Du Rififi dans le MBA : Activité Pédagogique de Management de Projet. Conflict in the MBA : A Pedagogical Activity in Project Management

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du Rififi dans le MBA : Activité Pédagogique de Management de Projet. Conflict in the MBA : A Pedagogical Activity in Project Management"

Transcription

1 Du Rififi dans le MBA : Activité Pédagogique de Management de Projet Conflict in the MBA : A Pedagogical Activity in Project Management Jean-Marc Charlot, Résumé Ce papier présente une étude de cas sur le thème de la gestion de conflit dans le cadre du Management de Projet. Cette activité pédagogique est destinée à des étudiants d école de commerce (programme Grande Ecole, Mastères spécialisés, MBA), d école d ingénieur ou de cycle universitaire. Il s agit d aborder, sous forme de jeu de rôle, les différents aspects de la gestion d un conflit, dans lequel chaque protagoniste doit contribuer au déblocage d une situation de la façon la plus avantageuse. De nombreux aspects de la méthodologie générale de management de projet sont abordés. Professeur en systèmes d information et aide à la décision AUDENCIA Nantes - École de Management 8, Route de la Jonelière BP Nantes CEDEX 3 Tel : Fax : Mots clefs : Gestion de conflit, Management de projet, Étude de cas, Jeu de rôles, Pédagogie. Abstract This paper presents a case study about conflict management in the context of project management. It is targeted for students in Business and Management (business school, MBA) or in Engineering. The aim is to address, during a role play, the different aspects and skills involved in a conflict management process in order, for each participant, to take advantage of the situation. Key-words: Conflict Management, Project Management, Case Study, Role play, Pedagogy

2 Introduction Les compétences nécessaires en management de projet ne se limitent pas au seul aspect méthodologique recouvrant l organisation, la planification, la coutenance et le suivi. La façon dont l aspect humain est traité prend également une grande part dans la réussite des projets. Les projets S.I., compte tenu de la diversité des parties prenantes et des contraintes fortes, rencontrent souvent des conflits. La formation au management de ces projets devrait inclure la gestion des conflits. C est pourquoi, nous proposons une activité, que nous avons développée et que nous pratiquons depuis quelques années auprès de publics différents, qui implique les participants dans la mise en œuvre de la gestion d un conflit, sous la forme d un jeu de rôle. Cette communication décrit la note pédagogique pour l animation de cette activité afin de guider l animateur dans sa mise en œuvre [Charlot, ]. 1.1 Intention Il s agit de mettre les participants en situation de gestion d un conflit en les amenant, à partir des éléments qui leur sont fournis concernant une situation donnée, à prendre des décisions compatibles avec leurs intérêts dans un cadre organisationnel défini. Les participants doivent être en mesure d analyser les facteurs à l origine de la situation conflictuelle, d échanger avec leur partenaire et faire en sorte de trouver une issue qui soit favorable à leurs intérêts. Au travers de cette expérience, ils sont également amenés à apporter un regard sur eux même, ainsi que sur leur entourage, en situation de résolution de conflit. 1.2 Objectifs pédagogiques À travers cet exercice, de nombreux éléments inhérents au management de projet (et à d autres domaines) sont abordés. Il nous est délicat d en faire une énumération exhaustives tant chaque mise en œuvre de ce cas avec des groupes différents, de profils identiques ou différents, mène à des situations très diverses. Parmi les thèmes récurrents, on retrouve bien évidemment les techniques de négociations et la restitution d informations ; souvent le leadership, parfois le multiculturalisme, etc. Les objectifs pédagogiques majeurs sont de rendre les participants plus capable de discerner les différents comportements en situation de conflit, d y être préparé et savoir y réagir ; d apprécier l écart entre une stratégie planifiée à l avance et sa mise en œuvre ; de percevoir les différences entre la réalité, ce qui est perçu et ce qui est restitué. Cela permet également de prendre conscience que le même environnement est perçu de façon différente par chacun ou encore qu une stratégie décidée communément au préalable ne prend pas la même forme à la mise en œuvre et n a pas le même effet selon le tempérament de la personne qui la mène. 2. Présentation de l étude de Cas 2.1 Le contexte Le Service MACHIN du Ministère des TRUCS du Zambara a lancé un projet de formation de 26 de ses cadres à haut potentiel afin d aboutir à une rationalisation des procédures mises en œuvre et de permettre ainsi aux participants de bénéficier d une promotion interne. L OFSEB, organisme français de formation réputé internationalement, a été retenu pour mettre en place le programme de formation qu il a proposé en réponse à l appel d offres lancé par le service MACHIN. VeniVici est un établissement d enseignement supérieur dont une partie de l activité consiste à offrir des prestations de formation continue assurées par les membres de son corps professoral. 2.2 La situation Une semaine après l intervention de Camille Lalande, Karil Bulwaty informe Claude Parisse de son fort mécontentement quant au déroulement du module assuré par Camille Lalande et remet en cause le paiement de ce module, ainsi que la suite du projet avec l OFSEB. 2.3 Les protagonistes Karil Bulwaty, 40 ans, Chef du service MACHIN, commanditaire du projet, personne ambitieuse et de caractère. Claude Parisse, 54 ans, en charge de la mise en place du programme de formation pour l OFSEB, Dominique Fouillade, 42 ans, Responsable du centre de Formation Continue au sein de l établissement VeniVici. Camille Lalande, 38 ans, Enseignant(e) à VeniVici depuis 5 ans, a travaillé au préalable dans l industrie, fort apprécié(e) de ses collègues et de ses supérieurs, a fait ses preuves en pédagogie. Le service MACHIN est en charge du Marketing, des ACHats et de l INformatique Le Ministère des TRUCS est en charge des TRansports, de l Urbanisme et de la Citoyenneté Sociale. Le Zambara est un état indépendant d Afrosie du Sud Ouest. L OFSEB est l Organisme de Formation pour Sauver les Etats et les Entreprises de la Banqueroute. 2.4 La gestion du conflit Les participants se répartissent par groupe-rôle ; chacun des groupes-rôles correspond à un des 4 protagonistes ou au rôle d observateur. Après un temps d organisation et de préparation au sein de chacun des groupes rôles, les discussions commencent. Elles s organisent en cinq tours successifs qui rassemblent, dans un but bien précis, 2 ou 3 protagonistes de groupes-rôles différents, sous l œil des observateurs. Le

3 Tableau 1 détaille chacun des cinq tours ainsi que les protagonistes qui y participent. Sous le regard des observateurs, un protagoniste par groupe-rôle concerné participe à la discussion pendant le tour. Les autres n assistent pas aux échanges. À la fin des cinq tours, tous les membres de chacun des groupes-rôle devra avoir participé à une discussion. Les observateurs assistent à tous les tours et ne communiquent qu entre eux sur les échanges observés entre chaque tour. Les protagonistes qui ne participent pas à un tour en profitent pour anticiper les différents cas possibles et prévoir leurs réactions pour chacun des cas envisagés. Tour Thème Protagonistes 1 Exposé des griefs 2 3 Demande d explication Construction d une réponse 4 Argumentation 5 Dénouement Karil Bulwaty Claude Parisse Claude Parisse Dominique Fouillade Camille Lalande Dominique Fouillade Camille Lalande Dominique Fouillade Claude Parisse Claude Parisse Karil Bulwaty Tableau 1 : Le découpage du conflit A l issue de chaque tour, les protagonistes ayant participé à la discussion rejoignent leur groupe-rôle respectif afin de rendre compte du contenu et de la teneur de la discussion aux autres participants de leur groupe-rôle qui eux n ont pas assisté à la discussion. Durant cette période de restitution au sein des groupes-rôles, les observateurs, de leur coté, confrontent leurs observations sur le tour qui vient de se dérouler et affinent éventuellement leur grille d observations. Les cinq tours s enchainent et sont chacun composés de 5 à 6 minutes de négociation suivies d une dizaine de minutes de restitution et de préparation du tour suivant (sauf pour le dernier, pour lequel il n y a pas de préparation du tour suivant). Le dernier tour doit mener à une issue afin de régler le conflit. Les négociations sont filmées pour permettre à tous les participants de prendre connaissance de la totalité des débats à l issue du règlement du conflit. 3. Déroulement de l activité 3.1 Lancement de l exercice Durée approximative : 35 minutes L animateur présente la nature et la forme de l activité, il s agit d une activité de gestion de conflit sous la forme d un jeu de rôle. Chaque participant y prend part de façon active, soit comme acteur, soit comme observateur. Il lit à haute voix, et commente éventuellement, le document contenant les «informations communes et publiques» et répond succinctement aux questions éventuelles ; ensuite il distribue ce document aux participants ; Il est procédé à la répartition des rôles et à la désignation d observateurs. Pour chaque rôle, un groupe-rôle est constitué d autant de participant que le rôle intervient dans le déroulement de la négociation. Exemple pour un groupe de 14 participants : Karil Bulwaty 2 participants Claude Parisse - 4 participants Dominiqaue Fouillade 3 participants Camille Lalande : 2 personnes Observateurs : le reste (3 participants) Chacun des groupes-rôles reçoit ses «Instructions confidentielles et état de réflexions individuelles». Il dispose de 15 minutes pour préparer son intervention, se pénétrer des caractéristiques de son rôle, analyser la situation, fixer sa stratégie et sa ligne de conduite. Ceci se fait strictement à l intérieur de chacun des groupes rôles sans interaction entre les groupes-rôles. Une fois que les groupes-rôles sont constitués, installés de façon à être isolés les uns des autres, et engagés dans la préparation de leur négociation, l animateur réunit les personnes chargées d être observateurs et leur explique leur rôle qui consiste à assister à tous les tours et à observer tout ce qui leur semble pertinent quant au déroulement des discussions en vue de la résolution du conflit. Les observateurs sont également informés qu ils devront procéder à une restitution de leurs observations devant tout le groupe à l issue des 5 tours. Pendant ce temps de préparation, l animateur circule parmi les groupes-rôles et le groupe des observateurs pour s assurer que les consignes ont bien été comprises et répondre aux éventuelles questions. 3.2 Action : les cinq tours de discussion Durée approximative : 1h 20 min. Après s être assuré que chacun des groupes-rôles est prêt, l animateur appelle les protagonistes du premier tour (c est-à-dire un participant du groupe-rôle K. Bulwaty et un participant du groupe-rôle C. Parisse) et les observateurs pour le premier tour. Les protagonistes prennent place à la table des négociations, et les observateurs sont placés en retrait. L animateur rappelle les consignes : temps de parole de 5 à 6 minutes respect du signal du départ terminer au plus vite après le signal de fin ne pas parler en même temps parler fort et distinctement L animateur lance l enregistrement et donne le signal de départ. Il laisse les protagonistes échanger et au bout de 5 minutes donne le signal de fin de sorte que les échanges

4 ne dépassent pas 6 minutes pour un tour. Il arrête l enregistrement à la fin de la discussion. Ensuite, les protagonistes rejoignent leur groupes-rôles afin de rendre compte du déroulement du tour et préparer le suivant. Pendant ce temps les observateurs échangent 20 min. Présentation de l exercice : contexte, situation, protagonistes et déroulement 5 min. Constitution des groupes-rôles et placement 10 min. Organisation au sein des groupes-rôles : stratégie, ligne de conduite et position 5 min. Présentation du déroulement des séquences et des règles du jeu 10 min. Préparation du Tour 1 5 à 6 min. Tour 1 : Exposé des griefs 10 min. Préparation du Tour 2 5 à 6 min. Tour 2 : Demande d explications 10 min. Préparation du Tour 3 5 à 6 min. Tour 3 : Construction d une réponse 10 min. Préparation du Tour 4 5 à 6 min. Tour 4 : Argumentation 10 min. Préparation du Tour 5 5 à 6 min. Tour 5 : Dénouement 30 min. Observateurs : préparation de la synthèse Protagonistes : visionnement des 5 tours 10 min. Présentation de la synthèse des observateurs 30 min. Lecture des «informations confidentielles et état des réflexions individuelles» de chaque groupe-rôle. Discussion générale et synthèse leurs impressions sur le tour et préparent leur restitution finale. Une fois que chacun des groupes-rôles est prêt, l animateur rassemble les protagonistes du tour suivant ainsi que les observateurs, donne les consignes aux nouveaux protagonistes, lance l enregistrement et veille au respect du temps de discussion. Et ceci se répète de la même manière pour les cinq tours. Tableau 2 Chronologie du dérouelment de l'activité 3.3 Restitution, débriefing et synthèse À l issue des cinq tours, les observateurs s isolent pour préparer leur restitution. Pendant ce temps, tous les protagonistes sont rassemblés pour assister à la projection de l enregistrement des 5 tours. Ainsi, chacun peut mieux comprendre les réactions des uns et des autres, les raisons pour lesquelles les débats ont pris la tournure qui a conduit à l issue du conflit. Lors du visionnement, les protagonistes sont invités à relever et noter tous les éléments qu ils semblent pertinents pour l analyse du conflit, de sa gestion ainsi que les éléments d apprentissage résultant de l activité. Les observateurs ayant préalablement assisté à tous les tours, il n est pas gênant qu ils n assistent pas au visionnement. Ensuite, les observateurs présentent leur synthèse. L animateur procède à la lecture des «informations confidentielles et état des réflexions individuelles» de chacun des groupe-rôle et lance une discussion générale de synthèse sur l expérience que vienne de vivre les participants. Cette discussion peut être articulée autour des questions suivantes : Première question : sur le conflit lui-même, quels en sont les origines, le partage des responsabilités, ce qui aurait dû être fait ou évité pour ne pas se retrouver dans une telle situation? Deuxième question : sur le règlement du conflit, quels sont les points forts, les points faibles, les erreurs et les «bons coups» que vous avez relevés dans les négociations? Troisième question : Que retirez-vous de cette expérience? 4. Organisation pratique 4.1 Matériel Quelques documents sont nécessaires afin que les participants disposent des informations de base leur permettant de s organiser correctement : Un descriptif du cadre et du déroulement de l activité (cf. annexes) Une feuille intitulée «Informations communes et publiques» pour chaque participant. Cette feuille reprend intégralement et sans plus les titres et contenu des paragraphes 2.1, 2.2 et 2.3. Une fiche, pour chaque participant, personnalisée par groupe-rôle (confidentielle) contenant l état des réflexions de chaque protagoniste Ces fiches ne sont pas fournies dans cette communication afin de ne pas les rendre publiques et accessibles, ce qui pourrait nuire au déroulement des futures sessions de cette activité. Des chevalets indicateurs des prénom et nom de chaque protagoniste pourront être confectionnés et placé à la table des négociations afin de visualiser les positionnements de chaque protagoniste sur l enregistrement. Le matériel d enregistrement et de diffusion vidéo : caméscope avec un bon micro et éventuellement un pied, téléviseur compatible avec le caméscope. 4.2 Lieux Il est bon de disposer d au moins deux lieux séparés : l un pour la préparation, l autre pour les préparations. Les discussions (chacun des tours) doivent avoir lieu à l abri des regards et des oreilles des autres participants.

5 Pour cela, une salle avec une table pouvant réunir 2 à 3 personnes autour est nécessaire. On procèdera à l installation d un équipement vidéo permettant de filmer les discussions en s assurant de la qualité de l image et du son (attention au contre jour, s assurer que les gens parlent assez forts, qu il n y pas de bruits parasites extérieurs, etc.). Les observateurs devront également pouvoir prendre place dans cette salle sans perturber les débats ni l enregistrement. Les groupes rôles doivent pouvoir se réunir en toute discrétion des autres groupes-rôles afin de ne pas dévoiler leur stratégie. Une autre salle peut être utilisée à cette effet ou tout autre espace disponible autour de la salle de négociation peut convenir dans la mesure où un grouperôle n excède pas 4 personnes. Figure 1 Organisation des lieux 5. Analyse du cas Le thème retenu est la formation car il nous semble que c est un thème facilement appréhendable par tous les publics, quelle que soit la spécialité dans laquelle l enseignement du management de projet prend part. Un thème plus spécialisé aurait pu être partagé avec des niveaux de connaissances variables sur le sujet d un participant à l autre, introduisant ainsi un biais dans les négociations. Il ne nous est pas apparu, de par notre expérience, que les participants avaient besoin de plus d informations que celles données : Cadre de l activité, Déroulement de l activité, Informations communes et publiques, Informations confidentielles et état des réflexions individuelles. Une grande part est laissée à leur discrétion et à leur improvisation afin de mener les négociations à leur guise. Ainsi, l on a vu des groupes-rôles inventer des altercations pendant le module de C. Lalande, ou un mécontentement liés à des différences culturelles, des temps de pause trop courts, etc. Une variante est possible à partir du quatrième tour. Les membres des groupes-rôles qui n interviennent plus dans les discussions peuvent assister aux discussions comme public, sans y prendre part. Ainsi, pour le 4e tour, les deux membres du groupe-rôle Camille Lalande peuvent assister à la discussion en tant que public. Pour le 5e tour, un membre du groupe-rôle Karil Bulwaty et un membre du groupe-rôle Claude Parisse participent à la discussion, tous les autres peuvent assister comme public, sans intervenir dans la discussion. L exercice est peu flexible par rapport au nombre de participants. Cette situation présente 4 rôles distincts plus un groupe d observateurs. Les participants se répartissent dans ces 5 groupes. La stratégie et la ligne de conduite sont déterminées collégialement à l intérieur de chacun des groupes-rôles. Les rôles sont joués alternativement par les membres du groupe-rôle. De part sa construction initiale, l activité est calibrée pour un groupe de 14 participants. Elle peut être adaptée pour des groupes entre 11 et 16 participants en ajoutant un troisième participant dans les groupes-rôles K. Bilwaty et C. Lalande qui n en comportent initialement que deux. Les trois participants des ces groupes interviennent dans l analyse de la situation et dans la détermination de la stratégie, mais l un deux ne participera à aucune négociation. Ceci peut être regrettable, mais peut aussi permettre à des gens totalement retord à l expression en public de participer à l activité. Nous envisageons cette possibilité, mais nous ne l avons jamais expérimentée. Pour l attribution des rôles, notre expérience nous a montré que le libre choix de chacun n a jamais posé de problème. Certains participants, qui ne souhaitent pas s exposer comme acteur devant le reste du groupe voient dans le rôle d observateur un refuge. À l issue de

6 l activité, ils s aperçoivent qu ils ont eu le rôle le plus prenant de tous et qu en plus, ils ont quand même dû s exprimer devant le reste du groupe. Cependant, nous ne les en avons jamais informés à l avance et ils ne nous en ont jamais tenu rigueur. Les observateurs ne semblent pas rencontrer de difficultés particulières quant à la construction de la grille d observation. Les restitutions sont de qualité. Certains cherchent à découvrir les stratégies de chacun des groupes-rôles. D autres se répartissent l observation des acteurs mais se rendent vite compte qu ils en arrivent à ne plus prêter attention aux arguments des autres acteurs. Ils reviennent donc à une observation globale de tous les acteurs. Selon les sessions, les participants «brodent» plus ou moins à partir des informations communes et confidentielles qu ils ont en leur possession. Certains mettent en cause des problèmes de mauvaise définition du cahier des charges, de mauvais choix de fournisseurs, de différences interculturelles etc. La liste n est pas exhaustive et tout sujet relatif au cas et/ou à la problématique de management de projet peut servir d argument à la négociation. Figure 2 Construction et remplissage d'une grille d'observation par un groupe d'observateurs L animateur, tout comme les concepteurs de cette activité n ont pas la maitrise de la tournure que prend la gestion de ce conflit. C est très différent d un groupe à l autre, selon le profil des participants, le niveau de complicité qui existe à l intérieur du groupe, leur familiarisation avec les techniques de négociation, leur capacité à faire abstraction du fait qu ils sont filmés, leur talent de comédiens et d improvisateurs, etc. Le lecteur qui souhaite des éléments de base sur la gestion de conflit pourra consulter la fiche sur ce thème dans [CAP PROJET, 2000] mais également dans tout autre ouvrage spécialisé sur le sujet. Nous pensons que cet exercice est très riche en enseignements pour les participants, sans que nous puissions les apprécier tous du fait de la variété des profils et des expériences de chacun. C est pourquoi nous présentons une sélection de leurs réactions. 6. Réactions des participants Voici un aperçu des avis des participants lors du débriefing de synthèse. Ces morceaux choisis ne sont qu un pâle reflet de la richesse des apports, dixit les participants, de cette activité. «Très intéressant de se voir parler et communiquer» «Une meilleure qualité de l écoute et d adaptation à son interlocuteur nous aurait permis d être meilleur» «C est impressionnant de voir la métamorphose de certaines personnes» «Poser des questions ouvertes permets d entamer le dialogue au lieu de le bloquer avec des questions fermées» «Parfois la personnalité du participant transparait dans les échanges ou au contraire prend le dessus sur la stratégie choisie» «C est impressionnant de voir à quel point une situation dérive à partir d un point de détail qui devient un élément majeur, par exemple la critique sur le temps des pauses» On voit bien les moments où l écoute n est pas toujours active» On a eu du mal à identifier une stratégie, savoir dans quel sens aller» «10 min de préparation au début c est cours, après cela se resserre et on cible mieux» «Les 5 minutes de débat c est court. «Les éléments apportés ne sont pas forcément perçus et reçus comme on le souhaite» «Les questions ouvertes permettent de ne pas agresser et fermer le débat mais difficile pour la gestion du temps» «Intéressant de jouer un schéma de communication à l inverse de nos tendances naturelles. C était notre choix au sein de notre rôle.» «Les durées courtes, c est pas plus mal, ça nous oblige de réagir rapidement, conformément à une stratégie préétablie, ce qui est très courant en mode projet. Ca met en exergue tous les écueils possibles.» «Intéressant de voir comment on se comporte par un œil extérieur» «Le fait de se revoir après permet une auto critique»

7 Figure 3 Rencontre entre K. Bulwaty et C. Parisse pour le dénouement «On prend conscience des dérives qu il peut y avoir quand le problème n est pas exposé dès le départ et quand la communication n est pas conforme à la réalité des échanges.» «La partie importante, et que l on ne voit pas dans tout ça, c est dans ce qui se dit entre les tours, la façon d on les discussions sont perçues, restituées et dont la restitution est entendue. Ce serait intéressant de filmer aussi ces échanges.» «Exercice intéressant, analyse des observateurs très pertinentes» Figure 4 Synthèse des observateurs «Cet exercice est très intéressant ; c est ce que je vis au quotidien, côté observateur, puisque j ai des retours, de mes commerciaux de ce qui c est passé chez les clients et on se retrouve souvent dans ce type de situation. C'est-àdire, des choses qui n ont pas lieu d être conflictuelles deviennent des conflits latents alors qu il n y a aucune raison de dépenser de l énergie dessus et des choses beaucoup plus importantes vont être complètement passées à côté parce que les gens n ont pas eu la capacité d écoute et de synthétiser derrière tout ce qui a été dit avec nos clients. L exercice nous montre l importance de la capacité d écoute et l importance de la restitution en interne tous ce qui va déclencher les activités derrière. On se rend compte qu on a dépensé beaucoup de temps et d argent pour répondre à une problématique qui n est pas celle du client.» «J ai choisi mon rôle en fonction des positions que j anticipais pour chacun : Bulwaty doit exposer les griefs Fouillade et Lalande doivent se défendre Parisse doit plus intervenir en modérateur J ai choisi Parisse, et j ai bien fait, parce que ce n est pas une situation habituelle pour moi.» Pour notre part, et en synthèse, tous ces éléments sont autant de points d apprentissage qui n ont pas nécessité de cours magistraux ni d exposés conceptuels. Ils on été vécus, chacun y a appris à son niveau de connaissances et d implication. L apprentissage aura une rémanence d autant plus grande qu il a été intensément vécu par chacun. Conclusion Nous avons présenté une démarche et un cadre d application pour mettre les participants en situation de gestion de conflit sous la forme d un jeu de rôle. Cette présentation reprend tous les éléments l activité, de la mise en œuvre de son déroulement et les éléments pour mener la discussion. Cependant la nature de la discussion et de la synthèse sont directement liées aux saynètes que les participants ont jouées et à la façon dont ils les ont jouées. La synthèse est donc surtout un retour d expérience de chacun pendant lequel l animateur a un rôle de modérateur en plus de son rôle de formateur. Nous pratiquons cette activité lorsque la taille des groupes le permet et c est à chaque fois une nouvelle expérience pour laquelle les constantes sont la situation de départ et la grande satisfaction des participants à la fin. Entre les deux, c est à chaque fois différents. Références Charlot, J.-M. ( ), Matériel pédagogique du Module «Management de Projet», MBA pour Cadres et Mastères spécialisés Cap Projet, 2000, CD-Rom Cap Projet, le prix du meilleur produit Pédagogique Multimédia, CCMP Multimédia.

8 Annexes Cadre de l activité Jeu de rôles Le contexte La situation Les protagonistes Répartition des rôles Constitution de 4 groupes-rôle: KarilBulwaty :2 ou 3 personnes Claude Parisse:4 personnes Dominique Fouillade : 3 personnes Camille Lalande :2 ou 3 personnes Les observateurs Déroulement de l activité 10 minutes d organisation Définir une stratégie, une ligne de conduite, une position Construire une grille d observation Déroulement en 5 tours Tour 1 :Exposé des griefs Protagonistes : K. Bulwaty et C. Parisse Tour 2 : Demande d explications Protagonistes : C. Parisse - D. Fouillade - C. Lalande Tour 3 : Construction d une réponse Protagonistes : D. Fouillade C. Lalande Tour 4 : Argumentation Protagonistes : D. Fouillade C. Parisse Tour 5 : Dénouement Protagonistes : C. Parisse K. Bulwaty Pour chaque tour: 10 minutes de préparation - 5 minutes d action

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation»

GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation» GUIDE DU FORMATEUR INTERNE «L Animation de formation» CEFOR Ressources humaines Version Février 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 OBJECTIFS ET ORGANISATION DE LA FORMATION... 5 Les bénéficiaires de la formation...

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Les fiches En Lignes de La lettre du CEDIP* Fiche n 65 décembre 2014 L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Sommaire : Qu est-ce qu un séminaire?...p. 1 Le séminaire est-il

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation ) pour l entreprise

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Dossiers de suivi de stage - Rapport intermédiaire de Mission A rendre courant février (date précisée sur le site et sur

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP)

CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) CENTRE MAURITANIEN D ANALYSE DE POLITIQUES (CMAP) Appel à candidatures pour la sélection d un consultant «concepteur de contenus» (Guide du coach et livret du bénéficiaire) pour une session de coaching

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale

Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION. Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale Un jeu de rôle socioprofessionnel : LE LABYRINTHE DE L INFORMATION Synthèse d une expérience originale

Plus en détail

Cycle d e de f ormation fformation formation en Management de Pro ement de Pro ets selon la méthodologie PMI Tunis 2013

Cycle d e de f ormation fformation formation en Management de Pro ement de Pro ets selon la méthodologie PMI Tunis 2013 Cycle de formation en Management de Projets selon la méthodologie PMI Tunis 2013 Objectifs Contrairement au schéma classique de la gestion de projet portant l intérêt unique sur les 3 critères (coûts,

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

La contractualisation des comportements

La contractualisation des comportements La contractualisation des comportements La gestion des conflits Les règles de vie de groupe La contractualisation, le projet La cogestion du comportement Enclencher le self contrôle 1. La gestion des conflits

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V032013 Code : GESTRELCLI FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation

Plus en détail

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education

Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Recherche-accompagnement de projet d innovation pédagogique et organisationnelle au sein du 2 ème degré professionnel de l enseignement secondaire

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique Enseigner les Langues et Cultures de l Antiquité avec les TICE http://lettres.ac-dijon.fr TraAM travaux académiques mutualisés, un accompagnement au développement des usages des TIC Enseigner la lecture

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 C N F - Tunis Manuel du stagiaire Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 Formateur : Pr. Abdellah CHICHI Manuel du STAGIAIRE Page 1 sur

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet 1 Notre histoire 2 amis s orientent vers la formation prennent du temps pour comprendre le marché et ses besoins. cette réflexion aboutit au lancement de. 2013-2014 2015 2012 2

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB

L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB L ENTRETIEN DE PROSPECTION TÉLÉPHONIQUE EN BTOB Durée : 2J / 14H Groupe de : 6 max Formateur : Consultant expert en relation client et management commercial. Formateur confirmé. Formation à la vente Objectifs

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Audit qualité Programme de formation Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting.

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting. THL Business Consulting Cabinet de Conseil en Management et Stratégie des Organisations CATALOGUE 2015-2016 FORMATIONS Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines www.thl-business-consulting.com

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle Management des organisations Spécialité Management opérationnel des entreprises Autorité

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

L essentiel. de nos solutions

L essentiel. de nos solutions L essentiel vous propose des solutions globales de conseil en développement des ressources humaines. Notre équipe, de consultants seniors, seniors met ses compétences au service de vos ambitions avec un

Plus en détail

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com

Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Une révolution dans la téléprospection www.jobphoning.com Dossier de Presse Sommaire p.3 Synthèse p.4 3 questions à Thomas Ciemniewski, créateur de JobPhoning p.6 Présentation de la plateforme p.6 Comment

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René PALACIN Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT

RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT Activités éducatives pour les élèves de 10 à 11 ans RÉFLÉCHIR AUX ENJEUX DU CRÉDIT NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 10 À 11 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Après avoir étudié les types de paiement,

Plus en détail

Titre professionnel - Conseiller relation client à distance

Titre professionnel - Conseiller relation client à distance Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 15/10/2015. Fiche formation Titre professionnel - Conseiller relation client à distance - N : 15945 - Mise à jour : 24/07/2015 Titre

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002.

Organiser des séquences pédagogiques différenciées. Exemples produits en stage Besançon, Juillet 2002. Cycle 3 3 ème année PRODUCTION D'ECRIT Compétence : Ecrire un compte rendu Faire le compte rendu d'une visite (par exemple pour l'intégrer au journal de l'école ) - Production individuelle Précédée d'un

Plus en détail

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires

ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires 2011 ENQUETE RH TIC Baromètre des Salaires Note de Synthèse Présentation de l étude Réalisé par 1 SOMMAIRE Partie 1 : PRESENTATION DE L ENQUETE p. 3 Partie 2 : ENQUETE DES SALAIRE TIC : RESTITUTION DES

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Lignes directrices relatives au café de connaissances

Lignes directrices relatives au café de connaissances Lignes directrices relatives au café de connaissances 1) Qu est-ce qu un café de connaissances? Un café de connaissances est un processus de conversation. C est une méthodologie innovante mais simple pour

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS

GUIDE ORGANISATIONNEL LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS LA CONCEPTION DES PROCESSUS ADMINISTRATIFS 24 L adhésion à la formule d alternance travail-études peut donner lieu à des situations non prévues aux procédés habituellement en application dans les établissements

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

BADGE Responsable Commercial

BADGE Responsable Commercial BADGE Responsable Commercial www.audencia.com Audencia Group en chiffres 3 000 étudiants de 64 nationalités 17 000 diplômés issus des 17 programmes de formation 147 partenaires académiques dans 50 pays

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP

Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP Date : TP : Disque dur multimédia MMEMUP Nom : Prénom : Classe : Groupe : Bac Pro SEN Hazebrouck Enseignement PROFESSIONNEL. Lycée Saint Joseph Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP

Plus en détail

Étude de faisabilité d un site internet sur les Conférences de Santé et les Programmes Régionaux de Santé

Étude de faisabilité d un site internet sur les Conférences de Santé et les Programmes Régionaux de Santé POLITIQUES Santé publique 1999, volume 11, n o 1, pp. 57-62 Étude de faisabilité d un site internet sur les Conférences de Santé et les Programmes Régionaux de Santé Feasibility study of web-pages on Health

Plus en détail

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL».

Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». Programme en Management Opérationnel de l ESSEC EXECUTIVE EDUCATION : «MANAGEMENT OPERATIONNEL». généraux de la formation Le programme a pour objectif d apporter ou d améliorer la maîtrise des compétences

Plus en détail

Préparer un entretien d embauche

Préparer un entretien d embauche Préparer un entretien d embauche FICHE D ANIMATION À travers une étude de cas, cette séquence a pour objectif de faire connaître aux élèves les procédures lors d un recrutement. Une rencontre avec des

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Gestion de projet et. «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de. qu il seroit requis pour les mieux

Gestion de projet et. «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de. qu il seroit requis pour les mieux Gestion de projet et planification «Second précepte: diviser chacune des difficultés que j examinerois, en autant de parcelles qu il se pourroit, et qu il seroit requis pour les mieux résoudre.» R Descartes,

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE DU M2 STATISTIQUE & ECONOMÉTRIE Yves Aragon & Thibault Laurent & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, Université des Sciences Sociales 21 Allée de Brienne 31000

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière Introduction La planification financière couvre un large éventail de sujets et dans le meilleur des cas, elle les regroupe d une manière ordonnée et intégrée. Toutefois, vu qu

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL?

CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? M O D E D E M P L O I 3 6 0 F E E D B A C K E N L I G NE La MODE D EMPLOI CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? Joceline HAMON Ce mode d emploi vous aide à vous lancer dans un 360

Plus en détail

Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG. Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif

Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG. Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif Leempoels Valérie Ronchail Sarah ISPG Scénario pédagogique en rapport avec les TIC Création d un livre de cuisine interactif Année scolaire : 2010-2011 Compétences spécifiques (n ) Compétences techniques

Plus en détail

JOURNÉE TEAM BUILDING:

JOURNÉE TEAM BUILDING: JOURNÉE TEAM BUILDING: PROPOSITION - 1/ TEAM BUILDING À CHEVAL PROPOSITION - 2/ TEAM BUILDING THEATRE 1 DEUXIEME PARTIE DE LA JOURNEE, APRES LE DEJEUNER PROPOSITION 1: TEAM BUILDING A CHEVAL Team Building

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé

Management Opérationnel. Programme de Management Spécialisé Management Opérationnel Programme de Management Spécialisé ESSEC Business School Depuis sa création en 1907, l ESSEC cultive un modèle spécifique fondé sur une identité et des valeurs fortes : l innovation,

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué DEVENEZ CHEF DE PROJET! COURS POSTGRADE DE LA HES-SO Développé et animé par la HEG de Genève LA REUSSITE N EST JAMAIS UN HASARD VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail