Competitive intelligence system in organizations : difficulties identified by experience feedback

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Competitive intelligence system in organizations : difficulties identified by experience feedback"

Transcription

1 Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper Competitive intelligence system in organizations : difficulties identified by experience feedback Manel Guechtouli IPAG Business School 184, Boulevard Saint-Germain Paris France IPAG working papers are circulated for discussion and comments only. They have not been peer-reviewed and may not be reproduced without permission of the authors.

2 Competitive intelligence system in organizations : difficulties identified by experience feedback Manel Guechtouli IPAG Business School Abstract This paper is dealing with major issues on a competitive intelligence system. Our research is based on an inductive approach as we study the case of the competitive intelligence system of a big technological firm. Results identify three categories of factors that are widely discussed. Managerial recommendations are formulated. Key-words: Competitive Intelligence, organization, issues, formal, informal. Résumé Cet article propose une mise en perspective des principales difficultés liées à la mise en œuvre de système d information de veille stratégique dans les entreprises. Il s appuie sur l étude approfondie du système de veille d une grande entreprise du secteur industriel à travers une recherche-action qui a duré plusieurs mois. Basé sur une approche inductive, notre étude identifie plusieurs facteurs problématiques que nous classons en 3 catégories. Ces difficultés sont ensuite discutées et des recommandations managériales sont formulées. Mots clefs : Veille stratégique, organisation, difficultés, formalisation. 1

3 1. Introduction Un consensus semble s être établi autour de l intérêt des activités de veille stratégique pour les organisations. Que l on parle de survie, d anticipation ou d adaptation, les auteurs en management s accordent à dire que les activités de veille ou de surveillance de l environnement sont essentielles [H. Lesca et al. 2005, Guechtouli, 2007, N. Lesca et Caron-fasan, 2008, salvetat, 2008]. Le système de veille est un système d information (N.lesca et Caron-Fasan, 2008) visant essentiellement à collecter et analyser et traiter des informations pouvant avoir une portée stratégique et/ou opérationnelle. L intérêt décrit dans la littérature dédiée contraste avec le constat que peuvent faire les chercheurs sur le terrain. En effet, dès le début des années 1990, des auteurs comme H. Lesca et Raymond [1993] ont souligné que malgré l intérêt que porte les managers aux activités de veille, ces derniers avouent souvent ne pas savoir précisément en quoi consistent ces activités, ni comment les mettre en place. Aujourd hui, les activités de veille sont décrites comme un exercice difficile (Boulifa et mamlouk, 2009), de nombreux projets «veille» connaissent des situations d échec en termes de délai, de cout, de bénéfice ou d atteinte d objectifs pour l organisation (N. Lesca et Caron-Fasan, 2008). Des facteurs d échec organisationnels, comportementaux et stratégiques ont ainsi été identifiés dans la littérature (Ewusi-Mensah et Przasnyski, 1991). Notre étude s intéresse également aux facteurs d échec des systèmes de veille. Précisément, notre objectif est de comprendre les difficultés que rencontrent les acteurs en entreprise dans ce contexte. Contrairement aux auteurs précédents, nous allons partir du terrain dans une démarche inductive. Notre question de recherche pourra donc être formulée ainsi : Quelles sont les principales difficultés que rencontrent les acteurs du système de veille sur le terrain? Notre recherche sera basée sur un cas unique étudié en profondeur. Nous allons précisément nous intéresser à ce que l acteur «fait» (orlikowski, 2002). Notre unité d analyse sera l activité de veille des acteurs et notre objet de recherche l acteur du système de veille. Le but de notre recherche sera d éclairer les managers intéressés sur les principales difficultés identifiées afin de faciliter l implémentation et le déploiement des systèmes de veille dans les organisations. La première partie de cet article présente le cas étudié, la méthodologie et l analyse des données. La seconde partie présente les résultats de la recherche qui sont ensuite discutés. La troisième et dernière partie présente la conclusion et les préconisations managériales. 2

4 1. L étude de cas: le système de veille de l entreprise Technotech 1. Les cellules de veille stratégique observées appartiennent à une grande entreprise du secteur industriel implantée dans le sud de la France. Leader sur son marché en termes de volumes et de chiffres d affaires, l entreprise évolue sur un marché hautement technologique et fortement concurrentiel. Cela justifie en grande partie notre choix. Nous avons également choisi ce terrain au regard de nos premières interactions avec des membres du système de veille qui nous ont confirmé que l entreprise possédait bien un système de veille organisé 2. Le recueil de données a duré 13 mois au total. Nous avons d abord observé le terrain comme intervenant externe (9 mois) puis nous avons intégré l entreprise pendant 4 mois comme analyste dans un des services veille. La méthodologie et les observations relatives à l organisation du système de veille vont être exposées dans les paragraphes qui suivent Méthodologie de la recherche Considérant le niveau de complexité et de précision nécessaires pour répondre à notre question de recherche nous avons choisis un terrain unique pour investigation, l entreprise Technotech. Nous avons opté pour une méthodologie de cas enchâssés (Musca, 2006) en deux temps : observation non participante puis observation participante. L observation non participante a duré 9 mois, nous avons pu, durant cette première phase conduire plusieurs séries d entretiens semi directifs avec des acteurs de l entreprise (essentiellement des responsables liés aux activités de veille). Les entretiens se sont déroulés à l intérieur de l entreprise, sur le lieu de travail des salariés. Nous avons mené au total 45 entretiens d une durée moyenne de deux heures. Notre objectif à ce moment là était d identifier les acteurs de la veille dans l entreprise afin de comprendre le fonctionnement du système de veille. Notre position était celle d un chercheur externe dont le but est simplement de schématiser le système de veille pour le comprendre. Nous n avions aucune intention ou visée transformative. Dans une seconde phase (observation participante) nous avons pu intégrer l entreprise comme «analyste business» (ou veilleur) durant quatre mois consécutifs (à temps plein) au sein d une des cellules de veille concurrentielle de l entreprise. Ici nous avions un objectif d observation et de transformation car la cellule de veille en question souhaitait un retour sur la manière dont elle pouvait améliorer globalement le système. 1 A la demande de l entreprise et pour des raisons de confidentialité liées à la sensibilité des données recueillies, nous resterons discrets quant au nom et aux informations pouvant permettre d identifier l entreprise. 2 Nous avons interviewé 4 responsables au tout début de l étude pour avoir un aperçu du système de veille de l entreprise. 3

5 Deux types de données furent recueillies. Les données principales constituées d entretiens semi directifs et de notes d observation rédigées durant notre immersion dans l entreprise. Les données secondaires étant des documents internes, organigrammes, ou informations recueillies sur l intranet de l entreprise Analyse des données Tous les entretiens ont d abord été retranscrits sous format word. Nous avons essentiellement considéré les acteurs du système de veille formel de l entreprise (les membres des cellules de veille). Nous avons ensuite étendu notre recherche au réseau informel de ces acteurs afin de déterminer les interactions de ces acteurs dans le cadre des activités de veille de l entreprise. Nous avons classé les observations par thématiques et procédé à un codage thématique émergeant (Miles et Huberman, 1994), les catégories émergeant au fur et à mesure de l analyse. Notre unité d analyse étant les interactions des veilleurs de l entreprise, nous avons cherché a représenter ces interactions afin de comprendre le fonctionnement du système global. Les interactions sont représentées de manière non exhaustive à cause de la complexité du système. Le codage des données s est fait via le logiciel d analyse de données qualitative Nvivo (9). Ce codage nous a permis de mettre en perspective quatre catégories de veilleurs en interaction dans l entreprise. L analyse approfondie de chaque catégorie d acteur nous a permis de mettre en perspective deux aspects significatifs qui expliquent l organisation du système global : l implication de la direction générale (formalisation et hiérarchisation) ou ce que nous appellerons organisation formelle. Puis une organisation informelle impulsée par les acteurs en interne qui font de la veille au niveau local (veille opérationnelle). 2. Résultats 2.1. l organisation globale du système de veille L organisation des activités de veille chez Technotech est éclatée en plusieurs cellules de veille de taille très réduite, conformément aux cellules de veille ou d intelligence économique observés dans d autres recherches (Belmondo, 2008, El-mabrouki, 2007). L entreprise Technotech possède une cellule de veille dédiée en interne. Malgré leur statut formel, les acteurs de cette cellule semblent difficiles à identifier et à approcher. De même, les interactions entre cette cellule centrale et le reste de l organisation furent difficile à identifier car extrêmement complexes. Une grande partie de ces interactions est informelle, irrégulière et emprunte différents supports (mails, réunions, téléphone, etc.). Le système de veille possède un statut formel chez Technotech. Il est officiellement organisé en trois cellules de veille principales à travers l entreprise et coordonnées par une cellule de veille centrale (en corporate). Cette cellule centrale reçoit ses directives du directeur stratégie dont elle dépend hiérarchiquement. Le système est globalement soutenu par le top management dont il reçoit régulièrement des requêtes directes ou indirectes 3. 3 Le top management peut solliciter les veilleurs directement ou le responsable de la cellule centrale qui fait suivre à son réseau de veilleurs. 4

6 Le rôle de cette cellule centrale est de gérer toutes les informations de veille provenant des veilleurs dans l entreprise. Cette cellule est également censée coordonner les autres cellules de veille et faire le lien entre ces derniers et la stratégie. Ainsi, la cellule coordonne les équipes de veilleurs dans les trois principales structures de l entreprise, à savoir les 3 BU (Business Unit) de l entreprise. 2.2 Les acteurs de la veille Nous avons classés les acteurs de la veille dans l entreprise en trois catégories (selon leurs activités de veille) : les veilleurs formels (regroupant les veilleurs temps plein et mi-temps), les veilleurs informels et les veilleurs potentiels. 5

7 Catégorie d acteurs «Veilleurs formels» veilleurs temps plein Les veilleurs à temps partiel «Veilleurs formels» Les veilleurs informels Nombre d acteurs interrogés 2/3 8/10 Proportion (%) 9,5% 80% 3/NC 14,2% Les veilleurs potentiels 9/NC 42,8% Description Les veilleurs de la cellule de veille centrale de l entreprise. La veille correspond à 100% de leur travail. Ce sont des veilleurs formels au sens ou ils sont reconnus comme tels par le management et évalué sur leurs activités de veille. Les acteurs font de la veille de manière formelle au sens où ils sont évalués par leurs supérieurs en partie sur ces activités là. La veille représente en moyenne entre 25 et 50% de leur activité professionnelle. Ces acteurs font partie du réseau de veille informel au sens ou ils font de la veille, sont en relation avec les veilleurs formels mais ne sont pas «contraint» ou sollicités officiellement par leur management pour participer au système de veille. Ce sont des acteurs qui font de la veille sans être en contact avec le système de veille formel /veilleurs formels de l entreprise. La proportion des acteurs interrogés est différente d une catégorie à l autre dans la mesure où les catégories ont été construites a posteriori 4. Le diagramme suivant permet de voir le nombre d acteurs interrogés par catégorie. Figure : nombre d acteurs interrogés par catégorie veille temps plein veille temps partiel veille informelle veille potentielle 0 4 Nous avons commencé par interroger les acteurs des cellules de veille de l entreprise, puis nous avons élargit notre échantillon à d autres acteurs - liés au système de veille - ensuite nous avons explorer le périmètre d acteurs susceptible d avoir des activités de veille a cause de leur proximité avec le terrain (essentiellement des vendeurs ou responsables client) que nous avons appelé potentiels (car n ayant pas de relation avec le réseau de veille formel de l entreprise). 6

8 Les acteurs furent essentiellement questionnés au sujet de leurs activités de veille (organisation, sources d information, etc). Nous avons également pu observer ces activités directement dans l entreprise. Nous avons ensuite mis en perspectives un certain nombre de difficultés ou «freins» à la veille en partant de nos observations mais également à travers nos différentes interactions avec les acteurs sur le terrain. 2.3 Les difficultés liées aux activités de veille Le codage des données a mis en perspective un certain nombre de difficultés liées aux pratiques de veille dans l entreprise. Nous les avons classées en 3 principales catégories, elles sont définies dans les paragraphes qui suivent. Graphe2 : les difficultés identifiées par catégorie d acteur Le manque de visibilité des cellules de veille en interne Cette difficulté est essentiellement relevé par la catégorie «veilleurs potentiels». Il ressort de nos entretiens que 88,8% des veilleurs potentiels interrogés déclarent ne pas connaître les activités ou les acteurs du système de veille formel de l entreprise (cf. tableau ci-après). Le fait de ne pas connaitre l existence du système, son fonctionnement, ses procédures et ses acteurs également rend leur contribution difficile. «Oui, ca m arrive d avoir des informations sur les concurrents... Il n y a pas spécialement de procédure pour ça Je les envoie a mon chef généralement, lui doit savoir quoi en faire» un veilleur potentiel «Il y a quelques années, il y avait une personne qui s occupait de centraliser et diffuser les informations concurrentielles, il était en stratégie ( ) Il n existe rien de semblable aujourd hui à ma connaissance.» un veilleur potentiel 7

9 Catégories Nombre Acteurs % d acteurs Veilleurs informels 1 33% Veilleurs potentiels 8 88,8% Veilleurs temps partiel 0 0% Veilleurs temps plein 0 0% Les acteurs potentiels déclarent également ne pas être impliqués directement dans le système et ne pas y contribuer. Cela semble cohérent dans la mesure où ces veilleurs ne peuvent pas participer à alimenter un système dont ils ne connaissent pas l existence. Par contre, ce qui parait paradoxal c est que certains de ces veilleurs potentiels se trouvent dans la liste de diffusion de la cellule de veille de l entreprise et qu ils reçoivent régulièrement des mails d information provenant de cette cellule. Lorsqu ils ont interrogés sur la question, ces veilleurs répondent qu ils ne savent pas exactement de quoi il s agit et que bien souvent, les mails sont noyés dans la quantité de mails qu ils reçoivent au quotidien. La problématique de «visibilité» n apparaît pas chez les veilleurs formels, ces derniers ne semblent pas conscients du fait que les acteurs de l entreprise ne connaissant pas leur existence ou les activités qu ils mènent Le sentiment de manque de légitimité pour les veilleurs formels Il ressort de notre étude que les veilleurs formels font référence au fait qu ils ne sentent pas leur travail de veille comme reconnu ou valorisé. Le manque de légitimité peut également faire référence plus globalement aux activités ou système de veille de l entreprise, ouvertement critiqués. Les résultats montrent que 100% des veilleurs temps 8

10 plein et environs 43% des veilleurs mi-temps interrogés déclarent qu ils souffrent d un manque de reconnaissance par rapport à leurs activités de veille. La difficulté c'est aussi de pouvoir expliquer ce que nous faisons, plusieurs personnes ne comprennent pas forcément notre rôle.» Veilleur temps partiel «Les gens ne savent pas toujours qui nous sommes et pourquoi on leur demande ce genre de choses» Un veilleur temps partiel. Catégories Nombre d acteurs Acteurs % Veilleurs informels 0 0 Veilleurs potentiels 0 0% Veilleurs temps partiel 5 42,85% Veilleurs temps plein 2 100% Ce «manque de légitimé» semble essentiellement lié à trois facteurs: d abord un manque de connaissance des activités de veille car les acteurs de l entreprise (veilleurs informels ou potentiels dans notre étude) ne comprennent pas forcément ce qu est la veille ou l importance et l utilité de cette dernière. Nos observations montrent que leur réaction se traduit soit par de l indifférence, soit par le mépris. «Honnêtement, je ne sais pas exactement ce qu ils font la haut..» veilleur informel (faisant référence à une cellule de veille de l entreprise). «Ah oui, la veille j en ai entendu parler, c est l intelligence économique c est ça? Il faudrait que l on m explique ce que c est exactement!» Veilleur potentiel. Le second facteur est lié à la culture organisationnelle, et précisément pour ce qui est du partage de l information. Dans cette entreprise, les acteurs semblent peu enclins à partager leurs informations. «( ) on fait essentiellement un travail d analyse ( ) l équipe en corporate fait un peu le même travail que nous On est sensé travailler avec eux, leur envoyé nos informations mais en réalité chacun tire un peu la couverture de son coté» veilleur temps-partiel «Les correspondants en région ne sont pas toujours très coopératifs, j ai parfois besoin de demander les informations plusieurs fois d insister, de les relancer tout le temps» Veilleur temps-partiel La difficulté liée à la culture de l entreprise ou les acteurs ne «partagent pas» l information a été recensée comme facteur d échec des systèmes de veille par d autres chercheurs (N. Lesca et Caron-Fasan, 2008). Le troisième facteur qui peut expliquer ce manque de légitimité perçu est lié au soutien de la direction générale. En effet, la direction générale ne se positionne pas clairement en faveur (ou en défaveur) par rapport aux activités de veille. Une problématique déjà 9

11 soulevée par plusieurs auteurs en système s information (Yeo, 2002, Kapelman et al, 2006) Des outils de veille inadaptés Ici, les acteurs interrogés soulignent que les outils de veille mis en place (ou en cours de mise ne place) dans l entreprise sont particulièrement inadaptés. Difficulté qui ressort essentiellement dans le discours des veilleurs temps-partiel qui sont finalement les «destinataires» des outils mis en place. En effet, les outils de recueils d information déployés chez les commerciaux par exemple sont destinés à nourrir une base de données utilisée par les veilleurs mi-temps. En fait, tous les outils «veille» mis en place dans l entreprise sont sensé servir de support aux veilleurs temps partiels et temps plein. On 100 remarque ici que les veilleurs temps plein n ont pas de critique vis-à-vis des outils de veille, 80 l explication vient du fait que ces derniers sont les instigateurs voire les concepteurs de 60 ces outils. Critiquer l utilité de ces outils reviendrait à critiquer leur 12 propre travail. Est er trim. 2e trim.3e trim.4e trim. Ouest Nord Catégories Nombre d acteurs Acteurs % Veilleurs informels 2 66,6% Veilleurs potentiels 1 11,1 % Veilleurs temps 7 87,5% partiel Veilleurs temps 0 0% plein Nombre d acteurs Nombre d acteurs Nombre d acteurs Veilleurs plein Veilleurs Veilleurs partiel informels Veilleurs Veilleurs potentiels Veilleurs potentiels Veilleurs informels Veilleurs informels Veilleurs partiel potentiels Veilleurs Veilleurs plein partiel Veilleurs plein Dernière remarque, un veilleur potentiel critique un outil de veille (fiche excel à remplir) sans pour autant savoir qu il s agit la d un outil de veille. «A chaque mission on nous demande de faire des rapports, de remplir des fichiers super longs et sans intérêt! On n a pas que ça à faire quant on est sur le terrain» un veilleur potentiel. La difficulté qui concerne les outils de veille peut d abord être liée à un facteur déjà mis en perspective dans notre étude : le manque de compréhension des acteurs pour ce qui est des activités de veille. En effet, les acteurs qui ne comprennent pas ce que sont les activités de veille ont du mal à comprendre a quoi peuvent servir les outils destinés à ces activités. Cela peut avoir une influence sur leur participation et mobilisation pour ce qui est des activités de veille. Le manque de mobilisation étant identifié comme un frein pour les systèmes d information (Kappelman et al, 2006). 10

12 De plus, les outils mis en place par le management pour les activités de veille ne tiennent pas toujours compte de l avis des utilisateurs. Ils ne semblent pas adaptés à leurs activités. Les différentes tentatives du management dans ce domaine ont toutes échoué. «Nous avons essayé de mettre en place plusieurs outils pour faire remonter des informations concurrentielles mais aucun n'a réellement fonctionné...»vmt1, Veilleur Mi-Temps. «Nous sommes a présent revenu a un outil tout simple (une feuille Excel) avec les informations veille dont nous avons besoin L outil est envoyé aux personnes concernés pour être complété. Le taux de réponse est assez faible, nous devons relancer plusieurs fois certaines personnes.» VMT3, Veilleur Mi-Temps. «Les outils ne sont pas toujours adaptés. Le CRM par exemple est très lourd et prend beaucoup de temps, il est trop complexe et contre intuitif ; on doit utiliser 2% de son potentiel!»vi2, veilleur informel. Il semblerait ici que le management se focalise sur des aspects techniques sans prendre en considérations les besoins humains et s acharne à trouver des solutions technique a des problème managérieux. Une erreur déjà mise en perspective dans la littérature SI (flowers, 1996, yeo, 2002) Discussion des résultats Plusieurs points sont mis en perspective par notre étude, certains viennent conforter des aspects déjà présents dans la littérature tandis que d autres sont plutôt «émergents». Nous proposons de discuter ces résultats selon 3 volets : l utilité d une veille centralisée, la légitimité des activités ou acteurs de la veille, les outils supports de la veille. L utilité d une veille centralisée pour une meilleure gestion de l information? L organisation des activités de veille en réseau centralisé (ref) confirme non seulement l aspect nécessairement collectif de la veille, déjà suggéré par des auteurs comme Gilad et Gilad, [1983], H. Lesca [1994] mais aussi, l aspect obligatoirement interactif et centralisé des activités de veille. Dans le meme esprit, des auteurs comme (Medhaffer et Lesca, 2010 ) insistent sur le rôle important du coordinateur ou «animateur» du réseau de veille. Cette centralisation semble également jouer un rôle pour ce qui est de la prise de décision. En effet, la personne ou structure qui centralise l information est souvent en lien direct avec les décideurs. De plus, nous pouvons noter que le lien avec les décideurs est différent d une catégorie d acteur à une autre (seuls les veilleurs temps plein, qui centralise l information veille, sont en relation directe avec les décideurs dans notre étude). Le système de veille étant par essence un système d aide à la décision, nous pouvons une nouvelle fois relativiser le lien systématique entre information et décision déjà mis en perspective par plusieurs auteurs (simon ref, march et feldman ref, amabile 1997, vidal et al 2005). 11

13 3. la légitimité des activités et des acteurs de la veille Notre étude montre que les acteurs du système de veille se plaignent autant d un manque de visibilité que de reconnaissance dans l entreprise. En effet, ces acteurs (appelés acteurs formels dans notre analyse) ne sont pas identifiés pour leur activités de veille par un grand nombre de leurs collègues dans l entreprise. Ces derniers ne pouvant vraisemblablement pas participer à un système dont ils ignorent les règles d interaction voire même l existence. De cette méconnaissance des acteurs et activités de veille au sein de l entreprise résulte un manque de participation et d implication des acteurs. En effet, les informations de veille étant par nature disparate, et non répétitive (Reix 2002,lesca), il apparait difficile de savoir qui fait de la veille et qui n en fait pas. En d autres termes, si je n envoie pas d information veille tous les jours est-ce que cela veut dire que je ne fais pas de veille tous les jours? Comment «quantifier» mon activité?. De plus, une organisation de type informelle ici semble plus difficile à analyser, une organisation formelle (structurée, préscrite par le management) peut donner une certaine visibilité au système et aux acteurs de la veille dans l entreprise. Enfin, le rôle du management ici n est pas négligeable, ce dernier pourrait insuffler une réelle légitimité aux acteurs et au système en les soutenant ouvertement. Dans le même temps, le management ne semble pas jouer non plus son rôle d incitateur ici car les veilleurs formels se disent peu ou pas du tout reconnus par ce dernier (peu ou pas de processus d encouragement ou de récompense). Ce résultat est toutefois à relativiser car il semble difficile d utiliser un système classique de récompense en vue de la nature des activités de veille (Guechtouli, 2007). les outils supports de la veille Notre étude souligne l incohérence entre les outils de veille mis en place (ou en cours de mise en place) dans l entreprise et les besoins décrits par les utilisateurs. En effet, les veilleurs formels ont mis en place plusieurs outils pour tenter de faire remonter l information des différents acteurs de l entreprise en prenant en compte leurs propres besoins en information (sans pour autant prendre en compte l avis des autres utilisateurs). Au final, ces derniers n ont pas compris l intérêt d utiliser ces outils car pas directement connectés a leurs activités. Encore une fois, ni les veilleurs formels ni le management n a pris le temps d expliciter l utilité de ces outils et du système de veille (de manière plus globale) pour la survie et la pérennité de l entreprise. Ce constat vient renforcer le postulat déjà présent dans la littérature (des usages des SI notamment) qui souligne l importance de l explicitation et la compréhension du système pour assurer l implication de ses acteurs. Conclusion et préconisations managériales Les résultats de notre recherche ont essentiellement permis de mettre en perspective trois aspects «émergents» de difficultés pour les activités de veille en entreprise. D abord, un manque de visibilité des veilleurs (ou cellules de veille) au sein de l entreprise. Ensuite, un manque de légitimité pour ces derniers qui ne sentant pas leur travail valorisé. Et enfin un manque d adéquation entre les outils de veille mis en place et leur utilisation et utilité perçue par leurs utilisateurs. Ces résultats nous mènent à un certains nombre de recommandations «pratiques»pour les entreprises. D abord en termes d organisation du système de veille, l entreprise a intérêt à formaliser ce dernier, au moins en partie. Pour des raisons déjà explicitées, cette 12

14 formalisation permet de faciliter les interactions entre les acteurs mais soutient aussi l identification de ces derniers (savoir quelles personnes contacter si l on a besoin d obtenir/d envoyer une information de veille en particulier). L entreprise doit communiquer autour de ces pratiques de manière appropriée. Par ailleurs, formaliser le système permet également d avoir l appui de la direction. En effet, quand l activité est informelle, les veilleurs ont du mal à légitimer leur rôle et à persuader les acteurs de l entreprise de collaborer. D un autre côté, les systèmes sont souvent organisés en réseau dans un contexte de veille. Nos résultats encouragent une structure centralisée (un animateur ou un responsable veille) car nous avons constaté l utilité d avoir, au moins, une personne qui centralise l information. Cette personne (ou structure) peut être en charge de la coordination et de l organisation des activités au sein du système de veille. Elle peut également jouer le rôle indispensable d animateur du système en organisant des réunions entre veilleurs ou en instaurant des incitations directes pour les veilleurs. Notre étude suggère également de se baser sur les pratiques qui existent déjà dans une entreprise pour éviter les phénomènes de résistance au changement. En effet, de nombreux acteurs ont besoin de faire de la veille par rapport à leur métier (les vendeurs, les commerciaux, les ingénieurs R&D, etc.). Ces acteurs ont également des procédures pour communiquer l information dans l entreprise, au moins pour ce qui est de l information opérationnelle (comme les systèmes de reporting ou les bases de données). Notre modèle propose de se greffer sur un dispositif déjà existant en y ajoutant l aspect «veille». Il s agit, par exemple, d ajouter une case concurrence à un weekly ou de créer un fichier concurrence dans une base de données. Globalement, nos suggestions consistent à repenser le système de veille de manière globale et fonctionnelle. Nous retenons que l organisation du système dépend, de façon sensible, du management et de la manière dont ce dernier perçoit et soutient les activités de veille. La formalisation du système de veille est une question de degré et dépend essentiellement d éléments contingents à l organisation (comme la manière dont les acteurs communiquent, la culture organisationnelle, etc.). Si les résultats de notre recherche suggèrent une organisation formelle du SIVS, ils indiquent, dans le même temps, que certains aspects de ce système gagnent à rester informels. En particulier, nous recommandons une structure du système en réseau centralisée en soulignant l importance de la fonction de l acteur (ou des acteurs) qui centralise l information de veille, anime et organise le SIVS. Par ailleurs, la formalisation du système permet également de donner une certaine visibilité aux acteurs et aux cellules de veille, en effet, ils pourraient être intégrés à l organigramme de l entreprise, faire partie d un service particulier, et être connu par leurs activités. Cette visibilité pourrait en même temps se traduire dans une forme de reconnaissance du management qui pourrait agir sur un éventuel sentiment de frustration ou de manque de légitimité ressenti par ces acteurs. Finalement, notre étude de cas autour de l organisation du système de veille stratégique à l entreprise Technotech nous a essentiellement permis de faire certaines suggestions aux managers pour améliorer l opérationnalisation et le fonctionnement de leur SIVS. L idée étant de permettre à ces acteurs en particulier et à d autres de pouvoir comprendre comment un SIVS pouvait être organisé dans une entreprise et de mettre en perspective certains des enjeux qui lui sont liés. 13

15 Références Aguilar, F. J. [1967], Scanning the Business Environment, New York, USA: The Macmillan Company. Alquier A.M. et M. Salles, [1997], «Réflexions méthodologiques pour la conception de systèmes d intelligence économique de l entreprise», Communication au Con grès international «Le Génie Industriel dans un monde sans frontières», Albi, France, 3-5 Septembre Amabile, S. [1997], Contribution à l'ingénierie de l'organisation : de la veille stratégique à l attention organisationnelle Illustration : le réseau d attention des mutuelles niortaises, Thèse de doctorat, GRASCE, Université d Aix-Marseille III. Amabile, S. [1999], «De la veille stratégique à une attention réticulée. Le réseau d'attention interorganisationnel des mutuelles d'assurance automobile», Systèmes d'information et management, vol. 4, no 2. Amabile, S., J.-L. Le Moigne [2006], «Epistémologie des Systèmes d'information», in F. Rowe (éd.), L'encyclopédie des systèmes d'information et de l'informatique, p , Vuibert. Avenier, M.-J. [1997], La stratégie «chemin faisant», Paris, Economica. Avenier, M.-J. [2005], «élaborer des savoirs actionnables à partir de récits de pratiques c est transformer de l expérience en science avec conscience», 6ème Congrès Européen de Science des Systèmes, Paris, septembre Belmondo C. [2008] «Comprendre les pratiques des acteurs de l intelligence économique : une étude des microactivités de représentation de l environnement concurrentiel et d organisation de la veille», Systèmes d Information et Management, vol. 13, Issue 3, pp Bournois F., J.-P. Romani [2000], «L intelligence économique et stratégique dans les entreprises françaises», Economica, Paris. Brouard, F. [2002], «Pertinence d'un outil diagnostique des pratiques de la veille stratégique». In Actes du 6e Congrès international francophone sur la PME CIFPME 2002, Montréal, octobre. Brousseau, E., N. Curien [2001], «Économie d Internet, Économie du numérique», Revue Économique, vol. 52, Hors série, p Buck J.-Y. [2003], Le management des connaissances et des compétences en pratique, 2. e. édition, Paris, Editions d Organisation. Caron-Fansan, M.-L. [2001], «Une méthode de gestion de l attention aux signaux faibles», Revue Système d'information et Management, vol.6, n 4, pp Castagnos, J.-C., H. Lesca [2000], «Capter les Signaux faibles de la veille stratégique : comment amorcer le processus?», Colloque AIMS «Perspectives en management stratégique», Montpellier Mai 2000 Choo, C.W., [2001], Environmental scanning as information seeking and organizational learning, Information Research, Vol. 7 No. 1, October

16 Choo C.W. [2002], «Information management for the intelligent organization : the art of scanning the environment», American Society for information science and technology by information today, Medford. Davenport, T. [1999], «Privilégier l'information sur la technologie», L'art du management de l'information -Les Echos. Vendredi 1er et samedi 2 octobre Drucker P. [1992], Managing for the future: the 1990 s and beyond. New York, Truman Tally Books/Dulton. Feldmann, M.S., G.J. March [1991], «L information dans les organisations : un signal et un symbole», in March G.J. (éd.), Décisions et organisations, chapitre 10, p Les éditions d organisation. Forgues, B., I. Vandangeon-Derumez [1999], «Analyses longitudinales», in Raymond-Alain Thietart et (éd.), Méthodes de recherche en management, Paris : Dunod. Fourati, F. [2006], «Veille stratégique : de l évaluation de l utilisation des agents intelligents à la prise de décision», Thèse de doctorat en sciences de gestion. CREPA. Université Paris Dauphine. Freeman C., L. Soete [1993], Information Technology and Employment, University Press Frey, B., S., [1993], «Does Monitoring Increase Work Effort? The Rivalry between Trust and Loyalty», Economic Inquiry, vol. 31, pp Gadille M., A. d Iribarne [2000], «La diffusion d Internet dans les PME. Motifs d adoption dans les réseaux et ressources mobilisées», Réseaux, vol. 18, n 104, p Gilad, B. [1989], The Role of Organized Competitive Intelligence in Corporate Strategy, COLUMBIA JOURNAL OF WORLD BUSINESS, Winter Gilad, B. [1995], Competitive intelligence: What has gone wrong?, Across the Board, , Oct95, Vol. 32, Edition 9. Gilad, B., T. Gilad [1986], Business intelligence: the quiet revolution, MIT, Sloan Management Review, 1986, pp Giordano, Y. [2003], «Conduire un projet de recherche, une perspective qualitative», Editions Management et Société, Paris. Guilhon, B., J-L. Levet [2003], «De l'intelligence économique à l'économie de la connaissance», Economica, Paris Jakobiak, F. [2001], «Intelligence économique avec l apport des NTIC : comment bâtir son propre système d intelligence économique», 2ème édition. Paris : Editions d Organisation. Knauf, A. [2005], «L interaction acteur système d information au cœur de la dynamique d un dispositif d intelligence territoriale», Revue ISDM [Journal of Information Science for Decision Making], n 22, TIC et Territoires. 4ème trimestre Lafaye, C. [2004], La phase de traque d'information sur Internet dans un processus de veille stratégique, thèse de Doctorat, Université Lyon III, Décembre 2004 Le Moigne, J-L. [1990], «La modélisation des systèmes complexes», Dunod. 15

17 Le Moigne, J-L. [2002], «Le Constructivisme Tome 1 les enracinements». Ed L harmattan, Coll. Ingenium, Lebraty J-F., Pastorelli-Negre I. [2004], «Biais cognitifs: quel statut dans la prise de décision assistée?», Systèmes d Information et Management, vol. 9, n 3, p LESCA, H.[1994] - Veille stratégique pour le management stratégique. Etat de la question et axes de recherche. in Économies et Sociétés, Série Sciences de Gestion, SG n 20, pp Lesca, H. [2003], «Veille stratégique : La méthode L.E.SCAnning», éditions EMS Management et Société. 190 p. Lesca, H., M.L. Caron-Fasan, R. Janissek-Muniz, H. Freitas [2005], «La Veille Stratégique : un facteur clé de succès pour les PME/PMI brésiliennes voulant devenir fournisseur de grandes compagnies transnationales», ANAIS do IFBAE 2005, 3ème Colloque de l IFBAE Gestion internationale et pays émergents, Maio 2005, Grenoble. Levet, J.L., R. Paturel [1996], «L intégration de la démarche d intelligence économique dans le management stratégique», Actes de la 5ième conférence de l AIMS, Lille, Mai. March, J.G., H.A. Simon, [1958]. Organizations. New York, NY: Wiley. Kriaa Medhaffer, S., H. LESCA[2010]. L animation de la veille stratégique. Cachan : librairie Lavoisier, ISBN : Marchionini G. [1995], Information Seeking In Electronic Environments, Cambridge University Press, Cambridge, England. Marciniak, R., F. Rowe [2005], «Système d'information, dynamique et organisation», 2ème édition, Paris, Economica. Marmuse, C. [1996], «Politique Générale : langages, intelligence, méthode et choix stratégiques», Ed. Economica, 2ième édition, 646 p. Miles, M.B., Huberman, M.A., [1994] Data management and analysis methods. Dans N.K Denzin & Y.S Lincoln (Eds), Handbook of Qualitative Research (pp ). London/New Delhi : SAGE Publications. Mintzberg H. [1998], «Le management : Voyage au centre des organisations», Les Editions d Organisation, Paris. Morin, E. [1995], «Introduction à la pensée complexe», ESF. Musca, G. [2006], «Une stratégie de recherche processuelle : l'étude longitudinale de cas enchâssés», Vol.9, N 3, Special Issue: "Doing Case Study Research in Organisation", Pateyron E. [1997], «La veille stratégique», in Simon Y., Joffre P. (coord.), Encyclopédie de gestion, Economica, Paris, pp Reix, R., F. Rowe [2002], «La recherche en systèmes d information : de l histoire au concept» in F. Rowe et Coll. (eds.), Faire de la recherche en système d information, 2002, Vuibert- FNEGE. 16

18 Reix, R. [1991], «Systèmes d information : l intelligence en temps réel reste encore à venir», Revue française de gestion, novembre décembre, pp Reix, R. [2006], «Système d'information et management des organisations», 7ème édition. Vuibert. Salles, M. [2003], «MEDESIIE : Une MEthode de Définition de Système d'information d'intelligence Economique», Salvetat D. [2008], «pratiques d intelligence économiques : entre structuration et déstructuration. Le cas des entreprises européennes de hautes technologies». Systèmes d information et management, 13, 3, p43. Simon, H.A. [1983], Administration et processus de décision, Economica, Paris Simon, H.A. [1986], «Il devient tout aussi passionnant de rechercher l'organisation des processus de pensée que de découvrir l'organisation du mouvement des planètes», Commentaires et réponses présentés par H.A. Simon au colloque de la Grande Motte, 1-4 février 1984, Sciences de l'intelligence, Sciences de l'artificiel, publié dans les actes édités par les PUL (1986, ISBN , épuisé) pp Document disponible sur le site MCX-APC, Thiétart, R.A. [1990], «La stratégie d'entreprise», Mac Graw Hill, Paris. Vidal, P., P. Planeix, F. Lacroux, M. Augier, M. Lecoeur [2005], «Systèmes d'information organisationnels», Editions Pearson France. Wacheux, F. [1996], «Méthodes qualitatives et recherche en Gestion», Economica. Zara, O. [2005], «Le management des l intelligence collective. Vers une nouvelle gouvernance». M2 Editions. Paris. 17

Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S. Manelle Guechtouli Serge Amabile Coralie Haller Adrien Peneranda

Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S. Manelle Guechtouli Serge Amabile Coralie Haller Adrien Peneranda Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-137 Retours d expérience concernant les activités de veille stratégique dans les entreprises : vers une évolution de l ingénierie?

Plus en détail

Management des activités de veille stratégique : entre une organisation formelle et informelle

Management des activités de veille stratégique : entre une organisation formelle et informelle Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-146 Management des activités de veille stratégique : entre une organisation formelle et informelle Manelle Guechtouli http://www.ipag.fr/fr/accueil/la-recherche/publications-wp.html

Plus en détail

Comment organiser son système de veille stratégique?

Comment organiser son système de veille stratégique? Comment organiser son système de veille stratégique? Manelle Guechtouli Professeur à l ESCEM Tours-Poitiers Chercheur au CERGAM (CEntre de Recherche en Gestion d Aix-Marseille) Mail : MGuechtouli@escem.fr

Plus en détail

Une approche systémique de la veille stratégique entre formel et informel.

Une approche systémique de la veille stratégique entre formel et informel. Une approche systémique de la veille stratégique entre formel et informel. Business Intelligence Systems organization: between formal and informal. Résumé Cet article s intéresse aux aspects organisationnels

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision

La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision La veille stratégique, un incontournable outil d aide à la décision 1 Par Clément EMAGA Consultant en innovation & veille prospective Pour parler de veille, nous déclinerons notre expression autour de

Plus en détail

Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management

Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management Intelligence économique en PME/PMI Investissement de la sphère Web 2.0 Jacques Breillat Directeur du Master 2 «Intelligence économique et management des organisations», IAE de Bordeaux, Université Montesquieu

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Les dispositifs collaboratifs en contexte professionnel : Mutualisation et unités documentaires, entre dynamique collective et réflexion individuelle

Les dispositifs collaboratifs en contexte professionnel : Mutualisation et unités documentaires, entre dynamique collective et réflexion individuelle 2ème Colloque international IDEKI,Didactiques et métiers de l'humain, 18 et 19 octobre 2013 - Université de Lorraine Nouveaux espaces et dispositifs en question, nouveaux horizons en formation et en recherche,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com

MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE. www.parlonsentreprise.com MESURE DE LA PERFORMANCE DE L ENTREPRISE www.parlonsentreprise.com Objectifs de l atelier Prendre conscience des besoins des clients Apporter un service supplementaire utile a nos clients Presenter une

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication

Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Manuel d Approche systémique Outils de communication : Préparer un plan de communication Pourquoi un plan de communication? Si vous voulez améliorer la qualité, l accessibilité et la gamme des services

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.

Module: Organisation. 3.3. L informatique dans la structure d une organisation. Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi. Module: Organisation 3.3. L informatique dans la structure d une organisation Abdessamed Réda GHOMARI Maître de Conférences a_ghomari@esi.dz Plan Introduction Informatique dans les organisations Rattachement

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude de faisabilité. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur,

Lyon, le 1er juillet 2010. Nos réf. : bb/6124/22062010. Madame, Monsieur, Lyon, le 1er juillet 2010 Nos réf. : bb/6124/22062010 Madame, Monsieur, Suite au succès du Programme Leonardo Mobilité organisé en Belgique, Espagne et Danemark entre 2007 et 2009 et auquel ont participé

Plus en détail

Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership»

Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership» Juin 2006 Présentation de l initiative «Les femmes et le leadership» Présentation de l entreprise Alcatel fournit des solutions de communication permettant aux opérateurs de télécoms, aux fournisseurs

Plus en détail

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data

Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Webinar EBG Nouvelles perspectives d'exploitation des données clients avec le big data Approches & opportunités face aux enjeux de volume, variété et vélocité France, 2012-2014 28 mars 2013 Ce document

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7)

P oc o e c s e s s u s s u s e t e o u o t u il i s l s d d a c a c c u c e u i e l i l e t e d d i n i t n ég é r g at a io i n Boîte à outils (7) Processus et outils d accueil et d intégration Boîte à outils (7) Accueillir et intégrer Il existe un consensus sur l importance du sujet : Le recrutement ne s arrête pas à l issue de l entretien et de

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015

DOSSIER VEILLE. SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique. Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 DOSSIER VEILLE SOURCES - Bonne pratique en matière d intelligence économique - Introduction à la veille - Guide du routard Lucie NAAOUTCHOUE Janvier 2015 SOMMAIRE I - Définition et objectifs de la «veille»

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Catalogue Formation Facilitation

Catalogue Formation Facilitation Catalogue Formation Facilitation CLT Services est un organisme de formation agréé pour dispenser des formations professionnelles continues dans le cadre du 1%. Des formations immédiatement opérationnelles

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

1 Les clés de lecture du livre

1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre La logique de notre ouvrage Cet ouvrage est destiné aux lecteurs ne connaissant pas l ingénierie système et qui veulent comprendre rapidement

Plus en détail

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1

Logiciel de veille stratégique et e-réputation www.digimind.fr 1 1 1 1 Sommaire A PROPOS p. 3 INTRODUCTION p. 4 PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS p. 5-6 MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE p. 7 RÉSULTATS ET ANALYSES p. 8-20 2 A propos Nom de l étude : Baromètre des pratiques de veille 2012

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Juillet 2008 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management des systèmes d information Institut de recherche

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

Intelligence Inventive

Intelligence Inventive Outils Communs de Diffusion de l'intelligence Economique Intelligence Inventive Evaluez la capacité d innovation de votre entreprise L intelligence inventive L intelligence inventive est la contribution

Plus en détail

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence

La Gestion de projet. Pour aller plus loin, la Gestion des Risques. Système de Pilotage Programme d Urgence Système de Pilotage Programme d Urgence Actualités Rôle du PMO Gestion de projet Prince2 Gestion Risques La suite Actualités Le rôle du PMO Dans le cadre du plan d actions défini lors de la présentation

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

ENABLE SALES TO SUCCESS

ENABLE SALES TO SUCCESS ENABLE SALES TO SUCCESS Approche commerciale innovante pour le secteur des assurances Le secteur des assurances souffrirait-il actuellement d un manque de défis? Pas du tout! Les attentes des clients en

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail