ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU"

Transcription

1 ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU 1. Ouverture en plénière Après un temps de présentation à chaque table, les participants sont accueillis par Patrick Kanner, président du Conseil Général et Bernard Baudoux, vice-président en charge de l éducation et des collèges. Les élus exposent le mandat de l atelier, le souhait du Département, et pourquoi nous sommes réunis. Sur le sujet de l éducation, le Conseil général du Nord a souhaité mettre en place une démarche de réflexion participative avec tous les acteurs du territoire. Plus particulièrement, ces ateliers s inscrivent dans une démarche d élaboration d une nouvelle politique départementale : un Projet Educatif Global Départemental. L objectif des ateliers citoyens est de mobiliser tous les acteurs de la communauté éducative au sens large, pour ensemble partager une vision commune, mettre en cohérence l existant et penser les manques. L objectif est d aller vers des premières expérimentations lors des rentrées 2012 et Le Département est à l initiative de cette démarche, mais le PEGD est encore inexistant, l objectif de ces ateliers est bel et bien de le construire ensemble. L engagement que prend le Conseil général c est d étudier les propositions et ensuite de revenir vers les participants pour argumenter et expliquer quelles propositions ont été prises, ou non, en compte et pourquoi. Sept Ateliers auront eu lieu dans tous les arrondissements du département d ici la fin du mois du février. Une restitution collective des travaux se fera par la suite à l occasion du Forum de Synthèse, le 14 mars 2012 à Mons-en-Barœul.

2 2. Ouverture des 3 ateliers Les participants sont invités à se répartir en 3 ateliers pour faciliter le travail et les échanges. Les 3 ateliers reprennent les 3 sujets de l appel à contribution : Le jeune dans sa vie sociale Le jeune dans son environnement familial Le jeune dans sa scolarité 3. Hiérarchisation des thèmes Dans chaque atelier les participants se voient proposer une série de sujets à travailler pour développer des propositions. Après un temps d échange durant lequel chacun peut rajouter les sujets qui sont d après lui manquants, le groupe vote pour les thèmes qui lui semblent prioritaires dans le cadre du PEGD. Chaque participant a à sa disposition cinq votes qu il peut répartir entre les différents sujets. 3.1 Le jeune dans sa vie sociale 34 participants THEMES VOTES La mobilité, les transports scolaires 24 La lutte contre les discriminations de genre et d origine. L égalité entre filles et garçons. L accès à la culture à et hors l école 23 L accès au sport à et hors l école 18 L ouverture des établissements scolaires sur leur environnement, leur quartier La mobilité internationale, les échanges 0 L exercice de la citoyenneté et l implication des jeunes dans le débat. 11 Le rôle des jeunes dans les projets qui leur sont destinés 19 La découverte du milieu associatif 12 La reconnaissance et le rôle de l éducation informelle et de l éducation populaire

3 L insertion sociale Le jeune dans son environnement familial 13 participants THEMES Accueil, écoute, accompagnement des parents / Rapprochement des familles et l institution scolaire VOTES Actions de prévention santé 17 Respect des rythmes de vie des jeunes 9 Autonomie des jeunes 7 La relation parents-enfants 12 Le rôle des parents et leur responsabilisation Le jeune dans sa scolarité 18 participants THEMES VOTES Orientation professionnelle, découverte des métiers 9 Lutte contre le décrochage scolaire et pour la réussite scolaire 9 Conditions matérielles d apprentissage et d enseignement 15 Découverte des filières professionnelles, l accompagnement des politiques d apprentissage 8 Lutte contre l illettrisme 8 Orientation scolaire, lien entre le primaire et le collège, entre le collège et le lycée 9 Encadrement du travail personnel 4 Travail sur les âges charnières, de transition 6 Soutien à la scolarité des élèves en situation de handicap 7 Violence au collège 5 Thèmes ajoutés par le groupe : Culture au collège 7 4. Diagnostic et Propositions Dans chaque atelier, le groupe se divise en groupe de 4 personnes minimum pour développer les thèmes ayant reçu le plus de points. Ils commencent par poser un diagnostic de la situation actuelle sur ce thème : «ce qui existe et qui marche bien» ; «ce qui existe et qui ne marche pas». 2

4 Suite à ce tour d horizon, les sous-groupes poursuivent leur travail en listant leurs propositions d action : «A partir de ce que vous faites ressortir sur ce thème, projetezvous. Nous avons deux rentrées scolaires devant nous : qu est-ce que vous aimeriez voir changer? Que doit-il se passer?» 3.1 Le jeune dans sa vie sociale LA RECONNAISSANCE DE L EDUCATION INFORMELLE ET DE L EDUCATION POPULAIRE : Les associations d aide au travail Les moyens d information et de communication La multiplicité des structures pouvant accueillir les jeunes ( centres sociaux, ) Difficulté à faire vivre des gens ensemble, de classes sociales différentes Difficulté à faire adhérer à des projets partagés (être sur un projet éducatif alors que le vœu est un projet consumériste) Organisation de séjours de vacances On ne reconnait pas comme un élément de valeur de l individu l apprentissage hors cadre, voire on juge nuisible le temps passé à cela Accessibilité financière Découverte pas évidente Moyens insuffisants donnés aux associations d éducation populaire (humains et financiers) Danger : isolement, perte de contacts humains, moyens modernes de communication Etat d esprit actuel (consommateur et individualiste) Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller. Nos propositions pour y parvenir : 1. Harmoniser les projets éducatifs avec les attentes des jeunes du territoire (leur environnement proche) - Résumé : Valoriser l écoute des délégués des collégiens localement sur leurs attentes. - Comment ça marche? Travail en commun avec les lieux où sont présents les jeunes (ex : centres sociaux) - Publics : Jeunes des collèges, CFA 3

5 - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Donner les moyens. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord du CA du collège. - Points de vigilance : La laïcité. 2. Cesser de valoriser certaines actions fortement médiatiques au détriment de ce qui est fait par les personnes, modestement, dans une dimension locale. Résumé : Valoriser l écoute des délégués des collégiens, localement sur leurs attentes. Valoriser les petites actions de solidarité durable. - Comment ça marche?... - Publics : Jeunes des collèges, CFA - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Mettre en valeur ces actions dans une revue spéciale «solidarité active» pour les collégiens. - Conditions pour que ça fonctionne : Avoir l accord des acteurs. - Points de vigilance : La laïcité. 3. Favoriser les contacts avec les différents acteurs en charge de l éducation populaire sur un territoire - Résumé : Mutualisation des actions réalisées. - Comment ça marche?... - Publics : Tous publics - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Déclencher des forums de rencontre. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord des partenaires et des jeunes. - Points de vigilance : x 4. Ouvrir les collèges aux acteurs de l éducation populaire en dehors du temps scolaire, mais aussi par des interventions ponctuelles - Résumé : Intervention d acteurs extérieurs dans les collèges. - Comment ça marche? Définition d une convention. - Publics : Tous publics - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Négocier cette possibilité avec l Education Nationale. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord de l Education Nationale. - Points de vigilance : La laïcité. ### LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS : Les discriminations que nous vivons, ou que nous voyons et qui nous révoltent : le racisme, les moqueries et rejets des handicapés, le sexisme (le regard des garçons sur les filles, les normes pour être comme tout le monde que filles et garçons s imposent), les relations difficiles entre jeunes et personnes âgées, le regard des vigiles de magasins sur les jeunes (impression que jeune = voleur) 4

6 L accueil (des migrants, des handicapés) dans les collèges Le parrainage La colère, l énervement qui ne fait pas avancer les choses La mixité (fausse) Les cours d éducation civique (quand il y en a) Les ateliers mixtes (de parole, d activités) L intégration des handicapés dans les activités des centres sociaux Les sanctions au collège Les cours d éducation civique (trop superficiels, ennuyeux) Les ateliers mixtes (pas toujours efficaces) L intégration des handicapés dans les clubs sportifs (cela marche pour les entrainements, mais il n y a plus de place pour les handicapés quand on passe à la compétition) Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - La manière dont les gens regardent les gens différents - La manière de traiter les étrangers, de les intégrer dans la société française - Apprendre à se parler entre filles et garçons dans les collèges - Le sport ne devrait pas être que compétition, il devrait rester un loisir afin que les gens «différents» ne restent pas sur la touche - La manière dont les vigiles «accueillent» les jeunes dans les magasins - Le regard intergénérationnel - Les moqueries entre jeunes au sujet des tenues vestimentaires ou si on n a pas les derniers joujoux high tech Nos propositions pour y parvenir : 1. Apprendre à se parler entre filles et garçons au collège - Comment ça marche? Mise en place d ateliers de parole sur ce sujet au collège - Publics : Les collégiens - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Un intervenant extérieur? Un prof? (cela fait débat : qui sera le plus gagner la confiance des collégiens, ne pas les juger) - Conditions que pour ça fonctionne : Information obligatoire sur les ateliers de parole (au moins 2 séances d information) puis participation volontaire des jeunes aux ateliers de parole. - Points de vigilance : L intervenant doit être capable de recentrer les jeunes sur le non jugement. ### - MOBILITÉ : 5

7 V Lille Cars scolaires Les trains Les tucs Le covoiturage, la solidarité entre les gens Le FIJ mobilité du Conseil régional ADICE service volontaire européen Vacances : vacances ouvertes, un été dans le Bord Départ autonome (conseil général + mission locale aide par une participation par le transport Les horaires de transport en commun inadaptés (trop d attente en dehors des heures scolaires) Les freins psychologiques à la mobilité (prix du ticket) La sécurité de la route (infrastructures de transport) Etre informé des alternatives et des aides à la mobilité (CG, mission locale) L accessibilité aux bâtiments publics pour les personnes à mobilité réduite TER MER à 1Euro Taxi social Nos propositions pour y parvenir : 1. Développer l aide au permis (de manière généralisée, en le rendant plus accessible aux jeunes). En contre partie de cette aide, le jeune pourrait s investir dans une implication citoyenne et associative (culturelle, sportive) 2. Généraliser l aide aux vacances pour les jeunes issus de familles défavorises afin de commencer au plus tôt à travailler sur les freins psychologiques à la mobilité 3. Développer des jeux de société ou de animations pour un public ans sur le thème de la mobilité et de l intérêt de bouger pour l emploi / les vacances/ la culture ACCÈS A LA CULTURE : ### Ateliers théâtre en périscolaire Les contenus non spécifiquement éducatifs Interventions : clowns, cirque... Accès à internet au CDI Les activités proposées ne sont pas suffisamment diversifiées Le pourcentage des collégiens à participer : souvent des délégués de classe. Reproduction sociale (Bourdieu) : choix académiques? plaisir? 6

8 Ouverture sur l étranger (séjours ) Des projets concrets non scolaires motivants, non choisis par eux-mêmes Expériences nouvelles? Parents absents (impact sur l accès à la culture, l usage des bibliothèques) La culture au collège est traversée par la sous culture TF1 Notion d obligation : on «impose», ou cela reste occupationnel Des ateliers après 16h30, inaccessibles en bus Comment les intégrer mieux dans le temps scolaire? Toujours les mêmes jeunes Le prix : des livres, des concerts Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Nous faire découvrir des trucs - Nous faire comprendre (un tableau, une œuvre) - Nous donner le temps de l apprentissage - Développer les pratiques culturelles : à partir de la culture des jeunes plutôt qu à partir de la culture académique = la culture comme facteur de transformation sociale - Davantage de collaboration éducation nationale / éducation populaire : on y gagne, recherche de l épanouissement des ados, échange entre deux mondes éducatifs et deux mondes professionnels, en mettant le jeune au centre - Un lien renforcé au territoire : travailler l accès à la culture locale (ex : dentelle, patrimoine populaire), en ouvrant le collège sur l extérieur (sans s enfermer sur local uniquement), en collaboration avec les acteurs culturels locaux Nos propositions pour y parvenir : 1. Proposer des thèmes d ateliers, expos, sorties péri et extra scolaires différents de ceux qui existent pour les renouveler, en partant du choix des ados (vote, vote sur le budget), en recherchant des intervenants à l extérieur du collège ou en se servant du collège. 2. Rendre les adolescents acteurs/ auteurs de leurs propres projets en les amenant à concevoir leur propre projet. 3. Découverte du territoire : visite des ressources locales (dentelles, Lewarde ) 7

