QU EST-CE QUE LE LABEL?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QU EST-CE QUE LE LABEL?"

Transcription

1 QU EST-CE QUE LE LABEL? Réponse à une recommandation du Conseil de l Europe, le label Patrimoine du XX e siècle fut créé par le ministère de la Culture et de la Communication en Il vise à signaler au public, décideurs et aménageurs, «les édifices et ensembles urbains qui sont autant de témoins matériels de l évolution technique, économique, sociale, politique et culturelle de notre société.» Sa création illustre la prise en compte progressive de l architecture du XX e siècle dans le champ du patrimoine. Sans incidence juridique ni financière, le label peut être une alternative aux procédures de protection patrimoniale existantes. Fin 2008, le préfet de région a attribué ce label à quarante ensembles de logements édifiés en Ile-de-France entre 1945 et La sélection fut établie par un groupe d experts réunis à l initiative de la direction régionale des Affaires culturelles. Les ensembles de logements ont constitué le premier thème retenu pour l attribution d un label car la région capitale en est particulièrement riche ; encore éloignés du champ d étude des Monuments historiques, ils sont souvent dépréciés du grand public. Représentativité historique, qualité de la forme urbaine, valeur d usage, spécificités techniques, sont les critères qui ont présidé au choix des ensembles sélectionnés. 1

2 UNE HISTOIRE DE L HABITAT 40 ENSEMBLES «PATRIMOINE DU XX e SIÈCLE» Commissariat d exposition : Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) d Ile-de-France, Muriel Genthon, directrice régionale Coordination scientifique : Valérie Gaudard, Florence Margo-Schwoebel (Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC d Ile-de-France), Benoît Pouvreau (service du Patrimoine culturel, conseil général de la Seine-Saint-Denis) Remerciements : Direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, École nationale supérieure d Architecture Paris-Belleville, Pour la mise à disposition de leur fonds iconographique : La cité de l Architecture et du Patrimoine, le ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, la direction régionale et interdépartementale de l Équipement et de l Aménagement Ile-de-France, le conseil régional d Ile-de-France, service Patrimoines et Inventaire, les conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement d Ile-de-France, les archives départementales, les services municipaux d archives, les propriétaires, les associations, les architectes et leurs ayants droit, Pour leur participation : Bernadette Blanchon-Caillot, Élise Guillerm, Grégoire Bruzulier. Conception graphique : Emma Brante Iconographie : Christelle Lecoeur Les Trente Glorieuses et la transformation du paysage francilien 1 DREIF, Gobry / 2 Artedia / 3 Vincent Fillon / 4 MEEDDM / H. Salesse. Une politique du logement volontariste 1 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 2 Claude Dityvon / 3 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly. La charte d Athènes et la rupture avec la ville ancienne 01 CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine- Saint-Denis, photo Stéphane Asseline / 04 OPHLM 92. La critique du modèle et la naissance d alternatives 01 Vincent Fillon / Agence Soucheyre / Jacques Bardet / Vincent Fillon / 04 OPHLM 94 / 05 Atelier Christian de Portzamparc Une exigence nouvelle 01 OPHLM 92 / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly / 04 Vincent Fillon Le confort moderne pour tous 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle, photo Paul Cadé /, et 04 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle. S approprier l espace 01 Vincent Fillon / Nicolas Borel / Archives de la ville de Grigny / 04 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel. Innovation, préfabrication, production de masse 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Paul Cadé / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle. Diversité de styles, multiplicité de réponses De gauche à droite et de haut en bas : Artedia / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / CAUE 94 / CAUE 94 / DREIF / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle, photo Augustin Dumage / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle / Artedia, Luc Boegly Des architectes engagés pour le logement De gauche à droite et de haut en bas : Association Les Pierres Sauvages de Belcastel, photo J. R. Roustan / Ville de Meudon, photo Renaud Douci / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Laboratoire photographique du CNAM / CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Vincent Fillon. Les 40 ensembles 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle, photo Michel Moch / Nicolas Borel / Vincent Fillon / 04 Linkef, Lilian Le Guevellou / 05 Centre Pompidou, Paris, Bibliothèque Kandinsky, photo Cardot-Joly / 06 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 07 DREIF, Gobry / 08 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo MRU / 09 Vincent Fillon / 10 Vincent Fillon / 11 Vincent Fillon / 12 JF Noël / 13 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 14 Paul Chemetov, / 15 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 16 OPHLM 92 / 17 Association Les Pierres Sauvages de Belcastel, photo Franck Gautré / 18 MEEDDM / H. Salesse / 19 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo- Schwoebel / 20 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 21 Mairie d Aubervilliers, photo Willy Vainqueur / 22 Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine-Saint-Denis, photo Stéphane Asseline / 23 Benoît Fougeirol / 24 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly / 25 DREIF, Gobry / 26 Vincent Fillon / 27 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 28 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 29 Région Île-de-France Inventaire Général, Département de la Seine- Saint-Denis, photo Jean- Bernard Vialles / 30 CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 31 Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine-Saint-Denis, photo Jean-Bernard Vialles / 32 Jean-Michel Léger / 33 Région Ile-de-France Inventaire général, Département de la Seine-Saint- Denis, photo Stéphane Asseline / 34 Vincent Fillon / 35 CAUE 94 / 36 Vincent Fillon 37 OPHLM 94 / 38 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Jean Biaugeaud / 39 OPHLM 94 / 40 Vincent Fillon. Adagp Paris 2010 Jean Balladur, Paul Chemetov, André Lurçat, Christian de Portzamparc, Jean Prouvé. 2

3 HISTOIRE LES TRENTE GLORIEUSES ET LA TRANSFORMATION DU PAYSAGE FRANCILIEN Les Trente Glorieuses ont marqué durablement le paysage francilien. De la Reconstruction à l urbanisation intensive puis raisonnée, la région parisienne connaît un développement exceptionnel. Souvent associée à l idée de croissance économique, cette période est cependant plus complexe. Entre 1945 et 1975, baby-boom, exode rural, décolonisation et immigration entraînent une forte pression démographique en Ile-de-France où la population passe de 6 à 10 millions d habitants. Face à une crise du logement sans précédent, le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme (MRU) se donne très tôt comme objectif la lutte contre l habitat insalubre et la suppression des bidonvilles. Pour accélérer la construction, le MRU encourage fortement la préfabrication et l industrialisation du bâtiment. Dans les années 1950, architectes et maîtres d ouvrage édifient les grands ensembles, dont Sarcelles est l exemple emblématique. Très vite contesté, ce modèle de grand ensemble est repensé dans les années 1960 et 1970, au profit d une échelle plus maîtrisée. À l urbanisation s ajoutent les infrastructures routières puis le futur réseau de transports en commun en lien avec le projet des villes nouvelles. En trente ans, le schéma urbain traditionnel de la région parisienne éclate et les paysages s en trouvent profondément modifiés.. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d¹opération labellisée). L opération du quartier de l Église permet de résorber l habitat insalubre qui compose le paysage de nombreux centre-villes au sortir de la guerre. 01. Rocquencourt, le Parc (architecte : Jean Dubuisson, circa ). La résidence prend place dans le parc d un château devenu le siège de la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF). La vue aérienne montre parfaitement comment l environnement boisé de ce château se trouve profondément transformé par l extension des infrastructures routières, ici le fameux triangle de Rocquencourt.. Nanterre, quartier Pablo Picasso (architecte : Émile Aillaud, ). Les vingt-quatre tours arrondies d une trentaine de mètres de hauteur émergent au milieu des pavillons de Nanterre comme les signes d une modernité faisant écho au quartier d affaire, tout proche, de La Défense. Les motifs et les couleurs des façades, créés par Fabio Rieti, temporisent toutefois cette modernité en atténuant leur présence dans le paysage Sarcelles, les Lochères (architecte : Jacques-Henri Labourdette, 1955). La construction du Grand Ensemble de Sarcelles constitue le plus important chantier de la région parisienne et même d Europe. La «ville nouvelle» compte au total plus de logements, proposés tout d abord aux petits fonctionnaires et ouvriers mal logés de Paris et de sa proche banlieue. Après Lochères, deuxième opération du Grand Ensemble, sont réalisés d autres quartiers qui ont aussi reçu le label : l Entrée de ville et les Flanades. 3

4 HISTOIRE UNE POLITIQUE DU LOGEMENT VOLONTARISTE Créé en novembre 1944, le MRU (ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme) intervient dans cinquante-huit villes de la région parisienne sinistrées par la guerre. Engagé dans la Reconstruction, il se consacre dès les années 1950 à la construction de nouveaux logements. Tandis que la rénovation des centres anciens permet d éliminer l habitat insalubre et surpeuplé, les créations en périphérie pallient leur insuffisance numérique. Pour la première fois, une politique nationale concertée de l habitat se met en place avec le MRU et les financements de l État qui subventionnent les logements neufs, privés et publics (HLM). L appel de l abbé Pierre, le 1 er février 1954, marque une autre étape et mobilise l opinion publique. L État renforce alors son action et crée les sociétés d économie mixte (SEM) d aménagement et de construction, comme la SCIC qui s appuie sur la puissante Caisse des dépôts et consignations. Il développe le «1 % patronal» affecté au logement neuf et institue, pour la seule région parisienne, le Commissariat à la construction et à l urbanisme qui en répartit les crédits. Le District de la région parisienne, qui lui succède, réorganise la région, en 1964, en huit départements. Il y prévoit l implantation de «villes nouvelles», dont la création se veut en rupture avec les grands ensembles. Par le biais de concours, l État cherche également des solutions alternatives : les concours «Villagexpo», puis «Chalandon», permettent de renouveler l habitat individuel tandis que le Plan construction encourage l habitat intermédiaire, mêlant collectif et individuel. 01. Villepinte, les Mousseaux (architectes : Marcel Lods, Paul Depondt, Henri Beauclair, ). Ici en visite aux Mousseaux, Albin Chalandon, ministre de l Équipement et du Logement, lance en 1969 le «concours international de la maison individuelle». Ce projet de maison métallique fut lauréat du concours, ainsi que, sur la même commune, les Pyramides de Michel Andrault et Pierre Parat, également labellisées.. Bobigny, l Étoile (architectes : Georges Candilis, Alexis Josic, Shadrach Woods, ). Répondant à la crise du logement de l après-guerre, Emmaüs propose une cité d habitations économiques fondée sur la réponse au concours Million, qui invite maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage à construire un logement pour un million de francs. À l Etoile, l aspect plastique des immeubles et des jeux d enfants est particulièrement soigné.. Nanterre, bidonville (1967). Les bidonvilles témoignent de la crise du logement dans toute son ampleur. En 1965, environ personnes vivent dans les cent dixneuf bidonvilles recensées en région parisienne. Les travailleurs immigrés d Afrique du Nord y côtoient des Gitans, des Espagnols, des Français, des Portugais, des Yougoslaves. 4

5 FORME URBAINE LA CHARTE D ATHÈNES ET LA RUPTURE AVEC LA VILLE ANCIENNE Saint-Denis, cité Paul Langevin (architecte : André Lurçat, ). Dessin d un premier projet comprenant quelques logements individuels. À partir d une trame orthogonale, André Lurçat travaille sur un juste équilibre dans la répartition entre espaces bâtis et espaces libres. Dans la cité Paul Langevin, chaque logement dispose d une vue dégagée sur les espaces verts.. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Les Grandes Terres suivent à la lettre la charte d Athènes. De part et d autre d un grand parc collectif agrémenté de terrains de sport, sont disposés vingt-sept immeubles. Les équipements prennent place en bordure de l ensemble : parkings, écoles, centre commercial, station-service et garage.. Bagnolet, les Rigondes (architecte Jean Balladur, ). L ensemble constitue un signal urbain fort dans le sillage de l autoroute A3. C est également une référence ouverte à l Unité d habitation de Le Corbusier chez qui Balladur fit un stage en 1945 : béton brut, duplex et loggias, immeubles sur pilotis, autant d éléments caractéristiques. 04. Châtenay-Malabry, la Butte-Rouge (architectes : Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, Pierre Sirvin ; paysagiste : André Riousse, ). La Butte-Rouge illustre les évolutions de l urbanisme au XX e siècle, de la cité-jardin au logement de masse. Ici, la place Jean Allemane construite avant-guerre : les tours-escaliers à l architecture Art déco soulignent l entrée dans le quartier, en retrait de la route principale. À la Libération, les cités-jardins perdurent, comme à Châtenay- Malabry où les nouveaux logements s inscrivent dans la continuité des réalisations d avant-guerre. Issue d une réflexion collective menée par les architectes et urbanistes modernes en 1933, publiée en 1943 par Le Corbusier, la charte d Athènes s impose car elle préconise une séparation dans l espace des différentes fonctions qui s entremêlent dans la ville : habiter, travailler, circuler, se cultiver, et veut offrir aux habitants «air, soleil et verdure». Cette réorganisation par zones génère une nouvelle forme urbaine en rupture complète avec la ville ancienne. Rationnelle, «fonctionnelle», la ville moderne se compose dès lors de tours et de barres créant de vastes espaces libres comme aux Grandes Terres (Marly-le-Roi) que conçoivent Marcel Lods et les frères Honegger, ou aux Rigondes (Bagnolet) réalisées par Jean Balladur. 5

6 FORME URBAINE LA CRITIQUE DU MODÈLE ET LA NAISSANCE D ALTERNATIVES Dès les années 1960, le modèle de la charte d Athènes est très contesté : avec la «Sarcellite», on parle alors de l urbanisme comme d une maladie. Pour rompre avec la monotonie, on donne une entrée de ville à Sarcelles. Architectes, urbanistes, maîtres d ouvrage travaillent à une alternative mêlant les logements collectifs et individuels et surtout ville et campagne. «L habitat intermédiaire», qui se veut mixte à tous égards, est ainsi expérimenté à Boussy- Saint-Antoine par Jacques Bardet avec l ensemble de la Nérac mais aussi à Villepinte par Michel Andrault et Pierre Parat avec les Pyramides. À Ivry-sur-Seine, Jean Renaudie et Renée Gailhoustet proposent, quant à eux, de renouer avec la ville ancienne tout en la renouvelant radicalement. Enfin, avec les Hautes Formes, à Paris, Christian de Portzamparc achève la réconciliation avec la ville héritée qui s est entre-temps profondément modernisée. 01. Boussy-Saint-Antoine, la Nérac (architecte : Jacques Bardet, ). La Nérac se compose de petits immeubles collectifs avec terrasses. L architecte décline le module cubique et les formes orthogonales dans les façades qui contrastent avec les cages d escalier ajourées.. Boussy-Saint-Antoine, la Nérac (architecte : Jacques Bardet, ). Le plan-masse de la Nérac illustre la volonté de l architecte de mettre en œuvre un urbanisme d un nouveau genre, celui d une «ville à la campagne». Le développement organique du plan respecte la topographie du site et distribue le long de voies sinueuses des bâtiments de hauteurs différentes.. Sarcelles, le Grand Ensemble, l Entrée de ville (architecte : Jacques-Henri Labourdette, ). Elevées de part et d autre de l avenue du 8-mai-1945, ces tours monumentales confèrent à la voie d accès au Grand Ensemble les accents d une ville moderne, audelà du simple quartier d habitation. 04. Ivry-sur-Seine, centre Jeanne Hachette (architectes : Renée Gailhoustet, Serge Renaudie, ). L opération Jeanne Hachette s insère dans un plan-masse composé par Renée Gailhoustet pour la rénovation du centreville. Conçu comme un condensateur de toutes les énergies d une ville, le centre Jeanne Hachette en réunit les activités : logements, bureaux, commerces, offre culturelle, parkings. S inspirant de la complexité du vivant, Jean Renaudie réalise une «colline habitée», sillonnée de cheminements piétons, dont l architecture change sans cesse grâce aux plantations qui recouvrent les terrasses. 05. Paris 13 e arrondissement, les Hautes Formes (architectes : Christian de Portzamparc, Georgia Benamo, ). Cet îlot met en pièce les vingt dernières années d urbanisme. Portzamparc structure une parcelle contraignante par la prise en compte du vide. Créant ainsi un espace intérieur pourtant commun et traversant, il met en place la notion d îlot ouvert, leitmotiv de son œuvre

7 PAYSAGE UNE EXIGENCE NOUVELLE Contrairement à une idée reçue, le paysage n est pas absent des ensembles édifiés entre 1945 et La charte d Athènes, modèle des architectes jusque dans les années 1960, fait la part belle à la «verdure» en libérant le sol des pieds d immeubles. La création en 1945 de la section Paysage à l école nationale d horticulture de Versailles favorise la prise en compte de celui-ci par ces premiers architectes paysagistes, qui s intéressent au rapport au territoire, à l articulation des volumes bâtis avec les espaces ouverts. Leur intervention a permis de garantir une strate végétale pérenne. À Sarcelles, l ensemble des Lochères s articule avec le parc Kennedy qui en constitue de cœur. Dans nombre de projets se retrouve le motif de l allée plantée, déclinable du mail à la coulée verte : les catalpas traversent la pente de la Butte-Rouge (Châtenay-Malabry), les tilleuls serpentent à l Abreuvoir (Bobigny). Les jardins de voisinage ont souvent leur place dans les ensembles comme aux Grandes Terres (Marly-le-Roi) où ils entourent l espace central collectif ouvert sur l horizon. Nombre de projets s inscrivent également dans des parcs préexistants, par exemple à Louveciennes et à Rocquencourt. Enfin, associé à la création en nombre plus important de logements individuels, «l espace vert» s apprécie comme lieu d échanges convivial, créant le lien, au Val d Yerres (Boussy-Saint-Antoine) comme à Villagexpo (Saint-Michel-sur-Orge), entre espace privé et espace partagé. 01. Châtenay-Malabry, la Butte-Rouge (architectes : Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, Pierre Sirvin ; paysagiste : André Riousse, ). La Butte-Rouge est une vaste cité-jardin inscrite dans un site vallonné. Constructions et cheminements jouent avec la topographie pour ménager un équilibre entre le bâti et l espace ouvert offrant, malgré la densité de logements, des lieux à partager.. Louveciennes, le Parc (architectes : Jean Le Couteur, Paul Herbé, ). Inscrits dans l ancien parc d un château, les seize bâtiments côtoient les arbres qui en constituaient l ornement. La résidence peut apparaître comme une référence à la ville-parc de Le Corbusier. 04. Pantin, les Courtillières (architecte : Émile Aillaud, ). Emancipées de l orthogonalité, les barres sinueuses délimitent de larges espaces verts en cœur d îlots. L architecte dit avoir voulu constituer un paysage de vingt hectares «paraissant avoir existé avant la construction». 04. Boussy-Saint- Antoine, le Menhir (architecte : Heikki Siren, ). La société centrale immobilière de la Caisse des dépôts et consignations (SCIC) crée une «ville à la campagne» où le Finlandais Siren construit des maisons individuelles regroupées aux larges espaces verts partagés 7

8 VALEUR D USAGE LE CONFORT MODERNE POUR TOUS Après 1945, les architectes font du confort une préoccupation majeure. Avec les ensembles de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry ou ceux dessinés par André Lurçat à Saint-Denis, ils poursuivent l héritage des théories hygiénistes d avant-guerre, en introduisant systématiquement salle de bains et WC. La cuisine à usage de salle commune qui représentait le cœur de l habitation française disparaît au profit d une cuisine séparée et équipée. Le logement est désormais doté de placards, de vide-ordure, voire d une cuisine «américaine» et d un living room, autant de nouveautés importées, présentes au Salon des Arts ménagers. Sous l effet des progrès techniques qui permettent l aération des pièces aveugles, la distribution du logement est modifiée. Plus spacieux, les appartements des années 1950 et 1960 tendent à s organiser selon une partition jour-nuit : d un côté séjour et cuisine, de l autre chambre(s) et salle(s) de bains, au même niveau ou répartis en duplex et triplex. Plébiscité, le duplex permet aussi de distinguer l espace des parents de celui des enfants. Bien connu dans les «cités radieuses» de Le Corbusier, le modèle est repris en Ile-de-France par exemple aux Rigondes (Bagnolet) ou à la Peupleraie (Fresnes). Prolongement du logis, le balcon et la loggia se généralisent. Jacques Bardet, Michel Andrault et Pierre Parat, Jean Renaudie vont jusqu à étendre le domaine de vie de chacun par un usage remarquable des terrasses. Ainsi, l architecture de logements devient le terrain de recherches sur les nouveaux modes de vie d une société en pleine mutation. 01. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d opération labellisée). L opération du quartier de l Église a pour but de résorber l habitat insalubre du centre de Pantin. Les quelque sept cents logements d Honegger offrent ainsi le confort moderne à une large population. La salle de bains qui s adosse à la cuisine forme un «bloc-eau», selon la formule activement soutenue par le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme.. Aubervilliers, la Maladrerie (architecte : Renée Gailhoustet, ). La Maladrerie s inscrit dans un projet de résorption d habitat insalubre (RHI) et de réalisation de logements sociaux. La générosité des espaces intérieurs est primordiale dans la conception de Gailhoustet qui utilise le duplex comme un leitmotiv. Avec leur escalier implanté dans la salle de séjour, les logements bénéficient d un espace à vivre en double hauteur d une grande luminosité. 04. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Aux Grandes Terres, la modernité du plan des appartements s exprime dans la distinction entre la partie jour (cuisine + séjour) et la partie nuit (salle de bains + chambres) ainsi que dans la position du séjour qui «commande» la partie nuit. 04. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Moitié en retrait et moitié en saillie, le balcon-loggia est une solution constructive économique et un bon compromis pour l usage. Il témoigne de l attachement de Lods au concept d héliotropisme et aux préceptes de la charte d Athènes. 8

9 VALEUR D USAGE S APPROPRIER L ESPACE 01. Évry, les Pyramides (architectes : Michel Andrault, Pierre Parat, ). Avec leurs Pyramides, Andrault et Parat synthétisent des années de recherches pour renouveler l habitat et adoptent un urbanisme en rupture avec les schémas habituels. Les immeubles complexes découpent l espace extérieur en de multiples sous-espaces que les habitants peuvent s approprier plus facilement. Chaque logement est doté d un jardin suspendu individuel, une belle terrasse de 36 m 2.. Paris 13 e arrondissement, les Hautes Formes (architectes : Christian de Portzamparc, Georgia Benamo, ). L architecture de hauteur différente laisse pénétrer le soleil à l intérieur de l îlot, tandis que la disposition des bâtiments évite les vis-à-vis. Tout au long de la période, les architectes tentent de résoudre la délicate équation entre espace privé (le logement) et espace partagé (de la ville à l immeuble). Pour André Lurçat et Émile Aillaud, les espaces collectifs comme les escaliers et les paliers doivent être spacieux et éclairés en lumière naturelle pour favoriser la convivialité. D autres architectes préfèrent travailler sur une gradation des échelles entre l urbain et l humain, c est-à-dire un passage progressif de la ville au logement. Grâce à leurs espaces verts, à leurs places, des cités-parcs comme la résidence du Parc à Louveciennes ou des îlots ouverts comme les Hautes Formes à Paris multiplient les espaces de transition. Avec l habitat intermédiaire, les logements s organisent autour d un espace extérieur individuel (terrasse ou jardin) qui jouxte l espace collectif et constitue un accès à part entière. Par ailleurs, l appropriation des espaces collectifs par les habitants est favorisée par la mise en place d équipements associés à la résidence. Il peut s agir de commerces (les Flanades à Sarcelles ou le centre Jeanne-Hachette à Ivry-sur-Seine), de services (crèche des Courtillières, centre d action sociale des Lochères à Sarcelles) ou d équipements de loisirs (jeux d enfants de la Grande Borne à Grigny, terrains de tennis des Rigondes à Bagnolet). Dans de nombreux cas, architectes et maîtres d ouvrage ont à cœur de valoriser ces espaces par le recours au «1% artistique» et l installation d œuvres plastiques : les sculptures de François Stahly, de Laurence Aillaud ou de François-Xavier et Claude Lalanne se retrouvent ainsi au cœur de certains ensembles de logements. 04. Boulogne-Billancourt, le Point du Jour (architecte : Fernand Pouillon, ). Au cœur de la résidence, la cour des Longs Prés accueille une fontaine, œuvre du sculpteur François Stahly. 04. Grigny, la Grande Borne (architecte : Émile Aillaud, ). Une aire de jeu, la «femme-toboggan», par Laurence Rieti, fille d Émile Aillaud. L art n est plus réservé à quelques lieux privilégiés, il s introduit dans la vie quotidienne des habitants, sous forme de fresques, de mise en couleur des façades ou de sculptures intégrées dans le sol qui peuvent servir de jeux pour enfants. L architecture et le paysage deviennent ainsi les supports d une expression plastique et sculpturale qui marque toute la production d Émile Aillaud. 9

10 TECHNIQUES INNOVATION, PRÉFABRICATION, PRODUCTION DE MASSE Avec la Reconstruction, s ouvre une période d expérimentations techniques. Elles visent à abaisser le coût de la construction et à pallier la pénurie de matériaux. Industrialisation et préfabrication sont prioritaires pour le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme. Dans la rénovation du centre ville de Pantin, il est fait un usage exclusif de la préfabrication, des composants de la façade aux fenêtres. Le secteur du Bâtiment se modernise. Il devient un moteur de la croissance économique, élevant les entreprises au rang mondial. La multiplication des procédés constructifs, les murs-rideaux, la préfabrication en usine, «lourde» ou «légère», le modèle que constitue l automatisation dans l industrie automobile participent du climat d innovation qui règne durant les Trente Glorieuses. Le béton domine, tandis que sa mise en œuvre se diversifie : banches et coffrages tunnels assurent sa suprématie. Cependant, les techniques traditionnelles perdurent tout comme les plus petites des entreprises du Bâtiment. Grand bâtisseur, Fernand Pouillon privilégie la pierre dans ses réalisations. À Saint-Germain-en-Laye, le chantier expérimental du SHAPE met en concurrence technique traditionnelle défendue par Félix Dumail et panneaux préfabriqués utilisés par Jean Dubuisson. Si parpaing, brique, pierre, bois, verre, acier et aluminium sont toujours présents, leur mise en œuvre et l échelle de production évoluent cependant profondément. Rationalité, fonctionnalité mais aussi rentabilité, économie de main d œuvre et urbanisme utilitaire détournent certains architectes de l industrie du Bâtiment. À Créteil, Paul Bossard fait le choix d une mise en œuvre artisanale intégrant pierre et béton. À Vigneux, Paul Chemetov mêle béton, bois, brique et meulière sous des toits de tuiles. 01. Saint-Germain-en-Laye, SHAPE-Village (architecte : Jean Dubuisson, ). L architecte choisit de disposer des panneaux préfabriqués en béton perpendiculairement aux façades. Ainsi allégées, ces dernières sont largement ouvertes, offrant un ensoleillement exceptionnel aux appartements.. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d opération labellisée). La «préfabrication légère» met en œuvre des éléments de petite taille d un poids inférieur à 300 kg. Expérimentée dès les premières années de la Reconstruction, elle permet, entre autres, le montage de panneaux de façade en béton armé, comme ici pour la rénovation du cœur ancien de Pantin.. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Dans les années 1950 et 1960, les architectes recourent au «chemin de grue». Ces rails, rectilignes ou courbes, sur lesquels circule la grue, permettent de rationaliser le processus de construction. Ici, dans l ossature porteuse en béton armé viendront se loger des panneaux de façade légers, réalisés en usine. 10

11 DIVERSITÉ DE STYLES, MULTIPLICITÉ DE RÉPONSES Du verre Des briques Du béton incrusté de pierre Des serpentins Des courbes Des pyramides Des collines habitées... Des contre-courbes Et de l habitat individuel. 11

12 DES ARCHITECTES ENGAGÉS POUR LE LOGEMENT La première liste du label Patrimoine du XX e siècle distingue l œuvre de Fernand Pouillon et d Émile Aillaud, dont l Ile-de-France est particulièrement riche. La presque totalité de leurs réalisations concernant l habitat est ainsi retenue, témoignant de leur apport majeur à l architecture du logement. Les créations d André Lurçat et de Jean Dubuisson sont également bien représentées dans la sélection. Fernand Pouillon ( ) Formé à l école des Beaux-Arts de Marseille et diplômé en 1942, Fernand Pouillon travaille notamment à la reconstruction de Marseille de 1949 à Il poursuit sa carrière en Algérie. Ambitieux, volontiers polémique, Fernand Pouillon est un bâtisseur très entreprenant. Fondateur du Comptoir national du Logement en 1954, il est à la fois maître d œuvre et maître d ouvrage, situation périlleuse qui lui vaut des problèmes avec la Justice. Marquée par Auguste Perret, son œuvre aux proportions et aux volumes équilibrés, empreinte de classicisme, est le plus souvent en pierre pré-taillée. Le label a été attribué à la résidence Victor Hugo (Pantin), la résidence Buffalo (Montrouge), le Parc (Meudon-la-Forêt), le Point du Jour (Boulogne- Billancourt). Émile Aillaud ( ) Émile Aillaud est diplômé de l école nationale des Beaux-Arts en À la Libération et jusqu en 1950, il est architecte-urbaniste des Houillères de Lorraine. C est au cours des années 1950 qu il se spécialise dans le logement social. Il construit également de nombreux groupes scolaires, ainsi qu une église à Forbach. Son opposition aux principes de la charte d Athènes se manifeste dans une vision poétique de l architecture, aux formes originales et polychromes. De 1972 à 1983, il est chargé de l achèvement de la Défense, opération dite «zone Tête Défense». Le label a été attribué à quatre de ses réalisations : l Abreuvoir (Bobigny), les Courtillières (Pantin), la Grande Borne (Grigny), le quartier Pablo Picasso (Nanterre). André Lurçat ( ) Formé à l école des Beaux-Arts de Nancy puis de Paris, André Lurçat participe, aux côtés de Le Corbusier, à la fondation des Congrès internationaux d architecture moderne (CIAM) en La reconnaissance vient en 1933 notamment avec le groupe scolaire Karl Marx à Villejuif. A la Libération, il est nommé architecte en chef de la reconstruction de Maubeuge et devient architecte et urbaniste de Saint-Denis puis du Blanc-Mesnil. Sa pratique de l architecture repose sur des principes techniques déjà expérimentés avant-guerre, comme les éléments préfabriqués de façade ou le plan type de logement, qu il définit à partir de sa conception de la cellule. Quatre de ses réalisations situées à Saint-Denis ont reçu le label : les cités Paul Langevin, Colonel Fabien, Auguste Delaune et Guynemer. Jean Dubuisson (né en 1914) À l issue d une formation classique, Jean Dubuisson obtient le Premier Grand Prix de Rome en Retenu à la villa Médicis durant la Reconstruction, il développe un style empreint de culture classique et nourri de l avant-garde qui lui permet de s imposer dès son retour en France en Jusqu à la fin des années 1960, il édifie des programmes immobiliers, du logement social aux résidences privées, répercutant ses trouvailles d un secteur sur l autre. L esthétique graphique de la façade et la recherche d un ensoleillement exceptionnel, la conception du plan ou le soin accordé aux détails intérieurs, comme la prise en compte de la végétation caractérisent ses apports à la modernité des Trente Glorieuses. Ont reçu le label le SHAPE-Village (Saint-Germain-en- Laye), Maine-Montparnasse II (Paris, 14 e arrondissement), le Parc (Rocquencourt). 12

13 Paris 12 e, 11-15, rue Érard Paris 13 e, les Hautes Formes Paris 14 e, Maine-Montparnasse II 04 Paris 19 e, les Orgues de Flandre 05 Louveciennes, le Parc 06 Marly-le-Roi, les Grandes Terres 07 Rocquencourt, le Parc 08 Saint-Germain-en-Laye, SHAPE-Village 09 Boussy-Saint-Antoine, la Nérac 10 Boussy-Saint-Antoine, le Menhir 11 Évry, les Pyramides 12 Grigny, la Grande Borne 13 Saint-Michel-sur-Orge, Villagexpo 14 Vigneux-sur-Seine, les Briques Rouges 15 Boulogne-Billancourt, le Point du Jour 16 Châtenay-Malabry, la Butte Rouge 17 Meudon-la-Forêt, le Parc 18 Meudon, maisons 19 Montrouge, résidence Buffalo 20 Nanterre, quartier Pablo Picasso 13

14 Aubervilliers, la Maladrerie 22 Bagnolet, les Rigondes 23 Bagnolet, ensemble Édouard Vaillant 24 Bobigny, l Étoile 25 Bobigny, l Abreuvoir 26 Pantin, quartier de l Église 27 Pantin, résidence Victor Hugo 28 Pantin, les Courtillières 29 Saint-Denis, cité Paul Langevin 30 Saint-Denis, cité Colonel Fabien 31 Saint-Denis, cité Auguste Delaune 32 Saint-Denis, cité Guynemer 33 Villepinte, les Pyramides 34 Villepinte, les Mousseaux 35 Créteil, les Bleuets 36 Fresnes, la Peupleraie 37 Ivry-sur-Seine, cité Maurice Thorez 38 Ivry-sur-Seine, tour Raspail 39 Ivry-sur-Seine, centre Jeanne Hachette 40 Sarcelles, Lochères, Entrée de ville, Flanades 14

15 95 VAL-D OISE SARCELLES VILLEPINTE SAINT-DENIS 93 SEINE-SAINT-DENIS AUBERVILLIERS DRANCY SAINT-GERMAIN-EN-LAYE BOBIGNY MARLY-LE-ROI NANTERRE PARIS, 19 e PANTIN LOUVECIENNES 75 PARIS BAGNOLET ROCQUENCOURT BOULOGNE- BILLANCOURT 92 HAUTS-DE-SEINE PARIS, 14 e PARIS, 13 e PARIS, 12 e 78 YVELINES MEUDON MONTROUGE IVRY-SUR-SEINE CRÉTEIL CHATENAY- MALABRY FRESNES 94 VAL-DE-MARNE VIGNEUX-SUR-SEINE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 91 ESSONNE SAINT-MICHEL-SUR-ORGE GRIGNY ÉVRY Exposition présentée à La Maison de l architecture en Île-de- France, du 5 juillet au 15 septembre Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 22h et le week-end de 12h à 22h. Entrée Libre. 15

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6

Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Proposition d un parcours en HiDA en 3 ème DP6 Journée de formation à destination des professeurs de 3 ème DP6 de Savoie et Haute-Savoie Olivier BAYLE (Arts appliqués) et Marina FAVRET (Lettres-Histoire-Géographie)

Plus en détail

La réhabilitation du quartier, une histoire en cours

La réhabilitation du quartier, une histoire en cours ROCHAMBEAU 1 La réhabilitation du quartier, une histoire en cours L opération de reconquête urbaine qui doit être conduite dans le quartier Rochambeau succédera, dans le temps, à la construction du nouveau

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

L E S AVOIR R ÉNOVER. Pierre & Vacances

L E S AVOIR R ÉNOVER. Pierre & Vacances L E S AVOIR R ÉNOVER Pierre & Vacances PIERRE &VACANCES, Leader Européen de l immobilier de loisirs L E GROUPE PIERRE &VACANCES, en constante croissance depuis sa création en 1967, est devenu la référence

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Commune du Blanc-Mesnil Plan Local d Urbanisme Pièce n 3 : Orientations d Aménagement et de Programmation (OAP) Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 16 juillet 2015 arrêtant le

Plus en détail

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX

RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Dossier de presse - juin 2009 RECULER L A7 POUR RÉAMÉNAGER LE QUARTIER SAINT-CHARLES / PORTE D AIX Les phases de travaux 2009/2013 Contact : Anthony Abihssira anthony.abihssira@euromediterranee.fr Tél.

Plus en détail

URBAN GREY. Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze. 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale

URBAN GREY. Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze. 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale Devenir propriétaire à Rennes, Quartier La Courrouze al 29 appartements du 2 au 4 pièces Pour la résidence principale La Courrouze, vivre en ville, habiter dans un parc, une résidence bien dans la ville

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 1 785 000 euros Villa Pol Abraham Grand Ouest parisien (78) Année 1929 Surface 330 m 2 Chambre 5 Salle de bains 2 1967 Garage 2 Jardin 1 250 m 2 LA VILLA Terrasse 3 1967 Piscine non Monument emblématique

Plus en détail

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

LOUNGE BASTILLE. à Paris XI ème. Branchez-vous au cœur de la capitale!

LOUNGE BASTILLE. à Paris XI ème. Branchez-vous au cœur de la capitale! LOUNGE BASTILLE à Paris XI ème Branchez-vous au cœur de la capitale! La place de la Bastille Bienvenue à Paris XI ème! Discret le jour et animé la nuit, à la fois populaire et branché, le XI ème arrondissement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Résidence Lebon à Nanterre 23 logements collectifs PLUS/PLAI & Un projet social innovant

DOSSIER DE PRESSE Résidence Lebon à Nanterre 23 logements collectifs PLUS/PLAI & Un projet social innovant DOSSIER DE PRESSE Résidence Lebon à Nanterre 23 logements collectifs PLUS/PLAI & Un projet social innovant Photo : Agence 11h45 Juillet 2015 1 RÉSIDENCE LEBON Nanterre Centre-ville 23 logements locatifs

Plus en détail

Jean Claude Mathis, d Eric Vuillemin

Jean Claude Mathis, d Eric Vuillemin Vendredi 30 août 2013 Jean Claude Mathis, Président d Aube Immobilier et de la SIABA, inaugure ce vendredi 30 aout 2013, en présence d Eric Vuillemin, maire de Romilly sur Seine, les dernières opérations

Plus en détail

La planification à l échelle de la région parisienne

La planification à l échelle de la région parisienne La planification à l échelle de la région parisienne 1932 1939 : plan d aménagement de la région parisienne ou plan PROST 1941 : Une nouvelle région parisienne 1945 1960 : décentralisation de la région

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

la parfaite adéquation des réponses aux problèmes posés.

la parfaite adéquation des réponses aux problèmes posés. V o t r e r é p o n s e i m m o b i l i è r e Qui est? Créé en 1993, intervient en Ile-de-France, sur des problématiques logements et tertiaires. Depuis sa création, la société construit chacune de ses

Plus en détail

RENNES SAINTE-THÉRÈSE. Image non contractuelle

RENNES SAINTE-THÉRÈSE. Image non contractuelle RENNES SAINTE-THÉRÈSE Image non contractuelle Avec sa ligne élancée et ses matériaux harmonieux, Le Grand Angle montre la direction du nouveau centre-ville! Image non contractuelle Une résidence au cœur

Plus en détail

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros 2 950 000 euros Maison La Celle Saint-Cloud (78) Année 2009 Surface 405 m 2 Chambre 5 Salle de bains 3 Garage oui Jardin 2 782 m 2 LA MAISON Terrasse 1967 Piscine oui non Cette maison d architecte a été

Plus en détail

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92)

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92) à Bois-Colombes (92) Opération certifiée phase 1 à 4 du SMO Marie Catherine BARIGAULT : Directrice des Services Techniques, Ville de Bois Colombes Skander MEZGAR : Responsable Technique, Montage & Aménagement

Plus en détail

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme

Bien implanter. sa maison. Fiche-conseil I Urbanisme Maison individuelle - Sarthe Philippe Rousseau, architecte Fiche-conseil I Urbanisme Bien implanter sa maison Décider de construire une maison nécessite de réfléchir à son implantation. En effet, toute

Plus en détail

A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense

A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIETE IMMOBILIER ANCIEN Le Parc Médéric A La Garenne-Colombes (92), le jardin de La Défense La Garenne-Colombes, une ville au charme protégé La Garenne-Colombes est une ville

Plus en détail

Label Patrimoine du 20ème siècle 1945-1975

Label Patrimoine du 20ème siècle 1945-1975 Label Patrimoine du 20ème siècle LES ENSEMBLES DE LOGEMENTS EN ILE-DE-FRANCE 1945-1975 POURQUOI UN LABEL PATRIMOINE DU 20 ÈME SIÈCLE? Le Label Patrimoine du 20ème siècle a été créé par le Ministère de

Plus en détail

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault

Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Votre nouvelle résidence à Pontault-Combault Une adresse privilégiée, aux portes de Paris BBC POUR RÉDUIRE VOTRE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE La Seine-et-Marne, le poumon vert de l Ile-de-France Forêts, surfaces

Plus en détail

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture Architecte urbaniste, ce Lyonnais visionnaire conçoit, dès 1917, les bases de l urbanisme actuel et à ce titre, influence durablement l architecture contemporaine. Tony GARNIER Né le 13 août 1869 à 10

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

À la fois proche des plages et de l arrière-pays, Montpellier est. unique. Façonnée par une architecture étonnante mêlant l ancien

À la fois proche des plages et de l arrière-pays, Montpellier est. unique. Façonnée par une architecture étonnante mêlant l ancien m o n t p e l l i e r l é m e r g e n c e d u n e a u t r e m o d e r n i t é À la fois proche des plages et de l arrière-pays, Montpellier est unique. Façonnée par une architecture étonnante mêlant l

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION?

RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION? RÉALISER VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION? LA MARRONNIÈRE : UN ÉCOQUARTIER ENGAGÉ VOTRE PROJET D ÉCOCONSTRUCTION DEVIENT POSSIBLE Construire sa maison à La Marronnière, c est l opportunité de vivre dans

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17

PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17 PARIS QUARTIER D AFFAIRES RÉSIDENCE DE TOURISME D AFFAIRES PARIS 17 PARIS CAPITALE MONDIALE DU TOURISME D AFFAIRES Si Paris demeure la métropole la plus visitée au monde, en accueillant chaque année près

Plus en détail

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 Vers le programme Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 - Ordre du jour Programmation (19h) Notions et définitions (19h15) Echanges avec la salle (19h45) Présentation des

Plus en détail

CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX

CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX Gare d Eau CONSTRUCTION DE 54 LOGEMENTS NEUFS RÉHABILITATION DE 4 LOGEMENTS COLLECTIFS ET LOCAUX COMMERCIAUX à lille -59 - Charles-Henri Tachon architecture & paysage Mercurey : rue de champ Ladoit 71640

Plus en détail

Gentilly (94) Nouvelles perspectives

Gentilly (94) Nouvelles perspectives Gentilly (94) Nouvelles perspectives Une ville ambitieuse aux Portes de Paris Paris Installée au sud de Paris, la ville de Gentilly borde les 13 e et 14 e arrondissements de Paris. Elle bénéficie ainsi

Plus en détail

Pépinière artistique et urbaine

Pépinière artistique et urbaine Pépinière artistique et urbaine Appel à projets Année 2015 Mise à disposition d espaces de travail Locaux et services Accompagnement Structuration et développement Mise en réseau professionnel Réponse

Plus en détail

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 2 Au pied des Buttes-Chaumont, Sur les Hauts de Belleville, à la conquête de votre espace. Passage de l'atlas - Paris XIX ème montagedoc

Plus en détail

DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE 3- ORIENTATION D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) 3-1 : Meudon-sur-Seine

DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE 3- ORIENTATION D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) 3-1 : Meudon-sur-Seine DEPARTEMENT DES HAUTS DE SEINE Approuvé le 13 avril 2010 Modification n 1 du 24 octobre 2013 Modification n 2 du 2 juillet 2015 Modification n 3 du 2 juillet 2015 3- ORIENTATION D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION

Plus en détail

Réhabiliter les Grands Ensembles

Réhabiliter les Grands Ensembles 28 / 29 / 2 Réhabiliter les Grands Ensembles Le grand ensemble, symbole de l urbanisme de masse des années 1960, n est plus apte, dans sa forme actuelle, à répondre aux enjeux d aujourd hui et de demain.

Plus en détail

BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL

BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL BORDEAUX, PORT DE LA LUNE, UN GRAND ENSEMBLE URBAIN DU PATRIMOINE MONDIAL Anne-Laure Moniot, Chef de Projet Patrimoine mondial, Direction générale de l aménagement, Mairie de Bordeaux. Bordeaux, port de

Plus en détail

Erdréa. Nantes - Erdre-Porterie

Erdréa. Nantes - Erdre-Porterie Erdréa Nantes - Erdre-Porterie Un nouveau quartier au bord de l Erdre Une certaine douceur de vivre Nantes, en liaison directe avec les rives du site classé de l Erdre, l éco-quartier Erdre-Porterie, au

Plus en détail

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE LMNP Censi-bouvard / CLASSIQUE PARIS Maisons-Laffitte (78) MAISONS-LAFFITTE A seulement quelques kilomètres à l ouest de Paris, dans le département des Yvelines, Maisons-Laffitte jouit d une situation

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 900 000 euros Appartement avec terrasse Finn Geipel Année 1976 Paris 16e Surface 72 m² Chambre 2 Salle de bains 1 Garage Jardin en option non L APPARTEMENT Terrasse 23 m² Piscine non Cet immeuble contemporain

Plus en détail

H2CO. Po u r construire durablement. Habitat à Coûts et Consommations Optimisés. PUCA plan urbanisme construction architecture. Construire autrement

H2CO. Po u r construire durablement. Habitat à Coûts et Consommations Optimisés. PUCA plan urbanisme construction architecture. Construire autrement H2CO Habitat à Coûts et Consommations Optimisés Po u r construire durablement Ministère de l écologie, de l énergie, du Développement durable et de la mer Direction Générale de l aménagement, du logement

Plus en détail

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS

CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS CONSTRUIRE AVEC LE CLIMAT REUNIONNAIS PARTIE 1 : Le résidentiel dans les Bas Partie 8 Jean-Louis IZARD Enseignant-chercheur à l ENSA-Marseille Laboratoire ABC izard@marseille.archi.fr 1-8.3. Le projet

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD

CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Dossier de presse Le 5 avril 2012 CASERNE SULLY A SAINT-CLOUD Le Conseil général des Hauts-de-Seine et la Ville de Saint-Cloud présentent le projet de valorisation du site Dossier de presse Contacts presse

Plus en détail

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Diagnostic sur les lieux - 8 mars 2012 Balade urbaine - 29 mars 2012 Enjeux de requalification - 5 avril 2012 Adoption des fondamentaux

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014. Programme détaillé par jour VENDREDI 19 SEPTEMBRE

JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014. Programme détaillé par jour VENDREDI 19 SEPTEMBRE JOURNÉES EUROPÉENNES DU PATRIMOINE À SCEAUX 20 et 21 septembre 2014 Programme détaillé par jour À l occasion de l édition de 2014 des Journées européennes du patrimoine, la ville de propose une découverte

Plus en détail

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com

Parlons vrai, créons ensemble. www.groupe-sodec.com www.groupe-sodec.com Accompagner les projets des villes et des territoires Nos projets de centres commerciaux sont aussi les vôtres. La confiance et l écoute réciproques sont les meilleurs garants de leur

Plus en détail

Grands ensembles et crise du logement

Grands ensembles et crise du logement LES GRANDS ENSEMBLES ET LEUR REHABILITATION Faculté d'architecture de l'université Technique de Lisbonne Samedi 18 novembre 2006 Grands ensembles et crise du logement Le bidonville de la Courneuve; en

Plus en détail

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie

Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie Habitat 67 Statuts juridiques 2002 Habitat 67est identifié comme «immeuble significatif» dans la Réglementation d urbanisme de l arrondissement Ville-Marie 2007 Citation d habitat 67à titre de monument

Plus en détail

CONCERTATION PREALABLE

CONCERTATION PREALABLE CONCERTATION PREALABLE PROJET D AMENAGEMENT DU SITE MULTILOM À LOMME REUNION PUBLIQUE 29 SEPTEMBRE 2011 Pôle Aménagement et Habitat Direction Espace Naturel et Urbain Service Développement Urbain et Grands

Plus en détail

Dossier d autorisation du droit des sols

Dossier d autorisation du droit des sols Dossier d autorisation du droit des sols» Permis de Construire» Permis de Démolir» Déclaration Préalable L imprimé CERFA Il existe plusieurs imprimés CERFA selon le type de demande d autorisation : Édito

Plus en détail

Visite inaugurale du quartier Saint-Joseph rénové

Visite inaugurale du quartier Saint-Joseph rénové Dossier de Presse Mai 2013 Visite inaugurale du quartier Saint-Joseph rénové Contact presse : Ville de Haguenau Direction de la Communication Anne Constancio 03 88 90 68 64 anne.constancio@haguenau.fr

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande de garage : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77 340 Pontault-Combault

Plus en détail

La Timonière. Acigné 19. 18 logements intermédiaires au cœur d une extension urbaine

La Timonière. Acigné 19. 18 logements intermédiaires au cœur d une extension urbaine 19 La Timonière 19 18 logements intermédiaires au cœur d une extension urbaine 87 165 La Timonière 5 932 habitants Carte d identité de l opération Zac de la Timonière Localisation : - Ille-et-Vilaine (35)

Plus en détail

UN BIDONVILLE DE MADRID: EL SALOBRAL Le plus critique en terme de MARGINALITE: 20 hectares le long d une autoroute 224 familles 318 «chabolas» des services publics inexistants: ni eau, ni électricité,

Plus en détail

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E

B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E B O O K D E P R E S E N T A T I O N : D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E D E C O U V R I R L A R E S I D E N C E : N O M B R E & T Y P O L O G I E D E S L O G E M E N T S TYPOLOGIE & SURFACES La typologie

Plus en détail

La dernière Pierre de l aménagement du nouveau centre-ville. Espaces verts, équipements publics, commerces un Quartier flambant neuf

La dernière Pierre de l aménagement du nouveau centre-ville. Espaces verts, équipements publics, commerces un Quartier flambant neuf 93 Bobigny L La dernière Pierre de l aménagement du nouveau centre-ville Espaces verts, équipements publics, commerces un Quartier flambant neuf L espace urbain situé entre l Hôtel de Ville, la Bourse

Plus en détail

LA MAISON. Maison ART UR Architectes Paris 14e. www.architecturedecollection.fr. Prix sur demande

LA MAISON. Maison ART UR Architectes Paris 14e. www.architecturedecollection.fr. Prix sur demande Prix sur demande Maison ART UR Architectes Paris 14e Année 2008 Surface 660 m 2 Chambre 3/4 Salle de bains 3/4 Garage 2 Jardin 27,70 m 2 LA MAISON Terrasse 1967 Piscine oui 15x3,20 m Conçue par l agence

Plus en détail

LA VILLA. Villa Marcel Nouviale La Varenne Saint-Hilaire (94) www.architecturedecollection.fr. 2 130 000 euros

LA VILLA. Villa Marcel Nouviale La Varenne Saint-Hilaire (94) www.architecturedecollection.fr. 2 130 000 euros 2 130 000 euros Villa Marcel Nouviale La Varenne Saint-Hilaire (94) Année 1972 Surface 376 m 2 6 Salle de bains 4 Garage oui Jardin 1909 m 2 LA VILLA Terrasse 170 m 2 Piscine oui Cette maison, est un bel

Plus en détail

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53).

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Objet : Publicité, enseignes et pré-enseignes. Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Le décret n 96-946 du 24 octobre 1996 pris en

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales

PLAN LOCAL D URBANISME P.A.D.D PLAN LOCAL D URBANISME - PLAN LOCAL D URBANISME - UCEL 10 F EVRIER 2010 - Les orientations générales 1 COMMUNE D UCEL PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME DEPARTEMENT : CANTON : COMMUNE : Ardèche Vals les Bains Ucel P.A.D.D ( Projet d A ménagement et de Développement D urable) Les orientations

Plus en détail

N 3. [meulière, brique et béton] à saint-denis. un siècle d habitat

N 3. [meulière, brique et béton] à saint-denis. un siècle d habitat N 3 [meulière, brique et béton] à saint-denis un siècle d habitat social [ habitations ouvrières] et premiers logements sociaux Depuis 1850, la banlieue Nord-Est de Paris est devenue un véritable laboratoire

Plus en détail

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr

Architecture de Collection - 01 53 00 97 44 - contact@architecturedeollection.fr 1 160 000 euros Hôtel particulier Pierre Patout Année 1934 Paris 15 e Surface 154 m² Chambre 2 Salle de bains 2 Garage Jardin non non L HÔTEL PARTICULIER Terrasse 10 m² Piscine non Cet hôtel particulier

Plus en détail

Cours Clemenceau UNE CO-PROMOTION

Cours Clemenceau UNE CO-PROMOTION Cours Clemenceau Rennes UNE CO-PROMOTION Cours Clemenceau Rennes CENTRE-VILLE, ENTRE MÉTRO ET GARE capitale bretonne dans le top 10 des villes françaises, Rennes est une métropole régionale aux grands

Plus en détail

Principes de précaution sur le bâtiment ancien

Principes de précaution sur le bâtiment ancien Principes de précaution sur le bâtiment ancien Ensembles urbains de logements collectifs en France 1940-1980 Présentation CAUE 92 Journée d information du 29 septembre 2011 Reconstruction Orléans et Charleville

Plus en détail

L Alhambra Marseille (13)

L Alhambra Marseille (13) Résidence Etudiante Résidence Etudiante L Alhambra Marseille (13) La plate-forme dédiée à l investissement immobilier Collines, soleil, mer et calanques bienvenue à Marseille, 2 ème ville de France avec

Plus en détail

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP)

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Une projection plus fine, plus cohérente, pour protéger notre patrimoine,

Plus en détail

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE

Européennes DU. Journées. Patrimoine. Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Journées Européennes DU Patrimoine Hôtel du Préfet PRÉFET DE LA MANCHE Chaque année, depuis maintenant 30 ans, les Journées Européennes du Patrimoine permettent à chacun d entre nous d en découvrir les

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Image non contractuelle

Image non contractuelle L esprit village à PROXIMITÉ de Rennes Image non contractuelle Place de l Eglise / rue de Rennes - L Hermitage Cœur de marché, la longère d aujourd hui Avec ces longs toits aux pentes affirmées, de la

Plus en détail

Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE

Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE Architectures de l'habitat FORMATION 2016 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ÎLE-DE-FRANCE *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par la

Plus en détail

Le marché de la rue Gabillot. Vie de quartier

Le marché de la rue Gabillot. Vie de quartier Le marché de la rue Gabillot Vie de quartier Entre la Place Sainte Anne et l avenue Félix Faure, la vie s organise comme dans un village et l on retrouve le plaisir d habiter dans un quartier animé où

Plus en détail

Guinée*Potin Architectes

Guinée*Potin Architectes FOOTCHEBALL - PLAYGROUND POUR LE VOYAGE A NANTES 2014 / NANTES / 44 TERRAIN DE FOOTCHEBALL, PLAYGROUND, VOYAGE A NANTES 2014 / NANTES / 44 Fiche d identité Programme Réalisation du Footcheball : dans le

Plus en détail

Politique de la ville et rénovation urbaine

Politique de la ville et rénovation urbaine Politique de la ville et rénovation urbaine Retour sur 60 ans de «politiques urbaines du logement social» CRPVE / 1er octobre 2014 / Frédéric Léonhardt (frederic.leonhardt@laposte.net) Conférence issue

Plus en détail

DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception

DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception DEAUVILLE - Avenue Strassburger Entre golf et hippodrome, un site d exception D E A U V I L L E > DEAUVILLE, SES PLANCHES, SES FESTIVALS, SES COURSES Et son art de vivre. La Villa Strassburger Station

Plus en détail

Avenue Castelnau. Avenue Henri Barbusse

Avenue Castelnau. Avenue Henri Barbusse Drancy Drancy Le charme d une petite ville aux portes de Paris R é s i d e n c e Plein entre Au cœur de la Seine-Saint-Denis, Drancy profite Avenue Castelnau Rue Sadi Carnot Parc de Ladoucette Rue Anatole

Plus en détail

Un Grand Paris ambitieux et partagé

Un Grand Paris ambitieux et partagé Un Grand Paris ambitieux et partagé Le lien fort entre les composantes d une métropole et ses habitants est la clef de son existence durable. Elle suppose une grande ambition: le partage d une identité

Plus en détail

LE SAVOIR RÉNOVER Pierre & Vacances

LE SAVOIR RÉNOVER Pierre & Vacances LE SAVOIR RÉNOVER Pierre & Vacances PIERRE & VACANCES, Leader européen L e Groupe Pierre & Vacances, en constante croissance depuis sa création en 1967, est devenu la référence européenne de la construction

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES UN FUTUR SOUHAITABLE Le projet des Groues est celui de la ville contemporaine. Ici se concentre l ensemble des problématiques urbaines qui interrogent

Plus en détail

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME

Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME Orientations d'aménagement REVISION DU PLAN LOCAL D URBANISME SOMMAIRE CARTE DE LOCALISATION DES SECTEURS D ORIENTATIONS D AMENAGEMENT 2 SECTEUR 3.1 : LA POMME 3 Les orientations d aménagement 3 SECTEUR

Plus en détail

SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare. TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE (Nord) Soleil intérieur

SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare. TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE (Nord) Soleil intérieur Fiches «projets» O p é r a t i o n s e x e m p l a i r e s d h a b i t a t g r o u p é SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE

Plus en détail

LOTISSEMENT Im Kleesgruendchen ESCH-SUR-ALZETTE

LOTISSEMENT Im Kleesgruendchen ESCH-SUR-ALZETTE LOTISSEMENT Im Kleesgruendchen ESCH-SUR-ALZETTE PARTIE ÉCRITE Sommaire : Art. 1 BUT DU REGLEMENT Art. 2 PORTEE DU REGLEMENT Art. 3 AFFECTATIONS Art. 4 SURFACES CONSTRUCTIBLES Art. 5 ALIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Habitat animé. Ensemble de 34 logements, foyer et commerce. habiter en ville. dossier

Habitat animé. Ensemble de 34 logements, foyer et commerce. habiter en ville. dossier nantes (loire-atlantique) architecte Ameller, Dubois et associés 90 Habitat animé Ensemble de 34 logements, foyer et commerce À Nantes, la ZAC Bottière-Chénaie se pare depuis fin 2014 d un immeuble original

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

A etampes. Les hauts forestiers. Votre appartement face à la nature

A etampes. Les hauts forestiers. Votre appartement face à la nature A etampes Les hauts forestiers Votre appartement face à la nature Bienvenue à Etampes 2 1 4 3 5 1 La gare RER 2 Votre nouvelle 3 L Hôtel de Ville 4 Le centre-ville La station Étampes du RER C est à quelques

Plus en détail

ZAC COTEAUX BEAUCLAIR

ZAC COTEAUX BEAUCLAIR ZAC COTEAUX BEAUCLAIR Bilan de la mise à disposition Décembre 2015 Maître d ouvrage : Ville de ROSNY-SOUS-BOIS - D.G.A. Aménagement Durable Hôtel de ville 20 rue Claude Pernès 93110 ROSNY-SOUS-BOIS Cedex

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Hôtel de voyageurs, dit Park Hôtel du Casino, puis Radisson SAS, actuellement Radisson Blu Hotel

Hôtel de voyageurs, dit Park Hôtel du Casino, puis Radisson SAS, actuellement Radisson Blu Hotel Hôtel de voyageurs, dit Park Hôtel du Casino, puis Radisson SAS, actuellement Radisson Blu Hotel avenue Charles-de-Gaulle avenue des Fleurs Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002125 réalisé

Plus en détail

Auteur(s) : Brukalski Jozef (architecte) ; Brukalski Ewa (architecte) ; Pascal (entrepreneur), attribution par source.

Auteur(s) : Brukalski Jozef (architecte) ; Brukalski Ewa (architecte) ; Pascal (entrepreneur), attribution par source. Département : 78 Référence : IA78002068 Aire d'étude : Andrésy Commune : Chanteloup-les-Vignes Adresse : Poissy (avenue de) 23 Edifice contenant : Secteur urbain concerté dit quartier de la Noé ou ZAC

Plus en détail

BERLIN-MITTE Appartements de luxe en plein cœur de Berlin

BERLIN-MITTE Appartements de luxe en plein cœur de Berlin Appartements de luxe en plein cœur de Berlin LA LOCALISATION L ensemble immobilier se situe en plein cœur de la ville historique et de son offre culturelle. Alors que tout le centre-ville est en ébullition

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr

PERMIS DE CONSTRUIRE. Guide des pièces à fournir. Gagnons du temps! www.ressonslelong.fr PERMIS DE CONSTRUIRE Gagnons du temps! Guide des pièces à fournir www.ressonslelong.fr SOMMAIRE LE PERMIS DE CONSTRUIRE? :... 03 PC1 : LE PLAN DE SITUATION... 04 PC2 : LE PLAN DE MASSE... 05-06 PC3 : LE

Plus en détail

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER La cité radieuse est haute de 17 étages et regroupe 337 appartements (137x 56 x 24m). Le toit comporte une école maternelle, une piste

Plus en détail