Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités"

Transcription

1 NOVEMBRE 2011 / Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités Enseignements généraux INTRODUCTION L étude Cette étude vise à alimenter la définition des perspectives d évolution des implantations économiques dans le cadre de l élaboration conjointe du SCOT de MPM et de la révision générale du PLU de Marseille. Les résultats attendus sont un benchmarking des formes économiques urbaines développées actuellement sur d autres territoires de configurations urbaines voisines de celles de Marseille pour l accueil d activités (artisanat, PMI, petite logistique, bureau ), ceci selon des logiques : de fonctionnalité (réponse aux besoins des entreprises) ; de densité ; de mixité, notamment avec les fonctions d habitat et de services. L identification et caractérisation des projets se décline : selon le type de produits immobiliers ; selon deux types d échelles : le bâtiment, et le site (opérations d aménagement, îlot ) ; et en fonction du contexte urbain. Le benchmarking est ciblé sur les produits suivants : Hôtels d activité ; Hôtels industriels ; Locaux mixtes (bureaux/activités) ; Bâtiments mixtes (habitat/activités) ; Hôtels technologiques ; Hôtels logistiques ; Zones d activité en tissu urbain : - nouvelles zones d activité ; - densification de zones existantes ; - friches et territoires industriels en reconversion.

2 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités novembre Les villes "benchmarkées" comprennent en priorité Paris, les premières couronnes parisiennes, Lyon, Lille, d autres grandes villes de province et Barcelone. Le benchmark porte sur des territoires de ces villes soumis à des problématiques comparables à celles des différents secteurs d études de Marseille ; par exemple pour le territoire Nord Littoral on a recherché parmi des territoires arrières portuaires, des faubourgs anciennement industriels (en voie de mutation ou en renouvellement urbain) et/ou avec des projets de requalification de zones d activité. FORMES URBAINES 1. Hôtels d activité Les hôtels d activités sont fréquents en zone urbaine dense et dans les quartiers industriels et portuaires en mutation. Ces hôtels d activité permettent de concilier densité et maintien des activités dans la ville dense. Ces produits peuvent être de simples remises à niveau de friches industrielles (valorisation conjointe du patrimoine industriel) ou bien des locaux neufs. Ils ont été particulièrement développés à Paris et à Montreuil dans les années 1980 à 2000, s accompagnant de l affirmation de principes clairs en faveur du maintien de l activité en ville, et plus récemment à Lille, mais aussi dans la petite et la grande couronne parisienne, et dans les villes moyennes, où ces formes urbaines sont communes, avec des produits précis (par exemple à Tulle). Ils sont considérés avec intérêt dans les études économiques lyonnaises. Les hôtels d activité fonctionnent et s intègrent bien dans la ville dense (centre-ville, quartiers industriels et portuaires en mutation), avec des fonctionnalités adaptées en particulier aux activités d artisanat et de petite production, et aux activités un peu plus tertiaires et à plus forte valeur ajoutée comme les industries créatives. Ils accueillent souvent une grande diversité d activités, comme les services aux entreprises (gestion, informatique), industries créatives, haute technologie, petite production Ce sont des produits denses (entre R+3 et R+6 à Paris). Ils peuvent s insérer dans différents types de tissus urbains denses : tissu ancien très dense (où ces activités peuvent être regroupées dans un seul îlot voire un seul immeuble), boulevards urbains, quartiers industriels et portuaires en mutation et se décliner de l hôtel artisanal à l immeuble d activité de "standing". Ils présentent des fonctionnalités adaptées aux entreprises (plateaux, monte charges, hauteurs de plafond, charges au sol, entrées séparées personnel et livraisons, etc.). Ils peuvent le cas échéant s insérer dans des îlots présentant une

3 Enseignements généraux 3 mixité de fonctions activités-habitat-commerces. Ils fonctionnent généralement avec des loyers plafonnés pendant un certain temps (comme c est le cas à Paris). Les limites Ils sont généralement moins adaptés pour des activités présentant des contraintes fonctionnelles fortes (activités industrielles et logistiques), et pour les PMI ayant des besoins en surfaces annexes (stockage, etc.). Leur mise en œuvre demande une politique volontariste des collectivités et des montages intégrant des aides publiques ou en foncier, permettant notamment de plafonner les loyers. Ces produits tendent à s opposer aux tendances lourdes du marché foncier et immobilier dans les villes comme Paris et sa proche banlieue, ils peuvent aussi permettre d anticiper des mutations économiques (exemple de la filière multimédia à Montreuil). Houplines, communauté urbaine de Lille Impasse Bouvier, Paris Cité Aubry, Paris Ils constituent des outils prometteurs pour le maintien, l organisation, voire le développement de l activité dans la ville très dense. Ils présentent des performances intéressantes : immeubles entre R+ 3 et R+6 en zone dense, COS entre 2 et 3, fonctionnalités adaptées pour les entreprises, etc. Mais leur mise en œuvre exige une politique volontariste des collectivités et des montages financiers intégrant des aides publiques. CAP Fleurus, Montreuil CAP 2, Montreuil Tulle Tulle

4 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 4 novembre 2011 TYPE DE PRODUIT BÂTIMENTS 1. Hôtels d activité (produits standards) LOCALISATION / TYPE DE TISSU Tissu urbain très dense : centre de Paris. EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES FONCTIONNALITÉS Hôtels pour artisans (3) : Cité Aubry, Allée verte, Beauharnais. Artisans, artisanat d art. R+3 à R+4, COS : 2 à 3. Densité d emploi variable. Monte-charges intégrés, parkings en surface, entrées livraisons. Tissu urbain dense : proximité du boulevard périphérique parisien. Hôtels non spécialisés (10) : Le Dorian, Bisson. Hôtels non spécialisés (8). Exemples : Bastion Masséna. Petite production, recherche hospitalière, quelques services. Immeubles peu adaptés pour de l activité extensive. Activités diverses, un peu plus tertiaires et High Tech / avec petite production. Immeubles peu adaptés pour de l activité extensive. R+3 à R+4, COS : 2 à 3. Densité d emploi : variable de (7 à 29,5 m² pour 1 emploi) Entre R+4 et R+6 Monte-charges intégrés, hauteur de plafond élevée, plateaux, entrée pour les livraisons avec quai sur cours ou sur la rue, aires de livraison (le +souvent). Monte-charges, hauteur de plafond élevée, plateaux, entrée pour les livraisons avec quai sur cours ou sur la rue, aires de livraison (le + souvent). Petite couronne parisienne. Montreuil : 35 CAP. Exemples : CAP Fleurus, Chapal, CAP Kléber, CAP 1 et CAP 2, CAP Rousseau / CAP Valmy, CAP Gaillard, Friche Dumas. Activités diverses avec filières dominantes : industries créatives et urbaines, services aux entreprises, commerce de gros. Activités productives et extensives très minoritaires. Entre R+1 et R+6. Un COS moyen de 1,5 des CAP du bas-montreuil, Densité d emploi : la moyenne est de 43 m² par emploi. Réflexion poussée sur l intégration physique des activités : accès, stationnements, livraisons en cœur d îlot. Plateaux pour les activités. Saint-Ouen : réhabilitation ancienne usine. R+2 Montrouge Industries créatives, activités de service et de conseil. R+6 Aulnay R+1 à R+2, 16 ateliers avec mezzanine de 95 à 220 m² 2. Hôtels industriels (rares) Petite couronne parisienne. Pantin : centre d activité de l Ourcq. Activités mixtes : logistique, commerce de gros, services aux entreprises. R+2. SHON m². Entre 15 et m² d emprise au sol. Locaux d activité de grande hauteur. Forte charge au sol, Cour intérieure à deux niveaux permettant la desserte en véhicules lourds. Montreuil : Mozinor. Clichy, entreprise Béchet Montreuil OCE. Imprimerie, métallurgie, ateliers d artistes Peinture intérieure. Fabrication de matériel de plomberie -zinguerie. R+3, lots de 531 à m², m² de planchers industriels m² d espaces verts. Hauteur de plafond : 6,30 m. R m². Parkings, aires de déchargement m 2 de voirie intérieure. 2 rampes d accès pour les camions, plateaux articulés autour d une zone centrale. La parcelle traversante trouve un accès de service direct pour ses entreprises situées en cœur d îlot. Pantin : ateliers Hermès. Ateliers de fabrication : production de sellerie et maroquinerie de la firme. 5 bâtiments en R+5, total de m².

5 Enseignements généraux 5 MIXITÉ INTÉGRATION URBAINE PRIX MODE DE PRODUCTION Compatible avec tissu mixte (logements /activités) et très dense. Compatible avec tissu mixte /très dense. Activités diverses, plusieurs cas de mixité équipements/activités et de mixité commerces/ activités à l îlot. Cohérence totale avec les immeubles résidentiels alentour. Permet de regrouper ces activités dans des îlots spécifiques. Architecture cohérente avec les immeubles de logement situés à proximité. 130 à 180 euros HT HC pair /an. 100 à 260 euros le m 2. Loyers généralement plus élevés que les précédents. Loyers plafonnés pendant 7 ans. La ville a acheté et cédé les terrains. Loyers plafonnés. Gestionnaires divers. Activités diverses, locaux indifférenciés. Profil un peu plus tertiaire que les précédents. Immeubles semblables aux immeubles d habitation. Offre de grande qualité esthétique. 150 à 190 euros le m 2. La ville continue à construire de nouveaux immeubles d activité. Une majorité d opérations mixtes à l îlot : bureaux-activités-logements-commerces (ex : ZAC Beaumarchais). Rôle prescriptif du PLU en matière de densité et de mixité urbaine. Politique volontariste en faveur de la mixité urbaine (soutien à l activité) à l échelle d un quartier dans un contexte de tertiarisation rapide. Reconquête des friches industrielles et mise en valeur du patrimoine industriel. Loyer entre 50 et 190 euros en seconde main (Mozinor). Ville à l initiative des premières opérations. À partir de 1995, partenariat entre commercialisateurs, demandeurs et promoteurs investisseurs. Arrêt récent des préemptions. Grande mixité d activités extensives + services. Bâtiment en ossature d acier d un seul tenant au droit d un boulevard urbain. Grande qualité architecturale. Loyer de 220 à 290 euros en neuf, et 50 euros en seconde main. Gestion publique par SADEMO depuis 1973.

6 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 6 novembre Hôtels industriels (activités extensives) Les hôtels industriels sont des produits rares en ville dense. Cependant des tentatives ont eu lieu de conception d immeubles d activité avec accès des poids lourds en étage, comme à Montreuil (le Mozinor), mais ils ne sont pas forcément utilisés aujourd hui par un type d activités lié à ces fonctionnalités (le Mozinor accueille ainsi des ateliers d artistes). Mozinor, Montreuil Certains produits existent aux portes de Paris ; c est le cas du centre d activité de l Ourcq-Pantin qui fonctionne bien, à des coûts raisonnables. D un seul tenant, ils se rapprochent de la catégorie des espaces d activité (surface minimum). Des réflexions en cours dans la logistique, avec les produits Sogaris, proposent une mixité bureaux-entrepôts-quais de messageries dans un seul bâtiment.. Enfin, plusieurs cas intéressants ont été observés concernant la relocalisation et l intégration urbaine de PMI d activités de fabrication en proximité immédiate de Paris. Mais il s agit alors d une seule entreprise. Centre d activité de l Ourcq, Pantin Les limites Le produit étudié à Pantin date des années quatrevingt dix et demeure plutôt exceptionnel en proximité de Paris. Les hôtels industriels nécessitent des emprises au sol importantes et devenues rares dans la ville dense. Hôtel industriel Béchet, Clichy Cf. tableau page précédente Les hôtels industriels constituent un produit peu développé pour le maintien ou pour le regroupement d activités industrielles ou logistiques dans la ville dense ou en mutation. Parmi les rares exemples on citera le cas de Pantin (R+3 proposant une mixité bureaux-entrepôts-quais de messagerie sur à m² d emprise au sol). Ateliers Hermès, Pantin

7 Enseignements généraux 7 3. Locaux mixtes (bureaux-activités) Les locaux mixtes constituent une réponse intéressante à l évolution du secteur productif du fait de l augmentation de la part des bureaux dans certaines entreprises, de la mixité bureaux/activités dans les quartiers en mutation, de la polyvalence des locaux et de l'essor des activités créatives. La Tossée/l Union, Lille communauté urbaine Les professionnels distinguent généralement : Le local d activité PMI, avec un accès en rez-de-chaussée ou en étage avec rampe d accès, une hauteur sous plafond de 3,5 à 7 mètres, une charge au sol de 1,5 tonne/m² à 3 tonnes/m², un quai de déchargement pour camionnettes, une polyvalence des surfaces et une plus ou moins grande mixité activités-bureaux. Les locaux PME-PMI, composés d un local d activité d une hauteur de 4 à 6 mètres et d une proportion de bureaux inférieure à 30%. Enfin, les locaux mixtes, d une hauteur de plafond de 3,5 à 5 mètres, en R+1 ou R+2, d apparence tertiaire, associant des bureaux (au moins 40% contre moins de 30% pour les locaux PME-PMI) et des locaux d activité destinés à des activités légères avec des contraintes fonctionnelles (livraison, stockage) plus réduites. Aucun cas de locaux mixtes n a pu être observé dans les tissus de type centre-ville. Ces locaux se développent dans les quartiers de type périphériques de grandes villes. Parc des portes de Paris, 287 Avenue des magasins généraux, Aubervilliers Parc des portes de Paris, 521 rue Waldeck Rochet, Aubervilliers TYPE DE PRODUIT 3. Locaux mixtes (bureaux-activités). LOCALISATION / TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES FONCTIONNALITÉS Paris : périphérique. Porte des Lilas RDC activités, bureaux en étage. Petite couronne parisienne. Grande couronne parisienne. Grandes agglomérations de province. Saint-Denis Aubervilliers Choisy-le-Roi RdC activités, bureaux en étage. RdC activités bureaux en étage. R+8 R+6 SHON m² R+3 SHON m² De à m² de SHON. Modulable. Les Mureaux Modulable. Accès poids lourds. Portes sectionnelles permettent la desserte des véhicules utilitaires. Hauteur sous plafond 6,09 m. Lille Bordeaux Rdc : petite production étages : services. R+3

8 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 8 novembre 2011 Les locaux mixtes "classiques" abritent le plus souvent des activités en rez-de-chaussée et des bureaux dans les niveaux supérieurs et sont réalisés en neuf ou par réhabilitation (Lille, Bordeaux, Marseille). Ces opérations de réhabilitation contribuent à la fois au traitement des friches industrielles ou portuaires et à la valorisation du patrimoine industriel et portuaire. On trouve à présent des formes plus denses, comme à Lille avec un immeuble R+3, voire récemment un R+8 comme à la Porte des Lilas, à Paris (dans le cadre d une ZAC intégrant un programme de logements et des locaux d activités inclus dans des immeubles mixtes industrie/ tertiaire, combinant ainsi densité et mixité fonctionnelle à destination d entreprises artisanales et de PME variées. Les produits modulaires se développent. La modularité des locaux est devenue un argument essentiel et beaucoup de nouveaux programmes essaient de développer cette dimension, qui favorise la multifonctionnalité des locaux. Ce type de produit est développé en grande couronne parisienne (par exemple aux Mureaux). Certaines opérations, plus rares, proposent également une modularité complète, pouvant intégrer des activités plus extensives : bureaux, locaux d activité, parkings souterrains ou stockage en sous-sol, avec accès poids lourds (Choisy-le-Roi) dans un concept assez novateur. Les limites Certains produits modulaires trop audacieux ou mixtes ont échoué par le passé. Il y a donc une réelle nécessité de concevoir des produits plus ciblés par rapport à la demande et au marché. Les produits modulaires adoptent des formes très diverses, il n y a donc pas de produits standards. Ils constituent des produits risqués pour les investisseurs compte tenu de la difficulté fonctionnelle à faire cohabiter bureaux et activités, mais le développement de produits modulaires peut être une solution par rapport à un marché urbain caractérisé par une grande mixité des activités. Les produits rencontrés vont de R+1 à R+8 avec des SHON comprises entre et m 2. Modul air, Choisy-le-Roi Modul air, Choisy-le-Roi

9 Enseignements généraux 9 4. Bâtiments mixtes logements-activités Les nouvelles opérations "communicantes" récentes sur ce sujet sont des produits le plus souvent "haut de gamme", comme l opération Mac Donald (un ancien entrepôt de m²) ou celle de Brûlon-Cîteaux. Les pistes de réflexion plus fécondes concernent souvent des projets au niveau de l îlot. On citera à titre d'exemples la ZAC Beaumarchais et le CAP (Centre d Activités de Pointe) de Montreuil qui relèvent de projets plus élaborés d intégration dans un même îlot d activité et de logements. Ces opérations relèvent toutefois davantage du contexte des années que d opérations récentes. Ces opérations restent assez rares, a fortiori lorsqu elles concernent des activités de fabrication, de logistique ou d artisanat. ZAC Beaumarchais TYPE DE PRODUIT 4. Bâtiments mixtes (habitat / activités) LOCALISATION / TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES MIXITÉ INTÉGRATION URBAINE Paris Mac Donald Bureaux-commerceéquipements. Logements. Activités (un peu). Montreuil Brûlon-Cîteaux Beauharnais ZAC Beaumarchais / cap 89 Artisanat d art et nouvelles technologies. Artisanat intégré dans une opération d ensemble. Service aux entreprises, BTP, services. R+ 3 Un ancien entrepôt de m² transformé en une opération mixte. R+ 3 R+5 bâtiment 1 étage pour activités plus logistiques. Une opération mixte emblématique, mais dans laquelle la place à l activité est réduite. Mixité des activités + centre commercial à l échelle de l îlot. R+3 Îlot Opération intégrée dans le cadre d une grande opération d aménagement (Paris Nord-Est). Site conçu comme un cœur d îlot, avec différenciation des fonctions et des activités. Opération Macdonald, Paris

10 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 10 novembre Hôtels technologiques Les hôtels technologiques sont développés depuis une quinzaine d années dans les sites technopolitains de la plupart des grandes agglomérations (Lyon, Montpellier, Bordeaux, Marseille, grande couronne parisienne ). Certains quartiers industriels et portuaires en mutation (à Barcelone ou à Lille) et certains anciens bâtiments industriels remarquables font ainsi l objet de transformations en pôles technologiques. Le cas d Euratechnologies à Lille est sans doute le plus emblématique. Les limites Les prix encore trop élevés en tissu dense. La politique des hôtels d activités à Paris comporte aussi une offre haut de gamme pour les activités innovantes en tissu urbain dense, activités qui ne relèvent donc pas seulement des espaces technopolitains et peuvent être amenées à requérir des équipements spécifiques nécessitant de grands volumes (animalerie, salles blanches, etc.). L immobilier pour l innovation se développe même en tissu urbain dense (en région parisienne). Les bâtiments sont des R+ 3 à R+4 avec des surfaces variables (entre m² et m²). Mais la question des coûts de sortie demeure parfois un obstacle en tissu dense, nécessitant une intervention publique. Immeuble Losserand, Paris Immeuble Losserand, Paris Projet d hôtel Technoptic à Marseille, Château Gombert

11 Enseignements généraux 11 TYPE DE PRODUIT 5. Hôtels technologiques LOCALISATION / TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES FONCTIONNALITÉ Paris Biopark Biotech R+4, m² Laboratoires, plateaux privatifs Plug and Play, salles techniques Vauvenargues Image-création R+ 3 Losserand TIC R+4, m² Brûlon-Cîteaux Artisanat d art R+5, m² Belleville Numérique Espace livraisons en rez-de-chaussée. Lille Euratechnologies TIC R+ 3 Barcelone Poble Nou TIC R+ 3 Grandes villes de province Montpellier Marseille Lyon Bordeaux Biotech-TIC Optique-photonique Biotech Divers 6. Hôtels logistiques Il existe un contraste fort entre la prise de conscience d une nécessité de maintenir (voire de faire revenir dans certains cas) la logistique d approvisionnement en proximité et dans les villes, et la faiblesse de l offre en matière de nouveaux produits logistiques. Des réflexions existent par exemple sur l entrepôt à étages mais sont peu appliquées. Les produits les plus intéressants sont ceux proposés par Sogaris, qui décline aujourd hui une gamme de produits entre la plate-forme de logistique urbaine mutualisant différentes fonctions logistiques (messagerie, e-commerce, bureaux, etc.) et l espace logistique urbain (moins de m²) en passant par l hôtel logistique (entre 5 et m²). Les seuls produits réellement existants sont la plateforme Sogaris de Marseille et le quai de messagerie Sogaris à Créteil. Le seul produit réellement réalisé est la plate-forme Sogaris de Marseille et Créteil. Des préoccupations nouvelles, avec notamment l esthétique d intégration de la logistique urbaine, du commerce de gros et du BTP, apparaissent néanmoins et se traduisent par plusieurs opérations intéressantes (l opération Métro à Paris, les Marchés d Intérêts Nationaux à Rungis et Corbas, Lafarge à La Capelette). Les limites Les terrains concernés par des projets d hôtels logistiques sont souvent concurrencés par d'autres vocations plus rentables (logement notamment). Le nouvel immobilier logistique est encore trop cher et n a pas encore trouvé son marché en tissu dense. Le nouvel immobilier logistique reste embryonnaire. Le nouveau quai de messagerie de Créteil (5 000 m² dont m² de Bureaux m² d entrepôts) donne une tendance. La plate-forme de Sogaris à Marseille en est également une illustration. L esthétique des bâtiments logistiques (entrepôts, etc.) constitue aussi une piste importante pour renouveler les zones logistiques urbaines. TYPE DE PRODUIT LOCALISATION / TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES 6. Hôtels logistiques Petite Couronne Créteil Hôtel logistique m². Province Bordeaux Stockage Entrepôt à étages Prologis. Étranger Hôtel Sogaris, Bruxelles

12 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 12 novembre 2011 Hôtel logistique proposé par Sogaris pour Paris et les grandes villes régionales Quai de messagerie Sogaris à Créteil Entrée du MIN à Rungis (projet Franck Hammoutène)

13 Enseignements généraux Nouvelles zones d activité en tissu urbain Les professionnels de l immobilier constatent régulièrement que la demande immobilière des PME ne faiblit pas, mais ils s aventurent peu sur ce type de produit dans le tissu urbain, si ce n est sous la forme de parcs d activité en proche périphérie. Selon CBRE en Ile-de- France, trois quarts des locaux d activité mixtes mis sur le marché en 2007 l ont été dans ce cadre. Zone d activité CAP 18, Paris Paris est plus fluide que sur le périphérique). 45 zones de ce type ont été produites depuis Le type d activité qui s y localise est très majoritairement constitué par des activités dévolues au fonctionnement urbain : distribution et logistique urbaine et services techniques rendus en flux tendus. La majorité de ces opérations se situent entre et m², avec des bâtiments en R+1 et des COS autour de 0,5. Les prix varient entre 80 et 110 euros le m² pour l activité. Les opérations ont été généralement réalisées par des promoteurs qui ont acheté les terrains. La zone CAP 18 à Paris (15 ha, m² de SHON et un COS de 0,4) regroupe notamment sur un même site des activités de distribution urbaine, un hôtel industriel et des services techniques de la ville, mais sa création date d une vingtaine d années (1983). La tendance la plus intéressante observée est l apparition d une nouvelle génération de parcs d activités dans la zone métropolitaine dense de Paris, en petite couronne parisienne, à proximité de l A 86 (à partir de laquelle l accessibilité à Le succès de ces opérations semble reposer sur : une taille suffisante (5 000 m² au moins) pour susciter l intérêt des investisseurs, avec des coûts contrôlés par la standardisation d une offre destinée à des besoins sur mesure ; une attention à la bonne gestion du site, avec des services (sécurité, entretien, restauration) que la taille des opérations permet de mutualiser ; une accessibilité autoroutière, stratégique pour l activité de ces PME ; la recherche par les entreprises de locaux polyvalents (avec une part du bureau qui augmente), et d une image qualitative (architecture du bâti, insertion paysagère, haute qualité environnementale). Ces produits ne sont pas orientés en priorité sur des densités très élevées (COS de 0,5) ou sur une grande variété d activités (standardisation de l offre), mais ils TYPE DE PRODUIT LOCALISATION / TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES FONCTIONNALITÉ INTÉGRATION URBAINE PRIX MODES DE PRODUCTION 7. Nouvelles zones d activité Paris Cap 18 Distribution urbaine, services techniques, PME. 15 ha m² de SHON COS de 0,4 Terrains cédés aux investisseurs. Petite et moyenne couronnes parisiennes. 11 exemples dont 9 parcs d activité pour PME classiques Distribution et logistique urbaine, services techniques rendus en flux tendus. R+1 Opérations entre et m² COS de 0,5. Locaux polyvalents. Accessibilité autoroutière. Bonne image des sites : architecture du bâti, insertion paysagère. Haute qualité environnementale. Entre 80 et 110 euros

14 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 14 novembre 2011 Péripark, Gennevilliers prennent place dans la zone dense, proposant un immobilier polyvalent, multi-fonctionnel, multi-usage, évolutif, sur des tènements relativement restreints (12 à m² en moyenne). ou de "quasi -bureau" pour des TPE, que d un produit adapté pour des PME variées. Les limites Aucun nouveau produit particulièrement dense n'a été rencontré. On citera deux cas spécifiques : La zone des Bonnettes à Arras, construite entièrement en R+2, mais pour des activités tertiaires (parc d affaires), pour lesquelles la construction en étage est commune ; Une zone d activité très contemporaine dans l ancienne zone arrière portuaire d Amsterdam, qui relève plus d un type atelier (espace très réduit), de bureau Il existe une forte demande des entreprises de nature à permettre la construction de nouveaux parcs d activité par le privé en proche périphérie des villes. Certains produits offrent une certaine compacité prometteuse pour le maintien d activités en zones urbaines. D une emprise au sol de 12 à m², ils présentent un COS autour de 0,5 avec des bâtiments en R+1. Parc d activité de l Étoile, Villeneuve-la-Garenne

15 Enseignements généraux 15 Parc d activité de l Étoile, Villeneuve-la-Garenne 8. Densification des zones d activité existantes en ville dense Les zones d activité situées dans les quartiers industriels ou portuaires sont souvent peu denses, déqualifiées, obsolètes et peu ouvertes sur la ville. Elles offrent en revanche des conditions de loyer soutenables permettant le maintien d un tissu de PMI-PME dans la ville dense, mais dans des espaces sans qualité. Le benchmarking réalisé ici renseigne sur les tentatives de requalification et de densification des zones urbaines. La densification Les études de Lyon et de Saint-Nazaire sur la densification des zones d activité ouvrent des pistes intéressantes en la matière. La densification passe néanmoins le plus souvent par une modification des produits. Augmenter les densités grâce au bâti Il y a tout d abord la possibilité d élever les bâtiments sur plusieurs niveaux : avec la réalisation de systèmes de rampe pour les activités de production ou plus simplement de monte-charges tels qu ils existent dans les hôtels d activité parisiens, avec l assouplissement des limitations des hauteurs de bâti dans certaines zones. Cette solution est préconisée pour : les zones d activités mixtes, dans l optique de ne construire que des produits à étage ; les zones d activité industrielles pour implanter des surfaces de stockage sur deux niveaux ; les zones d activité artisanales pour implanter des produits indépendants mitoyens ou collectifs de type hôtels d activité ; les parcs technologiques où les écrins de verdure, qui participent à l attrait des sites, peuvent être conservés mais en visant une densité (et donc une hauteur) doublée, ce qui n est pas forcément préjudiciable à leur concept. Pour les zones d activité logistiques en revanche, proposer des bâtiments à étages ne semble pas encore envisageable aujourd hui. D autres options envisagées dans ces études sont : harmoniser les densités vers 1,5 pour les zones d activité mixtes en ville (cette solution est envisagée pour Lyon, mais reste ambitieuse pour Marseille) ; de doubler voire tripler les densités des parcs d affaires et des parcs technologiques, en supprimant les règles de densité, mais sans changer la conception paysagère ; enfin, il est possible d augmenter l emprise au sol des bâtiments sur une même parcelle, notamment grâce à l imposition de Coefficient d Emprise au Sol minimum, avec par exemple la proposition d un CES minimum de 0,5 pour les zones d activité logistiques ou industrielles.

16 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 16 novembre 2011 TYPE DE PRODUIT 8. Zones d activité existantes. LOCALISATION / TYPE DE TISSU Grandes agglomérations. EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES Lyon : préconisations. Toutes zones. Préconisations de densité 0,5. Zones d activité économiques mixtes. Ne construire que des produits à étages. Harmoniser la densité vers 1,5 en ville. Zones d activité industrielles. Implanter des surfaces de stockage sur 2 niveaux. CES min : 0,5. Zones d activité artisanales. Parcs technologiques. Implanter des produits collectifs de type hôtels d activité. Garder les "écrins de verdure" mais doubler la densité par la hauteur. Rationaliser les stationnements Il est possible de limiter l emprise au sol des stationnements des salariés à l échelle de la parcelle ou de la zone avec des parkings en silo ou intégrés aux bâtiments. Pour les zones d activité économiques mixtes, une des solutions est de supprimer au maximum les stationnements de surface pour les produits autres que logistiques. Les deux études ci-dessus donnent des indications intéressantes pour la densification et le renouvellement urbain des zones d activité des grandes agglomérations. On citera l exemple des préconisations générales pour les zones d activité lyonnaises (qui prévoient notamment systématiquement un COS supérieur ou égal à 0,5). peut être mise en place en regroupant les espaces bâtis des différents établissements ou en privilégiant les espaces de stockage en fond de parcelle. Dans l optique d une meilleure mixité urbaine, les principaux enjeux portent sur l intégration urbaine, l ouverture sur la ville, une plus grande porosité entre la zone d activités et la ville. L autre question est celle de la mixité interne à la zone d activités : mixité des activités (bureau/activités notamment), voire mixité logements/ habitat. Ce dernier aspect apparaît très prématuré pour les zones d activités existantes, qui sont par ailleurs le plus souvent classées en UE. Aucun cas probant de requalification ou renouvellement urbain de zones d activités avec un objectif principal de maintien des activités sur place n a pu être rencontré. La requalification La requalification des parcs d activités se limite souvent aujourd hui aux enjeux d accessibilité et de desserte, d offre de services aux entreprises et aux salariés, de sécurité, d environnement, et de signalétique. La question du renouvellement urbain et économique des espaces d activité existants (hors le sujet des friches industrielles) a été moins explorée. Sans se prononcer sur le fond (le maintien de PME-PMI en ville), le benchmark s est intéressé aux processus de réflexion sur deux zones d activités. Ces deux cas sont ceux de la zone Cartier Bresson, à Pantin, en proximité immédiate de Paris, et plusieurs zones d activités de Gennevilliers, dans la petite couronne parisienne, dans un secteur marqué par la présence des infrastructures de transport fluviales, ferroviaires et autoroutières. Concernant l esthétique et la mutualisation du stationnement des parcs d activités, une des solutions consiste à changer la disposition des parcelles. Cette solution Le premier de ces deux cas illustre bien la problématique de l intégration urbaine de la ZA à travers le maillage proposé, et les questions de densification, de connexion

17 Enseignements généraux 17 aux nouveaux pôles de transport, et de valorisation des franges et du patrimoine industriel. La ville entend à moyen terme faire muter ce site vers un "éco-pôle" en limitant notamment les activités génératrices de nuisances, consommatrices d espaces, ou faiblement créatrices d emploi. À Gennevilliers l objectif est d avantage orienté vers la "renaturation" d un secteur industriel sans qualité urbaine (incluant à la fois zone industrielle et zone résidentielle) dans la logique de l aménagement paysager du Grand Paris. L objectif de densité est assuré par la création "d hôtels industriels" et de structures de parkings plus économes en espace. La proposition d un COS de 1 a été retenue en jouant sur la nature des activités proposées : l hypothèse retenue est celle d une mixité organisée avec 50% de bureaux et 50% d activités. Les exemples présentés ci-avant portent sur la place des zones d activités dans la ville et leur intégration. Cette intégration se fait avant tout grâce à la recommandation de COS élevés (supérieurs à 0,5) et grâce à une plus grande mixité fonctionnelle (et surtout une mixité activités tertiaires/secondaires). La requalification ne pouvant être effectuée sous la forme d un produit standardisé, les exemples examinés conduisent à préconiser la réalisation de diagnostics économiques et urbains des zones d activités intégrées au projet d aménagement global de la commune. Zone d activité de Cartier Bresson, Pantin

18 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 18 novembre Reconversion de friches et de territoires industriels Au niveau de l îlot : le cas de Greenopolis La reconversion d îlots anciennement industriels en opérations à vocation économique est particulièrement bien illustrée par le cas de Greenopolis à Lyon. Cette opération de reconversion, en cours, vise l évolution d une vocation industrielle vers une vocation plus tertiaire, en intégrant une réelle mixité économique : négoce, bureaux (R+ 3), activités (un hôtel d activité est notamment prévu), village d entreprises pour les petites structures ( m²). Cette opération prévoit notamment une mixité de programmes avec un panel de surfaces et de produits complémentaires (dans le cadre de 8 bâtiments) dont m² d activités et de négoce et m² de bureaux). Située en zone franche urbaine dans un quartier industriel en plein renouvellement urbain, elle est innovante sur le plan de la conception environnementale, de la mise en valeur du patrimoine industriel (conservation de 3 bâtiments et d une façade emblématique du patrimoine), et de l insertion et ouverture du site sur la ville (création d une respiration urbaine, aménagement végétal des espaces extérieurs, etc.). Ilot Greenopolis, Lyon Ilot Greenopolis, Lyon Cet exemple illustre la possibilité de conduire des opérations de renouvellement urbain dans des anciens quartiers industriels, en maintenant des vocations productives avec une mixité d activités très variées dans des programmes mixtes (TPE, activités, bureaux ). TYPE DE PRODUIT 9. Friches et territoires industriels LOCALISATION/ TYPE DE TISSU EXEMPLES ACTIVITÉS FORMES FONCTIONNALITÉS MIXITÉ Ilot Greenopolis Négoce, bureaux, activités, village d entreprises pour les petites structures. Reconversion d un ancien site industriel en plusieurs types de bâtiments. SHON : m² COS prévu : 0,97 Activités et négoce : m² Bureaux : m² 277 Places de stationnement. Activités mixtes. Mise en valeur du patrimoine industriel. Quartier Poble Nou TIC Requalification d un ancien quartier industriel de 200 ha sur des principes de densité urbaine et l accueil de TIC. COS de 0,5 pour les activités de TIC COS de 2,2

19 Enseignements généraux 19 Au niveau d un quartier industriel : cas de Montreuil et de Poble Nou Les cas de Montreuil et de Poble Nou relèvent d une problématique de quartiers industriels en mutation. Ils ont toutefois fait émerger des politiques globales de reconversion économique à l échelle d un quartier : à Montreuil, la politique de traitement des friches industrielles a d abord fait l objet d une démarche de projets de quartier. La politique des CAP et les autres opérations d immobilier d entreprises ont mobilisées entre 85 et 1998 environ 11 ha, soit 8% du quartier. Le PLU de Montreuil est d autre part fortement mobilisé pour défendre la mixité urbaine dans le bas-montreuil (voir plus bas). Le cas de Poble Nou est un autre cas intéressant de réhabilitation d un ancien quartier industriel de 200 ha caractérisé par la réhabilitation de l ancienne aire industrielle de la ville et la transformation de ses activités productives en activités technologiques et TIC, mais également par l application de principes ambitieux en matière de densité urbaine, de mixité activités-habitat-équipements. Poble Nou Montreuil Les exemples illustrent la nécessité de mettre en œuvre : INTÉGRATION URBAINE PRIX MODE DE PRODUCTION Intégration du plan masse dans le tissu environnant. Accès et voies réservées aux déplacements doux. Accès et voies réservés aux déplacements doux. Aménagement des espaces extérieurs. une politique globale de quartier de traitement des friches et de l immobilier d entreprises ; une stratégie globale d intervention à l échelle d un quartier industriel ; le maintien d une vocation productive tout en assurant une mutation vers des activités à forte valeur ajoutée ; un rôle prescripteur pour le PLU sur les questions de densité, de mixité urbaine, de maintien des activités en ville, dans un contexte de tertiairisation accrue (Montreuil, Paris).

20 Benchmarking des formes urbaines pour l'accueil d'activités 20 novembre 2011 Les grands projets urbains de reconversion économique Deux opérations emblématiques sont apparues intéressantes pour traiter de la prise en compte des questions de mixité urbaine et de place de l activité dans les grandes opérations d aménagement (*) : (*) Plusieurs opérations emblématiques d éco-quartiers ont été examinées (ZAC de bonne Grenoble, ZAC andromède de Toulouse, l île Saint Denis.). Il a été constaté que la mixité fonctionnelle s y limitait à une mixité logements/ commerces/bureaux/équipements. Paris Nord-Est, qui constitue une opération de renouvellement urbain ambitieuse au nord de Paris, dans un secteur marqué par les grandes infrastructures ferroviaires et par une ancienne activité industrielle. Avec l opération Mac Donalds, CAP 18 et le projet de halle ferroviaire de Paris, ce projet constitue une source d enseignement sur le maintien de la mixité habitat/activités dans les grands projets de renouvellement urbain. L impératif de mixité urbaine dans les grands projets d aménagement doit être pris en compte dès l amont. La plaine Saint-Denis a constitué un des plus grands projets de reconversion économique d un secteur industriel majeur de la région parisienne (794 ha). La mixité a été le fil conducteur du cahier des charges de cette opération. Paris Nord-Est Plaine Saint-Denis

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Christophe RIPERT, Directeur immobilier, SOGARIS Cette présentation porte sur des exemples concrets d

Plus en détail

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises

1.1 - Favoriser l accueil et le développement des. entreprises Module 1 : Formation, développement et innovation économique 1.1 - Favoriser l accueil et le développement des réservée : 560 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Encourager les modes de production responsables

Plus en détail

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG)

Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) SCoT des Coteaux et du Val de Seine Plan détaillé du Projet d Aménagement et de Développement Durable (PADD) et du Document d Orientations Générales (DOG) Dominique Gaudron dominique.gaudron@algoe.fr Nicolas

Plus en détail

ATHELIA V L offre foncière et immobilière pour l économie tertiaire et l industrie de pointe.

ATHELIA V L offre foncière et immobilière pour l économie tertiaire et l industrie de pointe. ATHELIA V L offre foncière et immobilière pour l économie tertiaire et l industrie de pointe. L économie de la connaissance et l industrie : au cœur de la stratégie de développement économique de MPM

Plus en détail

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans

47 équipements. Un projet urbain singulier et pluriel! Est Ensemble, une ambition métropolitaine. 1,8 million de m² constructibles à horizon 15 ans 9 villes Est Ensemble, une ambition métropolitaine La Communauté d agglomération Est Ensemble a été créée le 1 er janvier 2010. Située aux portes de Paris, elle regroupe 9 villes de Seine-Saint-Denis Bagnolet,

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Logistique urbaine : Sogaris imagine des solutions adaptées à la ville de demain Le 16 avril 2014 Contacts

Plus en détail

Diagnostic et état initial de l environnement!

Diagnostic et état initial de l environnement! 1! Le contenu du SCOT! Phase 1! Diagnostic et état initial de l environnement! Prospective (scénarios)! Phase 2! Phase 3! Phase 4! Elaboration du Plan d Aménagement et de Développement Durable (PADD)!

Plus en détail

Accueil délégation Club FNAU «projet urbain» Jeudi 20 et vendredi 21 mars 2014. L urbanisme lyonnais à travers la réalisation de projets diversifiées

Accueil délégation Club FNAU «projet urbain» Jeudi 20 et vendredi 21 mars 2014. L urbanisme lyonnais à travers la réalisation de projets diversifiées Accueil délégation Club FNAU «projet urbain» Jeudi 20 et vendredi 21 mars 2014 L urbanisme lyonnais à travers la réalisation de projets diversifiées PROGRAMME Jeudi 20 mars 9h 9h30 10h45 12h15 13h30 14h30

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE»

ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX COMMUNE DE BEGLES AQUITANIS ZAC «QUARTIER DE LA MAIRIE» RAPPORT DE PRÉSENTATION 1/6 ZAC QUARTIER DE LA MAIRIE RAPPORT DE PRESENTATION JANVIER 2013 1 PREAMBULE 1.1 Rappel

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND RODEZ AMENAGEMENT DE LA ZAC COMBAREL COMMUNE DE RODEZ CESSION LOT B1- PROGRAMME IMMOBILIER RESIDENTIEL CONSULTATION DE PROMOTEURS ET D ARCHITECTES PHASE 1- CANDIDATURES

Plus en détail

BAYONNE CRÉTEIL LUXEMBOURG LYON MARSEILLE PARIS ROISSY ROUEN RUNGIS. Faciliter la logistique urbaine de marchandises

BAYONNE CRÉTEIL LUXEMBOURG LYON MARSEILLE PARIS ROISSY ROUEN RUNGIS. Faciliter la logistique urbaine de marchandises BAYONNE CRÉTEIL LUXEMBOURG LYON MARSEILLE PARIS ROISSY ROUEN RUNGIS Faciliter la logistique urbaine de marchandises L édito Ancrer la logistique au cœur de la ville Fort de son expertise de près de cinquante

Plus en détail

Mines Paris-Tech Chaire FRELON

Mines Paris-Tech Chaire FRELON Mines Paris-Tech Chaire FRELON «Premières solutions immobilières pour le développement d une logistique respectueuse du milieu urbain» Logistique urbaine : Sogaris imagine des solutions adaptées à la ville

Plus en détail

Appel à idées «Urbagare» 2013

Appel à idées «Urbagare» 2013 Appel à idées «Urbagare» 2013 Processus et enseignements 9E ASSISES RÉGIONALES DE L HABITAT, DU FONCIER ET DE L URBANISME Marseille 20 janvier 2015 Hôtel de Région Sommaire 1. Présentation de l appel à

Plus en détail

VIII - Les dynamiques d évolution et les enjeux de développement

VIII - Les dynamiques d évolution et les enjeux de développement VIII - Les dynamiques d évolution et les enjeux de développement A ce stade de son développement, les dynamiques et les enjeux sur la commune sont multiples. Ils concernent à la fois des enjeux de développement

Plus en détail

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012

PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Décembre 2012 Décembre 2012 PME, le retour en ville Quel avenir pour les locaux d'activité en zone dense francilienne? Equipe Projet Romain Dailly Stéphane Krysinski Tristan Landré Anna Lochard Yao Wu Directeurs d'études

Plus en détail

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH

ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH CAHIER DES CHARGES Commune de Lanslevillard MAI 2013 ETUDE URBAINE ET PAYSAGERE PRE-OPERATIONNELLE DU CŒUR DE LANSLEVILLARD, DU QUARTIER DE LA MAIRIE ET DE LA RUE ST ROCH SOMMAIRE 1/ Modalités d intervention

Plus en détail

Urbanisme Durable BILAN. AEU & Quartiers Durables

Urbanisme Durable BILAN. AEU & Quartiers Durables Urbanisme Durable BILAN AEU & Quartiers Durables Historique Un accompagnement commun entre l ADEME et le Conseil Régional de Lorraine dans le cadre du CPER 2007-2013 Pour le Conseil Régional : 2007-2011

Plus en détail

Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine

Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine Communiqué de presse Choisy-le-Roi, le 8 juillet 2014 Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine L EPA Orly Rungis Seine Amont, HAROPA-Ports de Paris, la ville de Vitry-sur-Seine,

Plus en détail

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien

L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien Les Quartiers Crêt de Roc et Tarentaize-Beaubrun, dans le dossier ANRU de Saint Etienne L ambition de la qualité urbaine dans la reconquête de l habitat ancien La stratégie habitat de la Ville de Saint

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Organiser le transport de marchandises et la logistique urbaine

Organiser le transport de marchandises et la logistique urbaine Organiser le transport de marchandises et la logistique urbaine B07 Objectifs Assurer le fonctionnement de l agglomération en matière d approvisionnement et de désapprovisionnement des produits manufacturés,

Plus en détail

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U.

GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. GRANDS PRINCIPES DE ZONAGE DU P.L.U. Le territoire communautaire est découpé en quatre grands types de zonage : zones urbaines, zones à urbaniser, zones agricoles, zones naturelles. Le territoire intra

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français

Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français Foncier, logements abordables et stratégie de développement économique dans le Grand Genève Français 1. SYNTHÈSE Juillet 2015 Réalisé avec le support de : ARC note de synthèse juillet 2015 page 1 LE Le

Plus en détail

Rencontre entreprises des Ardoines EPA ORSA. Vitry sur Seine, le 16 juin 2015

Rencontre entreprises des Ardoines EPA ORSA. Vitry sur Seine, le 16 juin 2015 Rencontre entreprises des Ardoines EPA ORSA Vitry sur Seine, le 16 juin 2015 Programme 8h15 Ouverture Jacques Touchefeu, directeur général de l EPA ORSA Claude Samson, représentant du conseil consultatif

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DE RENNES METROPOLE Commune de Bourgbarré Plan Local d Urbanisme Orientations d Aménagement et de Programmation Révision approuvée par DCM du 10/05/2011 Modification n 1 approuvée

Plus en détail

CONCERTATION PREALABLE

CONCERTATION PREALABLE CONCERTATION PREALABLE PROJET D AMENAGEMENT DU SITE MULTILOM À LOMME REUNION PUBLIQUE 29 SEPTEMBRE 2011 Pôle Aménagement et Habitat Direction Espace Naturel et Urbain Service Développement Urbain et Grands

Plus en détail

PONT DE RUNGIS, LE GRAND PARI DE L URBAIN

PONT DE RUNGIS, LE GRAND PARI DE L URBAIN Projet de Fin d Études PONT DE RUNGIS, LE GRAND PARI DE L URBAIN Déployer un espace urbain, aujourd hui contraint et enclavé par des fonctions métropolitaines PARTENAIRE Société du Grand Paris Catherine

Plus en détail

Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES :

Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES : Plan de présentation PROJETS EXEMPLAIRES : 1. - VENISE 2. - GRENOBLE 3. - BORDEAUX 4. - BERLIN 5. - STRASBOURG 6. - COPENHAGUE 7. - ALMERE 1e ÉTAPE VENISE QUARTIER JUNGHANS ÎLE DE LA GIUDECCA VENISE QUARTIER

Plus en détail

CENTRE COMMERCIAL DE LA ROQUE. Cahier des charges

CENTRE COMMERCIAL DE LA ROQUE. Cahier des charges CENTRE COMMERCIAL DE LA ROQUE Cahier des charges Juillet 2013 Contexte et objectifs de l opération Eléments de contexte général Idéalement situé aux limites des franges franciliennes et à proximité du

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la

Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la 1 2 3 Un lieu de vie : Ecole maternelle du Foulon (4 classes), quartier résidentiel. Un espace ressource: Principal captage d eau potable des Vallons de la Tour. Un espace naturel et récréatif: La Bourbre,

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES

CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES CONSEIL DE QUARTIER PERRALIÈRE GRANDCLÉMENT CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES Préambule Dans notre quartier, le défi pour les prochaines décennies est de faire

Plus en détail

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG

BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG BIEN PLUS QUE DES PLATEFORMES RECHERCHER L EXCELLENCE PAR L INNOVATION DÉVELOPPER LES PARTENARIATS DÉPLOYER LE CONCEPT GECILOG Gecina Logistique Valeur du patrimoine 555 M Surface totale 1 016 785 m 2

Plus en détail

Ensemble des textes du site

Ensemble des textes du site La Ville Archipel Vers de nouvelles formes urbaines E. Gaudin MRW Zeppeline Bretagne Ensemble des textes du site 1. Bien vivre dans son logement Le logement, espace de vie privilégié, doit répondre à l

Plus en détail

S implanter et Entreprendre à Dunkerque

S implanter et Entreprendre à Dunkerque > Situé au cœur de l Europe du Nord Ouest, en bordure de la mer du Nord et près de la frontière franco-belge, le territoire est composé de 20 communes pour une population de plus 210.000 habitants. S implanter

Plus en détail

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif La qualité des Parcs d activités ème du 21 siècle Contribution du Conseil de développement de Lille métropole Contribution adoptée en séance plénière le 14 décembre 2011 1 Lille Métropole élabore une Charte

Plus en détail

Formulation des enjeux du SRIT

Formulation des enjeux du SRIT Formulation des enjeux du SRIT Pour le transport de voyageurs Le SRIT : une contribution au SRADT dans le domaine des transports Le schéma doit répondre à des enjeux de désenclavement intra et inter régional.

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Lyon, une métropole attractive. Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011

Lyon, une métropole attractive. Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011 Lyon, une métropole attractive Le Schéma d Accueil des Entreprises (SAE) Toulouse 17 novembre 2011 Lyon, une Métropole européenne LYON, UNE METROPOLE EUROPEENNE Rhône-Alpes > 6.1 millions habitants LE

Plus en détail

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7

plu classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative modification n 7 plu modification n 7 classement en zone UE d une surface classée en 2AUe Notice explicative NOTICE EXPLICATIVE Ouverture à l urbanisation d une partie de la zone 2AUe des Commandières (Classement en zone

Plus en détail

Communauté de Communes du Val de l Aisne

Communauté de Communes du Val de l Aisne Communauté de Communes du Val de l Aisne Projet d aménagement d un éco-quartier : la ZAC des Lacroix à Vailly sur Aisne Atelier N 1 lundi 06 octobre Architecture, programmation et formes urbaines 1 La

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services

Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services 1 Stratégie locale en faveur du commerce, de l artisanat & des services Pays Cœur de Flandre I Phase II La formulation de la stratégie Région Nord Pas de Calais Avril 2013 Région Communauté Nord Pas de

Plus en détail

LE 9EME ARRONDISSEMENT AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE LA METROPOLE LYONNAISE

LE 9EME ARRONDISSEMENT AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE LA METROPOLE LYONNAISE LE 9EME ARRONDISSEMENT AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE DE LA METROPOLE LYONNAISE Dossier de presse 24 septembre 2009 SOMMAIRE I LA DUCHERE : UN NOUVEAU TERRITOIRE POUR ENTREPRENDRE Une offre de services

Plus en détail

MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA

MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA PÔLE AMÉNAGEMENT ET HABITAT DOSSIER DE PRESENTATION MARQUETTE-LEZ-LILLE / SAINT ANDRÉ-LEZ-LILLE PROJET DE REQUALIFICATION DU GRAND RHODIA Développement Urbain & Grands Projets Espace Naturel & Urbain Un

Plus en détail

L Espace Urbain de Distribution de Chapelle International Paris 18 ème arrondissement

L Espace Urbain de Distribution de Chapelle International Paris 18 ème arrondissement L Espace Urbain de Distribution de Chapelle International Paris 18 ème arrondissement SAGL Architectes Associés Août 2014 P A R I S SOGARIS : un acteur référence en logistique urbaine Activité Acteur de

Plus en détail

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain»

«Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» «Les dynamiques des marchés résidentiels et immobiliers au sein du Pôle Métropolitain» Intervention de Laurent Escobar, directeur associé, Adequation et de Véronique Coupanec, consultante siège : Espace

Plus en détail

LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne

LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne LE QUARTIER DE GARE Un atout à valoriser! Conférence Permanente du Développement Territorial Région wallonne La gare, une chance pour la ville ou le village qui l accueille Groupe SNCB Souvent proche du

Plus en détail

3-Projet d Aménagement et Développement Durables. PLU révisé approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 17 décembre 2013

3-Projet d Aménagement et Développement Durables. PLU révisé approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 17 décembre 2013 3-Projet d Aménagement et Développement Durables PLU révisé approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 17 décembre 2013 PADD- PLU révisé approuvé par délibération du CM Espace Ville 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME»

Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME» Prévoir ensemble l avenir de Pont-du-Château avec le «PLAN LOCAL d URBANISME» La lettre d information municipale n 7 de mars 2005 vous a présenté et expliqué le pourquoi du Plan Local d Urbanisme (PLU).

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013

Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 Direction Générale Développement / Direction du Développement urbain Question n 182 Direction de l'urbanisme REF : DU2013027 Signataire : SM/NL Séance du Conseil Municipal du 27/06/2013 RAPPORTEUR : Jean-Yves

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ

SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ SCHÉMA DIRECTEUR DES IMPLANTATIONS PORTUAIRES ET ACTIVITÉS DE LOISIRS DU CANAL DE L OURCQ 1 OBJET DU SCHÉMA DIRECTEUR Une démarche partenariale du Département de la Seine-Saint-Denis, avec les collectivités

Plus en détail

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON

PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON PRÉFET DU CHER DOSSIER PRESSE VISITE DU PREFET DE LA REGION CENTRE VENDREDI 7 JUIN 2013-A VIERZON 1 OPERATION DE RESTRUCTURATION DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE (ORAC) Depuis le 22 novembre 2010, une opération

Plus en détail

LES ZONES FRANCHES URBAINES

LES ZONES FRANCHES URBAINES LES ZONES FRANCHES URBAINES HIDS 26 juin au 1 er juillet 2011 Consolide les données de suivi socioéconomique à l échelle des 4 ZFU. Tableau de bord des ZFU ZFU La Duchère (Lyon 9) 10 200 hab ts en 2006

Plus en détail

Annexe : Le Document d Aménagement Commercial

Annexe : Le Document d Aménagement Commercial Annexe : Le Document d Aménagement Commercial Février 2014 67 SITUATION DES ZONES D'AMÉNAGEMENT COMMERCIAL CARTE 9 AGAPE Agence d urbanisme et de développement durable Lorraine Nord 68 DOO du SCoT Nord

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Communauté urbaine de Bordeaux «50 000 logements nouveaux autour des axes de transports publics»

Communauté urbaine de Bordeaux «50 000 logements nouveaux autour des axes de transports publics» Communauté urbaine de Bordeaux «50 000 logements nouveaux autour des axes de transports publics» Au travers de l objectif d agglomération millionnaire c est l organisation du territoire métropolitain qui

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

Cours de Cas Concret. Prof. J. Teller [PLU DE MARSEILLE] Barbette Céline Libert Virginie. MCUAT Université de Liège Année académique 2011-2012

Cours de Cas Concret. Prof. J. Teller [PLU DE MARSEILLE] Barbette Céline Libert Virginie. MCUAT Université de Liège Année académique 2011-2012 Cours de Cas Concret Prof. J. Teller [PLU DE MARSEILLE] Barbette Céline Libert Virginie 1 MCUAT Université de Liège Année académique 2011-2012 TABLE DES MATIÈRES Qu est-ce qu un PLU?... 1 RÔLE DU PLU...

Plus en détail

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS

PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS PROGRAMME D'ACCOMPAGNEMENT ARTISTIQUE DES CAPUCINS I Historique du projet La ZAC (Zone d Aménagement Concerté) du Plateau des Capucins à Brest est une opération d aménagement à vocation mixte, habitat,

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Département de la Loire-Atlantique (44) Commune de La Plaine sur Mer PLAN LOCAL D URBANISME Réunion publique de concertation 14 janvier 2013 Les étapes de l élaboration du PLU Prescription (DCM) 11/06/2009

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

GUIDE COMMERCE MARS 2013

GUIDE COMMERCE MARS 2013 MARS 2013 GUIDE COMMERCE GUIDE COMMERCE SOMMAIRE... 1 PREAMBULE : STATUT DU DOCUMENT... 3 OBJECTIF 1 : RAPPROCHER LES LIEUX DE CONSOMMATION DES LIEUX D HABITAT... 5 OBJECTIF 2 : REEQUILIBRER LA REPARTITION

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

Le zonage et le règlement La traduction réglementaire du projet

Le zonage et le règlement La traduction réglementaire du projet Partie 1 Fiche technique n 2 Le zonage et le règlement La traduction réglementaire du projet Zones U : Zones urbaines équipées, secteurs déjà urbanisés avec capacité de desserte Le règlement des secteurs

Plus en détail

Plan local d'urbanisme

Plan local d'urbanisme Direction Tél. : 05 46 30 34 générale 00 Fax : 05 46 30 34 09 des www.agglo-larochelle.fr services techniques contact@agglo-larochelle.fr Service Études Urbaines Plan local d'urbanisme Pièce N 3 Saint

Plus en détail

maison entre et immeuble collectif

maison entre et immeuble collectif maison entre et immeuble collectif L habitat individuel constitue aujourd hui la majeure partie des logements construits sur le territoire du Sud Loire, comme partout en France. Plus de 2 000 hectares

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT

PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT CHANTEPIE PLAN LOCAL D URBANISME ORIENTATIONS D AMENAGEMENT Révision Approuvée par DCM du 25 février 2013 2 FEV 2013 CHANTEPIE - ORIENTATIONS D AMENAGEMENT AGENCE DBW SOMMAIRE Chapitre 1 Les entrées de

Plus en détail

À L OCCASION DU SIMI, LA SEM 92 PRÉSENTE 5 OPÉRATIONS MIXTES PORTANT SUR PRÈS DE 440 000 m 2 TERTIAIRES EN DÉVELOPPEMENT

À L OCCASION DU SIMI, LA SEM 92 PRÉSENTE 5 OPÉRATIONS MIXTES PORTANT SUR PRÈS DE 440 000 m 2 TERTIAIRES EN DÉVELOPPEMENT RENOUVELLEMENT URBAIN AMÉNAGEMENT IMMOBILIER TERTIAIRE SPÉCIAL SIMI NIVEAU 1 STAND D39 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 décembre 2014 Acteur reconnu de l aménagement francilien, la SEM 92 accompagne depuis

Plus en détail

Bandeau latéral : Gestion des mesures compensatoires du PPRI / Avantages du vide sanitaire

Bandeau latéral : Gestion des mesures compensatoires du PPRI / Avantages du vide sanitaire La pépinière et hôtel d entreprises Evol Yss : un équipement communautaire structurant Etre proactif en matière de développement économique Permettre aux jeunes entreprises de décoller Un équipement intégré

Plus en détail

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS

L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS 01 L EPF LR, EN QUELQUES MOTS ACTIVITÉ DE L EPF LR AU 31 JUILLET 2013 Tout axe du PPI confondu L EPF LR INTERVIENT SUR LES TERRAINS EN AMONT DE L AMÉNAGEMENT L EPF LR acquiert

Plus en détail

Le montant des droits à construire est d ores est d ores et déjà fixé.

Le montant des droits à construire est d ores est d ores et déjà fixé. Normandie Aménagement est concessionnaire pour le compte de la communauté d agglomération Caen la mer de la ZAC d habitat des Hauts de l Orne à Fleury sur Orne (14). Cette opération d aménagement a pour

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 5. Déplacements PLU Grenelle : Fiches pratiques 5. Déplacements Novembre 2014 1 Déplacements Fiche n 1 : Diminuer les obligations de déplacements Fiche n 2 : Développer les transports collectifs Fiche n 3 : Développer

Plus en détail

Schéma de cohérence territoriale DAC. Document d aménagement commercial. Pays. Arrêté le 31 janvier 2014. Rennes Syndicat mixte du scot

Schéma de cohérence territoriale DAC. Document d aménagement commercial. Pays. Arrêté le 31 janvier 2014. Rennes Syndicat mixte du scot SCoT du Pays de Rennes Schéma de cohérence territoriale DAC Document d aménagement commercial Pays de Rennes Syndicat mixte du scot Arrêté le 31 janvier 2014 Acigné Andouillé-Neuville Aubigné Bécherel

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd)

Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015. Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) Conseil syndical du SCOT des Monts du Lyonnais mardi 3 février 2015 Débat sur le Projet d aménagement et de développement durables (Padd) 1. Le rôle du Padd dans le Schéma de cohérence territoriale 2.

Plus en détail

CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36

CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36 CHAPITRE II LES ORIENTATIONS D'AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION (OAP) Page 36 PREAMBULE LA NATURE ET LA PORTÉE DES ORIENTATIONS D'AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION LA NATURE Depuis la loi Urbanisme et Habitat,

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie

Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie Plan Local d Urbanisme Commune d Allenjoie La traduction du projet communal dans la vie quotidienne. Réunion publique 1 Sommaire Rappel des grands moments de l élaboration du dossier du P.L.U. d Allenjoie.

Plus en détail

Dossier de Presse Dossier de Presse DUNKERQUE Pose de la Pre Pose de la Pr mière emièr Pierre e Pierr Le 20 Septembre Le 20 Septembr

Dossier de Presse Dossier de Presse DUNKERQUE Pose de la Pre Pose de la Pr mière emièr Pierre e Pierr Le 20 Septembre Le 20 Septembr Dossier de Presse Pose de la Première Pierre Le 20 Septembre DUNKERQUE Images non contractuelles Sommaire 1 - Présentation du projet 2 - Historique 3 - Localisation et accès 4 - Un projet mixte 5 - La

Plus en détail

Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique

Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique Réunion du 30 septembre 2014 Actualités de Nantes Atlantique 1 Transfert de Nantes Atlantique et perspectives de développement urbain pour le Sud Loire Eléments présentés dans le cadre de la Commission

Plus en détail

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur,

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur, STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9 2015-006/GD/GL/CL Créteil, le 8 janvier 2015 Département Projets de territoire et collectivités Affaire suivie par Catherine LAINE et Raphaël

Plus en détail

Financement Haut de Bilan

Financement Haut de Bilan Financement Haut de Bilan Renforcer les fonds propres et quasi-fonds propres des entreprises régionales pour les accompagner dans leurs projets de développement. Personnes physiques créateurs et repreneurs

Plus en détail

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine

Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest. Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine Argenteuil (95) le Bâtiment Ouest Immobilier d entreprise en ZFU et au cœur du projet de rénovation urbaine La localisation La ville d Argenteuil, 100 000 habitants, 3ème ville d Ile de France, est située

Plus en détail

Nouveau quartier de la Giraudière. Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche

Nouveau quartier de la Giraudière. Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche Nouveau quartier de la Giraudière Réunion publique du 17 décembre 2014 Aménagement de la 2 ème tranche Nouveau quartier de la Giraudière Réunion publique du 17 décembre 2014 Sujets de la réunion Historique

Plus en détail

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable

Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable Réglement du PLAN Local d Urbanisme Les principes fondamentaux du Projet d Aménagement et de Développement Durable ORGANISER UNE ÉVOLUTION DE CROL, DANS UNE LOGIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE, QUI GARANTISSE

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92)

ZAC Pompidou Le Mignon à Bois-Colombes (92) à Bois-Colombes (92) Opération certifiée phase 1 à 4 du SMO Marie Catherine BARIGAULT : Directrice des Services Techniques, Ville de Bois Colombes Skander MEZGAR : Responsable Technique, Montage & Aménagement

Plus en détail

DEAUVILLE. Projet d aménagement. Presqu île de la Touques

DEAUVILLE. Projet d aménagement. Presqu île de la Touques DEAUVILLE Projet d aménagement Presqu île de la Touques www.deauville.fr Document d information numéro 6 Juillet 2011 La presqu île, perspective 2015 Le long de la Touques et du quai de la Gare, se dessinent

Plus en détail

Paris Nord Est Élargi Ordener Poissonniers Dépôt Chapelle

Paris Nord Est Élargi Ordener Poissonniers Dépôt Chapelle Paris Nord Est Élargi Ordener Poissonniers Dépôt Chapelle 24.09.2015 DIRECTION DE L URBANISME, VILLE DE PARIS GROUPEMENT FRANÇOIS LECLERCQ - GÜLLER GÜLLER - ACADIE BASE - VILLE ET TRANSPORTS EN ILE DE

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement

Fiche méthodologique pour l étude des PLU. Les aires de stationnement Fiche méthodologique pour l étude des PLU Dans le cadre de l évolution de l action de l État en Isère, une démarche a été entreprise en vue d élaborer des positions partagées en matière d urbanisme. Elle

Plus en détail