L agence physique dans l assurance Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L agence physique dans l assurance Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux?"

Transcription

1 L agence physique dans l assurance Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux? La distribution «physique» de produits d assurance aborde aujourd hui un tournant stratégique. Il y a peu encore, en pleine période d engouement pour les nouvelles technologies (Internet en première ligne), son avenir s annonçait bien sombre et menacé par le processus de dématérialisation des relations avec les assurés. A ce jour, il n en a rien été. Au contraire, la période récente a été plutôt celle d une certaine effervescence marquée par de nombreuses initiatives sur les canaux de vente physiques. L étude de Precepta vous propose ainsi un décryptage des principales expérimentations et actions en cours sur le front de la distribution physique. Des expérimentations qui, plus que les réseaux traditionnels de l assurance, concernent davantage les «nouveaux» acteurs du marché. Ont notamment été analysés les réseaux de franchises lancés par les conseillers en gestion de patrimoine indépendants pour accélérer leur développement sur le marché de l assurance vie ; un modèle d ailleurs repris par quelques-uns de leurs «fournisseurs». Autre cas traité, celui des courtiers grossistes qui montent et animent des réseaux d apporteurs d affaires, et qui sont allés, pour certains, jusqu à développer leurs réseaux de distribution propriétaires intégrés et franchisés. Les experts de Precepta ont également passé en revue les tests sur de nouveaux concepts d agences ou l ouverture de boutiques d un genre nouveau par différents assureurs et bancassureurs de la place. Cette effervescence au sein d un secteur dans lequel la vente et la relation client sont tout sauf uniformes et standardisées, et qui se caractérise par son extrême diversité, trahit d ailleurs pour partie une préoccupation devenue majeure au sein de la profession : la nécessité de repositionner, de redéfinir le format, la place, le rôle, les fonctions des agences physiques. De fait, la distribution de produits d assurance voit les mutations de son environnement s accélérer, principalement sous l impulsion de la montée en puissance d Internet. Certes aujourd hui encore aucun modèle référent n a véritablement émergé sur la toile, mais le rôle croissant joué par ce «nouveau» média, et ses impacts sur la relation des assurés à l assurance ne fait plus l ombre d un doute. Le rapport de force avec les clients s est notablement modifié. Les Français sont devenus au fil du temps plus exigeants, plus opportunistes et moins fidèles, plus autonomes et experts également. Ils sont en outre désormais pleinement multicanaux dans leurs pratiques, passant indifféremment de la toile au téléphone, en passant par l agence.

2 En un mot, il est plus que temps pour la distribution «physique» d accélérer sa mue. Un processus qui passe par des choix structurants. Pour stimuler la réflexion, l analyse menée par Precepta dresse un panorama détaillé des principaux réseaux de commercialisation de produits d assurance et des leviers d action prioritaires. Quatre principaux axes ont ainsi été identifiés illustrant les tendances actuelles : Optimiser la proximité. Alors même qu Internet semblait condamner le point de vente physique, les opérations de densification des réseaux n ont pas cessé au cours des dernières années. Il faut dire que l agence reste encore aujourd hui au centre de la relation client. Garante de la proximité, elle permet en outre d améliorer la visibilité auprès du grand public. Une problématique qui conduit d ailleurs à optimiser les implantations. L adaptation des formats selon les zones d implantation, leur soutien éventuel par des équipes «nomades», font également parti des choix stratégiques à arbitrer ; Accroître l efficacité «commerciale». D un côté, les canaux de contact à distance ont permis de sensiblement décharger les conseillers de clientèle de tâches à faible valeur ajoutée. De l autre, Internet a privé les points de vente physiques, et les conseillers, de certains de leurs «attributs» (la connaissance des produits, les outils de simulations et de diagnostics ). Ce contexte a d ores et déjà poussé certains acteurs à réaménager leurs espaces physiques afin d améliorer encore la qualité de l accueil et des services rendus, d attirer le «chaland». Ces processus s accompagnent par ailleurs de réflexions quant à l évolution du rôle des conseillers, sur l organisation et l optimisation de leur temps de travail, sur les modes de rémunération ; Définir le positionnement entre des points de vente généralistes v/s spécialistes. La bancassurance a consacré un modèle de réseau de distribution généraliste et porté une promesse de valeur claire : apporter une réponse à l ensemble des besoins essentiels des clients. A l autre extrême : les spécialistes, et leur capacité à répondre à des problématiques plus «complexes», et/ou à apporter des solutions sur-mesure à ces cibles de clientèle précises. Entre les deux un continuum de positionnements de multispécialistes. Il est vrai que ces différents positionnements peuvent justifier d atouts distinctifs à valoriser en fonction des situations propres à chacun des acteurs en place ; «Fédérer pour réussir». Sur un tout autre plan, l environnement de plus en plus difficile (concurrence exacerbée, exigences réglementaires ), pousse aux regroupements et associations diverses jusqu au développement de réseaux franchisés au sein d un secteur qui demeure encore extrêmement fragmenté. L impératif de visibilité grâce à une marque forte, les échanges de bonnes pratiques, la recherche d un effet volume face aux fournisseurs, l attention accordée par ces derniers à leurs réseaux propriétaires sous-tendent ces mouvements. Indéniablement, le commerce «organisé» est amené à prendre du poids. Au-delà de ces principaux axes, se pose bien évidemment la question de l articulation avec Internet. Car si ce «nouveau» média apparaît comme un canal concurrent, il s affirme également en tant qu outil au service du point de vente physique. Bien évidemment, cette problématique est à remettre en perspective avec la nature même du «distributeur», son appartenance ou non à un réseau organisé... Elle appellera des postures et des choix différents. Grâce à cette analyse complète et opérationnelle, PRECEPTA met à la disposition des dirigeants du secteur un véritable outil pour organiser et hiérarchiser l information, stimuler la réflexion et préparer les décisions. Nous sommes à votre disposition pour vous apporter des compléments d information concernant cette étude de référence dont vous trouverez ci-joint la présentation. Pour la recevoir, il vous suffit de nous retourner le bon de commande au verso de la plaquette après l avoir complété. Frank Benedic Directeur de Precepta

3 L agence physique dans l'assurance : Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux? Edition : Février 2010 L identification des facteurs de mutations de la distribution d assurance L analyse des différents circuits de commercialisation de produits d assurance Les initiatives et expérimentations en cours sur le front de la distribution Les modèles de distribution des «fournisseurs» d assurance Les leviers d actions prioritaires UNE ETUDE INDISPENSABLE L étude la plus complète pour comprendre les enjeux et les perspectives ainsi que le contexte concurrentiel spécifiques aux réseaux «physiques» de distribution de produits d assurance. Les travaux de recueil d informations, d enquête et d analyse ont été coordonnés par Sabine Gräfe, directrice d études, responsable du pôle Banque Assurance Finance au sein de Precepta. Ce document exceptionnel de 200 pages comprend trois niveaux d information : 1. une «synthèse exécutive» qui tire tous les enseignements de 3 mois d enquêtes ; 2. une analyse et un décryptage des stratégies des opérateurs ; 3. une somme exceptionnelle d informations sur les réseaux physiques de l assurance. PRECEPTA, STIMULATEUR DE STRATEGIES Les études de Precepta sont publiées à sa seule initiative. Elles sont réalisées avec la plus grande rigueur professionnelle et une indépendance d esprit totale. Elles ont pour but d offrir une représentation vivante des évolutions décisives d un marché et de la concurrence sectorielle. Elles mettent à disposition des décideurs une analyse pertinente des positionnements et des performances des entreprises. Les études s inscrivent dans une méthodologie rigoureuse et éprouvée. Precepta a accumulé plus de 20 ans d expérience dans l analyse des stratégies d entreprise et de leur environnement concurrentiel. Son intégration dans le groupe Xerfi en 2004 lui a permis de renforcer ses moyens d investigation et d accéder aux meilleures sources de données. Chaque étude Precepta est ainsi l outil de référence indispensable pour stimuler la réflexion et préparer les décisions. Retrouver le catalogue complet des études Precepta sur les sites precepta.fr ou xerfi.com.

4 Edition : février pages L agence physique dans l'assurance : Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux? 1. SYNTHESE EXECUTIVE Destiné aux décideurs, ce document est volontairement concis, et met en relief les principaux enseignements à tirer de l étude. Il a été conçu comme un document de travail pour stimuler la réflexion et préparer la prise de décision. 2. DECRYPTER L ENVIRONNEMENT ET SES MUTATIONS 2.1. Les grandes mutations de la distribution d assurance La distribution : du prisme «réglementaire» à la réalité «terrain» Des MSI aux bancassureurs : la remise en question des réseaux traditionnels De la révolution Internet et de ses conséquences sur les points de vente physiques L évolution du comportement des consommateurs 2.2. Un état des lieux du paysage de la distribution d assurances Les spécificités des «formes» de distribution de produits d assurance - réseaux propriétaires v/s non propriétaires - réseaux indépendants v/s intégrés - distributeurs «isolés» v/s «commerce organisé» Principaux points forts et points faibles des réseaux en place La perception du grand public des différents réseaux de distribution de produits d assurance 2.3. Des réseaux aux modèles de distribution Le modèle des assureurs «traditionnels» - le recours à des réseaux divers et variés - le cas d Axa - le cas de Swiss Life Le modèle des MSI - un modèle historiquement sans intermédiaires - le cas de la MAIF - le cas de la Maaf Le modèle des bancassureurs - un modèle «agence» dominant, à quelques exceptions près - le cas de BNP Paribas - le cas du Crédit Mutuel Arkéa Le modèle des courtiers grossistes - à la base : la constitution de réseaux d apporteurs d affaires - le cas d April Group - le cas de Solly Azar 3. DRESSER UN PANORAMA DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DE L ASSURANCE Pour chaque type de réseau identifié sont présentés les principaux chiffres clés, les principaux réseaux, le poids sur les marchés de l assurance dommages et de l assurance vie Les réseaux «indépendants» Les agents généraux Les courtiers d assurances Les CGPI 3.2. Les réseaux «intégrés» Les réseaux salariés «debout» Les agences bancaires Les mutuelles «sans intermédiaires» 3.3. Les principaux autres réseaux La grande distribution Les concessionnaires automobiles 4. IDENTIFIER LES PRINCIPAUX ENJEUX ET DEFIS DE LA DISTRIBUTION PHYSIQUE 4.1. Optimiser la proximité Les points de vente physiques au cœur de la relation client La densification des réseaux au service de la proximité 4.2. Accroître l efficacité «commerciale» Une évolution des rôles et fonctions des points de vente physiques Les nouveaux formats d agences La nécessité d interconnecter l agence 4.3. Opter pour un positionnement stratégique clair Les réseaux généralistes v/s spécialistes Les défis des réseaux généralistes La différenciation via la spécialisation 4.4. «Fédérer» pour réussir L indépendance face au «commerce organisé» ou «semi organisé» Les initiatives des «distributeurs» Les initiatives des «fournisseurs» 5. LES DISPOSITIFS COMMERCIAUX DES FORCES EN PRÉSENCE 5.1. Les monographies Sont présentées pour chacun des acteurs étudiés une analyse et des données clés sur le dispositif commercial, et ses différentes composantes, les grandes tendances à l œuvre, l actualité récente. Aviva France Axa France Groupama Maif Crédit Agricole Crédit Mutuel Eovi Mutuelles Harmonie Mutuelles April Assu Les principaux autres acteurs Les fiches signalétiques présentent de façon synthétique les dispositifs commerciaux (type de réseau, nombre de points de vente) pour les principaux autres acteurs. Allianz France Generali France Swiss Life Aréas GMF MAAF Macif Matmut MMA AG2R-La Mondiale BNP Paribas BPCE La Banque Postale Société Générale 5.3. Les franchises Sont présentées pour chacune des franchises étudiées des informations et données clés : année de création, réseau, chiffres clés, caractéristiques du contrat de franchise, services aux franchisés AAFI Consulting L Assurance Nouvelle Assuroscope Assurtis Transparence Courtage 6. ANNEXES : LES MARCHES DE L ASSURANCE 6.1. Les principaux marchés de l assurance : rétrospective L assurance vie La prévoyance L assurance MRH L assurance automobile 6.2. Perspectives sur les principaux marchés de l assurance à l horizon L assurance vie La prévoyance L assurance MRH L assurance automobile

5 Tableaux et matrices : la source d information la plus complète sur les points de vente physiques dans l assurance 1. Décrypter l environnement et ses mutations T1 Les inscriptions à l Orias ( ) T2 La répartition des inscriptions à l Orias T3 Les inscriptions à l Orias : l intermédiation d assurance exercée à titre principal v/s à titre accessoire T4 Des acteurs, et donc des «points de vente», toujours plus nombreux sur tout ou partie du marché T5 Les rapports de force sur le terrain T6 Une révolution Internet en deux temps T7 Des formes de «commerce» extrêmement variées T8 Le profil des principaux réseaux de distribution : points forts et points faibles T9 La connaissance des Français des spécificités des différents réseaux T10 Le modèle protéiforme des assureurs traditionnels T11 Le modèle protéiforme des assureurs traditionnels : le cas d Axa T12 Le modèle protéiforme des assureurs traditionnels : le cas de Swiss Life T13 Le modèle quasi mono réseau intégré des MSI T14 Le modèle des MSI : le cas de la MAIF T15 Le modèle des MSI : le cas de la Maaf T16 Le modèle «agence», le modèle dominant des banques, à quelques exceptions près T17 Le modèle des banques : le cas de BNP Paribas T18 Le modèle des banques : le cas du Crédit Mutuel Arkéa T19 Le modèle des courtiers grossistes T20 Le modèle des courtiers grossistes : le cas d April Group T21 Le modèle des courtiers grossistes : le cas de Solly Azar 2. Dresser un panorama des réseaux de distribution de l assurance T22 L'évolution du nombre d agents généraux ( ) T23 Le poids des agents généraux en assurances dommages et en assurance vie en 1990 T24 Les réseaux d agents généraux aujourd hui : T25 le nombre des agents généraux et d agences par réseau T26 De la difficulté d estimer le nombre des courtiers T27 Le poids des courtiers en assurances dommages et en assurance vie en 1990 T28 Les principaux chiffres clés des CGPI (collecte, encours) T29 Les principaux réseaux de salariés «debout» T30 Le poids des réseaux salariés en assurance vie et en assurances dommages en 1990 T31 L'évolution du nombre d agences bancaires (hors La Banque Postale) ( ) T32 L'évolution du nombre des agences y compris LBP ( ) T33 Les réseaux d agences bancaires des groupes bancaires T34 Le poids des réseaux bancaires en assurance vie et en assurances dommages en 1990 T35 Les réseaux d agences des principales MSI T36 Le poids des MSI en assurance dommages en 1990 T37 Estimation du poids des MSI sur le marché de l assurance vie en 2008 T38 La grande distribution T39 Les concessionnaires automobiles T40 T41 T42 T43 T44 T45 T46 T47 3. Identifier les grandes tendances à l œuvre L agence reste au cœur des dispositifs Accroître la visibilité et renforcer le lien de proximité L évolution du rôle des points de vente physiques Les nouveaux concepts d agence au service d une plus grande efficacité commerciale Les nouveaux concepts : exemples d expérimentations en cours Généralistes v/s spécialistes : des promesses de valeurs et enjeux différents La spécialisation : l exemple de la santéprévoyance Les franchises et autres réseaux assimilés de CGP développées par les assureurs et bancassureurs 4. Les dispositifs commerciaux des forces en présence T48 Aviva France T49 Axa France T50 Groupama T51 MAIF T52 Crédit Agricole T53 Crédit Mutuel T54 Eovi Mutuelles T55 Harmonie Mutuelles T56 April T57 Assu 2000 T58 T59 T60 T61 T62 T63 T64 T65 T66 T67 T68 T69 T70 T71 T72 T73 T74 T75 T76 T77 T78 T79 T80 T81 T82 T83 T84 T85 T86 T87 T88 T89 Generali France Swiss Life Aréas GMF Maaf Macif Matmut MMA BNP Paribas BPCE Société Générale La Banque Postale AAFI Consulting L Assurance Nouvelle Assuroscope Assurtis Transparence Courtage 5. Les annexes L évolution des cotisations en assurance vie et capitalisation ( ) Les prévisions de croissance de l assurance vie ( ) L évolution des cotisations en assurance prévoyance (décès, maladie, accident) ( ) Les prévisions de croissance en assurances maladie, décès, accident ( ) L évolution des cotisations en assurance MRH ( ) L'évolution des cotisations en assurance MRH ( ) L'évolution annuelle des prix en assurance MRH ( ) L'évolution annuelle de la prime moyenne en assurance MRH ( ) Les prévisions de croissance de l assurance MRH ( ) L évolution des cotisations en assurance automobile ( ) L'évolution des cotisations en assurance automobile (particuliers et entreprises) ( ) L'évolution annuelle des prix en assurance automobile ( ) L'évolution annuelle de la prime moyenne en assurance automobile (ensemble des garanties) ( ) Les prévisions de croissance de l assurance automobile ( ) Des perspectives peu dynamiques sur le marché automobile Principaux opérateurs analysés ou cités dans l étude (*) Principaux opérateurs, cités ou analysés dans l étude (*) AAFI CONSULTING ADREA AREAS AFER AG2R-LA MONDIALE ALLIANZ FRANCE ALLIANZ VIP ALTEIS AMAGUIZ ANTARIUS APRIL APRIL PATRIMOINE ARCA PATRIMOINE ARKANISSIM ASSU 2000 ASSUROSCOPE ASSURTIS AVIVA DIRECT AVIVA FRANCE AXA FRANCE BANQUE POPULAIRE BFORBANK BNP PARIBAS BNP PARIBAS ASSURANCE BPCE CAISSE D'EPARGNE CARDIF CIVRY CNP CAPEOR COLLECTIF DES INTERMEDIAIRES EN ASSURANCES CORTAL CONSORS CORTAL CONSORS SELECT COVEA CREDIT AGRICOLE-LCL CREDIT DU NORD CREDIT MUTUEL-CIC DIRECT ASSURANCE EOVI LANGUEDOC MUTUALITE EOVI MUTUELLE DROME ARPICA EOVI MUTUELLES EOVI MUTUELLES PRESENCE EUROFIL EXPERT & FINANCE PARTENAIRE FIDUCEE GESTION PRIVEE FIP PATRIMOINE FONCIER ASSURANCE GACM GAN ASSURANCES GAN EUROCOURTAGE GAN PATRIMOINE GAN PREVOYANCE GCE ASSURANCES GENERALI FRANCE GENERALI PATRIMOINE GIE GESAM GMF GROUPAMA GROUPE CADRE HARMONIE MUTUALITE HARMONIE MUTUELLES IDMACIF LA BANQUE POSTALE LA BANQUE POSTALE PREVOYANCE LA FINANCIERE DU CAPITOLE LA MEDICALE DE FRANCE L'ASSURANCE NOUVELLE MAAF MACIF MAIF MATMUT MAXANCE MEDERIC EPARGNE MEDIATIS MIDI ASSUR MMA MUTANT ASSURANCES MUTUELLE EXISTENCE NATIXIS ASSURANCES NEA ORADEA VIE PACIFICA PATRIMOINE CONSULTANT PREDICA PREVADIES RELEYA SANTEVIE SFEREN SOCIETE GENERALE SOGECAP SOGESSUR SURAVENIR SWISS LIFE THEMA VIE TRANSPARENCE COURTAGE UAF PATRIMOINE UNION FINANCIERE DE FRANCE VENDYSSEE FINANCE VENDYSSEE FINANCE PARTENAIRES VIE PLUS VIP CONSEILS W FINANCE W FINANCE PARTNER (*) Liste non exhaustive

6 BON DE COMMANDE E-Réf : 9ABF20/PTAR à retourner ou à télécopier Xerfi 13-15, rue de Calais Paris Fax : Téléphone : L agence physique dans l'assurance : Quelles stratégies d optimisation au sein de dispositifs de distribution pluri canaux et multicanaux? Choisissez le mode d expédition du rapport commandé (cocher la bonne case) : en version papier-classeur (envoi par la poste) : EUR HT 1 899,00 TTC (TVA 5,5 %) en version électronique (fichier pdf) : (*) EUR HT 2 392,00 TTC (TVA 19,6%) les deux versions (électronique + classeur) (*) EUR HT 2 631,20 TTC (TVA 19,6%) A renseigner (en majuscules) : Société : Fonction : Nom & prénom : Adresse : Code postal : Ville : Téléphone : Télécopie : (*) Mode de règlement choisi : chèque ci-joint dès réception de l étude et de la facture Date, Signature et Cachet : XERFI SAS au capital de euros rue de Calais Paris - RCS Paris B APE 5811Z TVA intracommunautaire : FR Tarifs valables jusqu au 28/02/2011. Facture avec la livraison. En cas de litige, il est fait attribution exclusive au Tribunal de Commerce de Paris.

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

La gestion de patrimoine Du retail banking à la gestion de fortune : quelles stratégies face au durcissement du jeu concurrentiel?

La gestion de patrimoine Du retail banking à la gestion de fortune : quelles stratégies face au durcissement du jeu concurrentiel? La gestion de patrimoine Du retail banking à la gestion de fortune : quelles stratégies face au durcissement du jeu concurrentiel? Le marché de la gestion privée est en effervescence. L optimisation ou

Plus en détail

Expertises Marketing et Communication en Assurance

Expertises Marketing et Communication en Assurance Expertises Marketing et Communication en Assurance http://www.molitorconsult-assurance.com http://blog.molitorconsult-assurance.com contacts@molitorconsult.com Document totalement confidentiel Droits de

Plus en détail

Les Français jugent leurs assureurs

Les Français jugent leurs assureurs Les Français jugent leurs assureurs Présentation du 15 Mars 2002 Marie-Laurence GUÉNA Directeur Département Banques / Assurances TAYLOR NELSON SOFRES S.A 16, rue Barbès - 92129 Montrouge cedex - FRANCE

Plus en détail

9 ème Congrès annuel des Actuaires

9 ème Congrès annuel des Actuaires . 9 ème Congrès annuel des Actuaires Comment enrichir les modèles avec des indicateurs fondamentaux de création de valeur dans l assurance? Paris V1.01 au 23 juin 2010 Facts & Figures 69 avenue André Morizet

Plus en détail

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges?

La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers Soutenir les volumes ou renforcer les marges? L étude de référence sur : La stratégie des groupes de biens et services dans les produits financiers La contraction de la demande de crédits impose des choix stratégiques drastiques pour les distributeurs

Plus en détail

Les performances des fonds en euros des contrats d'assurance vie

Les performances des fonds en euros des contrats d'assurance vie Les performances des fonds en euros des contrats d'assurance vie Distributeur (assureur s'il est différent) Nom du contrat Multisupport (oui-non) Rendement 2006 (*) Rendement 2007 (*) Afer (Aviva Vie et

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Communiqué de presse Paris le 1 er juin 2015 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Le Fonds Stratégique de Participations

Plus en détail

Marché de l épargne-retraite en France : état des lieux, perspectives et enjeux

Marché de l épargne-retraite en France : état des lieux, perspectives et enjeux Marché de l épargne-retraite en France : état des lieux, perspectives et enjeux Décembre 2003 Etude disponible le 15 décembre 2003 Les objectifs Traiter les questions de fond -réglementation, fiscalité,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE :

ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : DOSSIER ENJEUX ET PERSPECTIVES DE LA GESTION PATRIMONIALE : FOCUS SUR LES CGPI Après avoir connu un âge d or ces dix dernières années, le marché du Haut de Gamme a été particulièrement secoué par la crise

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne 4 4ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

BNP Paribas Multiplacements Privilège 3,90 %

BNP Paribas Multiplacements Privilège 3,90 % Le Classement par Compagnie Etablissement / Contrat Taux 2009 (3) Taux 2010 (3) Adif (MMA Vie) Adif Epargne 4,00% 3,75% Adif (MMA Vie) Adif Optimum (2) 4,00% 3,75% Afer (Aviva Vie) Compte monosupport Afer

Plus en détail

MONDIAL PARE-BRISE EST AGRÉEE PAR LES COMPAGNIES D'ASSURANCES RÉPERTORIÉES CI-DESSOUS

MONDIAL PARE-BRISE EST AGRÉEE PAR LES COMPAGNIES D'ASSURANCES RÉPERTORIÉES CI-DESSOUS ACEF ILE DE FRANCE ACTE LIARD ALLIANZ (ex AGF) AGPM ASSURANCES AIRALPHA ALTIMA AMAGUIZ AMALINE AMF ASSURANCES AMF ASS. MUT.DES FONCTIONNAIRES APROLIS AREAS ARVAL ECL ARVAL PHH ARVAL SERVICE LEASE ASF (Autoroutes

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Étude sur la présence des sociétés d assurance sur les réseaux sociaux en 2014 DECEMBRE 2014

Étude sur la présence des sociétés d assurance sur les réseaux sociaux en 2014 DECEMBRE 2014 Étude sur la présence des sociétés d assurance sur les réseaux sociaux en 2014 DECEMBRE 2014 ETUDE SUR LA PRESENCE DES SOCIETES D ASSURANCE SUR LES RESEAUX SOCIAUX EN 2014... 1 INTRODUCTION... 10 LE CHAMP

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-111 du 3 août 2012 relative à la fusion par absorption des mutuelles Harmonie Mutualité, Mutuelle Existence, Prévadiès, Santévie, Santévie MP et Spheria Valde-France

Plus en détail

L image des Assureurs auprès des Français

L image des Assureurs auprès des Français Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT 2006-6 édition L image des Assureurs auprès des Français Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 6ème édition du baromètre vise à apporter aux

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle

Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-109 du 28 juillet 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de la Mutuelle Myriade par Eovi-MCD Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

TAUX DE RENDEMENTS DES SUPPORTS EN EUROS 2012/ L'AGEFI ACTIFS

TAUX DE RENDEMENTS DES SUPPORTS EN EUROS 2012/ L'AGEFI ACTIFS TAUX DE RENDEMENTS DES SUPPORTS EN EUROS 2012/ L'AGEFI ACTIFS Assureur / promoteur Nom du Contrat Taux de rendement net en % (avant ps) Montant total de l épargne en euros gérée (provisions mathématiques)

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-84 du 4 juillet 2013 relative à l affiliation de la mutuelle interprofessionnelle SMI à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com DOSSIER DE PRESSE Contact Presse : Stanislas di Vittorio Assurland Tél. : 01 78 09 81 70 stan.divittorio@assurland.com Septembre 2008 Résumé L assurance est une charge importante dans le budget des français

Plus en détail

Décision n 10-DCC-52 du 2 juin 2010 relative à la création d une Société de Groupe d Assurance Mutuelle («SGAM») par la MACIF, la MAIF et la MATMUT

Décision n 10-DCC-52 du 2 juin 2010 relative à la création d une Société de Groupe d Assurance Mutuelle («SGAM») par la MACIF, la MAIF et la MATMUT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-52 du 2 juin 2010 relative à la création d une Société de Groupe d Assurance Mutuelle («SGAM») par la MACIF, la MAIF et la MATMUT L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Partie 2-Etude de cas-la bancassurance

Partie 2-Etude de cas-la bancassurance Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «UE2 STRATEGIES DES ACTEURS» Lundi 4 février 2013 14 H 00 17 H 00 Durée 3 heures (ni document ni calculette autorisés) Partie 1-Questions 1.

Plus en détail

Les internautes face aux services financiers

Les internautes face aux services financiers Les internautes face aux services financiers 6ème baromètre des comportements multicanaux des internautes dans l univers de la banque, finance, assurance et crédit Mai 2013 Contexte 2013 Un consommateur

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES Les assurances de personnes Données clés 28 Fédération Française des sociétés d Assurances Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour

Plus en détail

REUNION REGIONALE. Amiens le 22 novembre 2011

REUNION REGIONALE. Amiens le 22 novembre 2011 REUNION REGIONALE Amiens le 22 novembre 2011 ORDRE DU JOUR Le Réseau Le Marché Color Services Animation Commerciale Nouvelle signalétique Avantages Action Commerciale hiver Accords Cadres Film Car Protect

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-73 du 26 juin 2013 relative à la constitution par les mutuelles Harmonie Mutuelle, Mutuelle Nationale de l Aviation Marine, Mutuelle SMAR, Mutuelle de Mare Gaillard

Plus en détail

Assurances de personnes. Enquête Mai 2008

Assurances de personnes. Enquête Mai 2008 Assurances de personnes Enquête Mai 2008 Les Perp en 2007 Cette étude peut être consultée et téléchargée à partir de l espace adhérents e-ffsa. Pour tout renseignement : effsa@ffsa.fr Ce document est la

Plus en détail

ENTREE EN RELATION Fiche d Informations Légales

ENTREE EN RELATION Fiche d Informations Légales GROUPE JCB «Conseils, Investissements & Patrimoine» JCB FINANCES & ASSURANCES Siège : 5, rue Haute - 30210 FOURNES SARL AU CAPITAL DE 3000 EUROS - RCS NÎMES - SIRET B 494-156-961 00018 - APE 6499 Z ENTREE

Plus en détail

GROUPAMA SUD OUEST N MU03470002 devient GROUPAM D OC AU 01/04/2007 nouveau N MU04450003 MUTUELLE MNCE N MU51907996

GROUPAMA SUD OUEST N MU03470002 devient GROUPAM D OC AU 01/04/2007 nouveau N MU04450003 MUTUELLE MNCE N MU51907996 AG2R N MU75809426 UMIF N MU75944421 (uniquement pour la CMU) AGMUT N MU75951236 MUTUELLE DE L AISNE N MU02003440 MUTALPES N MU04001376 LA ROUSSILLONNAISE N MU66004128 GROUPAMA SUD OUEST N MU03470002 devient

Plus en détail

L image des Assureurs auprès des Français

L image des Assureurs auprès des Français Contact : Frédéric ALBERT 8 2008 édition L image des Assureurs auprès des Français Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Les objectifs : Cette 8ème édition du baromètre vise à apporter aux professionnels

Plus en détail

FICHE D INFORMATION LEGALE. L ENTREPRISE HORIZON INVESTISSEMENTS SIREN : 477 936 421 00015 Siège : 5 rue Blanche 75009 PARIS

FICHE D INFORMATION LEGALE. L ENTREPRISE HORIZON INVESTISSEMENTS SIREN : 477 936 421 00015 Siège : 5 rue Blanche 75009 PARIS FICHE D INFORMATION LEGALE La présente fiche est un élément essentiel de la relation entre le client et son conseiller. Vous avez choisi de confier la mission à un professionnel réglementé et contrôlé,

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne : Les internautes face aux services financiers

Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne : Les internautes face aux services financiers Banque, Finance, Assurance & Crédit en ligne : Les internautes face aux services financiers ème baromètre des comportements multicanaux des internautes pour la gestion, la recherche d information et la

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 212 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2011 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 211 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-16 du 25 février 2015 relative à la création d une Société de Groupe d Assurance Mutuelle («SGAM») par le Groupe La Mutuelle Générale et le Groupe Malakoff Médéric

Plus en détail

Les cartes et nouveaux moyens de paiement :

Les cartes et nouveaux moyens de paiement : & Les cartes et nouveaux moyens de paiement : Quel posi onnement des acteurs sur des marchés bouleversés? Mardi 27 mars 2012 Centre d Affaires Paris-Trocadéro I 8h30 à 12h30 En partenariat avec : Editorial

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : V e r s i o n d u 2 9 s e p t e m b r e 2 0 1 5 Page 1 La présente fiche est un élément essentiel de la relation entre le client et

Plus en détail

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ

ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ ASSURANCE DE BIENS ET DE RESPONSABILITÉ Quelle place des assureurs dans les réponses? Des conséquences probables sur les réseaux de distribution et les organisations internes dans ce secteur. Juin 2014

Plus en détail

G ide d e d u d r é r p é ar a a r t a eu e r C p a sa s u A to Mai 2014

G ide d e d u d r é r p é ar a a r t a eu e r C p a sa s u A to Mai 2014 Guide du réparateur CapsAuto Mai 2014 Chère partenaire, Cher partenaire, Préambule Si vous avez ce Pack Réparateur entre les mains, c est que vous avez choisi de participer à la grande aventure de CapsAuto.

Plus en détail

Enquête sur la notation sociale des banques et des assureurs UNSA-2012

Enquête sur la notation sociale des banques et des assureurs UNSA-2012 Enquête sur la notation sociale des banques et des assureurs UNSA-2012 Conseil, Recherche et Formation en Relations Sociales 3 rue Bayard 59 000 LILLE Tél : +33 3 20 47 15 24 Fax : +33 3 20 www.orseu.com

Plus en détail

Baromètre 2013 des Assurances Dommages

Baromètre 2013 des Assurances Dommages Baromètre 2013 des Assurances Dommages (3 ème édition) 2 Analyse stratégique du marché et Mise en perspective V1.01 au 31 juillet 2013 Facts & Figures 69 avenue André Morizet 92100 Boulogne Billancourt

Plus en détail

Fiche d Informations Légales DOCUMENT D ENTREE EN RELATION LE CABINET

Fiche d Informations Légales DOCUMENT D ENTREE EN RELATION LE CABINET Fiche d Informations Légales DOCUMENT D ENTREE EN RELATION Vous avez choisi ou êtes sur le point de confier la mission de vous assister, à un professionnel réglementé et contrôlé. Nous vous invitons à

Plus en détail

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle

Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-111 du 8 août 2013 relative à la fusion par absorption de Mutuelle Nationale MCD par Eovi Mutuelle L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

MUTUELLES PARTENAIRES - TELETRANSMISSION

MUTUELLES PARTENAIRES - TELETRANSMISSION ALLIANZ ALPTIS ASSURANCES AMALINE ASSURANCE AMPLI MUTUELLE AON France APGIS APICIL ASSURANCES APICIL via le délégataire de gestion CETIM APICIL PREVOYANCE via le délégataire de gestion DIOT APRIONIS PREVOYANCE

Plus en détail

AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS

AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS Communiqué de presse Bois-Colombes, le 22 avril 2008 AVIVA LANCE SANTHIA, SA NOUVELLE OFFRE DE COMPLEMENTAIRE SANTE «SUR-MESURE» À DES TARIFS PLUS ATTRACTIFS Aviva commercialise à compter de cette semaine,

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine SODEJE Assurances & Patrimoine FICHE D'INFORMATIONS LEGALES Remis à : Siège social et réception clientèle Tél. : 01 43 51 51 52 Siège administratif et correspondances 23-25 avenue MAC MAHON Fax : 01 43

Plus en détail

Agir Pour Notre Avenir

Agir Pour Notre Avenir Agir Pour Notre Avenir Politique de Développement Durable de Generali FAIRE 12 juin 2008 Generali, 2ème assureur généraliste en France 2ème assureur généraliste en France 6 millions de clients 560 000

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Good Value for Money Tableau comparatif de Conditions Générales de contrats d'épargne standard Monosupport Euro

Good Value for Money Tableau comparatif de Conditions Générales de contrats d'épargne standard Monosupport Euro Tableau comparatif de Conditions Générales de contrats d'épargne standard Monosupport Euro Mutavie GMF Vie Mutuelle d'ivry La Fraternelle (MIF) Actiplus Altinéo Compte Epargne Libre Avenir Bureaux MACIF

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-181 du 27 décembre 2012 relative à l affiliation de la Mutuelle Générale de l Économie, des Finances et de l Industrie (MGEFI) à l union mutualiste de groupe Istya

Plus en détail

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis

Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-11 du 27 janvier 2011 relative au rapprochement du Groupe Aprionis et du Groupe Vauban Humanis L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 6 du 21 juin 2006 C2005-107 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 15 décembre 2005

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français.

Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français. Crystal Finance est le leader du conseil en gestion patrimoniale globale auprès d une clientèle privée et de non-résidents français. Créée en 1992, Crystal Finance conseille près de 10 000 clients à travers

Plus en détail

DÉMARRER AU QUART DE TOUR

DÉMARRER AU QUART DE TOUR assurance de biens PRIMA AUTO DÉMARRER AU QUART DE TOUR DES GARANTIES QUI VONT PLUS LOIN CAPITAL INVALIDITÉ DU CONDUCTEUR jusqu à 1 MILLION (1) VÉHICULE DE REMPLACEMENT GRATUIT Pour aller de l indispensable

Plus en détail

SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS

SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS 7 ème conférence annuelle BANQUE ET ASSURANCE SERVICES FINANCIERS AUX PARTICULIERS 2012 Numérique et mobilité : comment réinventer la relation client? Vendredi 13 avril 2012 Pavillon Gabriel Paris En partenariat

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances A deep water horizon : la fin des captives de bancassurance? Laurence BARRY www.enass.fr SOMMAIRE Executive summary 1. Des captives bancaires qui ne se sont jamais

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance sur le marché français

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance sur le marché français Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance sur le marché français (6 ème édition) Analyse stratégique du marché et Mise en perspective V1.10 au 24 août 2012 Facts & Figures 69 avenue

Plus en détail

MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME

MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME Jeudi 19 MARS 2015 Paris MARCHÉ DES TNS, TPE ET PME 5 e édition À l aube de l entrée en vigueur de l ANI, quelles stratégies de conquête sur un marché en profonde mutation Les chefs d entreprise face à

Plus en détail

La Bible des jeunes diplômés Les fonctions Commerciales en Banque & Assurances

La Bible des jeunes diplômés Les fonctions Commerciales en Banque & Assurances 1 2 Rappel Sectoriel et Conjoncturel Dans un premier temps, il nous semble pertinent de faire un point sur l organisation des secteurs de la Banque et de l Assurances, ainsi que de revenir sur le contexte

Plus en détail

FICHE D INFORMATION LEGALE STATUTS LEGAUX ET AUTORITES DE TUTELLE

FICHE D INFORMATION LEGALE STATUTS LEGAUX ET AUTORITES DE TUTELLE FICHE D INFORMATION LEGALE Vous avez choisi de confier la mission de vous assister à un professionnel réglementé et contrôlé, vous devez donc garder en mémoire les éléments suivants : STATUTS LEGAUX ET

Plus en détail

LE GRAND FORUM DE L ASSURANCE

LE GRAND FORUM DE L ASSURANCE Mardi 17 JUIN 2014 Paris LE GRAND FORUM DE L ASSURANCE Innovation, prospective, opportunités : la vision des grands dirigeants du marché 11 e édition S adapter aux évolutions réglementaires : ANI, loi

Plus en détail

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne

L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations. André BRUN Directeur de l audit interne L audit de performance à Gan Assurances Contexte et réalisations André BRUN Directeur de l audit interne 1 Présentation du Groupe Groupama Un groupe d assurances et de banque Un acteur de dimension européenne

Plus en détail

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME

MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Mercredi 19 MARS 2014 Paris MARCHÉ DES TNS ET DES TPE, PME Un an après l ANI, comment se positionner efficacement sur ces marchés 4 e édition État des lieux d une population hétérogène en constante évolution

Plus en détail

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

La gestion d actifs pour compte de tiers : Nouveaux avantages concurrentiels et modèles gagnants

La gestion d actifs pour compte de tiers : Nouveaux avantages concurrentiels et modèles gagnants Vient de paraître une étude de référence sur : La gestion d actifs pour compte de tiers : Madame, Monsieur, Pause ou fin de l euphorie? La crise financière a provoqué un brusque retour à la raison sur

Plus en détail

Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale. Rencontres

Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale. Rencontres Quelques points de repère Facts & Figures sur l Innovation dans l Assurance et la Protection Sociale 15 èmes Rencontres Saint-Malo les 13 et 14 novembre 2014 - V1.10 au 16 novembre 2014 - Facts & Figures

Plus en détail

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 DOCUMENT D ENTREE EN RELATION. D.E.R. Maj 01-04-2015 CARPE DIEM PATRIMOINE - SARL au Capital de 50 000 -RCS Lyon 452 089 964-APE 7022 Z Membre ANACOFI-CIF N E001954 N ORIAS 07005641 Transactions Immobilière

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR

DOSSIER DE PRESSE. La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR DOSSIER DE PRESSE La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR SOMMAIRE Préambule : PRÉSENTATION DE BAO, CABINET DE CONSEIL SUR L ASSURANCE

Plus en détail

Liste des organismes complémentaires en télétransmission avec l'enim mise à jour en mars 2013

Liste des organismes complémentaires en télétransmission avec l'enim mise à jour en mars 2013 Raison Sociale de l'organisme ADREA MUTUELLE ADREA MUTUELLE MUTI AG2R PREVOYANCE AGMUT ALMERYS ALPTIS ASSURANCES APCI APREVA APRI PREVOYANCE APRIA R.S.A - Complémentaire Santé APRIA R.S.A. APRIONIS PREVOYANCE

Plus en détail

Solution pour les Banques

Solution pour les Banques Solution pour les Banques DÉFINITION La solution Bdoc Suite pour les banques de Business Document vous permet de traiter efficacement vos courriers clients : Offres de prêts personnalisées, Propositions

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-66 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 13 juillet

Plus en détail

OBSERVATOIRE PUBLICITAIRE BANQUE ASSURANCE. Céline Gardeur Directrice du Planning Stratégique

OBSERVATOIRE PUBLICITAIRE BANQUE ASSURANCE. Céline Gardeur Directrice du Planning Stratégique OBSERVATOIRE PUBLICITAIRE BANQUE ASSURANCE Céline Gardeur Directrice du Planning Stratégique PLANNING STRATÉGIQUE / AD INTELLIGENCE AVRIL 2013 MÉTHODOLOGIE DU PLANNING STRATÉGIQUE DES ÉTUDES FONDÉES SUR

Plus en détail

Respecter le Passé, gérer le Présent et préparer l'avenir.

Respecter le Passé, gérer le Présent et préparer l'avenir. MASSALIA FINANCE MASSALIA FINANCE Fondé en 2000, Massalia Finance, Cabinet Indépendant en Gestion de Patrimoine met à votre disposition ses compétences en : Conseil patrimonial, Conseil en placements financiers,

Plus en détail

L autopartage en France à l horizon 2015 Potentiel de croissance, forces en présence et modèles de développement

L autopartage en France à l horizon 2015 Potentiel de croissance, forces en présence et modèles de développement L autopartage en France à l horizon 2015 Potentiel de croissance, forces en présence et modèles de développement L engouement autour du projet Autolib et l ampleur pris par le phénomène à l étranger ont

Plus en détail

En tant qu élu au comité d entreprise d une société d assurance, comment appréhender la stratégie de son entreprise sur son marché?

En tant qu élu au comité d entreprise d une société d assurance, comment appréhender la stratégie de son entreprise sur son marché? Quel avenir pour le marché de l assurance Vie? En tant qu élu au comité d entreprise d une société d assurance, comment appréhender la stratégie de son entreprise sur son marché? Quelques éléments de réponse

Plus en détail

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham

Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-126 du 5 septembre 2013 relative à la prise de contrôle de la société Sofaxis par la société d assurance mutuelle Sham L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Avis n 09-A-49 du 7 octobre 2009 relatif aux conditions de concurrence dans le secteur de l assurance emprunteur pour le crédit immobilier

Avis n 09-A-49 du 7 octobre 2009 relatif aux conditions de concurrence dans le secteur de l assurance emprunteur pour le crédit immobilier RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 09-A-49 du 7 octobre 2009 relatif aux conditions de concurrence dans le secteur de l assurance emprunteur pour le crédit immobilier L Autorité de la concurrence (commission

Plus en détail

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse?

Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? Conférence Gestion des Sinistres Quelle industrialisation des approches adopter en sinistres de masse? 5 avril 2012 L industrialisation de la gestion des sinistres, une nécessité pour les assureurs Un

Plus en détail

Rejoignez nous. Partners. Partenaire du réseau

Rejoignez nous. Partners. Partenaire du réseau Rejoignez nous QUI SOMMES-NOUS? RÉSEAU 360 COURTAGE Spécialisés dans le courtage en assurance de biens et de personnes, nous sommes au coeur d'un métier complexe qui demande une écoute et une réactivité

Plus en détail

Loïc Moisan Chef de projets Xerfi France

Loïc Moisan Chef de projets Xerfi France La distribution de pneus, pièces et accessoires Percée du e-commerce, recours au «faire soi-même», dispositifs crosscanal, etc. : enjeux et opportunités à l horizon 2016 Le groupe Xerfi vient de publier

Plus en détail

Conseils en gestion De patrimoine indépendant

Conseils en gestion De patrimoine indépendant 250 000 familles font confiance Aux 2 300 conseils en gestion de patrimoine indépendants Agréés par la Chambre des indépendants du patrimoine Document d entrée en première relation À remettre au client

Plus en détail

L ECOLE du de VAL COMMERCE de LOIREet SERVICES du VAL de LOIRE. du VAL de LOIRE

L ECOLE du de VAL COMMERCE de LOIREet SERVICES du VAL de LOIRE. du VAL de LOIRE L ECOLE COMMERCE et SERVICES L ECOLE COMMERCE et SERVICES L ECOLE du VAL COMMERCE LOIREet SERVICES Une école la CCI Une L Ecole école Commerce la CCI et Services du Val Loire est une école créée par la

Plus en détail

Expertises Marketing et Communication en Assurance. Trophées de l Assurance 2009

Expertises Marketing et Communication en Assurance. Trophées de l Assurance 2009 Expertises Marketing et Communication en Assurance Trophées de l Assurance 2009 http://www.molitorconsult-assurance.com http://blog.molitorconsult-assurance.com contacts@molitorconsult.com Document totalement

Plus en détail

Vous proteger, c est aussi notre metier.

Vous proteger, c est aussi notre metier. Nous ne sommes jamais très loin de vos préoccupations Vous proteger, c est aussi notre metier. BANQUE Pourquoi la Banque Chalus vous propose-t-elle de vous assurer, en toutes circonstances? Partenaire

Plus en détail

Les principaux contrats du marché positionnés selon ces critères figurent en annexe 1.

Les principaux contrats du marché positionnés selon ces critères figurent en annexe 1. Titre 1 : Les contrats du marché de l'assurance emprunteur : Niveau des garanties, engagement des assureurs sur la durée du prêt, changement de contrat 1.1 La situation des garanties des différents types

Plus en détail

Le Courtage d assurances aujourd hui et demain

Le Courtage d assurances aujourd hui et demain Le Courtage d assurances aujourd hui et demain 1) Portrait robot du courtier d assurances Effectifs L âge moyen des dirigeants de cabinets de courtage d assurances est de 53 ans, les seniors dominent donc

Plus en détail

BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT

BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT CONFÉRENCE LE 13 MARS À PARIS BANQUES SUR INTERNET 2012 LE DIGITAL AU CŒUR DES NOUVELLES STRATÉGIES CLIENT 4 formations associées ( - Paris) Avec le concours de Partenaires médias Applications et sites

Plus en détail