1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention"

Transcription

1 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

2 Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu CECCALDI, Chef du service de neurologie et neuropsychologie de l hôpital de la Timone, coordonnateur du CMRR PACA-Ouest, Président du Conseil scientifique Sciences médicales de France Alzheimer et maladies apparentées Pr Michel CLANET, Président du comité de suivi du Plan maladies neurodégénératives Pr Jean-François DARTIGUES, Neurologue et praticien hospitalier en épidémiologie, économie de la Santé et Prévention, CHU de Bordeaux, Unité INSERM 897, Université de Bordeaux, Membre de l Institut des Maladies Neurodégénératives Pr Marie-Eve JOËL, Professeur en sciences économiques, Université Paris Dauphine, Présidente du Conseil scientifique de la CNSA Pr Joël MéNARD, Professeur émérite de santé publique, Université Paris Descartes, Faculté de médecine, ancien Président du Conseil scientifique de la Fondation Plan Alzheimer Les politiques publiques concernant la recherche sur la maladie d Alzheimer Historique des plans Alzheimer précédents En 2000, le premier rapport sur la maladie d Alzheimer a été publié. Les consultations mémoires et les centres experts ont été créés, avec comme slogan «médicaliser le diagnostic et démédicaliser la prise en charge». Le premier plan Alzheimer a été créé en 2001, en réaction à l augmentation du nombre de patients. L allocation personnalisée à l autonomie (APA) a été créée en 2001 et un débat éthique a été lancé sur la maladie en Le plan Alzheimer 2004/2007 poursuit les actions engagées dans le précédent plan, avec en outre le lancement de l ALD 2015, un développement de la formation et de l information et la médicalisation des établissements accueillant des personnes âgées. Suite à la canicule de 2003, le plan Solidarité Grand âge a été lancé en parallèle. En 2005, un rapport parlementaire est rédigé sur la maladie d Alzheimer par Cécile GALLEZ, qui la décrit comme un fléau à combattre en priorité, au même titre que le SIDA. En 2007, la maladie d Alzheimer devient une grande cause nationale. Le troisième Plan Alzheimer est ambitieux, 1,6 milliard d euros. Il place l accent sur la recherche, la santé et la solidarité. 19

3 1 re partie Bilan du plan Alzheimer 2013 En 2013, il a été demandé à Joël ANKRI et au professeur van broeckhoven d évaluer le Plan Alzheimer Les 15 mesures sur 47 qui concernaient la recherche ont bien été mises en œuvre. Le plan mobilisait tant la recherche fondamentale que la recherche clinique et translationnelle. L évaluation de ce plan a permis d identifier les points forts suivants : - l attraction de chercheurs dans le champ de la maladie d Alzheimer ; - d excellents résultats en neurogénétique ; - la coordination de la recherche sur l imagerie et l interopérabilité ; - l augmentation du nombre et de la qualité des publications scientifiques françaises ; - la souplesse de la Fondation de coopération scientifique, créée par le plan ; - une bonne visibilité internationale la formation des jeunes cliniciens (CCA) vers la recherche. S agissant des points faibles, les objectifs fixés dans le champ des sciences humaines et sociales n ont pas été atteints et la recherche clinique reste insuffisamment structurée. Les opportunités identifiées sont l extension aux maladies neurodégénératives (MND) et la création de centres d excellence sur les MND. Il existe aussi plusieurs menaces : - les problèmes de financement ; - les difficultés à mobiliser les chercheurs en sciences humaines et sociales ; - l impact sur la recherche clinique de la réduction des investissements de la part des laboratoires pharmaceutiques. Le plan maladies neurodégénératives actuel Le plan maladies neurodégénératives a été lancé le 18 novembre Le volet recherche vise notamment à développer et mieux coordonner la recherche sur la maladie d Alzheimer. La mesure 62 porte sur l identification et la labellisation au niveau régional des centres d excellence assurant un continuum soin-recherche pour les maladies neurodégénératives. Un appel à projets sera prochainement lancé. Un comité de pilotage recherche a été créé. Il est présidé par Emmanuel HIRSCH. Le plan vise aussi à renforcer la recherche sur les cohortes, notamment afin d identifier des biomarqueurs. Il prévoit d organiser la collecte et l analyse des biomarqueurs. Il place aussi l accent sur le développement de traitements efficaces et l ouverture à la société. 20

4 Le pilotage du plan se heurte à plusieurs points critiques : - impliquer les différents financeurs ; - associer la communauté de la recherche dans toutes ses composantes (fondamentale, préclinique, clinique, sciences humaines et sociales, technologie pour la santé...) ; - associer les usagers (associations de malades) et les sociétés de professionnels ; - établir un partenariat public privé. Analyse critique de la recherche sur Alzheimer en France L évaluation des politiques publiques, un exercice difficile L évaluation des politiques publiques est rarement possible, pour des raisons politiques tant que techniques. Le Gouvernement a réparti les fonds mobilisés dans le cadre du Plan entre l aide aux maladies, le volet médical et la recherche. La maladie d Alzheimer est un problème mondial, mais la France doit apporter une contribution spécifique à la hauteur de son rang. Elle doit contribuer à la création de valeur. La recherche française sur la maladie d Alzheimer Forces et faiblesses La recherche française sur la maladie d Alzheimer présente des forces et des faiblesses. Au début du Plan, la France était absente des découvertes scientifiques majeures sur le sujet, qui étaient réalisées à l international. Au cours du Plan, elle a toutefois pris une place considérable dans la génétique, avec les premières études génomiques réalisées depuis 2009 avec la participation des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR). La France produisait un nombre de publications inférieur à celui de nombreux pays, avant le Plan. Cependant, la situation a évolué depuis : elle contribue désormais à 5 % de la recherche académique mondiale. Les contributions utiles de la France se sont multipliées (cohorte Memento, étude Balthazar, étude MAPT ). Sa participation à l élaboration des recommandations internationales a en outre progressé. Elle a par ailleurs constitué un réseau de consultations mémoire hospitalières et libérales, dont la densité et la répartition sur le territoire sont remarquables. à présent, la production scientifique et la connaissance de la maladie progressent fortement, sans toutefois aboutir à des traitements pour le moment. Une réflexion éthique de qualité a été amorcée. 21

5 1 re partie Une recherche qui se doit d être collaborative Les cinq partenaires impliqués doivent s entendre, et parvenir à se répartir les responsabilités et les fonds : - l Espace éthique ; - France Alzheimer et maladies apparentées; - la Fondation Médéric Alzheimer ; - la Fédération des CMRR. - la Fondation Plan Alzheimer. S ils n y parviennent pas, l état ne pourra pas le faire à leur place. Exemples de réalisations ces cinq dernières années dans différentes régions La région Nord a reçu 9,1 % de 110 millions d euros et a produit 10,8 % de la production française de qualité. La région de Toulouse Montpellier a reçu 10,9 % de 110 millions d euros et a produit 18,4 % des productions scientifiques de qualité. Certaines régions ont reçu peu de fonds, à l instar de la Bourgogne, parcequ elles ont présenté peu de demandes et parceque l efficience de leurs recherches précédentes était peu élevée. Comment renforcer le poids de la France dans la production scientifique mondiale? Les USA représentent 28 % de la production scientifique mondiale, la Chine 11,4 %, le Royaume-Uni 7,6 % et l Allemagne 7,3 %. La France n en représente quant à elle que 5,1 %. Pour rendre la recherche française plus efficace, il est important d assurer la cohérence entre les contributions des cinq acteurs impliqués dans la recherche sur la maladie d Alzheimer. Il faut aussi développer la coopération au niveau national, en mettant fin à la compétition entre les régions françaises. Il convient également de changer le management de la recherche en France et de développer une industrie de santé nationale. Il faut former plus et mieux, et en permanence, dans un monde qui évolue de plus en plus vite. Enfin, il est nécessaire de s adapter, voire d anticiper les réorganisations administratives. Il paraît nécessaire de corriger certains défauts et d oser des approches nouvelles, ce qui suppose de : - maintenir un pourcentage du PIB dédié à la recherche qui soit compétitif avec celui consacré par les nations les plus efficientes ; - imposer une approche interministérielle favorisant la recherche transactionnelle ; - assortir d un volet recherche pluridisciplinaire tout plan de santé publique ; - changer l ensemble des procédures qui ralentissent la mise en œuvre immédiate des projets ; - monitorer des indices de spécialisation, permettant d établir des priorités régionales ; - établir des règles déontologiques permettant de passer du privé au public, et vice-versa ; - assainir le système de publication. 22

Journée DES Santé Publique 15.12.2014

Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Sommaire 1. Pathologies concernées par le plan des MND 2. Plan Alzheimer 2008-2012 1. Présentation 2. Évaluation 3. Retour d expérience 3. Plan Maladies Neuro-Dégénératives

Plus en détail

Pré-programme Matin : Séance plénière. Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info.

Pré-programme Matin : Séance plénière. Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info. Matin : Séance plénière Matinée animée par Bruno Rougier, journaliste santé France Info. 9h30 à 10h mot d accueil Marie-Odile Desana, présidente de Introduction Etude nationale sur les thérapies non médicamenteuses

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Dossier de presse 2012 Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Contact presse Tél : 01 48 03 72 47 Charlotte RICHARD Courriel : communication@canceropole-idf.fr VOIR LE CANCER : une

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 CONSTRUCTION DE LA VISION 2025 COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 LA VISION 2025 EST AU CARREFOUR DE TROIS DYNAMIQUES Industrie Sociétés savantes Flux de découvertes scientifiques et développement

Plus en détail

Congrès. Vendredi 29 et Samedi 30 Mai 2015. Espace FIAP Jean Monnet 30 rue Cabanis Paris 14

Congrès. Vendredi 29 et Samedi 30 Mai 2015. Espace FIAP Jean Monnet 30 rue Cabanis Paris 14 Organisé par C. L. E. F. Congrès Vendredi 29 et Samedi 30 Mai 2015 Espace FIAP Jean Monnet 30 rue Cabanis 14 Neuropsychologie de la neurodégénérescence Sous la présidence des Professeurs: Jacques Touchon

Plus en détail

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012

Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Uzès 21.9.2009 Actualité sur le 3e Plan Alzheimer 2008-2012 Dr Denise STRUBEL Centre de Gérontologie CHU Nîmes Le 3e plan Alzheimer (2008-2012) Proposition de 44 mesures selon 11 objectifs et 3 axes Axe

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Organisation de la recherche clinique. Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011

Organisation de la recherche clinique. Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011 Organisation de la recherche clinique Dr E. DEVILLIERS Novembre 2011 Rappel : la recherche clinique : «recherche appliquée àl homme dont la finalité est le progrès des techniques de soins» (Bourdillon

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

La Télémédecine, un défi sociétal et économique

La Télémédecine, un défi sociétal et économique La Télémédecine, un défi sociétal et économique La télémédecine est un défi. Un défi face aux coûts croissants des consultations médicales, à la problématique des déserts médicaux, à la nécessité enfin

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie?

CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? CIDMEF: vision pour la prochaine décennie? Proposition d enquête Pr Jacques Barrier Chargé de mission CIDMEF DFMCDP / Département management de la santé (faculté de médecine de Nantes) jacques.barrier@univ-nantes.fr

Plus en détail

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST Dominic Cliche Conseiller en éthique Commission de l éthique en science et en technologie 18 mars 2015 Midi conférence de l Institut d éthique

Plus en détail

Politiques publiques et Recherche Alzheimer :

Politiques publiques et Recherche Alzheimer : Sous le Haut Patronage de Monsieur François HOLLANDE Président de la République Politiques publiques et Recherche Alzheimer : inf luences et enjeux réciproques B i l a n e t p e r s p e c t i v e s Jeudi

Plus en détail

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants 8 : 00 am 9 : 00 am 9 : 00 am 10 : 00 am Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales 22 octobre 2013 8 : 00 Inscription et accueil 8 : 30 Ouverture Président

Plus en détail

Labellisation des projets : critères et procédures

Labellisation des projets : critères et procédures Labellisation des projets : critères et procédures Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region accéder à des sources de financements publics attractifs ou à des compléments de financement

Plus en détail

B.I. «maison»: sexy or not? Expérience de la CMSE

B.I. «maison»: sexy or not? Expérience de la CMSE B.I. «maison»: sexy or not? Expérience de la CMSE Benoît Libert Séminaire stratégique pour décideurs du monde hospitalier 18 octobre 2012 - Genval Plan - La CMSE et sa cellule de gestion - Le choix de

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

La gestion quantitative la fin du mythe de la boîte noire

La gestion quantitative la fin du mythe de la boîte noire La gestion quantitative la fin du mythe de la boîte noire La gestion quantitative se définit comme un système «d intelligence embarquée» au service de l investisseur : la prise de décision d investissement,

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes

Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Démarche Assurance Qualité et Gouvernance des universités Algériennes Pour une stratégie de l'enseignement supérieur à l'horizon 2030 Professeur Abdelhamid Djekoun Recteur de l université de Constantine

Plus en détail

Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité

Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité Projet : Équipe de consultation infirmière de proximité Récipiendaire de la subvention de la Fondation de l OIIQ Présenté au 16 e Colloque de l Ordre régional des infirmières et infirmiers de Laurentides/Lanaudière

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

EVALUATION DU PLAN ALZHEIMER 2008-2012

EVALUATION DU PLAN ALZHEIMER 2008-2012 EVALUATION DU PLAN ALZHEIMER 2008-2012 RAPPORT Établi par Professeur Joël ANKRI Professeure Christine VAN BROECKHOVEN Avec la participation de Catherine HESSE Armand RENUCCI Membre de l Inspection générale

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013

GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 dvvxcvcxvdfvcs GLOBAL CARE Initiative : un lancement international réussi lors de BIO-Europe 2013 Le projet GLOBAL CARE Initiative (The Global Partnering Research Initiative of the Carnot Human Health

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.

Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil. Compte-rendu de la Réunion CMRR Du 21 Octobre 2004 Les présentations des intervenants sont disponibles sur le site : www.cmrr.vermeil.org I. Informations diverses présentées par AS. Rigaud & B. Dubois

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08

PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08 PRESENTATION DU PLAN PRESIDENTIEL ALZHEIMER 20082012 C.BRIAUD ISP POITIERS 30/04/08 CONTEXTE NOSOGRAPHIQUE ALTERATION PROGRESSIVE - MÉMOIRE - FONCTIONS COGNITIVES SUPERIEURES handicap psychique, perte

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur

Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur Agir pour le développement économique et l innovation en Provence-Alpes-Côte d Azur Groupe EDF 7 400 emplois dans la région Provence-Alpes-Côte d Azur Groupe EDF 350 M * d achats confiés aux entreprises

Plus en détail

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire

chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire chaire management des pôles et des services en milieu hospitalo-universitaire formation management des pôles en milieu hospitalier session 2014-2015 en réponse au décret n 201-656 du 11 juin 2010 formation

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014

Région Centre SI PAERPA. Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 Région Centre SI PAERPA Rencontre inter-régionale Asip Santé 10 avril 2014 10/04/2014 2 Expérimentation centrée sur le Lochois composée de 8 cantons (97 communes) Population totale: 103 741 hbts Population

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

Les campagnes budgétaires dans le secteur médico-social

Les campagnes budgétaires dans le secteur médico-social Les campagnes budgétaires dans le secteur médico-social 4 juin 2013 1 Déroulement des campagnes PA-PH dans un cadre préservé Progression de l ONDAM médico-social 2013 : Taux le plus élevé des sous objectifs

Plus en détail

Plan maladie d Alzheimer et maladies apparentées 2004-2007. 10 objectifs pour améliorer la qualité de vie des malades et de leurs proches

Plan maladie d Alzheimer et maladies apparentées 2004-2007. 10 objectifs pour améliorer la qualité de vie des malades et de leurs proches Plan maladie d Alzheimer et maladies apparentées 2004-2007 10 objectifs pour améliorer la qualité de vie des malades et de leurs proches Depuis quelques années, les médecins, les médias et la société

Plus en détail

Rencontres. France Alzheimer. Sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République. Mercredi 14 décembre 2011

Rencontres. France Alzheimer. Sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République. Mercredi 14 décembre 2011 Rencontres France Alzheimer Sous le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République Mercredi 14 décembre 2011 Les approches thérapeutiques non médicamenteuses Pré-programme Matin

Plus en détail

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EMPLOI ET DIFFICULTES DANS LE SECTEUR DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Face aux solutions recherchées par le gouvernement au regard des milliards de dettes sociales et fiscales accumulées dans les DOM

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur

COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur COMPTE ÉPARGNE TEMPS Parce que le temps est une vraie valeur Nous confier votre Compte Épargne Temps, c est gagner bien plus que du temps. Le Compte Épargne Temps est pour l entreprise une véritable opportunité.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Premières observations sur le financement et le pilotage du projet de constitution d un pôle scientifique et technologique sur le Plateau de Saclay

Premières observations sur le financement et le pilotage du projet de constitution d un pôle scientifique et technologique sur le Plateau de Saclay Premières observations sur le financement et le pilotage du projet de constitution d un pôle scientifique et technologique sur le Plateau de Saclay 7 octobre 2015 Conférence de presse de Michel BERSON

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Les Centres d Examens de Santé du régime général d assurance maladie 2007 2013 : Bilan des évolutions et perspectives

Les Centres d Examens de Santé du régime général d assurance maladie 2007 2013 : Bilan des évolutions et perspectives Les Centres d Examens de Santé du régime général d assurance maladie 2007 2013 : Bilan des évolutions et perspectives DDGOS/DAS/DIP/MCK 13 mars 2013 Les CES : qui et combien sont-ils? 86 CES (+ 2 en création

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

L accès à l hébergement et au logement: à quoi sert un SIAO? Ambition, déclinaison, et enjeux. 5 juin 2015- Région Centre

L accès à l hébergement et au logement: à quoi sert un SIAO? Ambition, déclinaison, et enjeux. 5 juin 2015- Région Centre L accès à l hébergement et au logement: à quoi sert un SIAO? Ambition, déclinaison, et enjeux 5 juin 2015- Région Centre La mise en place des SIAO, pourquoi? Objectifs et missions La mise en place des

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Structure fédérative de recherche Santé Auvergne sous tutelle des établissements et organismes : Université d Auvergne Décembre

Plus en détail

Leaders de demain en oncologie

Leaders de demain en oncologie Appel à projets Fondation ARC 2016 Leaders de demain en oncologie Recruiting emerging leaders in oncology Date limite de retour des dossiers d intention : 08 juillet 2015 1. Contexte et objectifs de l

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

Synthèse des évaluations. Champ " Santé " Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Synthèse des évaluations. Champ  Santé  Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Formations et diplômes Synthèse des évaluations Champ " Santé " Université Toulouse III Paul Sabatier UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington

«Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington «Le Chemin d Éole», une Maison d accueil spécialisée dotée d une unité dédiée aux patients souffrant de la Chorée de Huntington Géré par l institut Camille Miret (association d intérêt général à but non

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand

Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Carrefour Rural Européen des Acteurs Normands Coordination générale et animation du réseau rural bas-normand Réseau rural de Basse-Normandie Groupe de travail thématique : «Bien gérer l'espace en milieu

Plus en détail

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la 1 Une approche exigeante du coaching professionnel à partir d un document de la 2 CHOISIR UN COACH Pourquoi et comment? POURQUOI FAIRE APPEL À UN COACH? Les objectifs du coaching le plus souvent cités

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE SANOFI, UNE ENTREPRISE STRATÉGIQUE AU CARREFOUR DES ENJEUX DE COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE Engagé dans une compétition internationale, Sanofi a fait le choix de la France pour y baser ses principales activités

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Un train exceptionnel pour Tout savoir sur la Maladie d Alzheimer

Un train exceptionnel pour Tout savoir sur la Maladie d Alzheimer Un train exceptionnel pour Tout savoir sur la Maladie d Alzheimer C est une première en France : du 7 au 21 septembre 2010, le Train contre la maladie d Alzheimer va sillonner tout l Hexagone. Il fera

Plus en détail

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS

LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS 1 Cour des comptes La gestion du patrimoine 11 juin 2014 immobilier des CHU affecté aux soins LA GESTION DU PATRIMOINE IMMOBILIER DES CHU AFFECTÉ AUX SOINS Communication de la Cour des comptes CHAMP DE

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

LYRIC. Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris

LYRIC. Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris LYRIC Directeur : Jean-Yves Blay Co-directeurs : Alain Puisieux / Charles Dumontet Coordinateur : Marina Rousseau-Tsangaris CONTEXTE DE L AO DES SIRIC (SITES DE RECHERCHE INTÉGRÉS SUR LE CANCER) AO publié

Plus en détail

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants

Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Retour sur une enquête du PRES Université Paris-Est : Pratiques informationnelles des chercheurs et des doctorants Auteur : Université Paris-Est Rédacteurs : Isabelle Gautheron, Ecole des Ponts ParisTech,

Plus en détail

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2

Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Université Nice Sophia Antipolis Direction de la Communication et de l événementiel 28 avenue Valrose BP 2135 06103 NICE Cedex 2 Constituant un des axes privilégiés de l'université Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail