Zone B: 8 à Prise en charge du mélanome métastatique 8.1 Lésions opérables [Accord d experts].

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zone B: 8 à 9 8 - Prise en charge du mélanome métastatique 8.1 Lésions opérables [Accord d experts]."

Transcription

1 Zone: B8 à Prise en charge du mélanome métastatique Au stade IV, métastatique, chaque décision doit être validée en RCP. Un essai thérapeutique doit être proposé chaque fois que cela est possible. La médiane de survie à ce stade, appréciée sur une grande série récente et sur une méta-analyse de patients, est de 7,5 à 8 mois La durée de survie semble plus importante chez la femme et chez les patients ayant bénéficié d une chirurgie de leur métastase. A l heure actuelle, il n y a pas de traitement standard et les diverses prises en charges restent palliatives. 8.1 Lésions opérables [Accord d experts]. Si le patient est en bon état général,la chirurgie doit être envisagée chaque fois: - qu elle est techniquement possible, - qu elle est unique pour les lésions cérébrales ou pulmonaire, - que la(es) métastases sont cutanées, ou ganglionnaire situations où l on obtient les meilleurs taux de survie à 5 ans (de l ordre de 14 à 38% en cas de métastase cutanée ; de 4 à 27% en cas de métastase pulmonaire). La situation est plus ambiguë en cas de lésion hépatique. La décision chirurgicale doit tenir compte de l évolutivité de la maladie: la chirurgie d une métastase unique est d autant plus justifiée que la maladie est «lentement» métastatique.a l inverse, la maladie très évolutive est le critère majeur d exclusion pour la métastasectomie. En pratique, le nombre de patients éligibles pour la chirurgie de métastase est réduit. La chirurgie neurologique est avantagement remplacée dans beaucoup de cas par le gammaknife. 8.2 Lésions inopérables ou multiples ou dans une maladie très évolutive La chimiothérapie Les résultats attendus étant modestes, l inclusion dans un essai thérapeutique doit toujours êtr favorisée. Quatre classes de produits ont donné des résultats en monochimiothérapie sur le mélanome métastasé: les dialkyls triazènes, les nitroso-urées, les vinca-alcaloïdes et les sels de platine. La dacarbazine (Déticène, DTIC) reste, depuis près de quarante ans, le produit de référence: taux de réponse de l ordre de 6 à 23 p. 100 (dont 5 p. 100 de réponses complètes) dans des essais ouverts, mais seulement 8 à 10% dans les essais randomisés. La durée moyenne de réponse est de 3-4 mois et varie selon le site métastatique: 25 à 35 p. 100 pour les localisations ganglionnaires, 15 p. 100 dans les pulmonaires et 5 à 10 p. 100 pour les cérébrales. La plupart des réponses sont de courte durée mais un petit nombre de réponses complètes sont de longue durée (>2 ans). Référentiel ONCOPACA-Corse Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 45/59 Sa bonne tolérance et son faible coût lui valent d être encore le produit de première ligne thérapeutique. Elle a l inconvénient de ne pas passer la barrière hémato méningée. Les sels de platine (Cisplatine ), et les vinca-alcaloïdes (Oncovin, Eldisine ) 1 / 12

2 ont, en monothérapie, des taux de réponse de 10 à 15 p. 100 et plus d effets toxiques que la dacarbazine. La fotémustine (Muphoran ), nitroso-urée de génération récente, n a pas montré sa supériorité par rapport à la dacarbazine en dehors de son efficacité sur les métastases cérébrales. Le témozolomide (Témodal ), prodrogue du monométhyl 5-triazéno-imidazole carboxamide qui est le métabolite actif de la dacarbazine. Son coût est plus élevé. Sa biodisponibilité autorise l administration orale et lui permet de franchir la barrière hémato encéphalique. Une étude comparative versus dacarbazine n a pas observé de différence d efficacité entre les deux molécules. Iln a pas d AMM en France dans cette indication. La chimiothérapie combinée (ou polychimiothérapie) et la bio chimiothérapie (association de chimiothérapie à l IL-2 ou de l IFN-α) ont obtenu des scores de réponse élevés en essai mono centrique, non confirmés par les études randomisées les comparant au DTIC. Aucun de ces traitements combinés n a démontré de bénéfice en termes de survie ou de durée de réponse, tout en entrainant une accentuation importante des effets secondaires et une dégradation de la qualité de vie. Recommandation La dacarbazine (Déticène, DTIC) est le produit de référence. Les polychimiothérapies et les biochimiothérapies n'augmentant pas la survie globale au prix d'effets secondaires majeurs, on ne les proposera pas en dehors d essais thérapeutiques contrôlés La radiothérapie Radiothérapie classique [D] Ses indications sont restreintes et elle est mal définie au niveau dose et fractionnement: le fractionnement conventionnel est de 2 à 4 Gy, avec une dose totale de 30 à 60 Gy, mais d autres schémas notamment hypofractionnés ont été proposés mais sans essai randomisé disponible. Elle se propose en association ou non avec la chimiothérapie, rarement isolée. Elle est très utile a titre palliatif antalgique ou pour traiter des phénomènes compressifs Radio chirurgie stéréotaxique: gamma-knife ou ciber-knife. L avantage de cette technique est de traiter focalement des lésions cérébrales, de diamètre maximum en règle de 3 cm (un peu plus élevé pour le ciberknife), sans craniotomie, avec des taux de contrôle local proches de la chirurgie. Elle peut être proposée sur une lésion unique ou à titre palliatif sur des lésions multiple. Elle permet d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée Les schémas thérapeutiques: En l'absence de métastases cérébrales En première ligne: monochimiothérapie par dacarbazine [A] (Déticène,DTIC). Schémas d administration variables: de 200 à 250 mg/m2 IV (à l abri de la lumière) en cure de 4 à 5 jours, de 400 mg/m2 de J1 à J3 ou encore de 700 à 800 mg/m2 IV à J1 et J2,ou 800 à 1000 sur 1 seul jour toutes les 3 ou 4 semaines. Toxicité: hématologique et rarement hépatique mais dans l ensemble bien tolérée: pouvoir émétisant bien contrôlé par le traitement anti-émétique. Photo toxicité à prévenir par des conseils de photo protection. Référentiel ONCOPACA-Corse 2 / 12

3 Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 46/59 Le suivi du patient : l'évaluation de la maladie détermine les changements thérapeutiques en fonction de la réponse et de la tolérance du traitement. Evaluation initiale avant le début du traitement puis évaluation clinique et biologique systématique avant chaque cycle et au moindre symptôme nouveau. Le bilan radiologique (TDM ± IRM cérébrale)est répété tous les 3 cycles de chimiothérapie mais peut être avancé en cas de progression clinique ou de nouveau symptôme. Le traitement sera interrompu en cas de mauvaise tolérance ou d absence de bénéfice après 3 cycles thérapeutiques. En deuxième ligne, les produits disponibles en monothérapie sont: - La fotémustine: (Muphoran ) - Posologie: par voie IV: cycle d induction de 100 mg/m2/sem. pendant 3 semaines, puis en entretien, après un repos de 4 semaines, une injection toutes les 3 semaines. - Toxicité: essentiellement sanguine, particulièrement sur la lignée plaquettaire et granuleuse avec un nadir respectif de 4 à 5 et de 5 à 6 semaines après le début du traitement d attaque (avec récupération de plus en plus tardive). - Nausées vomissements: groupe II. - Le cisplatine: (Cisplatyl ) - Posologie en monothérapie de 50 à 120 mg/m2 et par cure sur un ou plusieurs jours en IV, toutes les 3 à 6 semaines en perfusion IV stricte à l abri de la lumière, précédée par hyperhydratation et sous hyper diurèse (3 l/24 h). - Toxicité: insuffisance rénale aiguë, à prévenir par l hyper diurèse, ou chronique cumulative, toxicité auditive, hématologique et neurologique (cumulative au-delà de 400 mg/m2, à type de polynévrite), avec de plus le risque de réactions anaphylactiques. - La vindésine: (Eldisine ) - Posologie: utilisée (hors AMM) à la dose de 3 mg/m2 tous les 7 à 10 jours le premier mois, puis tous les 15 jours. - Toxicité: locale (danger de nécrose des tissus en cas d extravasation), neurotoxicité importante: neuropathies périphériques et atteinte du système neuro-végétatif qu elle partage à des degrés divers avec les autres alcaloïdes de la pervenche, de même que la granulopénie et les manifestations toxiques broncho-pulmonaires Si métastase cérébrale. Les chimiothérapies actives sur le mélanome et passant la barrière hémato encéphalique sont: la fotémustine: (Muphoran ) cf. supra et le témozolomide: (Témodal, hors AMM en France): 200 mg/m2 J1-J5 toutes les 4 semaines.potentiel émétisant.le Gamma-Knife et le Cyber-knife: radio chirurgie stéréotaxique peut être proposé sur une lésion unique ou à titre palliatif sur des lésions multiples à condition que le diamètre maximum de la lésion ne dépasse pas en règle 3 cm. Il permet d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée. 3 / 12

4 Référentiel ONCOPACA-Corse Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 47/ Les indications marginales De la radiothérapie on la propose essentiellement en cas de: - Métastases osseuses douloureuses - Métastases cérébrales symptomatiques (si le traitement par Gamma-Knife n est pas disponible) mais sans bénéfice sur la survie et au prix d effets secondaires invalidants (chute des cheveux, troubles cognitifs,etc.) - Métastases ganglionnaires ou cutanées inopérables... De la chirurgie elle peut être proposée à but antalgique (geste de décompression médullaire) ou de réduction tumorale (adénopathie compressive) ou sur des métastases cutanées affichantes et non contrôlées par le traitement systémique Soutien psychologique et soins palliatifs L'intervention des psycho-oncologues auprès du patient et de ses proches est importante à tous les stades de la maladie et entre dans le cadre de la coordination multidisciplinaire. La place des soins palliatifs est un problème crucial et souvent précoce de la prise en charge des patients présentant un mélanome métastatique, le taux de survie étant de 6 à 9 mois après la découverte de l'extension de la maladie. Leur mise en route nécessite une coordination multidisciplinaire. Les décisions de poursuite de traitement et de leur mise en place (hospitalisation, HAD...) se feront après RCP et en accord avec le patient et sa famille en l'absence de réponse aux traitements. Recommandations : Au stade métastatique, chaque décision doit être validée en RCP. Un essai thérapeutique doit être proposé chaque fois que cela est possible. Au stade de métastases en transit, la chirurgie carcinologique est le traitement standard. Dans les cas où elle est récusée diverses méthodes de chimiothérapie locale, régionale ou systémiques peuvent être proposées. Au stade de métastases à distance (Stade IV) la chirurgie doit être envisagée chaque fois qu elle est techniquement possible et en particulier dans le cas d une métastase unique. En l absence d indication chirurgicale la dacarbazine (Déticène,DTIC) est la mono chimiothérapie standard de choix en première ligne, dans le mélanome de Stade IV. Les protocoles de chimiothérapie combinée n améliorent pas le pronostic par rapport au DTIC enmonothérapie et ne sont pas recommandés en dehors d essais thérapeutiques. Dans le cas de métastase cérébrales les chimiothérapies actives sur le mélanome et passant labarrière hémato encéphalique sont:la Fotémustine et le Témozolomide. Le Gamma-Knife ou le Cyber-knife ou radio chirurgie stéréotaxique, peuvent être proposés sur une lésion unique ou sur des lésions multiples. Ils permettent d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée. Référentiel ONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané(version définitive ; octobre 2008) texte integral 48/ ANNEXES 4 / 12

5 9.1 - Annexe 1 :REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES REFERENCES DEPISTAGE - Remontet L, Estève J, Bouvier A, Grosclaude P, Launoy G, Menegoz F, et al. Cancer incidence and mortality in France over the period Rev Épidemiol Santé Publique 2003;51(1Pt 1): Betti R. Factors of delay in the diagnosis of melanoma. Eur J Dermatol. 2003;13: Richard MA, Grob JJ, et al. Melanoma and tumor thickness. Challenges of early diagnosis. Arch Dermatol. 1999;135: Melia J, Cooper EJ, Frost T, Graham-Brown R, Hunter J, Marsden A, Du Vivier A, White J et al. Cancer Research Campaign health education programme to promote the early detection of cutaneous malignant melanoma. II. Characteristics and incidence of melanoma. Br J Dermatol. 1995;132: Rossi CR, Vecchiato A, Bezze G, Mastrangelo G, Montesco MC, Mocellin S, Meneghetti G, Mazzoleni F et al. Early detection of melanoma: an educational campaign in Padova, Italy. Melanoma Res. 2000;10: Pehamberger H, Binder M, Knollmayer S, et al. Immediate effects of a public education campaign on prognostic features of melanoma. J Am Acad Dermatol. 1993;29: Federman DG, Kravetz JD, Kirsner RS. Skin cancer screening by dermatologists: prevalence and barriers. J Am Acad Dermatol. 2002;46: Federman DG, Concato J, Caralis PV, Hunkele GE, Kirsner RS. Screening for skin cancer in primary care settings. Arch Dermatol. 1997;133: Kirsner RS, Muhkerjee S, Federman DG. Skin cancer screening in primary care: prevalence and barriers. J Am Acad Dermatol. 1999;41: Schwartz JL, Wang TS, Hamilton TA, Lowe L, Sondak VK, Johnson TM. Thin primary cutaneous melanomas: associated detection patterns, lesion characteristics, and patient characteristics. Cancer. 2002;95: Carli P, De Giorgi V, Palli D, Maurichi A, Mulas P, Orlandi C, Imberti GL, Stanganelli I, Soma P, et al. Italian Multidisciplinary Group on Melanoma. Dermatologist detection and skin self-examination are associated with thinner melanomas: results from a survey of the Italian Multidisciplinary Group on Melanoma. Arch Dermatol. 2003;139: Berwick M, Begg CB, Fine JA, Roush GC, Barnhill RL. Screening for Cutaneous Melanoma by Skin Self- Examination. J Natl Cancer Inst. 1996;88: Grob JJ, Gouvernet J, Aymar D, Mostaque A, Romano MH, Collet AM, Noe MC, Diconstanzo MP, Bonerandi JJ. Count of benign melanocytic nevi as a major indicator of risk for non familial nodular and superficial spreading melanoma. Cancer. 1990;66: Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Abeni D, Boyle P, Melchi CF. Meta-analysis of risk factors for cutaneous melanoma: I. Common and atypical naevi. Eur J Cancer. 2005;41: Marghoob AA, Schoenbach SP, Kopf AW, Orlow SJ, Nossa R, Bart RS. Large congenital melanocytic nevi and the risk for the development of malignant melanoma. A prospective study. Arch Dermatol Feb;132(2): Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Zanetti R, Masini C, Boyle P, Melchi CF. Meta-analysis of risk factorsfor cutaneous melanoma: III. Family history, actinic damage and phenotypic factors. Eur J Cancer. 2005;41: Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Picconi O, Boyle P, Melchi CF. 5 / 12

6 Meta-analysis of risk factors for cutaneous melanoma: II. Sun exposure. Eur J Cancer. 2005;41: Christos PJ, Oliveria SA, Berwick M, Guerry D4th, Elder DE, Synnestvedt M, Fine JA, Barnhill RL, Halpern AC.Signs and symptoms of melanoma in older populations. J Clin Epidemiol. 2000;53: Geller AC, Swetter SM, Brooks K, Demierre MF, Yaroch AL. Screening, early detection, and trends for melanoma: current status ( ) and future directions. J Am Acad Dermatol. 2007; Gachon J, Beaulieu P, Sei JF, Gouvernet J, Claudel JP, Lemaitre M, Richard MA, Grob JJ. First prospective study of the recognition process of melanoma in dermatological practice. Arch Dermatol. 2005;141: RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 49/59 - Girardi S, Gaudy C, Gouvernet J, Teston J, Richard MA, Grob JJ. Superiority of a cognitive education with photographs over ABCD criteria in the education of the general population to the early detection of melanoma: a randomized study. Int J Cancer. 2006;118: Kittler H, Pehamberger H, Wolff K, Binder M. Diagnostic accuracy of dermoscopy. Lancet Oncol. 2002;3: Lees VC, Briggs JC. Effect of initial biopsy procedure on prognosis in Stage 1 invasive cutaneous malignant melanoma: review of 1086 patients. Br J Surg. 1991;78: REFERENCES INTERET DU GS - Gershenwald JE, Thompson W, Mansfield PF, Lee JE, Colome MI, Tseng CH, et al. Multi-Institutional Melanoma Lymphatic Mapping Experience: The prognostic value of sentinel lymph node satus in 612 stage I or II melanoma patients. J Clin Oncol march ;17 : Balch CM, Soong SJ, Gershenwald JE, Thompson JF, Reintgen DS, Cascinelli N, Urist M, McMasters KM, Ross MI, Kirkwood JM, Atkins MB, Thompson JA, Coit DG, Byrd D, Desmond R, Zhang Y, Liu PY,Lyman GH, Morabito A. Prognostic factors analysis of 17,600 melanoma patients: validation of the American Joint Committee on Cancer melanoma staging system. J Clin Oncol Aug 15;19(16): Statius Muller MG, van Leeuwen PA, de Lange-De Klerk ES, van Diest PJ, Pijpers R, Ferwerda CC,Vuylsteke RJ, Meijer S. The sentinel lymph node status is an important factor for predicting clinical outcome in patients with Stage I or II cutaneous melanoma. Cancer Jun 15;91(12): Morton DL, Thompson JF, Cochran AJ, et al; MSLT Group: Sentinel-node biopsy or nodal observation in melanoma. N Engl J Med Sep 28;355(13): , Kirkwood JM, Manola J, Ibrahim J, Sondak V, Ernstoff MS, Rao U; Eastern Cooperative Oncology Group. A pooled analysis of eastern cooperative oncology group and intergroup trials of adjuvant high-dose interferon for melanoma. Clin Cancer Res Mar 1;10(5): Tsao H, Atkins MB, Sober AJ. Management of cutaneous melanoma. N Engl J Med Sep 2;351(10): Mahieu-Renard L, Lussato D, Cammilleri S, Mundler O, Richard MA, Grob JJ, Bonerandi JJ. Procédure du ganglion sentinelle dans le mélanome: le délai de fixation comme outil 6 / 12

7 pronostique. Présenté au congrès des Journées Dermatologiques de Paris, 6-10 décembre Testori A, Lazzaro G, Baldini F, et al: The role of ultrasound of sentinel nodes in the preand postoperative evaluation of stage I melanoma patients. Melanoma Res Jun;15(3):191-8, Hocevar M, Bracko M, Pogacnik A, et al: The role of preoperative ultrasonography in reducing the number of sentinel lymph node procedures in melanoma. melanoma Res Dec;14(6):533-6,2004. REFERENCES TRAITEMENT ADJUVANT - WHEATLEY K, IVES N, EGGERMONT A. Interferon-α as adjuvant therapy for melanoma: An individual patient data meta-analysis of randomised trials. J Clin Oncol, ASCO Annual Meeting Proceedings, 2007, 25 : 18S: Morton DL, Thompson JF, Cochran AJ, et al; MSLT Group: Sentinel-node biopsy or nodal observation in melanoma. N Engl J Med Sep 28;355(13): , REFERENCES BILAN INITIAL ET SUIVI RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 50/59 - Houghton AN,Coit DG, DAUD A,Dilawari RA, Dimaio D, Gollob JA, Haas NB, Halpern A, Johnson TM, Kashani-Sabet M, Kraybill WG, Lange JR, Martini M, Ross MI, Samlowski WE, Sener SF, Tanabe KK, Thompson JA, Trisal V, Urist MM, Walker MJ; National Comprehensive Cancer Network. Melanoma. J Natl Compr Canc Netw.2006 Aug ;4(7) : Vereecken P, Laporte M, Petein M, Steels E, HeenenM. Evaluation of extensive initial staging procedure in intermediate/high-risk melanoma patients. J Eur Acad dermatol Venereol.2005 Janv; 19(1): Schmid-Wendtner MH, Burgdorf W. Ultrasound scanning in dermatology. Arch Dermatol Feb; 141(2): Müller-Horvat C, Radny P, Eigentler TK, Schäffer J, Pfannenberg C, Horger M, Khorchidi S, Nägele T, Garbe C, Claussen CD, Schlemmer HP. Prospective comparison of the impact on treatment decisions of whole-body magnetic resonance imaging and computed tomography in patients with metastatic malignant melanoma. Eur J Cancer Feb ; 42(3) : Epub 2005 Dec Menzies SW.Cutaneous melanoma: making a clinical diagnosis, present and future. Dermatol Ther.2006 Jan-Feb; 19(1):32-9. Review. - Aloia TA, Gershenwald JE, Andtbacka RH, Johnson MM, Schacherer CW, Ng CS, Cormier JN, Lee JE, Ross MI, Mansfield PF. Utility of computed tomography and magnetic resonance imaging staging before completion lymphadenectomy in patients with sentinel lymph node positive melanoma. J Clin Oncol Jun 20; 24(18): Beyeler M, Waldispuhl S, Strobel K, Joller-Jemelka HI, Burg G, Dummer R. Detection of melanoma relapse: first comparative analysis on imaging techniques versus S100 protein. Dermatol.2006 ;213(3): Pierard-Franchimont C, Pierard GE. How I explore a patient with cutaneous melanoma : actualisation of an algorithm. Rev med Liege.2006 Dec; 61(12): French. - Negrier S, Saiag P, Guillot B, et al. Standards Options Recommandations; SFD; FNCLCC; Institut National du Cancer; Ligue Nationale contre le cancer; FHF; Fédération Nationale de 7 / 12

8 Cancérologie des CHRU;Fédération Française de Cancérologie. Recommandations 2005 pour la Pratique Clinique. Prise en charge despatients adultes atteints d un mélanome cutané M0. Bull Cancer.2006 ; 93(4): Miranda EP. Utility of computed tomography and magnetic resonance imaging staging before completion lymphadenectomy in sentinel lymph node6positive melanoma. J Clin Oncol Nov 10; 24(32):5178; author reply WagnerJD,SchauweckerD, Davidson D,Logan T, Coleman JJ, Hutchins G, Love C, Wenck s, Daggu J. Inefficacity of F-18 fluorodeoxy-d-glucose-positron emission tomography scans for initial evaluation in earlystage cutaneous melanoma.cancer Aug 1,104(3): Libberecht K,Husada G,Peeters T, Michiels P,Gys T,Molderez c.initial staging of malignant melanoma by positron emission tomography and sentinel node biopsy Acta Chir Belg.2005 Nov-Dec;105(6): Brady MS, Akhurst T, Spnknebel K,Hilton S,Gonen M,Patel A,Larson S. Utility of preoperative 518) fluorodeoxyglucose-positron emission tomography scanning in high-risk melanoma patients. Ann Surg Oncol.2006 Apr;13(4): Clark PB, Soo V, Kraas J, Shen P, Levine EA. Futility of fluorodeoxyglucose F 18 positron emission tomography in initial evaluation of patients with T2 to T4 melanoma. Arch Surg.2006 MAR;141(3): RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 51/59 - Falk MS, Truitt AK, Coakley FV,Kashani-Sabet M, Hawkins RA, Franc B. Interpretation, accuracy andmanagement implications of FDG PET/CT in cutaneous malignant melanoma.nucl Med Commun.2007 Apr;28(4): Maubec E, Lumbroso J, Masson F, Suciu V, Kolb F, Mamelle G, Calvacanti A, Boitier F, Spatz A, Aupérin A, Leboulleux S, Avril MF. F-18fluorodeoxy-D-glucose positron emission tomography scan in the initial evaluation of patients with a primary melanoma thicker than 4 mm. Melanoma Res Jun;17(3): Koskivuo IO, Seppänen MP, Suominem EA, Minn HR.Whole body positron emission tomography in follow-up of high risk melanoma. ActaOncol.2007;46(5): Strobel K, Dummer R, Husarik DB, Pérez Lago M, Hany TF, Steinert HC. High risk melanoma: accuracy of FDG PET/CT with added CT morphologic information for detection of metastases. Radiology.2007 Aug; 244(2): Niederkohr RD, Rosenberg J, Shabo G, Quon A. Clinical value of including the head and lower extremities in 18-FDG PET/CT imaging for patients with malignant melanoma.nucl Med Commun.2007 Sep;28(9): Akcali C, Zincirkeser S, Erbagcy Z, Halac M, Durak G, Sager S, Sahin E. Detection of metastases in patients with cutaneous melanoma using FDG-PET/CT. J Int Med Res.2007 Jul-Aug;35(4): / 12

9 RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 52/ Annexe 3 : Anatomopathologie du mélanome Mélanome primitifrenseignements cliniques à joindre au prélèvement: - sexe et age du patient: - site lésionnel - notions d évolutivité Moyens techniques: - examen sur coupes histologiques standard (HE, HES) - option: immunohistochimie : pour confirmer la nature mélanique - vimentine + (marque aussi les t. conjonctives et carcinomes peu différenciés) - PS100 + (marque aussi t. nerveuses et neuroendocrines) - HMB 45 +, Melan A/MART1 + - CD 45 -, keratine -, EMA -. Précisions nécessaires dans le compte rendu Affirmation de la nature mélanique et de la malignité Type histologique (SSM, nodulaire, lentigineux de type Dubreuilh, lentigineux acral, inclassable, autre en clair ) Présence de phénomènes de régression: (sous estimation possible du risque réel). Ulcération,Embols dans les vaisseaux péritumoraux Neurotropisme Epaisseur mesurée à l oculaire micrométrique (BRESLOW): Niveau d invasion selon CLARK: 1 à 5 Index mitotique: comptage dans le derme/1mm²:etat des berges de l exérèse: en tissu sain ou non Mesure des marges sur «coupe histologique examinée» : Lésions secondaires Ganglions: Précisions nécessaires dans le compte rendu: - Affirmation de la nature mélanique : (immunohistochimie si nécessaire) - nombre des ganglions examinés - micro ou macrométastases - nombre de ganglions envahis et leur taille - existence de rupture capsulaire Métastases cutanées ou viscérales: Précision nécessaire dans le compte rendu: affirmation de la nature mélanique: immunohistochimie si nécessaire RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 56/ Annexe 4 : Radiodétection du ganglion sentinelle dans le mélanome - Principe et définitions: L identification du ganglion sentinelle dans le mélanome est destinée à permettre une exérèse ganglionnaire sélective afin d éviter un curage ganglionnaire parfois inutile et non dépourvu de morbidité. La lymphoscintigraphie est la visualisation du drainage lymphatique après injection d un traceurlymphotrope marqué avec un isotope émetteur. Elle comporte un aspect dynamique (clichés précoces et tardifs) et une cartographie des ganglions. - Réalisation de l examen: Il est nécessaire de connaitre la localisation, la taille de la tumeur initiale, le Breslow et de disposer des documents d imagerie nécessaire. - Information et préparation du patient, par le médecin nucléaire le jour de l examen, 24 9 / 12

10 heures avant l intervention, accompagné d une note d information complémentaire - Le radiopharmaceutique: Sulfure de Rhénium colloïdal marqué au 99mTc(Nanocis ): après injection cutanée le passage des radio colloïdes est immédiat au travers des collecteurs lymphatiques puis la migration vers les ganglions est rapide. Ces radio colloïdes sont ensuite phagocytés dans les sinus périphériques des ganglions par les cellules du système hystiomonocytaires. - L activité administrée est de 10 MBq par seringue dans 0,2 ml. L activité et le volume sont très variables d une équipe à l autre mais le volume doit être le plus réduit possible pour faciliter l injection. - La dosimétrie du ganglion sentinelle reste dans des niveaux extrêmement faibles. A 24 heures il ne reste que 1/16 de l activité injectée qui reste confinée localement, et ne migre que très peu. La circulation sanguine ne capte qu une quantité infime de produit, les organes à distances ne sont pas ou très peu irradiés. Pour le chirurgien : pour un acte chirurgical effectué de 3 à 18 h après l injection de 15 MBq de 99mTc : la dose aux doigts est en moyenne de 1 msv/h, la dose efficace au corps entier est inférieure à 1 Sv/h (distance chirurgien-patient estimée à 50 cm). Pour le pathologiste, lors de l analyse histologique définitive, après plusieurs périodes de décroissance, la radioactivité contenue dans la tumeur et les ganglions sentinelles est négligeable et proche du bruit de fond. - L injection: le volume injecté doit être faible pour ne pas perturber le drainage physiologique, habituellement de 0,1 à 0,3 ml par injection: - Injections intradermiques (créant une papule lors de l injection) péri-tumorales, si le mélanome est en place, ou autour de la biopsie-exérèse en évitant l injection dans la cicatrice et toujours avant la reprise chirurgicale étendue. - Acquisition des images: séquences d imagerie dynamiques, et statiques précoces car le drainage lymphatique est toujours rapide et il est important de visualiser les trajets du drainage lymphatique de la zone explorée. - Pour le thorax: inclure les creux axillaires la région cervicale, l abdomen et le pelvis. - Pour l abdomen: inclure les creux axillaires et les creux inguinaux. - Pour le membre supérieur: inclure coude et creux axillaire. - Pour le membre inférieur : inclure la jambe, le creux poplité (en cas de lésion distale),l aine avec la racine de la cuisse et le triangle de scarpa. - Le Repérage à la peau du GS est effectué une fois la lymphoscintigraphie réalisée. - L interprétation des images doit décrire le ou les ganglions retenus comme sentinelle(s) (GS) avec leur topographie. Différencier les ganglions positifs en aval du GS dits «non sentinelles ou secondaires», des GS multiples (groupe de ganglions de même activité dans un même site ou ganglions visualisés dans 2 sites de drainage différents). - Artéfacts ou sources d erreurs: métastase ganglionnaire massive (risque d absence de concentration du radiocolloïde à cause d une architecture des vaisseaux et des sinus lymphatiques détruite par les métastases). RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 57/59 10 / 12

11 - Le Compte rendu de l examen doit mentionner la méthodologie utilisée et le résultat: nombre de ganglions retenus comme sentinelles et topographie Il doit être disponible, avec les images scintigraphiques, avant l intervention pour que le chirurgien puisse en prendre connaissance. Repérage au bloc opératoire:les critères de définition du GS lors de la détection isotopique opératoire ne sont pas consensuels.pour certains, il s agit du ganglion ayant la plus haute activité, les autres sont dits «non sentinelles» si leur activité est inférieure à 50% de celle du GS. Pour d autres, la définition repose sur un rapport signal sur bruit (méthode plus reproductible), soit in vivo : rapport de 2/1 ou de 3/1 par rapport au bruit de fond, soit ex-vivo : rapport de 10/1 par rapport aux ganglions «non sentinelles» L activité résiduelle dans l aire ganglionnaire doit être vérifiée après exérèse du (des) GS. Une activité résiduelle importante (> à 10% de l activité du GS in vivo ou > à 150% du bruit de fond) doit faire rechercher un éventuel GS additionnel laissé en place. Le chirurgien devra toujours réaliser une palpation du champ opératoire après prélèvement des GS afin de repérer un éventuel ganglion non fixant très suspect (ganglion dur ou détruit par une métastase massive). - Précautions de radioprotection: Les niveaux d activité très faibles mis en jeux par la procédure du ganglion sentinelle ne nécessitent pas de mesure particulière de radioprotection, en particulier au bloc opératoire et au laboratoire d anatomiepathologique. L activité injectée est environ 10 fois inférieure à celle utilisée pour une scintigraphie osseuse : le ganglion ne capte que 3 à 5% de la dose injectée ; à 24 heures, il ne reste que 1/16 de la dose injectée. Pour le personnel soignant, les familles et l entourage du patient : Avant l intervention, les consignes générales sont équivalentes à celles respectées pour tout patient ayant un examen de médecine nucléaire en se souvenant que l activité injectée pour une scintigraphie osseuse est environ 10 fois supérieure. Après l intervention, il n y a plus de précaution particulière à prendre. - Références: Benamor M, Delaloye B, Brenot-Rossi I, Gupta S, Lumbroso J, Nos C et al. Groupe Oncologie de la SFMN et de la FNCLCC. «Guide pour la rédaction de protocole pour la recherche de ganglion sentinelle dans le cancer du sein et autres indications Maublant J, Cachin F, Mestas D, Geissler B. Le repérage du ganglion sentinelle en médecine nucléaire. Bull Cancer ; 89 : Rodier JF. Le repérage du ganglion sentinelle par le chirurgien. Bull Cancer ; 89 : Ricard M, Bard JJ, Boneu A, Giammarile F, Corone C, Herry JY et al. Radioprotection et détection per opératoire du ganglion sentinelle par colloïdes marqués au 99mTc. Med Nucl.Imagerie fonctionnelle et métabolique ;22 : Réunion ACOMEN France Espagne. Détection per opératoire. Med Nucl. Imagerie fonctionnelle et métabolique ; vol 7, n 7. Eshima D, Fauconnier T, Esshima L, Thornback JR. Radiopharmaceuticals for lymphoscintigraphy :including dosimetry and radiation considerations. Semin Nucl Med. 2000; 30: Alazraki N, Glass EC, Castronovo F, Olmos RA, Podoloff D; Society of Nuclear Medicine. Procedure guidelines for lymphoscintigraphy and the use of intraoperative gamma probe for sentinel lymph node localization in melanoma of intermediate thickness 1.0. J Nucl Med. 2002; 43 (10): Philips WG. Sentinel lymph node biopsy and the U.K. guidelines for cutaneous melanoma. Br J Dermatol. 2002;147(4): / 12

12 RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 58/ Annexe 5 : Synthèse de l évaluation des relecteurs: Le Référentiel dans sa globalité % de Personnes Tout à fait ou Assez d accord - La présentation du référentiel en 2 versions courte et texte intégral est adéquate et pratique 90% - La version courte est utile et claire 100% - Le texte intégral est assez explicite 100% - Les situations cliniques auxquelles s appliquent les recommandations sont décrites explicitement 100% - Les différents alternatives pour la prise en charge d une situation clinique sont clairement présentées 100% - Les recommandations clés sont facilement identifiables 90% - Les recommandations sont précises et sans ambiguïtés 80% - Les recommandations sont adaptées à vos pratiques 100% 12 / 12

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Méthode de construction du e-learning

Méthode de construction du e-learning SE FORMER MISE AU POINT Création d un site de e-learning sur le mélanome à l intention des médecins généralistes et des dermatologues Hélène AUBERT-WASTIAUX 1, Gaëlle QUEREUX 1, Jean-Pierre BLANCHERE 2,

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, onco-hématologie Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Mélanomes NOUVEAU P. SAIAG (Ambroise Paré, Boulogne Billancourt), J.-J.

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris

PROJET DE RECHERCHE. FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris 2015 PROJET DE RECHERCHE Apport de la fluorescence pour la détection des ganglions sentinelles dans les cancers du sein FLUO-BREAST Praticien Hospitalo-universitaire Chirurgie cancérologique gynécologique

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315

RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 RESUME DU PROTOCOLE : LX01-315 N /Titre du protocole : LX01-315 / Essai Clinique de Phase 3 pour évaluer la tolérance et l'efficacité de 2 mg d'allovectin-7 en Administration Intra-Lésionnelle versus Dacarbazine

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201?

Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Symposium Covidien, Nice, 10 mai 2010 Nouvelles caméras CZT cardiaques: une seconde vie pour le thallium 201? Bernard Songy Centre Cardiologique du Nord St-Denis Thallium 201: Le thallium 201 présente

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon:

Dépistage du cancer du poumon: Dépistage du cancer du poumon: les enjeux Colloque de l Escalade Genève, 5 décembre 2012 Thierry Rochat, Service de Pneumologie, HUG Le cancer bronchique c est déprimant Lors du diagnostic du ca bronchique

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Actualisation juillet 2011 Ce document est

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

Guidelines for the diagnosis and treatment of Merkel cell carcinoma

Guidelines for the diagnosis and treatment of Merkel cell carcinoma Annales de dermatologie et de vénéréologie (2011) 138, 475 482 OPINION D EXPERT Recommandations du groupe de cancérologie cutanée de la Société française de dermatologie pour la prise en charge diagnostique

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 4 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 4 novembre 2009 IRESSA 250 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP 395 950-7) ASTRAZENECA géfitinib Liste I Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Contrairement à la chimiothérapie, à l hormonothérapie et à la radiothérapie, la

Contrairement à la chimiothérapie, à l hormonothérapie et à la radiothérapie, la Critères de qualité en chirurgie dans la prise en charge des cancers du sein localisés Quality assurance in breast cancer surgery Mots-clés : Cancer du sein - Chirurgie - Recommandation - Critère de qualité.

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009

Cancer de l ovaire. traitements, soins et innovation. traitements adjuvants et de consolidation. www.e-cancer.fr. juin 2009 traitements, soins et innovation juin 2009 recommandations professionnelles Cancer de l ovaire traitements adjuvants et de consolidation COLLECTION recommandations & référentiels RECOMMANDATIONS DE PRISE

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France

F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France 18F-fluorodéoxyglucose en oncologie. Expérience en Ile de France. 18 F-FLUORODÉOXYGLUCOSE EN ONCOLOGIE Expérience en Ile de France H. FOEHRENBACH 1, J. LUMBROSO 2 1 Service Médecine Nucléaire, Hôpital

Plus en détail

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Le traitement: radio-chimiothérapie ou chirurgie Une fois que le diagnostic

Plus en détail

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007

Cancer recto-colique : l imagerie médicale. Introduction. Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 1 Cancer recto-colique : l imagerie médicale Dr Marc Lacrosse, Service de Radiologie, Cliniques UCL de Mont-Godinne Septembre 2007 Introduction Si l on considère la contribution de l imagerie médicale

Plus en détail

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France.

Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées. The role of surgery in the era of targeted therapy. * Non ouvert en France. dossier thématique Place de la chirurgie à l heure des thérapies ciblées The role of surgery in the era of targeted therapy P. Bigot*, J.C. Bernhard** Points forts» En association avec l immunothérapie,

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives

Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Optimisation des prélèvements biopsiques à l aiguille Recommandations, contrôle de qualité et perspectives Dr Daniel Faverly Anatomie Pathologique Laboratoire CMP, CCR et ECWGBSP Auditeur pour Cancer Care

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique

Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique Table Ronde N 7 : Evaluation au remboursement des anticancéreux : méthodologie, relation entre quantité d effet et besoin thérapeutique 1 Qu entend on par évaluation au remboursement? L évaluation est

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var

Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée. Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var Pemetrexed, pionnier de la chimiothérapie histoguidée Dr Olivier CASTELNAU Institut Arnault TZANCK ST Laurent du Var SFPO Octobre 2009 EPIDEMIOLOGIE Incidence : 1.35 M par an dans le monde (12,4%) 28 000

Plus en détail