MONTRÉAL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MONTRÉAL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES"

Transcription

1 MONTRÉAL I M M O B I L I E R PERFORMANCES ET PERSPECTIVES

2 TABLE DES MATIÈRES Mot du maire...3 Montréal en chiffres...4 Montréal innovation urbaine...5 Présentation du Canada et de Montréal...6 Exemple récent de réussite en investissement immobilier...11 Aperçu des marchés financiers...12 Aperçu du marché de l investissement immobilier montréalais...14 Montréal, bureaux...18 Montréal, résidentiel...28 Montréal, commerces de détail...35 Montréal, industriel...45 Renseignements utiles...54

3 Gérald Tremblay Maire de Montréal Offrant un accès direct à un marché de près de 450 millions de consommateurs ainsi qu un système immobilier et financier sécuritaire, Montréal constitue une base solide en Amérique du Nord. MOT DU MAIRE Dans un souci de favoriser le développement harmonieux de son territoire, la Ville de Montréal a élaboré son plan de match «Montréal 2025» pour créer une métropole à la hauteur de son potentiel. Et nous sommes à pied d œuvre pour la bâtir activement. Avec des projets innovants, avec des investisseurs, avec des promoteurs, avec les citoyens. Ainsi, les entrepreneurs visionnaires et les industries à forte intensité technologique, comme celles de l aérospatiale, des sciences de la vie et des jeux vidéos, trouveront à Montréal des talents audacieux et un environnement d affaires dynamique qui stimulent la créativité et favorisent la réussite. De plus, la qualité et la diversité des projets en cours de réalisation ou d élaboration à Montréal combleront les attentes des investisseurs et des promoteurs immobiliers qui aspirent à des occasions d affaires inédites dans une ville nord-américaine aux forts accents européens. Offrant un accès direct à un marché de près de 450 millions de consommateurs ainsi qu un système immobilier et financier sécuritaire, Montréal constitue une base solide en Amérique du Nord. Montréal, c est aussi une ville aux lieux empreints d authenticité, des lieux qui offrent l ouverture d esprit, l espace social et l inspiration dont les citoyens ont besoin pour se réaliser pleinement. Montréal, c est un mode de vie qui conjugue services de proximité et réduction des déplacements, effervescence culturelle et qualité des milieux de vie. Montréal, c est une ville où convergent ceux qui partagent le désir de créer et d entreprendre pour contribuer à la richesse collective. Investir à Montréal, c est donc sortir des sentiers battus, c est laisser libre cours à son imagination et à sa créativité. Montréal, on vous y attend! MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 3

4 MONTRÉAL EN CHIFFRES habitants 210 centres de recherche 73 institutions universitaires et collèges 2 aéroports internationaux étudiants universitaires visiteurs par année 20 centres hospitaliers étudiants étrangers chambres d hôtel 4 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

5 MONTRÉAL INNOVATION URBAINE Un ensemble de projets publics et privés prennent forme actuellement à Montréal. Parmi les projets d importance, quatre grandes initiatives stratégiques viendront, à terme, renforcer le mode de vie urbain d avant-garde qui caractérise Montréal. Photo : Claudio Calligaris Montréal Technopole Une grande initiative économique qui vise à construire une ville de savoir, de créativité et d innovation. Investissements : 10 G$ Photo : Claudio Calligaris Le Quartier des spectacles Une grande initiative culturelle qui vise à accroître le rayonnement culturel et international de Montréal. Investissements : 1,9 G$ Le Havre de Montréal Une grande initiative urbaine qui vise à ramener la ville vers son fleuve. Investissements : 6,4 G$ Photo : Claudio Calligaris L Espace pour la vie Une grande initiative scientifique et citoyenne qui vise à créer un vaste laboratoire où se réinvente la relation entre l être humain et la nature. Investissements : 200 M$ Ces projets offrent à Montréal l occasion de se dépasser, d innover et de se démarquer comme métropole créative. Désignée Ville UNESCO de design, Montréal doit tirer profit de ces projets pour devenir un grand laboratoire d innovation. Les défis urbains d aujourd hui doivent trouver réponse dans une nouvelle façon de concevoir et de planifier l espace, une façon axée sur l intégration du design. MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 5

6 PRÉSENTATION DU CANADA ET DE MONTRÉAL Près de 60 % du PIB du Canada est lié au commerce international, ce qui fait de l économie canadienne l une des plus ouvertes au monde. CANADA Le Canada fait bon accueil aux investissements étrangers ; il offre la stabilité, un faible taux d imposition, une infrastructure de tout premier ordre en matière de recherche, d innovation et de transport, une main-d œuvre diversifiée et talentueuse ainsi que des coûts compétitifs. Bref, tout ce dont les entreprises ont besoin pour innover, croître et réussir au sein de l économie mondiale. Le Canada en chiffres Superficie : 10 millions de km 2 10 provinces et 3 territoires 17 des 20 plus grandes villes du Canada sont à moins d une heure et demie de route des États-Unis Population totale en 2010 : 34 millions d habitants Croissance annuelle moyenne de la population : 1,1 %* PIB du Canada en 2010 : milliard $** Croissance annuelle du PIB du Canada pour la période : 3 %* 17,1 millions d emplois Croissance annuelle de l emploi : 1,8 %* Taux de chômage en 2010 : 8,0 % Taux de chômage moyen : 6,8 %* La croissance économique du Canada est la plus rapide parmi les pays du G7 et, selon le Fonds monétaire international (FMI), elle continuera de devancer celle de ces pays jusqu en Revenu personnel en 2010 : $** Croissance annuelle moyenne du revenu personnel : 3,5 %* mises en chantier résidentielles en 2010 Ventes au détail : 444 milliards $** Croissance annuelle moyenne des ventes au détail : 4,6 %* Indice des prix à la consommation en 2010 : 2,2 % * Source : Prévisions économiques du Conference Board du Canada (2010) ** À moins d avis contraire, tous les montants sont en dollars canadiens Selon l Economist Intelligence Unit, le Canada sera le meilleur endroit parmi les pays du G7 pour faire des affaires au cours des quatre prochaines années, soit de 2011 à MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

7 Pourquoi choisir le Canada? La plus forte croissance économique des pays du G7 - Le Canada se classe au 1 er rang des pays du G7 en matière de croissance économique. Selon le Fonds monétaire international (2010), cette tendance se poursuivra pour une période de deux ans. Le marché le plus propice aux affaires parmi les pays du G7 - Selon l Economist Intelligence Unit (2010), le Canada occupe le 1 er rang des pays du G7 et le 4 e rang mondial des pays les plus propices aux affaires au cours des cinq prochaines années ( ). Le système bancaire le plus solide au monde - Selon le Forum économique mondial (2010), le Canada dispose du système bancaire le plus sain au monde, suivi par la Nouvelle-Zélande et l Australie. Les finances publiques les plus saines des pays du G7 - Selon le Fonds monétaire international (2010), le Canada présente le ratio de la dette nette par rapport au PIB le plus faible des pays du G7. Le prix de revient le plus concurrentiel des pays du G7 - Selon KPMG (2010), les entreprises du Canada jouissent des coûts totaux d exploitation les plus compétitifs parmi les pays du G7. Honda, Microsoft, Research in Motion et Sanofi-Pasteur connaissent du succès au Canada. LE GRAND MONTRÉAL La région métropolitaine de Montréal offre un environnement économique dynamique et constitue une destination de premier choix pour l investissement en raison de : Son emplacement stratégique en Amérique du Nord, à une heure de vol des grands centres économiques comme New York, Boston et Toronto, et à moins d une heure de route de la frontière américaine La qualité de ses infrastructures Son vaste bassin de main-d œuvre qualifiée Des multiples occasions d affaires qu offre son marché dans le contexte de l Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) Chaque année, la région montréalaise reçoit plusieurs milliards de dollars d investissements du secteur privé. En 2009, les investissements étrangers représentaient 33 % de tous les investissements privés non résidentiels en immobilisation du Grand Montréal. C est près d un dollar d investissement privé sur trois. Montréal métropolitain en chiffres Superficie : km 2 82 municipalités Population totale en 2010 : près de 3,9 millions d habitants, soit près de la moitié de la population du Québec Ville de Montréal : 1,7 million d habitants Montréal occupe la première place parmi les régions métropolitaines du Canada pour sa diversité industrielle. Le Grand Montréal connaît un dynamisme économique remarquable en raison d une économie tournée vers les services et, plus particulièrement, de la croissance de ses secteurs de haute technologie. Croissance annuelle moyenne de la population : 1,1 %* PIB de Montréal en 2010 : 126 milliards $ Croissance annuelle du PIB de Montréal pour la période : 2,6 %* 1,9 million d emplois Croissance annuelle de l emploi : 1,2 %* Taux de chômage en 2010 : 8,4 % Taux de chômage moyen : 7,7 %* Revenu personnel en 2010 : $ Croissance annuelle moyenne du revenu personnel : 3,4 %* mises en chantier résidentielles en 2010 Ventes au détail : 43,6 milliards $ Croissance annuelle moyenne des ventes au détail : 4,3 %* Indice des prix à la consommation en 2010 : 1,5 %* *Source : Prévisions économiques du Conference Board du Canada (2010) Une main-d œuvre bilingue, voire trilingue. Métropole multiculturelle, Montréal est une véritable mosaïque linguistique. Plus de la moitié de sa population est bilingue, parlant aisément le français et l anglais, et près du cinquième parle au minimum une 3 e langue. MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 7

8 Une structure industrielle articulée autour des grappes / clusters de haute technologie telles que l aérospatiale, les sciences de la vie et les technologies de l information et des communications (TIC) Un régime de protection de la propriété intellectuelle stricte, renforcé par les traités internationaux en la matière MONTRÉAL : source de compétitivité et de rentabilité Main-d œuvre Onze établissements universitaires, dont quatre grandes universités à vocation générale et de nombreux collèges et écoles spécialisées Près de étudiants universitaires, auxquels s ajoutent un effectif de plus de étudiants collégiaux et de plus de étudiants en formation professionnelle ainsi que étudiants étrangers Le plus important bassin de nouveaux diplômés universitaires au Canada La population la plus multilingue au Canada : plus de 50 % de la population totale est bilingue et 20 % maîtrise au moins trois langues Innovation Un pôle majeur de R-D au Canada Un grand nombre de centres de recherche à but non lucratif et de chercheurs universitaires au Canada D importantes sommes dédiées à la recherche universitaire au Canada Coûts Des coûts d exploitation concurrentiels (voir étude de KPMG qui classe Montréal en 2 e position en Amérique du Nord) Un faible fardeau fiscal pour les entreprises Une importante gamme d incitations ciblées et hautement concurrentielles pour les entreprises technologiques Qualité de la vie L avantage concurrentiel de Montréal : un excellent rapport qualité de vie / coût de la vie Une personnalité unique, faisant le pont entre l Amérique du Nord et l Europe : cosmopolite, bilingue et ouverte sur le monde Une métropole sécuritaire misant sur des infrastructures de santé et de transport concurrentielles Une offre culturelle dont les talents rayonnent à l international (ex : Cirque du Soleil) Un éventail d activités sportives et de plein air, été comme hiver Bombardier, Pratt & Whitney, CAE Electronics et Ubisoft connaissent du succès à Montréal. 8 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

9 LE GRAND MONTRÉAL : des infrastructures de transport stratégiques Le Grand Montréal, par sa situation géographique stratégique, constitue une plate-forme commerciale de premier choix pour l expédition de marchandises par voie terrestre, ferroviaire, maritime et aérienne. Deux aéroports internationaux majeurs L Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal est le principal aéroport canadien à l est des Grands Lacs. Une quarantaine de sociétés aériennes, dont la presque totalité des grands transporteurs nord-américains et européens, y offrent un service sans escale vers quelque 130 destinations au Canada, aux États-Unis et à l étranger. Après une baisse de 4,6 % du nombre de passagers en 2009, le trafic passager à Montréal-Trudeau en 2010 est revenu à son niveau historique de 2007 et 2008 avec plus de 12,8 millions de passagers. L Aéroport international de Montréal-Mirabel est, quant à lui, un aéroport industriel tout cargo accessible 24 heures par jour offrant aux transporteurs des installations modernes à des prix hautement compétitifs. En 2009, le volume de fret aérien qui a transité par les aéroports de Montréal a atteint les tonnes métriques. Port de Montréal : porte d entrée privilégiée de l Amérique du Nord Montréal possède l un des ports intérieurs les plus achalandés au monde et constitue une plaque tournante pour le transport transatlantique de marchandises. Relié à plus de 100 pays dans le monde, le port de Montréal est un chef de file de la côte est nordaméricaine dans le domaine du transport par conteneur. Il offre notamment l accès maritime le plus rapide à la côte est de l Amérique du Nord et au Midwest américain à partir de l Europe du Nord. La diversification des marchés du port de Montréal a limité l impact du ralentissement économique mondial sur les résultats de ses trafics en Le volume manutentionné a atteint 24,5 M de tonnes comparativement à près de 28 M en Au cours de la dernière décennie, le trafic portuaire à Montréal a néanmoins augmenté en moyenne de 1,5 % par année. Réseau ferroviaire intégré au marché nord-américain Un réseau ferroviaire intégré relie le Grand Montréal à l ensemble du réseau de chemins de fer du Canada, des États-Unis et du Mexique. Les voies ferrées du Canadien National et du Canadien Pacifique s étendent sur des milliers de kilomètres entre Montréal et Vancouver et vers les grandes villes américaines. Quotidiennement, les trains de conteneurs se dirigent vers Toronto, Vancouver, Détroit, Chicago, New York et Philadelphie, grâce à un réseau de 36 terminaux intermodaux spécialisés. Aéroport international Montréal-Mirabel Aéroport international Montréal-Trudeau Port de Montréal ÎLE DE MONTRÉAL Superficie : 500 m 2 Longueur : 50 km Largeur : 16 km Centre des affaires 1 Métro Train de banlieue MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 9

10 LE GRAND MONTRÉAL : chef de file de l économie du savoir Aérospatiale emplois 236 entreprises Un chiffre d affaires annuel de plus de 12 G $ Montréal figure parmi les plus grands centres aérospatiaux au monde avec Seattle et Toulouse Montréal, c est près de 60 % de l activité aérospatiale canadienne Montréal est le seul endroit où l on peut obtenir toutes les pièces requises pour la fabrication d un avion dans un rayon de 30 km Technologies de l information emplois entreprises emplois (plus de 20 %) au sein de 200 sociétés étrangères postes dans des activités de R-D chercheurs dans des centres privés chercheurs dans plus de 100 centres de recherche universitaires 5 G $ en exportations 70 % de l industrie québécoise des TIC Sciences de la vie emplois dans le Grand Montréal 620 organisations, dont 150 centres de recherche et 80 filiales d entreprises étrangères Montréal est devenue l un des rares endroits dans le monde à pouvoir soutenir chaque phase du développement d un produit, de la recherche jusqu à la commercialisation. 11 établissements d enseignement supérieur 1 ère au Canada pour le nombre de centres de recherche Industrie du jeu vidéo Montréal est l une des villes les plus attrayantes au monde pour la création d entreprises de développement de jeux Croissance de plus de 400 % depuis cinq ans personnes employées dans des entreprises de pointe comme Ubisoft, Eidos Interactive, Electronic Arts et Activision Plus de 50 entreprises de développement (3 650 emplois) 14 entreprises de logiciels (600 emplois) 18 entreprises de services (800 emplois) Grâce à des frais d exploitation peu élevés et un appui généreux de la part de l État, Montréal est un leader de l industrie du jeu au Canada Secteur financier Tous les secteurs de la finance sont représentés à Montréal : les banques et autres intermédiaires financiers, les assurances, les valeurs mobilières, les caisses de retraite et les conseils et gestions de fonds emplois entreprises spécialistes financiers étudiants en finance dont à la maîtrise et au doctorat et plus de finissants par année Nanotechnologies et nouveaux matériaux Capitale de l innovation au Canada, la région de Montréal compte sur la présence de nombreux centres de recherche dans le secteur des nanotechnologies qui bénéficient d un important réseau d infrastructures et de transfert technologique Quelque 150 chercheurs universitaires Plus de 10 groupes de recherche hautement spécialisés Près de 500 étudiants diplômés et stagiaires postdoctoraux Plus de 30 entreprises innovantes 10 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

11 EXEMPLE RÉCENT DE RÉUSSITE EN INVESTISSEMENT IMMOBILIER CAMPUS BELL : une vision inspirée, un vaste projet, une grande réalisation Situé à quelques minutes du centre-ville de Montréal, sur l Île-des-Sœurs, le nouveau siège social de Bell Canada, la plus importante entreprise de communications au pays, a été construit selon le modèle des campus de grandes entreprises américaines, telles que Microsoft, Nike et Google. Réalisé en 24 mois (au total pour ses deux phases) au coût de 250 M $, le campus, certifié LEED, compte plus de m 2. En plus d être un projet de classe mondiale incorporant les plus récentes innovations techniques, notamment pour réduire la consommation d énergie et d eau, il offre un environnement de travail exceptionnel pour les quelque employés qui y ont été regroupés : aires communes, garderie, cafétéria pouvant accueillir 900 personnes, cafés, centre de conditionnement physique, services bancaires, toits écologiques et environ trois acres d espaces verts dans une cour privée, le tout en bordure du fleuve Saint-Laurent. L implantation du géant des télécommunications dans ce secteur de Montréal a, de plus, eu un véritable effet de levier dans le quartier où plusieurs projets résidentiels ont vu ou verront le jour. Alors que la Ville de Montréal a investi 27 M $ pour faciliter l accessibilité routière au site, les investissements privés sont à ce jour évalués à 600 M $. L idée est de recréer l esprit d un village urbain, offrant un milieu de vie agréable avec des services de proximité de qualité, le tout dans une zone d emplois dynamique. L Institut de développement urbain du Québec (IDU) a d ailleurs décerné son Prix d excellence à caractère commercial au Campus Bell. Le prix a été octroyé en raison de l emplacement du site et de son aménagement paysager, de la rapidité de construction du projet, des caractéristiques environnementales et des impacts positifs pour la métropole. Une réussite immobilière sur toute la ligne! MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 11

12 APERÇU DES MARCHÉS FINANCIERS Les actions les plus performantes (TSX Composite) et les parts de fiducies de placement immobilier (Capped REIT) ont généré de très bons rendements au cours de la dernière année, soit 14 et 32 % respectivement. Cependant, comme l indique le graphique suivant, ces rendements sont plutôt volatiles. Entre 2000 et 2009, les rendements du TSE (TSX Composite) ont fluctué entre -25 et +48 % et affiché une moyenne annuelle de 8,5 %. Pour la même période, les rendements des FPI (Capped Reit) ont fluctué entre -21 et +25 % et affiché une moyenne sur 10 ans de 10,3 % par année. Taux de rendement Sources : Banque du Canada, ICREIM / IPD Canadian Property InceX et RBC Daily Market Indicator DERNIERS RENSEIGNEMENTS Date Genre de placement Rendement Commentaire Immobilier IPD 5,60 % Rendement de -0,3 % en 2009, 3,7 % en 2008 et 16,1 % en TSE, gains+div. 13,80 % Indice de ,8 vs ,9 12 mois auparavant plus dividende actuel de 2,55 % Oblig. Canada 10 ans 3,16 % La moyenne était 4,28 % en 2007, 3,58 % en 2008 et 3,29 % en FPI, gains+rend. 30,68 % Indice de 134,61 vs 108,00 12 mois auparavant rendement anticipé de 6,04 % vs 7,39 % 12 mois auparavant Toujours entre 2000 et 2009, les rendements sur les Obligations du Canada de 10 ans ont oscillé entre 3,3 et 5,9 %, pour une moyenne de 4,5 % par année. Si les rendements sur les obligations sont beaucoup plus stables, ils offrent par contre des performances très modestes. Certains investisseurs se basent sur le taux de rendement sur obligation pour établir, en ajoutant une prime ou un écart, le taux de rendement jugé acceptable pour un prêt hypothécaire ou un placement direct. Les rendements sur obligations, à 3,2 % aujourd hui, n ont jamais été aussi bas depuis dix ans. 12 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

13 Ces modestes rendements peuvent inciter les investisseurs à chercher des alternatives de placement plus intéressantes telles que, par exemple, l immobilier. Les rendements sur un investissement immobilier peuvent être mesurés de différentes façons. Les évaluateurs préfèrent se baser sur les taux globaux d actualisation (TGA) et les taux de rendement interne (TRI), lesquels s appuient sur les revenus actuels ou anticipés et la valeur intrinsèque d un actif. Or, pour discerner l évolution historique des rendements dans le temps, un indice tel que l IPD (Investment Property Databank, est plus utile. Un tel indice se fera ainsi le reflet de l ensemble des propriétés composant l échantillonnage qui aura été utilisé. Dans le cas de l indice IPD, il représente surtout des propriétés détenues par des fonds de pension et autres institutions comparables. L échantillonnage comprend donc un bon nombre de propriétés de calibre supérieur, qui sont le reflet des préférences de ce type d investisseurs. L échantillonnage compte aussi des propriétés dont la valeur n est que peu affectée par les conditions du marché, en raison de montage financier dont elles ont fait l objet, tel que dans le cas de transactions où le vendeur signe un bail à long terme et reste sur les lieux à titre de locataire possédant une excellente cote de crédit. Si l indice IPD est plus volatile que les rendements sur obligations du Canada, il l est moins que ceux du TSE et des Capped REIT. De 2000 à 2009, les rendements annuels de l indice IPD canadien de toutes les propriétés ont varié entre un sommet de 18,7 % à un creux de -0,3 %, avec une moyenne de 10 ans de 10,7 % par an. Les rendements à long terme du IPD canadien ont surpassé de 620 points de base ceux des obligations et de 220 points ceux des actions. De plus, ils ont dépassé les rendements des FPI de 40 points de base en moyenne, tout en étant moins volatiles. La conjoncture aux États-Unis est toutefois très différente : l indice IPD canadien affichait un rendement global de -0,3 % au 4 e trimestre 2009, celui des États-Unis affichait -17,1 %. Au 3 e trimestre 2010, l indice IPD canadien était en territoire positif avec un rendement moyen de 5,6 % tandis que l indice américain se trouvait à 8,8 %, récupérant ainsi une partie des pertes de l année précédente. Les perspectives d investissement pour le marché de l investissement immobilier au Canada sont généralement positives. Les résultats du sondage Altus InSite sur les tendances du marché de l investissement du 3 e trimestre 2010, pour huit catégories d actifs, révèlent que 41 % des investisseurs sondés anticipent des hausses de valeurs pour les prochains 12 mois, par rapport à seulement 16 % au même trimestre l an dernier. Aussi 53 % des répondants anticipent des valeurs stables (par rapport à 55 % l an dernier) et 6 % prévoient d autres baisses de valeurs au cours de la prochaine année (par rapport à 29 % au 3 e trimestre 2009 tel qu illustré par le graphique ci-dessous). Bien qu une hausse des taux d intérêt risque de mettre un bémol sur l optimisme ambiant, les perspectives demeurent somme toute positives pour le marché de l investissement immobilier au Canada. Lorsque questionnés, au 2 e trimestre, quant à l impact qu aurait une hausse de 1,0 % des taux d intérêt sur les TGA, 81 % des répondants au sondage prévoyaient une hausse de seulement 25 à 50 points de base. Perspectives d investissement Moyenne canadienne des répondants concernant les édifices de bureaux de centre-ville de catégorie AA, les centres commerciaux de niveau 1, les mégacentres, les centres commerciaux de quartier, les commerces uniques, les immeubles industriels à locataire unique et à plusieurs locataires ainsi que les immeubles multifamiliaux de banlieue MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 13

14 APERÇU DU MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER MONTRÉALAIS Les sondages d opinion auprès des intervenants les plus actifs sur le marché de l investissement immobilier peuvent fournir un bon aperçu de l évolution des taux de rendement à travers le temps. Sans remplacer l analyse en profondeur de vraies transactions immobilières, les sondages permettent néanmoins de cerner certaines tendances de marché à l intérieur d un contexte prédéfini : on peut ainsi les interpréter comme les résultats provenant d un test de laboratoire. L objectif premier du sondage sur les tendances du marché de l investissement d Altus InSite est d analyser les perceptions des décideurs du marché immobilier et de cerner les tendances qui influenceront ce marché. Catégories de répondants, Canada - T Le sondage porte sur 17 genres de propriétés dans huit principaux marchés immobiliers canadiens, soit Vancouver, Edmonton, Calgary, Toronto, Ottawa, Montréal, Québec et Halifax. D autres segments de marchés plus pointus peuvent, à l occasion, faire l objet d un sondage. Les 17 genres de propriétés (si on inclut les unités de fonds de placement immobilier ou «FPI») figurant au sondage Altus InSite sont représentés au 2 e tableau suivant, selon les préférences exprimées par les répondants. 14 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

15 Préférences par ville : vente vs achat - T Variation depuis le dernier trimestre : amélioration aucun changement recul Parmi les grandes villes canadiennes, Montréal occupe présentement la 4 e position sur 8, avec 1,6 acheteur par vendeur. C est une bonne position, juste derrière Toronto, qui affiche 1,7 acheteur par vendeur. En fait, toutes les grandes villes canadiennes affichent un climat positif, mais Montréal, par sa taille offre une plus grande diversité de produits immobiliers, d acheteurs et de vendeurs tout en offrant des rendements élevés. Préférences par genre de propriété : vente vs achat, Montréal - T Variation depuis le dernier trimestre : amélioration aucun changement recul MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 15

16 Le tableau qui précède place les divers types de propriétés par ordre de popularité en commençant à gauche par les investissements où il y a plus d acheteurs par vendeur. La droite se termine par des placements où on préfère vendre plutôt qu acheter. Dans la plupart des cas, il y a eu une amélioration de l intérêt depuis le dernier trimestre, c est-à-dire plus d acheteurs et moins de vendeurs. Tendances des taux de rendement Source : Sondages Altus InSite, Montréal, moyenne de dix types de propriétés dont bureaux centre-ville A, bureaux périphérie A, bureaux banlieue A, centre commercial régional, centre commercial communautaire, centre commercial de quartier, industriel à locataire unique, industriel à plusieurs locataires, multifamilial au centre-ville et multifamilial en banlieue Après s être stabilisé à 6,8 % au 1 er trimestre 2008 (08-04), le TGA montréalais moyen pour les dix catégories de propriété a augmenté à 6,9 % au 2 e et au 3 e trimestre 2008, pour ensuite atteindre 7,4 % au 4 e trimestre 2008 et 7,7 % pour les quatre trimestres Le 4 e trimestre 2009 marquait la fin de cette tendance à la hausse. En 2010, la tendance à la baisse revient, la moyenne des TGA s établissant à 7,5 % au 1 er trimestre 2010, à 7,4 % au 2 e trimestre et 7,2 % au trimestre suivant. Les taux de rendement interne (TRI) ont suivi une tendance semblable, passant de 9,0 % au 4 e trimestre 2009, à 8,8 % au 1 er trimestre 2010, à 8,7 % au 2 e trimestre et à 8,6 % au 3 e trimestre. 16 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

17 Les rendements montréalais sont comparés ci-contre à la moyenne canadienne. La comparaison repose sur la moyenne pour quatre types de propriétés dont : bureaux centre-ville classe A, centres régionaux de niveau 1, immeubles industriels à locataire unique et tours multifamiliales de banlieue. Montréal affiche un comportement similaire à la moyenne canadienne, mais avec des rendements plus élevés. Même si les tendances dégagées par le biais d un sondage aident à mieux comprendre l évolution des taux dans l ensemble, le choix d un TGA fait dans le cadre d une propriété spécifique se doit de prendre en considération plusieurs autres facteurs pertinents. Les taux d intérêt sont demeurés bas au cours de Dès 2011, les gouvernements devraient graduellement retirer ces mesures de soutien à l économie et augmenter les taux. Il est possible que ces nouvelles politiques monétaires entraînent dans leur sillon une hausse éventuelle des rendements exigés sur les investissements immobiliers. L appréciation des valeurs immobilières et l augmentation des revenus de loyers pourraient toutefois contrecarrer l impact négatif d une telle hausse. Canada vs Montréal - Taux de rendement immobilier Conclusion Un placement immobilier à Montréal s insère très bien dans le cadre d un placement immobilier national ou international diversifié. Montréal fait partie des quatre grands centres urbains les plus recherchés au Canada. Certains types de propriétés y sont présentement plus populaires que d autres, dont les centres commerciaux. Lorsqu interrogés sur cette question, les investisseurs les plus actifs dans cette ville disent s attendre à des rendements de 20 à 40 points de base (+0,2 à 0,4 %) plus élevés que la moyenne canadienne pour les meilleures propriétés. MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 17

18 MONTRÉAL BUREAUX Par sa taille, Montréal est la 2 e métropole du Canada et son 2 e centre d affaires. En termes d espaces de bureaux, la 1 ère place revient à Toronto, dont les immeubles de bureaux de m² et plus renferment m². Montréal compte 772 immeubles offrant m². La 3 e place revient à Calgary, qui devance Vancouver à ce chapitre, avec 761 immeubles d une superficie locative de bureaux totale de m². Sur le registre LEED du Conseil du bâtiment durable du Canada, il y a très peu d immeubles de bureaux verts certifiés LEED. Il n y en a que 28 à Montréal, ce qui peut créer une opportunité de développement pour répondre aux besoins des gouvernements, agences et sociétés publiques ou privées soucieux de leur empreinte écologique. Le marché des édifices de bureaux de Montréal a affronté avec succès une récession économique qui occasionne encore quelques séquelles car le marché des immeubles de bureaux prend souvent 12 à 24 mois avant de réagir aux événements économiques. C est donc l occasion de se préparer dès maintenant à rechercher les bonnes occasions. Contrairement à Calgary et Toronto, il n y a pas beaucoup de projets de construction en chantier à Montréal, ce qui réduit les risques d un surplus d inventaire. Taux d inoccupation des édifices de bureaux du Canada Source : Altus InSite, prévisions en fonction de l absorption annuelle des derniers deux et dix ans et des dates de livraison des édifices en construction Au niveau de l inoccupation, Montréal occupe une position intermédiaire avec des fluctuations cycliques moins prononcées. C est le marché le plus prévisible et un de ceux qui ont le mieux résisté à la crise économique. Le taux d inoccupation montréalais semble continuer de poursuivre une tendance lourde à la baisse. 18 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

19 Paramètres de rendement et de valeur (terrain et bâtiment) MONTRÉAL, TORONTO ET CALGARY Montréal se compare avantageusement aux deux autres villes présentées en offrant des rendements plus élevés, et des prix plus abordables et plus stables. Le taux global d actualisation moyen est, au 3 e trimestre 2010, 7,0 % à Montréal, comparativement à 6,5 % à Toronto et 6,8 % à Calgary. Le taux interne de rendement moyen à la même date s élevait à 8,3 % à Montréal, 7,8 % à Toronto et 8,1 % à Calgary. La récession a mis fin à une tendance à la baisse des taux de rendement qui s était exprimée principalement entre le 4 e trimestre 2001 et le 3 e trimestre La récession a fait augmenter les taux, mais, dès le 1 er trimestre 2010, cette hausse a plafonné et a été suivie d une légère baisse. Cette dernière tendance à la baisse pourrait cependant être remise en question si les taux d intérêts augmentent. Historique - Montréal Historique - Toronto MARS 2011 MONTRÉAL IMMOBILIER 19

20 Historique - Calgary Un édifice de bureaux de classe A est un édifice comportant une très bonne qualité de conception, matériaux, assortiment de locataires, âge, taille, emplacement et services tandis qu un édifice de bureaux de classe B en est un de qualité raisonnable en termes de conception, matériaux, assortiment de locataires, âge, taille, emplacement et services. Un édifice de bureaux de classe AA compte parmi les meilleurs de la classe A. Plus particulièrement, les modèles d édifice de bureaux utilisés par le sondage Altus InSite comportent les caractéristiques suivantes : Édifice de bureaux, classe AA au centre-ville à m 2 Construction d excellente qualité, très bien située et moderne Taux d inoccupation de 5 %, taux annuel de roulement des locataires de 10 % Loué à des locataires de qualité, à des taux de location du marché Édifice de bureaux, classe A en banlieue à m 2 Construction de très bonne qualité, très bien située et moderne Taux d inoccupation de 5 %, taux annuel de roulement des locataires de 10 % Loué à des locataires de qualité, à des taux de location du marché 20 MONTRÉAL IMMOBILIER MARS 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle

L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle L APCHQ constate une érosion importante de l abordabilité résidentielle S appuyant sur une étude récente 1 réalisée par l économiste Pierre Bélanger, expert-conseil en habitation et développement socio-urbain,

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux

Chef de file en gestion immobilière. Guide sur la classification des immeubles de bureaux Chef de file en gestion immobilière Guide sur la classification des immeubles de bureaux Table des matières 3 Démarche du projet 4 Introduction 5 Un guide pour les immeubles de bureaux de classe A, B ou

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL

REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL REVUE ET PERSPECTIVES DU MARCHÉ IMMOBILIER DE LA RÉGION DE MONTRÉAL SUJETS COUVERTS» L investissement immobilier en 2013» Diagnostic par classes d actifs» Perspectives à moyen terme» Enjeux 2001-12-01

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière?

Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière? Taux global d actualisation - Comment analyser une transaction immobilière? Par Andréanne Lavallée Directrice principale Avril 2013 Résumé L auteure se penche sur la notion des rendements immobiliers recherchés

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Aussi dans ce numéro Les ventes de copropriétés perdent de leur élan Depuis un certain temps, la copropriété nous avait habitués à des hausses relativement soutenues des transactions MLS au Québec. Mais

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire

Graphique 3 Le marché des copropriétés existantes est nettement excédentaire 9 janvier 1 Cycle de l immobilier résidentiel au Québec : bien différent de celui du Canada L an dernier, le marché de l habitation au pays a continué de défier à la hausse les pronostics tant au niveau

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009 Présentation aux investisseurs Le 3 juin 2009 Énoncés prospectifs MISE EN GARDE RELATIVEMENT AUX DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Cette présentation peut contenir des informations prospectives au sens des lois

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif

Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif Se donner les moyens d assurer la réussite du transport collectif Mémoire présenté dans le cadre des consultations prébudgétaires 2010-2011 du ministère des Finances du Québec 22 février 2010 Document

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Un survol des marchés de valeurs de placement

Un survol des marchés de valeurs de placement 2 Chapitre2 Un survol des marchés de valeurs de placement D ans le présent chapitre, nous survolerons les principaux marchés offrant des produits d épargne et des valeurs de placement. Après avoir effectué

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur

L investissement fiscalement avantageux à son meilleur L investissement fiscalement avantageux à son meilleur Payer des impôts, ça vous plaît? Si vous investissez à l extérieur d un régime enregistré, les distributions et les transactions pourraient créer

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique.

pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique. pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique. Avec une superficie totale de plus de 300 000 pi ca répartie sur 8 étages, cet immeuble de bureaux propose de vastes espaces

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 214 Vol. 11.2 7 juillet 214 L enquête menée cet été fait encore ressortir des signes encourageants en ce qui concerne les perspectives

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Plan de transport 2008

Plan de transport 2008 Plan de transport 2008 Montréal Une démarche de planification stratégique de transport durable Claude Carette et Gilles Lalonde - Ville de Montréal Préparé par : Service des infrastructures, transport

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants

ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT ASSOUPLISSEMENTS RELATIFS AUX LOGEMENTS ABORDABLES Assurance prêt hypothécaire pour propriétaires-occupants À titre d organisme national responsable de l

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

Perspective. Logement. Grand Montréal

Perspective. Logement. Grand Montréal Logement Perspective Grand Montréal 26 n o JUIN 2014 Bulletin de la Communauté métropolitaine de Montréal Stabilité du taux d inoccupation des logements locatifs entre et à l échelle de l ensemble du Grand

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Un milieu de vie à définir > imaginer

Un milieu de vie à définir > imaginer Programme particulier d urbanisme Secteur Henri-Bourassa Ouest Un milieu de vie à définir > imaginer > intégrer > partager > créer Cahier du participant ateliers de réflexion mai 2013 Introduction Le Plan

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

Le marché immobilier sur l Île-Perrot

Le marché immobilier sur l Île-Perrot Le marché immobilier sur l Île-Perrot Mini-conférence présentée le 22 octobre 2014 à l AGAIP Richard Beaumier, mba, fca, fcpa Courtier immobilier agréé Groupe-Sutton Distinction R.B. Aperçu Un peu d histoire

Plus en détail

Québec. Chef de file en édition de logiciels. Aperçu de l industrie. Les logiciels applicatifs

Québec. Chef de file en édition de logiciels. Aperçu de l industrie. Les logiciels applicatifs Québec Chef de file en édition de logiciels Développement économique Innovation Exportation Aperçu de l industrie L industrie de l édition de logiciels compte plus de 200 établissements et procure de l

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel

Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Prix des collectivités durables de la FCM Gagnant 2010 Aménagement résidentiel Ville de Kelowna (Colombie-Britannique) Population : 106 707 Source : Ville de Kelowna Le zonage en faveur du logement Résumé

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins d Anjou-Tétreaultville désire vous informer de la mise en marché

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014

L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 L immobilier est il encore un placement intéressant? Wavre, le jeudi 03 avril 2014 SOMMAIRE Comportement de l immobilier belge Qui sommes-nous? Structure et méthodologie L investissement immobilier en

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques Le Mouvement Desjardins désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé au 201

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

www.rbcassurances.com

www.rbcassurances.com Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.rbcassurances.com CROISSANCE SOLIDITÉ INTÉGRATION APERÇU DE LA SOCIÉTÉ 2004 Marques déposées de la Banque Royale du Canada. Utilisées sous

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie

Cinq ans après le début de la crise financière, l économie 52 5 L immobilier d entreprise allemand et les investisseurs Par Marcus Cieleback, directeur de recherche, PATRIZIA Immobilien AG. 5.1/ SITUATION GÉNÉRALE Cinq ans après le début de la crise financière,

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

L immobilier commercial. Un catalyseur de la transformation des entreprises et de l amélioration de la rentabilité

L immobilier commercial. Un catalyseur de la transformation des entreprises et de l amélioration de la rentabilité L immobilier commercial Un catalyseur de la transformation des entreprises et de l amélioration de la rentabilité Contenu L immobilier commercial repose sur des bases solides...2 L écart de productivité

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser

Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser Les marchés à terme, plus d une raison de s y intéresser MICHEL MORIN, AGR. AGROÉCONOMISTE (CDPQ) COLLABORATEURS: STÉPHANE D AMATO, AGR., AXIS AGRICULTURE JEAN-DENIS LABRECQUE, CTA 2003 RÉJEAN LEBLANC,

Plus en détail

OPCIMMO-P. L épargne immobilière indirecte réinventée. Diversification compte-titres et assurance vie

OPCIMMO-P. L épargne immobilière indirecte réinventée. Diversification compte-titres et assurance vie Diversification compte-titres et assurance vie OPCIMMO-P Munich - Atelier an der Medienbrüke Paris - Cap 14 (VEFA) L épargne immobilière indirecte réinventée Document dédié à la présentation de l action

Plus en détail

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS?

L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL LE SAVEZ-VOUS? L ÉLECTRIFICATION DU TRANSPORT INDIVIDUEL L électricité est appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les transports collectifs et

Plus en détail

Résidence du Val Sénart Résidence Etudiants et affaires

Résidence du Val Sénart Résidence Etudiants et affaires QUINCY SOUS SENART ILE DE FRANCE Résidence du Val Sénart Résidence Etudiants et affaires Chantier au 30 Juillet 2009 1 Situation géographique de la Commune La Commune de Quincy-sous-Sénart, située à une

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Analyse immobilière. 11985-11989 Av. Monty, Montréal, Québec. Résidentiels (60) Daniel Francoeur, B.A.A RE/MAX Alliance inc.

Analyse immobilière. 11985-11989 Av. Monty, Montréal, Québec. Résidentiels (60) Daniel Francoeur, B.A.A RE/MAX Alliance inc. 2 Analyse immobilière Résidentiels (60) 14 Fiche descriptive Immeuble # 64 SIA # 8535465 Statut Prix Type d'unités Bâtiment Terrain En vigueur Original $3 375 000 Résidentielles 60 Isolé x Façade (p) 179,0

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ÉCOLE LÉCOLE POLYTECHNIQUE

PRÉSENTATION DE L ÉCOLE LÉCOLE POLYTECHNIQUE PRÉSENTATION DE L ÉCOLE LÉCOLE POLYTECHNIQUE Pierre Baptiste, professeur et Directeur Mario Bourgault, professeur Département de mathématiques et génie industriel École Polytechnique Montréal 2012 2 L

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage de détail en valeurs mobilières au Québec Mars 14 Quatrième trimestre 13 L Enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières au Québec

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois

BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois BAX MC Contrats à terme sur acceptations bancaires canadiennes de trois mois Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique

Plus en détail

Fiches thématiques. Patrimoine

Fiches thématiques. Patrimoine Fiches thématiques Patrimoine 2.1 Performance des placements à rendements réglementés Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne dont les revenus

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail