L entreprise virtuelle. Plan de la présentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L entreprise virtuelle. Plan de la présentation"

Transcription

1 L entreprise virtuelle Présenté par Anass Jabiri M.Sc gestion des PME Plan de la présentation La gestion dans la nouvelle économie (caractéristiques, défis, implications, etc.) Les principales perspectives d amélioration La hiérarchie virtuelle Essence de la virtualité Définition de l entreprise virtuelle Les catalyseurs de la virtualité

2 Plan de la présentation Dimensions de l entreprise virtuelle Les modèles de l organisation virtuelle Les modèles de rémunérations l organisation virtuelle Aspects stratégiques de l entreprise virtuelle Design d entreprise virtuelle Conclusion Les principales caractéristiques de la nouvelle économie Turbulence, instabilité, incertitude de l environnement économique; Globalisation et fragmentation des marché; Réduction des cycles de vie des produits; Prolifération de nouveaux produits; Clients de plus en plus exigeants; Nécessité d offrir des produits/services sur mesure

3 Les principales caractéristiques de la nouvelle économie Rythme de diffusion des nouvelles technologies Dépendance de la valeur des produits des services et informations qui leur sont associés... Les nouveaux défis Dynamisme de l environnement Globalisation, incertitude Économies de savoir Nouvelles façons de travail Nouvelles structures: réseaux d entreprises Télé-travail travail virtuel Vitesse de développement des nouvelles technologies Nouveaux modes de télécommunications, cellulaires, , voic , groupware etc.

4 Implications Non adaptation des structures hiérarchiques au nouvel environnement Nécessité d une grande flexibilité et d une grande capacité d innovation structure organisationnelle et complexité Structure Fonctionnelle Divisionnelle Matricielle Réseau Virtuelle Complexité

5 Caractéristiques des nouvelles organisations Attributs généraux Globalisation Hyperflexibilité, adaptativité Amélioration continue, innovativité Orientation stakeholders Tolérance pour l incertitude Caractéristiques des nouvelles organisations Caractéristiques structurelle Structure plate Décentralisation Réseau Auto-organisation Frontières perméables Absence de frontières internes Frontières externes floues Cohérences entre structures et processus de travail

6 Caractéristiques des nouvelles organisations Traitement de l information Intégration des technologies de télécommunication Organisation électronique Conception des postes de travail Responsabilisation de l individu et des groupes (autocontrôle, intrapreneurship) Apprentissage continu Travail interfonctionnel, par équipes Caractéristiques des nouvelles organisations Management Leadership sans contrôle; moins de directivité, d évaluation. Plus de facilitation, de communication, de travail en réseau Tolérance pour l ambiguïté, confiance dans les individus

7 Mais comment pourrais-je donc générer des profits de Diversité des perspectives d amélioration kai quality networks sen Virtual Re-engine ering organization Lean production time Fast cycle ocus learning mer f o t s u C us molecular Continuo nt me e v ro imp Horizontal benchmarking organization

8 Diversité des perspectives d amélioration Design de la chaîne de valeur Organisation apprenante Organisations virtuelles Réseau d entreprises Personnalisation de masse Organisation de la chaîne de valeur Gestion de la chaîne de valeur Re-engineering De-jobbing Organisation latérales Focus sur le client Diminution des temps de cycle Amélioration continue Lean production Qualité benchmarking Diversité des perspectives d amélioration Design de la chaîne de valeur Organisation apprenante Organisations virtuelles Réseau d entreprises Personnalisation de masse Organisation de la chaîne de valeur Gestion de la chaîne de valeur Re-engineering De-jobbing Organisation latérales Focus sur le client Diminution des temps de cycle Amélioration continue Lean production Qualité benchmarking

9 La hiérarchie virtuelle Entreprises virtuelles Laboratoires virtuels Équipes virtuelles Produits et services virtuels Bureaux virtuels Télé-travail Typologie des organisations virtuelles Palmer et Speier 1997 Portée d engagement (Range of involvement) Équipes virtuelles À l interne de fonctions organisationnell es ou d unités départementales Projets virtuels En travers (cross) des fonctions et des organisations Organisations temporaires virtuelles En travers des organisations Organisations virtuelles permanentes En travers des organisations Membres Petit, local Indéterminé En principe plus En principe plus (Membership) grand petit, mais échelonné (scaleable) Mission Équipes pour Plusieurs Fonctions Toutes les des tâches représentants multiples fonctions et une spécifiques et d organisations répondant à une pleine continues travaillant dans opportunité de fonctionnalité des projets marché comme une spécifiques «working organization»

10 Typologie des organisations virtuelles Durée projet Utilisation des technologies d informations Équipes virtuelles Projets virtuels Organisations temporaires Organisations virtuelles virtuelles permanentes du Les membres Temporaire Temporaire Permanent varient d un projet à un autre mais la forme est permanente Connectivité, Dépôt de Infrastructures Les canaux de partage des d informations partagées distribution et connaissances partagées (bases (groupware, de marketing ( , de données, WANs, remote remplacent les groupware) groupware) computing) infrastructures physiques (Web, Intranet) Essence de la virtualité Naissance naturelle de la réflexion et de la pratique pratique des formes de l organisation en réseau Création de réseaux internes connectant des unités internes d une grande entreprise ABB est devenue pratiquement un réseau de PME, avec en plus, les avantages d une unité centrale, très petite, ayant un effet de levier sur les ressources stratégiques

11 Essence de la virtualité L acceptation du mode de fonctionnement en réseau par une grand nombre d entreprise Concentration sur les compétences de base et externalisation des activités de soutien sont devenus pratique courante Mise en garde «Virtuel» ne veut pas dire «qui n existe pas réellement», ou «pas réel» ou «qui n est qu à l état de la possibilité».

12 Qu est ce qu une entreprise virtuelle? A virtual organization is a temporary network of independent institutions, enterprises of specialized individuals that through the use of information and communication technology, spontaneousely unite to utilize an apparent competitive advantage (Eva Fuehrer) Critiques de Maarit Temporaire: l entreprise virtuelle peut être intentionnellement pour le long terme Spontanément: pas nécessairement car la frontière de spontané et de forcé n est pas claire Indépendant: il s agit plus d interdépendance parce que le but ne peut être atteint sans la collaboration de tous les partenaires

13 Définition de Venkatraman et Henderson 1996 Virtualness is the ability of an organization to consistently obtain and coordinate critical competencies trough its design of value adding business processes and governance mechanisms involving external and internal competencies to deliver differential, superior value in the market place. Définition Synthèse L'entreprise virtuelle est un réseau agile, plus ou moins temporaire d'entreprises juridiquement indépendantes qui décident de travailler ensemble, sans structure organisationnelle rigide, pour la réalisation d'un ou de plusieurs projet. Grâce à ses compétences clés, expertise et savoir-faire chaque nœud du réseau contribue à l'ajout de la valeur au produit et service offert sur le marché.

14 Définition Synthèse La connexion entre les différents nœuds du réseau qui ne sont pas nécessairement localisées dans le même continent est facilitée par les nouvelles opportunités offertes par les technologies informatiques et de télécommunication. Entreprise réseau/entreprise intégrée L ENTREPRISE VIRTUELLE L extrême du faire-faire L ENTREPRISE INTÉGRÉE L extrême du faire Faire-faire Différentes configurations Faire-ensemble Faire

15 Finalité d une entreprise virtuelle Permettre à un réseau de petites unités de fournir collectivement à un client une prestation globale. Obtenir des compétences non critiques (processus) de l extérieur; c est à dire des autres organisations qui forment l organisation virtuelle Finalité d une entreprise virtuelle Se différencier sur le marché Devenir plus performant Diminuer les coûts (de production, d espace, de transaction etc.) Accroître la compétitivité Accroître l efficacité Diminuer le temps de réponse Etc.

16 Partage de l infrastructure, de la R&D, risque et coûts Accès aux équipements manufacturiers spécialisés pour les PME R&D peut être externalisée puisque les opérations courantes absorbent tous les investissements en capital pour les GE GM et Toyota qui ont créé le New United Motors Manufacturing Incorporated (NUMMI) en Californie Chrysler et Mitsubishi ont formé le Diamond Star Motors dans l Illinois Partage de l infrastructure, de la R&D, risque et coûts Ford et Mazda qui ont développé des installations de productions qu ils partagent à Flat Rock au Michigan The Steel Research Institute, The national center for manufacturing science (NCMS), Agile manufacturing Enterprise Forum (AMEF), les incubateurs tels que Ben Franklin economic developement

17 Union des compétences de base complémentaires L objectif est d unir les compétences de base complémentaires en vue de servir les clients qui ne peuvent être servis par des compagnies séparées AT&T avec L. L. Bean pour la commercialisation des numéros Toshiba et IBM qui ont développé un flat-panel display technology pour les petits portables PCs Réduction du concept du cash time à travers le partage La possibilité que plusieurs compagnies puissent opérer en parallèle pour réaliser des tâches permet d accroître la vitesse de développement et les coûts de développement se voient donc diminués Le concept d organisation virtuelle permet de créer une «Concurrent Enterprise» composée uniquement de compagnies de classe mondiale pour fabriquer chaque produit désiré

18 Réduction du concept du cash time à travers le partage Apple qui demanda à Sony de l aider pour pouvoir sortir su le marché la gamme des PowerBook dans de plus brefs délais. Motorola, Apple et IBM qui ont collaboré ensemble pour sortir plus vite les microprocesseurs PowerPC Chez Chrysler le développement d un véhicule se fait de manière «cross-functional» impliquant l ensemble des départements pour accélérer le processus Accroissement des installations et de la taille apparente AgileWeb est un exemple d efforts de collaboration entre les compagnies qui ont besoin de fournir une masse critique de capacité pour sécuriser les affaires Rosenbluth et les autres agences de voyages qui sont devenues très célèbres à travers les filiales qui agissent à titre d agence unique lorsqu un client a un problème et a besoin d aide

19 Accès et partage des marchés ou fidélité du client L accès au marché et la fidélité des clients font partie des compétences de base d une compagnie. Dans une organisation virtuelle, ils peuvent être partagés Les franchises Il est possible d indiquer à l utilisateur final la contribution de la société dans le produit final exemple Intel Inside Migration des ventes de produits à la vente de solutions Le même produit peut être présenté à différents clients en même temps L organisation virtuelle qui permet d enrichir la dimension de l agilité Elle offre aussi l opportunité aux entreprises de pouvoir faire du value-based-princing L organisation virtuelle permet le shift de vendre des produits à vendre des solutions complètes

20 Principales caractéristiques d une entreprise virtuelle Existence d interactions entre les unités appartenant à des entreprises légalement distinctes pour créer ensemble une chaîne de valeur commune; Existence de processus distribués, essentiellement à base d information Les catalyseurs de la virtualité Nouvelles zones sociopolitico-économiques Commerce électronique Infrastructures d informations nationales et globales Mécanismes/applications Technologies et standards incluant CALS Moyens/facilitateurs

21 Nouvelles zone socio-politicoéconomiques Elles sont formées naturellement par Forces du marché, forces sociales, politiques etc. Habilités et compétences des principaux acteurs à développer un savoir-faire pour communiquer virtuellement Création de zones d intégration virtuelles pays de l'asie (Japon, Chine, Indonésie, Malaisie, Singapour et Thaïlande dans le cadre du projet MATIC (manufacturing technology supported by advanced and integrated informations systems through international cooperation Infrastructures d informations nationales et globales On distingue entre NII (national information infrastructures) GII (global information infrastructure) Elles ne se limitent pas seulement aux infrastructures physiques: équipement, fibre optique, satellites et computers utilisés pour transmettre, emmagasiner, fabriquer et déployer des voix, des images, sons et données

22 Infrastructures d informations nationales et globales On inclut également: Toutes sortes d informations (scientifiques, culturelles et commerciales Toutes les applications et logiciels qui permettent de manipuler, organiser et transmettre une multitude d informations et qui garantissent la sécurité des transactions électroniques Les standards et protocoles qui permettent au réseau l interconnexion Les ressources humaines qui développent les applications et services Commerce électronique/ev Commerce électronique: Il consiste en l usage des moyens électroniques pour échanger l information et permettre la conclusion de transactions auprès des firmes privées et des institutions et organisations publiques et parapubliques Entreprises virtuelles: elles se réfèrent à toutes les entreprises qui accomplissent diverses activités en mode virtuel (design, logistique, commercialisation, marketing, ventes et service après ventes

23 Plate-forme technologique Le choix de la plate-forme est crucial pour le fonctionnement en mode virtuel CALLS (Continuous Acquisition and Life-cycle Support), connu aussi sous le nom de (Computer Aided Acquisition and Logistic Support ) développé en 1985 par l US defense industry et l US governement qui se sont associés pour intégrer leur système de développement et de production CALS Le système CALS favorise l intégration d entreprises géographiquement éloignées par le biais de la rationalisation des processus administratifs et l application des standards et des technologies pour le développement, la gestion, l échange et l utilisation de l information technique et commerciale. «commerce at light speed»

24 Les catalyseurs de la virtualité NTIC (nouvelles technologies de l information et des télécommunications Connectivité, portabilité, performance Globalisation Globalisation des marchés, des produits, et des ressources (main d œuvre) Technologies de communication

25 On peut même rêver de travailler dans ces conditions!!!

26 Les dimensions de la virtualité Espace Temps Structure Repenser l espace Local Global Physique Concentré Dispersé Fixe Global Local Virtuel Dispersé Concentré Flexible

27 Repenser le temps Fixe Spécifique Synchrone Heures limitées Heure locale Vitesse normale Flexible Peu importe Asynchrone En tout temps Heure globale 10X plus vite Repenser la structure et le processus Séquentiel Parallèle Centralisé Distribué Hiérarchique En réseau Stable Dynamique Larges groupes Petits groupes Internes Sous-traités Par soi-même En collaboration

28 Évaluation du niveau de virtualisation d une entreprise l expérience du marché: montre les possibilités pour des partenaires d accéder en commun aux marchés existants ou d en créer des nouveaux Accès au réseaux de distribution Interaction directe avec les clients Solutions sur mesure Évaluation du niveau de virtualisation d une entreprise Levier des compétences: donne une vue des possibilités de rendre efficace le marché des ressources améliorer le processus de production en liant les fournisseurs les plus efficients (efficient sourcing) externalisation des activités et exploitation des ressources Création des nouvelles compétences

29 Évaluation du niveau de virtualisation d une entreprise Configuration du travail: efficacité des flux Décentralisation des compétences de décision et de l empowerment Création de la valeur S organiser virtuellement selon trois dimensions et trois phases (Venkatraman 1995) Différents niveaux de l organisation virtuelle 1- Extension du Business Process Reengineering 2- Recréer l organisation 3- Recréer la valeur Expérience du marché Solutions sur mesure Interaction directe avec les clients Accès aux canaux de distribution Création des nouvelles compétences Levier de compétences efficient sourcing Exploitation des ressources Efficacité des flux Décentralisation des compétences de décision et l empowerment Création de la valeur Configuration de travail

30 Étude de Sieber et Grise 1997 Différents niveaux de l organisation virtuelle 1- Extension du Business Process Reengineering 2- Recréer l organisation 3- Recréer la valeur Expérience du marché Solutions sur mesure Interaction directe avec les clients Accès aux canaux de distribution Création des nouvelles compétences Levier de compétences efficient sourcing Exploitation des ressources Efficacité des flux Décentralisation des compétences de décision et l empowerment Création de la valeur Configuration de travail Cas de virtualisation maximale Différents niveaux de l organisation virtuelle 1- Extension du Business Process Reengineering 2- Recréer l organisation 3- Recréer la valeur Expérience du marché Solutions sur mesure Interaction directe avec les clients Accès aux canaux de distribution Création des nouvelles compétences Levier de compétences efficient sourcing Exploitation des ressources Efficacité des flux Décentralisation des compétences de décision et l empowerment Création de la valeur Configuration de travail

31 Corporate staff services Services aux consommateurs Relations publiques Comptabilité et finance Ressources humaines Affaires légales Maintenance Recherche fondamentale Assurance qualité Activités de la chaîne de valeur Logis tique Recherche appliquée Design processus Design produit Plant Eng Entrepos age Fabricati on Contrôle de qualité Recherche marketing marketing Publicité Ventes Distri bution Réparation

32 L entreprise virtuelle dans sa forme simplifiée Banques: services automatisés par téléphone et par web En 1997, on dénombrait cyberentreprises. Grand % sont des micro-entreprises qui ont choisi Internet comme un moyen de vente, de promotion, de distribution et de transactions financières Quelques exemples Dans le cas de produits tangibles (livre, CD, ordinateurs) la livraison est sous-traitée à des entreprises privées telles que UPS, Fedex Exemple Amazom.com possède 2.5 millions de livres. Elle est devenu le plus gros booksellers alors le plus grand booksellers physique ne dispose pas de plus que titres

33 Dell computer Aucun composant n est commandé auprès des soustraitants qu après passation de commande par le client l ordinateur est livré au maximum 24heures après la passation de la commande croissance exponentielle des ventes plus que 1M$ par jour le paiement est reçu dans moins de 24 heures Prix 10 à 15% < à la concurrence 71% de croissance des ventes et 91% de croissance des profits. Chrysler Le design chez Chrysler est virtuel Réduction des temps de mise sur le marché (31 mois) Baisse des prix de vente de 10% Vente en ligne des automobiles (1.5%). La direction estime que cette proportion va augmenter jusqu à 25% dans les 4 ans à venir The Economist, may 10, 1997

34 L entreprise virtuelle dans sa forme complexe La chaîne de valeur classique

35 La chaîne de valeur virtuelle

36 Illustration schématique d une entreprise virtuelle basée sur un réseau de projets CORE COMPETENCIES : Ai, Bi, Ci, Di, Ei,... B1 C1 D1 E1 SERVICE et PROCESSUS DEdeDeTHE L ENTERPRISE i A2 C2 D2 E2 F2 A3 C3 E3 C1 D2 E2 B1 A B C D E Enterprises Virtuelles D4 C3 Virtulelless Chaine de valeur A4 ForProjet PA Requise Pour projet PA A4 B4 C4 D4 F4 Adapted From [Fischer et al., 1996] Points illustrés Combinaison des compétences de base pour fournir sur le marché des prestations de façon efficace et efficiente Produits offerts différenciés de la concurrence

37 Conséquences du mode de fonctionnement virtuel L entreprise virtuelle est donc un modèle de business où l on cherche à combiner les forces des PME (souplesse, agilité, rapidité) et les qualités des grandes entreprises (grandes possibilités d accès à des ressources diverses et importantes, un champ d action étendu) Les modèles de l organisation virtuelle Modèle organique Bottom-up Modèle de partenariat d une entreprise virtuelle Modèle Top-down

38 Modèle organique Collaboration dans le cadre de projets spécifiques L alliance ainsi créée survit et évolue vers un partenariat à long terme, avec adjonction de nouveaux partenaires Noyau central: une dizaine d entreprises autour du catalyseur (partenaires omniprésents) Cercle extérieur: 15 à 20 entreprises participation sporadique L entreprise virtuelle constituée pour un projet à partir d un pool d entreprises A3 C3 E3 B1 C1 D1 E1 A4 B4 C4 D4 F4 A2 C2 D2 E2 F2 B1 C3 C1 D2 A B C D E E2 Virtual Enterprise s D4 Value Chain For A4 Project PA

39 Les réseaux de projets d une entreprise virtuelle Client B Client A 5 PB 1 PA 6 PB Virtual Enterprise Partners Pool 2 PA /PB 8 PB 7 4 PA Projects Networks 9 3 PA Services / Product Services / Product PA PB PA PB Unit responsible for project PA Unit responsible for project PB Unit currently active on project A Unit currently active on project B Unit currently passive Adapted From [Diebold, 1996] Constats tirés de la pratique Une entreprise particulière d un pool peut participer simultanément à plusieurs projets. Pour chaque projet spécifique, la responsabilité envers le client est assumée par une et une seule entreprise.

40 Constats tirés de la pratique Le choix de l entreprise qui sert d interface avec le client peut varier d un projet à un autre. Suite à l organisation en commun, d abord pragmatique, d un certain nombre d activités générales, telles que le marketing, l informatique, la comptabilité, le modèle organique tend à évoluer vers la création d une sorte de holding. Modèle de partenariat d une entreprise étendue Cas typique de l entreprise réseau coopération dans le cadre d une chaîne de valeur (clients, entreprise, fournisseurs) la grande entreprise met en place une infrastructure de transmissions de documents électroniques (EDI) plus d autonomie accordée aux partenaires réels L objectif recherché est l efficience et une plus grande rapidité à s adapter à la demande

41 Modèle top-down Le modèle «top-down» est celui où un organisme (souvent public) décide de la constitution d un réseau et des règles de participation et de fonctionnement de celui-ci Constitution Premier contact avec le client Choix de l entreprise responsable du contact avec le client. Spécification des besoins du client, des prestations à offrir et des processus correspondants Identification des prestataires potentiels (présélection des partenaires).

42 Constitution Négociation avec les clients potentiels (détermination des responsabilités) et des garanties à fournir Sélection définitive des principaux partenaires du réseau de projet Gestion du réseau Il s agit de concevoir les structures d organisation, des modes de fonctionnement et des règles de gestion et d incitation à la collaboration à appliquer pour assurer l efficience et l efficacité du pool Responsabilité pour l infrastructure et pour les systèmes d information (décision d outsourcing). Gestion des finances collectives

43 Gestion du réseau Règles de participation aux bénéfices / coûts / déficit Compensations pour prestations au réseau Corporate identity Règles d arbitrage en cas de conflit entre partenaires Règles de contributions à une offre. Mesures d incitation à la collaboration à mettre en place Vente Marketing Activités communes de Marketing. Offre/soumission à un client potentiel (solution globale). Premier contact avec le client. Choix de l entreprise responsable du contact avec le client. Spécification des besoins du client, des prestations à offrir et des processus correspondants.

44 Vente Marketing Identification des prestataires potentiels (présélection des partenaires). Négociation avec les clients potentiels (détermination des responsabilités) et des garanties à fournir. Sélection définitive des principaux partenaires du réseau de projet. Réalisation d un projet Mise en place de l infrastructure de travail Gestion du projet (distribuée). Production de la prestation demandée.

45 Support à la clientèle ( Total Customer Care ) Service après vente. Aide aux utilisateurs (selon les contrats avec les clients). Résolution des problèmes de dysfonctionnement par rapport au contrat avec le client et des réclamations. Maintenance et développement. Garanties. Autres défis Type de systèmes d information à concevoir Collaboration des partenaires de nature différentes (nationalité, milieu professionnel, langue, etc) Partenaires travaillant dans des sites géographiquement dispersés, selon des procédures différentes, Supports informatiques utilisés hétérogènes (type de réseau, de système d'exploitation, bases de données, applicatifs).

46 Autres défis Vérifier l importance de la manière de partager non seulement du know-how technique et des connaissances sur les clients et sur les marchés, Vérifier l importance des connaissances organisationnelles et comportementales. Gestion des compétences, Définition d une stratégie commune, Participation à la préparation d une offre, (sans nécessairement être certain de pouvoir faire partie de l équipe qui réalisera le projet), Autres problèmes Direction des projets, Gestion des expériences accumulées durant les projets, Résolution de conflits, Garanties à fournir aux clients, Service après vente, etc.,

47 comment les entreprises vont-elles être rémunérées pour les activités qu elles accomplissent en faveur du réseau, mais en dehors des projets spécifiques?. Réponses à la question précédente Le modèle de réciprocité Le modèle du marché Le modèle du tiroir-caisse commun Le modèle de joint venture

48 Le modèle de réciprocité Non facturation des activités accomplies surtout celles qui sont de toute manière utiles voire indispensables. Contribution équivalente de la part des partenaires. relations de confiance très fortes entre les partenaires. intérêt collectif et/ou les objectifs harmonisés. Une stratégie conjointe doit avoir été élaborée. Le modèle du marché Rémunération de la contribution selon les lois du marché. Liens relativement faibles entre les membres du pool. L intérêt commun et/ou les objectifs n ont pas été harmonisés (ou seulement sur une base temporaire). La stratégie commune n est définie que pour chaque projet, ou il n en existe pas (encore).

49 Le modèle du tiroir-caisse commun Existence d un contrat de partenariat explicite ou implicite. Chaque partenaire paye un montant annuel ou mensuel négocié. L argent du tiroir-caisse commun sert à payer les travaux effectués d avance par les partenaires. Le modèle du tiroir-caisse commun Liens très forts entre les partenaires L intérêt collectif a été harmonisé. La stratégie est définie explicitement en commun. L importance des contributions préalables à des projets précis n est pas très grande

50 Le modèle de joint venture Chaque entreprise a des participations croisées dans les autres. Les relations entre les membres du pool sont fortes. L intérêt collectif et les objectifs sont harmonisés. La stratégie est définie explicitement lors de réunions planifiées Aspects stratégiques de l entreprise virtuelle Dans les entreprises virtuelles, les aspects stratégiques doivent être envisagés selon deux points de vue: entreprise partenaire individuelle entreprise réseau

51 Aspects stratégiques de l entreprise virtuelle Les décisions conduisant à participer à un réseau ont un impact stratégique sur chaque entreprise individuellement La concentration sur les core competencies, l outsourcing, le reengineering des processus interorganisationnels sont des instruments pour aboutir aux objectifs que l entreprise s est fixés. Aspects stratégiques de l entreprise virtuelle Du point de vue du réseau, l évolution se fait en fonction de conditions telles que: l existence d une structure relationnelle potentielle (latente), d objectifs et d intérêts collectifs, d une mission ou d événements particuliers. La stratégie du réseau devra exploiter ces conditions.

52 Les défis posés aux entreprises virtuelles Constitution Gestion du réseau Vente (Marketing) Réalisation d un projet Autres défis Merci de votre attention Des questions?

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?»

La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?» La Fonction publique «Vers une organisation intelligente?» «La fourmi est un animal intelligent collectivement et stupide individuellement. L homme c est l inverse» Karl Von Frich. GUY MORNEAU ENAP Plan

Plus en détail

La structure de l entreprise 1

La structure de l entreprise 1 Université de Tunis Institut Supérieur de Gestion de Tunis Département Management, RH et Droit Licence Fondamentale en Sciences de gestion 1 ère année La structure de l entreprise 1 Objectifs d apprentissage

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

IBM PureFlex System. Un système d infrastructure à l expertise intégrée

IBM PureFlex System. Un système d infrastructure à l expertise intégrée IBM PureFlex System Un système d infrastructure à l expertise intégrée 2 IBM PureFlex System L informatique se place en tant qu élément stratégique de votre entreprise. En un siècle, l informatique est

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation Laurent CORNU Partner, Customer Relationship Management Leader IBM Business Consulting Services Plus que tout autre canal, le centre de relation

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization)

Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Les cinq raisons majeures pour déployer SDN (Software-Defined Networks) et NFV (Network Functions Virtualization) Préparé par : Zeus Kerravala Les cinq raisons majeures pour déployer SDN et NFV NetworkWorld,

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2

STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE. 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 STRUCTURES ET ORGANISATION DE L ENTREPRISE 23 mars 2006 Eric GODELIER HSS2 INTRODUCTION «L organisation» et la «structure» : des notions mobilisées par de nombreuses sciences (Sciences de la vie et de

Plus en détail

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together

CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE. Leading Digital Together CONSEIL EN STRATÉGIE ET TRANSFORMATION DIGITALE Leading Digital Together 2 3 Capgemini Consulting, le leader français de la transformation digitale Une force de frappe de 900 consultants en France et de

Plus en détail

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Avec vous, nous nous engageons pour construire vos solutions de gestion Face à la globalisation des marchés, au développement des systèmes

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Estimated SMB instances 1-499 PC (Physical and Virtual) 125,000 Total instances: SMB 1-24 PC. 392,000 Total instances: SMB 25-499 PC

Estimated SMB instances 1-499 PC (Physical and Virtual) 125,000 Total instances: SMB 1-24 PC. 392,000 Total instances: SMB 25-499 PC 35 zettabytes Geography: France 832,000 Estimated Windows Server 2003 instances (Physical and Virtual) 10% 3% 40% 47% 342,000 Physical instances 490,000 Virtual instances 1 sur 6 SQL Server 2005 refonte

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Testing As A Value Center

Testing As A Value Center Title and Content 109 207 246 131 56 155 0 99 190 85 165 28 214 73 42 Dark 1 Light 1 Dark 2 Light 2 Accent 1 Accent 2 185 175 164 151 75 7 193 187 0 221 62 236 137 29 Accent 3 Accent 4 Accent 5 Testing

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

Cloud Computing Stratégie IBM France

Cloud Computing Stratégie IBM France Cloud Computing Stratégie IBM France Daphné Alécian, Cloud Market Manager 1 2 2 Le Cloud Computing induit des changements majeurs en terme d usage et de comportement Définition : Caractéristiques : Un

Plus en détail

Gestion des données de référence (MDM)

Gestion des données de référence (MDM) Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestion des données de référence (MDM) Copyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reproduction or distribution of this document, in any form, is expressly prohibited without

Plus en détail

Cloud Computing dans le secteur de l Assurance

Cloud Computing dans le secteur de l Assurance Cloud Computing dans le secteur de l Assurance AG FANAF Ouagadougou Février 2014 Agenda Le Cloud Computing C'est quoi? Adoption du Cloud Computing en assurance Exemples d initiatives «Cloud Computing»

Plus en détail

Plan de l exposé Projets E-Business en PME le pourquoi et le comment

Plan de l exposé Projets E-Business en PME le pourquoi et le comment Plan de l exposé Projets E-Business en PME le pourquoi et le comment Forum Télécom SPI+ Ateliers «e-business» R. Delhaye / P. Poty - AWT Verviers, 19 février 2002 Introduction générale 1. Définitions et

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server

Microsoft Dynamics AX. Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server FLEXIBILITÉ Microsoft Dynamics AX Solutions flexibles avec la technologie Microsoft Dynamics AX Application Object Server Livre blanc Comment les entreprises peuvent-elles utiliser la technologie Microsoft

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise

Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Organisation et Fonctionnement de l Entreprise Sommaire Organisation et fonctionnement de l'entreprise... 1 Les principales fonctions de l entreprise... 2 La notion de structure... 3 Caractéristiques d

Plus en détail

Canon Business Services 2013

Canon Business Services 2013 Canon Business Services 2013 Powering Business Transformation* * Au cœur de vos transformations Notre métier? Assurer le succès de votre entreprise. Canon Business Services redéfinit l externalisation

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

Management par les processus Introduction et définitions. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus Introduction et définitions. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus Introduction et définitions Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 Le fonctionnement du cours Cours ou TD tous les vendredi après-midi Pause de 10 mn Téléphone éteint La presentation

Plus en détail

Communication & Collaboration: Un virage stratégique à organiser

Communication & Collaboration: Un virage stratégique à organiser ATELIER BNP Paribas Communication & Collaboration: Un virage stratégique à organiser Thierry RUIZ Responsable des offres de services réseaux 2007 IBM Corporation Garder une longueur d avance est indispensable

Plus en détail

Et si nous optimisions votre performance par le développement du capital humain?

Et si nous optimisions votre performance par le développement du capital humain? Et si nous optimisions votre performance par le développement du capital humain? 20 ans d expérience Fondé en 1992, Altran Education Services, pôle d expertise du groupe Altran, réalise les projets de

Plus en détail

Financial Insurance Management Corp.

Financial Insurance Management Corp. Financial Insurance Management Corp. Augmenter le taux de renouvellement grâce à une solution mobile fournie en tout juste trois mois Les faits Le besoin FIMC souhaitait offrir une meilleure valeur ajoutée

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication

Montréal. New York. Les fournisseurs et utilisateurs des technologies de l'information et de communication BPM: état de l art Qui sommes-nous? PAC en bref Stockholm Une société européenne indépendante De notoriété internationale Reconnue par tous les acteurs du marché Offrant une grande variété de prestations

Plus en détail

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Mika Kuhmonen, Rafael O. de Jesús, Donald B. Rosenfield, Willam Hanson Il y a une cinquantaine d années, les 100 000 ouvriers de l usine automobile Ford de

Plus en détail

Approche financière des projets informatiques Jean Yves Morin Directeur Général IBM France Financement

Approche financière des projets informatiques Jean Yves Morin Directeur Général IBM France Financement Approche financière des projets informatiques Jean Yves Morin Directeur Général IBM France Financement Code DSI 2009 Bâtissons une planète plus intelligente Un environnement L environnement changeant &

Plus en détail

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion

Données des SIM. Données signalétiques (nom, adresse), Historique d achat, Réactions passées aux actions de promotion Données des SIM Bases de données produits Identification, caractéristiques techniques, caractéristiques commerciales (prix, unités de vente, fournisseurs), état des stocks, ventes réalisées Bases de données

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Les licences en volume de Microsoft Office

Les licences en volume de Microsoft Office V olume L icensing brief Les licences en volume de Microsoft Office Ce document s applique à tous les programmes de licences en volume. Table des matières En bref... 1 Quoi de neuf dans ce document?...

Plus en détail

ENOVIA 3DLive. IBM PLM Solutions 1 er Octobre 2007. Philippe Georgelin Sébastien Veret

ENOVIA 3DLive. IBM PLM Solutions 1 er Octobre 2007. Philippe Georgelin Sébastien Veret ENOVIA 3DLive IBM PLM Solutions 1 er Octobre 2007 Philippe Georgelin Sébastien Veret La définition : Le Product Lifecycle Management est un ensemble de solutions qui permettent à une entreprise manufacturière

Plus en détail

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France Sommaire Cloud Computing Retours sur quelques notions Quelques chiffres Offre e need e need Services e need Store

Plus en détail

Playbook du programme pour fournisseurs de services 2e semestre 2014

Playbook du programme pour fournisseurs de services 2e semestre 2014 Playbook du programme pour fournisseurs de services 2e semestre 2014 Sommaire 3 Bienvenue dans le programme VSPP (VMware Service Provider Program) 4 Présentation de VMware vcloud Air Network 5 VMware vcloud

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

OPEX by Polepharma. Programme 2015-2016. KLMANAGEMENT Excellence of Operations. Notre partenaire OPEX :

OPEX by Polepharma. Programme 2015-2016. KLMANAGEMENT Excellence of Operations. Notre partenaire OPEX : OPEX by Polepharma Programme 2015-2016 Notre partenaire OPEX : KLMANAGEMENT Excellence of Operations > > REGARDS CROISÉS Fabrice CORITON Président de l OPEX by Polepharma Directeur Production LEO Pharma

Plus en détail

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile

Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Atteindre la flexibilité métier grâce au data center agile Aperçu : Permettre l agilité du data-center La flexibilité métier est votre objectif primordial Dans le monde d aujourd hui, les clients attendent

Plus en détail

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness Plan Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? SPI+ 1 Définition Objectifs de Quelques prévisions : 1. L orientation stratégique 2. L orientation client 3. Renforcer l efficacité

Plus en détail

6 CONFERENCES THEMATIQUES

6 CONFERENCES THEMATIQUES 6 >> 19 juin Lean Entreprise 3 >> 13 mars Les indicateurs pour piloter la performance Frugalité Marge par la simplification 4 >> 17 avril L amélioration par les processus Agilité Marge par la Vitesse Marge

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients

Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients Comment AXA adapte ses processus pour répondre aux attentes de ses clients Henri Vidalinc 23 juin 2006 Suduiraut - H. Vidalinc 23/06/2006-1 Sommaire AXA Way nous permet d offrir une excellente qualité

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Formulation des politiques logistiques

Formulation des politiques logistiques Formulation des politiques logistiques plan Introduction I- Système d objectifs, la logistique comme gestion d interfaces II- Typologie des politiques logistiques III- Alliances et partenariats comme orientation

Plus en détail

LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE. Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager

LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE. Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager LES NOUVEAUX FACTEURS DE COMPÉTITIVITÉ BASÉS SUR LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE Sébastien LAMOUR IDC Research & Consulting Manager LA 3 ÈME PLATEFORME INFORMATIQUE Santé publique Smart grids Smart buildings

Plus en détail

Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud. Fabienne Druis Offering leader

Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud. Fabienne Druis Offering leader Managed Services Comment décliner la gamme en mode Cloud Fabienne Druis Offering leader Les services d infogérance autour du Data Center DE APPLICATIONS DES SYSTEMES D INFRASTRUCTURE Intégration en pré

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

Ceano. Un Partenariat plus simple. 1 plateforme unique pour une IT facile. 1 collaboration d équipe facilitée

Ceano. Un Partenariat plus simple. 1 plateforme unique pour une IT facile. 1 collaboration d équipe facilitée Ceano 1 plateforme unique pour une IT facile Mise à disposition des services en temps réel Facturation unique Gestion optimisée des ressources Services Cloud sur demande Voix et Voix sur IP Connectivité

Plus en détail

ALCATEL ICT SERVICES. Olivier Vallet. All rights reserved 2005, Alcatel

ALCATEL ICT SERVICES. Olivier Vallet. All rights reserved 2005, Alcatel ALCATEL ICT SERVICES Olivier Vallet Alcatel et le Sourcing IT Page 2 1. Alcatel en 2005 2. Un peu d Histoire: 2001 2006 3. La contribution de la Stratégie de Sourcing à la rationalisation IT 4. La Stratégie

Plus en détail

Séminaire Lean Enterprise Mardi 20 Juin 2006

Séminaire Lean Enterprise Mardi 20 Juin 2006 Bénéfices de solutions logicielles dans une démarche d amélioration continue Séminaire Lean Enterprise Mardi 20 Juin 2006 Bertrand Le Bourgeois Marc Charmetant, cpim 1 Oracle Corporation Création : 1977

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Briefing direction LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Le Big Data, les réseaux sociaux, les applications mobiles et les réseaux mondiaux modifient de façon radicale

Plus en détail

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information. «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique» "Innovation, Valorisation et Protection du Patrimoine Numérique!" Conseil opérationnel en organisation, processus & système d Information «Valorisation, Protection et Innovation de votre Patrimoine Numérique»

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

La renaissance de l industrie

La renaissance de l industrie La renaissance de l industrie Première contribution de l Académie des technologies Construire des écosystèmes compétitifs, fondés sur la confiance et favorisant l innovation Académie des technologies,

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Les data centers. à l ère de la consolidation, de la virtualisation. l informatique verte

Les data centers. à l ère de la consolidation, de la virtualisation. l informatique verte DOSSIER REPONSES Après une phase où l informatique s était largement disséminée dans de nombreux sites, l heure est nettement au regroupement des serveurs et à la consolidation ; cela étant dû à une augmentation

Plus en détail

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement

Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Système d information : démystification, facteur de croissance et conduite du changement Patrick CONVERTY Directeur Commercial www.cibeo-consulting.com Approche globale de la performance Stratégie Système

Plus en détail

fourniture de ressources à tous les terminaux en tant que services

fourniture de ressources à tous les terminaux en tant que services Au-delà de l infrastructure VDI : fourniture de ressources à tous les terminaux en tant que services Edouard Lorrain 5 juin 2014 2014 VMware Inc. Tous droits réservés. Sommaire 1 Évoluez vers le Cloud

Plus en détail

TBR. Postes de travail virtualisés : IBM simplifie la gestion de l infrastructure avec ses serveurs System x Août 2013

TBR. Postes de travail virtualisés : IBM simplifie la gestion de l infrastructure avec ses serveurs System x Août 2013 Postes de travail virtualisés : IBM simplifie la gestion de l infrastructure avec ses serveurs System x Août 2013 TBR T E C H N O L O G Y B U S I N E S S R E S E AR C H, I N C. 1 TBR IBM Nurture Stream

Plus en détail

Sommaire. Première partie

Sommaire. Première partie Sommaire Introduction... XIX Première partie Pour bien piloter, il faut mieux mesurer Chapitre 1 Vos tableaux de bord ne sont plus efficaces... 3 Rôle du tableau de bord...3 Le modèle conducteur, automobile

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

«Echanges et apport d expertise autour du Projet GALENA» Mardi 26 mai à 9h00

«Echanges et apport d expertise autour du Projet GALENA» Mardi 26 mai à 9h00 GALENA «Echanges et apport d expertise autour du Projet GALENA» Mardi 26 mai à 9h00 Immeuble CMCI 2 rue Henri Barbusse 13001 Marseille Ascenseur A, 2ème étage, salle Abidjan 2015-05-28 This project is

Plus en détail

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales?

Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Panorama de l offre Sage CRM Solutions CRM Vous souhaitez stimuler les ventes de votre entreprise et dynamiser vos forces commerciales? Soyez plus proches de vos clients Pour vous garantir une relation

Plus en détail

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Les 24èmes journées de l UR-SETIT 22 Février 2015 Cette oeuvre, création, site ou texte est sous licence Creative Commons Attribution - Pas d Utilisation

Plus en détail

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage

APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX Solution de Consolidation de Sauvegarde, restauration et Archivage APX vous accompagne de la Conception à l Exploitation de votre Système d Information. Ce savoir faire est décliné dans les 3 pôles

Plus en détail

FOURNIR UN SERVICE DE BASE DE DONNÉES FLEXIBLE. Database as a Service (DBaaS)

FOURNIR UN SERVICE DE BASE DE DONNÉES FLEXIBLE. Database as a Service (DBaaS) FOURNIR UN SERVICE DE BASE DE DONNÉES FLEXIBLE Database as a Service (DBaaS) 1 The following is intended to outline our general product direction. It is intended for information purposes only, and may

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Etendre le champ du PHYSIQUE. PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT pour les Directions Fonctionnelles. Diapositives. En 1 ou 5

Etendre le champ du PHYSIQUE. PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT pour les Directions Fonctionnelles. Diapositives. En 1 ou 5 Gérer le cycle de vie des produits industriels de bout en bout : concevoir, tester, fabriquer, maintenir, recycler. VIRTUEL PHYSIQUE PRODUCT LIFECYCLE MANAGEMENT pour les En 1 ou Diapositives 1 Gérer le

Plus en détail

La gestion de la relation client (CRM)

La gestion de la relation client (CRM) La gestion de la relation client (CRM) HISTORIQUE De l ère de la consommation de masse : Produits et services standardisés Consommation indifférenciée Au retour de la consommation personnalisée : Produits

Plus en détail

PLM 2.0 : Mise à niveau et introduction à l'offre version 6 de Dassault systèmes

PLM 2.0 : Mise à niveau et introduction à l'offre version 6 de Dassault systèmes IBM Software Group 2008 IBM Corporation and Dassault Systèmes PLM 2.0 : Mise à niveau et introduction à l'offre version 6 de Dassault systèmes 2009 2007 IBM Corporation 2 PLM : de l historique 2D-3D à

Plus en détail

netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices

netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices Résultats exclusifs de l'étude systématique des 10 000 plus grandes entreprises en Suisse à leur

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service 10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2 Faire plus avec moins. C est l obsession depuis plusieurs années de tous les administrateurs de serveurs mais cette quête prend encore

Plus en détail