Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur"

Transcription

1 Ventilation Non Invasive Adaptation patient/ventilateur F. Vargas G. Hilbert Département de Réanimation Médicale CHU Pellegrin-Tripode - Bordeaux DESC de Réanimation Médicale Toulouse 15 et 16 mars 2007

2 Choix de l interface mode et «réglages» ADAPTER UN PATIENT A LA VNI Aspects généraux Mode ventilatoire Optimiser les réglages Aspects spécifiques Problème des fuites Optimiser l interface

3 AJRCCM 2001; 163: Facteurs de réussite ou d échec de la VNI % 100 Tolérance % 30 Fuites majeures bonne mauvaise Réussite Echec 0 Réussite Echec

4 VS - AI - PEP

5

6

7

8 AM J RESPIR CRIT CARE MED 1998;157:

9 Les efforts inefficaces Ascension du débit 17 efforts du patient Efforts inefficaces Dépression simultanée 10 cycles monitorés par le ventilateur

10 Efforts inefficaces VNI - Helmet

11 Pourquoi l effort est inefficace? Effort inspiratoire généré par le patient Non détecté par le ventilateur: Pas de cycle machine Augmentation de l effort nécessaire pour déclencher le cycle: Auto PEEP Trigger Inspiratoire Faiblesse de l effort: Diminution de la commande centrale Muscle diaphragmatique

12 AM J RESPIR CRIT CARE MED 1998;157:

13 PEPi Seul les deux dépressions ayant vaincus l auto PEPi sont récompensées. Gladwin ICM 1998; 24:898

14 Intensive Care Med 1995; 21: Asynchrony PEEPi

15 Auto déclenchement Cycle imposé par la machine mais non déclenché par le patient.

16 Débit Poes VNI «Helmet» Paw Pga Pdi

17 Auto déclenchement Déclenché par: 1. Les battements cardiaques 2. Une fuite 3. Présence d eau dans le circuit 4. Trigger trop bas

18

19 Importance de la fuite et auto-déclenchement Bernstein et al, Crit Care Med 1995; 23:

20 SRLF 2006

21 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée e (prés s du maximum 80%) 6) AI Vte = ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»:: réglage r spécifique

22

23 ERJ 2004; 23: patients BPCO au décours d une décompensation aiguë

24 ERJ 2004; 23: Fuites Tolérance

25 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: d 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée (prés du maximum 80%) 6) AI Vte = ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»:: réglage r spécifique

26

27 Aide inspiratoire et charge imposée aux muscles respiratoires Brochard L et al. Am Rev Respir Dis 1989; 139:

28 Poursuite de l insufflation au delà du temps inspiratoire du patient. Trop d aide = Trop de volume et donc Trop de temps

29 AJRCCM 2002; 166:21-30

30 AJRCCM 2002; 166:21-30

31 Déterminants des efforts inspiratoires inefficaces Leung et al. Am J Respir Crit Care Med 1997; 155: Respirations précédents les efforts inefficaces Respirations précédents Les efforts efficaces p TI/TE 1.87 ± ± 0.05 <0.005 VT (ml) 486 ± ± 16 < 0.02 PEPi, cmh2o 4.22 ± ± 0.23 <

32 AJRCCM 1997; 155: Niveau d AI et efforts inspiratoires inefficaces

33 Niveau d AI et fuites au masque de VNI AI 15 cmh2o AI 16 cmh2o Fuite

34 AJRCCM 1997 La pression alvéolaire en aide inspiratoire dépend de la relation pression volume du patient. Elle peut être très/trop importante

35 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: d 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée e (prés s du maximum 80%) 6) AI Vte = 6-8 ml/kg, 30 FR spont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»:: réglage r spécifique

36

37 Les systèmes d arrêt de l inspiration en Aide Paw ( cmh 2 0 ) déclenchement Le débit de coupure Cyclage en fonction de la chute du débit inspiratoire PEP = 10 cmh 2 O Débit ( l.min -1 ) secondes 40 0 Le dépassement du niveau d aide inspiratoire secondes La limitation du temps inspiratoire Trigger en temps Réglage d un Ti max

38 Trigger expiratoire : débit de coupure

39 Cyclage et syndrome obstructif Tassaux et al. Am J Respir Crit Care Med 2003; 167: A301 Lors d augmentation des résistances: Pour une même pression (un même niveau d aide) Le débit sera plus faible

40 Cyclage inspiratoire : expiratoire et syndrome obstructif Parthasarathay et al. Am J Respir Crit Care Med 1998; 158:

41

42

43 Débit de coupure 5 % Débit de coupure 45 %

44

45 Aide Inspiratoire VNI : présence de fuites Pression Inspiration prolongée Temps Débit de fuite Débit Temps

46 FUITES d air Asynchronie patient Ventilateur

47 Etude asynchronie ventilation non invasive - 5 secondes

48 Etude asynchronie ventilation non invasive - 5 secondes

49 SRLF 2006

50 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: d 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée e (prés s du maximum 80%) 6) AI Vte = ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»:: réglage r spécifique

51 ASPECTS PRATIQUES Efforts inspiratoires inefficaces Trigger inspiratoire «bien réglé» Cyclage tardif? Aide inspiratoire PEEPe Efforts inspiratoires importants Pente de pressurisation Aide inspiratoire Cyclage tardif (activité musculaire expiratoire) Consigne de cyclage paramétrable Aide inspiratoire Cyclage en temps

52 Présence de fuites en VNI, que faire? Inutile de trop serrer le masque!!! Éliminer SNG (passe sonde) Modifier interface (taille) Diminuer le niveau de pression d Aide Inspiratoire (si possible) Modification du trigger expiratoire si réglage disponible

53 CHOIX DE L INTERFACE

54

55

56 L interface idéale?

57

58

59 Intensive Care Med (2007) 33:74 81

60 VNI post extubation: Masque facial Helmet Helmet optimisé RS Masque Helmet helmet optimisé Débit Poes Paw Pga Pdi PTPdi 9 3,5 6 3,8

61

62 «Helmet»

63 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: d 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée e (prés s du maximum 80%) 6) AI Vte = ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»: réglage spécifique

64 Aide inspiratoire Oxygénation et confort

65 Même niveau d AI Chest 1993; 103:

66 Chest 1993; 103: L = PaO2: mmhg I = PaO2: mmhg H = PaO2: mmhg Augmentation des centres respiratoires (du W) par diminution de la FiO2

67 Intensive Care Med (2006) 32:

68 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: d 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-55 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée e (prés s du maximum 80%) 6) AI Vte = ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO 88 < SaO2 < 92%? 9) Masque facial prototype si «helmet»:: réglage r spécifique

69 Le «savoir faire» de l équipe

70 VNI : formation du personnel (fondamental +++)

71 There may be several reasons why noninvasive ventilation was ineffective in preventing the need for reintubation in our study. First, the success of noninvasive ventilation could be dependent on the Experience Of The Health Care Team Using The Technique. All the centers participating in this study, had incorporated noninvasive ventilation into their ROUTINE CLINICAL PRACTICES at least ONE YEAR BEFORE the start of the study. The findings in the study by Keenan et al.(jama 2002), in which a ONE YEAR Training Period was undertaken before the start of the trial, were similar to ours.

72 Sédation intra veineuse en objectif de concentration au Propofol lors des séances de ventilation non invasive chez des patients en insuffisance respiratoire aiguë Clouzeau B, Herpe B, Bui HN, Pujol W, Vargas F, Gruson D, Hilbert G SRLF 2007

73 Intensive Care Med (2007) 33:82 87

74 VNI - Ventilation en aide inspiratoire (VS -AI-PEP) 1) Mode VNI VS AI - PEP 2) Monitoring: Volume, fréquence, courbes+++ pression débit 3) Trigger : sens max (limite auto-déclenchement) par exemple: Trigger en débit: 1 à 3 l/mi 4) PEP 4-5 cm H2O (80% de PEPi (?)) 5) Pente élevée (prés du maximum 80%) 6) AI Vte = 6-8 ml/kg, 30 FRspont 25, confort 7) Cycling 25% mais Moins (10%) si restrictif Plus (45%) si patient BPCO 8) FiO2 pour SaO2 > 92%? patient BPCO? 9) Masque facial prototype si «helmet»: réglage spécifique

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

Interfaces pour la ventilation non invasive de l enfant: critères de choix et surveillance Isabelle PIN. Pédiatrie. CHU de Grenoble D. Zerillo et l équipe de VNI. AGIRàdom. Grenoble Les différentes interfaces

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT sept 2011 Prat G Page 1 19/07/2013 PREAMBULE Ce polycopié s adresse à tous ceux qui arrivent en réa (nouvelles infirmières, nouveaux internes et externes),

Plus en détail

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë F Decailliot, SAR H Mondor 1 Principes de la ventilation artificielle Physiologie

Plus en détail

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA Stratégies ventilatoires au cours du SDRA DESC Réanimation Médicale Lyon 26 Janvier 2010 C. Guérin Réanimation Médicale, Hôpital de la Croix-Rousse Université de Lyon Inserm 630 LYON, France 1 Introduction

Plus en détail

SIARETRON 4000 - P. Ventilateur pour soin intensive. Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - DONNEES TECHNIQUES

SIARETRON 4000 - P. Ventilateur pour soin intensive. Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - DONNEES TECHNIQUES SIARETRON 4000 - P Ventilateur pour soin intensive Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - rev. 5-01/09/2013 Caractéristiques principales Le SIARETRON 4000 est un ventilateur

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

Elisée 150 Manuel patient Français

Elisée 150 Manuel patient Français Elisée 150 Manuel patient Français Respiratory Care solutions Making quality of care easy * *Solutions ResMed en ventilation Améliorer la qualité des soins Respiratory Care solutions Making quality of

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique (VM)

Principes de la ventilation mécanique (VM) Principes de la ventilation mécanique (VM) INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE: aspects thérapeutiques Traitement de fond broncho-dilatateurs antidotes antibiotiques anticoagulants chimiothérapie... Traitement

Plus en détail

Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë

Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë UNIVERSITÉ MONTPELLIER I FACULTÉ DE MEDECINE Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010.

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010. Flash Info - Année 2010 - Numéro 27 Novembre www.antadir.com Flash Info F É D É R A T I O N A N T A D I R 6 6 B D S T M I C H E L P A R I S 6-0 1 5 6 8 1 4 0 6 0 ERS 2008 - Berlin Flash Info Spécial ERS

Plus en détail

L appareil d anesthésie

L appareil d anesthésie L appareil d anesthésie (principe de fonctionnement, composants, circuits, ventilateurs, évaporateurs) Dr Yannaël COISEL Département d Anesthésie et Réanimation B ; Hôpital Saint Eloi Pr Samir JABER INSERM

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto : Un nouvel appareil de PPC avec mode "autopilote", économique et performant. EcoStar Auto est un appareil à Pression Positive qui propose un large choix de fonctionnalités

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. VENTILATION SERVO-s

FICHE TECHNIQUE. VENTILATION SERVO-s FICHE TECHNIQUE VENTILATION Critical Care 3 CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES Pour les patients adultes et enfants Un respirateur conçu pour fonctionner dans un grand nombre d'environnements de soins respiratoires

Plus en détail

BPCO: Maladie systémique

BPCO: Maladie systémique BPCO: Maladie systémique Les altérations des muscles périphériques dans la bpco Maltais, AJRCCM 2014 Atrophie musculaire: surface transversale réduite Sujet sain Sujet atteint de BPCO Surface 118,5 cm

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance

Réanimation du nouveau-né en salle de naissance Réanimation du nouveau-né en salle de naissance GEN N-PdC 2005 D après ERC 2001 (European Ressuscitation Council) et RANP 2001 (Réanimation Avancée Néonatale et Pédiatrique) Circulation 2005 ; 112 : III-91

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring Dr Claudio Rabec Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire Centre Hospitalier Universitaire de Dijon L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983 Ventilation intelligente Hamilton Medical La ventilation intelligente depuis 1983 Intelligent Ventilation since 1983 Nous nous efforçons de développer des systèmes intelligents pour servir au mieux les

Plus en détail

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux

Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux. Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Evaluation péri-opératoire de la tolérance à l effort chez le patient cancéreux Anne FREYNET Masseur-kinésithérapeute CHU Bordeaux Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt en lien avec cette présentation

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 08/02/07 Ré f.: CMUB - 009 Pagination : 1/8 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 009 Rédacteurs Dr H. ROY, SAMU 21 Date 13/05/00 MAJ le 08/02/2007

Plus en détail

Prise en charge et suivi de patients

Prise en charge et suivi de patients perspectives Prise en charge et suivi de patients sous ventilation à domicile : l expérience genevoise Rev Med Suisse 2008 ; 4 : 2518-24 P. Pasquina P. Bourqui P. Farr J.-P. Janssens Patrick Pasquina,

Plus en détail

Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort

Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort Partie du programme : corps humain et santé, l exercice physique Niveau : seconde Titre de la séance : les paramètres physiologiques de l effort EXTRAIT DU PROGRAMME Au cours de l effort un certain nombre

Plus en détail

Le respirateur et la ventilation en anesthésie

Le respirateur et la ventilation en anesthésie Le respirateur et la ventilation en anesthésie S. Jaber*, X. Capdevila**, JJ. Eledjam* *Département d Anesthésie et Réanimation B - DAR B ; hôpital Saint Eloi ** Département d Anesthésie et Réanimation

Plus en détail

Stellar 100 Stellar 150

Stellar 100 Stellar 150 Stellar 100 Stellar 150 Ventilateur invasif et non invasif Guide de gestion des données Français Le tableau suivant indique où vous pouvez visualiser les données de la Stellar. Les données affichées dans

Plus en détail

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010 Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Épidémiologie Incidence annuelle comprise entre 7 et 20/ 100000 dans les

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

Si mon cœur a moins de 70 ans

Si mon cœur a moins de 70 ans Si mon cœur a moins de 70 ans Deux infirmiers témoignent Sébastien Bodson IGSIU Jean-Noël Koch IGSIU, ECCP CHU de Liège 1 2 Organisation Ressources humaines Equipement Plateaux techniques Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Stellar 100 Stellar 150

Stellar 100 Stellar 150 Stellar 100 Stellar 150 Ventilateur invasif et non invasif Guide de gestion des données Français Le tableau suivant indique où vous pouvez visualiser les données de la Stellar. Les données affichées dans

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 9 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 41 Rédacteurs Dr V.HAMELIN, urgentiste Chenôve ; Dr L. QUEUDET, urgentiste Dijon

Plus en détail

D-16232-2009. Votre assistant personnel d anesthésie DRÄGER PRIMUS. Dräger. La technologie pour la vie.

D-16232-2009. Votre assistant personnel d anesthésie DRÄGER PRIMUS. Dräger. La technologie pour la vie. D-16232-2009 Votre assistant personnel d anesthésie Dräger. La technologie pour la vie. 02 Un univers intégral de soins D-16243-2009 Vous jouez un rôle essentiel dans un système de santé de plus en plus

Plus en détail

Quand et comment je stimule le diaphragme. GOThA Nice 16 mai 2009

Quand et comment je stimule le diaphragme. GOThA Nice 16 mai 2009 Quand et comment je stimule le diaphragme F Le Pimpec-Barthes, HEGP Paris Introduction Stimulation phrénique implantée (SPI) Cortex Cerebral Tronc cérébral Viabilité neuro musculaire périphérique Motoneurones

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description

Spirométrie. De quoi s agit-il? Aspects pratiques. Description Spirométrie De quoi s agitil? La spirométrie est un examen indolore, très reproductible et fort simple qui reste le principal test de fonction respiratoire. C est un outil essentiel du suivi de la mucoviscidose

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014

65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014 65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014 MH BECQUEMIN N ZRAIK Service d Explorations Fonctionnelles de la Respiration, de l Exercice et de la Dyspnée Groupe Hospitalier

Plus en détail

Automatisation de la ventilation mécanique

Automatisation de la ventilation mécanique Automatisation de la ventilation mécanique Données récentes François LELLOUCHE, MD, PhD Centre de recherche de l Institut Universitaire de Cardiologie et de Pneumologie de Québec 13 Juin 2015 CONFLITS

Plus en détail

Ventilateurs support de vie. Un air de liberté

Ventilateurs support de vie. Un air de liberté Ventilateurs support de vie Un air de liberté Du support de vie à la qualité de vie ResMed présente les nouveaux ventilateurs de support de vie Astral TM 150 et Astral TM 100, conçus pour améliorer votre

Plus en détail

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris

Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris Etude non invasive du remodelage bronchique chez la souris M. Lederlin, M. Montaudon, P. Berger, A. Ozier, F. Laurent Laboratoire de physiologie cellulaire respiratoire INSERM U885, Bordeaux 2 Unité d

Plus en détail

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs

8/28/2013. L inhalothérapie aux soins critiques. Objectifs. Rôles de l inhalothérapeute. Objectifs Objectifs Connaître le rôle de l inhalothérapeute dans les unités de soins critiques Connaître les dispositifs d oxygénation et d humidification Connaître les modes et principes de la ventilation (invasive,

Plus en détail

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Chapitre21 Monitorage requis et objectifs visés N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Très utilisée en néonatalogie, la VNI est de pratique plus récente et en plein essor dans l insuffisance respiratoire aiguë

Plus en détail

TECHNIQUE. Dispositifs présentés par fournisseur : BREAS MEDICAL FISHER & PAYKEL. Didier Forêt & Dominique Leclercq. VNDP VIVO 40 et VIVO 30 e Sync :

TECHNIQUE. Dispositifs présentés par fournisseur : BREAS MEDICAL FISHER & PAYKEL. Didier Forêt & Dominique Leclercq. VNDP VIVO 40 et VIVO 30 e Sync : Année 2007 - Numéro 11 Septembre 2007 Flash Info www.antadir.com Spécial ERS - Stockholm 15-19 Septembre 2007 ERS 2007 - Stockholm Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs Didier Foret (ANTADIR Association)

Plus en détail

Guide de poche Carina Logiciel version 3.n. Dräger. La technologie pour la vie.

Guide de poche Carina Logiciel version 3.n. Dräger. La technologie pour la vie. MT-0569-2008 Guide de poche Carina Logiciel version 3.n Le guide de poche Carina ne se substitue pas à la notice d utilisation. Toute manipulation de l appareil présuppose la connaissance et l observation

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation Micro RPM Analyseur de Pression Respiratoire Manuel d utilisation 064-04f Version 1.6, février 2006 Micro Medical Limited 2006 Micro Medical Ltd P.O Box 6 Rochester Kent ME1 2AZ Table des matières Introduction

Plus en détail

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010

Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue. Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Embolie pulmonaire guide pratique pour le pneumologue Frédéric Lador Service de Pneumologie 17.02.2010 Épidémiologie Prévalence chez les patients hospitalisés 0.4% Diagnostic/année 0.04% Incidence estimée

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

ANATOMOPHYSIOLOGIE DU DIAPHRAGME

ANATOMOPHYSIOLOGIE DU DIAPHRAGME ANATOMOPHYSIOLOGIE DU DIAPHRAGME Approche des principaux dysfonctionnements Dominique DELPLANQUE Situation Muscle plat et rayonné Cloison musculoaponévrotique séparant le thorax de l abdomen S implante

Plus en détail

Réduction des volumes pulmonaires après chirurgie abdominale et thoracique

Réduction des volumes pulmonaires après chirurgie abdominale et thoracique Réduction des volumes pulmonaires après chirurgie abdominale et thoracique Christian Jayr jayr@crh1.org Centre René Huguenin Saint-Cloud Un cycle respiratoire A. Inspiration: contraction du diaphragme

Plus en détail

Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire

Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire Réanimation (2009) 18, 576 581 MISE AU POINT Particularités du sevrage de la ventilation mécanique chez les patients atteints de maladie neuromusculaire Weaning of mechanical ventilation in neuromuscular

Plus en détail

Prise en charge. Inten sité. Temps

Prise en charge. Inten sité. Temps o Incidence o Physiopathologie o Prise en charge Thibault Coppens, kinésithérapeute, Cliniques Universitaires Saint-Luc Incidence Infection saisonnière Enfants de 1 mois à 2 ans (maxi entre 2 et 8 mois)

Plus en détail

Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015

Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015 Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015 Temple du bas Temple-Neuf 5 2000 Neuchâtel Accréditations Physioswiss Société suisse de médecine intensive Société suisse de médecine interne

Plus en détail

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC)

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Insuffisance Respiratoire Chronique Définitions et Physiopathologie IRC = faillite des mécanismes assurant l hématose Hypoxémie avec ou sans hypercapnie

Plus en détail

Des bronches à l appropriation

Des bronches à l appropriation Histoire de la réhabilitation r respiratoire : Des bronches à l appropriation En hommage au Professeur Christian Préfaut Pr. Grégory Ninot Directeur, laboratoire EA4206 Conduites Addictives, de Performance

Plus en détail

Catalogue Respiratoire Hôpital

Catalogue Respiratoire Hôpital Catalogue Respiratoire Hôpital www.airliquidemedicalsystems.com Air Liquide Healthcare est un leader mondial des gaz médicaux, de la santé à domicile, des produits d hygiène et des ingrédients de spécialité

Plus en détail

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE

Journée d échanges ETP BPCO. 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Journée d échanges ETP BPCO 16 décembre 2014 La Baume-les-Aix MATINEE Matinée Quelle place donner au sevrage tabagique sur l évolution de la BPCO et sur la prise en charge du patient? Impact du sevrage

Plus en détail

Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation

Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation Réanimation 13 (2004) 13 20 www.elsevier.com/locate/reaurg Mise au point Voies aériennes supérieures et ventilation non invasive Upper airway and noninvasive ventilation J.-C. Glérant b, D.O. Rodenstein

Plus en détail

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap

L atteinte respiratoire lors de polyhandicap L atteinte respiratoire lors de polyhandicap Jean-Christophe Dubus, Marion David Unité de Pneumologie et Médecine Infantile, CRCM pédiatrique & CNRS, URMITE 6236 CHU Timone-Enfants, Marseille Sujet difficile

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS :

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS : SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE PROGRAMME DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014 Organisme de formation agréé FMC N Agrément : 117 527 938 75 N SIRET : 323 814 657 00041 INSCRIPTIONS : www.srlf.org

Plus en détail

Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile

Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile Série «ventilation à domicile» Coordonnée par A. Mercat, J.L. Pepin, A. Cuvelier Mise en place et surveillance de l assistance ventilatoire à domicile J. Gonzalez 1, 2, J. Macey 1, C. Cracco 1, T. Similowski

Plus en détail

Editorial. Congrès ERS 2013. Sommaire. Asynchronies en ventilation non invasive. N 27 - décembre 2013. Partie 1. La VNI : nouvelles questions

Editorial. Congrès ERS 2013. Sommaire. Asynchronies en ventilation non invasive. N 27 - décembre 2013. Partie 1. La VNI : nouvelles questions N 27 - décembre 2013 Editorial Congrès ERS 2013 Sommaire partie 1...p.1 La VNI : nouvelles questions autour de la prescription - Asynchronies en ventilation non invasive...p.1 - Le revers de la médaille

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Clermont-Ferrand - D2R2 EA-7281/Faculté de médecine/université d'auvergne

Clermont-Ferrand - D2R2 EA-7281/Faculté de médecine/université d'auvergne Le Congrès Médecins. Conférence d actualisation 2012 Sfar. Tous droits réservés. SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Ségolène Mrozek 1, Jean-Michel Constantin 2, * 1 Pole anesthésie-réanimation, CHU Toulouse,

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique BiPAP AVAPS, de Philips Respironics, offre un traitement automatique optimal au patient, tout en s adaptant à ses nouveaux besoins. Et même

Plus en détail

ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010

ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010 ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) ASPECTS PRATIQUES EN ENDURANCE Dr Yan MARTINAT CM PAROT- PARC Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010 ASTHME ET ASTHME D EFFORT ( AIE ) DEFINITION

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Voyages et Sports Loisirs

Voyages et Sports Loisirs Voyages et Sports Loisirs Dr Stéphane DOUTRELEAU Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles CHU Strasbourg Déclaration de Relations Professionnelles - Disclosure Statement of Financial Interest

Plus en détail

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles

MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Des perspectives visiblement nouvelles MEDUMAT Standard 2 Une nouvelle vision en matière de ventilation d urgence et de transport moderne MEDUMAT Standard² : sécurité maximale dans l

Plus en détail

Ventilation non invasive

Ventilation non invasive ADEP ASSISTANCE AFM - R. Bourget Ventilation non invasive et maladies neuromusculaires NOVEMBRE 2011 La ventilation non invasive (VNI) est proposée aux personnes atteintes d une maladie neuromusculaire

Plus en détail

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan

Introduction. VO 2 max I. Adaptation globale. Fonctions. Plan Adaptations CardioVasculaire et Ventilatoire à L Exercice Musculaire Helmi BEN SAAD (MD, PhD) helmibensaad@rnstn Introduction Adaptation? Problème (1/2 intérieur, environnement) Réponses Physiologique

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Photo Manipulations in the 2011 CES

Photo Manipulations in the 2011 CES Canadian Election Study Methodological Briefs Methodological Brief #2013-A Photo Manipulations in the 2011 CES Patrick Fournier, Université de Montréal Stuart Soroka, McGill University Fred Cutler, University

Plus en détail

TABLEAU 1...8 CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DES 3 SUJETS VOLONTAIRES...8

TABLEAU 1...8 CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES DES 3 SUJETS VOLONTAIRES...8 INTRODUCTION......3 ANATOMIE DU DIAPHRAGME......4 Anatomie morphologique du diaphragme [,]...4 Anatomie fonctionnelle [,,,,,]...6 Action et physiologie du diaphragme [,]...6 MATERIEL ET METHODES......8

Plus en détail

Comment améliorer la prise en charge du pa4ent BPCO? Arnaud Cavaillès PH service de Pneumologie Ins4tut du Thorax CHU Nantes

Comment améliorer la prise en charge du pa4ent BPCO? Arnaud Cavaillès PH service de Pneumologie Ins4tut du Thorax CHU Nantes Comment améliorer la prise en charge du pa4ent BPCO? Arnaud Cavaillès PH service de Pneumologie Ins4tut du Thorax CHU Nantes Déclara4on Conflits d'intérêts Le Dr Arnaud CAVAILLES a par4cipé à des réunions

Plus en détail