Sport et Me decine - Enseignement e me anne e.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sport et Me decine - Enseignement 2014-2015 3 e me anne e."

Transcription

1 Sport et Me decine - Enseignement e me anne e. ATHLETISME Activité obligatoire. Nombre de places : 36. Date du 1 er cours : 18 septembre Horaire : Jeudi de 15h00 à 16h30 (temps effectif!) Lieu : Stade de Courtemanche, RDV devant les tribunes. Niveau de pratique minimal requis : Courir 20' sans arrêt et parcourir 4 km pour les garçons et 3 km pour les filles dans ce temps imparti. Objectif de l enseignement : vivre des situations dans lesquelles l'organisme est soumis à une des trois filières énergétiques dominantes. - Tests : Mise en place de tests ½ Cooper, VAMEVAL Estimation de la VO2 max Evaluation de la vitesse maximale aérobie - Entraînement Mise en situation sur plusieurs types d'efforts fractionnés ou continus. Evaluation pratique : évaluation lors de la dernière séance sur un test de 9minutes ; 6 minutes et 3 minutes. Evaluation théorique : QCM au Semestre 2. Programme des séances Séance 1 : test VAMEVAL. Séance 2 : 2 séries de 7 x (30 à 100% VMA / 30 à 50%) 6 récup. Séance 3 : 2x (3 x 5 ) à 85% de récup entre les répétitions et 5 entre les séries Séance 4 : Echauffement ; Test du temps limite ; Etirements. Séance 5 : Séance lactique. 400 (8 ) 300 (6 ) 200 (4 ) 100 avec récupérations active Vs passive Séance 6 : Economie de course. Séance 7 : Situation test : 9min à 85% VMA + 6min à 90% de VMA + 3min à 100% de VMA. Séance 8 : Test :

2 Séance 1 : Tests d évaluation du métabolisme aérobie A. Métabolismes Pour comprendre le fonctionnement de la fourniture d énergie aux muscles pour la réalisation d un effort, il faut comprendre la notion de métabolisme. Le métabolisme est l ensemble des échanges physiques et chimiques qui permettent les transferts d énergie et qui se déroulent dans l organisme. Les muscles (en réalité il s agit de leurs protéines contractiles) ne peuvent pas utiliser directement les nutriments utiles à leur contraction. L intermédiaire est l ATP (Adénosine Triphosphate). Les nutriments sont donc dégradés pour stocker de l énergie sous forme chimique : l ATP. Cette énergie sera libérée sous forme d énergie mécanique pour le mouvement. C est la cassure de l ATP qui libère l énergie utilisable par la cellule musculaire : ATP ADP + PI + énergie Les stocks d ATP présents dans l organisme avant l effort ne permettent la poursuite de l effort que pendant quelques secondes. L organisme tout entier ne contient que 75g d ATP environ, ce qui permet une autonomie de 50 secondes. Au cours d un exercice, il faut donc continuellement synthétiser de l ATP pour la poursuite de l effort. Après avoir catabolisé l ATP en ADP (Adénosine Di Phosphate), la resynthèse d ATP pour la poursuite d un exercice dépend de sa vitesse (puissance), de sa durée (liée à l intensité), de sa modalité d application (continue, discontinue). 3 métabolismes permettent la resynthèse d ATP. De l exercice le plus intense (et court) au moins intense (et long), il s agit de : 1) La cassure de la phosphocréatine ou phosphorylcréatine (PC) dans le cytoplasme en créatine (C) et phosphate inorganique (Pi) PC C + Pi Pi + ADP ATP C est le métabolisme anaérobie (ne faisant pas intervenir l oxygène) alactique (n entraînant pas d accumulation lactique puisque la glycolyse n intervient pas). Exercice court et intense 2) La formation d acide lactique à partir des glucides dans le cytoplasme. C est le métabolisme anaérobie lactique (puisque l accepteur des ions H+ est l acide pyruvique qui est réduit en acide lactique). C6H12O6 Lactate + 2 ATP 3) L oxydation des lipides et des glucides dans les mitochondries, c est le métabolisme aérobie (faisant intervenir l oxygène comme accepteur final des ions H+). D une façon générale : ADP + substrat (glucide, lipide, protide) + O2 CO2 + ATP. Exercice peu intense et long

3 Les 3 métabolismes interviennent selon la durée et l intensité de l exercice car ils sont caractérisés par : - Leur «puissance» = vitesse de dégradation des substrats (glucides, lipides, phosphocréatine) pour assurer un taux de resynthèse d ATP/unité de temps (cf. séance 2 sur la puissance aérobie). Relative à l intensité, la puissance désigne la capacité à fournir une grande quantité d énergie dans un laps de temps très court. Schématiquement, on dit qu elle fait référence à l ouverture du robinet (représentant le débit de fourniture énergétique). - Leur «capacité» = quantité totale d ATP resynthétisée (cf. séance 3 sur la capacité aérobie). Relative à la durée, la capacité est la quantité totale d énergie qu une filière est capable de fournir. Schématiquement on dit qu elle fait référence à la taille du réservoir (représentant la totalité de l énergie). 1 1 Comment comprendre le tableau? Exemple pour le métabolisme AA : Lors d un exercice très intense et très court, la fourniture d énergie se fait en priorité via le métabolisme anaérobie alactique car il a une très grande puissance et une très faible capacité. - Pour des exercices d intensité maximale, ce métabolisme s épuise (autrement dit vide son réservoir) en 7 secondes. - Pour des exercices d intensité plus faible, ce métabolisme s épuise en 15 secondes. Lorsque le mécanisme s épuise, cela stimule le mécanisme suivant : celui du métabolisme AL.

4 Participation couplées des métabolismes à la fourniture d énergie Billat, Physiologie et méthodologie de l entraînement B. Evaluation du métabolisme aérobie 1. VO2max et VMA : qu est-ce que c est? VMA = vitesse MINIMALE pour laquelle j'atteins VO 2max. Quelques valeurs de VMA :

5 VO2max = Elle s exprime généralement en ml d'o 2 /min/kg de poids de corps (valeur relative de la VO2max) 2. Il s agit de la consommation maximale d'o2 d'un individu Intérêts de la VMA? - Orienter l entraînement : Rationalisation d une allure de course. - Extrapoler la VO2max. VMA x 3,5 = VO2max (ma VO2max est de 70, ma VMA est de 20km/h). - Prédire la performance. - Calculer l endurance (notion de temps limite à VMA : cf. séance 4) La VMA résulte de l interaction de : VO2max 4 l économie de course (cf. séance 6). la motivation +++ du protocole du test d où elle est issue. 2 Il est aussi possible de la voir exprimée en L d'o 2 /min (la valeur absolue de la VO2max ne tient pas compte du poids) ou en ml d'o 2 /min/kg de muscle (ce qui serait une expression idéale de la VO2max, mais nécessite une invasion musculaire).. 3 Quelques ordres de grandeur : Seuil de "vie normale" ou seuil de dépendance : 18 ml/min/kg. Moyenne des étudiants STAPS : 50 ml/min/kg. Moyenne des joueurs de foot de L1 : 60 ml/min/kg. Niveau national vélo : 75 ml/min/kg. Les "records du monde": 85 ml/min/kg (rare). 4 Facteurs de variation de la VO2max : Âge et sexe. Garçon : elle augmente jusqu à 18ans (sans entraînement) (en valeurs relative, la V02max ne varie pas de 6 à 18ans, Poortrmans, 1986). Entraînement : l aérobie augmente V02max. L amplitude de développement dépend du niveau initial et de la forme d entraînement (intermittent, continu). Intermittent serait plus efficace chez l entraîné / pas d importance chez le sédentaire.

6 1.3. Choix du test pour évaluer le métabolisme aérobie Choisir un test validé scientifiquement. Importance de l accessibilité du test (question de coût et de mise en place) Pertinence du test : le test doit être choisi en fonction de la spécificité des athlètes (exemple, quel intérêt de faire courir des nageurs? Ou bien quel intérêt de faire courir des handballeurs en ligne droite?). Test continu ou discontinu? Durée totale de l exercice. Un test court sur-estime la VMA, un test long sous-estime, test avec arrêts?... manque de littérature). Test triangulaire (avec augmentation de l intensité jusqu à épuisement) ou rectangulaire (intensité constante). Le test triangulaire est souvent utilisé pour des économies de temps. Influence de l incrémentation (paliers) et durée des paliers lors d un effort triangulaire. Certains tests proposent une augmentation de l intensité très progressive, d autres une augmentation plus brutale. Il faut aussi prendre en compte la pente du tapis sur tapis roulant, ou la fréquence de pédalage sur ergocycle (la fréquence de pédalage choisie influence la VO2max). Type d ergomètre utilisé : la mesure de VO2max chez un même sujet à partir d ergomètres différents ne donnera pas les mêmes valeurs. On souhaite connaître la vitesse maximale de resynthèse de l ATP au niveau des muscles spécifiques du sportif. Pour un coureur il est donc préférable de valoriser le tapis roulant. Un sédentaire sur bicyclette aura une V02max 10% inférieure à sa V02max sur tapis roulant. Sur ergomètres à bras, VO2max 20 à 40% inférieure (car différence de masse musculaire mise en jeu lors du test). En natation, 10% inférieure (moins bon retour veineux qui limite le Volume d éjection systolique).

7 2. Test de détermination de la VO2max 2.1. Les tests au protocole direct Ces tests ont pour but le recueille des gaz expirés lors d un test d effort maximal. Mesures : on mesure la balance de l O2 (différence entre dioxygène inhalé et dioxygène exhalé). Le Coureur inspire l air ambiant. L air expiré va directement dans un embout buccal et est rejeté dans une enceinte hermétique (sac de caoutchouc = sac de douglas ou dans un analyseur automatique type K4B2). On ne mesure pas la consommation maximale d O2 par les muscles (il faudrait installer une sonde dans le muscle) mais le prélèvement maximal d O2. Critères d atteinte de VO2max. Pour chaque test, il nous faut un moyen de s assurer que le sujet a atteint sa VO2max. L atteinte des critères suivants en fin de test, permet de s en assurer. o Atteinte du plateau de VO2. La consommation d O2 n augmente plus, malgré l augmentation de l intensité. o FC = FCmax ou FCmax théorique o [La] > 9mmol/L o Quotient respiratoire Protocoles indirects : Epreuves de performance sur le terrain. Il s agit d une estimation de la VO2max à partir d un test VMA réalisé sur le terrain

8 2.3. Les tests reconnus scientifiquement permettant la mise en place de ces 2 protocoles Les tests rectangulaires. Test Dispositif Résultat Critiques Parcourir la plus VO2max = d grande distance (d = distance en km ; VO2max possible en 12 en ml/min/kg minutes Le test de 12 minutes (Cooper, 1981). Test du demi- Cooper Equation de prédiction de Margaria et al. (1975). Parcourir la plus grande distance possible en 6 minutes Réaliser à vitesse maximale une course d une distance > 1000m. VMA = D/100 Si d > 5000m ou t > 10 minutes : d=5(vo2max-6)t Si t > 10 minutes : D=5(VO2max-6)t+5VO2max (d = distance en m, t durée en min, VO2 en ml/min/kg). - Allure au choix du coureur donc marche/course possible. - 12min > durée moy soutenable à VO2max / VMA on teste aussi la capacité à maintenir un haut % de VO2max (= endurance). - Faire précéder le test d un échauffement. Adaptation du test de 12min. Commencer plutôt avec le VAMeval car le 6 minutes nécessite de se connaître. - Test continu = échauffement préalable. La distance de course et l équation correspondante prennent en compte la part du métabolisme aérobie dans la fourniture d énergie.

9 Epreuve de Léger-Boucher (1980) Les tests triangulaires. Test Dispositif Résultat Critiques Test continu, Chaque accélération correspond à début à 8,5 km/h, une augmentation du coût accélération de 1 énergétique de 3.5ml/min/kg km/h toutes les 2 (=1MET). min, sans arrêt, Estimation VO2max à partir du coût plots tous les 50m énergétique du dernier palier VAMEval (Cazorla et Léger, 1983) Test "Navette 20m" (de Léger et Lambert (1982) Test continu, début à 8,5 km/h, paliers de 1 min (+0,5 km/h) et plots tous les 20m. Plot tous les 20 m avec incrémentation de 0,5km/h toutes les min. atteint. Dernier palier = VO2max VO 2max en (ml/min/kg) = 3,5 x VMA (en km/h). Il ne donne pas directement la VMA de course normale. (Utilisation d un tableau : Cazorla et Léger 1983). - Même type de protocole que les tests de laboratoire d évaluation directe de la VO2max. - Bien souvent la VO2max correspond à l avant dernier palier. - Donc vérifier VMA et VO2max lors d un test rectangulaire. Variante du Léger-Boucher Avantages : Pas d échauffement nécessaire si les premiers paliers sont lents. Validé pour tous les âges Limites : Effet d apprentissage (Cazorla) Effort maximal donc pas pour tous publics non plus. Brocherie et coll 2008 : une incrémentation trop faible. Recommandations : Utiliser des cardios pour comparer à FC max théorique Plots à un mètre de chaque côté de la borne. Amplificateur ou sifflet pour les bips. Activités : Endurance/ continus Sports co de grands terrain (foot, rugby). - Pb de lassitude (fonctionnement en aller-retour). - Pb biomécanique du blocage tous les 20m dû au changement de direction. - Pb de la relance tous les 20m nécessitant une participation du métabolisme anaérobie. ++ Les joueurs de sports co sont plus à l aise VMA coureurs de fond sous-estimée.

10 Yo-yo intermittent recovery test (Bangsbo, 2008). Course navette (km/h) Materiel : Plots, logiciel test yoyo (AE- FITEVAL), roue de mesure, bipper Installation : 20m x 2 (aller-retour) dans le temps spécifique au palier + récup : 5m x 2 (allerretour) en 10s Course normale (km/h) Course navette km/h Course normale (km/h) Pour le test niveau 1 (IR1) : Estimation Vo2max = distance parcourue en m x Pour le niveau 2 (IR2) : Départ plus rapide distance plus courte Plus grande vitesse d accumulation des lactates. Objectif : Mesurer le potentiel d une personne à fournir des répétitions d effort à haute intensité. Population : sports à effort intermittent (sport co, tennis) Mise en place : Faire sur le terrain d évolution habituel des sportifs (terrain de foot pour des footeux) Attention à la météo si c est en extérieur Difficulté à juger si une personne est en retard ou pas.

11 Test de BRUE, Test de course derrière cycliste Commence en marchant. Début à 6.41km/h. Incrémentation de 0,25 à 0,40km/h toutes les 30s. VO 2 Max en (ml/min/kg) = 3,5 x VMA (en km/h).. Il faut un cycliste expérimenté donc peu accessible comme test et on ne peut pas tester un gd nb d athlètes en même tps. Cat test de Chanon (control aerobic training) Echauffement 10mi Palier 1 = 800 à 1200m (selon niveau) FC stable à 140bpm. Palier2= m FC=160bpm Palier 3 = vitesse max. 1000m= débutants ; 1500m sportifs ; 2000m ½ fondues ; 3000m ½ fondus. R = 1minute. VMA = Vmoy dernier palier. V02max = 3,5 x V (km/h). Seuil aérobie et anaérobie en % de VMA. Objectifs : Estimation de la V02max Seuil aérobie et anaérobie. Apprécie la récupération cardiaque.

12 3. Vérification de la VMA? Second test. Réaliser une seconde fois le même test. Après récupération complète. Test du temps limite (cf. séance 4). 4. Evaluation des sédentaires et des peu actifs Le questionnaire PAS (Physical Activity Status). Jackson et al Principe : Permet d estimer la VO2max. Attention : puisqu il s agit d une évaluation par questionnaire, la méthode peut surestimer ou sous-estimer la VO2max du sujet. Il est conseillé de demander l avis d une personne proche de façon à estimer de la manière la plus juste possible l activité physique hebdomadaire. Validation : Méthode validée pour les ans. Estimation :VO2max prédit (ml/min/kg) = x âge x âge² x points selon le sexe x PAS points x taille x masse corporelle Avec 0 points pour les femmes et 11.4 pour les hommes (car masse musculaire >). Avec PAS points cf. questionnaire.

13 4.2. Méthode perception. Principe : Estimation de la VO2max en utilisant la perception de la difficulté de l effort. Protocole : marcher ou courir sur un parcours connu pendant 15minutes. Noter les sensations dans la dernière minute d effort. Estimation : L estimation de VO2max est fondée sur la relation entre vitesse de déplacement et consommation d oxygène et donc coût en oxygène (estimant le coût énergétique). VO2max prédit (ml/min/kg) = [(Distance/temps) x 3.6 x CE] x [100/ (FCmax théorique ((70 sexe x 10) / (RPEx10) ((70 sexe x 10)] Avec sexe : homme 1, femme 0. Avec RPE : score à l échelle de Borg (1982) Une relation directe : Demello et al (1987) montrent que l atteinte de la vitesse correspondant au SL2 est reliée au score 13 sur l échelle de Borg quel que soit le sexe, le niveau d entraînement et le pourcentage de VO2max sollicité. De même le seul ventilatoire et la dyspnée ressentie constituent eux aussi un seuil de perception de l exercice qui est corrélé avec celui du SL Tests de marche Rockport Fitness Walking Test Parcourir 1 mile le plus rapidement possible en marchant. S adresse à des personnes dont la condition physique est modeste puisqu à partir de 7 km/h la coordination naturelle devient la course. VO2max = ( x poids) ( x âge) + (6.315 x sexe) ( x temps) ( x FC) Test de marche ou course en montée (test Mont blanc) ou dans les escaliers (test tour eiffel) Cf. Billat, Physiologie et méthodologie de l entraînement Test au repos avec les cardio-fréquence-mètres Polar RS800. Fonction fitness test : Estimation de la VO2max au repos (couché pendant 5min) en fonction du poids, de la taille, de l âge, du niveau d activité,

14 Séance 2 : Comment améliorer la puissance aérobie (VO2max)? Puissance aérobie Puissance maximale aérobie (PMA) Quantité de travail développé en un temps donné. Relatif à l intensité capacité à produire un % élevé. Ce métabolisme a une intensité faible (ou puissance faible). Autrement dit il n est pas capable de fournir beaucoup d énergie dans un laps de temps très court. Ce métabolisme correspond à des efforts de faible intensité. Plus petite puissance atteinte à VO2max. Elle traduit une intensité d'effort. 1. Délai de mise en jeu : 2 à 3 minutes. 2. Temps d épuisement à Pmax : 3 à 7-8 minutes (à 8 mmol de lactates, quand on atteint sa V02max (au bout de 4 à 5 minutes d'effort), on peut tenir sa PMA (l'intensité de son effort), pendant 7 à 8 minutes (car empoisonnement lié aux lactates). 1. Intérêt d améliorer VO2max? Permet de s entraîner à un pourcentage élevé de la VO 2max. Comme facteur de récupération (un muscle oxygéné élimine plus vite le lactate) Eviter l atteinte précoce du seuil de dépendance : 18ml/min/kg. La VO2max diminue avec l âge : de 5 à 12% en 10ans (la diminution est réduite par l entraînement). Heath JAP 1981; 51 : 634

15 1.1. Consommation d O2 induites par l exercice < 3MET intensité légère 12.5ml d O2 3 à 6 MET intensité modérée 21ml d O2 >6 MET intenses Marcher lentement (2,7km/h = 2,3MET) Nage lente Jardiner Pédaler à vélo sans faire d effort (stationnaire 50W 3MET) Nettoyer les meubles, dépoussiérer S échauffer les muscles en douceur, léger stretching Marcher rapidement (5km/h = 3,5MET) Jouer au golf en portant ses clubs Nage normale Tondre la pelouse Jouer au tennis en double Faire du vélo à 8-14 km/h sur terrain plat ou peu pentu (stationnaire 100W 5,5MET) Frotter le sol et laver les vitres Porter du poids Courir Marche sportive Nage de compétition Faucher Jouer au tennis en simple Faire du vélo à plus de 15km/h ou en montée Pousser, tirer des meubles (déménager) 2. Principes d amélioration de la VO2max? 2.1. Quels types d efforts? De l intermittent. Ce type d effort se caractérise par une succession d efforts intenses séparés par des périodes de récupération active ou passive. Il permet de solliciter une grande intensité d effort plus longuement qu au cours d un exercice continu. L augmentation du temps de récupération entre les efforts s accompagne d ailleurs d une augmentation du t lim (temps limite) Pourquoi l intermittent permet-il de solliciter une haute intensité plus longtemps? Sahlin et al. (1998) ont montré que le phénomène d acidose métabolique est corrélé à une diminution de la performance. Une récupération accrue lors d un effort intermittent permet de retarder l apparition de ce phénomène permettant au métabolisme du lactate de s effectuer et ainsi de poursuivre l effort plus longuement. Chez l'adulte, les efforts intermittents semblent plus adaptés que les efforts continus pour développer VO 2max (Daussin, 2008), avec : Cinétique de VO 2 plus rapide. Débit cardiaque maxi supérieur. Capacités oxydatives des mitochondries meilleures.

16 Meilleures solutions : L'intermittent court/court ou moyen/moyen 5 : 15 x (15" à 120% de VMA - 15'' de récup) ou 10 x (30" à 100% de VMA - 30'' de récup) ou 10 x (1' à 90% de VMA - 1' de récup) D autres types d efforts sont toutefois bénéfiques (Pradet) : Fractionné Courte durée : 15 à 130% VMA avec 1 à 2 de récupération : 10 répétitions. Fractionné Moyenne durée : 1-2 à 3 à 120% VMA 7 répétitions Intermittent Longue durée 3-3 à 110% VMA 5 répétitions les deux dernières modalités s avèrent infaisables pour les moins entraînés Quelle intensité d effort? Principes à respecter : l efficacité d un exercice pour développer la VO2max dépend non seulement du temps passé à maintenir un effort à un haut pourcentage de VO 2, mais également de la totalité d oxygène consommé. Il faut donc solliciter le plus longtemps possible un niveau de VO 2 très proche du VO 2max (à VO 2max si possible). Application : L intensité supra-maximale 110%VMA répond au principe de solliciter un haut pourcentage de VO2max. Mais la part active du métabolisme anaérobie lactique dans la fourniture d énergie entraîne la formation d acide lactique limitant la poursuite de l effort. La quantité totale d O2 consommée lors de l effort est donc plus faible que pour un effort d une intensité de 100% VMA. Exemple type : 10 x (30" à 100% de VMA - 30'' de récup) Quel type de récupération? Dorado et al. (2004) ont montré qu une récupération active de 5 entre des efforts de 2 à 110% VMA permettait de rehausser la capacité de travail grâce à une augmentation du métabolisme aérobie en comparaison avec une récupération passive. 2 principes à respecter : 1. Récupération égale au temps d'effort à l'intérieur de la série (1:1). 2. Récupération entre les séries de 5 min (complète) Quelle intensité de récupération? 5 Mc Naughton (2006) situe la période optimale de maintien de l effort, pour le développement de la VO 2max, entre 15s et 30s.

17 Généralement 50% VMA. Principe à respecter : choisir l intensité de récupération qui permet de courir à un pourcentage élevé de VO2max (car le but est de consommer beaucoup d O2 sur la totalité de l effort) Conclusion L exercice intermittent, dans sa forme la plus triviale (30s/30s), semble devoir être calibré de la manière suivante pour assurer un développement optimal du système aérobie : intensité d exercice à 100% VMA, avec une récupération active à 50% VMA et en une seule série. Toutefois, le calibrage de la charge pourra être modifié au regard des réels objectifs recherchés. 3. Bibliographie Daussin et al., Effect of interval versus continuous training on cardiorespiratory and mitochondrial functions: relationship to aerobic performance improvements in sedentary subjects. Am J Physiol Regul Integr Comp Physiol 295: R264 R272, Dorado C, Sanchis-Moysi J, Calbert JAL (2004) Effets of recovery mode on performance, O 2 uptake, and O 2 deficit during hight intensity intermittent exercice. Can Appl Physiol 29 (3) : Midgley AW, Mc Naughton LR (2006) Time at or near VO 2max during continuous and intermittent running : A review with special reference to considerations for optimization of training protocols to elicit the longuest time at or near VO 2max. J Sport Med Phys fitness 46:1-14. Pradet et Hubiche, Comprendre l athlétisme. Sa pratique, son enseignement, Sahlin K, Tonkonogi M, Soderlund K (1998) Energy supply and muscle fatigue in human. Acta Physiol Scand 162:

18 Séance 3: Développer la Capacité aérobie. Capacité aérobie = Capacité à soutenir un haut pourcentage de VO2max pendant une durée prolongée. Le métabolisme aérobie possède une capacité élevée. Il est donc utilisé pour des exercices longs. 1. Intérêt de développer la capacité aérobie Le concept de capacité aérobie explique pourquoi deux coureurs ayant la même VO2max et la même VMA ne réalisent pas forcément la même performance. Lors de leur marathon par exemple, le premier sera capable de soutenir une intensité élevée : 75% VMA alors que le deuxième ne pourra soutenir que 70% VMA sur cette durée de course. Le concept de fraction utilisable de la VO2max (relatif à la capacité aérobie) explique aussi pourquoi un coureur possédant «seulement» une VO2max de 69mld O2/min/kg mais étant capable d en utiliser 86% pendant toute la durée du marathon est capable de rivaliser avec les meilleurs coureurs, ayant une VO2max supérieure à 75mld O2/min/kg (Costill, 1981). 2. Objectif du développement de la filière 1. Augmenter la capacité de transport de l O2 (en augmentant le débit cardiaque et multipliant les cellules capillaires dans le muscle). 3. Conversion de fibres rapides glycolytiques en fibres rapides oxydatives 2. Développement du potentiel oxydatif de toutes les fibres (par augmentation du nombre et du volume des mitochondries, utilisation des acides gras, et des enzymes du cycle de Krebs). Rappels La production d'atp comporte 3 principales étapes: 1. La glycolyse. Elle se déroule dans le cytoplasme cellulaire. Elle aboutit à la production d acide pyruvique à partir du glucose. 2. Le cycle de Krebs (dans la mitochondrie) est le point final et commun du catabolisme des glucides, des lipides et des acides aminés, car tous ces catabolismes aboutissent à la formation d'acétyl-coenzyme A (l'acétyl-coa). Le cycle de Krebs assure la transformation aérobique de l'acide pyruvique, des lipides et des acides aminés en ATP. (cf. schéma cycle de Krebs). 3. La phosphorylation oxydative (dans la mitochondrie). La chaîne de transport d'électrons sert à à réoxyder les coenzymes NADH et ubiquinone (CoQ) qui ont été réduits au cours du cycle de Krebs. Cette réoxydation s'accompagne de la création de protons H+, qui vont servir à fabriquer de l'atp au niveau de l ATP synthase (cf. schéma cycle de Krebs).

19 Schéma : Fonctionnement d une mitochondrie

20 Schéma : cycle de Krebs. Université de Rennes 1 - SIUAPS - Gymnase Universitaire - Campus de Beaulieu Rennes

21 3. Principes d amélioration de la filière 3.1. Objectif de l entraînement Repousser le moment où se produit l accumulation d ions H + au niveau musculaire Méthode Travailler au plus près du seuil anaérobie (2 ème seuil = seuil d accumulation) Courir "au seuil", c'est-à-dire "au deuxième seuil, pour le repousser. / Courir au SL2 sur une durée d environ 20 à 30 min. / Possibilié de fractionner la durée totale d effort à fournir. Exemple : 2x10 à 70% VMA (R=3 ) Quels types d efforts? Intensité Sous max «faible» I < Seuil Aérobie Sous max «modérée» Seuil aérobie < I < Seuil anaérobie Sous max «élevée» Seuil anaérobie< I < VMA Durée effort h 1h Objectif/ Zone de travail Endurance Fondamentale Entretien Capacité Aé Développement Capacité Aé Vitesse (%VMA) Récup Exemple 60% 60-85% % Footing 2x (5 x3) à 85%VMA r :1 30 et R :5 Le seuil aérobie, (ou seuil lactique 1 : SL1), est le seuil d'apparition de lactates dans le sang (2mmol). Le niveau supérieur de la capacité aérobie est nommé seuil anaérobie (SL2). Le SL2 ou seuil d accumulation, correspond à l élévation exponentielle de la lactatémie ( 4mmol). Une vitesse d entraînement correspond à cette intensité : la VMESL (vitesse maximale d état stable de la lactatémie) = 88% VMA (Dekerle et al., 2005). La VMESL est la plus haute vitesse pouvant être maintenue avec le plus haut niveau de stabilité de la lactatémie (variation < 1mmol/L entre la 10 ème et la 30 ème min) ; soutenable 40 à 90min. Chez des athlètes non entraînés le seuil est atteint pour des valeurs de 75% de VO2max. Ces valeurs peuvent atteindre près de 90% de VO2max chez des spécialistes en endurance!

22 Séance 4 : Test du temps limite (tlim) 1. Le test du temps limite Définition Temps limite à la vitesse ou à la puissance associée à VO2max (tlim VO2max ou tlim vvo2max ou tlim VMA ou tlim pvo2max) est le temps de maintien ou de soutien de cette vitesse ou puissance lors d une épreuve exhaustive Utilité du test du temps limite? A partir du test du temps limite, il est possible de distinguer deux sujets ayant une même VMA : celui qui est capable de maintenir son effort à cette consommation d oxygène pendant longtemps (> 6 minutes) et celui qui ne le peut pas. Le test du temps limite permet donc de connaître l endurance du sujet lorsqu il court à PMA. La distance et le temps soutenus à cette intensité constituent la base de calcul des différents entraînements fractionnés exprimés en pourcentage de VMA Protocole. Le test du tlim est un test rectangulaire (à allure constante). Ce test nécessite donc un échauffement bien réalisé : Echauffement de minutes à 60%VMA. En 20sec, le coureur atteint sa VMA et la maintient le plus longtemps possible. Le test se fait donc à 100% de la VMA, allure qu on est capable de maintenir autours de 6 minutes en théorie (Billat et Koralsztein, 1996) Connaissances autour du tlim Le temps de maintien à VO2max est reproductible pour un sportif d une semaine à l autre. Grande variabilité des valeurs du tlim chez des sujets ayant la même VO2max (de 4 à 11 minutes). Permet aussi de dire que certaines valeurs élevées de VO2max estimées par test de terrain ne sont pas surestimées. Il est possible de répéter au maximum 5 fractions de durée égale à la moitié du tlim à vvo2max (avec r = durée de course à 100% VMA, courue à 60%VMA). Par exemple avec un tlim de 4min : 5x2min à 100%VMA.

23 2. Echauffement 2.1. Utilité de l échauffement Pour la performance Pour la prévention des blessures. Mc Ardle, et al (1991) : L échauffement permet d augmenter la vitesse et la force des contractions musculaires par l élévation de la température interne qui produit plusieurs bénéfices : Elle crée une vasodilatation qui augmente le flux sanguin à travers les tissus actifs, fournissant ainsi aux muscles plus de substrats énergétiques. Elle permet d accroître la vitesse de transmission nerveuse, ce qui engendre une augmentation de la vitesse de contraction musculaire et du temps de réaction. Elle permet de réduire la viscosité fibrillaire, induisant une contraction musculaire plus continue. Elle favorise la dissociation de l oxygène de l hémoglobine, fournissant ainsi plus d oxygène aux muscles actifs. L activation cardiaque permet aussi de limiter la dette en oxygène (DMOA : deficit maximal accumulé en oxygène). Cf. Schéma. Lors d un exercice intense, la production d énergie par le métabolisme aérobie peut être inférieure à la demande d énergie nécessaire à l effort. Le bilan énergétique montre alors un déficit d oxygène. Le déficit est dû à l inertie du métabolisme aérobie. Certes il produit beaucoup d énergie (ATP) mais avec un délai important. A intensité maximale, une partie de l énergie est alors fournie par le métabolisme anaérobie. A l arrêt de l exercice, les paramètres respiratoires ne retournent pas instantanément aux valeurs de repos. La quantité totale d oxygène, prélevée en plus de la valeur de repos, est appelée dette d oxygène. La destinée de l oxygène prélevé pendant la récupération est multiple : restauration des réserves d oxygène ; resynthèse aérobie de la phosphocréatine ; dans certains cas, métabolisation de l acide lactique ; fourniture de l énergie nécessaire à la «remise en état» de l organisme.

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Les filières énergétiques Cours de Sophie

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION

PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION PHYSIOLOGIE APPLIQUEE A L EFFORT PHYSIQUE : INTRODUCTION Un effort, quelque soit sa nature, a besoin d ENERGIE Flux biologique de l ÉNERGIE Schématisons ce flux Plantes vertes CO 2 H 2 O Aliments O 2 Humains+

Plus en détail

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING

DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING DRAFTING DURING SWIMMING IMPROVES EFFICIENCY DURING SUBSEQUENT CYCLING Anne DELEXTRAT, Véronique TRICOT, Thierry BERNARD, Fabrice VERCRUYSSEN, Christophe HAUSSWIRTH & Jeanick BRISWALTER Le triathlon est

Plus en détail

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2

Les Exercices Types. L Amélioration de la Coordination / Souplesse : HT1 : Home Traîner 1 HT2 : Home Traîner 2 Les Exercices Types Je vous propose de trouver ci-dessous, des informations concrêtes pour exécuter des Exercices Types correspondant à des Zones d entraînement spécifiques. La Préparation Energétique

Plus en détail

Préparation spécifique et évaluation de la condition physique

Préparation spécifique et évaluation de la condition physique Préparation spécifique et évaluation de la condition physique 1 Contenu de la présentation 1. 1. Entraînement nement sur «home-trainer» :: oui oui ou ou non? 2. 2. Évaluation de de la la condition physique

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

Bioénergétique de l exercice musculaire

Bioénergétique de l exercice musculaire Bioénergétique de l exercice musculaire 1 Afin de se maintenir en vie, une cellule doit continuellement "travailler". Donc, elle a besoin d'énergie (énergie = capacité à produire du travail). Travail mécanique

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE

DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE DEVELOPPEMENT DU METABOLISME ANAEROBIE 1) Introduction 2) Rappel 3) Exploration du métabolisme anaérobie 3.1) Méthode Directe 3.2) Méthodes Indirectes 4) Développement du Métabolisme Anaérobie 5) Adaptations

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Niveau Niveau Introduction Pourquoi optimiser la récupération? Récupération = étape essentielle du processus

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1

Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et le guide de l'enseignant 1 Courir longtemps Animation pédagogique du mercredi 5 décembre 2007 Fabrice Chapel, CPC EPS D'après G. Maitrot CPD EPS et "le guide de l'enseignant" 1 Courir pour l enfant c est : Dans le domaine moteur

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied

Le certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied Course à pied CONSEIL IMPORTANT ATTENTION Pierre Levisse, Champion du Monde de cross, vous donne tous les conseils (diététique, étirements, entraînement) pour améliorer vos performances quelque soit votre

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Musculation et développement de la force

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

LA FORCE ET LE VOLLEY-BALL

LA FORCE ET LE VOLLEY-BALL LA FORCE ET LE VOLLEY-BALL Un entraînement en volley-ball complet et bien planifié, prend en compte le développement de la force maximale et la force spécifique soit d'un travail séparé (musculation en

Plus en détail

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe :

Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014. NOM : Prénom : Groupe : Evaluation Informatique Session 2 3 juillet 2014 NOM : Prénom : Groupe : Rapport de Stage Groupe 00 I) FILIERES ENERGETIQUES AU COURS DE L EXERCICE INTENSE REPETE... 3 1) PRODUCTION D ENERGIE... 3 2) GLYCOLYSE

Plus en détail

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo.

Fédération Tunisienne de judo. Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré. Les filières. énergétiques. Hamdi Chtourou. h_chtourou@yahoo. Fédération Tunisienne de judo Cours physiologie: Entraîneurs 1 er degré Les filières énergétiques Hamdi Chtourou h_chtourou@yahoo.fr 21/12/2012 La contraction musculaire La contraction musculaire L unité

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

L'énergie et le sport

L'énergie et le sport L'énergie et le sport Par Alain Carpentier Laboratoire de Biologie Appliquée et Unité de Recherche en Neurophysiologie Institut Supérieur d'education Physique et de Kinésithérapie (ISEPK) La pratique sportive

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9 STEP Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. Table des matières I. Rappels concernant le développement des ressources énergétiques : 2 1. La production d énergie : 2 2. Les

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux

Intérêt du Cardiofréquencemètre. l optimisation de l entrainement. pour. Thierry Laporte. Bordeaux Intérêt du Cardiofréquencemètre pour l optimisation de l entrainement Thierry Laporte Bordeaux 250 KMS / SEMAINE 180 kms / semaine.. L évolution des connaissances et des techniques 1927:notion de vo2max

Plus en détail

26/27 SEPT 2014 PROLOGUE RAID CHRONO 70_50_30_17 KM RELAIS 3_COUREURS RANDO

26/27 SEPT 2014 PROLOGUE RAID CHRONO 70_50_30_17 KM RELAIS 3_COUREURS RANDO 6 SEMAINES POUR PRÉPARER LE GRAND TRAIL DU SAINT JACQUES. SEMAINE 1 du 18 au 24/08 SÉANCE 1 50mn + abdos + 1h + abdos + 25mn + 8 séries de 1mn en côte + 10mn footing récup + 35mn + 8 séries de 1mn en côte

Plus en détail

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi

Notes TD1. + 2 H+ + 2 e NADH + H+. - des synthèses d'atp par phosphorylation d'adp (formation nette de deux molécules d'atp) : 2 ADP + 2 Pi Notes TD1 La glycolyse (2ATP) La glycolyse est une voie métabolique d'assimilation du glucose et de production d'énergie. Elle se déroule dans le cytoplasme de la cellule. Comme son nom l'indique elle

Plus en détail

Mon planning Vacances Judo. Juniors/Seniors. La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent.

Mon planning Vacances Judo. Juniors/Seniors. La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent. Mon planning Vacances Judo Juniors/Seniors La saison a été longue, très difficile pour certains, mais heureusement, les vacances arrivent. Alors, pendant les grandes vacances, l objectif principal est

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE LE GOLF EST-IL UN SPORT???? GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech www.preparationphysique.net SOMMAIRE Geste du golf en chiffre La préparation physique, à quoi ça sert?

Plus en détail

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX

PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX PLAN D ATHLETISATION PROTOCOLES D EVALUATION DES QUALITES PHYSIQUES DES JOUEURS INTERNATIONAUX TEST NUMERO 1 (1/3) Nom : Test Luc LEGER Navette (20m) Objectifs : Mesure de la VMA (Vitesse maximal aérobie)

Plus en détail

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96

Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Dans ce chapitre : Production d énergie pour la contraction musculaire 96 Les trois systèmes énergétiques 97 Énergie immédiate : le système du phosphate à haute énergie 99 Énergie à court terme : le système

Plus en détail

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE FEDERATION FRANCAISE D'ETUDES ET DE SPORTS SOUS MARINS COMITE INTER-REGIONAL ATLANTIQUE SUD COMMISSION TECHNIQUE INTER-REGIONALE PRISE EN COMPTE DES DONNEES PSYCHOLOGIQUES ET PHYSIOLOGIQUES EN PEDAGOGIE

Plus en détail

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse

Commission médicale de la FFR XIII. 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse Commission médicale de la FFR XIII 2 ème réunion - 27 Mars 2010 - Toulouse La place des étirements dans le Rugby à XIII Plan de la présentation: 1 ère partie: Définitions 2 ème partie: Les différents types

Plus en détail

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION

QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION Lorsque vous courez, pédalez, nagez, skiez ou tout simplement, lorsque vous montez un escalier, réalisez un certain nombre de tâches ménagères (laver le sol, les vitres.)

Plus en détail

IMPORTANCE DES ETIREMENTS

IMPORTANCE DES ETIREMENTS IMPORTANCE DES ETIREMENTS L'augmentation de la souplesse est l un des meilleurs moyens de prévention des blessures musculo-tendineuses. L entraînement de la souplesse, par la pratique d étirements avant

Plus en détail

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 INTERET DE LA MUSCULATION POUR LE TRIATHLETE Développer les maillons faibles des chaînes musculaires spécifiques à la

Plus en détail

La consommation maximale d oxygène

La consommation maximale d oxygène La consommation maximale d oxygène Sources : Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport. Jürgen Weineck. Vigot, Paris, 1992. Physiologie du sport. Bases physiologiques

Plus en détail

L ENTRAINEMENT EN APNEE

L ENTRAINEMENT EN APNEE L ENTRAINEMENT EN APNEE par Frédéric Lemaître, docteur en physiologie du sport 1 ) effets de l entraînement a) durée de l apnée b) volumes pulmonaires c) chémosensibilité au CO2 d) bradycardie e) aspects

Plus en détail

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique.

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique. L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin Nicolas Coulmy Département Sportif et Scientifique Relations avec la technique et la préparation physique Préparation technique Préparation

Plus en détail

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient

BSC COMPRESSION Spécificités techniques BSc - Compression à gradient BSC COMPRESSION Les technologies de compression sont utilisées en milieu clinique depuis des années pour le traitement des insuffisances veineuses, des œdèmes et en prévention des thromboses veineuses.

Plus en détail

Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir du"guide de l'enseignant" tome 1)

Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir duguide de l'enseignant tome 1) Quelques notions de physiologie liées à l'oral du CRPE en EPS (à partir du"guide de l'enseignant" tome 1) L'organisme humain possède une qualité essentielle celle de pouvoir s'adapter aux sollicitations

Plus en détail

Stage de Préparation Physique Juillet 2012

Stage de Préparation Physique Juillet 2012 Stage de Préparation Physique Juillet 2012 1 Contenu La V.M.A.... 3 Sa définition... 3 Son calcul... 3 Son exploitation en intervalles... 3 Volume/intensité... 4 Que faire et à quel moment de la saison?...

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

66 heures de marche!!!!

66 heures de marche!!!! 1 kg de MASSE GRASSE» 7000 kcal ou 30000 kj 1 HEURE de MARCHE à 4 km/h» 180 kcal (750 kj) Les GRAISSES fournissent environ 60 % de l'énergie nécessairen Pour "perdre" 1 kg de GRAISSE, nécessité de. 66

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE COURSE

FONDAMENTAUX DE COURSE Course Fondamentaux 08 FONDAMENTAUX DE COURSE 1. INTRODUCTION Les épreuves de course sont parfois décrites comme étant non techniques, principalement parce que courir est une action naturelle qui paraît

Plus en détail

ufrstaps Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO TOULOUSE moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302

ufrstaps Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO TOULOUSE moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302 ufrstaps TOULOUSE Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2 Pierre MORETTO moretto@cict.fr UFR STAPS - Pôle Sport - Bureau 302 ufrstaps TOULOUSE Biomécanique et Analyse du mouvement Master 1 Sc2

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement.

L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. L entraînement. Les différentes filières. Les tests d évaluation. La façon pratique de conduire un entraînement. Quelques rappels Le muscle est l effecteur Son combustible est l ATP Les stocks d ATP sont

Plus en détail

Mais l excès nuit en tout

Mais l excès nuit en tout Chers joueurs, Voilà la saison 2013-2014 vient de s achever, il en va de même pour la période des examens, alors félicitations à tous. L objectif de cette période «Intersaison» est bien sûr de permettre

Plus en détail

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 4 Bac pro Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières L1 Estimer VMA. Consignes de sécurité échauf/ /hydr/ étirements. Echauffement ou non en fonction

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique.

Nous analyserons dans ce chapitre quelques principes et notions de physiologie utiles pour la préparation physique. 9. Préparation physique La technique, la stratégie et l état d esprit sont des éléments fondamentaux en combat. Toutefois, sans une bonne préparation physique, ces éléments risquent d être inefficaces.

Plus en détail

CP5 et entrainement en natation

CP5 et entrainement en natation CP5 et entrainement en natation 1 Niveau 3: Pour produire et identifier des effets immédiats sur l organisme en fonction d un mobile d agir, moduler l intensité, la durée et la nature de ses déplacements,

Plus en détail

Les étirements??? Oui? Quand? Comment?

Les étirements??? Oui? Quand? Comment? Les étirements??? Oui? Quand? Comment? Sommaire : Idées reçues... Page 2 Contradictions... Page 3 Les techniques d étirement... Page 5 Les positions d étirement... Page 7 Recommandations... Page 11 1 Idées

Plus en détail

PHYSIQUE de LA PRÉPARATION. joueurs de niveau intermédiaire. c ô t é t e r r a i np

PHYSIQUE de LA PRÉPARATION. joueurs de niveau intermédiaire. c ô t é t e r r a i np c ô t é t e r r a i np LA PRÉPARATION PHYSIQUE de joueurs de niveau intermédiaire Par Alain QUINTALLET Préparateur physique de l'équipe de France A masculine Et des stagiaires de l Ecole Française de Handball

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT. Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource

SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT. Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource SYNOPSIS CYCLE COURSE EN DUREE N 3 LGT Leçons Thèmes de travail pour la leçon Mises en œuvre particulières Elément fondamental de la fiche ressource L1 Principes de sécurité échauffement /étirements Repères

Plus en détail

Propriétés mécaniques musculaires chez le sportif. Fred Grappe

Propriétés mécaniques musculaires chez le sportif. Fred Grappe Propriétés mécaniques musculaires chez le sportif Fred Grappe Mécanismes de la contraction musculaire 1 Structuration du niveau organismique au niveau moléculaire 2 Muscle strié squelettique 3 Fibre musculaire

Plus en détail

Le gain de Force. Les Types de Contraction. Rappels : Le MUSCLE. Les FIBRES

Le gain de Force. Les Types de Contraction. Rappels : Le MUSCLE. Les FIBRES Le gain de Force La coordination intra et inter-musculaire L'hypertrophie L'hyperplasie (??) Les Types de Contraction Rappels : Le MUSCLE Contraction Concentrique Contraction Isométrique Contraction Excentrique

Plus en détail

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition

François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com. Eléments de nutrition François Nicot http://securite-en-montagne.e-monsite.com Eléments de nutrition Consommation énergétique Eléments de nutrition F. Nicot 2 Métabolisme de repos MRT = (35 à 40) x 24 x S (Kcal / j) Surface

Plus en détail

Courses Juniors Conseils d entraînement

Courses Juniors Conseils d entraînement Courses Juniors Conseils d entraînement Nouveautés proposées par le Genève Marathon for Unicef en 2010, 4 courses de 1km à 3 km seront à nouveau proposées pour les juniors âgés de 6 à 13 ans. Pour des

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

COMPETENCE DE NIVEAU N1

COMPETENCE DE NIVEAU N1 GROUPE DES ACTIVITES ATHLETIQUES DEMI FOND Réaliser une performance motrice maximale mesure à une échéance donnée COMPETENCE DE NIVEAU N1 Compétences attendues dans l APSA Réaliser la meilleure performance

Plus en détail

EPS Demi-fond. Niveau 4 : Terminale. 106 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris. Groupe 1 : Activités athlétiques

EPS Demi-fond. Niveau 4 : Terminale. 106 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris. Groupe 1 : Activités athlétiques Collège Rocroy Saint-Vincent de Paul 106 rue du Faubourg Poissonnière 75010 Paris EPS Demi-fond Groupe 1 : Activités athlétiques Compétence spécifique 1 : Réaliser une performance motrice maximale mesurable

Plus en détail

Mesure directe Prédiction indirecte

Mesure directe Prédiction indirecte Débit maximal de prélèvement d oxygène (VO 2 max, L.min -1, ml.min -1.kg -1 PC, kg MM Puissance maximale aérobie (PMA, Watts, et VMA, km.h -1 ) Mesure directe Prédiction indirecte G Pérès physiologie et

Plus en détail

LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE

LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE LA FORCE, LA PUISSANCE, LA DETENTE S. Vaucelle LA FORCE, LA PUISSANCE 1 La Force Maximale La notion de «Force Maximale» d un sportif demande à être précisée. La Force varie en fonction du type de contraction

Plus en détail

Typologie des fibres musculaires

Typologie des fibres musculaires Typologie des fibres musculaires INTRODUCTION Muscle = ensemble de faisceau de fibres musculaires Potentialités différentes pour utiliser ATP Vitesse de contraction de fibre dépend de rapidité à scinder

Plus en détail

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement.

Ainsi le travail par intervalles permet une augmentation des charges de travail sans risque de surentraînement. LA SURCOMPENSATION La surcompensation est le phénomène de base sans lequel s entraîner serait inefficace : je m entraîne, je suis fatigué, je me repose, je suis capable de reproduire ce que j ai fait avec

Plus en détail

S entraîner à VMA en ski de fond

S entraîner à VMA en ski de fond S entraîner à VMA en ski de fond Qu est ce que la VMA? La Vitesse Maximale Aérobie correspond à la vitesse associée à la consommation maximale d oxygène, c'est-à-dire à VO2max. On entend parler aussi de

Plus en détail

MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela)

MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela) MANUEL POUR L APPLICATION DE BATTERIES DE TESTS Rodulfo Alvarado (Venezuela) 1 - RÉSISTANCE AÉROBIQUE 1.1 - Test de Course-Navette (Yo-Yo test) Précédemment et y compris actuellement on utilise le Test

Plus en détail

Lactates : «mode d emploi».

Lactates : «mode d emploi». Lactates : «mode d emploi». INFO DOCUMENT : Edité par le Département Sportif et Scientifique de la F.F.S 1 ère version : septembre 2001 - Remise à jour : juillet 2002 Groupe de travail : Nicolas Coulmy,

Plus en détail

Initier les jeunes à l entraînement S approprier les consignes Utiliser le calendrier des séances d entraînement Développer la vitesse Travailler la

Initier les jeunes à l entraînement S approprier les consignes Utiliser le calendrier des séances d entraînement Développer la vitesse Travailler la Être actif, Initier les jeunes à l entraînement S approprier les consignes Utiliser le calendrier des séances d entraînement Développer la vitesse Travailler la force et la coordination Développer l endurance

Plus en détail

L ULTRA-TRAIL, L ENDURANCE SUPRÊME

L ULTRA-TRAIL, L ENDURANCE SUPRÊME Chapitre 1 : une préparation physique spécifique Qu est-ce que l ultra trail? C est une course tout-terrain longue distance. On peut classer les trails en 3 catégories : Ceux qui veulent se lancer dans

Plus en détail

Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11

Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11 Patrick Scozzari, CPC EPS Marseille 11 1 La course d endurance au Cycle 3. A/ Spécificité de l activité : De façon libre et spontanée, les enfants répètent des jeux dans lesquels le plaisir de la poursuite

Plus en détail

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION NOM PRÉNOM CLASSE Projet Choisi LES DIFFERENTS TYPES DE FORCES QUE NOUS UTILISERONS TYPES DE FORCE VITESSE ou EXPLOSIVE % de la charge maximale en 10 répétitions 70%

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008)

LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008) LES DIFFERENTS PROGRAMMES DE MUSCULATION («Des muscles pour tout le monde», Sport et Vie n 108, Mai-Juin 2008) 1 / Quelques données théoriques : * La répétition maximale (RM) : C est le poids le plus lourd

Plus en détail

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques

REENTRAINEMENT. I) Définition. II) Filières énergétiques REENTRAINEMENT I) Définition.. II) Filières énergétiques ATP créatine phosphate Oxygène La conso d nrj => l une successive/l autre En 1er intention : ATP sur 10 première sec puis les autres filières en

Plus en détail

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26

à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 à l école primaire Roland LATOU Hélène LE PERFF Franck MOULHIAC Page 1 sur 26 PREAMBULE La course longue, trop souvent associée à l endurance dont elle prend parfois le nom, occupe une place parfois insuffisante

Plus en détail