LES ALTERNATIVES AU PHA?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ALTERNATIVES AU PHA?"

Transcription

1 QUESTIONS POSÉES RIPHH NORD SUD MAI CHU Montpellier

2 LES ALTERNATIVES AU PHA? Identifier précisément les caractéristiques de l intolérance consultation en dermatologie 2

3 EXEMPLE DE PROPOSITIONS Lavage au savon codex et friction à l alcool simple Utilisation de SANITYS (éthanol) NF EN 1500 / NF T / traitement hygiénique des mains par friction (test in vivo) 2 applications de 3 ml - 30 sec par application 3

4 LES ALCOOLS Seul l'alcool éthylique est utilisé à usage antiseptique activité antibactérienne sur les bactéries Gram + et Gram - Fongicide faiblement Virucide de façon variable. Présentation: alcool à usage médical 70, dénaturé et coloré en jaune (tartrazine) Alcool modifié : + camphre, allergisant, alcool à 60 réservé à la pédiatrie (taux alcoolique plus faible et absence de colorant potentiellement allergisant). 4

5 LES PRODUITS HYDRO- ALCOOLIQUES Les produits hydro alcooliques: -un ou plusieurs alcools aliphatiques à chaîne courte : propanol-1, propanol-2 ou éthanol (iso propanol: odeur prix..) -un ou plusieurs principes actifs antiseptiques non alcooliques -un ou plusieurs agents protecteurs de la peau 5

6 CHECK LIST Notion réglementaire - Intérêt et prévention des risques Argumenter et donner des Références : Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales de Midi-Pyrénées Commission de Coordination Régionale des Vigilances Guide pratique: gestion des risques au bloc opératoire Ecole régionale de bloc opératoire La gestion des risques: hygiene.com/images/48/download/r%c3%b4le%20de%20l'ibode.pdf Les différents risques au bloc opératoire et leur prévention Fabienne Bedouch [1] Directrice (FF) de l école d infirmiers de bloc opératoire de Toulouse (31) CHU-Hôpital Purpan, 330, avenue de Grande-Bretagne TSA Toulouse cedex 9 Inter bloc Vol 26, N 3 - septembre 2007 pp

7 En pratique : Un outil de gestion des risques en améliorant la sécurité du patient Désignation d un coordonnateur de CL : définir sa mission, identifier le type d alerte qui pourrait traduire une difficulté de mise en œuvre Le coordonnateur désigné par l établissement pourrait être tenu responsable de ne pas proposer la check-list Freins les plus cités : Obligation Items non adaptés Réticence à la tâche administrative «Théâtralisation» Inadaptation pour les interventions courtes Propositions : Implication directe des acteurs dans la construction ou la mise en œuvre Possibilité de faire remonter les modifications des items d ordre général

8 SÈCHE MAINS DYSON C est un moteur numérique il fait appel à la toute dernière technologie d'impulsion numérique. très puissant excellent rendement énergétique : Il nécessite une puissance de seulement 1600 watts alors que les autres moteurs peuvent consommer jusqu'à 2400 watts. C est un air propre, non chauffé La plupart des autres sèche-mains soufflent de l'air chaud provenant des toilettes. Ils éliminent l'humidité par évaporation. Les mains mouillées mettent trop de temps à sécher ou, très souvent, ne sèchent pas du tout. Le sèche-mains Dyson Airblade souffle de l'air non chauffé à plus de 640km/h pour sécher les mains en 10 secondes seulement. 8

9 9

10 DSF /VOIE AÉRIENNE Dr Sophie VAN DE STEENE, Praticien Hospitalier Désinfection des locaux des établissements de santé Propose un point sur la réglementation Les indications à la DSF des locaux Indique des éléments de réflexion dans le choix des procédés NosoThème n 12 - Désinfection des locaux - mars

11 ANCRAGE DE RECOMMANDATION Disparition du lien entre la liste des maladies à DO et la DSF Des situations cadrées : Bioterrorisme (2006 guide DGS) La pandémie grippale (ministère de la santé 2007) La circulaire sur les ATNC (2004) Clostridium difficile HCSP 2008) Prévention du risque aspergillaire chez les patients I.D (SFHH ANAES 2000) 11

12 *SITUATIONS ANS RECOMMANDATIONS Tuberculose Avis du CSHP 2003 Cancérologie Réanimation Pour vous documenter: Nosothème sur la DSF des locaux 12

13 CONSULTER LES ALERTES AFSSAPPS L Afssaps est chargée de réaliser la surveillance du marché des procédés et appareils de désinfections des surfaces par voie aérienne dans le cadre des articles L , 11 et L du CSP. Ces procédés utilisent des produits biocide de type 2. La surveillance du marché effectuée par l Afssaps concerne les appareils et les dispersats dirigés utilisés en milieu de soins pour la désinfection des surfaces. Elle est réalisée en deux phases : essais microbiologiques en laboratoire menés selon la norme NF T , évaluation du dossier scientifique et technique de l industriel. 13

14 14

15 PLAN DE MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE INTRA HOSPITALIÈRE Sur le site du CCLIN Sud Est Plan de maîtrise des épidémies locorégionales dans les établissements de santé et médico-sociaux : document d'aide à l'élaboration. Mai ARLIN Auvergne _de_maitrise_%c3%a9pid%c3%a9mie.pdf SF2H Surveiller et prévenir les infections associées aux soins. HCSP, SFHH. 2010, pdf 15

16 CAT prévention EPC

17

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Signalement des infections nosocomiales *

Signalement des infections nosocomiales * Signalement des infections nosocomiales * Le signalement externe E.Laprugne-Garcia FF cadre supérieur de santé en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est XXIIème Congrès SF2H, 8 juin 2011 Un cadre réglementaire.

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

Service d Hygid Présentation

Service d Hygid Présentation Prévention des Infections Nosocomiales Service d Hygid Hygiène Hospitalière Présentation Rubrique : Prévention et surveillance des Infections Nosocomiales sous l Onglet l : Qualité/Risques Service d Hygiène

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

La lutte contre les infections nosocomiales en France

La lutte contre les infections nosocomiales en France La lutte contre les infections nosocomiales en France Programmes de lutte contre les infections nosocomiales 2009/2013 Circulaire N DHOS/DGS/E 2/RI/2009/272 du 26 août 2009 1 Hôpitaux Hygiène des mains

Plus en détail

ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE. 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT

ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE. 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT COORDINATION DU RISQUE SANITAIRE ET MATERIOVIGILANCE EXPERIENCE AU CHU DE GRENOBLE 10, 11 et 12 octobre 2006 Fabienne REYMOND Delphine SCHMITT CONTEXTE REGLEMENTAIRE DIRECTIVES EUROPEENNES RELATIVES AUX

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE :

L article R. 4311-12 du code de la santé publique définit le champ d activité de l IADE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS DU MÉTIER D INFIRMIER-ANESTHÉSISTE ANNEXE I de l Arrêté du 23 juillet 2012 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d infirmier anesthésiste BO Santé Protection sociale

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité Recherche

Management Responsabilité. Management Responsabilité Recherche Management Responsabilité Management Responsabilité Recherche L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010

Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Philippe Berthelot et Joseph Hajjar Journée des correspondants Tain l Hermitage 21 octobre 2010 Historique CTIN, CCLIN - 1992 100 Recommandations pour la surveillance et la prévention des IN (1 ère édition)

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST réalisée Centre par l ARLIN de Formation Midi-Pyrénées des Professions CCLIN Sud-Ouest de Santé en partenariat avec la Formation Permanente des Professions

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Choix des produits désinfectants en milieu de soins

Choix des produits désinfectants en milieu de soins Choix des produits désinfectants en milieu de soins Réunion des réseaux ARLIN Midi-Pyrénées Toulouse, 8 décembre 2015 Xavier Verdeil Equipe Opréationnelle en Hygiène CHU Toulouse Purpan 1 Les produits

Plus en détail

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE 1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE Le code de la santé publique (CSP) considère les structures d HAD comme des alternatives à l hospitalisation. L article R. 6121-4 du CSP définit que

Plus en détail

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS

ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS ORGANISATION DE LA LUTTE CONTRE LES INFECTIONS LIEES AUX SOINS ROLE ET MISSION DES CORRESPONDANTS Corinne FREMOND-LEJEUNE Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Maîtrise du Risque Infectieux des Voies Périphériques. Formation en ligne "Voie sous cutanée"

Maîtrise du Risque Infectieux des Voies Périphériques. Formation en ligne Voie sous cutanée Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Maîtrise du Risque Infectieux des Voies Périphériques Formation en ligne "Voie sous cutanée" CClin Sud

Plus en détail

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin 2012 20/06/2012

Plus en détail

Présentation de l audit

Présentation de l audit Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Présentation de l audit Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse

RIPHH Nord Septembre 2012. Dialyse RIPHH Nord Septembre 2012 Dialyse Arrêté du 22 juin 2012 portant dérogation à titre exceptionnel de certaines dispositions de l'arrêté du 25 avril 2005 relatif aux locaux, matériels techniques et dispositifs

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

Au total, 11 critères ont été définis avec élaboration d une fiche synthétique d évaluation.

Au total, 11 critères ont été définis avec élaboration d une fiche synthétique d évaluation. AVANT-PROPOS Suite à la publication en novembre 2005 de recommandations élaborées par la SFHH en partenariat avec l HAS, des critères d évaluation et d amélioration des pratiques professionnelles concernant

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN

Audit Régional en endoscopie 2008. Antenne Régionale CCLIN-FELIN Audit Régional en endoscopie 2008 Antenne Régionale CCLIN-FELIN Organisation Régionale de l audit Développement de l activité endoscopie Evolution de la législation Alertes matériovigilance EVALUATION

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur

Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur 1 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon 04 avril 2012 Rôle en stérilisation de l IBODE et du préparateur Valérie PAGES Marie-Pierre FIZE Cadre Préparatrice Stérilisation CHU TOULOUSE

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR

APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR APPORT DU NETTOYAGE PAR LA VAPEUR Place de la méthode vapeur pour l entretien des locaux dans les EHPAD Corinne FILLON CH de Dieppe 17Novembre 2011 Méthode vapeur Principes - La vapeur est un gaz qui réunit

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Catherine PAYET BONNEFOND Cécile MOURLAN ARLIN Réunion/Mayotte Lyon SF2H 2011 1 Présentation La Réunion : DOM

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS. N de la consultation* 006/2015 Date de mise en ligne : 07 Avril 2015

2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS. N de la consultation* 006/2015 Date de mise en ligne : 07 Avril 2015 Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : Réalisation d un auvent métallique N de la consultation* 006/2015 Date de mise

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

Journée de printemps 12 mars 2012

Journée de printemps 12 mars 2012 Journée de printemps 12 mars 2012 EHPAD 2 Il n est plus obligatoire pour fin déc. 2012. Action à inscrire dans le cadre de l évaluation interne. Document d Analyse du Risque Infectieux (DARI) Manuel national

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif est d assurer la sécurité des patients lors de travaux dans un établissement de soins. Le risque

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Le Centre Hospitalier de Confolens, représenté par Mademoiselle Catherine ROBIC, directrice dénommée ci-après «l établissement»

CONTRAT DE SEJOUR. Le Centre Hospitalier de Confolens, représenté par Mademoiselle Catherine ROBIC, directrice dénommée ci-après «l établissement» CENTRE HOSPITALIER DE CONFOLENS UNITE DE SOINS DE LONGUE DUREE (USLD) ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES (EHPAD) Rue Labajouderie 16500 CONFOLENS Tél. : 05.45.84.40.40 fax : 05.45.84.44.04

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT - mars 2012 COMITE D EDUCATION SANITAIRE ET SOCIALE DE LA PHARMACIE FRANCAISE. Cespharm

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT - mars 2012 COMITE D EDUCATION SANITAIRE ET SOCIALE DE LA PHARMACIE FRANCAISE. Cespharm REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT - mars 2012 COMITE D EDUCATION SANITAIRE ET SOCIALE DE LA PHARMACIE FRANCAISE Cespharm Comité d éducation sanitaire et sociale de la pharmacie française - CESPHARM - Règlement

Plus en détail

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE

MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : «Mission de coordination SSI Bâtiment la Pinède» N

Plus en détail

UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment?

UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment? UE 2.10 S1 Infectiologie - Hygiène Les gestes essentiels Pour quoi? Pour qui? Quand? Comment? Où? Étudiants infirmiers 1ère Année Promotion 2012-2015 Unité d enseignement 2.10.S1 Infectiologie, hygiène

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

HISTORIQUE FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE. Réunion inter-régionale en 1996 Constats

HISTORIQUE FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE HISTORIQUE. Réunion inter-régionale en 1996 Constats 1 FORMATION INITIALE EN HYGIENE HOSPITALIERE Anne BETTINGER Cadre de santé hygiéniste C-CLIN Est Réunion inter-régionale en 1996 Constats!Mise en évidence des écarts entre les théories enseignées en écoles

Plus en détail

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires Système d'alerte Procédure PC contact Procédure PC gouttelettes Procédure PC Air Elimination des excreta Vérification des mesures BMR Port d'équipement de protection individuelle 20 situations cliniques

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France

Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Organisation de la prévention des infections associées aux soins (IAS) en France Dr Jeanne-Marie GERMAIN Antenne régionale du C.CLIN 1 ère journée régionale des représentants des usagers des CRUQPEC et

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM)

PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) PRESENTATION DE L HOPITAL DU VAL DU MADON (HVDM) Hôpital local de 356 lits, pavillonnaire, sur 2 sites Site principal à Mirecourt 167 lits d hébergement 29 lits de SSR 8 lits de médecine Site de Mattaincourt

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

Le réseau de correspondants. médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière

Le réseau de correspondants. médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière Le réseau de correspondants médicaux et paramédicaux en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Est Hôpital Henry Gabrielle, Villa Alice 20 route de Vourles, BP 57 69565 ST GENIS LAVAL Cedex Avril 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Préparation aux concours d admission dans les écoles paramédicales

Préparation aux concours d admission dans les écoles paramédicales Préparation aux concours d admission dans les écoles paramédicales Préparation au concours d entrée à l Institut de Formation des Cadres de Santé Objectif Acquérir des capacités : de réflexion, d analyse,

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE (BEPOS)

MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE (BEPOS) Maître d ouvrage : Commune de Licques 54 parvis de l'abbaye 62 850 Licques MARCHE PUBLIC MISSION D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE PROGRAMMATION - CONCEPTION - CONSTRUCTION D UN BATIMENT A ENERGIE POSITIVE

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

CONSULTATION PAR PROCEDURE ADAPTEE

CONSULTATION PAR PROCEDURE ADAPTEE CONSULTATION PAR PROCEDURE ADAPTEE Pouvoir adjudicateur : Centre Hospitalier de Béziers 2 rue Valentin Haüy BP 740 34525 BEZIERS Libellé de la consultation* : CONTRAT ANNUEL D ENTRETIEN ET DE MAINTENANCE

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS

LA PHARMACIE : UNE FORMATION, DES MÉTIERS LA PHARMACIE : UNE, DES MÉTIERS TOUS LES MÉTIERS DE LA PHARMACIE SUR WWW.ORDRE.PHARMACIEN.FR Dr Gérard NOËT Pharmacien biologiste médical à Paris Pourquoi choisir «Pharmacie»? La Santé est un secteur d

Plus en détail

Check List sondage urinaire

Check List sondage urinaire Check List sondage urinaire Mode d emploi Groupe de travail ARIH -ARLIN Constitution du groupe de travail Séverine AZALOT Sabine BELLOUR Julie CHASTIN Patrick DEROUSSEN Monique DUHAMEL Virginie LEBRAN

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

Endommagement des emballages papier : causes et prévention

Endommagement des emballages papier : causes et prévention Journée de formation Orthorisq Palais des Congrès Paris, 15 novembre 2013 Endommagement des emballages papier : causes et prévention Praticien hospitalier honoraire Stérilisation Centrale HCL Président

Plus en détail

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C

C O N T R A T D E S E J O U R F O Y E R D A C U E I L M E D I C A L I S E C E N T R E D E M E Y Z I E U - A R I M C ARIMC CENTRE DE MEYZIEU 112 rue de la République 69330 MEYZIEU Foyer d accueil médicalisé CONTRAT DE SEJOUR Dispositions législatives : loi 2002-2 rénovant l action sociale et médico-sociale et les décrets

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

La technologie de séchage des mains Airblade dans un robinet.

La technologie de séchage des mains Airblade dans un robinet. La technologie de séchage des mains Airblade dans un robinet. Dans les sanitaires avec des robinets conventionnels, il est nécessaire de se déplacer vers une zone de séchage des mains séparée, de l eau

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

InterCLIN psychiatrique. Programme national de LIN 2005 2008 OPPORTUNITES D HYGIENE D ET FRICTIONS HYDRO-ALCOOLIQUES DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE

InterCLIN psychiatrique. Programme national de LIN 2005 2008 OPPORTUNITES D HYGIENE D ET FRICTIONS HYDRO-ALCOOLIQUES DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE OPPORTUNITES D HYGIENE D DES MAINS ET FRICTIONS HYDROALCOOLIQUES DANS LES SERVICES DE PSYCHIATRIE InterCLIN psychiatrique Création en 004 But Réflexion et analyse des spécificités des institutions psychiatriques

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION ELEVE DOSSIER DE PRESENTATION ELEVE

DOSSIER DE PRESENTATION ELEVE DOSSIER DE PRESENTATION ELEVE DOSSIER DE PRESENTATION ELEVE Table des matières 1. Présentation du produit... 3 1.1 Descriptif général du produit... 3 1.2 Plan du pupitre de mesures :... 3 1.3 Utilisation du sèche-mains :... 3 1.4 Performances

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances

Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances Réforme des agences et des vigilances sanitaires Pascal Mélihan-Cheinin Chef du projet de la réforme des agences et des vigilances Direction générale de la santé, Ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail

ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DES HOPITAUX DE TOULOUSE

ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DES HOPITAUX DE TOULOUSE REUNION DE CONCERTATION ELABORATION DU SCHEMA DIRECTEUR D ACCESSIBILITE DES HOPITAUX DE TOULOUSE SOMMAIRE >> Description des principes fondamentaux de la mission > Les besoins des Hôpitaux de Toulouse

Plus en détail

Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux. Audit Grephh 2015

Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux. Audit Grephh 2015 Evaluation du risque infectieux en endoscopie pour les endoscopes autoclavables avec canaux Audit Grephh 2015 10 octobre 2014 Riphh Languedoc-Roussillon - Nîmes Pour le groupe de travail E. Laprugne-Garcia,

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

Stage d actualisation de la formation de coordonnateur S.P.S.

Stage d actualisation de la formation de coordonnateur S.P.S. de la formation de coordonnateur S.P.S. Dossier de candidature et d inscription V3 du 20 février 2015 E33 Page 1/3 Avant de compléter le dossier de candidature, consultez le document E34 présentant les

Plus en détail

ATELIER Droits et Devoirs de l Internel. Véronique Annaix, Bastien Langrée

ATELIER Droits et Devoirs de l Internel. Véronique Annaix, Bastien Langrée ATELIER Droits et Devoirs de l Internel Gaël Grimandi,, Pascal Odou, Véronique Annaix, Bastien Langrée Statut de l interne Enseignement Cursus Hospitalier Le statut de l interne de pharmacie D abord un

Plus en détail