1. Valorisation et dissémination des résultats depuis 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Valorisation et dissémination des résultats depuis 2014"

Transcription

1 1. Valorisation et dissémination des résultats depuis Valorisation scientifique et technique Un total de 7 publications dans des journaux scientifiques à comité de lecture 1. Trunet C, Mtimet N, Mathot AG, Postollec F, Leguerinel I, Sohier D, Couvert O, Carlin F, Coroller L (2015). Modeling the recovery of heat treated Bacillus licheniformis Ad978 and Bacillus weihenstephanensis KBAB4 spores at suboptimal temperature and ph using growth limits. Appl Environ Microbiol 81: Mtimet N, Trunet C, Mathot AG, Venaille L, Leguerinel I, Coroller L, Couvert O (2015). Modeling the behavior of Geobacillus stearothermophilus ATCC12980 Throughout its life cycle as vegetative cells or spores using growth boundaries. Food Microbiol 48: Valerio F, Di Biase M, Huchet V, Desriac N, Lonigro SL, Lavermicocca P, Sohier D, Postollec F (2015). Comparison of three Bacillus amyloliquefaciens strains growth behavior and evaluation of spoilage risk during bread shelf life. Food Microbiol 45 doi: /j.fm Desriac N, Coroller L, Jannic F, Postollec F, Sohier D (2015). mrna biomarkers selection based on Partial Least Square algorithm in order to further predict Bacillus weihenstephanensis acid resistance. Food Microbiology 45 doi: /j.fm Postollec F, Coroller L, Coton E, Sant Ana A (2015). Spoilers, wonder spores and diehard microorganisms: new insights to integrate these super foes in food spoilage risk management. Preface Spoilers2013 special issue Food Microbiol 45:1 6. Chaix E, Couvert O, Guillaume C, Gontard N, Guillard V (2015). Predictive microbiology coupled with gas (O 2/CO 2) transfer in food/packaging systems: how to develop an efficient decision support tool for food packaging dimensioning. Comp Rev Food Sci Food Safety 14: Ziane M, Desriac N, Le Chevalier P, Couvert O, Moussa-Boudjemaa B, Legerinel I (2014). Identification, heat resistance and growth potential of mesophilic spore-forming bacteria isolated from Algerian retail packaged couscous. Food Control 45:16-21 Un total de 6 communications orales à des colloques internationaux 1. Desriac N, Coroller L, Postollec F, Sohier D (septembre 2014) Integration of the bacterial physiological state into the microbial risk approaches: a case study with Bacillus weihenstephanensis exposed to a letal acid stress. BSFM (Be) 2. Trunet C, Mtimet N, Mathot AG, Postollec F, Leguerinel I, Sohier D, Couvert O, Carlin F, Coroller L (août 2014) Using Physiological growth parameters to predict spore-forming bacteria behavior all along their life cycle as vegetative cells or spores. IAFP US Indianapolis, Indiana (USA) RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 1 / juillet 2014

2 3. Mathot AG, Cozien E, Lochardet A, Coroller L, Desriac N, Huchet V, Sohier D, Postollec F (mai 2014) Genetic and phenotypic biodiversity of Bacillus licheniformis from the dairy industry. IAFP Eu, Budapest (Hu) 4. Fraud S, Henaff N, Perron MO, Desriac N, Huchet V, Mathot AG, Postollec F, Sohier D (mai 2014) Genetic diversity of Clostridium spp. Isolated from spoiled hard-cooked and semi-hard types of cheese. IAFP Eu, Budapest (Hu) 5. Huchet V, Desriac N, Berriet L, Lochardet A, Sohier D, Mathot AG, Postollec F (mai 2014). No effect of aging on Bacillus licheniformis spore heat resistance. IAFP Eu, Budapest (Hu) 6. Mtimet N, Couvert O, Trunet C, Coroller L, Mathot AG, Venaille L, Leguerinel I (mai 2014). Growth limits as a single set of parameters to predict sporulation boundaries, heat resistance, and outgrowth of spores. IAFP Eu Budapest (Hu) Un total de 18 communications affichées 1. Postollec F, Mathot AG, Huchet V, Coroller L, Cozien E, Desriac N, Sohier D (décembre 2014). Characterization of B. cereus inactivation to further optimize process and surface sanitation. Susclean roundtable, Wageningen (Nl) 2. Huchet V, Desriac N, Berriet L, Lochardet A, Sohier D, Mathot AG, Postollec F (septembre 2014). No impact of storage on Bacillus licheniformis spore heat resistance. BSFM, Bruxelles (Be) 3. Mathot AG, Cozien E, Couvert O, Poupon J, Linard B, Leguerinel I, Desriac N, Huchet V, Coroller L, Sohier D, Postollec F (septembre 2014). Sporeforming bacteria: a characterized collection of industrial strains for taylor made food testing. BSFM, Bruxelles (Be) 4. Desriac N, Postollec F, Cozien E, Sohier D, Huchet V, Mathot AG, Leguerinel I, Coroller L, Couvert O (septembre 2014). Growth, no-growth and inactivation of foodborne pathogens: a Matlab based tool to optimize food formulation and recipes taking into account the impact of ph and storage temperature. BSFM, Bruxelles (Be) 5. Trunet C, Mtimet N, Baril E, Mathot AG, Postollec F, Leguerinel I, Sohier D, Couvert O, Carlin F, Coroller L (septembre 2014). What is a general law could be applied to bacterial growth and spore recovery: the use of physiological growth parameters to predict spore germination and growth after heat treatment. BSFM, Bruxelles (Be) 6. F. Saubade, AG Mathot, M. El Jahbri, F. Postollec, L Coroller (septembre 2014). A kinetical model to describe growth of the vegetative cells and the formation of spores Bacillus licheniformis. FoodMicro, Nantes (Fr) 7. Huchet V, Desriac N, Berriet L, Lochardet A, Sohier D, Mathot AG, Postollec F (septembre 2014) No effect of aging on Bacillus licheniformis spore heat resistance. FoodMicro, Nantes (Fr) 9. Mathot AG, Cozien E, Couvert O, Poupon J, Linard B, Leguerinel I, Desriac N, Huchet V, Coroller L, Sohier D, Postollec F (septembre 2014). A characterized collection of industrial sporeforming bacterial strains for taylor made food testing. FoodMicro, Nantes (Fr) RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 2 / juillet 2014

3 8. Desriac N, Postollec F, Cozien E, Sohier D, Huchet V, Mathot AG, Leguerinel I, Coroller L, Couvert O (septembre 2014) A tool to optimize food formulation and recipes taking into account the impact of ph and storage temperature on foodborne pathogen growth or inactivation. FoodMicro, Nantes (Fr) 9. Mathot AG, Cozien E, Couvert O, Poupon J, Linard B, Leguerinel I, Desriac N, Huchet V, Coroller L, Sohier D, Postollec F (août 2014). Sporeforming bacteria: a characterization collection of industrial strains for taylor made food testing. IAFP US Indianapolis, Indiana (USA) 12. Mathot AG, Cozien E, Lochardet A, Coroller L, Desriac N, Huchet V, Sohier D, Postollec F (août 2014) Genetic and phenotypic biodiversity of Bacillus licheniformis from the dairy industry. IAFP US Indianapolis, Indiana (USA) 13. Fraud S, Henaff N, Perron MO, Desriac N, Huchet V, Mathot AG, Postollec F, Sohier D (août 2014) Genetic diversity of Clostridium spp. Isolated from spoiled hard-cooked and semihard types of cheese. IAFP US Indianapolis, Indiana (USA) 14. Trunet C, Mtimet N, Mathot AG, Postollec F, Leguerinel I, Sohier D, Couvert O, Carlin F, Coroller L (mai 2014). Monitoring the kinetics of the germination and activity recovery of Bacillus spores after a heat treatment by flow cytometry. IAFP Eu Budapest (Hu) 15. Mathot AG, Cozien E, Couvert O, Poupon J, Linard B, Leguerinel I, Desriac N, Huchet V, Coroller L, Sohier D, Postollec F (mai 2014). Sporeforming bacteria: a characterization collection of industrial strains for taylor made food testing. IAFP Eu Budapest (Hu) 16. Mathot AG, Cozien E, Henaff N, Coroller L, Sohier D, Postollec F (avril 2014). Biodiversity of Bacillus licheniformis from the dairy industry: a genetic and phenotypic approach. International spore conference, London (Uk) 17. Trunet C, Mtimet N, Mathot AG, Postollec F, Leguerinel I, Sohier D, Couvert O, Carlin F, Coroller L (avril 2014). Rise from the ashes: germination and activity restore of spore forming bacteria after a heat treatment monitored by flow cytometry. European Spore Conference London (Uk) 18. Huchet V, Desriac N, Berriet L, Lochardet A, Sohier D, Mathot AG, Postollec F (avril 2014). Storage up to 6 years has no effect on heat resistance of Bacillus licheniformis spores. European spore conference, London (Uk) 4.2. Encadrement de thèses, stages et projets tutorés Thèses co-encadrées ADRIA-LUBEM Trunet Clément ( ). Thèse de doctorat Université Européenne de Bretagne (UBO). «Etude des mécanismes physiologiques de recouvrement et de reprise de croissance des endospores bactériennes après un stress thermique». Ecole doctorale SMICA. Financement CIFRE Bba-ADRIA dans le cadre du projet Spore Up avec la participation de l équipe de S Brul (Nl). Les membres du comité de thèse sont mentionnés en annexe A. Mtimet Narjes ( ). Thèse de doctorat Université Européenne de Bretagne (UBO). «Recouvrement et de reprise de croissance des endospores bactériennes thermophiles RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 3 / juillet 2014

4 après un stress thermique». Ecole doctorale SMICA. Financement CIFRE Bonduelle. Les membres du comité de thèse sont mentionnés en annexe A. Emilie Gauvry ( ). Thèse de doctorat Université Européenne de Bretagne UBO. Ecole doctorale SMICA. Financement Région Bretagne-Quimper Communauté Projets tutorés 2ème année DUT «Génie Biologique», Institut Universitaire de Technologie de Quimper, Université de Bretagne Occidentale. 1. Larreur Océane, Morvan Cathy et Morvant Typhaine, Partie bibliograohique : Plasmides de Bacillus licheniformis et Bacillus subtilis. Partie pratique : Profils plasmidiques de suoches de B. licheniformis. Encadrement : AG Mathot 2. Mélo Estelle, Le Fur Camille et Riou Anaïs, Partie bibliographique : Lipases bactériennes. Partie appliquée : Comparaison de milieux gélosés pour la détection et la quantification de lipases de Bacillus et Pseudomonas. Encadrement : AG Mathot 3. Duchesne Mélina et Briens Louise, Partie bibliographique : Les lipopeptides produits par Bacillus. Partie appliquée : Nature et activités du composé tensioactif produit par Paenibacillus B65. Encadrement : AG Mathot 4. Janniere Aurélia, Bélinger Malo, Alexandre Quentin et Lousouarn Lucas, Partie bibliographique : Toxines de B.cereus et autres Bacillus d origine alimentaire. Partie appliquée : Cytotoxicité et effets cytostatiques de souches de Bacillus licheniformis d origine alimentaire. Encadrement : AG Mathot Stagiaires de niveau Master 1. Le Garrec Karine Caractérisation de Paenibacillus Ad723 et des composés bioactifs produits. Master Biotechnologies, UBS Lorient (56). Encadrement : Y Fleury, AG Mathot 2. Michaud Auréliane Etude et modélisation du comportement des bactéries sporulées en apparentées au genre Bacillus en condition de sporulation. Master de Microbiologie fondamentale et appliquée, Université de Brest (29). Encadrement AG Mathot, L Coroller 3. Morvan Mickael Typage de bactéries sporulées par MLST. Master en Biologie, Agronomie Santée, Université de Rennes1 (35). Encadrement : N Henaff, F Postollec 4. Legall Fanny Inactivation acide de population bactérienne pour la détermination d interface croissance/non croissance/inactivation. Master Biotechnologies, UBS Lorient (56). Encadrement : N Desriac, F Postollec Stagiaire de niveau Licence 1. Masson Pierre-Yves Criblage de la thermorésistance de spores d une sélection de souches de Bacillus licheniformis. Licence3 Biologie cellulaire Génétique Microbiologie et Physiologie, Université de Rennes1 (35). Encadrement : A Lochardet, F Postollec Stagiaires de niveau BTS ou DUT 1. Daconceicao Joséphine Criblage de la thermorésistance de spores d une sélection de souches de B. licheniformis. DUT «Génie Biologique Option IAB» IUT Quimper (29). Encadrement : A Lochardet, F Postollec RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 4 / juillet 2014

5 2. Sohier Thibaut Traitement bioinformatique des données renseignées sous BioNumerics. INSA Rennes (35). Encadrement N Henaff, F Postollec 3. La Police Dewrig Porduction de biofilm et activités enzymatiques de souches de Bacillus et Pseudomonas. BTS Bio-Analyses et contrôles, Lycée Jean Macé, Lanester (56). Encadrement : AG Mathot 4. Barbéo ch Paul Optimisation des conditions de PFGE pour Bacillus licheniformis. IUT Quimper DUT «Génie Biologique Option IAB» IUT Quimper (29). Encadrement N Henaff, F Postollec 5. Pécheux Océane Développement et caractérisations physico-chimiques d'une émulsion modèle stérile pour l'étude de la biodisponibilité d'acides organiques dans l environnement de la spore/bactérie. DUT «Génie Biologique» option «Industries Alimentaires et Biologiques», Institut Universitaire de Technologie de St Brieuc (22), Université de Rennes 1. Encadrement: N Decourcelle 6. Le Bouder Morgane Utilisation de la microscopie de fluorescence pour la localisation de Bacillus dans des émulsions (titre provisoire). DUT «Génie Biologique» option «Industries Alimentaires et Biologiques», Institut Universitaire de Technologie de St Brieuc (22), Université de Rennes 1. Encadrement: AG Mathot 7. Laurent Yannick Détermination des performances de molécules actives sur la destruction de Pseudomonas et Bacillus en vue d une optimisation des procédés de sanitation. BTS BioAnalyses et Contrôles, Lycée Jean Macé, Lanester (56). Encadrement E Cozien, F Postollec 8. Berriet Lisa Influence de l âge des spores sur la thermorésistance. BTS BioAnalyses et Contrôles, Lycée Jean Macé, Lanester (56). Encadrement : A Lochardet, V Huchet 4.3 Organisations de sessions lors de colloques internationaux Les travaux de l UMT SPORE RISK ont été présentés à l IAFP Europe sous forme de présentations orales et affiches mais aussi dans le cadre de l organisation et de l animation d un workshop et d une session spécifique (Annexe G actions de communications à l IAFP Eu). A savoir : o workshop du 6 mai 2014 «Advanced methods, tools and practical applications in predictive microbiology and risk assessments» était organisé par Noémie Desriac (ADRIA-UMT SPORE RISK, Fr) et Lihan Huang (FDA, Us). Un total de 25 participants de 15 pays différents (Be, De, Dk, Es, Fr, Gr, Hr, Hu, It, Nl, No, Nz, Sa, Tw, Us) y ont assistés et la démonstration en ligne des différents outils a été particulièrement appréciée. o session spécifique du 7 mai 2014 «Microbial inactivation modelling : an underestimated way to improve food safety and quality» était organisée par Noémie Desriac et Louis Coroller et faisait intervenir les experts européens sur la modélisation de l inactivation non thermique. 4.4 Formations continues pour les industriels Les formations industrielles associées aux axes de développement de l UMT SPORE RISK sont recensées dans le tableau 2. RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 5 / juillet 2014

6 Tableau 2 : liste de formation INTER et INTRA entreprises associées aux thématiques développées dans le cadre de l UMT SPORE RISK HS057, juin 2014, Quimper Stage pratique «bactéries sporulées» assurée par Nadine Henaff HS032, 3 juin 2014, Rennes Atelier pratique «HACCP et microbiologie prévisionnelle», Noémie Desriac 12ieme rdv des managers de la qualité, 2-3avril 2014, Rennes Intervention «comment faire évoluer la durée de vie de ses produits et justifier cette évolution auprès de ses clients?», Véronique Huchet 2 participants +6 participants +20 participants 5. Implication dans des groupes de normalisation AFNOR et ISO Les membres de l UMT SPORE RISK participent à 2 groupes de travail en normalisation dont les actions sont recensées dans le tableau 3 Tableau 3 : liste des actions menées dans les groupes de travail en normalisation «ISO/TC34/SC9 technical committee Food products - microbiology» en lien avec les thématiques développées dans le cadre de l UMT SPORE RISK WG 19 develop a standard on guidelines for conducting challenge testing for assessing bacterial behaviour in food and feed - ISO/TC34/SC9 WG19- Pays participants Us, Fr, Be, Nl, Es, Ca, Uk, Aus, De, It Réunion: mai 2014, Paris FR juin 2014, Washington USA XXX, Delft NL Danièle Sohier, Convenor L Coroller & V Huchet, Membres Recommandations de l ISO TC34/ SC9 au WG 19 (réunion du 23-27juin 2014, Washington Us) - Utilisation du standard français (NF V01-009:2014) comme base de travail pour l élaboration d un futur standard sur l évaluation du comportement bactérien en matrice alimentaire et pour l alimentation animale en deux parties, à savoir l édition de recommandations pour la réalisation de test d épreuve microbiologique «challenge test» pour évaluer i) la croissance bactérienne et ii) la survie et l inactivation bactérienne. - A noter que cette deuxième partie se fera en forte collaboration avec les développements de l UMT SPORE RISK. WG20 Confirmation of Bacillus cereus. Revision of ISO 7932:2004 Horizontal method for the enumeration of presumptive Bacillus Groupe AFNOR sur la distinction de B. thuringiensis par l observation des cristaux parasporaux Partenaires : SCL Montpellier, INRA Avignon, INRA Jouy, RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 6 / juillet 2014

7 cereus- colony count technique at 30 C -ISO/TC34/SC9/WG20- F Postollec, Membre Eurofins, ANSES, CTCPA, Adria Réunions : 25 mars 2013, Paris 05 novembre 2013, Paris 10 octobre 2014, Paris 06 novembre 2014, visioconférence Actions : étude inter-labo sur caractérisation d une collection référencées de 100 souches Groupe ISO WG20 Pays participants Us, Fr, Be, Nl, Es, Ca, Uk, Aus, De, It Réunion : 16 mai 2014, Paris 14 novembre 2014, Paris Recommandations de l ISO TC34/ SC9 au WG 20 (réunion du 23-27juin 2014, Washington Us) - Elargissement de la portée du WG20 avec en plus de la distinction de B. thuringiensis la possibilité de rechercher des marqueurs de pathogénicité pour le groupe B. cereus - Investigation sur la possibilité d utiliser un milieu chromogénique pour remplacer le milieu mossel, pour des performances au moins équivalentes. 6. Intégration dans la plateforme en ligne Sym Previus Sym Previus et ainsi la France ont été pionniers dans le développement d un outil interactif de prévision en microbiologie des aliments, la concurrence internationale s est aujourd hui accrue amenant la nécessité de faire évoluer l outil pour lui permettre de perdurer et de poursuivre son développement, permettant aussi de défendre une approche française dans la microbiologie prévisionnelle et son évolution en réponse aux attentes de nos industries. Une nouvelle ambition, partagée par les membres partenaires du logiciel, a ainsi pour but de faire de Sym Previus le leader des logiciels de microbiologie prévisionnelle à l échelle Européenne, voir internationale. Cette reconnaissance passe par un plan d action dont les premiers éléments ont d ores et déjà débuté, à savoir, une réorganisation complète de la cellule opérationnelle, le changement de présidence du conseil scientifique et technique de Sym Previus ainsi que la première étape du plan d action proposé sur l audit et cartographie de l outil informatique Sym Previus et bases de données associées. Lors du premier conseil scientifique de SPORE RISK il a été souligné que l UMT SPORE RISK, comme tout autre organisme impliqué dans le GIS, n est pas tenue de tout transférer dans Sym Previus. Néanmoins, l ensemble des outils développés dans le cadre de l UMT SPORE RISK sera systématiquement proposé au GIS Sym Previus. Même s ils ne seront pas RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 7 / juillet 2014

8 forcément intégrés à l outil Sym Previus, ces outils seront disponibles sur la plateforme web îliaa (www.iliaa.fr) et page web associée à l UMT (à venir). 7. Dissémination en ligne vers un large public via îliaa Îliaa (www.iliaa.fr) est une plateforme collaborative dédiée aux professionnels de la filière agroalimentaire qui a pour vocation d accompagner l innovation et la mise en relation des entreprises du secteur alimentaire et diffuser de l information de qualité. C est un véritable réseau social professionnel, où les usagers peuvent entrer en contact, échanger des savoirs, des savoir-faire ou envisager des partenariats. L UMT SPORE RISK a ainsi crée un groupe d intérêt pour y afficher régulièrement ses actions et faits marquants sous forme d articles (Figure 4) disponibles au niveau du groupe UMT et du groupe Adria (groupe public). Figure 4 : exemple d aperçu des commentaires postés sur les actions de dissémination de l UMT SPORE RISK via le réseau social et les communautés d îliaa RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 8 / juillet 2014

9 8. Management de l UMT SPORE RISK L UMT ACTIA SPORE RISK( ) fait donc suite à l UMT ACTIA 08.3 ( ) qui nous a permis de structurer et clarifier nos axes de développement commun pour être visibles et identifiés dans des domaines précis, en réponse à des attentes scientifiques & techniques, et bien entendu industrielles. Elle a permis de construire plus que jamais un avenir pour nos laboratoires de la pointe Finistère, pointe souvent oubliée par son éloignement géographique. Cette collaboration et notamment les travaux sur les biomarqueurs (Desriac et al.) ont d ailleurs été sélectionnés et figurent parmi les «success stories» des centres ACTIA éditées en avril dernier. Nous sommes fortement reconnaissants pour ce soutien, qui de plus nous permet d être lisible tant au niveau national qu au niveau international. Ainsi, après 5 ans d existence, le bilan de notre implication dans l UMT PHYSI Opt a permis de dynamiser et d identifier des binômes et acteurs clés pour chacun des axes développés en fonction de l expertise, de leur intérêt et de leur affinité. L organisation de l UMT SPORE RISK avec des différents sous-projets bien identifiés permet de dynamiser nos interactions (Figure 3). Actuellement quatre projets participent au fonctionnement de l UMT (Annexe C). De plus, des réunions par SP, les réunions internes ADRIA-LUBEM (annexe D) ont pour objectif de gérer la valorisation scientifique de nos actions en cours mais aussi d identifier les thématiques sur lesquelles nous devons monter des projets. C est le cas notamment pour les SP2 et SP3 pour lesquels nous avons soumis récemment soumis 3 propositions (16 octobre 2014 : appel à projets générique 2015-Défi 5 Sécurité alimentaire et défi démographique et 13 janvier 2015 : ITN innovative training networks, H2020-MSCA-ITN-2014). Suite au conseil scientifique de SPORE RISK (Annexe F) et à l évaluation du CST de l ACTIA, il s agit donc pour nous de poursuivre et d étendre ces travaux, tout en restant vigilent sur les points indiqués ci-dessous : clarification de nos approches sur les matrices alimentaires pour optimiser la complémentarité de ces travaux avec les équipes déjà bien identifiées dans le domaine, originalité des travaux sur les biomarqueurs transcriptomiques avec la nécessité d en faciliter l intégration au niveau des applications industrielles, intérêt d étendre cette collaboration à nos activités audit et formation pour permettre une dissémination et transfert vers un public industriel plus large. RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 9 / juillet 2014

10 Annexe A - Identité de l UMT ACTIA SPORE RISK IDENTI TE de l UMT Référence UMT UMT SPORE RISK Risques sanitaire et d altération associés à la physiologie des bactéries sporulées Food safety & quality risks associated to sporeformer physiology Labellisation Logo Partenaires ADRIA Développement, Institut Technique Agro-Industriel LUBEM (Laboratoire Universitaire de Biodiversité et d Ecologie Microbienne) de l UBO (Université de Bretagne Occidentale). Coordination Danièle Sohier et Florence Postollec (ADRIA Développement) ; Ivan Leguerinel et Louis Coroller (LUBEM) Lieu Quimper (29) Membres du comité de pilotage - Augustin JC (ENV Maisons Alfort) maitre de conférences à l Ecole Nationale annuel Vétérinaire de Maisons Alfort, Président du conseil scientifique & technique de Sym Previus - Carlin F (INRA Avignon) Directeur de recherches de l INRA Avignon - Denis C (ACTALIA) co-animation RMT QUALIMA - Dulas A (ACTIA) responsable des activités UMT et RMT - Galet O (Ovoteam) responsable R&D, président AdroOuest - Jamet E (Bel) responsable microbiologie du groupe - Majou D (ACTIA) directeur de l ACTIA, président du conseil scientifique de l UMT SPORE RISK - Rouverand S (PAO) chef de projet du Pôle Agronomique de l Ouest et animation Bba - Stahl V (AERIAL) co-animation RMT QUALIMA - Venaille L (Bonduelle) responsable R&D France Champignon, groupe Bonduelle Tous les membres de l UMT SPORE RISK Comités de pilotage de thèses s inscrivant dans SPORE RISK - C. Trunet : S. Brul (Université d Amsterdam, Nl), M. Bouix (AgroParisTech), F. Carlin (INRA Avignon), L. Coroller (LUBEM), J. Combrisson (Danone), O. Couvert (LUBEM), G. Jeng (Danone), I. Leguérinel (LUBEM), AG. Mathot (LUBEM), F. Postollec (ADRIA), S. Rouverand (PAO), D. Sohier (ADRIA). - N. Mtimet : S. André (CTCPA), M. Bouix (AgroParisTech), F. Carlin (INRA Avignon), L. Coroller (LUBEM), O. Couvert (LUBEM), I. Leguérinel (LUBEM), AG. Mathot (LUBEM), L. Venaille (Bonduelle) RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 10 / juillet 2014

11 Annexe B - Equipe de l UMT ACTIA SPORE RISK ADRIA 6,0 ETP EQUIPE de 17 PERSONNES COZIEN Emeline, Technicienne IDEA DESRIAC Noémie (PhD), chef de projets IDEA DIVANAC H Marie-Laure, Chargée d étude IDEA GLEONEC Marie, chef de projet communication INTER HENAFF Nadine, Chargée d étude et responsable métrologie IDEA HUCHET Véronique (PhD), Chef de projets IDEA LE DOEUFF Claudie, Chargée d étude et assistante Qualité IDEA LOCHARDET Anne, Chargée d étude IDEA POSTOLLEC Florence (PhD), Chef de projets IDEA REDONDO Marion, auditrice et formatrice INTRA RIOU Armelle, chef de projets gestion de données SEVELLEC Catherine, Assistante de Direction IDEA SOHIER Danièle (PhD), MO équipe IDEA THOMAS Marine, MO équipe INTER TRAVAILLE Cédric, MO équipe INTRA LUBEM 3,8 ETP COROLLER Louis (MC), Microbiologiste COUVERT Olivier (MC), Microbiologiste DECOURCELLE Nicolas (MC), Physico-chimiste LEGUERINEL Ivan (Pr), Microbiologiste LE GUEN Valérie (MC), chimiste LEVANT Anne, Assistante de direction MATHOT Anne-Gabrielle (MC), Microbiologiste POUPON Julien (MC), Biochimiste Thèse 1 ETP MTINET N, thèse CIFRE Bonduelle débutée en 2012 TRUNET C, thèse CIFRE Bba ADRIA débutée en 2012 GAUVRY E, thèse Q RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 11 / juillet 2014

12 Annexe C Fonctionnement de l UMT ACTIA SPORE RISK Fonctionnement Un total de 4 projets associés à SPORE RISK, contribuent au fonctionnement de l UMT : 2 projets non retenus - Programme ANR ALID CELL SIDE STORY, coordonné par F. Postollec, UMT SPORE RISK - Programme ANR générique CELL SIDE STORY: coordonné par F. Postollec, UMT SPORE RISK 2 projets finalisés - Programme Programme FP7 SUSCLEAN, coordonné par T. Benezech, INRA Lilles ( ) - Programme ANR MAP OPT, coordonné par V. Huchet, UMT SPORE RISK ( ) 4 projets en cours - Programme Valorial Bba SPORE UP, coordonné par L. Coroller, UMT SPORE RISK ( ) - Programme FEDER ACID IMPACT, coordonnée par F. Postollec, UMT SPORE RISK ( ) - Programme Valorial ALTOVOP, coordonné par V. Huchet, UMT SPORE RISK ( ) - Programme Valorial AGROFILM, coordonné par C. Hamon, Végénov, ( ) 3 projets soumis - Action ITN SPORE BIO, coordonné par S Brul, Université d Amsterdam (Nl) - Programme ANR PredIncell, coordonnée par L. Coroller, SPORE RISK (20 - Programme ANR Biomics, coordonné par N. Desriac, SPORE RISK De plus, l implication des acteurs de l UMT SPORE RISK au travers du réseau RMT: - RMT QUALIMA «expertise pour la détermination de la durée de vie microbiologique», co-animé par V. Stahl (Aérial) et C. Denis (Actalia) - RMT CHLEAN «conception hygiénique des lignes & équipements pour une amélioration de la nettoyabilité», animé par C. Hermon (CTCPA) permet une interaction continue avec les acteurs nationaux reconnus au niveau des problématiques liées à la durée de vie microbiologique des aliments, notamment face aux contaminations de bactéries sporulées, ainsi que dans l optimisation des procédures de nettoyage en place des équipements. RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 12 / juillet 2014

13 Annexe D Echéancier des projets et actions associées à l UMT ACTIA SPORE RISK 2014 J F M A M J J A S O N D UMT14.01 SPORE Risk J J * SP1 Biodiversité Spore'up-Valorial Susclean-FP7 Agrofilm-Valorial Altovop-valorial SP2 Histoire cellulaire Spore'up-Valorial Acid impact-feder SP3 Cellule individuelle C Trunet-CIFRE Bba N Mtimet-CIFRE Bonduelle Acid impact-feder SP4 Effets barrière Map'Opt-ANR Acid Impact-FEDER SP5 Outils C Trunet-CIFRE Bba N Mtimet-CIFRE Bonduelle Map'Opt-ANR Susclean-FP7 Acid impact-feder SP6 valorisation & dissémination O O O O avancement des travaux proposition accéptée J réunion rapport d'avancement rapport scientifique & financier * conseil scientifique O colloque RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 13 / juillet 2014

14 Annexe E - Feuille de présence conseil scientifique SPORE RISK 2014 RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 14 / juillet 2014

15 RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 15 / juillet 2014

16 Annexe F Compte rendu conseil scientifique SPORE RISK 2014 UMT SPORE-RISK Compte-rendu, Comité de pilotage du 23/04/2014 Invités présents : Didier Majou, Président du comité de pilotage Jean-Christophe Augustin, Frédéric Carlin, Catherine Denis, Alice Dulas, Olivier Galet, Stephan Rouverand, Valérie Stahl, Laurent Venaille Invités excusés : Emmanuel Jamet Les autochtones du bout du monde : Louis Coroller, Emmanuel Coton, Olivier Couvert, Nicolas Decourcelle, Noémie Desriac, Jean-Robert Geoffroy, Nadine Henaff, Véronique Huchet, Ivan Leguerinel, Anne-Gabrielle Mathot, Narjes Mtimet, Florence Postollec, Armelle Riou, Danièle Sohier, Clément Trunet Nous en profitons pour remercier une nouvelle fois l ensemble des participants, et pour les discussions très intéressantes et pertinentes tout au long de cette journée d échange. Ce CR résume les discussions et orientations par sous-projet (SP), suite aux présentations réalisées, puis de manière générale en fin de réunion. RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 16 / juillet 2014

17 SP1 L accent est mis sur le fait d axer certaines orientations R&D sur B. subtilis, pour encore mieux faire le lien entre données OMICs et prévisions des comportements. Sur la présentation des travaux menés sur B. lichenifomis, la biodiversité est issue de l environnement ; il faudrait donc prendre davantage de souches d environnements autres qu IAA. Ivan rappelle la thèse réalisée en lien avec la Tunisie, et la collecte de spores issues de lait de grande diversité. Florence rappelle la collecte de spores à l issue de recherche bibliographique, avec des représentants de chaque groupe : aliments impliqués dans les TIAC, de sols, de pays différents, etc. Il faut donc poursuivre dans ce sens. Des méthodes de typages ont été employées, dont la PFGE, méthode reconnue pour sa reproductibilité (cf réseau MedVetNet et analyses épidémiologiques à l échelle internationale). Une approche MLST, plus discriminante, est depuis quelque mois en cours de développement, avec le séquençage de gène dits chronomètres moléculaires autre que le 16S rdna comme rpob et gyra. Utiliser la MLST permet de faire le lien avec les autres publications et études récentes. Pour aller jusqu à la notion de risques, il faut ajouter les aspects liés à la toxinogenèse. Mais, à ce niveau, les données seront surtout apportées par d autres centres. Envisager une collaboration pour couvrir cette partie. Aller vers l UMT Armada pour la partie céréulide? Pousser l étude vers les mécanismes de régulation, par exemple envisager des travaux pouvant identifier un opéron opprimé ou non pour la synthèse de toxines de B. cereus et B. licheniformis. Des travaux comparables sont en cours sur l induction de l altération dans le cadre d Altovop. Concernant la collection, il faut peut-être mieux faire fructifier et murir l existant (B. cereus et B. licheniformis) plutôt que d élargir la collection à d autres microorganismes. Sauf si un contaminant émergent était identifié... Proposer des plateformes collaboratives, où différents centres peuvent associer leurs souches et le résultat de leur caractérisation à la base de donnée existante et lien avec les demandes de l UMT Qualima. Il faut garder B. licheniformis en modèle d altération, ce qui est confirmé par les intérêts IAA et poursuivre sur B. cereus pour l exploitation des données OMICs et collaborations externes. SP2 Aux termes des travaux de l UMT Physi opt, il serait intéressant de tester les outils moléculaires sur la souche de référence ATCC14579, Noémie confirme la proximité des séquences et la possibilité de transposer le concept. Ceci confirmerait que l utilisation des biomarqueurs n est pas souche dépendant. Des travaux pourront être réalisés conjointement avec la souche ATCC14579 dans le cadre d une thèse encadrée par l INRA d Avignon, tel qu évoqué par Frédéric. L effet matrice, de par la disponibilité ou non de certains nutriments, va certainement conditionner et moduler l expression de certains biomarqueurs. Le montage d un projet permettant de combiner avec une approche métabolomique semble incontournable. Il faut poursuivre sur la preuve de concept, avec la succession de stress et la cumulation de ces derniers. Il est rappelé que les approches sont réalisées en parallèle des équipes hollandaises, et qu à un moment donné, il faut exploiter les énormes bases de données disponibles afin de renouveler la science analytique et améliorer la justesse des modèles prévisionnels, en évaluant le pourcentage de la population résistante post-process et en début de conservation des aliments.. Il faut noter que la plupart des gènes ciblés sont des gènes de ménage ou de réponse au stress, gènes ubiquitaires pouvant permettre une transposition de l approche, Une grande partie de cette sélection de gène concorde avec les données établies par l équipe WUR en Hollande. RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 17 / juillet 2014

18 Aux termes des travaux de l UMT Physi opt, il serait intéressant de tester les outils moléculaires sur la souche de référence ATCC14579, Noémie confirme la proximité des séquences et la possibilité de transposer le concept. Ceci confirmerait que l utilisation des biomarqueurs n est pas souche dépendant. Des travaux pourront être réalisés conjointement avec la souche ATCC14579 dans le cadre d une thèse encadrée par l INRA d Avignon, tel qu évoqué par Frédéric. L effet matrice, de par la disponibilité ou non de certains nutriments, va certainement conditionner et moduler l expression de certains biomarqueurs. Le montage d un projet permettant de combiner avec une approche métabolomique semble incontournable. Il faut poursuivre sur la preuve de concept, avec la succession de stress et la cumulation de ces derniers. Il est rappelé que les approches sont réalisées en parallèle des équipes hollandaises, et qu à un moment donné, il faut exploiter les énormes bases de données disponibles afin de renouveler la science analytique et améliorer la justesse des modèles prévisionnels, en évaluant le pourcentage de la population résistante post-process et en début de conservation des aliments.. Il faut noter que la plupart des gènes ciblés sont des gènes de ménage ou de réponse au stress, gènes ubiquitaires pouvant permettre une transposition de l approche, Une grande partie de cette sélection de gène concorde avec les données établies par l équipe WUR en Hollande. Il est désormais important d imaginer quel sera l outil pour utiliser cette preuve de concept : est-ce qu on est capable de modéliser l inactivation et prévoir une succession ou cumul de stress unitaires? Combien a-t-on besoin de gènes pour tout expliquer? Probablement moins que ceux étudiés aujourd hui? Il faudra également développer tout le concept de robustesse en fonction des matrices, souches, conditions environnementales? Il est confirmé l intérêt d étudier les successions de stress d un point de vue IAA et ce serait superbe de lier les données aux approches mécanistes décrites. SP3 La droplet PCR permettra entre autre de rentrer dans cette partie mécaniste, et de développer une approche probabiliste autour des cellules résistantes et possédant les biomarqueurs précédemment identifiés (SP2). L UMT a la chance de collaborer avec Bio- Rad sur cette partie. La thèse de Clément est bien engagée et les résultats sont très prometteurs. Mais une fois encore quels outils, quels modèles J?? Il s agira bien de donner des modèles dynamiques dans le temps sur le recouvrement? Ceci permet de prévoir ce que fera une spore en début de germination quand on la met en conditions favorables ou défavorables. la réponse sera matrice-dépendante car en terme de mécanismes, l ensemble des stades cellulaires est dépendant des nutriments et des conditions environnementales testées.la méthodologie semble générique, mais avec toutefois le besoin de sélectionner les bons marqueurs pour chaque stade ou espèce, etc des difficultés sont ainsi rencontrées avec B. licheniformis et G. stearothermophilus. L utilisation de plusieurs espèces (psychrotrophe, mésophile, thermophile) permet de développer les approches méthodologiques et des modèles robustes. SP4 Molécules anti-microbiennes et matrice modèle : Il faudrait développer un protocole où la bactérie peut être soit en phase aqueuse, soit à l interface, ou en phase lipidique. Le positionnement thématique est de répondre à l évaluation de l impact des acides dans ce type de matrice. C est un savoir-faire pour clairement étudier ces acides, la matrice est un modèle stérile pour l UMT. Si on travaille à des populations élevées, ce sera un système à RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 18 / juillet 2014

19 SP5 Outils utilisés pour valoriser les travaux. Boites à outils conviviales, faciles d utilisation, très ciblés du type de ceux déjà créés dans le cadre de divers projets (Susclean, Salmoprev, Phymia ) Même s ils seront proposés au GIS Sym Previus, l ensemble des outils développés ne seront pas forcément intégrés à Sym Previus (biodiversité, approche novatrice sur les biomarqueurs ). S ils ne sont pas intégrés, un lien sera disponible menant à cet outil sur le site de l UMT. Il est souligné que l UMT, comme tout autre organisme impliqué dans le GIS, n est pas tenue de tout transférer dans Sym Previus. Certains développements peuvent être structurants pour Quimper, d autres pour Sym Previus. SP6 Une valorisation via Qualima est envisagée, avec un réel enthousiasme de la part des coordinatrices du RMT. Il est également souligner qu il faut mieux harmoniser, communiquer et valoriser ces résultats de microbiologie au niveau national, pour pouvoir se positionner à l échelle européenne. Didier rappelle la mise en place de RMT européen dans le cadre de l horizon 2020 à monter pour Les UMT ont pour rôle de travailler avec les IAA, entre autre les PME, et c est bien un avantage du système développé. Discussions & Orientations Générales Tout le monde souligne la qualité dans la réalisation et la préparation du comité de pilotage, et la progression réalisée au fur-et-à mesure depuis les débuts de PHYSI Opt. L ensemble des collèges est bien représenté. L UMT scelle définitivement la collaboration entre le LUBEM et l ADRIA, afin de faire reconnaître les compétences que l on peut trouver au bout du monde!! Enfin, il est noté que le taux d encadrement par les personnes titulaires de l HDR ne doit pas être négligé. Danièle doit passer son HDR, Louis et Olivier aussi Hum, juste une question de temps et de disponibilité J RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 19 / juillet 2014

20 Annexe G Exemples d actions de communications IAFP Eu 2014 IAFP Pre conference workshop Advanced Methods, Tools, and Practical Applications in Predictive Microbiology and Risk Assessments Tuesday, 6 May Novotel Budapest City & Budapest Congress Center Budapest, Hungary Organizers: Noemie Desriac, ADRIA-UMT SPORE RISK, Quimper, France Lihan Huang, USDA Agricultural Research Service, Eastern Regional Research Center, Wyndmoor, PA, USA Workshop Description In recent years, significant progress has been made in predictive modeling research and application. Many predictive models, tools, and databases have been developed for data analysis, model development, and risk analysis and are available to the industry, academia, international organizations, and governments around the world. Many of these technical resources and application tools, available online or on desktop, can provide a fast and reliable decision-making process for food safety and quality in the industry. Typical application of predictive microbiology may include prediction of microbial behavior during food processes and storage conditions, shelf-life prediction, performance and validation of sampling plans, and quantitative risk assessments. This workshop attempts to summarize, present, and discuss the most recent developments, and is designed to demonstrate both fundamental and applied aspects of predictive microbiology, with topics covering from model development to real-world applications. World-class experts will be invited to present the theory, methods, and practical tools in predictive microbiology. This workshop will show a new free all-in-one automated data analysis suite that contains sophisticated algorithms for developing primary and secondary models most commonly used in predictive modeling. This workshop will also present a collection of food safety inspection tools for strengthening HACCP plans, developing new products, quality control, and shelf-life prediction in the food industry. The targeted audience will be food scientists, food engineers, food industry personnel and students who are interested in developing predictive models for microbial shelf-life prediction, risk analysis, and risk assessments. The aim of this workshop is to list already available tools and discuss the use of these computing tools in industrial applications. Topics and speakers of the workshop include: RAPPORT UMT14.01 SPORE RISK 20 / juillet 2014

UMT8.03 PHYSI Opt UMY14.01 SPORE RISK

UMT8.03 PHYSI Opt UMY14.01 SPORE RISK UMT8.03 PHYSI Opt UMY14.01 SPORE RISK 1 TRANSFERT ET VALORISATION 1.1 Synthèse des publications et communications 1.1.1 Un total de 17 publications dans des journaux scientifiques 1. Desriac N, Coroller

Plus en détail

Atelier Valorial: Application des nouvelles techniques génomiques microbiologie, l agroalimentaire et la sécurité des aliments

Atelier Valorial: Application des nouvelles techniques génomiques microbiologie, l agroalimentaire et la sécurité des aliments Atelier Valorial: Application des nouvelles techniques génomiques à la microbiologie, l agroalimentaire et la sécurité des aliments Florence POSTOLLEC DST week, Rennes April 21 st 2009 1 Objet de Valorial

Plus en détail

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant

Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Master de Bioinformatique et Biologie des Systèmes Toulouse http://m2pbioinfo.biotoul.fr Responsable : Pr. Gwennaele Fichant Parcours: Master 1 : Bioinformatique et biologie des Systèmes dans le Master

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

UNIV. BREST (IUT BREST) Référence GALAXIE : 4208

UNIV. BREST (IUT BREST) Référence GALAXIE : 4208 UNIV. BREST (IUT BREST) Référence GALAXIE : 4208 Numéro dans le SI local : 6600MCF0758 Référence GESUP : 0758 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 66-Physiologie Section

Plus en détail

Comment se préparer à la certification

Comment se préparer à la certification Comment se préparer à la certification Intervenant : Laurent DENEUVE ACTALIA Villers-Bocage Tél. 02.31.25.43.00 Mail : l.deneuve@actalia.eu ACTALIA en quelques mots (www.actalia.eu) Institut Technique

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0144 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0144 rév. 2 Convention N 87 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-0144 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Réunion des DU de Biogenouest 19 mars 2014

Réunion des DU de Biogenouest 19 mars 2014 BILAN et PERSPECTIVES 2014-2017: Présentation du rapport d évaluation quadriennale de Biogenouest rendu par les experts extérieurs en janvier 2014. Point sur le bilan et les prospectives 2014-2017 Réunion

Plus en détail

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol. PRESENTATION DE LA SOCIETE GL BIOCONTROL GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.com - Web : www.gl-biocontrol.com

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

CASTOR. CO 2, from Capture to Storage. An Integrated Project

CASTOR. CO 2, from Capture to Storage. An Integrated Project CASTOR CO 2, from Capture to Storage An Integrated Project Permettre la capture et le stockage géologique de 10% des émissions européennes de CO 2 (30% des émissions des grosses installations industrielles

Plus en détail

Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers?

Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers? Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers? Le cas de Listeria monocytogenes dans les fromages à pâte molle et croûte lavée au lait pasteurisé Fanny TENENHAUS-AZIZA Colloque Quant

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014

Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Organisé par Lab s Dating 56 Rencontre Entreprises et Laboratoires de l Université de Bretagne-Sud 17 octobre 2014 Pascal Berruet Vice Président Relations Socio Economiques et industrielles L Université

Plus en détail

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes

Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Optimiser la recherche d informations dans deux des Bases de Données internes et Accroître la productivité des analystes Mémoire de stage Promotion 2010 Priscillia VON HOFMANN Abstract Today, the importance

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

INNOVATION MANAGERS. 4 ème édition

INNOVATION MANAGERS. 4 ème édition MANAGERS INNOVATION 4 ème édition Analyse des tendances du marché Innovation et nutrition Place des partenariats dans l innovation Innovation ouverte et réseaux d innovation Outils d aide à l innovation

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français

Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme de Master français Master SF2M Sustainable Food Manufacturing Management Présentation aux ENTREPRISES Managers internationaux pour l agroalimentaire Master of Science en Sustainable Food Manufacturing Management Un diplôme

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire

Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Biologie moléculaire appliquée à la sécurité alimentaire Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015

Plus en détail

Sécurité de l information : vers une convergence des approches par le risque et par l audit?

Sécurité de l information : vers une convergence des approches par le risque et par l audit? Sécurité de l information : vers une convergence des approches par le risque et par l audit? Retour d expérience Groupe France Télécom - Orange / Conix Security François Zamora Emmanuel Christiann Sébastien

Plus en détail

Recherche de stage - Fonction support -

Recherche de stage - Fonction support - Extrait de la liste des profils de jeunes diplômés en situation de handicap en recherche d'expérience professionnels Handisup / Novembre 2013 Recherche de stage - Fonction support - 1 future responsable

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Les associés. Ensemble, libérons votre potentiel croissance. Une implication sur-mesure. Angéline Lunel. François Berthault.

Les associés. Ensemble, libérons votre potentiel croissance. Une implication sur-mesure. Angéline Lunel. François Berthault. www.quadrinnov.com Ensemble, libérons votre potentiel croissance La pérennité d une entreprise dépend notamment de sa capacité à innover, élément indispensable pour se développer - ou simplement pour continuer

Plus en détail

CAMPAGNE DE RECRUTEMENT ATER 2013-2014 Du 26 avril 2013 au 20 mai 2013. Page 1 / 5

CAMPAGNE DE RECRUTEMENT ATER 2013-2014 Du 26 avril 2013 au 20 mai 2013. Page 1 / 5 Tous les recrutements d'ater feront l'objet d'un contrat conclu du 01/09/2013 au 31/08/2014. Aucun contrat ne sera conclu au-delà de cette date. 1 100% 1 Droit privé Enseignement en TD et animation des

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE»

1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» 1 er MASTER CONCEPT «UN MONDE UNE SANTE» In Partnership with Le Master 2 MAN-IMAL c est : Formation innovante et interdisciplinaire (Médecins, Véto, Ingénieurs agro/iaa, Biologistes ) Double compétence

Plus en détail

APRES UN BAC STL ENVIRONNEMENT. Amandine, ingénieure d étude en environnement

APRES UN BAC STL ENVIRONNEMENT. Amandine, ingénieure d étude en environnement Les métiers des biotechnologies Après la STL Spécialité biotechnologies STL- Biotechnologies Licence biologie Master I écologie, Master II: ingéniérie environnementale Amandine, ingénieure d étude en environnement

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012

Journée Innovation Nutritionnelle. 9 mai 2012 Journée Innovation Nutritionnelle 9 mai 2012 1 Qui sommes-nous? Association Régionale pour le Développement des Industries Alimentaires d Aquitaine Organisation professionnelle représentative des industries

Plus en détail

Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale

Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale LE CRBIP (Centre de Ressources Biologiques de l ) : Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale Société de Pathologie 7 juin 2006 CIS Exotique 1 Introduction

Plus en détail

Ergoconception et conception hygiénique

Ergoconception et conception hygiénique Les rencontres thématiques Cap Aliment 2014 Réunion 1 Ergoconception et conception hygiénique Jeudi 24 avril 2014 9h30 à 12h00 / Société Famille Mary, Saint-André-de-la-Marche La maîtrise des risques sanitaires

Plus en détail

RMT «Biodiversité &Agriculture» SÉMINAIRE DE LANCEMENT BALANDRAN 24-25 JUIN 2014

RMT «Biodiversité &Agriculture» SÉMINAIRE DE LANCEMENT BALANDRAN 24-25 JUIN 2014 RMT «Biodiversité &Agriculture» SÉMINAIRE DE LANCEMENT BALANDRAN 24-25 JUIN 2014 Le séminaire LES OBJECTIFS L ORGANISATION 2 Un séminaire pour Informer Créer une dynamique collective Se connaître Entamer

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Eco-conception des produits innovants de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019

Plus en détail

L ASTEP Les ressources existantes. Le site : www.astep.fr

L ASTEP Les ressources existantes. Le site : www.astep.fr L ASTEP Les ressources existantes Le site : www.astep.fr 2 Le cadre 61 000 écoles primaires en France 350 000 classes Maternelle : de 3 à 5 ans (cycle 1). Élémentaire : de 6 à 11 ans (cycles 2 et 3). Enseignants

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle pour la santé de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne

Plus en détail

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe

Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Colloque international francophone Nancy 9 février 2015 Formation à distance : Défis et opportunités de l assurance qualité interne et externe Février 2015 L expérience de 2iE : 2007 à 2015 10.02.15 2

Plus en détail

Production. Qualité Maintenance. Les objectifs de la formation. En fonction du parcours. Responsable. Responsable

Production. Qualité Maintenance. Les objectifs de la formation. En fonction du parcours. Responsable. Responsable Les objectifs de la formation Apporter les moyens de faire face aux évolutions de l emploi dans les industries alimentaires à un niveau de qualification intermédiaire entre technicien et ingénieur, Former

Plus en détail

Questions autour de la gestion / diffusion / valorisation des informations à caractères halieutique

Questions autour de la gestion / diffusion / valorisation des informations à caractères halieutique Questions autour de la gestion / diffusion / valorisation des informations à caractères halieutique 1 Contexte général de l accueil Un partenariat AGROCAMPUS OUEST/ US Osiris Projet européen SIAP Projet

Plus en détail

Admission sur dossier Pour tous renseignements complémentaires vous pouvez contacter : Le service scolarité au 02 43 59 49 05 ou 02 43 59 49 06

Admission sur dossier Pour tous renseignements complémentaires vous pouvez contacter : Le service scolarité au 02 43 59 49 05 ou 02 43 59 49 06 Programme d Enseignement 1 150 h Admission sur dossier Pour tous renseignements complémentaires vous pouvez contacter : Le service scolarité au 02 43 59 49 05 ou 02 43 59 49 06 Institut Universitaire de

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises. Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP)

Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises. Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP) Bilan de l enquête Ile-de-France sur les analyses de dangers en entreprises Hasna EZZOUINE (CERVIA Paris IdF) Vincent LECLERC (AFSSA-LERQAP) Contexte de l étude Etude initiée en 2009 par le CERVIA PARIS

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Un Réseau National de 28 CMI Le réseau FIGURE Formation en InGenierie par des Universités de

Plus en détail

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE

DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE En vue de l'obtention du DOCTORAT DE L'UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délivré par : Institut National Polytechnique de Toulouse (INP Toulouse) Discipline ou spécialité : Génie des Procédés et de l'environnement

Plus en détail

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA)

STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Sciences humaines et sociales Master à finalité professionnelle MENTION : SCIENCES DE L EDUCATION SPÉCIALITÉ STRATEGIE ET INGENIERIE EN FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs : Former des spécialistes en

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Informatique de gestion de l Université de Valenciennes et du Hainaut- Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM TUNISIE MAROC ALGERIE TUNISIE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS MOSTAGANEM MAROC ALGERIE FACULTES Sciences Economiques, Commerciales et de Gestion Sciences

Plus en détail

Compte-Rendu de la réunion téléphonique du 26 Janvier 2012

Compte-Rendu de la réunion téléphonique du 26 Janvier 2012 Réunion du Bureau Rédacteur : Jean-Christophe Moreau Validation : Présents Excusés Compte-Rendu de la réunion téléphonique du 26 Janvier 2012 Rév. Version 0 Date 9 Février 2012 Sabine BATTEGAY, René BAUMONT,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES

CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES CAHIER DES CHARGES APPEL A MANIFESTATION D INTERET (AMI) INNOVATIONS COLLABORATIVES Contexte Au 1 er janvier 2016, la nouvelle Région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes formera une seule et même entité

Plus en détail

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES 1 SINCE 1893 570 élèves-ingénieurs 156 diplômés en 2014 70 enseignants-chercheurs

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Cécile MAUNIER. Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente TITRES UNIVERSITAIRES

Cécile MAUNIER. Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente TITRES UNIVERSITAIRES Cécile MAUNIER Maître de Conférences Sciences de Gestion Responsable pédagogique - Master 1 Marketing, Vente IAE REUNION 24 avenue de la Victoire CS 92003 Saint Denis Cedex 09 ( : 02 62 47 99 01 E- mail

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012

Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Conclusions Projet Aquamanche Aquatic management of catchments for health and environment Gestion des eaux des bassin versants pour la santé et l environnement Brest (29) Lessay (50), 12-13 Mars 2012 Les

Plus en détail

Contexte de la formation à l EMA

Contexte de la formation à l EMA Ingénierie Système : expériences et projets de l Ecole des Mines d Alès Contexte de la formation à l EMA Mines Alès Une école d ingénieurs généralistes visant aussi des formations d ingénieur spécialisé

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la mesure, de l'instrumentation et du contrôle de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018

Plus en détail

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Importance de l analyse des dangers Connaissance de l évolution des dangers au cours

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

Formation hygiène / sécurité des aliments

Formation hygiène / sécurité des aliments hygiène / sécurité des aliments Comment optimiser ses pratiques Sommaire : Les enjeux Les exigences Public Pratiques Conduite du projet de formation Supports pédagogiques Évaluations Nouvelle stratégie

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Demandez le programme! La 7 ème édition du congrès ERTS, au cœur des enjeux du marché mondial des systèmes embarqués

Demandez le programme! La 7 ème édition du congrès ERTS, au cœur des enjeux du marché mondial des systèmes embarqués Demandez le programme! Communiqué de presse Toulouse, le 9 janvier 2014 La 7 ème édition du congrès ERTS, au cœur des enjeux du marché mondial des systèmes embarqués Evènement de référence pour les industriels

Plus en détail

Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie de Recherche & Communication Scientifique En Santé «Concevoir, Conduire, Communiquer»

Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie de Recherche & Communication Scientifique En Santé «Concevoir, Conduire, Communiquer» Ministère de l enseignement supérieur & de la Recherche Scientifique ******************* Université de Sfax ******************** Faculté de Médecine de Sfax Certificat d Etudes Complémentaires Méthodologie

Plus en détail

DUT. Génie biologique. option Diététique IUT - Périgueux

DUT. Génie biologique. option Diététique IUT - Périgueux DUT Génie biologique option Diététique IUT - Périgueux Carte d identité de la formation Diplôme DUT - Diplôme universitaire de technologie Spécialité Génie biologique option Diététique Conditions d accès

Plus en détail

Objectif de l'action de formation : Former des cadres pour les secteurs des Productions Végétales et/ou des Industries Agroalimentaires.

Objectif de l'action de formation : Former des cadres pour les secteurs des Productions Végétales et/ou des Industries Agroalimentaires. Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 09/10/2015. Fiche formation Master - EAAD - Spécialité productions végétales et industries agroalimentaires (PVIA) - 1ère et 2ème année

Plus en détail

Journée des cadres de santé diététiciens. AFDN Paris 20 janvier 2012

Journée des cadres de santé diététiciens. AFDN Paris 20 janvier 2012 Journée des cadres de santé diététiciens AFDN Paris 20 janvier 2012 Journée des cadres de santé diététiciens du 20 janvier 2012 La réforme des études paramédicales et des cadres de santé ORGANISATION &

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services financiers de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines

Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Welcome to the Seminar on Urban Pavements Bienvenue au Séminaire sur les Chaussées urbaines Association mondiale de la route World Road Association Seminar on Urban Pavements Séminaire sur les Chaussées

Plus en détail

Université de La Rochelle. Sciences, Technologies, Santé MASTER. Biotechnologies. Biochimie

Université de La Rochelle. Sciences, Technologies, Santé MASTER. Biotechnologies. Biochimie Université de La Rochelle Sciences, Technologies, Santé MASTER Biotechnologies Biochimie Objectifs de la formation Connaissances dispensées Le master Biotechnologies parcours Biochimie forme des personnels

Plus en détail

MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE, MENTION CHIMIE : MOLECULES BIOACTIVES ET ENVIRONNEMENT

MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE, MENTION CHIMIE : MOLECULES BIOACTIVES ET ENVIRONNEMENT MASTER SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE, MENTION CHIMIE : MOLECULES BIOACTIVES ET Domaine: SCIENCES, TECHNOLOGIES, SANTE Mention: CHIMIE : MOLECULES BIOACTIVES ET Présentation Ce Master indifférencié a pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la comptabilité et de la gestion : Contrôle de gestion de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Communication scientifique et technique de l ENS Cahan Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Master ASC Advanced Spectroscopy in Chemistry. création: 2005-120 ECTS - enseignement en anglais Mobilité : 2 semestres Labellisé octobre.

Master ASC Advanced Spectroscopy in Chemistry. création: 2005-120 ECTS - enseignement en anglais Mobilité : 2 semestres Labellisé octobre. Master ASC Advanced Spectroscopy in Chemistry LILLE (FR) coordinateur BERGEN (NO) HELSINKI (FI) CRACOVIE (PL) LEIPZIG (DE) BOLOGNE (IT) MADRID (ES) création: 2005-120 ECTS - enseignement en anglais Mobilité

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda.

Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe. Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda. Solar Heating and Cooling for a Sustainable Energy Future in Europe Vision Potential Deployment Roadmap Strategic Research Agenda Synthèse Synthèse L énergie solaire thermique représente une source de

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail