Version octobre 2012 Le modèle de données commun pour l inventaire des zones humides

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Version octobre 2012 Le modèle de données commun pour l inventaire des zones humides"

Transcription

1 Version octobre 2012 Le modèle de données commun pour l inventaire des zones humides COMPATIBILITÉ ECHANGE COMPILATION

2

3 Pourquoi un modèle de données commun? Durant les dix dernières années, de nombreux inventaires de zones humides ont été réalisés en France. La majorité d entre eux est numérisée avec un outil informatique : outil spécifique aux inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern ou MedWet), logiciel SIG (Système d Information Géographique), base de données ou tableau (type Excel). La structuration de ces inventaires et le contenu varient considérablement d un inventaire à l autre. Ces différences aboutissent à une quasi-impossibilité de compiler les différents inventaires et d échanger les données entre structures. Afin de disposer de données comparables sur des territoires plus vastes que l emprise d un inventaire, une réflexion est menée pour mettre en place un modèle de données commun. Ce modèle concerne uniquement les inventaires réalisés avec des prospections sur le terrain. Les prélocalisations ne sont pas concernées, cependant, elles peuvent servir de base aux prospections sur le terrain. Le modèle de données commun a deux objectifs : homogénéiser l organisation des données d inventaires des zones humides et mettre en évidence un socle de données minimum à renseigner, dans un format unique. Même si le modèle n a pas vocation à imposer une méthode particulière, il constitue une avancée dans l homogénéisation des méthodes d identification, de caractérisation et de digitalisation. Ce modèle n impose pas l utilisation d un outil particulier. A partir du moment où les modalités du modèle de données commun sont respectées, il est possible d échanger et de compiler les données. Ainsi, en fonction des conditions du bassin hydrographique et en fonction des objectifs poursuivis lors de l inventaire, chaque structure peut choisir l outil le plus pertinent. Les outils d inventaire des zones humides En France, il existe 3 principaux outils d inventaires des zones humides : ZonHum de l Ifen (2004) et de l AESN (2008) qui présente l intégralité des attributs du Tronc Commun National (TCN) ; Gwern qui présente une partie des attributs du TCN complétés par d autres attributs ; MedWet qui présente les attributs du TCN complétés par d autres attributs particuliers au programme de suivi des zones humides méditerranéennes. 1

4 Les quatre modalités du modèle de données commun Le modèle de données commun se compose de quatre modalités à respecter : Les modalités Définition des termes Ce qui est retenu pour le modèle de données commun 1/ Les objets géographiques doivent être homogènes Les objets géographiques correspondent aux entités inventoriées Dans le cadre d un inventaire des zones humides, les objets géographiques inventoriés doivent être des zones correspondant à la définition de la loi sur l eau 2/ Les objets géographiques doivent avoir un même type de géométrie Il s agit de la forme géométrique de l objet géographique inventorié (point, ligne ou polygone) Le type de géométrie retenu est le polygone 3/ Un ensemble d attributs minimum doit être renseigné obligatoirement Les attributs caractérisent les zones humides (exemples : identifiant, nom, typologie, fonctions, valeurs, menaces, activités, etc.) Les attributs à renseigner obligatoirement sont : l identifiant de la zone humide le nom de la zone humide la typologie SDAGE principale les activités les valeurs socio-économiques le diagnostic hydraulique le diagnostic patrimonial les fonctions majeures (hydrologiques, épuratrices, biologiques) le niveau de menace 4/ Un ensemble de métadonnées minimum doit être renseigné obligatoirement Les métadonnées renseignent sur la nature, le contenu, l usage et la qualité des données de l inventaire. Ce sont les données des données. Elles définissent un inventaire et non une zone humide et permettent d optimiser les conditions de son exploitation. Les métadonnées à renseigner obligatoirement sont : le titre de l inventaire le résumé de l inventaire le territoire couvert par l inventaire la date de l inventaire les points de contact (maître d œuvre et d ouvrage) l échelle d exploitation maximale des données les critères utilisés pour identifier les zones humides 2

5 Procédure de renseignement d un inventaire Afin de faciliter le renseignement d un inventaire de zones humides, il est conseillé de procéder de la manière suivante : 1. Réaliser les prospections de terrain afin d identifier et de caractériser les zones humides effectives, correspondant à la définition de la loi sur l eau (article L du Code de l environnement). Respecter la modalité 1 : Objets géographiques «zones humides» 2. Cartographier les zones humides avec un logiciel SIG Respecter la modalité 2 : Géométrie des objets géographiques 3. Renseigner les caractéristiques des zones humides avec un outil informatique Respecter la modalité 3 : Attributs des zones humides à renseigner obligatoirement 4. Renseigner les métadonnées relatives à l inventaire Respecter la modalité 4 : Métadonnées à renseigner obligatoirement 5. Une fois l inventaire validé, transférer les données des inventaires de zones humides aux financeurs et aux structures centralisant et diffusant les données REMONTÉE ET CONTROLE DES DONNÉES 3

6 MODALITÉ 1 : Objets géographiques «zones humides» Quand on parle de zone humide, différentes interprétations de la représentation de cet objet géographique existent. Cela peut être : une enveloppe de territoires humides (enveloppe de référence) ; un ensemble de territoires humides caractérisés par des fonctions homogènes (site fonctionnel) ; un ensemble de territoires humides contigus ; un habitat naturel humide ; une portion de territoire humide caractérisée par un type géomorphologique et un régime hydrologique uniforme (unité hydro-géomorphologique). Ces différentes interprétations sont détaillées et illustrées dans l annexe 1. Dans une même couche de données, il est essentiel de saisir des objets géographiques le plus homogène possible. De manière rigoureuse, seul un seul type d objet géographique peut être accepté. Cependant, étant donné la variabilité des bases de données et des objectifs des inventaires, différents types d objets sont tolérés à condition qu ils respectent les modalités ci-dessous. Dans le modèle des données commun, les objets géographiques doivent concerner des zones humides effectives, c est-à-dire des zones correspondant à la définition de la loi sur l eau du 3 janvier L article L du code de l environnement donne cette définition : «On entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année». Les zones humides effectives présentent des caractéristiques botaniques (végétation dominée par des plantes hygrophiles), pédologiques (sol témoignant d'un milieu saturé en eau) ou hydro-géomorphologiques (engorgement en eau prolongé et morphologie). Seul l'établissement sur le terrain d'au moins une des trois caractéristiques permet de garantir la présence d'une zone humide effective. Pour plus de renseignements sur les méthodes d identification des zones humides, consulter l annexe 3. Ainsi, les habitats humides, les ensembles d habitats humides et les sites fonctionnels sont compatibles avec le modèle de données commun. La précision des contours des zones humides peut être variable et n est pas obligatoirement celle de la police de l eau. Les enveloppes de référence rassemblant des territoires humides et non humides sont à exclure. Précision : Dans ZonHum et MedWet, deux types d objets peuvent être inventoriés : «l enveloppe de référence» (pouvant intégrer des territoires non humides) et «la zone humide élémentaire». Seuls les objets géographiques inventoriés comme des «zones humides élémentaires» sont compatibles avec le modèle de données commun. Dans Gwern, deux types d objet géographique existent : «la zone humide» et «le site fonctionnel» (regroupant une ou plusieurs zones humides). Dans le cadre du modèle de données commun, les deux types d objets sont compatibles. 4

7 MODALITÉ 2 : Géométrie des objets géographiques Différents types de géométrie existent pour représenter un objet géographique sur une cartographie : le point, la ligne et le polygone. Le type d objet approprié pour délimiter une surface plane est le polygone. Dans le modèle de données commun, le type de géométrie pour digitaliser les zones humides est donc le polygone. Pour les petites zones humides, il est important de travailler à une échelle adaptée pour permettre la représentation de la zone humide par un polygone. Afin de pouvoir exploiter les données géographiques, les polygones ne doivent pas se recouvrir (risque d inventorier deux fois une même zone humide) ni être auto intersectés (polygone en forme de huit). Les lacunes (espacements) entre deux zones humides contiguës sont à proscrire. Pour plus de renseignements, consulter le guide pour la numérisation d un inventaire de zones humides dans un logiciel SIG (http://www.zoneshumides29.fr/outils_b.html). De manière générale, le polygone doit représenter au mieux la réalité de terrain en évitant de simplifier les contours de la zone humide par des formes géométriques trop simples comme des cercles ou des carrés. Il est primordial de ne pas ramener systématiquement l emprise de la zone humide à une parcelle cadastrale (les contours des zones humides sont souvent indépendants des contours des parcelles). Chaque polygone doit avoir un identifiant unique afin de lier les données cartographiques aux données de caractérisation. Pour cela, il faut créer dans la table attributaire une colonne nommé «identifiant» (à mettre impérativement dans la première colonne de la table attributaire). Précision : Dans ZonHum et MedWet, il n y a pas de contrôle sur la géométrie des objets géographiques. Dans Gwern, seul les objets géographiques sous forme de polygone sont acceptés et un contrôle sur la qualité de la géométrie est réalisé. 5

8 MODALITÉ 3 : Attributs des zones humides à renseigner obligatoirement Les attributs à renseigner obligatoirement dans le modèle de données sont les suivants : L identifiant de la zone humide [texte libre alphanumérique + underscore] : L identifiant est l élément indispensable pour lier les données cartographiques aux données de caractérisation. L identifiant est unique pour une zone humide, sans doublon et non manquant : une zone humide doit obligatoirement avoir un identifiant et cet identifiant ne doit pas être utilisé pour une autre zone humide. Attention à ne pas utiliser des numériques pures, des caractères spéciaux ou des espaces. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Dans ZonHum et MedWet, l identifiant est calculé automatiquement. Il est composé du département, du maître d ouvrage et d un numéro à 4 chiffres. Il est indispensable d utiliser le même identifiant dans le SIG. Dans Gwern, l identifiant est choisi par l utilisateur et doit également être le même entre la base de données et le SIG. Le nom de la zone humide [texte libre] : Le nom de la zone humide doit faire référence à un toponyme ou un élément paysager connu (rivière, plateau, forêt ou massif). Les zones humides de grande taille ou d importance reconnue ont généralement un nom (exemple : marais de Sacy, tourbière de Mathon, marais de Larchant). Il est obligatoire de renseigner ce nom lorsqu il existe. Cependant pour les zones humides qui n ont pas de noms connus, il faut éviter d en inventer. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Typologie SDAGE principale [choix unique] : Grands estuaires (Loire, Seine ou Gironde) Baies et estuaires moyens et plats Marais et lagunes côtiers Marais saumâtres aménagés Bordures de cours d'eau et plaines alluviales Zones humides de bas fonds en tête de BV Région d'étangs Bordure de plans d'eau Marais et landes humides de plaines et plateaux Zones humides ponctuelles Marais aménagés dans un but agricole Zones humides artificielles La typologie SDAGE permet d indiquer à quelle formation hydro-géomorphologique se rattache la zone humide. Dans le modèle de données commun, seule la typologie principale de zone humide est à renseigner obligatoirement. Pour choisir la typologie principale appropriée à une zone humide, consulter l annexe 2 présentant la typologie SDAGE. 6

9 Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Dans ZonHum et MedWet, il est possible de renseigner plusieurs typologies pour une même zone humide. Si c est le cas, il est indispensable de préciser quelle typologie est la principale. Dans Gwern, pour renseigner cet attribut, il est indispensable de rassembler les zones humides en sites fonctionnels. Les activités sur la zone humide [choix multiple] : Agriculture (culture/fauche/aquaculture) Sylviculture Élevage/ pastoralisme Pêche Chasse Navigation Tourisme et loisir Urbanisation/industrie Infrastructures linéaires Aéroport, aérodrome, héliport Port Extraction de granulats, mines Activité hydroélectrique, barrage Activité militaire Gestion conservatoire Prélèvements d'eau Autre Pas d'activité Les activités sur la zone humide est à renseigner en fonction des principales activités humaines qui se déroulent dans le périmètre de la zone humide. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Les listes des activités présentent de légères différences d un outil à l autre mais toutes sont compatibles avec celle présentée ci-dessus. Les valeurs socio-économiques [choix multiple] : Réservoir pour l'alimentation en eau potable (production/stockage) Production biologique, agricole et sylvicole (aquaculture, pêche, chasse, pâturage, fauche, roseaux, sylviculture) Production de matière première (granulat, tourbe, sel) Intérêt pour la valorisation pédagogique/éducation Intérêt paysager et valeur culturelle Intérêt pour les loisirs/valeurs récréatives Valeur scientifique Autre Pas de valeur socio-économique identifiée Les valeurs socio-économiques permettent de souligner les grandes caractéristiques des fonctions socio-économiques de la zone humide. 7

10 Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Les listes des valeurs présentent de légères différences d un outil à l autre mais toutes sont compatibles avec celle présentée ci-dessus. Le diagnostic du fonctionnement hydrologique [choix unique] : Fonctionnement proche de l équilibre Fonctionnement sensiblement dégradé Fonctionnement dégradé Fonctionnement très dégradé Ce diagnostic permet de présenter de façon synthétique le fonctionnement hydrologique et hydraulique de la zone humide en faisant ressortir les grands équilibres et les grands déséquilibres. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe avec une liste de valeur similaire. Le diagnostic patrimonial [choix unique] : Habitats non dégradés Habitats dégradés Habitats très dégradés Le diagnostic patrimonial permet de souligner l état écologique de la zone humide en faisant ressortir l état de dégradation. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe avec la même liste de valeur. Fonctions majeures [choix multiple] : Fonction hydrologique Fonction épuratrice Fonction biologique Les fonctions majeures des zones humides fait partie des informations déterminantes de l inventaire des zones humides. Cet attribut permet de mettre en évidence les grands types de fonctions assurées de manière forte par la zone humide. Pour plus d information sur l évaluation des fonctions, consulter l annexe 3. Précision : Dans tous les outils d'inventaires des zones humides (ZonHum, Gwern et MedWet) cet attribut existe. Pour Gwern, une liste de choix similaire est proposée. Pour ZonHum et MedWet, il s agit d une zone de texte libre. Afin de compléter cet attribut, les termes exacts de la liste de choix ci-dessous doivent être écrits et séparés le cas échéant par des points virgules. En dehors de l utilisation d un outil d inventaire de zones humides, consulter l annexe 4. 8

11 Le niveau de menaces [choix unique] : Milieu très menacé Milieu menacé Milieu faiblement menacé Importance du niveau de menaces inconnue Les menaces concernent les évolutions potentielles naturelles ou liées au développement d activités. Elles différents de «usages» qui ne concernent que les activités en cours. Le niveau de menaces permet renseigner sur l importance de ces menaces. Précision : Dans ZonHum et MedWet, le niveau de menaces n existe pas comme attribut à part entière mais est à renseigner dans les «menaces potentielles». La liste de valeur devra être respectée. Dans Gwern, cet attribut existe avec la même liste de valeurs. 9

12 MODALITÉ 4 : Métadonnées à renseigner obligatoirement Afin d optimiser les conditions d exploitation des données des différents inventaires, il est nécessaire de définir un ensemble de métadonnées permettant de préciser la manière dont les inventaires ont été réalisés. Les métadonnées associées à la donnée sont conformes à la directive INSPIRE. Cette directive a notamment pour objectif de faciliter les échanges de données spatiales «sous forme électronique» dans le cadre des politiques environnementales en lien avec «les autorités publiques» sauf exception mentionnée. Ces métadonnées sont complétées par des données particulières aux inventaires des zones humides permettant de préciser la méthode utilisée. Les métadonnées retenues comme obligatoires sont les suivantes : Le titre de l inventaire [texte libre] : Le titre de l inventaire doit être un nom caractéristique et souvent unique sous lequel l inventaire est connu. Il doit être évocateur pour le maître d ouvrage et le maître d œuvre. Il est conseillé que les personnes en charge de l inventaire choisissent un nom qui commence par «inventaire des zones humides» et qui fasse référence au territoire que couvre l inventaire. Exemple : «inventaire des zones humides de la communauté de communes» Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Intitulé de la ressource Résumé de l inventaire [texte libre] : Le résumé de l inventaire permet de décrire brièvement la démarche d inventaire des zones humides. Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Résumé de la ressource Le territoire couvert par l inventaire [polygone dans un SIG] : Le territoire couvert par l inventaire des zones humides correspond aux zones d investigation terrain. Pour représenter ce territoire, il est indispensable de définir précisément le domaine d étude. Il peut s agir d espaces définis grâce aux prélocalisations, d une ou plusieurs communes, d un ou plusieurs départements, d un territoire de SAGE, d un bassin versant, d un Parc Naturel Régional (PNR), etc. Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Rectangle de délimitation géographique (le rectangle peut être calculé à partir du polygone) Maître d ouvrage [texte libre] : Nom du maître d ouvrage de l inventaire (structure porteuse de l inventaire). Préciser s il existe plusieurs maîtres d ouvrage. Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Point de contact 10

13 Maître d œuvre [texte libre] : Nom du maître d œuvre de l inventaire (structure ayant réalisé de l inventaire). Préciser s il existe plusieurs maîtres d œuvre. Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Point de contact La date de l inventaire [numérique simple] La date de l inventaire est l année à laquelle l inventaire est effectué. Cette date est uniquement composée des 4 chiffres de l année (pas de mois ni de jour). Si l inventaire est réalisé sur plusieurs années, il est souhaitable d indiquer l année pendant laquelle a été réalisée la plus grande partie de l inventaire. Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Référence temporelle L échelle d exploitation maximale [numérique sous forme d une valeur entière correspondant au dénominateur de l échelle] L échelle d exploitation maximale correspond l échelle maximale à laquelle il est possible d utiliser les données. Cela correspond à la précision des données cartographiques. Elle résulte de la précision des prospections de terrain et de l échelle à laquelle les polygones sont digitalisés. Cette échelle n est pas nécessairement l échelle de représentation sur des documents cartographiques. Dans le cadre de la cartographie des zones humides effectives, cette échelle se situe généralement entre 1/5 000 et 1/ (voir du 1/1 000 au 1/25 000). Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Résolution spatiale L utilisation du critère «végétation» pour l identification des zones humides sur le terrain Oui Non L utilisation du critère «sol» pour l identification des zones humides sur le terrain Oui Non L utilisation d un autre critère (hydrologie, hydro-géomorphologie) pour l identification des zones humides sur le terrain Oui Non Pour l inventaire des zones humides effectives, une visite de terrain est indispensable pour statuer de la nature humide de la zone. Pour cela, deux principaux critères sont utilisables : la végétation (présence d espèces et habitats indicateurs de zones humides), le sol (traces d hydromorphie). Pour statuer sur les zones humides où ces deux critères ne permettent pas de d autres critères comme l hydrologie (présence prolongée d eau dans le sol) ou hydrogéomorphologie (caractéristiques topographiques, morphologiques ou hydrologiques particulières). 11

14 Les métadonnées ci-dessous ne sont pas à compléter puisqu elles sont identiques pour les inventaires de zones humides réalisés en France : Langue utilisée : FRE (langue française) Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : Langue de la ressource et de la métadonnée Jeu de caractères : UTF-8 Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : encodage des caractères Thématiques et mots clés : Selon la norme ISO : 2.2. «Biote» (faune, flore), 2.7. «Environnement» et «Eaux intérieures». Selon la directive INSPIRE : «Habitats et biotopes» et «Hydrographie» Mots clés complémentaires : «zones humides» Métadonnée correspondante dans la directive Inspire : catégorie thématique et mots clés 12

15 Annexe 1 : Les différentes interprétations d une zone humide Quand on parle de zone humide, différentes interprétations de la représentation de cet objet géographique existent. Cela peut être : une enveloppe de territoires humides (enveloppe de référence) ; un ensemble de territoires humides caractérisés par des fonctions homogènes (site fonctionnel) ; un ensemble de territoires humides contigus ; un habitat naturel humide ; une portion de territoire humide caractérisée par un type géomorphologique et un régime hydrologique uniforme (unité hydro-géomorphologique). Ces différentes interprétations sont illustrées sous la forme d un schéma ci-dessous. Contours des terrains humides selon la loi sur l eau Contours d une enveloppe de référence Contours des sites fonctionnels humides Contours des ensembles humides contigus Contours des habitats humides Contours des Unités Hydro-GéoMorphologiques (UHGM) humides 13

16 Enveloppe de référence : ensemble géographique regroupant des zones humides et des territoires divers situés entre ces zones humides (définition issue du Tronc commun national). Site fonctionnel humide : regroupement de zones humides ayant un fonctionnement hydrologique lié et une cohérence écologique et géographique. Ces zones humides peuvent être géographiquement connectées ou déconnectées (définition issue du manuel d aide à l identification des zones humides prioritaires, des ZHIEP et des ZSGE). Un site fonctionnel peut correspondre à : - un ensemble plusieurs petites zones humides (exemple : un ensemble de zones humides de fond de vallée, plusieurs tourbières d un même versant ou un réseau de mares). - une seule zone humide isolée géographiquement (exemple : une mare ou une tourbière isolée) - une seule zone humide ayant un fonctionnement indépendant des zones humides voisines (exemple : une zone humide de bordure de plan d eau). Zones Cours humides d eau Zones humides d un même site fonctionnel Illustration de la notion de site fonctionnel sur un inventaire de zones humides (Source : Manuel d identification des zones humides prioritaires, Forum des Marais Atlantiques) Pour les marais endigués, la notion d Unité Hydraulique Cohérente rejoint celle de site fonctionnel. L Unité Hydraulique Cohérente (UHC) correspond à une portion continue du territoire, disposant d une autonomie propre en termes de niveaux d eau et d au moins une entrée et une sortie d eau. Les bornes structurelles des UHC sont des exhaussements (digues, buttes, bosses, bourrelets de curage), des surcreusements (fossés, canaux) ou des ouvrages en dur (vannages de toutes sortes) (définition issue de l étude sur la contribution des zones humides au bon état des masses d eau). Illustration de la compartimentation fonctionnelle des zones humides littorales (Source : Anras, 2005) En orange : Syndicat de marais ou découpage équivalent En bleu : - UHC de niveau 2 : UHC au sens strict du terme (compartiment hydraulique, prise de marais) En rouge : Unité d exploitation (ensemble de parcelles) 14

17 Confusions fréquentes entre les deux termes. Habitat : Habitat d espèce : Document de travail «Milieu défini par des facteurs abiotiques et biotiques spécifiques Habitat naturel où: vit zone uneterrestre espèce à ou l'un aquatique des stades se de son distinguant cycle biologique par ses» caractéristiques géographiques, (Directive abiotiques «Habitats-Faune-Flore et biotiques, qu elles»). soient entièrement naturelles ou seminaturelles. Un habitat Habitat ne naturel se réduit : pas à sa seule végétation, elle n en est qu une composante qui, «Zones par son terrestres caractère ou aquatiques intégrateur, se distinguant est considérée par leurs comme un bon indicateur permettant de caractéristiques déterminer un géographiques, habitat (définition abiotiques du conservatoire et biotiques, qu elles botanique de Brest). A l intérieur d une soient zone entièrement humide, plusieurs naturelles habitats ou semi-naturelles humides peuvent» (Directive être identifiés. «Habitats-Faune-Flore»). Milieu physique + Êtres vivants = HABITAT NATUREL Unité hydro-géomorphologique (HGMU) : élément du paysage caractérisé par un type géomorphologique et un régime hydrologique uniforme, présentant un même type de sol. A l intérieur d une zone humide, plusieurs unités hydro-géomorphologiques humides peuvent être identifiées. La microtopographie du site, les différences de végétation et les profils de sol sont des indices pour découper une zone humide en unités hydro-géomorphologiques. Illustration des différentes unités hydrogéomorphologiques d une zone humide de fond de vallée (Source : B. Clément, 2011) 15

18 Annexe 2 : Typologie SDAGE des zones humides (issue de l annexe 1 du Tronc commun national de l IFEN) La première typologie SDAGE, incluant 12 types SDAGE, a été élaborée en 1995 par le Muséum national d'histoire naturelle. Elle a été testée pour distinguer les 257 zones humides recensées et considérées comme remarquables dans le contexte du lancement du Plan d actions gouvernemental en faveur des zones humides (Redaud, 1995). Certains bassins ont relevé quelques difficultés lors de son application et ceci dès Une réunion a alors été organisée (20/02/96), à laquelle les représentants des agences de l Eau étaient présents ; elle a permis d établir une typologie SDAGE plus précise et simplifiée (13 types). Cette typologie de 1996 est retenue ici, sans modification des intitulés et numérotations initiales, mais avec une proposition de regroupement de deux types, le 5 et le 6, qui est apparu nécessaire depuis Il est nécessaire d apporter des précisions quant au domaine d application des types SDAGE, la définition des types et la position particulière de certains milieux comme les tourbières. La typologie SDAGE s applique à des grandes formations géomorphologiques et paysagères et ces types se trouvent de fait plus particulièrement concernés par une gamme de politique de même "nature" (agricoles, équipement, etc.). Elle ne permet pas une description des habitats (biotope + biocénose), qui doit être faite à l aide de la typologie Corine Biotope. Bien que s'adressant dans la majorité des cas de figure à de vastes entités typées, il arrive qu'une zone humide étendue corresponde à plusieurs types SDAGE du fait de son hétérogénéité. Des difficultés apparaissent alors dans le choix du type SDAGE dominant. Par exemple : la Camargue contient des espaces à rattacher au type "marais et lagunes côtiers", au type "marais saumâtres aménagés", au type "marais aménagés dans un but agricole" ; les estuaires de la Loire, de la Seine se rattachent au type "estuaire", mais contiennent aussi le type "marais aménagés dans un but agricole", "zones humides artificielles" ; le marais d'orx peut appartenir au type "bordures de plans d'eau" et au type "marais aménagés dans un but agricole". Dans ces cas, on cherchera autant que se peut à rattacher la zone humide à un type SDAGE principal, qui reflète le mieux sa configuration hydro-géomorphologique. Ainsi, la Camargue appartient au type principal "marais et lagune côtiers", les estuaires de la Loire ou de la Seine au type principal "grands estuaires", le marais d'orx au type principal "bordures de plans d'eau". Une fois ce type principal défini, il est possible de sélectionner d'autres types SDAGE qui permettent de citer les diverses composantes d'une zone et sont perceptibles dans le paysage. Les tourbières peuvent être observées dans plusieurs types SDAGE : tourbières d'altitude appartiennent au type "zones humides de montagne, colline, plateau" ; tourbières de plaine appartiennent selon les cas à divers types SDAGE. Par exemple : le lac de Grand-Lieu est bordé en partie par une tourbière, on citera le type SDAGE "bordures de plans d'eau". 16

19 In fine, on donnera le type SDAGE dans lequel se trouve la tourbière. Puis on précisera la "nature" de la tourbière avec la typologie Corine Biotope. Idem pour les zones de prairies humides : citer le contexte général avec le type SDAGE, puis indiquer le genre de prairies avec la typologie Corine Biotope. Le tableau présente : la nomenclature initiale des SDAGE (1996) ; une description des types SDAGE. La colonne est intitulée "description du type SDAGE principal" car elle présente les caractéristiques du type SDAGE qui doit être choisi en premier lieu ; la colonne "autres types SDAGE présents " indique pour une zone hétérogène quels autres types SDAGE peuvent être éventuellement choisis ; la colonne "application", qui donne des exemples. NOMENCLATU RE INITIALE DES SDAGE (1996) 1- Grands estuaires 2- Baies et estuaires moyens et plats N SANDR E 2001 DESCRIPTION DU TYPE SDAGE PRINCIPAL EAUX SALEES ET SAUMATRES 1 Il s'agit exclusivement des estuaires des 3 grands fleuves français de la façade atlantique. Le type comprend au minimum une partie aquatique et les vasières associées. 2 Zones plus ou moins étendues, localisées en fond de baies ou à l'embouchure de fleuves. Sur le littoral atlantique, le type comprend au minimum une partie aquatique et des zones intertidales (vasières, bancs sableux). AUTRES TYPES SDAGE PRESENTS Selon les cas : marais et lagunes côtiers (type 3) marais saumâtres aménagés (type 4) bordures de plans d'eau (type 9) marais aménagés dans un but agricole (type 12) zones humides artificielles (type 13) Selon les cas : marais et lagunes côtiers (type 3) marais saumâtres aménagés (type 4) bordures de plans d'eau (type 9) marais aménagés dans un but agricole (type 12) zones humides artificielles (type 13) APPLICATION DU TYPE SDAGE PRINCIPAL Seulement 3 cas : estuaire de la Seine, estuaire de la Loire et estuaire de la Gironde S'applique surtout au littoral atlantique. Exemples : - Baie de Somme - Baie du Mont Saint-Michel - Golfe du Morbihan - Bassin d'arcachon Pour le littoral méditerranéen, retenir dans cette catégorie : les estuaires non endigués, inondant périodiquement les zones humides adjacentes. 17

20 NOMENCLATU RE INITIALE DES SDAGE (1996) 3- Marais et lagunes côtiers 4- Marais saumâtres aménagés N SANDR E 2001 DESCRIPTION DU TYPE SDAGE PRINCIPAL 3 Milieux salés à saumâtres comprenant : - les lagunes : plans d'eau peu profonds (souvent de l'ordre du mètre, ne dépassant pas 10 mètres) permanents ou temporaires, alimentés en eau marine de façon permanente ou temporaire, par des communications étroites ; - les marais : zones à submersion temporaire ou permanente (la hauteur d'eau est faible ne dépassant pas 1 mètre), qui ne sont pas alimentés en eau par le milieu marin, mais par le débordement de lagunes, les remontées des nappes ou parfois des eaux douces. Inclus les pannes dunaires. 4 Milieux résultant d'aménagements anciens ou récents dans les zones d'estuaires ou de lagunes permettant la production de sel, l'aquaculture intensive ou extensive, allant jusqu aux dispositifs de pêche. Les mouvements d'eau douce ou salée peuvent être (ou ont pu être) contrôlés (présence de canaux, d'ouvrages, éventuellement abandonnés). Les étendues d'eau ont des formes géométriques régulières et des faibles profondeurs. Diffère des zones humides artificielles (type 13) par le but de leur mise en valeur. AUTRES TYPES SDAGE PRESENTS marais saumâtres aménagés (type 4) marais aménagés dans un but agricole (type 12) zones humides artificielles (type 13) APPLICATION DU TYPE SDAGE PRINCIPAL Exemples atlantiques : Baie d'audierne, Olonne, Talmont, Zones humides du littoral aquitain qui sont en connexion avec le milieu marin Exemples méditerranéens : tous les milieux littoraux saumâtres, y compris la Grande Camargue (pour laquelle on peut compléter avec les autres types SDAGE) Exemples atlantiques : - Marais d'olonne, de Talmont, de la Seudre, - Marais du bassin d'arcachon (Certes, Audange) Exemples méditerranéens : - Salins d'hyères, - Salins de Giraud (Camargue), - Salins d'aigues Mortes et zones bassins aquacoles (petite Camargue), -Salins de l'ingril 18

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ

MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ PROCÉDURE A DESTINATION DES MAITRES D'OUVRAGE DES INVENTAIRES DE ZONES HUMIDES SUR LE FINISTÈRE MODIFICATION D'UN INVENTAIRE VALIDÉ 2 Contexte Cette procédure est proposée par la CAMA et a fait l'objet

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides

Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Les outils d aide à la connaissance et à la gestion des zones humides littorales via les Pôles relais zones humides Connaissance et gestion des zones humides : Lagunes et marais Formation ATEN / Pôle lagunes

Plus en détail

Guide d inventaire des zones humides. Dans le cadre de l élaboration ou de la révision des Sage

Guide d inventaire des zones humides. Dans le cadre de l élaboration ou de la révision des Sage Guide d inventaire des zones humides Dans le cadre de l élaboration ou de la révision des Sage Guide méthodologique Janvier 2010 Principaux sigles et acronymes utilisés BRGM CLE Diren FMA Ifen MNHN Onema

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne

Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne Intégration du référentiel hydrographique Bd Carthage dans le Système d Information de l agence de l eau Adour Garonne point de vue sur l importance attributaire d un référentiel 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU

IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU IDENTIFICATION DE LA MASSE D'EAU Libellé de la masse d'eau : Estuaire - Loire Code de la masse d'eau : Code européen : FRG022 Ecorégion : Plaines occidentales Départements et régions concernées : N Département

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES

LES RESERVES NATURELLES REGIONALES Les Réserves Naturelles Régionales en Région Pays de la Loire Références juridiques Définition Code de l environnement, art. L. 332-1 à L. 332-27, intégrant : Loi n 2002-276 du 27 février 2002 relative

Plus en détail

Avis bureau Limitation d un rejet d EP dans l étier du Pouliguen et utilisation d une saline comme BT temporaire - Le Pouliguen

Avis bureau Limitation d un rejet d EP dans l étier du Pouliguen et utilisation d une saline comme BT temporaire - Le Pouliguen 2007: étude hydraulique SDAP Actuellement en révision de PLU avec intégration du zonage d assainissement pluvial Dossier concerne l aménagement d un sousbvafinlimiterlerejetdansl étier Article 1 : Protection

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2)

Atelier Pléiades / Environnement 8 mars 2000. Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Besoins relatifs aux risques et à l environnement (2) Environnement = interactions présentation non exhaustive et redondante Du local au planétaire / du planétaire au local... problèmes présentés en deux

Plus en détail

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE

SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE SYstème Relationnel d Audit sur l Hydro-morphologie des Cours d Eau SYRAH CE L. Valette & L. Frilleux Journée ESRI ENVIRONNEMENT Paris 8 juin 2010 Pourquoi le projet SYRAH? Commande Ministère Environnement

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi?

Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Un outil de gestion de l information spatiale : les SIG Les SIG, finalement c est quoi? Guillaume Fantino CNRS-ENS / Environnement, Villes, Société Observatoire des Sédiments du Rhône Plan: Informations

Plus en détail

Chapitre 1. Définition et. délimitation. des zones humides

Chapitre 1. Définition et. délimitation. des zones humides Chapitre 1 Définition et délimitation des zones humides De haut en bas : Clos des juments en Camargue. Crédit D. Cohez. Tour du valat. Licopode inondé. Photo : Olivier Cizel. Cuivré des marais. Photo :

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie»

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» «Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» Dr. Alexandru BADEA Directeur Applications Spatiales Agence Spatiale Roumaine Tél : +40(0)744506880 alexandru.badea@rosa.ro

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle

GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle Aurélia MINESCAUT Avocat associé Sébastien LOUCHE Consultant WCF du 17 juin 2015 Définition de la compétence GEMAPI Rappel de la définition législative

Plus en détail

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase

La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase Journée Bases de Données Besançon 21 mars 2013 La gestion des données en écologie des communautés végétales : l exemple de Phytobase François Gillet Université de Franche-Comté CNRS UMR 6249 Chrono-environnement

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE

PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE PARTIE III LE PLAN DE DESHERBAGE III.1 / LES OBJECTIFS DU PLAN DE DESHERBAGE : La contamination des eaux par les pesticides s'effectue essentiellement par ruissellement. Les études menées dans le cadre

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Glossaire DCE PREAMBULE

Glossaire DCE PREAMBULE Glossaire DCE PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l Eau (DCE), de nombreux documents sont produits. Ces documents devront être compréhensibles par tous les acteurs du

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Inventaire des Zones humides de l Isère Rapport méthodologique AVRIL 2009

Inventaire des Zones humides de l Isère Rapport méthodologique AVRIL 2009 Inventaire des Zones humides de l Isère Rapport méthodologique AVRIL 2009 Soutien financier : Rapport méthodologique de l inventaire des zones humides de l Isère Rédaction Céline Balmain Roger Marciau

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

Présentation de l application. @ la carte

Présentation de l application. @ la carte Présentation de l application @ la carte 1 PRINCIPES DE L APPLICATION @ la carte La conception de l application @ la carte s est appuyée sur l expertise des professionnels de l assainissement non collectif.

Plus en détail

Bureau de la Commission Locale de l Eau. Olivet le 25 novembre 2014

Bureau de la Commission Locale de l Eau. Olivet le 25 novembre 2014 Bureau de la Commission Locale de l Eau Olivet le 25 novembre 2014 1. Portage du contrat territorial 2. Projets 2015 / Formations 2015 3. Points divers Ordre du jour 1. Portage du contrat territorial Portage

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube

Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube Révision du Schéma Départemental des Carrières de l Aube Prise en compte du SDAGE Seine-Normandie BRGM/RP-60867-FR Version 2 - décembre 2012 M. CHABART, Y. THUON Avec la collaboration de M. LANSIART Étude

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson

Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson 38 Application sur les bassins versants de l'orvin et de l'ardusson 1) Les différentes enveloppes 39 Localisation IGN Scan 25 40 Objectifs

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU

MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE URBANISME. FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU MOUSSY LE VIEUX 2 PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE. URBANISME FARHI ALEXANDRINE Impasse de la Forge 77550 REAU Tél. 01 60 60 87 98 Fax. 01 60 60 82 55 Présent document émis le 29 Décembre

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011]

Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011] Format d échange des DA numériques [Version Avril 2011] Rappel : En fonction du mode de gestion du plan cadastral concerné par le projet de document d arpentage (DA) numérique et sur demande des personnes

Plus en détail

Panorama de la gestion des services de l eau en Bretagne. Illustration des enjeux et des problématiques

Panorama de la gestion des services de l eau en Bretagne. Illustration des enjeux et des problématiques Conseil Régional de Bretagne CS21101 283 avenue du Général Patton 35711 RENNES CEDEX 7 Etude régionale pour l élaboration d outils d aide à la décision à destination des collectivités concernant la gestion

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne. Enquête sur le prix de l eau en 2006

Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne. Enquête sur le prix de l eau en 2006 Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne Enquête sur le prix de l eau en 2006 mai 2008 L enquête sur le prix de l eau en 2006 dans le bassin Loire-Bretagne

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION

NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION NOTIONS DE LECTURE DE CARTE & D ORIENTATION 1. LES DIFFERENTS TYPES DE CARTES A. Cartes routières et touristiques - MICHELIN 1/150 000 à 1/200 000 - IGN Régionales : 1/250 000 TOP 100 1/100 000 Série Plein

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Application à l'exploitation des équipements de production d'électricité Par : Daniel Thériault, B.Urb., M.Sc.A Conférence internationale

Plus en détail

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011

Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Compte-rendu des discussions autour de la méthodologie du programme Forêts Anciennes, réunion téléphonique 19 juillet 2011 Participants Membre du comité scientifique et technique Nicolas Drapier DP Jean-Luc

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie Districts ESCAUT ET SAMBRE

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie Districts ESCAUT ET SAMBRE Direction Régionale de l'environnement de l'aménagement et du Logement Nord Pas de Calais Délégation de bassin Artois Picardie Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie

Plus en détail

ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG

ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG ValorIG 06 Intégration des données marines et SIG Quelle place pour l Ifremer dans les initiatives de rationalisation de la gestion de données en France et en Europe? (Réseaux, Géo-Portails, ) G.Maudire

Plus en détail

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES

LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES CO-351 LA MISE A JOUR DE DONNEES TOPOGRAPHIQUES A L'IGN BELGE: LES CHOIX METHODOLOGIQUES ET LEURS CONSEQUENCES BAYERS E. IGN, BRUXELLES, BELGIUM ÉVOLUTION DES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

Plus en détail

Urbanisme et Standards Covadis

Urbanisme et Standards Covadis Urbanisme et Standards Covadis 12 Octobre 2012 Service Connaissance des Territoires et Prospective Unité SIG / Valorisation de données Sommaire 1/ les différents standards de la COVADIS du thème Urbanisme

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire

Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Observatoire de l avifaune nicheuse des grèves du bassin de la Loire Séminaire sur les réseaux de suivis Mercredi 19 mars 2014 ; Beautour Benoît Marchadour (LPO Pays de la Loire) Plan de la présentation

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine

Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Etude de l évolution du trait de côte du littoral des Bouches-du-Rhône au regard de l érosion marine Contexte de la mission Connaissance, compréhension et anticipation des phénomènes d érosion et de submersion

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020

CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Contribution CCI de région PACA CONSTRUCTION DU PROGRAMME OPERATIONNEL PLURIRE GIONAL PLAN RHO NE 2014-2020 Le Plan Rhône un projet de territoire intégré La CCIR PACA soutient cet outil de cohésion économique,

Plus en détail

Le ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement,

Le ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du [ ] Portant création de comités techniques au sein des établissements publics administratifs

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)

Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Présentation du cas de la Région de Bruxelles-Capitale (RBC) Par Bruxelles-Environnement (IBGE) Département Eau Les grandes lignes de la présentation - Particularités de la RBC face au cycle naturel de

Plus en détail

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur

Le préfet de la région Haute-Normandie, préfet de la Seine-Maritime, commandeur de la Légion d'honneur PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES ET DE LA MER Affaire suivie par : Cyril Teillet Tél. : 02 35 58 54 28 Fax : 02 35 58 55 63 Mél : cyril.teillet@seine-maritime.gouv.fr

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

- réduire l émission des gaz à effets de serre

- réduire l émission des gaz à effets de serre ELABORATION DU PLAN LOCAL D URBANISME DES COMMUNES D AIGUILLON, BAZENS, LAGARRIGUE ET PORT-SAINTE-MARIE (47) REUNION DE PRESENTATION DU DIAGNOSTIC LE 11 JUILLET 2014 ETAIENT PRESENTS Confére feuille d

Plus en détail

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Ligue pour la Protection des Oiseau Alsace Entrée Thématique Agriculture Espèces et habitats naturels Milieu aquatiques et humides Localisation :

Plus en détail

BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau

BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau L. Chery 1, C. Nowak 2, A. Mauclerc 1, B. Hypolyte 3, S. Bareyre

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

Séminaire animateurs AESN Avril 2011

Séminaire animateurs AESN Avril 2011 Séminaire animateurs AESN Avril 2011 Retour d expérience Le SAGE «Aisne Vesle Suippe» B. NIVOY Déroulement 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 Janvier AP définissant périmètre Juin AP composant CLE

Plus en détail

Guide zones humides. Comment intégrer les zones humides dans un projet urbain

Guide zones humides. Comment intégrer les zones humides dans un projet urbain Guide zones humides Comment intégrer les zones humides dans un projet urbain Équipe agence TER AGENCE TER H. Bava - M. Hössler - O. Philippe Blezat Consulting // BRL Ingénierie // Flint Architectes //

Plus en détail

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT

NOMENCLATURE DES OPERATIONS SOUMISES A AUTORISATION OU A DECLARATION EN APPLICATION DES ARTICLES L. 214-1 A L. 214-3 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT NOMENCLTURE ES OPERTIONS SOUMISES UTORISTION OU ECLRTION EN PPLICTION ES RTICLES L. 214-1 L. 214-3 U COE E L ENVIRONNEMENT TBLEU E L RTICLE R. 214-1 U COE E L ENVIRONNEMENT (PRTIE REGLEMENTIRE) Consolidée

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Référentiel Géographique Commun Compte rendu du 37 ème groupe de travail 24 juin 2009, 14:30 17:00 Xavier Blaes coordinateur SIG

Référentiel Géographique Commun Compte rendu du 37 ème groupe de travail 24 juin 2009, 14:30 17:00 Xavier Blaes coordinateur SIG Référentiel Géographique Commun Compte rendu du 37 ème groupe de travail 24 juin 2009, 14:30 17:00 Xavier Blaes coordinateur SIG Participants : 18 personnes représentant 16 institutions BEAU DSNIS INS

Plus en détail