9 3.2 Le jeune dans son environnement familial RELATION PARENTS-ENFANTS : Acteurs et dispositifs d accompagnement des familles La relation enfants-parents-équipes éducatives, à l école, dans les associations, avec un objectif de complémentarité. La relation directe parents/enseignants, dans les deux sens. Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Améliorer la relation entre la communauté éducative et les parents. - Améliorer la connaissance des parents du système éducatif, et du système éducatif de ce qu est un parent. - Ouvrir l accompagnement éducatif à toutes les familles, et pas prioritairement aux familles en difficulté. Nos propositions pour y parvenir : 1. Améliorer la relation entre la communauté éducative et les parents. - Comment ça marche? Améliorer la connaissance des parents du système éducatif, et du système éducatif de ce qu est un parent. Intégrer l idée que les acteurs socio-éducatifs sont présents dans un rôle de médiation entre les deux communautés (éducative et parents) dans le but de travailler l autonomisation de cette relation. - Publics : Les enseignants, les parents, les acteurs socio-éducatifs (associations, clubs, centres sociaux, maison de quartier, associations de parents d élèves, etc.) - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Informer, fédérer, mettre en relation. Soutenir : ressources financières, humaines. - Conditions pour ça fonctionne : Le soutien des chefs d établissements. - Points de vigilance : L accent mis sur la prévention. ### PRÉVENTION-SANTÉ : 8

10 Partenariat avec les infirmières scolaires, ce qui concerne le Planning Familial. Vie affective et sexuelle en 4 ème. Addiction, implication des enfants, interventions extérieures «Olympio» Manque d implication des parents. Manque d information et de communication, entre les jeunes et les parents, et vice-versa. Des formations existent, mais les jeunes n en parlent pas. Vie affective et sexuelle en 3 ème. A part 2, 3 collèges de l arrondissement. Difficultés dans certains établissements à obtenir 2 heures d intervention. Addiction : non communication du travail des élèves avec les parents. Prévention routière : non respect des règles malgré les interventions-vélo. Nos propositions : 1. Sexualité, Vie Affective - Résumé : En ce qui concerne la vie affective et sexuelle il serait souhaitable d impliquer les parents. Pourquoi ne pas proposer des animations identiques à celles données à leurs enfants? - Comment ça marche? Même travail que celui réalisé avec des collégiens : Histoire de la femme et du couple depuis le début du XXème siècle /Les avancées socio-culturelles / L importance des lois et leurs implications : loi Neuwirth (contraception), loi Veil (IVG) / Prévention (IST, SIDA) / Conduites à risques, alcool, drogues / Eviter les jugements de valeur / Respect. - Publics : Parents d élèves, enseignants, surveillants, chefs d établissements. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : L action du Planning Familial dans les établissements scolaires est financée par le Conseil général du Nord. - Les parents et enseignants : alerter, consulter, mutualiser. 2. Interventions sur les problématiques liées à l alimentation de l anorexie à l obésité, par rapport à l image qu en véhiculent les médias / Les efforts de restauration scolaire / Les conséquences d une mauvaise alimentation sur la santé physique et mentale. - Comment ça marche? - Réaliser une intervention avec les personnels du collège, des médecins, des travailleurs médico-sociaux au sein de l établissement en imposant plusieurs ateliers avec débats et échanges. - Suppression des distributeurs de friandises, remplacés par des fruits. - Ateliers cuisine pour parents et enfants. - Sollicitation des collégiens pour participer à l élaboration des menus. - Publics : Enfants, parents, personnels de restauration. 9

11 - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Equipe PMI, service prévention Santé, Equipe éducative. ### LA RESPONSABILISATION DES ENFANTS : Exemplarité (montrer le chemin à suivre) Activités communes (culturelles, sportives, détentes...) Moments communs d échange. Réseaux extérieurs (tierce personne qui peut être à l écoute et prodiguer des conseils), ex. grands parents Confiance réciproque, clartéfranchise Savoir relativiser. Liens avec les deux parents, équilibre parental. Infantilisation, ou à l inverse des enfants trop vite en responsabilité. La communication entre les parents et les autorités éducatives. Les violences psychologiques, physiques. Les parents «copains», trop proches. L autoritarisme, tout ce qui n est pas expliqué, argumenté Pressions sociales (les «marques», le téléphone...) Isolement familial Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Plus de confiance, de moments communs, de responsabilisation pour aboutir à un meilleur fonctionnement. - Favoriser le dialogue, la compréhension mutuelle, l écoute, la bienveillance, éviter les jugements de valeur. Nos propositions pour y parvenir : 1. Favoriser la valorisation des élèves (leurs savoir-faire, les projets extrascolaires...), leur responsabilisation (gestion d un budget lors d actions collégiennes) - Comment ça marche? Exemple Budget participatif des collèges : en début d année les élèves ont une enveloppe budgétaire. En fonction des actions, les élèves gèrent un budget, les dépenses, tiennent les comptes. Exemple du Budget Participatif des Lycées dans la Région. 10

12 - Cela permet de les rendre citoyens, de les amener vers des constructions de projets... De changer les regards entre jeunes, entre jeunes et adultes. Cela améliorerait les relations entre les personnels de l établissement. - Publics : Chaque élève a la possibilité de porter un projet et donc d être responsable d une somme et de son devenir. Les parents, les professeurs, les personnels ouvriers ; tous peuvent s impliquer. Tout le monde est au même niveau de capacité de décision. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Facilitateur, financeur. Le Conseil général fixe les cadres. - Conditions pour que ça fonctionne : Implication de l ensemble des composantes de la communauté éducative, que chacun contribue à son niveau d expertise. - Y croire! - Points de vigilance : Que cette initiative s insère dans une perspective où la notion de temps s impose d elle-même (moyen terme, etc.) Que cette pratique exige de l engagement, de l implication. Elle requiert donc d une part qu on y consacre du temps, d autre part qu on reconnaisse tous les membres : parents, enfant Le jeune dans sa scolarité ORIENTATION, FILIÈRES PROFESSIONNELLES, APPRENTISSAGE : Forum des métiers Stage en entreprise Kiosque ONISEP Formation dans les classes Difficulté à trouver un stage. Problème de mobilité, enclavement, inégalités dans le territoire. Filière pro vue comme une voie de garage, à valoriser davantage. Manque d adéquation entre le besoin des entreprises et les formations : implantation du collège dans le territoire (réalités économiques, sociales, territoriales). Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : 11

13 - Améliorer le maillage territorial pour les transports afin qu un projet d orientation ne pâtisse pas d un problème de transport, d accès. - Ouvrir davantage le collège vers l entreprise. Favoriser la démarche de recherche de stage en accompagnant davantage le jeune (annuaire d entreprises partenaires ; transports vers le lieu de stage ; visites d entreprise.) Nos propositions pour y parvenir : 1. Mise en place d une politique départementale qui permette de sensibiliser les collégiens au monde de l entreprise. - Comment ça marche? Réseau d entreprises partenaires diverses ; référents, personnes ressources dans les collèges issus du monde de l entreprise (sur le modèle du référent police). - Compte-rendu de visite : mise en commun, espace numérique accessible aux collégiens et aux parents. - Publics : Collégiens, enseignants, parents. ### LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE : Contrôle de l absentéisme Classe de niveau Classes pupitres Soutien Dispositif Pas de dispositif continu Temps de parole des jeunes Sanctions Agir sur l absentéisme Dispositifs relais Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Le parcours «Unique» des rythmes d apprentissage et des approches... Diversifier les rythmes d apprentissage, les approches, les jeunes sont tous différents, à l âge où ils sont en «construction». 12

14 - Individualisation du travail : échange de compétences entre élèves. - Repérage précoce du décrochage scolaire. Nos propositions pour y parvenir : 1. Reconnaître l éducation informelle dans les parcours d apprentissage. - Comment ça marche? Ouverture hors temps scolaire du collège. Parcours diversifiés des jeunes, quitte à réduire pour eux le temps de cours. Reconnaissance des compétences acquises en dehors. - Publics : Elèves décrocheurs. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Facilitateur, financeur. - Conditions pour que ça fonctionne : Partenariat avec l Education Nationale. - Points de vigilance : Ne pas stigmatiser ces jeunes, maintenir l hétérogénéité des groupes. Eviter que «20 professionnels» suivent un même jeune sans communiquer entre eux. ### CONDITIONS MATÉRIELLES D ENSEIGNEMENT ET D APPRENTISSAGE : FMRC Subventions pour voyages, sorties Transports scolaires Infrastructures sportives Collèges rénovés EMOP Manuels scolaires Classes pupitres Fond Social des Collégiens Encore des collèges non rénovés Salles encore très vétustes Mobilier non adaptable à la taille des élèves Problème de maintenance informatique Poids des cartables, casiers insuffisants Groupement d achat qui empêche les achats locaux, immédiats Insuffisance de l accès au 13

15 numérique Situations matérielles inégales La coopération entre lycées, collèges, collectivités régionales, départementales Accès aux infrastructures (piscine) en milieu rural Création d internats Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - La mise en place ou la poursuite de la rénovation de tous les collèges. - Collège numérique, classes pupitres avec accès individuel. - Poids du cartable : mise en place d une salle de cartables, casiers individuels, double collection de livres. - Décentralisation des achats de matériel favorisant la maintenance sur place. Nos propositions pour y parvenir : 1. Rénovation des collèges - Comment ça marche? Planification du budget - Publics : Collégiens, équipe éducative, équipe pédagogique, profs, agents, parents d élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Mise en œuvre, budget et concertation. - Conditions pour que ça fonctionne : Volontarisme et concertation de la part du Conseil général. - Points de vigilance : La fonctionnalité. 2. Collège Numérique - Comment ça marche? Installation de salles numériques dans les établissements, avec accès à Internet. - Publics : Tous les élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Subvention, Formation, Maintenance. - Conditions pour que ça fonctionne : Personnel spécialisé. 3. Poids du cartable 14

16 - Comment ça marche? Mise en place d une salle de cartables, casiers individuels, double collection de livres. - Publics : Tous les élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Donner les moyens - Conditions pour que ça fonctionne : Implication des parents, des profs et des éditeurs. 4. Décentralisation des achats de matériel - Comment ça marche? Aujourd hui : groupement d achat obligatoire. Demain : décentralisation en favorisant le milieu local. Achat et maintenance. - Publics : Equipes éducatives et pédagogiques. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Prendre la décision. Faire le bilan des achats effectués. - Conditions pour que ça fonctionne : Lever le verrou administratif, la limite de 800 euros. 15

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE

CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE CONTENUS de la FORMATION des Stagiaires CPE INTRODUCTION Les CPE d aujourd hui s interrogent légitimement sur le rôle, sur leur positionnement dans l établissement et sur les relations dans lesquelles

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB?

COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? COMMENT DéVELOPPER SON CLUB? Accompagnement dans la création d un projet de développement. LE PROJET CLUB Analyser les points forts et points faibles Définir des axes d amélioration Décliner en actions

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

APPEL A PROJETS JEUNES 2015

APPEL A PROJETS JEUNES 2015 APPEL A PROJETS JEUNES 2015 La Direction Départementale de la Cohésion Sociale, le Conseil Général, la Mutualité Sociale Agricole et la Caisse d Allocations Familiales du Gard souhaitent promouvoir des

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Axes stratégiques ANNEXE 2

Axes stratégiques ANNEXE 2 Contrat de Ville de l agglomération Bergeracoise Axes stratégiques ANNEXE 2 Validés par le Comité de Pilotage du 29 janvier 2015 1 PILIER DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET EMPLOI ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Orientation

Plus en détail

La Protection de l enfance

La Protection de l enfance La Protection de l enfance Sommaire 1. Une vision globale de la protection de l enfance et de la pluralité de ses objectifs Définition donnée par la loi du 5 mars 2007 La philosophie de la loi du 5 mars

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Projet. Equipement numérique

Projet. Equipement numérique Projet Equipement numérique Service Mécénat Région Ile de France 7 mars 2013 Notre mission NOTRE MISSION Apprentis d Auteuil est une fondation reconnue d utilité publique qui éduque et forme plus de 13

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

L action du Conseil général en faveur des jeunes. Conseil Cantonal d Etréchy

L action du Conseil général en faveur des jeunes. Conseil Cantonal d Etréchy L action du Conseil général en faveur des jeunes Conseil Cantonal d Etréchy Les engagements pour la jeunesse 3 missions majeures dans le cadre de la délibération adopté le 12 décembre 2011 : Inciter les

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education

Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Les nouveaux services numériques Conseil supérieur de l Education Jeudi 19 décembre 2013 Programme de la présentation interactive Faire entrer l École dans l ère du numérique Introduction de Catherine

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE

GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE GDR des CPE sous la direction de Nathalie Szoc LIVRET DE FORMATION ET DE COMPETENCE CPE Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Référentiel des compétences professionnelles

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire»

Séminaire. «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Séminaire «Innover, agir ensemble contre le décrochage scolaire» Lycée du Haut Val de Sèvre Saint Maixent l École 16 avril 2014 Cette action est cofinancée par l union européenne Bilan du séminaire Contexte

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Date de clôture : 20 mars 2015

Date de clôture : 20 mars 2015 Règlement de l appel à projets «Soutien aux actions multi-territoires en Politique de la ville» Date de clôture : 20 mars 2015 1. Cadre d intervention Depuis plusieurs années, la Région Île-de-France s

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Internat Mixte. & demi-pension Établissement Privé sous-contrat du CM1 à la 3 ème. www.college-prive-moreau.com. écol e & collè G e L a ÏQues

Internat Mixte. & demi-pension Établissement Privé sous-contrat du CM1 à la 3 ème. www.college-prive-moreau.com. écol e & collè G e L a ÏQues Internat Mixte & demi-pension Établissement Privé sous-contrat du CM1 à la 3 ème écol e & collè G e L a ÏQues www.college-prive-moreau.com Le collège privé Moreau Créé en 1832, le Collège Privé Moreau

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE

PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE CENTRE COMMUNAL ENFANCE JEUNESSE PROJET PEDAGOGIQUE ACCUEIL PERISCOLAIRE PREAMBULE L Accueil Périscolaire est un lieu d accueil qui fait l objet d une déclaration à la Direction Régionale et Départementale

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015

PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 PROGRAMME DE REUSSITE EDUCATIVE DE MARSEILLE APPEL A PROJET 2015 I. CONTEXTE En application de la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005 et par délibération n 2005/013 du Conseil d Administration du

Plus en détail

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU

BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU BIENVENUE AU COLLEGE JEAN JACQUES ROUSSEAU Site : http://cothorou.edres74.ac-grenoble.fr/ Adresse mail : Ce.0741227G@ac-grenoble.fr Tel : 04 50 71 01 64 Un établissement engagé Je suis heureux et fier

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Réussite éducative L'abécédaire de l'éducation > Novembre 2014

Réussite éducative L'abécédaire de l'éducation > Novembre 2014 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. : 02.23.62.22.34. Vendredi 7 novembre 2014 Réussite éducative L'abécédaire de l'éducation > Novembre 2014 Sommaire > Communiqué de presse > L'abécédaire,

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Les Parcours de Réussite Éducative à ORLEANS. 27 mai 2008

Les Parcours de Réussite Éducative à ORLEANS. 27 mai 2008 Les Parcours de Réussite Éducative à ORLEANS 27 mai 2008 La réussite: un projet et une organisation opérationnelle Direction de la Prévention, de la Réussite et de la Solidarité C.C.A.S Promotion de la

Plus en détail

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée

Vers un nouveau lycée 2010. Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Vers un nouveau lycée 2010 Repères pour la mise en œuvre des dispositifs de l accompagnement personnalisé au lycée Fiche : L utilisation des TIC : partage des informations sur l ENT de l établissement

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT Le projet d établissement vise à concrétiser les objectifs du décret Missions, le projet éducatif de l Enseignement catholique, le projet pédagogique du Pouvoir organisateur. Les

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous»

Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» Référentiel national des internats : «L internat de la réussite pour tous» 1. L internat : la réussite pour tous 2. Un recrutement des internes répondant aux orientations nationales 3. Un projet pédagogique

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Tableau des prestations

Tableau des prestations Tableau des prestations Prestations= services Modalités= outils/mise en œuvre du service /comment fait on? Références qualités : quelle qualité attend t-on du service rendu? Avoir un toit /Avoir un logement

Plus en détail

La démarche «Jeunes et Métropole»

La démarche «Jeunes et Métropole» La démarche «Jeunes et Métropole» du Conseil de développement de la métropole lilloise Novembre 2003 septembre 2004 1 Une volonté d être à l écoute des jeunes Objectif fixé: 4000 questionnaires Objectifs

Plus en détail

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT

LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT LES AXES DU PROJET D ÉTABLISSEMENT AXE 1 DÉVELOPPER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DU LYCÉE Informer sur l'offre de formation de notre établissement Favoriser les rencontres dans les collèges des chefs

Plus en détail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail

Introduction. La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail. La chaire Management et Santé au Travail La prépondérance des espaces de dialogue dans la qualité de vie au travail Emmanuel Abord de Chatillon Institut d Administration des Entreprises de Grenoble abord@iae-grenoble.fr 1 La chaire Management

Plus en détail

Éducation et Formation tout au long de la vie

Éducation et Formation tout au long de la vie Éducation et Formation tout au long de la vie 53 RESPONSABLE DE SERVICE DE SCOLARITÉ Code : EDU06B Responsable de l accompagnement des jeunes FPEEDU06 Il est responsable du service scolarité de l entité.

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport

Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport Parcours de Remobilisation Educatif Personnalisé Autour du Sport PRÉSENTATION UCPA Depuis sa création en 1965, l UCPA porte un projet humaniste et social ouvert à tous. Son engagement dans le champ de

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école

Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école Guide du représentant des parents d élèves au conseil d école ÉDITO Vous êtes élu au conseil d école et nous vous en félicitons. Les partenaires éducatifs dans leur diversité et au premier plan la famille,

Plus en détail

Volontaire AFEV mission lycées professionnels

Volontaire AFEV mission lycées professionnels Volontaire AFEV mission lycées professionnels scolarité en liens étroits avec deux lycées professionnels partenaires. o Vous assurerez l animation d un groupe de bénévoles accompagnant des lycéens professionnels.

Plus en détail

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC

TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE LOGEMENT PUBLIC TRAVAIL SOCIAL COMMUNAUTAIRE ET LOGEMENT PUBLIC 8 points de repère pour l action communautaire* Concerner un réseau Habitants, professionnels, élus, institutions. Se définit autour d un espace géographique,

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

Restitution des échanges en ateliers

Restitution des échanges en ateliers Premières rencontres intersectorielles sport santé social Jeudi 22 janvier 2015-19 h00 / 20 h 00 - Carquefou (44) Restitution des échanges en ateliers PROGRAMME 19 h 00 Accueil autour d un cocktail dînatoire

Plus en détail

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire

Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Politique académique de lutte contre le décrochage scolaire Séminaire bi-bassins Antony - Vanves vendredi 28 novembre 2014 Comment s organise la lutte contre le décrochage scolaire dans l académie de Versailles?

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

LE COLLÈGE Léon Comas 30, rue du collège 01330 VILLARS-LES-DOMBES 04.74.98.00.32 collegeleoncomas.scolasite.net Le collège en quelques mots Les principales nouveautés du collège : De nombreux adultes interviennent

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

Le Collège Notre-Dame. établissement catholique d enseignement

Le Collège Notre-Dame. établissement catholique d enseignement Le Collège Notre-Dame établissement catholique d enseignement Un projet éducatif avant tout C est la considération de chaque personne qui marque les actions et les projets de notre communauté éducative

Plus en détail