Méthodes et modèle d évaluation d une chaine logistique durable. Calcul des émissions CO 2 chez Kuehne+Nagel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes et modèle d évaluation d une chaine logistique durable. Calcul des émissions CO 2 chez Kuehne+Nagel"

Transcription

1 Méthodes et modèle d évaluation d une chaine logistique durable. Calcul des émissions CO 2 chez Kuehne+Nagel ANNE WINTER 1,2, IOANA DENIAUD 3, EMMANUEL CAILLAUD 1 1 ICUBE, Université de Strasbourg 15 rue Maréchal Lefèbvre, Strasbourg France 2 Kuehne + Nagel Sàrl, Corporate NSCE 1r Edmond Reuter, 5326 Contern Luxembourg 3 BETA, CNRS UMR 7522, Université de Strasbourg 61 av. de la Forêt Noire, Strasbourg Cedex, France

2 Résumé - Dans cet article, nous proposons une méthode et un modèle à base de logique floue pour l évaluation d une chaîne logistique durable, dans une vision système produit - service. Tout d abord nous nous interrogeons sur les caractéristiques d une chaîne logistique durable (GSC: Green Supply Chain) en nous appuyant sur une synthèse de la littérature. Nous analysons les nouvelles stratégies mise en œuvre pour atteindre la durabilité, puis nous proposons une méthode de déploiement de ce type de stratégie dans les projets de développement de la GSC. Un modèle global de système d'indicateurs de performance à base de logique floue est défini. Notre démarche est illustrée par une étude de cas chez Kuehne + Nagel Luxembourg. Une méthodologie d évaluation des émissions CO 2 est présentée. Notre démarche s inscrit dans l'aide au choix ou dans l'aide à la (re)conception d une GSC, pour un client. Abstract - In this article we will provide an evaluation method and model of a sustainable supply chain. We use the Product-Service System concept. The model is based on the fuzzy logic. First of all, referring to a literature research, we will define the characteristics of a green supply chain (GSC). New applied strategies, supposed to get sustainability, are analyzed and we will propose a deployment of this kind of strategies in GSC development projects. A global Key Performance Indicator (KPI) model based on the fuzzy logic is defined. Our proposal is illustrated by a case study at the Kuehne + Nagel Luxembourg Company. A CO 2 calculation methodology is done. Our approach is aiming at helping customers to make their choice or helping customers in (re)engineering his GSC. Mots clés - développement durable, chaine logistique, systèmes produit-services, évaluation, logique floue. Keywords - sustainable development, supply chain, product-service system, performance measurement, fuzzy logics. 1 INTRODUCTION Pour augmenter leur compétitivité dans un contexte de développement durable beaucoup d entreprises ont ressenti le besoin de revoir la structure et l organisation de leur chaine logistique et de développer leur capacité d innovation pour concevoir des chaines logistiques durable (GSC, Green Supply Chain) [Hall, 2001], [Seuring et Müller, 2008]. Zhu et al. [2012] ont défini le management de la GSC comme une innovation organisationnelle durable, grâce à l'intégration des préoccupations environnementales dans les activités logistiques. Ces préoccupations se retrouvent à la fois dans l offre de produits véhiculés par la SC mais aussi dans tous les services associés. L offre de produit seul n est plus en phase avec la demande actuelle du marché. Pour cela les entreprises essaient de proposer des offres intégrées produit-service (Mont, 2002) Les systèmes produit-services ont pour vocation de répondre à des besoins d usage et à la problématique de développement durable en phase de conception, développement, mise à disposition et utilisation. Le système produit-service ciblé dans cet article est la chaine logistique. Plus précisément nous allons nous interroger sur l évaluation de la performance qui prends en compte les exigences du développement durable. Une GSC contribue à améliorer les performances des organisations (infrastructures, acteurs, produits, services) à la fois au niveau économique et environnemental [Narasimhan et Carter, 1998]. Depuis le Rapport Brundtland [1987], le développement durable est défini comme «Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de "besoins", et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d accorder la plus grande priorité, et l idée des limitations que l état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l environnement à répondre aux besoins actuels et à venir» [Brundland, 1987]. Un management proactif de la GSC peut réduire la pollution pour améliorer la performance environnementale, mais peut aussi réduire l «effort» de l environnement en réduisant la consommation d énergie et de ressources. Cela conduit à des réductions de coûts et améliore le profit de l entreprise [Zhu et al., 2012]. Porter fait une hypothèse selon laquelle les entreprises qui adopteraient une stratégie durable, bénéficieraient aussi d une valorisation extra financière. Cette nouvelle stratégie (innovante) c'est une façon pour les entreprises de retrouver le respect de la population tout en accroissant leur compétitivité : «Les entreprises peuvent créer de la valeur économique en créant de la valeur sociétale.» [Porter et Kraemer, 2011]. Dans cet article nous nous interrogeons sur les caractéristiques d une chaine logistique durable (GSC: Green Supply Chain) en nous appuyant sur une synthèse de la littérature. Nous analysons les nouvelles stratégies mise en œuvre pour atteindre la durabilité, puis nous proposons une méthode de déploiement de ce type de stratégie dans les projets de développement de la GSC. Un modèle global de système d'indicateurs de performance à base de logique floue est défini. Notre démarche est illustrée par une étude de cas chez Kuehne + Nagel. Une méthodologie d évaluation des émissions CO 2 est présentée. 2 CARACTERISTIQUES DE LA GSC 2.1 Système produit service (SPS) La chaîne logistique est conçue pour un produit ou une famille de produit spécifique [Baglin et al., 2007]. Donc le produit et les services logistiques qui lui sont associées doivent être interreliés. Pour répondre aux besoins des clients il faut considérer entre autres la stratégie industrielle et commerciale du fournisseur de l offre, la conception et la production de l offre elle-même, l usage de l offre, les interrelations entre cycles de vie (biens, équipements, services), les contraintes environnementales. SPS est définie comme «un système de produits, de services, de réseaux d'acteurs et d'infrastructures connexes qui s'efforcent continuellement d'être compétitif, de satisfaire les besoins des clients et avoir un impact environnemental plus faible que les modèles d'affaires traditionnels» [Goedkoop et al., 1999]. Selon la définition on peut considérer que la chaine logistique est un SPS. Au cœur de SPS est la «durabilité» qui vise à réduire les impacts sur l'environnement en fournissant des scénarios

3 alternatifs d'utilisation du produit [Mont, 2002, Geum et al., 2011]. 2.2 Système ouvert Le nombre de parties prenantes impliquées dans la chaîne logistique est très important comme le montre O Connor et Hawkes [2001] : - parties prenantes utilisatrices ; - parties prenantes productrices (impliquées dans le processus de réalisation) ; - parties prenantes «potentiellement concernées» : ONG écologie, société en général ; - parties prenantes fournisseurs de matières premières ; - parties prenantes qui concernent le démantèlement/ destruction du produit. Les limites du système ne sont donc pas très clairement définies. La chaîne logistique peut être considérée comme un système ouvert. Dans ce contexte, un enjeu fort est la fermeture du système pour garantir l efficacité du système. 2.3 Besoins spécifiques En plus des besoins communs à tout processus de conception (besoins de développement, besoins de réalisation, besoins d utilisation et besoins supports), on peut identifier des besoins spécifiques : - besoin de réutilisation de tout ou partie de la chaîne ; - besoin en retrait de service ; - besoin de recyclage. D autres besoins sont accrus : besoin de formation et d acquisition de connaissances scientifiques des acteurs participant dans la chaîne. Les exigences ou besoins des clients ne sont jamais directement interprétables en termes de problèmes techniques à résoudre d'emblée. Il revient donc à l ingénieur d'expliciter le besoin et de développer une solution «satisfaisante» dans un cadre organisationnel prédéfini [Micaëlli et al., 2012]. Par ailleurs, la multiplicité des exigences venant de nombreuses parties prenantes et de leurs relations augmente la difficulté pour réaliser un contrôle a priori des processus de développement de la chaîne [Bonjour et Dulmet, 2006]. 2.4 Complexité accrue La complexité du processus de développement d une GSC est générée par : a) la complexité dans la définition de besoins/exigences (problème difficile à formuler) : - le besoin n est pas clairement identifié, défini et exprimé ; - la mauvaise compréhension de la relation client-fournisseur; - l absence de séparation entre problème et solution ; - la difficulté de communication (outil de dialogue) entre les parties prenantes ; - la perception négative du problème à résoudre. b) la complexité de la GSC liée à : - la complexité due au nombre de métiers qui interviennent dans la chaîne - la diversité des exigences à intégrer ; - la définition de fonctions, - le choix organique (solution) ; - la difficulté de la répartition coûts - bénéfice entre les participants à la GSC [Zhu et al., 2012]. Cela augmente le risque d apparition de contradictions qui doivent être dépassées. c) la complexité de l organisation : notamment transformation de l organisation, changements dans la manière à résoudre les problèmes. Dans ce cas, en plus de l aspect normalisation pour contrôler, l organisation doit avoir une démarche d amélioration continue pour pouvoir faire des sauts qualitatifs tout en intégrant des contraintes nouvelles et des intérêts stratégiques nouveaux. 2.5 Objectifs stratégiques hétérogènes Pour avoir une approche globale de la performance d une chaine logistique verte (GSC), trois domaines doivent être pris en considération ainsi que leurs interactions : les considérations économiques, les questions sociales et les enjeux environnementaux. Elkington [1998] parle de triple bottom line. Ces trois domaines doivent être intégrées au niveau de la stratégie de l entreprise puis déployées sur tous les processus de la GSC. Par conséquent, nous adoptons une approche systémique. 3 ETUDE DE CAS Kuehne + Nagel Luxembourg gère un centre de compétences régional afin de répondre au mieux à la demande croissante en solutions intégrées (Integrated Logistics). Le centre Integrated Logistics conçoit et gère des solutions «End - to - End» de type «Fourth Party Logistic (4PL)», intégrant les différents modes de transport et de services, tout en fournissant des informations complètes permettant le contrôle des coûts, la performance et la maîtrise de toute la chaîne logistique entière, en assurant son pilotage. 3.1 Les processus d un projet de conception d une GSC Le processus de conception d une GSC par Kuehne + Nagel Luxembourg est défini par figure 1 ci-après. Le point de départ («Début») est la définition du projet. Cette étape comporte l identification des exigences présentes et futures ainsi que la détermination des paramètres et des ressources. Dans cette première phase, la collecte et la revue des données ainsi que le développement d une «Base de données principale» sont essentiels. Ces données sont, en effet, la base pour toute analyse durant les phases futures. L objet de cette phase de départ est l analyse de la situation actuelle du client et des hypothèses. Durant le «Processus de référence», des analyses statistiques et géographiques ainsi que des évaluations de coûts sont réalisées. Les analyses géographiques sont utilisées afin de mieux visualiser les emplacements, les entrepôts, les flux de produits, les volumes et la complexité des différents réseaux. Les analyses statistiques sont mises en place pour, par exemple, cerner la capacité de la structure de transport ou encore le caractère saisonnier des produits en question. Le «Processus de conception» est consacré à la conception, la simulation et l évaluation de plusieurs scénarios futurs éventuels, où des facteurs tels que le développement du marché, le taux de service requis ou encore l expansion de stratégies sont pris en considération. Durant le «Processus d évaluation», une revue des scénarios est mise en place. L évaluation est basée pour l instant sur des facteurs clés comme par exemple les coûts d entreposage et de stockage, le taux de service, les délais de transports, le taux de qualité, etc. Durant le «Processus de résultats», le service «Network and Supply Chain Engeneering» (NSCE) fait des recommandations basées sur des scénarios évalués auparavant afin de répondre au mieux aux besoins et exigences des clients. Dans cet article nous nous intéressons plus précisément à la démarche et au processus d évaluation de la GSC et sur l intégration des facteurs environnementaux dans cette démarche.

4 Figure 1 : Le processus du projet de conception d une GSC 3.2 Méthode d évaluation de la performance de la GSC La stratégie de Kuehne + Nagel s appuie sur l assurance d un service de qualité aux clients, la maximisation du niveau de sécurité et de santé dans toutes les activités, et le respect et la protection de l environnement. Le QSHE (Qualité, Sécurité, Hygiène, Environnement) est un des enjeux essentiels dans le fonctionnement de l entreprise. L accent est mis sur la satisfaction des exigences des clients, la conformité à la réglementation en matière de la sécurité et de la santé des personnes, ainsi que sur la réglementation en matière de la préservation de l environnement. La preuve en est que l entreprise Kuehne + Nagel est certifiée suivant les normes ISO 9001 et ISO et le référentiel OHSAS Les objectifs du service NSCE sont de connecter tous les maillons de la chaîne logistique et de les gérer à travers une organisation structurée globalement, de mettre en place de la transparence et de la flexibilité, de maîtriser la chaîne logistique et de définir un réseau qui combine les informations clés (tels que coûts, délais, qualité, taux de service, etc.) afin de répondre aux besoins et exigences des clients. A cela se rajoutent aujourd hui des objectifs concernant la QSHE et la RES (Responsabilité Environnementale et Sociale). Dans un premier temps nous proposons une fonction multi-objectifs qu on doit optimiser. Nous allons utiliser l approche proposée par Mtalaa et Aggoune [2009]. L ensemble de ces objectifs doit être déployé sur l ensemble de la chaine logistique verte (GSC), lors du projet de développement. Ce déploiement suivra les trois niveau de décisions, à savoir : stratégique, tactique et opérationnel. Nous adaptons le modèle d évaluation de Tyler [1942], en identifiant le contenu de chaque étape lors de ce déploiement (figure 2). Au niveau de la chaîne logistique du client une tâche importante du service «Network and Supply Chain Engineering», NSCE est l identification des points critiques. Des indicateurs pour les processus logistiques d approvisionnement ou de distribution, telles que le bruit, la pollution, la congestion et les émissions de dioxyde de carbone dans la logistique ont été examinées par Quak et Koster [2007] dans leur travail sur l'exploration de la sensibilité des détaillants au développement durable. Au niveau du processus de réalisation de produit de nombreux travaux proposent des indicateurs environnementaux sur tout ou partie du cycle de vie du produit. Ces indicateurs suivent les 10 règles d or proposées par [Luttropp et Lagerstedt, 2006] qui peuvent se déployer en suivant la roue de la stratégie durable (Strategy Wheel) décrite par van Hemel [1997]. Mtalaa et Aggoune [2009] soulignent l importance de prendre en compte les flux générés par le processus logistique de retour, en plus des flux classiques. Ils proposent un modèle en boucle fermée pour prendre en compte l ensemble des coûts environnementaux concernant le transport et l émission de CO 2 correspondant. Par la suite nous proposons un système d indicateurs de performance qui nous permettront de déployer les objectifs énoncés dans la stratégie.

5 Figure 2 : Déploiement stratégique sur la GSC 4 MODELISATION DES INDICATEURS DE PERFORMANCE POUR LA GSC 4.1 Système d indicateurs de performance Les indicateurs de performance doivent être établis en cohérence avec l objectif global de la chaine logistique durable (GSC). Cet objectif est souvent exprimé de façon très générale, en utilisant une expression linguistique qualitative (le cas de la réactivité, par exemple). Pour ce fait, dans chaque entreprise il faut trouver des indicateurs significatifs qui contribuent à la performance globale. Par la suite, il faut déterminer des relations : objectif global indicateurs. Cette action se concrétise par la mise en place d un système d indicateurs de performance, dans lequel on définit d abord un indicateur qui correspond à la performance globale attendue du système cible, puis des relations mettant en cohérence plusieurs indicateurs significatifs [Schmitz et Platts, 2004 ; Evans, 2004]. Le système d indicateurs de performance aide à structurer une démarche de progrès [Berrah, 1997], en y intégrant, dans le cas qui nous intéresse, la stratégie globale de la GSC. D après Bond [1999] la mesure de la performance a pour bénéfice de stabiliser le processus de management de la GSC et d identifier les aires qui peuvent encore profiter d améliorations. [Olugu et Wong, 2009] expliquent que la mesure de la performance d une GSC peut aussi révéler si une entreprise peut continuer dans sa stratégie actuelle ou si elle doit adopter un re-engineering de sa stratégie. [Liang et al., 2006] soulignent que pour que le management de la GSC soit efficace, l évaluation de la performance globale de la chaîne est nécessaire. Pour élaborer un système d indicateurs, plusieurs étapes sont nécessaires : - définir un objectif global de référence en objectifs locaux ; - associer des indicateurs de performance aux objectifs, globaux et locaux ; - mesurer ces indicateurs locaux à l aide du système d information ; - synthétiser les indicateurs locaux pour mesurer la performance globale de la GSC. Parallèlement à la troisième étape, le choix d un formalisme pour exprimer les indicateurs et le système d indicateurs doit être fait. 4.2 Formalisation Vu que dans la stratégie de la GSC on retrouvera des objectifs globaux qualitatifs et de nature hétérogène, la logique floue est un formalisme adapté pour modéliser un système d indicateurs dédié à cette performance [Zadeh, 1975]. Cette technique permet à la fois d exprimer des indicateurs quantitatifs hétérogènes à l aide d un même formalisme et d utiliser des règles d expertise. Dans un contexte industriel réel, ces règles sont importantes car les données sont capitalisées par les personnes qui gèrent le système de production au jour le jour. L utilisation de la logique floue pour mesurer une performance qualitative et globale s explique par les différentes propriétés de ce formalisme : - permet d utiliser et de traiter numériquement des variables qualitatives. La GSC est non seulement perçue à travers un flux continu de données numériques, mais aussi et surtout à l aide de propriétés abstraites donc de variables linguistiques ; - répond au besoin de représenter des connaissances imprécises: soit parce qu elles sont exprimées en langage naturel par un observateur qui n éprouve pas le besoin de fournir plus de précisions, soit parce que ces données sont imprécises par nature, suite à un traitement ; - évite le passage brusque d une classe à l autre, ce qui est le propre de toute appréciation qualitative. La logique floue propose des opérateurs adaptés à une mesure globale d un système: la mesure globale finale est obtenue par combinaison des variables linguistiques et elle s exprime à l aide de représentations graphiques faciles à manipuler. Les modèles flous sont utiles dans l évaluation de performance d une entreprise à tous les niveaux, à partir de la sélection de ses fournisseurs [Bayrak et al., 2007; Schmitz et Platts, 2004] en passant par le système de production [Berrah, 1997] jusqu à l évaluation de son système d informations [Yang et al., 2006].

6 Notre but est de modéliser un système d indicateurs de performance flou qui permet de mesurer la performance de la GSC. Ce modèle doit être intégré dans le système de pilotage, pour aider un décideur à engager un plan d action. Le modèle proposé détaille les éléments présentés en figure 3. Il s inspire des trois grandes étapes de la conception d une commande floue : - le module (1) traite les entrées du système. Le modélisateur définit un univers de discours, une partition de cet univers en classes pour chacune de ses entrées. Il procède à une première étape, appelée fuzzification. Elle consiste à attribuer à la valeur réelle de chaque entrée sa fonction d appartenance à chacune des classes préalablement définies, donc à transformer l entrée réelle en un sous-ensemble flou. - le module (2) traite de l application de règles floues. Ces règles permettent de passer d un degré d appartenance d une grandeur d entrée au degré d appartenance d un résultat. Reprenant l architecture des systèmes experts, ce module est constitué d une base de règles et d un moteur d inférence flou. - le module (3) décrit la défuzzification, qui est la transformation inverse de celle effectuée dans le module (1). Elle permet de passer d un degré d appartenance d un résultat à la détermination de la valeur à donner à celui-ci. Cette étape critique implique de distordre, donc d affaiblir l information après l analyse et l exploitation dans les étapes antérieures. formalisme et règles d expertes. Dans un contexte industriel réel, ces règles sont importantes. En fait, l équipe projet qui conçoit la chaîne logistique recueille les données. Cela permet un certain degré de contrôle sur les risques du projet. L'expert exprime les indicateurs en utilisant des mots (variables linguistiques, l L), alors que le concepteur exprime les indicateurs en utilisant des variables numériques (n N). Cependant, pour chaque variable linguistique, en collaboration avec l'expert, le concepteur définit un univers de discours L, qui a pour termes les sous-ensembles flous : «faible», «moyen» et «élevé». Alors, le sous-ensemble de classes floue de l univers de discours linguistique peut être écrit : F (L) = {faible, moyen, élevé}. Pour exploiter ces données, une signification numérique doit leur être attribuée. La signification numérique S est une fonction de L vers l ensemble de classes floues F(N) d un univers de discours numérique N. Cette application associe à chaque terme l L, un ensemble flou de valeurs numériques S(l) N [Zadeh 1971, Berrah 1997] : Entre les deux possibilités (linguistique et numérique) pour exprimer une variable, il y a une correspondance. Pour l'expliciter, une autre fonction duale, appelée description linguistique (D), est définie [Zadeh, 1975]: Figure 3. Architecture du SIP floue La correspondance entre les deux est donnée par la relation entre les deux fonctions d appartenance [Berrah 1997] : L architecture générale du modèle étant définie, montrons maintenant comment les différents indicateurs nécessaires pour mesurer des émissions CO 2 sous formes de variables d entrée floues. 4.3 Calcul des émissions CO 2 L architecture générale du modèle étant définie, montrons maintenant quelles sont les étapes de calcul d émission de CO 2 dans la chaîne logistique de l entreprise Kuehne + Nagel (K+N): 1. Client : demande à K+N des informations détaillées concernant les émissions de CO 2 produites lors du transport que K+N réalise pour lui; 2. K+N : afin de pouvoir répondre à cette demande, K+N a besoin de données brutes livrées par le client 3. Equipe projet : - est mise en place pour cette demande spécifique afin de répondre au mieux aux exigences du client ; - calcule les émissions de CO 2 ; - transmet l information au client. Dans cet article nous montrons sous quelle forme les différents facteurs influençant la production de CO 2 (mode de transport, poids de la charge, distance à parcourir, etc.) peuvent être agrégées en un indicateur global, en utilisant la logique floue tout en passant par l architecture présenté auparavant. Les différents facteurs qui influencent les émissions de CO 2 sont exprimés en grande partie par des variables linguistiques appréciées par des experts. La méthode proposée nous permet d'exprimer des indicateurs quantitatifs hétérogènes, en utilisant à la fois le même Figure 4. Lien entre le degré d appartenance linguistique et une valeur numérique Dans le but d obtenir une mesure des émissions CO 2, nous devons agréger les résultats obtenus pour les différentes variables d entrée. Vu que les émissions sont non seulement des émissions de CO 2, toute émission est recalculée (par de différents facteurs et formules) en «CO 2 e» («CO 2 équivalent»). Les facteurs rentrant dans les calculs de CO 2 sont : - La distance parcourue (selon les hypothèses de l ébauche de la norme pr EN 16258) ; - La charge (soit en termes de poids brut, en volume, selon le cas) ; - Le mode de transport en question et sa classe (prenons l exemple du transport routier : la classe se défini ici par «Camion 40 tonnes» / «Camion 12 tonnes» / «Camion 7.5 tonnes») ; - Le type de combustible utilisé (diésel pur, biodiésel, kérosène, ) ;

7 - Consommation en combustible ; - Des constantes (facteurs ayant été élaborés par un Cluster logistique (spécialisé dans le transport naval), qui sont pris en considération lors des calculs de CO 2 ) ; - TKM (Poids brute de la charge * distance à parcourir). Certaines hypothèses et interprétations sont mises en place afin de simplifier les calculs. En effet, les conditions météorologiques lors du transport, les topographies du trajet, le style de conduire du chauffeur en question, etc. ne nous intéressent pas dans ce mode de calcul tandis qu il s agit des facteurs qui ont sûrement une influence sur les émissions de CO 2 (e). Ces hypothèses sont, entre autres, fixés par la norme CEN / TC320. Nous proposons un schéma globale expliquant le fonctionnement dans l entreprise du logiciel de calcul des émissions CO 2 (GTCC = Global Transport Carbon Calculator) (figure 5). Les calculs réalisés par le GTCC se font à travers les informations collectés à travers «KN Login», un logiciel dont l accès se trouve sur le site internet de l'entreprise. Seuls quelques responsables ont un accès illimité aux données spécifiques de la totalité de la chaîne logistique, y compris les données concernant les émissions CO 2. Les différents services de K+N entrent les données brutes d expédition dans leurs programmes informatiques spécifiques. Il s agit ici d une boîte noire, composée de données telles que : mode de transport, distance à parcourir, poids brutes de la charge, etc. Le logiciel calcule les différents résultats à partir des données brutes d expédition et des données des experts. Les données brutes sont fournies par un autre logiciel, à savoir le «KN Login». Il faut noter que les logiciels spécifiques (utilisés dans les différents services) transfèrent les données de manière automatique au «KN Login». Le résultat d émissions CO 2 est utilisé par l équipe projet en charge, à savoir, les différents responsables ayant l accès total du logiciel «KN Login». Ils analysent les données puis les transmettent au client qui en a fait la demande. Figure 5 : Schéma global pour le calcul des émission CO 2 En effet, les calculs de CO 2 ne se font que pour les clients qui les demandent : effectivement, il n y a que les données «CO 2 e» qui sont transmis aux clients, qui, eux, utilisent des indicateurs de performance qui nous sont inconnus. En interne chez Kuehne + Nagel, il y a surtout une comparaison entre les CO 2 e par TKM selon les différents marchés, vu que le fait d avoir plus de CO 2 e n est en soi rien de négatif. Si par exemple il y a eu 3 fois plus de trajets, il est tout à fait normal qu il y ait plus de CO 2 e. En perspective de ce travail nous souhaitons modéliser ces différents facteurs qui influencent la production d émissions de CO 2 afin de les intégrer dans le modèle flou. D autres développements possibles sont sur la modélisation et l'évaluation d'autres critères environnementaux. Ensuite, nous devrons intégrer les critères environnementaux, sociaux (respect de la législation sur le travail), et économiques (coût d'acheminement des produits) au niveau stratégique. L ensemble de ces évaluations doit permettre de choisir ou de (re)concevoir une chaîne logistique pour un client. Notre démarche s inscrit donc dans l'aide au choix lors des projets de (re)conception de chaînes logistique durables. 5 CONCLUSIONS Dans cet article nous avons tout d abord identifié les caractéristiques d une chaîne logistique durable. Il s agit d un système produit-service ouvert, avec des besoins spécifiques qui amènent à l augmentation de sa complexité mais aussi de la complexité du projet lors de sa conception et de ses processus. Dans un deuxième temps nous avons proposé une approche globale de la performance d une chaîne logistique verte (GSC). Trois domaines, tout comme leur interactions, doivent être pris en considération: les considérations économiques avec questions sociales et environnementales. Nous proposons une méthode d évaluation de la performance de la GSC en proposant une approche systémique. La stratégie, définie avec des objectifs hétérogènes qui couvrent les trois domaines mentionnés, se déploie sur les trois niveaux de décision : stratégique, tactique et opérationnel. Ce déploiement est fait à la fois sur les étapes du projet de conception de la GSC mais aussi par la suite sur l ensemble des processus logistiques. Finalement un modèle pour le système d indicateurs de performance dans la GSC est proposé. Le travail est appliqué pour le cas de l entreprise Kuehne + Nagel Luxembourg qui gère un centre de compétences régional afin de répondre au mieux à la demande croissante en solutions de GSC. Un exemple pour l émission de CO 2 est donné avec une proposition d intégration dans un logiciel de calcul (GTCC) du modèle à base de logique floue.

8 En perspective de ce travail nous souhaitons proposer des tableaux de bord qui prennent d une manière plus exhaustive en compte les trois dimensions : économique, sociétale et écologique. Pour cela nous construirons des modèles d indicateurs qui pourront être déployés puis agrégées en utilisant la logique floue. 6 REFERENCES Baglin G., Bruel O., Garreau A., Greif M., Kerbache L., van Delft C. (2007) Management industriel et logistique, conception et pilotage de la supply Chain, Ed. Economica. Bayrak M.Y., Celebi N., Taskin H. (2007) A fuzzy approach method for supplier sélection. Production Planning and Control, 18(1), pp Berrah L. (1997) Une approche d évaluation de la performance industrielle. Modèle d indicateur et techniques floues pour un pilotage réactif. Thèse de doctorat, Institut National Polytechnique de Grenoble. Bond T.C. (1999) The role of performance measurement in continuous improvement. International Journal of Operations & Production Management, 19(12), pp Bonjour E., Dulmet M. (2006) Pilotage des activités de conception par l'ingénierie Système. Ingénierie de la conception et cycle de vie du produit, sous la direction de Roucoules L., (éd.), Hermès, pp Elkington J. (1998) Cannibals with Forks: The Triple Bottom Line of 21 st Century. New Society Publishers, Gabriola Island, BC. Evans J.R. (2004) An exploratory study of performance measurement systems and relationschips with performance results. Journal of Operation Management, 22(3), pp Geuma Y., Lee S., Kang D., Park Y., (2011) Technology roadmapping for technology-based product service integration: A case study. Journal of Engineering and Technology Management 28, pp Goedkoop, M., van Halen, C., te Riele, H., Rommers, P., (1999). Product service-systems, ecological and economic basics. In: Report for Dutch Ministries of Environment (VROM) and Economic Affairs (EZ). Hall, J. (2001) Environmental supply-chain innovation. Greener Management International, 9(3), pp Hemel, C.G. van (1995) Tools for setting realisable priorities at strategic level. Design for Environment, Proceedings of International Conference on Engineering Design, Prague, Août. Liang L., Yang F., Cook W.D., Zhu J. (2006) DEA models for supply chain efficiency evaluation. Annals of Operations Research, 145 (1), pp Linton J. D., Klassen R., Jayaraman V. (2007) Sustainable supply chains: An introduction. Jornal of Operations Management, 25(6), pp Luttropp C., Lagerstedt J. (2006) EcoDesign and The Ten Golden Rules: generic advice for merging environmental aspects into product development. Journal of Cleaner Production 14, pp Micaëlli J.P., Deniaud I., Bonjour E. (2012) Conception ambidextre : quels apports de l'ingénierie Système? Revue Génie Logiciel, no. 100, pp Mtalaa W., Aggoune R. (2009) A two-objective Model for Green Supply Chain Design. 3rd International Conference on Operations and Supply Chain Management, Malaysia. Mont, O., (2002) Clarifying the concept of product service systems. Journal of Cleaner Production 10 (3), pp Narasimhan R., Carter J.R. (1998) Environmental Supply Chain Management. Center for Advanced Purchasing Studies, Tempe, AZ. O Connor F. et Hawkes D. (2001) A multi-stakeholder abridged environmentally conscious design approach. The Journal of Sustainable Product Design, 1, pp Olugu E.U. and Wong K.Y. (2009) Supply chain performance evaluation: trends and challenges. American Journal of Engineering and Applied Sciences 2(1), pp Porter M. et Kraemer M. R. (2011) Creating Shared Value. Harvard Business Review, janv-fevr., pp Quak H.J., de Koster M.B.M. (2007) Exploring retailers sensitivity to local sustainability policies. Journal of Operations Management, vol. 25, pp Seuring S., Müller M. (2008) From a literature review to a conceptual framework for sustainable supply chain management. Journal of Cleaner Production, 16(15), pp Schmitz J., Platts K.W. (2004) Supplier logistics performance measurement: indication from a study in automotive industry, International Journal of Production Economics, 89(2), pp Tyler R.W. (1942) General Statement on Evaluation. Journal of Educational Research, 35, pp Yang, C.C., Lin, W.T., Pai, F.Y., Yeh, T.M. (2006) The use of fuzzy measures in a performance-evaluation model for ERP implementation among Taiwanese semiconductor manufactures. International Journal of Production Research, 45(20), pp Zadeh, L.A. (1975) The concept of linguistic variable and its application to approximate reasoning, Information Sciences, vol.8-9, pp , pp and pp Zhu Q., Sarkis J., Lai K. (2012) Green supply chain management innovation diffusion and its relationship to organizational improvement: An ecological modernization perspective. Journal of Engineering and Technology Management, 29, pp

Journées ECOTECHNOLOGIES 2012. CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation

Journées ECOTECHNOLOGIES 2012. CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation Journées ECOTECHNOLOGIES 2012 CONVERGENCE Quand l éco-conception devient une source d innovation 1 Le consortium Institut Charles Delaunay Coordinateur, spécialistes en éco-conception, économie de fonctionnalité,

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

CQPI Technicien qualité industriel

CQPI Technicien qualité industriel CQPI Technicien qualité industriel Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Les facteurs clés de succès. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Les facteurs clés de succès Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT Eléa 27 janvier 2011 Agenda Eléa : qui sommes-nous? Les enjeux et défis de la Supply Chain Quelles compétences / savoirs sont-ils nécessaires? Questions - réponses Agenda Eléa :

Plus en détail

L énergie, des enjeux pour tous

L énergie, des enjeux pour tous L énergie, des enjeux pour tous Transformer le Système d'information EURIWARE conçoit, développe et met en œuvre des systèmes d information métiers en réponse aux enjeux majeurs de performance et de transformation

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français

PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN. LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français PGE POLITIQUE ACHATS ET SUPPLY CHAIN LOG 301 Semestre 5 20 heures 2 crédits Français Département académique : Management des Hommes, des Process et des Organisations Coordinateur de département : MERLE

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT

MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT Numéro : 2011102791 Page 1 sur 12 EXTENDE Le Bergson, 15 Av Emile Baudot 91300 MASSY SA au capital de 100 000 Fax +33 (0)9 72 13 42 68 Siren 518 807 425 SOMMAIRE A. But

Plus en détail

Alternance d excellence

Alternance d excellence Recrutez un(e) futur(e) Ingénieur(e) en Systèmes, Réseaux et Télécommunications Formation ingénieur en alternance Alternance d excellence 4 jours / semaine en entreprise Université de technologie de Troyes

Plus en détail

1 Présentation générale

1 Présentation générale Parcours «Management des processus de production de biens et services» du Master de Sciences de Gestion (M2) - mention «Management Global» de l Université Paris Dauphine 1 Présentation générale 1.1 Objectifs

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

Systèmes d information

Systèmes d information 11 Systèmes Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de concevoir, développer, exploiter et entretenir des solutions (logicielles et matérielles) répondant aux besoins collectifs et individuels

Plus en détail

Libérez votre intuition

Libérez votre intuition Présentation de Qlik Sense Libérez votre intuition Qlik Sense est une application nouvelle génération de visualisation de données en libre-service qui permet à chacun de créer facilement des visualisations

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Microsoft IT Operation Consulting

Microsoft IT Operation Consulting Microsoft IT Operation Consulting Des offres de services qui vous permettent : D améliorer l agilité et l alignement de votre IT aux besoins métier de votre entreprise. De maîtriser votre informatique

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Pôle Finance Exemples de réalisations

Pôle Finance Exemples de réalisations Pôle Finance Exemples de réalisations CONFIDENTIEL C PROPRIETE RENAULT Coûts de développement de l Ingénierie Mécanique: Réaliser une grille commune d analyse des coûts, et un benchmarking, puis proposer

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET

LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET LICENCE MANAGEMENT DE PROJET DANS LE TERTIAIRE UE 4 LA GESTION DE PROJET Méthodologie et conduite de projet 09/2013 - Ed 0 MÉTHODOLOGIE 2 FONDAMENTAUX CADRE DU MANAGEMENT DE PROJET 09/2013 - Ed 0 LES PROJETS

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat ADEME : Colloque Produits Verts Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat Juin 2008 Une solution dédiée à vos achats responsables

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

Ingénieur de recherche en statistique

Ingénieur de recherche en statistique Ingénieur de recherche en statistique E1D24 Statistique - IR Dans le cadre d une étude ou d un projet de recherche, l ingénieur de recherche en statistique conçoit le plan d analyse statistique et prend

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire

La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire La Gouvernance IT en France : de nombreuses avancées, encore beaucoup à faire IDC France, Conférence Gouvernance IT 6 Avril 2011 www.idc.fr Cyril Meunier IDC France Research & Consulting Manager Copyright

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique. 5 Mai 2010

Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique. 5 Mai 2010 Supply Chains aéronautiques et transformation de la logistique 5 Mai 2010 Sommaire Les Supply Chains Aéronautiques soumises à la pression économique Le projet de transformation logistique, fondation de

Plus en détail

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus?

Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? Pourquoi le C - GSI Comment faire des investissements informatiques pertinents en pleine connaissance de cause et mesurer les résultats obtenus? La gouvernance des systèmes d information désigne l ensemble

Plus en détail

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines

Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Mesurer la valeur ajoutée par la gestion des ressources humaines Par Daniel Held, Dr. ès Sc. Econ. Paru dans Personnel, Janvier 2001, no 416, pp. 34-37 La création de valeur a toujours été le moteur du

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM

Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles. Fréderic FADDA. Mobility GBS Leader, IBM Stratégie projet pour valoriser l'apport des technologies mobiles Fréderic FADDA Mobility GBS Leader, IBM L introduction des technologies Mobiles, un accélérateur Business, Opérationnel et IT L introduction

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA

MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME INTÉGRÉ POUR LA GESTION DE LA SÉCURITÉ : CAS DE L ASECNA Organisation de l aviation civile internationale NOTE D INFORMATION HLSC/15-IP/27 26/1/15 Anglais et français seulement 1 DEUXIÈME CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÉCURITÉ (HLSC 2015) PLANIFIER L AMÉLIORATION

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Technicien Logistique CQPM 0121 -

Technicien Logistique CQPM 0121 - Technicien Logistique CQPM 0121 - Public concerné Agent logistique confirmé Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques Exposé, exercices, conduite de projet Validation du CQPM Technicien Logistique

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com

Drive your success. «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com Drive your success «Un écosystème complexe implique une capacité de gestion temps réel des aléas» www.imagina-international.com ATEN, dix avantages au service de votre entreprise Qualité de mise en œuvre

Plus en détail

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR

Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR Bordeaux, le 10 février 2015 Pour un management innovant et performant : le rôle des normes ISO et AFNOR Stéphane MATHIEU, Directeur du Réseau Régional Groupe AFNOR afnor GROUPe QUI ESTAFNOR? Pour un management

Plus en détail

CQPM Agent Logistique

CQPM Agent Logistique Public concerné Débutant ou experimenté dans les métiers de la manutention (réception, stockage, préparation, contrôle, expédition ) CQPM Agent Logistique Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Propriété de VISEO SA reproduction interdite

Propriété de VISEO SA reproduction interdite Propriété de VISEO SA reproduction interdite 1 Gilles PEREZ Directeur Activité SCO Gilles.perez@viseo.com Speakers Mehdi KHARAB Responsable Colibri France mkharab@colibri-aps.com Comment répondre aux nouveaux

Plus en détail

1 Les clés de lecture du livre

1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre 1 Les clés de lecture du livre La logique de notre ouvrage Cet ouvrage est destiné aux lecteurs ne connaissant pas l ingénierie système et qui veulent comprendre rapidement

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011

Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Groupe de travail ITIL - Synthèse 2011 Améliorer les relations clients-fournisseurs d une externalisation informatique Livrable 2010-2011 du Groupe ADIRA-ITIL Lyon 27 juin 2011 Animateurs: Jean LAMBERT

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage

PROST PROST. L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage L'ERP qui intègre la gestion commerciale Sage intègre la gestion commerciale de Sage (ligne 30 et 100) et s appuie sur les données commerciales (ventes et achats) pour organiser la gestion de production.

Plus en détail

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES

INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES INGENIEUR SPECIALITE GESTION ET PREVENTION DES RISQUES DIPLOMÉ DE ARTS ET METIERS PARISTECH EN PARTENARIAT AVEC ITII 2 SAVOIES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES

Plus en détail

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés

Partie I Comprendre l écoconception. Les concepts clés Partie I Comprendre l écoconception Les concepts clés 1 D où vient le concept d écoconception? L écoconception est une approche qui s est principalement développée depuis une vingtaine d années. Elle

Plus en détail

Le langage commun de la Performance. Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris

Le langage commun de la Performance. Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris Le langage commun de la Performance Inauguration le 11 février 2010 Goethe Institut - Paris Christian MILLET, SFIG/SDS Thierry JOUENNE, CNAM Paris Merci aux sponsors du colloque! 2 Plan Un rendez-vous

Plus en détail

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions

Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Méthode d aide à la conception en présence d imprécisions Franck Massa, Thierry Tison, Bertrand Lallemand Laboratoire d'automatique, de Mécanique et d'informatique Industrielles et Humaines, UMR 8530,

Plus en détail

UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID

UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID 1 UNE DÉMARCHE D ANALYSE À BASE DE PATRONS POUR LA DÉCOUVERTE DES BESOINS MÉTIER D UN SID 31 janvier 2012 Bordeaux Présentée par :Mme SABRI Aziza Encadrée par : Mme KJIRI Laila Plan 2 Contexte Problématique

Plus en détail

Processus et Outils S&OP

Processus et Outils S&OP Technical paper Processus et Outils S&OP 1. Processus et Outils S&OP 1.1 Vocabulaire S&OP désigne «Sales and Operations Planning» en anglais. L équivalent Français est le PIC «Plan Industriel et Commercial».

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard.

La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. La SOA était une mode. Nous en avons fait un standard. Agenda 1 Présentation 2 Les solutions it-toolbox 3 Notre valeur ajoutée 4 Le centre d excellence 5 Equipe et démarche 6 Références et plateformes

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins

DÉPLOIEMENT D UN ERP. Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins 1 DÉPLOIEMENT D UN ERP Cours dispensé pour les L3 MSI Elaboré par : Mehdi M tir 2013/2014 Chapitre 3 : Modélisation des besoins LA CONDUITE D UN PROJET ERP La conduite d un projet d ERP est différente

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 Les outils et ressources Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 1 Les guides pratiques et méthodologiques L économie circulaire,

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Daniel-Constantin ANGHEL 1,2, Toufik BOUDOUH 1, Olivier

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail