ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU"

Transcription

1 ATELIERS CITOYENS DÉPARTEMENTAUX Cambrai Collège Lamartine 2 février 2012 COMPTE-RENDU 1. Ouverture en plénière Après un temps de présentation à chaque table, les participants sont accueillis par Patrick Kanner, président du Conseil Général et Bernard Baudoux, vice-président en charge de l éducation et des collèges. Les élus exposent le mandat de l atelier, le souhait du Département, et pourquoi nous sommes réunis. Sur le sujet de l éducation, le Conseil général du Nord a souhaité mettre en place une démarche de réflexion participative avec tous les acteurs du territoire. Plus particulièrement, ces ateliers s inscrivent dans une démarche d élaboration d une nouvelle politique départementale : un Projet Educatif Global Départemental. L objectif des ateliers citoyens est de mobiliser tous les acteurs de la communauté éducative au sens large, pour ensemble partager une vision commune, mettre en cohérence l existant et penser les manques. L objectif est d aller vers des premières expérimentations lors des rentrées 2012 et Le Département est à l initiative de cette démarche, mais le PEGD est encore inexistant, l objectif de ces ateliers est bel et bien de le construire ensemble. L engagement que prend le Conseil général c est d étudier les propositions et ensuite de revenir vers les participants pour argumenter et expliquer quelles propositions ont été prises, ou non, en compte et pourquoi. Sept Ateliers auront eu lieu dans tous les arrondissements du département d ici la fin du mois du février. Une restitution collective des travaux se fera par la suite à l occasion du Forum de Synthèse, le 14 mars 2012 à Mons-en-Barœul.

2 2. Ouverture des 3 ateliers Les participants sont invités à se répartir en 3 ateliers pour faciliter le travail et les échanges. Les 3 ateliers reprennent les 3 sujets de l appel à contribution : Le jeune dans sa vie sociale Le jeune dans son environnement familial Le jeune dans sa scolarité 3. Hiérarchisation des thèmes Dans chaque atelier les participants se voient proposer une série de sujets à travailler pour développer des propositions. Après un temps d échange durant lequel chacun peut rajouter les sujets qui sont d après lui manquants, le groupe vote pour les thèmes qui lui semblent prioritaires dans le cadre du PEGD. Chaque participant a à sa disposition cinq votes qu il peut répartir entre les différents sujets. 3.1 Le jeune dans sa vie sociale 34 participants THEMES VOTES La mobilité, les transports scolaires 24 La lutte contre les discriminations de genre et d origine. L égalité entre filles et garçons. L accès à la culture à et hors l école 23 L accès au sport à et hors l école 18 L ouverture des établissements scolaires sur leur environnement, leur quartier La mobilité internationale, les échanges 0 L exercice de la citoyenneté et l implication des jeunes dans le débat. 11 Le rôle des jeunes dans les projets qui leur sont destinés 19 La découverte du milieu associatif 12 La reconnaissance et le rôle de l éducation informelle et de l éducation populaire

3 L insertion sociale Le jeune dans son environnement familial 13 participants THEMES Accueil, écoute, accompagnement des parents / Rapprochement des familles et l institution scolaire VOTES Actions de prévention santé 17 Respect des rythmes de vie des jeunes 9 Autonomie des jeunes 7 La relation parents-enfants 12 Le rôle des parents et leur responsabilisation Le jeune dans sa scolarité 18 participants THEMES VOTES Orientation professionnelle, découverte des métiers 9 Lutte contre le décrochage scolaire et pour la réussite scolaire 9 Conditions matérielles d apprentissage et d enseignement 15 Découverte des filières professionnelles, l accompagnement des politiques d apprentissage 8 Lutte contre l illettrisme 8 Orientation scolaire, lien entre le primaire et le collège, entre le collège et le lycée 9 Encadrement du travail personnel 4 Travail sur les âges charnières, de transition 6 Soutien à la scolarité des élèves en situation de handicap 7 Violence au collège 5 Thèmes ajoutés par le groupe : Culture au collège 7 4. Diagnostic et Propositions Dans chaque atelier, le groupe se divise en groupe de 4 personnes minimum pour développer les thèmes ayant reçu le plus de points. Ils commencent par poser un diagnostic de la situation actuelle sur ce thème : «ce qui existe et qui marche bien» ; «ce qui existe et qui ne marche pas». 2

4 Suite à ce tour d horizon, les sous-groupes poursuivent leur travail en listant leurs propositions d action : «A partir de ce que vous faites ressortir sur ce thème, projetezvous. Nous avons deux rentrées scolaires devant nous : qu est-ce que vous aimeriez voir changer? Que doit-il se passer?» 3.1 Le jeune dans sa vie sociale LA RECONNAISSANCE DE L EDUCATION INFORMELLE ET DE L EDUCATION POPULAIRE : Les associations d aide au travail Les moyens d information et de communication La multiplicité des structures pouvant accueillir les jeunes ( centres sociaux, ) Difficulté à faire vivre des gens ensemble, de classes sociales différentes Difficulté à faire adhérer à des projets partagés (être sur un projet éducatif alors que le vœu est un projet consumériste) Organisation de séjours de vacances On ne reconnait pas comme un élément de valeur de l individu l apprentissage hors cadre, voire on juge nuisible le temps passé à cela Accessibilité financière Découverte pas évidente Moyens insuffisants donnés aux associations d éducation populaire (humains et financiers) Danger : isolement, perte de contacts humains, moyens modernes de communication Etat d esprit actuel (consommateur et individualiste) Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller. Nos propositions pour y parvenir : 1. Harmoniser les projets éducatifs avec les attentes des jeunes du territoire (leur environnement proche) - Résumé : Valoriser l écoute des délégués des collégiens localement sur leurs attentes. - Comment ça marche? Travail en commun avec les lieux où sont présents les jeunes (ex : centres sociaux) - Publics : Jeunes des collèges, CFA 3

5 - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Donner les moyens. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord du CA du collège. - Points de vigilance : La laïcité. 2. Cesser de valoriser certaines actions fortement médiatiques au détriment de ce qui est fait par les personnes, modestement, dans une dimension locale. Résumé : Valoriser l écoute des délégués des collégiens, localement sur leurs attentes. Valoriser les petites actions de solidarité durable. - Comment ça marche?... - Publics : Jeunes des collèges, CFA - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Mettre en valeur ces actions dans une revue spéciale «solidarité active» pour les collégiens. - Conditions pour que ça fonctionne : Avoir l accord des acteurs. - Points de vigilance : La laïcité. 3. Favoriser les contacts avec les différents acteurs en charge de l éducation populaire sur un territoire - Résumé : Mutualisation des actions réalisées. - Comment ça marche?... - Publics : Tous publics - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Déclencher des forums de rencontre. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord des partenaires et des jeunes. - Points de vigilance : x 4. Ouvrir les collèges aux acteurs de l éducation populaire en dehors du temps scolaire, mais aussi par des interventions ponctuelles - Résumé : Intervention d acteurs extérieurs dans les collèges. - Comment ça marche? Définition d une convention. - Publics : Tous publics - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Négocier cette possibilité avec l Education Nationale. - Conditions pour que ça fonctionne : L accord de l Education Nationale. - Points de vigilance : La laïcité. ### LUTTE CONTRE LES DISCRIMINATIONS : Les discriminations que nous vivons, ou que nous voyons et qui nous révoltent : le racisme, les moqueries et rejets des handicapés, le sexisme (le regard des garçons sur les filles, les normes pour être comme tout le monde que filles et garçons s imposent), les relations difficiles entre jeunes et personnes âgées, le regard des vigiles de magasins sur les jeunes (impression que jeune = voleur) 4

6 L accueil (des migrants, des handicapés) dans les collèges Le parrainage La colère, l énervement qui ne fait pas avancer les choses La mixité (fausse) Les cours d éducation civique (quand il y en a) Les ateliers mixtes (de parole, d activités) L intégration des handicapés dans les activités des centres sociaux Les sanctions au collège Les cours d éducation civique (trop superficiels, ennuyeux) Les ateliers mixtes (pas toujours efficaces) L intégration des handicapés dans les clubs sportifs (cela marche pour les entrainements, mais il n y a plus de place pour les handicapés quand on passe à la compétition) Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - La manière dont les gens regardent les gens différents - La manière de traiter les étrangers, de les intégrer dans la société française - Apprendre à se parler entre filles et garçons dans les collèges - Le sport ne devrait pas être que compétition, il devrait rester un loisir afin que les gens «différents» ne restent pas sur la touche - La manière dont les vigiles «accueillent» les jeunes dans les magasins - Le regard intergénérationnel - Les moqueries entre jeunes au sujet des tenues vestimentaires ou si on n a pas les derniers joujoux high tech Nos propositions pour y parvenir : 1. Apprendre à se parler entre filles et garçons au collège - Comment ça marche? Mise en place d ateliers de parole sur ce sujet au collège - Publics : Les collégiens - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Un intervenant extérieur? Un prof? (cela fait débat : qui sera le plus gagner la confiance des collégiens, ne pas les juger) - Conditions que pour ça fonctionne : Information obligatoire sur les ateliers de parole (au moins 2 séances d information) puis participation volontaire des jeunes aux ateliers de parole. - Points de vigilance : L intervenant doit être capable de recentrer les jeunes sur le non jugement. ### - MOBILITÉ : 5

7 V Lille Cars scolaires Les trains Les tucs Le covoiturage, la solidarité entre les gens Le FIJ mobilité du Conseil régional ADICE service volontaire européen Vacances : vacances ouvertes, un été dans le Bord Départ autonome (conseil général + mission locale aide par une participation par le transport Les horaires de transport en commun inadaptés (trop d attente en dehors des heures scolaires) Les freins psychologiques à la mobilité (prix du ticket) La sécurité de la route (infrastructures de transport) Etre informé des alternatives et des aides à la mobilité (CG, mission locale) L accessibilité aux bâtiments publics pour les personnes à mobilité réduite TER MER à 1Euro Taxi social Nos propositions pour y parvenir : 1. Développer l aide au permis (de manière généralisée, en le rendant plus accessible aux jeunes). En contre partie de cette aide, le jeune pourrait s investir dans une implication citoyenne et associative (culturelle, sportive) 2. Généraliser l aide aux vacances pour les jeunes issus de familles défavorises afin de commencer au plus tôt à travailler sur les freins psychologiques à la mobilité 3. Développer des jeux de société ou de animations pour un public ans sur le thème de la mobilité et de l intérêt de bouger pour l emploi / les vacances/ la culture ACCÈS A LA CULTURE : ### Ateliers théâtre en périscolaire Les contenus non spécifiquement éducatifs Interventions : clowns, cirque... Accès à internet au CDI Les activités proposées ne sont pas suffisamment diversifiées Le pourcentage des collégiens à participer : souvent des délégués de classe. Reproduction sociale (Bourdieu) : choix académiques? plaisir? 6

8 Ouverture sur l étranger (séjours ) Des projets concrets non scolaires motivants, non choisis par eux-mêmes Expériences nouvelles? Parents absents (impact sur l accès à la culture, l usage des bibliothèques) La culture au collège est traversée par la sous culture TF1 Notion d obligation : on «impose», ou cela reste occupationnel Des ateliers après 16h30, inaccessibles en bus Comment les intégrer mieux dans le temps scolaire? Toujours les mêmes jeunes Le prix : des livres, des concerts Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Nous faire découvrir des trucs - Nous faire comprendre (un tableau, une œuvre) - Nous donner le temps de l apprentissage - Développer les pratiques culturelles : à partir de la culture des jeunes plutôt qu à partir de la culture académique = la culture comme facteur de transformation sociale - Davantage de collaboration éducation nationale / éducation populaire : on y gagne, recherche de l épanouissement des ados, échange entre deux mondes éducatifs et deux mondes professionnels, en mettant le jeune au centre - Un lien renforcé au territoire : travailler l accès à la culture locale (ex : dentelle, patrimoine populaire), en ouvrant le collège sur l extérieur (sans s enfermer sur local uniquement), en collaboration avec les acteurs culturels locaux Nos propositions pour y parvenir : 1. Proposer des thèmes d ateliers, expos, sorties péri et extra scolaires différents de ceux qui existent pour les renouveler, en partant du choix des ados (vote, vote sur le budget), en recherchant des intervenants à l extérieur du collège ou en se servant du collège. 2. Rendre les adolescents acteurs/ auteurs de leurs propres projets en les amenant à concevoir leur propre projet. 3. Découverte du territoire : visite des ressources locales (dentelles, Lewarde ) 7

9 3.2 Le jeune dans son environnement familial RELATION PARENTS-ENFANTS : Acteurs et dispositifs d accompagnement des familles La relation enfants-parents-équipes éducatives, à l école, dans les associations, avec un objectif de complémentarité. La relation directe parents/enseignants, dans les deux sens. Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Améliorer la relation entre la communauté éducative et les parents. - Améliorer la connaissance des parents du système éducatif, et du système éducatif de ce qu est un parent. - Ouvrir l accompagnement éducatif à toutes les familles, et pas prioritairement aux familles en difficulté. Nos propositions pour y parvenir : 1. Améliorer la relation entre la communauté éducative et les parents. - Comment ça marche? Améliorer la connaissance des parents du système éducatif, et du système éducatif de ce qu est un parent. Intégrer l idée que les acteurs socio-éducatifs sont présents dans un rôle de médiation entre les deux communautés (éducative et parents) dans le but de travailler l autonomisation de cette relation. - Publics : Les enseignants, les parents, les acteurs socio-éducatifs (associations, clubs, centres sociaux, maison de quartier, associations de parents d élèves, etc.) - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Informer, fédérer, mettre en relation. Soutenir : ressources financières, humaines. - Conditions pour ça fonctionne : Le soutien des chefs d établissements. - Points de vigilance : L accent mis sur la prévention. ### PRÉVENTION-SANTÉ : 8

10 Partenariat avec les infirmières scolaires, ce qui concerne le Planning Familial. Vie affective et sexuelle en 4 ème. Addiction, implication des enfants, interventions extérieures «Olympio» Manque d implication des parents. Manque d information et de communication, entre les jeunes et les parents, et vice-versa. Des formations existent, mais les jeunes n en parlent pas. Vie affective et sexuelle en 3 ème. A part 2, 3 collèges de l arrondissement. Difficultés dans certains établissements à obtenir 2 heures d intervention. Addiction : non communication du travail des élèves avec les parents. Prévention routière : non respect des règles malgré les interventions-vélo. Nos propositions : 1. Sexualité, Vie Affective - Résumé : En ce qui concerne la vie affective et sexuelle il serait souhaitable d impliquer les parents. Pourquoi ne pas proposer des animations identiques à celles données à leurs enfants? - Comment ça marche? Même travail que celui réalisé avec des collégiens : Histoire de la femme et du couple depuis le début du XXème siècle /Les avancées socio-culturelles / L importance des lois et leurs implications : loi Neuwirth (contraception), loi Veil (IVG) / Prévention (IST, SIDA) / Conduites à risques, alcool, drogues / Eviter les jugements de valeur / Respect. - Publics : Parents d élèves, enseignants, surveillants, chefs d établissements. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : L action du Planning Familial dans les établissements scolaires est financée par le Conseil général du Nord. - Les parents et enseignants : alerter, consulter, mutualiser. 2. Interventions sur les problématiques liées à l alimentation de l anorexie à l obésité, par rapport à l image qu en véhiculent les médias / Les efforts de restauration scolaire / Les conséquences d une mauvaise alimentation sur la santé physique et mentale. - Comment ça marche? - Réaliser une intervention avec les personnels du collège, des médecins, des travailleurs médico-sociaux au sein de l établissement en imposant plusieurs ateliers avec débats et échanges. - Suppression des distributeurs de friandises, remplacés par des fruits. - Ateliers cuisine pour parents et enfants. - Sollicitation des collégiens pour participer à l élaboration des menus. - Publics : Enfants, parents, personnels de restauration. 9

11 - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Equipe PMI, service prévention Santé, Equipe éducative. ### LA RESPONSABILISATION DES ENFANTS : Exemplarité (montrer le chemin à suivre) Activités communes (culturelles, sportives, détentes...) Moments communs d échange. Réseaux extérieurs (tierce personne qui peut être à l écoute et prodiguer des conseils), ex. grands parents Confiance réciproque, clartéfranchise Savoir relativiser. Liens avec les deux parents, équilibre parental. Infantilisation, ou à l inverse des enfants trop vite en responsabilité. La communication entre les parents et les autorités éducatives. Les violences psychologiques, physiques. Les parents «copains», trop proches. L autoritarisme, tout ce qui n est pas expliqué, argumenté Pressions sociales (les «marques», le téléphone...) Isolement familial Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Plus de confiance, de moments communs, de responsabilisation pour aboutir à un meilleur fonctionnement. - Favoriser le dialogue, la compréhension mutuelle, l écoute, la bienveillance, éviter les jugements de valeur. Nos propositions pour y parvenir : 1. Favoriser la valorisation des élèves (leurs savoir-faire, les projets extrascolaires...), leur responsabilisation (gestion d un budget lors d actions collégiennes) - Comment ça marche? Exemple Budget participatif des collèges : en début d année les élèves ont une enveloppe budgétaire. En fonction des actions, les élèves gèrent un budget, les dépenses, tiennent les comptes. Exemple du Budget Participatif des Lycées dans la Région. 10

12 - Cela permet de les rendre citoyens, de les amener vers des constructions de projets... De changer les regards entre jeunes, entre jeunes et adultes. Cela améliorerait les relations entre les personnels de l établissement. - Publics : Chaque élève a la possibilité de porter un projet et donc d être responsable d une somme et de son devenir. Les parents, les professeurs, les personnels ouvriers ; tous peuvent s impliquer. Tout le monde est au même niveau de capacité de décision. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Facilitateur, financeur. Le Conseil général fixe les cadres. - Conditions pour que ça fonctionne : Implication de l ensemble des composantes de la communauté éducative, que chacun contribue à son niveau d expertise. - Y croire! - Points de vigilance : Que cette initiative s insère dans une perspective où la notion de temps s impose d elle-même (moyen terme, etc.) Que cette pratique exige de l engagement, de l implication. Elle requiert donc d une part qu on y consacre du temps, d autre part qu on reconnaisse tous les membres : parents, enfant Le jeune dans sa scolarité ORIENTATION, FILIÈRES PROFESSIONNELLES, APPRENTISSAGE : Forum des métiers Stage en entreprise Kiosque ONISEP Formation dans les classes Difficulté à trouver un stage. Problème de mobilité, enclavement, inégalités dans le territoire. Filière pro vue comme une voie de garage, à valoriser davantage. Manque d adéquation entre le besoin des entreprises et les formations : implantation du collège dans le territoire (réalités économiques, sociales, territoriales). Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : 11

13 - Améliorer le maillage territorial pour les transports afin qu un projet d orientation ne pâtisse pas d un problème de transport, d accès. - Ouvrir davantage le collège vers l entreprise. Favoriser la démarche de recherche de stage en accompagnant davantage le jeune (annuaire d entreprises partenaires ; transports vers le lieu de stage ; visites d entreprise.) Nos propositions pour y parvenir : 1. Mise en place d une politique départementale qui permette de sensibiliser les collégiens au monde de l entreprise. - Comment ça marche? Réseau d entreprises partenaires diverses ; référents, personnes ressources dans les collèges issus du monde de l entreprise (sur le modèle du référent police). - Compte-rendu de visite : mise en commun, espace numérique accessible aux collégiens et aux parents. - Publics : Collégiens, enseignants, parents. ### LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE : Contrôle de l absentéisme Classe de niveau Classes pupitres Soutien Dispositif Pas de dispositif continu Temps de parole des jeunes Sanctions Agir sur l absentéisme Dispositifs relais Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - Le parcours «Unique» des rythmes d apprentissage et des approches... Diversifier les rythmes d apprentissage, les approches, les jeunes sont tous différents, à l âge où ils sont en «construction». 12

14 - Individualisation du travail : échange de compétences entre élèves. - Repérage précoce du décrochage scolaire. Nos propositions pour y parvenir : 1. Reconnaître l éducation informelle dans les parcours d apprentissage. - Comment ça marche? Ouverture hors temps scolaire du collège. Parcours diversifiés des jeunes, quitte à réduire pour eux le temps de cours. Reconnaissance des compétences acquises en dehors. - Publics : Elèves décrocheurs. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Facilitateur, financeur. - Conditions pour que ça fonctionne : Partenariat avec l Education Nationale. - Points de vigilance : Ne pas stigmatiser ces jeunes, maintenir l hétérogénéité des groupes. Eviter que «20 professionnels» suivent un même jeune sans communiquer entre eux. ### CONDITIONS MATÉRIELLES D ENSEIGNEMENT ET D APPRENTISSAGE : FMRC Subventions pour voyages, sorties Transports scolaires Infrastructures sportives Collèges rénovés EMOP Manuels scolaires Classes pupitres Fond Social des Collégiens Encore des collèges non rénovés Salles encore très vétustes Mobilier non adaptable à la taille des élèves Problème de maintenance informatique Poids des cartables, casiers insuffisants Groupement d achat qui empêche les achats locaux, immédiats Insuffisance de l accès au 13

15 numérique Situations matérielles inégales La coopération entre lycées, collèges, collectivités régionales, départementales Accès aux infrastructures (piscine) en milieu rural Création d internats Ce qu on veut voir changer en 2014, nos objectifs, vers où on veut aller : - La mise en place ou la poursuite de la rénovation de tous les collèges. - Collège numérique, classes pupitres avec accès individuel. - Poids du cartable : mise en place d une salle de cartables, casiers individuels, double collection de livres. - Décentralisation des achats de matériel favorisant la maintenance sur place. Nos propositions pour y parvenir : 1. Rénovation des collèges - Comment ça marche? Planification du budget - Publics : Collégiens, équipe éducative, équipe pédagogique, profs, agents, parents d élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Mise en œuvre, budget et concertation. - Conditions pour que ça fonctionne : Volontarisme et concertation de la part du Conseil général. - Points de vigilance : La fonctionnalité. 2. Collège Numérique - Comment ça marche? Installation de salles numériques dans les établissements, avec accès à Internet. - Publics : Tous les élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Subvention, Formation, Maintenance. - Conditions pour que ça fonctionne : Personnel spécialisé. 3. Poids du cartable 14

16 - Comment ça marche? Mise en place d une salle de cartables, casiers individuels, double collection de livres. - Publics : Tous les élèves. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Donner les moyens - Conditions pour que ça fonctionne : Implication des parents, des profs et des éditeurs. 4. Décentralisation des achats de matériel - Comment ça marche? Aujourd hui : groupement d achat obligatoire. Demain : décentralisation en favorisant le milieu local. Achat et maintenance. - Publics : Equipes éducatives et pédagogiques. - Qui fait quoi? Rôle du Conseil Général? : Prendre la décision. Faire le bilan des achats effectués. - Conditions pour que ça fonctionne : Lever le verrou administratif, la limite de 800 euros. 15

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire»

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» APPEL À CANDIDATURES CONCOURS PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» Edito Le sport permet la diffusion de valeurs telles que le respect de l autre, la responsabilité ou encore la solidarité et contribue

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE

LA JEUNESSE. l es sen LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE LA JEUNESSE l es sen tiel LA VILLE QUI NOUS RESSEMBLE, LA VILLE QUI NOUS RASSEMBLE sommaire LA JEUNESSE PAGES 4 À6 PAGES 7 À9 PAGE 10 PAGE 11 Le BIJ, lieu ressources Pour s informer et se documenter -

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ»,

Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Partenaires fondateurs DOSSIER DE PRESSE Dossier de presse «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ» «Fais-nous rêver-fondation GDF SUEZ», Construisons ensemble des voies nouvelles pour un sport utile à tous

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR

Présentation de la MDA d EURE ET LOIR Présentation de la MDA d EURE ET LOIR 1 MDA d EURE et LOIR Date de création : Décembre 2007 Date d ouverture au public : 21 juin 2010 2 MDA d EURE et LOIR Structure juridique porteur : Centre Hospitalier

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL

Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL Bilan pédagogique et actions du projet pour 2009 2010 Collège Maurice RAVEL 1 >>> 2 >>> 3 >>> 4 >>> page AXE 1... 2 AXE 2... 4 AXE 3... 7 AXE 4... 9 1 Favoriser la continuité et la réussite des parcours

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance

s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance s engage aux côtés de 6 associations dans le domaine de la solidarité dédiée à l enfance L enfance au cœur de nos actions. La Fondation 29 Haussmann a retenu pour thème la lutte contre la rupture du lien

Plus en détail

La priorité est donnée à la démarche de projet et non à la simple consommation de loisirs. Le séjour s appuie sur les principes suivant :

La priorité est donnée à la démarche de projet et non à la simple consommation de loisirs. Le séjour s appuie sur les principes suivant : Sommaire 1. Les principes du séjour 2. Présentation du séjour 3. Les objectifs du séjour 4. Les réunions 5. Les relations dans le camp 6. Le rôle de l équipe d animation 7. Les chantiers et actions de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives

Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Les actions éducatives familiales (AEF) Enjeux et perspectives Novembre 2013 1. Qu est-ce qu une AEF? Une action éducative familiale est une action menée avec des adultes qui sont aussi parents et pour

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Contrat de ville du Sénonais

Contrat de ville du Sénonais PRÉFET DE L YONNE Contrat de ville du Sénonais Appel à projets 2015 Préambule : Engagée par le Gouvernement en 2012, la réforme de l action conduite au bénéfice des quartiers défavorisés a connu une nouvelle

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

VILLE AMIE DES ENFANTS TABLEAU DE BORD

VILLE AMIE DES ENFANTS TABLEAU DE BORD VILLE AMIE DES FANTS Être ou devenir Ville amie des enfants suppose que la collectivité connaît les enfants et les adolescents qui vivent sur son territoire. Ce tableau de bord est un outil de diagnostic

Plus en détail

Parents, enfants. un guide pour vous

Parents, enfants. un guide pour vous Parents, enfants un guide pour vous edit s mmaire Parents, Notre engagement de mettre en place un territoire compétitif, solidaire et durable ne peut se concevoir sans répondre aux besoins des enfants

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr

Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies. pour les jeunes. www.bas-rhin.fr Le ConseiL GénéraL du Bas-rhin au de vos vies pour les jeunes www.bas-rhin.fr Les bons plans jeunes du 67 Tu as entre les mains tous les bons plans «jeunes» proposés et financés par le Conseil Général

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Fiche Action 6.D.6. ACTIV G (Fédération des Centres sociaux de la Nièvre)

Fiche Action 6.D.6. ACTIV G (Fédération des Centres sociaux de la Nièvre) Fiche Action 6.D.6 ACTIV G (Fédération des Centres sociaux de la Nièvre) Axe Schéma Régional de Prévention 3.1. LES ADOLESCENTS ET JEUNES ADULTES : Développement dès l enfance des capacités des adolescents

Plus en détail

DOCUMENT CADRE PROJET EDUCATIF GLOBAL(PEG) (2013-2017)

DOCUMENT CADRE PROJET EDUCATIF GLOBAL(PEG) (2013-2017) DOCUMENT CADRE PROJET EDUCATIF GLOBAL(PEG) (2013-2017) Sommaire Préalable : Le Projet Educatif Global, un projet éducatif renouvelé au service du développement, de l épanouissement et de la réussite de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse

Projet éducatif. Ville de Rungis. S OUVRIR AU MONDE Environnement Prévention. Service scolaire Service enfance/jeunesse Projet éducatif Ville de Rungis Service scolaire Service enfance/jeunesse Autonomie RESPONSABILISER VIVRE ENSEMBLE Sensibiliser Epanouissement SOLIDARITE Projets Citoyenneté IMPLICATION Devenir adulte

Plus en détail

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011

Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence 2009-2011 Un Agenda 21 pour Talence La Déclaration de Rio et les textes européens et français encouragent les collectivités territoriales à adopter des plans d actions en faveur

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

A la découverte du Service jeunesse Edition 2014-2015

A la découverte du Service jeunesse Edition 2014-2015 A la découverte du Service jeunesse Edition 2014-2015 Dédié aux 11-25 ans «Depuis le 7 juillet 2014, le Service jeunesse (consacré aux pré-adolescents, adolescents et jeunes adultes de 11 à 25 ans) est

Plus en détail

SOMMAIRE : I. Développer les ambitions de chaque élève en synergie page 2. II. Accompagner chaque élève vers sa réussite page 6

SOMMAIRE : I. Développer les ambitions de chaque élève en synergie page 2. II. Accompagner chaque élève vers sa réussite page 6 Les axes du projet d établissement 2014 2018 SOMMAIRE : I. Développer les ambitions de chaque élève en synergie page 2 1 Mieux adapter et mieux diversifier les parcours 2 Maitrise des langues 3 Développer

Plus en détail

Vade-mecum pour la présentation d un projet de club

Vade-mecum pour la présentation d un projet de club Vade-mecum pour la présentation d un projet de club Ce document a pour objectif de donner quelques repères pour la présentation du projet de club : description, valorisation et priorisation des objectifs.

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

L ensemble des personnels du collège Jacques PREVERT vous souhaite la bienvenue

L ensemble des personnels du collège Jacques PREVERT vous souhaite la bienvenue L ensemble des personnels du collège Jacques PREVERT vous souhaite la bienvenue LIAISON CM2 6ème 2013-2014 2014 Rencontre des parents de CM2 Mardi 11 février 2014 Jeudi 13 février 2014 1 Présentation de

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Programme Opérationnel Européen Fonds social européen 2014-2020 FICHE ACTION

Programme Opérationnel Européen Fonds social européen 2014-2020 FICHE ACTION I. OBJECTIFS ET RÉSULTATS 1. Descriptif de l'objectif de l'action Par des stratégies diversifiées, le contrat local d'accompagnement à la scolarité (CLAS), les modules d'accueil en lycée (MODAL), les modules

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant propos :

SOMMAIRE. Avant propos : Années 2013-2016 SOMMAIRE 1. Contexte Etat des lieux Le collège Henri HIRO son environnement, ses élèves, ses enseignants Son CDI Les objectifs prioritaires du collège Henri HIRO Fonds documentaire et

Plus en détail

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015

L Etat dans l Eure SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL. Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure. Juin 2015 L Etat dans l Eure Juin 2015 SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL Edito de René BIDAL, Préfet de l Eure A compter du 1er juin, le Service Civique devient universel : tout jeune de 16 à 25 ans qui voudra s'engager

Plus en détail

Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen. du 21 septembre au 8 octobre 2015. # vielyceenne. la vie des lycées

Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen. du 21 septembre au 8 octobre 2015. # vielyceenne. la vie des lycées Les rendez-vous Les rendez-vous la de vie la lycéenne vie lycéenne Kit pédagogique Les semaines de l engagement lycéen Séance de découverte de la vie lycéenne Séance de découverte de la vie associative

Plus en détail

Mobilisation de l École et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Les assises

Mobilisation de l École et de ses partenaires pour les valeurs de la République. Les assises Assises de la KIT D ORGANISATION DES ASSISES SOMMAIRE La démarche des assises 1. Présentation générale de la démarche 2. Les thématiques à aborder lors des Assises locales et départementales 3. Assises

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ

LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ LE PROJET SOCIAL ET ÉDUCATIF PERISCOLAIRE ACCUEIL DE LOISIRS LES CHRYSALIDES AUMETZ L explosion de l activité professionnelle des femmes et la situation géographique de la commune d Aumetz et de notre

Plus en détail

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43

Le livret du délégué 2011/2012. LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS. Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Le livret du délégué 2011/2012 LYCEE JEAN MOULIN 1 Rue Maréchal Foch B.P. 515 27705 LES ANDELYS Tél. : 02 32 54 09 31 FAX : 02 32 54 53 43 Mail : www.lycee-jeanmoulin.fr 1 Vous avez été élu(e) par vos

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

1 Travailler dans le secteur social

1 Travailler dans le secteur social 1 Travailler dans le secteur social Proposer des formations aux métiers de la solidarité. Accéder à un emploi dans un secteur porteur. Parmi les acteurs : AskOria, les métiers des solidarités Cet organisme

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Le pari de la diversité

Le pari de la diversité ENSEIGNEMENT PERSPECTIVES COLLÈGES DE CRÉTEIL Le pari de la diversité c BIEN CHOISIR SON COLLÈGE Classes spécialisées, à options, bi-langues ou pour élèves décrocheurs, associations sportives et soutien

Plus en détail

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes

Editorial. Yvon Robert Maire de Rouen. Hélène Klein Adjointe au Maire en charge de la lutte contre les discriminations et des droits des femmes 1 Editorial L égalité entre les femmes et les hommes est un droit fondamental. Ce droit est né des luttes qui ont été menées dans notre pays comme dans bien d autres, mais il reste un enjeu majeur tant

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E )

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E ) SI VOUS CHERCHEZ POUR VOTRE FILLE UNE ÉCOLE SECONDAIRE QUI CONTRIBUE À SA RÉUSSITE ET À SON ÉPANOUISSEMENT, QUI LUI DONNE CONFIANCE EN ELLE-MÊME, QUI STIMULE SON ENVIE D APPRENDRE. QUELLES PORTES S OUVRENT

Plus en détail

Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique

Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique Référentiel des missions de Service Civique Guide à destination des structures souhaitant accueillir des volontaires en Service Civique 1/21 Sommaire Le Service Civique en bref...3 1) Qu est-ce qu une

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

PROJET D'ÉTABLISSEMENT

PROJET D'ÉTABLISSEMENT PROJET D'ÉTABLISSEMENT Une école qui apprend à vivre ensemble Le projet d établissement est issu de la réflexion collective des enseignants afin de respecter les projets éducatif et pédagogique définis

Plus en détail

Projets de Réussite. Éducative. Guide du porteur de projet

Projets de Réussite. Éducative. Guide du porteur de projet Projets de Réussite Éducative Guide du porteur de projet Pourquoi ce guide? Ce livret pédagogique a pour objectif de sensibiliser la communauté éducative sur les Projets de Réussite Éducative (PRE) mis

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Guide pratique pour les étudiants

Guide pratique pour les étudiants Guide pratique pour les étudiants SOMMAIRE Des aides financières plus nombreuses et plus justes p. 3 La réussite des étudiants, une priorité p. 11 Des conditions de vie et d études améliorées p. 18 L insertion

Plus en détail

Jeunesse Loisirs Sport - Social

Jeunesse Loisirs Sport - Social Jeunesse Loisirs Sport - Social Renforcer les dynamiques de professionnalisation et de structuration des filières de la jeunesse, des loisirs, du sport et du social sur les territoires ruraux de la Région

Plus en détail

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 avec le soutien de édito sommaire Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 N Retrouvez au dos les lieux sur le plan Notre ville est riche de sa diversité, qui

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016

Démarche & ses étapes (information) III. Présentation des orientations et des actions du schéma de développement culturel d Alsace Bossue 2014-2016 SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT CULTUREL D ALSACE BOSSUE 2014-2016 RESTITUTION AUX ACTEURS MARDI 26 NOVEMBRE 2013 à LORENTZEN DÉROULÉ DE LA SOIRÉE I. Introduction II. Démarche & ses étapes (information) III. Présentation

Plus en détail

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013

Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 Dossier commun de demande de subvention au titre de la part territoriale du Centre National pour le Développement du Sport - 2013 ------------- C. N. D. S. ------------ Retour des dossiers des Ligues Régionales

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

L éducation populaire en Alsace

L éducation populaire en Alsace L éducation populaire en Alsace Actions et partenariats (avec les collectivités L ÉTÉ DE L ÉDUCATION POPULAIRE 1 L éducation populaire en Alsace ( Sommaire Édito de Philippe Richert, Président du Conseil

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail