DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait."

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait.

2 La filière laitière francilienne au cœur de l innovation Né de la volonté de valoriser collectivement la production régionale, la filière laitière d Ile-de- France, au travers de la MAISON DE L ELEVAGE et avec l appui du CERVIA Paris Ile-de-France, teste et étudie depuis quelques mois le concept de distributeur de lait «du producteur au consommateur». 125 éleveurs laitiers franciliens, 20 millions de litres de lait et 12 millions de consommateurs, sont concernés par ce projet. Pour la première fois sur le SIA, un distributeur de lait sera présenté. Les consommateurs pourront acheter des bouteilles de lait en provenance d exploitations franciliennes ou déguster sur place au verre. Un test grandeur nature auprès de plus de franciliens! L Ile de France produit environ 46 millions de litres de lait. Sur ces 46 millions, 18 millions sont transformés dans la filière Brie de Seine et Marne (Meaux et Melun), 4,4 millions sont destinés à la vente directe, soit sous forme transformée, soit en lait cru. Le reste de la production, soit environ 24 millions de litres, est commercialisé hors région, dans les circuits industriels classiques. Dans un contexte de crise de la filière laitière ou l on constate un effondrement du prix payé à la production (cf. tableau ci-dessous), les producteurs franciliens ont la volonté de prendre en main leur filière. Accompagné par la Maison de l élevage, ils souhaitent se réapproprier le produit et valoriser sa qualité, ce qui permettra de mieux répartir la marge.

3 Avec 12 millions d habitants et une consommation moyenne de 371 l d équivalent lait par habitant (moyenne française), l Ile de France offre un potentiel considérable pour ses éleveurs laitiers.en effet, en dehors des produits industriels, ce sont 221l de lait qui sont consommés par chaque francilien. Il s agit tout d abord de rechercher une valorisation maximum de la production régionale, autour de 20 millions de litres de lait, production qui ne représente qu environ 2,5% de la consommation francilienne en lait*. *(base moyenne consommation française 67,1 kg par habitant) Depuis quelques mois sont apparus en France des distributeurs de lait cru. On compte environ 70 appareils en service et autant en cours de commande. En règle générale, ces distributeurs de lait sont installés et gérés par les éleveurs. Ceux-ci en assurent la maintenance (hygiène, entretien, approvisionnement...). Afin de réduire les aspects logistiques, les distributeurs sont installés dans un rayon assez proche des étables de production. Si ce système semble séduisant, sa mise en oeuvre actuelle pose néanmoins certaines questions - habitudes de consommation zone d implantation contraintes réglementaires. De plus, il est important de rappeler que les industriels, ces dernières années, se sont concentrés sur la conservation du lait et sur son emballage, plus que sur son goût. Les consommateurs sont habitués au goût du lait cuit et ne connaissent plus le goût au sortir du pis de la vache. Le café du matin ou le chocolat masquent les imperfections Dans une région comme l Ile-de-France, la faible densité de producteurs, les difficultés de circulation et les modes de consommation liées à la vie citadine, créent un obstacle supplémentaire pour bon nombre de producteurs, pour gérer ce type de concept. Pourtant, la diversité de la population (âge, revenu, diversités culturelles...), sa densité et le besoin nouveau de proximité exprimé par les consommateurs urbains offrent de fabuleuses opportunités en matière de marché des produits laitiers. Les distributeurs de lait pourraient être un des éléments importants de la nouvelle dynamique portée par les éleveurs franciliens. La Maison de l élevage, dans ce contexte, mène une étude en collaboration avec le CERVIA Paris Ile-de-France pour valider ce marché potentiel et sa faisabilité avec pour premier objectif de toucher les franciliens de Paris et de la petite couronne qui n ont plus l opportunité de bénéficier de produits fermiers. La filière laitière a oublié ses dernières années que les meilleurs arguments pour défendre le lait sont ses qualités biologiques, organoleptiques et que ses meilleurs défenseurs sont les producteurs eux mêmes. Les éleveurs d Ile-de-France choisissent, au travers de ce projet, d aider les consommateurs à redécouvrir la saveur du lait. Grâce aux efforts qu ils fournissent pour produire un lait de qualité dans de bonnes conditions environnementales, les éleveurs peuvent espérer obtenir une meilleure rémunération de leur travail. Par ailleurs, une réflexion plus générale est conduite avec le CERVIA pour la mise au point d une gamme complète de produits laitiers franciliens destinés aux circuits spécialisés.

4 Pour parler de ce projet, nous avons interrogé Jean-Baptiste Galloo, éleveur dans les Yvelines, Président du syndicat interdépartemental de l élevage et Vice-président de l Etablissement Régional de l Elevage: D où vient l idée de proposer des distributeurs de lait aux consommateurs? «Autrefois les fermes étaient plus proches des villes, et notamment de Paris. Les parisiens buvaient du lait des fermes alentour. Aujourd hui, ce n est plus le cas, il y a moins de fermes laitières en Ile-de-France et avec l explosion des transports, le lait provient d autres régions, il est thermisé, pasteurisé et pour la majorité stérilisé (UHT)... le goût d un lait d origine s est peu à peu perdu. Or, il y a une vraie demande des consommateurs d un retour à l authentique, et à la proximité. Pour répondre à cette demande, nous souhaitons mettre en place au cœur des villes, des distributeurs de lait frais, pour apporter la ferme à la ville, en quelque sorte». Comment ces distributeurs fonctionnent-ils? «Les distributeurs sont très aboutis d un point de vue technologique. Ils sont réfrigérés pour garantir la chaîne du froid et alimentés tous les jours par le lait produit le matin même sur les exploitations franciliennes. Le lait non utilisé de la veille est retiré et remplacé par du lait frais. Il est récupéré pour être thermisé et transformé en yaourts par exemple. C est à la fois technologique, écologique et économique. En effet, les consommateurs viendront avec leur contenant pour se servir directement au distributeur. Par ailleurs, les données du distributeur sont envoyées en direct au producteur qui sait si celui-ci connait un dysfonctionnement ou s il est vide par exemple. Ces distributeurs encouragent le consommateur à modifier son comportement pour une consommation de proximité et ainsi limiter son impact sur l environnement. Ce mode de distribution permet une réduction conséquente des coûts de transport et de packaging. Où pourrons- nous trouver ces distributeurs? «L idée est de positionner les distributeurs au cœur des agglomérations, sur des lieux de passage, une place de marché, une gare, une station de vélib la philosophie des distributeurs de lait est simple : faciliter l accès au lait frais pour des consommateurs habitant en centre ville qui ne peuvent pas se déplacer régulièrement directement dans des fermes laitières».

5 Les étapes du projet de la filière laitière francilienne Afin de répondre à la volonté des éleveurs franciliens d être en adéquation avec les attentes et les habitudes de consommation des 12 millions de franciliens, la Maison de l élevage accompagné par le CERVIA Paris Ile-de-France mène différentes études : - Une étude de marché afin de définir les attentes des consommateurs en termes de produits, de circuit de distribution et de lieu d implantation des futurs distributeurs... Cette étude a été confiée après appel d offres à la Junior ESSEC. Elle comprend des entretiens avec des experts du marché (fabricants de distributeurs Italiens, importateur français, éleveurs en possession de distributeurs ) ; une étude quantitative auprès de consommateurs franciliens, ainsi qu une étude auprès de 200 crémiers fromagers d Ile-de-France qui représentent un circuit de distribution pertinent pour ce projet. - Une étude technologique et organoleptique confiée à l ENITIAA Nantes pour valider le type de lait qui pourra être mis dans les distributeurs de Paris et la petite couronne. Son objectif est de proposer le type de lait en adéquation avec le goût, les attentes et les habitudes de consommation des franciliens : lait cru, thermisé micro-filtré? Les différentes pistes identifiées seront soumises aux consommateurs via des tests organoleptiques permettant de vérifier la préférence et la différence perçue de goût. - Un test grandeur nature au salon de l agriculture. La présence du premier distributeur de lait homologué en France sur le stand «des fermes laitières et fromagères d Ile-de- France» sur le pavillon de la Région Ile-de-France (hall 7.2) a pour objectif de tester auprès des franciliens le concept, et aussi de les interroger sur leur perception du lait cru. - j - Une étude visant à définir les besoins et les choix logistiques adaptés à ce concept de distributeur automatique de lait. Le projet des éleveurs franciliens se concrétisera sous quelques semaines par la création d une structure collective (Société Coopérative d Intérêt Collectif - SCIC). Ce type de structure a pour particularité de permettre d intégrer différents collèges (producteurs, consommateurs, collectivités territoriales ). Les résultats de ces différents niveaux d études et la création de cette structure collective permettront à la filière francilienne de mieux prendre en compte les attentes des consommateurs et une meilleure valorisation du lait pour les producteurs.

6 L Ile-de-France, un marché potentiel porteur pour répondre au projet de la filière laitière francilienne Chiffres clé des productions et consommations francilienne et française Production laitière : l Ile de France au dessus de la moyenne nationale L Ile-de-France est une terre laitière. Les principales exploitations se concentrent en effet en Brie laitière (Nord Seine et Marne), dans le Sud Seine et Marne (Montois et Brie Centrale), zones de production qui correspondent à la fabrication des traditionnels Brie de Meaux et Brie de Melun (2 AOP), emblèmes de la tradition fromagère francilienne. Le Parc Naturel du Vexin est également concerné par la production laitière mais avec un volume beaucoup moins important. En Ile-de-France, l effectif de vaches laitières est resté relativement stable entre 2004 et Evalué à 6800 têtes en 2004, il a augmenté pour atteindre 7500 têtes en 2005 et 2006 avant de retomber à environ 7100 têtes en 2007 et de se stabiliser Il se répartit aujourd hui comme suit : 555 têtes en Essonne, 4785 en Seine et Marne, 544 dans le Val-d Oise, 1147 dans les Yvelines. En France, producteurs laitiers élèvent 3,799 millions de vaches laitières (en 2007) et produisent 22,2 milliards de litres.

7 Des franciliens adeptes des produits laitiers L étude CREDOC réalisée en 2009 en vue du colloque du CERVIA «Nourrir la région-capitale», a démontré que les franciliens avaient une alimentation fortement conditionnée par les problématiques de santé. Les franciliens consacrent ainsi une part importante de leur alimentation aux produits laitiers. Le poste budgétaire pour cette catégorie d aliments arrive en effet en troisième position derrière la viande et les céréales (consommation représentant 13,4% des dépenses). Les produits ultra frais laitiers occupent notamment une place significative dans l alimentation des franciliens: 1 ère place pour les enfants (98g/J pour les enfants.) et 3 ème place pour les adulte (89g/ j pour l adulte), derrière les boissons rafraîchissantes sans alcool et les légumes. Les franciliens, malgré un poids total de l alimentation dans leur budget total inférieur à la moyenne française 15,8% au lieu de 17,6% - consomment de manière plus importante des ultra-frais laitiers. 15% des consommateurs franciliens se disent prêts à payer le lait plus cher pour la présence d un signe de qualité. En France, les dépenses des ménages en lait sont de 1,78 milliards d euros dont 97,6% pour le lait longue conservation (stérilisé UHT), soit une consommation de lait liquide annuel par habitant de 67,1 kg en français sur 10 déclarent consommer régulièrement du lait ; 68% des français en consomment au moins une fois par semaine ; 6 enfants sur 10 en consomment au moins une fois par jour ; 4 adultes sur 10 en consomment quotidiennement. Seulement 6% de la consommation globale de lait est effectuée hors domicile ; 78% de la consommation globale de lait est effectuée lors du petit déjeuner ; La consommation de lait est installée lors de l enfance puis connaît une baisse jusqu à 25 ans et particulièrement chez les consommateurs masculins et se stabilise ensuite à l âge adulte ; Entre 18 et 45 ans la consommation est beaucoup plus féminine; Le lait est consommé à 37,8% nature et 62,2% non nature (dont 16,7% avec des céréales). Contacts Presse François Hallépéé Maison de l élevage d Ile-de-France Bénédicte Dupont CERVIA Paris Ile-de-France

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015

Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 DU 24 AU 28 JANVIER 2015 Communiqué de presse INTERBEV AU SIRHA 2015 STAND «LA FILIERE VIANDE ET VOUS» HALL 2.2, ALLEE J, STAND 116 STAND «LES VIANDES BIO» HALL 2.2, ALLEE L, STAND 100 INTERBEV AU PLUS

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

Baromètre SOFINCO N 27 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 2

Baromètre SOFINCO N 27 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 2 Baromètre SOFINCO N 27 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 2 Mars 2014 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Le Sofinscope

Plus en détail

CHAUFFAGE ELECTRIQUE MODERNE & TECHNOLOGIES INTELLIGENTES

CHAUFFAGE ELECTRIQUE MODERNE & TECHNOLOGIES INTELLIGENTES CHAUFFAGE ELECTRIQUE MODERNE & TECHNOLOGIES INTELLIGENTES DOSSIER DE PRESSE SEPT. 2014 QU EST-CE QU UN CHAUFFAGE ELECTRIQUE «INTELLIGENT»? Un chauffage électrique «intelligent» est un mode de chauffage

Plus en détail

Baromètre SOFINCO N 38 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 3

Baromètre SOFINCO N 38 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 3 Baromètre SOFINCO N 38 Les Français et leur budget dédié à l alimentation Vague 3 Mars 2015 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Le Sofinscope

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation. 1 ère ÉDitiOn. DU BaROMÈtRE SOJaXa

Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation. 1 ère ÉDitiOn. DU BaROMÈtRE SOJaXa Le soja en FraNCe : Perceptions et comportements de consommation 1 ère ÉDitiOn DU BaROMÈtRE SOJaXa 1 - Dossier De presse - Mars 2015 EDITO «Largement répandue et consommée dans certaines cultures, notamment

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

CAS LIPTON I. DIAGNOSTIC. - Marché du thé chaud. - variation de qualité dans les MP agricole.

CAS LIPTON I. DIAGNOSTIC. - Marché du thé chaud. - variation de qualité dans les MP agricole. CAS LIPTON I. DIAGNOSTIC - Marché du thé chaud Général Politique Economiqu e Sociocultur el Technologiq ue Opportunités - 55% des ventes de thé sont réalisé en hyper est 34,7% en super. - Diminution générale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE neo-nomade

DOSSIER DE PRESSE neo-nomade DOSSIER DE PRESSE neo-nomade L E T E L E T R A V A I L E N F R A N C E Aujourd hui, un français parcourt chaque jour 45 km pour se rendre sur son lieu de travail. Parallèlement, les nouvelles technologies

Plus en détail

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs GAL : Thur Doller Région : Alsace - 68 Priorité ciblée : La valorisation économique des patrimoines : un nouveau modèle pour le territoire Contact

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse le COLLOQUE Le réseau GAB-FRAB organise un colloque régional le jeudi 17

Plus en détail

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS

LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS LOGEMENT LOGEMENT : L ÉVOLUTION DU POUVOIR D ACHAT DES PRIMO-ACCÉDANTS Le «pouvoir d achat immobilier» des ménages est un concept important pour l analyse des marchés du logement. Dans cet article, Ingrid

Plus en détail

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 Quelles sont les principales missions de GrDF? GrDF, assure la gestion du réseau de distribution

Plus en détail

LAVAZZA DES CAFÉS ITALIENS D EXCEPTION

LAVAZZA DES CAFÉS ITALIENS D EXCEPTION LAVAZZA DES CAFÉS ITALIENS D EXCEPTION Lavazza : passion café Si chacun a sa propre façon de déguster son café les Français sont unanimes sur un point : un café doit toujours être exceptionnel! Et c est

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

L appellation EDITO. N Spécial 10 septembre 2014. Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Chaource

L appellation EDITO. N Spécial 10 septembre 2014. Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Chaource L appellation N Spécial 10 septembre 2014 EDITO Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Des actions de communication fleurissantes! Pour bien commencer la rentrée, quoi

Plus en détail

Les hébergements dans les Yvelines

Les hébergements dans les Yvelines BILAN DE FREQUENTATION TOURISTIQUE YVELINES 2013 Les hébergements dans les Yvelines Statistiques liées à l offre d hébergement Etablissements hôteliers = 138 établissements dont : Sans classement : 33

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Analyse de cycle de vie

Analyse de cycle de vie Valorisation des déchets plastiques des ménages Analyse de cycle de vie Note de synthèse 17 mars 2014 1. Contexte de l étude La taxe sur les sacs à ordures ménagères (dite «taxe au sac») introduite dans

Plus en détail

Association Le Relais

Association Le Relais Association le Relais Achat d une prestation étude de marché Permettant la création d un atelier de transformation fruits, légumes et son équilibre financier Structure commanditaire Association Le Relais

Plus en détail

Des Français bien logés : satisfaction ou résignation?

Des Français bien logés : satisfaction ou résignation? Des Français bien logés : satisfaction ou résignation? Si 89 % d entre eux se déclarent satisfaits de leur logement, l étude ORPI/Ipsos révèle un optimisme de façade relevant de la résignation en période

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Etude. du metier de responsable clientele

Etude. du metier de responsable clientele Etude du metier de responsable clientele decembre 2008 Sommaire Creation de l observatoire Outils de l observatoire prospectif des metiers et des qualifications... [ 3 ] Rappel des objectifs Logique de

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

Rapport pour le conseil régional JUIN 2016

Rapport pour le conseil régional JUIN 2016 Rapport pour le conseil régional JUIN 2016 Présenté par Valérie Pécresse Présidente du conseil régional d'ile-de-france VERS DES LYCEES 100% NUMERIQUES CR 84-16 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 RAPPORT

Plus en détail

Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises

Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises Communiqué de presse Le 3 avril 2014 Les chiffres du marché locatif privé en 2013 en Ile-de-France charges comprises Depuis 2005, LocService.fr met en relation les locataires et les propriétaires pour

Plus en détail

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel.

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel. DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE Le fondateur Le concept Fonctionnement Notre philososphie Historique Les acteurs Les points de retrait Les tarifs Les produits Chiffres clés Magasin Titres reçus 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

CANN ELEC. ou l électricité verte

CANN ELEC. ou l électricité verte CANN ELEC ou l électricité verte Denis Pouzet (CIRAD), Caroline Lejars (CIRAD), Roland Guichard (IRIS Ingénierie) Contacts : denis.pouzet@cirad.fr caroline.lejars@cirad.fr iris.ing@neuf.fr présentation

Plus en détail

Etude de la consommation des produits biologiques en Bretagne

Etude de la consommation des produits biologiques en Bretagne Groupe Ecole Supérieure de Commerce de Rennes Etude de la consommation des produits biologiques en Bretagne Rapport Final - Soutenance Introduction Rappel des données Problématique de l étude Déroulement

Plus en détail

Les tendances dans les canaux de vente au détail du vin

Les tendances dans les canaux de vente au détail du vin ProWein 2015 Résumé de l étude / 25 février 2015 Les tendances dans les canaux de vente au détail du vin C est un fait largement accepté que dans le commerce mondial du vin les canaux de vente au détail

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Dossier de Presse : Grand Paris, le temps des réalisations Fiche 4 LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Placer le Grand Paris au service de la croissance et de l emploi, en élément moteur de l économie nationale.

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE Fonctionnement de la base de données sur les variétés disponibles en semences issues du mode de production biologique Synthèse annuelle des dérogations accordées En

Plus en détail

Semaine du lait. du 17 au 21 novembre 2014. dans les restaurants scolaires des lycées et lycées techniques

Semaine du lait. du 17 au 21 novembre 2014. dans les restaurants scolaires des lycées et lycées techniques Semaine du lait du 17 au 21 novembre 2014 dans les restaurants scolaires des lycées et lycées techniques 17 novembre 2014 1 SEMAINE DU LAIT du 17 au 21 novembre 2014 dans les restaurants scolaires des

Plus en détail

Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR. Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur?

Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR. Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur? Thème : GESTION ET CREATION DE VALEUR Comment la gestion d une organisation contribue-t-elle à la création de valeur? La valeur est une notion qui revêt de multiples facettes et implique plusieurs acteurs

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE

AMBIANCE GÉNÉRALE CARTE ACCROCHE AMBIANCE GÉNÉRALE Aucun élément contribuant à l ambiance du supermarché n est laissé au hasard. Qu il s agisse des matériaux utilisés, des couleurs choisies ou encore de la musique diffusée, tout est scrupuleusement

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE

COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE COMPARAISON DES PRIX IKEA-CUISINES ALLEMAGNE / FRANCE menée par a comparé en juin 2009 les prix de 93 produits affichés dans le catalogue 2009 IKEA-cuisines, version allemande et française, afin de montrer

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN

DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN DOSSIER DE PRESSE RÉUNION DE CLOTURE - 26 JUIN 2012 Contacts presse : Agence Destinature Catherine Vaisse 04 73 39 03 68 06 83 86 60 91 catherine.vaisse@destinature.fr Macéo Clément Rousseau 04 27 04 51

Plus en détail

Mise sur pied d un regroupement d achats

Mise sur pied d un regroupement d achats Mise sur pied d un regroupement d achats Présenté Au Conseil Économique et Coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) 30 mars 2016 Table des matières Introduction - But de la conférence - Objectif Présentation

Plus en détail

LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE

LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE LES VIGNERONS INDÉPENDANTS LANCENT LEUR SITE DE VENTE DIRECTE La plus large offre de vins en ligne à acheter directement auprès des Vignerons Indépendants DOSSIER DE PRESSE 2015 www.vente-directe-vigneron-independant.com

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Capital Humain & Technologies Direction des Affaires Générales Département des Etudes et de la Documentation Thème du mois LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Plan : Introduction

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE ATELIER CEREMA 21 MAI 2015 LYON DÉPARTEMENT MARKETING ET SERVICE / TER RA DIFFUSION LIMITÉE JEUDI 21 MAI 2015 SOMMAIRE 01. DÉFINITION

Plus en détail

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38

BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE. 2 ème édition AVRIL 2008. Contact Presse : laboite com concept Géraldine FERRIER FRUGIER 01 42 78 48 38 BAROMÈTRE DU COMMERCE ÉQUITABLE 2 ème édition AVRIL 2008 Contact TNS Sofres : Pôle Actualité Stratégies d Opinion Guillaume PETIT Marie-Colombe AFOTA 01 40 92 46 90 / 45 03 Contact Presse : laboite com

Plus en détail

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez

PRÉVOYANCE. Suralia. Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez PRÉVOYANCE Suralia Epargnez tout souci financier à ceux que vous aimez Suralia pour protéger votre famille et votre patrimoine Pour vous, il n y a rien de plus important que votre famille. Vous souhaitez

Plus en détail

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE

Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE Avant-Projet PIECE 9 : EVALUATION DE L INTERET SOCIO- ECONOMIQUE PIECE 9 EVALUATION DE L INTERET SOCIO-ECONOMIQUE 1 Cadrage de l évaluation économique et sociale du projet... 269 2 Prévisions de trafic

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

Cosmétiques? Société Française des Antioxydants. Comment Lancer et Développer une Gamme de Produits. Nouveau Programme de Formation

Cosmétiques? Société Française des Antioxydants. Comment Lancer et Développer une Gamme de Produits. Nouveau Programme de Formation Société Française des Antioxydants Comment Lancer et Développer une Gamme de Produits Cosmétiques? Nouveau Programme de Formation Jeudi 12 Mars 2015, Paris www.sfa-site.com 2 eme Formation Comment Lancer

Plus en détail

des idées pour Nantes? Venez les partager.

des idées pour Nantes? Venez les partager. Vous avez des idées pour Nantes? Venez les partager. 5 objectifs objectifs règles du jeu Nantaises, Nantais, jouez collectif! La Ville de Nantes invite toutes les Nantaises et tous les Nantais à s investir

Plus en détail

Association Nationale des guides COnférenciers

Association Nationale des guides COnférenciers Association Nationale des guides COnférenciers des Villes et pays d'art et d'histoire PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ Texte et commentaires PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ

Plus en détail

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité Contacts presse : Fondation de France Dorothée Vital Agence YESwecan Emilie Loubié T. 01 44 21 31 91 F. 01 44 21 87 30 T. 01 40 26 11 40 F. 01

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES Direction Recherche, innovation, enseignement supérieur Unité Développement Sous-direction de la recherche et de l innovation APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL

Plus en détail

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015

Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 Direction du développement économique, de l emploi et de l enseignement supérieur Règlement de l appel à projets : les trophées de l économie sociale et solidaire 2015 N appel à projets sur SIMPA : ESS

Plus en détail

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015

Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité. Mars 2015 Rapport - Relation de la clientèle résidentielle avec la facture d électricité Mars 2015 Table des matières CONTEXTE ET OBJECTIFS 3 MÉTHODOLOGIE 4 RÉSULTATS DÉTAILLÉS Section A : Clients D sans puissance

Plus en détail

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Le CERVIA Paris Ile-de-France Créé en 2007, le Centre Régional de Valorisation et d Innovation Agricole et Alimentaire

Plus en détail

Chapitre 1 : La stratégie marketing

Chapitre 1 : La stratégie marketing Chapitre 1 : La stratégie marketing SECTION 1 : la segmentation stratégique La démarche marketing : - Analyse : marketing Etudes (diagnostic externe et interne : environnement, marché, concurrence) - Elaboration

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

Dossier de Presse. Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité. 18 Octobre 2013.

Dossier de Presse. Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité. 18 Octobre 2013. Dossier de Presse Lancement de la méthode NOVUS pour une transition vers l économie de fonctionnalité 18 Octobre 2013 Contacts : Maud Le Guével - 06 63 48 19 04 - maud.leguevel@inspire-institut.org Marjorie

Plus en détail

Le projet HARMONICA Vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités

Le projet HARMONICA Vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités Le projet HARMONICA Vers une information harmonisée sur le bruit pour les citoyens et les autorités Deux observatoires de statut associatif - Bruitparif pour la région Ile-de-France et Acoucité pour le

Plus en détail

La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser la vente directe : Un parcours semé d embuches

La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser la vente directe : Un parcours semé d embuches Natoora Le marché Le back-office Natoobox Natoomobile Le site Mardi 26 octobre 2010 Comité Consommateur de l Aprifel La Livraison à Domicile de Produits Frais pour le compte des producteurs. Globaliser

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

Grouiez Pascal. MCF, Université de Nantes pascal.grouiez@gmail.com. LADYSS, 18 février 2013

Grouiez Pascal. MCF, Université de Nantes pascal.grouiez@gmail.com. LADYSS, 18 février 2013 Une analyse sectorielle et territoriale des transformations des exploitations agricoles en Russie postsoviétique : un questionnement sur lesfrontières économiques et sociétales des firmes à l'heure de

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

Etude pour l université d été du CNOA

Etude pour l université d été du CNOA Etude pour l université d été du CNOA Sondage Ifop pour le Conseil National de l Ordre des Architectes N 112209 Contacts Ifop : Damien Philippot / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Sommaire. Le concept. p.3. Les chiffres. p.5. La revue de presse.p.7. Contact.p.9

Sommaire. Le concept. p.3. Les chiffres. p.5. La revue de presse.p.7. Contact.p.9 Un mot des créateurs En créant bpeek nous avions une motivation simple, intégrer les consommateurs au cœur du business des entreprises, développer un lien direct entre ces deux mondes. Bpeek permet aux

Plus en détail

«Souvent imité, jamais égalé»

«Souvent imité, jamais égalé» «Souvent imité, jamais égalé» DOSSIER DE PRESSE Franchise Pizza Manhattan Devenez franchisé du 1 er concept de pizzas À déguster sur place ou emporter!!! 1 - PRÉSENTATION Pizza Manhattan est un jeune réseau

Plus en détail

100 000 nouvelles places d accueil seront crées chez les assistantes maternelles.

100 000 nouvelles places d accueil seront crées chez les assistantes maternelles. Le plan crèche espoir banlieue s inscrit dans le cadre de la diversification des modes de garde. L objectif est de favoriser le libre de choix des parents en répondant à la fois aux contraintes professionnelles

Plus en détail

Note d application. Anne Richard/Stéphanie Saint-Léger. Edith Wickleder/Evelyne Tanguy

Note d application. Anne Richard/Stéphanie Saint-Léger. Edith Wickleder/Evelyne Tanguy Note d application Accord interprofessionnel national relatif à la présence d inhibiteurs dans le lait de vache et aux modalités de prise en charge des coûts du 15 novembre 2011 homologué par arrêté le

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Introduction Favoriser la mobilité des Nordistes par

Plus en détail

Alliance Emploi-Environnement

Alliance Emploi-Environnement Alliance Emploi-Environnement Appel à projet visant à favoriser le développement de filières de matériaux durables de construction en Wallonie Date limite de retour des dossiers de candidature : 20 février

Plus en détail

de France Bois Forêt

de France Bois Forêt Observatoire économique de France Bois Forêt Observatoire national de la 2012 es entreprises doivent disposer des informations stratégiques pour se développer sur leur marché. La collecte, l analyse, la

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Baromètre 2010 Carrefour Property TNS Sofres «Attentes des consommateurs en Centre-Ville» pour Centre-ville en Mouvement SYNTHESE

Baromètre 2010 Carrefour Property TNS Sofres «Attentes des consommateurs en Centre-Ville» pour Centre-ville en Mouvement SYNTHESE Baromètre 2010 Carrefour Property TNS Sofres «Attentes des consommateurs en Centre-Ville» pour Centre-ville en Mouvement SYNTHESE A l heure où les modes de consommation évoluent, la relation qui unit les

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

DEVOIR MAISON N 3 DECEMBRE 2012 Lycée Antoine Bourdelle GRC --------- Durée estimée 4 Heures THEME : 422-2 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE

DEVOIR MAISON N 3 DECEMBRE 2012 Lycée Antoine Bourdelle GRC --------- Durée estimée 4 Heures THEME : 422-2 LA CLIENTELE DE L UNITE COMMERCIALE DEVOIR MAISON N 3 DECEMBRE 2012 Lycée Antoine Bourdelle GRC --------- Durée estimée 4 Heures Les Devoirs Maisons sont en réalité des compilations de plusieurs sujets d ACRC. De plus les devoirs maisons

Plus en détail

PLASTURGIE. Mission en Italie à l occasion du Salon COSMOPACK. Turin, Milan, Bologne 6-7 mars 2013. soutient l action d ERAI

PLASTURGIE. Mission en Italie à l occasion du Salon COSMOPACK. Turin, Milan, Bologne 6-7 mars 2013. soutient l action d ERAI PLASTURGIE Mission en Italie à l occasion du Salon COSMOPACK Turin, Milan, Bologne 6-7 mars 2013 CONTEXTE L Italie, aujourd hui c est : Plus de 60 millions d habitants 7 ème puissance économique mondiale

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

POUR UN FINANCEMENT LOCAL

POUR UN FINANCEMENT LOCAL POUR UN FINANCEMENT LOCAL PLUS EQUITABLE DU SPORT Xavier Sautenuage 1 Le 11 janvier 2010 La publication le 10 décembre 2009 du rapport public de la Cour des comptes intitulé «les collectivités territoriales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LE GROUPE SEB LANCE UN SERVICE DE LOCATION D APPAREILS CULINAIRES

DOSSIER DE PRESSE LE GROUPE SEB LANCE UN SERVICE DE LOCATION D APPAREILS CULINAIRES DOSSIER DE PRESSE LE GROUPE SEB LANCE UN SERVICE DE LOCATION D APPAREILS CULINAIRES SOMMAIRE 1- Eurêcook, un nouveau service de location d appareils culinaires 2- Un service qui s inscrit à l avant-garde

Plus en détail

Charte de fonctionnement 2015 du projet Paniers de Thau Groupement d achat Fronticourt

Charte de fonctionnement 2015 du projet Paniers de Thau Groupement d achat Fronticourt Charte de fonctionnement 2015 du projet Paniers de Thau Groupement d achat Fronticourt Le CPIE Bassin de Thau Parc Technologique et environnemental Route des Salins 34140 MEZE SIRET : 502 086 010 000 27

Plus en détail