Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION"

Transcription

1 1. PRESENTATION Le bassin de Sebou forme une cuvette entre le Rif au Nord, le moyen Atlas et la méseta au sud, le couloir Fès -Taza à l Est et l océan Atlantique à l Ouest. D une superficie d environ km 2, il est l un des bassins les plus importants du royaume et renferme actuellement une population totale de près de 5.73 millions d habitants, dont 49% en milieu urbain et 51% en milieu rural. Il dispose d une économie agricole et industrielle qui contribue de façon importante à l économie nationale. Le climat régnant sur l ensemble du bassin est de type méditerranéen à influence océanique et à l intérieur du bassin le climat devient plus continental. La pluviométrie moyenne annuelle du bassin est de 640 mm, avec un maximum de 1000 mm/an sur les hauteurs du Rif et un minimum de 300 mm sur le haut Sebou et les vallées du Beht. Le bassin versant du Sebou est l un des plus riches en eau et constitue l une des régions les mieux loties en terres irriguées et en industries. Le potentiel cultivé s élève à ha. Les superficies irrigables sont estimées à ha, dont sont actuellement irrigués, répartis entre : Bassins Hydraulique de Sebou 66

2 ha de grande hydraulique ha de petite et moyenne hydraulique et d irrigation privée tonnes de papier Le bassin de Sebou connaît tonnes d huile d olive une activité industrielle (65% de la production nationale) très développée. Les unités tonnes de cuir importantes à l échelle du (60% de la production nationale) bassin sont : les sucreries, tonnes de pétrole raffiné les papeteries, les 1845 tonnes de sucre produit huileries, les tanneries, les (50% de la production nationale) cimenteries, l industrie du textile et la raffinerie de pétrole. Production annuelle industrielle Il est également très riche en potentialités touristiques. On y trouve des villes impériales à civilisation millénaire constituant un patrimoine universel comme les villes de Fès et Meknès, les sites romains de Walili (Volubilis) et les grottes de Friouatou dans la région de Taza. Le bassin de Sebou couvre en totalité ou en partie: 5 régions économiques : Fès-Boulemane, Al Hoceima-Taza Taounate, Meknès-Tafilalt, Gharb- Chrarda-Beni Hssen et Rabat Zemmour-Zair ; 3 Wilayas : Fès_Boulemane, Meknès-Tafilalt et Cherarda-Beni Hsen ; 15 provinces et préfectures dont 8 en totalité (Meknès, El Hajeb, Fès, My Yaacoub, Sefrou, Taounate, Kénitra, Sidi kacem) et 7 partiellement : (Ifrane, Boulemane, Taza, Chefchaouen, Khémisset, Khénifra et Al Hoceima). Bassins Hydraulique de Sebou 67

3 2. RESSOURCES EN EAU 2-1. Les eaux de surface Le bassin renferme près du tiers des eaux de surface du Pays et peut être subdivisé de point de vu hydrologique en quatre ensembles : le Sebou issu du moyen Atlas et constitué par les bassins du haut Sebou (5875 km 2 ), de l Inaouène (5015 km 2 ) et du moyen Sebou (5200 km 2 ); l Ouergha qui a une superficie de l ordre de 7040 km 2 ; le Beht qui a une superficie de l ordre de 8680 km 2, reçoit l oued R dom avant de rejoindre le Sebou dans la plaine du Gharb ; le bas Sebou, dont la superficie couvre environ 5785 km 2, et qui constitue un chenal instable et insuffisant pour supporter les débits de crues. Les apports en eau du bassin s élèvent à 5600 millions de m 3 par an (moyenne sur la période ), dont : 3210 Mm 3 /an (57%) sont drainés par le bassin de l Ouergha 720 Mm 3 /an (13%) sont drainés par le haut Sebou 420 Mm 3 /an (8%) sont drainés par le Beht. Ces apports présentent une irrégularité dans l espace et dans le temps. Le haut Sebou en amont du barrage Allal El Fassi se distingue par un écoulement pérenne grâce notamment aux apports de sources telles que : Ain Sebou, Ain Timedrine et Ain Ouender. Les autres affluents de l oued Sebou, notamment l Ouergha et l Inaouène, ont un régime pluvial avec des crues très importantes pendant les saisons pluvieuses. Bassins Hydraulique de Sebou 68

4 Les ouvrages hydrauliques du bassin permettent la régularisation d un volume de 2360 Mm 3 /an en eaux de surface hormis le prélèvement d environ 140 Mm 3 /an au fil de l eau. Plus de 1000 Mm 3 sont utilisés actuellement pour l irrigation et l AEPI. APPORT ANNUEL (M m 3) AU BARRAGE ALLAL EL FASSI APPORT ANNUEL (Mm 3) AU BARRAGE AL WAHDA APPORT ANNUEL (Mm3) AU BARRAGE EL KANSERA DEBIT M OYEN ANNUEL (m 3/S) AU NIV EAU DE SOURCE AIN TIMEDRINE Evolution des apports du bassin du Sebou 2-2. Les eaux souterraines Les ressources en eau souterraine du bassin constituent une part importante du patrimoine hydraulique du bassin du Sebou et représentent 30% environ du potentiel renouvelable national. A l échelle du bassin versant du Sebou, on peut distinguer plusieurs unités hydrogéologiques recelant une douzaine de nappes dont les principales sont : système aquifère du Saiss, complexe des nappes Maamora - Gharb, nappe des causses moyens Atlasiques, nappe de Bou Agba, nappe du couloir Fès Taza, la nappe du moyen Atlas plissé et la nappe de Taza. Bassins Hydraulique de Sebou 69

5 Ces nappes renferment une ressource renouvelable de l ordre de 1300 Mm 3 par an. Ces ressources contribuent au développement économique et social du bassin en assurant l'approvisionnement en eau potable d'une grande partie des centres urbains et ruraux et la mise en valeur de grandes superficies irriguées. Ces nappes productives sont vulnérables à la sécheresse, à la surexploitation et à la pollution. Bien gérées et protégées, elles représentent des atouts majeurs pour le développement socio-économique du bassin. Situation des nappes du bassin du Sebou O C E A N A T L A N T I Q U E Nappe Souier Drader NAPPE DU GHARB Nappe Bouagba Ouezzane Taounate Rabat Kenitra Nappe Maamora NAPPE DE LA REGION DE KHEMISSET Khemisset Sidi Kacem NAPPE DES RIDES PRERIFAINES Meknés NAPPE DES BASALTES D'AZROU NAPPE DE FES - MEKNES CAUSSES D'AGOURAI Ifrane Fès Sefrou NAPPE DES CAUSSES MOYEN-ATLASIQUES N A P P E DU COULOIR F E S - T A Z A Boulemane NAPPE DU MOYEN ATLAS PLISSE Nappe Magoussa Taza Nappe de Taza 20 Km Système aquifère du Saiss Le système aquifère du Saiss, compté parmi les principaux systèmes aquifères du Maroc, est limité au Nord par le Prérif, à l Est par la vallée de l oued Sebou, à l Ouest par les affluents de l oued Beht et au Sud par les Causses du Moyen Bassins Hydraulique de Sebou 70

6 Atlas. Il est formé par la nappe profonde du Lias et la nappe phréatique du Quaternaire. Coupe géologique schématique du bassin Fès-Meknès Nappe phréatique D une superficie d environ 2100 Km 2, la nappe phréatique circule principalement dans des grès et des conglomérats reposant sur des sables plus ou moins argileux au centre et à l'ouest de la plaine, tandis qu à l'est, la nappe est siégée dans des calcaires lacustres. Dans la plus grande partie du Bassin, l'épaisseur de l aquifère varie de 20 à 50 m. Elle devient plus importante dans les cuvettes miocènes tel est le cas au SE de Ain Lorma (30 à 70 m). Bassins Hydraulique de Sebou 71

7 La transmissivité est faible (10-6 m 2 /s) dans les zones à dominance sablo-argileuse sur les bordures S et N du bassin, moyenne (10-4 m 2 /s) dans les conglomérats et forte dans les calcaires lacustres karstifiés ( m 2 /s). La recharge de cette nappe se fait à travers l infiltration pluviale, par drainance ascendante à partir de la nappe profonde et par les retours d eau d irrigation. La minéralisation de l eau est faible et reste inférieure à 1g/l. La nappe est exploitée surtout à des fins agricoles. Le niveau de la nappe par rapport au sol est variable et peut dépasser 60 m dans le plateau de Meknès et il est de l ordre de 30m dans la région d Ain Taoujdate et en bordure du Causse. Nappe profonde L aquifère profond du bassin Fès- Meknès, couvre une superficie d environ 3500 Km 2, et siège dans les formations calcaires dolomitiques du Lias fortement fissurés. Sous l effet de la tectonique, l aquifère est subdivisé en plusieurs panneaux (Saiss, Haj Kaddour, Meknès ) qui sont probablement inter-communicants par endroits. L épaisseur de l aquifère varie de quelques dizaines de mètres sur la bordure sud à 760 m au nord de la plaine. La transmissivité et la perméabilité sont très variables en raison de la porosité de fissure de ce système aquifère. En général, l aquifère présente des caractéristiques hydrodynamiques intéressantes. En moyenne, la transmissivité est de l'ordre de m 2 /s et la perméabilité est de m/s. L alimentation de cette nappe se fait d une part, par abouchement latéral à partir de la nappe des Causses adjacente au sud et d autre part, à partir des eaux de pluie Bassins Hydraulique de Sebou 72

8 et de la fonte des neiges que connaissent les affleurements calcaires des causses du Moyen Atlas au sud. Ses eaux circulent du Sud vers le Nord, et se mettent en charge sous une épaisse série de marnes imperméables du Miocène qui sépare les deux nappes. Le niveau d eau se situe en moyenne à une profondeur de 50m par rapport au sol dans la partie captive et il atteint actuellement la pression de 12 bars dans la partie artésienne (avant 1980, la pression mesurée atteignait 25 bars, soit un jet de 250 m par rapport au sol). La productivité de la nappe est importante et peut dépasser 120 l/s. La minéralisation de l eau est faible et varie de 0.3 à 0.7g/l. La nappe est exploitée par des forages profonds destinés à l AEP des ville de Meknès, Fès et des centres situés dans la plaine (Ain Taoujtate, Ras El Ma, Sebaa Ayoune et Haj Kaddour) et également pour l irrigation. La profondeur des ouvrages qui l exploitent varie de 200 m au Sud à 1700 m au centre de la plaine. Evolution piézomètrique du système aquifère de Saiss L examen de l historique piézomètrique montre que les aquifères du Saiss avaient une tendance relativement stable jusqu à l année Après cette date, le processus de baisse a été déclenché en raison des cycles de sécheresse enregistrés et du renforcement de l exploitation lié au déficit des eaux de surface et à l accroissement des besoins. Bassins Hydraulique de Sebou 73

9 Evol uti on Piezometr i que de l a nappe phr éati que Pi ézométr e 1095/ 15 Evolution Piezometrique de la nappe profonde Piézométre 290/ Année Point asséché Profondeur de l'eau/sol Année Ainsi depuis 1980, le niveau piézomètrique a accusé une baise atteignant 15 m dans la nappe phréatique et 60 m dans la nappe profonde. La baisse annuelle atteint 40 cm pour la première et 3 m pour la deuxième. Cette baisse du niveau piézométrique a induit une diminution de la productivité des forages, des débits des sources et de l aire d artésianisme. La chute des pressions en tête de forages a atteint 6 bars au niveau du panneau de Haj Kaddour et 12 bars au niveau du panneau du Saiss. Cette baisse alarmante, sous la pression croissante des prélèvements anarchiques, est à l origine d une catastrophe écologique caractérisée par la disparition de nombreux lacs et sources de la région qui faisaient la fierté de la population de cette région. Aujourd hui, la situation est désolante : de nombreuses espèces de faunes et de flores sont sur le point de disparaître à tout jamais. Les activités socio-économiques et touristiques de la région se sont très fortement déclinées lorsqu elles n ont pas complètement disparues. Bilan hydraulique du système aquifère de Saïss Depuis 1980, le déstockage moyen annuel est estimé à 100 Mm 3 /an, entraînant ainsi un déficit global de l ordre de 1.6 Milliards de m 3. Bassins Hydraulique de Sebou 74

10 Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Recharges : 40 Débit drainé par les : 20 pluviales sources et oueds Débits entrant : 140 Prélèvements d AEP : 100 aux limites Retour : 40 Prélèvement : 160 d irrigation d irrigation Sources captées : 40 Total entrées : 220 Total sorties : 320 Système aquifère du Gharb La plaine du Gharb, d une superficie de 4000 Km 2 est limitée au Nord par les collines de Lalla Zohra, au sud par la plaine de Maamora, à l est par les collines de Bou Draa et Bel Ksiri et à l ouest l océan atlantique N W NW ENE EN E Coupe géologique de la plaine du Gharb Nappe phréatique L aquifère supérieur est constitué par des formations argilosilteuses du Quaternaire récent est rencontré dans la partie centrale du Gharb. Il est plutôt de qualité médiocre et présente un intérêt Hydrogéologique limité. Bassins Hydraulique de Sebou 75

11 Nappe profonde La nappe profonde circule dans des terrains d âge plioquaternaire que l on peut subdiviser en deux faciès : un faciès à prédominance de niveaux graveleux et/ou conglomératiques, séparés par des niveaux limono argileux (Est de la nappe) et un faciès est à prédominance de niveaux sableux, de grés et de calcarénites, séparés par des niveaux limono-argileux (zone côtière et secteur Sud côté Maâmora). Dans le détail, des lentilles argileux semi perméables d épaisseur variable s intercalent entre les couches perméables. Cette configuration rend l aquifère profond du Gharb multicouche. L ensemble aquifère repose sur les marnes bleues du Miocène. L épaisseur saturée de l aquifère varie de 50 à 150 m et elle est plus importante au centre de la plaine et s amincie vers les bordures. Le niveau de la nappe est rencontré en général entre 5 et 20m du sol et peut atteindre localement 40 m. L écoulement général de la nappe se fait en direction du littoral océanique. L aquifère profond est captif sur une grande partie du bassin du Gharb et libre le long des affleurements ouest (Zone d El Manasra) et des affleurements Est. Sur le plan hydrodynamique, les valeurs les plus fréquentes de la transmissivité sont comprises entre 10-3 et 10-1 m 2 /s. La qualité de l eau est bonne de façon générale, contrairement à la nappe phréatique caractérisée par une salinité élevée. Cependant, des salinités allant jusqu'à 8g/l ont été notées au droit des zones industrielles. La recharge de l aquifère s effectue par l infiltration des pluies sur les affleurements, par l abouchement des écoulements profonds en provenance de la nappe de la Maâmora, par la percolation à travers les lits des oueds Ouergha et Sebou à l Est de la plaine, et par retour des eaux d irrigation. Les sorties sont constituées par l écoulement Bassins Hydraulique de Sebou 76

12 vers l océan, par la drainance ascendante vers la nappe phréatique et par les prélèvements pour l AEPI et l agriculture. Evolution piézomètrique de la nappe profonde du Gharb Globalement, l aquifère du Gharb est resté relativement stable à l exception des zones des champs captant destinés à l AEP et certaines zones côtières. 0,00-1,00-2,00-3,00-4,00-5,00-6, Année Evolution piézométrique de la nappe profonde du Gharb Les fluctuations piézométriques amorties observées sont en liaison avec les conditions favorables de recharge de la nappe, notamment par abouchement souterrain à partir de la nappe de la Maâmora et par les retours des eaux d irrigation à partir des eaux de surface. Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Apports naturels : 110 Prélèvements pour : 240 l irrigation Déversement de la : 35 Prélèvements pour l AEPI : 30 nappe Maamora Retour d irrigation : 125 Déversement vers : 30 l océan Infiltration par les : Sorties par les Oueds : 30 Oueds 60 Total entrées : 330 Total sorties : 330 Nappe de la Maâmora Le plateau de la Maâmora d une superficie de 1890 km 2 est délimité au Sud par le massif de la Meseta, au Nord par la Bassins Hydraulique de Sebou 77

13 vaste plaine du Gharb, à l Ouest par l océan atlantique entre Rabat et Kénitra et à l Est par l oued Beht. Le plateau de la Maâmora recèle une nappe phréatique libre circulant dans des grès calcaires, sables et sables argileux du Plio-quaternaire. L ensemble repose sur un substratum imperméable formé par les marnes du Miocène. Cette nappe fait partie de l unité hydrogéologique connue sous le nom du bassin du Gharb-Maâmora. L épaisseur saturée de la nappe varie de 75 m Nord-Ouest à 100 m au Nord-Est. Cette épaisseur passe progressivement à 40 m puis à 20 m au centre de la plaine. Au Sud, l aquifère semble se biseauter. La profondeur de la nappe est généralement comprise entre 20 et 40 m et peut dépasser localement 80m. Le sens général de l écoulement de cette nappe se fait d abord du Sud-Est vers le Nord-Ouest en direction de l océan, puis prend ensuite la direction Sud-Nord en direction de la nappe du Gharb. Coupe géologique de la Maamora Le passage du domaine de la nappe libre du plateau de la Maâmora à celui de la nappe profonde de la plaine du Gharb Bassins Hydraulique de Sebou 78

14 est marqué par une limite de mise en charge orientée approximativement Est-ouest. Au nord de cette ligne, la nappe devient progressivement captive au-dessous des limons quaternaires de recouvrement de la plaine du Gharb. La transmissivité de la nappe varie dans une fourchette comprise entre 10-3 et 10-1 m 2 /s. Elle est de m 2 /s au voisinage de Kénitra. Au niveau de Bouknadel, elle varie de 2, à 7, m 2 /s et elle est de l'ordre de 1, m 2 /s au niveau du secteur de Sidi Taïbi. Du point de vue qualité chimique, les eaux de la nappe sont de bonne qualité chimique au centre de la plaine (0.5 g/l) et d une qualité moindre (1 à 2.8 g/l) au sud-est et au Nord- Ouest de la plaine. En zone littorale, la salinité est relativement élevée à cause de l invasion marine entraînée par l intensification des pompages en zone littorale. La recharge de la nappe s effectue exclusivement par l infiltration pluviale. Les sorties sont constituées par l écoulement vers l océan, par le sous écoulement vers la nappe du Gharb, par le drainage de l oued Beht et des autres oueds du plateau (Fouarat, Tiflet) ainsi que par les prélèvements pour l AEPI (captages ONEP, RAK) et l agriculture. Evolution piézomètrique de Maâmora Selon l analyse de la chronique piézométrique, il y a une tendance globale à la baisse entre 1980 et 2003 qui varie de 0.5 m dans la zone côtière à 6.5 m au centre de la plaine ANNEE Bassins Hydraulique de Sebou 79

15 La baisse modérée observée au niveau de la zone côtière est expliquée par l intrusion des eaux salées dans l aquifère, permettant ainsi d amortir les baisses causées par les pompages. Cette situation est la conséquence directe de la surexploitation et de la sécheresse. Bilan hydraulique de la nappe de Maâmora L examen des termes du bilan hydraulique de la nappe de la Maâmora, montre l importance des sorties (184 Mm 3 /an) par apport aux entrées constituées principalement par les infiltrations de pluies. Le déficit est de 9 Mm 3 /an. Il est également important de noter que la baisse continue de la nappe en zone littorale a engendré l intrusion de 5 Mm 3 d eau salée dans l aquifère. Certes, si aucune mesure n est prise pour optimiser les pompages d eau souterraine, le volume d intrusion marine augmentera davantage compromettant ainsi, à terme la qualité des eaux de la nappe. Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Apports naturels, : 175 Prélèvements d AEPI : 70 recharge pluviale Retour d irrigation : 5 Prélèvements d irrigation : 55 Déversement vers l océan : 10 Déversement vers la nappe du : 35 Gharb et Beht Sorties par les Oueds : 25 Total entrées : 180 Total sorties 195 Nappe de Bou Agba Située au NW du bassin de Sebou, entre les villes d Ouazzane et de Souk El Arbaa, cette nappe s étend sur une superficie Bassins Hydraulique de Sebou 80

16 d environ 65 Km 2. Il s agit d un aquifère mono-couche formé par des galets. Au centre de la plaine, la profondeur de l aquifère est d environ 100 m, avec une épaisseur de l ordre de 120 m diminuant vers les bordures de la nappe. La recharge de l aquifère s effectue essentiellement par l infiltration des eaux pluviales qui s infiltrent dans les affleurements des formations plio-quaternaire. Les sorties sont constituées par les prélèvements pour l AEP de la ville de Ouezzane et le milieu rural et pour l irrigation. Bilan hydraulique de la nappe de Bou Agba Le bilan de cette nappe est déficitaire de 1 Mm 3 /an soit 33% des apports. Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Recharge pluviale : 3 Prélèvements AEP : 3 Prélèvements irrigation : 1 Total entrées : 3 Total sorties 4 Nappe des Causses moyens Atlasiques D une superficie de l ordre de 4600 Km 2, la nappe des Causses moyens atlasiques est encadrée entre le bassin de Fès Meknès au nord et le Moyen Atlas au Sud. Cet aquifère est formé par des terrains carbonatés plus ou moins tabulaires du Lias. Sa géométrie et ses caractéristiques hydrogéologiques ne sont pas bien connues. La qualité des eaux de cette nappe est très bonne. La minéralisation de l eau est en effet inférieure à 0.5 g/l. Bassins Hydraulique de Sebou 81

17 La recharge de la nappe se fait exclusivement par les infiltrations pluviales. Elle est exploitée par forages et puits pour l AEP des centres de la région (Ifrane, Imouzzer, Azrou, El Hajeb, Agouray ), ainsi que pour l irrigation. Les prélèvements destinés à l AEPI peuvent être estimés à 15 Mm 3 /an, alors que ceux utilisés en irrigation sont évalués à 25 Mm 3 /an. Bilan hydraulique de la nappe des causses moyens atlasiques L effet combiné de la sécheresse et la surexploitation de la nappe des Causses se traduit par un déstockage annuel des réserves de l aquifère de 10 Mm 3. Ce déstockage aura des impacts négatifs sur les ressources en eau de surface et souterraines puisque la zone des Causses représente le château d eau assurant plus de 50% de l alimentation du système aquifère du Saiss; et donnant naissance à plusieurs sources au niveau du piémont ainsi qu à la source d Oum Er Rbia. Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Recharge pluviale : 450 Prélèvements d irrigation : 40 Prélèvements d AEPI : 40 Drainage par les sources : 10 et oueds Sources captées : 190 Alimentation de la nappe 190 Fès-Meknès et Fès-Taza : Total entrées : 450 Total sorties 470 Nappe du Moyen Atlas plissé La nappe du Moyen- Atlas plissé d une superficie d environ 4200 km 2, occupe les terrains situés au Sud-Est du bassin de Sebou et assure l écoulement des grandes sources du haut Sebou (principalement la source de Sebou: 2 m 3 /s). C est un système multicouche dont le principal aquifère est constitué par les carbonates du Lias inférieur. La géométrie de ce Bassins Hydraulique de Sebou 82

18 système aquifère et ses caractéristiques hydrogéologiques ne sont pas bien connues. La nappe est exploitée pour l AEP des centres de la province de Boulemane et pour l irrigation. Sa recharge, estimée à 215 Mm 3 /an, se fait à partir de l infiltration pluviale. Bilan moyen de la nappe du Moyen Atlas plissé Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Recharge pluviale : 230 Prélèvements : 25 d irrigation Prélèvements d AEPI : 5 Drainage par les : 150 sources et oueds Sources captées : 50 Total entrées : 230 Total sorties 230 Nappe du couloir Fès-Taza La nappe du couloir Fès-Taza couvre une superficie d environ 1200 Km 2 et elle est constituée par deux niveaux aquifères d importance inégale: le premier représenté par les grès du Miocène de faible potentiel mobilisable et le second représenté par les carbonates liasiques constituant l aquifère principal de la zone. La qualité de l eau est bonne avec une minéralisation entre 360 et 1400 mg/l. L épaisseur de l aquifère profond est comprise entre 100 et 200 m et la profondeur de l eau par rapport au sol varie de 0 (dans la zone artésienne) à 800m. L alimentation de la nappe est assurée par l infiltration des eaux de pluie. Elle est exploitée pour l AEP de Matmata, Tahla, Oued Amlil,, ainsi que pour l irrigation. Bassins Hydraulique de Sebou 83

19 Bilan moyen de la nappe du couloir Fès-Taza Entrées (Mm 3 ) Sorties (Mm 3 ) Recharge pluviale : 50 Prélèvements d irrigation : 10 Alimentation par Prélèvements d AEPI : 10 le Moyen Atlas : 50 Drainage par les sources et : 44 oueds Sources captées : 36 Total entrées : 100 Total sorties 100 Nappe detaza La nappe de Taza s'étend à l'est et au sud-est de la ville de Taza, entre la retombée nord-est de Tazzekka et le Pré-rif. Elle est limitée à l'ouest par l'affleurement triasique la séparant du panneau de Magoussa, au sud par l'affleurement triasique de Ras El Ma, à l'est par la ligne de partages des eaux séparant les bassins versants de l'oued Inaouène et oued Melloulou, et au nord par les formations du pré-rif. Les exutoires anciens de ce panneau (110 km 2 ) étaient les sources (Aïn N'sa, Aïn Anémli, Aïn Cherchiri...) de débit total de 160 à 180 l/s. La ressource mobilisable varie entre 3 et 10 Mm 3 /an, suivant l année hydrologique. La totalité de la ressource mobilisée est destinée à l'aep de la ville de Taza à travers 6 forages d'exploitation avec un débit moyen de l'ordre de 170 l/s. Bassins Hydraulique de Sebou 84

20 3. QUALITE DES RESSOURCES EN EAU 3-1. Les sources de pollution Le bassin du Sebou est le bassin le plus pollué du pays. En effet, si on exclut le bassin côtier atlantique dont fait partie la ville de Casablanca qui rejette ses eaux usées en mer, le Sebou est situé en tête de l ensemble des bassins du Maroc en terme de pollution organique d origines industrielle et domestique et de pollution toxique. Il est suivi de loin par le Tangérois, le Tensift et le Bouregreg. Les sources de pollution sont multiples et se résument comme suit: La pollution d origine domestique Les 82 villes et centres urbains du bassin rejettent un volume annuel d eau usée estimé à 80 Mm 3, dont 86% sont déversés dans les cours d eau, 12% dans la mer et 2% épandus sur les sols. Ces rejets génèrent une pollution organique totale de l ordre de tonnes de DBO5, représentant 25 % du total national. Parmi les villes qui posent le plus de problèmes de pollution de l eau, on trouve la ville de Fès dont les rejets représentent 40% de l impact total de l ensemble des rejets au niveau du bassin du Sebou. Le traitement des eaux usées de cette ville constitue donc une priorité absolue compte tenu du rang occupé par ce bassin à l échelle nationale. La répartition par ville de la pollution domestique à l échelle du bassin est présentée dans le tableau suivant : Bassins Hydraulique de Sebou 85

21 Ville Charge en DBO5 Milieu récepteur (T/J) Fès 38.4 Oued Fès-Sebou Meknès 20.6 Oued Rdom Kénitra 16.6 Oued Sebou/mer Sidi Kacem 7.6 Oued Rdom Taza 6.1 Oued Inaouène Khémisset 3.5 Oued Beht Sefrou 2.2 Oued Aggay-Sebou Taounate 1.0 Oued Ouergha Ifrane 0.5 Oued Tizguit La dégradation de la qualité de l'eau par les rejets d'eau usée domestique et industrielle est le résultat du grand retard constaté en matière d'assainissement et d'épuration des rejets. Le taux de raccordement au réseau d'assainissement varie de 0% pour les petits centres ruraux à 70% dans les grandes villes. La pollution d origine industrielle Le secteur industriel est très diversifié dans le bassin du Sebou. Les principales branches industrielles sont : l'agroalimentaire (sucreries, huileries, laiteries, conserveries, ), les papeteries, les tanneries, le textile, le raffinage de pétrole, la levurerie, la production d alcool, L activité industrielle est concentrée dans les grandes villes telles que Fès et Kénitra. On dénombre pas moins de 200 unités, auxquelles il faut ajouter des milliers d huileries traditionnelles (maâssras). Tanneries de la Médina de Fès Bassins Hydraulique de Sebou 86

22 L activité industrielle génère près de 3,5 millions d équivalents-habitants de pollution organique, dont près 70% proviennent des sucreries, des papeteries et des huileries. Branche industrielle Contribution à la pollution en % Huileries 20 Papeteries 36 Sucreries 11 Autres 33 Contribution des branches industrielles à la pollution La part des principales branches d'activité industrielle est la suivante: Les huileries représentent le foyer de pollution le plus menaçant, car il s'agit d'une activité saisonnière (Décembre- Janvier-Février) et répartie sur la quasi totalité du bassin (avec des concentrations marquées à Aïn Taoujdate, Fès, Taounate). Elle entraîne de ce fait une forte concentration en matières organiques, grandes consommatrices de l'oxygène dissous de l'eau. Les réalisations en matière de traitement des rejets sont non proportionnelles à la pollution générée et aux multiples et néfastes impacts induits. Les projets réalisés sont rares (raffinerie de Sidi Kacem, Centrale laitière de Meknès) ou ont parfois un caractère expérimental et ont été initiés par les bailleurs de fonds étrangers tels que la station de déchromatation des tanneries et les bassins d évaporation naturelle des margines de Fès. Il en résulte que le taux de rabattement de la pollution industrielle n'a pas excédé 3 % au niveau de l'ensemble de bassin. Bassins Hydraulique de Sebou 87

23 La pollution d origine agricole Disposant d une importante superficie agricole utile, le bassin du Sebou est parmi les régions agricoles les plus importantes du pays. Il connaît ainsi une intensification agricole par le recours à l irrigation et à l utilisation des engrais et des produits phytosanitaires. Il en résulte l infiltration dans les eaux souterraines des produits agrochimiques. Les charges polluantes sont constituées essentiellement des nitrates et des phosphates et sont estimées à : tonnes par an de l azote total; tonnes par an des phosphates. La pollution par les décharges publiques Les décharges publiques non contrôlées constituent une source de pollution non négligeable. En plus de leur localisation en général à côté des villes et parfois non loin des milieux hydriques (oueds, nappes), elles dégagent des lixiviats qui rejoignent les eaux superficielles ou souterraines selon la géologie du site. La production totale des déchets solides est estimée à tonnes par an, occasionnant une pollution d'environ tonnes de DBO5. A l'exception des villes de Fès et Tiflet qui disposent de décharges publiques bien aménagées, la majorité des autres villes sont au stade des études de recherche et d'aménagement de nouveaux sites. La pollution accidentelle La pollution des eaux d origine accidentelle est également non négligeable. Quoique localisée dans le temps et dans l espace, elle peut avoir un impact très étendu et peut engendrer de considérables dégâts si les moyens de remède nécessaires ne sont pas mis à la disposition des équipes d intervention en temps opportun. Le bassin du Sebou recèle Bassins Hydraulique de Sebou 88

24 de nombreux points critiques notamment les retenues de barrages et les cours d eau qui longent d importants axes routiers connaissant des trafics de transport des produits polluants Impact de la pollution sur les ressources en eau Eau de surface Mort de poissons au barrage de Garde ches industrielles à la pollution Les incidences négatives générées par les différentes sources de pollution sur les ressources en eau sont principalement la dégradation de la qualité des eaux de l oued Sebou notamment en aval des rejets de Fès jusqu à l embouchure. En effet, les stations de traitement d'eau potable qui alimentent les centres de Kariat Ba Mohamed et M'kansa à partir de l'oued Sebou sont souvent contraintes à arrêter leur activité, particulièrement pendant les périodes de forte pollution qui coïncident avec la saison oléicole. De même au niveau du barrage de garde, la mortalité de poissons est souvent constatée dans l'oued Sebou. La qualité des eaux est également dégradée au niveau de l oued Rdom en aval de Meknès ainsi que l oued Beht en aval de Sidi Slimane (Voir carte). tres mauvaise 25% mauvaise 22% excellente 6% moyenne 16% bonne 31% Répartition des stations d eau de surface par niveau de qualité Bassins Hydraulique de Sebou 89

25 Pour améliorer la qualité de l'oued Sebou, des lâchers d'eau à partir des barrages Al Wahda, Idriss Ier et Allal El Fassi sont effectués. A titre d'exemple le volume d'eau lâché en 2003 était d'environ 22,5 Mm 3. Sur un total de 32 stations d échantillonnage, près de la moitié présente une eau de mauvaise qualité. Etat de la qualité des eaux de surface Eau souterraine Parmi les impacts négatifs des sources de pollution sur les eaux souterraines, on note une dégradation de la qualité des eaux par endroit au niveau des trois nappes Fès-Meknès, El Gharb et Maâmora en raison des teneurs en nitrates qui dépassent la valeur maximale admissible fixée à 50 mg/l, ce Bassins Hydraulique de Sebou 90

26 qui limite leur utilisation pour l approvisionnement en eau potable. Sur un total de 80 stations d échantillonnage, environ 53% présente une qualité dégradée. Répartition du niveau de qualité des eaux souterraines tres mauvaise 34% mauvaise 19% bonne 24% moyenne 23% Nappe de Fès-Meknès Nappe de la Maamora 100% 80% 60% 40% 20% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLO 0% Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLO Nappe du Gharb Qualité globale des nappes Fès-Meknès, Gharb et Maamora 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Q,ORG Q,BAC Q,MIN Q,AZO Q,GLO Légende: Excell Bon Moye Mauv T.Mauv Bassins Hydraulique de Sebou 91

27 4. MOBILISATION ET UTILISATION DES RESSOURCES EN EAU 4-1. L effort de mobilisation Les Grands barrages Le bassin du Sebou comporte 20 grands barrages et 44 petits barrages et lacs collinaires. Parmi ces ouvrages figure le barrage Al Wahda, deuxième grand barrage en Afrique, avec une capacité de stockage de 3720 Mm 3. Ce barrage joue un rôle capital dans l irrigation de la plaine du Gharb et sa protection contre les crues dévastatrices de l oued Ouergha. La capacité globale actuelle de stockage des 20 grands barrages du bassin est de plus de 6020 Mm 3, permettant de régulariser un volume total de près de 2400 Mm 3. Barrage But Année de Mise en service Volume Normal de la retenue (Mm 3 ) Volume régularisé (Mm 3 ) Energie produite (GWH/an) EL KANSERA E,I,AEPI ,00 208,00 20,00 IDRISS 1er E,I ,00 973,00 120,00 ALLAL AL FASSI E,I,AEPI ,50 335,00 270,00 GARDE DU SEBOU I ,00 144,00 - SAHLA I,AEPI,PE ,00 32,00 - AL WAHDA I, E, EC, T , ,00 400,00 SIDI CHAHED AEPI, I ,00 80,00 - BOUHOUDA I, AEP ,50 38,00 - BAB LOUTA AEP ,00 8, ASFALOU I, E, PE ,00 114,00 Des Aménagements hydrauliques existants Bassins Hydraulique de Sebou 92

28 Les Petits barrages et lacs collinaires Une quarantaine de petits barrages et lacs collinaires ont été réalisés en régie dans le bassin du Sebou. Ils totalisent une capacité de stockage globale de 20 Mm 3 et sont destinés essentiellement au renforcement de l alimentation en eau potable, à l irrigation de petits périmètres, à l abreuvement du cheptel et également à la protection contre les inondations. Dénomination Province Capacité (m 3 ) But MOULAY ARAFA FES EC EL GAAADA FES EC OUED EL ATCHANE M.YACOUB AC - I AGGAY SEFROU EC BEN SASSI SEFROU EC EL KOUCHET SEFROU EC HARBEL MEKNES AC - I KHNADEK MEKNES AC - I AMAN SYERNINE ELHAJEB AC - I ARBAOUA KENITRA AC - I SIDI MBAREK KENITRA AC - I ARROUIDA KHEMISSET AC - I EL OULJA KHEMISSET AC RHOUANEM II SIDI KACEM AC - I OULED JELLAL SIDI KACEM AC - I GHARBIA TAOUNATE AC - I ANK JMEL TAOUNATE AC - I BOUMAIZA TAOUNATE AC - I OULED YAHIA TAOUNATE AC - I OULJET EL HAFA TAOUNATE AC -I LAKHZAINE TAOUNATE AC - I BAB BOUGHAZI TAOUNATE AC - I JORF ELGHORAB TAOUNATE AC - AEP ESSAF TAOUNATE AC - AEP Bassins Hydraulique de Sebou 93

29 AIN GUETTARA TAOUNATE AC - I TIZGUIT AMONT IFRANE AC - I TIZGUIT AVAL IFRANE EC - PL LAC ZERROUKA I IFRANE PIS LAC ZERROUKA II IFRANE PIS OUMALI IFRANE PIS AIN MARSA IFRANE PIS DAYET AOUA IFRANE LN AGUEMGUEM IFRANE PIS SIDI MIMOUNE IFRANE PIS RAS EL MA I IFRANE PIS RAS EL MA II IFRANE PIS AIN AGHBAL I IFRANE PIS AIN AGHBAL II IFRANE PIS AMGHASS I IFRANE PIS AMGHASS II IFRANE PIS AMGHASS III IFRANE PIS AMGHASS IV IFRANE PIS AMGHASS V IFRANE PIS AFENOURIR IFRANE L.N AGUELMAM TIFOUNAS. IFRANE L.N DAYET HACHLAF IFRANE L.N DAYET IFRAH IFRANE L.N AGUELMAM SIDI ALI KHENIFRA L.N Petits barrages et lacs collinaires dans le bassin du Sebou Les eaux souterraines Sur environ 1300 Mm 3 d eau souterraine renouvelable, les efforts entrepris ont permis de mobiliser près de 830 Mm 3. En revanche, les prélèvements effectifs opérés au niveau du bassin avoisinent 1250 Mm 3 par an représentant ainsi 96% du potentiel. Le tableau ci-après récapitule les volumes des apports et mobilisés pour les principales nappes du bassin : Bassins Hydraulique de Sebou 94

30 Nappe Superficie Apports Vol. mobilisé (km²) (Mm 3 ) (Mm 3 ) Saïss Maamora Gharb Bou Agba Causses Moyen Atlas plissé Couloir Fès Taza Taza TOTAL Volumes mobilisés, mobilisables à partir des nappes du bassin du Sebou Les transferts d eau Transfert Haut Sebou-Inaouène Le complexe hydraulique du Haut Sebou constitue l une des pièces maîtresses de l aménagement du Bassin du Sebou. La construction du Barrage Allal El Fassi et de la galerie de Matmata permet de dériver les eaux du Sebou vers la retenue d Idriss 1er, réalisée sur l Oued Inaouène, profitant ainsi de la chute existante entre les deux oueds pour la production de l énergie et des possibilités de stockage plus importantes dans le bassin de l Oued Inaouène que dans le sous-bassin du Haut Sebou. Le complexe hydraulique du Sebou comporte : - Le Barrage d Idriss 1er dont la capacité initiale est de 1186 Mm 3 ; - Le Barrage Allal El Fassi d une capacité initiale de 80 Mm 3 ; - La dérivation de Matmata constituée d une prise d eau, d une galerie à écoulement libre (4,5 m de Bassins Hydraulique de Sebou 95

31 diamètre et 15,5 km de longueur) d une débitance maximale de 38 m 3 /s et d une conduite forcée d amenée d une débitance de 160 m 3 /s vers l usine hydroélectrique de Matmata dont la puissance installée est de 240 MW. Ce transfert à l intérieur du bassin du Sebou de 550 Mm 3 a pour objectif principal la valorisation maximale des ressources en eau du Haut Sebou par la production énergétique et l optimisation des ouvrages de régularisation. Transfert Sebou-Loukkos Sud Le transfert du Sebou vers le Loukkos Sud a pour objectif l irrigation d une superficie de 7200 ha. Le volume alloué à ce périmètre à partir de l oued Sebou est de 80 Mm 3 /an. La superficie en cours d équipement de ce périmètre intéresse 3900 ha. Transfert vers Salé Le volume d eau transféré actuellement de la nappe de la Maâmora vers la ville de Salé est de 20 Millions de m L utilisation de l eau Le volume d eau utilisé actuellement dans le bassin du Sebou s élève à 1700 Mm 3 répartis entre : 1000 Mm 3 d eau de surface utilisés à raison de 92% pour l irrigation et 8% pour l AEPI ; 700 Mm 3 d eau souterraine utilisés à raison de 78% pour l irrigation et 22% pour l AEPI. Bassins Hydraulique de Sebou 96

32 L eau potable en milieu urbain En 2004, le volume d eau utilisé pour l alimentation en potable et industrielle s élevait à 180 Mm 3 dont 150 Mm 3 (83 %) d eau souterraine et 30 Mm 3 (17%) d eau de surface. La couverture des besoins en eau potable en milieu urbain est largement satisfaisante par rapport au milieu rural. L accès à l eau potable avoisine les 100% dont presque 90% de branchements particuliers. Ces besoins sont couverts essentiellement à partir des eaux souterraines qui connaissent des surexploitations, en particulier la nappe de Saïss qui alimente les villes de Fès et Meknès. Cependant vu l horizon de saturation des ressources mobilisées (2010), la mobilisation des eaux de surface pour alimenter en eau ces deux métropoles est un choix inévitable. Ville Origine de l AEP Fès Nappe profonde de Fès-Meknès, oued Sebou Meknès Nappe profonde de Fès-Meknès Taza Nappe de Taza Barrage Bab Louta Kénitra Nappes Maamora et Gharb Khémisset, Tiflet Barrage El Kansera Ifrane Nappe du causse Moyen Atlasique Sidi Kacem Nappe du Gharb Ouazzane Nappe de Bouagba Origine de l AEP des principales villes du bassin du Sebou Bassins Hydraulique de Sebou 97

33 L eau potable en milieu rural Un effort considérable a été déployé depuis 1995 par les différents intervenants dans ce domaine à savoir la DGH, l ONEP et les Collectivités Locales pour l amélioration de l alimentation en eau potable de la population rurale. C est ainsi que le taux d accès à l eau potable a passé de 13 % en 1995 à 75 % à fin Ce taux varie de 50% dans la province de Taza à 95% dans la province de Sefrou. Les localités desservies jusqu'à présent sont celles situées le long des conduites régionales ONEP ou là où les eaux souterraines existent. Les localités restantes sont situées dans les zones soit à accès difficile soit où les eaux souterraines font défaut cas des zones du Pré-rif et du Rif (Provinces de Taounate, Sidi Kacem, Taza, Kénitra) Les futurs projets doivent relever un double défi : celui de généraliser l accès à l eau potable dans le milieu rural et celui de promouvoir une gestion durable et rentable des équipements installés. Bassins Hydraulique de Sebou 98

34 L irrigation Le volume d eau utilisé actuellement pour l irrigation s élève à 1500 Mm 3 dont 1000 Mm 3 (66%) d eau de surface et 500 Mm 3 (33 %) en provenance des nappes d eau souterraine. L énergie hydroélectrique Les usines hydroélectriques associées aux barrages Idriss Ier, El Kansera, Al Wahda et Allal El Fassi disposent d une puissance installée de 535 MW. La valorisation de la ressource mobilisée par ces usines hydroélectriques permet de produire en moyenne de près de 800 GWH par an. Cette production permet au pays d éviter l importation d environ tonnes de fuel. Usine hydroélectrique Matmata Le bassin renferme d autres usines hydroélectriques de moindre importance situées au fil de l eau. Il s agit des usines de Ras El Ma (province de Taza), de Oued Fès aval (Préfecture Fès), Oued Aggay (Province de Sefrou) et Oued Boufekrane (Préfecture de Meknès). Bassins Hydraulique de Sebou 99

35 5. DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES EN EAU 5-1. La demande en eau La demande en eau potable et industrielle au niveau du bassin devrait passer de 180 Mm 3 en 2004 à 340 Mm 3 en La demande en eau d irrigation est évaluée actuellement à 1500 Mm 3 pour l irrigation de ha en grande hydraulique (périmètre du Gharb) et ha de PMH et d irrigation privée. Cette demande devrait atteindre 3460 Mm 3 à terme avec l équipement de la TTI du Gharb (troisième tranche d irrigation) et le développement de la PMH amont notamment les périmètres d Asflaou, Bouhouda, Sidi Abbou et le projet Moyen Sebou-Inaouène aval. La superficie irriguée devrait passer à terme à ha dont ha en grande hydraulique. GH EXISTANTE GH PROJETEE PMH EXISTANTE PMH PROJETEE BARRAGE PROJETE Cartographie des périmètres irrigués du bassin Bassins Hydraulique de Sebou 100

36 5-2. Développement des ressources en eau Les axes de développement des ressources en eau dans le bassin du Sebou s articulent autour de : la mobilisation des eaux de surface ; l exploitation optimale des ressources en eau souterraines ; la dépollution et la protection des ressources en eau. La mobilisation des eaux de surface Les Grands barrages Les barrages programmés dans le cadre du plan directeur intégré d aménagement des eaux des bassins du Sebou, Bou Regreg et Oum Er Rbia approuvé par le Conseil Supérieur de l Eau et du Climat lors de sa sixième session tenue en 1992 et qui ne sont pas encore réalisés sont : le complexe Mdez Ain Timedrine sur le haut Sebou pour le renforcement de l irrigation des périmètres du Gharb et pour la production hydroélectrique ; le barrage Sidi Abbou sur l oued Lebene pour l irrigation des périmètres de la petite et moyenne hydraulique situés à son aval ; le barrage Ouljet Es Soltane sur l oued Beht pour le renforcement de l irrigation du périmètre de Sidi Slimane et l AEPI de Khémisset et Tiflet ; les barrages Tafrant, Rhafsai et Bab Ounder respectivement sur les affluents Aoudour, Aoulai et sur l oued l ouergha pour le renforcement de la régularisation des eaux de cet oued au niveau du barrage Al Wahda. Le volume régularisé Bassins Hydraulique de Sebou 101

37 supplémentaire par ces barrages a été alloué au transfert d eau du Sebou vers le Sud ; Mechraâ Lahjar pour dériver les eaux de l oued Sebou en faveur de certains secteurs du Beht et de la troisième tranche d irrigation du Gharb. Barrage ued But Retenue (Mm 3 ) Puissance installée (MW) M dez Sebou I,E Ain Timedrine Sebou E Sidi Abbou Lebene I 70 5 Ouljet Soltane Beht AEP,I Taffrant Ouergha PE Rhafsai Ouergha PE Bab Ouender Ouergha PE,I Mechraa Lahjar Sebou I 20 7 Aménagements hydrauliques projetés Les petits et moyens barrages étudiés Plusieurs sites de barrages moyens et petits barrages sont étudiés dans le bassin du Sebou : Capacité Site Province (Mm 3 ) But Hauteur ( m ) ADAROUCH IFRANE 48 I.A.C.AEP 51 ZRIZER TAOUNATE 6 I.AEP.PE 39 AIN ABDOUN TAOUNATE 10 I.PE 52 BOUSFOUL TAOUNATE 2 I.AC.PE 44 AOULAI TAOUNATE 145 I.AC.PE 66 TIZIMELLAL AL HOCEIMA 20 I.PE 78 Barrages moyens étudiés Bassins Hydraulique de Sebou 102

38 Site Province Capacité (1000 m 3 ) But Hauteur ( m ) MRINT AL HOCEIMA 5000 I.AC 40 AZILA AL HOCEIMA 350 I.AC 43 BOUHOUT AL HOCEIMA 780 I.AC 38 ADDAD TAOUNATE 890 I.AC.PE 27 DAROUA TAOUNATE 500 I.AC.PE 25 DOUAR MECHKOUR TAOUNATE 500 I.AC.PE 30 EL KHENG TAOUNATE 4000 I.AC 36 EL GAADIIENE TAOUNATE 270 AEP.AC. PE 28 KALAAT EL TAOUNATE 570 AEP.AC. ASSASSA PE 34 OULJAT MERZIN TAOUNATE 930 I.AC 32 SI Med SAHLI TAOUNATE 1000 I.PE.AEP 30 M'SALIA TAOUNATE 600 I.PE.AEP 23 AZIT TAOUNATE 530 I.PE.AEP 16 Dr.EL HAJRA TAOUNATE 1150 I.PE.AEP 22 HADDAD TAOUNATE 1500 I.PE.AEP 26 MERJDOUAR TAOUNATE 405 I.PE.AEP 24 Dr.EL BADOUI TAOUNATE 480 I.PE 20 MOKRACH TAOUNATE 650 I.AEP.AC 26 AMLILIS TAZA 1360 I.AC 38 BOUKHACHBA TAZA 320 I.AC 28 MAJANE MEKNES 2360 I.EC 20 O.AIN SMEN FES 2800 PFP 8 BSABIS SEFROU 1750 I.AC 37 KOUCHA CHEFCHAOUEN 1348 AEP.I.PE 37 DOUAHAR CHEFCHAOUEN 1060 AEP.AC. PE 26 KCHACHDA CHEFCHAOUEN 5220 AEP.I.PE 37 MOKHRISSAT CHEFCHAOUEN 990 AEP.AC. PE 30 TILIOUANE CHEFCHAOUEN 608 AEP.AC. PE 34 SIDI ABDESSALEM CHEFCHAOUEN 1790 AEP.AC. PE 40 KABRITE SIDI KACEM 637 I.AC 12 Dr.CHOUAKEUR SIDI KACEM 580 I.AC 17 OULAD SALEM SIDI KACEM 404 I.AC 17 Bassins Hydraulique de Sebou 103

39 HAILA KHEMISSET 1020 AC.AEP 25 AIT MY AHMED IFRANE 2430 I.AC 28 Barrages collinaires étudiés L exploitation optimale des eaux souterraines Les nouvelles possibilités d'exploitation d'eau souterraine dans le bassin du Sebou se limitent aux aquifères du Moyen atlas plissé et du couloir Fès-Taza. Cependant, le degré de connaissance de ces réservoirs souterrains est insuffisant, ce qui nécessite des investigations complémentaires pour mieux les cerner. Le système Causse Moyen Atlas-Saiss La succession des années de sécheresse durant les deux dernières décennies ont engendré une réduction des apports d eau naturels, induisant la prolifération anarchique des points de pompages des eaux souterraines pour compenser le déficit en écoulement de surface. Les prélèvements d eau souterraine ont évolués de 6 Mm 3 /an avant 1980 à environ 355 Mm 3 /an. Cette situation a provoqué la rupture de l équilibre naturel du système aquifère Causse-Saiss, dont la baisse du niveau d eau a atteint 60 m dans la nappe profonde et 15 m dans la nappe phréatique. Le déstockage moyen annuel des réserves d eau souterraine du Saiss est évalué à prés de 60 Mm 3 /an depuis Partant de ce constat, les consignes aboutissant à une gestion rationnelle des ressources en souterraine de ce système sont : A court terme exploiter au maximum les eaux de la station de traitement ONEP sur l oued Sebou pour l AEP de Fès et Bassins Hydraulique de Sebou 104

40 ne faire recours aux eaux de forages de secours qu en période de pénurie ou de turbidité des eaux. Cette station est en effet équipée pour produire 1600 l/s et ne produit actuellement que 560l/s ; améliorer le rendement du réseau de distribution d AEP qui est inférieur à 50%; équiper la 1 ère tranche du barrage Sidi Chahed pour l AEP de Meknès en même temps arrêter le pompage dans la nappe de Saïss ; maintenir les droits d usage existants sur les eaux des sources et des oueds non encore taris par l adoption de périmètre de protection et par l interdiction de nouveaux pompages, conformément à la loi 10-95; contrôler et maîtriser les prélèvements à usage agricole et encourager l irrigation localisée ; surseoir à tout prélèvement supplémentaire à usage agricole à partir de la nappe profonde de Saiss et de la nappe des Causses qui l alimente ; étudier les possibilités de recharge artificielle pour restaurer l équilibre naturel du système; mettre en place les synergies nécessaires pour une meilleure concertation de l utilisation des eaux souterraines avec les différents intervenants et la promotion de la participation et l implication des usagers d eau à travers ce que l on appelle désormais «contrat de nappe». A Moyen et Long termes Transfert d eau du haut Sebou vers le Saïss : L amenée de l eau de l oued de Sebou vers la plaine de Saïss permettrait de soulager l utilisation accrue des eaux souterraines par les eaux de surface. Une étude de faisabilité de ce transfert est en cours. Bassins Hydraulique de Sebou 105

41 Exploitation du barrage Sidi Chahed : Les eaux de ce barrage permettront de renforcer l AEP de Meknès qui commence déjà à connaître une saturation des débits prélevés. En effet, 57% des eaux exploitées pour l AEP de cette ville proviennent des sources, considérées comme des points vulnérables sur les plans quantitatifs et qualitatifs. Barrage Sidi Chahed D autre part, la diversification de l eau produite constituera une sécurisation de l AEP de la ville en cas de sécheresse ou en cas d interruption de débitance des sources. Une étude du schéma directeur d AEP des deux villes de Fès, Meknès et centres de la plaine de Fès-Meknès est en cours par l Agence du Bassin Hydraulique du Sebou. Réutilisation des eaux usées : Les eaux usées (estimées à 3 m 3 /s) peuvent être réutilisées après épuration pour l irrigation localisée d une superficie de l ordre de ha au lieu des ha actuellement irrigués par ces eaux à l état brut. En absence de station d épuration, ce potentiel hydrique ne fait qu accentuer la pollution du milieu naturel et en l occurrence les cours d eau. Bassins Hydraulique de Sebou 106

42 Nappes du Moyen Atlas plissé et du couloir Fès- Taza L état de connaissance des nappes du Moyen Atlas plissé et du couloir Fès-Taza a mis en évidence une ressource exploitable supplémentaire de l ordre 200 Mm 3 /an qui pourrait être mobilisée pour couvrir une partie des besoins accrus de la PMH et de l AEPI dans le bassin. Cependant, des précautions doivent être prises afin de minimiser l influence sur le débit des sources qui résultera suite à l accroissement des pompages. Pour ce faire, un modèle de simulation mathématique doit être réalisé. Un programme d actions visant l amélioration de la connaissance au niveau des deux systèmes Moyen Atlas et couloir Fès-Taza doit être également mené à terme. Ce programme comprend : le renforcement du suivi piézométrique et des débits des sources et cours d eau ; la réalisation de sondages de reconnaissance et une prospection géophysique du Lias profond sous toute la zone miocène afin de mieux cerner la géométrie des réservoirs d eau souterraine ; la réalisation de forages d essai pour déterminer les paramètres hydrodynamiques des aquifères ; l étude d impact socio-économique et environnemental d une éventuelle intensification de pompage, ainsi qu une étude des aspects réglementaires, notamment ceux relatifs aux droits d eau des résurgences actuelles qui, dans cette perspective, risquent de disparaître. Le système Gharb- Maamora Le bilan du système Gharb Maâmora est déjà déficitaire. L utilisation globale de l eau du système totalise 225 Bassins Hydraulique de Sebou 107

43 Mm 3 /an, dépassant les ressources mobilisables qui sont de l ordre de 210 Mm 3 /an. Une augmentation des prélèvements se répercuterait par une dégradation de la qualité des eaux, notamment dans la zone côtière par l intrusion des eaux salées qui atteignent déjà un volume de 5 Mm 3 /an dans la nappe de la Maâmora. La nappe peut atteindre 80 m d épaisseur au niveau de la frange côtière ; et en cas d invasion marine plus accentuée, les solutions à mettre en œuvre pour limiter ce phénomène seront très délicates. Par ailleurs, la demande en eau ne cesse de s accroître face à une ressource en eau souterraine limitée et menacée par l invasion marine, donc une détérioration quasiment irréversible de la qualité chimique de l eau. C est pourquoi, des mesures de gestion rationnelle doivent être prises pour lutter contre la dégradation de cette ressource. Ces mesures consistent en : la mise en place d un dispositif optimal de suivi et de contrôle des ressources en eau souterraine tant sur le plan quantitatif que qualitatif; l élaboration d un inventaire des prélèvements d eau souterraine sur l ensemble de la plaine Gharb- Maâmora dans l objectif d une maîtrise des termes du bilan hydraulique des ressources en eau souterraines; le contrôle et maîtrise des prélèvements à usage agricole; le recours à l utilisation exclusive des eaux de surface pour tout projet d aménagement au niveau de la zone côtière; l élaboration d un modèle de simulation de l intrusion marine dans le système pour assurer une gestion quantitative et qualitative des ressources en eau souterraine; Bassins Hydraulique de Sebou 108

44 l établissement des périmètre de protection des captages d AEP et interdiction de nouveaux pompages, dans les zones surexploités de la frange côtière, conformément à la loi 10-95; la concertation entre l Agence de bassin et les usagers d eau et la reconnaissance des droits d eau doivent entrer dans le processus de la planification et de l allocation en eau à travers l établissement de «contrat de nappes». Transfert d eau vers le sud Ce projet concerne le transfert de près de 1200 Mm 3 par an du Sebou vers le Sud pour assurer la pérennité du développement d une région considérée comme le poumon de l économie nationale, en faisant face à une augmentation de la demande en eau potable et industrielle de Casablanca et en permettant une meilleure valorisation d importants périmètres agricoles dans les Doukkala. La faisabilité de ce projet va être étudiée dans le cadre de l étude d actualisation du Plan d Aménagement Intégré du Bassin du Sebou en cours. eau La dépollution et la protection des ressources en Plusieurs efforts sont déployés pour faire face aux divers problèmes de pollution dont le plus important est le projet intégré pour le développement durable du bassin du Sebou, initié par le Ministère de l aménagement du territoire, de l eau et de l environnement. Bassins Hydraulique de Sebou 109

45 Ce projet vise une parfaite coordination et mise en cohérence des différentes actions à mener pour assurer un développement intégré et durable de tous les secteurs socioéconomiques du bassin. Station d épuration de la ville de Ain Taoujdate Les principaux objectifs de ce projet se résument en la résorption des retards enregistrés et la mise à niveau des sous-secteurs en matière de protection des ressources naturelles (Assainissement notamment l épuration des eaux usées et leur réutilisation), aménagement des bassins versants, équipements hydro-agricoles et généralisation de l accès à l eau potable. En parallèle, des projets de dépollution des ressources en eau sont bien avancés et dont l intérêt est capital pour la sauvegarde de la qualité de l eau dans le bassin du Sebou. Il s agit de : Station d épuration des eaux usées urbaines de la ville de Fès, dont les travaux de la première tranche démarreront en il est prévu que la station soit opérationnelle en Dépollution industrielle de la ville de Fès qui doit être réalisée avant la mise en service de la future station d épuration, en particulier pour les huileries d olives, les tanneries, quelques unités agro- Bassins Hydraulique de Sebou 110

46 alimentaires (Levurerie, boissons gazeuses, ), textiles... Station d épuration des eaux usées urbaines de la ville de Meknès dont la réalisation de la première phase est prévue pour cette année. Station de traitement des rejets liquides de la plus grande sucrerie du bassin (SUNABEL/Sidi Allal Tazi) dont les travaux ont démarré en décembre 2004 dans un cadre de partenariat entre le MATEE et le groupe SUNABEL. Deux autres sucreries sont en cours de mettre en place leurs stations d épuration, il s agit des deux SURAC de Bel Ksiri et Dar Gueddari. D autres unités industrielles sont également en train de réaliser des dispositifs d épuration en vue d une protection de la qualité des eaux du milieu naturel. Parmi ces unités on trouve: une distillerie de mélasse (SOTRAMEG/Sidi Allal Tazi), une unité de traitement des algues maritimes SETEXAM à Kénitra et la raffinerie de pétrole de Sidi Kacem,. En parallèle, l agence du bassin du Sebou a entrepris depuis l année 2004 des actions pour la mise en place des décharges publiques contrôlées pour les villes et centres où les ressources e eau sont très vulnérables à ce foyer de pollution. Ces actions entrent dans un cadre de partenariat entre l Agence et les Conseils Communaux. Les centres concernés sont:el Hajeb, Ouezzane, Meknès, Taounate, Des actions de dépollution sont également en cours de discussions entre l Agence du bassin du Sebou et ses partenaires, il s agit de l élimination des margines rejetées par l ensemble des huileries d olives du bassin. LE principe consiste en l adoption des nouvelles techniques de production d huile d olive sans génération des margines. Dans ce sens, l Agence propose aux huileurs concernés une aide Bassins Hydraulique de Sebou 111

47 pouvant atteindre 20 % du montant total d investissement nécessaire pour l acquisition des nouveaux matériels, en plus de l aide offerte par le FODEP de 40%. La protection contre les inondations Historique des inondations dans le bassin du Sebou A l instar des autres bassins du Royaume, le bassin du Sebou a connu dans le passé des inondations plus catastrophiques, ces inondations ont causé d énormes dégâts économiques voire par fois humaine. La chronologie principales des inondations vécues dans le bassin du Sebou se présente comme suit : Sites Année Dommages encourus Plaine Gharb Plaine centre Guigou Ville Taza du et de de Centre de Timahdite Ville d El Hajeb Ville Sefrou Ville de Fès de 1973,1989 et , 1995, 2001et et , , , 1992 et , 1989 Inondation de plus de ha (terrains agricoles, infrastructures, enclavement des agglomérations, etc ) Inondation d environ 1500 ha de terres agricoles, la coupure de plusieurs routes et pistes rurales, l inondation des locaux administratifs et des habitations du centre de Guigou, douars se trouvant dans la plaine. Inondations des maisons (quartier El Malha, douar Chlouh et dépôt de munition) et terrains agricoles, coupures de certaines routes Inondation des logements, qui longent l oued Guigou et de la RN13 Inondation de la ville et de la RN 13 Inondation de la ville par les crues des chaâbas Inondation des quartiers qui se trouvent à l aval des barrages My Arafa et Gaâda ainsi que ceux qui longent l oued El Himmer Historique des inondations dans le bassin du Sebou Bassins Hydraulique de Sebou 112

48 Inventaire des sites inondables et propositions Les villes, centres, douars et points singuliers inventoriés dans le cadre du plan nationale de protection contre les inondations et les commissions provinciales des inondations sont au nombre de 60 et qui sont touchés par prés de 84 points d inondations. Tableau récapitulatif des sites inondables par province Province Nombre Villes et centres Nombre de points d inondations Fès 1 6 Moulay yacoub 3 3 Boulemane 3 6 Sefrou 3 5 Kénitra 9 9 Sidi Kacem Meknes 2 2 El Hajeb 1 1 Ifrane 5 13 Khémisset 3 3 Taza Taounate 6 7 Total Les risques d inondation ainsi que les dégâts des crues dévastatrices constatés au niveaux des sites précitées ont été aggravés également par : Bassins Hydraulique de Sebou 113

49 l urbanisation rapide et non contrôlée des espaces exposés aux inondations (zones d expansion et d épandage des crues, talwegs et zones à proximité des chaabas, etc ), Inondations du centre de Guigou en 2000 la non prise en compte dans les documents urbanistiques du risque d inondation, l extension et l empiétement des terrains agricoles sur les lits mineurs des oueds réduisant ainsi leur débitance, le sous dimensionnement de certains ouvrages de franchissement constituant ainsi des goulots d étranglement, l aménagement des sections des cours d eau par des ouvrages agricoles de dérivation entraînant le rehaussement incontrôlé de la ligne d eau, le comblement et l effacement des cours d eau et chaabas par les déblais, débarras et détritus des constructions. Bassins Hydraulique de Sebou 114

50 Actions pour la protection contre les inondations Mesures prises avant l élaboration du PNI Suite aux inondations dévastatrices qu a connu le bassin du Sebou dans le passé au niveau soit de la plaine du Gharb soit au niveau des villes et centres, plusieurs mesures ont été prises pour atténuer la vulnérabilité de ces sites aux inondations. Parmi ces mesures on cite : La réalisation du barrage Al Wahda (mise en eau en 1996) : ce barrage est un barrage à but multiple, il assure en plus de l irrigation de la plaine du Gharb et la production d énergie, la protection de cette plaine contre les inondations. ce barrage a joué un rôle très important pour le stockage des crues du bassin de l ouergha (la crue de 1998 de débit 5000 m3/s a été stockée dans le barrage et a évité l inondation de la plaine du Gharb) B Ville de Sefrou : Trois barrages d écrêtement de crues ont été réalisés entre 1993 et 1995 Barrage Bled El Gaada (barrages Ben Sassi, Al Kouchet et Aggay), et deux canaux de dérivation des eaux des crues des bassins de Sidi Bouserghine et de Bassins Hydraulique de Sebou 115

51 la route de Boulemane. Ces ouvrages contrôlent environ 60% des bassins versants générant les inondations de la ville. Ville de Fès : Trois barrages ont été réalisés pour la protection de la ville contre les crues des bassins des oueds El Mehrez et Boufekrane et un canal de transfert des crues du bassin El Mehrez vers le barrage Al Gaâda. Cependant cette ville présente un risque fort des inondations à cause de l extension de l urbanisation (quartier Aouint El Hajjaj, ) et de l existence de bassins non contrôlés tels que oued El Himmer, Ain Chkef et Oued Ain Smen Ville d EL Hajeb : réalisation d un canal et aménagement de l oued Mouferrane sur 1300 m et canalisation de la chaâbat Taghbalout dans le cadre d un partenariat entre le Secrétariat d Etat chargé de l Eau et le conseil provincial Etudes Depuis 2002, les études réalisées, en cours de réalisation ou programmées pour 2005 par l Agence sont au nombre de 13 études. Ces études ont nécessité un montant de 9 Mdh. Elles concernent 15 villes et centres et une population de habitants environ. Il y a lieu de signaler que tous les sites inondables inventoriés dans le bassin du Sebou feront l objet d étude spécifique. En parallèle aux études citées ci-dessus, l Agence a réalisé depuis son démarrage par ses propres moyens sans recours aux bureaux d études 30 études environ de délimitation des zones inondables soit pour l élaboration des documents d urbanismes soit pour des projets d investissement situés dans des zones à risque d inondation. Bassins Hydraulique de Sebou 116

52 L Agence a également réalisé des études de crues, suite à la demande des administrations concernées, pour le dimensionnement des ouvrages de franchissement des cours d eau et ce pour éviter les inondations dues aux étranglements causés par ces ouvrages. Travaux de protection proposés Les travaux proposés sont axés sur la correction, la déviation et l entretien des cours d eau, l augmentation de leur capacité et la création d ouvrage d écrêtement et de stockage des crues. Les aménagements retenus pour la protection contre les inondations sont récapitulés dans le tableau suivant : Propositions d aménagement Les canalisations des chaâbats La réalisation d ouvrages de franchissement sur les oueds et les chaabats La réalisation et l achèvement des barrages et lacs collinaires L endiguement des berges des oueds et des chaabats Le recalibrage et le reprofilage des chaabats et des oueds La réalisation de murs de protection Consistance 37 Km 69 ouvrages 6 barrages 15 km. 65 km. 3km. Aménagements de protection contre les inondations Bassins Hydraulique de Sebou 117

53 Le coût global des ces aménagements s élève à 550 Mdhs et leur réalisation doit être prévue dans le cadre de partenariat avec les parties concernées. Endiguement des brèches de l Oued R Dom (Province de Sidi Kacem) Travaux réalisés par le Secrétariat d Etat Chargé de l Eau en 2004 Ces mesures de protection devront être associées à des mesures préventives de prévision et d alerte ainsi qu à des mesures à l amont visant à tenir compte de cet aléa dans l établissement des plans d aménagement urbains des villes et des centres, sans négliger la nécessité de la sensibilisation et de l information des riverains, des collectivités locales et des administrations. Bassins Hydraulique de Sebou 118

GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROTECTION DE LA RESSOURCE - bassin du sebou - Belkhiri *

GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROTECTION DE LA RESSOURCE - bassin du sebou - Belkhiri * GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PROTECTION DE LA RESSOURCE - bassin du sebou - Belkhiri * 1. PRESENTATION GENERALE Le bassin de Sebou forme une cuvette entre le Rif au Nord, le moyen Atlas et la

Plus en détail

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION 1. PRESENTATION L unité Souss Massa se situe au centre géographique du Maroc et couvre une superficie de l ordre de 23.950 km², renfermant trois bassins versants drainés par les principaux cours d eau

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa 1 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU SOUSS MASSA - AGADIR 2 CONTEXTE GEOGRAPHIQUE REGION DU SOUSS MASSA ET DRAA 5 provinces et préfectures 30.000 km2 1,9 Millions

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins

ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE. GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins ASSEMBLEE GENERALE DU REMOB Seminaire international sur la GIRE GESTION DECENTRALISEE DE L EAU AU MAROC Rôle des Agences de Bassins Marrakech : 23-26 Mai 2005 1 SOMMAIRE -Introduction - Le potenteil hydrique:

Plus en détail

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère

Application. sique en. des M. 1 RABAT, ** ONEP. demande. accéléré que. L aquifère Application de la géophys sique en vue de dégagement des ressources en eau du système de Charf C El Akab hajarlazar1488@gmail.com asmabenmoussa@gmail.com nadiakassou@yahoo.fr iliaskacimi@yahoo.fr Lazar

Plus en détail

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES

ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES ATELIER MEDITERRANEEN SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE RECYCLAGE DES EAUX NON CONVENTIONNELLES DANS LES CULTURES PROTEGEES AGADIR DU 28 AVRIL AU 01 MAI 2008 TRAITEMENT DES EAUX USEES ET POSSIBILITES DE

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

La population est actuellement de près de 2.927.000 habitants dont près de 60% en milieu rural.

La population est actuellement de près de 2.927.000 habitants dont près de 60% en milieu rural. 1. PRESENTATION Situé au centre Ouest du Maroc, Le bassin du Tensift s étend sur une superficie de 18.210 Km 2 couvrant totalement la wilaya de Marrakech, et partiellement les provinces d Essaouira, d

Plus en détail

Connaissance et gestion de l eau souterraine

Connaissance et gestion de l eau souterraine Connaissance et gestion de l eau souterraine Projet d acquisition de connaissances sur les eaux souterraines de la Montérégie Est Hélène Montaz Cycle de l eau Moteur du cycle :énergie solaire Les différents

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57)

DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE. Projet de demi-échangeur Nord. de GUENANGE (57) DIRECTION DÏEPARfËIV^TALE DE L'EQUIPEMENT DE^LA MOSELLE Projet de demi-échangeur Nord de GUENANGE (57) Protection des captages AEP Rapport d'expertise Y. BABOT Mai 1992 R 34962 LOR 4S 92 Document public

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Adaptation du système eau-énergie au changement climatique : Etude nationale - Maroc

Adaptation du système eau-énergie au changement climatique : Etude nationale - Maroc Adaptation du système eau-énergie au changement climatique : Etude nationale - Maroc Rapport final Moulay Hassan EL BADRAOUI et Mohamed BERDAI Plan Bleu Centre d'activités Régionales PNUE/PAM Sophia Antipolis

Plus en détail

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE

BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE BENIN -COTONOU ZONE D ETUDE METHODOLOGIE La ville de Cotonou qui compte environ 700000 habitants selon le recensement général de la population et de l'habitat (RGHP) de février 1992) est située dans son

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES Codes entités aquifères concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Code entité V1 Code entité V2 105 Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

GESTION DES RISQUES LIES AUX INONDATIONS

GESTION DES RISQUES LIES AUX INONDATIONS ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE L EAU ET DE L ENVIRONNEMENT Agence du Bassin Hydraulique du Tensift ASSEMBLEE GENERALE DU RESEAU MEDITERRANEEN DES ORGANISMES DE BASSIN BUREAU

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA

CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET GESTION DE L IRRIGATION DANS LA ZONE D ACTION DE L ORMVA DU SOUSS-MASSA INTRODUCTION La région du Souss Massa est caractérisée par un climat semi-aride à subdésertique, avec

Plus en détail

LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES

LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES Ministère des ressources en eau Office National de l Assainissement O. N. A LE PHENOMENE DE REMONTEE DES EAUX DANS LA VALLEE DE OUED SOUF PROBLEMATIQUE SOLUTIONS PRECONISEES la Vallée du Souf: La vallée

Plus en détail

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH)

DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) DEFINITION D UN RESEAU DE SUIVI DE LA QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES DANS LE PERIMETRE DU N FIS (REGION DE MARRAKECH) INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE L aménagement hydro agricole du périmètre du N fis (Région

Plus en détail

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU

CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU CH3 : UNE GESTION OBLIGATOIRE DES NAPPES D EAU INTRODUCTION L'eau est une ressource finie, recyclable et inégalement répartie. Elle est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

Plus en détail

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION

Les Bassins Hydrauliques du Maroc 1. PRESENTATION 1. PRESENTATION Les bassins côtiers méditerranéens s'étendent du bassin de l'oued Rhiss-Nekor à l est au bassin de l'oued Fnidek à l ouest et occupent une superficie de près 6.910 Km 2, leur altitude moyenne

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

BILAN DE LA POLITIQUE DE L EAU AU MAROC EL GHOMARI KHALID

BILAN DE LA POLITIQUE DE L EAU AU MAROC EL GHOMARI KHALID BILAN DE LA POLITIQUE DE L EAU AU MAROC EL GHOMARI KHALID Plan Bilan des réalisations de la politique des Barrages Projets en cours: Réalisations & Études Plan d action 2015 2 QUELQUES DONNEES GENERALES

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Bassins Versants MERMEDITERRANEE TANGER AL HOCEIMA OUJDA FES MEKNES 3 RABAT CASABLANCA FIGUIG ERRACHIDIA 6 OUARZAZATE AGADIR 9 LAAYOUNE LAGUOUIRA

Bassins Versants MERMEDITERRANEE TANGER AL HOCEIMA OUJDA FES MEKNES 3 RABAT CASABLANCA FIGUIG ERRACHIDIA 6 OUARZAZATE AGADIR 9 LAAYOUNE LAGUOUIRA SAGIE ARGHAN: Mode opératoire La gestion intégrée de la ressource : une approche globale du cycle de l eau, conjuguée avec une nouvelle Gouvernance Bassins Versants 1 TANGER MERMEDITERRANEE 4 3 RABAT CASABLANCA

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain

2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2. Qu'est-ce qu'un barrage souterrain 2-1. Concept du barrage souterrain Le barrage souterrain est un système consistant à retenir des eaux souterraines par un parafouille (corps du barrage) mis en place

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date

Séminaire Arceau. Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective. le Grand Paris. Intervenant. Service Date Séminaire Arceau Enjeux de l eau en île-defrance, avec en perspective Intervenant le Grand Paris Service Date Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france

Plus en détail

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne

Le Tableau de Bord du SAGE Vienne Le Tableau de Bord du SAGE Vienne - Décembre 2008 - Etablissement Public du Bassin de la Vienne 3 place du 11 novembre 87220 FEYTIAT Tél. : 05.55.06.39.42 Fax. : 05.55.30.17.55 epbv@epbv.fr www.eptb-vienne.fr

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH

LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH Régie Autinome de Distribution d Eau et d Electricité de Marrakech LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH PRESENTATION DE LA RADEEMA Historique Le 26 Décembre 1970

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE

DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE DOCUMENT DE PRESENTATION DE LA THEMATIQUE : EAU & ASSAINISSEMENT EN COTE D IVOIRE 1 CONTEXTE Face aux effets des changements climatiques qui ont pour corollaires entre autres, l appauvrissement des sols,

Plus en détail

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA

ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA ZERGUA First International Conference on saltwater Intrusion and Coastal Aquifers- Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23-25,21 ORIGINE DE LA SALINITE DE LA NAPPE ALLUVIALE DE GUELTA

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHARTE MAGHREBINE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Véme Session du Conseil de la Présidence de l UMA Nouakchott, 11 novembre 1992 1 INTRODUCTION A notre époque, les questions

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

REFERENCES. ES Assainissement & AEP

REFERENCES. ES Assainissement & AEP REFERENCES ES Assainissement & AEP Votre partenaire polyvalent EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT Projet Gazoduc Etudes de tracé, étude topographique et étude du sol pour la réalisation d une bretelle de gaz

Plus en détail

du BOUREGREG et de la CHAOUIA MAROC

du BOUREGREG et de la CHAOUIA MAROC DISPOSITIF DE PREVISION DES RISQUES DES CRUES EXPERIENCE DE L AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE du BOUREGREG et de la CHAOUIA MAROC Présenté par Mr Salah BELMATRIK Directeur adjoint de l ABHBC PARIS le 22 SEPTEMBRE

Plus en détail

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution

Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Ruissellement pluvial et aménagement stratégie de gestion pour lutter contre les risques d inondation et de pollution Elodie BRELOT Directeur du GRAIE Groupe de Recherche Rhône-Alpes sur les Infrastructures

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD

DIRECTIVES OPERATIONNELLES DE LA BOAD Gestion des terres et des ressources en eau 1. Les présentes lignes directrices 1 ne constituent pas un manuel de gestion des ressources naturelles mais exposent certains problèmes décisifs et les concepts

Plus en détail

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION

INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION INTEGRER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES DANS UN PROJET D URBANISATION Opérations de superficie supérieure ou égale à 1 ha et opérations de superficie inférieure à 1 ha mais comprenant au moins 3 lots Dossiers

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE

DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE DÉSIGNATION DE ZONES DE PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES DESTINÉES À LA CONSOMMATION HUMAINE Brochure d informations de l Administration de la Gestion de l Eau TABLE DES MATIÈRES 3 AVANT-PROPOS DU MINISTRE

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr

Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Bruno Arfib Université Aix-Marseille www.karsteau.fr Quelques documents pour illustrer le cours d'hydrogéologie générale Réservoir Temps de renouvellement (Jacques, 1996) Temps de renouvellement (Gleick,

Plus en détail

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle

Guide technique. Assainissement non collectif d une habitation individuelle Document réalisé avec le concours financier de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse. Guide technique Assainissement non collectif d une habitation individuelle Schéma d implantation d un assainissement

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion des eaux pluviales sur la parcelle Bruxelles Environnement LES CARACTÉRISTIQUES DU SOL ET DE LA PARCELLE Maggy HOVERTIN MATRIciel Objectifs de la présentation Définir

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo-

Programme RExHySS. -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates. -ooo- Programme RExHySS -ooo- Volet 5 : Agriculture, Irrigation et pollution diffuse par les nitrates -ooo- Influence de la prise en compte de la rétroaction des prélèvements par irrigation sur le bilan hydrique

Plus en détail

Signature du Contrat de rivière

Signature du Contrat de rivière Signature du Contrat de rivière Soutien financier : Soutien technique : Cérémonie de signature du Contrat de rivière 18 juin 2010 Qu est-ce-qu un Contrat de rivière? Un programme de reconquête de la qualité

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

ONEP. Traitement & Réutilisation des eaux usées au Maroc: Enjeux, opportunités, contraintes et issues stratégiques

ONEP. Traitement & Réutilisation des eaux usées au Maroc: Enjeux, opportunités, contraintes et issues stratégiques ONEP Traitement & Réutilisation des eaux usées au Maroc: Enjeux, opportunités, contraintes et issues stratégiques Madame Hajiba Bourziza & Brahim Soudi Atelier sur l assainissement, l épuration et la réutilisation

Plus en détail

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE

RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE RAPPORT DIAGNOSTIC DE L INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTE Diagnostic réalisé sur la commune de : SECHILIENNE Contrôle pour transaction N de dossier : 38478 E031501 Date de la visite

Plus en détail

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement

Extraction 40 cm au dessus du faîtage Puits d eau potable déclaré et utilisé. Pluvial séparé de l assainissement Tranchées d épandage à faible profondeur Principe de fonctionnement Cette filière est généralement utilisée dans un sol perméable et d épaisseur suffisante (environ 1 mètre de terre végétale) pour permettre

Plus en détail

11- LE MILIEU PHYSIQUE

11- LE MILIEU PHYSIQUE 11- LE MILIEU PHYSIQUE Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 181 11.1 LE RELIEF DE PLAINE ALLUVIALE Clichy est située dans la plaine alluviale de la Seine. C est une commune de configuration

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L EFFICACITE ENERGETIQUE

AGENCE NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L EFFICACITE ENERGETIQUE AGENCE NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L EFFICACITE ENERGETIQUE PLAN D ACTION DE L ADEREE POUR PROMOUVOIR LES ENERGIES RENOUVELABLES - CAS DE LA BIOMASSE-ENERGIE Abdelhaq

Plus en détail

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP PERMIS DE CONSTRUIRE NOTICE TECHNIQUE INFILTRATION DES EAUX DE DRAINAGE JUILLET 2013 SOMMAIRE 1 OBJET

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives

Assainissement rural au Maroc Situation actuelle et perspectives OFFICE NATIONAL DE L EAU POTABLE DIRECTION ASSAINISSEMENT ET ENVIRONNEMENT Atelier sur "l'assainissement, l'épuration et la réutilisation des eaux usées Assainissement rural au Maroc Situation actuelle

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11

Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Propositions d actions Bassin du Doron 23/03/11 Points proposés : Le Contrat de rivière: avancement, objectifs Etat des lieux du bassin du Doron Enjeux et objectifs, propositions d actions Vers une mise

Plus en détail

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE

Eau et Assainissement pour l Afrique TERMES DE REFERENCE Eau et Assainissement pour l Afrique 01 BP : 4392 Cotonou Benin; Tel : + 229 21311093 ; Email: wsabenin@wsafrica.org; TERMES DE REFERENCE Services de consultants pour une étude d état des lieux dans le

Plus en détail

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT

ANNEXE du PLU. Gestion de l eau ASSAINISSEMENT ANNEXE du PLU Gestion de l eau ASSAINISSEMENT 1. CONTEXTE La prise en compte de la loi sur l eau n 92-3 du 3 janvier 1992, modifiée en 1995, imposait d assurer la cohérence des démarches eau et urbanisme

Plus en détail

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet

PROCEDE MIXTE D EPURATION. Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet PROCEDE MIXTE D EPURATION Filtre planté de roseau + Lagunes + Bambouseraie Notion de zéro rejet L OPERATION Les objectifs augmenter les capacités hydraulique et organique de traitement du système d assainissement

Plus en détail

Régime: république 0.05 203,70

Régime: république 0.05 203,70 Superficie : 316 km 2 Le contexte global Population :.0,4 M (urbaine: 0,36 / rurale: 0,04) PIB/hab 2007 : 10700 USD Régime: république Divisions administratives: aucune (La Vallette administre directement

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales

Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Activités du programme AGIRE en matière de gestion des eaux pluviales Catalogue des bonnes pratiques de gestion des eaux pluviales et de conservation des sols Atelier pour l élaboration d un catalogue

Plus en détail

L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN

L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, n 06, Décembre 2007, pp. 57-64 2007 Tous droits réservés L IMPORTANCE DES EAUX KARSTIQUES DANS L APPROVISIONNEMENT EN EAU DE LA POPULATION DE TLEMCEN BENSAOULA F. 1,2,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE»

ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ. «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» ROYAUME DU MAROC OFFICE NATIONAL DE L ELECTRICITÉ «Études d impact environnemental pour les projets hydrauliques II de l ONE» STEP d Abdelmoumen Synthèse non technique Demande de services n MA/2007/02

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif SIVO - Syndicat Intercommunal de la Vallée de l Ondaine 44, rue de la Tour de Varan - 42700 FIRMINY Le contexte réglementaire La loi sur l eau du 3 janvier

Plus en détail

Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées

Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées Version 04-11-25 Page 1 de 6 Autre information requise pour les projets d épuration des eaux usées Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur

Plus en détail

Une épuration choisie

Une épuration choisie ETAT DES LIEUX EN LOIR ET CHER Dans l état actuel des choses, le département dispose de 216 unités d épuration qui assurent le traitement total ou partiel de 212 communes sur les 290 que comporte le département.

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie Tunisie : la triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» 65 La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie par Monsieur Abdelkader Hamdane Ancien directeur général

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

Spécificités des eaux de ruissellement

Spécificités des eaux de ruissellement Spécificités des eaux de ruissellement Mardi 9 Avril 2013 CCI du Doubs àbesançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Comment définir les eaux de ruissellement?

Plus en détail