Rapport d activités 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d activités 2013"

Transcription

1 Rapport d activités 2013 Mouvement pour l alternative économique et sociale (AG du 26 juin 2014)

2 Equipe (au 31/12/2013) Marie-Caroline Collard - Directrice Fernande Cobergh - Secrétaire Jean-Luc Bodson - Chargé de projets Laurence Plumier - Chargée de projets Estelle Mahieu - Graphiste Julien D Amico - Chargé de communication Agence-conseil Pierre van Steenberghe - Coordinateur agence-conseil Jean-François Herz - Chargé de projets Stéphane Lejoly - Chargé de projets Jean-Marc Zanatta - Chargé de projets Education permanente Véronique Huens - Coordinatrice éducation permanente Frédérique Konstantatos - Chargée de projets Quentin Mortier - Chargé de projets SCS CycladES, société consultante externe, gérée par C. Hublet Le CA ALEAP (Aude Humblet) Aurélie (Raymond Kenler) CF2m (Bernard Goffinet) Crédal (Isabelle Philippe) EWETA (Guy Niset) La Lorraine (Yves Michel) Réseau d entreprises sociales (Salvatore Vetro) Réseau Financité (Bernard Bayot) Arnaud Pinxteren Guy Fryns Sommaire Introduction...5 Fédération...7 Membership Coup de projo Cinq nouveaux membres en Zoom sur Le club des entrepreneurs...11 Veille et actions politiques Coup de projo Lancement de l union régionale des SCOP...13 Coup de projo Mesure de l impact social...14 Zoom sur L économie sociale à l agenda de l Union Européenne...15 Marchés publics Coup de projo Le réseau des «facilitateurs clauses sociales»...18 Coup de projo Helpdesk et analyses prospectives...19 Zoom sur Le guide pédagogique et juridique des clauses sociales en Belgique...20 Zoom sur La cellule de coordination clauses sociales...21 Communication Coup de projo La relation client au cœur de nos réflexions...23 Coup de projo Travaux graphiques...24 Zoom sur Un nouveau site pour saw-b...25 ImpulCera Coup de projo Les bourses de lancement...28 Zoom sur Vin de Liège, des vignes citoyennes...29 Education Permanente...31 Publications Coup de projo Zoom sur La démocratie économique analyses critiques

3 Les Chantiers de l Economie sociale volet animations des acteurs de l ES Coup de projo Moments d échange pour les travailleurs...36 Coup de projo Des outils et partenariats nouveaux...37 Les Chantiers de l Economie sociale volet animations grand public Coup de projo Le cinéma comme outil de débat et de réflexion...38 Coup de projo Les (biens) communs...39 Zoom sur Partenariats autour des coopératives...40 Agence-Conseil...41 Services AC Coup de projo Recherche-action sur le logement social...43 Coup de projo Le centre de référence circuits courts...44 Coup de projo Poursuite du projet européen Leonardo (pactes)...44 Projets Zoom sur Le projet «Vert pellet»...45 Zoom sur Le projet Asseco...46 Introduction Début 2010, SAW-B présentait son plan stratégique à 4 ans. Véritable fil d Ariane, conçu ensemble par les administrateurs et l équipe, et approuvé par les membres, ce plan a été réfléchi et élaboré pour tracer les priorités de SAW-B, mouvement pour l alternative économique. Les 4 grandes priorités et objectifs fixés par ce plan constituent, aujourd hui, les lignes directrices pour les actions à venir et autant de balises et repères pour présenter les activités de l année écoulée. Dans ce rapport d activités, les priorités auxquelles participe chaque action sont mentionnées par un système de pictogrammes qui permet de les identifier facilement. Chiffres Bilan Résultat Membres SAW-B 2013 par Province...56 Quatre membres de l équipe s expriment...58 Priorité «MEMBRES» Objectifs : Elargir et renforcer le membership pluraliste de SAW-B pour augmenter le nombre de ses membres. En veillant à ce qu ils représentent à la fois des citoyens, des entreprises, les membres des fédérations membres, les fédérations non-membres qui ont une démarche pluraliste, et les travailleurs. Informer et concerter les membres pour organiser les prises de positions politiques de la fédération, structurer les services et projets de l agence-conseil et de l éducation permanente. Mais également les stimuler pour avoir des membres motivés, impliqués et coopérant autour d une identité commune grâce à l adoption systématique de la charte de coopération. SAW-B s attache à garantir leur satisfaction. La fédération tend de manière générale à pérenniser, améliorer et développer la participation de ses membres. Priorité «IDENTITÉ» Objectifs : Renforcer l identité de SAW-B et de ses membres comme fédération d alternatives économiques pour promouvoir l économie sociale et les valeurs qu elle incarne. Mais aussi stimuler l innovation économique. Cela participe également à améliorer la définition de l économie sociale et à renforcer le sentiment d appartenance au mouvement et la cohésion entre ses acteurs. 4 5

4 S inscrire dans une économie sociale à l identité forte pour un positionnement politique et une reconnaissance en tant que partenaire de développement économique et social. Rassembler des acteurs d économie sociale soutenus publiquement et qui développent des partenariats grâce à des outils et projets qui renforcent l identité du mouvement qu ils portent. Priorité «coopération» Objectifs : Favoriser la coopération entre les membres au sein du mouvement en mettant en évidence les exemples et les méthodes utilisées, le fonctionnement. Stimuler les partenariats au sein de l économie sociale pour permettre la mutualisation de moyens, de connaissances et d expertises, et se renforcer mutuellement dans des alliances économiques comme les clusters, les grappes d activité ou encore la centrale d achats. Sous-traiter aux membres quand cela s avère nécessaire et pertinent pour participer à leur renforcement. Définir notre complémentarité avec d autres fédérations ou structures pour prendre position dans le paysage institutionnel. Priorité «politique» Objectifs : Construire un meilleur réseau politique et créer des alliances pour augmenter la sphère et la capacité d influence de SAW-B et porter les revendications de l économie sociale. alimenter les contacts politiques avec les prises de positions de SAW-B pour une visibilité de la fédération et une reconnaissance en tant que référence sur l économie sociale. Egalement, pour être consulté en tant que partenaire pour l organisation d événements sur des thèmes liés à l alternative économique. Développer des collaborations structurelles sur la base de socles de valeurs communes avec les acteurs du non-marchand et du DD pour élargir le membership de SAW-B vers ces secteurs et créer des alliances objectives sur des dossiers politiques. Favoriser les échanges avec les entreprises classiques pour favoriser un renforcement mutuel sur certaines filières d activités porteuses. Fédération 7

5 de projo 5 Coup nouveaux membres en 2013 Membership Cum Verbis SCRL Coopérative de services linguistiques et événementiels (traduction, interprétation simultanée et consécutive, production de comptes rendus, etc.) Site : Les Grignoux ASBL Entreprise culturelle d économie sociale. L ASBL gère huit salles de cinéma ainsi qu un café galerie et une brasserie sur Liège. Elle publie également des études et analyses consacrées à différents films portant sur des problématiques sociales, historiques, politiques ou d actualité. Site : START Construction SCRL FS Coopérative d activités active dans le secteur de la construction. Pour tester «grandeur nature» sa future activité en étant maître à bord mais pas seul au monde, comme aime le dire START construction. Site : Vin de Liège SCRL FS Coopérative qui produit du vin bio. Créée en décembre 2010, Vin de Liège réimplante la vigne en région liégeoise. 12ha de vignes auront ainsi été plantés entre 2012 et Site : Habitat et Humanisme ASBL L association lutte pour l insertion des plus démunis en créant du logement à vocation sociale. Le mouvement belge compte deux structures, la fondation d utilité publique H&H qui assume le rôle de propriétaire bailleur et l ASBL H&H, le développeur en immobilier social. Les deux entités ont vocation à agir sur tout le territoire. Site : 8 9

6 ««Paroles de membres Pour Cum Verbis, devenir membre de SAW-B permet d intégrer un réseau de coopératives pour renforcer ses pratiques. Cette démarche s inscrit aussi, pour la coopérative, dans une volonté de dépasser l individualisme ambiant pour construire une société plus solidaire. Porteur de valeurs fortes, Vin de Liège s inscrit pleinement dans une dynamique de développement durable. C est donc tout naturellement que la coopérative a souhaité rejoindre SAW-B pour amplifier le changement. Construire des partenariats nouveaux avec d autres acteurs de l économie sociale a motivé Habitat et Humanisme à devenir membre de SAW-B. Pour l association, faire partie d un réseau d entreprises sociales s avère enrichissant, que ça soit en termes de projets innovants ou d échange de bonnes pratiques. Partenaire de longue date et acteur engagé dans l économie sociale, Les Grignoux ont décidé de rejoindre SAW-B pour appuyer un secteur économique qu ils souhaitent promouvoir comme alternative crédible à l économie classique. START Construction adhère à SAW-B pour soutenir le développement d une économie centrée sur le respect de l humain et de l environnement, et pour participer activement à la création d un réseau d entreprises sociales. Le club des entrepreneurs Rares sont les lieux où les entrepreneurs sociaux peuvent se retrouver et partager leurs expériences et préoccupations de gestion autour de leur vision alternative de l entreprise. Pour répondre à ce besoin, SAW-B a créé le Club des entrepreneurs sociaux. Il rassemble, cinq fois par an, une quinzaine de dirigeants d entreprises sociales marchandes qui mettent en pratique les principes coopératifs mais aussi une gestion participative. Autres points communs entre ces entrepreneurs sociaux : une expérience de terrain et une société en croissance, ce qui amène de nouvelles questions et défis. Durant une après-midi, les entrepreneurs échangent autour d une question pratique : construire son modèle d entreprise, passer le flambeau de l entreprise qu on a créée, mettre en place un management participatif Le but est de construire une réflexion à la fois personnelle et collective sur des sujets qu ils ont eux-mêmes décidé d aborder. ZOOM SUR Pierre Santacatterina, directeur général d Oxfam-Magasins du monde, membre du club des entrepreneurs 10 11

7 Veille et actions politiques Coup de projo Lancement de l union régionale des SCOP En France, des coopératives de travailleurs parviennent à maintenir une vraie dynamique de croissance malgré la crise. Leur nom? Les SCOP (pour Société COopérative et Participative). En Belgique, malheureusement, si ce modèle existe, il ne dispose pas encore d un statut adéquat. En 2013, l Union des SCOP Wallonie-Bruxelles a vu le jour grâce à la volonté d une trentaine d entreprises de type SCOP. Son objectif est d impulser la création d un environnement favorable aux SCOP, avec tout d abord l adoption d un statut adéquat mais aussi de tout outil juridique, fiscal, social et financier qui permettra de renforcer et d essaimer le modèle. La démarche consiste aussi à conforter une identité collective pour promouvoir le modèle économique des SCOP et multiplier ainsi la création d emplois durables en Belgique (créations, transmissions de sociétés classiques en SCOP, développement en groupe, ). SAW-B compte parmi les premiers initiateurs de la création de l Union des SCOP Wallonie-Bruxelles et est, à ce titre, un des membres fondateurs du mouvement. Le premier objectif que se sont fixés les SCOP francophones est de travailler à la création d un statut adéquat. Des statuts qui placeraient véritablement le salarié au cœur de l entreprise. Dans une SCOP, celui-ci associé au capital, aux décisions et aux résultats de l entreprise. Il participe donc à la prise de décisions stratégiques lors des assemblées générales, selon le principe 1 personne = 1 voix. Les statuts prévoiraient également une répartition équitable du résultat annuel de l entreprise entre travailleurs, sous forme de participation ou de complément de salaire. La priorité serait réellement donnée à la pérennité de l outil et de l emploi plutôt qu à la rémunération du capital

8 Coup de projo Mesure de l impact social L économie sociale à l agenda de l Union Européenne ZOOM SUR L Europe souhaite mesurer l impact des entreprises sociales pour démontrer leur capacité à contribuer au redressement économique et sociale de l Union européenne. L UE entend dès lors développer une méthode afin de mesurer les gains socio-économiques des entreprises sociales et leur impact sur la communauté. Une telle mesure pourrait avoir des effets multiples pour l entreprenariat social, notamment en matière d investissements et d accès aux financements. L enjeu est donc de taille. S il s avère positif que l Europe s intéresse davantage aux entreprises sociales comme vecteur de reprise économique, et se dote d outils permettant une mesure objective de leur activité, il ne faudrait toutefois pas voir l économie sociale se diriger vers le tout «quantifiable» et une standardisation à outrance. L économie sociale doit préserver ses spécificités. L enjeu est donc créer un dispositif de mesure qui réponde à des critères pertinents et adaptés aux missions que poursuivent les entreprises sociales. Social Economy Europe (SEE) a abordé ce thème en octobre 2013 lors d un séminaire consacré à l entreprenariat social dans l agenda européen. SAW-B a également publié une analyse sur le sujet (accessible sur le site, rubrique «Publications») et projette un colloque en février L Union Européenne parait fort éloignée des préoccupations quotidiennes des entreprises sociales. Pourtant, nombreuses sont les matières européennes qui les concernent et qui ont un impact direct sur leur réalité de terrain : règlement pour l entrepreneuriat social, Directive marchés publics, programmation des fonds structurels Pour tenter d y voir plus clair, une conférence a été organisée en juin 2013 par SAW-B en collaboration avec Social Economy Europe, VOSEC et le SPP Intégration Sociale. La conférence visait à faire le point sur les dossiers d actualité et, surtout, à analyser leurs conséquences à court et à moyen terme pour l économie sociale belge : quel impact pour l économie sociale? Quel avenir pour les clauses sociales dans les marchés publics? Quelle conception l Europe a-t-elle de l «entreprise sociale»? Quelle place accordera la programmation des fonds structurels aux entreprises sociales? L occasion pour SAW-B de rappeler qu elle mène une veille politique active à l échelon européen avec l appui de Social Economy Europe (SEE), le réseau représentatif qui regroupe les principales «familles» de l économie sociale européenne (associations, mutuelles, fondations). SAW-B participe également régulièrement à l Intergroupe Economie Sociale, forum réunissant des membres du Parlement européen, qui fournit des informations actualisées sur les politiques et la législation liée aux entreprises sociales. L économie sociale, à l agenda de l Union Européenne? 14 15

9 La gestion participative en question Les clauses sociales dans les marchés publics Marchés publics En 2012, SAW-B et le groupe Terre ont lancé une initiative relative à la gestion participative au sein des entreprises sociales. Un groupe de travail (composé d entreprises sociales et fédérations d entreprises sociales) a été constitué, auquel se sont joints des représentants du Centre d Economie Sociale (CES- ULg). La première étape a été de lancer une enquête, dont l objectif était de mieux cerner les pratiques existantes au sein des différentes entreprises et d identifier leurs points communs. Des petits déjeuners thématiques ont également été organisés par les membres du groupe eux-mêmes. Au centre des débats, on retrouvait des thèmes tels que «gestion du personnel et gouvernance», «éducation à la participation», «propriété et argent», «développement économique et croissance», Parallèlement à ces travaux, SAW-B fût l un des partenaires du projet européen «RE.Di.a.l.o.g.u.e.s.» où la question de la gestion démocratique et participative occupait une place centrale. Piloté par le Groupe Terre, ce projet avait pour ambition de trouver des réponses adaptées aux entreprises sociales en matière de dialogue social, afin de pouvoir combiner croissance harmonieuse et emploi de qualité. Plusieurs rencontres internationales ont eu lieu en Belgique, Italie, Roumanie, Espagne et France. Un rapport final a été produit sur base de ces rencontres et un colloque sera organisé début 2014 sur le sujet. Formation des pouvoirs adjudicateurs en Wallonie et en Région de Bruxelles-capitale Depuis près de 8 ans maintenant, tant en Wallonie qu à Bruxelles, SAW-B organise des rencontres de sensibilisation et de formation à la législation des clauses sociales dans les marchés publics. Ces matinées ciblent essentiellement les pouvoirs adjudicateurs. Elles se déroulent généralement en deux temps : la présentation de 3 à 4 entreprises sociales locales, illustrant ainsi leurs spécificités et la qualité de leurs réalisations, suivie d un temps de formation sur les textes de loi traitant des clauses sociales et des modalités concrètes de mise en œuvre de celles-ci. Cette formule a le mérite de faciliter les rencontres entre le monde des pouvoirs adjudicateurs et des entreprises sociales. Dans un contexte de crise, la commande publique peut en effet constituer un atout supplémentaire pour les entreprises sociales. En 2013, trois matinées de formation aux clauses sociales ont été organisées en Wallonie avec le soutien du ministre de l Economie. La première se voulait généraliste et s adressait à l ensemble des pouvoirs adjudicateurs wallon, la seconde ciblait les intercommunales wallonnes et la troisième, destinée au secteur de l Horeca, concernait les marchés publics traitant des repas de collectivité dans une perspective d alimentation saine et durable. En Région de Bruxelles-Capitale, deux formations ont été organisées avec le soutien de la Ministre de l Emploi et de l Economie, dont l une s est focalisée sur les marchés publics traitant de la gestion des déchets, dans le cadre de l Alliance Emploi-Environnement. D autres rencontres de formation aux clauses sociales ont été mises sur pied, à l initiative d entreprises sociales (Moulin de la Hunelle, Les Hautes Ardennes) ou d institutions publiques (le Comité Subrégional de l Emploi et de la Formation d Antoing ou encore la province du Hainaut)

10 Coup de projo Le réseau des «facilitateurs clauses sociales» Coup de projo Helpdesk et analyses prospectives La Confédération de la Construction Wallonne (CCW) et SAW-B ont initié le projet de «facilitateurs clauses sociales» dans les marchés publics de travaux, en collaboration avec l Union Wallonne des Architectes, l Union des Villes et des Communes de Wallonie, le Service Public de Wallonie et la Société wallonne du Logement. Ce projet s inscrit dans le cadre de l Alliance Emploi- Environnement dont l un des objectifs est de stimuler la demande de rénovation/construction durable de bâtiments publics. Grâce, notamment, à l encadrement des marchés publics, la Wallonie désire ainsi poursuivre l intégration des clauses sociales dans les cahiers des charges des organismes publics pour la construction et la rénovation des bâtiments. De nombreux travaux ont été menés au cours de cette année de lancement: mise en réseau des facilitateurs clauses-sociales, définitions et rédactions des clausestypes, conception d outils destinés aux pouvoirs adjudicataires et aux entreprises, prise de contact avec les opérateurs de formations, etc. Trois types de clauses ont été retenues : La réservation de marché à l économie sociale ; La clause flexible qui ouvre la porte à la sous-traitance d une partie du marché aux entreprises d économie sociale ; La clause formation qui met en œuvre un effort de formation au sein de l entreprise adjudicataire. En parallèle à ces travaux, une circulaire relative à la mise en place d une politique d achat durable pour les pouvoirs adjudicateurs régionaux wallons a été diffusée le 28 novembre Elle conforte les démarches entreprises dans le cadre de l Alliance Emploi-Environnement en matière de clauses sociales et constitue dès lors un appui supplémentaire à la mission des facilitateurs. Le plan du Gouvernement wallon «Horizon 2022» prévoit également l insertion de clauses dans les marchés publics en vue de favoriser l insertion socioprofessionnelle des demandeurs d emploi. En 2005, SAW-B a souligné l enjeu stratégique de cette question et a entamé un travail d analyse et de construction d expertise sur cette thématique. Depuis, grâce à un travail de sensibilisation des pouvoirs adjudicateurs et des entreprises d Economie sociale, elle a progressivement accompagné la prise en compte des clauses sociales dans les marchés publics de travaux et de services. Bénéficiant du soutien du Ministre des Pouvoirs locaux et de la Ville en Wallonie, SAW-B a lancé un service gratuit de consultance-helpdesk ouvert aux pouvoirs adjudicateurs wallons et un service d analyse prospective des marchés publics susceptibles d intégrer une clause sociale. A travers ses actions, SAW-B souhaite promouvoir l économie sociale auprès des pouvoirs adjudicateurs afin de les aider à définir avec pertinence des marchés ciblés pour les entreprises d économie sociale ou des marchés pour lesquels une sous-traitance à l économie sociale peut être envisagée. Pour l année 2013, 21 pouvoirs adjudicateurs wallons ont fait appel au service helpdesk et plus de 30 analyses prospectives ont été menées en Wallonie. Ces actions ont permis des contacts rapprochés avec les techniciens responsables de la rédaction des cahiers de charge au sein des pouvoirs adjudicateurs. Parmi ceuxci, on peut notamment citer le CPAS de Mont-Saint- Guibert, la commune d Assesse, l administration de la province de Liège, le CHU de Charleroi, le Forem, etc

11 Le guide pédagogique et juridique des clauses sociales en Belgique Fin 2012 à SAW-B a remporté un marché du SPP intégration sociale de production d un guide pédagogique et juridique sur l insertion des clauses sociales en Belgique. Fruit d une collaboration entre ConcertES, Vosec, Public Procurement et Senselia, la réalisation de cet outil a été coordonnée par SAW-B. Destiné à l ensemble des pouvoirs adjudicateurs du pays, il présente les différents types de clauses sociales existantes, ce qui constitue une première en Belgique. Le guide reprend les textessources européens et précise, de manière détaillée et commentée, les textes de la loi belge. Il parcourt l entièreté de la procédure de gestion d un marché public, depuis sa préparation jusqu à la réception définitive du chantier ou la clôture du service. Il illustre chacune des modalités de clauses par des exemples concrets. Afin de faciliter la tâche des pouvoirs adjudicateurs, il propose aussi des textes réutilisables, offrant ainsi une caution de sécurité lors de l insertion de clauses sociales dans le cahier spécial des charges. ZOOM SUR Ce guide a fait l objet d une présentation en juin 2013 dans le cadre d un colloque européen et en septembre 2013 devant un parterre de pouvoirs adjudicateurs du Nord et du Sud du pays. Transmis à l ensemble des pouvoirs adjudicateurs, les retours se sont avérés extrêmement positifs. Ce document est accessible gratuitement sur le site de SAW-B (rubrique «Marchés publics»). ZOOM SUR La cellule de coordination clauses sociales La cellule de coordination clauses sociales a vu le jour en avril Elle repose sur un partenariat entre Actiris et SAW-B. Actiris assure l interface institutionnelle et SAW-B effectue un travail de seconde ligne. Parmi les missions de SAW-B, on retrouve : la formation des pouvoirs adjudicateurs ; les analyses prospectives visant à repérer les marchés pertinents pour l insertion de clauses sociales ; Les contacts avec les entreprises d économie sociale. SAW-B conseille les pouvoirs adjudicateurs sur le choix de la (ou des) clause(s) à insérer et, le cas échéant, rédige la clause adéquate en collaboration avec un juriste indépendant. Dès son lancement, la Cellule de coordination a mené un important travail de promotion et d analyse prospective, ce qui a rapidement suscité un vif intérêt de la part des pouvoirs adjudicateurs. Plus de 20 rencontres de formation et de sensibilisation ont été réalisées. Certaines ont débouché sur la réalisation d analyses prospectives des marchés à venir pour l insertion de clauses sociales. Une vingtaine de dossiers ont été traités par le service «helpdesk». Enfin, de nouvelles initiatives ont été lancées visant : des rencontres avec des entreprises privées concernées par les marchés publics et des partenariats potentiels avec l économie sociale ; La création et l animation d un groupe de travail informel, constitué de différentes parties prenantes aux marchés publics bruxellois, portant sur la question de la bonne exécution de la clause sociale

12 Coup de projo Communication La relation client au coeur de nos réflexions Pour gagner en efficacité afin de mener à bien ses missions, la fédération s est dotée d un logiciel de gestion de la relation client (CRM). Facile d emploi, ce logiciel web permet de centraliser et de mutualiser l ensemble des informations vitales pour l entreprise. Il offre ainsi de nombreuses fonctionnalités telles que la gestion des contacts, clients, tâches, agendas, etc. il offre aussi un historique complet des opérations effectuées et un archivage des documents. Bien entendu, la mise en place de ce système a demandé un important travail de préparation, une formation de l ensemble de l équipe et nécessite, aujourd hui encore, des ajustements. Les potentialités de l outil, sont peu à peu testées et l intégration de ses fonctionnalités se poursuivra en 2014 avec tout le volet relatif à la gestion des documents. Cette base de données permet à chacun d avoir accès à l information à tout moment, où que l on se trouve. Indispensable pour nos campagnes de mailing vers nos membres, le CRM nous permettra d améliorer la satisfaction de nos publics et par la même occasion d accroitre notre visibilité

13 Coup de projo Travaux graphiques Un nouveau site pour SAW-B ZOOM SUR SAW-B met sa créativité au service de la communication d entreprise. En 2013, pas moins de 20 entreprises ont fait appel à nous pour des conseils en identité visuelle et de graphisme. Parmi les réalisations à mettre à l actif de notre graphiste figurent notamment : réalisation du logo et de cartes de visite pour un des clients de l agence-conseil : la Tourkana (1). L ensemble des documents institutionnels pour les agences de microstart (2) : flyers, kakemonos, affiches pour les vitrines, rapport d activités... en plusieurs langues (français, néerlandais, turc). Création de l affiche de la Fête de la nature pour la commune de Molenbeek (3). Flyers à distribuer lors de la journée mondiale du commerce équitable, client BFTF (4). Création du nouveau logo de Febecoop (5) Le site internet de SAW-B a fait peau neuve cette année! Il se veut désormais plus accessible et offre un design moderne, une meilleure ergonomie et une navigation plus fluide. Il constitue une véritable mine d informations sur l économie sociale et l offre de services de SAW-B : actualités, annuaire de l économie sociale, publications, législation, accompagnement de projets, clauses sociales et marchés publics, Chantiers de l économie sociale, accès à l ES-infos Notre site a été entièrement revu pour soutenir et promouvoir les entreprises sociales. La page d accueil donne d emblée les dernières actualités de l économie sociale et des membres de SAW-B. Des raccourcis permettent un accès rapide vers les services recherchés. Des pavés dynamiques guident les internautes au fil des menus et sous-rubriques. Vidéos, photos, paroles de travailleurs, témoignages de membres animent les pages de ce nouveau site. Site :

14 ImpulCera Nos membres au centre de notre communication Comme chaque année, nos membres figurent au centre de notre communication. Une communication à plusieurs niveaux, puisque certains nous demandent de communiquer sur eux dans nos outils de communication et d autres, pour eux vers des bases de données ciblées ou plus larges. En 2013 : Une dizaine de communications spécifiques ont été lancées vers nos membres, leur offrant une information à haute valeur ajoutée ; Une trentaine de nos membres ont fait l actualité de l ES-Infos, la newsletter mensuelle de l économie sociale ; Plus d une cinquantaine d informations ont été publiées sur la page d accueil du site internet, dans la rubrique «Actu membres». Lancé fin 2008, l appel à projets ImpulCera vise à soutenir l entrepreneuriat en économie sociale à travers l octroi de bourses et l organisation d évènements de sensibilisation. ImpulCera entamera en 2014 sa dernière ligne droite. En chiffres depuis fin 2008 : 10 sessions d appel à candidatures 486 dossiers rentrés 54 bourses d étude de faisabilité attribuées ; dont 11 en entreprises créées ou en phase de création, dont 4 bourses de lancement octroyées en 2013 Une multitude de secteurs d activité : coursier à vélo, centre de jour pour personnes handicapées, logement pour jeunes souffrant de troubles cognitifs, lutte contre la fracture numérique, services pour séniors, etc

15 Coup de projo Les bourses de lancement Vin de Liège, des vignes citoyennes En 2013, quatre bourses de lancement ont été octroyées, ce qui démontre la maturité de l appel à projets. Parmi les lauréats, deux projets sont particulièrement ambitieux puisqu ils touchent à l immobilier et requièrent donc des capitaux de départ élevés. Parmi eux, les porteurs du projet «Jardin âges»! Ils sont parents d enfants handicapés et ont été personnellement confrontés à des difficultés de prise en charge. En 2009, ils décident de répondre à ImpulCera tout en souhaitant relever un autre défi de société : le vieillissement de la population. Le projet vise à créer un centre d accueil de jour pour 15 personnes handicapées mentales couplé à une résidence-services d une trentaine d appartements pour personnes âgées. Cette idée, qui peut paraitre un peu folle de prime abord, vient du constat qu une réelle complémentarité peut s installer entre ces deux activités et leurs publics. Les jeunes adultes du centre de jour pratiqueront des activités de maraichage et d hôtellerie au sein de la résidence-services. En quatre ans, le projet a déjà bien évolué. Mais le défi reste immense puisque la construction des deux bâtiments exige, à elle seule, de détenir 4,8 millions d euros en fonds propres! L idée a pourtant déjà séduit plusieurs interlocuteurs. Au-delà des bourses ImpulCera, le projet a réussi à convaincre les autorités provinciales qui leur ont réservé un terrain de 50 ares à Chastre. Actuellement, le projet recherche surtout des donateurs. L inauguration est prévue pour 2018 ou (www.jardinages.be) Le projet «Antre-eux-deux», à Tournai, propose quant à lui une vingtaine de kot mixtes pour étudiants et jeunes affectés par des troubles «dys» : dysphasie, dyslexie, etc. Ce projet, encadré par des éducateurs, devra permettre aux jeunes d accéder à une certaine autonomie et à mieux s intégrer socialement. Les porteurs ont déjà réussi à réunir une grande partie des fonds via des fondations et donateurs privés et les kots devraient être accessibles pour la rentrée de septembre (www.antre-eux-deux.com) Lauréat d une bourse de faisabilité en 2009 et d une bourse de lancement en 2011, la coopérative «Vin de Liège» peut être qualifiée de vrai succès. L idée de départ : réimplanter la vigne en région liégeoise et produire un vin de qualité en respectant l environnement. Entre 2012 et 2014, 12 hectares ont ainsi été plantés. Les premières bouteilles sont attendues pour le printemps Mais le vrai succès de cette coopérative, c est d avoir réussi à convaincre et rassembler des centaines de citoyens, tous prêts à soutenir le projet en investissant leur argent mais aussi en participant aux multiples activités de taille, désherbages, etc. Une dynamique locale qui démontre que d autres modèles d entreprise sont possibles! ZOOM SUR 28 29

ACTIF. Scmact2.doc [14]

ACTIF. Scmact2.doc [14] ACTIF I. Frais d'établissement... 20 II. Immobilisation incorporelles... 21 III. Immobilisations corporelles... 22/27 A. Terrains et constructions...22 B. Installations, machines et outillage...23 C. Mobilier

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre»

Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre. Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» Mobilité des demandeurs d emploi en région du Centre Projet : «Promotion de la mobilité en région du Centre» 1 Constats - diagnostic Etude du CSEF sur la mobilité des demandeurs d emploi (2011) et données

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Schéma de développement des achats socialement responsables

Schéma de développement des achats socialement responsables Schéma de développement des achats socialement responsables Historique des clauses sociales et enjeux cadre législatif Les décrets de 2001, 2004 et enfin 2006 portant code des marchés publics, ont introduit

Plus en détail

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Dossier de presse Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et la Fondation Bâtiment-Énergie Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Le Plan Bâtiment Durable... 2 La Fondation Bâtiment-Énergie...

Plus en détail

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP

Le management et la gestion de projets de développement selon la méthodologie GCP L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES

LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS DURABLES Colloque sur les achats publics durables 18 novembre 2014 LES OUTILS DÉVELOPPÉS EN WALLONIE POUR PROMOUVOIR DES MARCHÉS PUBLICS

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE

L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE 28 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE Ils sont designers, graphistes, développeurs,

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 01/10/2013 à 16:02:01 PROGRAMME 401 : TRANSITION NUMÉRIQUE DE L ÉTAT ET MODERNISATION DE L ACTION

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

BILANS QUALITATIF DOCUMENT À RETOURNER : NOM DE L ASSOCIATION SOMMAIRE. Rubrique 1 : BILAN QUALITATIF P.2 P.5. Rubrique 2 : BILAN FINANCIER P.

BILANS QUALITATIF DOCUMENT À RETOURNER : NOM DE L ASSOCIATION SOMMAIRE. Rubrique 1 : BILAN QUALITATIF P.2 P.5. Rubrique 2 : BILAN FINANCIER P. BILANS QUALITATIF E T F I N A N C I E R DOCUMENT À RETOURNER : - dans les 3 mois qui suivent la fin de la manifestation (projet, investissement) ou - après votre Assemblée Générale (fonctionnement) à la

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

www.ville-lepellerin.fr

www.ville-lepellerin.fr Pg n 1 / 10 Mairie de Le Pellerin, 44640 DOSSIER DE PRESSE Le Pellerin, le lundi 29 janvier 2007 lancement du site internet de la ville du Pellerin < mardi 6 février 2007 > sommaire Communiqué de presse

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi?

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? Vendredi 23 septembre 2011 à Bordeaux Dossier de presse de la Fédération Nationale des CREPI Contact presse : Guillaume BENOIT 06 19 47 37

Plus en détail

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets

Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets Financement participatif/crowdfunding pour les projets environnementaux Appel à projets septembre 2014 Financer vos projets? C est possible grâce au crowdfunding! De plus en plus, le financement participatif

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique de communication de l A.R.F.P.

Politique de communication de l A.R.F.P. 27 septembre 2001 AL/GC Politique de communication de l A.R.F.P. 1. Ses raisons d être La communication est un des moyens qui contribue à la réalisation de notre projet associatif. Celui-ci affirme dans

Plus en détail

L AGENDA 21 CHU DE BREST

L AGENDA 21 CHU DE BREST L AGENDA 21 CHU DE BREST Une démarche stratégique : pour quels objectifs? comment et avec qui? pour quels résultats? LE CONTEXTE NATIONAL Une démarche hospitalière brestoise qui respecte : L engagement

Plus en détail

Pour une culture du savoir

Pour une culture du savoir Pour une culture du savoir Mémoire présenté à la ville de Montréal sur la proposition de Politique de développement culturel pour la ville de Montréal par Science pour Tous et la Société pour la promotion

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION

Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION Programme opérationnel plurirégional 2014-2020 FEDER Massif central STRATEGIE DE COMMUNICATION 1. Contexte réglementaire La base juridique concernant les obligations en matière d information et de communication

Plus en détail

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes

Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Programmation 2014 Appel à projets pour le Plan Local pour l Insertion et l Emploi Grand Tarbes et Lourdes Note de cadrage Dans le cadre de la construction de la programmation européenne 2014-2020, l année

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES

DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES DOSSIER DE PRESSE UNE SOLUTION INNOVANTE AU SERVICE DES COPROPRIETES CONTACTS PRESSE: Socotec : Delphine Bouchez & Camille Jullien delphine.bouchez@moonpress.fr - 01 46 08 63 18 camille.jullien@moonpress.fr

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées»

«Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» ACTION TERRITORIALE 2011-2012 «Favoriser la mobilité interne et externe des salariés handicapés des entreprises adaptées» CAHIER DES CHARGES D ACCOMPAGNEMENT ET DE FORMATION Origine de la demande UNIFAF

Plus en détail

Bilan interne ASBL 14.413,39 241900 AMORTISSEMENT MAT INFORM ET VIDEO (13.737,14)

Bilan interne ASBL 14.413,39 241900 AMORTISSEMENT MAT INFORM ET VIDEO (13.737,14) -1050 IXELLES Page : 1 ACTIFS IMMOBILISES 20/28 6.557,51 5.801,86 III. Immobilisations corporelles (ann. III) 22/27 6.372,51 5.616,86 C. Mobilier et matériel roulant 24 6.372,51 5.616,86 1. Appartenant

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs

«l investissement des pays dans l acquisition et le développement des compétences des formateurs et des entrepreneurs la formation des formateurs Note conceptuelle de la conférence PQIP/DCTP de Kigali sur «Encourager l investissement des pays dans l acquisition des compétences des formateurs et entrepreneurs» Introduction La conférence de Kigali

Plus en détail

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC SOMMAIRE Le dossier financier : Qu est ce que c est? Dans quel but? Les facteurs clés

Plus en détail

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre»

Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Politiques achats responsables «Comprendre les principes et les étapes de mise en œuvre» Dominique Veuillet Service Consommation et Prévention Web-conférence «Achats et restaurations responsables dans

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

Les résultats du premier semestre 2007 sont encore totalement affectés par la situation stratégique antérieure et les charges du passé.

Les résultats du premier semestre 2007 sont encore totalement affectés par la situation stratégique antérieure et les charges du passé. De Rouck Geomatics poursuit la mise en œuvre de son plan de réorientation stratégique. Les résultats du premier semestre sont encore affectés par la situation stratégique antérieure. Au cours du premier

Plus en détail

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN NAMASKA Conçoit et déploie des opérations de communication pour mobiliser les collaborateurs autour

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics

Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics Présentation des clauses sociales dans la nouvelle loi sur les marchés publics En Belgique, la nouvelle réglementation relative aux marchés publics entrera en vigueur le 1er juillet 2013. Elle ouvre également

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français

DOSSIER DE PRESSE 2014. Maisons Kerbéa. La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français DOSSIER DE PRESSE 2014 Maisons Kerbéa La franchise du Groupe Fousse Constructions à la conquête du territoire français SOMMAIRE Franchise Kerbéa: gagnants dans tous les K Les Maisons Kerbéa à la conquête

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

www.var-ecobiz.fr Var Ecobiz, Le réseau des réseaux du Var

www.var-ecobiz.fr Var Ecobiz, Le réseau des réseaux du Var www.var-ecobiz.fr Var Ecobiz, Le réseau des réseaux du Var SOMMAIRE Introduction page 3 Le travail en réseau : un atout pour les entreprises et pour les territoires page 4 Un atout pour les entreprises

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Dossier de partenariat

Dossier de partenariat Dossier de partenariat Les 20 ans de l ONG ESSOR : Quel avenir pour la solidarité internationale? Contact : L équipe d ESSOR est à votre disposition pour tout renseignement à l adresse suivante : essor.contact@free.fr

Plus en détail

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 DEROULE DE LA MATINEE : 9h30 : accueil et introduction par Bernard Delcros, Président du GAL Leader 1. Le programme

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie.

Votre maison, votre appartement, c est la fondation sur laquelle vous construisez votre vie. Un toit pour tous C est un droit Rentrer à la maison, se relaxer ou recevoir des amis, aimer et élever ses enfants, prendre soin de soi et de ses proches, organiser son travail et ses loisirs, s instruire

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT

PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen PRINTEMPS AGILE 2016 DOSSIER DE PARTENARIAT Club Agile Caen EN BREF ÊTRE AGILE C est maitriser les outils qui permettent de : - Lever les freins qui ralentissent les projets - Réagir rapidement

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS)

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Guide de demande de financement JUILLET 2015 Table des matières QU EST-CE QUE L ÉCONOMIE SOCIALE?... 5 LES ORGANISMES ADMISSIBLES...

Plus en détail

COMMENTAIRES SUR LE COMPTE DE RESULTAT

COMMENTAIRES SUR LE COMPTE DE RESULTAT COMMENTAIRES SUR LE COMPTE DE RESULTAT Faits marquants de l'exercice L'équipe salariée s'est stabilisée en nombre, cependant nous avons vécu le remplacement d'audrey Boursicot par Lucie Sourice au poste

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011 AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.1149 Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation 1. DONNEES INTRODUCTIVES Demandeur : Ministre-Président, Rudy DEMOTTE Décision du Gouvernement wallon du 14/07/2011 Réception

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail