QU EST-CE QUE LE LABEL?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QU EST-CE QUE LE LABEL?"

Transcription

1 QU EST-CE QUE LE LABEL? Réponse à une recommandation du Conseil de l Europe, le label Patrimoine du XX e siècle fut créé par le ministère de la Culture et de la Communication en Il vise à signaler au public, décideurs et aménageurs, «les édifices et ensembles urbains qui sont autant de témoins matériels de l évolution technique, économique, sociale, politique et culturelle de notre société.» Sa création illustre la prise en compte progressive de l architecture du XX e siècle dans le champ du patrimoine. Sans incidence juridique ni financière, le label peut être une alternative aux procédures de protection patrimoniale existantes. Fin 2008, le préfet de région a attribué ce label à quarante ensembles de logements édifiés en Ile-de-France entre 1945 et La sélection fut établie par un groupe d experts réunis à l initiative de la direction régionale des Affaires culturelles. Les ensembles de logements ont constitué le premier thème retenu pour l attribution d un label car la région capitale en est particulièrement riche ; encore éloignés du champ d étude des Monuments historiques, ils sont souvent dépréciés du grand public. Représentativité historique, qualité de la forme urbaine, valeur d usage, spécificités techniques, sont les critères qui ont présidé au choix des ensembles sélectionnés. 1

2 UNE HISTOIRE DE L HABITAT 40 ENSEMBLES «PATRIMOINE DU XX e SIÈCLE» Commissariat d exposition : Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) d Ile-de-France, Muriel Genthon, directrice régionale Coordination scientifique : Valérie Gaudard, Florence Margo-Schwoebel (Conservation régionale des Monuments historiques, DRAC d Ile-de-France), Benoît Pouvreau (service du Patrimoine culturel, conseil général de la Seine-Saint-Denis) Remerciements : Direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture et de la Communication, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, École nationale supérieure d Architecture Paris-Belleville, Pour la mise à disposition de leur fonds iconographique : La cité de l Architecture et du Patrimoine, le ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, la direction régionale et interdépartementale de l Équipement et de l Aménagement Ile-de-France, le conseil régional d Ile-de-France, service Patrimoines et Inventaire, les conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement d Ile-de-France, les archives départementales, les services municipaux d archives, les propriétaires, les associations, les architectes et leurs ayants droit, Pour leur participation : Bernadette Blanchon-Caillot, Élise Guillerm, Grégoire Bruzulier. Conception graphique : Emma Brante Iconographie : Christelle Lecoeur Les Trente Glorieuses et la transformation du paysage francilien 1 DREIF, Gobry / 2 Artedia / 3 Vincent Fillon / 4 MEEDDM / H. Salesse. Une politique du logement volontariste 1 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 2 Claude Dityvon / 3 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly. La charte d Athènes et la rupture avec la ville ancienne 01 CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine- Saint-Denis, photo Stéphane Asseline / 04 OPHLM 92. La critique du modèle et la naissance d alternatives 01 Vincent Fillon / Agence Soucheyre / Jacques Bardet / Vincent Fillon / 04 OPHLM 94 / 05 Atelier Christian de Portzamparc Une exigence nouvelle 01 OPHLM 92 / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly / 04 Vincent Fillon Le confort moderne pour tous 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle, photo Paul Cadé /, et 04 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle. S approprier l espace 01 Vincent Fillon / Nicolas Borel / Archives de la ville de Grigny / 04 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel. Innovation, préfabrication, production de masse 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Paul Cadé / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle. Diversité de styles, multiplicité de réponses De gauche à droite et de haut en bas : Artedia / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / CAUE 94 / CAUE 94 / DREIF / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle, photo Augustin Dumage / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / SIAF / Cité de l architecture et du patrimoine / Archives d architecture du xx e siècle / Artedia, Luc Boegly Des architectes engagés pour le logement De gauche à droite et de haut en bas : Association Les Pierres Sauvages de Belcastel, photo J. R. Roustan / Ville de Meudon, photo Renaud Douci / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Laboratoire photographique du CNAM / CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / Vincent Fillon. Les 40 ensembles 01 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du XX e siècle, photo Michel Moch / Nicolas Borel / Vincent Fillon / 04 Linkef, Lilian Le Guevellou / 05 Centre Pompidou, Paris, Bibliothèque Kandinsky, photo Cardot-Joly / 06 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 07 DREIF, Gobry / 08 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo MRU / 09 Vincent Fillon / 10 Vincent Fillon / 11 Vincent Fillon / 12 JF Noël / 13 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 14 Paul Chemetov, / 15 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 16 OPHLM 92 / 17 Association Les Pierres Sauvages de Belcastel, photo Franck Gautré / 18 MEEDDM / H. Salesse / 19 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo- Schwoebel / 20 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 21 Mairie d Aubervilliers, photo Willy Vainqueur / 22 Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine-Saint-Denis, photo Stéphane Asseline / 23 Benoît Fougeirol / 24 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Cardot-Joly / 25 DREIF, Gobry / 26 Vincent Fillon / 27 DRAC Ile-de-France, photo Florence Margo-Schwoebel / 28 Académie d architecture, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 29 Région Île-de-France Inventaire Général, Département de la Seine- Saint-Denis, photo Jean- Bernard Vialles / 30 CNAM, SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle / 31 Région Ile-de-France Inventaire Général, Département de la Seine-Saint-Denis, photo Jean-Bernard Vialles / 32 Jean-Michel Léger / 33 Région Ile-de-France Inventaire général, Département de la Seine-Saint- Denis, photo Stéphane Asseline / 34 Vincent Fillon / 35 CAUE 94 / 36 Vincent Fillon 37 OPHLM 94 / 38 SIAF, Cité de l architecture et du patrimoine, Archives d architecture du xx e siècle, photo Jean Biaugeaud / 39 OPHLM 94 / 40 Vincent Fillon. Adagp Paris 2010 Jean Balladur, Paul Chemetov, André Lurçat, Christian de Portzamparc, Jean Prouvé. 2

3 HISTOIRE LES TRENTE GLORIEUSES ET LA TRANSFORMATION DU PAYSAGE FRANCILIEN Les Trente Glorieuses ont marqué durablement le paysage francilien. De la Reconstruction à l urbanisation intensive puis raisonnée, la région parisienne connaît un développement exceptionnel. Souvent associée à l idée de croissance économique, cette période est cependant plus complexe. Entre 1945 et 1975, baby-boom, exode rural, décolonisation et immigration entraînent une forte pression démographique en Ile-de-France où la population passe de 6 à 10 millions d habitants. Face à une crise du logement sans précédent, le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme (MRU) se donne très tôt comme objectif la lutte contre l habitat insalubre et la suppression des bidonvilles. Pour accélérer la construction, le MRU encourage fortement la préfabrication et l industrialisation du bâtiment. Dans les années 1950, architectes et maîtres d ouvrage édifient les grands ensembles, dont Sarcelles est l exemple emblématique. Très vite contesté, ce modèle de grand ensemble est repensé dans les années 1960 et 1970, au profit d une échelle plus maîtrisée. À l urbanisation s ajoutent les infrastructures routières puis le futur réseau de transports en commun en lien avec le projet des villes nouvelles. En trente ans, le schéma urbain traditionnel de la région parisienne éclate et les paysages s en trouvent profondément modifiés.. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d¹opération labellisée). L opération du quartier de l Église permet de résorber l habitat insalubre qui compose le paysage de nombreux centre-villes au sortir de la guerre. 01. Rocquencourt, le Parc (architecte : Jean Dubuisson, circa ). La résidence prend place dans le parc d un château devenu le siège de la Compagnie générale de télégraphie sans fil (CSF). La vue aérienne montre parfaitement comment l environnement boisé de ce château se trouve profondément transformé par l extension des infrastructures routières, ici le fameux triangle de Rocquencourt.. Nanterre, quartier Pablo Picasso (architecte : Émile Aillaud, ). Les vingt-quatre tours arrondies d une trentaine de mètres de hauteur émergent au milieu des pavillons de Nanterre comme les signes d une modernité faisant écho au quartier d affaire, tout proche, de La Défense. Les motifs et les couleurs des façades, créés par Fabio Rieti, temporisent toutefois cette modernité en atténuant leur présence dans le paysage Sarcelles, les Lochères (architecte : Jacques-Henri Labourdette, 1955). La construction du Grand Ensemble de Sarcelles constitue le plus important chantier de la région parisienne et même d Europe. La «ville nouvelle» compte au total plus de logements, proposés tout d abord aux petits fonctionnaires et ouvriers mal logés de Paris et de sa proche banlieue. Après Lochères, deuxième opération du Grand Ensemble, sont réalisés d autres quartiers qui ont aussi reçu le label : l Entrée de ville et les Flanades. 3

4 HISTOIRE UNE POLITIQUE DU LOGEMENT VOLONTARISTE Créé en novembre 1944, le MRU (ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme) intervient dans cinquante-huit villes de la région parisienne sinistrées par la guerre. Engagé dans la Reconstruction, il se consacre dès les années 1950 à la construction de nouveaux logements. Tandis que la rénovation des centres anciens permet d éliminer l habitat insalubre et surpeuplé, les créations en périphérie pallient leur insuffisance numérique. Pour la première fois, une politique nationale concertée de l habitat se met en place avec le MRU et les financements de l État qui subventionnent les logements neufs, privés et publics (HLM). L appel de l abbé Pierre, le 1 er février 1954, marque une autre étape et mobilise l opinion publique. L État renforce alors son action et crée les sociétés d économie mixte (SEM) d aménagement et de construction, comme la SCIC qui s appuie sur la puissante Caisse des dépôts et consignations. Il développe le «1 % patronal» affecté au logement neuf et institue, pour la seule région parisienne, le Commissariat à la construction et à l urbanisme qui en répartit les crédits. Le District de la région parisienne, qui lui succède, réorganise la région, en 1964, en huit départements. Il y prévoit l implantation de «villes nouvelles», dont la création se veut en rupture avec les grands ensembles. Par le biais de concours, l État cherche également des solutions alternatives : les concours «Villagexpo», puis «Chalandon», permettent de renouveler l habitat individuel tandis que le Plan construction encourage l habitat intermédiaire, mêlant collectif et individuel. 01. Villepinte, les Mousseaux (architectes : Marcel Lods, Paul Depondt, Henri Beauclair, ). Ici en visite aux Mousseaux, Albin Chalandon, ministre de l Équipement et du Logement, lance en 1969 le «concours international de la maison individuelle». Ce projet de maison métallique fut lauréat du concours, ainsi que, sur la même commune, les Pyramides de Michel Andrault et Pierre Parat, également labellisées.. Bobigny, l Étoile (architectes : Georges Candilis, Alexis Josic, Shadrach Woods, ). Répondant à la crise du logement de l après-guerre, Emmaüs propose une cité d habitations économiques fondée sur la réponse au concours Million, qui invite maîtres d œuvre et maîtres d ouvrage à construire un logement pour un million de francs. À l Etoile, l aspect plastique des immeubles et des jeux d enfants est particulièrement soigné.. Nanterre, bidonville (1967). Les bidonvilles témoignent de la crise du logement dans toute son ampleur. En 1965, environ personnes vivent dans les cent dixneuf bidonvilles recensées en région parisienne. Les travailleurs immigrés d Afrique du Nord y côtoient des Gitans, des Espagnols, des Français, des Portugais, des Yougoslaves. 4

5 FORME URBAINE LA CHARTE D ATHÈNES ET LA RUPTURE AVEC LA VILLE ANCIENNE Saint-Denis, cité Paul Langevin (architecte : André Lurçat, ). Dessin d un premier projet comprenant quelques logements individuels. À partir d une trame orthogonale, André Lurçat travaille sur un juste équilibre dans la répartition entre espaces bâtis et espaces libres. Dans la cité Paul Langevin, chaque logement dispose d une vue dégagée sur les espaces verts.. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Les Grandes Terres suivent à la lettre la charte d Athènes. De part et d autre d un grand parc collectif agrémenté de terrains de sport, sont disposés vingt-sept immeubles. Les équipements prennent place en bordure de l ensemble : parkings, écoles, centre commercial, station-service et garage.. Bagnolet, les Rigondes (architecte Jean Balladur, ). L ensemble constitue un signal urbain fort dans le sillage de l autoroute A3. C est également une référence ouverte à l Unité d habitation de Le Corbusier chez qui Balladur fit un stage en 1945 : béton brut, duplex et loggias, immeubles sur pilotis, autant d éléments caractéristiques. 04. Châtenay-Malabry, la Butte-Rouge (architectes : Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, Pierre Sirvin ; paysagiste : André Riousse, ). La Butte-Rouge illustre les évolutions de l urbanisme au XX e siècle, de la cité-jardin au logement de masse. Ici, la place Jean Allemane construite avant-guerre : les tours-escaliers à l architecture Art déco soulignent l entrée dans le quartier, en retrait de la route principale. À la Libération, les cités-jardins perdurent, comme à Châtenay- Malabry où les nouveaux logements s inscrivent dans la continuité des réalisations d avant-guerre. Issue d une réflexion collective menée par les architectes et urbanistes modernes en 1933, publiée en 1943 par Le Corbusier, la charte d Athènes s impose car elle préconise une séparation dans l espace des différentes fonctions qui s entremêlent dans la ville : habiter, travailler, circuler, se cultiver, et veut offrir aux habitants «air, soleil et verdure». Cette réorganisation par zones génère une nouvelle forme urbaine en rupture complète avec la ville ancienne. Rationnelle, «fonctionnelle», la ville moderne se compose dès lors de tours et de barres créant de vastes espaces libres comme aux Grandes Terres (Marly-le-Roi) que conçoivent Marcel Lods et les frères Honegger, ou aux Rigondes (Bagnolet) réalisées par Jean Balladur. 5

6 FORME URBAINE LA CRITIQUE DU MODÈLE ET LA NAISSANCE D ALTERNATIVES Dès les années 1960, le modèle de la charte d Athènes est très contesté : avec la «Sarcellite», on parle alors de l urbanisme comme d une maladie. Pour rompre avec la monotonie, on donne une entrée de ville à Sarcelles. Architectes, urbanistes, maîtres d ouvrage travaillent à une alternative mêlant les logements collectifs et individuels et surtout ville et campagne. «L habitat intermédiaire», qui se veut mixte à tous égards, est ainsi expérimenté à Boussy- Saint-Antoine par Jacques Bardet avec l ensemble de la Nérac mais aussi à Villepinte par Michel Andrault et Pierre Parat avec les Pyramides. À Ivry-sur-Seine, Jean Renaudie et Renée Gailhoustet proposent, quant à eux, de renouer avec la ville ancienne tout en la renouvelant radicalement. Enfin, avec les Hautes Formes, à Paris, Christian de Portzamparc achève la réconciliation avec la ville héritée qui s est entre-temps profondément modernisée. 01. Boussy-Saint-Antoine, la Nérac (architecte : Jacques Bardet, ). La Nérac se compose de petits immeubles collectifs avec terrasses. L architecte décline le module cubique et les formes orthogonales dans les façades qui contrastent avec les cages d escalier ajourées.. Boussy-Saint-Antoine, la Nérac (architecte : Jacques Bardet, ). Le plan-masse de la Nérac illustre la volonté de l architecte de mettre en œuvre un urbanisme d un nouveau genre, celui d une «ville à la campagne». Le développement organique du plan respecte la topographie du site et distribue le long de voies sinueuses des bâtiments de hauteurs différentes.. Sarcelles, le Grand Ensemble, l Entrée de ville (architecte : Jacques-Henri Labourdette, ). Elevées de part et d autre de l avenue du 8-mai-1945, ces tours monumentales confèrent à la voie d accès au Grand Ensemble les accents d une ville moderne, audelà du simple quartier d habitation. 04. Ivry-sur-Seine, centre Jeanne Hachette (architectes : Renée Gailhoustet, Serge Renaudie, ). L opération Jeanne Hachette s insère dans un plan-masse composé par Renée Gailhoustet pour la rénovation du centreville. Conçu comme un condensateur de toutes les énergies d une ville, le centre Jeanne Hachette en réunit les activités : logements, bureaux, commerces, offre culturelle, parkings. S inspirant de la complexité du vivant, Jean Renaudie réalise une «colline habitée», sillonnée de cheminements piétons, dont l architecture change sans cesse grâce aux plantations qui recouvrent les terrasses. 05. Paris 13 e arrondissement, les Hautes Formes (architectes : Christian de Portzamparc, Georgia Benamo, ). Cet îlot met en pièce les vingt dernières années d urbanisme. Portzamparc structure une parcelle contraignante par la prise en compte du vide. Créant ainsi un espace intérieur pourtant commun et traversant, il met en place la notion d îlot ouvert, leitmotiv de son œuvre

7 PAYSAGE UNE EXIGENCE NOUVELLE Contrairement à une idée reçue, le paysage n est pas absent des ensembles édifiés entre 1945 et La charte d Athènes, modèle des architectes jusque dans les années 1960, fait la part belle à la «verdure» en libérant le sol des pieds d immeubles. La création en 1945 de la section Paysage à l école nationale d horticulture de Versailles favorise la prise en compte de celui-ci par ces premiers architectes paysagistes, qui s intéressent au rapport au territoire, à l articulation des volumes bâtis avec les espaces ouverts. Leur intervention a permis de garantir une strate végétale pérenne. À Sarcelles, l ensemble des Lochères s articule avec le parc Kennedy qui en constitue de cœur. Dans nombre de projets se retrouve le motif de l allée plantée, déclinable du mail à la coulée verte : les catalpas traversent la pente de la Butte-Rouge (Châtenay-Malabry), les tilleuls serpentent à l Abreuvoir (Bobigny). Les jardins de voisinage ont souvent leur place dans les ensembles comme aux Grandes Terres (Marly-le-Roi) où ils entourent l espace central collectif ouvert sur l horizon. Nombre de projets s inscrivent également dans des parcs préexistants, par exemple à Louveciennes et à Rocquencourt. Enfin, associé à la création en nombre plus important de logements individuels, «l espace vert» s apprécie comme lieu d échanges convivial, créant le lien, au Val d Yerres (Boussy-Saint-Antoine) comme à Villagexpo (Saint-Michel-sur-Orge), entre espace privé et espace partagé. 01. Châtenay-Malabry, la Butte-Rouge (architectes : Joseph Bassompierre, Paul de Rutté, Paul Sirvin, Pierre Sirvin ; paysagiste : André Riousse, ). La Butte-Rouge est une vaste cité-jardin inscrite dans un site vallonné. Constructions et cheminements jouent avec la topographie pour ménager un équilibre entre le bâti et l espace ouvert offrant, malgré la densité de logements, des lieux à partager.. Louveciennes, le Parc (architectes : Jean Le Couteur, Paul Herbé, ). Inscrits dans l ancien parc d un château, les seize bâtiments côtoient les arbres qui en constituaient l ornement. La résidence peut apparaître comme une référence à la ville-parc de Le Corbusier. 04. Pantin, les Courtillières (architecte : Émile Aillaud, ). Emancipées de l orthogonalité, les barres sinueuses délimitent de larges espaces verts en cœur d îlots. L architecte dit avoir voulu constituer un paysage de vingt hectares «paraissant avoir existé avant la construction». 04. Boussy-Saint- Antoine, le Menhir (architecte : Heikki Siren, ). La société centrale immobilière de la Caisse des dépôts et consignations (SCIC) crée une «ville à la campagne» où le Finlandais Siren construit des maisons individuelles regroupées aux larges espaces verts partagés 7

8 VALEUR D USAGE LE CONFORT MODERNE POUR TOUS Après 1945, les architectes font du confort une préoccupation majeure. Avec les ensembles de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry ou ceux dessinés par André Lurçat à Saint-Denis, ils poursuivent l héritage des théories hygiénistes d avant-guerre, en introduisant systématiquement salle de bains et WC. La cuisine à usage de salle commune qui représentait le cœur de l habitation française disparaît au profit d une cuisine séparée et équipée. Le logement est désormais doté de placards, de vide-ordure, voire d une cuisine «américaine» et d un living room, autant de nouveautés importées, présentes au Salon des Arts ménagers. Sous l effet des progrès techniques qui permettent l aération des pièces aveugles, la distribution du logement est modifiée. Plus spacieux, les appartements des années 1950 et 1960 tendent à s organiser selon une partition jour-nuit : d un côté séjour et cuisine, de l autre chambre(s) et salle(s) de bains, au même niveau ou répartis en duplex et triplex. Plébiscité, le duplex permet aussi de distinguer l espace des parents de celui des enfants. Bien connu dans les «cités radieuses» de Le Corbusier, le modèle est repris en Ile-de-France par exemple aux Rigondes (Bagnolet) ou à la Peupleraie (Fresnes). Prolongement du logis, le balcon et la loggia se généralisent. Jacques Bardet, Michel Andrault et Pierre Parat, Jean Renaudie vont jusqu à étendre le domaine de vie de chacun par un usage remarquable des terrasses. Ainsi, l architecture de logements devient le terrain de recherches sur les nouveaux modes de vie d une société en pleine mutation. 01. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d opération labellisée). L opération du quartier de l Église a pour but de résorber l habitat insalubre du centre de Pantin. Les quelque sept cents logements d Honegger offrent ainsi le confort moderne à une large population. La salle de bains qui s adosse à la cuisine forme un «bloc-eau», selon la formule activement soutenue par le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme.. Aubervilliers, la Maladrerie (architecte : Renée Gailhoustet, ). La Maladrerie s inscrit dans un projet de résorption d habitat insalubre (RHI) et de réalisation de logements sociaux. La générosité des espaces intérieurs est primordiale dans la conception de Gailhoustet qui utilise le duplex comme un leitmotiv. Avec leur escalier implanté dans la salle de séjour, les logements bénéficient d un espace à vivre en double hauteur d une grande luminosité. 04. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Aux Grandes Terres, la modernité du plan des appartements s exprime dans la distinction entre la partie jour (cuisine + séjour) et la partie nuit (salle de bains + chambres) ainsi que dans la position du séjour qui «commande» la partie nuit. 04. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Moitié en retrait et moitié en saillie, le balcon-loggia est une solution constructive économique et un bon compromis pour l usage. Il témoigne de l attachement de Lods au concept d héliotropisme et aux préceptes de la charte d Athènes. 8

9 VALEUR D USAGE S APPROPRIER L ESPACE 01. Évry, les Pyramides (architectes : Michel Andrault, Pierre Parat, ). Avec leurs Pyramides, Andrault et Parat synthétisent des années de recherches pour renouveler l habitat et adoptent un urbanisme en rupture avec les schémas habituels. Les immeubles complexes découpent l espace extérieur en de multiples sous-espaces que les habitants peuvent s approprier plus facilement. Chaque logement est doté d un jardin suspendu individuel, une belle terrasse de 36 m 2.. Paris 13 e arrondissement, les Hautes Formes (architectes : Christian de Portzamparc, Georgia Benamo, ). L architecture de hauteur différente laisse pénétrer le soleil à l intérieur de l îlot, tandis que la disposition des bâtiments évite les vis-à-vis. Tout au long de la période, les architectes tentent de résoudre la délicate équation entre espace privé (le logement) et espace partagé (de la ville à l immeuble). Pour André Lurçat et Émile Aillaud, les espaces collectifs comme les escaliers et les paliers doivent être spacieux et éclairés en lumière naturelle pour favoriser la convivialité. D autres architectes préfèrent travailler sur une gradation des échelles entre l urbain et l humain, c est-à-dire un passage progressif de la ville au logement. Grâce à leurs espaces verts, à leurs places, des cités-parcs comme la résidence du Parc à Louveciennes ou des îlots ouverts comme les Hautes Formes à Paris multiplient les espaces de transition. Avec l habitat intermédiaire, les logements s organisent autour d un espace extérieur individuel (terrasse ou jardin) qui jouxte l espace collectif et constitue un accès à part entière. Par ailleurs, l appropriation des espaces collectifs par les habitants est favorisée par la mise en place d équipements associés à la résidence. Il peut s agir de commerces (les Flanades à Sarcelles ou le centre Jeanne-Hachette à Ivry-sur-Seine), de services (crèche des Courtillières, centre d action sociale des Lochères à Sarcelles) ou d équipements de loisirs (jeux d enfants de la Grande Borne à Grigny, terrains de tennis des Rigondes à Bagnolet). Dans de nombreux cas, architectes et maîtres d ouvrage ont à cœur de valoriser ces espaces par le recours au «1% artistique» et l installation d œuvres plastiques : les sculptures de François Stahly, de Laurence Aillaud ou de François-Xavier et Claude Lalanne se retrouvent ainsi au cœur de certains ensembles de logements. 04. Boulogne-Billancourt, le Point du Jour (architecte : Fernand Pouillon, ). Au cœur de la résidence, la cour des Longs Prés accueille une fontaine, œuvre du sculpteur François Stahly. 04. Grigny, la Grande Borne (architecte : Émile Aillaud, ). Une aire de jeu, la «femme-toboggan», par Laurence Rieti, fille d Émile Aillaud. L art n est plus réservé à quelques lieux privilégiés, il s introduit dans la vie quotidienne des habitants, sous forme de fresques, de mise en couleur des façades ou de sculptures intégrées dans le sol qui peuvent servir de jeux pour enfants. L architecture et le paysage deviennent ainsi les supports d une expression plastique et sculpturale qui marque toute la production d Émile Aillaud. 9

10 TECHNIQUES INNOVATION, PRÉFABRICATION, PRODUCTION DE MASSE Avec la Reconstruction, s ouvre une période d expérimentations techniques. Elles visent à abaisser le coût de la construction et à pallier la pénurie de matériaux. Industrialisation et préfabrication sont prioritaires pour le ministère de la Reconstruction et de l Urbanisme. Dans la rénovation du centre ville de Pantin, il est fait un usage exclusif de la préfabrication, des composants de la façade aux fenêtres. Le secteur du Bâtiment se modernise. Il devient un moteur de la croissance économique, élevant les entreprises au rang mondial. La multiplication des procédés constructifs, les murs-rideaux, la préfabrication en usine, «lourde» ou «légère», le modèle que constitue l automatisation dans l industrie automobile participent du climat d innovation qui règne durant les Trente Glorieuses. Le béton domine, tandis que sa mise en œuvre se diversifie : banches et coffrages tunnels assurent sa suprématie. Cependant, les techniques traditionnelles perdurent tout comme les plus petites des entreprises du Bâtiment. Grand bâtisseur, Fernand Pouillon privilégie la pierre dans ses réalisations. À Saint-Germain-en-Laye, le chantier expérimental du SHAPE met en concurrence technique traditionnelle défendue par Félix Dumail et panneaux préfabriqués utilisés par Jean Dubuisson. Si parpaing, brique, pierre, bois, verre, acier et aluminium sont toujours présents, leur mise en œuvre et l échelle de production évoluent cependant profondément. Rationalité, fonctionnalité mais aussi rentabilité, économie de main d œuvre et urbanisme utilitaire détournent certains architectes de l industrie du Bâtiment. À Créteil, Paul Bossard fait le choix d une mise en œuvre artisanale intégrant pierre et béton. À Vigneux, Paul Chemetov mêle béton, bois, brique et meulière sous des toits de tuiles. 01. Saint-Germain-en-Laye, SHAPE-Village (architecte : Jean Dubuisson, ). L architecte choisit de disposer des panneaux préfabriqués en béton perpendiculairement aux façades. Ainsi allégées, ces dernières sont largement ouvertes, offrant un ensoleillement exceptionnel aux appartements.. Pantin, quartier de l Église (architecte : Denis Honegger, , tranche d opération labellisée). La «préfabrication légère» met en œuvre des éléments de petite taille d un poids inférieur à 300 kg. Expérimentée dès les premières années de la Reconstruction, elle permet, entre autres, le montage de panneaux de façade en béton armé, comme ici pour la rénovation du cœur ancien de Pantin.. Marly-le-Roi, les Grandes Terres (architectes : Marcel Lods, Luc et Xavier Arsène-Henry, Jean-Jacques Honegger, ). Dans les années 1950 et 1960, les architectes recourent au «chemin de grue». Ces rails, rectilignes ou courbes, sur lesquels circule la grue, permettent de rationaliser le processus de construction. Ici, dans l ossature porteuse en béton armé viendront se loger des panneaux de façade légers, réalisés en usine. 10

11 DIVERSITÉ DE STYLES, MULTIPLICITÉ DE RÉPONSES Du verre Des briques Du béton incrusté de pierre Des serpentins Des courbes Des pyramides Des collines habitées... Des contre-courbes Et de l habitat individuel. 11

12 DES ARCHITECTES ENGAGÉS POUR LE LOGEMENT La première liste du label Patrimoine du XX e siècle distingue l œuvre de Fernand Pouillon et d Émile Aillaud, dont l Ile-de-France est particulièrement riche. La presque totalité de leurs réalisations concernant l habitat est ainsi retenue, témoignant de leur apport majeur à l architecture du logement. Les créations d André Lurçat et de Jean Dubuisson sont également bien représentées dans la sélection. Fernand Pouillon ( ) Formé à l école des Beaux-Arts de Marseille et diplômé en 1942, Fernand Pouillon travaille notamment à la reconstruction de Marseille de 1949 à Il poursuit sa carrière en Algérie. Ambitieux, volontiers polémique, Fernand Pouillon est un bâtisseur très entreprenant. Fondateur du Comptoir national du Logement en 1954, il est à la fois maître d œuvre et maître d ouvrage, situation périlleuse qui lui vaut des problèmes avec la Justice. Marquée par Auguste Perret, son œuvre aux proportions et aux volumes équilibrés, empreinte de classicisme, est le plus souvent en pierre pré-taillée. Le label a été attribué à la résidence Victor Hugo (Pantin), la résidence Buffalo (Montrouge), le Parc (Meudon-la-Forêt), le Point du Jour (Boulogne- Billancourt). Émile Aillaud ( ) Émile Aillaud est diplômé de l école nationale des Beaux-Arts en À la Libération et jusqu en 1950, il est architecte-urbaniste des Houillères de Lorraine. C est au cours des années 1950 qu il se spécialise dans le logement social. Il construit également de nombreux groupes scolaires, ainsi qu une église à Forbach. Son opposition aux principes de la charte d Athènes se manifeste dans une vision poétique de l architecture, aux formes originales et polychromes. De 1972 à 1983, il est chargé de l achèvement de la Défense, opération dite «zone Tête Défense». Le label a été attribué à quatre de ses réalisations : l Abreuvoir (Bobigny), les Courtillières (Pantin), la Grande Borne (Grigny), le quartier Pablo Picasso (Nanterre). André Lurçat ( ) Formé à l école des Beaux-Arts de Nancy puis de Paris, André Lurçat participe, aux côtés de Le Corbusier, à la fondation des Congrès internationaux d architecture moderne (CIAM) en La reconnaissance vient en 1933 notamment avec le groupe scolaire Karl Marx à Villejuif. A la Libération, il est nommé architecte en chef de la reconstruction de Maubeuge et devient architecte et urbaniste de Saint-Denis puis du Blanc-Mesnil. Sa pratique de l architecture repose sur des principes techniques déjà expérimentés avant-guerre, comme les éléments préfabriqués de façade ou le plan type de logement, qu il définit à partir de sa conception de la cellule. Quatre de ses réalisations situées à Saint-Denis ont reçu le label : les cités Paul Langevin, Colonel Fabien, Auguste Delaune et Guynemer. Jean Dubuisson (né en 1914) À l issue d une formation classique, Jean Dubuisson obtient le Premier Grand Prix de Rome en Retenu à la villa Médicis durant la Reconstruction, il développe un style empreint de culture classique et nourri de l avant-garde qui lui permet de s imposer dès son retour en France en Jusqu à la fin des années 1960, il édifie des programmes immobiliers, du logement social aux résidences privées, répercutant ses trouvailles d un secteur sur l autre. L esthétique graphique de la façade et la recherche d un ensoleillement exceptionnel, la conception du plan ou le soin accordé aux détails intérieurs, comme la prise en compte de la végétation caractérisent ses apports à la modernité des Trente Glorieuses. Ont reçu le label le SHAPE-Village (Saint-Germain-en- Laye), Maine-Montparnasse II (Paris, 14 e arrondissement), le Parc (Rocquencourt). 12

13 Paris 12 e, 11-15, rue Érard Paris 13 e, les Hautes Formes Paris 14 e, Maine-Montparnasse II 04 Paris 19 e, les Orgues de Flandre 05 Louveciennes, le Parc 06 Marly-le-Roi, les Grandes Terres 07 Rocquencourt, le Parc 08 Saint-Germain-en-Laye, SHAPE-Village 09 Boussy-Saint-Antoine, la Nérac 10 Boussy-Saint-Antoine, le Menhir 11 Évry, les Pyramides 12 Grigny, la Grande Borne 13 Saint-Michel-sur-Orge, Villagexpo 14 Vigneux-sur-Seine, les Briques Rouges 15 Boulogne-Billancourt, le Point du Jour 16 Châtenay-Malabry, la Butte Rouge 17 Meudon-la-Forêt, le Parc 18 Meudon, maisons 19 Montrouge, résidence Buffalo 20 Nanterre, quartier Pablo Picasso 13

14 Aubervilliers, la Maladrerie 22 Bagnolet, les Rigondes 23 Bagnolet, ensemble Édouard Vaillant 24 Bobigny, l Étoile 25 Bobigny, l Abreuvoir 26 Pantin, quartier de l Église 27 Pantin, résidence Victor Hugo 28 Pantin, les Courtillières 29 Saint-Denis, cité Paul Langevin 30 Saint-Denis, cité Colonel Fabien 31 Saint-Denis, cité Auguste Delaune 32 Saint-Denis, cité Guynemer 33 Villepinte, les Pyramides 34 Villepinte, les Mousseaux 35 Créteil, les Bleuets 36 Fresnes, la Peupleraie 37 Ivry-sur-Seine, cité Maurice Thorez 38 Ivry-sur-Seine, tour Raspail 39 Ivry-sur-Seine, centre Jeanne Hachette 40 Sarcelles, Lochères, Entrée de ville, Flanades 14

15 95 VAL-D OISE SARCELLES VILLEPINTE SAINT-DENIS 93 SEINE-SAINT-DENIS AUBERVILLIERS DRANCY SAINT-GERMAIN-EN-LAYE BOBIGNY MARLY-LE-ROI NANTERRE PARIS, 19 e PANTIN LOUVECIENNES 75 PARIS BAGNOLET ROCQUENCOURT BOULOGNE- BILLANCOURT 92 HAUTS-DE-SEINE PARIS, 14 e PARIS, 13 e PARIS, 12 e 78 YVELINES MEUDON MONTROUGE IVRY-SUR-SEINE CRÉTEIL CHATENAY- MALABRY FRESNES 94 VAL-DE-MARNE VIGNEUX-SUR-SEINE BOUSSY-SAINT-ANTOINE 91 ESSONNE SAINT-MICHEL-SUR-ORGE GRIGNY ÉVRY Exposition présentée à La Maison de l architecture en Île-de- France, du 5 juillet au 15 septembre Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 22h et le week-end de 12h à 22h. Entrée Libre. 15

UN NOUVEAU CADRE DE VIE...

UN NOUVEAU CADRE DE VIE... UN NOUVEAU CADRE DE VIE... Résider sur la rive d un parc Située au cœur du nouveau quartier résidentiel Rives de Seine, la résidence Rive de Parc est une réalisation exceptionnelle à plusieurs titres.

Plus en détail

N 3. [meulière, brique et béton] à saint-denis. un siècle d habitat

N 3. [meulière, brique et béton] à saint-denis. un siècle d habitat N 3 [meulière, brique et béton] à saint-denis un siècle d habitat social [ habitations ouvrières] et premiers logements sociaux Depuis 1850, la banlieue Nord-Est de Paris est devenue un véritable laboratoire

Plus en détail

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites»

Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Stage du PAF de l académie de Versailles : «Une cité, des sites» Etudier le patrimoine urbain et architectural avec des élèves du secondaire, en relation avec les ressources de la CAPA 1. Sensibiliser

Plus en détail

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Dossier de presse Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Introduction Le vendredi 26 avril 2013 à 17h à Bobigny Pose de la première pierre du nouveau siège de l Oph 93

Plus en détail

Maisons 2020. les cinq projets

Maisons 2020. les cinq projets D O S S I E R d e p r e s s e Maisons 2020 les cinq projets P L U R I A L L E F F O R T R É M O I S S E P R O J E T T E E N 2 0 2 0 Toujours soucieux d anticiper les évolutions à venir, Plurial L Effort

Plus en détail

conférences circuits visites les vous caue 93 caue 94 octobre novembre décembre

conférences circuits visites les vous caue 93 caue 94 octobre novembre décembre conférences circuits visites les octobre novembre décembre vous caue 93 caue 94 2012 V isites de réalisations architecturales, urbaines, paysagères ou de chantiers, rencontres avec des professionnels,

Plus en détail

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros

LA MAISON. Maison. La Celle Saint-Cloud (78) www.architecturedecollection.fr. 2 950 000 euros 2 950 000 euros Maison La Celle Saint-Cloud (78) Année 2009 Surface 405 m 2 Chambre 5 Salle de bains 3 Garage oui Jardin 2 782 m 2 LA MAISON Terrasse 1967 Piscine oui non Cette maison d architecte a été

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES.

DES APPARTEMENTS QUI PRIVILÉGIENT LES BEAUX VOLUMES. 0 80 800 01 11 1 06 06 9 95 5 Appel Ap el gra grat gratuit it à ppartir tir d dd un u poste post fixe du d lundi lund au samedi samedi sans sa s interruption inte uption uptio de 9 h à 21 h. h À BORDEAUX

Plus en détail

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Diagnostic sur les lieux - 8 mars 2012 Balade urbaine - 29 mars 2012 Enjeux de requalification - 5 avril 2012 Adoption des fondamentaux

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Embellir sa devanture commerciale

Embellir sa devanture commerciale C h a r t e p a y s a g e u r b a i n Embellir sa devanture commerciale Le centre-ville de Montfermeil bénéficie d un patrimoine bâti important, empreinte de cet ancien bourg agricole. Cependant, cet héritage

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest

L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest parisien : larges balcons, grandes ouvertures et matériaux

Plus en détail

Edeline. À Saint-Cloud. Imaginez votre avenir avec nous. Une co-promotion

Edeline. À Saint-Cloud. Imaginez votre avenir avec nous. Une co-promotion Le Clos À Saint-Cloud 15 appartements NEUFS du studio au 4 pieces et une maison de maitre de 200 m 2 Imaginez votre avenir avec nous Une co-promotion Saint-Cloud, Le charme et la quiétude de l ouest parisien

Plus en détail

conférences parcours visites les vous des caue 93 caue 94 JANVIER 2014 MARS FÉVRIER

conférences parcours visites les vous des caue 93 caue 94 JANVIER 2014 MARS FÉVRIER conférences parcours visites les vous des caue 93 caue 94 JANVIER FÉVRIER 2014 MARS V isites de réalisations architecturales, urbaines, paysagères ou de chantiers, rencontres avec des professionnels, conférences-débats,

Plus en détail

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005

47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 47. MIRADOR 40 29 15 N - 03 39 16 W MVRDV - Madrid - Espagne 2005 0 25 50 150 LE TOTEM DU QUARTIER A une demi-heure du centre ville de Madrid, le quartier de Sanchinarro est sorti de terre en 2000 et est

Plus en détail

Résidences du Pays d Auge

Résidences du Pays d Auge Etouvie fait peau neuve AMIENS > PARC D ETOUVIE Résidences du Pays d Auge 1, 3 et 5 place du Pays d Auge / 2 avenue du Périgord Contexte Étouvie : loger les salariés amiénois Etouvie a pris naissance au

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Modèle pour une poste dans la Meuse, Charles Letrosne, 1924.

Modèle pour une poste dans la Meuse, Charles Letrosne, 1924. Le régionalisme La notion de proximité que l administration souhaite établir avec le public va surtout être mise en œuvre dans le programme plus courant du bureau de poste. A travers la multiplication

Plus en détail

Le salon de l habitat

Le salon de l habitat Dossier de presse Le salon de l habitat Vous souhaitez rencontrer des professionnels pour la construction, l aménagement intérieur et extérieur d un bien immobilier? Lors du salon de l habitat du Trait,

Plus en détail

Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013

Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013 Maïlys BOUTAN PORTFOLIO 2013 SOMMAIRE 3 Semestre 4 Maquette de la maison Schröder Centre de loisirs à Sadirac 7 Semestre 5 Habiter à Pau Fontarrabie 12 Semestre 6 Grand-Parc, Bordeaux 15 Semestre 7 Logement,

Plus en détail

Epargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf. villa. gabriel. Rueil-Malmaison (92) La qualité résidentielle aux portes de Paris et de La Défense

Epargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf. villa. gabriel. Rueil-Malmaison (92) La qualité résidentielle aux portes de Paris et de La Défense Epargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf villa gabriel Rueil-Malmaison (92) La qualité résidentielle aux portes de Paris et de La Défense Château de Malmaison L élégance d une ville impériale

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Panoramia CHANTILLY. Un cadre de vie privilégié entre ville et nature

Panoramia CHANTILLY. Un cadre de vie privilégié entre ville et nature Panoramia Un cadre de vie privilégié entre ville et nature Panoramia Idéalement situé en cœur d îlot, au calme, un petit immeuble entouré de jardins Chantilly : ville au passé prestigieux, ville verte,

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

la parfaite adéquation des réponses aux problèmes posés.

la parfaite adéquation des réponses aux problèmes posés. V o t r e r é p o n s e i m m o b i l i è r e Qui est? Créé en 1993, intervient en Ile-de-France, sur des problématiques logements et tertiaires. Depuis sa création, la société construit chacune de ses

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

Construction modulaire et temporaire

Construction modulaire et temporaire Construction modulaire et temporaire Nous créons des espaces. Rapidité, flexibilité, respect des délais et fiabilité des coûts sont nos mots-clés. >Éducation >Sport >Banques >Bureaux et administration

Plus en détail

un nouveau quartier pour une qualité de vie durable Le domaine uni-vert Saint-pierre-du-perray / 91

un nouveau quartier pour une qualité de vie durable Le domaine uni-vert Saint-pierre-du-perray / 91 un nouveau quartier pour une qualité de vie durable Le domaine uni-vert Saint-pierre-du-perray / 91 Saint-pierre-du-perray, entre ville et nature À Saint-Pierre-du-Perray, une nouvelle vie s offre à vous...

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

DEVENEZ PROPRIÉTAIRE!

DEVENEZ PROPRIÉTAIRE! BAGNEUX (92) La résidence est localisée à Bagneux, commune très attractive de part son implantation, proche de Paris et à côté de Bourg-la-Reine, Sceaux et Montrouge. Située dans un secteur pavillonnaire,

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

Le Plessis-Trévise (94)

Le Plessis-Trévise (94) Epargne immobilière Nue-propriété Immobilier neuf Le Plessis-Trévise (94) Un cadre de vie privilégié en région parisienne Arbor essence Tour Pentray Le Plessis-Trévise, une ville du Val-de-Marne, à la

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. En présence de : ville de boulogne-billancourt - saem val de seine aménagement

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. En présence de : ville de boulogne-billancourt - saem val de seine aménagement L opération ile seguin-rives de seine présentée au mipim 2009 Pour la troisième année consécutive, la Ville de Boulogne-Billancourt et la SAEM Val de Seine Aménagement participeront au MIPIM, Marché international

Plus en détail

Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris

Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris Inauguration de la première opération de logements locatifs à loyers maîtrisés à Paris Livraison de 107 logements locatifs à loyers maîtrisés et de commerces sur la ZAC Clichy Batignolles (avenue de Clichy)

Plus en détail

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville

ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville ARRA HLM Réseau des acteurs de la ville «Des coûts de production du logement social en Rhône-Alpes aux enjeux partagés par les partenaires pour produire plus, mieux et abordable» Vendredi 26 juin 2009

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT

DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT DROIT ET RÈGLEMENT US ET COUTUMES, RÈGLE, RÈGLEMENT - empêcher de mal faire, ou obliger à bien faire? - droit de l un / droit des autres: le principe de réciprocité - droit public / droit des tiers - l

Plus en détail

Salon de Provence CÔTÉ. Bastides LES VIOUGUES

Salon de Provence CÔTÉ. Bastides LES VIOUGUES Salon de Provence CÔTÉ LES VIOUGUES Votre partenaire immobilier côté confiance Né de l expertise conjointe de professionnels de l immobilier et de la construction, Côté Sud Promotion maîtrise parfaitement

Plus en détail

Ossature - Poteaux-poutres

Ossature - Poteaux-poutres Construction Bois Ossature - Poteaux-poutres 2015 Construction de clos-couverts isolés en ossature bois ou système poteaux-poutres Pionnier de la construction bois dans l Ain, ELCC intègre toutes les compétences

Plus en détail

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE

LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE LE W, UN ÎLOT VIVANT DANS LA VILLE Habitat, bureaux, commerces : le W conjugue les trois fondamentaux de l urbain. Dans cet esprit, Vauban Immobilier, Scharf Immobilier, GIPA et Rive Gauche CB Richard

Plus en détail

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville

nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville nouvel horizon Quartier Beauregard Une vue sur le soleil, une vue sur la ville ST MALO CAEN ST BRIEUC ICI VANNES LORIENT RENNES LE MANS NANTES Des accès proches et rapides Bus lignes 4 et 30 Métro A à

Plus en détail

Boudème Les Deux-Portes

Boudème Les Deux-Portes Le quartier de Boudème Les Deux-Portes Bienvenue chez vous! Mieux connaître son quartier pour mieux en profiter : voici, en substance, l objectif de ce fascicule conçu par la Ville de Martigues et destiné

Plus en détail

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris

Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité Universitaire Internationale de Paris 3 ème Forum International Bois Construction 2013 Résidence pour Etudiants R+7, Maison de l Inde à la CIUP F. Lipsky-Rollet, O. Gaujard 1 Résidence pour Etudiants, R+7 en bois Maison de l Inde à la Cité

Plus en détail

Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture

Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture Le Streamliner, impressionnant paquebot de verre dominant l océan et la ville, vous accueille à son bord. Ce luxueux bâtiment, à l architecture contemporaine, se situe dans ce qui est amené à devenir un

Plus en détail

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais

Une autre approche. de la construction. Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Une autre approche de la construction Le nouveau concept Maisons d en France Nord - Pas de Calais Le concept Imag in est une gamme exclusive de maisons nouvelle génération développée par Maisons d en France

Plus en détail

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Habiter les villes I L urbanisation dans le monde A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Taux d urbanisation Taux d urbanisation (projection 2015) Évolution du nombre de villes de plus

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

C H Â T I L L O N L I M M O B I L I E R D E D E M A I N

C H Â T I L L O N L I M M O B I L I E R D E D E M A I N C H Â T I L L O N L I M M O B I L I E R D E D E M A I N C H Â T I L L O N Espacity, l immobilier de demain Un village dans la ville En réalisant CYPARISSE, une résidence conçue en BBC (1) (bâtiment basse

Plus en détail

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE République Française Département du Pas-de-Calais Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE Préambule Partie I Dispositions générales et définitions

Plus en détail

Epargne immobilière Nue-propriété Immobilier ancien. Paris XV CARRÉ AUGIRARD

Epargne immobilière Nue-propriété Immobilier ancien. Paris XV CARRÉ AUGIRARD Epargne immobilière Nue-propriété Immobilier ancien Paris XV AUGIRARD CARRÉ V L art de vivre du XV ème arrondissement Au sud de la Tour Eiffel, dans le prolongement de Montparnasse et Saint-Germain des

Plus en détail

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92)

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92) CENSI BOUVARD 2014 (92) o Prootant du dynamisme de La Défense et de l'attractivité d'une vraie vie de quartier, la résidence Résidhome Paris se situe sur une place bordée de commerces et de restaurants.

Plus en détail

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme)

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) LQCM logement à qualité et coût maîtrisés Plan urbanisme construction architecture Enquête sur la qualité d usage des logements Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) Centre d'études

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 354 - Avril 2011 Emploi L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris Au 1

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

Hôtel de voyageurs le Flaine

Hôtel de voyageurs le Flaine Hôtel de voyageurs le Flaine Flaine Forum Arâches-la-Frasse Dossier IA74000908 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 les hauts-de-seine dans la Grande Guerre : Mobiliser / Soutenir / Soigner EXPOSITION ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES HAUTS-DE-SEINE Contact presse Conseil général

Plus en détail

BERLIN-MITTE Appartements de luxe en plein cœur de Berlin

BERLIN-MITTE Appartements de luxe en plein cœur de Berlin Appartements de luxe en plein cœur de Berlin LA LOCALISATION L ensemble immobilier se situe en plein cœur de la ville historique et de son offre culturelle. Alors que tout le centre-ville est en ébullition

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

La décennie. Développer et répondre à de nouveaux besoins

La décennie. Développer et répondre à de nouveaux besoins La décennie Développer et répondre à de nouveaux besoins Au niveau national, la décennie des années 1980 a été marquée par la création de nouveaux équipements dans le domaine culturel. D autres types d

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

Lyon, la ville mouvements

Lyon, la ville mouvements * OnlyOne M o n t c h at * Cet immeuble fera l objet d une demande de label bâtiment basse consommation énergétique, BBC - auprès de l organisme certificateur Cerqual. Parc George Bazin Lyon, la ville

Plus en détail

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche!

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Communiqué de synthèse Paris, jeudi 26 mai 2011 Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Maurice Leroy, ministre de la ville, chargé du Grand Paris,

Plus en détail

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens

Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Des solutions nouvelles à la crise des transports franciliens Frédéric Léonhardt Les travaux du Grand Paris Express s annoncent coûteux et décalés par rapport aux problèmes réels. Pour Frédéric Léonhardt,

Plus en détail

alternatif? ET SI VOUS ÉTIEZ FAIT POUR UN MODE DE VIE Vous ne renoncerez jamais : Pour vous déplacer :

alternatif? ET SI VOUS ÉTIEZ FAIT POUR UN MODE DE VIE Vous ne renoncerez jamais : Pour vous déplacer : ET SI VOUS ÉTIEZ FAIT POUR UN ODE DE VIE alternatif? Vous ne renoncerez jamais : Au calme d une ville tranquille, verte et fleurie À l effervescence de la vie parisienne Optez pour les deux. Découvrez

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine

Communauté d agglomération du Grand-Rodez. Rodez. L immeuble Balard 14 place de la Cité. Inventaire du patrimoine Communauté d agglomération du Grand-Rodez Inventaire du patrimoine Rodez L immeuble Balard 14 place de la Cité Diane Joy Novembre 2010 L immeuble Balard, 14 place de la Cité L immeuble situé au n 14 place

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA

4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA 4 projets d aménagement et de construction primés et distingués, accompagnés par la SELA Dossier de Presse Nantes, le 6 janvier 2012 Sommaire Communiqué de presse p. 3 I - Présentation des 4 projets et

Plus en détail

ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux

ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux ALBIGNY-PETIT PORT Annecy-le-Vieux Insertion dans le site côté lac A B C La douceur de vivre a un nom Entre lac et montagnes, rattaché à la prestigieuse commune d Annecyle-Vieux, le quartier d Albigny

Plus en détail

Les vingt appartements, destinés à la vente en PPE, sont répartis en 4, 5, 6 pièces et 7 pièces en duplex.

Les vingt appartements, destinés à la vente en PPE, sont répartis en 4, 5, 6 pièces et 7 pièces en duplex. les vieux-chênes Situé au cœur de la commune du Petit-Lancy, à proximité de toutes commodités, ce projet d'habitation destiné à la vente en PPE, est composé de vingt appartements lumineux de 4 à 7 pièces,

Plus en détail

Une offre complète de. Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse. 60 boutiques. au cœur d un projet urbain ambitieux

Une offre complète de. Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse. 60 boutiques. au cœur d un projet urbain ambitieux Un nouveau Coeur de Ville à Toulouse Une offre complète de 60 boutiques au cœur d un projet urbain ambitieux Toulouse Métropole une agglomération dynamique Croissance démographique la plus élevée d Europe

Plus en détail

LE MONET SAINT DENIS / 93

LE MONET SAINT DENIS / 93 LE MONET SAINT DENIS / 93 DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE JUIN 2015 LIVRAISON DE L IMMEUBLE DE BUREAUX LE MONET... 2 LE MONET DES BUREAUX à HAUTE VALEUR AJOUTéE ENVIRONNEMENTALE DANS UN NOUVEAU BASSIN DE VIE...

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE!

UN HABITAT CONTEMPORAIN FAIT DE SÉDUCTION ET D ÉLÉGANCE! Petite résidence de 4 étages plus attique, l ensemble architectural est conçu pour préserver les espaces verts existants et créer une ambiance végétale jusqu aux logements situés en rez-de-chaussée. Les

Plus en détail

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON

LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON LE BOIS, LA SOLUTION ÉCONOMIQUE POUR RÉINVENTER SA MAISON Performant thermiquement, léger et travaillé en atelier avant d être rapidement monté sur chantier, le bois est le matériau idéal pour les Extensions/Surélévations.

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Dossier de presse. Inauguration des opérations. Les Jardins de Présov et Joliot Curie. à La Courneuve

Dossier de presse. Inauguration des opérations. Les Jardins de Présov et Joliot Curie. à La Courneuve Dossier de presse Inauguration des opérations Les Jardins de Présov et Joliot Curie à La Courneuve Les Jardins de Présov : 134 logements locatifs sociaux Joliot Curie : 47 logements locatifs sociaux Introduction

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains

Atelier 3 Vers le programme. Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 Vers le programme Notions et définitions Présentation des terrains Atelier 3 - Ordre du jour Programmation (19h) Notions et définitions (19h15) Echanges avec la salle (19h45) Présentation des

Plus en détail

Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris

Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris Restructuration des façades d un immeuble de bureau avenue Parmentier à Paris Dossier de presse Novembre 2014 L agence PARC Architectes Démarche de l agence Les bâtiment livrés & à venir Réalisations de

Plus en détail

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN CONSTRUCTION RENOVATION EQUIPEMENTS PUBLICS ARCHITECTURE - SECURITE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 14 février 2010 LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Extérieur faubourg & Intérieur jardin

Extérieur faubourg & Intérieur jardin Extérieur faubourg & Intérieur jardin benjaminfleury Arch tecturbaniste 8 Logements 10 rue Berthier - Pantin Avril 2014 (@) atelier@benjaminfleury.com (http) /// www.benjaminfleury.com 214 rue Etienne

Plus en détail

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes

En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 373 - Octobre 211 Territoire En Seine-Saint-Denis, un parc de logements diversifié pour des ménages souvent modestes Le parc de logements de Seine-Saint-Denis est diversifié.

Plus en détail

Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre.

Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre. Rue de l Industrie 59 - CH - 1030 Bussigny-près-Lausanne Téléphone : 021 706 35 35 - Fax : 021 706 35 34 archi@acarre.ch - www.acarre.ch A Carré SA atelier d architecture et d aménagement Date de création

Plus en détail

Cabinet du ministre NOUVEAU. ministère NOUVELLE ORGANISATION NOUVELLES AMBITIONS

Cabinet du ministre NOUVEAU. ministère NOUVELLE ORGANISATION NOUVELLES AMBITIONS Cabinet du ministre NOUVEAU ministère NOUVELLE ORGANISATION NOUVELLES AMBITIONS Balard 2o15 un projet porteur d avenir Le site de Balard, à Paris dans le 15 ème arrondissement, regroupera d ici fin 2014

Plus en détail

4 914 m 2 div. Direction Grands Comptes - 01 56 885 885. jerome.vincent-genod@keops.fr. 9 387 m 2 div.

4 914 m 2 div. Direction Grands Comptes - 01 56 885 885. jerome.vincent-genod@keops.fr. 9 387 m 2 div. 4 ème trimestre 2007 Les 54 offres présentées dans cette édition constituent une sélection d opportunités d implantation sur votre secteur, ainsi qu un premier regard sur le marché de l immobilier d entreprise.

Plus en détail

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921

MARS/AVR 10 Bimestriel OJD : 131921 Page 1/8 Page 2/8 La magnifique verrière ancienne s élance sur toute la hauteur de I appartement et ouvre sur un balcon ou de grands pots plantes de bambous cachent le vis a vis Afin de renforcer le cote

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail