Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance"

Transcription

1 Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance Pr Ndeye Coumba Touré Kane Laboratoire de Bactériologie-Virologie CHNU A. Le Dantec-Dakar-Sénégal

2 Introduction F VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) SIDA (Syndrome de l Immunodéficience Acquise) F VIH/SIDA: Description début 1980 VIH-1: décrit en 1981/ isolé en 1983 VIH-2: décrit en 1985 / isolé en 1986 F ONUSIDA 2013: 35,3 (32,2-38,8) millions PVVIHs dans le monde en fin 2012 Plus de 25 millions sont déjà décédées du SIDA depuis sa description 25 millions de PVVIHs en Afrique (69%) F Nouvelles infections: Progression dans certains pays Diminution mondiale continue 2

3 Introduction F Thérapie antirétrovirale (TAR): Améliorer la qualité de vie des PVVIHs Diminuer les risques de transmission du VIH TAR à vie (Plusieurs facteurs) Maintien Réplication virale Sélection de virus Résistants Echec du TAR Erreurs RT Nécessité de surveiller: les taux de résistances l ampleur de la diversité génétique du VIH Description dans les populations clés (HSHs) Grande diversité VIH Zones où co-circulent plusieurs souches: Double infection (Recombinants) 3

4 Probléma*que Développement de résistance aux ARV Problème préoccupant dans PEC Efficacité limitée des ARV Compliance faible des patients Durée du traitement : TTT à vie Variabilité du virus Résistance (paramètres cles du suivi biologique) Défaut! Changement tardif ou inapproprié

5 Résistances du VIH aux ARVs F Résistance Naturelle Primaire ou transmise (Chez des patients naïfs) Secondaire= acquise (Chez des patients sous TAR) Non-observance Posologie insuffisante Interaction médicamenteu se Réplication virale en présence d ARVs Sélection de variants mutés Résistance Echec thérapeutique Barrière génétique faible F Dépend Mécanismes de facteurs varient selon les classes ou selon l ARV dans une même classe 5

6 Traitement ARV PED Basé sur les RecommandaHons de l OMS AugmentaHon Accès +++ =! + 10 millions sous ARV Les ouhls de monitoring sont cliniques, immunologique et virologique PED : Le critère virologique = "gold standard non réalisable en prahque dans la majorité des centres de prise en charge

7 Évolution des Recommandations OMS suivi Biologique 2002 CD4+/- CV CD4 + CV +/- Seuil copies 2010 CV tous les 6 mois si possible CV pour confirmer échec Seuil copies 2013 CV moyen préféré pour le suivi Seuil copies CD4 seuil a 500 7

8 Traitement antirétrovirale (TARV) Ttt ARV (Révolution) / Infection à VIH (Infection chronique) Recommandations OMS 2013 CD4 < 500 cellules/mm3 1 ère ligne : 2INRT + 1INNRT ++ 2INRT + 1IP boostée M6 (CV< 50 cp/ml) Echec : viro, immuno, clinique 2 ère ligne : 2INRT + 1INNRT ++ 2INRT + 1IP boostée (+ puissant) 8

9 Résistance aux ARV Catégories (mutations) Majeures / impact (site actif) Mécanisme : dépend de la classe d ARV et de la mol en présence Mineures/ impact si associées/ à dist. Site actifs Rq : autres (gènes ne codant pas cibles thérapeutiques : sites de clivage de gag (cert. impact : IP) 9

10 immunological Figure 2 illustrates and clinical how virological failure. failure detects treatment failure and the development of drug resistance before Le suivi FIGURE immunological virologique 2: VIROLOGICAL and clinical détecte failure. MONITORING plus précocement les DETECTS échecs de TREATMENT traitement FAILURE que le suivi EARLIER clinico- FIGURE 2: VIROLOGICAL MONITORING DETECTS TREATMENT Detection immunologique of Detection FAILURE of EARLIER Detection of Level CD4 Cell Count Level CD4 Cell Count Limit of detection Limit of detection Viral Load Viral Load Virological failure Detection of Virological failure Detection of Immunological failure Resistance on NNRTI Resistance on NNRTI Resistance Resistance on BPI on BPI Detection of Clinical failure Early Early detection detection Late detection Very Very late detection late detection Time NNRTI: NNRTI: non-nucleoside reverse transciptase inhibitor; BPI: boosted protease inhibitor. inhibitor. Source: Source: Adapted Adapted from from Bartlett Bartlett J, Shao J, JF: JF: Successes, challenges, and and limitations limitations of current of current antiretroviral antiretroviral therapy therapy in in low-income and middle-income countries. countries. Lancet Infect Dis 2009, 9: Lancet Infect Dis 2009, 9: Adopted from T. Roberts MSF at IAS 2013 Immunological failure Clinical failure need they of adherence are most suppor need interventions mother-to-child can help dir tr they are targeted most needed. adherenc This mother-to-child pregnant women transmiss targeted adherence counse drug resistance (a pregnant women and lacta drug There resistance are (and numero there adherence these There are numerous prac adherence and pharmacy these include sto and pharmacy can lead stock-outs. to period can lead taking. to periods 17, 18 Psychos of imp taking. can 17, 18 also Psychosocial decrease fact a can also the decrease most importan adherenc the most settings, important included barrier settings, abuse, included: forgetfulnes fear o abuse, forgetfulness, suspic complicated, numb complicated, number of pil and family respons and family responsibilities, Support Support programmes programm are interventions. interventions. 20 Adherenc 20 Ad extremely extremely efficient efficien and c monthly monthly health-care health-ca relat should should therefore therefore be prior 10 Despite Despite many adherence many adh sub-saharan sub-saharan Africa has Afric be

11 Résistance secondaire Méta- analyse (Hosseinipour et al JID 2013:207 (Suppl 2) après 1ere ligne ( INRT + INNTI 76% - 90%! suppression ARN du VIH à 12 mois après le début du TAR. Echec virologique Résisitance à (60% - 72%) =! deuxième ligne Sinon mutahons thymid ine- analogiques, K65R et mutahons mulhnucléosides, courantes dans les cas d'échec du traitement idenhfiées par des méthodes cliniques ou im- munologiques. Environ 22% des pahents recevant un traitement de deuxième ligne ne réalisent pas l'arn du VIH sup- pression de 6 mois, avec une mauvaise observance, plutôt que la résistance du VIH aux médicaments, conduisant la plupart des échecs. La résistance à l'inhibiteur de protéase majeure au moment de l'échec de deuxième ligne varie de 0% à 50%,.

12 Réplica*on sous échec virologique Accumula*on de muta*ons de résistance INTI M184V M41L T215Y D67N K70R L210W TAMs K219Q Q151M INSERTION 69 3TC FTC AZT D4T ddi TDF ABC ABC ddi AZT D4T MDR 3TC AZT D4T ddi ABC TDF

13 Résistance transmise Gupta/WHO., Lancet 2012

14 Evalua*on de la résistance Approche de l OMS Le but de l OMS est de minimiser la résistance du VIH aux ARV en : Réduisant le taux d émergence Réduisant le taux de la transmission Limitant les conséquences sur la Santé Publique 2 concepts Surveillance de la transmission des souches résistantes Monitoring (suivi des pa*ents sous ARV) 1 Evalua*on programma*que (IAP) Evalua*on des indicateurs d alerte précoces

15 Sénégal ISAARV ==1998 Gratuité des ARVs tests de diagnoshc et suivi immunovirologique depuis 2003 Suivi virologique centralisé à Dakar o Charge virale : J0, M1, M6 puis tous les 6 mois o Rebond virologique=> génotypage de résistance o PaHents des Cohortes et projets : suivi virologique régulier o PaHents hors projets : suivi +/- régulier Conséquences en terme de résistance aux ARV???

16 Prise en charge Sénégal: patients sous ARV en 2012 (78% de couverture) Couverture chez enfants % % Contraintes liées au TARV en pédiatrie: - formulations pédiatriques - Défaut d observance Emergence de la résistance Etudes d évaluation virologique chez adultes

17 Résistance secondaire à la thérapeutique antirétrovirale

18 Cohorte ANRS 1215/1290 Vergne L et coll % après 18 mois de suivi Low rate of genotypic HIV- 1 drug- resistant strains in the Senegalese government inihahve of access to anhretroviral therapy. AIDS Jul;17 Suppl 3:S31-8. Laurent C et coll % après 30 mois Long- term benefits of highly achve anhretroviral therapy in Senegalese HIV- 1- infected adults. J Acquir Immune Defic Syndr Jan 1;38(1):14-7. De Beaudrap P et coll. 3% (M12), 6% (M24) et 18% (M60) 27% en 24 mois en seconde ligne Risk of virological failure and drug resistance during first and second- line anhretroviral therapy in a 10- year cohort in Senegal: results from the ANRS 1215 cohort. J Acquir Immune Defic Syndr Apr 1;62(4):381-7

19 Cohorte ANRS 1215/1290 Leçons apprises Résistance aux ARV pas très différent des pays du nord Possibilité de réduchon de l émergence de mutahons de résistance aux ARV si condihons de suivi correctes Résultats => passage à l échelle et décentralisahon de TARV

20 Résistance aux ARV dans le système public de santé à Dakar

21 Patients en échec virologique à Dakar

22 Patients en échec virologique à Dakar Etude transversale chez 72 pahents en échec virologique Suivis au CTA et au SMIT (CHU de Fann) CV > 3 log 10 copies/ml (Abbog RealTime HIV- 1) Médiane de suivi de 40 mois [12-123] Charge virale médiane était de 4,73 log 10 copies/ml 1 ère ligne : 2 INTI +EFV/NVP 54/72 (75% 2 ème ligne : 2 INTI+1IP/r 18/72 (25%) 57 (76,4%) : au moins une mutahon de résistance aux ARV 72,2% sous 1 ière ligne 88,9% sous 2 ème ligne de traitement ARV

23 Patients en échec virologique à Dakar MutaHons aux INTI TAMs = 50,79% M184V/I = 34,92% MutaHons aux INNTI K103N (46,27%), V108, Y181 et K101 Muta*ons aux IP M46I et L76V (24% chacune)

24 Suivi dans le système public de santé à Dakar Projet ANRS 12186: 1 ère ligne de TARV Échec virologique: entre 2,9% et 20,6% à M12 entre 3,7% et 26,0% à M24

25 Suivi dans le système public de santé à Dakar Projet ANRS 12186: 1 ère ligne de TARV Sites: CTA, SMIT, CPS, Roi Baudouin N=635 Echec virologique Résistance parmi échec viro Résistance globale M12 (262) 7,9% (24/262) 70,8% (17/24) 6,5% (17/262) M24 (168) 10,7% (18/168) 83,3% (15/83) 8,9% (15/168)

26 Suivi dans le système public de santé à Dakar Projet ANRS 12186: 1 ère ligne de TARV Mutation INTI: M184V/I, K65R, TAMs Mutation INNTI: K103N, Y181C

27 Résistance en milieu décentralisé

28 Résistance DBS Résistance 1ère ligne à parhr de DBS 231 pa*ents dans 10 régions du Sénégal AZT- 3TC- NVP/EFV 80.9%; 187/231)

29 Résistance DBS Médiane de suivi de 18 mois (6 68 mois) Echec virologique 23,8% (55/231) Résistance globale 17,7% (41/231)

30 Résistance DBS

31 Résistance DBS : projet OOAS Etude mul*centrique sur DBS Guinée, Mali, Sénégal Virological monitoring of ART in HIV- 1 infected pahents from decentralized sexngs in Senegal, Mali and Guinea Conakry Diouara et al, soumis à An*viral therapy

32 Résistance DBS : projet OOAS Pays Guinée Mali Sénégal Total Sites de collecte Inclus INTI+1INNTI 94,8% 89,4% 95,7% 93,1%) Médiane de suivi 35 (6-108) 39 (6-136) 32 (6-112) 36 Echec virologique CV> ,2% (33) 10,5% (16) 26% (31) 19,6% (80) Résistance parmi échec virologique 67,8% 93,3% 70,3% 74,2% Résistance globale 13,9% 9,2% 15,9% 12,7%

33 Résistance DBS : projet OOAS

34 Projet DECVISEN (FM) Mbour (70 Km de Dakar) 166 pahents (115 femmes et 51 hommes) 162 (97,6%) sous 1 ère ligne AZT+3TC + NVP =65,1% AZT+3TC + EFV = 22,3% 4 (2,4%) sous 2 INTI + LPV/r CV et génotypage sur Plasma

35 Projet DECVISEN (FM) Médiane de suivi = 33,5 mois (4 148) Taux d échec virologique de 25,3%) < 300 copies/ml copies/ml copies/ml 5000 copies/ml < 300 copies/ml copies/ml 1000 copies/ml Total M (25%) 20 M (21,4%) 42 > M (26,9%) 104 P = 0,787 Échec virologique précoce mais stable

36 Projet DECVISEN (FM) Echec virologique 25,3% (42/166) Génotypage : 38 sur 42 souches Résistance parmi échec 86,9% (33/38) Résistance globale 19.9% (33/166) Résistance INTI+INNTI n = 28 Résistance INNTI seule n = 5 Résistance croisée ETR/RPV n= 18

37 Résistance transmise

38 Threshold survey: seuil d alerte

39 Threshold survey Prévalence faible de muta*ons de résistance au moment de l accès universel aux thérapeu*ques an*rétrovirales 266 séquences analysées en PR et RT, Pas de résistance : BF, RCI, SN, TH Résistance: 2 échan*llons du Vietnam

40 Résistance transmise 200 séquences analysées : 96 échan*llons à J0 (CD4 médian= : Observatoire de la résistance (CD4> : ANRS (CD4>500)

41 Evolution résistance transmise à Dakar Résistance faible et stable en dessous de 5% après 10 ans de circula*on des ARV à Dakar.

42 Résistance chez les enfants VIH+

43 Enfants infectés et résistance aux ARV Ø PTME pour lu er contre la transmission verhcale du VIH Ø Efficacité prouvée Ø UHlisaHon de molécules ARV Ø Ø NVP uhlisée en grande parhe AZT+3TC+NVP AZT+NVP Molécule à faible barrière généhque Maman Bébé Ø Possible acquisihon et archivage de mutahons de résistance Impact sur le traitement ARV

44 Enfants infectés et résistance aux ARV ObjecHfs v Evaluer le taux de résistance chez les infectés verhcalement par le VIH et enfants naïfs de trithérapie v Evaluer l échec virologique et la prévalence de la résistance chez les enfants sous première ligne de traitement

45 Enfants infectés et résistance aux ARV Méthodologie Prélèvements d enfants naïfs de HAART Etude transversale chez des enfants sous première ligne de TARV Support de prélèvement: papier buvard, sang total sur tube EDTA Technique ANRS pour le génotypage

46 Enfants infectés et résistance aux ARV Enfants sous première ligne de traitement ARV 176 enfants Site de référence (HEAR) 125 enfants Site décentralisé (CS Roi Baudouin) 59 enfants - Enfants âgés de 15 ans au plus - première ligne au moins 6 mois - Age médian = 7ans - Médiane de suivi = 20 mois Schéma thérapeuhque plus uhlisé AZT/3TC/NVP Kebe et al 2013

47 Enfants infectés et résistance aux ARV Enfants sous première ligne de traitement ARV Echec virologique (EV) 40 Pourcentages % Seuil de détectabilité 2% 5% 3% Seuil de l échec virologique selon OMS % Echec virologique (56%) 20% 18% 10% 2% 0 53% 55% Intervalles de charges virales du VIH-1 (copies/ml) 32%

48 Enfants infectés et résistance aux ARV Enfants sous première ligne de traitement ARV Echec thérapeutique et mutations de résistance Taux de résistance en cas d EV = 94% K219Q/E K70R D67N M41L TAMs = 40% Taux de résistance aux INTI = 85 % L210W T215Y/F Q151M 2% M184V/I 95% Prévalences

49 Enfants infectés et résistance aux ARV Enfants sous première ligne de traitement ARV Echec thérapeutique et mutations de résistance Taux de résistance aux INNTI = 99 % P225H 6% Y188L 13% K101E 21% G190A 23% Y181C 32% K103N 34% Pas de résistance aux IP Prévalences

50 Résultats Enfants infectés et résistance aux ARV 25 enfants Âge médiane: 5,5 mois Résistance aux ITI chez 8 :32% Résistance aux INNTI chez tous les 8 Enfant Age (mois) Prophylaxie mère Prophylaxie enfant Mutations: K103N, Y181C, K101E Mutations de résistance aux INNTI Mutations de résistance aux INTI # AZT-3TC-NVP AZT-NVP K103N D67N # AZT-3TC-NVP Non V90I, Y188L - # AZT-3TC-NVP NVP K103N, Y181C - #5254 1,5 AZT-NVP AZT-NVP K101E, V106M - # AZT-3TC-NVP AZT-NVP K101E, V106M, P225S D67N Prophylaxie Résistance 6,5 fois plus élevée en cas de prophylaxie (p<0,05) # D4T-3TC-NVP AZT-NVP Y181C, H221Y - # Non NVP K103N - # NVP AZT-NVP - - #7225 1,5 AZT-3TC-NVP NVP - - # AZT-3TC-NVP AZT-NVP - - #7041 1,5 AZT-3TC-NVP No - - # AZT-3TC-NVP No - - # D4T-3TC-NVP AZT-NVP - - # Non Non - - # Non Non - - # Non Non - - #7399 1,5 Non Non - - # Non Non - - # Non Non K101E - Kebe et al 2014 # Non Non - - # Non Non - - #6048 1,5 Non Non - - # Non Non - - #6028 1,5 Non Non - - # Non Non - -

51 Au Sénégal Conclusion Dakar, résistance PaHents «hors cohortes» équivalente à ANRS 1215/1290 Résistance secondaire élevée dans les régions Pas de données de résistance transmise En général pour les Programmes Surveillance de la résistance Mise en place suivi virologique +++

52 Conclusion

53 Partenaires DLSI, CNLS et Projet Fond Mondial ANRS et UMI 233 (IRD Montpellier) OOAS WANETAM CHAIN

54 Merci de votre a,en.on

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux ETUDE DE DEUX CAS D ECHEC VIROLOGIQUE AUX ANTIRETROVIRAUX A L INSTITUT D HYGIENE SOCIALE (IHS) DE DAKAR Study of two cases of virological failure of the antiretroviral in the Institute of Social Hygiene(ISH)

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury 1 er cas SIDA MONO BI HAART (TRITHERAPIE) 1981 1987 1991 1992 1991 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR Suivi de l emergence des résistances aux ARV et facteurs associés au Sénégal Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR HIV Drug Resistance Programme de TARV Résistance Transmise

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012 Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique Solthis le 28/06/2012 Évolution des recommandations OMS pays à ressources limitées 2002 2006 2010 d4t +++ d4t ± Arrêt d4t, AZT ++, TDF ++ CD4+/- CV

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Approches de Traitement du VIH. Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses

Approches de Traitement du VIH. Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses Approches de Traitement du VIH Franck V. TURENNE, MD Université Notre Dame d Haï> Programme Post- Gradue de Forma>on en Maladies Infec>euses Plan Contexte Stratégique et Historique pour les Nouvelles Recommanda>ons

Plus en détail

Echec virologique et Résistance virale

Echec virologique et Résistance virale Echec virologique et Résistance virale Pr Christine KATLAMA SOLTHIS Niamey Journées Scientifiques octobre 2009 Incidence pour 1000 personnes-années Les acquis de la Recherche Clinique La progression de

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Auteurs. Services 1: Laboratoire de Pharmacologie, ABROGOUA D.P*. 1,4 PETIT C. 2 BAUDON D. 3 KABLAN B.J. 1

Auteurs. Services 1: Laboratoire de Pharmacologie, ABROGOUA D.P*. 1,4 PETIT C. 2 BAUDON D. 3 KABLAN B.J. 1 AIDE A LA DECISION THERAPEUTIQUE ET PHARMACO-ECONOMIQUE DANS LES STRATEGIES ANTIRETROVIRALES DES PAYS A RESSOURCES LIMITEES : APPROCHE METHODOLOGIQUE PAR MODELISATION Auteurs ABROGOUA D.P*. 1,4 PETIT C.

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique?

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Dr Bernard Masquelier Journée AC11 ANRS, 2008 Introduction: problème posé /méthodes de détection (1) Sous-populations minoritaires:

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

VIH et Procréation. C Jacomet 2011

VIH et Procréation. C Jacomet 2011 VIH et Procréation C Jacomet 2011 Options pour les couples avec infection VIH ayant un désir d enfant Quelles options? Procréation médicalement assistée Procréation naturelle Adoption Risques à considérer

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS

PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS PLATEFORME DE RECHERCHE BIOLOGIQUE, TRANSFERT DE COMPETENCES AU CeDReS (Centre de Diagnostic et de Recherche sur le SIDA et les Affections Opportunistes) Hervé MENAN, Christine ROUZIOUX HISTORIQUE 1992

Plus en détail

Etude APROVIR: Résumé du protocole

Etude APROVIR: Résumé du protocole AntiPROtéases COhorte Résumé Objectif principal Etudier l'évolution clinique et biologique des patients infectés par le VIH débutant un traitement avec antiprotéase dans le contexte de la pratique actuelle

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

«Approches comparées des politiques

«Approches comparées des politiques «Approches comparées des politiques d accès aux ARV en Afrique et spécificités du programme camerounais» Semaine de la France au Brésil L accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud : 20 ans après l

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Recommandations rapides

Recommandations rapides Recommandations rapides Traitement antirétroviral de l infection à VIH chez l adulte et l adolescent Novembre 2009 Catalogage à la source: Bibliothèque de l OMS: Recommandations rapides : traitement antirétroviral

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 13INI101 Sénégal / Evaluation des coûts et des mécanismes de financement pour renforcer l accès aux soins de qualité pour les PVVIH I. Contexte Demandeur : CNLS En 2006,

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Ministère de la Santé Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs PNLS Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent

Plus en détail

Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012

Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012 74e JOURNEE FRANCAISE DE MEDECINE - 4 MAI 2012 Grossesse chez la femme infectée par le VIH en 2012 Pr Laurent Mandelbrot Service de Gynécologie-Obstétrique, Pôle Femme/Enfant Hôpital Louis Mourier, Colombes

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

VIH. Dr Chakib ALLOUI. Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny)

VIH. Dr Chakib ALLOUI. Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny) VIH Dr Chakib ALLOUI Laboratoire de Bactériologie, Virologie, Hygiène CHU Avicenne Université Paris 13 (Bobigny) DCEM 1, le 23.10.2007 Historique 1981 Juin : premiers cas groupés de pneumocystose chez

Plus en détail

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Notes Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Module 5 Contexte Les traitements ARV sont des médicaments destinés à bloquer la multiplication du VIH. Leur bonne utilisation chez

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

Modélisation au service de la recherche en santé publique

Modélisation au service de la recherche en santé publique Modélisation au service de la recherche en santé publique Kenneth A. Freedberg, MD, MSc Massachusetts General Hospital Harvard Medical School Journées scientifiques PAC-CI 2012 16 Février 2012 Financements:

Plus en détail

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013

Désir d enfant et grossesse Laurent Mandelbrot et le groupe d experts - Septembre 2013 - Septembre 2013 Désir d enfant C est une aspiration légitime, à aborder lors du suivi de toute femme ou homme vivant avec le VIH L information du partenaire comporte 2 aspects : le partage du secret sur

Plus en détail

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien 14 15 octobre 2010 Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien Bruno Hoen 1 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle

Plus en détail

Protocole National PREVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MERE A L'ENFANT

Protocole National PREVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MERE A L'ENFANT REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DUCONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA & LES IST PNLS Protocole National PREVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MERE A L'ENFANT

Plus en détail

Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités. Juin 2013

Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités. Juin 2013 Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde : résultats, impact et opportunités Juin 2013 RÉSUMÉ Le point 2013 de l OMS sur le traitement de l infection à VIH dans le monde

Plus en détail

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux 9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux La résistance aux antirétroviraux est liée à la sélection de quasi-espèces virales comportant des mutations dans les gènes de la transcriptase inverse, de la protéase,

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Programme en réponse à l appel d offres UNITAID: Diagnostic TB, Paludisme et VIH

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Pr Vincent Calvez. Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière

Pr Vincent Calvez. Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière Pr Vincent Calvez Université Pierre et Marie Curie INSERM 1136 Hôpital Pitié-Salpêtrière IAS Résistance aux antirétroviraux ANRS AC11 Résistance aux antirétroviraux ANRS AC5 Essais Thérapeutiques Variabilité

Plus en détail

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada

Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Agence de santé publique du Canada Public Health Agency of Canada Les souches VIH-1 et la pharmacorésistance primaire au Canada Rapport de surveillance en date du 31 mars 2004 mai 2005 Les souches VIH-1

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION?

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? Journée de formation infirmier(e) 7 octobre 2015 Guillaume Gras - CHU Tours Voltaire (1694-1778) «Les médecins prescrivent des

Plus en détail

LA RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX DOCUMENT ANALYTIQUE

LA RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX DOCUMENT ANALYTIQUE LA RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX DOCUMENT ANALYTIQUE SURVEILLANCE DE LA RÉSISTANCE DU VIH AUX ANTIRÉTROVIRAUX CHEZ LES ADULTES QUI COMMENCENT UN TRAITEMENT ANTIRÉTROVIRAL (RÉSISTANCE DU VIH AUX

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Montant de la subvention Durée totale des

Plus en détail

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée

Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Campagne de communication MSF 2012 Lutte contre le VIH/SIDA en RDC : L urgence ignorée Note explicative janvier 2012 UNE SITUATION ALARMANTE Le VIH touche un nombre impressionnant de personnes en République

Plus en détail

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 «Réponse au traitement antirétroviral initié pendant ou en dehors de la grossesse chez des femmes infectées

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015. Une étape majeure pour la recherche d un CANDIDAT VACCIN contre le virus du SIDA

DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015. Une étape majeure pour la recherche d un CANDIDAT VACCIN contre le virus du SIDA DOSSIER DE PRESSE SEPTEMBRE 2015 Une étape majeure pour la recherche d un CANDIDAT VACCIN contre le virus du SIDA «Foi et persévérance» ont permis à Corinne TREGER de continuer le chemin qu elle avait

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet :

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet : CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING Projet : Mise en place d une unité de virologie à dominante VIH au Centre Hospitalier de Saint Martin dans le but de mettre en œuvre des actions bilatérales de

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance

Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance Myron S. Cohen, MD (Président) Ouverture de la séance Bienvenue à tous, je m appelle Myron (Mike) Cohen; je suis le directeur du centre des maladies infectieuses à l Université de Caroline du Nord à Chapel

Plus en détail

L adhésion au traitement: les clés du succès

L adhésion au traitement: les clés du succès L adhésion au traitement: les clés du succès Dr Marie P. Schneider, pharmacienne Policlinique Médicale Universitaire Lausanne CHUV avril 005 Mme W.M. 970 Patiente d origine angolaise, en Suisse depuis

Plus en détail

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress

Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Rapport sur un nouveau médicament breveté Isentress Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats de ses examens des prix des nouveaux médicaments brevetés. Ces examens sont

Plus en détail

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Dr Vincent HABIYAMBERE, OMS/ Département du VIH/SIDA Dr Bianca Kamps, IDA HIV Group Dakar, Sénégal, Mars 2006 Plan de la Présentation Éléments

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

ACTES DE LA CONFÉRENCE

ACTES DE LA CONFÉRENCE ACTES DE LA CONFÉRENCE SOMMAIRE SYNTHÈSE GLOBALE DE LA CONFÉRENCE 3 OUVERTURE DE LA CONFÉRENCE 7 P r Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de Médecine, Institut Pasteur (message vidéo) ; M. David Gressly,

Plus en détail

Prise en charge des VIH en zone tropicale

Prise en charge des VIH en zone tropicale DU Médecine Tropicale Santé dans le Monde 2012 Prise en charge des VIH en zone tropicale Dr Elise Klement e.klement@cm-bligny.com 1. Accès aux traitements du VIH dans les PED Historique de l accès au traitement

Plus en détail

Etude NONUKE ANRS 108

Etude NONUKE ANRS 108 Etude NONUKE ANRS 108 Etude randomisée, comparative évaluant l impact de l interruption des analogues nucléosidiques chez des patients infectés par le VIH et présentant un syndrome de lipoatrophie sous

Plus en détail

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance Réplication résiduelle Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance ART bloque la réplication virale avec persistance de ADN viral intégré Taille du réservoir est établie avant

Plus en détail

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE

Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Maladies àprévention vaccinale chez les personnes vivant avec le VIH VACCINATION CONTRE LA FIÈVRE JAUNE Nathalie Colin de Verdière CVI SMIT Hôpital Saint-Louis Une maladie toujours d actualité Données

Plus en détail

NOUVELLES APPROCHES GENOTYPIQUES POUR LE MONITORING DE RESISTANCE DU VIH AUX ARV DANS LES PAYS A RESSOURCES LIMITEES : CAS DU TCHAD

NOUVELLES APPROCHES GENOTYPIQUES POUR LE MONITORING DE RESISTANCE DU VIH AUX ARV DANS LES PAYS A RESSOURCES LIMITEES : CAS DU TCHAD Université de Liège Faculté de Médecine Laboratoire de Référence Sida NOUVELLES APPROCHES GENOTYPIQUES POUR LE MONITORING DE RESISTANCE DU VIH AUX ARV DANS LES PAYS A RESSOURCES LIMITEES : CAS DU TCHAD

Plus en détail

A. Kassi,E. Bissagnené

A. Kassi,E. Bissagnené Problématiques de la Co-infection VIH/Tuberculose dans le contexte de l accès aux soins et au traitement A. Kassi,E. Bissagnené Service de Maladies Infectieuses CHU de Treichville, Abidjan Co-infection

Plus en détail

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih 57 ème Répi Les résistances virales aux traitements anti-vih Le virus du sida est considéré comme le plus variable des agents viraux, à l origine d une maladie humaine ; cela est dû à son haut niveau de

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

THESE DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2. Mention : Epidémiologie et Santé Publique

THESE DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2. Mention : Epidémiologie et Santé Publique Université Victor Segalen Bordeaux 2 Année 2003 Thèse n 1078 THESE Pour le DOCTORAT DE L UNIVERSITE BORDEAUX 2 Mention : Epidémiologie et Santé Publique Présentée et soutenue publiquement Le 22/12/2003

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives

Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives Les 3Is dans la Prise en charge de la co infection TB/VIH: Etat de la mise en œuvre, défis et perspectives Dr Ndella DIAKHATE/ Dr Franck LULE OMS Dakar, 1 er au 03 juillet 2009 Politique de collaboration

Plus en détail