Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France"

Transcription

1 Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie Nantaise Des Eaux Services Agence Île-de-France Mai

2 Table des matières I. ETUDE HYDRAULIQUE DE CHAUMES EN BRIE... 4 A. Site d étude... 4 I. Objectif de l étude... 4 II. Situation géographique... 4 III. Le réseau d eau potable de Chaumes-en-Brie... 6 IV. Château d eau... 6 V. Composition du réseau... 7 VI. Lotissements... 8 B. Étude hydraulique... 9 I. Construction du modèle... 9 II. Paramètres hydrauliques... 9 III. Calage du modèle... 9 C. Étude de la demande en eau I. Estimation de la demande en eau II. Correction d incertitude sur le débitmètre ultrasonique III. Cycle journalier de distribution d eau IV. Jour de pointe de la demande en eau V. Étude du marnage du château d eau D. Étude des pressions sur le réseau I. Pression en heure de pointe du jour de pointe (situation actuelle) II. Effet de la future demande en eau sur la pression distribuée III. Caractéristiques hydrauliques du réseau E. Étude incendie I. Système de défense incendie II. Solutions proposées : III. Conclusion sur la conformité de la défense incendie et solutions d amélioration F. CONCLUSION

3 Des Table des illustrations Tableau 1 : volume de la consommation additive de nouveaux lotissements Tableau 2 : Résultats de la modélisation du réseau dans le cas de la défense à incendie Tableau 3 : Solutions pour améliorer la défense incendie Des Figures Figure 1 : Situation géographique du site (Chaumes-en-Brie)... 4 Figure 2 : canalisations du réseau de CHAUMES EN BRIE... 5 Figure 3 : schéma du château... 6 Figure 4 : Répartition des diamètres sur le réseau... 7 Figure 5 : présentation des nouveaux lotissements... 8 Figure 6 : localisation des points de mesures sur le réseau AEP de Chaumes en Brie Figure 7 : Mode de distribution d eau actuel (Jour moyen, coefficient de 0.8 sur les mesures) Figure 8 : Mode de distribution d eau actuel (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) Figure 9 : Futur mode de distribution d eau (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) 14 Figure 10 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée normale dans la situation actuelle Figure 11 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation actuelle Figure 12 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation Future Figure 13 : Carte altimétrique du réseau Figure 14 : Carte de pression en heure de pointe et jour de pointe (situation future) Figure 15 : Carte de demande en heure de pointe du jour de pointe (situation Future) Figure 16 : Répartition de la demande en eau avec le débit distribué correspondant Figure 17 : Répartition de la demande en eau et vitesse correspondante Figure 18 : Répartition de la demande et perte de charge (m/km) correspondante Figure 19 : Carte de localisation des poteaux à incendie du réseau Figure 20 : Localisation des poteaux incendie non conformes Figure 21 : Solutions proposées illustrées

4 I. ETUDE HYDRAULIQUE DE CHAUMES EN BRIE A. Site d étude I. Objectif de l étude L étude suivante porte sur le réseau d eau potable de la ville de Chaumes-En-Brie. Ce réseau comportant des nouveaux raccordements, une modélisation prenant en compte l augmentation du nombre d abonné a été effectuée. Cette modélisation permettra de vérifier le bon fonctionnement du réseau et de valider les possibilités d extension en prenant en compte les changements suivants: - l ajout de nouveaux lotissements au réseau, - les évolutions futures du réseau, - le bon fonctionnement du système de défense incendie. Elle permettra également d étudier, les travaux nécessaires aux futurs agrandissements du réseau pour en assurer le bon fonctionnement et améliorer celui de la condition actuelle. II. Situation géographique La zone d étude est le réseau d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie (77390) (cf. figure 1). Cette commune domine la vallée de l'yerres et de son affluent, le Bréon. De Paris, il est possible d y accéder soit par la route nationale 4, soit par la route nationale 19. La route départementale D 402 traverse la commune. En 2011, Chaumes-en-Brie comptait habitants. Figure 1 : Situation géographique du site (Chaumes-en-Brie) 4

5 Château d eau Château d eau Figure 2 : canalisations du réseau de CHAUMES EN BRIE 5

6 III. Le réseau d eau potable de Chaumes-en-Brie a. Introduction Le réseau d eau potable comporte environ 23,8 km de canalisations reliées au château d eau d une capacité de 500 m 3, et d une hauteur de m. Le nombre d abonnés en 2012 et en 2013 était respectivement 1124 et Selon le rapport annuel, le volume facturé en 2013 était m 3. La figure 2 illustre le réseau. Le réseau alimente deux hameaux voisins, MAUREVERT et FOREST, ainsi que les quartiers excentrés du centre-ville. b. Système de défense incendie Le réseau actuel comporte 34 poteaux incendie (36 dans la configuration future). Ces derniers sont de diamètre 100 mm, excepté celui de Maurevert (de diamètre 65mm) c. La production d eau potable de la ville Le réseau était jusqu en 2013 alimenté par un forage de la commune. En 2013 le forage a été fermé en raison d une pollution au pesticide de la nappe souterraine. La source actuelle provient d un achat d eau via une station de pompage collective à GRETZ ARMAINVILLIERS gérée par Lyonnaise des Eaux et (ESP) située à environ 17 km de la commune. Cette source alimente l ensemble des communes aux alentours. Son débit est de 38 m 3 /h. La chloration d eau potable se fait proportionnellement au débit automatiquement à l arrivée au château d eau. IV. Château d eau Le château d eau d une capacité de 500 m 3 est situé au centre du réseau d eau potable. La variation de niveau d eau dans la configuration actuelle est environ 1.5m sur un réservoir de 6 mètres de haut. La charge produite par cette installation au pied du château est de 24m de colonne d eau, soit 2,4bar. La Figure 3 illustre le château d eau en détails. Arrivée Figure 3 : schéma du château 6

7 V. Composition du réseau a. Diamètre des canalisations Le réseau de distribution d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie comporte 23,8 km de canalisations. Les canalisations ont des diamètres variant entre 50mm et 200mm. Ces diamètres sont présentés à la figure 4. b. Matériaux de canalisation Afin de modéliser plus précisément le fonctionnement du réseau, la connaissance des matériaux est importante pour calculer la rugosité de la surface des canalisations. Actuellement, la majorité des matériaux des conduites n est pas connu. Les techniciens de terrain ont tenté d identifier les matériaux d une partie du réseau. Selon l étude terrain, 43% du réseau semble difficilement identifiable. Les données récoltées montrent que le réseau est constitué à 19% de PVC, 17% en fonte, 10% en amiante ciment et 11% d acier et de PEHD. Distribution du diamètre Diamètre (mm) Figure 4 : Répartition des diamètres sur le réseau c. Sectorisation Ce réseau comporte 3 compteurs de sectorisation qui permettent de suivre les volumes d eau distribuée sur trois secteurs autour de centre-ville de Chaumes-en-Brie. 1- Compteur d ARCY situé au début de rue d ARCY : qui comptabilise 5% du volume total. 2- Compteur de FOREST situé au chemin de THIOU : qui comptabilise 10% du volume total. 3- Compteur de MAUREVERT situé dans la rue de MAUREVERT : qui comptabilise 6% du volume total. 7

8 VI. Lotissements À plus ou moins long terme, ce réseau inclura d autres nouveaux logements dans les lotissements suivants : Barbara, Gros Buisson et HLM Abbaye. L occupation de l ensemble des logements est appelée par la suite «situation future» Figure 5 : présentation des nouveaux lotissements 8

9 B. Étude hydraulique I. Construction du modèle Le modèle hydraulique du réseau d eau potable de la ville de Chaumes-en-Brie a été construit grâce aux informations contenues dans le SIG (Système Informatique Géographique). Celui-ci est incomplet, peu de matériaux sont renseignés et certains diamètres sont manquants. Il a donc été construit avec les informations connues. Certaines inconnues (matériaux et diamètres) ont été renseignées d après la connaissance du terrain des techniciens Nantaise des Eaux. Deux logiciels (PICCOLO et EPANET) ont été utilisés afin de modéliser le réseau. Ils ont chacun différentes spécificités hydrauliques. Ils offrent un niveau de résultat graphique identique avec des complémentarités au niveau des calculs hydrauliques. II. Paramètres hydrauliques L étude hydraulique du réseau de la commune de Chaumes-en-Brie est faite dans les conditions critiques, à savoir en jour de pointe et heure de pointe. Les coefficients sont les suivants : Jour de pointe : 1,4 (par-rapport au jour moyen) Heure de pointe : 1,7 (par-rapport à l heure moyenne) Ce qui donne un coefficient multiplicatif de 2,38 par-rapport aux consommations en jour moyen et heure moyenne pour obtenir la consommation en jour de pointe et heure de pointe. III. Calage du modèle a. Les équipements de mesure Le modèle a été calé grâce aux données recueillies durant la campagne de mesures effectuée entre le 20 et le 28 mars Des dispositifs de mesure ont été mis en place et suivis pendant cette période avec : 1) sept enregistreurs LE-LOG qui enregistrent la pression au niveau de poteaux à incendie, 2) une sonde piézométrique au niveau du réservoir du château d eau qui mesure la variation de volume distribué dans le réseau avec un intervalle d une seconde, 3) un débitmètre ultrasonique à la sortie du château d eau qui enregistre la totalité du débit distribué avec un intervalle d une seconde, 4) trois têtes-émettrice qui enregistrent le débit accumulé (volume passé) au niveau des trois compteurs de sectorisation. b. Calage Le calage du modèle permet de mettre à jour le modèle et de prendre en compte les changements dans le réseau, notamment l augmentation du nombre d abonné. 9

10 Légende Enregistreurs de pression (sur les poteaux incendies) Enregistreurs de comptage(débit) sur les compteurs de sectorisations Sonde piézométrique dans le réservoir et débitmètre ultrasonique à la sortie du château d'eau Canalisation Figure 6 : localisation des points de mesures sur le réseau AEP de Chaumes en Brie 10

11 C. Étude de la demande en eau I. Estimation de la demande en eau Selon l historique de consommation sur Chaumes en Brie (CRT 2010) la consommation d eau par abonné est en moyenne de 110 m 3 /an, soit 300 L/J. Selon tableau 1, le nombre de logement (abonné) actuel (2013) dans les trois lotissements est de 33 abonnés avec une consommation de 3630m 3 /an soit 9.94 m 3 /Jour. En cas d une occupation complète de tous les logements, ces chiffres seront respectivement de 227 abonnés avec environ m 3 /an. Ensemble immobilier Tableau 1 : volume de la consommation additive de nouveaux lotissements Situation actuelle(2013) Nombre Consommation d abonné actuelle actuel (m 3 /an) occupation complète Nombre d abonné estimé Consommation prévisionnelle (m 3 /an) HLM Abbaye Lotissement Barbara Lotissement Gros Buisson Somme Ainsi, l augmentation de la consommation due à l occupation totale des nouveaux logements est estimée à 13.6 %. À savoir que le volume moyen distribué mesuré dans la situation actuelle est en moyenne 408 m 3 /j et le volume potentiel estimé est en moyenne 475 m 3 /j (occupation totale). Afin de mettre en évidence la différence entre l heure de pointe du jour de pointe de la situation actuelle et de celle future, deux différentes modélisations ont été réalisées en fonction du nombre d abonné et du volume distribué dans le réseau. Ces modèles sont présentés dans la partie suivante. 11

12 II. Correction d incertitude sur le débitmètre ultrasonique Le cycle journalier du réseau est modélisé et comparé avec les mesures récupérées à partir de débitmètres à ultrason situés à la sortie du réservoir (m 3 /s). Dans cette modélisation, afin d obtenir un mode de consommation (demande en eau) plus précis, un coefficient d incertitude obtenu à partir du débitmètre à ultrason doit être calculé. En général, l erreur est générée par la méthode d estimation de débit adaptée aux débitmètres ultrasoniques. Afin de détecter cette erreur instrumentale, la méthode suivante a été effectuée : La différence entre les deux volumes produit et distribué durant la période de mesure a été calculée. Le volume produit (volume acheté : 409m 3 ) est récupéré à partir du SOFREL. Le volume d eau à la sortie (volume distribué : 490m 3 ) est mesuré et obtenu à partir de données du débitmètre transformées en volume. Ces deux volumes avaient une différence de 20%. Le coefficient d erreur du débitmètre est égal à 0,8. Ce coefficient a été vérifié durant les 5 jours de campagne de mesure. Après avoir corrigé le débit mesuré, le mode de consommation a été analysé. Il est expliqué par la suite. III. Cycle journalier de distribution d eau Le cycle de distribution d eau de la ville de Chaumes-en-Brie a été modélisé sur un cycle de 24 heures. L augmentation du volume d eau distribuée débute vers 6h et arrive à sa pointe journalière entre 7h et 8h, soit 36 m 3 /h. (Courbe bleue de la figure 7 à comparer aux mesures de débit en rouge). La différence entre les données modélisées et mesurées correspond à l erreur produite par le débitmètre qui a été détectée et calculée dans la partie II. 12

13 Figure 7 : Mode de distribution d eau actuel (Jour moyen, coefficient de 0.8 sur les mesures) Le cycle journalier du réseau est également modélisé et comparé avec les mesures récupérées à partir de la sonde piézométrique qui mesure la variation du niveau d eau (m). La fluctuation modélisée du niveau d eau dans le réservoir est représentée par la ligne verte. La hauteur d eau mesurée dans le réservoir est représentée par les traits violets. IV. Jour de pointe de la demande en eau a. Jour de pointe actuel : La demande en eau et le cycle de débit du réseau (figure 8) sont représentés en fonction du débit moyen en jour de pointe. Le débit journalier de pointe est 40% supérieur au débit moyen de distribution estimé. Dans l étude, les débits modélisés ont donc été multipliés par un coefficient de 1,40 du débit moyen. 13

14 Figure 8 : Mode de distribution d eau actuel (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) b. Jour de pointe en situation future Du fait que l augmentation de la consommation dans la situation future est estimée à 13.6%, et afin de calculer les futurs débits de distribution, une augmentation de 13.6% est imposée sur les débits journaliers de pointe actuelle. Le résultat de cette multiplication est illustré dans la figure 9. Dans le cas où tous les logements sont occupés, le débit maximal de la distribution à un débit de pointe de 60 m 3 /h et le volume journalier distribué atteindrait 640m 3 alors que dans la situation actuelle le maximum est de 560 m 3. Figure 9 : Futur mode de distribution d eau (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) coefficient de 0.8 *1.4 sur les mesures 14

15 V. Étude du marnage du château d eau La Figure 10, présente le marnage du réservoir dans la situation actuelle. Le débit de pompage actuel est 11 l/s, soit 38 m3/s. Avec ce débit, 13 heures sont nécessaires pour remplir le volume de 409 m 3, dans un contexte de volume distribué journalier "normal". Figure 10 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée normale dans la situation actuelle Volume pompé Volume distribué Temps (H) Les Figures 11 et 12 présentent respectivement le marnage dans les deux situations de pointes journalières actuelles (volume 560m 3 ) et futures (volume 640 m 3 ). Le pompage est toujours avec un débit de 11 l/s mais la durée de pompage varie de 15h à 17h. Volume pompé Volume distribué Temps (H) Figure 11 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation actuelle Volume pompé Volume distribué Temps (H) Figure 12 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation Future 15

16 Selon les résultats de la modélisation, on constate que : - Le marnage est faible (environ 1.5m sur un réservoir de 6 mètres de haut) - Le pompage a lieu de la même façon de jour comme de nuit. - Le niveau d eau reste toujours haut dans le réservoir, la pression de distribution est partout supérieure à 2 bars. a. Conclusion : D'après les résultats du marnage de château d eau : - un volume de 500 m 3 du château d eau garantit l alimentation du réseau en toute sécurité en situation future (une autonomie voisine d une journée). 16

17 D. Étude des pressions sur le réseau I. Pression en heure de pointe du jour de pointe (situation actuelle) Dans la configuration actuelle, en jour moyen et heure moyenne, la pression de distribution est supérieure à 2 bars et inférieure à 5,5 bars. Le dimensionnement d un réseau se faisant dans les conditions les plus critiques, c'est-à-dire en jour de pointe et heure de pointe, il est intéressant d étudier la pression de distribution ainsi que la conformité du système de défense incendie dans ces conditions. Figure 13 : Carte altimétrique du réseau Figure 14 : Carte de pression en heure de pointe et jour de pointe (situation future) 17

18 Selon les cartes de l altimétrie (figure 13) et des pressions (figure 14), la modélisation montre que l effet d altitude sur la pression du réseau est important. Autrement dit c est la topographie du site qui a le plus d influence sur la pression. La pression change donc forcément en fonction de l altitude. La figure 13, présente un profil de dénivelé entre 80m et plus de 105m, soit une variation d environ 30m. A la figure 14, on constate une variation de pression entre 25 et 55 mètres, soit une variation de 30m. La comparaison des deux cartes met en évidence l influence de la topographie du réseau. La carte des pressions n évolue pas énormément en jour de pointe et heure de pointe. On constate seulement une diminution de la pression de l ordre de 0,25 bar dans certaines antennes du réseau. Cependant, la pression de distribution est toujours supérieure à 2 bars à l échelle du réseau. II. Effet de la future demande en eau sur la pression distribuée Étant donné que la capacité hydraulique (selon les diamètres) des canalisations est suffisante pour transporter l eau en situation future, ce réseau n est pas sensible aux variations de pression due à l augmentation du débit. Le résultat de la modélisation est présenté sous forme de carte illustrant la demande en eau ponctuelle future en heure pointe et jour de pointe (cf. figure 15). La demande en eau ponctuelle varie entre 0,05l/s et 0,3l/s. Cette variation est calculée en fonction de l augmentation future du volume de 31% par rapport à la situation actuelle. La demande ponctuelle maximale est située au niveau de la rue Couperin(en couleur jaune) (0,3 l/s soit 1,1 m 3 /h) Figure 15 : Carte de demande en heure de pointe du jour de pointe (situation Future) 18

19 III. Caractéristiques hydrauliques du réseau La sensibilité du réseau est analysée dans les cas extrêmes et critiques de son fonctionnement (En heure de pointe et jour de pointe en situation future). Sur la figure 16, le débit varie par rapport à la demande ponctuelle en eau entre 0,1 et 0,75 l/s. Figure 16 : Répartition de la demande en eau avec le débit distribué correspondant La figure suivante présente les vitesses d eau dans les canalisations selon les mêmes débits que la figure 16. La vitesse varie entre 0,01 et 0.5 m/s. Le réseau a en moyenne une vitesse inférieure à 0,1 m/s, valeur qui est relativement faible. La vitesse la plus forte dans les canalisations se situe autour du château d eau. Elle est environ de 0,5 m/s. 19

20 Figure 17 : Répartition de la demande en eau et vitesse correspondante La vitesse est relativement faible dans le réseau ainsi que La perte de charge (figures 17 et 18). Ce paramètre varie entre 0,02 et 0,12 m/km qui sont des valeurs relativement faibles. Figure 18 : Répartition de la demande et perte de charge (m/km) correspondante 20

21 E. Étude incendie I. Système de défense incendie Le logiciel permet de tester la possibilité pour le poteau incendie d avoir un débit d eau de 60 m3/h (16 l/s)pour une pression minimale de 1 bar (conditions limites de conformité). La carte de localisation des poteaux à incendie dans le réseau est présentée à la figure 19. Les différents diamètres de la canalisation sont visibles sur cette carte. Dans le réseau et en condition extrême (heure de pointe en jour de pointe en situation future) la demande maximale ponctuelle dans le réseau est de 0,3 l/s. L utilisation du poteau à incendie demande un débit de 16l/s, soit un débit 53 fois plus élevé. Figure 19 : Carte de localisation des poteaux à incendie du réseau 21

22 Pour la modélisation trois éléments de différentes situations ont été pris en compte : 1. le jour moyen (en situation actuelle et future), 2. le jour de pointe (en situation actuelle et future), 3. et l heure de pointe (en situation actuelle et future) Ces résultats montrent que les différentes conditions mentionnées n ont pas une influence importante sur le débit des poteaux. La modélisation montre que certaines portions du réseau, ne sont pas capables de débiter la quantité conforme aux standards (16 l/s avec 1bar de pression). Cette problématique est présentée dans le tableau 2 (résultats de la modélisation et test de 2014) et est illustrée sur la carte de la figure 19. Les lignes jaunes du tableau soulignent les poteaux à incendie qui ne sont pas capables d obtenir un débit de 16l/s, en raison de la capacité hydraulique trop faible de la canalisation (les diamètres présentés dans la carte 18). Le pourcentage de débit produit par rapport au débit standard est calculé. Le réseau est capable de distribuer un débit standard de (60m 3 /h) pour 26 poteaux parmi les 37, soit 70%. Parmi les 10 poteaux non conformes, il y a en 5 qui atteignent plus de 70% de conformité soit un débit de plus de 42 m3/h. Le point le plus critique est le poteau à incendie numéro 33 (MAUREVERT) qui a un manque de débit de 63%(38m 3 /h) par rapport au débit standard de 60m 3 /h. Dans la partie suivante, des propositions sont énoncées afin d améliorer la performance hydraulique des poteaux à incendie dont le débit est non-conforme par rapport au standard. La figure 20 localise les poteaux non-conformes à la règlementation et le débit manquant en situation Future (par rapport au standard). 22

23 Analyse des poteau incendies dans les 3 différents conditions considérés Numéro - poteau Diametre- Reseau_(mm) localisation Situation Actuelle ( Jour de pointe) Débit Disponible (m^3/h) Situation Future ( Jour de pointe) Test 2013 Débit manquant (par rapport 60 m3/h) RUE DUMONT % RD ANGLE RD % RUE COUPERIN % RUE PARMENTIER % RUE PARMENTIER % SQUARE FOIX % RUE COUPERIN % RUE DE VERDUN % BVD ARISTIDE BRIAND % AV GENERAL LECLERC % RUE RENE QUINTON % RUE NICOLET % RUE RENE QUINTON % AV GENERAL LECLERC % AV GENERAL LECLERC % RUE GALLIER % CHEMIN DES PRES GALLIERS % RUE GALLIER % ROUTE D'OZOUER % RUE RENE MICHEL % RUE PASTEUR % CHEMIN DU Bréon % ROUTE D'ARGENTIERES % RUE GALLIER LIEU DIT PLAISANCE % CHEMIN DES TUILERIES % RUE RENE MICHEL % Rue Gallier,La Gros Buisson % les poteaux non conformes(par rapport au standard) Pourcentage de conformité Rue Gallier, Barbara % Rue Gallier,La Gros Buisson % ROUTES D'ARGENTIERES % AV GENERAL LECLERC % CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) % ROUTE D'ARCY % VILLA ALEXANDRE % RUE DU CHENE (MAUREVERT) % CHEMIN DE LA TOURELLE(MAUREVERT) N0N 38 37% Tableau 2 : Résultats de la modélisation du réseau dans le cas de la défense à incendie 23

24 Figure 20 : Localisation des poteaux incendie non conformes 24

25 II. Solutions proposées : Trois solutions sont proposées pour améliorer le fonctionnement du système de la défense incendie en palliant au problème éventuel estimé par le modèle : - Un renforcement de la conduite rue Parmentier et rue Gallier jusqu au lieu-dit de Plaisance (voir figure 21) - Un renforcement de la conduite chemin de l Abbaye jusqu à rue de Foix (voir figure 21) - Un maillage par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre. (voir figure 21) Le tableau 3 présente en détail, les solutions proposées pour chaque poteau à incendie. Pour la suite du travail, les solutions proposées sont intégrées dans la modélisation afin d évaluer les améliorations. La dernière colonne du tableau 3 rapporte le nouveau pourcentage du fonctionnement par rapport au débit standard (16l/s). On constate que pour certains poteaux, le pourcentage d amélioration est important grâce aux solutions proposées. a. Solutions du renforcement La solution de renforcement consiste à remplacer des portions de conduites par des diamètres plus importants. - Rue Parmentier (246m) et rue Gallier (400m), remplacement du Ø 125 par du Ø AV GENERAL LECLERC au nord de Av Félix THOMA, remplacement du Ø 100 par du Ø 150 (220m). - Rue du CHENE, MAUREVERT, remplacement du Ø 125 par du Ø 150 (1500m) Celles-ci sont illustrées dans la figure de 21. b. Solution du Maillage La seconde solution est un maillage en Ø 125 entre la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre. Voir figure de 21. c. Solution d installation d un sur presseur (minimisant le renforcement de conduite) Autre solution possible pour le problème à MAUREVERT, FOREST et rue de d ARCY par l installation d un sur-presseur au début de ces routes. 25

26 Tableau 3 : Solutions pour améliorer la défense incendie Situation Future ( Jour de pointe) Solutions Numéro -poteau localisation Débit Disponible (m^3/h) Pourcentage de conformité Solutions 1 Pourcentage d'améliorations Débit Disponible (m^3/h) Débit manquant (par rapport 60 m3/h) Pourcentage de conformité Solutions 2 38 Rue Gallier, Barbara 57 95% 16% % Renforcement: 39 Rue Gallier,La Gros Buisson 56 93% Remplacement du Ø125 par du Ø150 10% % 13 ROUTES D'ARGENTIERES 53 88% Par rue de Gallier jusqu au lieu rue 7% % 31 (646m) René MICHEL ROUTE D'ARCY-terrain de tenis 39 65% 5% % l installation d un surpresseur au début de RUE GALLIER 7 AV GENERAL LECLERC 45 75% Renforcement : Remplacement du Ø100 par du Ø150 ( 220m) Par AV GENERAL LECLERC au nord de Av Félix THOMAS 55% % 8 20 VILLA ALEXANDRE 38 64% Maillage: Maillage du Ø125 (93m) Par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre 14% % Renforcement : Remplacement du Ø100 par du Ø150 ( 130m) Par Villa Alexandre 26 RUE DU CHENE (MAUREVERT) Renforcement: 36 60% 29% % CHEMIN DE LA TOURELLE(MAUREVERT) 22 37% Par rue de Maurevert 3% % 15 CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) 44 74% Remplacement du Ø 125 par du Ø150 (1500m) l installation d un sur-presseur au début de CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) 26% % l installation d un surpresseur au début de RUE DU CHENE ) pour arriver a 60 m3/h 26

27 N (38,39,13 et 31 ) Remplacement du Ø 125 par du Ø 150 (646m) Rue Gallier jusqu au lieu rue René MICHEL ( Effet d'améliorations 14%, 10%, 7% et 5%) c N 26 et 33, Remplacement du Ø 125 par du Ø 150 rue de Maurevert (1500m) ( Effet d'améliorations 29%, 3%) N 7, Remplacement du Ø 100 par du Ø 150 AV GENERAL LECLERC ( Effet d'améliorations 55%) N 8, Maillage Ø 125 ( 93m) par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre ( Effet d'améliorations 14%) Figure 21 : Solutions proposées illustrées 27

28 III. Conclusion sur la conformité de la défense incendie et solutions d amélioration D après le modèle, le réseau actuel est en mesure d assurer à l ensemble des abonnés une pression de distribution supérieure à 2 bars. En revanche, la défense à incendie demande des améliorations notamment autour de la rue de Gallier, au niveau du hameau du MAUREVERT, de la rue du GENERAL LECLERC et du hameau du FOREST. Dans les configurations actuelle et future du réseau, neuf (2 Nouveaux poteaux en configuration future38, 39) sur 36 poteaux d incendie ne sont pas en mesure de débiter un minimum de 60 m 3 /h d eau. Parmi ces 9 poteaux, 4 sont situés aux extrémités du réseau où la distance entre château d eau et le poteau à incendie est environ de 1.5 km. La longue distance pour ces quatre poteaux est responsable d une grande perte de charge dynamique dans le cas de la défense incendie. La perte de charge dynamique est donc plus importante que la charge statique existante aux niveaux des poteaux. Celle-ci a un grand impact sur le débit et produit donc un débit non conforme aux réglementations. (Voir figures 20 et 13) Ces quatre poteaux concernés sont : - N 26(SIDIS) : (MAUREVERT) - N 33(SIDIS) :(MAUREVERT) - N 32(SIDIS) :(FOREST) - N 31(SIDIS) :(ARCY terrain de tennis) Une solution pour obtenir un débit conforme est l installation d un sur-presseur pour produire les 2 bars de charge hydraulique manquant. Les solutions de renforcement ne pouvant pas assurer la totalité du débit attendu. (cf. tableau 3). Cinq autres poteaux sont raccordés à des canalisations de diamètre insuffisant. Le diamètre insuffisant des canalisations au niveau des poteaux est la source d une perte de charge dans le cas de la défense incendie. Pour y pallier ils peuvent être raccordés sur des canalisations ayant un plus gros diamètre qui génère moins de perte de charge en cas de défense à incendie (par renforcement de la canalisation (N 7, 13,38, 39) et maillage (N 8)). Dans ce cas-là les poteaux assurent un débit conforme. (Voir figure 20) 28

29 Ces cinq poteaux sont : - N 8 - N 7 - N 13 - N38(Pic) : Nouveau poteau en configuration future du réseau - N39(Pic) : Nouveau poteau en configuration future du réseau 29

30 F. CONCLUSION Selon les résultats de la modélisation du fonctionnement du réseau dans les deux conditions actuelle et future, on peut déduire que tous les abonnés devraient conserver une pression de distribution supérieure à 2 bars. Le modèle maintenant construit, toute nouvelle implantation de logement sur la commune de Chaumes en Brie pourra être étudiée afin de dimensionner au mieux le réseau pour assurer une pression suffisante à l ensemble des habitations et pour assurer au mieux la défense incendie. 30

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Achat, distribution d eau potable, gestion clientele Note pour une mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour l étude des modes de gestion du service

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau

Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau COMMUNE DE CARNOULES Eau Potable - 201 Service de distribution publique d Eau Potable Rapport Annuel sur le prix et la qualité de l eau (Application de la Loi n 95-101 du 2 février 1995 et du décret n

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE

SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE Classe : Terminale STL-SCL Enseignement : Systèmes et rocédés SIMULATION D UN RÉSEAU D EAU : DE LA MÉCANIQUE DES FLUIDES SANS BANC D ÉTUDE Fiche de présentation de la ressource Document professeur Sommaire

Plus en détail

5.4.1. ANNEXES SANITAIRES - NOTICE

5.4.1. ANNEXES SANITAIRES - NOTICE 5.4.1. ANNEXES SANITAIRES - NOTICE La présente note a pour but de décrire et justifier les dispositions générales à adopter en matière d assainissement eaux usées - eaux pluviales, d eau potable et d ordures

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS GAMME SOFREL LS/LT Data loggers GSM/GPRS Les data loggers SOFREL LS et LT communiquent par liaison GSM ou GPRS. Ils ont été spécialement conçus pour le suivi à distance des petites installations des réseaux

Plus en détail

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable présenté par Sébastien Coudert, G2C environnement G2C environnement Ingénierie et conseil aux collectivités Vision systémique et complémentaire

Plus en détail

Adduction de distribution

Adduction de distribution Adduction de distribution Didier Gallard * Juillet 2000 Objectif: Enjeux: Connaître la démarche à suivre pour concevoir une adduction de distribution. Eviter les dysfonctionnements hydrauliques Assurer

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT de LOIR-ET-CHER SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ADDUCTION D EAU POTABLE (SIAEP) DU PLESSIS ETUDES DE CONNAISSANCE ET DE GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX D EAU POTABLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

NOTE D INFORMATION GENERALE

NOTE D INFORMATION GENERALE OMMAIRE NOTE D INFORMATION GENERALE 1/ DECOUPAGE ET ACTIVITES AUTORISEES 2/ MODALITES DE RACCORDEMENT ET DE BRANCHEMENTS «VRD» 3/ TAXES APPLICABLES AU PARC DE L AIZE 4/ PROCEDURE DE CONCEPTION ET DE REALISATION

Plus en détail

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE Groupe de travail : Gestion patrimoniale Evènement : Web conférence Date : novembre 2014 www.astee.org Les maitres d œuvre

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Commune de LE THOLONET 1 Commune de LE THOLONET Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Rapport Intermédiaire N d étude Version Date Rédigé par Validé par Modifications 1 08/02/2012 TL JT HY13.B.0018

Plus en détail

Gestion patrimoniale AEP

Gestion patrimoniale AEP Gestion patrimoniale des réseaux AEP Stratégies mises en œuvre sur le bassin Loire Bretagne IRSTEA ZOOM DICI Emmanuel PICHON / AELB - Direction des Politiques d Intervention - Orléans Châtillon en Bazois,

Plus en détail

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France programme de renouvellement Journée SIG Eau Sommaire Le Contexte Présentation générale du SEDIF Le SIG au SEDIF Renouvellement

Plus en détail

Ce projet vise donc à mettre en conformité les réseaux communaux parallèlement aux travaux réalisés par le Groupe E et Viteos soit :

Ce projet vise donc à mettre en conformité les réseaux communaux parallèlement aux travaux réalisés par le Groupe E et Viteos soit : Commune de Bevaix Conseil général Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit de Fr. 615'000.- relative au remplacement des équipements, à l amélioration de l éclairage

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Hydraulique industrielle Correction TD 3

Hydraulique industrielle Correction TD 3 Hydraulique industrielle Correction TD 3 1 Etude d un limiteur de pression 1.1 Identification des fonctions Les différents élements assurant le fonctionnement du composant sont listés ci dessous : - Orifice

Plus en détail

Formation au code EPANET. Water & Soils Training Dr. Robert WOUMENI Version 2014.

Formation au code EPANET. Water & Soils Training Dr. Robert WOUMENI Version 2014. Water & Soils Training Dr. Robert WOUMENI Version 2014. SOMMAIRE 1) Introduction. 2) Application de base 3) Consommation moyenne et Pompage 4) Les profils de modulation de la consommation 5) La gestion

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Deux méthodes différentes de dimensionnement ont été appliquées :

Deux méthodes différentes de dimensionnement ont été appliquées : 1. INTRODUCTION Dans le cadre du réaménagement général de l assainissement sur le bassin versant de l Aussonnelle, qui conduira à la suppression de l ensemble des rejets d eaux usées dans la rivière, notre

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

PRESENTATION D'ACTEA

PRESENTATION D'ACTEA PRESENTATION D'ACTEA MATERIEL DE POMPAGE ET D'ASSAINISSEMENT Pompes puits, forage, eaux pluviales, assainissement Tuyauterie acier, INOX, PVC, PEHD Electricité générale, Automatisme, Télégestion Installation

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 11 / NOvembre 2010 eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine

Plus en détail

Pose de la première canalisation du Maillon Sud Montpellier, à Fabrègues

Pose de la première canalisation du Maillon Sud Montpellier, à Fabrègues Vendredi 17 juin 2011 La Région développe le réseau hydraulique pour sécuriser durablement l alimentation en eau du Languedoc-Roussillon Pose de la première canalisation du Maillon Sud Montpellier, à Fabrègues

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly

La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly La qualité de l air près des autoroutes urbaines d Ile-de-France : Zoom sur la porte de Gentilly Si les niveaux des différents polluants du trafic routier sont toujours plus importants à proximité du boulevard

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

PLU de MONTREAL - REGLEMENT Page 34 / 76. Chapitre 1 : Dispositions applicables à la zone 1 AU

PLU de MONTREAL - REGLEMENT Page 34 / 76. Chapitre 1 : Dispositions applicables à la zone 1 AU PLU de MONTREAL - REGLEMENT Page 34 / 76 Chapitre 1 : Dispositions applicables à la zone 1 AU Qualification de la zone 1 AU : La zone 1 AU qui est une zone à urbaniser ouverte immédiatement à l urbanisation

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

REFERENCES V.R.D DE 2011 A 2013 (DIRECTEUR TECHNIQUE CHEZ C.F.I)

REFERENCES V.R.D DE 2011 A 2013 (DIRECTEUR TECHNIQUE CHEZ C.F.I) REFERENCES V.R.D DE 2011 A 2013 (DIRECTEUR TECHNIQUE CHEZ C.F.I) Lieu OPERATIONS Nature des travaux Surface d'emprise Montant H.T. Phases Travaux V.R.D. selon loi MOP MAITRE d'ouvrage TERRALIA Réalisation

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

6.2.1- Annexes Sanitaires

6.2.1- Annexes Sanitaires 6 - Annexes 6.2.1- Annexes Sanitaires POS approuvé le : 16 février 1981 POS révisé, approuvé le : 18 décembre 2001 Vu pour être annexé à la délibération en date du : POS mis en révision le : 19 mars 2009

Plus en détail

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

CHAPITRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CHAPITRE II : APPLICABLES A LA ZONE N Caractère de la zone : Il s agit d une zone naturelle et forestière protégée en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation...

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation... Exercice 2012 Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service Public de l Eau potable Eau du robinet : source de minéraux Des contrôles pour une eau sûre L exigence de qualité Syndicat des Eaux de

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E

P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E D é p a r t e m e n t d e l O i s e C O M M U N E D E M O N T J A V O U L T P L A N L O C A L D ' U R B A N I S M E N O T E S U R L E S R E S E A U 8.2 Vu pour être annexé à la délibération en date du:

Plus en détail

COMITER 12/12/2013 PROTECTION DES CAPTAGES DE LA FOSSE DE MELUN ET DE LA BASSE VALLÉE DE L'YERRES

COMITER 12/12/2013 PROTECTION DES CAPTAGES DE LA FOSSE DE MELUN ET DE LA BASSE VALLÉE DE L'YERRES COMITER 12/12/2013 PROTECTION DES CAPTAGES DE LA FOSSE DE MELUN ET DE LA BASSE VALLÉE DE L'YERRES Des captages indispensables mais vulnérables aux pollutions Un classement Grenelle SDAGE Trois producteurs

Plus en détail

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE GÉNÉRAL Qu il s agisse d un projet de construction d un nouveau bâtiment ou de rénovation d un bâtiment existant (dans ce cas, voir la partie Autres aspects), l Ordre dresse

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE

Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE Cours :HYDROGEOCHIMIE, EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT LIQUIDE STU 6 -MODULE OPTIONNEL 4 (MOP4 2014-2015 ) Chapitre I- Introduction à l'alimentation en eau potable (AEP) Chapitre II- Evaluation des besoins

Plus en détail

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment

Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Système de distribution du gaz naturel dans un bâtiment Présentation basé sur le Guide d intégration du gaz naturel à un bâtiment Par Serge Rivard, Formateur, École des Technologies Gazières 11 novembre

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau EAU POTABLE EAUX DE SURFACE EAUX SOUTERRAINES ASSAINISSEMENT Chaînes de mesure pour le cycle de l eau www.hydreka.com Débitmètres jusqu'à 10 ans HydrINS 2 Mini Afficheur SMS - GPRS avec Enregistreur intégré

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

Groupe d échanges n 2

Groupe d échanges n 2 Réseau régional des collectivités à compétence Eau Potable Groupe d échanges n 2 13 octobre 2015, Besançon 1 Déroulement de la rencontre 1. Accueil et tour de table 2. Réhabilitation des réseaux d alimentation

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

La gestion patrimoniale des réseaux d eau. Magali ROYER _ Lionel BERTIN

La gestion patrimoniale des réseaux d eau. Magali ROYER _ Lionel BERTIN La gestion patrimoniale des réseaux d eau Magali ROYER _ Lionel BERTIN Le contexte Le RESEAU en quelques chiffres 850 000 km = réseau EAU en France >85 milliards d = patrimoine enterré X 20 Constitution

Plus en détail

1. CONNEXION, MANDATEMENT, PRODUCTION ET MISE EN LIGNE D'UN RPQS

1. CONNEXION, MANDATEMENT, PRODUCTION ET MISE EN LIGNE D'UN RPQS GUIDE DDTM34 de saisie des données annuelles sur le site de l'observatoire national des services publics d'eau et d'assainissement : http://services.eaufrance.fr/ Ce guide se divise en 2 parties : 1. Connexion,

Plus en détail

ACQUISITION DU SAVOIR

ACQUISITION DU SAVOIR [Texte] FI SPV - Module INC 1 ACQUISITION DU SAVOIR «Les besoins et ressources en eau» Objectif : Amener tous les apprenants au minimum de performances demandées. Connaître le minimum réglementaire de

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

SIRET : 251 200 549 00052

SIRET : 251 200 549 00052 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC DE L ALIMENTATION EN EAU POTABLE & DE L ASSAINISSEMENT NON- COLLECTIF ANNÉE 2014 Application de la Loi n 95-101 du 2 février 1995, du décret n

Plus en détail

Présentation du Pôle Cartographie

Présentation du Pôle Cartographie SAUR Direction Régionale Exploitation Sud Centre de Pilotage Opérationnel Sud-Ouest - Toulouse Présentation du Pôle Cartographie 1. Organisation et moyens 2. Chiffres clés 3. Missions du service 4. Nos

Plus en détail

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie

Fiche HYDRAULIQUE. Pourquoi un caniveau. Pour évacuer rapidement l eau de pluie Fiche HYDRAULIQUE Pourquoi un caniveau Pour évacuer rapidement l eau de pluie Lors de la réalisation de grands espaces imperméabilisés, les maîtres d œuvre sont confrontés aux problèmes de l évacuation

Plus en détail

Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy

Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy Assainissement du Plateau de Lancy Avenue du Petit-Lancy Séance d information 10 mars 2014 2 Message de bienvenue par M. Renevey, Conseiller administratif Présentation du futur concept d assainissement

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges Origine du projet et création du SYTEPOL Face à des difficultés d approvisionnement en eau potable constatées sur le Sud- Ouest du Département

Plus en détail

1. Présentation du territoire

1. Présentation du territoire PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LA REALISATION DES RESEAUX PRIVES D ASSAINISSEMENT ET D EAU POTABLE Dans le cas de réseaux privés d assainissement et d eau potable, la Communauté de Communes du Genevois

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

«vous accompagner tout au long de votre projet»

«vous accompagner tout au long de votre projet» «vous accompagner tout au long de votre projet» RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CHARGÉS D AFFAIRES BUREAUX D ÉTUDES : RÉSEAUX ÉLECTRICITÉ EAU AUTOMATISME ATELIERS DE PRÉFABRICATION ET DE MAINTENANCE : CHAUDRONNERIE

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

COMMUNE DE FERRIERES-EN-GÂTINAIS COUR DE L ABBAYE. 45 210 FERRIERES-EN-GÂTINAIS Tel : 02.38.96.52.90

COMMUNE DE FERRIERES-EN-GÂTINAIS COUR DE L ABBAYE. 45 210 FERRIERES-EN-GÂTINAIS Tel : 02.38.96.52.90 COMMUNE DE FERRIERES-EN-GÂTINAIS COUR DE L ABBAYE 45 210 FERRIERES-EN-GÂTINAIS Tel : 02.38.96.52.90 EXTENSION DU RESEAU D EAUX USEES CHEMIN DU BAS DE L ETANG ET RUELLE DES PRES DOSSIER DE CONSULTATION

Plus en détail

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale Guide Recherche de Fuites Code : 1.2.3 GUI2 Date de rédaction : 20 juin 2013 Version : 23 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

Supercal 539. Compteur d'énergie thermique compact. Applications

Supercal 539. Compteur d'énergie thermique compact. Applications Supercal 539 Compteur d'énergie thermique compact Applications Le compteur électronique d'énergie thermique compact et autonome est destiné au comptage de la consommation d'énergie distribuée par des installations

Plus en détail

GESTION DES EAUX D ORAGE. HYDROVEX Station de mesure et de contrôle du débit sans siphon FluidMID (Type U)

GESTION DES EAUX D ORAGE. HYDROVEX Station de mesure et de contrôle du débit sans siphon FluidMID (Type U) GESTION DES EAUX D ORAGE HYDROVEX Station de mesure et de contrôle du débit sans siphon FluidMID (Type U) STATION DE MESURE ET DE CONTRÔLE DE DÉBIT SANS SIPHON HYDROVEX FLUIDMID (TYPE U) APPLICATION La

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

Modèle de cahier des charges

Modèle de cahier des charges Modèle de cahier des charges 2013 www.eau-loire-bretagne.fr Etude du patrimoine eau potable Photo : Cédric Berger Septembre 2013 AVANT-PROPOS Contexte d'élaboration du modèle de cahier des charges 99

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

CREATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT

CREATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT DIRECTION GENERALE DES SERVICES TECHNIQUES Service Assainissement CREATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT SUR LE TERRITOIRE DE LA CAPE Délibération n B 12/05/98 du Bureau Communautaire du 21 mai 2012 Cahier

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme - Règlement - Annexes A N N E X E S

Plan Local d Urbanisme - Règlement - Annexes A N N E X E S A N N E X E S ANNEXE I - REGLES DE STATIONNEMENT Le territoire de la ville de Vannes est découpé en trois périmètres figurant sur les plans ci-après, correspondant à des règles de stationnement spécifiques.

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNE DE TRAINOU DEPARTEMENT DU LOIRET Pièce n 8 Plan Local d Urbanisme ANNEXES SANITAIRES - Notice technique Dossier d enquête publique Vu pour authentification pour être annexé à la délibération du

Plus en détail

SOLUTION INNOVANTE PAR MICROTUNNELAGE POUR LE COLLECTEUR D ALIMENTATION DU NOUVEAU TRAITEMENT MEMBRANAIRE

SOLUTION INNOVANTE PAR MICROTUNNELAGE POUR LE COLLECTEUR D ALIMENTATION DU NOUVEAU TRAITEMENT MEMBRANAIRE ACHERES, STATION D EPURATION DE PARIS SEINE AVAL SOLUTION INNOVANTE PAR MICROTUNNELAGE POUR LE COLLECTEUR D ALIMENTATION DU NOUVEAU TRAITEMENT MEMBRANAIRE Vincent BATEMAN (Ingénieur en Chef SIAAP Administrateur

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

Assainissement collectif des eaux usées

Assainissement collectif des eaux usées Assainissement collectif des eaux usées Point travaux 2013 Collecteur principal Renouvellement du collecteur principal au droit de la cheminée d équilibre Audenge Objectif : renouvellement du collecteur

Plus en détail

COMMUNE DE LEZAN TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT ET D'EAU POTABLE. Tronçon n 12 - AEP

COMMUNE DE LEZAN TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT ET D'EAU POTABLE. Tronçon n 12 - AEP Tronçon n 12 - AEP Réseau d'alimentation et de distribution en eau potable 0,00 1000 Plan de récolement AEP ML 380 1012 Tranchée pour pose de canalisation AEP DN 125 y compris rocher ML 200 1021 Elargissement

Plus en détail

Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Demande d installation d un système d assainissement non collectif Tél : 05.61.04.09.40 Bureaux ouverts : 8h à 12h et 13h30 à 18h DIRECTION du DEVELOPPEMENT Service Aménagement / Assainissement Non Collectif Demande d installation d un système d assainissement non collectif

Plus en détail

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Melle Karima SEBBAGH Ingénieur Chef de Projet Direction de Distribution Amélioration de la Gestion de la Distribution d Eau Potable 1/21 Sommaire

Plus en détail

GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER

GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER GUIDE PROMOTEUR CALCUL DES DEVIS D EQUIPEMENT EN ELECTRICITE 1- ETABLISSEMENT DES DEVIS D EQUIPEMENT DES LOTISSEMENTS ET ENSEMBLE IMMOBILIER Dès que le projet reçoit l avis favorable de la commission chargée

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE

DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION INDIVIDUELLE EN RÉGION WALLONNE Michel LEJEUNE Président Comité d experts chargés de l examen des demandes d agrément de SEI Agrément wallon depuis 2001 du système

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail