Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion péri-opératoire des anticoagulants. Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011"

Transcription

1 Gestion péri-opératoire des anticoagulants Dr Fiant Anne-Lise 15 Octobre 2011

2 Introduction Anticoagulants nécessaires en postopératoire ou déjà présents comment les gérer?? Gestion des patients sous AVK Compromis entre risque Hémorragique/Thrombotique Nature de l acte chirurgical, le terrain et la pathologie sous-jacente Réflexion multidisciplinaire

3 Anticoagulation nécessaire en postopératoire?

4 Chirurgies à risque thrombotique Chirurgie abdominale majeure : foie, pancréas, colon, MICI, cancer du tractus digestif Après chirurgie de la hanche et du genou Polytraumatisé

5 EVALUATION DU RISQUE THROMBOTIQUE EN CHIRURGIE Risque Faible Risque Modéré Risque Elevé Chirurgie non compliquée de la lithiase biliaire Toute chirurgie : -durée < 30 min -âge malade < 40 ans -sans facteur de risque associé Chirurgie viscérale(colorectale et de la lithiase biliaire exceptées) : -durée > 30 min -âge du malade > 40 ans - sans facteur de risque important * associé Chirurgie lourde des MI (orthopédique et traumatologique) Chirurgie colorectale Chirurgie viscérale (lithiase biliaire exceptée) : -durée > 30 min -âge malade > 40 ans - facteur(s) de risque importants* *(Antécédent de TVP, AVC, cancer, hypercoagulabilité). La définition d un facteur de risque «important», telle qu elle est proposée ici, est en fait sujette à caution. La notion de cumul, chez un même malade, de plusieurs facteurs de risque doit également être prise en compte.

6 Autres situations à risque de thrombose Stase veineuse (immobilisation prolongé, accouchement, obésité (IMC>30), paralysie des membres) Altération de la paroi des vaisseaux (chirurgie thrombotique) Anomalies sanguines (thrombophilie congénitale ou acquise (déficit prot C, facteur V Leiden ), SAPL ). Traitements au long cours : corticothérapie, THS FDR : traumatisme, varices, ATCD de TVP, Âge>40ans avec autonomie limitée, tabagisme Autres : I Card, Respi, infection sévère, chirurgie récente, cancer avec radio, chimio et hormonothérapie Stent

7 Traitement HBPM ou HNF durée postopératoire après chir générale : 7-10j Adaptation de la durée selon la chirurgie et le terrain Bas de contention+ RFE SFAR 2011 CM. Samama, N. Rosencher PTH 42j, PTG 14+/-35j, fracture du col 14j, polytrauma 14-21j Chirurgie digestive carcinologique 1mois Chirurgie bariatrique IMC>40=double injection min 10j

8 Anticoagulation présente en pré-opératoire?

9 4 Règles fondamentales AVK : cinétique et antagonisation HNF et HBPM : cinétique, AMM et surveillance Le patient : indication AVK, risque embolique et risque hémorragique personnel La chirurgie : risque thrombotique propre, risque hémorragique, conséquences spécifiques de l hémorragie??

10 Risque thromboembolique annuel avec ou sans anticoagulation Sans AVK Sous AVK FA isolée 1-4,5% 1,5% FA et AVC antérieur 12-15% 1,7% Valve mécanique -aortique -mitrale 4% 0,7% 8% (4-12%?) 1,1% (0,9-1,5%) Récidive MVTE 20% 2,5-7,5%

11 Score CHADS C : insuffisance cardiaque 1pt H : HTA 1pt A :âge>75ans 1pt D : diabète 1pt S: stroke (atcd AVC ou AIT) 2pts

12 FDR thrombotique chez des patients traités par AVK FDR : âge>75, diabète, HTA, ATCD AVC et AIT, insuffisance VG Valve FA MTE Risque élevé AVC-AIT<1mois Aortique à bille Position mitrale AVC-AIT<1mois Atteinte mitrale d origine RAA ETE<1mois Cancer, anticorps antiphospholipides, I cardiaque, I respiratoire Risque modéré Position aortique Disque ou ailette et 2 FDR d AVC ou plus FA chronique et 2 FDR ou plus d AVC ETE<6mois ETE après % AVK Risque faible Position aortique et < 2 FDR d AVC FA chronique et <2 FDR d AVC Absence de FDR ETE : événement thromboembolique

13 HAS 2008 : relais héparine nécessaire Prothèses valvulaires mécaniques (grade C) ACFA à haut risque thromboembolique défini par un ATCD AVC transitoire ou permanent ou d embolie systémique (sinon pas de relais nécessaire préop mais reprise ds les 24-48h postop) Patients aux ATCD de MTEV si de moins de 3 mois ou une MTEV récidivante idiopathique ( 2 épisodes dt au moins une ss fdr) sinon ss relais et reprise 24-48h

14 Risque Hémorragique selon la Risque élevé=2-4% sur 48h Durée>45min PAC et remplacement valvulaire Intervention vasculaire et aortique Chirurgie carcinologique Biopsie rénale Biopsies et polypectomie endoscopique Sphinctérotomie par voie endoscopique CMF et extractions dentaires complexes Laminectomie, PTH, PTG Evaluation de la perte sanguine péri-opératoire chirurgie Faible risque hémorragique <2% sur 48h Cholécystectomie, hernie inguinale Hystérectomie par voie abdominale Biopsie peau, vessie, prostate, sein, thyroïde, ganglions Endoscopies sans biopsie ou avec possibilité de tt endoscopique du saignement Gestes cutanés Cathétérisme cardiaque Canal carpien Dilatation du col et curetage utérin Cataracte Infiltrations articulaires Endoscopie sans biopsie Biopsie cutanée

15 Quels Traitements?? Sintron demi vie courte 48h Préviscan, coumadine au moins 4j Si insuffisance rénale, cl<50ml/min arrêter plus rapidement les AVK Utilisation vit K : une dose initialement élevée va entraîner une résistance prolongée aux AVK et rendre compliqué le relais postopératoire : 1 à 2mg suffit, Gestion péri-opératoire des patients recevant des anticoagulants au long cours. Dr Guillaumont MP, Amiens 2004

16 Relais AVK HBPM : -Lovenox en 2 injections curatif 100UI/kg x2/j -CI si clairance <30ml/min -période libre d au moins 12h avt le geste chir -plaquettes 2x/sem -contrôle anti-xa si ttt>5j par risque accumulation si cl 30-60ml/min, poids extrême, syndrome hémorragique HNF : -Calciparine SC 500UI/kg en deux à trois injections -si clairance <30-50ml/min

17 Recommandations HAS 2008 Arrêt préopératoire de l héparinothérapie : -HNF IVSE : arrêt 4-6h avt chirurgie -HNF SC : arrêt 8-12h avt la chirurgie -HBPM : dernière dose 24h avt l intervention Pas de nécessité de contrôle TCA ou antixa le matin de l intervention

18 Situations où on peut ne pas arrêter les AVK Endoscopie sans biopsie (recommandations endoscopies digestives, Cataracte (grade C) Ponctions/infiltrations articulaires Chirurgie cutanée (grade C) Soins dentaires (recommandations strictes, Vérifier simplement INR 3 Mc Cormack P, Eye 7 (1993): Morris A, Clin Experiment Ophtalmol 2000 Dec;28(6) : Katz J, Ophtalmomogy, 110(9), September 2003: Dunn AS, Arch Int Med 163 (2003) :

19 Antagonisation des AVK préopératoire en urgence PPSB : 20-30UI/kg (grade B) Pas d utilisation de PFC en urgence pour antagoniser les AVK But : INR<1,5 doser INR 30min après PPSB sf si urgence et puis à H6-8 et quotidiennement PPSB : 1UI/kg diminue l INR de 0,15 (20UI/kg) Vitesse d injection préconisé 4ml/min En urgence possibilité d administrer en bolus en 3 minutes pour INR<1,5 Vitamine K 10mg IVL ou per os HAS 2008

20 HAS 2008 : Surdosage en AVK Asymptomatique : 15-30% INR>4 Accidents hémorragiques des AVK=1ère cause d accidents iatrogènes=13% hospitalisations Intérêt d une anticoagulation au long cours parfois très abstrait!!!

21 Conclusion Evaluation Bénéfices/Risques lors de la consultation Selon le terrain du patient, le type de la chirurgie Hémorragie/Thrombose Le plus important : CONCERTATION MULTIDISCIPLINAIRE

22 Merci de votre attention

23 Risque patient Pathologies justifiant les AVK MTE sus poplitée Particularités <1mois 2-3mois > 3mois : -Alitement préop, fdr cancer thombophilie -ambulatoire, chir réglée Niveau de risque embolique Risque élevé Risque élevé Risque intermédiaire Risque faible FA permanente En rythme sinusal (FA paroxystique) Thrombus / Embolie artérielle Prothèses valvulaires mécaniques FA non valvulaire CHADS 1-2 ss atcd embolique depuis 1an FA CHADS 4-6 avec RM ou CMD avec RM FA non valvulaire CHADS 1-2, ss ATCD embolique depuis 1 ans Thrombus de diagnostic récent Embolie artérielle, qq soit la source, récente de moins d un mois Valve de Starr à disque basculant aortique ou mitrale, prothèse mécanique mitrale, double prothèse mécanique, prothèse mécanique aortique et 1 FDR (FA, EP récente ) Prothèse aortique à ailette sans embolie récente, bioprothèse <3mois Risque faible Risque élevé Risque élevé Risque faible Risque élevé (différer le geste si possible) Risque élevé Risque intermédiaire Prothèses vasculaires Risque faible

24 Gradation des recommandations Grade A : Preuve scientifique établies Grade B : Présomption scientifique Grade C : Faible niveau de preuve Niveau de preuve 1 : essais comparatifs randomisés de forte puissance, métaanalyse d essais comparatifs randomisés, analyse de décision basée sur des études bien menées Niveau de preuve 2 : essais comparatifs randomisés de faible puissance, études comparatives non randomisées bien menées, études de cohorte Niveau de preuve 3 : études cas-témoins Niveau de preuve 4 : études comparatives comportant des biais importants, études rétrospectives, séries de cas

25 HAS 2008 : ATCD MTEV AVK pour MTEV à ht risque de récidive : différer chir réglée au min d 1 mois et si possible 3 mois Filtre cave+/- Risque modéré :pas de relais, reprise 24-48h

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

AOD et actes invasifs : que faire en pratique?

AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Jour AOD et actes invasifs : que faire en pratique? Pr Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne, Clinique Médicale B, CHRU de Strasbourg Laboratoire de Recherche en Pédagogie des Sciences de la Santé,

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS

GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS GESTION PERI-OPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS XXIVème JOURNEE d ANESTHESIE-d REANIMATION de PICARDIE Dr MP GUILLAUMONT Département d Anesthésie Réanimation Chirurgicale

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

ACE. Association des Cardiologues de l'est

ACE. Association des Cardiologues de l'est ACE Association des Cardiologues de l'est Etude de cas cliniques Vote interactif Cas clinique n 1 T. LECOMPTE J.C. FAVIER P. LELARGE M. PICHENE Questions Quels sont les gestes agressifs qui justifient

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement

Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Fibrillation Auriculaire et principes du traitement Pr Patrick Assayag Service de Cardiologie, CHU Bicêtre Faculté de Médecine Paris-Sud Age et Prévalence de la FA Population adulte < 50 ans 0.4% Population

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs :

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs : ANTICOAGULANTS & THROMBOLYTIQUES Objectifs : Prescrire et surveiller un traitement anticoagulant à titre préventif et curatif, à court et à long terme. Savoir classer les différents anticoagulants par

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

METHODOLOGIE INTRODUCTION

METHODOLOGIE INTRODUCTION RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE EN MEDECINE RECOMMANDATIONS METHODOLOGIE Des grades sont attribués aux recommandations selon le niveau

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF?

PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? PREVENTION DE LA MALADIE THROMBO- EMBOLIQUE VEINEUSE (MTEV) EN PERI- OPERATOIRE QUOI DE NEUF? Chokri Ben Hamida Service de réanimation médicale de Sfax La Thrombose une réalité qui tue La maladie thrombo-embolique

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Antibioprophylaxie en 2016: Y a-t-il un sujet?

Antibioprophylaxie en 2016: Y a-t-il un sujet? Antibioprophylaxie en 2016: Y a-t-il un sujet? Jérôme LORIAU- Axèle CHAMPAULT Service de Chirurgie Digestive Groupe Hospitalier Paris-St Joseph MESH 2016 Situation du problème MESH 2016 MESH 2016 ACTE

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire

Groupe d Intérêt en Hémostase Périopératoire Séance DPC avec le CFAR : Qualité sécurité : registre AVK référentiel HAS amélioration des pratiques à travers de cas clinique Arrêt des AVK en cas de chirurgie réglée Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF

Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France. Pour inclure un patient au sein du CREATIF Centre de Référence et d Education des AntiThrombotiques d Ile de France Pour inclure un patient au sein du CREATIF Obtenir OBLIGATOIREMENT l accord du médecin traitant et le cas échéant du cardiologue

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009

AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS. Dr Y Moreau 2009 AVK, GESTION DES SURDOSAGES,SITUATIONS A RISQUES ET COMPLICATIONS Dr Y Moreau 2009 Surdosage asymptomaeque des AVK INR cible entre 2 et 3 INR < 4 : adaptaeon seule INR entre 4 et 6 : saut d une prise et

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE. Armelle GENTRIC 14 mars2008

LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE. Armelle GENTRIC 14 mars2008 LES AVK CHEZ LA PERSONNE AGEE Armelle GENTRIC 14 mars2008 Antivitamines K - AVK Indications MVTE (au moins 6 mois) AC/FA (souvent à vie) Fluindione (Préviscan) : 72 % (½ vie : 31 heures) (comprimés quadrisécables

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE E. PAUTAS I. GOUIN-THIBAULT, V. SIGURET Unité Gériatrique Aiguë Laboratoire d hématologie Inserm U-765 Hôpital Charles Foix - AP-HP HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES

Plus en détail

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE

MTEV. La thrombophlébite (2) La thrombophlébite (1) Thrombophlébite 24/01/2010 PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE MTEV PREVENTION DE LA MALADIE VEINEUSE THROMBO-EMBOLIQUE Dr Jean-Mathieu Pujalte Hôpital Saint-Louis TVP Risque d embolie pulmonaire 50% si TVP proximale Mortalité? 10 à 1% Laroche JP. JEMU 1995;16(4):

Plus en détail

Fibrillation auriculaire chez le sujet âgé

Fibrillation auriculaire chez le sujet âgé Fibrillation auriculaire chez le sujet âgé F.A. ASPECTS EVOLUTIFS FA aiguë : Brève et transitoire favorisée par une cause intercurrente (alcool, fièvre, bronchite ) en principe non récidivante F.A. chronique

Plus en détail

E09 - Thrombolytiques

E09 - Thrombolytiques E09-1 E09 - Thrombolytiques 1. Objecti f s e t mécanisme d action Les traitements thrombolytiques sont administrés pour dissoudre rapidement un thrombus occlusif artériel ou veineux. Ils agissent en activant

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 30 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 juin 2010 FRAGMINE 7 500 U.I anti-xa/0,3ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 10 seringues (CIP 397 430-0) FRAGMINE 12 500 U.I anti-xa/0,5ml,

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte

ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l adulte Actualisation avril 2012 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prise en charge des surdosages en antivitamines K, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par antivitamines K en

Plus en détail

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques

en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques Prise en charge des surdosages en antivitamines K, des situations a risque hemorragique et des accidents hemorragiques chez les patients traites par antivitamines K en vrlle et en milieu hospitalier :.r..!:..

Plus en détail

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux

Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux Les Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Emmanuel HAZARD/Jean-loup HERMIL Chronologie Héparine non fractionnée 1950 HBPM 1980 NACO >2008 AVK 1960 Fondaparinux 2002 2 Les indications des NACOs En médecine

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE. Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET INSUFFISANCE CARDIAQUE Journées Insuffisance Cardiaque 7 juin 2014 Introduction Hypercoagulabilité et insuffisance cardiaque Fréquence des événements thrombotiques dans

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Troubles du rythme périopératoire

Troubles du rythme périopératoire Troubles du rythme périopératoire Ivan Philip Département d Anesthésie Institut Mutualiste Montsouris Troubles du rythme périopératoire Prise en charge préopératoire Survenue peropératoire Survenue postopératoire

Plus en détail

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 ECMO et ECLS Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 Historique 1953 : Fermeture de CIA sous machine de suppléance cardiopulmonaire J.H. Gibbon Fin années 50 : développement de machines

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder

Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder Dépistage de thrombophilie héréditaire chez l'adulte : utile ou inutile? Dr Michèle Stalder Cas 1 Patiente de 20 ans, à l'âge de 18 ans, long voyage en avion, hospitalisée à Hong-Kong pour une embolie

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE

ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE 1/5 ANTIBIOPROPHYLAXIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ET EN OBSTETRIQUE Acte chirurgical Produit Dose initiale Ré-injection et durée Hystérectomie (voie basse ou haute) (si durée 4 heures, réinjecter 1g) Cœlioscopie

Plus en détail

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra

Dossier n 1. Conférences d Internat 07-08 (DCEM 3) Révision Module 9 Mardi 30 octobre 07 Dr BURA-RIVIERE Alessandra Dossier n 1 Madame A, 30 ans, primipare, a accouché par césarienne à 36 SA d un enfant en bonne santé. Elle a été hospitalisée deux semaines avant l accouchement pour une menace d accouchement. A son retour

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011. Jean-Pierre Laroche. Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011. Jean-Pierre Laroche. Médecine Vasculaire CHU de Montpellier MTEV / TVP Stratégie Diagnostique et Thérapeutique en 2011 Jean-Pierre Laroche Médecine Vasculaire CHU de Montpellier Algorithme gestion TVP TVP en Ville? MV : PC. Ttt ECHO DOPPLER + - Doute

Plus en détail

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch

Prise en charges des hémorragies graves sous AVK. B Tremey, Hôpital Foch Prise en charges des hémorragies graves sous AVK B Tremey, Hôpital Foch Efficacité des AVKs Seules molécules anticoagulantes par voie orale Nombreuses indications ACFA - PVM - TVP/EP Efficacité démontrée

Plus en détail

Gestion périopératoire des AVK

Gestion périopératoire des AVK Gestion périopératoire des AVK Jacqueline Conard Service d Hématologie Biologique Avec la collaboration de Marc Samama Service d Anesthésie-Réanimation Hôtel-Dieu, Paris Taux d hospitalisation pour effet

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

300 000 à 500 000 décès/an aux USA

300 000 à 500 000 décès/an aux USA Décès/an Maladie thromboembolique : problème majeur de santé publique 12% des décès annuels dans l UE 300 000 à 500 000 décès/an aux USA Cohen AT, et al (VITAE). Thromb Haemost 2007; 98: 756 764 Enquête

Plus en détail

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Post U (2013) 263-270 Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Objectifs pédagogiques Évaluer le risque thrombotique lié à l arrêt ou à la

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL

ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL Docteur Wolff V., Docteur Bindila D., Unité Neuro-vasculaire, HUS En France, il y a 130 000 nouveaux cas d accident vasculaire cérébral (AVC) par an. Avec 40 000 décès, il

Plus en détail

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE

MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE MANIEMENT DES ANTICOAGULANTS CHEZ LE SUJET AGE I. GOUIN-THIBAULT, E. PAUTAS Laboratoire d hématologie Unité Gériatrique Aiguë Hôpital Charles Foix - AP-HP HEPARINE ET DERIVES HEPARINIQUES HEPARINE ET DÉRIVÉS

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

Présents :: Mme le Docteur M.P. GUILLAUMONT. Mr le Professeur P. MERTL. Excusés, nous ayant transmis leurs remarques. Mr le Professeur S.

Présents :: Mme le Docteur M.P. GUILLAUMONT. Mr le Professeur P. MERTL. Excusés, nous ayant transmis leurs remarques. Mr le Professeur S. Drr MP GUILLAUMONT Déparrttemenntt d Annesstthéssi ie Réanni imatti ioonn Chirruurrgiccale A Hôôpittall Noorrd CHU AMIENS GESTION PERIOPERATOIRE DES PATIENTS RECEVANT DES ANTICOAGULANTS AU LONG COURS Ces

Plus en détail

Traitement an*coagulant en chirurgie gynécologique. J.- C. Mangin Tours - 21 juin 2012

Traitement an*coagulant en chirurgie gynécologique. J.- C. Mangin Tours - 21 juin 2012 Traitement an*coagulant en chirurgie gynécologique J.- C. Mangin Tours - 21 juin 2012 3 situa*ons cliniques Préven*on de la MTEV en chirurgie gynécologique Prise en charge péri- opératoire des pa*entes

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

Item 236 : Fibrillation atriale

Item 236 : Fibrillation atriale Item 236 : Fibrillation atriale Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Physiopathologie

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. DIU Echocardiograhie Toulouse Mars 2009

FIBRILLATION AURICULAIRE. DIU Echocardiograhie Toulouse Mars 2009 FIBRILLATION AURICULAIRE DIU Echocardiograhie Toulouse Mars 2009 Fibrillation auriculaire prévalence: 0,4% population générale adulte mortalité: x 2 < 60 ans : 1% 75 ans : 10% risque thrombo embolique:

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015

La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL. Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 La réflexion autour de l ambulatoire à l ICL Laure AIMONE-CAT le 01 12 2015 Choix organisationnel de l ICL Présentation du service Ouverture du service en novembre 2013 avec 5 lits Depuis novembre 2014,

Plus en détail

THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES. 1. Introduction. 2. Données générales. 2.1 - Epidémiologie. 2.2- Physiopathologie et histoire naturelle

THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES. 1. Introduction. 2. Données générales. 2.1 - Epidémiologie. 2.2- Physiopathologie et histoire naturelle 1 THROMBOSES VEINEUSES PROFONDES Pierre DJIANE, Alec VAHANIAN 1. Introduction C est l oblitération plus ou moins complète d une veine profonde par un thrombus résultant d une coagulation intravasculaire

Plus en détail

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse

E02 - Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse E02 E02 Évaluation et prévention de la maladie thromboembolique veineuse. I n t r o d u c t i o n L évaluation du risque thromboembolique veineux doit être systématique pour tout patient, hospitalisé ou

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque

Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) et grossesse Facteurs de risque Jacqueline Conard Sce Hématologie Biologique Hôtel-Dieu, Paris Facteurs de risque de thrombose veineuse ATCD de thrombose veineuse

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE De Jean-Baptiste DANSET DES (3ème semestre) Sous la direction du Docteur Aurélie PLESSIER Centre référence des maladies vasculaires du foie Service d Hépatologie Hôpital

Plus en détail

Gestion des Antivitamine K. MH Horellou, Hématologie Biologique Hôtel-Dieu Paris

Gestion des Antivitamine K. MH Horellou, Hématologie Biologique Hôtel-Dieu Paris Gestion des Antivitamine K MH Horellou, Hématologie Biologique Hôtel-Dieu Paris Histoire des médicaments anti-thrombotiques 2 2002 : Fondaparinux Ximelaxatran 1983 : Synthèse du pentasaccharide 1980 :

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011

XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011 XXVIII ème JOURNEE D ANESTHESIE-REANIMATION DE PICARDIE SESSION I.A.D.E. Mercredi 15 Juin 2011 N. LEGRAND I.A.D.E. CHU Amiens L anesthésie en radiologie est confrontée à des contraintes :!Contrainte de

Plus en détail

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance,

Rechercher la cause du surdosage : introduction d un nouveau traitement, automédication/observance, Thème : Prise en charge de toutes les situations nécessitant un arrêt des AVK chez les patients anti coagulés pour une thrombose veineuse profonde : accidents hémorragiques graves, traumatismes crâniens,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Traitement e. Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant TECHNOLOGIE APPLIQUÉE RÉSUMÉ MOTS-CLÉS

Traitement e. Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant TECHNOLOGIE APPLIQUÉE RÉSUMÉ MOTS-CLÉS V. SIGURET 1,2,* Surveillance biologique des patients âgés sous traitement anticoagulant RÉSUMÉ Les patients âgés, souvent polypathologiques et polymédiqués, sont des sujets fragiles à haut risque d hémorragies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ

PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ PRISE EN CHARGE MÉDICALE DE L OBÉSITÉ 13 OCTOBRE 2015 Dr Karine Callé Sibierski CHP de L Europe CSO Idf Ouest plan 2 Objectifs de la prise en charge médicale Les étapes de la prise en charge Focus sur

Plus en détail

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille

Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Réunion de pharmacologiedu CHRU de Lille Institut GERNEZ RIEUX Le 03/10/2013 F BRIGADEAU pôle de cardiologie CHRU de Lille CONFLITS D INTERETS BOEHRINGER

Plus en détail