CR de la réunion du CSTA, 15 novembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CR de la réunion du CSTA, 15 novembre 2012"

Transcription

1 CR de la réunion du CSTA, 15 novembre 2012 Lieu : Visio-conférence entre Paris, Toulouse et Clermont-Ferrand. Participants: Toulouse: B. Piguet (BP), J. Poitevin (JP), M. Lothon (ML), T. Perrin (TP), L. Pérez (LP), J.P. Lagouarde (JPL), G. Roberts (GR) Paris: C. Flamant (CF), P. Chazette (PC), F. Auriol (FA), C. Abonnel (CA), A. Borbon (AB) Clermont-Ferrand: A. Schwarzenboeck (AS) Excusés : M. Zribi Secrétaire de séance : A. Bourdon Ordre du jour 1. Approbation du compte-rendu de la dernière réunion du CSTA et de l ordre du jour de la réunion 2. Point sur les actions CSTA en cours 3. Plan d investissement SAFIRE 4. Retour d expérience HYMEX ; préparation HYMEX SOP 2 et CHARMEX 5. Planning campagnes 2012, 2013 et Animation scientifique et journée(s) de présentation de SAFIRE 7. Avancement des traitements de données aéroportées 8. Prochaine réunion Le CR de la dernière réunion CSTA est validé en début de séance. 1. Point sur les actions CSTA en cours Action : Renouvellement flotte : prévoir une journée dédiée à cela dans le 1 er trimestre Un comité est constitué pour réfléchir à la mise en place de cette journée et essayer de récolter les desiderata de la communauté scientifique (groupe de travail composé de ML, AB, GR, CF, AS). Définition d une nouvelle action. ACTION (nouvelle): Le groupe de travail composé de ML, AB, GR, CF et AS prépare la journée de réflexion au printemps Action : Besoins en caméras / prises de vues. Il est difficile d avoir un retour clair de la part des utilisateurs, néanmoins des demandes existent déjà, comme pour le projet TC2 pour le F20 et la campagne CHARMEX pour l ATR. L installation de caméras relativement simples avec un angle de visée assez grand, en visée vers le bas et vers l avant pour les deux avions est décidée. SAFIRE peut donc acheter 4 caméras pour qu elles soient installées sur les avions lors du 1 er semestre Action close. Action : Pas de consensus des tutelles sur un nouveau mode de financement des campagnes avion. Le mode de tarification actuel est donc toujours en cours. En 2013, il y aura une mise à niveau du coût des heures de vols du F20, en particulier au tarif partenaire, pour prendre en compte le coût élevé du contrat d entretien des moteurs. Action close. Action : Budget pour le CSTA. La situation financière étant compliquée actuellement, il semble difficile de mettre en œuvre un nouveau budget géré par le CSTA. Néanmoins Joël rappelle que des financements existent à SAFIRE. Le CSTA peut donc proposer au CD une liste d investissements qui peut couvrir des achats d instruments sur étagère comme des développements instrumentaux. Les investissements de SAFIRE ne couvrent que les besoins de la communauté scientifique au sens large et non ceux dédiés à un laboratoire. Il s agit le plus souvent de dossiers matures d un point de vue opérations et recherche. Il faut, dans la mesure du possible, indiquer pour chaque investissement les sommes précises et les délais de mises en

2 œuvre. En ce sens, le CSTA instruira des dossiers (y compris de la R&T) au fil de l eau qui seront reversés dans le Plan d Investissement SAFIRE une fois le coût chiffré (cf. Section Investissement). Action close. Action : L inventaire des données sur les vols cendres volcaniques doit être mené jusqu au bout, notamment pour la partie filtres. Les scientifiques impliqués renvoient les articles scientifiques à SAFIRE et au CSTA. A ce jour, 2 articles sont recensés : Chazette et al. (Falcon 20) et Schwarzenboeck et al. (ATR 42). Action en cours. ACTION (nouvelle): AS contacte l INERIS pour obtenir les infos filtres. Action : Les gens impliqués ne sont pas spécialement intéressés par cette réunion, car ils ont déjà accès aux données Airbus et le projet HAIC apportera beaucoup. Action close. Action : Accès Axess Europe : ce projet n a pu aboutir car le timing était trop serré pour le dépôt du dossier. Action close. Action : Intégrer la cal/val AEOLUS en juin et juillet 2014 sur le F20 dans le plan de charge SAFIRE. Il est prévu de faire voler LNG avec la Haute Résolution Spectrale (HRS), et de faire des vols après le lancement du satellite, dans le sud de l Espagne. Alain Dabas et Patrick Chazette sont les demandeurs et doivent tenir SAFIRE au courant tous les semestres de l avancement du lancement satellite, afin de libérer le créneau réservé en cas de décalage. De plus, le CSTA doit prévenir les experts du LNG pour étudier comment faire pour que LNG soit opérationnel à cette période avec la HRS. Action : Concernant l instrument SPIRIT, le contact a été pris et les documents de description instrumentale seront fournis à SAFIRE par V. Catoire à la fin du mois de Novembre. Action close. Action : V. Catoire a clairement exprimé son intérêt à participer à TC2. La communauté TC2 a également exprimé son intérêt pour l instrument SPIRIT. Il faut que le projet TC2 dégage des fonds pour payer des missions. Action close. Action : Colloque Hyperspectral en juin 2012 à Toulouse : CF y a présenté le PNTS et SAFIRE. L ONERA a été intéressé, les autres utilisateurs moins. Les retombées sont positives notamment coté ONERA avec la mise en place de quelques campagnes en Action close. Action : Organisation d un colloque de présentation de SAFIRE et de son offre. Les communautés hyperspectral, surface océanique et continentale, IR thermique, mais aussi atmosphère sont visées, avec une présentation programmée au printemps Il y aurait une présentation générale de l offre SAFIRE, des possibilités scientifiques avec des exemples concrets de campagnes effectuées, visite des avions, puis tables rondes en fonction de leurs thématiques scientifiques. Action : JPL a envoyé les informations à CF pour la partie hyperspectrale, surface et IR thermique. Il faut que tous les membres du CSTA envoient la liste des personnes potentiellement intéressées à CF en vue de la préparation de la journée de présentation de SAFIRE (cf. Action 12.06). Action : Agnès propose d inclure les instruments de SAFIRE dans le recensement des instruments existants (commerciaux et labo, dédié à l aéroporté mais aussi sol à avionner), et d évaluer leur mise en œuvre sur le terrain. Le but est de faire un bilan et des propositions d investissements pour la prochaine réunion CSTA. Action : Imageurs hyperspectraux pour SAFIRE. Jean Pierre a fait le bilan de ce qui vole sur les avions EUFAR, SETHI, et autres. Il en ressort que les coûts tournent autour de 80 à 250 K (instruments commerciaux FLIR intéressants dédiés à l aéroporté notamment). Le choix du porteur sera déterminant pour la sélection des instruments. Un tableau sera envoyé rapidement par Jean Pierre. Un point spécifique sera fait au prochain CSTA. Action : Priorité d investissement SAFIRE. La liste a été faite par échange d s après le CSTA. Action close. Action : Utilisation d un A340 d Airbus pour une campagne scientifique. Un a été envoyé par ML au CSTA avec quelques questions à poser à Airbus. Marie enverra de nouveau cet pour que tous les membres puissent ajouter des questions si nécessaire, et essayer d imaginer quel type de projet pourrait être fait. SAFIRE aidera ensuite ML à obtenir des réponses auprès d Airbus.

3 2. Liste investissements Les discussions ont porté sur les investissements potentiels suivants : Néphélomètremètre & CAPS : Greg et Alfons précisent qu il y a un besoin d avoir un néphélomètre embarqué (notamment pour CHARMEX) car tous les néphélomètres disponibles dans la communauté sont utilisés pour la campagne sol. Alfons trouve qu il y a un intérêt important d avoir le CAPS pour la partie SOP 1 de CHARMEX. Il apparait néanmoins qu un néphélomètre et un CAPS seront installés dans AVIRAD pour CHARMEX. Eau liquide : Remplacement du King Probe par un LWC-100 (20 k options comprises). Centrale INS : Le Falcon et l ATR sont maintenant équipés d une centrale IXSEA. Ces données étant importantes il faut voir comment faire pour sécuriser ces mesures. On peut soit acheter une autre centrale IXSEA de rechange, soit avoir un contrat avec le fabriquant pour assurer une mise à disposition d une centrale de rechange, soit étudier l achat d une centrale de moins bonne qualité. On attend un retour du fabriquant. TP précise que les centrales de moins bonne qualité ne correspondent pas aux besoins, cela a été vérifié lors de tests en vol il y a 3 ans. Capteurs pression et température : Capteurs faits à la demande, délais très longs. Il est proposé d acquérir 2 capteurs de température pour sécuriser cette mesure. Capteurs humidité : les mesures d humidité ne donnent pas entièrement satisfaction. Le Licor reste le seul instrument de mesure des flux d humidité depuis que le Lyman alpha est en panne. Le LA suit néanmoins un projet américain de construire un nouvel Lyman alpha, afin d être en mesure par la suite d en développer un pour la communauté. Radiomètre Climat : CEE332 pour spare ou visée haut, suite demande du LOA. La priorité n est pas forte pour cet instrument. Mesures des champs électriques : voir avec l ONERA. ACTION (nouvelle): CF reboucle avec les scientifiques intéressés pour voir s il y a d autres alternatives aux mesures proposées par l ONERA. Mesures de SO2. Cette demande sera incluse à la réflexion en cours sur le devenir de l instrumentation de chimie menée par Agnès Borbon qui sera présentée au prochain CSTA. Mesures de l orientation des cristaux de glace. ACTION (nouvelle): CF reboucle avec le LaMP pour voir si cette demande est reliée à un instrument potentiel. Mesures d IRT : Cette demande sera incluse à la réflexion en cours sur l instrumentation hyperspectrale et IRT menée par Jean Pierre Lagouarde et présentée au prochain CSTA. Lidar aérosol : nouvelle offre plus complète de Leosphère, comprenant un lidar complet, un laser de rechange et des services (formation à la mise en œuvre, et en option les services de diagnostics d intervention hotline et physique) pour 152 k. Joël pose la question de l expertise de la maintenance au-delà du 1 er contrat proposé. Il semble que Leosphère ne veut pas s engager sur la possibilité d assurer la maintenance au-delà de 2 ans. Que faire pour avoir l expertise en dehors de Leosphère? La durée de vie de la tête laser est d environ 3 ans s il fonctionne tout le temps. Néanmoins, l expérience semble montrer que pour l utilisation qui en serait faite la durée de vie serait plus importante, minimum 6 ans selon PC. Ce dernier pense que c est une bonne affaire. Le LSCE s engage à pouvoir prêter main forte si besoin suivant ses disponibilités. ACTION (nouvelle): LP devra s assurer rapidement auprès des services juridiques du CNRS ou de Météo France si les conditions de service et de vente sont acceptables ou non. Dropsondes sur ATR : Il aurait été intéressant de posséder un système de largage de dropsondes sur l ATR pour HYMEX, et probablement pour d autres campagnes. ACTION (nouvelle): SAFIRE étudie la faisabilité de l intégration dans l ATR d un système de largage de dropsondes, les différentes possibilités de systèmes de largage et les coûts associés pour le prochain CSTA.

4 ACTION (nouvelle): CF faut une synthèse des besoins en termes d espace et de connectique dans la dropsonde pour permettre d y inclure d autres instruments. Les achats du GPS différentiel, de l UHSAS et les caméras visibles simples ont été validés par le CD, et n ont pas à être inclus dans la liste d investissements de ce jour (cf. Annexe 2). Propositions du CSTA sur une liste d investissements instrumentaux à lancer : 1- Mesures de base SAFIRE : LWC 100 (remplacement King Probe) 20 k + capteurs température 8 k + spare Licor 17 k soit un total de 45 k 2- Lidar Leosphère pour 153 k 3- Centrale IXSEA pour 120 k 4- Néphélomètremètre pour 54 k et CAPS pour 20 k 5- Climat 6- CDP De plus, le CSTA continue d investiguer sur les points suivants, qui pourront être inclus à tout moment dans le plan d investissement : 1- Chimie atmosphérique 2- Infrarouge Thermique 3- Mesure du champ électrique 4- Dropsondes sur ATR 5- Mesure d humidité rapide 3. Retour d expérience HYMEX Il y a eu de gros soucis avec la DGAC sur les plans de vols. Il a été possible de faire des plans de vols côté militaire, mais il y a eu de grosses difficultés côté civil. Pour autant, il n y a pas eu de soucis en Espagne et Italie : la seule limitation imposée était d utiliser des points aéronautiques pour faciliter le travail des contrôleurs. Quels sont les moyens disponibles pour se faire entendre auprès de la DGAC? Il faut continuer à faire remonter le plus haut possible côté CNRS pour que des actions soient menées par celui-ci. Côté Météo France, Philippe Bougeault tente d organiser un contact entre le PDG de Météo France et la DGAC à ce sujet. Il faut faire remonter l info pour le CS Mistrals du 28 novembre. ACTION (nouvelle): CF reboucle avec JM Flaud concernant le retour d expérience HYMEX avant le CE MISTRALS du 28 novembre ACTION (nouvelle): AB voit avec les PI CHARMEX pour faire une lettre retour TRAQA et inquiétudes pour 2013, pour le 28 novembre à destination du CNRS et MISTRALS. Concernant les OPS, quand il y a plusieurs avions en vol ou des pilotes en repos, il a été au moins une fois compliqué de pouvoir déposer les plans de vols. Il faudrait voir comment faire pour que le service de dépose de plans de vols puisse être fait dans ce cas. SAFIRE exprime que l investissement nécessaire pour mettre une 5 ème personne à disposition, en plus des pilotes, sera conséquent et que cela ne semble pas compatible avec les autres priorités. La communication entre sol/avion a été très intéressante. Dans le Falcon 20 cela s est très bien passé, les retours sont très positifs car la gestion directe par le PI scientifique a été un plus. Il serait souhaitable d investiguer sur la possibilité d envoyer à l avion des images radar du sol. ACTION (nouvelle): CF fournit à SAFIRE la taille des images radar à fournir. Dans l ATR, il aurait été souhaitable que le PI ait la main sur le «chat» ainsi qu une vision sur un écran de tous les instruments à bord. Le poste PI n avait pas les données SAFIRE de base.

5 Néanmoins, si cela est prévu auparavant, les données SAFIRE peuvent être distribuées sur n importe quel PC à bord. ACTION (nouvelle): SAFIRE réfléchit à comment installer le «chat» sur un poste dédié scientifique. Concernant le traitement des données, la mise en œuvre et les délais de livraisons, l ensemble effectué par TRAMM, le retour est très positif. Cela pourrait se faire sur les autres campagnes si cela est négocié auparavant entre les PI et TRAMM. 4. Planning des campagnes HYPEX/HYPXIM : Vol sur Piper au printemps avec caméras hyperspectrales de l ONERA, au tarif recherche pour les financements DGA et au tarif partenaire pour les financements TOSCA. Au mois de septembre, il y aura des vols Piper et un vol ATR. Il n y a pas de conflits avec d autres campagnes. Avis favorable du CSTA. ALIDS : Nouveau capteur développé par l IRSN et soutenu par EUFAR, 8 heures de vols en septembre Possibilité d installer ALIDS et les caméras de l ONERA. Avis favorable du CSTA. HAIC : un mois de campagne sécurisé, un deuxième mois en cours de négociation, à Darwin ou Guyane. Si c est en Guyane, il faudrait voir s il y a une possibilité de mutualisation avec une campagne TOSCA sur la thématique végétation. PC prendra contact avec AS pour étudier ce sujet. Retour des appels d offres INSU : une seule demande d utilisation du F20 pendant ADRIMED (projet CALIOSIRIS porté par F. Parol du LOA). Des vols F20 dédiés à la mise en œuvre de LNG ont été financés par le CNES pour ACTION (nouvelle): CF appelle Jacques Pelon (PI LNG) pour avoir des infos très rapidement sur les vols F20 prévus en Animation scientifique En termes d animation scientifique les actions suivantes sont prévues : Organisation d une journée de présentation de SAFIRE aux nouveaux utilisateurs. (à programmer au printemps 2013, voir action 12.06) Réflexion sur le renouvellement de la flotte (cf. Action 11.02) Organisation de groupes de travail thématiques : Au Royaume Uni FAAM et les scientifiques ont organisé quelques groupes thématiques pour échanger sur l instrumentation de l avion : protocoles, calibrations, mises en œuvre, veille techno, etc. Les vols dits de calibrage pourraient également être utilisés à cet effet. Il serait intéressant de mettre ce système en œuvre en France. Il est proposé de tenter de mettre en place un groupe thématique chimie, et de le mettre en œuvre si possible pour répondre aux besoins de CHARMEX (O3 et CO). Une journée par an semble raisonnable. ACTION (nouvelle): AB réfléchi à l organisation d une telle journée au printemps 2013, avant Charmex. Retour utilisateurs pour SAFIRE

6 SAFIRE a peu de retours des PI après les campagnes. Il y a plusieurs aspects : un aspect opérationnel, qui peut être fait juste à la fin de la campagne. Un aspect «mesures», qui pourrait être fait quelques mois après la campagne. Et enfin un aspect publication, à faire au fil de l eau pour que SAFIRE et EUFAR puissent recenser les impacts scientifiques des avions. Il est clair qu un retour d expérience vers SAFIRE au-delà de 3 mois ne présente plus trop d intérêt. Aussi ce travail doit être fait prochainement essentiellement autour des SOP 1 et 2 de HYMEX. Un débriefing des opérations pour les 2 SOPs sera effectué à Toulouse (CIC Météo-France) pendant 3 jours (15-17 avril 2013). SAFIRE a mis en place un questionnaire de satisfaction mais celui-ci n est pas utilisé. Il est possible de revoir ce questionnaire et de le proposer systématiquement au PI à la fin de chaque campagne. Il peut être intéressant de regarder les critères d évaluation utilisés par l AERES pour évaluer d autres UMS. Cela permettrait également d orienter certaines questions du questionnaire de satisfaction. ACTION (nouvelle): SAFIRE doit réfléchir sur ses attentes en termes d évaluation AERES et en informer le CSTA. 6. Point sur le traitement des données Campagnes récentes HYMEX-SOP1 : 2 PI avaient exprimé le besoin de disposer rapidement des fichiers au-delà des quick-look : - Pierre Durand (Turbulence sur ATR), - L'équipe Radar du Latmos, A. Protat/J. Delanoë (NASA-AMES pour radar). TRAMM a mis en place d un mode opératoire mêlant déplacement au HOC et travail à distance depuis Toulouse. Le ressenti du coté de TRAMM est que cela a plutôt bien fonctionné : - Les déplacements ont permis de répondre à des demandes supplémentaires : LaMP, Lidar. - Le travail a distance a marché : SAFIRE avait un bon réseau. - Cela a permis de ne pas trop bloquer les agents. BP fait remarquer qu en 2009, pour l AO , il avait rédigé, avec W. Maurel, une partie «Spécification des besoin en traitement. Il semble que cette partie n a pas été inclus dans l AO Actuellement, BP adresse cette demande aux PI au cas par cas, avant les campagnes. Les données sont transmises aux PI (pas encore à la BDD). Il reste à faire : Des traitements spécifiques des périodes de givrage La caractérisation fine du décalage temporel et de la dérive du LiCor 7500 (avec une précision de l'ordre de 0.05 sec.) TRAQA : La campagne était basée à Toulouse, et un PI avait exprimé un besoin (fourniture rapide de fichiers «turbulents» : nous avons mis en place un traitement «rapide» (J+1),et pu transmettre toutes les données dans les jours suivant les vols. Ces fichiers ont aussi été transmis à la BDD en juillet, et on considère qu il s agit d une «version 0». Il reste à faire, pour une version 1 : - Caractérisation fine du décalage temporel et de la dérive du LiCor 7500 (idem Hymex) - Ajout des mesure radiatives hémisphériques (pyranomètres/pyrgéomètres Kipp&Zonen) CAMPAGNES Début 2012 (ALTIUS, ITAAC-TC2, HYPATIE : HYPATIE : un traitement standard a été fait, livré en Juillet. Pas de retour du PI.

7 TC2 : La discussion sur la définition des livrables (contenu/formats) a eu lieu fin octobre. Le traitement est en cours, et les fichiers seront livrés la semaine prochaine. BLLAST : Les mesures rapides (25 Hz) ne sont pas encore dans la BDD, en attente du recalage fin du LiCor. FENNEC : Le jeu de fichiers validés à 1 Hz qui avait été rendu disponible pour les PI en début d année 2012 (contenu : Position-attitude-vitesse, PTU, vent3d, Climat, rayonnements hémisphériques sauf visible descendant) est maintenant officiellement dans la BDD (partie FENNEC de la BDD AMMA gérée par SEDOO). Campagnes anciennes EUCAARI (ATR, Pays-bas, cycle de vie des aérosols et nuages, 2008) A l époque, les mesures de vent vertical avaient un biais. Il n avait pas été corrigé, à cause de l absence de méthode rigoureuse disponible (pas d autre chose que les vols de calibrages passés, déjà dépouillés), et parce qu il ne gênait pas les études de turbulence (qui commencent par soustraire la moyenne). Les vols de calibrages de début 2011 ont permis de corriger ce biais. Cette correction n a pas été testée, ni appliquée sur les vols pre-2010, parce que la valeur du biais n était pas exactement la même. Une demande récente motive TRAMM à revenir sur ce dossier. TRAMM n est pas sûrs de parvenir à une «vraie» solution, mais nous essaierons de répondre à la demande. Pas de délai fixé, pour l instant. I-WAKE (ATR, Madère, été 2009) : Un intérêt a récemment été exprimé pour des mesures thermodynamiques rapides, qui n avaient pas été traitées/livrées à l époque. Cette action est prévue pour fin novembre-début décembre. 7. Prochaine réunion Le 21 mars, en visioconférence Paris/Toulouse/Clermont-Ferrand. 8. Liste des Annexes Annexe 1 : Liste des actions closes (pour mémoire) et en cours Annexe 2 : Liste d investissements soumis au CDA Annexe 3 : Plan de charge de SAFIRE

8 Annexe 1 : Actions closes (pour mémoire) et en cours 15/11/2012 Action Qui Quoi CF Le CSTA par la voix de son président informe la représentation française dans COPAL de l ordre des priorités entre rayon d action et emport CF Le CSTA doit mener dans les années qui viennent une réflexion sur le futur de la flotte française AD AD contacte P. Chazette et A. Schwarzenboeck afin de leur demander où ils en sont de leur projet et de les encourager à mener à bien leur projet de publication FD FD informera SAFIRE des décisions de l ANR et de MISTRALS sitôt celles-ci connues CF CF voit avec D. Hauser (LATMOS) si la campagne KUROS peut être décalée en cas de soucis mis en évidence pendant la maintenance (e.g. y a-t-il un besoin de coordination avec un bateau qui empêcherait un décalage?) CF CF fera le point à la fin du mois d avril 2011 du montage financier et des heures de vol High-IWC, ainsi que des solutions de financement pour les campagnes HYMEX de février-mars En juin 2011, une solution sera proposée pour la réalisation effective des 2 campagnes. Des éléments de réponse sont attendus dès le CD Avion du 17 mai CF CF discute avec les britanniques afin de savoir quelle solution ils ont retenue pour transmettre des sondages en temps réel sur le GTS depuis le BAE SAFIRE SAFIRE précise les travaux nécessaires pour l installation du moulin à champ de l ONERA et en évalue le coût CF contacte les britanniques pour avoir un retour d expérience sur les opérations de leur lidar FD FD contacte P. Chazette pour faire le point sur son intérêt de porter le projet SAFIRE SAFIRE monte un dossier sur la modification du radome ATR de rechange en en précisant notamment le coût CF CF contacte la communauté des chimistes et leur demande de préciser leurs priorités en termes d investissement SAFIRE précise le besoin en termes de caméra ou appareils photo en prenant contact avec D. Hauser (océanographie, LATMOS), J. Riedi (optique passive, LOA), P. Chazette (végétation/aérosols, LSCE), M. Zribi (surface, CESBIO) et J. L. Roujean (végétation surface, CNRM SAFIRE SAFIRE instruit le dossier du gyrocompas débrayable en en précisant notamment le coût. Statut/ Quand En cours SAFIRE SAFIRE précise le coût d une jouvence du PCASP100X et FSSP CF & CF & PC : instruire le calendrier et comparer les performances des PC lidar LEOSPHERE et IAOOS CF CF envoie un message aux directeurs d unité des labos INSU/OA afin de les sensibiliser aux objectifs du projet et de solliciter des contributions sur les volets «aérosols» et «chimie» SAFIRE LP tient le CSTA informé quant à la suite donnée par les tutelles de SAFIRE aux propositions faites par SAFIRE dans le cadre du mémorandum sur l achat à l avance des heures de vols par les tutelles CF CF interagit avec les tutelles de SAFIRE quant à la possibilité pour

9 le CSTA de disposer d un budget, et avec Jean-Marie Flaud (INSU) quant à la possibilité pour le CSTA d émettre un avis sur les propositions soumises en réponse à l AO INSU qui demande des financements pour du développement instrumental ou l achat de matériel destiné à être embarqué CF CF organise une réunion de travail «Volcan» début 2012 (CF, AS, PC + scientifiques impliqués + acteurs SAFIRE) pour définir des pistes pour l exploitation optimale des données Falcon et ATR. Dans un premier temps, CF fait un inventaire des données disponibles et de leur niveau de traitement CF CF organise une réunion de travail avec les chercheurs impliqués dans high-iwc et HAIC, d une part, et Air France, d autre part SAFIRE SAFIRE affine l évaluation du coût de certification des deux «pods» avant le 15 Novembre pour le prochain CD Avion SAFIRE SAFIRE et PC instruisent le dossier intégration du lidar canopée & PC dans le piper Aztec CF CF interagit avec la DT/INSU et F. Ravetta (LATMOS) afin de s assurer qu il n y ait pas de conflit de calendrier entre l intégration de LNG et LEANDRE 2 dans l ATR CF & SAFIRE CF et SAFIRE enquêtent sur les 2 années passées afin d évaluer le nombre d heures avion demandées et qui n auraient pas pu être réalisées faute de financements. En cours SAFIRE LP tient le CSTA informé de l évolution du partenariat Axess-Europe avec SAFIRE SAFIRE SAFIRE rajoute la campagne de cal/val AEOLUS dans le plan de En cours charge en juin-juillet 2014 dans l attente de précisions sur les dates effectives de la part de AD SAFIRE SAFIRE contacte V. Catoire pour étudier le coût de la certification et qu il fournisse l ensemble des documents à sa disposition pour la certification sur le F CF & CF et AS interagisse avec V. Catoire pour discuter de son AS implication dans TC2. SAFIRE est mis dans la boucle CF CF se rend au colloque «Hyperspectrale» à l ONERA à Toulouse en juin 2012 pour présenter le fonctionnement et le positionnement du PNTS. Il y présentera également l offre de service de SAFIRE. SAFIRE transmet à CF toutes les informations nécessaires CF & CF et SAFIRE organise une réunion de présentation de SAFIRE et En cours SAFIRE de son offre à Toulouse courant MZ & MZ et JPL transmettent à CF des listes de personnes à contacter En cours JPL pour leur faire connaître l offre de service de SAFIRE AB AB est chargé par le CSTA d établir la liste des priorités En cours d investissement pour la communauté «chimie atmosphérique» en concertation avec les partenaires impliqués JPL JPL précise pour le prochain CSTA les besoins éventuelles de la En cours communauté IR-Thermique CF CF prépare une liste des priorités d investissement pour SAFIRE, à soumettre rapidement au CDA CSTA Le CSTA réfléchi à la manière d informer la communauté INSU OA En cours et d inciter des projets communautaires autour des avions d Airbus CSTA Le groupe de travail composé de ML, AB, GR, CF et AS prépare la En cours journée de réflexion au printemps AS AS contacte l INERIS pour obtenir les infos filtres. En cours CF CF reboucle avec les scientifiques intéressés pour voir s il y a En cours d autres alternatives aux mesures proposées par l ONERA CF CF reboucle avec le LaMP pour voir si cette demande est reliée à un En cours instrument potentiel.

10 12.16 LP LP devra s assurer rapidement auprès des services juridiques du En cours CNRS ou de Météo France si les conditions de service et de vente sont acceptables ou non SAFIRE SAFIRE étudie la faisabilité de l intégration dans l ATR d un système En cours de largage de dropsondes, les différentes possibilités de systèmes de largage et les coûts associés pour le prochain CSTA CF CF faut une synthèse des besoins en termes d espace et de En cours connectique dans la dropsonde pour permettre d y inclure d autres instruments CF CF reboucle avec JM Flaud concernant le retour d expérience En cours HYMEX avant le CS MISTRALS AB AB voit avec les PI CHARMEX pour faire une lettre retour TRAQA et En cours inquiétudes pour 2013, pour le 28 novembre à destination du CNRS et MISTRALS CF CF fournit à SAFIRE la taille des images radar à fournir. En cours SAFIRE SAFIRE réfléchit à comment installer le «chat» sur un poste dédié En cours scientifique CF CF appelle Jacques Pelon (PI LNG) pour avoir des infos très En cours rapidement sur les vols F20 prévus en AB AB réfléchi à l organisation d une telle journée au printemps 2013, En cours avant Charmex SAFIRE SAFIRE doit réfléchir sur ses attentes en termes d évaluation AERES En cours et en informer le CSTA

11 Investissements instrumentaux proposés par SAFIRE Microphysique : Modification des têtes du CIP (10k ) Cette modification est proposée par DMT, et permet d améliorer la captation des hydrométéores, en évitant leur éclatement sur les bords. L investissement représenté par cette modification doit être évaluée de façon précise par les spécialistes de ce type de mesure (au moins GMEI et le LAMP). La remise à niveau des sondes type FSSP (100 et 300) ne semble pas opportune car DMT en arrête la maintenance. L achat d un CDP (~40k ), ou les CDP déjà présents dans la communauté, peuvent remplacer cette mise à niveau. Achat d une sonde UHSAS (proposée par Alfons). 120k. Sur crédits TC2? Eau liquide : Remplacement du king Probe par un lwc-100 ~20k (options comprises) Centrale positionnement : Nous sommes passés maintenant aux centrales ixsea sur les 2 avions. A priori ces centrales sont assez robustes et ont un taux de panne faible. Notre dernière expérience de panne de centrale pendant la campagne HYMEX montre qu il faut réagir vite afin d éviter de mettre en péril une campagne de mesure. Deux solutions peuvent être envisagées : - Une 3 ème centrale du même type en spare. L achat du même équipement est essentiel pour des raisons d homogénéisation d équipement (montage mécanique) et de traitement. Ce type d équipement coûte aux alentours de 120k. - Faire un contrat avec ixsea pour avoir une mise à disposition sous trois jours d une centrale de remplacement. Chiffrage en cours. Pression et température : Jouvence ou remplacement des capteurs. 2 capteurs de température en commande depuis près d un an ont été livrés ce 12 novembre. La société Goodrich a été fusionnée avec une autre société d où des délais de livraisons augmentés. Il n est pas certain que ces capteurs continuent d être disponibles. (~4.2k / sonde). Il serait intéressant d acquérir 2 nouveaux capteurs de température afin de sécuriser ces mesures. ( 4k HT / capteur soit 8k au total). Humidité : (jouvence) Nous avons acquis un 1011C. Le bilan est de 1 capteur / avion plus un capteur de spare. La mesure est sécurisée. Il faudrait attendre les résultats du projet Hypatie pour examiner les pistes d évolution de ces mesures. Doubler le LICOR7500-A qui est parfois une mesure essentielle. (~17k ) Radiométrie :

12 Des Kipp & Zonen ont été acquis cette année afin d avoir du spare pour les 2 avions( 1 jeu IR+VIS par avion). On peut envisager un CLIMAT (CE332 de CIMEL) soit pour un spare soit pour une visée vers le haut. C est une demande émise par le LOA. Prix à vérifier, probablement autour de 20k.

13 SAFIRE PLANNING SAFIRE PA23 Comment ATR ALTIUS KUROS KUROS TRAQA HYMEX SOP1 F20 ITAAC CORAC TC2 Ia Z+ 2A + 2A+ HYMEX SOP1 A 2012 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre 2013 Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre ATR HYMEX SOP 2 / KUROS ADRIMED 4 sem 3 sem SAFMED 3 sem HYPEX II F20 CORAC TC2 2A+ ADRIMED 3 sem CORAC TC2 II A PA23 HYPEX / HYPXIM Comment HypEX / HYPXIM : attente retour CSTA Campagne sup F20 : Vols transversaux Méditerranée LNG + Chimie sur 2 semaines? ATR F20 PA Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août HAIC HighIWC HAIC HighIWC Comment une campagne 5/6 vols ATR KUROS à programmer Septembre Octobre Novembre Décembre Code couleur campagne financée ou acceptée Vols calibration SAFIRE intention de campagne dont la demande de financement est en cours période d'intégration maintenance 13/11/2012

Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA)

Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA) Comité Scientifique et Technique des Avions de recherche (CSTA) Compte-rendu de la réunion du 26 septembre 2005 Lieu : Observatoire de Paris Secrétaire de séance : M. Dechambre, G. Ancellet Présents :

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES SAFIRE

OFFRE DE SERVICES SAFIRE OFFRE DE SERVICES SAFIRE Ce document a pour objectif d accompagner le futur utilisateur des avions de recherche en décrivant l offre de service de l unité SAFIRE et l organisation d une campagne aéroportée.

Plus en détail

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2

Mutualisation des moyens héliportés sur la région Bourgogne. Etude initiale 06.06.2013 V1.2 sur la région Bourgogne Etude initiale 06.06.2013 V1.2 Contenu 1. Contexte...3 1.1. Objectifs...3 1.2. Descriptif de l existant...3 2. Etude des solutions...3 2.1. Solution n 1 : uniformisation du système

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?»

«Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» «Les plans de prévention : quel minimum commun y intégrer pour être efficace?» Synthèse des réunions d échanges d expérience 20 et 27 juin 2013 Ordre du jour: 14h00 : Accueil des participants 14h15 : Présentation

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

La Pré-annulation Ircantec. Guide utilisateurs

La Pré-annulation Ircantec. Guide utilisateurs Validations Page 1/14 V7 Evolution SRV : La Pré-annulation Ircantec Guide utilisateurs Modifiée par : Véronique DELPECH 31/03/2015 O B J E C T I F S D E L E V O L U T I O N Afin d éviter un certain nombre

Plus en détail

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche 1 1 1 Contexte et enjeux Un engagement territorial pour le climat Objectifs du plan climat d ici 2020 : les 3x20-20% des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage

ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION. Outil de collecte des données de roulage ASSITANCE TECHNIQUE CONTRAT de PRESTATION Outil de collecte des données de roulage DATE : 28/10/2015 REFERENCE N VEH09-MOOVE-CDC3 1. INTERLOCUTEURS DU PROJET CHEF DE PROJET : Nom : Annie BRACQUEMOND Tél

Plus en détail

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic

Cahier des charges. Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic Cahier des charges Réalisation d une enquête de satisfaction en ligne auprès des bureaux d enregistrement de l Afnic CAHIER DES CHARGES ENQUETE ANNUELLE DE SATISFACTION 2 I. Contexte... 3 II. Objet...

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France

Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France Compte rendu de réunion du Conseil d Administration de Touch France Conférence téléphonique du Mardi 3 Avril 2012 Début de la réunion : 20h30 Présents : Marc Rosenstiehl, Sébastien Chassande, Sophie Carton,

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Paris, le 20 février 2004

Paris, le 20 février 2004 Paris, le 20 février 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets de région (directions régionales des affaires culturelles) Mesdames et Messieurs les préfets

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

TIERS PAYANT ETENDU SANTE-PHARMA NOTE TECHNIQUE - N 08

TIERS PAYANT ETENDU SANTE-PHARMA NOTE TECHNIQUE - N 08 SANTE-PHARMA NOTE TECHNIQUE - N 08 Destinataires : Les correspondants Documentation déclarés. Madame, Monsieur, Paris, le 28 février 2005 Nous vous communiquons le bilan des démarrages pharmacies en SP

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Le titulaire doit fournir de base à l Orcca une offre de 17 lignes GSM.

Le titulaire doit fournir de base à l Orcca une offre de 17 lignes GSM. Epernay, le 19 février 2009 MP/CD/02-09 Dossier suivi par Céline Duvette 03.26.55.92.13 celine.duvette@orcca.fr CONSULTATION OBJET : Renouvellement abonnement portable Orcca L Office Régional Culturel

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières Personne chargée du dossier : Michèle LENOIR-SALFATI tél.

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ACHAT D UNE BAIE SAN AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Par la présente consultation, le CTIG souhaite acquérir une nouvelle BAIE SAN dédiée à l

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance.

Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. Gestion collective des déchets industriels de PLAINE ET SAONE cahier des charges pour une proposition d assistance. I-] Contexte général. Le contexte réglementaire français en matière d élimination des

Plus en détail

PRÉSENCES : Marcellin Hudon, Jocelyne Rouleau et François Vermette,

PRÉSENCES : Marcellin Hudon, Jocelyne Rouleau et François Vermette, RÉUNION DU COMITÉ EXÉCUTIF JEUDI LE 29 JANVIER 2009 TENUE DANS LES LOCAUX DU RQOH (533, RUE ONTARIO EST, BUREAU 202 À MONTRÉAL)) PROCÈS-VERBAL PRÉSENCES : Marcellin Hudon, Jocelyne Rouleau et François

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Emploi type : Chargé de gestion administrative et d aide au pilotage

Emploi type : Chargé de gestion administrative et d aide au pilotage CONCOURS EXTERNES IT 2011 CONCOURS N 205 Corps : Ingénieur d études ÉPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 3 h Coefficient : 2 BAP : J Emploi type : Chargé de gestion administrative et d aide au pilotage

Plus en détail

Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015

Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015 1 Labellisation des projets par le Pôle DREAM Eau et Milieux 2013-2015 Sommaire : 1. Procédure de labellisation des projets 1.1 Le dossier de demande de labellisation 1.2 Attribution des dossiers aux correspondants

Plus en détail

Manuel utilisateur de l outil DIPISI ; Projets Système d Information. Phase d instruction du dossier hôpital numérique : p2 à p16

Manuel utilisateur de l outil DIPISI ; Projets Système d Information. Phase d instruction du dossier hôpital numérique : p2 à p16 Manuel utilisateur de l outil DIPISI ; Projets Système d Information Phase d instruction du dossier hôpital numérique : p2 à p16 Phase de suivi du dossier hôpital numérique : p17 à p26 1/26 Phase Instruction

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2009-096 R-3701-2009 15 juillet 2009 PRÉSENTE : Lucie Gervais Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse.

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2009-096 R-3701-2009 15 juillet 2009 PRÉSENTE : Lucie Gervais Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2009-096 R-3701-2009 15 juillet 2009 PRÉSENTE : Lucie Gervais Régisseur Hydro-Québec Demanderesse Décision Demande d autorisation relative à la mise à niveau

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

SAFIRE Rapport annuel d'activité 2006

SAFIRE Rapport annuel d'activité 2006 Rapport annuel d'activité 2006 2/22 SAFIRE Rapport annuel d'activité 2006 1 INTRODUCTION...3 2 L ACTIVITE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE L'ANNEE 2006...4 2.1 Campagnes de mesure...4 2.2 Projets Européens...7

Plus en détail

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Date : 09-03- 2015 Lieu : Maison des Sports d Aquitaine Ouverture Jean- Claude Labadie, Marc Le Mercier Jean- Claude Labadie tient

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Le guide du Webinaire

Le guide du Webinaire Le guide du Webinaire P A N O R A M A C O N C E P T : p a n o r a m a c o n c e p t @ f r e e. f r Page 1 S ommaire 1. Qu est-ce qu un Webinaire? 2. Webinaire ou visio-conférence? 3. Quand et pourquoi

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

FICHE METIER. «Chargé de postproduction» Chargé de postproduction. Assistant de postproduction Responsable de postproduction APPELLATION(S) DU METIER

FICHE METIER. «Chargé de postproduction» Chargé de postproduction. Assistant de postproduction Responsable de postproduction APPELLATION(S) DU METIER Chargé de postproduction Version 1 «Chargé de postproduction» APPELLATION(S) DU METIER Chargé de postproduction Assistant de postproduction Responsable de postproduction DEFINITION DU METIER Le chargé

Plus en détail

SEDOO Service de Données de l OMP. Jean-Luc Boichard, Laurence Fleury

SEDOO Service de Données de l OMP. Jean-Luc Boichard, Laurence Fleury SEDOO Service de Données de l OMP Jean-Luc Boichard, Laurence Fleury Missions Développer des applications de gestion / traitement / distribution de données scientifiques environnementales et des sites

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

Commission Nationale Course en ligne / Marathon Compte-rendu Réunion du 31 mars 2013

Commission Nationale Course en ligne / Marathon Compte-rendu Réunion du 31 mars 2013 Visa rédacteur Visa diffusion Olivier BAYLE Patrick BERARD COMPTE RENDU COMMISSION NATIONALE COURSE EN LIGNE / MARATHON 31 mars 2013 - LIBOURNE Etaient présents : Membres du bureau de la Commission Nationale:

Plus en détail

LA STRATEGIE DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DANS L UNIVERSITE TUNISIENNE

LA STRATEGIE DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DANS L UNIVERSITE TUNISIENNE LA STRATEGIE DE PROPRIETE INTELLECTUELLE DANS L UNIVERSITE TUNISIENNE Le projet UNILINK a été financé avec le soutien de la Commission européenne (Programme: Tempus IV). Cette publication n engage que

Plus en détail

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa

10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël. par Jeremy Benmoussa 10 conseils pour préparer son site ecommerce pour Noël par Jeremy Benmoussa Pourquoi modifier votre site ecommerce pour Noël? La période de Noël est un moment critique pour la majorité des sites de vente

Plus en détail

Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique PRELEVEMENT SUR LES CREDITS DES LABORATOIRES

Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique PRELEVEMENT SUR LES CREDITS DES LABORATOIRES Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique Prélèvements sur les contrats de recherche Adopté au Conseil scientifique du 27 novembre 2009 Approuvé au Conseil d administration

Plus en détail

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités VIALAR Yoann Année scolaire 2012-2013 Rapport d activités 1 Sommaire 1. Présentation de l entreprise a. Description b. Les activités 2. Les activités dans l entreprise a. Présentation de l activité c.

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Les transactions bancaires (demande d autorisation et télécollecte) via Internet (connections IP) transitent grâce à un opérateur monétique,

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES SCF/TFC.7/5 9 juin 2011 Réunion du Comité du SCF Le Cap, Afrique du Sud 23 juin 2011 Point 6 de l ordre du jour PROPOSITION RELATIVE A LA GESTION DU PORTEFEUILLE DES

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM 14/09/95 Les Directeurs et Agents Comptables Origine : CABDIR - des CPAM - des CTI

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I.

Cent dixième session. Rome, 19 23 septembre 2005. Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines. I. Août 2005 F COMITÉ FINANCIER Cent dixième session Rome, 19 23 septembre 2005 Rapport d activité sur la mise en œuvre du Plan d action sur les ressources humaines I. Résumé 1. Le présent document a pour

Plus en détail

AL-TA ADHOD CONTRACTING AND TRADING GROUP Entreprise spécialisée dans la commercialisationet la maintenance de la climatisation Recrute :

AL-TA ADHOD CONTRACTING AND TRADING GROUP Entreprise spécialisée dans la commercialisationet la maintenance de la climatisation Recrute : AL-TA ADHOD CONTRACTING AND TRADING GROUP Entreprise spécialisée dans la commercialisationet la maintenance de la climatisation Recrute : Postes à pourvoir : Ingénieur commercial Comptable Secrétaire exécutif

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Autopromotion/Habitat Participatif

Autopromotion/Habitat Participatif Autopromotion/Habitat Participatif L autopromotion est un regroupement de familles qui mutualisent leurs ressources pour concevoir réaliser et financer ensemble leur logement au sein d un bâtiment collectif,

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Comité de Gestion Lycée Bonaparte Page 1 / 5

Comité de Gestion Lycée Bonaparte Page 1 / 5 L'an deux mille quatorze, Le vingt quatre novembre à 18h30, PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU COMITE DE GESTION DE L ASSOCIATION DU LYCEE FRANÇAIS DE DOHA DU 24 NOVEMBRE 2014 Les membres du comité de

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE

GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE GESTION DES DEVIS ET CONTRATS DE MAINTENANCE Les devis Suivant vos besoins, le logiciel vous permet de gérer les DEVIS établis pour votre clientèle. Ce logiciel pouvant être utilisé par des Sociétés ayant

Plus en détail

CA de Terra Ludis. Compte-rendu de réunion du 13 mai 2015. Définir une procédure de bonne tenue du local (lors des permanences)

CA de Terra Ludis. Compte-rendu de réunion du 13 mai 2015. Définir une procédure de bonne tenue du local (lors des permanences) CA de Terra Ludis Compte-rendu de réunion du 13 mai 2015 Point financier (état de la trésorerie de Terra à la fin avril) Inondations Dossier des assurances Réfection du local / Nouveaux dégâts CA Mailing

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory

Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Compte-rendu réunion de réseau des référents alternance le 29 juin 2015 à la ML de Mitry Mory Comme chaque année une réunion de réseau a été organisée entre référents alternance des Missions Locales du

Plus en détail

L analyse boursière avec Scilab

L analyse boursière avec Scilab L analyse boursière avec Scilab Introduction La Bourse est le marché sur lequel se traitent les valeurs mobilières. Afin de protéger leurs investissements et optimiser leurs résultats, les investisseurs

Plus en détail

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium

Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium Cinquante-sixième Session 25/03/2014 Lyon, 15 16 mai 2014 Auditorium POINT SUR LE PROJET DE «NOUVEAU CENTRE» 1. Ce document décrit l état d avancement du projet de «Nouveau Centre» présenté dans les documents

Plus en détail

Publication des cartes. du «très haut débit»

Publication des cartes. du «très haut débit» Publication des cartes du «très haut débit» Bruno LE MAIRE ministre de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire Eric BESSON Ministre chargé de l Industrie,

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL MUNICIPALITE PREAVIS N 10/2002 AU CONSEIL COMMUNAL Acquisition de matériel informatique pour la Bibliothèque municipale -1- Vevey, le 9 mai 2002 Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, 1. Objet du préavis

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège. Coordination et valorisation

La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège. Coordination et valorisation La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège Coordination et valorisation Vade-mecum Octobre 1999 La Propriété Intellectuelle à l Université de Liège Coordination et valorisation Toute université

Plus en détail

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport

Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport CONSULTATION Construction du FORUM DE DISCUSSIONS pour le Réseau RH des Entreprises de Transport Modalités de réponses Date limite de dépôt des propositions : Vendredi 2 décembre 2011 Les propositions

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

Centre Francilien de l Innovation

Centre Francilien de l Innovation Centre Francilien de l Innovation Consultation de prestataires Formation des collaborateurs du Centre Francilien de l Innovation et des membres du Réseau Régional d innovation CAHIER DES CHARGES Remise

Plus en détail

LA REFERENCE DE L IMMOBILIER NEUF DANS LE GRAND SUD - OUEST

LA REFERENCE DE L IMMOBILIER NEUF DANS LE GRAND SUD - OUEST LA REFERENCE DE L IMMOBILIER NEUF DANS LE GRAND SUD - OUEST IMMO9 REGROUPE 4 ENTITES «L immobilier ne peut pas être perdu ou volé, et il ne peut pas être emporté. Acheté avec bon sens, payé en totalité

Plus en détail

La Région propose de lancer un appel à projets pour les équipements collectifs relevant de la filière solaire thermique.

La Région propose de lancer un appel à projets pour les équipements collectifs relevant de la filière solaire thermique. I - CONTEXTE ET OBJECTIFS Appel à projets régional solaire thermique collectif pour la production d'eau chaude sanitaire et de chauffage solaire à usage collectif 3 ème édition Année 2011 Dans le cadre

Plus en détail

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 Ordre du jour Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 1. Adoption de l ordre du jour 2. Adoption du procès-verbal

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail