Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique)"

Transcription

1 Vente directe et circuits courts : état des lieux et promotion dans la Province de Namur (Belgique) M. DE FAYS Observatoire de la Consommation Alimentaire Gembloux Agro-Bio Tech/ULg Mars Introduction Les Circuits Courts de Proximité (CCP) sont caractérisés par un système de commercialisation monétisée, avec au maximum un intermédiaire, dans une proximité géographique et relationnelle entre producteur et consommateur (Maréchal, 2008). A l heure actuelle, les CCP rencontrent un certain succès en Belgique relayé par les politiques (Parlement wallon, 2009). Ils représentent un créneau où producteur et consommateur trouvent une satisfaction réciproque. Cet engouement pour les CCP est dû aux divers avantages que les producteurs, les consommateurs et les pouvoirs publics y trouvent. Pour le producteur, les CCP permettent une valorisation, tant financière que sociale, de leur production et de la main-d œuvre engagée. Le consommateur s oriente vers les CCP pour diverses raisons. Les crises répétées dans le secteur de l industrie agroalimentaires (IAA), encore d actualité récemment, ont entraîné peu à peu une diminution de la confiance du consommateur qui est, sans aucun doute, l une des principales raisons de cette transition vers les circuits courts. Le consommateur veut retrouver des produits frais et sains et une transparence totale dans le système de production. Dans cette optique, les produits vendus dans les CCP sont majoritairement représentés par des produits issus de l agriculture biologique, perçus comme plus sains par le consommateur et produits dans un plus grand respect de l environnement. Les CCP sont également un mode de soutien de l agriculture et de l économie locales. Ce renforcement du soutien de l économie et de la production locale apparaît en opposition au phénomène de globalisation qui a supplanté nos marchés en modifiant nos habitudes de consommation et en rompant le lien entre producteurs et consommateurs. Malgré ce climat favorable au CCP qui pourrait laisser croire à une augmentation des parts de marché de ce mode de commercialisation, il convient de souligner que le nombre d exploitations agricoles est en régression en Belgique et notamment en Région wallonne. Ainsi, celle-ci a perdu en moyenne annuellement 550 exploitations au cours des dix dernières années, soit une perte annuelle de 3,5% par an du nombre total d exploitations agricoles en Wallonie. Ce phénomène limite progressivement le nombre de points de vente en CCP et le potentiel de développement de ce créneau. 1

2 Pour maintenir l extension des CCP en Wallonie, il faudra, avant toute chose, soutenir et renforcer l agriculture wallonne afin d endiguer la tendance de diminution drastique des exploitations agricoles. Malgré la place qu occupent les CCP aujourd hui, il reste délicat de quantifier la part exacte que représentent ces créneaux de commercialisation dans la distribution des produits alimentaires en Belgique. En outre, les CCP représentent un gain direct pour les agriculteurs wallons en leur attribuant la part habituellement perçue par les intermédiaires de l IAA en circuit classique. Dans certains cas, cette part est évaluée à 60% de la valeur de la vente finale aux consommateurs (Comps et al, 2012). Ce gain pour les agriculteurs est également un gain direct pour l économie wallonne. Par conséquent, les CCP représentent la solution préconisée par les pouvoirs publics pour rétablir une chaîne de valeur plus équitable pour le producteur et pour soutenir l économie et l agriculture locales. 2. Objectif Pour répondre à une meilleure connaissance de l existant, l OCA et GxABT-ULg ont réalisé des études spécifiques sur la situation des CCP en Province de Namur 1. Ces études dressent l état des lieux de la vente directe et en circuits courts, ainsi que leurs caractéristiques en matière de promotion. La Province de Namur a été choisie comme modèle de référence avant d engager une éventuelle nouvelle enquête sur l ensemble de la Région Wallonne. Cet état des lieux est indispensable avant toute proposition de nouveaux axes de promotion en vue de rendre ces deux types de relations plus étroites et plus dynamiques entre producteurs et consommateurs dans l intérêt des deux parties tout en renforçant le secteur. L objectif de la communication est de présenter les principaux résultats qui se dégagent de ces études. 3. Méthodologie Ces états des lieux ont été réalisés en plusieurs étapes : - création d une base de données recensant les exploitations agricoles concernées à partir de listes institutionnelles disponibles 1 La Province de Namur en Belgique est une entité territoriale qui peut être assimilée à un Département français. Elle est située au centre de la Région Wallonne. Avec une SAU de ha et un nombre d exploitations agricoles fixé à en 2010, la Province de Namur est une terre agricole riche avec un sol varié. 2

3 - analyse de l offre sur internet - analyse descriptive des modalités de vente et des offres de produits - analyse descriptive des différentes méthodes de promotion - analyse des avantages des circuits courts pour les producteurs et de leurs motivations - validation des observations sur le terrain par échantillonnage, visites de marchés, visites des exploitations, enquêtes auprès des producteurs - évaluation de la rentabilité de la vente de certains produits en vente directe et en circuits courts par estimation du prix de revient et de la marge nette réalisée par le producteur - énumérations des difficultés liées à l implantation - évaluation des perspectives pour les circuits courts 4. Résultats 4.1. Caractéristiques des producteurs impliqués Au total, 146 producteurs impliqués dans les CCP ont été recensés à partir des listes institutionnelles disponibles. Ces producteurs représentent moins de 6% du nombre total d agriculteurs de la Province. Cette part assez faible induit un potentiel encore important de développement des CCP. Les gammes de produits proposés par ces producteurs (tableau 1) sont variées et dépendent de l orientation technico-économique de l exploitation «traditionnelle». Tableau 1. Gammes de produits vendus en CCP recensées dans la Province de Namur, nombre de producteurs par gamme et part de chaque gamme dans l'ensemble. Gamme de Produits Nombre de producteurs Part (%) Animaux laitiers 48 33,0 Animaux carnés 16 10,9 Produits apicoles 16 10,9 Animaux et végétaux 15 10,3 Végétaux fruitiers 12 8,2 Végétaux maraîchers 10 6,8 Végétaux de grandes cultures 9 6,2 Non identifiés 7 4,8 Association de plusieurs produits végétaux 6 4,1 Produits de l héliciculture ou de la pisciculture 5 3,4 Association de plusieurs produits animaux 2 1,4 TOTAL La gamme de produits la plus développée en CCP est la gamme des produits laitiers qui concerne 33% des producteurs. Peu d exploitations offrent différentes gammes de 3

4 produits. Cette spécialisation implique une faible concurrence entre les producteurs dans une même zone géographique. Les observations sur le terrain et les rencontres avec les producteurs mettent en évidence la singularité de chaque exploitation. Elles représentent chacune un cas particulier et le producteur décide, en fonction de ses capacités propres, des moyens à mettre en œuvre pour valoriser sa production, pour assurer sa promotion et pour toucher une plus large clientèle. Bien qu ils se distinguent les uns des autres par leur singularité, les producteurs se rejoignent dans leurs motivations à s orienter vers les CCP et dans les avantages qu ils y trouvent. La vente en CCP est d abord un choix économique et personnel. Les producteurs ont la volonté de rester indépendants et de sortir des standards imposés par l industrie agroalimentaire. Renouer le contact avec le consommateur est primordial pour valoriser la production. La qualité, basée sur la confiance des consommateurs et la transparence totale du système, prime sur les rendements. Le système d exploitation se veut durable sur les plans financier, environnemental et social Modalités de vente Les modalités de vente sont diverses et variées et peuvent être combinées par un même producteur (tableau 2). Cette multiplicité est un atout considérable pour les producteurs. Elle leur permet d adapter leurs ventes aux caractéristiques de leur production, de leur exploitation et de leur emploi du temps. Tableau 2. Modalités de vente en CCP pour 22 producteurs interrogés et part de chaque modalité. Modalités de vente Nombre de Part producteurs (%) Vente à la ferme 21 95,5 Vente à des distributeurs 12 54,5 Vente sur le marché 11 50,0 Livraisons à domicile 7 31,8 Vente de paniers 6 27,3 Commande par Internet 3 13,6 La première modalité de vente est incontestablement la vente sur le lieu de l exploitation. En effet, c est sur le lieu de production que le lien entre le producteur et les consommateurs se crée. La pleine transparence de la production et l échange direct avec le producteur renforcent la confiance des consommateurs et leur fidélité. Les producteurs affirment que la clientèle est fidèle si les produits sont de «qualité». Les consommateurs sont donc satisfaits des produits qu ils achètent. 4

5 La deuxième modalité la plus employée est la vente à des commerces de détail. Ceuxci représentent une facilité pour le producteur, qui ne doit plus se charger de la vente, et augmente sa notoriété. En troisième position, on retrouve la vente sur les marchés. Elle permet également un contact direct entre producteurs et consommateurs, assure une clientèle fidèle et une augmentation de la notoriété. On rencontre très peu de modalités de vente en collectif qui serait expliqué par un «individualisme» des producteurs. Ces modalités apportent pourtant plusieurs avantages, et une réflexion quant à leur intégration aux CCP est envisagée. La vente en collectif permettrait ainsi un gain de temps pour les producteurs comme pour les consommateurs, une diminution du nombre de transactions, une plus grande visibilité, une promotion plus efficace et touchant davantage de personnes, une clientèle plus large, etc Méthodes de promotion De nombreux moyens de promotion sont utilisés par les producteurs (tableau 3) concernés par les ventes directes. Les moyens sont combinés afin d augmenter les effets et tendre vers une synergie d actions. Il est particulièrement utile d associer moyens institutionnels et moyens personnalisés. Tableau 3. Emetteur des moyens de promotion de 22 producteurs interrogés et importance de ces émetteurs. Émetteurs des moyens de Nombre de promotion producteurs Part (%) Producteur lui-même Institutions 9 41 Coopératives 2 9 Distributeurs 2 9 La promotion de l exploitation est réalisée principalement par le producteur lui-même. En effet, les 22 producteurs interrogés réalisent eux-mêmes une partie de leur promotion. Les moyens employés sont divers et adaptés à chaque exploitation (tableau 4). 5

6 Tableau 4. Moyens individuels de promotion des 22 producteurs interrogés et importance de chaque moyen. Moyens individuels de promotion Nombre de producteurs Part (%) Bouche-à-oreille récent 13 59,1 Internet (site individuel) 11 45,5 Venue sur le marché 5 22,7 Panneau sur rue 4 18,2 Bouche-à-oreille ancien (historique de l exploitation) 4 18,2 Dépliants et flyers distribués dans les lieux publics 4 9,1 Publicité dans les médias 2 9,1 Porte-à-porte 2 9,1 Article dans la presse 1 4,5 Journée découverte entreprise 1 4,5 Distribution d une carte de visite 1 4,5 Le bouche-à-oreille est la méthode de promotion la plus répandue parmi les producteurs. Il s agit d une «promotion de proximité» en adéquation avec le système de vente. La création d un site internet est également une méthode très utilisée adaptée à la société actuelle. Elle permet de toucher un public large et de fournir des informations utiles aux consommateurs (plan d accès, horaire, produits proposés, présentation de la ferme, etc). Plus de 40% des agriculteurs interrogés sont membres d associations, d asbl ou de coopératives qui réalisent également une part de leur promotion. En Wallonie, ces institutions sont nombreuses (Agence Wallonne Pour une Agriculture de Qualité (APAQ-W), Office des Produits Wallons (OPW), Saveurs Paysannes, Accueil Champêtre, Nature et Progrès, les Groupes d Action Locale (GAL), les conseils de filières, etc.). Les institutions citées font la promotion des circuits courts par divers moyens : - soutien à la création de réseaux pour aider la structuration de l offre et la mutualisation des moyens ; - actions de communication, de sensibilisation et d éducation à destination du grand public ; - organisation d événements, lieu de rencontre des consommateurs et des producteurs ; - élaboration de répertoires des producteurs du terroir, etc. Les producteurs sont favorables à davantage de promotion de la part de ces institutions. Toutefois, ils insistent sur leur souhait d être encadrés et non d être pas assistés. Ils comptent rester indépendants dans leur promotion. Certains producteurs déclarent que le trop grand nombre d institutions soutenant les circuits courts génère des incohérences et des disfonctionnements organisationnels, 6

7 notamment parce qu'elles sont orientées. En d autres termes, les institutions sont parfois concurrentes alors qu elles soutiennent les mêmes producteurs Marges nettes Comme mentionné précédemment, les producteurs impliqués dans les CCP misent sur la qualité plutôt que sur le rendement. Les contraintes financières engendrées sont un facteur qui limite le développement des circuits courts. La qualité doit être irréprochable pour renforcer la fidélité de la clientèle et s assurer un revenu régulier et stable. De plus, la marge réalisée par le producteur est supérieure à celle qu il obtient en circuit traditionnel puisqu il n y a pas d intermédiaire. Cette différence compense le prix de revient nécessairement plus élevé vu les quantités produites. Les marges nettes de quelques produits proposés en CCP ont été évalués (tableau 5). Ils sont exprimés à prix courants pour l année Tableau 5. Estimation du bénéfice de différents produits proposés en CCP. Produits Fraises Pommes Poires Pommes de terre Beurre Glace Fromage à pâte dure Viande en colis (bœuf) Viande en colis (veau) Viande en colis (porc) Miel Marges nettes estimées 4,4 /kg 2,9 /10kg 3,9 /10kg 0,35 /5kg 3,5 /kg 2,5 /litre 9,5 /kg 500 /tête 450 /tête 100 /tête 2 /kg 4.5. Difficultés L investissement lié à l installation et les coûts liés à l activité sont incontestablement les facteurs les plus contraignants. En effet, la création d une structure de vente adaptée est indispensable et engendre un investissement. Il en est de même pour les éventuels achats de matériel nécessaire à la transformation et au conditionnement des produits. Enfin, la production, la transformation et la vente engendrent des frais continus pour le producteur. 7

8 Le deuxième facteur le plus contraignant est l importance du temps de travail que requiert une telle activité. Les producteurs exercent quatre métiers : agriculteur, transformateur, communicateur et vendeur. Ces trois dernières activités supplémentaires représentent un temps de travail additionnel conséquent (tableau 6) et ne sont pas envisageables pour tous les producteurs. Tableau 6. Répartition du temps de travail pour la production, la transformation et la vente de produits en CCP. Temps Temps Temps production transformation vente Moyenne 47 % 40 % 25 % Ecart-type 22 % 13 % 15 % Une troisième difficulté qui peut être rencontrée est le manque de différenciation entre les produits offerts par les circuits courts et les produits de qualité différenciée proposés dans la grande distribution. La différenciation est peu évidente pour le consommateur et il peut avoir tendance à s orienter vers les produits proposés en grande surface par facilité et par gain de temps. Enfin, le manque de notoriété au début des activités de vente peut représenter une difficulté pour se lancer. C est pourquoi la promotion reste un facteur crucial Perspectives Les perspectives de développement des circuits courts semblent plutôt positives et d autant plus si la promotion est renforcée et si le soutien des instances publiques est maintenu. La concurrence est encore assez faible et ne sera pas une contrainte pour les producteurs impliqués dans les CCP. Il est important de signaler que les circuits courts ne concurrencent pas les circuits traditionnels. Ils viennent simplement les compléter et diversifier l offre pour répondre aux nouvelles demandes des consommateurs. Avant de se lancer dans les CCP, il convient pour le producteur de réaliser une analyse de l offre présente et une évaluation de la demande potentielle. Il choisit ensuite ses modalités de vente et ses méthodes de promotion. Le développement est généralement progressif et croît avec la notoriété de l exploitation et l augmentation de la clientèle. 8

9 5. Conclusion Ces résultats mettent en évidence la volonté des producteurs de renouer le contact avec les consommateurs en privilégiant la qualité des produits. Plusieurs exploitations étudiées écoulent la totalité de leur production en vente directe ou en circuits courts, montrant que ce mode de commercialisation est viable et constitue un système à part entière. Dans la Province de Namur, il existe une multitude de modalités de vente, ce qui se révèle être un véritable atout pour les producteurs. Cependant, les modalités de ventes individuelles sont plus présentes que les modalités de ventes collectives. Ces dernières apporteraient pourtant de nombreux avantages, et une réflexion sur leur intégration auprès des producteurs wallons serait intéressante. Les structures de ventes directes les plus fréquentes sont les points de vente à la ferme et au marché qui représentent des lieux de rencontre privilégiés entre producteurs et consommateurs. Les commerces de détail ont également un succès dans les CCP car ils représentent un intermédiaire facile pour les producteurs qui ne doivent plus se charger de la vente. Les moyens de promotion utilisés sont nombreux et variés (panneaux, prospectus, dégustations, sites web, etc.). Ces moyens sont généralement combinés pour créer une synergie d actions. Il est particulièrement utile d associer des moyens institutionnels et des moyens personnalisés. De plus, les ventes directes s inscrivent dans les circuits de proximité géographique, culturelle et relationnelle; la communication avec les consommateurs doit par conséquent user de moyens adaptés, c est-à-dire une promotion de proximité. Malgré les difficultés d installation liées principalement à l investissement et au développement d une notoriété auprès des consommateurs, les perspectives d installation restent favorables pour les producteurs car la concurrence est assez faible. Les CCP sont généralement intégrés dans des réseaux. Ce soutien améliore leur visibilité et leur notoriété auprès du grand public. Rappelons toutefois que la diminution du nombre d exploitations agricoles en Région wallonne diminue le potentiel de nouveaux points de vente en CCP et qu il reste beaucoup de d innovation à trouver pour arrêter cette tendance. En particulier, les nombreuses initiatives de soutien doivent être mieux coordonnées si elles se veulent efficaces. 9

10 6. Références bibliographiques COMPS S., Etat des lieux de la vente directe et en circuits courts des produits agricoles en province de Namur. Gembloux Agro-Bio Tech-ULg, 93p. COMPS S. & LEBAILLY P., 2012, Les circuits courts en Wallonie : estimation de l impact sur l économie globale. Gembloux Agro-Bio Tech-ULg, 3p. Déclaration de Politique Régionale wallonne, Une énergie partagée pour une société durable, humaine et solidaire. Parlement wallon, session extraordinaire 2009, 16 juillet 2009, pp.83 à 88. LANNOY C., Etat des lieux de la promotion des ventes directes de produits agricoles alimentaires en province de Namur. Gembloux Agro-Bio Tech-ULg, 70p. MARÉCHAL G., Les circuits courts alimentaires : Bien manger dans les territoires. Paris : Educagri. 214 p. 10

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité

Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Auteurs : Antoine JAN Blezat Consulting Florence GALLOIS BRIDE OC2 Consultants Février 2014 Etude préalable en vue du soutien et du développement des circuits courts de proximité Synthèse Coordination

Plus en détail

Carnet d acteurs d A PRO BIO

Carnet d acteurs d A PRO BIO Carnet d acteurs d A PRO BIO 4 rue de Dormagen 59350 Saint-André-lez-Lille Tél. : 03.20.31.57.97 - Fax : 03.20.12.09.91 www.aprobio.fr - www.labio-presdechezmoi.fr contact@aprobio.fr A PRO BIO, Pôle de

Plus en détail

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3 Sommaire Introduction... 2 Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3... 3 OPPORTUNITES... 3... 3 Organisation du secteur... 4... 4 FAIBLESSES... 4... 4 Demande... 4... 4 OPPORTUNITES... 4... 5 Promotion et

Plus en détail

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective»

«Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» «Atelier 50 % Bio, Circuit court, Commerce Equitable dans la Restauration Collective» Compte rendu de l initiative publique du 21 mars 2012 1 e - Rappel du contexte de l initiative, des objectifs de l

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio L'introduction de produits bio en restauration collective Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio Avant propos Produits bio et/ou locaux? - En cas d offre de produits bio insuffisante

Plus en détail

Carnet d acteurs du Court Circuit

Carnet d acteurs du Court Circuit La Ch Carnet d acteurs du Court Circuit 75 rue Léon Gambetta 59000 Lille France 06 51 00 39 98 http://www.lecourtcircuit.fr contact@lecourtcircuit.fr Le projet LeCourtCircuit.fr se positionne en tant qu'interface

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS

PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS PORTRAIT DES PRODUCTEURS AGRICOLES DU CŒUR ENTRE-DEUX-MERS Dans le cadre du projet de territoire Ambition 2020, le Pôle Territorial souhaite soutenir l agriculture et travaille sur le développement des

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Syndicat Mixte du Pays Midi Quercy. Les circuits courts de commercialisation en Pays Midi Quercy

Syndicat Mixte du Pays Midi Quercy. Les circuits courts de commercialisation en Pays Midi Quercy Les circuits courts de commercialisation en Pays Midi Quercy Rappel de la commande Objet de l étude: Connaître les circuits courts de commercialisation en Pays Midi Quercy pour identifier des actions susceptibles

Plus en détail

Claire DUFAY-LEENAERT

Claire DUFAY-LEENAERT Claire DUFAY-LEENAERT Réduction de la consommation de viande : Analyse des steaks végétaux comme alternative à la consommation de viande en Belgique. Impacts environnementaux et durabilité. TRAVAIL INDIVIDUEL

Plus en détail

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic

Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs. https://www.youtube.com/watch?v=gfelyg3riic Titre : Installation de distributeurs automatiques d œufs GAL : Thur Doller Région : Alsace - 68 Priorité ciblée : La valorisation économique des patrimoines : un nouveau modèle pour le territoire Contact

Plus en détail

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel.

L aventure Marchands des 4 saisons est intimement rattachée à l histoire de son fondateur, Marc Dorel. DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE Le fondateur Le concept Fonctionnement Notre philososphie Historique Les acteurs Les points de retrait Les tarifs Les produits Chiffres clés Magasin Titres reçus 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

Rapport annuel 2011-2012

Rapport annuel 2011-2012 Code de conduite pour des relations commerciales équitables entre fournisseurs et acheteurs dans la chaîne agro-alimentaire Rapport annuel 2011-2012 Le code de conduite pour des relations commerciales

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne

Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Vienne novembre 2012 Avis de la Coordination des Conseils de développement de la Vers une politique alimentaire locale à l échelle de la Vienne Version intermédiaire ( octobre 2012) Sommaire LE DIAGNOSTIC

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait.

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. DOSSIER DE PRESSE La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. La filière laitière francilienne au cœur de l innovation Né de la volonté de valoriser collectivement la

Plus en détail

Carnet d acteurs de NORABIO

Carnet d acteurs de NORABIO Carnet d acteurs de NORABIO Norabio, 8, rue Jean Bourgois - 59147 GONDECOURT Tél : 0361584160 - Fax : 0320324864 contact@norabio.fr Norabio est une coopérative agricole réunissant 130 producteurs biologiques

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives

Plus en détail

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole

Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole Organisations et synergies sur un territoire L exemple de Saint-Etienne Métropole 1 LES ACTEURS Saint-Etienne Métropole Nicolas QUITTARD, chargé de mission agriculture Chambre d agriculture de la Loire

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux

Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Document complémentaire au référentiel du Bac pro Technicien Conseil-Vente en Alimentation option Produits alimentaires option Vins et spiritueux Février 2011 Sommaire Ce document complémentaire du référentiel

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

franchir le pas de l e-commerce en mettant en ligne son tout nouveau site Internet qui proposera

franchir le pas de l e-commerce en mettant en ligne son tout nouveau site Internet qui proposera Objet: Communiqué de presse - lancement du nouveau site Internet www.etilux.com Etilux.com - 11 ans Liège, le 11 juin 2008. Depuis plus de 30 ans, Etilux se positionne en tant que fournisseur de solutions

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production

Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Note de travail avril 2012 Coopération agricole de production Volatilité des prix agricoles, nécessité d innover en mutualisant les risques, volonté de mieux organiser le temps de travail, recherche de

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Formulaire de Souscription

Formulaire de Souscription Formulaire de Souscription Nom : Prénom :.. Adresse postale:... Adresse e-mail :. Téléphone : Nombre de parts de 100 (cent euros) souscrites : Montant en chiffre :.euros en toutes lettres : Versement effectué

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION

STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION STRATÉGIE RÉGIONALE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA MÉTHANISATION I. Présentation de l action La Région Champagne-Ardenne propose depuis 2003, en collaboration avec l Ademe, un accompagnement technique et

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Guillaume Henry Joël Ruet Matthieu Wemaëre Développement durable & propriété intellectuelle L accès aux technologies dans les pays émergents résumé Le développement durable, métaprojet qui vise un développement

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

ICESC. Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi. Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi

ICESC. Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi. Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi ICESC Instance de Concertation de l Espace Scolaire de Charleroi Des projets novateurs et inter-réseaux pour l enseignement qualifiant à Charleroi Acquis et avenir de l ICESC L ICESC : les origines et

Plus en détail

L École et les réseaux numériques dans. l enseignement primaire

L École et les réseaux numériques dans. l enseignement primaire L École et les réseaux numériques dans l enseignement primaire Annexe au rapport de l inspection générale de l'éducation nationale «L École et les réseaux numériques» Juillet 2002 Inspection générale de

Plus en détail

UN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL

UN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL Parcs naturels régionaux Français UN DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL CONTRIBUANT A LA RICHESSE DES PATRIMOINES ET AU RENFORCEMENT DU LIEN SOCIAL Avec le soutien financier de UN DÉVELOP- PEMENT SOCIO- ÉCONOMIQUE,

Plus en détail

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire»

Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» DAAF Martinique Séance de travail «Circuits courts de commercialisation Qualité alimentaire» Le 24 mai 2011 1 Liste des personnes présentes : Nom - Prénom Organisme Fonction Email IGOUT Maryse Conseil

Plus en détail

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Politique agricole 2014-17 Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Août 2012! Valentina Hemmeler Maïga, permanente syndicale! Responsable dossiers politiques agricoles et souveraineté alimentaire!

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Politique alimentaire

Politique alimentaire Politique alimentaire Adoptée le : 27 avril 2015 Lors de la : 303 e réunion du conseil d administration Table des matières Lexique... 3 Préambule... 5 Champ d application... 5 Objectifs de la politique...

Plus en détail

Emballages alimentaires

Emballages alimentaires Emballages alimentaires Des emballages optimisés pour une fraîcheur accrue et des gains économiques Journée emballage CTAC 8 février 2012 Pourquoi optimiser l emballage? Les facteurs d influence pour l

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

en matière d agro-développement

en matière d agro-développement 10, Rue Aknoul Casablanca Maroc mounib22@yahoo.fr 212 661 71 34 81 Thierry.moniquet@gmail.com 212 651 60 61 93 La politique i des Agropoles au Maroc en matière d agro-développement Vision des synergies

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 La Direction Générale des Finances Publiques propose un état des lieux de l utilisation de la carte d achat en sphère publique en 2007, en s

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Val Bio Ile de France

Val Bio Ile de France Val Bio Ile de France La Bio des Bordes un jardin d insertion en maraîchage biologique Val Bio Ile de France (IDF) Val Bio Ile de France, créée en 2008, est un chantier d insertion gérant une plateforme

Plus en détail

Etude. du metier de responsable clientele

Etude. du metier de responsable clientele Etude du metier de responsable clientele decembre 2008 Sommaire Creation de l observatoire Outils de l observatoire prospectif des metiers et des qualifications... [ 3 ] Rappel des objectifs Logique de

Plus en détail

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec

Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec Association des fournisseurs de l industrie de la Santé du Québec DANS LA PROPOSITION D APPROVISIONNEMENTS-MONTRÉAL DE MODIFIER LE MODÈLE ACTUEL D APPROVISIONNEMENT EN PRODUITS MÉDICAUX ET CHIRURGICAUX

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

MANGER BIO LIMOUSIN. Du bio et local en restauration collective

MANGER BIO LIMOUSIN. Du bio et local en restauration collective MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective Manger Bio Limousin : historique En 2001 : opérations ponctuelles de repas bio organisés par Gablim, à la demande d établissements scolaires

Plus en détail

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE

LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE EN SAVOIR PLUS SUR LES DISTRIBUTEURS DU COMMERCE ÉQUITABLE Bienvenu chez Hypermarket l éthique à prix discount avec la gamme équitable d hypermarket! Sinon l éthique tout court, c est en boutique monsieur!

Plus en détail

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie

Résumé de l intervention faite en préambule par le salarié-e-s de l union régionale des Scop Nord Pas-de-Calais Picardie Compte-rendu de la soirée-débat organisée le 20 avril 2012 par le Syndicat des Travailleurs de l Industrie et des Services du Nord (CNT-STIS 59) sur le thème «Les sociétés coopératives, une alternative

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS), c est quoi?

L Economie Sociale et Solidaire (ESS), c est quoi? Point sur l Economie Sociale et Solidaire Maison de l emploi du Pays d Arles Novembre 2011 SOMMAIRE L Economie Sociale et Solidaire (ESS), c est quoi? L économie Sociale et Solidaire, c est une autre façon

Plus en détail

UN SITE INTERNET POUR LE COMMERCE LOCAL

UN SITE INTERNET POUR LE COMMERCE LOCAL UN SITE INTERNET POUR LE COMMERCE LOCAL Pour tout renseignement complémentaire : Guilhem Chéron - 06 62 71 95 67 guilhem@laruchequiditoui.fr LA RUCHE QUI DIT OUI! UN SITE INTERNET POUR LE COMMERCE ÉQUITABLE

Plus en détail

CANN ELEC. ou l électricité verte

CANN ELEC. ou l électricité verte CANN ELEC ou l électricité verte Denis Pouzet (CIRAD), Caroline Lejars (CIRAD), Roland Guichard (IRIS Ingénierie) Contacts : denis.pouzet@cirad.fr caroline.lejars@cirad.fr iris.ing@neuf.fr présentation

Plus en détail

Partenariats stratégiques

Partenariats stratégiques FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2015 Partenariats stratégiques #ERASMUSPLUS #PARTENARIATSSTRATÉGIQUES Action clé 2 : Coopération pour l innovation et l échange de bonnes pratiques

Plus en détail

Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours.

Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours. Le Renouvellement des Générations en Agriculture Présentation de la Session Nationale Installation 2015 Les 3, 4 et 5 Février 2015 à ST-MALO et ses alentours. LA SESSION RGA EN QUELQUES MOTS, C EST 1-

Plus en détail

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Session 2008 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 5 pages numérotées

Plus en détail

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets

Travaux Publics. Enjeux. des plans. de gestion. de déchets Travaux Publics Enjeux des plans de gestion de déchets Nos propositions Instaurer un audit préalable des chantiers de Travaux publics et l obligation d un état des lieux environnemental La profession des

Plus en détail

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse

Schéma de Développement Commercial - aire urbaine de Toulouse Observatoire Départemental de l'équipement Commercial de la Haute-Garonne Schéma de Développement Commercial aire urbaine de Toulouse Pour un commerce durable dans la Ville Un document de référence pour

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives»

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» «Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» Contact : Stéphanie Costa et Christophe Gualtieri 2014 Sommaire Préambule... 2 Les principaux avantages des référentiels de certification...

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

COMMERCE BIO SOMMAIRE

COMMERCE BIO SOMMAIRE COMMERCE BIO SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE BIO... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE BIO... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE BIO... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE BIO... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

Le SPL horticole Var Méditerranée

Le SPL horticole Var Méditerranée Le SPL horticole Var Méditerranée Une démarche collective et solidaire Le SPL horticole est l ensemble des différents partenaires de l horticulture varoise, regroupés pour animer collectivement une démarche

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

Contribution du GMPV-FFB

Contribution du GMPV-FFB Contribution du GMPV-FFB Consultation sur l évolution des mécanismes de soutien aux installations sous obligation d achat Février 2014 GMPV-FFB : Groupement des Métiers du Photovoltaïque de la Fédération

Plus en détail

L Association pour le développement de l économe sociale et solidaire

L Association pour le développement de l économe sociale et solidaire HABITAT GROUPÉ ET ORGANISMES HLM : UNE UTOPIE RÉALISABLE ET REPRODUCTIBLE? par Emilie Cariou* * Etudiante, titulaire d un master 2 mention administration, management et économie des organisations, spécialité

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1

Table des matières. Partie I : Introduction et méthodologie 1 Table des matières Partie I : Introduction et méthodologie 1 1. Introduction générale et portée de l étude 1 2. Hypothèses de base 3 3. Objectif de l étude 5 4. Le processus de recherche 6 4.1. Sélection

Plus en détail

Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015

Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie. Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015 Estimation de la viabilité économique du titre service en Wallonie Synthèse des résultats de l étude 29 septembre 2015 Agenda 1. Objectifs et contexte de l étude 2. Impacts budgétaires pour la Wallonie

Plus en détail

35 % 1 % 3,25 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait

35 % 1 % 3,25 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait 35 % 3,25 % 1 % Fiers de nos réalisations collectives 15 % 2 % 10 % La gestion de l'offre et la mise en marché collective du lait Les énoncés de vision de l avenir * Le secteur laitier québécois et la

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La comptabilité par activité 1

FICHE TECHNIQUE. La comptabilité par activité 1 FICHE TECHNIQUE La comptabilité par activité 1 La comptabilité par activité (CPA) est une méthode comptable popularisée particulièrement par les travaux de Kaplan, Cooper et Turney à la fin des années

Plus en détail

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio

Organisation et tendances. de la distribution des produits bio Organisation et tendances de la distribution des produits bio 1-Quelques généralités sur la distribution La fonction économique principale de la distribution est de rendre un produit accessible au consommateur

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Rôle et place de l agriculture dans la ruralité en réponse aux attentes de la société : demande de service SNOY T. et DEBOUCHE C.

Rôle et place de l agriculture dans la ruralité en réponse aux attentes de la société : demande de service SNOY T. et DEBOUCHE C. Rôle et place de l agriculture dans la ruralité en réponse aux attentes de la société : demande de service SNOY T. et DEBOUCHE C. Forum international de la ruralité, Libramont 29 juillet 2000 Mesdames,

Plus en détail

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE

CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE CHARTE POUR UN APPROVISIONNEMENT DURABLE DE LA RESTAURATION COLLECTIVE JURASSIENNE "APPROVISIONNEMENT DE LA RESTAURATION COLLECTIVE DANS LE JURA PAR DES PRODUITS AGRICOLES ET AGROALIMENTAIRES LOCAUX" PREAMBULE

Plus en détail

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable École de technologie supérieure Plan d action de développement durable 2009-2012 Enseignement et recherche Favoriser l intégration du concept de développement durable dans les activités d enseignement

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Groupe engagé qui initie, transforme et commercialise à ses marques des produits biologiques et écologiques issus du végétal Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Euro - Nat SA Jatariy SRL

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction. koubaasalah@gmail.com

École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction. koubaasalah@gmail.com École Nationale de Commerce et de Gestion El Jadida Business Marketing Introduction koubaasalah@gmail.com Définition «Le business to business B to B est un Américanisme désignant d le commerce interentreprises,

Plus en détail