de l Onema Vers une banque nationale d échantillons des milieux aquatiques continentaux?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de l Onema Vers une banque nationale d échantillons des milieux aquatiques continentaux?"

Transcription

1 N 29 MARS 2015 LES Vers une banque nationale d échantillons des milieux aquatiques continentaux? Un séminaire organisé par les partenaires de l Observatoire de recherche sur la qualité de l environnement du grand Sud-Ouest européen (Orque Sudoe) et. Les 4 et 5 novembre derniers, quelques-uns des meilleurs experts mondiaux des banques d échantillons environnementaux étaient réunis à Pau : deux journées d échanges qui ont mis en lumière l intérêt de ce type d outils pour répondre à des enjeux de gestion des pollutions et de conservation de la biodiversité. De quoi initier la réflexion autour d une possible échantillothèque made in France pour les milieux aquatiques continentaux. Entre 1996 et 2006, la concentration en HBCDD, un retardateur de flamme, a doublé en moyenne tous les deux ans dans les tissus des lions de mer à San Francisco ce qui retrace la dispersion locale de ce contaminant émergent et confirme sa capacité de bioaccumulation. Sur la côte Est du Japon, la chair des moules ne contenait pas de césium-137 avant mars 2011 ce qui permet d attribuer sans équivoque à l accident nucléaire de Fukushima les concentrations relevées depuis lors dans ces mollusques. Dans la rivière Mulde, en Allemagne, la concentration en mercure dans la chair musculaire des brèmes communes a été divisée par quatre entre 1993 et 2009 ce qui documente la diminution de l exposition environnementale à ce polluant après fermeture d une source industrielle. Ces trois exemples illustrent les bénéfices de l exploitation de banques d échantillons environnementaux (BEE), où sont conditionnés et archivés des prélèvements (sédiments, végétaux, poissons ) issus d un échantillonnage in situ standardisé et pérenne 1. Portées au niveau national en Allemagne, aux États-Unis ou au Japon, ces «échantillothèques» y constituent depuis plusieurs décennies un puissant outil pour la recherche, la surveillance des milieux sur le long terme P. D Andra et l orientation des politiques environnementales en matière de contrôle des émissions polluantes. En France, où ce type d approche ne suscite encore qu un intérêt limité des pouvoirs publics, la communauté scientifique affiche pourtant 1 Il existe aussi des banques d échantillons «opportunistes», alimentées par exemple par des biopsies sur des cétacés échoués. 01

2 LES N 29 MARS 2015 des réalisations probantes de la banque d échantillons de bivalves marins alimentée depuis 1979 par l Ifremer aux milliers d échantillons de poissons bancarisés dans le cadre du plan national d actions sur les PCB et de sa déclinaison au niveau du bassin Rhône-Méditerranée. Comment assurer la pérennité de ces initiatives et favoriser leur mise en réseau à l échelle nationale? Dans quelle mesure la France peut-elle se doter d une nouvelle structure dédiée aux milieux aquatiques continentaux? Avec quels objectifs, quels choix techniques, quel fonctionnement économique? Pour amorcer la réflexion sur ces questions, les partenaires scientifiques du projet Orque- Sudoe 2 et l Onema ont organisé, les 4 et 5 novembre derniers à Pau, deux journées d échanges et de débats associant chercheurs et certains acteurs institutionnels œuvrant dans le domaine de l eau. Après une première journée dédiée au partage d expériences internationales, le colloque s est poursuivi par une série de tables rondes visant à identifier les enjeux et les opportunités dans le contexte français. Figure 1 : Exemple d exploitation de la banque d échantillons allemande : étude rétrospective de la concentration en méthyl-triclosan dans la chair de brèmes, entre 1996 et 2008, pour quatre stations situées sur le Rhin (Source : Institut Fraunhofer). En Allemagne, déjà 30 années en banque Considérée comme une référence au niveau mondial, la banque d échantillons environnementaux allemande (GESB) organise l archivage chaque année depuis le milieu des années 1980 d un panel d échantillons prélevés dans les milieux d eau douce, marins, forestiers et terrestres, à partir d un réseau de sites répartis dans tout le pays. Pour les eaux continentales de surface, l effort se concentre essentiellement sur 16 stations en grandes rivières (Rhin, Danube, Elbe, Sarre) et porte essentiellement sur deux espèces largement distribuées, sédentaires et reconnues pour leur capacité à accumuler les contaminants : la brème commune (Figure 1) et la moule zébrée. Deux sites lacustres viennent compléter ce dispositif. Des procédures opératoires standards (modalités d échantillonnage, de préparation, de conditionnement, 2 Le projet d Observatoire de recherche sur la qualité de l environnement du grand Sud-Ouest européen coordonne l effort et les compétences d une dizaine de partenaires (Université de Pau et des Pays de l Adour comme porteur du projet) pour mettre en place des outils innovants pour suivre l évolution de la qualité des milieux marins littoraux sur le long terme. d archivage et d exploitation), détaillées lors du séminaire (Heinz Rüdel, Institut Fraunhofer), sont formalisées dans des guides méthodologiques régulièrement mis à jour. Les tissus biologiques sont réduits en poudre fine homogène par broyage cryogénique, répartis en souséchantillons de 10 g (soit 200 unités pour une brème de 2 kg) et conservés dans l azote liquide à C. En trois décennies, la banque a notamment collecté plus de spécimens de brème, générant échantillons. Placée sous la responsabilité de l Agence fédérale allemande pour l environnement et du ministère de l écologie, la plate-forme est hébergée par l institut Fraunhofer à Schmallenberg ; elle y dispose d un volume de stockage de plus de 80 m 3, soit une soixantaine de réservoirs cryogéniques. Sa maintenance et son fonctionnement mobilisent en continu une équipe de techniciens spécialisés. L ensemble des résultats d analyses des polluants dans les échantillons, effectuées en temps réel (pour les substances suivies en routine, comme le mercure et l hexachlorobenzène) ou a posteriori (pour des contaminants émergents ou dans le cadre d investigations environnementales ciblées), est 02 facilement accessible au public via le site de la GESB : Les possibilités d exploitation des données sont multiples, pour la recherche, la surveillance de la qualité des milieux ou en appui à la réglementation sur les substances dangereuses. Un aperçu en a été donné lors du séminaire (Jan Koschorreck, Agence fédérale allemande pour l environnement) : analyse spatio-temporelle de l exposition de la faune sauvage aux polluants ; suivi d efficacité des actions de gestion ; appui à la détermination de seuils sanitaires pour la consommation humaine ; comparaison des profils de bio-accumulation des substances d une espèce à l autre ou d un organe/tissu à un autre pour optimiser les stratégies de surveillance des substances prioritaires DCE dans le poisson Un exemple d exploitation a posteriori des données a été détaillé lors du séminaire (Nicolas Estrade, Université de Colombie- Britannique, CNRS) : une analyse isotopique du mercure dans la chair musculaire des brèmes de la GESB a permis d interpréter les évolutions des concentrations de ce contaminant entre 1993 et 2009 dans l Elbe et dans deux de ces affluents (rivières Saale et Mulde), et d en retracer les sources principales. Cet examen livre

3 des enseignements précieux sur les processus de formation et de dégradation de la forme bio-accumulable du mercure (le méthylmercure, MeHg), et permet d anticiper les trajectoires temporelles de ce contaminant dans l hydrosystème après élimination des rejets directs. Au Japon, la Time Capsule comme outil d investigation post-fukushima Autre réalisation emblématique, l Environmental Time Capsule japonais est le fruit d une maturation initiée par le Centre national d études environnementales dès 1979, avec la construction du premier pilote de banque d échantillons dans l archipel. Elle s appuie depuis 2004 sur une installation de pointe basée dans la région de Tokyo, où sont centralisés des milliers d échantillons de particules atmosphériques, de sédiments, de poissons, et surtout de moules prélevées de manière systématique sur tout le pourtour du littoral nippon. La banque comprend également des échantillons d ADN d espèces protégées (oiseaux, mammifères, poissons, algues). Comme en Allemagne, cette «machine à remonter le temps» repose sur l archivage à long terme d échantillons, dans des cuves remplies d azote liquide. Deux salles de congélation à - 60 C sont également utilisées. Cette plate-forme s appuie en outre sur un ensemble d équipements de pointe pour l analyse chimique des échantillons. Plusieurs exemples d utilisation de la banque ont été présentés (Akinori Takeushi, NIES) lors du séminaire, notamment pour l étude de la distribution spatio-temporelle, dans la chair des mollusques bivalves, de contaminants émergents comme l acide perfluoro-octane sulfonique (PFOS) ou de contaminants «historiques» comme le DDT. L illustration la plus marquante reste cependant l analyse rétrospective d échantillons de moules, réalisée à la suite de l accident nucléaire de la centrale de Fukushima survenu en mars 2011 : l absence de césium-137 et de strontium-90 dans les organismes prélevés sur les côtes japonaises avant cette date a permis d attribuer l intégralité des concentrations observées en radio-contaminants aux conséquences des fuites du réacteur nucléaire provoquées par le séisme. L analyse a également mis en évidence la très forte augmentation de la présence de HAP dans les milieux côtiers à cette même période, composés émis par la combustion accidentelle de produits pétroliers. Ainsi la Time capsule japonaise s est-elle avérée un outil précieux pour la quantification des dommages portés à l environnement par cet événement, et pour la gestion de leurs conséquences écologiques et sanitaires. L archive américaine : au service des administrations fédérales Intervenant en visio-conférence depuis les États-Unis, le Pr. Paul Becker (National Institute of Standards and Technology) a poursuivi ce tour d horizon international par une présentation de la e Environmental Specimen Bank (MESB). Implantée depuis 2002 à Charleston (Caroline du Sud), celle-ci met ses moyens humains et ses équipements au service de différentes agences gouvernementales, depuis le US Fish and Wildlife Service jusqu au ministère de la Défense ou à la FDA (Food and Drugs Administration). À la faveur de différents programmes de recherche thématiques impulsés par ces administrations, la MESB regroupe aujourd hui des prélèvements issus de plus de spécimens, soit échantillons, dont 68 % de mammifères marins et 24 % d oiseaux de mer, ainsi que des mollusques, sédiments, coraux et poissons. Très axée sur la biologie, elle contribue notamment, via deux programmes dédiés à l archivage de tissus des mammifères marins d Alaska et des oiseaux de mer, au programme international de surveillance et d évaluation de l Arctique (AMAP). Plus largement, elle alimente de nombreux projets de recherche en écologie ou en écotoxico logie, et constitue une ressource de premier plan pour la gestion des ressources aquatiques et la préservation de la biodiversité. Le cas français : des synergies à trouver Ailleurs dans le monde, un nombre croissant de pays développe ce type d instrument. En Europe (Tableau 1), 03 Catherine Galy, Andra : Une structure pensée pour le long terme Pour l écothèque de l Andra, mise en service l an dernier à Bure (Meuse), les études de dimensionnement ont été lancées dès 2008 avec nos partenaires scientifiques (Inra, Ademe, Université de Lorraine ). Une fois fixés les objectifs d échantillonnage, l enjeu était de doter la structure d une capacité d accueil suffisante pour 20 années de bancarisation par exemple, nous estimons remplir en moyenne chaque année 3 % de l espace de stockage sec. À plus long terme, un emplacement est prévu pour doubler la capacité de stockage. Pour la mise en place de l installation, nous avons largement bénéficié de l expérience de l institut Fraunhofer et de l Inra d Orléans. Cette mise en réseau des expertises est essentielle, alors que la communauté française des banques d échantillons environnementaux reste assez peu structurée. En ce sens, l atelier de Pau a été une précieuse occasion d échanger. Ce sera aussi le cas lors de la prochaine conférence internationale, organisée à Nancy les 30 juin et 1 er juillet le Royaume-Uni (échantillonnage des poissons de la Tamise et de rivières de l est de l Angleterre) ou la Norvège disposent déjà d une banque d échantillons opérationnelle. D autres projets d envergure nationale ou régionale sont annoncés. Au Pays Basque espagnol, un partenariat scientifique développe (I. Marigomez, Orque-Sudoe) la Banque d échantillons environnementaux du Golfe de Gascogne (BBEBB), conçue comme un appui à la mise en œuvre sur le littoral gascon des réglementations européennes DCSMM, DCE Elle possède déjà une unité de stockage sec pour la conservation d échantillons d ADN, de coquilles de mollusques et d otolithes de poissons. Elle dispose également de congélateurs à - 40 C et de grande contenance et d une première capacité de stockage cryogénique. De l autre côté des Pyrénées, à Pau, un projet Equipex (Olivier Donard, CNRS-Orque-Sudoe) se concrétisera en

4 2015 par la construction d un nouveau bâtiment accueillant des équipements du même type et une plate-forme analytique de haut niveau, qui travaillera en synergie avec la BBEBB. Un autre projet d envergure a récemment vu le jour en 2014 sous la conduite de l Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) : sur le site pressenti pour accueillir le stockage de déchets radioactifs (Projet Cigéo) à Bure, un périmètre de 900 km 2 est dévolu à un Observatoire pérenne de l environnement (OPE), où est réalisée une surveillance à long terme des écosystèmes locaux. Ce projet transdisciplinaire associe une large palette d outils (C. Galy, Andra) : station atmosphérique, stations de suivi de la qualité des eaux, site expérimental forestier, site expérimental agricole L OPE inclut également une banque d échantillons environnementaux sols, végétaux, animaux, produits alimentaires locaux dans une double perspective alliant recherche et conservation de la mémoire de l environnement (principalement la chimiodiversité). Baptisée «écothèque», cette installation de pointe est opérationnelle depuis quelques mois. Elle a bénéficié à sa conception de l expertise de plusieurs organismes : institut de Fraunhofer, NIST/IRD, Inra d Orléans et UPPA Pau. Les premières stratégies d échantillonnage ont été définies et la bancarisation des échantillons a débuté en L écothèque, outil intégré à l OPE, est localisé au Centre de Meuse/Haute-Marne de l Andra dans un bâtiment dédié, doté notamment de 280 m 2 de surface pour le stockage en sec (échantillons de sols) et de 470 m 2 pour le stockage cryogénique. Ce dimensionnement lui permettra d accueillir l ensemble des échantillons attendus pendant 20 ans et, potentiellement, de mettre à disposition une partie de ses capacités d accueil pour d autres projets. Mais pour l heure, l exemple le plus abouti de banque d échantillons environnementaux en France reste la «mytilothèque» alimentée depuis 1979 par l Ifremer dans le cadre du ROCCH (Réseau d observation de la contamination chimique du littoral qui en 2008 a pris la suite du Réseau national d observation, RNO, qui existait depuis 1974). Cette collection de plus de échantillons de moules et d huîtres, issues de prélèvements annuels sur un réseau pérenne de 80 stations sur le pourtour français de la Manche, de l Atlantique et de la Méditerranée, est aujourd hui conservée à Nantes dans une salle de stockage sec (lyophilisats). Tableau 1 : Principales banques d échantillons environnementaux en activité en Europe (adapté de Koschorreck et al. 2011, Conférence for European Environmental Specimen Banks). Pays Ville Année de mise en place Couverture spatiale Référence/ Pollué Température de stockage Écosystème concerné Type Suède Stockholm 1964 Pays entier R - 25 C Danemark Aarhus 2000 Groenland R - 21 C Îles Féroé Tórshavn 1998 Pays entier R - 25 C Finlande Paljakka/ Helsinki 1994 Pays entier R et P T ambiante Norvège Oslo 2005 Pays entier R et P - 25 C Allemagne Schmallenberg/ Munich 1985 Pays entier R et P Phoques, poissons, moules, œufs d oiseaux, sédiments Mammifères, oiseaux, vers de terre, mousses, boues Phoques, ours, poissons, oiseaux Oiseaux Cétacés, phoques, poissons Phoques Mammifères, herbe, sol Mousses, lichens, graines, écorce et aiguilles de pin Phoques, ours, poissons, moules, œufs d oiseaux, sédiments Mammifères, oiseaux, mousses, boues Plantes, animaux, sédiments et échantillons humains (sang, cheveux) France Nantes 1976 Littoral français T ambiante Moules, huîtres France Pau 2004 Gironde, Landes, Huîtres, bivalves, anguilles, sédiments Pyrénées Aiguilles de pin, feuilles, lichens, sols et matières en suspension France Bure 2009 Bure R T ambiante Feuilles et écorce d arbre, sols, oiseaux, vers de terre, produits alimentaires Royaume-Uni Wallingford/ 2007 Tamise Lancaster Royaume-Uni Cardiff 1992 Angleterre R et P Loutres et Pays de Galles Pologne Varsovie projet Pays entier Plusieurs spécimens représentatifs de chaque écosystème Portugal Braga/Aveiro 2000 Côte R et P Tissus animaux méditerranéenne Espagne Pontevedra 1990 R et P Tissus animaux Espagne Pentzia- Bizkaia 2007 Baie de Biscaye R et P - 40 C Italie Padoue 2002 Côte méditerranéenne Italie Gênes 1994 Antarctique R - 25 C, bivalves, anguilles Vers de terre R et P Tissus animaux Eau de mer, glace de mer, MES, sédiments, poissons, mollusques, éponges Eau, algues macroscopiques, sédiments Neige, sol, mousses, particules atmosphériques 04

5 LES N 29 MARS 2015 Plusieurs exemples probants de son utilité ont été donnés (J-F. Chiffoleau, Ifremer) lors du séminaire. Elle a notamment permis de retrouver des états de référence avant des pollutions accidentelles (comme le naufrage du pétrolier Erika fin 1999, dont la contribution aux teneurs en nickel et en vanadium observées dans Estuaire de la Gironde Milieux aquatiques continentaux : tout reste à faire Cet état des lieux français, bien que non exhaustif 3, met en évidence la valeur mais aussi la relative dispersion des banques d échantillons, opérationnelles ou en devenir, à l échelle nationale. Il souligne la nécessité de pérenniser les ressources existantes et d œuvrer à une meilleure mise en réseau, pour faciliter l accès aux échantillons et leur exploitation. En creux, il souligne enfin l absence actuelle de toute structure de ce type pour les milieux aquatiques continentaux. Ainsi, les échantillons de poissons collectés de 2008 à 2010 dans le cadre du plan national d actions sur les PCB (voir les n 18) sont actuellement stockés sous forme de lyophilisats par l ADIV 4 à la faveur d une convention avec l Onema qui arrive à échéance début Au-delà de la sauvegarde à court terme de ces prélèvements, se pose donc la question de l opportunité, au niveau national, du développement d une banque d échantillons pour les milieux d eau douce (O. Perceval, Onema). Outre les moules a pu être retracée) ; ou de suivre les effets de décisions politiques comme l arrêt en 1986 de l extraction de cadmium dans le bassin de la Gironde, qui s est traduite par une forte réduction de la présence de ce métal dans les mollusques de l estuaire de la Gironde (voir Figure 2) Figure 2 : Exemple de résultats de la mytilothèque. Suivi de la concentration (µg par gramme de poids sec) en cadmium dans la chair des moules de la baie de Marennes-Oléron (en bleu) et de l estuaire de la Gironde (Source : Ifremer). le plan PCB, une demi-douzaine de programmes et d études ont conduit depuis 2008 à des prélèvements dans les milieux aquatiques sur un réseau étendu de sites : cet ensemble pourrait constituer le socle initial d une future banque nationale d échantillons des milieux aquatiques. La pertinence d un tel outil se trouve en outre renforcée par certaines évolutions actuelles de la DCE, qui introduit notamment une surveillance en routine dans le biote pour le prochain cycle de gestion, ainsi que par la création annoncée de l Agence française pour la biodiversité, pour laquelle une échantillothèque serait un véritable atout. Quelles options techniques? Les présentations plénières du séminaire et les tables rondes qui ont suivi ont permis d identifier un certain nombre de points communs entre les principales banques opérationnelles au plan mondial, et d esquisser in fine les contours d un tel outil dans le cadre français, en termes d objectifs et de choix techniques. Ces banques d échantillons, conçues comme des outils nationaux au Baie de Marennes-Oléron service de l intérêt général, ont d abord en commun d avoir été bâties sous l impulsion des pouvoirs publics. Elles sont pour la plupart adossées à des programmes pérennes de surveillance de la qualité des milieux, qui incluent des prélèvements additionnels pour alimenter l échantillothèque sur une base régulière. En France, il serait ainsi naturel d appuyer cet échantillonnage sur l effort de surveillance en routine d une partie des stations du Réseau de contrôle et de surveillance de la DCE le nombre de stations de prélèvement devant bien sûr résulter d un compromis économique. Les espèces échantillonnées (poissons, mollusques, invertébrés) doivent vérifier un certain nombre de critères : être répandues (et le rester à long terme) sur l ensemble des sites de prélèvement, posséder des propriétés de bio-accumulation bien documentées. Le dimensionnement des échantillons et souséchantillons est donc un autre point déterminant dans une perspective d exploitation à long terme. Pour mémoire, dans la banque allemande, chaque spécimen de poisson (des brèmes de 2 kg en moyenne) permet de constituer environ 200 d échantillons de 10 g chacun pour une date donnée. Au Japon, les échantillons composites de moules de 150 g chacun sont répartis en quatre ou cinq tubes. Il apparaît ainsi indispensable de doter la banque, dès l origine, d une politique d utilisation pour prioriser l accès des différents «usagers» de la banque aux échantillons. F. LAMAND Onema La moule zébrée (Dreissena polymorpha) est un mollusque bivalve d eau douce largement utilisé dans le cadre des banques d échantillons environnementaux pour le suivi à long terme des contaminants chimiques. 3 Certaines structures créées récemment au niveau français ne sont pas répertoriées ; c est le cas notamment des «écothèques» associées aux dispositifs d observation et d expérimentation sur le long terme pour la recherche en environnement (SOERE) labélisés par AllEnvi. 4 Institut technique agro-industriel des filières viandes. 05

6 O. Perceval Onema Andra Cryogénisation ou congélation à - 20 C de tissus biologiques lyophilisés, deux options techniques pour la conservation d échantillons sur le long terme. Enfin, le choix des modes de conservation conditionne étroitement l usage qui pourra être fait des échantillons, notamment les types de paramètres qui pourront être mesurés, et le maintien dans le temps de leur intégrité. La conservation d échantillons lyophilisés à température ambiante (utilisée par l Ifremer pour la mytilothèque) est l option la moins coûteuse, mais restreint les possibilités de rétro-analyse. La surgélation à assure une conservation des échantillons sans dégradation des composés chimiques pour une décennie. Les options de cryogénie en phase gazeuse (- 150 C à C) ou en phase liquide (- 196 C), mises en œuvre notamment par les banques allemande et japonaise, exigent un investissement initial et des coûts de fonctionnement significatifs mais présentent des avantages incomparables : ils permettent un blocage très rapide des processus de dégradation et garantissent l intégrité des échantillons pendant plusieurs décennies. Par ailleurs, ce mode de conservation permet d avoir accès à certaines réponses biologiques mesurées à partir de ces échantillons (par ex. des biomarqueurs), permettant de poser un diagnostic sur l état de santé des organismes en réponse à une exposition à un ou plusieurs polluants. En cas d interruption de l alimentation électrique, l inertie thermique des réservoirs d azote liquide présente en outre l intérêt de maintenir l intégrité des échantillons pendant plus de dix jours. Ces éléments ne constituent bien sûr qu un point de départ pour la réflexion, au niveau national, sur l opportunité de développer une banque d échantillons des milieux aquatiques continentaux, qui ne sont pas couverts par les structures existantes. La structuration de ce chantier appelée de ses vœux par le ministère chargé de l écologie, s inscrit dans le cadre du prochain plan micropolluants 2, dans la continuité des recommandations émises à l issue de la mission d évaluation du plan d action sur les polychlorobiphényles. Également, entre temps, des actions de démonstration de l intérêt de ces outils ont été évoquées par le biais de projets collaboratifs autour de la mise en œuvre pratique de ces structures ou pour la réalisation d études d impacts à l échelle mondiale de certains polluants globaux (mercure). 06 Organisation du séminaire Projet Orque-Sudoe/Université de Pau et des Pays de l Adour : Olivier Donard (directeur de l Institut des sciences analytiques et de physico-chimie pour l environnement et les matériaux) et Christelle Bonnemason-Carrere (coordinatrice du projet Orque-Sudoe) Onema : Olivier Perceval (chargé de mission «écotoxicologie», direction de l action scientifique et technique) Les Directrice de publication : Elisabeth Dupont Kerlan Coordination : Véronique Barre (direction de l action scientifique et technique) et Claire Roussel (délégation à l information et la communication) Rédaction : Laurent Basilico et Olivier Perceval Secrétariat de rédaction : Béatrice Gentil, délégation à l information et la communication Maquette : Eclats Graphiques Réalisation : Impression : IME by Estimprim Impression sur papier issu de forêts gérées durablement : Onema : 5 Square Félix Nadar Vincennes Disponible sur :

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Les finalités opérationnelles des

Plus en détail

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives

L IRSN et la surveillance de l environnement. Etat des lieux et perspectives L IRSN et la surveillance de l environnement Etat des lieux et perspectives Didier CHAMPION et Jean-Marc PERES Journées SFRP Paris 23-24 septembre 2009 Objectifs de la surveillance de l environnement 2

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques -

Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - www.seine-aval.fr Cédric Fisson cfisson@seine-aval.fr Qualité de l eau de l estuaire de la Seine - transfert des connaissances vers les partenaires techniques - 1 Séminaire Seine-Aval, Rouen 26-27 novembre

Plus en détail

La COVADIS et le SANDRE. objectif de qualité des données. et inter-opérabilité des données

La COVADIS et le SANDRE. objectif de qualité des données. et inter-opérabilité des données La COVADIS et le SANDRE objectif de qualité des données et inter-opérabilité des données Auteurs : Bernard Allouche, Laurent Coudercy Première rencontre Cerema/Onema Eau et milieux aquatiques, vers de

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France

Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Juin 2011 Qualité écologique des cours d eau en Ile-de-France Evolution depuis 1994 et évaluation pour 2010 Direction régionale et interdépartementale de l environnement et de l énergie d île-de-france

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

NOTE DE PRESSE. Le Générateur d activités des Landes de Juzan : présentation du projet architectural et fonctionnel dans son environnement

NOTE DE PRESSE. Le Générateur d activités des Landes de Juzan : présentation du projet architectural et fonctionnel dans son environnement NOTE DE PRESSE Le Générateur d activités des Landes de Juzan : présentation du projet architectural et fonctionnel dans son environnement 12 Septembre 2013 1 1. Les Landes de Juzan : un site en devenir

Plus en détail

Le cadre : la convention de Cartagena

Le cadre : la convention de Cartagena Le cadre : la convention de Cartagena La convention de Cartagena a été adoptée en mars 1983 à Cartagena de Indias (Colombie) par les Etats de la Caraïbe pour la protection et la mise en valeur de la Mer

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

LE PROJET SETARMS: Analyse comparative des législations nationales concernant la gestion des sédiments marins de dragage en Europe.

LE PROJET SETARMS: Analyse comparative des législations nationales concernant la gestion des sédiments marins de dragage en Europe. LE PROJET SETARMS: Analyse comparative des législations nationales concernant la gestion des sédiments marins de dragage en Europe Nathalie DUMAY Introduction Aire géographique du projet By Ospar Committee

Plus en détail

LE PROJET SETARMS: Comparaison des différentes réglementations existantes en Europe sur le dragage portuaire

LE PROJET SETARMS: Comparaison des différentes réglementations existantes en Europe sur le dragage portuaire LE PROJET SETARMS: Comparaison des différentes réglementations existantes en Europe sur le dragage portuaire Nathalie DUMAY Séminaire sur Les enjeux des sédiments et leur valorisation dans les matériaux

Plus en détail

L air un capital commun

L air un capital commun L air un capital commun devenez partenaire page 3 Édito Édito page 4 Nos missions, nos moyens page 5 Nos champs d action page 6 Concertation et partenariat surveillance dispositifs et protocoles page 7

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002 Inventaire des équipements contenant des Fiche numéro: Date: Inspecteur: A Informations sur la société et le site 1 Nom: 2 Adresse: 3 4 Adresse du site: (si différente de A2) Téléphone: Fax: E-mail: 5

Plus en détail

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA

Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA 20 juin 2011 Vers une Stratégie globale pour la Biodiversité en PACA Annabelle Jaeger, Conseillère régionale déléguée à la Biodiversité 24 novembre 2011 Eléments de contexte Le constat : au rythme actuel,

Plus en détail

Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction mobilité, emplois,carrières. Note de mobilité SG/SRH/SDMEC/2015-758

Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction mobilité, emplois,carrières. Note de mobilité SG/SRH/SDMEC/2015-758 Secrétariat général Service des ressources humaines Sousdirection mobilité, emplois,carrières 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de mobilité SG/SRH/SDMEC/2015758 09/09/2015 Date de mise

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Gestion intégrée de l eau et interactions entre sciences et action publique

Gestion intégrée de l eau et interactions entre sciences et action publique Gilles PINAY Président du CRESEB Gestion intégrée de l eau et interactions entre sciences et action publique Retours d expériences Contact : Laurent Grimault laurent.grimault@region-bretagne.fr 02.22.93.98.04

Plus en détail

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale

Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Expérience du Burkina dans le domaine de la comptabilité environnementale Communication à la 23 ème CASA, Rabat/Maroc, du 4 au 7 décembre 2013 Par Lassina PARE, Ingénieur statisticien économiste Directeur

Plus en détail

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47

ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec. DEMANDE D INFORMATION No. 47 Mars 2015 ENQUÊTE ET AUDIENCES PUBLIQUES DU BAPE Les enjeux de la filière uranifère au Québec DEMANDE D INFORMATION NO.1 DEMANDE D INFORMATION No. 47 Le document d analyse des données de surveillance des

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n

Séminaire RDI2015. P r é s e n t a t i o n P r é s e n t a t i o n Séminaire RDI 2015 Séminaire RDI2015 La politique RDI au service de la gestion de l eau et des milieux aquatiques : point d étape et perspectives Catherine BOUTIN, Irstea, Lyon

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire 15 Novembre 2012 Instance de Suivi et de Concertation AGENDA A/ Les acteurs du consortium A/ Les acteurs du consortium B/ Le projet C/ Les études environnementales

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne

Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Le groupe de travail Espèces exotiques envahissantes Du bassin Loire-Bretagne Coordinateur : Sylvie VARRAY -Fédération des Conservatoires d espaces naturels Avec le soutien de : Séminaire du Centre de

Plus en détail

Gouvernance de la mer et du littoral

Gouvernance de la mer et du littoral Séminaire «Gestion de l environnement marin et côtier» Gouvernance de la mer et du littoral 20 octobre 2011 Biarritz 1 La gestion intégrée de la mer et du littoral, promue par le travail du Grenelle de

Plus en détail

Sud Expert Plantes Développement Durable. Thème COSMETOPEE ---------- 12 participants 8 pays. SEP 2D -Cosmétopée -Restitution session du 11 juin 2012

Sud Expert Plantes Développement Durable. Thème COSMETOPEE ---------- 12 participants 8 pays. SEP 2D -Cosmétopée -Restitution session du 11 juin 2012 Sud Expert Plantes Développement Durable ---------- 12 participants 8 pays PREMIERE REFLEXION: Colloque Cosmétopée Février 2012 à Chartres OBJECTIFS DU COLLOQUE PermettreauxacteursdelaCosmeticValleyetduprogrammeSudExpertPlantes(SEP)de

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Journée d échanges pour la création du futur centre national pour la restauration des rivières

Journée d échanges pour la création du futur centre national pour la restauration des rivières . Mardi 1 er décembre 2015 Cité Internationale Universitaire de Paris Journée d échanges pour la création du futur centre national pour la restauration des rivières Pour construire collectivement le réseau

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Lundi 6 juin 2011 La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Historique du Congrès : Après l Australie (Geelong, octobre 2005) et les USA (Washington,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006.

BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. BILAN STAGE INGENIEUR MRIE 2006. Ce bilan succinct tient compte des évaluations faites par les maîtres de stage sur les étudiants et leurs formations. Ce bilan a été dressé sur 12 élèves ingénieurs (les

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie

De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie Projet ATRACTIV Vulnérabilité des espaces naturels littoraux aux pollutions marines De l état de référence à un cadre opérationnel pour la gestion des pollutions marines en Basse-Normandie Atelier GdR-Amure

Plus en détail

Le Référentiel Géologique DE LA FRANCE

Le Référentiel Géologique DE LA FRANCE Le Référentiel Géologique DE LA FRANCE Présentation du programme principes, objectifs et gouvernance La carte géologique de la France avec la BSS constituent le socle de la connaissance du sous-sol national

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT

LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT La rade de Toulon Toulon St Mandrier /Mer vue depuis le balcon La Seyne / naturel du mont Mer Faron. «Perle bleue méditerranéenne enchâssée

Plus en détail

ADEME - Programme de recherche Service Friches Urbaines et Sites pollués

ADEME - Programme de recherche Service Friches Urbaines et Sites pollués 28 et 29 mai 2013 Gestion des sites et sols pollués Les substances volatiles : caractérisation, modélisation des transferts, surveillance Retour d expérience des projets CITYCHLOR, FLUXOBAT et ATTENA ADEME

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral

Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Projet de SDAGE 2016-2021 Préserver le littoral Code l orientation de Intitulé dans le Sdage 2010-2015 Intitulé dans le Sdage 2016-2021 10A Réduire significativement l eutrophisation des eaux côtières

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6

N 25 juin 2015. Secrétariat de la CCMOSS 1/6 N 25 juin 2015 Secrétariat de la CCMOSS 1/6 ACTUALITES 10 conseils pour simplifier l achat public...... 3 D E F I N I T I O N Qu est-ce que le PNAAPD?...3 R E G L E M E N T A T I O N Sur qui porte l obligation

Plus en détail

HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE

HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE HYDROELECTRICITE ARIEGEOISE LES ENJEUX INSUFFISAMMENT CONNUS D UNE FILIERE PRESENTES PAR LA CCI LE 21 AVRIL DERNIER Parce que l histoire économique de l Ariège est étroitement liée à celle de la valorisation

Plus en détail

La formation des opérateurs en mesure hydrobiologique

La formation des opérateurs en mesure hydrobiologique La formation des opérateurs en mesure hydrobiologique besoins, stratégie et référentiels Nina Dagens, Christian Chauvin Irstea Centre de Bordeaux " Amélioration de la qualité des données de surveillance

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015

Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 9 mars 2015 Accident de la centrale nucléaire Fukushima Dai-Ichi - Décontamination et gestion des déchets - Point de la situation en mars 2015 L accident de la centrale de Fukushima Dai-Ichi (F-1), survenu

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine associés aux sédiments contaminés

Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine associés aux sédiments contaminés Atelier national sur les sites contaminés fédéraux de l Institut des biens immobiliers de l IBIC 2014 Préparation de documents d orientation de Santé Canada sur l évaluation des risques pour la santé humaine

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE

L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE 28 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE L AGGLOMÉRATION CÔTE BASQUE - ADOUR SOUTIENT LE COWORKING À TRAVERS LA CRÉATION DE L ESPACE LA COCOTTE COWORKING À BAYONNE Ils sont designers, graphistes, développeurs,

Plus en détail

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE»

STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020. Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» STRATÉGIE NATIONALE POUR LA BIODIVERSITÉ 2011-2020 Appel à projets «PROJETS INNOVANTS DANS LE DOMAINE DE L INGENIERIE ECOLOGIQUE» 1- Contexte et objet de l appel à projets La France, en tant que Partie

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018

2013-2018. D I N T E R V E N T I O N de l Agence de l eau Rhin-Meuse DOSSIER DE PRESSE. 10 ème Programme DOSSIER DE PRESSE 2013-2018 10 ème Programme Vendredi 12 octobre 2012 Agence de l eau Rhin-Meuse 9h30 >13h00 Contact presse : Dominique Frechin / tél. 03 87 34 48 59 1 Les priorités Les avancées L état des eaux Les causes et les

Plus en détail

"La compensation dans tous ses états"

La compensation dans tous ses états "La compensation dans tous ses états" Présentations des travaux de thèses autour de la compensation (octobre 2010 - septembre 2015) Adeline BAS - Charlène KERMAGORET - Pierre SCEMAMA - Anne-Charlotte VAISSIÈRE

Plus en détail

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS

CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS CAMPAGNE SUBSTANCES DANGEREUSES PLAN D ACTIONS dans le cadre du 9 ème programme de l Agence de l Eau Rhône Méditerranée et Corse Lutter contre la pollution Le 9 ème programme = 14 objectifs phares 2 objectifs

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Appel à candidatures

Appel à candidatures Appel à candidatures Grand Prix national «le génie écologique au service des enjeux de la politique de l eau» 1 - contexte et objet de l appel à projets Le ministère de l Ecologie, du Développement Durable

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014

RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 RAPPORT D ACTIVITE 2013/2014 1 Table des matières 1. LA GESTION DE L OBSERVATOIRE LORS DE CETTE PREMIERE ANNEE 2013/2014 :...3 1.1 ANIMATION...3 1.2 COMMUNICATION...4 2. LES TRAVAUX DE L OBSERVATOIRE :

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37

Les outils et ressources. Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 Les outils et ressources Guides pratiques et méthodologiques 2 Diagnostics, recueil d exemples et annuaires 26 Plateformes collaboratives 37 1 Les guides pratiques et méthodologiques L économie circulaire,

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier

Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Mise en œuvre des mesures compensatoires dans le cadre du déplacement de l A9 au droit de Montpellier Sommaire Le contexte, les enjeux Les différents acteurs Les choix et méthodes de gouvernance La mise

Plus en détail

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive pour l Espace Atlantique équipe de soutien au Plan d Action Atlantique Financé par la Qu est ce que l équipe de soutien au Plan d Action? En

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI

Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI Séminaire annuel : 9 et 10 juin bilan de la première année du réseau OI Contexte Le réseau des acteurs de l eau et l assainissement de l Océan Indien, lancé il y a un an, est aujourd hui bien identifié

Plus en détail

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges

Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Mission d expertises techniques, démarche HQE et audit énergétique de 100 collèges Conseil Général des Hauts de Seine En partenariat avec les bureaux d étude Trivalor et Nextep Cette action a comme principal

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2010

TABLEAU DE BORD 2010 TABLEAU DE BORD 2010 S Le tableau de bord du SDAGE en quelques mots Aide à la lecture Suivi du bon état des eaux Gérer les conditions favorables à une bonne gouvernance Orientation A Les structures de

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale APPEL A PROJETS ACTIONS EN SANTE-ENVIRONNEMENT Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale Cahier des charges I. PREAMBULE La population française est de plus

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail