Notre engagement 2-3 S É C U R I T É P R É V E N T I V E

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notre engagement 2-3 S É C U R I T É P R É V E N T I V E"

Transcription

1 sécurité & sûreté

2 Notre engagement Le 17 juillet 1955, Walt Disney ouvrait Disneyland en Californie, avec l ambition généreuse de créer un parc où «parents et enfants pourraient s amuser en famille». En 1992, le public européen avait à son tour l opportunité de vivre la magie Disney avec l ouverture de Disneyland Resort Paris, devenu rapidement la première destination touristique du continent. Fidèles aux valeurs de Walt et à sa vision d un monde merveilleux dédié au divertissement et au rêve, les Parcs Disney à travers le monde ont tous pour priorité la sécurité de leurs visiteurs et de leurs employés. Il s agit d un engagement quotidiennement renouvelé qui guide sans exception nos décisions opérationnelles et qui vient au premier rang de nos quatre standards de qualité : sécurité, courtoisie, spectacle et efficacité. La sécurité de ceux qui travaillent et se divertissent chez nous est la plus importante de nos responsabilités en tant qu opérateur de parcs à thèmes. C est pourquoi nous sommes heureux de vous présenter ce guide de la sécurité à Disneyland Resort Paris, la première édition d une publication qui rend compte des efforts continuels que nous menons pour assurer la sécurité des millions de personnes qui nous rendent visite chaque année. Nous sommes plus que fiers de nos ingénieurs, de nos équipes de maintenance et de tous les acteurs qui composent les équipes de sécurité. La majeure partie de cette publication est destinée à rendre hommage à leur travail conjoint et incessant pour garantir la sécurité sur notre site. Notre engagement en matière de sécurité fait partie intégrante de notre mission d offrir à nos visiteurs une expérience magique et inoubliable en famille. Merci à vous de prendre le temps de vous intéresser et de partager avec nous cet engagement qui nous tient à cœur. Nous espérons avoir le plaisir de vous accueillir très prochainement à Disneyland Resort Paris. 2-3 S É C U R I T É P R É V E N T I V E

3 sommaire S É C U R I T É P R É V E N T I V E ATTRACTIONS 6 Une approche systématique 7 Concevoir la technologie de la sécurité 7 Des exigences de fabrication très élevées 8 Installations, essais et réglages 8 Sécurité opérationnelle 9 Maintenance 13 Sécurité des visiteurs dans les attractions 14 SPECTACLES 18 Gestion d événements 19 Vivre pleinement la magie... Chaque année, des millions de visiteurs viennent du monde entier partager la magie de Disneyland Resort Paris. Un large éventail d activités leur est offert, allant des attractions aux spectacles, en passant par les restaurants ou les boutiques. Chacune de ces activités est une source de joie et de souvenirs pour tous ceux qui en vivent l expérience et la première destination touristique en Europe considère comme une priorité la sécurité de ses visiteurs, de ses employés et de ses biens. En effet, outre deux Parcs Disney (le Parc Disneyland et le Parc Walt Disney Studios ), sept Hôtels Disney, un centre de divertissements, (Disney Village) et le Golf Disneyland, le site abrite m 2 d entrepôts, un garage, une station service, des écuries, une centrale d énergie ou encore une caserne de pompiers. Disneyland Resort Paris réunit les efforts de nombreuses équipes pour assurer à ses visiteurs un séjour inoubliable. Parades 20 Pyrotechnie 20 SÉCURITÉ DU TRAVAIL 22 LIEUX PUBLICS 24 SÛRETÉ PRÉVENTION SECOURS 26 RESTAURATION 28 ENVIRONNEMENT 30 AIRES DE JEUX 32 S É C U R I T É A C T I V E ARTISANS DE LA SECURITÉ 34 SECOURS AUX PERSONNES 36 Département opération et secours 37 Premiers soins 37 Les informations contenues dans ce document reflètent l état du programme de sûreté de Disneyland Resort Paris à la date de publication. Certaines mesures décrites peuvent être amenées à évoluer dans le cadre de l amélioration continue de notre programme de sécurité et assurer la sécurité Disneyland Resort Paris a développé un Système de Management de la Sécurité, visant à assurer la sécurité des visiteurs, des personnes, des personnels, du patrimoine et de l environnement. Ce système repose sur plusieurs étapes : le diagnostic initial et permanent, résultat de l identification et de l évaluation de risques inhérents à une infrastructure ou à une activité. Le plan d action d amélioration par la prévention et par la protection. La mesure des performances et le contrôle, réalisés sous formes d audits, diligentés par les équipes de Disneyland Resort Paris et par des experts agréés. L amélioration continue par la révision permanente de diagnostics et des plans d action selon les enseignements tirés de l analyse des performances et des contrôles. L efficacité de ce Système de Management de la Sécurité provient de son adaptabilité et de son objectif d amélioration constante.

4 attractions De par leurs spécificités, les attractions nécessitent un contrôle de l ensemble des paramètres contribuant à la sécurité et ce, sur l ensemble du cycle de développement et d exploitation de celles-ci. UNE APPROCHE SYSTÉMATIQUE En fixant des exigences de sécurité élevées tout en faisant appel à une technologie de pointe, les équipes de Disneyland Resort Paris suivent un processus d ingénierie rigoureux pour intégrer toutes les mesures de sécurité aux stades de la conception et du développement des attractions. Les éléments clés de ce processus sont notamment : Une évaluation méthodique de la capacité des véhicules et de leur système de retenue à contenir et retenir efficacement les visiteurs. Une analyse de la sécurité exhaustive portant sur une série de scénarii de fonctionnement dans le but d aider les concepteurs à prévoir et réduire les risques. Une élaboration rigoureuse des revues d études de conception. Une référence aux normes en vigueur. CONCEVOIR LA TECHNOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Les équipes Disney sont particulièrement fières d avoir équipé les attractions de Disneyland Resort Paris de technologies de pointe beaucoup d entre elles étant mises au point en interne. Chaque attraction diffère en matière de systèmes de sécurité et de thématiques, et l on peut y retrouver des technologies telles que : Un système de freinage redondant permet d arrêter les véhicules de l attraction en toute sécurité en cas de défaillance des freins principaux. Un double automatisme de contrôle permet à certaines attractions de fonctionner uniquement si les deux systèmes s accordent sur le fait que toutes les conditions de sécurité de fonctionnement sont satisfaites. Des doubles capteurs de la voie surveillent la vitesse et l emplacement des véhicules. Des ceintures de sécurité sont placées sous surveillance, dans certaines attractions, afin d identifier les systèmes de retenue qui ne seraient pas correctement utilisés. Des portillons automatisés dans les gares de certaines attractions permettent d éviter aux visiteurs de monter à bord des véhicules ou de s engager sur les voies de l attraction prématurément. Des mécanismes antirecul équipent les voies et les véhicules et empêchent ces derniers de reculer sur les pentes inclinées. Un système de surveillance vidéo sur de multiples écrans offre aux opérateurs de certaines attractions affectés à ce poste plusieurs vues des véhicules et des visiteurs dans l attraction. Des systèmes informatisés de messagerie fournissent des informations permettant aux équipes opérationnelles, de maintenance et d ingénierie de détecter les problèmes de fonctionnement. Des limiteurs de vitesse coupent automatiquement les moteurs en cas de dépassement des vitesses acceptables. Des onduleurs sont utilisés en cas de panne de courant. 6-7 S É C U R I T É P R É V E N T I V E

5 attractions DES EXIGENCES DE FABRICATION TRÈS ÉLEVÉES Lors des phases de fabrication et de production, Disneyland Resort Paris met en œuvre des inspections rigoureuses dans le but de contrôler la qualité des matériaux utilisés et de garantir l intégrité mécanique des attractions de ses parcs. Ce processus et ces matériaux sont prescrits par des normes de la construction et de l industrie. Pour toute nouvelle attraction, nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs pour vérifier que leur travail satisfait nos standards. INSTALLATIONS, ESSAIS ET RÉGLAGES Lorsqu une attraction est installée, tout le système d exploitation est soumis à un processus rigoureux d essais avant la réception. Ces essais visent à tester le comportement, les modes de défaillance et la performance des attractions en condition de charge. Chacune des attractions est soumise à des centaines d heures d examens et d essais avant que le premier visiteur ne puisse monter à bord. L importance accordée à la sécurité ne se limite pas à ces tests de lancement, les contrôles sont renouvelés durant toute la durée de vie d une attraction. SÉCURITÉ OPÉRATIONNELLE La sécurité au quotidien Il est important qu une attraction soit sûre d un point de vue mécanique et structurel. C est pourquoi un travail rigoureux de maintenance, qui représente des milliers d heures d entretien et d inspection chaque année, fait partie de notre travail quotidien. L équipe de nuit Quotidiennement, après la fermeture des Parcs Disney, les équipes de maintenance inspectent chaque attraction. Cellesci ne sont autorisées à fonctionner le lendemain que lorsque les procédures de maintenance préventive et curative ont été effectuées. Outre ces inspections nocturnes, les véhicules d attractions sont régulièrement retirés du circuit selon un planning d entretien au cours duquel les pièces sont vérifiées, testées, et remplacées si nécessaire. La gestion de l ensemble du programme de maintenance des attractions est assurée par un système informatisé, la GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur), qui suit les besoins quotidiens, hebdomadaires et annuels en maintenance des attractions et génère des instructions de travail tels que des ordres de travaux et des listes de contrôle. Ce système est un outil important qui permet de faciliter les activités de maintenance au moment prévu. Un partenariat avec ingénieurs et techniciens Dans les Parcs Disney, les ingénieurs occupent un rôle important dans le programme de maintenance. Ces techniciens sont spécialisés dans de nombreux domaines tels que la mécanique, l électricité, le contrôle ou la commande. Les ingénieurs et agents de maîtrise des attractions développent des programmes de maintenance pour toutes les attractions en s appuyant sur une étude minutieuse des plans, une analyse systématique de tous les documents relatifs à la conception et sur leur expérience acquise sur le terrain. Les ingénieurs ont également la responsabilité de mettre à jour les plans lorsque la configuration d une attraction fait l objet d une amélioration ou d une modification. Grâce aux tests effectués en interne, les ingénieurs ont la possibilité de détecter les problèmes à l aide d outils d analyse adaptés ou de déterminer comment les contraintes, l accélération, les chocs ou encore les températures peuvent affecter la performance des pièces. Chaque jour, ingénieurs et techniciens de maintenance travaillent en collaboration pour réviser, réhabiliter les véhicules des attractions, installer de nouvelles pièces afin que le fonctionnement des attractions réponde toujours aux exigences fixées. 8-9 S É C U R I T É P R É V E N T I V E

6 24 heures à la maintenance «Check-list» de pré-ouverture Même après les inspections de l équipe de maintenance, l ouverture des attractions ne peut avoir lieu sans la vérification finale et l accord des équipes opérationnelles. Après confirmation que les opérations de maintenance ont été effectuées par l équipe de nuit, les opérateurs se livrent à toute une série de vérifications des principaux éléments à l aide d une «check-list» tirée du manuel d opération de l attraction. Les dispositifs de sécurité équipant les sièges, écrans vidéo et système de commande sont consciencieusement examinés. Les opérateurs d attractions commencent ainsi leur service bien avant que les premiers visiteurs ne franchissent les portes des attractions afin de procéder à toutes ces vérifications. 6 Transfert de l attraction à l opérateur par l agent technique. 5 Vérification finale d une attraction par les techniciens avant l ouverture. 2 Le technicien effectue les tâches de maintenance correctives sur les véhicules. 1 L agent technique organise et distribue les tâches planifiées ou correctives au sein de l équipe. 7 Une fois les clés de consignations retournées et les n des badges apparents, l attraction peut ouvrir. 3 Inspection des composants clés de l attraction par les techniciens de la maintenance préventive journalière. 4 Saisie par les techniciens des infos relatives au travail de nuit sur les mains courantes et la GMAO (gestion maintenance assistée par ordinateur) S É C U R I T É P R É V E N T I V E

7 attractions 1 Le manuel qualité définit la structure globale mise en place à Disneyland Resort Paris pour assurer un niveau de qualité et de sûreté de fonctionnement optimum pour l ensemble des activités. 2 Des normes et règlements précis s appliquent à chaque activité Certaines normes internationales ISO : par exemple, NF EN ISO 2560 concernant des produits consommables pour le soudage Les normes spécifiques : DIN 4112 pour les attractions (solidité mécanique), EN Norme Européenne pour les Parcs d attractions. Les décrets : portant par exemple sur la sécurité des piscines ou des aires de jeux des enfants. 4 Leur bonne utilisation et application sur le terrain étant assurés par : Manuels réglementaires : exemple dossier de sécurité d un bâtiment. 3 Ce qui permet de réaliser nos documents d exploitation internes. Des contrôles qualités : pour s assurer de la qualité des pièces et matériaux utilisés. Procédures opérationnelles ou de maintenance. Certifications: exemple pour les soudeurs. Manuels de formations. Des audits et autocontrôles : pour le respect des procédures. MAINTENANCE Réglementation, normes et contrôles Par la diversité de ses activités, Disneyland Resort Paris est soumis à un ensemble de décrets, de réglementations et de normes fixant clairement la ligne de conduite à tenir en matière de sécurité pour nos visiteurs et nos employés. La sécurité dans les attractions est soumise à des normes tout aussi exigeantes. Le département Contrôle Qualité, s assure de la conformité des pièces fabriquées dans les ateliers Disney et par les fournisseurs sous-traitants. Plusieurs types de contrôles sont réalisés sur chaque pièce : visuels, dimensionnels et non destructifs nécessitant une certification COFREND. Le département Contrôle Qualité réalise également des inspections régulières sur site sur l ensemble des attractions. Cette opération consiste en un examen visuel et plus approfondi lorsque la situation l exige. Le département Contrôle Qualité travaille en constante relation avec les services de maintenance chargés de l entretien des attractions afin que Disneyland Resort Paris puisse garantir la sécurité des personnes et des biens. Audit interne des opérations Des audits internes sont effectués par les ingénieurs des équipes de maintenance, des équipes Assurance Qualité et Contrôle Qualité ainsi que du pôle de formation. Ces audits se concentrent sur les éléments clés du fonctionnement des attractions S É C U R I T É P R É V E N T I V E

8 attractions SÉCURITÉ DES VISITEURS DANS LES ATTRACTIONS La prévention dans les attractions Au même titre que les ingénieurs et les techniciens chargés de la maintenance des attractions, les visiteurs ont un rôle déterminant dans la prévention des accidents auxquels ils peuvent s exposer en négligeant les avertissements indiqués dans les Parcs Disney. Les visiteurs sont les seuls à connaître leur limites physiques et leurs éventuels problèmes de santé. Avant même leur arrivée sur notre site, les visiteurs peuvent s informer sur les mesures relatives à la sécurité des attractions, telles que les restrictions de taille et les mises en garde pour les personnes ayant des problèmes de santé. Ils peuvent également obtenir des renseignements qui faciliteront la visite des personnes handicapées. Le Parc Disneyland et le Parc Walt Disney Studios sont les deux seuls parcs à thèmes en France à avoir reçu le Label Tourisme et Handicap avec les quatre pictogrammes certifiant une accessibilité optimale pour les quatre handicaps physique, visuel, auditif et mental. La plupart des attractions de nos Parcs sont ainsi accessibles à tous, quel que soit le handicap. Ces informations sont disponibles dans les brochures de vente, sur le site internet disneylandparis.com et dans tout autre document mis à la disposition des visiteurs. Les consignes de sécurité sont non seulement indiquées dans les plans des Parcs, mais également sur environ 1450 panneaux situés à l entrée des attractions concernées, dans les files d attente et à bord des véhicules. Chacun de ces panneaux répond à un standard international, avec un langage clair et des symboles universels qui permettrent de communiquer des messages de sécurité importants quelle que soit la langue des visiteurs. Le marquage au sol fait partie intégrante du processus de sécurité : sur les quais d embarquement par exemple, des rayures normalisées jaunes et noires signalent aux visiteurs l endroit où ils doivent se rassembler avant de monter dans les véhicules. Outre la signalisation visuelle, les règles de sécurité à observer sont indiquées via des messages audiovisuels ou sonores diffusés dans les files d attente mais également avant chaque départ de véhicules S É C U R I T É P R É V E N T I V E

9 attractions Formations des opérateurs Les opérateurs d attractions suivent des formations rigoureuses qui comprennent une formation opérationnelle propre à l attraction à laquelle ils sont affectés. Cette dernière dure plusieurs jours. Elle est complétée par des examens de mise en situation sur le terrain. Les unités de valeurs des opérateurs d attraction comprennent notamment : Le contrôle du déplacement des véhicules via les systèmes de l attraction et les procédures d envoi des véhicules. La surveillance de l environnement de l attraction. Le placement adéquat des passagers si spécifié. Les gestes et les postures à adopter. Le travail en sécurité. L assistance aux visiteurs. Le système de retenue équipant les sièges. La procédure d arrêt de l attraction. La procédure d évacuation. La communication avec les employés placés à des postes de surveillance ou de commande des attractions. La communication avec le public au micro et en plusieurs langues. A l issue de ces formations, les opérateurs d attractions subissent une évaluation sur le terrain. Des exercices de mise en situation et des simulations sont régulièrement réalisés afin de mettre en condition les opérateurs d attractions. A chaque modification des procédures, les opérateurs d attraction reçoivent une nouvelle formation sanctionnée par de nouvelles évaluations. Manuels d opération Pour assurer une excellente performance opérationnelle, des procédures exhaustives ont été mises en place pour chacune des attractions. Complets et détaillés, ces documents constituent le fondement des programmes de formation et adoptent un format standard. Ils regroupent et organisent les informations liées au bon fonctionnement des attractions, au respect des normes, ils listent les contrôles à effectuer lors des phases d ouverture et de fermeture de l attraction. Ces documents font l objet d une surveillance constante et sont mis à jour lors de tout changement opérationnel. En complément des formations dispensées aux opérateurs d attractions, un cycle de formation professionnelle continue est prévu pour les techniciens de la maintenance. L objectif de ce cycle est d instaurer une ligne de conduite de sûreté de fonctionnement et d améliorer de manière continue les activités de maintenance qu elles soient préventives ou correctives. Un groupe d études se charge d assurer une veille technologique pour faire évoluer les procédures, adapter et/ou déclencher les formations dispensées aux techniciens de maintenance. De plus, des comités périodiques analysent en permanence les ressources mises en oeuvre pour effectuer les procédures et déclenchent les actions correctives nécessaires. La gestion des compétences et des moyens humains constitue un de ces comités. Une fois ces informations collectées, ce groupe de travail adapte ces informations pour les insérer dans les formations dispensées aux techniciens de maintenance S É C U R I T É P R É V E N T I V E

10 spectacles GESTION D ÉVÉNEMENTS Disney Village Regroupant restaurants et bars, cinémas, boutiques, ainsi qu une discothèque, Disney Village et un centre de divertissement dont l accès gratuit est contrôlé par du personnel spécialement formé. Les installations temporaires, utilisées lors des événements spéciaux tels que des concerts, sont contrôlées par une commission de sécurité et par un bureau de contrôle extérieur afin d obtenir un avis technique avant l autorisation préfectorale et l accès des installations au public. Certaines activités de loisirs telles que le parcours forestier Davy Crockett s Adventure sont gérées par des prestataires extérieurs, ces derniers étant également soumis aux standards de qualité Disney et devant obligatoirement s y conformer. La gestion des flux de personnes Lors d événements spéciaux, que ce soit dans les Parcs Disney ou sur le Disney Village, des équipes dédiées se chargent de gérer les flux de personnes. Cette cellule prend en compte le nombre de personnes présentes sur les sites et les caractéristiques de l événement. Elle veille à l encadrement de la foule et à ce que chaque mouvement de masse se passe sans encombre et soit le plus fluide possible S É C U R I T É P R É V E N T I V E

11 spectacles PARADES Lors des parades, une attention toute particulière est accordée à la sécurité des visiteurs. Cette attention a pour objet de veiller au respect des périmètres de sécurité qui leurs sont attribués lors de la parade. Pour ce faire, des employés sont spécialement affectés à cette mission, d autres sont en charge de guider les chars de la parade et de s assurer que les visiteurs profitent pleinement de la magie de Disneyland Resort Paris. PYROTECHNIE Disneyland Resort Paris est, en France, le site d où l on tire le plus de feux d artifice : près de 150 chaque année. Le comité pyrotechnique de Disneyland Resort Paris a pour mission de veiller au bon déroulement des tirs et d optimiser la sécurité. Un feu d artifice tiré en toute sécurité est la résultante d un travail méticuleux. Ce groupe d experts constitue un dossier technique pour chaque tir. Celui-ci comporte des informations portant sur les produits utilisés, leur transport, leur conditionnement, la sécurité relative a leur utilisation, les autorisations administratives, les conditions météorologiques requises. Afin d optimiser la gestion des tirs de feux d artifice, les organisateurs disposent d un éventail de moyens, tels que : Deux bunkers de stockage conformes aux réglementations en vigueur. Un réseau d anémomètres qui permet d établir des bilans météorologiques précis. Des artificiers hautement qualifiés, tous détenteurs du certificat K4. Disneyland Resort Paris a établi une méthodologie rigoureuse qui fixe les prescriptions à suivre. Le chef de tir, les pompiers, les régisseurs de spectacle et le responsable opérationnel se réunissent plus d une heure avant la mise à feu des pièces d artifice. Sont notamment pris en compte le nombre de visiteurs présents et les conditions météorologiques. La zone de tir reste strictement interdite à toute personne non habilitée. Quant aux résidus de tirs, leur collecte fait l objet d une procédure spécifique. Disneyland Resort Paris cherche constamment à améliorer les tirs de feux d artifice : Diminuer le calibre des pièces d artifice. Minimiser les nuisances sonores en développant des produits d artifices moins bruyants S É C U R I T É P R É V E N T I V E

12 sécurité du travail Le département Hygiène et Sécurité du Travail (HST) a développé une démarche de prévention des risques professionnels, s inscrivant dans la mise en place du Système de Management de la Sécurité. Ce dernier repose sur une dynamique d amélioration continue, intégrant notamment la prévention des risques professionnels. Ce système s illustre au travers de plusieurs axes : La formation et la sensibilisation des employés. L analyse a priori des risques aux postes de travail et leur évaluation. L analyse a posteriori des incidents. La prise en considération de la sécurité et de la réduction des risques en amont des projets. Le maintien en conformité des installations et des équipements au regard de la réglementation. L évaluation et le maintien d un haut niveau de sécurité. Disneyland Resort Paris exerce également des audits sur l ensemble de son site. Ces études ponctuelles ont pour objectif de vérifier la conformité des procédés et des méthodes de travail en vigueur avec la réglementation en cours. Parallèlement à ces audits, le département HST collabore avec le service de santé au travail sur les différents moyens mis en œuvre pour améliorer les conditions de travail des salariés. Pour poursuivre dans cette optique d amélioration continue et d anticipation de la réglementation, plusieurs comités techniques transversaux ont été créés afin d optimiser la gestion des risques liés au bruit, aux lombalgies, aux transports et aux flux. Des formations HST sont dispensées aux salariés de l entreprise à tous les niveaux de la hiérarchie. Certains corps de métiers nécessitent des formations spécifiques qui peuvent avoir pour thème : Les engins de levage. Les EPI (équipements de protection individuelle). Les risques chimiques. Les gestes et postures à adopter sur son lieu de travail. Les risques électriques. Le rôle de ce département consiste donc à identifier et à évaluer les risques pour les combattre à la source, en d autres termes prévenir et s assurer que toutes les mesures sont définies pour réagir face à une situation à risque S É C U R I T É P R É V E N T I V E

13 lieux publics Disneyland Resort Paris est un ensemble d Etablissements Recevant du Public (ERP). Restaurants, boutiques, bars, discothèque, et hôtels n échappent pas à cette règle. En amont de la construction de ces établissements, le bureau de prévention de Disneyland Resort Paris définit les mesures de sécurité incendie à appliquer ou les travaux à effectuer pour répondre à toute évolution de la réglementation. Ensuite, l exploitation des ERP dépend de l avis de la Sous-Commission Départementale pour la sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les ERP et Immeubles de Grande Hauteur (IGH), composée de sapeurs-pompiers, d officiers de Police, de représentants des Mairies et d associations de personnes handicapées. Au cours de l exploitation de l ERP, le bureau de prévention de Disneyland Resort Paris est en constante relation avec les bureaux d expertises agréés et les services préfectoraux qui s assurent de la conformité entre autre des ascenseurs, des postes sprinkler, des Robinets Incendies Armés, du réseau d électricité ou encore des installations de gaz. C est de cette manière que Disneyland Resort Paris peut garantir une sécurité optimale pour ses visiteurs et ses employés. Les piscines Cinq des sept Hôtels Disney du site sont pourvus de piscines intérieures et extérieures, pataugeoires et autres jacuzzis. Leur particularité réside dans leur fréquentation : alors que l occupation des bassins est répartie sur toute la journée dans les piscines publiques, elle est concentrée entre 17h et 22h dans les Hôtels Disney en raison de la proximité des Parcs Disney. C est la raison pour laquelle l apport d eau neuve, fixé par l Etat à 30 litres par jour et par baigneur, est largement dépassé dans tous les bassins. Les équipes Disney analysent la qualité de l eau (teneur en chlore et taux de ph) plusieurs fois par jour. Ces analyses sont également effectuées chaque mois par la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). Le système d évacuation d eau permet de prélever l eau en débordement ou refoulée par le fond selon le principe d hydrolicité inversée. Les grilles au fond des bassins sont vérifiées chaque jour. Tous les carrelages des plages ont un revêtement antidérapant. Comme le prévoit la législation française, les bassins extérieurs sont équipés de barrières de sécurité. Tous les sauveteurs chargés d assurer la surveillance des piscines de Disneyland Resort Paris sont titulaires d un BNSSA (Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) ou d un BESAN (Brevet d Educateur Sportif des Activités de la Natation) qui leur permettent d assurer des missions de sauvetage en cas de noyade. L AFCPSAM (Attestation de Formation Complémentaire aux Premiers Secours avec Matériel) ou le CFAPSE (Certificat de Formation d Aptitude aux Premiers Secours en Equipe) sont les prérequis nécessaires pour l obtention du BNSSA ou du BESAN et c est grâce à ces formations qu ils sont en mesure d assurer les premiers soins ou de ranimer des victimes par massages cardiaques ou oxygénothérapie (des bouteilles d oxygène et du matériel de réanimation sont présents dans chaque piscine). De plus, l ensemble des maîtres nageurs sauveteurs est apte à utiliser un défibrillateur semi-automatique, ce sont donc des professionnels de l urgence prêts à faire face à toute situation. Parallèlement à ces formations qui doivent être validées tous les cinq ans, le Service Médical de Disneyland Resort Paris organise régulièrement des mises en situation dans chaque piscine afin d évaluer les aptitudes des sauveteurs sur leurs gestes de secourisme, leurs connaissances sur les procédures, leur utilisation du matériel S É C U R I T É P R É V E N T I V E

14 sûreté, prévention, secours Le département Sûreté Prévention Secours a pour mission de veiller au quotidien à la sûreté des personnes et des biens à Disneyland Resort Paris. Sa mission comprend : la sécurité des visiteurs et de leurs biens pendant leur séjour, la sûreté et la sécurité des employés sur le site, contribuer à la protection de l image de marque de l entreprise. Afin de mener à bien ses objectifs, le département Sûreté Prévention Secours, à mis en place une stratégie de sûreté et de sécurité, qui s articule autour de trois axes : des activités de prévention réglementaires, telles que l analyse de risques, la veille réglementaire, et la collaboration avec les autorités locales et nationales. des activités opérationnelles de prévention, telles qu un dispositif de veille et de vigilance, une présence physique sur le site, un système de sécurité centralisé, ainsi que des actions préventives systématiques et conditionnelles selon le contexte et les besoins opérationnels spécifiques. un dispositif de gestion des événements liés à la sécurité, prenant en compte la gestion opérationnelle et l accompagnement des visiteurs S É C U R I T É P R É V E N T I V E

15 restauration Une équipe est entièrement dédiée à la sécurité alimentaire au sein des 68 points de restauration que propose Disneyland Resort Paris. Elle est chargée de veiller au respect des réglementations française et européenne. En s appuyant sur le respect des principes généraux d hygiène alimentaire, l ensemble de la filière d approvisionnement ainsi que les cuisines de Disneyland Resort Paris sont minutieusement contrôlés. Les fournisseurs doivent répondre à un cahier des charges et à un audit sanitaire tandis que les produits livrés sont régulièrement soumis à des analyses de vérification microbiologiques et physico-chimiques. Des contrôles supplémentaires sont effectués lors de la réception aux entrepôts mais également directement dans les cuisines et à tous les stades de la production. Ils portent sur la quantité et la qualité des produits, ainsi que sur le respect des températures et des dates limite de conservation. Le nettoyage du matériel et le déroulé des tâches font aussi l objet d audits sanitaires. Enfin, la formation du personnel aux notions d hygiène alimentaire complète le dispositif de vigilance S É C U R I T É P R É V E N T I V E

16 environnement Disneyland Resort Paris a mis en place un système de management lui permettant de maîtriser les répercussions de ses activités sur l environ nement. Une commission d agréments des produits chimiques valide toute utilisation de produits chimiques sur l ensemble du site en analysant préalablement leur toxicité et en vérifiant leur conformité à la réglementation, tout en cherchant des produits de substitution. Disneyland Resort Paris prend également en compte la gestion des produits en fin de vie, en s assurant de la bonne application de la loi dans ce domaine et en s impliquant de manière active contre la surproduction de déchets. Le système de management de l environnement prévoit un suivi et un contrôle des eaux de consommation et des différents rejets dus aux activités du site. A ce titre, Disneyland Resort Paris effectue plus de analyses via son propre laboratoire et fait corroborer ses résultats par un laboratoire agréé extérieur. Disneyland Resort Paris fait vivre sa magie 365 jours par an, certains spectacles peuvent occasionner des gênes et nuisances sonores pour les riverains. Afin de limiter ces nuisances sonores, Disneyland Resort Paris développe, et ce de manière continue, des feux d artifice toujours plus silencieux. Disneyland Resort Paris compte plus de 50 Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE), qui par les activités qu elles renferment, sont soumises à des contraintes de sécurité spécifiques. A ce titre, Disneyland Resort Paris assure un suivi rigoureux de ces installations, telles que sa centrale de production d énergie des parcs ou son atelier de peinture des services techniques. Disneyland Resort Paris a également instauré un programme de sensibilisation interne de ses employés, au travers de journées portes ouvertes ou d actions ponctuelles, qui ont pour finalité de permettre à chaque employé de manifester son implication et de prendre en compte la notion d Environne mentalité, illustrée par une formule empruntée à Jiminy Cricket dans le long métrage animé Pinocchio : Chaque petit geste fait toute la différence! S É C U R I T É P R É V E N T I V E

17 aires de jeux Le Parc Disneyland comprend deux aires de jeux extérieures (Pocahontas Indian Village à Frontierland et La Plage des Pirates à Adventureland ). Ces installations sont réalisées dans le respect des normes européennes et sont inspectées chaque année par un bureau de contrôle extérieur et un département interne de Disneyland Resort Paris (Qualité Contrôle). Les normes et les moyens de contrôle évoluant fréquemment, ces contrôles permettent de valider la conformité des équipements. Les aires de jeux extérieures sont sollicitées non seulement par les enfants mais surtout par les conditions climatiques (chaleur, vent, pluie, gel). Une inspection quotidienne est effectuée sous forme de contrôle visuel par les opérateurs des Parcs Disney, suivant une liste détaillée de critères. A cette inspection journalière s ajoute, en guise de maintenance préventive, une inspection mensuelle au cours de laquelle sont recensées les anomalies visuelles et correctives. Toutes les aires de jeux sont réalisées en s inspirant de thèmes. Le défi pour les équipes Disney consiste à sélectionner des matériaux souples (résines, bois, peintures, parties métalliques) à personnaliser tout en restant adaptés à une utilisation fréquente par des enfants et donc nonnocifs. Chaque aire de jeux est équipée d une signalétique indiquant les tranches d âges à respecter et demandant aux parents de ne pas laisser leurs enfants sans surveillance. Enfin plusieurs organismes et autorités habilitées effectuent régulièrement des inspections sur l ensemble du resort. Lors de ces inspections, la conformité de ces aires de jeux est évaluée S É C U R I T É P R É V E N T I V E

18 artisans de la sécurité Disneyland Resort Paris est en constante collaboration avec les autorités locales, nationales et internationales, et tenant compte de leurs recommandations, réévalue les mesures de sécurité et les adaptent en fonction des situations. Le pôle Sûreté Opérationnelle travaille avec des agences de sécurité locales afin d adapter le nombre d agents en fonction de la fluctuation des visiteurs. Celui-ci entretient également d étroites relations avec les autorités locales, Police et Gendarmerie, ainsi que les services de sécurité de la RATP et de la SNCF. Cette collaboration se traduit par une présence permanente d agents de sécurité Disney sur l ensemble du Resort. Des unités spécifiques sont présentes en permanence pour épauler l équipe de la Sûreté Opérationnelle : une unité à cheval, une unité cynophile, une unité anti-explosive, un service d accompagnement de personnalités ou encore le traitement et le suivi de fraudes et d autres équipes spécialisées. A ces entités particulières viennent s ajouter des moyens spécifiques. A titre d exemple, un véhicule de logistique se tient prêt à intervenir et/ou à baliser toute zone à risque rapidement grâce au matériel d urgence qu il transporte S É C U R I T É A C T I V E

19 secours aux personnes DÉPARTEMENT OPÉRATION DE SECOURS Les pompiers privés constituent le premier maillon de la chaîne des secours. Ils ont pour mission de prévenir les risques d incendie, de panique et d assurer les premiers secours physiques. Les pompiers privés de Disneyland Resort Paris appartiennent au département Opération de Secours omniprésent sur l ensem ble du Resort. Ce département se compose d une centaine d hom mes et de femmes répartis dans quatre groupes assurant des permanences de 24 heures. Le département Opération de Secours dispose de moyens techniques et matériels qui lui permettent de faire face à la diversité des interventions auxquelles il est confronté. Ces moyens matériels sont en parfaite adéquation avec les moyens utilisés dans le public. Le département Opération de Secours comprend également une unité d élite : le GRIMP ou Groupement d Intervention en Milieu Périlleux. Cette unité a pour mission d intervenir dans les attractions telles que Space Mountain : Mission 2, Indiana Jones et le Temple du Péril! ou Rock n Roller Coaster avec Aerosmith, qui nécessitent des connaissances et des aptitudes physiques spécifiques. De plus, le département Opération de Secours entretient des relations privilégiées avec les autorités locales. Cette collaboration prend forme au travers d exercices de simulation grandeur nature qui permettent aux pompiers privés de Disneyland Resort Paris et aux intervenants extérieurs d accorder leur façon de travailler et d optimiser cette coordination en cas de nécessité pour garantir une réelle fiabilité. SERVICE DES PREMIERS SOINS Les infirmiers constituent le second maillon de la chaîne des secours. Ils assurent un service médicalisé de premiers soins d urgence et de soins courants des visiteurs et des salariés de l entreprise. A l instar des pompiers privés, les infirmiers de Disneyland Resort Paris sont présents sur l ensemble du Resort. Le Service des Premiers Soins se compose d une équipe complète d infirmiers, d assistants chef de groupe et d un médecin urgentiste, assurant la couverture du Resort. Il dispose d un ensemble de moyens répondant à différentes situations possibles. En plus des quatre infirmeries et de leurs vingt lits, il possède aussi bien des moniteurs de surveillance multi-paramétriques que des défibrillateurs semi-automatiques et un défibrillateur manuel S É C U R I T É A C T I V E

20

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE

J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE J EMMENE MA CLASSE A LA PISCINE Textes de référence : Circulaire n 2011-090 du 7 juillet 2011-BO n 28 du 14 juillet 2011 PEAMBULE : - La natation est partie intégrante de l enseignement de l EPS à l école

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire Bonnes pratiques d hygiène alimentaire En restauration collective Ce stage répond à l obligation de formation en matière d hygiène alimentaire (règlement CE 852/2004) En restauration commerciale Ce stage

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

CAP Agent de prévention et de sécurité

CAP Agent de prévention et de sécurité L agent de prévention et de sécurité assure la protection et la sécurité de marchandises, d équipements techniques, de locaux, voire de personnes. Il prévient les risques d incendie, les accidents, dissuade

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES EDF EN SERVICES, VOTRE PARTENAIRE POUR L EXPLOITATION-MAINTENANCE DES CENTRALES éoliennes ET SOLAIRES SUPERVISION 24H/24 +

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs FORMATION DRJSCS BASSE-NORMANDIE 26 OCTOBRE 2012 L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs Objectif: acquérir des connaissances sur l accessibilité des équipements sportifs. Programme Eléments

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes. Infos sécurité Charte d usage des TIC au sein de l Université de Bourgogne CHARTE DU BON USAGE DES RESSOURCES INFORMATIQUES et NOTE «INFOS SECURITE» Les informations qui suivent sont très importantes.

Plus en détail

TAURUS SECURITY AGENCY

TAURUS SECURITY AGENCY TAURUS SECURITY AGENCY Notre philosophie LES FONDEMENTS DE NOTRE RELATION CLIENT Nos missions sont d assurer la sécurité des personnes et des biens en mettant à disposition de nos clients, des solutions

Plus en détail

Formations à la sécurité Obligations de l employeur

Formations à la sécurité Obligations de l employeur Formations à la sécurité Obligations de l employeur 1 2Sommaire Introduction 3 Obligation liée à la formation à la sécurité incendie 4 Mise en oeuvre des extincteurs 5 Equipier de 1 ère intervention 6

Plus en détail

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02 FICHE 2 : CRÉER OU REPRENDRE UN TERRAIN DE CAMPING (HÔTELLERIE DE PLEIN AIR) OU UN PRL (PARC RÉSIDENTIEL DE LOISIRS) 1 - LES CHIFFRES EN DORDOGNE A / L OFFRE EN HÔTELLERIE DE PLEIN AIR AU 01/01/2014 Parc

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

S.a.r.l. «AZURA» au capital de 3000.00 R.C.S n 500 820 675 Code APE : 8010Z Siège Social: Marina Business Center Port Marina Baie Des Anges 06270

S.a.r.l. «AZURA» au capital de 3000.00 R.C.S n 500 820 675 Code APE : 8010Z Siège Social: Marina Business Center Port Marina Baie Des Anges 06270 Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous présenter notre société «AZURA» et les prestations que nous sommes en mesure de vous proposer. La S.a.r.l «AZURA» est implantée sur la Côte d Azur depuis

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES SOMMAIRE : Définitions DAE / DSA / DEA. Les accessoires recommandés. Notion de système d information pour les secours spécialisés. Les

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

LE PLAN DE PREVENTION

LE PLAN DE PREVENTION 1 Association des Directeurs et Responsables de Services Généraux Facilities Manag ers Association LE PLAN DE PREVENTION Avertissement : ce document est un exemple établi pour un besoin particulier. Il

Plus en détail

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO :

Mél : Nom de l ACMO : Mél ACMO : Etat des lieux en hygiène et sécurité dans un établissement scolaire Rectorat Inspection en Hygiène et sécurité Dossier suivi par M. Gilbert ROUSSEAU Téléphone 05 57 57 39 82 Fax 05 57 57 87 40 Mél: Gilbert.rousseau@acbordeaux.fr

Plus en détail

***AVIS IMPORTANT***

***AVIS IMPORTANT*** ***AVIS IMPORTANT*** Ce document contient des informations concernant la législation relative à la formation de conducteurs professionnels de poids lourds et d autobus/autocars. Les questions ayant trait

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs FORMATION DRJSCS BASSE-NORMANDIE 26 OCTOBRE 2012 L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs Objectif: acquérir des connaissances sur l accessibilité des équipements sportifs. Les principales

Plus en détail

E T D E S P E C T A C L E S

E T D E S P E C T A C L E S REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA DE TIZI OUZOU DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES AFFAIRES GENERALES SERVICE DE LA REGLEMENTATION GENERALE BUREAU DES ETABLISSEMENTS CLASSES ET

Plus en détail

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12

SOMMAIRE. Annexe 2 Modèle de demande d autorisation de construire (PC) --------------------- p. 8 à 12 SOMMAIRE Annexe 1 Composition d un dossier à soumettre à l avis des sous-commissions de sécurité et d accessibilité Autorisation de Travaux) ---------------------------- p. 3 à 7 Annexe 2 Modèle de demande

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Santé

Règles Générales de Sécurité et Santé R.G.S.S. destinées aux entreprises extérieures devant intervenir sur les bâtiments et installations de la Banque Internationale à Luxembourg S.A. Les Règles Générales de Sécurité et Sûreté (R.G.S.S.) ont

Plus en détail

Premiers secours. Article 36

Premiers secours. Article 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours seront disponibles en permanence, compte tenu des dangers

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES GARDIENNAGE

CAHIER DES CHARGES GARDIENNAGE Association des Responsables de Services Généraux Facilities Managers Association CAHIER DES CHARGES GARDIENNAGE Avertissement : ce document est un exemple de cahier des charges Gardiennage établi pour

Plus en détail

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Réf. Ifremer N 12/2 212 838. Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Réf. Ifremer N 12/2 212 838 Surveillance et gardiennage du Centre Ifremer de Bretagne Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) 1. OBJET...3 2. RESPONSABLES HABILITES...3 3. DEFINITION DES PRESTATIONS

Plus en détail

guide de référence 2014

guide de référence 2014 N hésitez pas à utiliser tous les outils auxquels vous avez droit pour développer votre activité et mieux conseiller vos clients. guide de référence 2014 pour agents de voyage Le SEUL guide de formation

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7 FICHE DE POSTE AGENT d ENTRETIEN Fiche de poste actualisée le lundi 18 février 2013 1/7 1 SOMMAIRE 2 Positionnement... 3 3 Relations internes et externes... 3 4 Presentation du service entretien... 4 5

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX

LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX LIVRET D ACCUEIL PARC D ENTREPRISES LA RADIO DREUX Livret d accueil du Parc d entreprises La Radio Ce livret d accueil a pour but de vous présenter l organisation du Parc d entreprises La Radio. Notre

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage 1.3 MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage Commune de TRAINOU 1103, rue de la République 45470 TRAINOU Objet de la consultation Curage de l ensemble

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique

Ingénieur patrimoine immobilier et logistique Ingénieur patrimoine immobilier et logistique G1X21 Patrimoine : travaux et maintenance immobilière / Logistique et service - IR L ingénieur du patrimoine immobilier et logistique conduit : Le management

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE

BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE BREVET PROFESSIONNEL AGENT TECHNIQUE DE PREVENTION ET DE SECURITE GRILLES D EVALUATION DES EPREUVES PONCTUELLES (à transmettre aux membres des commissions d évaluation en vue d une harmonisation préalable

Plus en détail

alarme incendie (feu non maîtrisable)

alarme incendie (feu non maîtrisable) INCIDENT N 1 alarme incendie (feu non maîtrisable) Vérification des matériels et systèmes de à disposition au - système de détection incendie (test lampe, signal sonore) - centrale d alarme intrusion(état

Plus en détail

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie

Les Établissements recevant du public. La prévention incendie Les Établissements recevant du public La prévention incendie 1 Sommaire Partie 1 : Les établissements recevant du public Partie 2 : La prévention incendie Partie 3 : L organisation de la prévention dans

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

FICHE METIER. «Assistant son» Assistant son APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Assistant son» Assistant son APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Opérateur du son Version 1 «Assistant son» APPELLATION(S) DU METIER Assistant son DEFINITION DU METIER L assistant son aide l ingénieur du son ou le chef opérateur du son, responsable des enregistrements

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Système Management Environnemental

Système Management Environnemental Système Management Environnemental Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine Laboratoire de Touraine - Bassin Eaux Pluviales Environnemental Politique Qualité Sécurité Environnement Sommaire Norme

Plus en détail

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura

Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Entretien et maintenance des installations techniques Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Alarme intrusionalarme incendie et contrôle d accès Sommaire 1 OBJET ET ETENDUE... 02 1.1.

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion.

Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. I - LE CADRE REGLEMENTAIRE Le code de la Santé Publique appelle, dans le cadre du projet d'établissement, une définition des objectifs généraux en matière de gestion. Ce projet - Administration, Gestion,

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. La prise en compte des canalisations de transport de matières dangereuses Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail

K2503 - Sécurité et surveillance privées

K2503 - Sécurité et surveillance privées Appellations (Métiers courants) Agent / Agente de sécurité Agent / Agente de sécurité incendie Agent / Agente de sûreté aéroportuaire Agent / Agente de télésurveillance Garde du corps privé / privée Maître-chien

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Technicien de maintenance Autres appellations du métier Technicien polyvalent, agent d entretien polyvalent, agent de maintenance Le technicien de maintenance maintient les installations techniques en

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

Métiers de la Production/ Logistique

Métiers de la Production/ Logistique Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Production/ Logistique R & D Production Ingénieur de recherche Responsable

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Photo obligatoire. Stage de préparation au RECYCLAGE du. Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique. ... Prénom...

Photo obligatoire. Stage de préparation au RECYCLAGE du. Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique. ... Prénom... C.A.M.N.S. Stage de préparation au RECYCLAGE du Photo obligatoire Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique Demande d inscription : Nom :... Prénom... Né (e) le :.../.../... à... Adresse :......

Plus en détail

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE TECHNIQUE n 48 Préambule JANVIER 2013 Cette note technique rappelle, en les actualisant, les principales réglementations relatives à la sécurité incendie qui s appliquent

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE

NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE La présente note complémentaire vise à illustrer par des cas concrets rencontrés par la Commission les difficultés d application

Plus en détail

L'acheminement des ressources

L'acheminement des ressources Partie 2 L acheminement des ressources Planifier l'organisation et la prestation des secours et prévoir des modalités d'intervention de manière à assurer, en fonction de l évaluation et de la classification

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

La priorité est donnée à la démarche de projet et non à la simple consommation de loisirs. Le séjour s appuie sur les principes suivant :

La priorité est donnée à la démarche de projet et non à la simple consommation de loisirs. Le séjour s appuie sur les principes suivant : Sommaire 1. Les principes du séjour 2. Présentation du séjour 3. Les objectifs du séjour 4. Les réunions 5. Les relations dans le camp 6. Le rôle de l équipe d animation 7. Les chantiers et actions de

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER DE BEZIERS

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER DE BEZIERS MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : MISE SOUS ALARMES DES PORTES EXTERIEURES CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION 298 (2015-2016) N 1 298 (2015-2016) N 1 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 29 SEPTEMBRE 2015 PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à renforcer l information et l accessibilité des personnes en situation de

Plus en détail

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS

ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS ASSURANCE DÉCENNALE: MODE D EMPLOI : GUIDE À USAGE DES CONSTRUCTEURS EUROPÉENS Ce guide est destiné à vous aider à préparer votre entretien, en vue de souscrire un contrat d assurance de responsabilité

Plus en détail

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie Maintenance des installations d éclairage public Rapport annuel consolidé 2013 sur 163 communes Syndicat Départemental d Energie Sommaire Sommaire... 1 I Préambule... 2 L entretien préventif annuel...

Plus en détail

Signalétique Multisensorielle

Signalétique Multisensorielle sigma systems Signalétique Multisensorielle Accessibilité pour Tous dans les Etablissements Recevant du Public sigma systems signalétique des lieux publics Siège Social : ZA de Kerourvois Nord Ergué-Gabéric

Plus en détail

CONTRÔLES D HYGIèNE ET DE QUALITÉ D HÔTELLERIE ET DE RESTAURATION

CONTRÔLES D HYGIèNE ET DE QUALITÉ D HÔTELLERIE ET DE RESTAURATION CONTRÔLES D HYGIèNE ET DE QUALITÉ DANS LES établissements D HÔTELLERIE ET DE RESTAURATION 2 Table des matières 4-5 Présentation de SGS 6-7 Renforcez votre réputation 8-9 Programme d évaluation: «Hygiene

Plus en détail

OPERATION INTERMINISTERIELLE VACANCES (OIV) EN CHARENTE-MARITIME

OPERATION INTERMINISTERIELLE VACANCES (OIV) EN CHARENTE-MARITIME OPERATION INTERMINISTERIELLE VACANCES (OIV) EN CHARENTE-MARITIME Mercredi 25 juin 2014 à 9h30 à l'aquarium de La Rochelle Contact presse Préfecture de la Charente-Maritime / Service départemental de la

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS)

Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS) Logo de l organisme de Formation Intitulé Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la formation

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail