Complications rares des anti TNF alpha

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complications rares des anti TNF alpha"

Transcription

1 Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON 2 : Service de médecine m interne. Hôpital St Joseph St Luc LYON

2 Complications rares des anti TNF alpha A PROPOS DE 3 OBSERVATIONS

3 Patient n 1 60 ans PR Séropositive Erosive

4 Traitement Echec de la Salazopyrine Echappement à l Arava Evolutif sous Méthotréxate Humira en 2006 ( IDR < 5 mm, RP normale, pas de contage tuberculeux ) Bonne réponse clinique

5 Septembre 2007 Altération de l état général Apparition d une adénopathie iliaque gauche Pas de poussée de sa PR VS : 86 mm CRP : 86 Hyperéosinophilie : 1 G/l

6 Scanner TAP Adénomégalie iliaque externe droite Adénopathies thoraciques infracentimétriques

7 Patient n 1 BK crachat négatif Hypothèses diagnostiques : Lymphome digestif Cancer solide métastatique

8 Patient n 1 BK crachat négatif Hypothèses diagnostiques : Lymphome digestif Cancer solide métastatique BOM : moelle riche

9 Patient n 1 Biopsie chirurgicale iliaque droite

10 Patient n 1 Biopsie chirurgicale iliaque droite Granulome épithélioïde gigantocellulaire avec nécrose Coloration de perls négative PCR négative

11 Patient n 1 Biopsie chirurgicale iliaque droite Granulome épithélioïde gigantocellulaire avec nécrose Coloration de perls négative PCR négative Tuberculose ganglionnaire

12 Patiente n 2 59 ans PR séropositive et érosive évoluant depuis 9 ans Intolérance hépatique à l Arava Mise sous Méthotréxate en décembre 2003 Evolution radiologique en 2005 (malgré 15 mg de MTX) Humira (IDR < 5 mm, RP normale) Bonne réponse clinique

13 Février 2007 : Fièvre Sueurs Evolution Altération de l état général Ascite Epanchement pleural droit

14 Février 2007 : Fièvre Sueurs Evolution Altération de l état général Ascite Epanchement pleural droit Reprise de l interrogatoire : PIT dans l enfance Arrêt des traitements

15 Paraclinique ASP : ganglions calcifiés Scanner TAP : Epanchement pleural droit et lame liquidienne péritonéale Syndrome micro réticulo nodulaire des 2 lobes supérieurs Infiltration diffuse du mésentère Ponction pleural : exsudat lymphocytaire

16 Examens complémentaires Examens directs négatifs (sang, urines, crachats, lavage alvéolaire, ponctions pleurales) ETT normale Sérologies diverses : négatives Marqueurs tumoraux normaux

17 Examens complémentaires Examens directs négatifs (sang, urines, crachats, lavage alvéolaire, ponctions pleurales) ETT normale Sérologies diverses : négatives Marqueurs tumoraux normaux Un mois plus tard : culture LBA : Mycobactérium bovis Tuberculose avec atteinte digestive

18 Patient n 3 59 ans Spondylarthropathie HLA B27 négative Atteinte axiale : sacroiliite, vertèbres thoraciques Atteinte périphérique : genoux, sterno claviculaire Amélioration partielle sous Méthotréxate Novembre 2006 : Enbrel (IDR à 3 mm, pas de contage, RP normale) Nette amélioration avec arrêt MTX en février 2007

19 Evolution Août 2007 : Asthénie marquée, amaigrissement, sans fièvre Syndrome inflammatoire biologique Pas de poussée rhumatismale Douleur en ceinture sous costale Pas de céphalée, artères temporales perçues

20 Examens paracliniques Doppler des membres > : sténose inflammatoire de la sous clavière droite Angio IRM : aspect grêle des deux sous clavières surtout la gauche

21 Examens paracliniques Doppler des membres > : sténose inflammatoire de la sous clavière droite Angio IRM : aspect grêle des deux sous clavières surtout la gauche BAT : négative PET Scan : fixation aortique et des gros troncs supra aortiques

22 Examens paracliniques Doppler des membres > : sténose inflammatoire de la sous clavière droite Angio IRM : aspect grêle des deux sous clavières surtout la gauche BAT : négative PET Scan : fixation aortique et des gros troncs supra aortiques Maladie de Horton / Takayashu vieilli

23 Examens paracliniques Doppler des membres > : sténose inflammatoire de la sous clavière droite Angio IRM : aspect grêle des deux sous clavières surtout la gauche BAT : négative PET Scan : fixation aortique et des gros troncs supra aortiques Maladie de Horton / Takayashu vieilli Maladie de Horton

24 Traitement Corticothérapie Efficacité clinique spectaculaire Disparition des fixations au PET Scan

25 Tuberculose et anti TNF Réactivation de tuberculose Communiqué par l AFSSAPS Miliaires Formes extra pulmonaires Quelques formes létales Recommandations avant anti TNF

26 Tuberculose digestive Forme rare 2 cas décrits sous anti TNF (Infliximab) Intérêt de l ASP «de débrouillage»

27 M. Bovis et anti TNF Pas de cas de réactivation sous anti TNF dans la littérature Rare, 1/1000 par rapport M. tuberculosis Contamination animale par voie digestive ou aérienne dans pays d endémie

28 IDR prise à défaut Limite de sensibilité Faux positifs (BCG) Réalisation technique de l IDR Développement de nouvelles techniques Détection de l IFN gamma par les lymphocytes circulants Pas de réaction croisée avec le BCG Quantiferon (ELISA) puis T SPOT (ELISPOT)

29 Quid du Quantiferon/T SPOT Rapport HAS 2007 : Quantiferon : Spécificité : 96 à 98% Sensibilité : 44 à 53% Conclusion : 4 indications retenues dont une avant la mise en route d un anti TNF à la place de l IDR

30 Controverse Fréquence du résultat indéterminé Etudes comparatives IDR/Quantiferon : Etude japonaise 1 : Quantiferon > IDR mais seuil de positivité à 20 mm Etude turque² : absence de supériorité Rapport d observation américain 3 : 10 patients sous anti TNF à IDR négative et à T SPOT positif sans réactivation de tuberculose (4 ans de suivi pour 5 d entre eux) 1 Takeno et al. Arthritis Rheum Gogus et al. Arthritis Rheum Behar et al. Arthritis Rheum 2007

31 Horton et anti TNF Traitement discuté des vascularites à gros tronc Deuxième intention Etude en première intention Revue exhaustive sur les vascularites induites par anti TNF 1 Un seul cas décrit de Horton avec preuve histologique² 1 Ramos Casals M et al. Autoimmune diseases induced by TNF targeted therapies: analysis of 233 cases. Medicine Setom. Giant Cell Arteritis in a Patient Taking Etanercept and Methotrexate. J Rheumatol 2004

32 Vascularite et anti TNF 38 semaines après la mise en route des anti TNF Arrêt des anti TNF et corticothérapie Régression de la symptomatologie Sauf PID

33 Conclusion La banalisation de l usage ne doit pas faire négliger la surveillance Tuberculose Vascularite Quantiferon/T SPOT : place reste à définir

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO.

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. F. Danion, F. Tubach, C. Rivoisy, X. Mariette, D. Salmon, O. Lortholary, C.

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold

Tuberculose Actualités Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Tuberculose Actualités 2009 Dr Bruno Leydier CLAT Forbach Dr Philippe Scheid HOSPITALOR St Avold Plan Histoire naturelle de la tuberculose La politique vaccinale Le dépistage Dosage d interferon γ Suspicion

Plus en détail

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare.

Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle survient au cours de la 2 ème décade de vie. L atteinte pédiatrique reste très rare. La maladie de Takayasu est une artérite inflammatoire des vaisseaux de gros calibre qui atteint avec prédilection l aorte et ses principales branches. Son incidence varie de 1,2 à 2,6 cas/million/an. Elle

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont

Anti TNF α et Tuberculose. DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Anti TNF α et Tuberculose DES pneumologie 10/02/2007 L. Belmont Rôle TNF alpha Cytokine pro inflammatoire produite par les macrophages, monocytes, exprimé par LT, LB Recrutement et activation des macrophages

Plus en détail

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine

MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine MILIAIRE TUBERCULEUSE «MT» ADILA.F Service de pneumologie (Pr HAOUICHAT.H) Hôpital central de l armée Destiné aux étudiants de 4éme année de médecine Objectifs : 1)Savoir poser le diagnostic de miliaire

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N. Oumnia, Y. Saadaoui, H. Bacha, N. Chiali, L. Benzaghou, M.N. Henni, M. Sellami, M.

N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N. Oumnia, Y. Saadaoui, H. Bacha, N. Chiali, L. Benzaghou, M.N. Henni, M. Sellami, M. Efficacité à long terme des anti- TNF alpha dans le traitement des formes sévères des maladies inflammatoires chroniques de l intestin : à propos de 11 cas N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N.

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon MALADIE DE HORTON Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon DEFINITION Artérite giganto-cellulaire Concerne les vaisseaux de moyen et gros calibre Prédomine dans le territoire

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf

Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Bon usage Recommandations nationales Prévention et prise en charge des tuberculoses survenant sous anti-tnf Juillet 2005 143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis Cedex tél. +33 (0) 1 55 87 30 00

Plus en détail

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux

N1: ganglions métastatiques hilaires ou péri-bronchiques homolatéraux Bilan d extension ganglionnaire du cancer bronchique B Padovani, D Ducreux, S Stolear, A Ocelli, E Giordana, L Mondot, S Chanalet, CP Raffaelli, P Carrier Extension ganglionnaire Élément essentiel de l

Plus en détail

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire

Histoire clinique. Cas de Pleurésie. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. 2 e cycle MIA - Pneumologie Année Universitaire M. CHAKRA (Mise ligne 25/01/08 LIPCOM) Histoire clinique Cas de Pleurésie Vous voyez en consultation une femme de 40 ans. Elle vous explique que, pendant ces dernières semaines, elle a vu apparaître une

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE

POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE (PR): CE QU IL FAUT SAVOIR EN MÉDECINE GÉNÉRALE H. DINTINGER Cabinet de rhumatologie Paixhans/ Attaché service de médecine interne et rhumatologie hôpital Legouest METZ Un message

Plus en détail

«Prophylaxie de la tuberculose chez les

«Prophylaxie de la tuberculose chez les «Prophylaxie de la tuberculose chez les patients traités par anti-tnf a» Recommandations 25 Dominique SALMON Groupe Hospitalier COCHIN Journées Nationales d Infectiologie Juin 25 1 Recommendations AFSSAPS

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Centre Hospitalier Lyon Sud

Centre Hospitalier Lyon Sud INTERET DU TEST QUANTIFERON AVANT INSTAURATION D UN TRAITEMENT PAR BIOTHERAPIE. M. PIPERNO, J.P. LARBRE, G. LLORCA, E. VIGNON, J.G. TEBIB. Centre Hospitalier Lyon Sud Introduction o L IDR à la tuberculine

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement Recommandations de la société britannique d infectiologie (littérature revue jusqu en septembre 2008) Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement DES de Neurologie Lyon, 20/10/2010 X Moisset Introduction

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Plan 1. Définition 2. Epidémiologie 3. Histoire naturelle de la maladie 4. Diagnostic 5. Prévention 6. Traitement 2 1- Définition

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int)

Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Gonesse, Avril 2014 Marie-Laure Olivier (Int) Pas d ATCD notable D origine Malienne Dernier voyage en Aout 2013 TB chez le père il y a plus de 10 ans Début janvier:

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE

LA TUBERCULOSE DIGESTIVE LA TUBERCULOSE DIGESTIVE I - Introduction Problème de santé publique +++ Deux millions de décès par an dans le monde Atteinte digestive : rare Localisation péritonéale = la plus Fréquente deslocalisations

Plus en détail

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers

DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers DES septembre 2016 E Solau-Gervais Poitiers =artérite à cellule géante ou artérite temporale Prédominance féminine Moyenne de survenue entre 70 et 75 ans Céphalées unilatérale, temporale, d apparition

Plus en détail

Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie

Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie Les Spondylodiscites Cours de Pathologie Neurochirurgicale 4 année de médecine 2010-2011 Pr. AKHADDAR Service de Neurochirurgie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V UFR de Neurochirurgie [Plan] Les

Plus en détail

Cancer du sein métastatique triple négatif

Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triple négatif Cancer du sein métastatique triplenégatif Mme I., 32 ans, mariée, 1 enfant de 6 mois Nationalité italienne ATCD personnels: aucun ATCD familiaux: aucun Facteur

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Miliaire tuberculeuse

Miliaire tuberculeuse Miliaire tuberculeuse Miliaire : micronodules diffus < 3mm Facile à diagnostiquer sur un scanner Il faut apprendre à la reconnaître sur le cliché standard Cliché normal Diagnostic de miliaire : Nécessite

Plus en détail

Club Médecine Interne et Oeil Session FMC Saint Malo Décembre 2013. Vignettes cliniques. A. Perlat (Rennes) P Sève (Lyon)

Club Médecine Interne et Oeil Session FMC Saint Malo Décembre 2013. Vignettes cliniques. A. Perlat (Rennes) P Sève (Lyon) Club Médecine Interne et Oeil Session FMC Saint Malo Décembre 2013 Vignettes cliniques A. Perlat (Rennes) P Sève (Lyon) 1 QCMs et QROC Observation 1 Patiente de 49 ans sans antécédent Depuis 1 an : nausées,

Plus en détail

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille

Psoriasis. Dr Franck Delesalle. CHRU Lille Psoriasis Nouvelles thérapeutiques Dr Franck Delesalle Clinique i Dermatologique CHRU Lille Traitements locaux Thérapeutiques usuelles Émollients, Eucérin, Psoriane, Kératolytiques urée 10 % Eucérin, Ac

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien

Les particularités de la tuberculose pédiatrique. Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Les particularités de la tuberculose pédiatrique Dr Dang Duy, service de pédiatrie Centre hospitalier sud francilien Epidémiologie 2009 Incidence nationale : 8,2 cas déclarés / 100 000 habitants Ile de

Plus en détail

Tuberculose et psoriasis

Tuberculose et psoriasis Tuberculose et psoriasis Dr Catherine Goujon Unité de recherche clinique en immunologie- Lyon sud Tuberculose et Psoriasis Comment dépister une tuberculose latente ou infection avant de mettre un patient

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire

mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire mise au point - LES CRITERES DE LUGANO - Marie Luporsi IHN médecine nucléaire Plus de 25 sous types de lymphomes: 65% de lymphomes agressifs 35% de lymphomes indolents Age moyen au diagnostic pour LMNH:

Plus en détail

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE

ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE ECHOGRAPHIE DANS L ARTHROSE Dr Isabelle BRAULT Service Rhumatologie Besançon Echographie ostéoarticulaire? L Echographie et le Rhumatologue AVANTAGES INCONVENIANTS NON INVASIF PEU COUTEUX ACCESSIBLE NON

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

L avènement des biothérapies a apporté une nouvelle

L avènement des biothérapies a apporté une nouvelle Prescrire et surveiller une biothérapie de la polyarthrite rhumatoïde en pratique courante Biotherapies in RA: prescription and management in clinical practice D. Wendling*, B. Combe** L avènement des

Plus en détail

pred mesuré % CVF 2,57 1,95 76 VEMS 2,16 1,69 78 VEMS/CV CPT 4,57 3,54 77 DLCO 21,7 16,5 76 KCO 4,47 3,54 79

pred mesuré % CVF 2,57 1,95 76 VEMS 2,16 1,69 78 VEMS/CV CPT 4,57 3,54 77 DLCO 21,7 16,5 76 KCO 4,47 3,54 79 Une jeune femme de 24 ans, infirmière depuis 6 mois, n ayant jamais quitté la métropole, est explorée devant la découverte fortuite d une anomalie radiographique thoracique (voir ci-dessous). Elle est

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies

Que faire pour mieux préciser la nature et la répartition des anomalies Homme 60 ans. Pas d ATCD. Origine française; vit au Gabon. Découverte récente d une infection VIH avec immunodépression sévère (CD4+ à 50/mm3) Pancytopénie et fièvre Scanner initial. Quels sont les éléments

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 Deux entités Maladie de Crohn (MC) Recto-colite hémorragique (RCH) 1-2 patients? < 5 patients? 5-10 patients? Epidémio

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin

La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin Introduction Pan artérite giganto-cellulaire non nécrosante touchant les vaisseaux de gros

Plus en détail

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude

Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique. R. Abdelmalek et groupe d étude Tuberculose ganglionnaire périphérique: résultats de l étude multicentrique R. Abdelmalek et groupe d étude Introduction La tuberculose ganglionnaire: première localisation extrapulmonaire En Tunisie Prévalence

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

La tuberculose du sujet âgé

La tuberculose du sujet âgé La tuberculose du sujet âgé Epidémiologie Incidence 2007 : 6,3/100000 habitants % + 70 ans : 16 % Collectivités + 70 ans : 26,1 % Femmes + 70 ans : 26 % Tuberculose latente : 23 % Mortalité + 70 ans X

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne

Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne La lutte antituberculeuse en 2013 Institut Pasteur Paris 19 Mars 2013 Interprétation et signification d un test IGRA en pratique quotidienne Dr Emmanuel Bergot Service de Pneumologie, CHU Côte de Nacre

Plus en détail

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge

MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Percival Pott 1779-1783 MAL DE POTT Diagnostic et prise en charge Cours Collège 10 Avril 2013 Votre conduite? Mr H S, âgé de 20 ans consulte pour une AEG : anorexie et amaigrissement (6 mois) Température

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire

Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Adénopathies tuberculeuses Tuberculose ganglionnaire Rappel anatomique Les adénopathies médiastinales tuberculeuses sont : Parfois unilatérales (latéro-trachéales ) Le plus souvent bilatérales et asymétriques

Plus en détail