"Prévisibilité du Climat Tropical"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""Prévisibilité du Climat Tropical""

Transcription

1 Compte rendu de la conférence: "Prévisibilité du Climat Tropical" Introduction A l'occasion de la prospective de la Commission Spécialisée Océan Atmosphère (CSOA) de l'insu, nous avons organisé une conférence sur les nouveaux enjeux de la recherche en physique du climat tropical au Centre International de Conférence de Météo France, Toulouse, du 1er au 3 juin Cette conférence avait pour objectif (i) de présenter les recherches en cours en France et leur relation avec les programmes internationaux, (ii) de favoriser de nouvelles coopérations entre les équipes de recherche, (iii) de définir des processus critiques à étudier en priorité, (iv) de répertorier les besoins en moyens d'observation (campagnes de terrain, missions spatiales) et en modélisation et, (v) de proposer ces recommandations pour la prospective de la CSOA. Ce court document résume les discussions des trois groupes de travail qui se sont réunis le dernier jour de la conférence: Variabilité et prévisibilité de grande échelle (de l'interannuel aux échelles climatiques). Variabilité et prévisibilité intrasaisonnière (du synoptique au saisonnier). Processus de méso-échelle, microphysique et rayonnement. Ce résumé des discussions est destiné à servir de base de réflexion pour la prospective CSOA pour ce qui concerne les régions tropicales. Compte tenu de la spécificité des tropiques et de leur importance dans les projections climatiques, il serait peut-être souhaitable de créer une "Thématique scientifique transverse" de la CSOA axée par exemple sur : "La physique du climat tropical de la méso échelle à la variabilité décennale". 1. Visions prospective à ans Les grands enjeux: La représentation du climat tropical et de sa variabilité dans les modèles de climat comporte encore de sérieuses lacunes. Ainsi la simulation des phénomènes les plus représentatifs des régions tropicales (cyclones, oscillations intrasaisonnières, moussons, ENSO,...) est très variable d'un modèle à l'autre, sans que l'on comprenne et maitrise complètement l'origine physique de ces différences. Un travail de recherche important des prochaines années consistera donc à identifier les processus physiques critiques permettant d'améliorer à terme la maitrise de la modélisation de ces phénomènes. Ceci est également nécessaire pour la prévision de l'évolution de ces phénomènes à des échelles de temps allant de quelques jours à quelques mois, voire quelques années. Le système climatique étant non-linéaire, une bonne représentation de la variabilité tropicale à ces échelles de temps et d'espace est également indispensable aux projections multi-décennales et aux études des impacts régionaux du changement climatique global. Bien qu'il soit important de commencer dès maintenant (comme cela est fait par le programme AMMA) à mettre au point des approches originales pour l'étude de ces impacts (économiques, santé, agriculture, ressources en eau, etc.), il ne faut pas perdre de vue que ces études reposent et reposeront avant tout sur des prévisions correctes de l'évolution du système physique aux échelles de temps pertinentes (saisonnier, intrasaisonnier, synoptique, évènements extrêmes). La bonne représentation de ce système physique par les modèles, et les analyses d'observations permettant d'atteindre cet objectif, restent donc la priorité. Les phénomènes tropicaux (systèmes convectifs, cyclones, ondes équatoriales, MJO, moussons, ENSO) sont largement gouvernés par les processus diabatiques (radiatif, convectif, échanges avec l'océan et avec les surfaces

2 continentales). Cette spécificité justifie une attention particulière à la modélisation de ces processus diabatiques pour améliorer la simulation et la prévision des phénomènes tropicaux. Ces processus physiques jouent également un rôle déterminant dans le bilan énergétique du système climatique. Concernant ces processus, les grands enjeux à relever au cours de la prochaine décennie concernent: La compréhension des processus de déclenchement et d'évolution des systèmes convectifs et la maitrise de leur paramétrisation dans les modèles de climat. Le déclenchement reste en particulier un problème difficile compte tenu de la petite échelle de certains facteurs déterminants (comme hétérogénéité de la surface, la végétation, les brises, les courants de densité, le cycle diurne) et de la méconnaissance de l'impact d'autres facteurs comme des ondes de gravité, le cisaillement du vent, les intrusions d'air sec ou plus généralement l'humidité troposphérique. L'origine (perturbations atmosphériques, température de surface et interaction air-mer, etc.) de l'organisation des systèmes convectifs en ensembles de grande échelle sur l'océan est également une caractéristique physique mal maitrisée qui pourrait jouer un rôle important pour la variabilité intrasaisonnière de type MJO et sur les moussons. Sur les continents, le signe même des rétroactions entre processus de surface et convection atmosphérique est incertain, et semble dépendant des échelles considérées et du type d'environnement. Cette complexité mal cernée affecte la modélisation de la mousson. Les processus (microphysique, distribution, cycle diurne) influençant l'impact radiatif des nuages, en particulier pour les nuages bas (source principale de dispersion des projections des modèles climatiques) et pour les cirrus tropicaux. De même, on connaît mal la nature du chauffage, convectif versus radiatif (direct) impliqué dans la variabilité intrasaisonnière. Les Aérosols sont également susceptibles d'avoir des effets radiatifs directs ou indirects (noyaux de condensation) sur la variabilité tropicale. Les processus de transport, en particulier de vapeur d'eau depuis la couche limite vers la troposphère libre, ainsi que les échanges troposphère stratosphère réalisés au niveau de la tropopause tropicale (TTL). Le rôle respectif de la convection et du transport sur la distribution de l'humidité atmosphérique, et donc aussi sur l'effet radiatif de la vapeur d'eau, sont encore mal cernés dans les régions convectives. L'importance des phénomènes de fine échelle, tels que la turbulence ou les ondes de gravité, sur le transport à plus grande échelle et le mélange reste mal connue. En plus des processus diabatiques, certains processus dynamiques gouvernant les interactions entre différentes régions à différentes échelles sont également mal compris. On peut citer l'exemple des interactions entre les moussons Africaine et Indienne à l'échelle intrasaisonnière, ou les interactions entre ENSO et la mousson Indienne à l'échelle interannuelle. Aussi, le lien entre les processus diabatiques et la dynamique pourrait jouer un rôle important dans les interactions d'échelles, en particulier entre les perturbations intrasaisonnières et les perturbations synoptiques. En ce qui concerne les moyens à mettre en œuvre, l'amélioration de la représentation de ces processus nécessitera: De proposer de nouvelles méthodes d'évaluation des simulations par confrontations aux observations (aussi bien modernes et détaillées qu'issues de proxies climatiques); De proposer de nouvelles méthodes (modèles idéalisés, etc.) et des théories adaptées à la compréhension des interactions entre différentes échelles (synoptique, enveloppe intrasaisonnière, mousson, grande échelle); De poursuivre les efforts d'observation spatiale, en exploitant en particulier les nouvelles données disponibles (par ex. A-train, TRMM, SMOS) ou à venir (par ex. Megha-Tropiques), mais aussi en proposant de nouvelles expériences spatiales; D'envisager de nouvelles expériences de terrain dédiées à l'étude de processus physiques spécifiques, si possible dans un cadre international;

3 De maintenir des sites d observation sur le long terme (comme les sites du programme AMMA sur l'afrique de l'ouest) pour assurer un suivi de l évolution climatique, et poursuivre l'exploitation scientifique de ces données ; De mettre au point de stratégies spécifiques d'initialisation des modèles couplés pour améliorer la prévision du temps dans les tropiques, en particulier pour l'échelle étendue (15-30 jours) et saisonnière. Interfaces avec d'autres thèmes: Ces interfaces ont été peu discutées lors de la conférence. On notera juste les points suivants: Interaction tropiques-extratropiques et prévisions saisonnières dans les moyennes latitudes; Simulation du climat global et de sa sensibilité; Impact du changement climatique sur les régions tropicales (ENSO, moussons, cyclones, évènements extrêmes,...); Les impacts sociétaux dans les régions tropicales (économie, santé, ressources en eau, etc.), de la prévision synoptique aux tests de sensibilité climatique. Approches à développer: L'analyse des jeux de données satellitaires existants et à venir est essentielle pour une meilleure connaissance de la convection et des nuages (morphologie, cycle diurne...) et une évaluation plus poussée des modèles. De même l'exploitation plus large des mesures de flux turbulents et radiatifs fournies par les stations de mesures à la surface devraient s'avérer particulièrement utile pour mieux maitriser le couplage entre l'atmosphère et la surface (océan, continent) et le cycle énergétique du système couplé. Les données des satellites, certaines données in situ (comme le réseau de bouées TAO) et les réanalyses météorologiques et océanographiques des centres opérationnels sont actuellement facilement disponibles. Il faut veiller à maintenir cette disponibilité afin de poursuivre l'analyse des différents modes de variabilité (intrasaisonnière et interannuelle). Ces études sont essentielles pour l'évaluation de ces modes de variabilité dans les modèles climatiques. L'accroissement des moyens de calculs doit permettre de réaliser des simulations à haute résolution de convection profonde (modélisation type CRM et LES) et, sur de plus vastes domaines spatio-temporels, pour étudier le cycle complet de la convection organisée (depuis sa génération, sa propagation jusqu'à sa dissipation) en relation avec la MJO (modélisation type CRM). De telles simulations présentent un intérêt certain pour accompagner le développement de paramétrisations (comme pour EUROCS et GEWEX Cloud System Studies). De plus, elles fournissent un outil adapté pour aborder les questions faisant intervenir des couplages entre processus physiques et dynamiques puisque les interactions entre ces processus sont alors traitées de manière plus explicite. Parmi les nouvelles méthodes prometteuses pour l'analyse de l'origine des précipitations, la mesure des isotopes de l'eau apporte des informations précieuses sur les processus internes des systèmes convectifs permettant de quantifier certains paramètres sensibles des paramétrisations (e.g. l'évaporation). La compréhension de l'impact de la convection sur la région de la tropopause tropicale (TTL) demande également une approche combinée de mesures et de modélisation, pour l'étude du bilan hydrologique et du bilan des traceurs chimiques. Une telle approche combinée est également nécessaire pour établir le rôle des cyclones tropicaux dans l'évolution et le transport d'énergie (cinétique, thermodynamique, cycle de l'eau) entre l'atmosphère et l'océan, et leur contribution au mélange méridien océanique. Le rôle des transitions entre les cyclones et les perturbations extratropicales sur la météorologie des moyennes latitudes est également un point important. Enfin, il est important d'établir des méthodes pour une meilleure estimation de l'évolution de l'activité cyclonique en relation avec le changement climatique, et de mieux estimer l'impact des cyclones dans certains paléoclimats (Eocène très chaud, Thetys et Pangée). L'étude des phénomènes tropicaux de grande échelle à l'aide de modèles de circulation générale devra se faire suivant plusieurs approches combinant des tests idéalisés (études de cas, sensibilité, etc.), des simulations avec des versions simplifiées (aquaplanète, version 1D, etc.) ou avec des versions régionales forcées aux frontières (avec ou sans zoom). Ces versions régionales doivent servir en particulier à faire des

4 tests de simulations à haute résolution (océan et atmosphère). La dépendance de la physique du modèle à la résolution est un point très sensible, en particulier pour la convection atmosphérique. Les méthodes d'évaluations de ces simulations sont encore balbutiantes et des efforts sont nécessaires, non seulement pour définir des approches nouvelles et plus précises (orientées vers les processus), mais également pour définir des séries d'outils répertoriés et facilement applicables soit systématiquement lors des simulations, soit au cas par cas. L'amélioration de la prévision opérationnelle de la trajectoire, et surtout de l'intensité, des cyclones tropicaux devrait conduire à une précision <10 km sur la position et < 5 kt sur l'intensité à 24 h, avec une évolution linéaire de l'erreur jusqu'à 7 jours d'échéance. Pour la recherche, il faut tester l'utilisation de modèles numériques avec convection explicite (<1km, microphysique spectrale) sur de grands domaines (1000 km) et sur une longue durée (10 j), avec des simulations d'ensemble couplées avec l'océan. 2. Mise en œuvre dans les 5 ans Opportunités (campagnes, programmes d'observation, projets de modélisation,...) La caractérisation de la convection bénéficie des progrès de l'observation par satellite: TRMM, CALIOP, CLOUDSAT, MEGHA-TROPIQUES sans oublier les géostationnaires de nouvelle génération et les sondeurs AIRS, IASI. Les longues séries d'observations par satellite fournissent aussi des données à des échelles spatiales et temporelles pertinentes pour le climat. Il est important de développer dans les prochaines années l'exploitation de ces données. Les mesures de flux à la surface sur des échelles de temps pluriannuelles (e.g. ARM, AMMA-Catch, bouées TAO, PIRATA) offre la possibilité d'évaluer notre compréhension de ces processus et leur représentation dans les modèles. Les progrès dans les moyens satellites permettent d'envisager d'établir le bilan radiatif de surface sur l'océan depuis l'espace. Dans ce contexte, il y a aussi un grand intérêt à combiner observations par satellite et les mesures au sol. Le programme AMMA a apporté une base de données unique sur l Afrique de l'ouest et a permis de développer des méthodes et des outils d'analyse originaux. Il est souhaitable de poursuivre ce programme (voir document de prospective ISP-2 d'amma), afin de consolider les résultats en traitant d'autres cas et en construisant des climatologies. Une approche faisant intervenir les interactions avec les latitudes tempérées, la mousson indienne et l océan indien doit maintenant être recherchée. De plus, les campagnes prévues FENNEC dans le Sahara et océanographiques dans le golfe de Guinée fourniront des données détaillées utiles pour mieux comprendre respectivement les mécanismes liés à la dépression saharienne et la mise en place de la langue d'eaux froides. Parmi les campagnes de mesure prévues, la campagne Cindy-Dynamo de offre une opportunité unique car ses objectifs recoupent ceux d'une partie de la communauté française spécialisée sur le climat de l'océan Indien. Cette expérience est principalement dédiée aux processus en jeux dans l'initiation de perturbation intrasaisonnière dans l'océan Indien. Cela offre la possibilité de tester des hypothèses sur l'impact de certains processus sur cette initiation (comme le préconditionnement de la troposphère par les couches de réchauffement diurne océanique). Parallèlement, la communauté française pourrait d'avantage participer à la mise en place et à l'entretien du nouveau réseau RAMA (l'équivalent du TAO et de PIRATA dans l'océan Indien). A terme, et pour d'autres campagnes sur les océans tropicaux, il pourrait être opportun de considérer l'embarquement de radars bande-x sur les unités de la flotte permettant une étude détaillée de l'hydrologie des précipitations en liaison avec les mesures en couche limite marine. En termes de modélisation, il importe de poursuivre et développer les comparaisons entre modélisation explicite (LES, CRM), paramétrisations et observations. Les projets européen EUCLIPSE et français DEPHY doivent permettent de progresser sur ce type d'approche. Il serait utile de faire un état de l'art des CRM et des LES en France. Les prochaines années devraient permettre de réaliser des simulations d'ensemble de plusieurs jours avec une convection explicite et un couplage avec l'océan et les surfaces continentales. Cela permettrait d'étudier le spectre de la variabilité tropicale (diurne jusqu'à quelques dizaines de jours), l interaction des perturbations dynamiques avec la convection organisée, et la modulation des conditions favorables à la cyclogenèse. L'évolution vers un meilleur système d'évaluation des modèles de circulation générale dans les prochaines années pourrait se faire dans le cadre des analyses des simulations de CMIP5.

5 Liens avec les programmes de recherche internationaux: Les propositions présentées ci-dessus impliquent des liens avec plusieurs programmes de recherche, français (e.g. DEPHY), européens (e.g. EUCLIPSE) et internationaux (e.g. MEGHA-TROPIQUES). L'étude de l'initiation des évènements intrasaisonniers dans l'océan Indien et de l'influence du couplage doit être réalisé dans le cadre international de la campagne CINDY-DYNAMO d'octobre 2011 à mars 2012 (principalement Japon et US pour l'instant). Des analyses de modèle à haute résolution sur une série de cas de MJO devraient être réalisées dans le cadre de YOTC (analyse à haute résolution ECMWF et ensemble de mesures spatiales NASA. Concernant les simulation explicites de la convection tropicale sur de large domaine des collaborations seront à développer avec le projet anglais CASCADE. La suite des campagnes de terrain sur l'afrique de l'ouest est prévue dans les cadres internationaux FENNEC (Allemagne, UK, Pays africains) et PIRATA (Allemagne, USA). 3. Recommandations On constate que la représentation du climat tropical et de sa variabilité par les modèles globaux n'est pas satisfaisante. La maitrise de certains processus physiques est nécessaire pour l'amélioration de la représentation de l'état moyen du système (profils moyens de température et de vapeur d'eau, distribution des précipitations, etc.) et de sa variabilité à différentes échelles de temps et d'espace (cyclones, intrasaisonnier, mousson, ENSO, etc.). Cela est en particulier nécessaire pour : (i) améliorer la prévision de ces phénomènes ; (ii) mieux prendre en compte les non linéarités du système océan-atmosphère dans les tests de sensibilité climatiques (paléoclimat ou projection) et; (iii) aborder les questions de régionalisation des impacts climatiques avec un système physique représentant correctement le climat actuel de ces régions. Les enjeux de ces recherches vis à vis des populations locales et des décideurs économiques et politiques sont très importants. Les points suivant sont ressortis des discussions sur les priorités. Bien que le premier point apparaisse dans les prospectives depuis de nombreuses années, le soutien reçu pour ce type d'étude demeure marginal. Il en résulte que peu de progrès solides ont été réalisés sur la représentation de certains phénomènes tropicaux (MJO, Mousson, etc.) dans les MCG. Les lacunes de notre compréhension de la physique sous-jacente sont apparues encore plus nettement avec l'emploi des modèles couplés. Le couplage n'améliore pas toujours la variabilité du modèle et dégrade souvent l'état moyen dans les tropiques. Un travail de fond sur la physique des modèles est maintenant nécessaire. Développer de nouvelles paramétrisations physiques ou adapter les paramétrisations existantes, en particulier pour la convection et les interactions avec la surface, basés sur : (i) des études des processus physiques (e.g. déclenchement et entraînement pour la convection, transport dans la TTL, fractionnement isotopique, etc.) et ; (ii) des étude d'impact de ces paramétrisations sur la variabilité tropicale à différentes échelles. o o o Le premier point devra reposer sur des résultats expérimentaux (e.g. AMMA, CIRENE, CINDY-DYNAMO, etc.), sur des études utilisant des modèles à haute résolution (CRM et LES), sur des modèles simplifiés, et sur des configurations particulières des MCGs (forçages aux limites, etc.). Il faut aussi étudier la sensibilité et le domaine d'application de ces paramétrisations dans le cadre de l'augmentation de la résolution horizontale et verticale des modèles. Le second point devra reposer sur le développement et la distribution de nouvelles méthodes de confrontation des modèles aux observations pour les effets locaux (observations de terrain) et pour l'évaluation systématique de la représentation des principaux phénomènes tropicaux (MJO, moussons, ENSO, etc.) sur l'ensemble de la bande tropicale (mesures par satellites, réanalyses). Cela demande certainement de mieux connaître les différents modes de variabilité (intrasaisonnier, interanuel) et de poursuivre l'étude des interactions entre différentes régions (tropiques-latitudes tempérées, tropiques-tropiques) et différentes échelles (ondes-convection, synoptique-intrasaisonnier). On manque certainement de théories pour aborder correctement l'évaluation de la représentation de ces phénomènes très intermittents et soumis à de nombreuses interactions d'échelles.

6 Développer des méthodes d'initialisation du système couplé minimisant le "spin up" intrasaisonnier pour les prévisions à l'échelle étendue (15-30 jours) et pour les prévisions saisonnières. Utiliser les compétences acquises sur la connaissance du milieu physique de l'océan Indien pour affiner l'étude de la cyclogenèse, et la prévision des cyclones, en particulier pour la région couverte par le CMRS de La Réunion. Utiliser des modèles à haute résolution, et affiner la représentation des processus physiques, pour améliorer la prévision de l'intensité des cyclones. Points particuliers: Etudier la possibilité de réaliser des simulations de grande échelle avec des CRM et des LES, en particulier pour l'étude des perturbations intrasaisonnières; Soutenir les participations françaises à des campagnes internationales (comme CINDY-DYNAMO); Soutenir les efforts d'amma pour le renforcement des réseaux d'observations sur le long terme et la poursuite de son ouverture vers les questions d'interactions société-environnement-climat.

7 Programme de la conférence Mardi 1 Juin Accueil et enregistrement Séance d'introduction (F. Karbou) 1300 Marc Pontaud Anne Lifermann Jean-Philippe Duvel Les objectifs de la conférence 1330 Robert Delmas Une infrastructure de recherche sous les tropiques : Le LACy et l OPAR au sein de l Observatoire des Sciences de l Univers de la Réunion Serge Janicot AMMA et les réseaux d'observation en Afrique et sur l'atlantique ENSO et variabilité du système couplé (P. Braconnot) 1400 E. Guilyardi Understanding El Niño in Ocean-Atmosphere General Circulation Models: progress and challenges 1415 A. Belmadani, B. Dewitte et S.-I. An Rétroactions d ENSO et échelles de temps associées dans un ensemble multi-modèle 1430 T. Delcroix, G. Alory et S. Cravatte Contrasting observed and CMIP3 simulated sea surface salinity in the tropical Pacific, J. Vialard, M. Lengaigne, J.-P. Duvel, C. de Boyer Montégut, S. Masson, F. Durand 1500 G. Gastineau, C. Frankignoul et J. Mignot 1515 D. Swingedouw, J. Mignot, P. Braconnot, E. Mosquet, M. Kageyama et R. Alkama Pause Moussons (G. Bellon) Interactions d échelles et de basins de la variabilité oceanatmosphère du secteur Indo-Pacifique. L influence de la circulation méridienne de renversement de l'océan Atlantique sur la variabilité atmosphérique Impact of freshwater release in the North Atlantic under different climate conditions in an OAGCM 1600 P. Braconnot et C. Marzin Réponse de la mousson aux variations d insolation au cours de l Holocène et de l Eemien 1615 P. Camberlin, B. Fontaine, S. Louvet, P. Ajustements de l atmosphère africaine associés au début de la Oettli et P. Valimba mousson indienne 1630 F. Hourdin, A. K. Traore, I. Musat et F. La mousson Africaine : un défi pour la modélisation physique du Guichard climat 1645 P. Peyrillé, J.-P. Lafore et A. Boone Etude du cycle annuel de la mousson africaine et du couplage végétation-atmosphère à partir d un modèle bidimensionnel de mousson africaine Discussions Posters I avec cocktail Mercredi 2 Juin Variabilité intrasaisonnière et ondes équatoriales (J.P. Lafore) 0930 J.-P. Duvel La variabilité intrasaisonnière et les échanges air-mer: Revue 0945 H. Douville, S. Bielli, L. Li Téléconnexions tropiques-extratropiques: quelles implications pour

8 la prévisibilité climatique? 1000 E. Mohino et S. Janicot Impact des évènements MJO d'été dans le secteur Indien sur la mousson africaine 1015 V. Zeitlin Interaction des ondes équatoriales avec les ondes planétaires et formation des structures cohérentes dans les tropiques 1030 C. Barthe, N. Asencio, J.-P. Lafore, M. Chong, B. Campistron et F. Cazenave Pause Cyclones (J. Vialard) Analyse multi-échelle de la période convective des juillet 2006 de la SOP AMMA: observation et simulation 1115 M. Plu et P. Caroff La prévision des cyclones tropicaux dans le Sud-Ouest de l'océan 1130 F. Chauvin, A.-S. Daloz et J.-F. Royer Détection des ouragans dans une version couplée d ARPEGE basculé étiré 1145 F. Roux, P. Caroff, M. Plu SWICE: un programme d'étude des cyclones du sud-ouest de l'océan Indien 1200 G. Samson, M. Lengaigne et S. Masson Discussions Déjeuner Convection (F. Roux) 1415 F. Guichard, C. Rio, F. Couvreux, A. Gounou, M. Lothon, D. Bouniol, B. Campistron et M. Chong 1430 J.-Y. Grandpeix, J.-P. Lafore, F. Chéruy et R. Roehrig 1445 H. Bellenger, Y. Takayabu, T. Caractéristiques de l activité cyclonique du bassin Indien simulée par le modèle atmosphérique WRF sur la période La convection diurne au Sahel et sa modélisation: une étude de cas en conditions semi-arides La nouvelle paramétrisation des courants de densité du LMD et du CNRM Interaction océan-atmosphère et cycle diurne de la convection dans les tropiques Ushiyama, K. Yoneyama 1500 J.-P. Chaboureau Impact de la convection dans la couche de la tropopause tropicale (TTL) 1515 J.-P. Pommereau Importance of convective overshooting troposphere to stratosphere transport in the tropics at the global scale 1530 B. Legras et A. Tzella Sources convectives et transfert dans la couche de la tropopause tropicale (TTL) 1545 R. Roca et al. La mission Megha-Tropiques (et introduction des posters MT) Discussions Pause Posters II Jeudi 3 Juin Eau, nuage et processus radiatifs (R. Roca) 0930 S. Bony Rôle des processus nuageux dans la simulation du climat tropical : Quels processus critiques? Quelles stratégies d'évaluation? 0945 D. Bouniol, Fleur Couvreux, F. Evaluation de la représentation des nuages en Afrique de l Ouest Guichard 1000 F. Karbou et al. L assimilation des observations satellites au-dessus des continents: Impacts sur la représentation de l humidité dans les modèles d'assimilation 1015 O Bock, R. Meynadier, S. Gervois, F. An updated view of the water cycle at large scale over West Africa

9 Guichard, A. Boone, M. Nuret, J.-L. Redelsperger, A. Agusti-Panareda, A. Beljaars et P. Roucou Pause Précipitations (M. Gosset) 1100 F. Vimeux et S. Bony Apport des isotopes stables de l'eau pour l'évaluation et la compréhension des changements de précipitation dans les Tropiques: présentation du projet ISOTROPIC 1115 A. Getirana, A. Boone, C. Peugeot, J. Viarre, L. Seguis, M. Gosset, G. Quantin et T. Vischel Impacts of satellite-based precipitation datasets on the water balance of a mesoscale West-African catchment 1130 V. Moron et N. Philippon L'évolution de la cohérence spatiale et de la prévisibilité des précipitations sahéliennes au cours du cycle saisonnier (observations et simulations forcées ECHAM) M. Guimberteau, K. Laval, A. Perrier et J. Polcher Discussions Déjeuner Réunion des groupes de travail Impact de l'irrigation des surfaces continentales sur le bilan d'eau en Inde Groupe I: Variabilité et prévisibilité de grande échelle (de l'interannuel aux échelles climatiques) E. Guilyardi et C. Cassou Groupe II: Variabilité et prévisibilité intrasaisonnière (du synoptique au saisonnier, et cas particulier de l'océan Indien) J.P. Lafore et F. Roux Groupe III: Processus de méso-échelle, microphysique et rayonnement F. Guichard et B. Legras Synthèse des groupes de travail FIN POSTERS p1 E. Guilyardi, P. Braconnot et F.-F. Jin Atmosphere Feedbacks during ENSO in a Coupled GCM with a Modified Atmospheric Convection Scheme p2 B. Vannière et E. Guilyardi A new approach to understand El Niño mechanisms in climate models p3 J. Lloyd, E. Guilardy et H. Weller The Role of Atmosphere Feedbacks During ENSO p4 A. Juillet-Leclerc Modifications des effets d'el Niño sur la bordure Sud-Est de la Warm Pool au cours du siècle dernier p5 L. Liu Assessment of the factors impacting simulated IOD events in the WCRP CMIP3 Coupled Simulations p6 Y. Luan, P. Braconnot Seasonal and interannual variations of tropical Pacific induced by insolation changes in the early and middle Holocene p7 N. Rochetin et J.-Y. Grandpeix Utilisation d''un modele unicolonne pour l'étude des interactions atmosphère-surface p8 A. K. Traore, F. Hourdin Variations décennales de la pluie au Sahel p9 A. Gounou, F. Couvreux, F. Guichard, Cycles Diurnes de la Mousson Ouest-Africaine : Observations et A. Boone and M. Koehler Modélisation p10 L. Eymard, F. Karbou et S. Janicot L'apport des mesures AMSU pour l'analyse de la mousson africaine p11 W. Zheng et P. Braconnot Towards the understanding of model spread in the PMIP2 mid-

10 p11bis p12 p13 p14 p14bis p15 p16 p17 P18 P19 P20 P21 p22 Holocene simulations of the African Monsoon S. Masson, P. Terray, G. Madec Impact de la fréquence de couplage sur la représentation du climat dans un modèle couplé R. Roehrig, F. Chauvin et J.-P. Lafore Rôle de la dépression thermique saharienne dans les interactions de la mousson d Afrique de l Ouest avec les moyennes latitudes à l échelle intrasaisonnière E. D. Poan, F. Couvreux, R. Roehrig Variabilité intrasaisonnière de l'eau précipitable en Afrique de et J.-P. Lafore l'ouest. Y. Ruprich-Robert, C. Cassou, S. Bielli Impact du couplage océan-atmosphère sur la variabilité intrasaisonnière dans les tropiques et les connexions extratropicales associées. P. Maury et F. Lott Influence de la parametrisation de la convection sur l'émission d'ondes équatoriales dans LMDz. E. M. Vincent, M. Lengaigne, J. Importance of Ocean-Atmosphere coupling for Tropical Cyclones Vialard, G. Madec activity in the south Indian Ocean A. Koch-Larrouy Etude de l influence des cyclones sur l'océan au moyen des données Argo O. Riviere, L. Descamps, G. Lapeyre, La prévision d'ensemble et les vecteurs singuliers pour les cyclones O. Talagrand tropicaux I. Tobin, S. Bony, J.-Y. Grandpeix L'organisation de la convection tropicale : Observations et paramétrisation M. Bolot, B. Legras, J.-I. Yano Considérations autour de l'inversion d'un schéma de convection spectral en flux de masse C. Kocha, J.-P. Lafore, P. Tulet Modélisation des poussières durant le mois de Juin 2006 et impact sur la prévision de la convection : comparaison avec les observations de la SOP AMMA D. Pollack, I. Beau, J.F. Gueremy Validation of turbulence and convective schemes on western Africa; comparison of LAM and CRM simulations on an AMMA case study. T. Fiolleau, R. Roca Nouvelle approche pour la détection et le suivi des systèmes convectifs dans les tropiques p23 D. Bouniol, J. Delanoë, C. Duroure, A. Protat, G. Penide Caractérisation microphysique des enclumes de lignes de grains en Afrique de l'ouest p24 O. Chomette, P. Raberanto et R. Roca Scarab sur Megha-Tropiques p25 G. Seze Evaluation of the global cloud cover parameters obtained from geostationnary data in the frame of the Megha-tropiques mission with Calipso lidar observations p26 J. Lémond, L. Picon et R. Roca Etude de l humidité dans la troposphère libre subtropicale p27 R. Guzman, L. Picon, R. Roca Influence de la vapeur d eau sur l effet de serre ciel clair dans les tropiques p28 H. Brogniez, L. Eymard, F. Le radiomètre micro-ondes SAPHIR: pour une meilleure Marquisseau, P.-E. Kirstetter description verticale de la vapeur d eau troposphérique tropicale p29 F. Karbou et al. L assimilation des observations satellites au-dessus des continents: Impacts sur la représentation de l humidité dans les modèles d'assimilation p30 F. Brient, S. Bony, J.-L. Dufresne Analyse des rétroactions nuageuses tropicales en changement climatique par une hiérarchie de modèles P31 M. Guimberteau, G. Drapeau, J. Modélisation des debits de l Amazone: premiers résultats Ronchail, J.-L. Guyot P32 Kirstetter, Viltard, Gosset Vers un modèle d'erreur pour l'estimation des précipitations au sol à partir des mesures micro-onde passives depuis l'espace p33 P. Chambon, I. Jobard, Roca Bilan d erreurs associées aux estimations de pluie cumulée pour Megha-Tropiques P34 N. Viltard Performances et améliorations de l'algorithme multi-plateforme de restitution de la pluie (BRAIN) dans les tropiques P35 J.-C. Espinoza, M. Lengaigne, J. Types de temps et pluie en Amazonie Ronchail, S. Janicot et J.-L. Guyot p36 J. Viarre, M. Gosset et V. Jorigne Comparaison des regimes pluviométriques et de la structure spatio-

11 temporelle des champs pluvieux sur les trois sites de méso-échelle AMMA-CATCH ouest-africain : Mali, Niger et Bénin.

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012

Profils verticaux de la couverture nuageuse, de ses propriétés et des aérosols: données du lidar CALIOP et du radar CLOUDSAT (DARDAR) de 2006 à 2012 T1.3 (Tropics) Diurnal cycle of cloud cover in the tropical regions: combined use of geostationary satellite, A-Train measurements and lidar/radar ground station measurements. Coordination : G. Sèze (LMD)

Plus en détail

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2

Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Réunion de lancement du projet LEFE DEPHY2 Développement et Evaluation des PHYsiques des modèles atmosphériques BILAN 45 participants 25 CNRM, 12 LMD, 4 LGGE, 2LA, 1 LSCE, 1 GET 8-9-10 septembre 2014 Observatoire

Plus en détail

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales

Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Proposition Expecting EarthCare, Learning from A-Train (EECLAT) T1. Studies at regional scales Programme Présentation générale : bilan et poursuite de chaque tâche Pôle Les nuages en Arctique G. Mioche

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques

Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Développement et Evaluation PHYsiques des modèles atmosphériques Motivations : Augmenter la confiance dans les prévision du changement climatique. 1. nécessite d'utiliser les modèles le plus "physiques"

Plus en détail

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest

Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest CENTRE NATIONAL Evaluation des performances du modèle de prévision à haute résolution AROME sur l Afrique de l Ouest F. Beucher, J.-P. Lafore,F. Karbou, R. Roca, F. CNRM-GAME, Météo-France and CNRS, LEGOS

Plus en détail

Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA)

Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA) Real-time Monitoring and forecast of IntraSeasonal Variability over Africa (MISVA) R. Roehrig 1,*, F. Couvreux 1, E. Poan 1, P. Peyrillé 1, J.-P. Lafore 1, O. Ndiaye 2, A. Diongue-Niang 2, F. Favot 1,

Plus en détail

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE

The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE The Tropical Warm Pool-International Cloud Experiment TWP-ICE Darwin, Australie Du 20 janvier au 13 fevrier 2006 radiosondages Flux radiatifs de surface Flux turbulents de surface Radar CPOL Forçages déduits

Plus en détail

Synthèse Atelier Convec2on. C. Rio et R. Roehrig

Synthèse Atelier Convec2on. C. Rio et R. Roehrig Synthèse Atelier Convec2on C. Rio et R. Roehrig Organisa2on de l atelier 1. Méthodologies : configura6ons intermédiaires pour l étude des interac6ons convec6on/dynamique : Simula2ons ini2alisées type TransposeAMIP

Plus en détail

Variabilité tropicale et paramétrisa0ons

Variabilité tropicale et paramétrisa0ons Variabilité tropicale et paramétrisa0ons R. Roehrig et J.- P. Chaboureau Réunion DEPHY2, 9 septembre 2014, Banyuls- sur- mer Quelques rappels sur la philosophie DEPHY2 Connaissance des processus (LES,

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy

Compte rendu des utilisations du calculateur TITAN au LACy Le Laboratoire de l Atmosphère et des Cyclones (LACy) UMR (8105) Université de la Réunion CNRS Météo France 15 avenue René Cassin, 97715 Saint Denis messag.,cedex 9 Compte rendu des utilisations du calculateur

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe

Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Rôle des nuages dans l'anomalie de température de l'hiver 2007 en Europe Meriem Chakroun Marjolaine Chiriaco (1) Sophie Bastin (1) Hélène Chepfer (2) Grégory Césana (2) Pascal Yiou (3) (1): LATMOS (2):

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France

TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France TRANSPORT CONVECTIF TROPOSPHERE-STRATOSPHERE Importance l échelle globale? Jean-Pierre Pommereau CNRS LATMOS, Guyancourt, France Transport Troposphere-Stratosphere 0-14 km Convection. Rapide (heures) jusqu

Plus en détail

Les nuages : force de la nature

Les nuages : force de la nature Les nuages : force de la nature TPE 1ère S1 Lycée Maurice Eliot 2010-2011 Physique-Chimie / SVT PLAN I-PRINCIPE ET FORMATION DES NUAGES A- ASCENDANCE DUE A LA CONVECTION B- ASCENDANCE DUE A UN FRONT C-

Plus en détail

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA

ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA ARM - ACMAD ASECNA CE - CERMES CILSS - CNES - CNRS GDEEE - IFREMER - INSU-IRD -Météo France Met Office - NERC - NASA - NOAA Dossier de presse conjoint Campagne internationale AMMA Succès de la première

Plus en détail

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne

Welcome to AGRHYMET. Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger a.ali@grhymet.ne L information hydroclimatique en Afrique de l Ouest, base de la maîtrise de l eau pour la Sécurité alimentaire Welcome to AGRHYMET Dr Abdou ALI, Expert hydrologue, Centre Régional AGRHYMET, Niamey, Niger

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration. Contacts : jean-martial.cohard@ujf-grenoble.fr AMA Fall Meeting 2013 Toulouse, 22-24 janvier Modélisation couplée des processus de surface et souterrains pour prédire la distribution spatiale de l'évapotranspiration.

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement

LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement LSCE Laboratoire des sciences du climat et de l environnement octobre 2011 CONTACTS PRESSE : Service de presse de CEA - Tél : 01 64 50 16 49 presse@ceafr Service de presse du CNRS - Tél : 01 44 96 51 51

Plus en détail

Le projet DRIAS : premières études et documents

Le projet DRIAS : premières études et documents Le projet DRIAS : premières études et documents Julien Lémond CNRM / GAME, Météo-France, CNRS Direction de la Climatologie Réunion Comité Utilisateurs, le 29 juin 2010 Plan de la présentation 1 ) Les services

Plus en détail

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer

Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Colloque des arbitres et des commissaires aux résultats Moulin mer Bernard Simon- janvier 2015 Météorologie Web : Attention aux modèles utilisés dans les prévisions: (maillage / relief pris en compte/

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Modèle de Climat de Titan

Modèle de Climat de Titan Planétologie - GSMA - Université de Reims Champagne-Ardenne Modèle de Climat de Titan Le contexte général : Titan, le plus gros satellite de Saturne, possède une atmosphère dense de 1.4 bar essentiellement

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

VENT OCEANIQUE (WIND)

VENT OCEANIQUE (WIND) VENT OCEANIQUE (WIND) La connaissance des échanges à l interface air-mer est très importante pour les études climatique et météorologique. Le vent de surface océanique est un paramètre principal de ce

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM

METEOROLOGIE. Aéroclub Besançon La Vèze. Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1. F-SO au FL65 over LFQM METEOROLOGIE Aéroclub Besançon La Vèze F-SO au FL65 over LFQM Cours MTO - Ivan TORREADRADO 1 L air L atmosphère terrestre L humidité La stabilité, l instabilité La convection/l advection Les masses d air

Plus en détail

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes).

Grille de planification Expédition météo. Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10 minutes). Grille de planification Expédition météo Spécialiste de l atmosphère Spécialiste des vents Spécialiste des nuages Spécialiste de la cartographie Graffiti de ce que l équipe sait de la météorologie (10

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n

Météo Marine. Benjamin Aymard. Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie. ./IMAGES/logo-n Météo Marine Benjamin Aymard Cours CNIF 18 Février 2014 Université Pierre et Marie Curie 1/41 18 Février 2014, UPMC aymard@ann.jussieu.fr Météo Marine Cours Météo pratique Pourquoi les prévisions météo

Plus en détail

IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE

IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE Lemaître Cyndie Master 2 ème année ICE Année 2006-2007 UVSQ IMPACT DES SYSTEMES NUAGEUX DANS L HUMIDIFICATION DE LA TROPOSHERE LIBRE TROPICALE Remerciements Je remercie tout d abord Hervé de Feraudy et

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Nouveaux développements physique / évaluation

Nouveaux développements physique / évaluation Programme 9:30-10:30 10:30-11:30 Bilan année 2012 Nouveaux développements physique / évaluation Pause café 12:00-13:00 Application aux climats régionaux Repas 14:15 15:15 15:15-16:15 Couplages à la surface

Plus en détail

Projet évaluation : précipitation et

Projet évaluation : précipitation et Projet évaluation : précipitation et nuages du Global-Meso Groupe Global-Meso Meso: Stéphane Bélair,, Michel Roch,, Anne- Marie Leduc, Paul Vaillancourt Objectifs du projet d évaluation Développer des

Plus en détail

La diversité des climats

La diversité des climats Les interactions entre l océan et l atmosphère Chaque jour, la météorologie occupe une place importante (voire le devant de la scène), lorsque surviennent tempêtes, vagues de chaleur ou de froid, ou inondations.

Plus en détail

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques.

ACTIVITÉ. Configuration de la pression en surface. Matériel. Pointage et analyse de la pression aux stations sur cartes météorologiques. ACTIVITÉ Configuration de la pression en surface Lorsque vous aurez complété cette activité, vous devriez être en mesure de : Dessiner des lignes d'égale pression (isobares) pour présenter la configuration

Plus en détail

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment.

Tout commence avec une histoire de masses d'air. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Tout commence avec une histoire de masses d'air. 2. Lorsque 2 masses d'air se rencontrent, des fronts se forment. Des nuages se forment dans le ciel, dont certains provoquent...... des hydrométéores, 4....

Plus en détail

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T

L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T L ' E N V I R O N N E M E N T À T R A V E R S L A S I M U L A T I O N N U M É R I Q U E : U N E N O U V E L L E P R A T I Q U E D E L ' I N G É N I E R I E D U B Â T I M E N T Pour les bâtiments et à l'échelle

Plus en détail

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland)

VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Z(km)= 112 96 80 64 48 32 16 0 VI.1) Description de la QBO Observation du vent zonal en moyenne zonale à l'équateur Données UARS (Swinbak et Orland) Thermosphère Mésosphère Stratosphère Troposphère Dans

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT

LA MESURE DU VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT ALLÔ LA TERRE : LE VENT LA MESURE DU VENT Réalisation : Laurent Chevallier La Cinquième, Hachette, Tout l univers, Cité des sciences et de l industrie de La Villette, Les Films d ici, 1995 Durée : 02 min

Plus en détail

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société

La gestion opérationnelle de la météosensibilité. La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La gestion opérationnelle de la météosensibilité La prévision météorologique et hydrologique au cœur de l Économie et de la Société La société METNEXT METNEXT en bref Notre métier : L assistance aux entreprises

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel

août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel août La météo Congrès provincial de l AEFNB Journée de perfectionnement professionnel Bienvenue Tribond - La danse de la pluie L oeil dans la météo A yous que la météo fit dans mon programme Météo everywhere

Plus en détail

Le portail Drias les futurs du climat

Le portail Drias les futurs du climat Le portail Drias les futurs du climat www.drias-climat.fr Sommaire : Fiche 1 : Drias les futurs du climat : une des mesures phares du plan national d'adaptation au changement climatique Fiche 2 : les informations

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER

COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER DOCUMENT 1.4. COMPTE RENDU DE LA PREMIÈRE SÉANCE ATELIER d'après les notes de séance de Janina FORKASIEWICZ et de Marc LAKHDARI Chargés de Mission au CEFIGRE CRM - S - 09 - FORKASIEWICZ et LAKHDARI 97

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante :

Questions fréquentes. Citations des présentes questions : Lors de la citation d un groupe de questions, donner la référence suivante : Extraits du Rapport accepté par le Groupe de travail I du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat mais non approuvé dans les détails Questions fréquentes Citations des présentes

Plus en détail

Circulation générale et météorologie

Circulation générale et météorologie Circulation générale et météorologie B. Legras, http://www.lmd.ens.fr/legras I Instabilités convectives de l'atmosphère humide (supposés connues: les notions de température potentielle sèche et d'instabilité

Plus en détail

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH

Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Améliorations du schéma de nuage et de EDKF dans AROME/MésoNH Sébastien Riette Météo-France CNRM/GMME Réunion des utilisateurs de Méso-NH, 13 et 14 octobre 2011 Les composantes du schéma de nuage d'arome

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante :

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante : Première question de la Commission 180 DB26 Dragage d'entretien du chenal entre Hudson et Oka Lac des Deux-Montagnes 6211.02-104 c Est-ce que vous savez si les gouvernements, provincial et fédéral, ont

Plus en détail

ENCADRÉS SCIENTIFIQUES. de l unité de recherche GMME

ENCADRÉS SCIENTIFIQUES. de l unité de recherche GMME CNRM/GAME, URA1357 ENCADRÉS SCIENTIFIQUES de l unité de recherche GMME Page 42 GMME-1 Variabilité intrasaisonnière de la mousson africaine : Le rôle des moyennes latitudes et de la dépression thermique

Plus en détail

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques

MODULE 2.7A NÉPHANALYSE. Introduction et techniques MODULE 2.7A NÉPHANALYSE Introduction et techniques 1 INTRODUCTION Une néphanalyse est l une des analyses les plus détaillées que fait régulièrement un météorologiste opérationnel. Elle consiste en une

Plus en détail

Projet scientifique de l'équipe. «Observation, Modélisation, Décision» (OMD)

Projet scientifique de l'équipe. «Observation, Modélisation, Décision» (OMD) CENTRE ÉNERGÉTIQUE ET PROCÉDÉS Projet scientifique de l'équipe «Observation, Modélisation, Décision» (OMD) 2009 2013-4 février 2009 - Isabelle Blanc, Philippe Blanc, François Cauneau, Mireille Lefèvre,

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère.

L'atmosphère est subdivisée en plusieurs couches qui ont pour nom troposphère, stratosphère, mésosphère et thermosphère. L'ATMOSPHERE N 1 Def : enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres Répartition verticale : Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale de l'atmosphère se

Plus en détail

Présenté par Guillaume Charria

Présenté par Guillaume Charria EvolutioN Interannuelle de la dynamique dans le golfe de Gascogne et la ManchE (ENIGME) Présenté par Guillaume Charria Le projet ENIGME Description et analyse de la variabilité interannuelle passée sur

Plus en détail

METEO n 1. !"#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( (

METEO n 1. !#$%$&$'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( n 1 "#%&'()*+,+ L atmosphère "#%&'%() enveloppe gazeuse qui entoure la terre, sur quelques centaines de kilomètres. ( ( ( ( ( ( *"+,-&&'%(./-&0,1/() Le gaz se raréfie avec l'altitude. 99% de la masse totale

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax

Du Thermostat à l ordinateur climatique. Vincent Aubret Hortimax Du Thermostat à l ordinateur climatique Vincent Aubret Hortimax 1 Introduction 2 Régulateurs de type thermostat Applications : Idéal pour la régulation simplifiée de type Tunnels, Hall Alarme haute et

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

Ramonville, le 16 mai 2014

Ramonville, le 16 mai 2014 Ramonville, le 16 mai 2014 Nicolas Ferry, Ingénieur divisionnaire des travaux de Météo-France, océanographe à Mercator Océan est décédé lundi 5 mai 2014 après avoir lutté longtemps contre la maladie. Pour

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. relative à l'observation du niveau de la mer et à la gestion et la diffusion des données en résultant

PREMIER MINISTRE. relative à l'observation du niveau de la mer et à la gestion et la diffusion des données en résultant Liberté' Égalité' Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREMIER MINISTRE Secrétariat Général de la Mer Le Secrétaire général Paris, le 20 avril 2010 N 863/SGMER Instruction relative à l'observation du niveau

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité

O RMATION. Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité PLANS F de O RMATION Ingénierie Système Management de Projet Évaluation de la Maturité O R G A N I S A T I O N ACTEURS CONCERNÉS Les concepteurs de systèmes doivent détecter, analyser les besoins des utilisateurs,

Plus en détail

LES CHANGEMENTS FUTURS DE LA MOUSSON AFRICAINE

LES CHANGEMENTS FUTURS DE LA MOUSSON AFRICAINE LES CHANGEMENTS FUTURS DE LA MOUSSON AFRICAINE MONERIE P.-A. 1,2, FONTAINE B. 1,3, ROUCOU P. 1,4 1 Centre de Recherches de Climatologie (CRC), Biogéosciences, 6 Boulevard Gabriel, 21000 Dijon 2 paul-arthur.monerie@u-bourgogne.fr

Plus en détail

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES

TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES PISCINES CHAUFFAGE DESHUMIDIFICATION TRAITEMENT D'AIR DES PISCINES COUVERTES Une piscine couverte doit être considérée comme un ouvrage spécifique dont les critères diffèrent de ceux d'un ouvrage classique

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Renforcer la Résilience à travers l innovation, la communication et les services d information, projet (BRICKS)

Renforcer la Résilience à travers l innovation, la communication et les services d information, projet (BRICKS) Renforcer la Résilience à travers l innovation, la communication et les services d information, projet (BRICKS) Création et maintenance du portail Web (Service de consultants) Contexte Termes de référence

Plus en détail

Généralités. Front froid

Généralités. Front froid Apprendre : Les masses d'air, les fronts Tester : Les dictons Pratiquer : Prévoir le temps Prévoir : Les dictons mois par mois Généralités Deux masses d'air de température différente qui se rencontrent,

Plus en détail

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR :

Equation LIDAR : exp 2 Equation RADAR : Contexte scientifique Systèmes LIDAR/RADAR Equation LIDAR : exp Equation RADAR : p (r) : puissance rétrodiffusée r : altitude ou profondeur. C : constante instrumentale. β : coefficient de rétrodiffusion

Plus en détail

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO Applications aux instruments spatiaux C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO 1. Généralités sur l utilisation du transfert radiatif au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud.

Atmosphère instable : état de l atmosphère favorisant le mouvement vertical en présence d une couche d air froid au dessus d une couche d air chaud. glossaire Altocumulus : nuage de l étage moyen (de 2 400 à 6 100 m) se présentant sous l aspect d un amas de galets en rouleaux, en couches ou en bancs, dont les éléments individuels sont plus gros et

Plus en détail

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE

AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. CREATION D UNE BANQUE DE DONNEES GEOSPATIALE CREATION A D UNE L ECHELLE BANQUE NATIONAL DE DONNEES GEOSPATIALES NATIONALE 1 AMTEC RESOURCES MANAGEMENT LTD. P O Box 3463

Plus en détail

Avancées et reculs des mangroves guyanaises: bilan par analyse spatiale sur plusieurs décennies

Avancées et reculs des mangroves guyanaises: bilan par analyse spatiale sur plusieurs décennies Oral Master 2, Fonctionnement des Ecosystèmes Naturels et cultivés, 10 juin 2009 Avancées et reculs des mangroves guyanaises: bilan par analyse spatiale sur plusieurs décennies Elodie Blanchard Encadrant:

Plus en détail

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique.

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Rémy GREFFET 1, Ghislain MICHAUX 1, Patrick SALAGNAC 1*, Jean-Baptiste RIDORET 2 1 Laboratoire des Sciences de l'ingénieur pour

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Global Monitoring Emergency Services

Global Monitoring Emergency Services Global Monitoring Emergency Services Christelle BOSC Olivier POCHARD 22/05/2012 Pôle Applications Satellitaires et Télécommunicaton CETE Sud-Ou LE PROGRAMME GMES Global Monitoring for Environment and Security

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail