Risque de contrepartie sur opérations de marché Olivier D COHEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque de contrepartie sur opérations de marché Olivier D COHEN"

Transcription

1 16 Jan 2013 JJ Mois Année Risque de contrepartie sur opérations de marché Olivier D COHEN RISQ/MAR/MRC

2 Plan 1. Le pilotage des activités de la banque/le contrôle du secteur bancaire 2. Mesures du risque de remplacement 3. Exemples de calcul sur des produits simples 4. Cadre juridique et réduction du risque 5. Architecture du système de risque 6. Paramétrisation des modèles 7. Une techniques de réduction de la complexité: l Analyse en Comoposantes Principales

3 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire Le pilotage des activités de la banque Objectifs de la banque : satisfaire l appétit de rentabilité de ses actionnaires en proposant des services financiers aux entreprises et particuliers. Moyens : Maximiser une fonction d utilité fondée à la fois sur les performances et les risques pris (RAROC, EVA). Constituter des fonds propres permettant de faire face à des pertes exceptionnelles Réduire localement les risques en imposant des limites de trading par contrepartie (risque de crédit) ou par desk de trading (risque de marché). Approche bottom-up : allocation itérative macro du capital selon les contraintes fixées au niveau micro.

4 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire Le contrôle du secteur bancaire Objectif du régulateur : garantir la stabilité du système financier international dans l occurrence de scénarios de crise. Moyens : Exiger la constitution de fonds propres sur la base d un calcul réglementaire. Contrainte sur un ratio de Cooke (Bâle I) de McDonough (Bâle II). Fonds propres > 8% x [10%x risque opérationnel + 5% x risque de marché + 85% x risque de contrepartie] Risque de contrepartie sous Bale II: prise en compte du RWA (Risk Weighted Assets) RWA= f (PD, LDG) * EAD EAD: Exposure At Default (calculée de manière statistique: Notion d EEPE ) PD: probabilité de défaut LGD: Loss Given Default (= 1 R) Bale III: prise en compte de la CVA (Credit Value Adjusted ) Objectif: prendre en compte la perte la dégradation possible de la qualité de crédit des contreparties mesurée par l augmentation de leur spread de crédit Ajout d une nouvelle charge en capital en plus de Bale II, liée à la VAR sur CVA

5 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire DEFINITION DU RISQUE DE CONTREPARTIE Le risque de crédit( exposition de crédit) représente le montant de la perte que la SG peut encourir dans le cadre d opérations qu elle effectue avec un client/contrepartie, lorsque ce client/contrepartie est en défaut au cours de la vie de l opération. C est des éléments qui servent à piloter et monitorer l activité de la banque Trois grands types de risque de contrepartie peuvent être répertoriés: Exposition de crédit ou risque débiteur: risque lié à l octroi d un prêt. Exposition de règlement/livraison:risque supporté dans le cadre de l échange simultané et non sécurisé de deux actifs (devises, titres ) Exposition de remplacement : risque engendré par la conclusion d un produit dérivé( y compris opérations de prêt/emprunt de titres)

6 Objectifs d un département de risque de contrepartie Objectifs : Fournir la méthodologie d analyse et de quantification des risques de remplacement sur l ensemble des produits dérivés traités par la SG avec des contreparties externes. Développer des instruments mathématiques, statistiques et informatiques nécessaires en s assurant de leur bonne qualité et de leur adéquation aux besoins opérationnels et en assurer la mise en production. Travailler avec les business lines et les services informatiques jusqu à la finalisation des spécifications permettant l intégration dans les systèmes des nouvelles fonctions de calcul de risques. 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire Valider les calculs après mise en production dans les systèmes.

7 Principes de fonctionnement d un département de risque de contrepartie Stricte Indépendance de la filière Risque par rapport aux hiérarchies opérationnelles Approche homogène et consolidée des risques au niveau du groupe SG Risque de Contrepartie: 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire Tout engagement sur un client donné doit être validé par une Direction commerciale («SSC» ou «PCRU» e, langage interne SG) L analyse de premier niveau des risques sur clients/opérations relève de la Direction Commerciale RISQ évalue et statue in fine Comité Nouveaux Produits Validation en amont de tous les risques financiers, juridiques, opérationnels, de réputation etc..

8 1. Pilotage des activités de la banque/ contrôle du secteur bancaire Suivi du risque de remplacement Son objectif est de contrôler le respect des règles en vigueur par les opérateurs Front Office. En règle générale, l exposition globale ne doit pas dépasser la limite globale. Si Exposition globale>limite globale, il y a dépassement. Le dépassement peut être «ACTIF» ou «PASSIF» - Dépassement «PASSIF»: il est dû à l évolution des conditions de marché sans nouvelle opération. - Dépassement «ACTIF» : résulte de la conclusion d une nouvelle opération.

9 2. Mesures du risque de remplacement Mesure du risque de remplacement Contrairement aux autres risques de crédit, le risque de remplacement implique une exposition incertaine et un gain ou une perte en cas de défaut Mark to market (partie positive notée MtM+): Mesure instantanée du coût de retournement de la position Comment prévoir le MtM au moment du défaut? Risque courant Moyen (RCM ou CAR ou EE) Evaluation selon un modèle statistique de la moyenne des MtM (positifs) futurs sur la durée de l opération L EE est une brique de base de l EAD (indicateur Bale 2) Mesure en Credit Var (CVAR) Approche similaire mais fractile variant entre 95% et 99% selon les banques

10 Les mesures de risque: définitions détaillées 2. Mesures du risque de remplacement Le risque fractile d un portefeuille pour le niveau de confiance α est défini par la formule suivante : { ( ) } V P Max( MtF( θ ),0) < V F α CVaRα ( θ ) = inf ts( = L EE (Expected Exposure) est défini comme l espérance de la perte potentielle en cas de défaut de la contrepartie { Max( MtF( ),0) } EE ( θ ) = Espérance θ L EE sert à construire l indicateur réglementaire EAD (via l EEPE) Effective Positive Exposure: EPE (θ) =max(ee(t) / t θ) Expected Effective Positive Exposure EEPE 1 yr 0 EPE( θ) dθ

11 The Simulation Approach passé Etats futurs potentiels du marché 2. Mesures du risque de remplacement Aujourd hui

12 La mesure empirique de risque 2. Mesures du risque de remplacement On note N le nombre de scénarios de simulation, et MtF(θ) la valeur calculée du mark-to-future pour le i-ème scénario à la date θ. Fractile empirique (calculé sur simulations de MC) : f [ ] ( MtF ( t) ) { } = α i i 1,2,..., N MtF ( t) ( αn + 1 ) Indicateur de risque moyen: EE MtF ( t) αn α N IN α N IN EE( θ ) = moyennei... MtF [ ] + { 1 N } ( θ )

13 3. Exemples de calcul sur des produits simples Contrat forward sur action Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de black Click to edit Scholes Master text styles Second level Profile de la CVAR d'un Forward à la monnaie vol histo 40% valeur de l'exposition Third level Fourth level Fifth level % % % Valeur du sous-jacent % % % Scénario quantile 99% du sous-jacent Scénario quantile 99% de l'exposition % % % 01/01/07 01/01/08 01/01/09 01/01/10 01/01/11 01/01/12 01/01/13 01/01/14 01/01/15 01/01/16 Date d'évaluation du risque

14 Put Option européenne sur indice Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de Black CVAR Put Européen Scholes ATM STOXX50E strike date 19 Dec 2008 vol 32% mat 19 Dec Exemples de calcul sur des produits simples STOXX50E /12/ /12/ /01/ /01/ /03/ /05/ /07/ /09/ /11/21 F 1% STOXX50E F 99% STOXX50E CVAR 99% Put 2010/03/ /09/ /03/ /09/ /06/ /06/ /06/ /12/21 Put

15 Call Option européenne sur indice Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de Black Scholes CVAR Call Européen ATM STOXX50E strike date 19 Dec 2008 vol 32% mat 19 Dec Exemples de calcul sur des produits simples STOXX50E Call /12/ /12/ /01/ /01/ /03/ /05/ /07/ /09/ /11/ /03/ /09/ /03/ /09/ /06/ /06/ /06/ /12/21 Frac 99% STOXX50E Frac 1% STOXX50E CVAR 99% Call

16 Put Option américaine avec cost of carry sur action Mark-to-Future 3. Exemples de calcul sur des produits simples 80.00% 70.00% 60.00% 50.00% MtF 40.00% 30.00% 20.00% 10.00% 0.00% 29/01/07 29/04/07 29/07/07 29/10/07 29/01/08 29/04/08 29/07/08 29/10/08 29/01/09 29/04/09 29/07/09 29/10/09 29/01/10 29/04/10 29/07/10 29/10/10 29/01/11 29/04/11 29/07/11 29/10/11 29/01/12 29/04/12 29/07/12 29/10/12 29/01/13 29/04/13 29/07/13 29/10/13 29/01/14 29/04/14 29/07/14 29/10/14 29/01/15 29/04/15 29/07/15 29/10/15 29/01/16 Date d'évaluation

17 Zero coupon fixe Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de Vasicek % % Click to Profile edit de la Master CVAR ZC USDtext styles Second level Third level Fourth level Fifth level 3. Exemples de calcul sur des produits simples Montant de l'exposition 80.00% 60.00% 40.00% quantile 99% de l'exposition Exposition moyenne 20.00% 0.00% 01/01/07 01/01/08 01/01/09 01/01/10 01/01/11 01/01/12 01/01/13 01/01/14 01/01/15 01/01/16 Date d'évaluation du risque

18 Swap USD LIBOR 6M 10Y Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de Click Profile de la to CVAR edit Vasicek d'un swap Master USD/LIB 6M text maturité styles 10Y 45.00% 40.00% Second level Third level Fourth level Fifth level 35.00% Montant de l'exposition 30.00% 25.00% 20.00% 15.00% quantile 99% de l'exposition Exposition moyenne 10.00% 5.00% 0.00% 30/01/07 30/01/08 30/01/09 30/01/10 30/01/11 30/01/12 30/01/13 30/01/14 30/01/15 30/01/16 30/01/17 Date d'évaluation du risque

19 3. Exemples de calcul sur des produits simples Swap USD LIBOR 6M 10Y 30.00% Click Scénarios to de taux edit produisants Master l'exposition text quantile styles Second level Third level Fourth level Fifth level 25.00% 20.00% valeur des taux 15.00% 10.00% 5.00% 0.00% 19/02/07 02/07/07 01/12/07 31/10/08 30/01/10 30/01/17 02/08/12 Date d'évaluation 25.00%-30.00% 20.00%-25.00% 15.00%-20.00% 10.00%-15.00% 5.00%-10.00% 0.00%-5.00% Maturité ZC_1M ZC_6M ZC_3Y ZC_7Y ZC_30Y 29/01/07

20 Swap USD LIBOR 6M 10Y Out Of The Money Pour fixer ordres de grandeur: Modèle simple de Vasicek 12.00% 10.00% Click Profile de la to CVAR edit d'un swap Master USD/LIB 6M text maturité styles 10Y Second level Third level Fourth level Fifth level Montant de l'exposition 8.00% 6.00% 4.00% quantile 99% de l'exposition Exposition moyenne 2.00% 0.00% 30/01/07 30/01/08 30/01/09 30/01/10 30/01/11 30/01/12 30/01/13 30/01/14 30/01/15 30/01/16 30/01/17 Date d'évaluation du risque

21 4. Cadre juridique de réduction de réduction du risque Cadre juridique et réduction du risque Appels de marge : un accord contractuel en vertu duquel une première contrepartie fournit une sûreté à une deuxième contrepartie lorsqu une exposition de la deuxième contrepartie envers la première dépasse un certain montant (seuil de marge) et avec une constatation périodique (période de marge en risque). Transactions OTC traitées sous appels de marge : Ordres de grandeurs des trades en Europe début 2011 CDS ~99% Var Swap ~90%

22 4. Cadre juridique de réduction de réduction du risque Compléments sur les appels de marge Contrat de collateralisation : système d appels de marge (Credit Support Annex, CSA-ISDA) Le montant de la garantie évolue avec la valeur de liquidation du portefeuille Un calcul périodique de cette valeur permet d ajuster les dépôts en collatéral via les appels de marge. Fréquence d appels de marge (Remargin period) Franchise (threshold) Montant minimum de transfert(minimum transfert amount) Délai de liquidation(grace period) En ordre de grandeur, la collatéralisation fait passer l ordre de grandeur du risque d une valeur homogène à un MtM à une valeur homogène à une variation quotidienne de MtM.

23 Les appels de marge en détail 4. Cadre juridique de réduction de réduction du risque Contrat cadre ISDA : mécanisme de résiliation et de compensation (close-out netting) Droit de résilier(close-out) l ensemble des opérations régies par le contrat cadre en cas de défaut de la contrepartie. Droit de compenser les dettes et créances réciproques et d établir un solde net de résiliation à recevoir ou à payer (netting). Permet de réduire les exigences en fonds propres. Permet une réduction de notre exposition au risque et permet une consommation moindre des lignes de crédit. Clauses de résiliation anticipée Clauses de défaut (résiliation de toutes les opérations) Clauses de circonstances nouvelles (résiliation des opérations affectées) Clauses conditionnelles (ownership, downgrading, break clause )

24 5. Architecture du ssytème de risques Schéma générique de production des indicateurs de risques Module de Diffusion des sous-jacents Mesures de risque Mark-to-Future Module de Pricing des instruments Accord de netting et de collatéralisation

25 The Cube 5. Architecture du ssytème de risques The Mark-to-Future Cube Scenario Risk Factors Time

26 5. Architecture du ssytème de risques Single Currency; 40,000 (Vanilla) Swaps 20 points A Swap on yield curve; Portfolio 1000 scenarios; 10 time periods 1000 = 200,000! Swap Portfolio = F(m1,,m20 ) Risk in an instant!

27 5. Architecture du ssytème de risques Taux de change $/ Scénarios futurs corrélés Trajectoires possibles suivies par le taux de change $/ 6M $ LIBOR Trajectoires possibles suivies par le taux LIBOR $ 6M Aujourd hui 5A Time Covariance historique Σ 5Y Time PFE / EUR m PV du portefeuille Today 5Y Time Trajectoires possibles suivies par la PV du portefeuille

28 6. Paramétrisation des modèles Appréhension intuitive: Cas simplifié (1/3) Les simulations sont efficaces mais il est difficile d en tirer des enseignements sans passer par des modèles analytiques même très simplifiés Soit un portefeuille dont le MTF à l instant t suit une loi normale: MTF = m(t) + σ(t). x = m+ σ x avec x ~ N(0,1) RCM = E [MTF+] Calcul de MTF+ MTF+(x)=0 si x<-m/σ MTF+ (x)=m+ σ x sinon Calcul du RCM EE = E MtM = = + [ ] 1 2π 1 2π m/ σ m/ σ = 1 2π MtM MtM ( x)exp( ( m + σ x)exp( + ( x) exp( 2 x ) dx 2 2 x ) dx 2 2 x ) dx 2

29 Appréhension intuitive: Cas simplifié (2/3) On peut calculer analytiquement le RCM mais Ce qui est très important c est la sensibilité du RCM On trouve analytiquement 6. Paramétrisation des modèles drcm dσ = 1 exp( 2π 2 m 2σ 2 ) ce qui montre que le RCM croit avec la volatilité

30 Cas simplifié (3/3) Le calcul de la CVAR est très simple CVAR(99%)= Fract(m+σ X,99%) CVAr(99%)=m+2.33 σ (si >0) La CVAR croit donc aussi avec la volatilité Dans ce modèle simplifié, nos indicateurs de risque (RCM et CVAR) de contrepartie croissent avec la volatilité La calibration des paramètres influe donc directement sur l évaluation du risque et il y a énormément de paramètres (volatilités de tous les sous jacent, corrélations )

31 6. Paramétrisation des modèles Généralisation du modèle simplifié: Les indicateurs de risque de contrepartie croissent avec la volatilité Cette conclusion reste vraie dans le cas de portefeuille beaucoup plus complexe ( beaucoup de sous jacents, loi non normales, pay offs non linéaires ) On peut le démontrer dans quelques cas On le constate empiriquement pour la plupart des portefeuilles réels Dans la grande majorité des cas, les indicateurs de risque de contrepartie croissent avec la volatilité des différents sous jacents du portefeuille. La dépendance des indicateurs aux divers paramètres a des conséquences financières importantes pour les établissement bancaires La calibration des paramètres (exemple la vol ) et des modèles est donc cruciale

32 6. Paramétrisation des modèles Enjeux d une modélisation précise Deux considérations vont en sens opposés On veut plutôt majorer le risque (perdre au maximum) Mais majorer le risque peut avoir des incidences au niveaux des fonds propres Accords de Bale Les fonds propres des établissements doivent être à 8% des engagements à 1 an Le calcul de ces engagements fait intervenir le risque de contrepartie Donc majorer le risque, but a priori louable, revient à pénaliser la banque au niveau des fonds propres ( moins de cash disponible pour les business lines, donc moins de bénéfices) Bref, il faut majorer le risque, mais pas trop en d autres termes faire un calcul le plus exact possible: ne surtout pas minorer le risque, mais ne pas trop le majorer non plus

33 Difficulté: Précision vs nombre de paramètres à calibrer Importance de la précision d un calcul précis: On vient d en parler 6. Paramétrisation des modèles Difficulté d une évaluation précise en présence d un nombre immense de paramètres: Dans les bases SG, nous sommes susceptibles d être exposés à: ~ actions ~ CDS On ne compte pas les taux, les correls de CDO etc.. Importance de techniques statistiques fiables destinées à réduire le nombre de facteurs de risque dans notre analyse sans perdre (trop) en précision. Exemple de telles techniques: Régressions linéaires, Analyses en composantes principales (ACP),

34 Quelques techniques pour réduire le nombre de paramètres à calibrer Rappel : L analyse en Composantes Principales Soit S1(t), S2(t) SN (t) un ensemble de sous jacents risqués. La VCV de S est diagonalisable en base orthonormée Introduction d un nouveau vecteur: S(t)=P F(t). Les composantes de F sont indépendantes. On peut écrire: VCV (F)= D matrice diagonale. Var (F1)=λ1, Var (F2)=λ2,,,Var (Fn)=λn On classe les λn par ordre décroissant: λ1 > λ2,, >λn La somme des variances du vecteur F se retrouve dans le vecteur V: Var(S1)+Var(S2) + +Var(SN-1) +Var(SN) =Trace(VCV(S)) =Trace(D) =Var(F1)+Var(F2) + +Var(FN-1)+ Var(FN) 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Toute la variabilité historique des variables S se retrouve dans les variables F Selon le niveau de précision de précision requis, on peut ne conserver que les tous premiers facteurs En général, pour les courbes de taux style OCDE: (λ1 +λ2 +λ3) /(λ1 +λ2 + +λn)>80%

35 Exemple: Les taux d intérêt 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Exemple classique: la courbe des taux: Les Fi sont en dans ce cas les log des taux de différentes maturités. Etape 1: Calcul de la VCV (Log (taux)) Etape 2: Diagonalisation de la matrice de passage P et Diagonalisation On dispose alors des nouvelles variables V.

36 Taux d intérêt: Analyse des facteurs Analyse des nouvelles variables 1er Facteur : mouvement de translation de la courbe des taux. Un résultat d algèbre linéaire classique nous montre que le vecteur propre associé à la plus grande valeur propre d une matrice symétrique définie positive a tous ses coefficients de même signe. On a donc : Pi1Pj1 >0 Interprétation du facteur pi1: Si = pi1 F1 + pi2 F2 + pi3f3 + pi4f4 pi1= influence du 1er facteur sur le taux n i. Intéressons nous à l impact du 1er facteur sur la courbe des taux : 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Si le facteur bouge, toutes les maturités se déplacent dans le même sens puisque le taux de maturité se déplace de et pour toutes les maturités. Les déplacements sont tous de même signe. Toutes les maturités se déplacent donc dans le même sens : la courbe des taux se translate. Néanmoins, cette translation n est pas uniforme en chacun des facteurs puisqu ils n ont pas le même poids a priori. On assiste à une déformation de la courbe mais avec un mouvement général à la hausse ou à la baisse.

37 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Taux d intérêt: Analyse des facteurs Analyse des nouvelles variables 2er Facteur : mouvement de pentification de la courbe des taux. Le vecteur propre de associé à la deuxième plus grande valeur propre a des coefficients positifs(resp. négatifs) pour les maturités inférieures à une maturité limite et des coefficients négatifs (resp. positifs) pour les maturités qui lui sont supérieures. Ceci s écrit : Pi2Pj2 <0 si i>ilim et j<ilim La conséquence d un déplacement de du deuxième facteur se traduit alors par un mouvement de la pente de la courbe des taux car les taux de maturités courtes augmentent (resp. baissent) alors que les taux longs baissent (resp. augmentent) : Taux Maturités

38 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Taux d intérêt: Analyse des facteurs Analyse des nouvelles variables 3e Facteur : mouvement de convexité de la courbe des taux. Le vecteur propre de associé à la troisième plus grande valeur propre a des coefficients positifs (resp. négatifs) pour les maturités très courtes et très longues et négatifs (resp. positifs) pour les maturités intermédiaires. Pi3 et pj3 de même signe si i petit et j grand, et de sugne opposé à pk3 si k «moyen». Un déplacement de du troisième facteur se traduit par un mouvement de battement car les taux de maturités très courtes et très longues baissent (resp. montent) alors que les taux de maturités intermédiaires augmentent (resp. baissent)

39 ACP sur les rendements quotidiens de 28 indices: Facteur n 2 vs facteur n 3 Indice n i = pi1 F1+ pi2 F2 + pi3 F Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Ce sont les p2 et les p3 qui sont graphés ci dessous 0,6 0,4 0,2-0,2 0 0,8 1 1,2 1,4 1,6 1,8 2-0,4-0,6-0,8

40 7. Une technique de réduction de la complexité: l Analyse en composantes Principales Conclusion: Les risques, un métier de plus en plus exigeant Après la crise, on enviseage des contraintes supplémentaires: Demander plus de fonds propres (8% 9%, 10 %?) Créer de nouveaux indicateurs pour prendre en compte des phénomène jusque là plus ou mons négligés A partir du moment où les exigences réglementaires du régulateur deviennent de plus en plus dures, on ne peut pas se contenter de majorer les indicateurs réglementaires (puisque eux-mêmes deviennent élevés) sous peine de trop pénaliser la banque Risques: Domaine en expansion, en raison des chantiers entrainés par l exigence supplémentaire des régulateurs

Risque de contrepartie sur opérations de marché. Olivier COHEN

Risque de contrepartie sur opérations de marché. Olivier COHEN 2009 JJ Mois Année Risque de contrepartie sur opérations de marché Olivier COHEN RISQ/CMC/MOD Plan 1. Introduction 2. Activités de la banque et systèmes de contrôles 3. Le risque de contrepartie Principe

Plus en détail

Risque de contrepartie sur opérations de marché. Marwan Moubachir

Risque de contrepartie sur opérations de marché. Marwan Moubachir JJ Mois Année Risque de contrepartie sur opérations de marché Marwan Moubachir RISQ/CMC/MOD Le contenu de cette présentation ne représente que le point de vue de son auteur et n'engage en rien la Société

Plus en détail

Le risque de contrepartie

Le risque de contrepartie Le risque de contrepartie Gérer les risques en temps de crise 20/06/2012 Idriss Tchapda Djamen Sommaire Exécutif n Le risque de contrepartie reçoit une attention considérable de la part des régulateurs

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

L essentiel des marchés financiers

L essentiel des marchés financiers Éric Chardoillet Marc Salvat Henri Tournyol du Clos L essentiel des marchés financiers Front office, post-marché et gestion des risques, 2010 ISBN : 978-2-212-54674-3 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone...

Liste des notes techniques... xxi Liste des encadrés... xxiii Préface à l édition internationale... xxv Préface à l édition francophone... Liste des notes techniques.................... xxi Liste des encadrés....................... xxiii Préface à l édition internationale.................. xxv Préface à l édition francophone..................

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA En quelques mots

Plus en détail

Gestion des Risques Financiers

Gestion des Risques Financiers Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 9 janvier 2008 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 La réglementation Bâle II 1. Quelles sont les principales diérences entre l'accord originel de

Plus en détail

Le Collateral Management

Le Collateral Management Le Collateral Management Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises Collateral Management 2 GESTION DU COLLATERAL En quelques mots Collatéral : actif financier servant de garantie dans

Plus en détail

Document d implémentation - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO

Document d implémentation - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO - Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO Grenoble, 11 juin 2012 Table des matières 1 Avant-propos 3 2 Présentation de l architecture du logiciel 3 2.1 Core..........................................

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE :

VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : VALORISATION DES PRODUITS DE CHANGE : TERMES, SWAPS & OPTIONS LIVRE BLANC I 2 Table des Matières Introduction... 3 Les produits non optionnels... 3 La méthode des flux projetés... 3 Les options de change

Plus en détail

Correction des exercices du livre La Gestion des Risques Financiers

Correction des exercices du livre La Gestion des Risques Financiers Correction des exercices du livre La Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 Décembre Ce document présente les corrections des questions de cours et des exercices des pages 535 à 55 du livre

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP

RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Lundi 30 Mars 2015 Séminaire EIFR sur le thème «CCP : Evaluation du risque pour les utilisateurs» RÉPONSE DE SGSS POUR FACILITER LA GESTION DES RISQUES PAR LES SGP Présenté par Clément Phelipeau, Société

Plus en détail

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061 Value at Risk 27 février & 13 mars 20061 CNAM Gréory Taillard CNAM Master Finance de marché et estion de capitaux 2 Value at Risk Biblioraphie Jorion, Philippe, «Value at Risk: The New Benchmark for Manain

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 :

Plus en détail

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8)

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8) Plan du cours 1 Introduction, mesure de risques (P. Tankov, UPD, séances 1 3) Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés 2 Réglementation (M. Benlaribi, Deloitte,

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel

Qu'est-ce qu'un fonds à formule? Document non contractuel Qu'est-ce qu'un fonds à formule? THESAURUS 2013 Tous droits de CONFIDENTIEL reproduction réservés Obligation Options 100% Capital garanti Performance 1- Qu est-ce qu un fonds à formule «Un fonds à formule

Plus en détail

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 1 INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 RELATIVE AUX MODALITÉS DE CALCUL DE L ENGAGEMENT DES OPCVM SUR INSTRUMENTS FINANCIERS À TERME Prise en application des articles 411-44-1 à 411-44-5 du règlement

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES

FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES FORMATIONS FINANCIÈRES RÉALISÉES l'ensemble de ces sujets de formations ont été construits sur mesure à la demande de nos clients SOMMAIRE LES MARCHÉS 3 LES MARCHÉS FINANCIERS NIVEAU 1 4 LES MARCHÉS FINANCIERS

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Table des matières. Préface... 1. Chapitre 1 Introduction... 5. Chapitre 2 Les banques... 25

Table des matières. Préface... 1. Chapitre 1 Introduction... 5. Chapitre 2 Les banques... 25 Table des matières Préface................................................................................ 1 Chapitre 1 Introduction..........................................................................

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

Stratégies sur options et Pricer d'options

Stratégies sur options et Pricer d'options Stratégies sur options et Pricer d'options Définition Une option (ou Warrant) est un contrat qui confère à son porteur le droit d acheter ou de vendre un sous-jacent (action, obligation, indice synthétique,

Plus en détail

Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012

Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012 Du Bon Usage de la Valorisation Eric Benhamou Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012 Plan Méthode de valorisation Problématiques actuelles Analyse de Cas Réconciliation avec d autres

Plus en détail

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés

ESSEC. Cours FING31259 Management bancaire. Séance 1 Le r isque de mar chés ESSEC Cours FING31259 Management bancaire Séance 1 Le r isque de mar chés Plan Les activités de marché Les opérations de marché Le risque de marché Le cadre réglementaire Méthode forfaitaire et méthode

Plus en détail

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires

Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Les techniques des marche s financiers Exercices supple mentaires Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3 Exercice 3 : mathématiques et statistiques...

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3)

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) ÉTUDE Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) Le contenu du nouvel accord de Bâle sur le ratio international de solvabilité bancaire, dont l entrée en vigueur est prévue pour la fin

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise

La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise La revue fondamentale du portefeuille de négociation, une réponse aux limites observées pendant la crise Conférence PRMIA Revue Fondamentale du Trading Book Quel trading pour les années à venir Paris,

Plus en détail

Valorisation des instruments complexes

Valorisation des instruments complexes Valorisation des instruments complexes Contrainte réglementaire ou opportunité: le retour d expérience d une société de gestion Mars 2 0 1 2 p0 P0 Préambule: le fondement réglementaire pour les sociétés

Plus en détail

Table des matières. Préface... 1. Chapitre 1 Introduction... 5. Chapitre 3 Les compagnies d assurance et les fonds de pension...

Table des matières. Préface... 1. Chapitre 1 Introduction... 5. Chapitre 3 Les compagnies d assurance et les fonds de pension... Préface...................................... 1 Chapitre 1 Introduction................................ 5 1.1 La rentabilité et le risque................. 6 Mesurer le risque......................... 7

Plus en détail

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options

Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Dérivés Financiers Caractéristiques des contrats d options Owen Williams Grenoble Ecole de Management Accréditations > 2 Introduction Une option donne au détenteur le droit de faire quelque chose dans

Plus en détail

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt 5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt Objectif : Présenter : 1.Évaluation d'obligation 2.Rendement actuariel (rendement à l'échéance) 3.Risque de taux 4.Structure par termes des

Plus en détail

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread

Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Ecole Nationale des Ponts et Chaussées Option Adjusted Spread Dimitri Kassatkine, Sofiane Maayoufi IMI Finance Mars 2006 1 INTRODUCTION 1.1 Présentation des produits obligataires Une obligation est un

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Formation «Comptabilite des produits de rive s»

Formation «Comptabilite des produits de rive s» Formation «Comptabilite des produits de rive s» REFERENCE : 303 1. Objectif général Situer le rôle des marchés de produits dérivés et leur lien avec les instruments au comptant. Expliquer le mécanisme

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Risque de contrepartie

Risque de contrepartie Risque de contrepartie Politique Risque de gestion du collatéral Date : 09/08/2013 SOMMAIRE 1. Contexte général 2. Contreparties des opérations de gré à gré 3. Politique risque de gestion du collatéral

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

2- Instruments de gestion des risques de marché

2- Instruments de gestion des risques de marché 2- Instruments de gestion des risques de marché Objectif : présenter les produits dérivés utilisés dans la gestion des risques de marché. 1- CONTRATS À TERME 2- SWAPS 3- OPTIONS CLASSIQUES Jean-Baptiste

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs

Les options : Lien entre les paramètres de pricing et les grecs Cette page est soutenue par ALGOFI Cabinet de conseil, d ingénierie financière et dépositaire de systèmes d information financiers. Par Ingefi, le Pôle Métier Ingénierie Financière d Algofi. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Les options Plan Les options standards (options de 1 ère génération) Les produits de base: calls

Plus en détail

Les TURBOS. Division (12pt)

Les TURBOS. Division (12pt) Les TURBOS Division (12pt) Le prospectus d émission des certificats TURBOS a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 3 mai 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi sous

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES TAUX Université d Evry Val d Essonne Séance 5 Philippe PRIAULET Mise en place et mesure de performance de stratégies obligataires Introduction 1- La notion de paris sur la courbe

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010 23 juillet 2010 Définitions Exemples - Interactions Obligations Credit Default Swap (CDS) First To Default Collateralized Debt Obligation (CDO) Probabilité de défaut Le modèle exponentiel dynamique - Introduction

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change

Gestion financière internationale GSF-2104. Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Gestion financière internationale GSF-2104 Partie 6 Les outils des marchés internationaux et la gestion du risque de change Introduction Partie 1 : les produits financiers des marchés des changes (chapitre

Plus en détail

Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules

Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules Couverture dynamique des produits dérivés de crédit dans les modèles à copules David Kurtz, Groupe de Recherche Opérationnelle Workshop Copula in Finance, 14 mai 2004, ENS Cachan Sommaire 1 Le marché des

Plus en détail

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement

Les produits structurés après la crise. Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Les produits structurés après la crise Commerzbank Partners, vos solutions d investissement Sommaire Introduction Besoins en placement: un peu d histoire Les produits structurés Fonctionnement Le zéro

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Certificat en Risk Management Cas pratiques et applications sur Excel

Certificat en Risk Management Cas pratiques et applications sur Excel Certificat en Risk Management Cas pratiques et applications sur Excel Formateur : Eymen Errais, PhD, FRM Dr. Errais est titulaire d un doctorat en ingénierie financière de Stanford University. Il possède

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible»

Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Exercice du cours Gestion Financière à Court Terme : «Analyse d un reverse convertible» Quand la trésorerie d une entreprise est positive, le trésorier cherche le meilleur placement pour placer les excédents.

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Les techniques des marchés financiers

Les techniques des marchés financiers Les techniques des marchés financiers Corrigé des exercices supplémentaires Christine Lambert éditions Ellipses Exercice 1 : le suivi d une position de change... 2 Exercice 2 : les titres de taux... 3

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options

TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options Université de Lorraine Modélisation Stochastique Master 2 IMOI 2014-2015 TP1 Méthodes de Monte Carlo et techniques de réduction de variance, application au pricing d options 1 Les options Le but de ce

Plus en détail

BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research.

BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research. BNP Paribas, CIB, Global Equity and Commodity Derivatives Research. BNP PARIBAS jouit d une dimension internationale sur le marché des produits dérivés sur actions. Notre équipe de Recherche et Développement

Plus en détail

2- Comment les traders gèrent les risques

2- Comment les traders gèrent les risques 2- Comment les traders gèrent les risques front office middle office back office trading échange d'actifs financiers contrôle des risques, calcul du capital requis enregistrement des opérations traitement

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2

CHAMPION Matthieu Modèles de Marché en Visual Basic ESILV S04 S6. Sommaire... 1. Introduction... 2 Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 1 Trois différentes techniques de pricing... 3 1.1 Le modèle de Cox Ross Rubinstein... 3 1.2 Le modèle de Black & Scholes... 8 1.3 Méthode de Monte Carlo.... 1

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS

CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS CHAPITRE 1 LA MÉTHODE DISCOUNTED CASH FLOWS Ce chapitre est consacré à la valorisation par les cash flows actualisés ou DCF. Cette méthode est basée sur la capacité d une entreprise à générer des flux

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14

Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur gestion active DOC-2008-14 Position AMF Swaps de performance sur OPC et structurations sur Textes de référence : articles L. 214-20, L. 214-24-55, R. 214-19 II et R. 214-32-28 II du code monétaire et financier 1. Principes caractéristiques

Plus en détail

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios»

Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Capital économique en assurance vie : utilisation des «replicating portfolios» Anne LARPIN, CFO SL France Stéphane CAMON, CRO SL France 1 Executive summary Le bouleversement de la réglementation financière

Plus en détail

Manuel d Utilisateur - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO

Manuel d Utilisateur - Logiciel ModAFi. Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO Manuel d Utilisateur - Logiciel ModAFi Jonathan ANJOU - Maud EYZAT - Kévin NAVARRO Grenoble, 12 juin 2012 Table des matières 1 Introduction 3 2 Modèles supportés 3 2.1 Les diérents modèles supportés pour

Plus en détail

Probabilités III Introduction à l évaluation d options

Probabilités III Introduction à l évaluation d options Probabilités III Introduction à l évaluation d options Jacques Printems Promotion 2012 2013 1 Modèle à temps discret 2 Introduction aux modèles en temps continu Limite du modèle binomial lorsque N + Un

Plus en détail

Simulations de Monte Carlo

Simulations de Monte Carlo Simulations de Monte Carlo 2 février 261 CNAM GFN 26 Gestion d actifs et des risques Gréory Taillard GFN 26 Gestion d actifs et des risques 2 Biblioraphie Hayat, Sere, Patrice Poncet et Roland Portait,

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 12. Théorie des options I Daniel Andrei Semestre de printemps 211 Principes de Finance 12. Théorie des options I Printemps 211 1 / 43 Plan I Introduction II Comprendre les options

Plus en détail

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Wacc et risque de défaut Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Stocks, Flux et Actualisation (MM1) Approche de Modigliani-Miller (première version) Approche Théorique Approche Théorique Agrégat Flux

Plus en détail

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Activité et résultats Dexia 4 e trimestre et année 2007 Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) GROUPAMA BANQUE Société Anonyme au capital de 120 825 712 euros. Siège social : 67, rue Robespierre, 93100 Montreuil. 572

Plus en détail

Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull -

Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull - T. Moudiki, X. Milhaud - M2R SAF Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull - Sous la direction de M. Tchapda ISFA - Mai

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail