Zone B: 8 à Prise en charge du mélanome métastatique 8.1 Lésions opérables [Accord d experts].

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Zone B: 8 à 9 8 - Prise en charge du mélanome métastatique 8.1 Lésions opérables [Accord d experts]."

Transcription

1 Zone: B8 à Prise en charge du mélanome métastatique Au stade IV, métastatique, chaque décision doit être validée en RCP. Un essai thérapeutique doit être proposé chaque fois que cela est possible. La médiane de survie à ce stade, appréciée sur une grande série récente et sur une méta-analyse de patients, est de 7,5 à 8 mois La durée de survie semble plus importante chez la femme et chez les patients ayant bénéficié d une chirurgie de leur métastase. A l heure actuelle, il n y a pas de traitement standard et les diverses prises en charges restent palliatives. 8.1 Lésions opérables [Accord d experts]. Si le patient est en bon état général,la chirurgie doit être envisagée chaque fois: - qu elle est techniquement possible, - qu elle est unique pour les lésions cérébrales ou pulmonaire, - que la(es) métastases sont cutanées, ou ganglionnaire situations où l on obtient les meilleurs taux de survie à 5 ans (de l ordre de 14 à 38% en cas de métastase cutanée ; de 4 à 27% en cas de métastase pulmonaire). La situation est plus ambiguë en cas de lésion hépatique. La décision chirurgicale doit tenir compte de l évolutivité de la maladie: la chirurgie d une métastase unique est d autant plus justifiée que la maladie est «lentement» métastatique.a l inverse, la maladie très évolutive est le critère majeur d exclusion pour la métastasectomie. En pratique, le nombre de patients éligibles pour la chirurgie de métastase est réduit. La chirurgie neurologique est avantagement remplacée dans beaucoup de cas par le gammaknife. 8.2 Lésions inopérables ou multiples ou dans une maladie très évolutive La chimiothérapie Les résultats attendus étant modestes, l inclusion dans un essai thérapeutique doit toujours êtr favorisée. Quatre classes de produits ont donné des résultats en monochimiothérapie sur le mélanome métastasé: les dialkyls triazènes, les nitroso-urées, les vinca-alcaloïdes et les sels de platine. La dacarbazine (Déticène, DTIC) reste, depuis près de quarante ans, le produit de référence: taux de réponse de l ordre de 6 à 23 p. 100 (dont 5 p. 100 de réponses complètes) dans des essais ouverts, mais seulement 8 à 10% dans les essais randomisés. La durée moyenne de réponse est de 3-4 mois et varie selon le site métastatique: 25 à 35 p. 100 pour les localisations ganglionnaires, 15 p. 100 dans les pulmonaires et 5 à 10 p. 100 pour les cérébrales. La plupart des réponses sont de courte durée mais un petit nombre de réponses complètes sont de longue durée (>2 ans). Référentiel ONCOPACA-Corse Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 45/59 Sa bonne tolérance et son faible coût lui valent d être encore le produit de première ligne thérapeutique. Elle a l inconvénient de ne pas passer la barrière hémato méningée. Les sels de platine (Cisplatine ), et les vinca-alcaloïdes (Oncovin, Eldisine ) 1 / 12

2 ont, en monothérapie, des taux de réponse de 10 à 15 p. 100 et plus d effets toxiques que la dacarbazine. La fotémustine (Muphoran ), nitroso-urée de génération récente, n a pas montré sa supériorité par rapport à la dacarbazine en dehors de son efficacité sur les métastases cérébrales. Le témozolomide (Témodal ), prodrogue du monométhyl 5-triazéno-imidazole carboxamide qui est le métabolite actif de la dacarbazine. Son coût est plus élevé. Sa biodisponibilité autorise l administration orale et lui permet de franchir la barrière hémato encéphalique. Une étude comparative versus dacarbazine n a pas observé de différence d efficacité entre les deux molécules. Iln a pas d AMM en France dans cette indication. La chimiothérapie combinée (ou polychimiothérapie) et la bio chimiothérapie (association de chimiothérapie à l IL-2 ou de l IFN-α) ont obtenu des scores de réponse élevés en essai mono centrique, non confirmés par les études randomisées les comparant au DTIC. Aucun de ces traitements combinés n a démontré de bénéfice en termes de survie ou de durée de réponse, tout en entrainant une accentuation importante des effets secondaires et une dégradation de la qualité de vie. Recommandation La dacarbazine (Déticène, DTIC) est le produit de référence. Les polychimiothérapies et les biochimiothérapies n'augmentant pas la survie globale au prix d'effets secondaires majeurs, on ne les proposera pas en dehors d essais thérapeutiques contrôlés La radiothérapie Radiothérapie classique [D] Ses indications sont restreintes et elle est mal définie au niveau dose et fractionnement: le fractionnement conventionnel est de 2 à 4 Gy, avec une dose totale de 30 à 60 Gy, mais d autres schémas notamment hypofractionnés ont été proposés mais sans essai randomisé disponible. Elle se propose en association ou non avec la chimiothérapie, rarement isolée. Elle est très utile a titre palliatif antalgique ou pour traiter des phénomènes compressifs Radio chirurgie stéréotaxique: gamma-knife ou ciber-knife. L avantage de cette technique est de traiter focalement des lésions cérébrales, de diamètre maximum en règle de 3 cm (un peu plus élevé pour le ciberknife), sans craniotomie, avec des taux de contrôle local proches de la chirurgie. Elle peut être proposée sur une lésion unique ou à titre palliatif sur des lésions multiple. Elle permet d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée Les schémas thérapeutiques: En l'absence de métastases cérébrales En première ligne: monochimiothérapie par dacarbazine [A] (Déticène,DTIC). Schémas d administration variables: de 200 à 250 mg/m2 IV (à l abri de la lumière) en cure de 4 à 5 jours, de 400 mg/m2 de J1 à J3 ou encore de 700 à 800 mg/m2 IV à J1 et J2,ou 800 à 1000 sur 1 seul jour toutes les 3 ou 4 semaines. Toxicité: hématologique et rarement hépatique mais dans l ensemble bien tolérée: pouvoir émétisant bien contrôlé par le traitement anti-émétique. Photo toxicité à prévenir par des conseils de photo protection. Référentiel ONCOPACA-Corse 2 / 12

3 Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 46/59 Le suivi du patient : l'évaluation de la maladie détermine les changements thérapeutiques en fonction de la réponse et de la tolérance du traitement. Evaluation initiale avant le début du traitement puis évaluation clinique et biologique systématique avant chaque cycle et au moindre symptôme nouveau. Le bilan radiologique (TDM ± IRM cérébrale)est répété tous les 3 cycles de chimiothérapie mais peut être avancé en cas de progression clinique ou de nouveau symptôme. Le traitement sera interrompu en cas de mauvaise tolérance ou d absence de bénéfice après 3 cycles thérapeutiques. En deuxième ligne, les produits disponibles en monothérapie sont: - La fotémustine: (Muphoran ) - Posologie: par voie IV: cycle d induction de 100 mg/m2/sem. pendant 3 semaines, puis en entretien, après un repos de 4 semaines, une injection toutes les 3 semaines. - Toxicité: essentiellement sanguine, particulièrement sur la lignée plaquettaire et granuleuse avec un nadir respectif de 4 à 5 et de 5 à 6 semaines après le début du traitement d attaque (avec récupération de plus en plus tardive). - Nausées vomissements: groupe II. - Le cisplatine: (Cisplatyl ) - Posologie en monothérapie de 50 à 120 mg/m2 et par cure sur un ou plusieurs jours en IV, toutes les 3 à 6 semaines en perfusion IV stricte à l abri de la lumière, précédée par hyperhydratation et sous hyper diurèse (3 l/24 h). - Toxicité: insuffisance rénale aiguë, à prévenir par l hyper diurèse, ou chronique cumulative, toxicité auditive, hématologique et neurologique (cumulative au-delà de 400 mg/m2, à type de polynévrite), avec de plus le risque de réactions anaphylactiques. - La vindésine: (Eldisine ) - Posologie: utilisée (hors AMM) à la dose de 3 mg/m2 tous les 7 à 10 jours le premier mois, puis tous les 15 jours. - Toxicité: locale (danger de nécrose des tissus en cas d extravasation), neurotoxicité importante: neuropathies périphériques et atteinte du système neuro-végétatif qu elle partage à des degrés divers avec les autres alcaloïdes de la pervenche, de même que la granulopénie et les manifestations toxiques broncho-pulmonaires Si métastase cérébrale. Les chimiothérapies actives sur le mélanome et passant la barrière hémato encéphalique sont: la fotémustine: (Muphoran ) cf. supra et le témozolomide: (Témodal, hors AMM en France): 200 mg/m2 J1-J5 toutes les 4 semaines.potentiel émétisant.le Gamma-Knife et le Cyber-knife: radio chirurgie stéréotaxique peut être proposé sur une lésion unique ou à titre palliatif sur des lésions multiples à condition que le diamètre maximum de la lésion ne dépasse pas en règle 3 cm. Il permet d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée. 3 / 12

4 Référentiel ONCOPACA-Corse Prise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 47/ Les indications marginales De la radiothérapie on la propose essentiellement en cas de: - Métastases osseuses douloureuses - Métastases cérébrales symptomatiques (si le traitement par Gamma-Knife n est pas disponible) mais sans bénéfice sur la survie et au prix d effets secondaires invalidants (chute des cheveux, troubles cognitifs,etc.) - Métastases ganglionnaires ou cutanées inopérables... De la chirurgie elle peut être proposée à but antalgique (geste de décompression médullaire) ou de réduction tumorale (adénopathie compressive) ou sur des métastases cutanées affichantes et non contrôlées par le traitement systémique Soutien psychologique et soins palliatifs L'intervention des psycho-oncologues auprès du patient et de ses proches est importante à tous les stades de la maladie et entre dans le cadre de la coordination multidisciplinaire. La place des soins palliatifs est un problème crucial et souvent précoce de la prise en charge des patients présentant un mélanome métastatique, le taux de survie étant de 6 à 9 mois après la découverte de l'extension de la maladie. Leur mise en route nécessite une coordination multidisciplinaire. Les décisions de poursuite de traitement et de leur mise en place (hospitalisation, HAD...) se feront après RCP et en accord avec le patient et sa famille en l'absence de réponse aux traitements. Recommandations : Au stade métastatique, chaque décision doit être validée en RCP. Un essai thérapeutique doit être proposé chaque fois que cela est possible. Au stade de métastases en transit, la chirurgie carcinologique est le traitement standard. Dans les cas où elle est récusée diverses méthodes de chimiothérapie locale, régionale ou systémiques peuvent être proposées. Au stade de métastases à distance (Stade IV) la chirurgie doit être envisagée chaque fois qu elle est techniquement possible et en particulier dans le cas d une métastase unique. En l absence d indication chirurgicale la dacarbazine (Déticène,DTIC) est la mono chimiothérapie standard de choix en première ligne, dans le mélanome de Stade IV. Les protocoles de chimiothérapie combinée n améliorent pas le pronostic par rapport au DTIC enmonothérapie et ne sont pas recommandés en dehors d essais thérapeutiques. Dans le cas de métastase cérébrales les chimiothérapies actives sur le mélanome et passant labarrière hémato encéphalique sont:la Fotémustine et le Témozolomide. Le Gamma-Knife ou le Cyber-knife ou radio chirurgie stéréotaxique, peuvent être proposés sur une lésion unique ou sur des lésions multiples. Ils permettent d éviter la radiothérapie pan cérébrale qui reste controversée. Référentiel ONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané(version définitive ; octobre 2008) texte integral 48/ ANNEXES 4 / 12

5 9.1 - Annexe 1 :REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES REFERENCES DEPISTAGE - Remontet L, Estève J, Bouvier A, Grosclaude P, Launoy G, Menegoz F, et al. Cancer incidence and mortality in France over the period Rev Épidemiol Santé Publique 2003;51(1Pt 1): Betti R. Factors of delay in the diagnosis of melanoma. Eur J Dermatol. 2003;13: Richard MA, Grob JJ, et al. Melanoma and tumor thickness. Challenges of early diagnosis. Arch Dermatol. 1999;135: Melia J, Cooper EJ, Frost T, Graham-Brown R, Hunter J, Marsden A, Du Vivier A, White J et al. Cancer Research Campaign health education programme to promote the early detection of cutaneous malignant melanoma. II. Characteristics and incidence of melanoma. Br J Dermatol. 1995;132: Rossi CR, Vecchiato A, Bezze G, Mastrangelo G, Montesco MC, Mocellin S, Meneghetti G, Mazzoleni F et al. Early detection of melanoma: an educational campaign in Padova, Italy. Melanoma Res. 2000;10: Pehamberger H, Binder M, Knollmayer S, et al. Immediate effects of a public education campaign on prognostic features of melanoma. J Am Acad Dermatol. 1993;29: Federman DG, Kravetz JD, Kirsner RS. Skin cancer screening by dermatologists: prevalence and barriers. J Am Acad Dermatol. 2002;46: Federman DG, Concato J, Caralis PV, Hunkele GE, Kirsner RS. Screening for skin cancer in primary care settings. Arch Dermatol. 1997;133: Kirsner RS, Muhkerjee S, Federman DG. Skin cancer screening in primary care: prevalence and barriers. J Am Acad Dermatol. 1999;41: Schwartz JL, Wang TS, Hamilton TA, Lowe L, Sondak VK, Johnson TM. Thin primary cutaneous melanomas: associated detection patterns, lesion characteristics, and patient characteristics. Cancer. 2002;95: Carli P, De Giorgi V, Palli D, Maurichi A, Mulas P, Orlandi C, Imberti GL, Stanganelli I, Soma P, et al. Italian Multidisciplinary Group on Melanoma. Dermatologist detection and skin self-examination are associated with thinner melanomas: results from a survey of the Italian Multidisciplinary Group on Melanoma. Arch Dermatol. 2003;139: Berwick M, Begg CB, Fine JA, Roush GC, Barnhill RL. Screening for Cutaneous Melanoma by Skin Self- Examination. J Natl Cancer Inst. 1996;88: Grob JJ, Gouvernet J, Aymar D, Mostaque A, Romano MH, Collet AM, Noe MC, Diconstanzo MP, Bonerandi JJ. Count of benign melanocytic nevi as a major indicator of risk for non familial nodular and superficial spreading melanoma. Cancer. 1990;66: Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Abeni D, Boyle P, Melchi CF. Meta-analysis of risk factors for cutaneous melanoma: I. Common and atypical naevi. Eur J Cancer. 2005;41: Marghoob AA, Schoenbach SP, Kopf AW, Orlow SJ, Nossa R, Bart RS. Large congenital melanocytic nevi and the risk for the development of malignant melanoma. A prospective study. Arch Dermatol Feb;132(2): Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Zanetti R, Masini C, Boyle P, Melchi CF. Meta-analysis of risk factorsfor cutaneous melanoma: III. Family history, actinic damage and phenotypic factors. Eur J Cancer. 2005;41: Gandini S, Sera F, Cattaruzza MS, Pasquini P, Picconi O, Boyle P, Melchi CF. 5 / 12

6 Meta-analysis of risk factors for cutaneous melanoma: II. Sun exposure. Eur J Cancer. 2005;41: Christos PJ, Oliveria SA, Berwick M, Guerry D4th, Elder DE, Synnestvedt M, Fine JA, Barnhill RL, Halpern AC.Signs and symptoms of melanoma in older populations. J Clin Epidemiol. 2000;53: Geller AC, Swetter SM, Brooks K, Demierre MF, Yaroch AL. Screening, early detection, and trends for melanoma: current status ( ) and future directions. J Am Acad Dermatol. 2007; Gachon J, Beaulieu P, Sei JF, Gouvernet J, Claudel JP, Lemaitre M, Richard MA, Grob JJ. First prospective study of the recognition process of melanoma in dermatological practice. Arch Dermatol. 2005;141: RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 49/59 - Girardi S, Gaudy C, Gouvernet J, Teston J, Richard MA, Grob JJ. Superiority of a cognitive education with photographs over ABCD criteria in the education of the general population to the early detection of melanoma: a randomized study. Int J Cancer. 2006;118: Kittler H, Pehamberger H, Wolff K, Binder M. Diagnostic accuracy of dermoscopy. Lancet Oncol. 2002;3: Lees VC, Briggs JC. Effect of initial biopsy procedure on prognosis in Stage 1 invasive cutaneous malignant melanoma: review of 1086 patients. Br J Surg. 1991;78: REFERENCES INTERET DU GS - Gershenwald JE, Thompson W, Mansfield PF, Lee JE, Colome MI, Tseng CH, et al. Multi-Institutional Melanoma Lymphatic Mapping Experience: The prognostic value of sentinel lymph node satus in 612 stage I or II melanoma patients. J Clin Oncol march ;17 : Balch CM, Soong SJ, Gershenwald JE, Thompson JF, Reintgen DS, Cascinelli N, Urist M, McMasters KM, Ross MI, Kirkwood JM, Atkins MB, Thompson JA, Coit DG, Byrd D, Desmond R, Zhang Y, Liu PY,Lyman GH, Morabito A. Prognostic factors analysis of 17,600 melanoma patients: validation of the American Joint Committee on Cancer melanoma staging system. J Clin Oncol Aug 15;19(16): Statius Muller MG, van Leeuwen PA, de Lange-De Klerk ES, van Diest PJ, Pijpers R, Ferwerda CC,Vuylsteke RJ, Meijer S. The sentinel lymph node status is an important factor for predicting clinical outcome in patients with Stage I or II cutaneous melanoma. Cancer Jun 15;91(12): Morton DL, Thompson JF, Cochran AJ, et al; MSLT Group: Sentinel-node biopsy or nodal observation in melanoma. N Engl J Med Sep 28;355(13): , Kirkwood JM, Manola J, Ibrahim J, Sondak V, Ernstoff MS, Rao U; Eastern Cooperative Oncology Group. A pooled analysis of eastern cooperative oncology group and intergroup trials of adjuvant high-dose interferon for melanoma. Clin Cancer Res Mar 1;10(5): Tsao H, Atkins MB, Sober AJ. Management of cutaneous melanoma. N Engl J Med Sep 2;351(10): Mahieu-Renard L, Lussato D, Cammilleri S, Mundler O, Richard MA, Grob JJ, Bonerandi JJ. Procédure du ganglion sentinelle dans le mélanome: le délai de fixation comme outil 6 / 12

7 pronostique. Présenté au congrès des Journées Dermatologiques de Paris, 6-10 décembre Testori A, Lazzaro G, Baldini F, et al: The role of ultrasound of sentinel nodes in the preand postoperative evaluation of stage I melanoma patients. Melanoma Res Jun;15(3):191-8, Hocevar M, Bracko M, Pogacnik A, et al: The role of preoperative ultrasonography in reducing the number of sentinel lymph node procedures in melanoma. melanoma Res Dec;14(6):533-6,2004. REFERENCES TRAITEMENT ADJUVANT - WHEATLEY K, IVES N, EGGERMONT A. Interferon-α as adjuvant therapy for melanoma: An individual patient data meta-analysis of randomised trials. J Clin Oncol, ASCO Annual Meeting Proceedings, 2007, 25 : 18S: Morton DL, Thompson JF, Cochran AJ, et al; MSLT Group: Sentinel-node biopsy or nodal observation in melanoma. N Engl J Med Sep 28;355(13): , REFERENCES BILAN INITIAL ET SUIVI RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 50/59 - Houghton AN,Coit DG, DAUD A,Dilawari RA, Dimaio D, Gollob JA, Haas NB, Halpern A, Johnson TM, Kashani-Sabet M, Kraybill WG, Lange JR, Martini M, Ross MI, Samlowski WE, Sener SF, Tanabe KK, Thompson JA, Trisal V, Urist MM, Walker MJ; National Comprehensive Cancer Network. Melanoma. J Natl Compr Canc Netw.2006 Aug ;4(7) : Vereecken P, Laporte M, Petein M, Steels E, HeenenM. Evaluation of extensive initial staging procedure in intermediate/high-risk melanoma patients. J Eur Acad dermatol Venereol.2005 Janv; 19(1): Schmid-Wendtner MH, Burgdorf W. Ultrasound scanning in dermatology. Arch Dermatol Feb; 141(2): Müller-Horvat C, Radny P, Eigentler TK, Schäffer J, Pfannenberg C, Horger M, Khorchidi S, Nägele T, Garbe C, Claussen CD, Schlemmer HP. Prospective comparison of the impact on treatment decisions of whole-body magnetic resonance imaging and computed tomography in patients with metastatic malignant melanoma. Eur J Cancer Feb ; 42(3) : Epub 2005 Dec Menzies SW.Cutaneous melanoma: making a clinical diagnosis, present and future. Dermatol Ther.2006 Jan-Feb; 19(1):32-9. Review. - Aloia TA, Gershenwald JE, Andtbacka RH, Johnson MM, Schacherer CW, Ng CS, Cormier JN, Lee JE, Ross MI, Mansfield PF. Utility of computed tomography and magnetic resonance imaging staging before completion lymphadenectomy in patients with sentinel lymph node positive melanoma. J Clin Oncol Jun 20; 24(18): Beyeler M, Waldispuhl S, Strobel K, Joller-Jemelka HI, Burg G, Dummer R. Detection of melanoma relapse: first comparative analysis on imaging techniques versus S100 protein. Dermatol.2006 ;213(3): Pierard-Franchimont C, Pierard GE. How I explore a patient with cutaneous melanoma : actualisation of an algorithm. Rev med Liege.2006 Dec; 61(12): French. - Negrier S, Saiag P, Guillot B, et al. Standards Options Recommandations; SFD; FNCLCC; Institut National du Cancer; Ligue Nationale contre le cancer; FHF; Fédération Nationale de 7 / 12

8 Cancérologie des CHRU;Fédération Française de Cancérologie. Recommandations 2005 pour la Pratique Clinique. Prise en charge despatients adultes atteints d un mélanome cutané M0. Bull Cancer.2006 ; 93(4): Miranda EP. Utility of computed tomography and magnetic resonance imaging staging before completion lymphadenectomy in sentinel lymph node6positive melanoma. J Clin Oncol Nov 10; 24(32):5178; author reply WagnerJD,SchauweckerD, Davidson D,Logan T, Coleman JJ, Hutchins G, Love C, Wenck s, Daggu J. Inefficacity of F-18 fluorodeoxy-d-glucose-positron emission tomography scans for initial evaluation in earlystage cutaneous melanoma.cancer Aug 1,104(3): Libberecht K,Husada G,Peeters T, Michiels P,Gys T,Molderez c.initial staging of malignant melanoma by positron emission tomography and sentinel node biopsy Acta Chir Belg.2005 Nov-Dec;105(6): Brady MS, Akhurst T, Spnknebel K,Hilton S,Gonen M,Patel A,Larson S. Utility of preoperative 518) fluorodeoxyglucose-positron emission tomography scanning in high-risk melanoma patients. Ann Surg Oncol.2006 Apr;13(4): Clark PB, Soo V, Kraas J, Shen P, Levine EA. Futility of fluorodeoxyglucose F 18 positron emission tomography in initial evaluation of patients with T2 to T4 melanoma. Arch Surg.2006 MAR;141(3): RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 51/59 - Falk MS, Truitt AK, Coakley FV,Kashani-Sabet M, Hawkins RA, Franc B. Interpretation, accuracy andmanagement implications of FDG PET/CT in cutaneous malignant melanoma.nucl Med Commun.2007 Apr;28(4): Maubec E, Lumbroso J, Masson F, Suciu V, Kolb F, Mamelle G, Calvacanti A, Boitier F, Spatz A, Aupérin A, Leboulleux S, Avril MF. F-18fluorodeoxy-D-glucose positron emission tomography scan in the initial evaluation of patients with a primary melanoma thicker than 4 mm. Melanoma Res Jun;17(3): Koskivuo IO, Seppänen MP, Suominem EA, Minn HR.Whole body positron emission tomography in follow-up of high risk melanoma. ActaOncol.2007;46(5): Strobel K, Dummer R, Husarik DB, Pérez Lago M, Hany TF, Steinert HC. High risk melanoma: accuracy of FDG PET/CT with added CT morphologic information for detection of metastases. Radiology.2007 Aug; 244(2): Niederkohr RD, Rosenberg J, Shabo G, Quon A. Clinical value of including the head and lower extremities in 18-FDG PET/CT imaging for patients with malignant melanoma.nucl Med Commun.2007 Sep;28(9): Akcali C, Zincirkeser S, Erbagcy Z, Halac M, Durak G, Sager S, Sahin E. Detection of metastases in patients with cutaneous melanoma using FDG-PET/CT. J Int Med Res.2007 Jul-Aug;35(4): / 12

9 RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 52/ Annexe 3 : Anatomopathologie du mélanome Mélanome primitifrenseignements cliniques à joindre au prélèvement: - sexe et age du patient: - site lésionnel - notions d évolutivité Moyens techniques: - examen sur coupes histologiques standard (HE, HES) - option: immunohistochimie : pour confirmer la nature mélanique - vimentine + (marque aussi les t. conjonctives et carcinomes peu différenciés) - PS100 + (marque aussi t. nerveuses et neuroendocrines) - HMB 45 +, Melan A/MART1 + - CD 45 -, keratine -, EMA -. Précisions nécessaires dans le compte rendu Affirmation de la nature mélanique et de la malignité Type histologique (SSM, nodulaire, lentigineux de type Dubreuilh, lentigineux acral, inclassable, autre en clair ) Présence de phénomènes de régression: (sous estimation possible du risque réel). Ulcération,Embols dans les vaisseaux péritumoraux Neurotropisme Epaisseur mesurée à l oculaire micrométrique (BRESLOW): Niveau d invasion selon CLARK: 1 à 5 Index mitotique: comptage dans le derme/1mm²:etat des berges de l exérèse: en tissu sain ou non Mesure des marges sur «coupe histologique examinée» : Lésions secondaires Ganglions: Précisions nécessaires dans le compte rendu: - Affirmation de la nature mélanique : (immunohistochimie si nécessaire) - nombre des ganglions examinés - micro ou macrométastases - nombre de ganglions envahis et leur taille - existence de rupture capsulaire Métastases cutanées ou viscérales: Précision nécessaire dans le compte rendu: affirmation de la nature mélanique: immunohistochimie si nécessaire RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 56/ Annexe 4 : Radiodétection du ganglion sentinelle dans le mélanome - Principe et définitions: L identification du ganglion sentinelle dans le mélanome est destinée à permettre une exérèse ganglionnaire sélective afin d éviter un curage ganglionnaire parfois inutile et non dépourvu de morbidité. La lymphoscintigraphie est la visualisation du drainage lymphatique après injection d un traceurlymphotrope marqué avec un isotope émetteur. Elle comporte un aspect dynamique (clichés précoces et tardifs) et une cartographie des ganglions. - Réalisation de l examen: Il est nécessaire de connaitre la localisation, la taille de la tumeur initiale, le Breslow et de disposer des documents d imagerie nécessaire. - Information et préparation du patient, par le médecin nucléaire le jour de l examen, 24 9 / 12

10 heures avant l intervention, accompagné d une note d information complémentaire - Le radiopharmaceutique: Sulfure de Rhénium colloïdal marqué au 99mTc(Nanocis ): après injection cutanée le passage des radio colloïdes est immédiat au travers des collecteurs lymphatiques puis la migration vers les ganglions est rapide. Ces radio colloïdes sont ensuite phagocytés dans les sinus périphériques des ganglions par les cellules du système hystiomonocytaires. - L activité administrée est de 10 MBq par seringue dans 0,2 ml. L activité et le volume sont très variables d une équipe à l autre mais le volume doit être le plus réduit possible pour faciliter l injection. - La dosimétrie du ganglion sentinelle reste dans des niveaux extrêmement faibles. A 24 heures il ne reste que 1/16 de l activité injectée qui reste confinée localement, et ne migre que très peu. La circulation sanguine ne capte qu une quantité infime de produit, les organes à distances ne sont pas ou très peu irradiés. Pour le chirurgien : pour un acte chirurgical effectué de 3 à 18 h après l injection de 15 MBq de 99mTc : la dose aux doigts est en moyenne de 1 msv/h, la dose efficace au corps entier est inférieure à 1 Sv/h (distance chirurgien-patient estimée à 50 cm). Pour le pathologiste, lors de l analyse histologique définitive, après plusieurs périodes de décroissance, la radioactivité contenue dans la tumeur et les ganglions sentinelles est négligeable et proche du bruit de fond. - L injection: le volume injecté doit être faible pour ne pas perturber le drainage physiologique, habituellement de 0,1 à 0,3 ml par injection: - Injections intradermiques (créant une papule lors de l injection) péri-tumorales, si le mélanome est en place, ou autour de la biopsie-exérèse en évitant l injection dans la cicatrice et toujours avant la reprise chirurgicale étendue. - Acquisition des images: séquences d imagerie dynamiques, et statiques précoces car le drainage lymphatique est toujours rapide et il est important de visualiser les trajets du drainage lymphatique de la zone explorée. - Pour le thorax: inclure les creux axillaires la région cervicale, l abdomen et le pelvis. - Pour l abdomen: inclure les creux axillaires et les creux inguinaux. - Pour le membre supérieur: inclure coude et creux axillaire. - Pour le membre inférieur : inclure la jambe, le creux poplité (en cas de lésion distale),l aine avec la racine de la cuisse et le triangle de scarpa. - Le Repérage à la peau du GS est effectué une fois la lymphoscintigraphie réalisée. - L interprétation des images doit décrire le ou les ganglions retenus comme sentinelle(s) (GS) avec leur topographie. Différencier les ganglions positifs en aval du GS dits «non sentinelles ou secondaires», des GS multiples (groupe de ganglions de même activité dans un même site ou ganglions visualisés dans 2 sites de drainage différents). - Artéfacts ou sources d erreurs: métastase ganglionnaire massive (risque d absence de concentration du radiocolloïde à cause d une architecture des vaisseaux et des sinus lymphatiques détruite par les métastases). RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 57/59 10 / 12

11 - Le Compte rendu de l examen doit mentionner la méthodologie utilisée et le résultat: nombre de ganglions retenus comme sentinelles et topographie Il doit être disponible, avec les images scintigraphiques, avant l intervention pour que le chirurgien puisse en prendre connaissance. Repérage au bloc opératoire:les critères de définition du GS lors de la détection isotopique opératoire ne sont pas consensuels.pour certains, il s agit du ganglion ayant la plus haute activité, les autres sont dits «non sentinelles» si leur activité est inférieure à 50% de celle du GS. Pour d autres, la définition repose sur un rapport signal sur bruit (méthode plus reproductible), soit in vivo : rapport de 2/1 ou de 3/1 par rapport au bruit de fond, soit ex-vivo : rapport de 10/1 par rapport aux ganglions «non sentinelles» L activité résiduelle dans l aire ganglionnaire doit être vérifiée après exérèse du (des) GS. Une activité résiduelle importante (> à 10% de l activité du GS in vivo ou > à 150% du bruit de fond) doit faire rechercher un éventuel GS additionnel laissé en place. Le chirurgien devra toujours réaliser une palpation du champ opératoire après prélèvement des GS afin de repérer un éventuel ganglion non fixant très suspect (ganglion dur ou détruit par une métastase massive). - Précautions de radioprotection: Les niveaux d activité très faibles mis en jeux par la procédure du ganglion sentinelle ne nécessitent pas de mesure particulière de radioprotection, en particulier au bloc opératoire et au laboratoire d anatomiepathologique. L activité injectée est environ 10 fois inférieure à celle utilisée pour une scintigraphie osseuse : le ganglion ne capte que 3 à 5% de la dose injectée ; à 24 heures, il ne reste que 1/16 de la dose injectée. Pour le personnel soignant, les familles et l entourage du patient : Avant l intervention, les consignes générales sont équivalentes à celles respectées pour tout patient ayant un examen de médecine nucléaire en se souvenant que l activité injectée pour une scintigraphie osseuse est environ 10 fois supérieure. Après l intervention, il n y a plus de précaution particulière à prendre. - Références: Benamor M, Delaloye B, Brenot-Rossi I, Gupta S, Lumbroso J, Nos C et al. Groupe Oncologie de la SFMN et de la FNCLCC. «Guide pour la rédaction de protocole pour la recherche de ganglion sentinelle dans le cancer du sein et autres indications Maublant J, Cachin F, Mestas D, Geissler B. Le repérage du ganglion sentinelle en médecine nucléaire. Bull Cancer ; 89 : Rodier JF. Le repérage du ganglion sentinelle par le chirurgien. Bull Cancer ; 89 : Ricard M, Bard JJ, Boneu A, Giammarile F, Corone C, Herry JY et al. Radioprotection et détection per opératoire du ganglion sentinelle par colloïdes marqués au 99mTc. Med Nucl.Imagerie fonctionnelle et métabolique ;22 : Réunion ACOMEN France Espagne. Détection per opératoire. Med Nucl. Imagerie fonctionnelle et métabolique ; vol 7, n 7. Eshima D, Fauconnier T, Esshima L, Thornback JR. Radiopharmaceuticals for lymphoscintigraphy :including dosimetry and radiation considerations. Semin Nucl Med. 2000; 30: Alazraki N, Glass EC, Castronovo F, Olmos RA, Podoloff D; Society of Nuclear Medicine. Procedure guidelines for lymphoscintigraphy and the use of intraoperative gamma probe for sentinel lymph node localization in melanoma of intermediate thickness 1.0. J Nucl Med. 2002; 43 (10): Philips WG. Sentinel lymph node biopsy and the U.K. guidelines for cutaneous melanoma. Br J Dermatol. 2002;147(4): / 12

12 RéférentielONCOPACA-CorsePrise en charge des patients atteints d un mélanome cutané (Version définitive ; octobre 2008) texte integral 58/ Annexe 5 : Synthèse de l évaluation des relecteurs: Le Référentiel dans sa globalité % de Personnes Tout à fait ou Assez d accord - La présentation du référentiel en 2 versions courte et texte intégral est adéquate et pratique 90% - La version courte est utile et claire 100% - Le texte intégral est assez explicite 100% - Les situations cliniques auxquelles s appliquent les recommandations sont décrites explicitement 100% - Les différents alternatives pour la prise en charge d une situation clinique sont clairement présentées 100% - Les recommandations clés sont facilement identifiables 90% - Les recommandations sont précises et sans ambiguïtés 80% - Les recommandations sont adaptées à vos pratiques 100% 12 / 12

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Cancers du sein Version / 2005

Cancers du sein Version / 2005 Cancers du sein I-Cancer du sein non métastatique non inflammatoire I.1-Introduction La stratégie de traitement habituellement choisie à l Institut Paoli Calmettes est une stratégie adjuvante. Le traitement

Plus en détail

Mélanomes vulvaires et vaginaux

Mélanomes vulvaires et vaginaux Mélanomes vulvaires et vaginaux Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire

Plus en détail

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons

L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons L apport d une nouvelle technologie: tomographie d émission par positrons François Bénard, MD, FRCPC Clinicien-chercheur, Centre de recherche clinique Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Professeur

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES

RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille RADIOCHIRURGIE STEREOTAXIQUE DES METASTASES CEREBRALES Professeur Serge BLOND Clinique de Neurochirurgie Centre Gamma-Knife Hôpital Roger Salengro C.H.R.&U.

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial

F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial 18 F-FDG TEP-TDM et CANCER du SEIN: Performances et limites dans le staging initial Dr. Elif Hindié, Dr. Anne-Laure Cazeau, Dr. Jean-Baptiste Pinaquy - Bordeaux Dr. David Groheux - Hôpital Saint-Louis

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN

Cancer de l endomètre localisé à haut risque. Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Cancer de l endomètre localisé à haut risque Arnaud BEDDOK DES oncologie - radiothérapie Tutrices: Dr RAMDANE, Dr BIHAN Plan Introduction: de quoi parle t on? Cas clinique: Mme L 76 ans Recommandations

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Avis 18 décembre 2013

Avis 18 décembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 18 décembre 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 novembre 2013 a fait l objet d une audition le 4 décembre 2013 AFINITOR 5 mg, comprimé

Plus en détail

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a

Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni

Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum. DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Intérêt du Pet Scan dans le cancer du rectum DESC Brest 19 juin 2014 Giretti Giovanni Introduction Technique d imagerie médicale fonctionnelle et métabolique alliant l information fonctionnelle du TEP

Plus en détail

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille

De pistage et suivi des nodules pulmonaires. Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille De pistage et suivi des nodules pulmonaires Dr Catherine LAMBLIN, pneumologue, Lille Dr Dominique BLANC, me decin nucle aire, Lille Inte re t du de pistage Cancer du poumon = 1e re cause de mortalite par

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009

Radiothérapie dans le cancer du col utérin. A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Radiothérapie dans le cancer du col utérin A. BENIDER Cours d université d été DOURDAN 2009 Évolution des idées dans le traitement des cancers du col utérin 19 siècle: chirurgie traitement de base 20 siècle:

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy

IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales. Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy IRM dans le bilan initial d extension local des tumeurs rectales Valérie CROISE-LAURENT Service de Radiologie Adultes Hôpitaux de Brabois CHU-Nancy Spécificités prise en charge thérapeutique d un cancer

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE. Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE CANCER DE PROSTATE DISSEMINE ou METASTATIQUE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA),

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

Imagerie des cancers bronchiques

Imagerie des cancers bronchiques Imagerie des cancers bronchiques Quoi de neuf en 2012? V Servois - Institut Curie Paris AFCOR 2012 Objectif du staging Rôles - Sélectionner les candidats à la chirurgie - Planifier l intervention - Planifier

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Méthode de construction du e-learning

Méthode de construction du e-learning SE FORMER MISE AU POINT Création d un site de e-learning sur le mélanome à l intention des médecins généralistes et des dermatologues Hélène AUBERT-WASTIAUX 1, Gaëlle QUEREUX 1, Jean-Pierre BLANCHERE 2,

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1

conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 9 ème conférence internationale de l ACOMEN Les limites du SUV Irène Buvat U678 INSERM, Paris buvat@imed.jussieu.fr ACOMEN - Irène Buvat - 11 mai 2007-1 Le SUV (Standardized Uptake Value) Index caractérisant

Plus en détail

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents?

Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 10 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Si je pouvais visualiser mon cancer du sein dans 1 ans, est-ce que je ferais aujourd hui des choix différents? Prenez des décisions adaptées à votre situation, en toute connaissance de cause. Découvrez

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

Radiothérapie-Oncologie

Radiothérapie-Oncologie Radiothérapie-Oncologie Dirk Van Gestel, MD, PhD Chef de service de Radiothérapie Les urgences de la radiothérapie Il n y en a pas! Il n y en a plus! Les urgences de la radiothérapie «The Friday night

Plus en détail

Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France

Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France Melanoma: Epidemiological studies in the Nord-East of France F Grange, 1 C Barbe, 2 F Vitry, 2 D Lipsker, 3 F Aubin, 4 G Hedelin, M Velten, 5 S Dalac, 6 F Truchetet, 7 C Michel, 8 ML Batard, 9 F Granel-

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du poumon (non à petites cellules) J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 16 juin 2011 Plan TEP-FDG! Principe! Différentes générations

Plus en détail

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud

Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales. Henri Roché, Institut Claudius Regaud Epidémiologie et stratégie de prise en charge des métastases cérébrales Henri Roché, Institut Claudius Regaud Toulouse, 9 février 2012 Histoire naturelle Les cancers en cause Les éléments de stratégie

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM : Quelles indications en gynécologie - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 20 septembre 2012 2009 : TEP-TDM à temps

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers

Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers Place du pathologiste dans la prise en charge des cancers DU oncogériatrie 1er février 2010 Dr Delphine Loussouarn, Anatomie Pathologique, CHU Nantes Le rôle du pathologiste en cancérologie est de donner

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011. 20 juillet 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 20 juillet 2011 L avis adopté par la Commission de la Transparence le 20 juillet 2011 a fait l objet d une audition le 19 octobre 2011 JEVTANA 60 mg,

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux

RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE. Principes généraux RTC 3D ENDOMETRE POST OPERATOIRE Principes généraux Données cliniques Me C, Age, OMS 0 Antécédents Métrorragies post ménopausique? Ex complémentaires = hystéroscopie curetage et TDM TAP Chirurgie: hystérectomie

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire

Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire Intérêt de la TEP-FDG dans les cancers de l ovaire T. Mognetti et F. Giammarile Introduction La TEP-FDG (Tomographie par Émission de Positons après injection de 18 F- Fluoro-2-Déoxy-Glucose) est un des

Plus en détail

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Désescalade thérapeutique du traitement loco-régional 1970: de l opération de Halsted

Plus en détail

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR

Cancer du sein chez les femmes âgées. Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR Cancer du sein chez les femmes âgées Docteur André MATHIEU Réseau Onco-LR NARBONNE Données du problème Le cancer du sein chez la femme agée est un problème de santé publique 50 % des cancers à un stade

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 juin 2009 VELCADE 3,5 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP 564 957-3) VELCADE 1 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, onco-hématologie Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Mélanomes NOUVEAU P. SAIAG (Ambroise Paré, Boulogne Billancourt), J.-J.

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon :

L imagerie dans le dépistage du. cancer du poumon : L imagerie dans le dépistage du cancer du poumon : où en sommes-nous? Louise Samson, MD, FRCPC, et Marie-Pierre Cordeau, MD, FRCPC Présenté à la Journée d imagerie en radiologie et en médecine nucléaire

Plus en détail