Le CHRU, tête de réseau de la recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le CHRU, tête de réseau de la recherche"

Transcription

1 réactif N î m e s recherche actualités innovation formation Le CHRU, tête de réseau de la recherche EN PARTENARIAT AVEC régionale réactif nîmes n 9 juillet 2012 Loi renforcée sur la recherche impliquant l Homme Partenariat : rencontre avec le PDG de Phylogène v Visioconférence : un outil au service de la télémédecine

2 SOMMAIRE EDITO Actualités Les appels d offre passés au crible 3 Innovarc ou la gestion des appels à projets en ligne 5 Réglementation renforcée sur la recherche impliquant l Homme 5 Appel d offre interne GCS MERRI 6 L échographie périnéale en salle de naissance 6 Relation Hôpital / Industries Le CHRU, un atout économique pour le territoire 7 Améliorer la santé à moindre coût : rencontre avec le PDG de Phylogène 7 Dossier DRCI - GIRCI : le CHRU de Nîmes, «tête de réseau» de la recherche clinique régionale 8 Zoom sur une publication scientifique Identification de souches de S. aureus sur les plaies du pied chez les diabétiques 11 SIGAPS : le CHRU de Nîmes maintient sa dynamique 11 Formation et vie universitaire La visioconférence au service de la médecine 12 La recherche nîmoise en synergie 12 OURS q Réactif Nîmes est réalisé avec l appui de la Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation (DRCI) du CHRU de Nîmes. Le comité de rédaction remercie l ensemble des contributeurs de ce numéro pour leur précieuse participation. Directeur de publication : Jean-Olivier Arnaud, Directeur général Rédacteur en chef : Nicolas Best, Directeur général adjoint Concept : Service communication Photos : Service communication Maquette / Impression : Pure impression Contact : Le CHRU de Nîmes est, à l heure actuelle, un établissement de référence en matière de soins de recours et de proximité. Il doit également devenir une structure reconnue d innovation et de recherche sur la personne humaine. Clé de voûte d une meilleure prise en charge, la recherche clinique, au sens d une démarche de prise en charge protocolisée des patients, doit aujourd hui prendre en compte plusieurs paramètres d une complexité croissante d ordre réglementaire, organisationnel, médico-scientifique et financier. Dans ce cadre, depuis la formation d un plan de soutien à la recherche en 2009, le CHRU de Nîmes soutient les initiatives de ses équipes d investigation clinique. Ainsi, une plateforme de professionnels dédiée à la mise en œuvre de projets, de la conception à la publication, est désormais parfaitement opérationnelle (cf. Dossier pages 8-10). D ailleurs, de premiers résultats, fruits de cette démarche volontariste, ont d ores et déjà été obtenus : augmentation du nombre de projets retenus dans le cadre des différents appels d offre, évolution du score SIGAPS relatif aux publications dans les revues nationales et internationales à comité de lecture etc. Le nombre de projets soumis à des thématiques nouvelles (à l image des projets PREPS) témoigne également d une mobilisation croissante. Outre l accompagnement et le conseil apportés aux cliniciens-chercheurs, le CHRU de Nîmes entend, par ailleurs, développer les relations avec le milieu industriel par le biais du pôle de compétitivité Eurobiomed et la formalisation de partenariats. Ces relations CHRU de Nîmes - Industries assurent la valorisation et le transfert des innovations issues de la recherche fondamentale vers leur validation clinique et leur exploitation industrielle. Notre établissement doit, à ce titre, devenir non seulement un acteur mais un atout économique du développement territorial. Nicolas Best Directeur général adjoint v Page 2 réactif nîmes n 9 juillet 2012

3 ACTUALITÉS v APPELS D OFFRES 2012 Projets de recherche déposés : désormais, patience Entre les projets PHRC (Programme Hospitalier de Recherche Clinique) interrégionaux et nationaux, les PHRIP (Programme Hospitalier de Recherche Infirmière et Paramédicale), les PREPS (Programme de Recherche sur la Performance du Système de Soins) et autres projets locaux, ce sont près de 50 projets de recherche qui ont été déposés en 2012 avec pour principaux investigateurs, des professionnels œuvrant au CHRU de Nîmes. Tour d horizon, de manière exhaustive, de ces projets. Réactif Nîmes reviendra, en détails dans ses prochains numéros, sur ces projets novateurs. PHRC IR projets PHRC Interrégionaux conduits chacun par un chercheur-clinicien nîmois ont été déposés. Ces PHRC IR multicentriques représentent un coût global de e et prévoient d inclure patients. Sept disciplines sont concernées : Réanimation médicale, Psychiatrie, Maladies Métaboliques et Endocriniennes (MME), Chirurgie orale, Gynécologie-Obstétrique, Néphrologie, Urologie-Andrologie. Réanimation médicale (D r Barbar) : Impact sur la balance énergétique de l intervention d un diététicien pour optimiser l implication des recommandations sur la nutrition en réanimation. Psychiatrie (Dr Cyprien) : Prévalence comparative des manifestations psychiatriques dans le syndrome des anticorps antiphospholipides obstétrical pur. MME (Dr Guedj) : Fréquence des anomalies du métabolisme des glucides en post-partum immédiat après un diabète gestationnel diagnostiqué avant ou après 24 semaines d aménorrhée. Chirurgie orale (Dr Lapeyrie) : Intérêts per-opératoires de l utilisation de la Ropivacaïne pour l avulsion des troisièmes molaires sous anesthésie générale. Gynécologie/Obstétrique (Dr Letouzey / Pr Mares) : Evaluation médico-économique du bal- lonnet de Bakri dans la prise en charge de l hémorragie de la délivrance. Néphrologie (Dr Reboul) : Prévention de la néphropathie induite par produit de contraste iodé chez les patients insuffisants rénaux : évaluation de l efficacité d une hydratation par sérum bicarbonaté et administration de L-carnitine. Urologie Andrologie (Pr Costa, Pr Droupy) : Etude comparative de l efficacité à moyen terme de la bandelette sous urétrale fixe transobturatrice Advance et de la bandelette sous urétrale ajustable Remeex dans le traitement de l incontinence urinaire d effort chez l homme (après prostatectomie) ou non neurologique. Urologie Andrologie (Pr Costa, Pr Droupy) : Etude du rôle de l infection par les papillomavirus humains (HPV) dans le taux de réussite des grossesses obtenues en assistance médicale à la procréation. Dernière minute : deux projets nîmois ont été retenus dans le cadre du PHRC IR 2012 : celui des docteurs Cyprien et Barbar. Il est prévu que les projets non retenus soient proposés à d autres sources de financement. PHRC national projets PHRC nationaux conduits chacun par un chercheur-clinicien nîmois ont été déposés. Ces PHRC v Page 3 réactif nîmes n 9 juillet 2012

4 v APPELS D OFFRES 2012 nationaux multicentrique représentent un coût global de et prévoient d inclure patients. Quatre services sont concernés : Réanimation chirurgicale, Neurologie, Bactériologie, Gynécologie-Obstétrique. Gynécologie-Obstétrique (Dr Letouzey) : Comparaison des pertes sanguines au cours d une myomectomie robotassistée à celles de la myomectomie par laparotomie pour le traitement des fibromes utérins. Neurologie (Dr Thouvenot) : Étude multicentrique randomisée en double aveugle versus placebo évaluant l efficacité d un traitement par Cholécalciférol (Vitamine D3) pour retarder le diagnostic de sclérose en plaques après un SCI (Syndrome cliniquement isolé). Bactériologie (Pr Lavigne) : Impact de l antibiothérapie sur les flores cutanées et digestives de patients diabétiques présentant une plaie du pied. Réanimation chirurgicale (Pr Lefrant) : Impact du rappel des recommandations relatives aux prescriptions en réanimation sur la durée des défaillances d organes et sur les coûts. Réanimation chirurgicale (Pr Lefrant, Pr Leone) : Incidence de la maladie thromboembolique veineuse chez le patient polytraumatisé de réanimation. PHRIP projets PHRIP conduits chacun par un memebre du personnel paramédical nî- mois (3 infirmiers et un ergothérapeute) ont été déposés. Ces PHRIP représentent un coût global de et prévoient d inclure 420 patients. Quatre services sont concernés : Réanimation chirurgicale, Réanimation médicale, Gériatrie, Médecine physique et réadaptation fonctionnelle. Médecine physique et réadaptation fonctionnelle (M. Nouvel) : Incidence de la position angulaire physiologique du genou en position de détente articulaire sur les pressions d interface talon/support. Gériatrie (Mme Debuysshere) : Impact d une prise en charge basée sur l accompagnement sensoriel de la personne âgée souffrante de maladie neurodégénérative (Alzheimer) Réanimation médicale (Mme Fabre) : Evaluation de la stabilité hémodynamique lors du relais d administration des médicaments vaso-actifs. Réanimation chirurgicale (Mme Lloret) : Effet d une information active sur la compréhension, le stress et les symptômes de dépression des proches de patients de réanimation. PREPS projets PREPS conduits chacun par un investigateur nîmois ont été déposés. Ces PREPS (2 monocentriques et 5 multicentriques) représentent un coût global de Quatre services sont concernés : BESPIM (Biostatistique, Epidémiologie clinique, Santé Publique et Information Médicale), Pharmacie, MME (Maladies Métaboliques et Endocriniennes), Hémato-oncologie. MME (Pr Borie, Dr Taillard) : Impact de la mise en place d une Unité Transversale de Nutrition Clinique au CHRU sur l amélioration de la prise en charge nutritionnelle des patients présentant une dénutrition, un surpoids, une obésité : influence sur le codage PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d Information). BESPIM (Dr Boudemaghe) : Rapprochement des données de consommation médicamenteuse avec les données PMSI et les données de l ENC (Echelle Nationale des Coûts). BESPIM (Dr. Costa) : Étude de faisabilité et d estimation de l efficacité de la mise en place d une campagne de dépistage organisée de l insuffisance rénale dans l Hérault. BESPIM (Pr Daures) : Validation prospective d un outil simple pour le diagnostic de trois niveaux de précarité dans le milieu hospitalier. BESPIM (Pr Daures) : Navigation : Évaluation médico-économique de l action d une personne-pivot dans la prise en charge du cancer du sein. Pharmacie (Dr Kinowski) : Impact du pharmacien clinicien sur la qualité et le coût de la prise en charge thérapeutique des patients. Hémato-oncologie (Dr Van Hulst) : Evaluation médico-économique d une stratégie d hyper-hydratation à domicile versus à l hôpital v Page 4 réactif nîmes n 9 juillet 2012

5 v DÉMATÉRIALISATION Innovarc ou la gestion des appels à projets en ligne La Direction Générale de l Offre de Soins (DGOS) a dématérialisé et modernisé ses procédures de gestion d appels à projets en matière de recherche et d innovation grâce à l outil informatique INNOVARC. Innovarc est une plateforme informatique collaborative aux multiples avantages (sécurisation de la procédure de dépôt, simplification de l instruction des dossiers, meilleure traçabilité de toutes les étapes et pièces associées au dépôt d un dossier). Sont concernés par cette nouvelle procédure : le programme de recherche sur la performance du système de soins (PREPS), le programme hospitalier en recherche infirmière et paramédicale (PHRIP), le programme hospitalier de recherche clinique national (PHRCN), le programme de soutien aux technologies innovantes et coûteuses (STIC), le programme de recherche translationnelle (PRT). INNOVARC permet le dépôt électronique des dossiers de façon sécurisée et datée. Afin d être identifié pour toute candidature ultérieure, il est important que chaque investigateur s enregistre sur cette plateforme, l inscription n étant pas limitée dans le temps. v LÉGISLATION Réglementation renforcée sur la recherche impliquant l Homme Qui peut créer et déposer un projet? Le déposant est soit l investigateur principal, soit son délégataire. Trois étapes ont été identifiées : la création du compte utilisateur et le renseignement du profil de l investigateur principal ; la création du projet (une attestation est ainsi générée) ; le dépôt du projet auprès de la DRCI. Les dossiers validés sont ensuite transmis à la DGOS par les DRCI. Cette validation interne porte sur la recevabilité (le dossier est-il complet?), l éligibilité (le champ de l appel à projet est-il correct?), l engagement sur la qualité et la faisabilité du projet, La présence de l attestation de dépôt signée Plus d informations sur le sujet : Le Sénat a adopté, en mars dernier, la proposition de loi relative aux recherches impliquant la personne humaine. Ce texte établit un cadre unique pour les recherches médicales sur l être humain et simplifie les démarches des chercheurs. Cette dernière réglementation distingue trois types de recherche en fonction du niveau de risque pour les personnes : les recherches interventionnelles avec risques (expérimentation de nouvelles molécules sur des personnes malades, par exemple) ; les recherches visant à évaluer les soins courants ne comportant que des risques négligeables ; les recherches observationnelles dans lesquelles tous les actes sont pratiqués et les produits utilisés de manière habituelle (suivi statistique de cohortes de malades par exemple). Toutes ces recherches seront soumises à l autorisation préalable d un Comité de Protection des Personnes (CPP, il en existe une quarantaine en France). L attribution des dossiers au CPP se fera par tirage au sort Plus d informations : (LOI n du 5 mars 2012 relative aux recherches impliquant la personne humaine) v Page 5 réactif nîmes n 9 juillet 2012

6 Pour améliorer la prise en charge des patientes accouchant à la maternité du CHRU de Nîmes, une étude cherchant à optimiser le bilan périnéal autour de l accouchement et proposant l assistance d une échographie à haute résolution en salle de naissance est mise en place. En effet, 10 à 20 % des femmes qui accouchent par voie basse présentent, à court et moyen terme, une incontinence anale à 3 mois 1 de l accouchement. Une lésion du sphincter interne ou externe de l anus à l accouchement est un facteur de risque important d incontinence anale à distance 2. Actuellement, après l accouchement, toutes les patientes bénéficient d un exav Zoom sur un projet L intérêt de l échographie périnéale en salle de naissance v Dr Olivier Pouget, Dr Vincent Letouzey, Dr Eve Mousty Service de gynécologie obstétrique du CHRU de Nîmes (Appel à projet interne 2010) men du périnée pour rechercher toute lésion. Si une lésion sphinctérienne est retrouvée, on réalise une suture chirurgicale du sphincter. Celle-ci permet de diminuer le risque d incontinence anale au décours 3. Si une lésion sphinctérienne est présente mais méconnue lors de l examen, et donc non réparée, 36 % des patientes présentent une incontinence anale à 3 mois, contre 7% en l absence de lésion endoanale 4. Or, certaines lésions sphinctériennes ne peuvent être dépistées cliniquement en salle de naissance. Selon les séries, l examen clinique retrouve 3 à 11% de lésions sphinctériennes lors d un accouchement, contre 13 à 25% si on réalise l échographie du sphincter anal en post partum 5. La sensibilité de l échographie dans la recherche d une lésion sphinctérienne est de 100%. Les patientes signalant une incontinence anale au 2ième et 6ième mois du post-partum ont toutes une lésion du sphincter anal à l échographie. Nous pourrons ainsi évaluer le retentissement en terme d incontinence anale à distance du post-partum. De quoi justifier la mise en place d échographie périnéale en salle de naissance, au moyen d une étude coordonnée par le CHRU, étude prospective randomisée sur les sites de Montpellier et Nîmes, et portant sur près de 600 patientes accouchant pour la première fois. L objectif est de mettre à disposition des patientes l ensemble des moyens pour aider à diagnostiquer les lésions du sphincter anal indiscernables par l examen clinique standard Bibliographie 1. Pronk P, van Leeuwen E, Albicher C, et al. Temporal endosonographic evaluation of anal sphincter integrity after primary repair for obstetric ruptures: a case for specific training of obstetricians. Colorectal Dis Available at: nih.gov/pubmed/ Andrews V, Thakar R, Sultan AH. Outcome of obstetric anal sphincter injuries (OASIS)--role of structured management. Int Urogynecol J Pelvic Floor Dysfunct. 2009;20(8): Maslekar S, Gardiner AB, Duthie GS. Anterior anal sphincter repair for fecal incontinence: Good longterm results are possible. J. Am. Coll. Surg. 2007;204(1): Faltin DL, Boulvain M, Irion O, et al. Diagnosis of anal sphincter tears by postpartum endosonography to predict fecal incontinence. Obstet Gynecol. 2000;95(5): Andrews V, Sultan AH, Thakar R, Jones PW. Occult anal sphincter injuries--myth or reality? BJOG. 2006;113(2): v CALENDRIER Appel d offre interne GCS MERRI (AOI) Les CHRU(s) de Nîmes et de Montpellier se sont engagés en novembre 2009 dans un pilotage et un management intégrés de la recherche en créant un Groupement de coopération sanitaire. Le 20 avril 2012, la DRCI commune aux deux CHRU(s) a annoncé le lancement de l appel d offre interne GCS MERRI 2012 (le GCS MERRI finance des études de moins de 3 ans et de moindre ampleur que les projets PHRC). Deux nouveautés alimentent cet exercice 2012 : - la majoration de l enveloppe financière globale, issue par moitié des CHRU(s) de Montpellier et de Nîmes, à e. - l ouverture de deux appels distincts, l un sur le champ de la recherche clinique ( e), l autre sur la recherche translationnelle ( e). L AOI «projets de recherche clinique» finance ( e maximum) des études impliquant les deux CHRU(s). Les collaborations extérieures sont admises mais non financées. L AOI projets de recherche translationnelle finance ( e maximum par projet) des projets ayant pour objet d assurer le transfert et l application des avancées de la recherche fondamentale à un champ de la pathologie humaine. À l heure où nous bouclons ce magazine, 6 lettres d intention pour les projets de recherche translationnelle ont été retenues (sur les 6 présentées par le CHRU de Montpellier). De même pour les 4 lettres d intention présentées par le CHRU de Nîmes. En ce qui concerne la recherche clinique, 15 lettres d intention ont été retenues (sur les 15 présentées par le CHRU de Montpellier) et 13 sur les 13 présentées par le CHRU de Nîmes. Retrouvez ci-dessous le calendrier août : Réception des dossiers complets de recherche translationelle 3 septembre : Date limite de retour des expertises 21 septembre : Sélection finale des projets v Page 6 réactif nîmes n 9 juillet 2012

7 RELATION HOPITAL / INDUSTRIES v POLITIQUE GÉNÉRALE Un CHRU moteur de recherche Le CHRU de Nîmes a un rôle de premier plan dans la vie économique locale et régionale, notamment à travers son statut de promoteur de la recherche. La proximité géographique d un parc d entreprises de biotechnologies, le parc Georges Besse, et l implantation d un cyclotron à production industrielle est un atout incontestable. Acteur du pôle de compétitivité Eurobiomed, le CHRU multiplie les partenariats avec les entreprises impliquées dans le domaine pharmaceutique, des biotechnologies et du médicament ; avec l Institut Méditerranéen des Métiers de la Longévité (I2ML) ; avec l école des Mines d Alès ; avec l ARA- MAV pour la structuration d un centre méditerranéen de la vision ; avec le Laboratoire d Etude et de Recherche en Environnement et en Santé (LERES). Le CHRU assure ainsi la valorisation et le transfert des innovations issues de la recherche fondamentale vers leur validation clinique et leur exploitation industrielle tout en faisant bénéficier les patients d innovations diagnostiques et thérapeutiques. Pour assurer l efficience de ces partenariats (collaborations de recherche ; prestations de service ; cessions d échantillons biologiques ), le CHRU s est doté d une cellule de valorisation intégrée à la DRCI. Parmi ses objectifs : sensibiliser le personnel du CHRU sur les enjeux, les bonnes pratiques et la réglementation en vigueur ; évaluer les projets par une expertise technologique, juridique et économique ; déposer des brevets, marques ou logiciels et assurer leur suivi ; aider les inventeurs dans la recherche de partenaires industriels etc. Depuis 10 ans, le CHRU de Nîmes, en partenariat avec NRC Technopole et Eurobiomed, organise régulièrement des rencontres entre médecins chercheurs et entreprises de biotechnologie «Des solutions pour améliorer la santé à moindre coût» Des partenariats existent entre les équipes médicales du CHRU et les entreprises biomédicales. Exemple avec celui noué par le CHRU avec la société Phylogène dirigée par Gilbert Skorski. REACTIF Nîmes : Pouvez-vous nous présenter votre société? Gilbert Skorski : «Phylogène SA est un laboratoire d analyse spécialisé créé en 1999 pour développer les applications d identification et d authentification. Phylogène maîtrise les techniques de détection suivantes : - pour les acides nucléiques : l ADN, par la PCR (Polymerase Chain Reaction) et la PCR en temps réel, l Optical Mapping ; l ARN par la RT-PCR - pour les protéines : les immunotechniques et la spectrométrie de masse LC-MS/MS - pour les petites molécules : la spectrométrie de masse LC-MS/MS. Les applications sont essentiellement le service pour la filière agroalimentaire, la santé, la cosmétique, l environnement, et l industrie du diagnostic.» R N : Comment se sont noués les premiers contacts avec le CHRU? G. S. : «Ils datent des années 2000 pour la mise au point d une technique de détection des Chlamydia par PCR en temps réel. En 2005, ce fut la mise au point d une biopuce pour les S aureus multi-résistants. Biopuce aujourd hui commercialisée. Nous travaillons actuellement sur un projet innovant avec le service de Microbiologie.» R N : Comment percevez-vous ce partenariat? G. S. : «Nous apprécions les compétences scientifiques et techniques d une équipe de recherche tournée vers l innovation. La première question qui vous est posée à propos d une innovation n est pas Est-ce que cela a déjà été testé ailleurs et qui l a fait? mais Comment ça marche et qu est ce que ça pourrait apporter? Le CHRU comprend les réalités économiques de l entreprise et cela est très précieux.» R N : Ces réalités sont-elles vraiment compatibles avec les missions d un établissement public? G. S. : «La santé n a pas de prix, mais elle a un coût. Les relations entre une petite entreprise privée et un organisme public ne peuvent être qu empreintes de réalisme. Nos projets communs ne visent que des solutions pour améliorer la santé à moindre coût.» v Page 7 réactif nîmes n 9 juillet 2012

8 DOSSIER DRCI - GIRCI : CHRU de Nîmes, «tête de réseau» Le développement de la recherche clinique et de l innovation au CHRU de Nîmes constitue un impératif dont dépendent les avancées diagnostiques et thérapeutiques. Cela implique la mise en place d une organisation spécifique tenant compte des évolutions réglementaires et structurelles. Cette organisation s appuie, en interne, sur la Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation (DRCI). Pour structurer et renforcer cette recherche, les Directions Interrégionales de Recherche Clinique (DIRC) se sont transformées, quant à elles, en Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d Innovation (GIRCI) associant les CHRU de Nîmes, Montpellier et Nice, l AP-HM ainsi que les centres régionaux de lutte contre le cancer. En mutualisant une partie de leurs moyens techniques et humains, les structures de la GIRCI développent l attractivité et l activité de leurs établissements. Pas de qualité et de progrès des soins (prise en charge diagnostique et thérapeutique) sans un développement raisonné de l activité de recherche clinique dans les établissements de santé. A Nîmes, voilà longtemps que la corrélation a été faite entre promotion de la recherche clinique et performance du système de santé. Deux composantes guident, à l heure actuelle, les projets soutenus par le CHRU : la composante technique (soigner mieux) et la composante médico-économique (le juste soin au juste coût!). Favoriser l émergence des projets et leur suivi Depuis 1993, des DRCI ont été mises en place par le Ministère au sein de chaque CHU. Ces délégations répondent à trois missions essentielles : - la promotion de la recherche clinique (administration, gestion, contrôle, appui technico-réglementaire de la recherche cliniques). - l aide méthodologique, la gestion de données et la bio statistique (aide rédactionnelle, méthodologie des essais cliniques, conception des essais cliniques, organisation de la chaîne de traitement des données). - l aide à l acquisition des données (plateformes d investigation et de recherche clinique, d aide aux cliniciens et d interface avec les patients et les volontaires sains). «Ces missions historiques s organisent autour des axes suivants : inciter des équipes hospitalières à l émergence des projets, aider à la mise en forme des dossiers, suivre la mise en œuvre des projets selon les bonnes pratiques cliniques, participer à l évaluation finale des résultats obtenus», présente le Pr Jean-Christophe Gris, président de la DRCI du CHRU de Nîmes. La volonté de développer la recherche translationnelle, la nécessité d obtenir des financements régionaux, nationaux ou européens, de développer les partenariats industriels et les nouvelles dispositions réglementaires nécessitaient de professionnaliser toujours davantage la recherche clinique et de mutualiser les moyens entre les différentes structures. C est tout l objet de la circulaire du 29 juillet 2011, relative à l organisation de la recherche clinique, de l innovation et au renforcement des structures de recherche clinique. Une coopération basée sur une convention Sept délégations inter-régionales à la recherche clinique (DIRC) avaient été chargées, dès 2005, d assurer des mis- z Une partie des interventions chirurgicales menées au bloc opératoire font l objet d un recueil de données par les agents du BESPIM (notamment les attachés de recherche clinique). Des données qui permettront, une fois analysées, d optimiser le processus des interventions. v Page 8 réactif nîmes n 9 juillet 2012

9 de la recherche clinique régionale sions spécifiques d animation et de soutien ne pouvant être efficacement assurées individuellement par chaque établissement de santé. A cet effet, la DRCI de Nîmes collaborait avec les CHRU de Nice, Montpellier et l AP-HM dans le cadre de la DIRC Sud-Méditerrannée pour mutualiser les compétences nécessaires à la mise en place d études cliniques de haut niveau. Avec la circulaire du 29 juillet 2011, chaque DIRC fut appelée à se transformer en Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d Innovation (GIRCI). Les moyens doivent permettre de financer des postes de professionnels mutualisés La signature d une convention entre le CHRU de Nîmes et ses partenaires devrait bientôt concrétiser l existence du GIRCI associant les établissements de l ex-dirc Sud Méditerranée, ainsi que les centres régionaux de lutte contre le cancer. La convention détaillera l utilisation prévue des moyens délégués au bénéfice de l inter-région, le cadre de réalisation des missions confiées au GIRCI et les modalités d organisation du PHRC interrégional. Les moyens doivent permettre notamment de financer des postes de professionnels mutualisés au sein du GIRCI, susceptibles d intervenir dans l ensemble des établissements de chaque inter-région. Une partie des crédits de l enveloppe interrégionale pourra être utilisée pour des projets ou actions structurelles, en particulier le financement de formations qualifiantes et d actions d accompagnement pour de jeunes investigateurs. La mise en place de cette convention matérialisant le GIR- CI conditionnera le montant des crédits MERRI délégués au titre de l inter-région et au titre du PHRC inter-régional. Un renforcement de l échelon interrégional Le GIRCI aura la charge : - d assurer la gestion du PHRC interrégional (instruction, soutien à l élaboration et accompagnement de projet, gestion des expertises, aide au suivi des projets, stratégie scientifique interrégionale), - de mutualiser les compétences en matière d innovation et d évaluation médico-économique en fédérant Un conseil scientifique au cœur de la DRCI La DRCI nîmoise, présidée par le Pr Jean Christophe GRIS, est composée de représentants de la direction, des équipes médicales, des équipes soignantes, de l université, des organismes de recherche publics (INSERM, CNRS), des établissements hospitaliers du Gard et de la Lozère, du médecin Inspecteur Régional de la Santé. Lors de la mise en place du nouveau conseil scientifique de la DRCI en décembre 2011, le président du conseil scientifique a précisé qu une attention particulière serait portée au repérage de jeunes pousses émergentes, à l amélioration du fond et de la forme des projets présentés aux appels d offres. Repérer les jeunes pousses émergentes Les missions confiées aux membres du Conseil scientifique concernent : le repérage/accompagnement de jeunes pousses ; la méthodologie des essais/centre de recherche clinique ; les essais industriels ; les dispositifs médicaux ; la vigilance Appel d offres, le brevetage, la valorisation ; la recherche translationnelle et les liens avec les établissements publics à caractère scientifique et technologique ; les liens avec les centres de ressources biologiques ; la biothèque ; la recherche paramédical et les PHRIP ; l optimisation finale des projets. Chaque DRCI est financée à travers la part variable des MERRI(s) (missions d enseignement, de recherche, de référence et d innovation). Plusieurs indicateurs sont utilisés pour fixer le montant de l enveloppe budgétaire : le nombre et le type d essais cliniques, en cours, promus par l établissement (en 2011, cet indicateur comptait pour 70%) ; la réussite aux appels à projets nationaux de la DGOS sur les trois dernières années. Afin d éviter la dispersion des moyens et d éviter la multiplication de structures, un seuil de a été retenu en La DRCI du CHRU de Nîmes avait perçu, cette année-là, v Page 9 réactif nîmes n 9 juillet 2012

10 DOSSIER suite z Le BESPIM du CHRU de Nîmes est coordonné par le professeur Jean-Pierre Daurès. Parmi ses membres, on compte des pharmaciens, des biostatisticiens, des bio informaticiens, des épidémiologistes, des attachés de recherche clinique, des techniciens de recherche clinique, des médecins, des ingénieurs. par exemple des unités d évaluation médico économique, - d assurer l interface entre tous les établissements de santé impliqués dans la recherche clinique de l Interrégion, - d orienter et d aider à la structuration de la promotion des établissements non pourvus de DRCI et d orienter leurs demandes vers l établissement et les compétences les plus adaptées. Cette réorganisation doit, à terme, participer à l amélioration de la qualité des essais cliniques, à l accélération des recrutements de patients dans les études, au renforcement de la sécurité des patients inclus, à l optimisation des moyens dédiés à la recherche clinique, sans oublier l augmentation du potentiel de publication de niveau international. «Le renforcement de l échelon interrégional s inscrit dans l objectif d une professionnalisation accrue des personnels impliqués dans la recherche clinique pour répondre à l augmentation continue du nombre de protocoles d une complexité croissante et maintenir la performance de la recherche clinique et de l innovation françaises», explique Nicolas Best, Directeur général adjoint du CHRU de Nîmes. En effet, l échelon interrégional reste plus pertinent pour la réalisation de certaines missions pour lesquelles la mutualisation des moyens permet d offrir des compétences que peu de sites hospitaliers peuvent développer seuls Pour consulter la circulaire du 29 Juillet 2011 : cir_33608.pdf DRCI : mode d emploi Un partenariat étroit avec la direction de la recherche, le BESPIM et la pharmacie a permis la mise en place d une organisation fonctionnelle de la DRCI. Cette nouvelle structuration s appuie un personnel expert représentant plusieurs métiers : médecins, pharmaciens, ingénieurs, économistes, techniciens d études cliniques, assistants de recherche clinique, agents administratifs etc. La DRCI dispose donc, avec ces collaborateurs, de compétences en veille technologique et scientifique, de compétences médico-économiques et méthodologiques, de compétences en ingénierie en vue de permettre notamment l interface avec le système d information, pour le suivi des innovations, de compétences techniques usuelles d aide aux investigateurs mais aussi de compétences administratives et financières pour le suivi des études. De quoi participer à la mise en œuvre des projets de recherche, depuis la rédaction jusqu à la publication d articles dans les revues spécialisées, en passant par les suivis des essais, les analyses statistiques, les expertises techniques, la gestion administrative et financière v Page 10 réactif nîmes n 9 juillet 2012

11 ZOOM SUR UNE PUBLICATION Revue : Diabetes Care (2012 Mar ; 35(3):617-23) Pied diabétique : un meilleur usage des antibiotiques Distinction infection/colonisation par Staphylococcus aureus isolées des plaies du pied chez le diabétique v P r Albert Sotto, D r Jean-Louis Richard, D r Nourredine Messad, D r Nicolas Molinari, D r Nathalie Jourdan, D r Sophie Schuldiner, D r Ariane Sultan, D r Christian Carrière, D r Bertrand Canivet, D r Luce Landraud, P r Gérard Lina, P r Jean-Philippe Lavigne. Participants : CHRU Nîmes, Montpellier, Nice, Toulouse, Bordeaux, AP-HP La Pitié-Salpétrière, AP-HP Lariboisière, Reims, Clermont-Ferrand, Nantes ; CH Narbonne, Tourcoing. Comme une étude pilote avait précédemment montré la présence d une population de S. aureus colonisante appartenant aux complexes clonaux CC5 et CC8 sur les plaies du pied chez le diabétique, le but de l étude menée par le groupe de chercheurs français a été d évaluer la prévalence de ces souches en France. Les patients adultes diabétiques (type 1 et 2), présentant une plaie du pied (grades 1-4 ; SPILF 2007) avec S. aureus comme seul pathogène ont été inclus du 1er avril 2008 au 30 juin 2010 dans 12 CHU français. Tous les patients avec plaie de grade 1 (non infectée) ont eu une consultation de suivi dans le mois suivant au cours de laquelle un 2 e prélèvement a été effectué. L origine clonale des souches a été détectée par une technique innovante : les biopuces à ADN (Staphy- Type96, Alere). 195 patients ont été inclus (71% d hommes, 75 plaies de grade 1) et 223 souches de S. aureus ont été isolées dont 35 méthicillino-résistantes lors de la consultation inaugurale ou de suivi. A l inclusion, 44 (59%) souches isolées de plaies de grade 1 appartenaient aux clones CC5/CC8 contre 6 (5%) dans les plaies infectées (grades 2-4) (p<0,001). Lors du suivi des plaies de grade 1 : - a) 57 (76%) ont cicatrisé ou évolué favorablement et 49/57 (86%) présentaient une souche de S. aureus appartenant aux clones CC5/CC8 - b) 18 (24%) se sont aggravées et aucune ne présentait une souche des clones CC5/CC8. Cette étude démontre l existence en France d une population de S. aureus colonisante présente sur les plaies du pied chez le diabétique. L identification de ces souches permet de distinguer les colonisations (grade 1) des infections (grades 2-4), de prédire le devenir de la plaie et devrait contribuer à un meilleur usage des antibiotiques dans la prise en charge des plaies du pied chez le diabétique Financements : PHRC 2007, Bourse Alfediam c Résultat d une analyse d une souche de S. aureus par la technique de biopuce à ADN SIGAPS : le CHU de Nîmes maintient sa dynamique L activité de publications scientifiques est mesurée par le score SIGAPS (Système d Interrogation, de Gestion et d Analyse des Publications Scientifiques). Ce score est calculé pour chacune des publications et varie entre 1 et 32 points selon le rang de l auteur et la catégorie de la revue. L exhaustivité est primordiale afin de valoriser chacune des publications des praticiens du CHU. Lorsque deux praticiens d un même établissement sont co-auteurs d une même publication, seul le score le plus élevé est pris en compte. Sur la période , les équipes médicales du CHU de Nîmes ont participé à 1033 publications, soit un score SIGAPS de points Ce score a été multiplié par 3.5 par rapport à celui enregistré durant la période (2798 points). 18% de ces publications l ont été dans des revues de catégorie A (revue internationale de première catégorie) et 20% dans des revues de catégorie B (revue de très bonne qualité internationale ou nationale). Ces deux taux témoignent de la pertinence, de la qualité et du caractère innovant des projets de recherche menés par les cliniciens-chercheurs du CHU de Nîmes v Page 11 réactif nîmes n 9 juillet 2012

12 FORMATION / VIE UNIVERSITAIRE La visioconférence au service de la médecine Grâce à la visioconférence, les praticiens d établissements périphériques et/ou les médecins de ville peuvent, à distance, solliciter l avis des experts du CHRU. Se met alors en place un échange interactif entre professionnels de santé dans une logique de pluridisciplinarité. La visioconférence participe aussi à l amélioration de la formation médicale continue notamment par l étude de cas rares et complexes, par le partage d expériences. En 2011, le CHRU de Nîmes comptait 31 réseaux de santé. Et si entre 2010 et 2011, le nombre de visioconférences est resté quasiment identique (plus de 300), le temps des visioconférences a, quant à lui, augmenté avec une progression de 4,29 points (soit environ 23 heures supplémentaires). Cette progression devrait se renforcer en Le nombre brut de visioconférences sera également en hausse. Début avril 2012, 101 visioconférences avaient déjà été comptabilisées. Le CHRU projette d améliorer son système de visioconférence notamment par la réalisation de visioconférences multipoint (reliant plusieurs sites), en IP (via le WEB) et/ou en Numéris (liaison téléphonique), en téléphonie, depuis des PC banalisés. Les connexions pourront se faire des sites extérieurs. Une ambition à mettre en relation avec l acquisition envisagée d un nouveau pont de visioconférence (répondant aux normes Haute Définition) La télémédecine au pluriel Il existe aujourd hui plusieurs spécialités liées à la pratique de la télémédecine : - la Téléconsultation : consultation, diagnostic et suivi du patient à distance - la Télé expertise : demande d un 2ème avis à un médecin référent (médecin expert) - la Téléassistance : téléalarme pour les personnes âgées, femmes enceintes etc. - la Télésurveillance : surveillance du patient à distance - la Téléformation : formation et enseignement médical à distance - la Télétransmission : transfert d informations médicales entre professionnels de santé et patients - la Télé radiologie : interprétation d examens radiologiques à distance (diagnostic et expertise) - la Télé chirurgie : opération chirurgicale assistée à distance par ordinateur - le Télé staff : réunion de professionnels de santé en visioconférence La recherche nîmoise en synergie La 2e Rencontre Recherche Nîmoise s est tenue à la fin du premier trimestre Plusieurs ateliers thématiques étaient au programme : Développement durable : appréhension, conception, construction ; Patrimoine historique, culturel, matériel, immatériel ; Risques technologiques, industriels, naturels ; Chimie, biologie, santé ; Physique, mathématiques, informatique, santé ; Langage, cognition, didactique. Des thématiques qui ont donné lieu à des actions concrètes de recherche. En attestent deux études sur la gestion de la ressource en eau des aquifères karstiques ou la modélisation du patrimoine bâti historique pour mieux gérer celui de demain. Sur le plan médical, il était également question du contenu informationnel des prothèses visuelles et des aides techniques pour basse vision. En effet, les interfaces cerveau-machine (ICM) sont des dispositifs permettant d instaurer un canal de communication entre le cerveau humain et le monde extérieur. Ce rendez-vous de la recherche nîmoise, porté par le Centre Hospitalier Universitaire de Nîmes, l Ecole des Mines d Alès, l Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Nîmes, la Faculté de médecine Montpellier-Nîmes, l Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l académie de Montpellier site de Nîmes, l Institut Universitaire de Technologie de Nîmes et l Université de Nîmes, s adresse aux chercheurs. v Page 12 réactif nîmes n 9 juillet 2012

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution

Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution Les spécificités d organisation de la recherche clinique dans une société prestataire de services et dans une institution 1 Matinée de l EMRC - Jeudi 4 décembre 2014 CRO / CHU Société prestataire de services

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF

PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF PRISE EN CHARGE DES LESIONS SPINCTERIENNES ANALES DU POST-PARTUM : DU CURATIF AU PREVENTIF Laurent ABRAMOWITZ Unité de proctologie médico-chirurgicale Hôpital Bichat Claude Bernard 95, Rue de Passy 75016

Plus en détail

Appel à Projets GIRCI Grand Ouest 2015. «Actions structurantes pour l Interrégion Grand Ouest» DOSSIER COMPLET

Appel à Projets GIRCI Grand Ouest 2015. «Actions structurantes pour l Interrégion Grand Ouest» DOSSIER COMPLET Appel à Projets GIRCI Grand Ouest 2015 «Actions structurantes pour l Interrégion Grand Ouest» DOSSIER COMPLET DATE DE LANCEMENT : 12 MARS 2015 DATE LIMITE DE DEPOT PAR LES DRCI : 21 SEPTEMBRE 2015 Type

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La labellisation «Medicen Paris Region»

La labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» De l utilité de la labellisation «Medicen Paris Region» La labellisation «Medicen Paris Region» d un projet francilien, dans le domaine de la santé, est une référence

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES PHARMACIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

OFFRE DE FORMATION SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES PHARMACIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES PHARMACIE 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / PHARMACIE Sous réserve d accréditation (Licences et Masters) LISTE DES FORMATIONS

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE

MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE MASTER BIOLOGIE-SANTE PARCOURS MANAGEMENT DE PROJET ET INNOVATION EN BIOTECHNOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : Biologie

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Recours à la modélisation suite à un essai clinique

Recours à la modélisation suite à un essai clinique 5 ème Journée Nationale des Innovations Hospitalières Bordeaux 26 Juin 2014 Recours à la modélisation suite à un essai clinique l exemple du STIC Brindley Antoine Bénard 1, Elise Verpillot 2, Jean-Rodolphe

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Règlement des Etudes

Règlement des Etudes Règlement des Etudes Il est toléré 3 jours d absence, pour raisons valables, sur les 12 jours de l enseignement. A partir de 4 le DIU ne pourra pas être validé. Il est nécessaire d obtenir la note minimale

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

CLINIQUE DE LA PART-DIEU

CLINIQUE DE LA PART-DIEU ACTIVITE(S) : Médecine Chirurgie Obstétrique () Lutte contre les infections nosocomiales Source : TBIN Reflet global de la lutte contre les infections nosocomiales Score agrégé activités 2012 Cet indicateur

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»

«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Synthèse de la table ronde 2- Giens XXI -octobre 2005 «Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Pierre-Henri.Bertoye, Soizic.Courcier-Duplantier,

Plus en détail

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur

L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES. Le point de vue de l assureur 43ÈMES JOURNÉES DE LA SFMP L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Le point de vue de l assureur 15 novembre 2013, Monaco Marianne Henry-Blanc, Consultante Pôle services Présentation de notre société

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT Rapport d information présenté par M. Jean MALLOT établi en conclusion des travaux de la mission d évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) sur «le fonctionnement

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Dr Denis BABORIER CH LONS-LE-SAUNIER 31 Août 2009 La géographie du projet ISYS Projet d informatisation du système de soins Franche-Comté EMOSIST-fc

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012

Unité de Recherche Clinique St Louis - Lariboisière Fernand Widal Le 03 Février 2012 Visite de pré-sélection Visite de Mise en place Murielle COURREGES-VIAUD, ARC Laurence GUERY, ARC responsable Assurance Qualité Véronique JOUIS, Coordinatrice des ARCs Responsable Logistique Unité de Recherche

Plus en détail

Orange Healthcare vers un système de santé connecté

Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange Healthcare vers un système de santé connecté Orange est conscient que les grands établissements de santé doivent évoluer pour améliorer la prise en charge des patients, coordonner l ensemble des

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015

Orientations de l'appel à projets Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie PRME K 2015 Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015 Références : Instruction n DGOS/PF 4/2014/349 du 19 décembre 2014 relative aux programmes de recherche

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Pourquoi faire de la recherche?

Pourquoi faire de la recherche? Pourquoi faire de la recherche? Accès à l enseignement universitaire (MCU, PU) et Hospitalo- Universitaire (AHU, MCU- PH, PU- PH) Carrières industrielles Travail en équipe dans un laboratoire de recherche

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES Page 1 En service au CHU de Nantes depuis 2009 Déployé sur les CHU de la DIRC HUGO 2012-2013 (Brest, Angers, Poitiers, Tours, Rennes) Acheté par l AP-HM Marseille,

Plus en détail

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain!

Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! Loire et CHU : imaginons l hôpital de demain! CHU de Nantes Envoyé le 13/03/2015 Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est un établissement public de santé. Il a pour principales missions d assurer

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins»

CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» CAHIER DES CHARGES Bourse «Avenir Recherche & Soins» La Bourse Mutualiste pour la Recherche Infirmière et Paramédicale LE CONTEXTE GÉNÉRAL La recherche infirmière et paramédicale - c est-à-dire l étude

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation

Plus en détail

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION

PRÉ-PROGRAMME. Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen. www.hopitalexpomed.com. héral UNE MANIFESTATION PRÉ-PROGRAMME Les rendez-vous d affaires et de coopération hospitalière du bassin méditerranéen UNE MANIFESTATION EN ASSOCIATION AVEC EN PARTENARIAT AVEC UNE ORGANISATION FÉDÉRATION HOSPITALIÈRE DE FRANCE

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE

MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE MASTER (LMD) INGENIERIE DE LA SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : BIOLOGIE SANTE Spécialité : METIERS DE LA SANTE ASSOCIES

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois

PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois PLAN CANCER 1 ET EVALUATION DE l INNOVATION Robert Launois Correspondance : Pr Robert LAUNOIS 28 rue d Assas 75006 PARIS Email : launois.reesfrance@wanadoo.fr - Site internat : http://www.rees-france.com

Plus en détail

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation

Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Fiche de poste de Directeur Adjoint Adjoint au Directeur des Ressources Humaines et de la Formation Centre hospitalier (ou direction commune) : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité

Mention : STAPS. Sport, Prévention, Santé, Bien-être. Objectifs de la spécialité Mention : STAPS Sport, Prévention, Santé, Bien-être Objectifs de la spécialité L'objectif de la spécialité «Sport, Prévention, Santé, Bien être» est de doter les étudiants de compétences scientifiques,

Plus en détail