Le rattachement des charges

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le rattachement des charges"

Transcription

1 LE RATTACHEMENT DES CHARGES ET DES PRODUITS Le rattachement des charges Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect du principe d indépendance des exercices. Il permet d intégrer dans le résultat de fonctionnement toutes les charges qui s y rapportent. Les charges à payer sont des charges consommées sur l exercice N (le service a été fait - le bien livré ou le service rendu) alors que l enregistrement en comptabilité générale n a pas encore été constaté. La facture parvenant à la collectivité, après la clôture de l exercice, un mandat doit être émis sur l exercice N pour réaliser ce rattachement et mouvementer le compte de classe 6 par un compte de tiers dédié. Sur l exercice N+1, le rattachement de charges est annulé (contrepassation) puis un nouveau mandat est émis à réception de la facture. Collectivités concernées : Toutes les collectivités sont concernées sauf les communes et groupements à fiscalité propre de moins de 3500 habitants : Communes de plus de 3500 habitants Groupement à fiscalité propre de plus de 3500 habitants Départements Régions Service publics industriels et commerciaux Autres établissements publics locaux M14 M14 M52 M71 M4 M14 - M M61 M1 M5 M7 Les communes et groupements à fiscalité propre de moins de 3500 habitants ont la possibilité de mettre en œuvre, de manière facultative, ce mécanisme comptable. La procédure comptable Le support de la comptabilisation des charges à payer Le montant des charges à payer devant être rattaché à l exercice précédent est déterminé à partir de la comptabilité d engagement dont la tenue relève du seul ordonnateur. 1

2 Le rattachement des charges ne peut être correctement évalué que si, conformément à l article D du CGCT, «les opérations d engagement, d ordonnancement et de liquidation sont consignées dans la comptabilité administrative». Le rattachement nécessite la constatation du service fait ; l ordonnateur enregistre dans la comptabilité d engagement, la date de livraison des fournitures, ou la date d exécution de la prestation demandée. Cas particulier : les subventions à verser Le rattachement de subventions à verser est admis pour les subventions assorties d une conditions suspensive à condition que la justification de la réalisation de la condition soit produite à la partie versant avant le 31 janvier N+1. Compte tenu de son organisation interne, il appartient à chaque ordonnateur de mettre en place une procédure formalisée permettant l enregistrement dans la comptabilité d engagement de la date du service fait. L attestation du service fait doit s appuyer sur des documents permettant d établir la correspondance entre la commande et ce qui a été reçu ou réalisé. Pour les livraisons de biens, le suivi se réalise assez facilement à partir du bon de livraison. Le suivi est plus délicat pour les prestations de services en l absence parfois d un document support. ( Il semble qu en pratique, le service fait soit constaté au moment de la réception de la facture) L évaluation et la comptabilisation des charges à payer A la clôture de l exercice 1, les dépenses de fonctionnement engagées, correspondant à un service fait avant le 31 décembre et non mandatées donnent lieu par article budgétaire concerné (classe 6) à l émission d un mandat récapitulatif. Chaque mandat est justifié par l état des dépenses engagées non mandatées indiquant pour chaque rattachement : le numéro d engagement, la nature de la dépense, la date du service fait, le montant et le nom du créancier. Le seuil de rattachement des charges : La procédure de rattachement des charges est une obligation. Cette obligation peut faire l objet d aménagements lorsque le montant des charges à rattacher n est pas susceptible d avoir une incidence significative sur le résultat. Chaque collectivité peut déterminer, sous sa propre responsabilité et compte tenu du volume des ses dépenses, un seuil significatif à partir duquel elle va rattacher. La fixation de ce seuil peut donner lieu à délibération. 1 En fin de JC 2

3 Il importe de conserver chaque année, hors événement exceptionnel et justifiable, une procédure identique pour ne pas nuire à la lisibilité des comptes. Chaque ordonnateur doit être à même d expliquer et d argumenter le choix fait en matière de rattachement. Le rattachement des «charges récurrentes» Par charges «récurrentes» on entend des charges répétitives dans le temps. Par exemple, peuvent être cités : le 4 ème trimestre de loyers, d une redevance, des primes d assurance, des contrats de maintenance. La collectivité doit elle pratiquer le rattachement de manière stricte en se référant à l exercice considéré ou peut elle considérer qu à partir du moment où un exercice donné à supporté la charge de 4 trimestres, il n y a pas lieu à procéder à rattachement? La notion d incidence significative présente dans les instructions permet d affirmer que la présence des charges de 12 mois ou 4 trimestres suffit et qu il n y a pas lieu de rechercher un rattachement entendu de façon stricte. bien qu il soit toujours possible de pratiquer un rattachement exhaustif. Cas particulier : EPCI et nouvelles compétences Lorsqu un EPCI se voit transférer une nouvelle compétence, la première année, cet établissement engage et mandate par exemple 9 mois de dépense mais perçoit en général l intégralité des recettes ce qui l oblige à rattacher fortement. Ayant rattaché une année, l établissement se trouve dans l obligation de rattacher les années suivantes pour des dépenses «récurrentes» qui dans les communes sont rarement rattachées car, même si il y a un décalage au niveau de l année calendaire, les communes supportent la charge de 12 mois. Les mesures à mettre en œuvre afin de vérifier l exactitude de la procédure de rattachement de charges. La vérification s effectue en fin d exercice, au moment du recensement des charges à rattacher, puis, au début de l exercice suivant : Vérifications au moment du recensement : La collectivité doit définir, pour chaque type de dépenses, les pièces justifiant le service fait. L ordonnateur met en place une procédure permettant à la direction en charge du rattachement de s assurer de la réalité des demandes de la réalité des demandes de rattachement des charges via la comptabilité des dépenses engagées et l examen des pièces justificatives prévues en interne. Compte tenu de la volumétrie, ce contrôle pourra être sélectif ou exhaustif selon les enjeux. 3

4 Vérifications à effectuer au début de l exercice suivant : Deux types de contrôles sont possibles : 1. Le contrôle sur l exhaustivité des charges rattachées en fin d année N. Il s agit, pour l ordonnateur d être en capacité de s assurer a posteriori que les services ont transmis l intégralité des charges devant faire l objet d un rattachement. Ce contrôle se réalise au cours de premiers mois de l exercice. Au moment du mandatement, il s agit de vérifier que les mandats émis sur l exercice N se rapportant à une facture datée de N-1 ont bien fait l objet d un rattachement eu égards aux choix de rattachement de la collectivité. 2. Le contrôle sur la réalité des rattachements effectués : Les services de l ordonnateur doivent être en mesure de s assurer que la totalité des charges a donné lieu effectivement à l émission d un mandat en N +1. Dans le cas contraire, la situation sera analysée : Le rattachement était justifié un nouveau rattachement sera constaté en fin d exercice, Le rattachement initial n était pas justifié : il s agit d un dysfonctionnement auquel il faut remédier. La comptabilisation de toutes les charges au titre d un exercice donné suppose, en plus de la procédure de rattachement de charges, de solder en fin d année les comptes d imputation provisoire de dépenses afin de donner une imputation définitive dans un compte budgétaire à ces dépenses. En N : Chez l ordonnateur Evaluation du montant des charges à rattacher à partir de la comptabilité d engagement ; Vérification à partir des pièces justificatives de la réalité du rattachement des charges, Etablissement pour chaque compte de la classe 6 donnant lieu à rattachement d un «état des dépenses engagées non mandatées «. Cet état est la pièces justificative du mandat. Etablissement d un mandat récapitulatif pour chaque compte de la classe 6 concerné, Chez le comptable A la réception des mandats de charges à rattacher : Prise en charge les mandats 4

5 Compte de charge à débiter Compte de tiers à créditer personnel 438 organismes sociaux La présence d un 8 en troisième position dans le compte indique qu il s agit de compte de tiers particulier - compte de rattachement le 6 en quatrième position précise qu il s agit d un compte de rattachement de charges.! Les charges financières (compte 66) font l objet d une procédure de rattachement différente. En N+1 : Chez l Ordonnateur La contre passation des écritures Emission d un mandat d annulation sur chaque compte de la classe 6 mouvementé au titre des charges à payer à la fin de l exercice précédent, (contre passation), Adjonction aux mandats d annulation d un exemplaire de «l état des dépenses engagées non mandatées». Cet état est la pièces justificative du mandat d annulation. Le mandatement de la facture reçue A la réception de la facture, l ordonnateur émet un mandat sur le compte de la classe 6 concerné pour le montant de la facture et joint les pièces justificatives Chez le Comptable La contre passation des écritures Vérification que les montants des mandats d annulation sont égaux aux montants des mandats de charges à rattacher comptabilisés à la fin de l exercice précédent, Prise en charges des mandats d annulation et apurement des comptes de la classe 4 particuliers mouvementés à la fin de l exercice précédent, 5

6 Compte de tiers à débiter Compte de charges à créditer personnel 4386 organismes sociaux Le paiement de la facture A la réception du mandat, accompagnée de la facture, le comptable prend en charge et paye le mandat selon la procédure habituelle. Mise en place d un suivi des mandatements de charge à payer chez l ordonnateur L ordonnateur doit mettre en place un suivi dans sa comptabilité administrative du mandatement effectif des charges à payer rattachées à N et mandatées en N+1.». Il est prévu que «l état des charges rattachées à l exercice précédent» établi soit émargé par l ordonnateur des mises en paiement intervenues durant l exercice et soit transmis au comptable qui le joint à son compte de gestion». Cas particulier : Les instructions prévoient que «si le montant contre-passé n a pas été suivi d un paiement au cours de l exercice suivant, il y a lieu de procéder à un nouveau rattachement. S il s avère que le rattachement de charge avait eu lieu à tort et ne donnera pas lieu à l émission d un mandat, il faut régulariser la situation par l émission d un titre sur le compte 773 «mandats annulés sur exercices antérieurs». Absence ou mauvaise évaluation des charges à payer : présentation d un résultat erroné. La sous-évaluation La sous évaluation peut résulter d une absence de crédits budgétaires par rapport aux charges réellement constatées en N. Cette situation, qualifiable de «cavalerie budgétaire», est révélatrice de problèmes graves et probablement d une dérive de gestion en créant un report de charges non couvertes, sur l exercice suivant. La situation réelle de la collectivité est ainsi masquée ; cette situation entraîne la présentation d un résultat erroné. Il en va de même lorsque la collectivité minore en toute connaissance de cause le montant des charges d un exercice pour améliorer son résultat N et pratique ainsi un «pilotage» de son résultat budgétaire. Cette situation peut avoir des conséquences particulièrement néfastes sur l exercice suivant. 6

7 La sous-évaluation peut être la conséquence de défaillances dans la comptabilité d engagement. Elle peut enfin résulter d une méconnaissance ou d une mauvaise application des règles comptables. La sur-évaluation Elle permet de minorer le résultat en rattachant à l exercice N des montants de charges se rapportant à l exercice N+1 voire à des charges fictives qui ne donneront pas lieu à mandatement en N+1. Cela permet de majorer les «besoins de financement» de la collectivité ou de l organisme et pratiquer la «mise en réserve» de crédits. Cette technique peut être le fait d organismes ou de services disposant d une marge de manœuvre réduite sur la fixation du montant de leur recettes. Elle leur permet alors de revendiquer la reconduction ou l augmentation de crédits dont ils bénéficient de la part de l autorité chargée du calcul ou de l attribution de ces crédits. Ce cas peut se trouver dans des collectivités de regroupement (Syndicats intercommunaux notamment) La sur-évaluation peut être également la conséquence de défaillances dans la comptabilité d engagement. Elle peut enfin résulter d une méconnaissance ou d une mauvaise application des règles comptables. Le rattachement des produits Définition : Ce mécanisme comptable a pour but d assurer le respect de l indépendance des exercices. Il permet d intégrer dans le résultat de fonctionnement d un exercice tous les produits qui s y rapportent. Il s agit de recettes correspondant à des droits acquis au cours de l exercice (prestations effectuées avant le 31 décembre) mais non enregistrées dans la comptabilité générale ; le titre de recettes n a pas été émis Collectivités concernées : Toutes les collectivités sont concernées sauf les communes et groupements à fiscalités propre de moins de 3500 habitants : 7

8 Communes de plus de 3500 habitants Groupement à fiscalité propre de plus de 3500 habitants Départements Régions Service publics industriels et commerciaux Autres établissements publics locaux M14 M14 M52 M71 M4 M14 - M M61 M1 M5 M7 Les communes et groupements à fiscalité propre de moins de 3500 habitants ont la possibilité de mettre en œuvre de manière facultative ce mécanisme comptable. Les produits concernés La procédure de rattachement des produits consiste à intégrer dans le résultat d un exercice donné tous les produits correspondant à des droits acquis au cours de cet exercice. L ordonnateur ne peut rattacher un produit qu à condition d être en possession d une pièce justifiant son droit (notification pour une subvention à percevoir) Des produits certains acquis à un exercice donné mais dont le montant n est pas connu avec certitude peuvent être rattachés sur la base d une estimation raisonnable. Cas particuliers : - «les produits afférents aux impôts, taxes et dotations ne sont normalement pas rattachés sauf si au cours d'un exercice, les conditions habituelles de versement ont été modifiées.» Pour les contributions directes versées par l état, les sommes sont comptabilisées dans les comptes des collectivités sur l exercice de leur versement effectif. La constatation en comptabilité Le support de la comptabilisation des produits à recevoir Le rattachement des produits à recevoir relève de la responsabilité de l ordonnateur. Contrairement aux rattachements des charges qui a comme support la comptabilité d engagement, aucun support de ce type n existe concernant les produits. L ordonnateur doit mettre en place une procédure formalisée lui permettant de recenser les produits à recevoir significatifs et prévoir un suivi extra comptable via des numéros d ordre attribué à chaque produit. 8

9 L évaluation et la comptabilisation des produits à recevoir A la clôture de l exercice, les recettes de fonctionnement devant faire l objet d un rattachement, donnent lieu, pour chacun des articles budgétaires concernés, à l émission d un titre récapitulatif. Chaque titre est accompagné d un état des recettes à rattacher comportant le numéro d ordre attribué à chaque opération, la nature de la recette, son montant, la date des droits acquis et le nom du débiteur. L ordonnateur a la possibilité d instituer des pièces à produire par les différents services pour justifier la demande de rattachement de produits en fin d exercice. Le seuil de rattachement Comme pour les charges, le rattachement des produits est une obligation, obligation qui peut recevoir des aménagements lorsque les produits à rattacher ne sont pas susceptibles d avoir une incidence significative sur le résultat. Une délibération de l organe délibérant peut fixer un seuil de rattachement. Il s agit d une pratique de bonne gestion répondant au principe de permanence des méthodes et d information des tiers. L ordonnateur peut prévoir les pièces justificatives à produire par les différents services pour justifier le demande de rattachements de produits en fin d exercice. Les produits «récurrents» Il s agit de produits que la collectivité perçoit de manière répétitive chaque trimestre, chaque semestre, le plus souvent en raison de contrats ou conventions. Il est admis dans ce cas que le rattachement n est pas obligatoire à partir du moment où au cours d un exercice les produits relatifs à une année entière ont été comptabilisés (4 trimestres, 2 semestres, 12 mensualités ). La notion d incidence significative sur le résultat joue son rôle. Le contrôle de l exactitude des produits à rattacher La vérification s effectue en fin d exercice, au moment du recensement des produits à recevoir puis, au début de l exercice suivant : Vérification au moment du recensement : La collectivité peut définir, pour chaque type de recette, les pièces justifiant la demande de rattachement de produits ; Il appartient à l ordonnateur de mettre en place une procédure qui lui permette de s assurer de la réalité des demandes de rattachement au vu de ces pièces. Vérifications à effectuer au début de l exercice suivant : Deux types de contrôles sont possibles : 1 Contrôle sur l exhaustivité des produits rattachés en fin d année : Il s agit, pour les services de l ordonnateur de assurer a posteriori que l intégralité des produits devant faire l objet d un rattachement. ont été recensés. Ce contrôle peut s effectuer 9

10 au moment de l émission des titres en N. par rapprochement avec les décomptes produits à l appui. 2 Le contrôle sur la réalité des rattachements : Les services de l ordonnateur réalisent un contrôle sélectif ou exhaustif selon la volumétrie et les enjeux afin de s assurer que tous les produits rattachés au titre de N ont donné lieu à un titre émis en N+1. Dans le cas contraire, les raisons seront analysées : Le rattachement était justifié un nouveau rattachement sera constaté en fin d exercice, La constatation en comptabilité Le rattachement n était pas justifié : il s agit d un dysfonctionnement qui doit être analysé ; la collectivité doit mettre en place des contrôles afin d éviter que ces anomalies ne se reproduisent. En N Chez l ordonnateur Recensement auprès des services des produits à rattacher et collecte des pièces justificatives, Emission des titres récapitulatifs, : un titre pour chaque compte de la classe 7 concerné par des produits à recevoir. Est joint à chaque titre un «état des recettes à rattacher»au titre de la pièce justificative.. Chez le comptable Prise en charge des titres de rattachement par le crédit des comptes de la classe 4 «produits à recevoir» selon la nature de la recette. compte de tiers à débiter Compte de produit à créditer La présence d un 8 en troisième position dans le compte indique qu il s agit de compte de tiers particulier - compte de rattachement le 7 en quatrième position précise qu il s agit d un compte de rattachement de produits En N +1 Chez l ordonnateur Contre-passation 10

11 Emission des titres d annulation sur les comptes de la classe 7 mouvementés à la fin de l exercice précédent au titre du rattachement de produits, Adjonction à ces titres d une copie de «l état des recettes à rattacher» afin de justifier le titre d annulation. Vérification de l égalité entre les titres relatifs aux produits rattachés à la fin de l exercice précédent et les titres d annulation émis au titre de l exercice N, Emission des titres et mise en recouvrement Emission de recettes au vu des pièces justificatives habituelles ; les titres sont imputés sur les comptes de la classe 7 en fonction de la nature du produit. Chez le comptable Contre passation Vérification de l égalité entre les titres d annulation et les titres émis au titre du rattachement des produits à la fin de l exercice précédent en consultant «l état des recettes à rattacher» et au besoin les titres émis au titre du rattachement des produits à la fin de l année précédente, Prise en charge des titres d annulation par le crédit des comptes de la classe 4 «produits à recevoir» concernés. Compte de produits à créditer Compte de produit à créditer Emission des titres et mise en recouvrement En cours d année, à la réception des titres de recettes, le comptable comptabilise ceux ci selon la procédure habituelle. Suivi des produits à recevoir L ordonnateur doit assurer un suivi des rattachements de produits afin de s assurer que tous les produits comptabilisés au titre d un exercice en produits à recevoir ont donné lieu en N+1 à l émission d un titre. L ordonnateur émarge l état des produits rattachés à l exercice au fur et à mesure de l émission des titres. Cet état sera transmis au comptable et joint au compte de gestion. 11

12 Pour les montants contre passés (titres d annulation) n ayant pas donné lieu au cours de l exercice N à émission d un titre, il faudra procéder à un nouveau rattachement en fin d année. S il s avère que le rattachement du produit avait été comptabilisé à tort, il faut régulariser la situation en émettant un mandat sur le compte 673 «titres annulés sur exercices antérieurs». Mauvaise ou absence d évaluation des produits à recevoir : présentation d un résultat erroné. Le résultat sera impacté en plus ou en moins selon que les produits à recevoir auront été sur ou sous évalués. La sous-évaluation Elle permet de minorer en connaissance de cause le résultat d un exercice en ne lui rattachant pas des produits dont le fait générateur s est réalisé au cours de cet exercice. La collectivité pratique un «pilotage» de son résultat. La sous-évaluation peut également résulter une méconnaissance, d une mauvaise application des règles comptables ou d un défaut de suivi des produits. La sur-évaluation La sur-évaluation peut résulter du rattachement à un exercice de produits dont le fait générateur ne concerne pas cet exercice ou de produits fictifs. On retrouve la problèmatique du «pilotage» du résultat. déjà évoquée. La sous-évaluation peut également résulter une méconnaissance, d une mauvaise application des règles comptables ou d un défaut de suivi des produits. La comptabilisation de tous les produits au titre d un exercice donné suppose, en plus de la procédure de rattachement, de solder en fin d année les comptes d imputation provisoire de recettes afin de leur donner une imputation définitive dans un compte budgétaire. 12

La période d inventaire

La période d inventaire La période d inventaire Réalisation Bureau Aide et conseil aux EPLE DIFIN Académie d Aix Marseille décembre 2008 L examen des comptes financiers de 2007 révèle une certaine méconnaissance de la période

Plus en détail

Parc immobilier - SPL. Inventaire

Parc immobilier - SPL. Inventaire Parc immobilier - SPL Inventaire Ce document et toutes ses pièces jointes sont confidentiels et établis à l'intention exclusive des acteurs du contrôle interne et de la maîtrise des risques. Toute utilisation

Plus en détail

LA COMPTABILITE MATIERE

LA COMPTABILITE MATIERE INFORMATIONS CONSEIL ET ASSISTANCE AUX E.P.L.E. DE LA GUADELOUPE LA COMPTABILITE MATIERE S O M M A I R E 1 - Rappel des dispositions réglementaires page 2 2 - Modalités de mise en œuvre de la comptabilité

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées

9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées 9 - Opérations sous mandat sur collèges / lycées Quels textes de référence? Instruction M52 Tome 2 Titre - Chapitre 3 Paragraphe 3 (voir compte 458) Instruction M71 Tome 2 Titre - Chapitre 3 Paragraphe

Plus en détail

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE Royaume du Maroc Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation ***** N DE/SPC MODELE ARRETE PORTANT ORGANISATION FINANCIERE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS SOUMIS AU CONTROLE PREALABLE

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

Comment prendre en compte l opération

Comment prendre en compte l opération 19 Immobilisations sinistrées Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Instruction M 52 : Tome

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71

18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71 18 Cession d un bien Nomenclatures M14 / M52 et M71 Quels textes de référence? Instruction M14 : Tome 1 Chapitre 2 fonctionnement des comptes Tome 2 - Titre 3 chapitre 3 Paragraphe 1.3 Tome 1 annexe 26

Plus en détail

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS Les régions et les départements ont l obligation de se doter d un règlement budgétaire

Plus en détail

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste

Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Nouvel agent comptable les indispensables à la prise de poste Cette fiche ne se prétend pas exhaustive, elle permettra toutefois à un nouvel agent comptable de prendre un poste dans les meilleures conditions

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Fiche n 11. Les ressources affectées

Fiche n 11. Les ressources affectées DGOS / DGFiP BureauPF1 / CL1B Mise à jour Septembre 2013 Fiche n 11 Les ressources affectées Objet de la fiche La présente fiche a pour objet : de définir la notion de ressources affectées. Cette définition

Plus en détail

12 Les partenariats publics privés

12 Les partenariats publics privés 12 Les partenariats publics privés Quelles références budgétaires et comptables? Instruction M14 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 53 Instruction M52 Tome 1 Le cadre comptable Annexe 50 Instruction M71

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT

COMPTABILITÉ APPROFONDIE. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT COMPTABILITÉ APPROFONDIE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DÉCOMPOSÉES ET SUBVENTION D INVESTISSEMENT 1. Expliquer les raisons pour lesquelles la société YPREMIUM ne peut

Plus en détail

NOTE DE SERVICE. N 01-127-M2-E du 10 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

NOTE DE SERVICE. N 01-127-M2-E du 10 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 N. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique NOTE DE SERVICE N 01-127-M2-E du 10 décembre 2001 NOR : BUD R 01 00127 N Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique BASCULEMENT À L'EURO DE L'APPLICATION HTR ANALYSE Contrôles à opérer

Plus en détail

OPERATIONS BUDGETAIRES

OPERATIONS BUDGETAIRES OPERATIONS BUDGETAIRES 1 Acquisition à titre gratuit, subvention en nature, dons et legs en nature 2 Acquisition avec clause de réserve de propriété 3 Acquisition par voie de crédit bail 4 Cession par

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières (CCP)

Cahier des Clauses Particulières (CCP) Cahier des Clauses Particulières (CCP) MISSION DE CONSEIL, D'ASSISTANCE JURIDIQUE PERMANENTE ET DE REPRESENTATION EN JUSTICE DANS LE DOMAINE DU DROIT PUBLIC _ Marché n 11 050 FCS MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PRIVES DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FONDATION IMAGINE 24, Boulevard de Montparnasse 75015 PARIS MARCHE DE CONDUITE, D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE SUR LE BATIMENT DE LA FONDATION IMAGINE

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Objet : - Attribution de la dotation de développement rural (DDR) pour 2004 - Recensement d utilisation des crédits pour 2003.

Objet : - Attribution de la dotation de développement rural (DDR) pour 2004 - Recensement d utilisation des crédits pour 2003. Paris, le 29 mars 2004 DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES FINANCES LOCALES ET DE L ACTION ECONOMIQUE DGCL/FLAE/FL2/DEP 2004/N AFFAIRE SUIVIE PAR Mlle Delphine EGAULT Qualité

Plus en détail

Fiche n 6. Apurement du compte 158 «autres provisions pour charges»

Fiche n 6. Apurement du compte 158 «autres provisions pour charges» Fiche n 6 Apurement du compte 158 «autres provisions pour charges» Objet de la fiche La présente fiche a pour objet de préciser l utilisation du compte 158 «Autres provisions pour charges» 1 tout en rappelant

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets

Fourniture, installation, reprise de données et maintenance d un logiciel de gestion et de facturation de la Redevance Incitative des déchets Marché public de prestation de service, passé selon une procédure adaptée en application de l article 28 du code des marchés publics Pouvoir adjudicateur SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE COLLECTE ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 19. Comptabilité Générale COURS 470 Série 19 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

SESSION 2014 UE10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2014 UE10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE 1410010 DCG SESSION 2014 UE10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

II. A compter de 2008 : simplifier les prévisions budgétaires et faciliter la constatation des opérations

II. A compter de 2008 : simplifier les prévisions budgétaires et faciliter la constatation des opérations LA SIMPLIFICATION DU TRAITEMENT BUDGETAIRE DES OPERATIONS DE CESSIONS D IMMOBILISATIONS (A TITRE ONEREUX) Préalable : Les opérations de cession à titre gratuit s analysent comme des subventions d équipement

Plus en détail

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX

Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX Le recouvrement des produits locaux UN PARTENARIAT ORDONNATEUR / COMPTABLE PUBLIC POUR L ORGANISATION OPTIMALE DE LA GESTION DES PRODUITS LOCAUX L ARTICULATION DES DECISIONS DE L ORDONNATEUR ET DU COMPTABLE

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC. MARCHE de TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C. C. A. P. N 12 /11

MARCHÉ PUBLIC. MARCHE de TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C. C. A. P. N 12 /11 MARCHÉ PUBLIC VILLE DE SAINT-PATHUS MARCHE de TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES C. C. A. P. N 12 /11 Mode de consultation : marché passé en la forme d un marché à procédure adaptée

Plus en détail

Les écritures de la comptabilité patrimoniale

Les écritures de la comptabilité patrimoniale Les écritures de la comptabilité patrimoniale En fin d exercice, il convient de vérifier si toutes les écritures relatives à la comptabilité patrimoniales ont bien été passées. Parmi ces dernières, il

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PRIVES DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INSTITUT IMAGINE 24, Boulevard de Montparnasse 75015 PARIS MARCHE DE CONDUITE, D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE SUR LE BATIMENT DE LA FONDATION IMAGINE

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES 31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction Générale de la Comptabilité Publique Bureau 6C MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

Plus en détail

Recette Présentation du processus standard de la recette

Recette Présentation du processus standard de la recette Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Recette Présentation du processus standard de la recette Détails et explicitations dans les commentaires du document Préambule Présentation de l ensemble

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur

Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Le guide des bonnes pratiques de l ordonnateur Un autre point important relevé dans les observations des inspecteurs vérificateurs du Trésor Public est relatif à l existence de bonnes pratiques de gestion.

Plus en détail

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément

Entre : - Le Professionnel (raison sociale) [ ] numéro SIREN adresse du siège social numéro d habilitation numéro d agrément MINISTERE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE ET DES FINANCES CONVENTION D AGRÉMENT EN VUE DE LA PERCEPTION DES TAXES ET DE LA REDEVANCE DUES SUR LES CERTIFICATS D IMMATRICULATION DES VÉHICULES À MOTEUR

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 PARIS, le 20/04/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-071 OBJET : Contribution au financement de la protection complémentaire santé. Crédit d

Plus en détail

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS LES AJUSTEMENTS OU REGULARISATIONS DES COMPTES DE CHARGES ET DE PRODUITS Objectif(s) : o Traitement comptable des régularisations des charges et des produits. Pré-requis : o Principes généraux de la comptabilité,

Plus en détail

SFT Instr. 1.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : GESTION D UNE CAISSE

SFT Instr. 1.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : GESTION D UNE CAISSE SFT Instr. 1.1.1 INSTRUCTION DE TRAVAIL : GESTION D UNE CAISSE Sommaire 1. Demande d ouverture d une caisse... 2 1.1 Démarche de l institut... 2 1.1.1 Spécimen de signature... 2 1.2 Démarche du SFT...

Plus en détail

Associations - Dossier de demande de subvention Année universitaire 2014/2015

Associations - Dossier de demande de subvention Année universitaire 2014/2015 Associations - Dossier de demande de subvention Année universitaire 2014/2015 Ce dossier de demande de subvention est un formulaire simplifié destiné à toutes les associations étudiantes désireuses d obtenir

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : 093 107 066 8 ème section N G/76/05-0749 R Jugement n 05 1627 J du 29 décembre 2005 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAISE, LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ILE-DE-FRANCE A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR

Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Canadian International Trade Tribunal Tribunal canadien du commerce extérieur TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Marché public LIGNE DIRECTRICE SUR LA FIXATION DES FRAIS DANS UNE PROCÉDURE DE PLAINTE

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013

J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 Troisième section Audience du 23 septembre 2014 Lecture du 17 novembre 2014 Commune de JONZAC (017029 197) Département de Charente-Maritime Exercice 2012 J U G E M E N T n 2 0 1 4-0013 R E P U B L I Q

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES -------- QUATRIEME CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 64755 ASSOCIATION «CENTRE EUROPEEN DE RECHERCHE EN GENIE DE L ENVIRONNEMENT» (CERGE) GESTION DE FAIT DES DENIERS DE

Plus en détail

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 03-043-M9 du 25 juillet 2003 NOR : BUD R 03 00043 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉNOVATION DES PROCÉDURES DE CERTIFICATION DU SERVICE FAIT ET D'ORDONNANCEMENT

Plus en détail

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE

INSTRUCTION. N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE INSTRUCTION N 07-021-B1-O-M9 du 6 mars 2007 NOR : BUD R 07 00021 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique AVANCES SUR FRAIS DE DÉPLACEMENTS TEMPORAIRES ANALYSE Nouvelles modalités

Plus en détail

L exécution du budget municipal ABDALLAH FOUAD ABDALLAH

L exécution du budget municipal ABDALLAH FOUAD ABDALLAH L exécution du budget municipal ABDALLAH FOUAD ABDALLAH 1 LE BUDGET -I- L EXECUTION DU BUDGET 2 LE BUDGET LA SEPARATION ORDONNATEUR/COMPTABLE L EXECUTION DU BUDGET EN DEPENSE L EXECUTION DU BUDGET EN RECETTES

Plus en détail

INSTRUCTION. N 07-023-M-V36-P-R du 26 mars 2007 NOR : BUD R 07 00023 J ASSOCIATIONS SYNDICALES DE PROPRIÉTAIRES DOTÉES D'UN COMPTABLE PUBLIC ANALYSE

INSTRUCTION. N 07-023-M-V36-P-R du 26 mars 2007 NOR : BUD R 07 00023 J ASSOCIATIONS SYNDICALES DE PROPRIÉTAIRES DOTÉES D'UN COMPTABLE PUBLIC ANALYSE INSTRUCTION N 07-023-M-V36-P-R du 26 mars 2007 NOR : BUD R 07 00023 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique ASSOCIATIONS SYNDICALES DE PROPRIÉTAIRES DOTÉES D'UN COMPTABLE PUBLIC

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse

Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Instruction COSOB n 99-05 du 17 Octobre 1999 relative à la tenue de la comptabilité des titres par les intermédiaires en opérations de bourse Article 1er. La présente instruction a pour objet de fixer

Plus en détail

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus

Octobre 2012. Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus Guide du traitement budgétaire et comptable des créances irrécouvrables et des indus 1 Sommaire Octobre 2012 Partie I Les créances irrécouvrables. I-Définition II-Plan des comptes. III-Obligations de provisionner

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

SECURITE SOCIALE. ( Arrêt du 6 Janvier 2006 - n/ 2 - Répertoire général n/ 05/00598 )

SECURITE SOCIALE. ( Arrêt du 6 Janvier 2006 - n/ 2 - Répertoire général n/ 05/00598 ) SECURITE SOCIALE Sécurité sociale - Absence de prise en charge des soins dispensés hors de France par la C.P.A.M - Articles L 332-3 et article R 332-2 du Code de la sécurité sociale En vertu de l article

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

GESTION DES CARTES «ACHAT»

GESTION DES CARTES «ACHAT» Page 1/12 Destinataires : Agence Comptable Logistique Contrôle de Gestion Domaine concerné : Thème concerné : Sous thème concerné : Mot-clé : ACHAT, COMPTABILITE, GESTION, BUDGET Organisation de la gestion

Plus en détail

Fourniture et livraison d électricité pour le Syndicat Mixte / Destination Baie de Somme

Fourniture et livraison d électricité pour le Syndicat Mixte / Destination Baie de Somme MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SYNDICAT MIXTE BAIE DE SOMME GRAND LITTORAL PICARD DESTINATION BAIE DE SOMME 1, Place de l Amiral Courbet CS50728 80142 ABBEVILLE cedex. 03 22 20 60

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir,

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir, 1 2 3 Aide à l animateur : Le processus standard de la dépense se décompose en 5 étapes majeures : la formalisation d un contrat, l engagement juridique, le service fait, la demande de paiement et le paiement.

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE

NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE NOTE CIRCULAIRE N 723 RELATIVE AU REMBOURSEMENT DU CREDIT DE TAXE CUMULE Dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations des assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 29 et 30 avril

Plus en détail

MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS D ASSURANCE DES VEHICULES A MOTEURS ET RISQUES ANNEXES REGLEMENT DE CONSULTATION MAPA

MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS D ASSURANCE DES VEHICULES A MOTEURS ET RISQUES ANNEXES REGLEMENT DE CONSULTATION MAPA 1 MARCHE PUBLIC DE SERVICES MISE EN CONCURRENCE DES CONTRATS D ASSURANCE DES VEHICULES A MOTEURS ET RISQUES ANNEXES MAPA Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Date et heure limites

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de Saint Martin de Crau Service des Pompes Funèbres Hôtel de ville Direction Administrative Service de la commande publique Place Bagnaninchi

Plus en détail

SEVRES ESPACE LOISIRS

SEVRES ESPACE LOISIRS SEVRES ESPACE LOISIRS MARCHE PUBLIC DE SERVICES Nettoyage et entretien du SEL Marché n SEL13-01 CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (CCP) Mode de consultation : procédure adaptée Le présent document vaut

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. marché relatif à :

Ministère de la Culture et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES. marché relatif à : Ministère de la Culture et de la Communication CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES marché relatif à : L organisation, les relations presse, l'impression et le routage, de l'opération "LA NUIT

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté de Communes du Volvestre Direction Générale des Services Service des Marchés Publics 34 avenue de Toulouse BP 9 31390 CARBONNE Tél: 05 61

Plus en détail

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande

Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande N 12156*03 Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande Vous trouverez dans ce dossier : Des informations pratiques pour vous aider à le remplir Une demande

Plus en détail

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08

Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 ROYAUME DU MAROC AGENCE POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DES PREFECTURES ET POVINCES DU NORD DU ROYAUME... Marché : N DAF/AUDIT COMPT FINANCIER/18-08 OBJET : L AUDIT COMPTABLE

Plus en détail

Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL

Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL Procédure N 030 Le Late Trading Emetteur : RCCI (BA) Destinataire : FL Sommaire I. FICHE SIGNALETIQUE... 3 II. Définition et contexte du Late Trading au sein d Indép AM... 4 1. Définition... 4 2. Contexte

Plus en détail

MARCHE D APPEL D OFFRE OUVERT

MARCHE D APPEL D OFFRE OUVERT Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHE D APPEL D OFFRE OUVERT Marché concernant la fourniture d'un logiciel ou d'une suite de logiciels permettant de gérer les soins infirmiers, les dossiers

Plus en détail

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières)

C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) «Services de photocopie / impression / scanner à l Observatoire de la Côte d Azur» C.C.A.P. (Cahier des Clauses Administratives Particulières) Maître d ouvrage : Maître d œuvre : Observatoire de la Côte

Plus en détail

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014.

Madame, Monsieur, Nous vous prions de bien vouloir trouver ci-dessous le calendrier des opérations de fin d exercice de l année 2014. Direction des Finances Agence Comptable Mesdames et Messieurs les Directeurs de composante et de service commun, les Directeurs d unités de recherche les Directeurs et Responsables de service les Responsables

Plus en détail

Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales

Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales Référentiel de contrôle interne du processus de la commande publique dans les collectivités locales Le présent guide s attache au processus de la commande publique. Il analyse chaque procédure, tâches

Plus en détail

0 /0 0 4 0!"0 000 /0!00!2! 0 0/0!

0 /0 0 4 0!0 000 /0!00!2! 0 0/0! !" # $%%&' () * + % &&,* $& %& #! + % && $& -* &.! / ( 0 120 &* " * # $%%&' () * + % &&,* $& %. #! + % && $& -* * "3 0 + 0 /0 0 4 0!"0 000 /0!00!2! 0 0/0!!!" ' 0 &%%' 5 *, 60 *7 "3 0 &7!00 7 0!00 2 0 7*7!0

Plus en détail

INSTRUCTION. N 03-030-M0 du 9 mai 2003 NOR : BUD R 03 00030 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 03-030-M0 du 9 mai 2003 NOR : BUD R 03 00030 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 03-030-M0 du 9 mai 2003 NOR : BUD R 03 00030 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique COMPTES DE GESTION DANS LE SECTEUR PUBLIC LOCAL ANALYSE Etablissement et mise

Plus en détail

B. Le rapprochement bancaire

B. Le rapprochement bancaire D autres signataires peuvent éventuellement être désignés mais il n est pas prudent de multiplier inconsidérément le nombre de personnes habilitées à effectuer des règlements sur le compte du comité d

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE

CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE Préambule : CAHIER DES CHARGES POUR FOURNITURES PLOMBERIE-ROBINETTERIE-SANITAIRE La procédure de consultation utilisée est une procédure adaptée en vertu de l article 28 du Code des Marchés Publics. Le

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX La Commission Bancaire

Plus en détail