Arnaud de Villeneuve, Montpellier, France Définition Une maladie génétique est autosomique quand le gène

Plus en détail

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal non invasif à partir du sang maternel > J.M. COSTA Laboratoire Cerba Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal in utero en France : quelques chiffres clés Toutes indications

Plus en détail

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21

Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Diagnostic prénatal non invasif : Du GénotypageRhésus Fœtal au Diagnostic de la Trisomie 21 Dr. A. Levy-Mozziconacci UniteFonctionnelle de Biologie Materno-Fœtale et Centre de Médecine Fœtale, APHM, AMU,

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Laboratoire de génétique de Maladies rares : pathologie moléculaire, impact fonctionnel et bioinformatique génétique LGMR sous tutelle

Plus en détail

Résumé. Delphine Théard

Résumé. Delphine Théard Delphine Théard Département de Biologie Cellulaire, section Biologie Cellulaire des Membranes, Centre Medical Universitaire de Groningue, Université de Groningue, 9713 AV Groningue, Pays-Bas - 135 - Résumé

Plus en détail

Obtention de données génétiques à grande échelle

Obtention de données génétiques à grande échelle Obtention de données génétiques à grande échelle Stéphanie FERREIRA Ph.D. Campus de l Institut Pasteur de Lille 1, rue du Professeur Calmette 59000 LILLE Tel : 03 20 87 71 53 Fax : 03 20 87 72 64 contact@genoscreen.fr

Plus en détail

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques

Atelier 5/11/2013. Structure de la chromatine et marques épigénétiques Atelier 5/11/2013 Structure de la chromatine et marques épigénétiques La chromatine ADN ADN + Histones = Nucleosome ADN + Protéines + ARNs = Chromatine Niveau extrême de condensation = Chromosome métaphasique

Plus en détail

Place de la Génétique en Médecine Générale

Place de la Génétique en Médecine Générale Place de la Génétique en Médecine Générale Principes et indications des examens en génétique médicale ECU-UCL 12.01.2008 Dr I.Maystadt Génétique : quelques petits rappels Cytogénétique tique 46 chromosomes

Plus en détail

Apport du séquençage à haut débit d un panel de gènes dans le diagnostic d'une cohorte marseillaise de myopathies distales

Apport du séquençage à haut débit d un panel de gènes dans le diagnostic d'une cohorte marseillaise de myopathies distales Apport du séquençage à haut débit d un panel de gènes dans le diagnostic d'une cohorte marseillaise de myopathies distales Thèse de médecine SEVY Amandine, JNIN décembre 2014 I. Myopathies distales Définition

Plus en détail

Chapitre 6 L interaction des gènes

Chapitre 6 L interaction des gènes Chapitre 6 L interaction des gènes La variation dans la coloration de la coquille Saint-Jacques (Argopecten irradians) due à trois allèles d un même gène Des gènes aux phénotypes 1- La relation entre les

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010

BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010 BILAN D ACTIVITE DES PLATEFORMES HOSPITALIERES DE GENETIQUE MOLECULAIRE DES CANCERS POUR L ANNEE 2010 Merci de faire parvenir ces données avant le 11 mai 2011 aux coordonnées suivantes : Frédérique Nowak

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Anne-Françoise ROUX & Emmanuelle GIRODON VALIDATION DE METHODES : SEQUENCAGE SANGER, MLPA, COMPARAISONS INTER-LABORATOIRES : EEQ et CIL

Anne-Françoise ROUX & Emmanuelle GIRODON VALIDATION DE METHODES : SEQUENCAGE SANGER, MLPA, COMPARAISONS INTER-LABORATOIRES : EEQ et CIL GROUPES DE TRAVAIL Anne-Françoise ROUX & Emmanuelle GIRODON VALIDATION DE METHODES : SEQUENCAGE SANGER, MLPA, COMPARAISONS INTER-LABORATOIRES : EEQ et CIL GROUPES DE TRAVAIL «NGS» RECOMMANDATIONS POUR

Plus en détail

Problèmes d interprétation du diagnostic génétique par le séquençage haut débit

Problèmes d interprétation du diagnostic génétique par le séquençage haut débit Problèmes d interprétation du diagnostic génétique par le séquençage haut débit Anne BARLIER AP-HM Hôpital de la Conception, Aix-Marseille Université UMR 7286 CNRS anne.barlier@univ-amu.fr Jean-Paul BONNEFONT

Plus en détail

L Apport de la Bioinformatique et de la Biostatistique dans la compréhension des maladies complexes: Modèles; outils et méthodes

L Apport de la Bioinformatique et de la Biostatistique dans la compréhension des maladies complexes: Modèles; outils et méthodes L Apport de la Bioinformatique et de la Biostatistique dans la compréhension des maladies complexes: Modèles; outils et méthodes Dr. Najla kharrat Groupe de recherche: Microorganisme et Biomolecules Centre

Plus en détail

Vers l assignation de parenté par SNP

Vers l assignation de parenté par SNP Vers l assignation de parenté par SNP Journée Génomique Sysaaf 3 juin 2015, Rennes Marc VANDEPUTTE INRA UMR Génétique Animale et Biologie Intégrative Ifremer Laboratoire 3AS L assignation de parenté Pour

Plus en détail

LE SEQUENCAGE DE NOUVELLE GENERATION BILAN EN 2012

LE SEQUENCAGE DE NOUVELLE GENERATION BILAN EN 2012 LE SEQUENCAGE DE NOUVELLE GENERATION BILAN EN 2012 Fédération de Génétique, CHU Inserm U1079, Faculté de Médecine et de Pharmacie Institut de Recherche et d Innovation Biomédicale Université de Rouen Frebourg@chu-rouen.fr

Plus en détail

QUALVIVOL QUALité des VIandes de VOLailles

QUALVIVOL QUALité des VIandes de VOLailles QUALVIVOL QUALité des VIandes de VOLailles C. Berri, E. le Bihan-Duval (INRA, URA), F. Pitel (INRA, LGC) V. Sibut (URA, ITAVI) AGENAVI VII Colloque AGENAE-GENANIMAL Du 21 au 23 octobre 2009 Tours Approche

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Diagnostic moléculaire des tumeurs solides,! l'expérience Rennaise!

Diagnostic moléculaire des tumeurs solides,! l'expérience Rennaise! Diagnostic moléculaire des tumeurs solides, l'expérience Rennaise Bioinformaticien, Biologiste moléculaire, Biostatisticien, Biologiste B. Ndiaye, M. de Tayrac, J. & A. Mosser Le#séquençage#à#haut#débit#NGS#dans#le#cadre#du#diagnos9c##

Plus en détail

MABioVis. Bio-informatique et la

MABioVis. Bio-informatique et la MABioVis Modèles et Algorithmes pour la Bio-informatique et la Visualisation Visite ENS Cachan 5 janvier 2011 MABioVis G GUY MELANÇON (PR UFR Maths Info / EPI GRAVITE) (là, maintenant) - MABioVis DAVID

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

Nouvelles mutations RAS

Nouvelles mutations RAS Nouvelles mutations RAS dans les cancers colo-rectaux Rappel RAS : interrupteur de plusieurs voies de signalisation ras MUTATION RAS /ras activé en permanence : signalisation continue de la prolifération

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Séminaires Jeudi 24 septembre 2015 DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Dr Pierre Gantner EA 7327: Infec-on

Plus en détail

TRANSLOCATIONS. Marguerite Prieur, retraitée Necker Enfants Malades ATC 2008 Nantes

TRANSLOCATIONS. Marguerite Prieur, retraitée Necker Enfants Malades ATC 2008 Nantes TRANSLOCATIONS Marguerite Prieur, retraitée Necker Enfants Malades ATC 2008 Nantes Translocations Définition: passage d un segment chromosomique sur un autre chromosome 2 points de cassure : remaniements

Plus en détail

GENETIQUE MEDICALE- Étude de ségrégation, ED génétique moléculaire

GENETIQUE MEDICALE- Étude de ségrégation, ED génétique moléculaire 20/11/2013 GUIMERA Jordan L2 Génétique Médicale C. BEROUD 24 pages Relecteur n 3 Etude de ségrégation, ED génétique moléculaire (haplotype, interprétation des données mutationnelles, notion bio-informatique,

Plus en détail

Maladie de Gaucher. Génétique et Marqueurs. Dr Catherine CAILLAUD. Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris

Maladie de Gaucher. Génétique et Marqueurs. Dr Catherine CAILLAUD. Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris Maladie de Gaucher Génétique et Marqueurs Dr Catherine CAILLAUD Laboratoire de Biochimie Génétique, Hôpital Cochin, Paris Maladie de Gaucher Mode de transmission : récessif autosomique - risque de récidive

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes)

Translocations réciproques. Translocations réciproques. Ségrégation méïotique. Ségrégation alterne : équilibrée (2 types de gamètes) Anomalies de structure Réarrangements du matériel chromosomique Un seul ou plusieurs Anomalies Translocations robertsoniennes et réciproques équilibrées Mécanismes de déséquilibre Héritées ou de novo Equilibrées

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2014

IntegraGen Résultats annuels 2014 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUÉ DE PRESSE - DIFFUSION IMMÉDIATE IntegraGen Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires en augmentation de 12% Réduction des pertes de 59% Installation de la première

Plus en détail

Recherche et analyse de polymorphismes SNP

Recherche et analyse de polymorphismes SNP Recherche et analyse de polymorphismes SNP 1- Tablet : Détection visuelle de SNP avec Tablet Tablet est un outil graphique de visualisation d assemblage et d alignement de séquences issues de NGS (Next

Plus en détail

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII

Deuxième partie. Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Deuxième partie Calcul de fréquences de génotypes multilocus dans des pédigrees complexes XXVII Présentation Les programmes informatiques MDM et grafgen L analyse de schémas de construction de génotypes

Plus en détail

Quelques définitions

Quelques définitions Quelques définitions Sandrine Lagarrigue et Pascale Le Roy 1 Journée Technique SYSAAF La mise en œuvre des outils de la génomique : enjeux pour le SYSAAF et ses adhérents. 03 juin 2015. Rennes Le génome

Plus en détail

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Missions Généthon a pour mission la conception, le développement préclinique et clinique ainsi que la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve.

BIOLOGIE. Durée : 4 heures. L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Concours B ENSA B-0112B BIOLOGIE Durée : 4 heures L usage de la calculatrice, d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail