Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de. Chaumes-en-Brie. Nantaise Des Eaux Services. Agence Île-de-France"

Transcription

1 Étude de modélisation hydraulique du réseau d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie Nantaise Des Eaux Services Agence Île-de-France Mai

2 Table des matières I. ETUDE HYDRAULIQUE DE CHAUMES EN BRIE... 4 A. Site d étude... 4 I. Objectif de l étude... 4 II. Situation géographique... 4 III. Le réseau d eau potable de Chaumes-en-Brie... 6 IV. Château d eau... 6 V. Composition du réseau... 7 VI. Lotissements... 8 B. Étude hydraulique... 9 I. Construction du modèle... 9 II. Paramètres hydrauliques... 9 III. Calage du modèle... 9 C. Étude de la demande en eau I. Estimation de la demande en eau II. Correction d incertitude sur le débitmètre ultrasonique III. Cycle journalier de distribution d eau IV. Jour de pointe de la demande en eau V. Étude du marnage du château d eau D. Étude des pressions sur le réseau I. Pression en heure de pointe du jour de pointe (situation actuelle) II. Effet de la future demande en eau sur la pression distribuée III. Caractéristiques hydrauliques du réseau E. Étude incendie I. Système de défense incendie II. Solutions proposées : III. Conclusion sur la conformité de la défense incendie et solutions d amélioration F. CONCLUSION

3 Des Table des illustrations Tableau 1 : volume de la consommation additive de nouveaux lotissements Tableau 2 : Résultats de la modélisation du réseau dans le cas de la défense à incendie Tableau 3 : Solutions pour améliorer la défense incendie Des Figures Figure 1 : Situation géographique du site (Chaumes-en-Brie)... 4 Figure 2 : canalisations du réseau de CHAUMES EN BRIE... 5 Figure 3 : schéma du château... 6 Figure 4 : Répartition des diamètres sur le réseau... 7 Figure 5 : présentation des nouveaux lotissements... 8 Figure 6 : localisation des points de mesures sur le réseau AEP de Chaumes en Brie Figure 7 : Mode de distribution d eau actuel (Jour moyen, coefficient de 0.8 sur les mesures) Figure 8 : Mode de distribution d eau actuel (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) Figure 9 : Futur mode de distribution d eau (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) 14 Figure 10 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée normale dans la situation actuelle Figure 11 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation actuelle Figure 12 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation Future Figure 13 : Carte altimétrique du réseau Figure 14 : Carte de pression en heure de pointe et jour de pointe (situation future) Figure 15 : Carte de demande en heure de pointe du jour de pointe (situation Future) Figure 16 : Répartition de la demande en eau avec le débit distribué correspondant Figure 17 : Répartition de la demande en eau et vitesse correspondante Figure 18 : Répartition de la demande et perte de charge (m/km) correspondante Figure 19 : Carte de localisation des poteaux à incendie du réseau Figure 20 : Localisation des poteaux incendie non conformes Figure 21 : Solutions proposées illustrées

4 I. ETUDE HYDRAULIQUE DE CHAUMES EN BRIE A. Site d étude I. Objectif de l étude L étude suivante porte sur le réseau d eau potable de la ville de Chaumes-En-Brie. Ce réseau comportant des nouveaux raccordements, une modélisation prenant en compte l augmentation du nombre d abonné a été effectuée. Cette modélisation permettra de vérifier le bon fonctionnement du réseau et de valider les possibilités d extension en prenant en compte les changements suivants: - l ajout de nouveaux lotissements au réseau, - les évolutions futures du réseau, - le bon fonctionnement du système de défense incendie. Elle permettra également d étudier, les travaux nécessaires aux futurs agrandissements du réseau pour en assurer le bon fonctionnement et améliorer celui de la condition actuelle. II. Situation géographique La zone d étude est le réseau d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie (77390) (cf. figure 1). Cette commune domine la vallée de l'yerres et de son affluent, le Bréon. De Paris, il est possible d y accéder soit par la route nationale 4, soit par la route nationale 19. La route départementale D 402 traverse la commune. En 2011, Chaumes-en-Brie comptait habitants. Figure 1 : Situation géographique du site (Chaumes-en-Brie) 4

5 Château d eau Château d eau Figure 2 : canalisations du réseau de CHAUMES EN BRIE 5

6 III. Le réseau d eau potable de Chaumes-en-Brie a. Introduction Le réseau d eau potable comporte environ 23,8 km de canalisations reliées au château d eau d une capacité de 500 m 3, et d une hauteur de m. Le nombre d abonnés en 2012 et en 2013 était respectivement 1124 et Selon le rapport annuel, le volume facturé en 2013 était m 3. La figure 2 illustre le réseau. Le réseau alimente deux hameaux voisins, MAUREVERT et FOREST, ainsi que les quartiers excentrés du centre-ville. b. Système de défense incendie Le réseau actuel comporte 34 poteaux incendie (36 dans la configuration future). Ces derniers sont de diamètre 100 mm, excepté celui de Maurevert (de diamètre 65mm) c. La production d eau potable de la ville Le réseau était jusqu en 2013 alimenté par un forage de la commune. En 2013 le forage a été fermé en raison d une pollution au pesticide de la nappe souterraine. La source actuelle provient d un achat d eau via une station de pompage collective à GRETZ ARMAINVILLIERS gérée par Lyonnaise des Eaux et (ESP) située à environ 17 km de la commune. Cette source alimente l ensemble des communes aux alentours. Son débit est de 38 m 3 /h. La chloration d eau potable se fait proportionnellement au débit automatiquement à l arrivée au château d eau. IV. Château d eau Le château d eau d une capacité de 500 m 3 est situé au centre du réseau d eau potable. La variation de niveau d eau dans la configuration actuelle est environ 1.5m sur un réservoir de 6 mètres de haut. La charge produite par cette installation au pied du château est de 24m de colonne d eau, soit 2,4bar. La Figure 3 illustre le château d eau en détails. Arrivée Figure 3 : schéma du château 6

7 V. Composition du réseau a. Diamètre des canalisations Le réseau de distribution d eau potable de la commune de Chaumes-en-Brie comporte 23,8 km de canalisations. Les canalisations ont des diamètres variant entre 50mm et 200mm. Ces diamètres sont présentés à la figure 4. b. Matériaux de canalisation Afin de modéliser plus précisément le fonctionnement du réseau, la connaissance des matériaux est importante pour calculer la rugosité de la surface des canalisations. Actuellement, la majorité des matériaux des conduites n est pas connu. Les techniciens de terrain ont tenté d identifier les matériaux d une partie du réseau. Selon l étude terrain, 43% du réseau semble difficilement identifiable. Les données récoltées montrent que le réseau est constitué à 19% de PVC, 17% en fonte, 10% en amiante ciment et 11% d acier et de PEHD. Distribution du diamètre Diamètre (mm) Figure 4 : Répartition des diamètres sur le réseau c. Sectorisation Ce réseau comporte 3 compteurs de sectorisation qui permettent de suivre les volumes d eau distribuée sur trois secteurs autour de centre-ville de Chaumes-en-Brie. 1- Compteur d ARCY situé au début de rue d ARCY : qui comptabilise 5% du volume total. 2- Compteur de FOREST situé au chemin de THIOU : qui comptabilise 10% du volume total. 3- Compteur de MAUREVERT situé dans la rue de MAUREVERT : qui comptabilise 6% du volume total. 7

8 VI. Lotissements À plus ou moins long terme, ce réseau inclura d autres nouveaux logements dans les lotissements suivants : Barbara, Gros Buisson et HLM Abbaye. L occupation de l ensemble des logements est appelée par la suite «situation future» Figure 5 : présentation des nouveaux lotissements 8

9 B. Étude hydraulique I. Construction du modèle Le modèle hydraulique du réseau d eau potable de la ville de Chaumes-en-Brie a été construit grâce aux informations contenues dans le SIG (Système Informatique Géographique). Celui-ci est incomplet, peu de matériaux sont renseignés et certains diamètres sont manquants. Il a donc été construit avec les informations connues. Certaines inconnues (matériaux et diamètres) ont été renseignées d après la connaissance du terrain des techniciens Nantaise des Eaux. Deux logiciels (PICCOLO et EPANET) ont été utilisés afin de modéliser le réseau. Ils ont chacun différentes spécificités hydrauliques. Ils offrent un niveau de résultat graphique identique avec des complémentarités au niveau des calculs hydrauliques. II. Paramètres hydrauliques L étude hydraulique du réseau de la commune de Chaumes-en-Brie est faite dans les conditions critiques, à savoir en jour de pointe et heure de pointe. Les coefficients sont les suivants : Jour de pointe : 1,4 (par-rapport au jour moyen) Heure de pointe : 1,7 (par-rapport à l heure moyenne) Ce qui donne un coefficient multiplicatif de 2,38 par-rapport aux consommations en jour moyen et heure moyenne pour obtenir la consommation en jour de pointe et heure de pointe. III. Calage du modèle a. Les équipements de mesure Le modèle a été calé grâce aux données recueillies durant la campagne de mesures effectuée entre le 20 et le 28 mars Des dispositifs de mesure ont été mis en place et suivis pendant cette période avec : 1) sept enregistreurs LE-LOG qui enregistrent la pression au niveau de poteaux à incendie, 2) une sonde piézométrique au niveau du réservoir du château d eau qui mesure la variation de volume distribué dans le réseau avec un intervalle d une seconde, 3) un débitmètre ultrasonique à la sortie du château d eau qui enregistre la totalité du débit distribué avec un intervalle d une seconde, 4) trois têtes-émettrice qui enregistrent le débit accumulé (volume passé) au niveau des trois compteurs de sectorisation. b. Calage Le calage du modèle permet de mettre à jour le modèle et de prendre en compte les changements dans le réseau, notamment l augmentation du nombre d abonné. 9

10 Légende Enregistreurs de pression (sur les poteaux incendies) Enregistreurs de comptage(débit) sur les compteurs de sectorisations Sonde piézométrique dans le réservoir et débitmètre ultrasonique à la sortie du château d'eau Canalisation Figure 6 : localisation des points de mesures sur le réseau AEP de Chaumes en Brie 10

11 C. Étude de la demande en eau I. Estimation de la demande en eau Selon l historique de consommation sur Chaumes en Brie (CRT 2010) la consommation d eau par abonné est en moyenne de 110 m 3 /an, soit 300 L/J. Selon tableau 1, le nombre de logement (abonné) actuel (2013) dans les trois lotissements est de 33 abonnés avec une consommation de 3630m 3 /an soit 9.94 m 3 /Jour. En cas d une occupation complète de tous les logements, ces chiffres seront respectivement de 227 abonnés avec environ m 3 /an. Ensemble immobilier Tableau 1 : volume de la consommation additive de nouveaux lotissements Situation actuelle(2013) Nombre Consommation d abonné actuelle actuel (m 3 /an) occupation complète Nombre d abonné estimé Consommation prévisionnelle (m 3 /an) HLM Abbaye Lotissement Barbara Lotissement Gros Buisson Somme Ainsi, l augmentation de la consommation due à l occupation totale des nouveaux logements est estimée à 13.6 %. À savoir que le volume moyen distribué mesuré dans la situation actuelle est en moyenne 408 m 3 /j et le volume potentiel estimé est en moyenne 475 m 3 /j (occupation totale). Afin de mettre en évidence la différence entre l heure de pointe du jour de pointe de la situation actuelle et de celle future, deux différentes modélisations ont été réalisées en fonction du nombre d abonné et du volume distribué dans le réseau. Ces modèles sont présentés dans la partie suivante. 11

12 II. Correction d incertitude sur le débitmètre ultrasonique Le cycle journalier du réseau est modélisé et comparé avec les mesures récupérées à partir de débitmètres à ultrason situés à la sortie du réservoir (m 3 /s). Dans cette modélisation, afin d obtenir un mode de consommation (demande en eau) plus précis, un coefficient d incertitude obtenu à partir du débitmètre à ultrason doit être calculé. En général, l erreur est générée par la méthode d estimation de débit adaptée aux débitmètres ultrasoniques. Afin de détecter cette erreur instrumentale, la méthode suivante a été effectuée : La différence entre les deux volumes produit et distribué durant la période de mesure a été calculée. Le volume produit (volume acheté : 409m 3 ) est récupéré à partir du SOFREL. Le volume d eau à la sortie (volume distribué : 490m 3 ) est mesuré et obtenu à partir de données du débitmètre transformées en volume. Ces deux volumes avaient une différence de 20%. Le coefficient d erreur du débitmètre est égal à 0,8. Ce coefficient a été vérifié durant les 5 jours de campagne de mesure. Après avoir corrigé le débit mesuré, le mode de consommation a été analysé. Il est expliqué par la suite. III. Cycle journalier de distribution d eau Le cycle de distribution d eau de la ville de Chaumes-en-Brie a été modélisé sur un cycle de 24 heures. L augmentation du volume d eau distribuée débute vers 6h et arrive à sa pointe journalière entre 7h et 8h, soit 36 m 3 /h. (Courbe bleue de la figure 7 à comparer aux mesures de débit en rouge). La différence entre les données modélisées et mesurées correspond à l erreur produite par le débitmètre qui a été détectée et calculée dans la partie II. 12

13 Figure 7 : Mode de distribution d eau actuel (Jour moyen, coefficient de 0.8 sur les mesures) Le cycle journalier du réseau est également modélisé et comparé avec les mesures récupérées à partir de la sonde piézométrique qui mesure la variation du niveau d eau (m). La fluctuation modélisée du niveau d eau dans le réservoir est représentée par la ligne verte. La hauteur d eau mesurée dans le réservoir est représentée par les traits violets. IV. Jour de pointe de la demande en eau a. Jour de pointe actuel : La demande en eau et le cycle de débit du réseau (figure 8) sont représentés en fonction du débit moyen en jour de pointe. Le débit journalier de pointe est 40% supérieur au débit moyen de distribution estimé. Dans l étude, les débits modélisés ont donc été multipliés par un coefficient de 1,40 du débit moyen. 13

14 Figure 8 : Mode de distribution d eau actuel (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) b. Jour de pointe en situation future Du fait que l augmentation de la consommation dans la situation future est estimée à 13.6%, et afin de calculer les futurs débits de distribution, une augmentation de 13.6% est imposée sur les débits journaliers de pointe actuelle. Le résultat de cette multiplication est illustré dans la figure 9. Dans le cas où tous les logements sont occupés, le débit maximal de la distribution à un débit de pointe de 60 m 3 /h et le volume journalier distribué atteindrait 640m 3 alors que dans la situation actuelle le maximum est de 560 m 3. Figure 9 : Futur mode de distribution d eau (Jour de pointe, coefficient de 0.8*1.4 sur les mesures) coefficient de 0.8 *1.4 sur les mesures 14

15 V. Étude du marnage du château d eau La Figure 10, présente le marnage du réservoir dans la situation actuelle. Le débit de pompage actuel est 11 l/s, soit 38 m3/s. Avec ce débit, 13 heures sont nécessaires pour remplir le volume de 409 m 3, dans un contexte de volume distribué journalier "normal". Figure 10 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée normale dans la situation actuelle Volume pompé Volume distribué Temps (H) Les Figures 11 et 12 présentent respectivement le marnage dans les deux situations de pointes journalières actuelles (volume 560m 3 ) et futures (volume 640 m 3 ). Le pompage est toujours avec un débit de 11 l/s mais la durée de pompage varie de 15h à 17h. Volume pompé Volume distribué Temps (H) Figure 11 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation actuelle Volume pompé Volume distribué Temps (H) Figure 12 : Marnage du réservoir de Chaumes en Brie pour une journée de pointe dans la situation Future 15

16 Selon les résultats de la modélisation, on constate que : - Le marnage est faible (environ 1.5m sur un réservoir de 6 mètres de haut) - Le pompage a lieu de la même façon de jour comme de nuit. - Le niveau d eau reste toujours haut dans le réservoir, la pression de distribution est partout supérieure à 2 bars. a. Conclusion : D'après les résultats du marnage de château d eau : - un volume de 500 m 3 du château d eau garantit l alimentation du réseau en toute sécurité en situation future (une autonomie voisine d une journée). 16

17 D. Étude des pressions sur le réseau I. Pression en heure de pointe du jour de pointe (situation actuelle) Dans la configuration actuelle, en jour moyen et heure moyenne, la pression de distribution est supérieure à 2 bars et inférieure à 5,5 bars. Le dimensionnement d un réseau se faisant dans les conditions les plus critiques, c'est-à-dire en jour de pointe et heure de pointe, il est intéressant d étudier la pression de distribution ainsi que la conformité du système de défense incendie dans ces conditions. Figure 13 : Carte altimétrique du réseau Figure 14 : Carte de pression en heure de pointe et jour de pointe (situation future) 17

18 Selon les cartes de l altimétrie (figure 13) et des pressions (figure 14), la modélisation montre que l effet d altitude sur la pression du réseau est important. Autrement dit c est la topographie du site qui a le plus d influence sur la pression. La pression change donc forcément en fonction de l altitude. La figure 13, présente un profil de dénivelé entre 80m et plus de 105m, soit une variation d environ 30m. A la figure 14, on constate une variation de pression entre 25 et 55 mètres, soit une variation de 30m. La comparaison des deux cartes met en évidence l influence de la topographie du réseau. La carte des pressions n évolue pas énormément en jour de pointe et heure de pointe. On constate seulement une diminution de la pression de l ordre de 0,25 bar dans certaines antennes du réseau. Cependant, la pression de distribution est toujours supérieure à 2 bars à l échelle du réseau. II. Effet de la future demande en eau sur la pression distribuée Étant donné que la capacité hydraulique (selon les diamètres) des canalisations est suffisante pour transporter l eau en situation future, ce réseau n est pas sensible aux variations de pression due à l augmentation du débit. Le résultat de la modélisation est présenté sous forme de carte illustrant la demande en eau ponctuelle future en heure pointe et jour de pointe (cf. figure 15). La demande en eau ponctuelle varie entre 0,05l/s et 0,3l/s. Cette variation est calculée en fonction de l augmentation future du volume de 31% par rapport à la situation actuelle. La demande ponctuelle maximale est située au niveau de la rue Couperin(en couleur jaune) (0,3 l/s soit 1,1 m 3 /h) Figure 15 : Carte de demande en heure de pointe du jour de pointe (situation Future) 18

19 III. Caractéristiques hydrauliques du réseau La sensibilité du réseau est analysée dans les cas extrêmes et critiques de son fonctionnement (En heure de pointe et jour de pointe en situation future). Sur la figure 16, le débit varie par rapport à la demande ponctuelle en eau entre 0,1 et 0,75 l/s. Figure 16 : Répartition de la demande en eau avec le débit distribué correspondant La figure suivante présente les vitesses d eau dans les canalisations selon les mêmes débits que la figure 16. La vitesse varie entre 0,01 et 0.5 m/s. Le réseau a en moyenne une vitesse inférieure à 0,1 m/s, valeur qui est relativement faible. La vitesse la plus forte dans les canalisations se situe autour du château d eau. Elle est environ de 0,5 m/s. 19

20 Figure 17 : Répartition de la demande en eau et vitesse correspondante La vitesse est relativement faible dans le réseau ainsi que La perte de charge (figures 17 et 18). Ce paramètre varie entre 0,02 et 0,12 m/km qui sont des valeurs relativement faibles. Figure 18 : Répartition de la demande et perte de charge (m/km) correspondante 20

21 E. Étude incendie I. Système de défense incendie Le logiciel permet de tester la possibilité pour le poteau incendie d avoir un débit d eau de 60 m3/h (16 l/s)pour une pression minimale de 1 bar (conditions limites de conformité). La carte de localisation des poteaux à incendie dans le réseau est présentée à la figure 19. Les différents diamètres de la canalisation sont visibles sur cette carte. Dans le réseau et en condition extrême (heure de pointe en jour de pointe en situation future) la demande maximale ponctuelle dans le réseau est de 0,3 l/s. L utilisation du poteau à incendie demande un débit de 16l/s, soit un débit 53 fois plus élevé. Figure 19 : Carte de localisation des poteaux à incendie du réseau 21

22 Pour la modélisation trois éléments de différentes situations ont été pris en compte : 1. le jour moyen (en situation actuelle et future), 2. le jour de pointe (en situation actuelle et future), 3. et l heure de pointe (en situation actuelle et future) Ces résultats montrent que les différentes conditions mentionnées n ont pas une influence importante sur le débit des poteaux. La modélisation montre que certaines portions du réseau, ne sont pas capables de débiter la quantité conforme aux standards (16 l/s avec 1bar de pression). Cette problématique est présentée dans le tableau 2 (résultats de la modélisation et test de 2014) et est illustrée sur la carte de la figure 19. Les lignes jaunes du tableau soulignent les poteaux à incendie qui ne sont pas capables d obtenir un débit de 16l/s, en raison de la capacité hydraulique trop faible de la canalisation (les diamètres présentés dans la carte 18). Le pourcentage de débit produit par rapport au débit standard est calculé. Le réseau est capable de distribuer un débit standard de (60m 3 /h) pour 26 poteaux parmi les 37, soit 70%. Parmi les 10 poteaux non conformes, il y a en 5 qui atteignent plus de 70% de conformité soit un débit de plus de 42 m3/h. Le point le plus critique est le poteau à incendie numéro 33 (MAUREVERT) qui a un manque de débit de 63%(38m 3 /h) par rapport au débit standard de 60m 3 /h. Dans la partie suivante, des propositions sont énoncées afin d améliorer la performance hydraulique des poteaux à incendie dont le débit est non-conforme par rapport au standard. La figure 20 localise les poteaux non-conformes à la règlementation et le débit manquant en situation Future (par rapport au standard). 22

23 Analyse des poteau incendies dans les 3 différents conditions considérés Numéro - poteau Diametre- Reseau_(mm) localisation Situation Actuelle ( Jour de pointe) Débit Disponible (m^3/h) Situation Future ( Jour de pointe) Test 2013 Débit manquant (par rapport 60 m3/h) RUE DUMONT % RD ANGLE RD % RUE COUPERIN % RUE PARMENTIER % RUE PARMENTIER % SQUARE FOIX % RUE COUPERIN % RUE DE VERDUN % BVD ARISTIDE BRIAND % AV GENERAL LECLERC % RUE RENE QUINTON % RUE NICOLET % RUE RENE QUINTON % AV GENERAL LECLERC % AV GENERAL LECLERC % RUE GALLIER % CHEMIN DES PRES GALLIERS % RUE GALLIER % ROUTE D'OZOUER % RUE RENE MICHEL % RUE PASTEUR % CHEMIN DU Bréon % ROUTE D'ARGENTIERES % RUE GALLIER LIEU DIT PLAISANCE % CHEMIN DES TUILERIES % RUE RENE MICHEL % Rue Gallier,La Gros Buisson % les poteaux non conformes(par rapport au standard) Pourcentage de conformité Rue Gallier, Barbara % Rue Gallier,La Gros Buisson % ROUTES D'ARGENTIERES % AV GENERAL LECLERC % CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) % ROUTE D'ARCY % VILLA ALEXANDRE % RUE DU CHENE (MAUREVERT) % CHEMIN DE LA TOURELLE(MAUREVERT) N0N 38 37% Tableau 2 : Résultats de la modélisation du réseau dans le cas de la défense à incendie 23

24 Figure 20 : Localisation des poteaux incendie non conformes 24

25 II. Solutions proposées : Trois solutions sont proposées pour améliorer le fonctionnement du système de la défense incendie en palliant au problème éventuel estimé par le modèle : - Un renforcement de la conduite rue Parmentier et rue Gallier jusqu au lieu-dit de Plaisance (voir figure 21) - Un renforcement de la conduite chemin de l Abbaye jusqu à rue de Foix (voir figure 21) - Un maillage par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre. (voir figure 21) Le tableau 3 présente en détail, les solutions proposées pour chaque poteau à incendie. Pour la suite du travail, les solutions proposées sont intégrées dans la modélisation afin d évaluer les améliorations. La dernière colonne du tableau 3 rapporte le nouveau pourcentage du fonctionnement par rapport au débit standard (16l/s). On constate que pour certains poteaux, le pourcentage d amélioration est important grâce aux solutions proposées. a. Solutions du renforcement La solution de renforcement consiste à remplacer des portions de conduites par des diamètres plus importants. - Rue Parmentier (246m) et rue Gallier (400m), remplacement du Ø 125 par du Ø AV GENERAL LECLERC au nord de Av Félix THOMA, remplacement du Ø 100 par du Ø 150 (220m). - Rue du CHENE, MAUREVERT, remplacement du Ø 125 par du Ø 150 (1500m) Celles-ci sont illustrées dans la figure de 21. b. Solution du Maillage La seconde solution est un maillage en Ø 125 entre la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre. Voir figure de 21. c. Solution d installation d un sur presseur (minimisant le renforcement de conduite) Autre solution possible pour le problème à MAUREVERT, FOREST et rue de d ARCY par l installation d un sur-presseur au début de ces routes. 25

26 Tableau 3 : Solutions pour améliorer la défense incendie Situation Future ( Jour de pointe) Solutions Numéro -poteau localisation Débit Disponible (m^3/h) Pourcentage de conformité Solutions 1 Pourcentage d'améliorations Débit Disponible (m^3/h) Débit manquant (par rapport 60 m3/h) Pourcentage de conformité Solutions 2 38 Rue Gallier, Barbara 57 95% 16% % Renforcement: 39 Rue Gallier,La Gros Buisson 56 93% Remplacement du Ø125 par du Ø150 10% % 13 ROUTES D'ARGENTIERES 53 88% Par rue de Gallier jusqu au lieu rue 7% % 31 (646m) René MICHEL ROUTE D'ARCY-terrain de tenis 39 65% 5% % l installation d un surpresseur au début de RUE GALLIER 7 AV GENERAL LECLERC 45 75% Renforcement : Remplacement du Ø100 par du Ø150 ( 220m) Par AV GENERAL LECLERC au nord de Av Félix THOMAS 55% % 8 20 VILLA ALEXANDRE 38 64% Maillage: Maillage du Ø125 (93m) Par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre 14% % Renforcement : Remplacement du Ø100 par du Ø150 ( 130m) Par Villa Alexandre 26 RUE DU CHENE (MAUREVERT) Renforcement: 36 60% 29% % CHEMIN DE LA TOURELLE(MAUREVERT) 22 37% Par rue de Maurevert 3% % 15 CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) 44 74% Remplacement du Ø 125 par du Ø150 (1500m) l installation d un sur-presseur au début de CHEMIN DU GUE DE THIOU (FOREST) 26% % l installation d un surpresseur au début de RUE DU CHENE ) pour arriver a 60 m3/h 26

27 N (38,39,13 et 31 ) Remplacement du Ø 125 par du Ø 150 (646m) Rue Gallier jusqu au lieu rue René MICHEL ( Effet d'améliorations 14%, 10%, 7% et 5%) c N 26 et 33, Remplacement du Ø 125 par du Ø 150 rue de Maurevert (1500m) ( Effet d'améliorations 29%, 3%) N 7, Remplacement du Ø 100 par du Ø 150 AV GENERAL LECLERC ( Effet d'améliorations 55%) N 8, Maillage Ø 125 ( 93m) par la rue Felix Thomas et la Villa Alexandre ( Effet d'améliorations 14%) Figure 21 : Solutions proposées illustrées 27

28 III. Conclusion sur la conformité de la défense incendie et solutions d amélioration D après le modèle, le réseau actuel est en mesure d assurer à l ensemble des abonnés une pression de distribution supérieure à 2 bars. En revanche, la défense à incendie demande des améliorations notamment autour de la rue de Gallier, au niveau du hameau du MAUREVERT, de la rue du GENERAL LECLERC et du hameau du FOREST. Dans les configurations actuelle et future du réseau, neuf (2 Nouveaux poteaux en configuration future38, 39) sur 36 poteaux d incendie ne sont pas en mesure de débiter un minimum de 60 m 3 /h d eau. Parmi ces 9 poteaux, 4 sont situés aux extrémités du réseau où la distance entre château d eau et le poteau à incendie est environ de 1.5 km. La longue distance pour ces quatre poteaux est responsable d une grande perte de charge dynamique dans le cas de la défense incendie. La perte de charge dynamique est donc plus importante que la charge statique existante aux niveaux des poteaux. Celle-ci a un grand impact sur le débit et produit donc un débit non conforme aux réglementations. (Voir figures 20 et 13) Ces quatre poteaux concernés sont : - N 26(SIDIS) : (MAUREVERT) - N 33(SIDIS) :(MAUREVERT) - N 32(SIDIS) :(FOREST) - N 31(SIDIS) :(ARCY terrain de tennis) Une solution pour obtenir un débit conforme est l installation d un sur-presseur pour produire les 2 bars de charge hydraulique manquant. Les solutions de renforcement ne pouvant pas assurer la totalité du débit attendu. (cf. tableau 3). Cinq autres poteaux sont raccordés à des canalisations de diamètre insuffisant. Le diamètre insuffisant des canalisations au niveau des poteaux est la source d une perte de charge dans le cas de la défense incendie. Pour y pallier ils peuvent être raccordés sur des canalisations ayant un plus gros diamètre qui génère moins de perte de charge en cas de défense à incendie (par renforcement de la canalisation (N 7, 13,38, 39) et maillage (N 8)). Dans ce cas-là les poteaux assurent un débit conforme. (Voir figure 20) 28

29 Ces cinq poteaux sont : - N 8 - N 7 - N 13 - N38(Pic) : Nouveau poteau en configuration future du réseau - N39(Pic) : Nouveau poteau en configuration future du réseau 29

30 F. CONCLUSION Selon les résultats de la modélisation du fonctionnement du réseau dans les deux conditions actuelle et future, on peut déduire que tous les abonnés devraient conserver une pression de distribution supérieure à 2 bars. Le modèle maintenant construit, toute nouvelle implantation de logement sur la commune de Chaumes en Brie pourra être étudiée afin de dimensionner au mieux le réseau pour assurer une pression suffisante à l ensemble des habitations et pour assurer au mieux la défense incendie. 30

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable

Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Saint FRANC PHASE 2 : MODELISATION Schéma Directeur d Alimentation en Eau Potable CY00618 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

PHASE 3 ELABORATION DE SCENARIOS ET ETUDES COMPARATIVES

PHASE 3 ELABORATION DE SCENARIOS ET ETUDES COMPARATIVES COMMUNAUTE D AGGLOMERATION SALON ETANG DE BERRE DURANCE «AGGLOPOLE PROVENCE» COMMUNE DE ROGNAC -ooo- -ooo- SCHEMA DIRECTEUR EN EAU POTABLE PHASE 3 ELABORATION DE SCENARIOS ET ETUDES COMPARATIVES Indice

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79

MODIFICATION DU P.O.S. N 8 REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 2 -COMMUNE DE ROGNAC MODIFICATION DU P.O.S. N 8 - REGLEMENT DU POS DOSSIER APPROUVÉ POS APPROUVE LE 19/02/79 Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 17 février 2011 approuvant les

Plus en détail

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen

Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen PROGRAMME D AMELIORATION DES ACCES MARITIMES Evaluation des impacts hydrodynamiques de l amélioration des accès maritimes du port de Rouen GPMR/SCAN 2010 1 TABLE DES MATIERES 1 CADRE ET OBJET DE L ETUDE...

Plus en détail

CONCLUSIONS MOTIVEES

CONCLUSIONS MOTIVEES République Française Département du Finistère Commune de PLOUGASNOU ENQUÊTE PUBLIQUE Au titre du code de l Environnement et de l Urbanisme Objet : Du 23 novembre au 23 décembre 2013 Modification du zonage

Plus en détail

PROGRAMME DE L'OPERATION

PROGRAMME DE L'OPERATION MARCHE DE MAITRISE D'OEUVRE POUR L'EXTENSION DU RÉSEAU DE COLLECTE DES EAUX USÉES VERS L'HABITAT EXISTANT ET LA RÉHABILITATION DU RÉSEAU D'EAU POTABLE «LE FORT» - TRANCHE 2 PROGRAMME DE L'OPERATION Maître

Plus en détail

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées

Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Alimentation en eau potable et disposition des eaux usées Secteur sud du quartier Sainte-Hélène-de-Breakeyville Direction des communications Ville de Lévis Ordre du jour Accueil et mot de bienvenue 1.

Plus en détail

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle

Pièces à joindre à une demande de PERMIS DE CONSTRUIRE pour une maison individuelle page 1/5 1) Pièces obligatoires pour tous les dossiers PCMI1. Un plan de situation du terrain [Art. R. 431-7 a) du code de l urbanisme] Le plan de situation permet de Vous devez indiquer sur le plan son

Plus en détail

Dispositions applicables aux zones naturelles N

Dispositions applicables aux zones naturelles N Dispositions applicables aux zones naturelles N PRÉAMBULE (EXTRAIT DU RAPPORT DE PRÉSENTATION) La zone N regroupe les espaces naturels et forestiers à protéger en raison de leur caractère d espace naturel

Plus en détail

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex

Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Commune de LAVEY-MORCLES Préavis de la Municipalité au Conseil communal N 20/2015 Pour l amélioration de l approvisionnement en eau d Eslex Lavey, le 26 août 2015 Au Conseil communal de Lavey-Morcles,

Plus en détail

Séance publique du 11 juillet 2005. Délibération n 2005-2862

Séance publique du 11 juillet 2005. Délibération n 2005-2862 Séance publique du 11 juillet 2005 Délibération n 2005-2862 commission principale : proximité, ressources humaines et environnement objet : Modélisation du réseau d'eau potable (secteur géré par la SDEI)

Plus en détail

Périmètre de Rosenwiller

Périmètre de Rosenwiller Espace Européen de l Entreprise - 1 rue de Rome BP 10020 - SCHILTIGHEIM 67013 STRASBOURG Cedex Téléphone : 03.88.19.29.19 - Télécopie : 03.88.81.18.91 SD/337.420 Périmètre de Rosenwiller Etude diagnostique

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de BEAUFIN Mairie 38970 BEAUFIN 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 2 : Propositions d améliorations Mémoire explicatif

Plus en détail

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES

EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES COMMUNE DE NERNIER Révision du Plan Local d Urbanisme ALIMENTATION EN EAU POTABLE ANNEXES SANITAIRES Edition Mai 2012 Page 1 sur 5 SOMMAIRE 1 - GENERALITES 2 - LE SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES EAUX DES MOISES

Plus en détail

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K

L HYDRAULIQUE. 1) Formules de notions de base. Différence de température départ/retour en K L HYDRAULIQUE 1) Formules de notions de base Puissance nécessaire pour élever une certaine quantité d eau d un différentiel de température Puissance (W) = 1.163 x Volume (l) x T ( C) Débit nécessaire en

Plus en détail

API08 : Evaluation ergonomique d une IHM

API08 : Evaluation ergonomique d une IHM API08 : Evaluation d une IHM Résumé Twitter : les aspects positifs et négatifs de l interface Web par Ewan C. BURNS L objectif de ce document est de proposer une évaluation de l IHM web proposée par Twitter.

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Département de l Isère COMMUNE DU CHEYLAS SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE RAPPORT DE PHASE 3 PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS Mémoire explicatif E 42-12 189, chemin du Bac à Traille 69 300 CALUIRE

Plus en détail

PROGRAMME DE MAITRISE D ŒUVRE

PROGRAMME DE MAITRISE D ŒUVRE PROGRAMME DE MAITRISE D ŒUVRE Maître de l ouvrage : Pouvoir adjudicateur : Perpignan Méditerranée Communauté d Agglomération Monsieur le Président Objet du marché : Maîtrise d œuvre pour les travaux de

Plus en détail

Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC

Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC Cahier des charges pour les études de filière en vue de l installation d un ANC Objectifs : - Proposer une forme commune pour les études de filière aux bureaux d études qui, en s engageant dans la charte,

Plus en détail

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E.

GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d ouvrages souterrains et le prélèvement d eaux souterraines dans une I.C.P.E. Direction de la cohésion sociale et du développement durable ------- Bureau de l environnement et du développement durable ------- GUIDE-FORMULAIRE pour la création de sondages, de forages, de puits, d

Plus en détail

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE - Département de l'isère - Commune de AMBEL Mairie Le village 38970 AMBEL 5 rue du portail rouge 38450 VIF SCHÉMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 1 : Diagnostic de la situation actuelle Diagnostic

Plus en détail

EAU ET ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2012

EAU ET ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2012 EAU ET ASSAINISSEMENT RAPPORT ANNUEL 2012 Conseil de Communauté Juin 2013 1. Présentation des services et modes de gestion La Direction Eau & Assainissement : SERVICE DE L EAU SERVICE DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES

PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Mise à jour le 9 mai 2011 (règl. (2008)-106-3) Mise à jour le 6 août 2012 (page de présentation) PIIA-25 - TERRAINS EN PENTE, FLANCS ET SOMMETS DE MONTAGNES Votre projet se situe dans une partie de notre

Plus en détail

OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION. réseau. aérosouterrain. En collaboration avec :

OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION. réseau. aérosouterrain. En collaboration avec : OPTIONS DE RÉSEAU DE DISTRIBUTION réseau aérosouterrain En collaboration avec : réseau aérosouterrain Le réseau aérosouterrain est un compromis avantageux entre des lignes aériennes et un réseau souterrain.

Plus en détail

Lausanne à l écoute de son réseau

Lausanne à l écoute de son réseau Lausanne à l écoute de son réseau Introduction A l instar de la grande majorité des services des eaux urbains, celui de Lausanne a pratiqué le remplacement de conduites par opportunité. Ainsi, après quelques

Plus en détail

COMPTEUR-DÉBITMÈTRE OCTAVE PRÉSENTATION

COMPTEUR-DÉBITMÈTRE OCTAVE PRÉSENTATION PRÉSENTATION Le compteur-débitmètre Octave utilise la technologie à ultrason pour mesurer le volume et le débit d eau qui s écoule dans une canalisation. Son système de mesure innovant autorise une grande

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE FEVRIER 2009 SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de CHAMBERY : Savoie Technolac BP 318 73377 LE BOURGET DU LAC CEDEX

Plus en détail

Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement. l dans les villes

Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement. l dans les villes Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement l dans les villes Jean-Lucien Seligmann Int l utilities GIS consultant jlseligmann@cegetel.net 115 Rue Brancas - 92310 Sevres France

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, OU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS Direction des routes. relative CIRCULAIRE

Plus en détail

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement

OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR. Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement OPÉRATION D AMÉNAGEMENT DU GRAND STADE DE LA FFR Diagnostic des réseaux existants Étude prévisionnelle de dimensionnement Préambule Tous les calculs et dimensionnements ont été faits sur la base du plan

Plus en détail

Service public d eau d

Service public d eau d Service public d eau d potable Syndicat Mixte du Canton de Saint Peray Présentation RAD année 2013 Comité Syndical Mercredi 10 décembre 2014 Les chiffres clés s 2013 Les chiffres clés des services d Eau

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH

CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH CHAPITRE 7 : DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UMH VOCATION GENERALE DE LA ZONE UMH Il s agit d une zone de protection correspondant au centre historique de Beauvais (cathédrale, ancien palais épiscopal,

Plus en détail

Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement

Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement Photovoltaïque et optimisation des réseaux de distribution dans un projet d aménagement Photovoltaïque - Fribourg-en-Brisgau ErikHau Le but de cette fiche est de donner aux maîtres d ouvrage d aménagements

Plus en détail

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement.

Commune de PISIEU. SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE. Département de l ISERE. Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement, Environnement. Département de l ISERE SYNDICAT des EAUX DOLON-VAREZE Commune de PISIEU Etude des possibilités d assainissement collectif / non collectif Octobre 2005 Gilles Nicot Ingénieur Conseil Eau, Assainissement,

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement

Plus en détail

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable

Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Rapport annuel sur le prix et la qualité du service public de l eau potable Récolte de Miscanthus Décret n 95-636 du 6 mai 1995 Exercice 2013 SIAEP 2, rue de l école 68210 AMMERTZWILLER Tél 03 89 25 34

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Ville de Bulle Novembre 2014

Ville de Bulle Novembre 2014 Ville de Bulle Novembre 2014 SEANCE DU CONSEIL GENERAL DES 15 ET 16 DECEMBRE 2014 Point 3.1.9 de l ordre du jour Construction d'un nouveau réservoir d'eau potable 1. Préambule Afin d éviter toute ambiguïté

Plus en détail

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération Centrales villageoises photovoltaïques Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération 1. Les caractéristiques techniques de la toiture et du bâtiment... 1 2. Les critères susceptibles

Plus en détail

Schéma directeur en eau potable

Schéma directeur en eau potable Syndicat Intercommunal De Saône-Ognon-Vingeanne Schéma directeur en eau potable Présentation Résumé de l étude et programme de travaux B&R Ingénierie Franche-Comté 13. avenue Aristide Briand 39100 DOLE

Plus en détail

RENCONTRE D INFORMATION

RENCONTRE D INFORMATION RENCONTRE D INFORMATION PROJET D INFRASTRUCTURES D AQUEDUC, D ÉGOUT SANITAIRE ET DE VOIRIE Secteur Du Domaine Rue Bernard-Boucher et Grande-Allée Le mardi 18 septembre 2012 1 ORDRE DU JOUR Mot de bienvenue

Plus en détail

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ZAC DES HAUTS DU SENECHAL COMMUNE DE CLOHARS-CARNOET

ETUDE D IMPACT ACOUSTIQUE ZAC DES HAUTS DU SENECHAL COMMUNE DE CLOHARS-CARNOET ACOUSTIBEL Etudes Audits Conseil en Acoustique Agence de RENNES 22, Rue de Turgé 35310 CHAVAGNE Tél. 02.99.64.30.28 - Fax 02.99.64.27.72 E-mail :rennes@acoustibel.fr site : www.acoustibel.fr ETUDE D IMPACT

Plus en détail

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK

ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET ARK Mieux comprendre, pour mieux protéger et gérer durablement la ressource en eau L aquifère jurassique d Aix-Gardanne est considéré dans le Schéma directeur d aménagement

Plus en détail

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com»

Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» Maîtrise de la qualité de l eau des puits et forages. Loïc Fulbert GDS Mayenne «Loic.fulbert.gds53@reseaugds.com» 02 43 53 53 54 Maîtriser la qualité de l'eau dans le but de Eviter les risques sanitaires

Plus en détail

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013

ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE - PROGRAMME DE L OPERATION AVRIL 2013 DEPARTEMENT DE LA DRÔME DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT SERVICE GESTION DE L EAU Cellule d Assistance Technique ASSAINISSEMENT DU HAMEAU DE LA MARTELIERE COMMUNE DE SAINT-JULIEN-EN-VERCORS MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1

Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega. Rapport N 1 Essais de traçage dans le bassin versant de Birohe, Gitega Rapport N 1 Hanovre, Août 2013 Auteurs: Dr. Sara Vassolo, Torsten Krekeler Commissionné par: Ministère Fédéral pour la Coopération Économique

Plus en détail

Etude diagnostic du réseau d assainissement. Résultats des inspections nocturnes du réseau Résultats des investigations de phase III.

Etude diagnostic du réseau d assainissement. Résultats des inspections nocturnes du réseau Résultats des investigations de phase III. Etude diagnostic du réseau d assainissement Résultats des inspections nocturnes du réseau Résultats des investigations de phase III Mars 2013 Adresse postale : RDA Conseil Général 74 1 rue du 30 ème R.I.

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Fiche eau potable. Synthèse :

Fiche eau potable. Synthèse : Synthèse : Fiche eau potable La forêt du Rousset dont une partie pourrait accueillir le projet de Center-Parcs n est actuellement pas desservie en eau potable. La commune du Rousset adhère au SIE de l

Plus en détail

ENQUETE "PREFERENCES DECLAREES" SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES. Sylvie Gayda STRATEC s.a.

ENQUETE PREFERENCES DECLAREES SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES. Sylvie Gayda STRATEC s.a. ENQUETE "PREFERENCES DECLAREES" SUR LE CHOIX DE LOCALISATION RESIDENTIELLE ET LE CHOIX MODAL A BRUXELLES Sylvie Gayda STRATEC s.a., Belgique Présenté à Paris lors du Congrès International Francophone de

Plus en détail

Logiciel de paramétrage et d exploitation des capteurs PARATRONIC : IHM capteurs

Logiciel de paramétrage et d exploitation des capteurs PARATRONIC : IHM capteurs NOTICE D INSTALLATION Constructeur français Logiciel de paramétrage et d exploitation des capteurs PARATRONIC : IHM capteurs Sommaire 1 PRESENTATION... 3 2 INSTALLATION... 3 3 DRIVERS... 5 4 CONNEXION...

Plus en détail

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers

Comparaison logement - ménage : les aspects financiers CR Comparaison logement - ménage : les aspects financiers La comparaison entre le logement et le ménage qui l occupe constitue une des dimensions supplémentaires proposées dans la note introductive à la

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL N 2 «GESTION DE L ACHEMINEMENT» ADMINISTRATION DE L ACTIVITE DE PROFILAGE DES CONSOMMATIONS DE GAZ NATUREL APRES LE 1 ER JUILLET 2004 VERSION V0 Date 2 mai

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

TP Thermique des locaux

TP Thermique des locaux TP Thermique des locaux Choix de solutions Mise en situation Ce TP abordera deux points particuliers de dimensionnement : tout d'abord, nous allons voir comment choisir un système de ventilation adapté,

Plus en détail

Présentation àla Matinale des Réseaux

Présentation àla Matinale des Réseaux Présentation àla Matinale des Réseaux Mars 2011 www.asterop.com Sommaire Rapide Présentation du Géomarketing Les solutions de développement de réseau Les études d implantation : DIP, potentiel théorique

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE

SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE SECTORISATION ET PRELOCALISATION ACOUSTIQUE A LA ROCHELLE Régie Municipale de l eau Ville de La Rochelle Missions dédiées à ce service : Maîtrise d ouvrage déléguée Maîtrise d œuvre Exploitation: Production

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

Modèles des pièces à joindre aux autorisations d urbanisme

Modèles des pièces à joindre aux autorisations d urbanisme Modèles des pièces à joindre aux autorisations d urbanisme Permis de construire Déclaration préalable Pour les maisons individuelles/annexes/piscines/clôtures/modifications de façades/extensions de bâtiments

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Liste des tableaux Table des matières Liste des figures Liste des tableaux Table des matières Introduction 1 Partie A : Etude bibliographique 3 A1. Définition des concepts de bassin versant, de système et de modèle 7 A1-1.

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 4. Performances environnementales. Fiche :Performances environnementales renforcées Fiche alimentée par le travail réalisé dans le cadre d une démarche engagée avec Saint-Etienne-

Plus en détail

DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14

DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14 DEPARTEMENT DU CALVADOS COMMUNE DE BANNEVILLE SUR AJON ENQUETE PUBLIQUE N E13000217/14 Enquête publique conjointe préalable à la déclaration d utilité publique et à l enquête parcellaire Projet de création

Plus en détail

Situation, données & hypothèses

Situation, données & hypothèses Situation, données & hypothèses Les réseaux d adduction et de distribution d eau potable présentent des connexions dont la structure est de forme maillée ou ramifiée. De tels réseaux sont caractérisés

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION DEPARTEMENT DE LA HAUTE SAÔNE Commune de VILLEPAROIS Section B, lieu-dit «La Roche» Parcelles n 458, 520, 578, 579, 585, 587 LOTISSEMENT «Les côteaux de la Roche» NOTE DE PRESENTATION Applicable au lotissement

Plus en détail

Détail Quantitatif Estimatif

Détail Quantitatif Estimatif MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Commune de LOUVEMONT Mairie 4 Rue du Grand Puits 52130 LOUVEMONT ETUDE DIAGNOSTIQUE DU RESEAU D EAU POTABLE N de marché Détail Quantitatif Estimatif 1/5 Détail

Plus en détail

Rencontre n 4 : Impact de la défense incendie sur la gestion et le dimensionnement des réseaux

Rencontre n 4 : Impact de la défense incendie sur la gestion et le dimensionnement des réseaux Cycle de rencontres techniques : Gestion patrimoniale AEP Rencontre n 4 : Impact de la défense incendie sur la gestion et le dimensionnement des réseaux 23 juin 2011 Besançon 1 Déroulement de la rencontre

Plus en détail

Modification simplifiée du 13 mars 2014

Modification simplifiée du 13 mars 2014 PREFECTURE DU LOT COMMUNE DE Pradines Modification simplifiée du 13 mars 2014 Orientations d aménagement et de programmation 1 ORIENTATION D AMENAGEMENT ET DE PROGRAMMATION COMMUNE DE PRADINES 1/44 ORIENTATIONS

Plus en détail

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS

UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS UTILISATION D UN SIG POUR LA MODELISATION HYDROLOGIQUE DES BASSINS VERSANTS URBAINS Résumé Une connaissance géographique et physique détaillée de la ville est un atout pour la modélisation hydrologique

Plus en détail

Demande de branchement d eau non potable

Demande de branchement d eau non potable L ESSENTIEL - 1 Demande de branchement d eau non potable Édition 2015 Formulaire Le guide de demande de branchement d eau non potable vous aidera dans votre démarche, n hésitez pas à le consulter. Ce formulaire

Plus en détail

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre

Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre DEPARTEMENT DU JURA Arrondissement de DAMPIERRE Dampierre Evans Salans Ranchot Syndicat Intercommunal des Eaux de Dampierre Rapport annuel 2012 sur le prix et la qualité de l eau potable. RAPPORT DE PRESENTATION

Plus en détail

Les villages, les villes

Les villages, les villes p28-29 Les villages, les villes Notre commune compte-t-elle plus ou moins de 2 000 habitants? Si elle compte plus de 2 000 habitants, c est une ville. Si elle compte moins de 2 000 habitants, c est un

Plus en détail

Exposé des motifs des changements apportés Mise en compatibilité du PLU avec DUP ligne 15 Sud métro Grand Paris Décret du 24 décembre 2014

Exposé des motifs des changements apportés Mise en compatibilité du PLU avec DUP ligne 15 Sud métro Grand Paris Décret du 24 décembre 2014 Exposé des motifs des changements apportés Mise en compatibilité du PLU avec DUP ligne 15 Sud métro Grand Paris Décret du 24 décembre 2014 1 2 A - INTRODUCTION Le réseau de transport «Grand Paris Express»

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D EAU POTABLE Du 1er juillet 2012 au 30 Juin 2013 1- INDICATEURS TECHNIQUES : 1.1 - POINT DE PRELEVEMENT : La station de pompage «Le Petit Bois»

Plus en détail

La zone UC représente la zone résidentielle et pavillonnaire de la commune.

La zone UC représente la zone résidentielle et pavillonnaire de la commune. ZONE UC La zone UC représente la zone résidentielle et pavillonnaire de la commune. Le secteur UCa correspond aux extensions pavillonnaires plus éloignées du centre - bourg. Une partie nord de la zone

Plus en détail

La photogrammétrie à l IGN

La photogrammétrie à l IGN La photogrammétrie à l IGN 1. Introduction La photogrammétrie est une technique qui permet de faire des mesures à partir de photos aériennes ou - selon les méthodes les plus récentes telles que le radar

Plus en détail

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE

FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE ANALYSE DU COUT DES MATERIAUX ET EQUIPEMENTS DE CONSTRUCTION EN FRANCE, DANEMARK, ALLEMAGNE ET ITALIE SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS Juillet 2011 57 bd de Montmorency - 75016 Paris - France - Tel : + 33 (0)1

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE

SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE 08CCY020 JUIN 2009 SCHEMA DIRECTEUR D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE Phase 3 : Notice du SDAEP SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de CHAMBERY : Savoie Technolac BP

Plus en détail

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE) DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT DE LA CHARENTE SERVICE DE L URBANISME ET DE L HABITAT DEFINITION DES ZONES INONDABLES DE LA VALLEE DE L AUME (DE PAIZAY-NAUDUIN - EMBOURIE A AMBERAC ET FOUQUEURE)

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU VAL D ORGE RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE PUBLIC D ALIMENTATION EN EAU POTABLE ANNEE 2014 Table des matières 1. Introduction...3 2. Les chiffres clés

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014

PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 PUITS HUDSON-ACRES 25 NOVEMBRE 2014 HUDSON-ACRES Historique : Au début des années 80, une problématique de pression et d alimentation en eau est présente. Plusieurs solutions sont étudiées : forage d un

Plus en détail

Diagnostic et Schéma Directeur du système d Alimentation en Eau Potable

Diagnostic et Schéma Directeur du système d Alimentation en Eau Potable Département de la Savoie Commune de Corbel PHASE 1 Diagnostic et Schéma Directeur du système d Alimentation en Eau Potable CY00614 Siège social : 2, rue des Glénans - ZA du Pontay 35760 ST GRÉGOIRE (RENNES)

Plus en détail

À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR LE FORMULAIRE ET DE L ENVOYER

À LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR LE FORMULAIRE ET DE L ENVOYER Ministère de l'environnement Instructions pour remplir un formulaire de classification d un sous-réseau résidentiel municipal de distribution d eau ou de distribution et d approvisionnement À LIRE ATTENTIVEMENT

Plus en détail

Règlement local De Publicité

Règlement local De Publicité Règlement local De Publicité Vu pour être annexé à l arrêté de Monsieur le Maire de Villers-Cotterêts, en date du : 14 janvier 2009 SOMMAIRE TITRE 1 : DISPOSITIONS GÉNÉRALES APPLICABLES DANS TOUTES LES

Plus en détail

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.)

2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) RAPPORT D ACTIVITES 2012 Service Public d'assainissement Non Collectif (S.P.A.N.C.) Communauté de Communes du Pays de LANDERNEAU DAOULAS 20/02/2014 Page 1 sur 14 SOMMAIRE 1 CARACTÉRISTIQUES DU SERVICE

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS

VILLE D'YVERDON-LES-BAINS VILLE D'YVERDON-LES-BAINS MUNICIPALITE JM Préavis n 39 19 septembre 2006 RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS concernant a) la réponse à la motion de M. D. Sartoretti relative au parc à vélos

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU POS

REVISION SIMPLIFIEE DU POS Commune de Bobigny Département de la Seine-Saint-Denis REVISION SIMPLIFIEE DU POS PARC DE LA BERGERE 3.2. Règlement révisé 10 décembre 2009 Nota Bene : pour faciliter la prise de connaissance des modifications

Plus en détail

L investissement immobilier

L investissement immobilier Ce guide vous est proposé par : L investissement immobilier Des informations et des conseils pratiques pour comprendre, mieux investir et développer votre patrimoine immobilier. Comprendre pour mieux choisir

Plus en détail