urbaine l habitat de Cherbourg Programme local le journal C o m m u n a u t é Janvier n 36

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "urbaine l habitat de Cherbourg Programme local 2 0 0 7-2 0 1 2 le journal C o m m u n a u t é Janvier 2007 - n 36"

Transcription

1 C o m m u n a u t é urbaine le journal de Cherbourg Programme local de l habitat T r i m e s t r i e l d i n f o r m a t i o n s d e s h a b i t a n t s Janvier n 36

2 édito Le Journal de la Communauté urbaine de Cherbourg - N 36 Trimestriel d informations de la Communauté urbaine de Cherbourg Hôtel de Communauté Place Napoléon Cherbourg-Octeville cedex Tél Directeur de la publication : Bernard Cauvin, Président. Comité de rédaction : Direction de la communication et des relations publiques Rédaction : Direction de la communication et des relations publiques Conception et mise en page : Agence Spinnaker - Cherbourg Impression : Imprimerie Artistique Lecaux Tourlaville Crédit photos : CUC, Ville de Tourlaville, Ville de La Glacerie, Maison du littoral et de l environnement, Daniel Sohier. Photo de couverture : Vue de l agglomération cherbourgeoise Daniel Sohier ISSN : X tempsforts atmosphère dossier dunordausud d estenouest p.3 p.4-5 p.6-7 p.8 p.9 Depuis sa création la Communauté urbaine s est engagée dans une politique particulièrement dynamique de construction de logements ; 30 % du parc de logements existants ont été réalisés de 1971 à 2000 sous son impulsion. Des grandes opérations d urbanisme, qui ont contribué à un aménagement équilibré du territoire et à une offre diversifiée de logements, comme Pontmarais à Tourlaville, Brécourt à Equeurdreville- Hainneville, la Brèche du Bois et les Roquettes à Cherbourg-Octeville, illustrent cet engagement. Aujourd hui un nouveau défi est à relever : construire d ici 2013 plus de logements, soit 650 par an, pour maintenir la population, offrir un parc rénové et maîtriser l étalement urbain. Cette politique à la dimension de la Communauté urbaine impose une adaptation des moyens, en associant étroitement les communes pour répondre aux objectifs fixés. Cette compétence partagée est la pierre angulaire de la réussite de ce projet pour un urbanisme habité comme le préfigure l opération de renouvellement urbain, déjà opérationnelle sur Cherbourg- Octeville. La Communauté urbaine porte des dossiers majeurs pour l avenir de l agglomération. Elle le fait sans hypothéquer l avenir. La Chambre Régionale des Comptes qui s est longuement penchée sur sa gestion n émet pas de critiques et constate que, si la situation financière s est améliorée en 2003, les marges de manœuvres restent faibles compte tenu de l environnement social et économique. La Communauté partage ce constat et veut mettre en œuvre des politiques porteuses d un nouveau développement. C est sur cette base que se construira l avenir de l agglomération. Louis Darinot, Georges Fatôme, anciens présidents de la Communauté, avaient à leur époque compris cette dimension de l action publique. À l avant-garde du combat social, ils étaient des pionniers animés par un message de solidarité, ardents défenseurs du Cotentin. Je leur rends à nouveau hommage et c est dans leurs pas que je trace notre désir d avenir. Je présente à chacune et à chacun mes meilleurs vœux pour Bernard Cauvin Président de la Communauté urbaine 12 a u 13 o c to b r e o c to b r e Un colloque sur la médiation «Optimiser les pratiques de médiation mise en œuvre dans le cadre de la politique de la ville» : le thème du colloque organisé à l IUT a mobilisé 130 personnes travaillant dans tous les secteurs de la médiation (animateur socio-éducatif, éducateur sportif, agent d animation, médiateur urbain, gardien d immeuble ). Ces journées, dont le coup d envoi a été donné par Marie-Odile Lecrès, vice-présidente de la CUC en charge notamment de la politique de la ville et du développement social urbain, ont facilité les échanges sur les pratiques professionnelles et ont également permis de poursuivre le recensement de l existant, d optimiser le travail en réseau, afin de renforcer et rendre durables les activités de médiation. 28 octobre au 1 er novembre 2006 Foire de Cherbourg : les grands chantiers et des clés USB! Sécurité routière Le rendez-vous est désormais traditionnel : tous les ans à la même époque, le Bureau Information Jeunesse, la Maison pour tous Léo- Lagrange, l association ORECA, la Communauté urbaine de Cherbourg et le Conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD) organisent une journée d action prévention routière sur la Plage verte. Les jeunes sont sensibilisés aux dangers de la route à travers différentes animations : évacuation d un bus, conduite d un vélo ou d un scooter, simulateurs Pour cette quatrième édition, un concours de messages mobiles de prévention routière était organisé à destination des établissements scolaires et de diverses structures comme les centres de loisirs, les maisons de jeunes ou les services jeunesse des villes. Un jury a départagé les participants. Le Village des enfants (catégorie 8-12 ans) a remporté un jeu de société sur le code de la route, la Maison pour tous Léo-Lagrange (catégorie ans) et le Centre de promotion sociale (catégorie + de 18 ans) ont gagné un logiciel, sur le thème du code de la route également. Les jeunes sont en plus repartis avec une place de cinéma chacun. La Communauté urbaine de Cherbourg a présenté cette année sur son stand les grands chantiers de l agglomération. Panneaux, films, fiches descriptives ont permis aux habitants de découvrir les projets en cours ou à venir. Les thèmes qui ont le plus intéressé les visiteurs? Les travaux de l entrée de ville de La Glacerie, le Programme de renouvellement urbain (PRU) d Equeurdreville-Hainneville, le site universitaire, l Opération de renouvellement urbain (ORU) sur Cherbourg-Octeville, mais aussi l aménagement numérique. Un jeu, sous forme de quiz, a permis à trente personnes de gagner une clé USB. Voici la liste des gagnants : Halima Alnet, Yves Anslert, Davina Certain, Nathalie Courjault, Gérard Feuardent, Joffrey Hamonic, Serge Jiquel, Monique Laudren, Yveline Legoff, Béatrice Liot, Priscillia Lopez, Gaëlle Manac h, Christian Odoard, Amandine Pambeyen, Henri Wattiez ont gagné une clé USB de 512 Mo. Claude Adrie, Philippe Bellot, Gérard Bridoux, Philippe Coutanceau, Sarah Doucet, Antoine Gouron Bel, Marie-France Laloy, Romain Ledure, Sylvie Leterrier, Annick Perrotte, Thierry Rohr, David Rouxel, Florian Simon, Océane Trohel, Dorine Vannobel ont gagné une clé USB de 256 Mo. tempsforts ventenpoupe àcielouvert p.10 p.11 figuredeproue p.12 Les réponses au quiz : 1. Qu est-ce que le haut-débit? Il n existe pas de définition officielle du haut-débit : certains retiennent comme débit "plancher" les performances de 2 Mbits/s 2. Qu est-ce qu un lien sur internet? Un mot ou une image sur lequel on peut cliquer pour ouvrir une nouvelle page 3. Tous les Manchois pourront accéder à l internet haut débit au meilleur coût, avec les meilleures offres techniquement possibles en France : fin Qu est-ce qu un moteur de recherche? Un outil servant à trouver des sites grâce à des mots-clés 5. Combien d élus cherbourgeois sont délégués titulaires de Manche Numérique au titre de la compétence, "Aménagement numérique du territoire"? 7 6. Si l on employait correctement le mot en français, on devrait dire : courriel 7. Combien de visiocentres sont implantés à Cherbourg-Octeville? 2 8. Pour aller sur internet, il est indispensable d avoir : un navigateur et un modem 9. Qu est-ce qu un espace public numérique? Un lieu soutenu par les pouvoirs publics où chacun peut accéder, à un coût adapté, à internet et au multimédia, et bénéficier d un accompagnement 10. Internet, c est la contraction de : interconnection et network 2 3

3 atmosphère Hommage à Georges Fatôme Avec le décès de Georges Fatôme, c est une des plus grandes figures de l histoire locale qui disparaît. Engagé très tôt dans la vie politique, il mena avec conviction et détermination tous les grands combats d un socialisme éclairé, toujours proche du monde ouvrier dont il était issu. Très vite il accéda aux plus hautes responsabilités dans sa commune. Il contribua activement à la création de la Communauté urbaine dont il avait compris la force et les enjeux. Il siégea sans interruption au bureau de communauté de 1970 à 1995, occupant des postes de Vice-président dans lesquels pouvaient s exprimer ses compétences reconnues et appréciées de ses collègues et de ses collaborateurs. Il présida la Communauté urbaine de 1979 à Il a donné à cette époque une impulsion nouvelle à l agglomération en l engageant dans des projets jusqu alors inexplorés préfigurant P r é s i d e n t d e l a C U C d e 1979 à l évolution de l intercommunalité. C est ainsi qu il participa activement à l implantation de la centrale de Flamanville et en négocia les conditions. Il mena un long combat pour la création de l Institut National des Techniques de la Mer qui fut le premier établissement d enseignement supérieur dans l agglomération. Il a marqué durablement le développement local de son empreinte. Il fut tour à tour aménageur, bâtisseur et un gestionnaire avisé, très attentif au respect des équilibres financiers. Il était d abord au service des autres, exigeant dans sa démarche, t r a v a i l l e u r inlassable. Il avait une haute conception du service public dont il était un ardent défenseur et promoteur. Il a été de ceux qui par leur ancrage local ont construit la victoire de la gauche, en 1981, qu il appelait de tous ses vœux. Inauguration : Un public nombreux! Un tel équipement valait bien une telle mobilisation! La mise en service de l usine des eaux dans la vallée de Quincampoix a été l occasion de multiples rendez-vous pendant tout le mois d octobre. Ce véritable concentré de technologies a été officiellement inauguré le 5 octobre en présence de Bernard Cauvin, président de la Communauté urbaine de Cherbourg, Bernard Cazeneuve, maire de Cherbourg-Octeville, Daniel Bosquet, vice-président de la CUC, Raymond Cervelle, sous-préfet, et de Guy Fradin, directeur général de l Agence de l eau, ainsi que de personnalités diverses, de techniciens et de riverains. Baptisée à cette occasion usine Divette, la structure est la plus importante du département de la Manche en traitement d eau de surface, du point de vue de sa capacité. Un événement qui valait donc bien de lui consacrer plusieurs temps forts, à destination notamment du grand public et des scolaires. Le personnel de la Communauté urbaine de Cherbourg a eu l opportunité de visiter l usine les 5 et 6 octobre : une visite guidée, menée par leurs collègues de la direction du cycle de l eau, qui a permis à chacun de découvrir l ensemble du processus de production d eau potable. Gros succès également pour les journées portes ouvertes des 7 et 8 octobre! Plusieurs centaines de personnes ont fait le déplacement le temps d un week-end pour découvrir le bâtiment, qui fut le plus important chantier de la CUC au cours des trois dernières années. Visite des équipements, projection d un film, expositions ont permis à chacun de contenter sa curiosité. Du 9 au 25 octobre avaient été planifiés des temps de visite à destination des scolaires. Là encore la demande a été forte, puisque tous les souhaits n ont malheureusement pu être satisfaits. Une vingtaine d écoles primaires de l agglomération, soit environ 900 élèves, ont néanmoins bénéficié d un accueil privilégié. Diffusion d un film expliquant le fonctionnement de l usine, visite des lieux sous la houlette d un agent du cycle de l eau puis animation proposée par la Maison du littoral et de l environnement : rien de mieux qu une mise en situation concrète, sur le terrain, pour mieux retenir les leçons apprises en classe sur le thème de l eau! U s i n e D i v et t e atmosphère Bernard CAUVIN Président de la Communauté urbaine de Cherbourg De gauche à droite : Daniel Bosquet, Bernard Cazeneuve, Bernard Cauvin, Guy Fradin et Raymond Cervelle. 4 5

4 dossier P r o g r a m m e l o c a l d e l h a b i t a t Maîtriser le foncier et maintenir la population N La Communauté urbaine de Cherbourg met en place un nouveau programme local de l habitat (PLH). Objectif : produire de nouveaux logements, maîtriser le foncier et maintenir la population de l agglomération. La Communauté urbaine de Cherbourg a bénéficié d un premier programme local de l habitat (PLH) entre 1996 et Un nouveau PLH est en passe d être initié, dont la procédure de mise en place a débuté dès la fin du précédent programme, en Reconfiguré par la loi relative aux libertés locales du13 août 2004, le PLH laisse aujourd hui plus de prérogatives, avec notamment une déclinaison par programmes d actions et par secteurs géographiques. Document pré-opérationnel devant répondre aux enjeux de mixité et de droit au logement, le PLH exprime la stratégie politique de l agglomération en matière d habitat pour les six ans à venir (2007/2012). Volet habitat de la politique de la ville, il doit aussi être cohérent avec les programmes tels que le contrat d agglomération, l opération de renouvellement urbain (ORU) ou le plan local d urbanisme (PLU). Un constat : l agglomération perd des habitants. Après plus de trente ans de croissance démographique, l agglomération cherbourgeoise connaît une baisse de population depuis 1990 qui s explique principalement par un solde migratoire déficitaire, compensé partiellement par un solde naturel positif. Elle connaît aussi un développement de la précarité. Ainsi, 14 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Les catégories supérieures venant s installer sur le territoire sont souvent des retraités. Les forces vives, particulièrement les catégories moyennes, tendent à s installer hors agglomération, en raison de la fiscalité, de l offre foncière et du prix des terrains à bâtir. Il faut également tenir compte de l évolution sociologique, avec notamment la modification de la composition familiale qui oblige à produire davantage de logements, et les différentes strates de population : jeunes, personnes âgées, gens du voyage, personnes à mobilité réduite, etc. L objectif annoncé par la CUC pour enrayer ce phénomène est de jouer sur la problématique du foncier. Le programme d actions du PLH se décline autour de six orientations majeures : relever le défi démographique, renouveler le parc social dans une logique de diversification de l offre, développer un parc de logements adaptés aux besoins des populations spécifiques, requalifier le parc privé ancien et intensifier l éradication des îlots insalubres dans les centres anciens, favoriser le développement durable dans l habitat et, enfin, mettre en place un dispositif opérationnel de suivi évaluation de la politique de l habitat. Dans la continuité du précédent PLH, il est ainsi prévu de tripler le nombre de logements, soit de produire quelque logements sur la période Une moyenne de plus de 600 par an permettrait d atteindre le point d équilibre de logements nécessaires pour maintenir la population. Le programme local de l habitat envisage de produire et de répartir les logements entre les zones urbaines et les zones d extension urbaine, en lien avec les différentes possibilités existantes : constructions nouvelles, réhabilitation du bâti ancien, etc. Autre point à prendre en compte : la part très importante de logements sociaux sur le territoire (40 %) soit l un des plus forts taux du grand ouest. Là encore, l objectif est d arriver à un certain équilibre entre les quartiers, en diversifiant la production (PLAI, T e m p é r a t u r e Le logement sur la CUC Les données font apparaître un parc de logements sur l agglomération, essentiellement composé de résidences principales (91,6 %), et peu de résidences secondaires (2,2 %). La part de logements vacants est importante (6,3 %). Ces derniers sont principalement situés dans le parc PLUS, PLS, PSLA, PTZ, accession libre*) afin de favoriser la mixité. Le tout en effectuant un travail sur l architecture, l approche environnementale et le développement durable. * PLAI : prêt locatif aidé d intégration PLUS : prêt locatif à usage social (logement locatif social de base) PLS : prêt locatif social (logement locatif social de gamme intermédiaire) PSLA : prêt social en location accession PTZ : prêt à taux zéro privé ancien et majoritairement sur Cherbourg- Octeville. Plus de logements sont occupés par des locataires, soit plus de 55 % des résidences principales, dont environ locataires HLM et dans le parc privé. Le taux de propriétaires est assez faible : 41 %. O Ce que disent les lois La loi dite de pacte de relance pour la ville du 14 novembre 1996 rend obligatoire la mise en place d un PLH pour les communes ou agglomérations comportant une zone urbaine sensible (ZUS). Ce qui est le cas de l agglomération cherbourgeoise, avec les ZUS des Provinces et du Maupas. La loi libertés et responsabilités locales du 13 août 2004 fait du PLH la condition obligée pour l obtention de la délégation des crédits d État d aide à la pierre. S Les partenaires du PLH L élaboration du PLH se fait en partenariat au sein de plusieurs instances : comité de pilotage, comité technique et comité partenarial élargi. Les principaux partenaires : La Communauté urbaine de Cherbourg L État Les villes de l agglomération Le Conseil général de la Manche Le Conseil régional de Basse-Normandie Les bailleurs sociaux Le foyer des jeunes travailleurs Les foyers d urgence L Équipement Le Crédit immobilier de la Manche L ADSEAM E 6 7

5 dunordausud L a G l ac e r i e Métamorphose aux abords de la mairie Riverains et automobilistes devront encore patienter quelques mois : les travaux à La Glacerie sont prévus pour durer jusqu en juin Chacun a pu le remarquer : les abords de la mairie changent de physionomie au fur et à mesure, depuis le mois d avril Malgré les intempéries des dernières semaines qui provoquent un léger retard, les interventions se succèdent avec un double objectif : permettre à la commune de bénéficier d une véritable entrée de ville et sécuriser les lieux, aussi bien pour les piétons et les cyclistes que pour les automobilistes. Pas moins de véhicules transitent en effet quotidiennement par les Rouges-Terres. Le secteur de la mairie va subir une véritable métamorphose. D avril à août 2006, la Communauté urbaine de Cherbourg est intervenue sur l assainissement, avec le remplacement des réseaux (assainissement, eau potable, eaux pluviales). Les travaux d éclairage et de voirie ont respectivement débuté en octobre et novembre. Point fort : la requalification de la rue principale et la création d un plateau surélevé, à proximité de la mairie. Des terres-pleins centraux seront également aménagés, l ensemble permettant de créer un espace urbain digne de ce nom. À terme, la rue Cornat sera dévoyée entre la rue Saint-Exupéry et les Rouges-Terres, de façon à permettre son débouché au niveau du plateau surélevé créé devant la mairie. Enfin, devant la rue Montmartre qui deviendra à sens unique, une traversée piétonne permettra de sécuriser les lieux. P R U d Eq u e u r d r e v i l l e - H a i n n e v i l l e Des travaux bien engagés La municipalité d Equeurdreville-Hainneville s est engagée dans un programme de renouvellement urbain (PRU). Une première phase vient de débuter, pour la période Commencés début juin, les travaux vont remodeler l image de la ville et conforter son activité économique et sociale. Les entrées de la ville sont particulièrement concernées par cette opération. Au total, pas moins de 575 places de stationnement sont prévues! L offre de stationnement sera organisée sur 6 secteurs du centre-ville à partir de À l entrée Est de la ville, un square le square des Magnolias - est en cours d aménagement sur l ancien terrain Bailleul. Les travaux de voirie sont à présent achevés. Il reste désormais à intervenir sur les plantations et le parking paysager. Une «porte» végétalisée et un revêtement en pierre naturelle de granit souligneront le côté piétonnier de l espace. Une trentaine de places de stationnement seront aménagées. Au Hameau de la Mer, à l entrée Ouest d Equeurdreville-Hainneville, l aménagement d une porte végétale est en cours de finition et un parking d une vingtaine de places sera créé sur l ancien terrain Voisin, le tout agrémenté d un éclairage valorisant. La rue Jean- Moulin bénéficiera d un stationnement figé en alternance. Des travaux d assainissement sur les réseaux d eaux pluviales et d eaux usées ont eu lieu en juin 2006 dans la rue des Trois-Hangars. L ancienne usine Truffert-Lepesant pourrait être démolie en 2007 pour laisser place à la construction d un habitat de type résidentiel. Des aménagements paysagers rue des Trois-Hangars et au niveau du carrefour de cette même rue avec la rue Gambetta sont prévus. Sur l ensemble des rues Gambetta et de la Paix, des bacs de végétaux rythmeront le stationnement unilatéral. Cette mesure a fait l objet d une concertation avec les riverains. Avec la création de plusieurs places dédiées au stationnement, l accès aux commerces sera facilité. Piétons et voitures évolueront dans un espace totalement repensé, alternant couleurs et matières différentes. Rue Gambetta, l ancienne station Total sera démolie, ainsi qu une partie des garages. Une résidence comportant des appartements privés y sera bâtie. Un parking d une soixantaine de places verra le jour, améliorant là encore l accessibilité aux commerces du centre-ville. D ici 2012 seront engagées d autres réalisations : parking République, Ilot Bigard, place du Marché et pôle Carnot/Courbet. Le cabinet Perspectives paysages a été mandaté pour cette opération de renouvellement urbain, dont le budget s élève à 1,434 millions d euros pour d estenouest Un rond-point, construit au niveau de la rue Beauséjour sur des terrains en partie rachetés par la Ville de La Glacerie, va notamment permettre de sécuriser la circulation en limitant la vitesse. Un parking d une dizaine de places devrait y être implanté à proximité. À noter que les doubles voies montantes et descendantes, au bas des Rouges-Terres et rue Lucet, deviendront définitivement à voie unique à l issue des travaux. La Ville de La Glacerie a également débuté l aménagement de l espace central de la mairie, par le biais du cabinet Folius, maître d œuvre de l opération. En projet : la création d une fontaine composée de trois bassins, mettant en scène l eau et la lumière. Les piétons seront privilégiés avec la réalisation d espaces qui leur seront dédiés, reliant entre eux les différents bâtiments publics de la commune. Des agencements paysagers mettront le tout en valeur. Montant des investissements de la CUC : euros HT pour les travaux d assainissement et euros HT pour les travaux de voirie et l éclairage public. La Ville de la Glacerie investira euros HT pour les aménagements de l espace central, vers la mairie. Poursuivre la dynamique de développement pour un territoire solidaire et moderne. Le budget 2007, adopté en décembre, poursuit la dynamique d investissement du mandat avec l inscription de 20,5 millions d euros de programmes d équipements. Avec pour objectif majeur d assurer un service public moderne pour une agglomération solidaire, les grands services publics communautaires que sont les services de l eau, de l assainissement, la B u d g et Jean Lagarde, vice-président en charge des finances. voirie-signalisation, la propreté, les transports urbains, bénéficieront de 14 millions d euros de crédits soit plus des 2/3 des opérations d investissement inscrites au budget général. Les opérations d aménagement urbain (renouvellement urbain) et de développement socio-économiques représentent 6,5 millions d euros de crédits et permettront de développer un cadre de vie de qualité pour une agglomération plus attractive. Les opérations inscrites dans le cadre du contrat d agglomération et du renouvellement urbain sont destinées à développer cette attractivité nécessaire au dynamisme de l agglomération à travers le financement d infrastructures telles que le haut débit. Celles-ci s élèvent à 4,2 millions d euros parmi lesquelles l aménagement de la ZAC des Bassins représente un investissement de 1,9 million d euros et contribuera fortement à améliorer la qualité du cadre de vie. L effort d équipement de la Communauté urbaine engagé depuis 2006 avec la mise en œuvre d opérations telles que la construction du bâtiment du pôle «opérations et services techniques», rue de la Marine, ou l extension du centre de tri, illustrent cette volonté de moderniser les outils du service public afin de le rendre encore plus efficace face aux besoins croissants des habitants de l agglomération. Cette démarche s inscrit également à travers les actions relatives à la propreté urbaine et à l environnement, par l acquisition de composteurs individuels et la mise en place d un système permettant la gestion des accès aux trois déchetteries de l agglomération. Parmi les autres efforts consentis figurent une augmentation significative des aides destinées à l habitat marquant ainsi la volonté communautaire de soutenir activement la politique en faveur du logement social et la réhabilitation de certains quartiers de l agglomération. Points importants : les actions de lutte contre les inondations et la réalisation d une signalétique hôtelière financée par le produit de la taxe de séjour contribueront à améliorer les conditions pratiques de vie sur l agglomération tant pour les habitants que pour les touristes. Le financement de ces investissements sera facilité par une progression de l épargne due notamment à la maîtrise des dépenses de fonctionnement dont la progression a été limitée à 2,38 %, et sans pour autant avoir recours à une augmentation d impôts ou des tarifs de l eau et l assainissement. Retrouvez le budget communautaire et ses rapports annexes sur le site internet de la CUC, 8 9

6 au logis Courses, ménage, repassage, pffft! > S e n s i b i l i s e r l e s p l u s j e u n e s < Sécurité routière et environnement, même combat! àcielouvert Un problème de garde d enfant? Un souci pour faire le ménage ou le repassage? Des invités de dernière minute et pas le temps de faire les courses? Vite, un coup de fil au logis! La Communauté urbaine de Cherbourg s investit au quotidien dans des actions éducatives à destination des enfants et des adolescents. Une bonne occasion de mettre en place auprès de ce jeune public des réflexes d écocitoyen et de les sensibiliser aux dangers de la route. 10 À l heure où le développement des services à la personne est sur le devant de l au logis tombe à point nommé. Delphine Lechevalier et Virginie Lecrosnier ont associé leur créativité et leur esprit d initiative pour fonder leur SARL. «Après beaucoup de recherches, nous avons commencé à travailler sur notre projet en février Nous avons eu du mal à trouver des informations au départ, à sortir des chiffres car il n existait que des associations, pas d entreprises similaires dans la région», expliquent les deux jeunes femmes. Soutenues au tout départ par Créatek et la pépinière d entreprises, elles ont néanmoins pu concrétiser leur projet après une étude de marché et des exemples d expériences réussies sur la Bretagne et l Ile-de-France. La au logis est ouverte depuis le 21 août 2006 et au logis > La SARL propose ses services pour la garde d enfant, le ménage, le repassage, les courses, le jardinage et les petits bricolages. Concernant la garde d au logis est reconnue par la CAF, ce qui permet aux demandeurs de bénéficier du complément de libre choix du mode de garde jusqu aux trois ans de l enfant (voir conditions auprès au logis). trente clients réguliers et une dizaine de demandeurs ponctuels. Elle intervient sur l agglomération et dans un rayon d une vingtaine de kilomètres autour. Outre la création de leurs deux emplois, Delphine Lechevalier et Virginie Lecrosnier ont également recruté deux personnes chargées notamment de la garde d enfant à domicile, titulaires d un CAP petit enfance. «Nous intervenons auprès d enfants jusqu à 12 ans environ, 24 heures/24 et 7 jours/7, que ce soit pour une garde d enfant malade, un accompagnement scolaire, pour conduire un enfant à une activité périscolaire ou tout simplement si les parents souhaitent faire une sortie ou souffler un peu». Garantie de qualité : l activité de garde d enfant est suivie par les services de la Protection maternelle et infantile (PMI). Il vous en coûtera 17 / heure (8,50 réellement après la déduction fiscale de 50 %), que ce soit pour le ménage, les courses, la garde d enfant Les tarifs des différents services proposés sont ensuite dégressifs suivant le nombre d heures demandées. Pour le repassage, à titre d exemple, les 10 premiers kilos reviennent à 2,50 /Kg (1,25 après la déduction fiscale). Des heures de ménage et de repassage peuvent aussi être assurées. «Nous venons au domicile des particuliers avec les produits et le matériel. Pour le repassage, il est fait sur place ou alors ici dans nos locaux, sous 24 à 48 h», précisent les deux dirigeantes. Et pourquoi ne pas au logis pour faire vos courses? Personnes âgées ou ayant des difficultés à se déplacer, congé maladie, invités de dernière minute : les situations où il est parfois compliqué d aller se ravitailler au supermarché ou auprès de ses commerçants de quartier sont multiples. Nouveauté enfin : les deux collaboratrices viennent en effet d obtenir, début décembre, un agrément les autorisant à développer l activité jardinage (espaces verts) et petits bricolages. «Nous allons pouvoir recruter d autres personnes», se félicitent-elles. L ensemble du personnel est engagé sur références, avec un contrôle du casier judiciaire et un suivi de la qualité du travail fait. Si l accès aux services au logis est ouvert à tous, la plupart des clients restent cependant des gens imposables. «Les personnes qui font appel à nous peuvent utiliser les chèques emplois services universels et bénéficient de 50 % de déduction fiscale sur nos prestations», précise Virginie Lecrosnier. «L objectif : la rapidité et la simplicité», ajoute sa collègue. Une seule facture en fin de mois, la possibilité d obtenir un devis sur le site internet de la société ou d y trouver toutes les informations nécessaires : tout est fait pour faciliter les démarches! > Contact au logis 45 rue Victor Grignard Cherbourg Tél ou Site internet : Quelles sont les évolutions depuis la mise en place de la charte environnement, en 1993? Outre les campagnes de sensibilisation à l environnement mises en place en 1990, cette charte a été l occasion pour la Communauté urbaine de Cherbourg d étendre le champ de ses interventions en matière d éducation à l environnement, ciblant à la fois les jeunes et les moins jeunes. Dans cette continuité, la CUC a défini, en 2000, sa nouvelle politique d intervention dans ce domaine. Objectif : que la démarche d éducation à l environnement, au développement durable et à l écocitoyenneté permette de donner au citoyen les capacités de se situer dans le monde qui l entoure. Ceci afin que ses choix le conduise à une meilleure pratique en matière de développement durable. Concrètement, quelles sont les actions de la Communauté urbaine? Le soutien de la CUC vise, en partenariat avec l Éducation nationale, à accompagner techniquement et financièrement les enseignants mais sans s immiscer dans les projets mis en place. Il s agit de donner aux élèves les moyens et la capacité d opérer leurs choix d écocitoyens, de citoyens du monde responsables D une part, la CUC apporte son soutien financier à des projets pédagogiques sur l environnement, en aidant les actions d éducation à l environnement engagées par l achat de fournitures, de documents, la réalisation des travaux menés par les élèves et la prise en charge des animations. D autre part, elle produit ou co-produit des dossiers ou des malles pédagogiques. Sans oublier les journées de formation des enseignants aux dossiers pédagogiques. Si l Éducation nationale constitue le pivot en matière d intervention à l éducation à l environnement et au développement durable, diverses campagnes incitent la population à s investir. Par exemple la distribution du guide des gestes écocitoyens, début 2004, avec des campagnes publicitaires associées : un vrai cadre de réflexion aux gestes quotidiens. Les ambassadeurs de tri reçoivent aussi des groupes à la déchetterie du Becquet à Tourlaville, afin de leur expliquer le processus de tri et de recyclage des déchets. La Maison du littoral et de l environnement à Tourlaville, construite par la CUC, ainsi que la Maison de l environnement nichée au cœur du Vallon sauvage à Cherbourg- Octeville, accueillent régulièrement des groupes scolaires. Cette dernière a par exemple été soutenue lors de sa réouverture, à hauteur de euros, en octobre dernier. La Communauté urbaine s investit également dans la sécurité routière Tous les ans, en mai, un concours d affiches et de bandes dessinées est organisé à destination des élèves des écoles primaires et des enfants des centres de loisirs de l agglomération. Sous la houlette de leurs professeurs ou animateurs, ils font travailler leur imagination pour illustrer les dangers de la route, les règles à respecter et les bons comportements à suivre en matière de sécurité routière. Primées, ces affiches servent de base à une campagne sur abribus et panneaux publicitaires, accompagnée d une campagne radiophonique. Indépendamment de cette initiative, plusieurs messages radiophoniques sont diffusés régulièrement sur les ondes. Une journée d action prévention routière a également lieu tous les ans, en octobre, sur la plage verte à Cherbourg- Octeville. Réalisée en partenariat avec la Communauté urbaine, cette opération, par le biais de différents stands et ateliers, vise à lutter contre l insécurité routière, en sensibilisant les jeunes. Dans le cadre du Plan départemental des actions de sécurité routière et en partenariat avec l Éducation nationale, une opération «Sécurité orientation enfant piéton» est organisée chaque année dans le centre de Cherbourg-Octeville. L objectif est de permettre aux élèves d apprendre la ville et de construire leur sécurité en développant leurs capacités d observation, d anticipation, de lecture de signaux, d analyse du danger, de prise de décision pour emprunter les lieux sûrs et réagir aux changements rapides de conditions de circulation. Enfin, la Communauté urbaine participe à la création d un véhicule pédagogique de sensibilisation aux dangers de la route et des conséquences des accidents de la circulation routière. Ce projet est réalisé par des lycéens de l agglomération sur une idée des sapeurs-pompiers de Cherbourg. + d infos Vice-président chargé des politiques d environnement et de la sécurité routière : Christian Léonard. Environnement Envie de faire découvrir la nature aux plus jeunes et de les sensibiliser à l environnement dans le cadre scolaire ou extra-scolaire? La Communauté urbaine de Cherbourg appuie les projets pédagogiques, par l apport d une aide technique et financière. Un soutien de 80 % du montant éligible de la demande, plafonné à 500 par classe, peut ainsi être accordé. Contact : Mission environnement COMMUNAUTE URBAINE DE CHERBOURG Place Napoléon BP Cherbourg-Octeville cedex Tél Contact : Mission environnement et direction de la voirie et des déplacements urbains Standard :

7 figuredeproue Au fil de l eau, chemin vers la réinsertion Au fil de l eau permet à trente personnes en situation d exclusion de se réinsérer professionnellement par le biais d ateliers consacrés au travail du bois ou encore via le restaurant La Cendrée Petit tour d horizon des actions de l association. C est dans des locaux tous neufs que Bruno Guisti et son équipe œuvrent depuis le 6 octobre. Et quel endroit! Dans les bâtiments du Centre régional des arts du cirque, la Brèche Un espace de bureaux dans le prolongement desquels se trouve l un des ateliers de l association. Les autres ateliers se situent en face, juste de l autre côté de la rue. Une proximité et un gain d espace non négligeable Mais revenons un peu en arrière C est en 1992 que l association Au fil de l eau a vu le jour, créée par Catherine Durand, présidente et également médecin psychiatre à la Fondation du Bon- Sauveur, et d autres cadres supérieurs de santé et médecins exerçant dans la même spécialité. Objectif : mettre en place des outils permettant à des personnes en souffrance de sortir de l exclusion. Pour cela, les membres de l association Au fil de l eau ont mis en place des ateliers d insertion, autour du travail manuel. «Aujourd hui, nous avons trente personnes en contrats aidés, bénéficiaires de nos actions. Elles restent entre six mois et deux ans, le temps de les accompagner vers un retour à l emploi», explique Bruno Guisti, recruté en tant que coordinateur il y a près d un an. Outre un lieu d écoute ouvert à tous, à la fois aux salariés de la structure mais aussi au grand public, animé par deux infirmières spécialisées mises à disposition par la fondation du Bon- Sauveur, les salariés retrouvent goût à exercer une activité professionnelle au travers des ateliers. Investissement personnel, travail sur le lien social, estime de soi retrouvée autant de points positifs pour tenter de sortir de l exclusion. La Cendrée est certainement le dispositif le plus connu d entre tous. Situé passage Digard, le restaurant emploie quatre salariés en contrats aidés, sous la houlette de deux encadrants, l un en cuisine, l autre en salle. Il existe aussi deux ateliers chantiers d insertion, employant douze salariés chacun. Le premier offre une double opportunité : d une part de faire travailler plusieurs personnes sur cette matière noble qu est le bois en assurant la restauration de meubles, d autre part d aider des familles en difficulté puisque ces meubles rénovés leur sont ensuite revendus à des prix modestes. Le second atelier est lui aussi consacré au bois, mais touche davantage à son aspect artistique et culturel. Particularité : seules les femmes y sont admises. Il est pourtant loin de constituer un cercle fermé et pour preuve : outre la rénovation et peinture sur meubles, cet atelier connaît une formidable ouverture sur l extérieur avec par exemple la création du bonhomme carnaval ou encore la production d éléments de décor en répondant aux besoins matériels du Centre régional des arts du cirque. Cerise sur le gâteau : c est là que va naître la maison des clowns, projet à dimension nationale voire européenne. «Il s agit d une scène démontable, donc mobile, qui va permettre aux spectateurs de voir vivre les clowns», indique Bruno Guisti, en présentant par la même occasion la maquette. L association Au fil de l eau dispose enfin d un dernier atelier, une entreprise d insertion nommée Au fil du bois, où deux salariés en contrats aidés fabriquent des meubles neufs et des objets de décoration. Contrairement à l atelier déjà décrit où le mobilier restauré est vendu à des personnes dans le besoin, les ventes sont ici ouvertes à tous. Tables, bureaux, chaises sont fabriqués sur commande, sur plan. De très belles réalisations qu il est possible d admirer et d acheter par le biais du site internet de l association. Sans oublier les objets en cèdre réputés pour leurs propriétés répulsives, déclinés sous forme d ours, de pommes, de disques, disponibles à la fois sur le site mais aussi livrés à une société bio du centre de la France qui en assure la vente F e u i l l e d e r o u t e 12 > 1992 : naissance de l association Au fil de l eau > octobre 2006 : aménagement dans les locaux du Centre régional des arts du cirque > novembre 2006 : mise en ligne du site de l association Contact : Au fil de l eau rue de la Chasse Verte Cherbourg Tél Présidente : Catherine Durand. Coordinateur : Bruno Guisti.

Les habitants acteurs de la transformation

Les habitants acteurs de la transformation Les habitants acteurs de la transformation Placer l habitant au cœur des réflexions Actions de concertation et de participation Développer le lien social Favoriser le développement économique et l insertion

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014

Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 Projet de rénovation urbaine et sociale de la Ville de Niort GESTION URBAINE DE PROXIMITE CADRE D INTERVENTION DES PARTENAIRES 2013/2014 LES PARTENAIRES DU CADRE D INTERVENTION GUP 2013-2014 L Etat, représenté

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants

De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants De nouveaux moyens pour l éducation de nos enfants 2010 année de l éducation. Cette thématique, définie comme prioritaire par la municipalité, a permis de mettre en œuvre des outils novateurs au service

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE. Convention d objectifs 2012-2014

POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE. Convention d objectifs 2012-2014 POLITIQUE DU LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE Convention d objectifs 2012-2014 Entre, d une part La communauté urbaine de Nantes, Nantes Métropole, représentée par son président, Monsieur Gilles Retière, Dénommée

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Rapport d utilitésociale

Rapport d utilitésociale Rapport d utilitésociale 2013 RAPPORT D UTILITÉ SOCIALE 2013-3 Aiguillon construction, c est : Une Entreprise Sociale pour l Habitat implantée dans l ouest depuis 1902. Filiale du groupe Arcade, Aiguillon

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013

Lauréat du. DUA février 2011. Z.A.C Cœur de Ville. Créer un centre-ville. pour tous. Horizon > 2013 Lauréat du DUA février 2011 Z.A.C Cœur de Ville Créer un centre-ville pour tous Horizon > 2013 Périmètre de la ZAC Cœur de Ville 2 Rappel des objectifs de la ZAC CŒUR DE VILLE Renforcer le Cœur de Ville

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100»)

CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») 2013 CAHIER DES CHARGES [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] Réalisation d un film et d une bande annonce «J-100») [1- PRESENTATION GENERALE] [FILM 100 ANS LOIRE HABITAT] 29 mars 2013 1- Présentation LOIRE HABITAT

Plus en détail

Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville

Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville Les dispositifs régionaux mobilisables pour la mise en œuvre des Contrats de ville Le soutien à l immobilier d entreprises Cycle «Habitat, cadre de vie et gestion urbaine» 24 novembre 2015 La Région et

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

Le cadre général du point d étape...

Le cadre général du point d étape... Le cadre général du point d étape Les objectifs du point d étape L objectif général du point d étape, à 2 ans et à 4 ans, est d apprécier l avancement du projet et la tendance générale d évolution du quartier

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable

III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable III. Le Projet d Aménagement et de Développement Durable Ces interrogations ont servi de base à la formulation d un projet de vie communale exprimé au travers du PADD. Elaboré selon un objectif général

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

Grand Projet de Ville d Orléans

Grand Projet de Ville d Orléans Grand Projet de Ville d Orléans quartier de La Source La Gestion Urbaine de Proximité Signature d un convention de Gestion urbaine de proximité autour de 7 thématiques 1 - Veiller à la qualité des investissements

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

La CREA lance un important programme d amélioration du matériel de collecte de déchets

La CREA lance un important programme d amélioration du matériel de collecte de déchets DOSSIER DE PRESSE Vendredi 30 septembre 2011 La CREA lance un important programme d amélioration du matériel de collecte de déchets Contacts Marie Mahieu-Rivals Cathy PREVOST Attachée de presse de la CREA

Plus en détail

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT

PRINCIPALES MISSIONS OPÉRATIONNELLES HABITAT Les missions de la Direction de l Habitat La Direction de l Habitat (2 services ; 9 personnes) est chargée d organiser et de mettre en œuvre la politique locale de l habitat sur le territoire de Brest

Plus en détail

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais

Dossier de presse. 18 février 2014 Beauvais Dossier de presse Pose de la Première Pierre de l immeuble de bureaux de la Direction Régionale Picardie de Quille Construction 18 février 2014 Beauvais 1 Communiqué de presse Pose de la Première Pierre

Plus en détail

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique

Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique Le Réemploi du matériel informatique au service de l Insertion, de l Environnement et de la lutte contre la fracture numérique AG2I / R2D2 : En Marin route de Pessan 32000 Auch (Gers en Gascogne) ZI du

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010

La politique foncière au service du logement social. La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 La politique foncière au service du logement social Intervention du 26 mai 2010 23/04/2009 La communauté Urbaine de Lyon a voté en décembre 2006 son 2 ième Programme Local de l Habitat 2007 / 2012 Rappel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

Intégrer la dimension économique dans les projets de rénovation urbaine

Intégrer la dimension économique dans les projets de rénovation urbaine Intégrer la dimension économique dans les projets de rénovation urbaine SOMMAIRE 1. Présentation d Epareca 2. Modalités d intervention de l Etablissement 3. Opération à vocation commerciale : l exemple

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement

Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Les mesures pour relancer la construction de logements : point d avancement Contact presse Service de presse du ministère du Logement, de l Égalité des territoires et de la Ruralité 72, rue de Varenne,

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

BAIOPOLIS ILÔT BELFORT

BAIOPOLIS ILÔT BELFORT Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 9 février 2012 DOSSIER DE PRESSE BAIOPOLIS ILÔT BELFORT Pose de la première pierre La Ville de Bayonne pose le

Plus en détail

Notre fonctionnement. Nos missions. dle Conseil d Administration. dune équipe de 328 collaborateurs, sous la responsabilité du Directeur Général

Notre fonctionnement. Nos missions. dle Conseil d Administration. dune équipe de 328 collaborateurs, sous la responsabilité du Directeur Général Notre fonctionnement Réhabilitation de la Résidence Anne de Bretagne - Sanitas dle Conseil d Administration de 23 membres dont 4 membres élus par les locataires pour un mandat de 4 ans. Il forme en son

Plus en détail

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile

COMMUNICATION. Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires. Portraits de résidents sur la toile Les 70 000 logements d Adoma abritent les rêves des personnes les plus précaires Portraits de résidents sur la toile I Portraits-video de gens ordinaires : des témoignages pour faire taire les préjugés

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1-

Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne ROMAGNAT P.A.D.D. -1- Ville de ROMAGNAT P.A.D.D. Pour une ville à la campagne Bureau d études Réalités 180 rue Clément Ader 42153 RIORGES Tél. 04 77 67 83 06 Fax 04 77 23 01 85 E-mail urbanisme@realites-be.fr -1- ROMAGNAT PREAMBULE

Plus en détail

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE

LMNP PARIS. Maisons-Laffitte (78) Censi-bouvard / CLASSIQUE LMNP Censi-bouvard / CLASSIQUE PARIS Maisons-Laffitte (78) MAISONS-LAFFITTE A seulement quelques kilomètres à l ouest de Paris, dans le département des Yvelines, Maisons-Laffitte jouit d une situation

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015

TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015 TOUFFLERS OPERATION D AMENAGEMENT A VOCATION D HABITAT RUE DES DEPORTES DOSSIER DE CONCERTATION 2015 SOMMAIRE I- Inscrire le projet dans les politiques de la MEL II- Enjeux du projet III- Diagnostic du

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Mi-2004, les résidences principales représentent

Mi-2004, les résidences principales représentent 5 LOGEMENT PRÉSENTATION Mi-2004, les résidences principales représentent près de 83 % des logements bourguignons et parmi elles, près des deux tiers sont des maisons individuelles. En proportion, ces dernières

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat.

www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat. www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat. 1 Qui sommes nous? Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale et solidaire»

Plus en détail

Appel à projets. Habitat, développement social et territoires. Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau. Mécénat Économie et Solidarités

Appel à projets. Habitat, développement social et territoires. Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau. Mécénat Économie et Solidarités Appel à projets 2011 Habitat, développement social et territoires Avec le soutien de la Fondation JM.Bruneau Dates limites de retour des dossiers : 21 mars et 12 septembre 2011 Mécénat Économie et Solidarités

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET

PREMIERE PARTIE ANNEXE 1 RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR ET AU PROJET Composition du dossier (Arrêté Ministériel du 21 août 2009) Transmis en douze exemplaires ou par voie électronique, plus deux exemplaires supplémentaires par département limitrophe concerné par le projet

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH

CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH CONVENTION RELATIVE AU VOLET HABITAT DU PROGRAMME D'ACTION FONCIÈRE COMMUNAUTAIRE NOM DE LA COMMUNE / CODAH ENTRE LES SOUSSIGNES La Communauté de l Agglomération Havraise (CODAH), 19 rue Georges Braque

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

Contribuer à l aménagement du territoire départemental

Contribuer à l aménagement du territoire départemental Contribuer à l aménagement du territoire départemental Point presse 16 octobre 2009 Aube Immobilier en quelques chiffres Au service des collectivités Aube Immobilier gère 9400 logements implantés sur quelque

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions

s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions s engage pour l emploi Les marchés publics : un pari gagnant pour l emploi La clause d accès à l emploi en 10 questions édito Le Conseil général du Gard s est engagé à travers sa politique d achat dans

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie

PARTIE 2. Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains. Etienne Timmermans - Fondation rurale de Wallonie Programme cofinancé par l Union européenne. Fonds européen de développement régional. «L Union européenne investit dans votre avenir.» PARTIE 2 Cécile de Blic - Carrefour des Pays Lorrains Etienne Timmermans

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

Ville de Saint-Étienne Quartiers du Crêt de Roc et de Tarentaize - Beaubrun

Ville de Saint-Étienne Quartiers du Crêt de Roc et de Tarentaize - Beaubrun Ville de Saint-Étienne Une approche globale du traitement de l habitat ancien dégradé Les enjeux de la rénovation des quartiers anciens dégradés Le constat L attractivité du centre-ville de l agglomération

Plus en détail

www.ville-lepellerin.fr

www.ville-lepellerin.fr Pg n 1 / 10 Mairie de Le Pellerin, 44640 DOSSIER DE PRESSE Le Pellerin, le lundi 29 janvier 2007 lancement du site internet de la ville du Pellerin < mardi 6 février 2007 > sommaire Communiqué de presse

Plus en détail

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S.

Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux. Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Habitat participatif: le rôle des aménageurs et bailleurs sociaux Sophie BARTH Chef du service juridique S.E.R.S. Petit rappel: qu est-ce qu un aménageur? Un aménageur est une société, publique ou privée,

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016. Nantes, le 21 février 2013

Dossier de presse. Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016. Nantes, le 21 février 2013 Nantes, le 21 février 2013 Exposition ERDRE PORTERIE 2013-2016 Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr Sommaire Communiqué de synthèse

Plus en détail

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal

AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015. La Madeleine. Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal AMÉNAGEMENT & HABITAT DOSSIER DE CONCERTATION 2015 La Madeleine Reconversion de l ancienne chaufferie «Huet» en équipement culturel municipal Sommaire I - Introduction - Le contexte : un ancien bâtiment

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Cre ation d'un support d'animation par les e le ves pour les personnes a ge es de leur commune Renforcer le lien social et cre er des re flexions sur la citoyennete.

Plus en détail

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015

OBJET : Fonds interministériel de prévention de la délinquance Vidéoprotection 2015 PREFET DU LOIRET Préfecture Bureau du cabinet Pôle de sécurité intérieure AFFAIRE SUIVIE PAR : M. MATTHIEU LEDORÉ TÉLÉPHONE : 02.38.81.40.23 COURRIEL : PREF-CABINET@LOIRET.GOUV.FR LE PRÉFET DU LOIRET à

Plus en détail

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà

50 projets. pour demain. GÉENÉERATIONS demain. c est déjààà 50 projets pour demain GÉENÉERATIONS demain c est déjààà AUCHAN chez nous Les fondations Auchan et Simply lancent un appel à projets «50 projets pour demain» En 2011, le Groupe Auchan fête ses 50 ans.

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI?

COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? COMMENT FAIRE DU RELOGEMENT UN OUTIL DE CHANGEMENT RESIDENTIEL REUSSI? Projet de Rénovation Urbaine du Courghain : Modalités de l accompagnement au relogement. SOMMAIRE I. Eléments de contexte. 1. Situation

Plus en détail

changez vos menuiseries et faites des économies!

changez vos menuiseries et faites des économies! changez vos menuiseries et faites des économies! AIDES FINANCIÈRES POUR LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE NOVEMBRE - DÉCEMBRE 2014 The world looks better Remplacez vos menuiseries par des fenêtres aluminium et

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 12/12/14 2 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine Résidence étudiante MAGELLAN Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine SITUATION DE LA RÉSIDENCE Au pied du tramway relié directement à la Défense, proche des grands pôles universitaires, à

Plus en détail