Utilisation de l acide acétique (vinaigre)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation de l acide acétique (vinaigre)"

Transcription

1 Journées Substances Naturelles en Protection des Cultures Réglementation, expérimentation, usages 9 & 10 avril 2013 Utilisation de l acide acétique (vinaigre) dans la lutte contre la carie du blé (Tilletia caries et foetida) Julien BRUYERE

2 La Fédération REgionale de Défense contre les Organismes Nuisibles Nord Pas-de-Calais Un syndicat professionnel agricole et horticole à vocation technique : la santé des végétaux Conduite d études et mise au point de références techniques Transmission aux professionnels de ces références techniques

3 Une spécialisation sur les méthodes alternatives : création en 1993 de la Station d Etudes sur les Luttes Biologique, Intégrée et raisonnée Edition de fiches techniques à l attention des agriculteurs, techniciens... : mieux connaître les ravageurs et les auxiliaires des cultures : près de 60 thèmes disponibles et consultables sur le site Internet

4 Contexte Suite à la découverte d un nombre croissant de cas de contamination de parcelles de blé biologiques par la carie du blé, semis d un essai en 2007 en Nord Pas-de- Calais : rechercher des solutions alternatives pour le traitement des semences Nov à fév : programme national «Agir rapidement pour contenir la carie commune» soutien financier des Contrats de Branche du Ministère de l Agriculture (DGAL) - mesure de l efficacité de différentes solutions de traitement des semences potentiellement utilisables en agriculture biologique

5 La carie du blé : Pourquoi y être attentif? En raison des pertes de rendement En raison de la dépréciation de la qualité de la récolte Triméthylamines odeur de «poisson pourri» En raison des risques de refus du lot en commercialisation En alimentation humaine, animale et en production de semences Essentiellement à cause de son pouvoir de propagation 1 % d épis cariés en année N : près de 62% d épis cariés en N+1 10 % d épis cariés en année N : plus de 76% d épis cariés en N+1 Essais Arvalis Institut du Végétal 02/03

6 Etude en Nord Pas-de-Calais de la FREDON sur l apport d acide acétique en traitement de semences pour lutter contre la carie du blé L'acide acétique ou acide éthanoïque est un acide organique. Sa formule chimique est CH3COOH. L'acide acétique pur est un liquide incolore et inflammable. L'acide acétique est utilisé comme additif alimentaire, en photographie, dans la fabrication de plastiques tel le polyéthylène téréphtalate (PET) ou l'acétate de cellulose, utile à la production d'acétate de vinyle (peintures, adhésifs), et de solvants organiques. Il est utilisé notamment comme fongicide.

7 Une source d acide acétique (dilué) très courante est...le vinaigre blanc ménager (vinaigre d alcool cristal) Le vinaigre ménager commun comporte une concentration d'environ 7 à 8 % d acide acétique

8 Les premiers résultats encourageants ont conduit la FREDON à poursuivre les recherches : 1 essai en et 1 essai semé à l automne 2012 Objectif : définir la dose optimale d acide acétique Phyto toxicité Efficacité / Carie

9 Protocole L acide acétique (vinaigre blanc) a été testé en , et Année Dose Type d essai l/q Sem. conta. x sol sain l/q 2l/q + Cu (45g Cu mét) l/q 0,5 l/q 0,5l/q + Cu (20g Cu mét) Sem. conta. x sol sain Sem. saines x sol conta. Sem. conta. x sol sain Sem. saines x sol conta l/q 0,5 l/q 0,5l/q + Cu (20g Cu mét) Sem. conta. x sol sain Sem. saines x sol conta.

10 Conditions expérimentales Semences contaminées naturellement (années 1 et 2) puis artificiellement (année 3 et 4) : 2 g de spores par kg de semences soit spores/grain Traitement des semences réalisé à la station d expérimentation de la FREDON à Loos en Gohelle (62) : matériel expérimental type Minirotostat

11 Conditions expérimentales Essais réalisés en plate forme d expérimentation, généralement en conditions «favorables» à l expression de la maladie : semis tardif (fin novembre) et plutôt profond (la contamination se fait avant le stade 2 F)

12 Conditions expérimentales Dispositif type «bloc de Fisher» / 4 répétitions / témoin inclus Parcelles élémentaires d ~ 15 m² Observations et notations Sortie hiver - nombre de pieds levés : comptage sur 3 m linéaires (3 x 2m) / parcelle élémentaire Proche récolte : pourcentage d épis cariés : calculé à partir d un prélèvement de 200 épis par parcelle élémentaire

13 Observations et notations

14 Observations et notations

15 Résultats : notation à la levée

16 Perte de pieds supérieure quand l acide acétique est utilisé à la dose de 2l/q Diminution de la dose en à 0,5 l/q ou à 1 l/q : réduction de l effet phyto-toxique : équivalent au témoin / à la référence Influence du traitement de semence sur la levée des plantes Vinaigre 2 l/q Vinaigre 1 l/q Vinaigre 0,5 l/q

17 A la récolte : Notation du pourcentage d épis cariés par parcelle élémentaire (4 répétitions par modalités) Calcul de l efficacité de chaque spécialité testée par rapport au témoin non traité

18 Pourcentage d épis cariés :

19 Résultats : % épis cariés Efficacité moyenne par rapport au témoin NT (synthèse ) Efficacité variable selon les années / les sites A.A. 2l/q A.A. 1 l/q A.A. 0,5 l/q A.A. + Cu Cu CERALL 1l/q Sem C / Sol S Sem S / Sol C

20 Conclusions Des niveaux d efficacité intéressants de l acide acétique utilisé en traitement de semences Une dose à bien ajuster pour éviter les problèmes à la levée 2 l/q de semence présente un bon niveau d efficacité mais aussi une légère phyto-toxicité à la levée de plantes 0,5 l/q semble être une dose insuffisante : forte baisse de l efficacité, aucun problème de phytotoxicité observé Le vinaigre à la dose de 1 l/q est le meilleur compromis efficacité / phyto-toxicité, à confirmer avec les essais semés à l automne 2012

PROTOCOLE. OBJECTIF : Comparer l efficacité de différents

PROTOCOLE. OBJECTIF : Comparer l efficacité de différents ESSAI CARIE 2010 QUALISOL CASTELSARRASIN PROTOCOLE OBJECTIF : Comparer l efficacité de différents traitements de semences contre la carie, en agriculture biologique. DISPOSITIF : 4 blocs et 12 modalités.

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007

Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Station des productions animales et végétales Rapport d'essai 2007 Essai densité de semis: Orge d'automne Grangeneuve 2006-2007 Grangeneuve, juillet 2007 Sandra Dougoud Institut agricole de Grangeneuve

Plus en détail

MPS : Eaux de consommation

MPS : Eaux de consommation Activité expérimentale n 1 M. Suet 2nd Compétences travaillées Compétences S approprier : Réaliser : Mobiliser et Exploiter ses connaissances : Mettre en œuvre une démarche expérimentale : Valider : Communiquer

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif

Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles. Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Rapport final RT05-22607 Appui à la planification et suivi d un projet pilote de collecte des matières putrescibles Phase 1 : Ville de Québec Sommaire exécutif Mars 2009 Sommaire exécutif Contexte du

Plus en détail

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise

Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Annexe 4 à la délibération n 3 du 28 juillet 2008 Propositions pour un Plan Départemental de Relance de la Cerise Traditionnellement implantée dans le Vallespir et sur le piémont des Albères, la cerise,

Plus en détail

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Notice Talius DuP ont Talius Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Maîtriser l oïdium des céréales, une nécessité L'oïdium des

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices

Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices Dossier Technique #1 Les Mousses Extinctrices INDEX Défintion Moyens et Mise en oeuvre Action Anti feu Cas d Emploi Classique de la mousse Le taux d application Classification des Emulseurs Viscosité Foisonnement

Plus en détail

Le goût et la sensorialité au service du lien avec le consommateur

Le goût et la sensorialité au service du lien avec le consommateur OFFRE DE FORMATION CIVAM Premier trimestre 2014 Le goût et la sensorialité au service du lien avec le consommateur - Savoir mettre en valeur et faire déguster ses produits - - Favoriser l'intégration de

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Service Pesticides et Engrais Direction générale Animaux, Végétaux et Alimentation (DG 4) Approbation d une substance

Plus en détail

Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales?

Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales? mai 2011 Quelles adaptations techniques envisagées pour la production et la première transformation des plantes médicinales? Projet ADAPROD Avis N AO-1046-1994 Une étude réalisée par l iteipmai LES ÉTUDES

Plus en détail

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins

Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Evaluation de deux stratégies visant à réduire l usage du cuivre en production biologique de pomme de terre et de fruits à pépins Q. LIMBOURG, V. CESAR, L. JAMAR Contexte Pomme de terre & cultures fruitières

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN?

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? Divana YOUSSEF Olga ZHADENOVA Ayoub BOUCHOUCHA Olivier GUILLAUME Anthéa SUPPLY Intervenant

Plus en détail

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Coûts des projets proposés AXE 1 Innovation variétale AXE 2 Conduite et pratique

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015

Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Fraise Suivi de 3 sites pilotes pour le recyclage des solutions nutritives 2015 Daniel IZARD, Chambre d Agriculture de Vaucluse (84) Catherine TAUSSIG, APREL. Essai rattaché à l action n 04.2015.07 : Fraise,

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Suggestion pour les Pays d Europe du Nord Horaire Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi 8.00-8.45 En quoi consiste

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

Pour diffusion immédiate

Pour diffusion immédiate Pour diffusion immédiate Les agriculteurs du Québec sont invités à se débarrasser en toute sécurité de leurs pesticides et de leurs médicaments pour animaux de ferme et de chevaux, périmés ou non utilisés

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins

Consensus Scientifique sur. les. Déchets marins page 1/6 Consensus Scientifique sur Source : GESAMP (2010) les Déchets marins Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - La production mondiale de plastiques augmente et cette hausse s accompagne d une augmentation

Plus en détail

Étude de l impact de l injection d air sur les propriétés du sirop d érable Luc Lagacé Ph.D. Journées acéricoles 2008 Présentation Contexte de l étude But et objectifs Méthodologie Présentation des résultats

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

Système de culture horticole Pépinière

Système de culture horticole Pépinière Système de culture horticole Pépinière Code DEPHY : HOF28740 Identification générale Production simultanée sur une année Photinia, Cuppressocyparis, Elaeagnus, Abelia, Autres arbustes Type de sol Hors-sol

Plus en détail

Les préparations ophtalmiques

Les préparations ophtalmiques Les préparations ophtalmiques Pharmacie galénique Objectifs Définir les. Connaître les critères de qualité de ces préparations. Distinguer entre les différentes formes de ces préparations, leurs spécificités

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

Liste des cours crédités à la carte par programme. Hors cheminement [080.02]

Liste des cours crédités à la carte par programme. Hors cheminement [080.02] Liste des cours crédités à la carte par programme Hors cheminement [080.02] Juin 2015 Formation régulière : www.ita.qc.ca Formation continue : https://ita-formationcontinue.omnivox.ca L ITA, campus de

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Programme d accréditation des laboratoires d analyse PROTOCOLE POUR LA VALIDATION D UNE MÉTHODE D ANALYSE EN CHIMIE DR-12-VMC Édition : 6 mars 2015

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 63 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 17 janvier 2014 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur la mise sur le marché et la brevetabilité des semences et obtentions végétales (E 8314). Est devenue résolution du

Plus en détail

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010 Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE 14 octobre 2010 Rappels: Pourquoi un volet sur la nocivité? Contexte : La légitimité du SYCTOM : Risques et impacts

Plus en détail

France et Maroc au Cœur. Projet de Jardin-école agroécologique. El Hamri, Chichaoua, Maroc

France et Maroc au Cœur. Projet de Jardin-école agroécologique. El Hamri, Chichaoua, Maroc France et Maroc au Cœur Projet de Jardin-école agroécologique El Hamri, Chichaoua, Maroc France et Maroc au Cœur France et Maroc au cœur, créée en août 2011, a pour objet la création et l aide à la création

Plus en détail

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2

SPECIALITE ENVIRONNEMENT HYGIENE Durée 1 heure 30 - Coefficient 2 Fonction Publique Territoriale EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE MERCREDI 18 JANVIER 2012 EPREUVE : Une épreuve écrite à caractère professionnel, portant sur la spécialité

Plus en détail

A destination de porteurs de projets - candidats à l installation en agriculture biologique en Ile- de- France

A destination de porteurs de projets - candidats à l installation en agriculture biologique en Ile- de- France A destination de porteurs de projets - candidats à l installation en agriculture biologique en Ile- de- France Recherche un agriculteur pour un projet d agriculture périurbaine durable, sur un terrain

Plus en détail

E 3-3/A EXTINCTEURS. Inflammabilité - Lutte contre l Incendie. Protection et Lutte contre l Incendie. SE FEU - 02342_A_F - Rév. 0

E 3-3/A EXTINCTEURS. Inflammabilité - Lutte contre l Incendie. Protection et Lutte contre l Incendie. SE FEU - 02342_A_F - Rév. 0 Inflammabilité - Lutte contre l Incendie Protection et Lutte contre l Incendie EXTINCTEURS Définitions Un extincteur est un appareil qui permet de projeter sous l effet d une pression intérieure, et de

Plus en détail

dossier de presse Il a de vraies racines alsaciennes

dossier de presse Il a de vraies racines alsaciennes dossier de presse Il a de vraies racines alsaciennes Lancement Elsass Geranium 5 ème saison Mercredi 23 avril 2014 Maison de la Région Alsace Strasbourg - Wacken Contacts : Dénoline Jolivet 06 70 03 38

Plus en détail

Compléments alimentaires :

Compléments alimentaires : Compléments alimentaires : Leur place dans l alimentation d aujourd hui par Dr Didier Souveton Médecin nutritionnist & médecin du sport Directeur médical Metabolic Balance Directeur général Metabolic PROFIL

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Dosage des résidus de pesticides dans les vins

Dosage des résidus de pesticides dans les vins Dosage des résidus de pesticides dans les vins Molécules dosées, teneurs retrouvées. S. LA GUERCHE Responsable Développement Laboratoire SARCO L activité SARCO Analyses œnologiques Microbiologie Contaminants

Plus en détail

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires

ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE PLAN. compléments alimentaires ALIMENTS FONCTIONNELS, COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES, CONTRÔLES DE QUALITÉ ET RÉGLEMENTATION ALIMENTAIRE Pr. Annelise LOBSTEIN, Pharmacognosie UMR-CNRS 7200 - Partie 1 - PLAN 1. Définitions législation 2. Le

Plus en détail

DES MELANGES DE SEMENCES POUR PRAIRIE

DES MELANGES DE SEMENCES POUR PRAIRIE REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE DU CONTRÔLE ET DE L ETIQUETAGE OFFICIEL DES MELANGES DE SEMENCES POUR PRAIRIE Homologué par arrêté du 17 mars 2004 paru au JO du 1 er avril 2004 Doc. N NF-TR-006 A age 1 sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2008/6 9 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

Agri-Péron. After Life communication plan

Agri-Péron. After Life communication plan Agri-Péron After Life communication plan Agri-Péron, une opération animée de septembre 2004 à octobre 2007 par la Chambre d Agriculture de l Aisne, la coopérative CERENA, ARVALIS-Institut du végétal et

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis

Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire sans soucis Pure à jamais La Station d eau potable K5 de Kinetico vous soulage de vos inquiétudes vis-à-vis de votre eau - celles d aujourd hui et celles de demain. Propre, claire comme du cristal, de l eau à boire

Plus en détail

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire

Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Politiques publiques de la protection des consommateurs : gestion des zoonoses et de leur impact sur la chaîne alimentaire Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

1/Que désigne-t-on sous le nom de matières édulcorantes?

1/Que désigne-t-on sous le nom de matières édulcorantes? Les matières édulcorantes 1/Que désigne-t-on sous le nom de matières édulcorantes? Les matières édulcorantes sont des produits qui ont la propriété de communiquer une saveur sucrée aux préparations dans

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012

Fourrages et tourteaux. Optimiser l'alimentation de ses troupeaux PRAIRIES MAÏS DÉROBÉES COPRODUITS OLÉO- PROTÉAGINEUX SEPTEMBRE 2012 SEPTEMBRE 2012 PRAIRIES Luzerne : limiter les mauvaises herbes p. 3 Ravageurs : une lutte surtout agronomique p. 6 MAÏS Tasser et protéger le silo pour éviter l'entrée d'air p. 8 Ajuster la ration des

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SOMMAIRE

FORMATION CONTINUE SOMMAIRE SOMMAIRE De la théorie... T1 : Bonnes Pratiques d Hygiène et de Fabrication en transformation de végétaux T2 : Aspects réglementaires de la transformation : analyse des dangers T3 : Connaissance des végétaux

Plus en détail

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH

Prolibac. pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales. Felema GmbH Prolibac pour la dégradation biologique de toutes graisses animales et végétales Felema GmbH Bahnhofstrasse 12 CH-8712 Stäfa Switzerland www.felema.com Phone: +41 44 926 23 05 Fax: +41 55 254 00 59 e-mail:

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Renseignements sur l'exploitation

Renseignements sur l'exploitation enseignements sur l'exploitation aison sociale : n pacage : Adresse : n SIET : Commune : S.A.U. : Surface en cultures : Surface en prairies : NOM - Prénom du responsable : téléphone : fax : portable :

Plus en détail

Informations sur la formule : Anti-Bactérien Lampe Berger Informations publiées sous la responsabilité du laboratoire du Groupe BERGER

Informations sur la formule : Anti-Bactérien Lampe Berger Informations publiées sous la responsabilité du laboratoire du Groupe BERGER Informations sur la formule : Anti-Bactérien Lampe Berger Informations publiées sous la responsabilité du laboratoire du Groupe BERGER 1. Composition formule Anti Bactérien Matière N CAS N CE Pourcentage

Plus en détail

La certification; volontaire et obligatoire

La certification; volontaire et obligatoire La certification; volontaire et obligatoire Programme; Infrastructure qualité termes et définitions Normalisation base fondamentale de la certification Accords OMC; TBT et SPS Certification volontaire

Plus en détail

secrets de beauté #5 préparez votre peau à l été!

secrets de beauté #5 préparez votre peau à l été! préparez votre peau à l été! à plus ou moins fortes expositions, et sans protection, les rayons ultraviolets sont extrêmement nocifs pour les cellules profondes de l épiderme car ils entraînent des lésions

Plus en détail

protéger nettoyer soigner Pour la santé de votre peau

protéger nettoyer soigner Pour la santé de votre peau protéger nettoyer soigner Pour la santé de votre peau SOMMAIRE Page 3 QUI SOMMES NOUS Page 4 PROGRAMME DE PROTECTION LIGA PROTECT H LIGA PRO SPEZIALLOTION UV Page 5 PROGRAMME DE PROTECTION SPEZIALLOTION

Plus en détail

B. T. S. A. «AGRONOMIE PRODUCTIONS VEGETALES» passez deux années sur la planète des plantes

B. T. S. A. «AGRONOMIE PRODUCTIONS VEGETALES» passez deux années sur la planète des plantes B. T. S. A. «AGRONOMIE PRODUCTIONS VEGETALES» passez deux années sur la planète des plantes PRODUIRE PLUS ET PRODUIRE MIEUX Accès à la Formation Débouchés Poursuites d études Objectifs de la Formation

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014)

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014) Chine - Rapport Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE Semaine 4 et 5/2014 (20 31 Janvier 2014) Publication : China Dairy Industry Association Date de publication

Plus en détail

BOULANGERIE-PATISSERIE : NIVEAU DE BASE

BOULANGERIE-PATISSERIE : NIVEAU DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION BOULANGERIE-PATISSERIE

Plus en détail

Le nouveau service CryoEase - l approvisionnement en gaz haute pureté facilité

Le nouveau service CryoEase - l approvisionnement en gaz haute pureté facilité Le nouveau service CryoEase - l approvisionnement en gaz haute pureté facilité Le service CryoEase a été développé comme une source alternative d'approvisionnement, simple et pratique, destinée aux clients

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

Les phtalates : aspects règlementaires

Les phtalates : aspects règlementaires www.lec-cognac.com Les phtalates : aspects règlementaires Présentation : Les phtalates forment une famille de substances chimiques utilisées depuis près de 50 ans, principalement pour rendre les matériaux

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Comment déguster des baies de raisin?

Comment déguster des baies de raisin? Comment déguster des baies de raisin? Application au Cabernet franc de Loire Philippe Chrétien IFV Pôle Val de Loire Centre - philippe.chretien@vignevin.com Introduction La qualité du vin est une forte

Plus en détail

Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire. du Pas de Calais

Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire. du Pas de Calais Le Pôle de compétence Sécurité alimentaire du Pas de Calais La sécurité alimentaire dans le Pas de Calais : des compétences multiples au service du consommateur Les services des ministères de l agriculture,

Plus en détail

Brevet de Technicien Supérieur Groupement D

Brevet de Technicien Supérieur Groupement D Brevet de Technicien Supérieur Groupement D Mathématiques Session Durée : heures Spécialités Coeff Analyses de biologie médicale Bio analyses et contrôles Biotechnologies Industries plastiques europlastic,

Plus en détail

GANTS de protection en contact alimentaire

GANTS de protection en contact alimentaire GANTS de protection en contact alimentaire Equipements de protection individuelle COMMISSION GANTS DE PROTECTION Législation européenne pour le contact alimentaire Règlement 1935/2004 concernant les matériaux

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR

L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau. Mme Naima BOUCH, COSUMAR L irrigation de la betterave à sucre au Maroc : comparaison des systèmes à économies d eau Mme Naima BOUCH, COSUMAR 05 Juin 2013 Plan 1. Problématique des ressources en eau au Maroc 2. Programme National

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

ACTION N 6 Évaluation variétale "Chou rouge précoce"

ACTION N 6 Évaluation variétale Chou rouge précoce Évaluation variétale "Choux" Les professionnels de la P.A.I.S. ont souhaité passer au crible l ensemble de la gamme variétale disponible en semences biologiques afi n de déterminer s il existe des cultigroupes

Plus en détail

Formation Juriste PME

Formation Juriste PME Formation Juriste PME Les fondamentaux du Droit - 80h Mise à niveau / FACULTATIF L introduction au droit La notion de droit Les sources du droit L Organisation judiciaire Les juridictions nationales supérieures

Plus en détail

L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant.

L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant. L agriculture bio-dynamique, une culture du vivant. Agriculture et jardinage bio-dynamique Historique 1790 : La métamorphose des plantes 1924 : Cours aux Agriculteurs 1939 : La fécondité de la terre 1965

Plus en détail

La substitution qu est ce que c est? Que doit-on substituer?

La substitution qu est ce que c est? Que doit-on substituer? La substitution qu est ce que c est? La substitution consiste à remplacer un produit chimique dangereux par un autre produit ou par un procédé, moins dangereux ou non dangereux dans l idéal. La substitution

Plus en détail

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation :

Spécialiste de l hydroculture. Nous proposons 9 modules de formation : Spécialiste de l hydroculture Nous proposons 9 modules de formation : Module 1 : Historique de la lutte contre les ravageurs. Module 2 : Règles de base sur la santé des végétaux. Module 3 : Les stress

Plus en détail

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES

LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES LA PROBLÉMATIQUE DU TRANSFERT DU LABO AU TERRAIN EXEMPLE DES RHAMNOLIPIDES Fabienne Baillieul URCA-URVVC GÉNÉRALISATION EN VITICULTURE Nicolas Aveline IFV Colloque Elicitra Avignon 13 & 14 Juin 2013 Les

Plus en détail

Directive pour l'évaluation biologique des produits phytosanitaires CONDUITE DES ESSAIS D'EVALUATION BIOLOGIQUE ET PRESENTATION DES RAPPORTS

Directive pour l'évaluation biologique des produits phytosanitaires CONDUITE DES ESSAIS D'EVALUATION BIOLOGIQUE ET PRESENTATION DES RAPPORTS EUROPEAN AND MEDITERRANEAN PLANT PROTECTION ORGANIZATION ORGANISATION EUROPEENNE ET MEDITERRANEENNE POUR LA PROTECTION DES PLANTES PP 1/181(2) Français Directive pour l'évaluation biologique des produits

Plus en détail

LA PRÉPARATION DES FILMS

LA PRÉPARATION DES FILMS Fiche n 2 ECO-Guide MÉTIERS DE L IMPRIMERIE LA PRÉPARATION DES FILMS L envers du décor La phase de préparation des films reste identique quel que soit le procédé d'impression utilisé par la suite. La technique

Plus en détail

LES CACAOYÈRES DU SAMBIRANO DES PRODUITS À FORT POTENTIEL QUALITATIF INSUFFISAMMENT VALORISÉS

LES CACAOYÈRES DU SAMBIRANO DES PRODUITS À FORT POTENTIEL QUALITATIF INSUFFISAMMENT VALORISÉS LES CACAOYÈRES DU SAMBIRANO DES PRODUITS À FORT POTENTIEL QUALITATIF INSUFFISAMMENT VALORISÉS CACAOCULTURE MONDIALE 5 000 4 500 Evolution de la production, consommation et stocks de cacao (000 tons) 4111

Plus en détail