GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT"

Transcription

1 Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité sanitaire en amont. Elle s accompagne d une implication des producteurs de lait dans la filière Epoisses, étape décisive dans le processus de production et de reconnaissance du produit. Tous ces éléments concourent au renforcement de la qualité et de la typicité du fromage d AOP, ainsi qu à sa notoriété. C est aussi un moyen de valoriser le territoire auquel le fromage est attaché en participant directement au développement local et de s inscrire dans une politique de développement durable. Depuis 2008, chaque filière AOP définit un plan de contrôle complet de son cahier des charges et met en place, en complément des autocontrôles réalisés par les opérateurs et du contrôle interne, un dispositif de contrôle externe par un organisme tiers. La 4 ème mise à jour de ce guide vise à mettre entre les mains des producteurs de lait des documents actualisés et simplifiés. Le Conseil Régional de Bourgogne a apporté son aide financière pour l édition du document. Il s agit d un recueil des dispositions réglementaires et techniques attachées à la production de lait d Epoisses, définies dans le cahier des charges de l appellation, et complétées des exigences des accords interprofessionnels. Il doit rendre accessible à chaque éleveur l ensemble des règles de l AOP pour produire un lait de qualité spécifique, garantissant la mise sur le marché des fromages d Epoisses de haute qualité, aussi bien sanitaire qu organoleptique. Nous avons réuni ici les documents nécessaires pour l éleveur dans son travail quotidien d autocontrôle, pour les techniciens à qui sont confiés l appui technique ou les audits internes en ferme, comme pour les agents de l organisme certificateur en charge des contrôles externes. Le Président Jean-Louis Lachot Le 30 octobre 2011

2 L Epoisses : fromage d appellation d origine protégée HAUTE-MARNE YONNE CHAUMONT AUXERRE Origny COTE-D'OR Chalancey Epoisses DIJON Aire d'appellation Brochon Fromagerie Production fermière 10 kms Situation mars 2008 L Epoisses est un fromage reconnu Appellation d Origine Contrôlée par le décret du 14 mai 1991, modifié par le décret du 15 septembre 2010 portant homologation du cahier des charges. En Europe, le règlement CEE n 1107/96 du 12 juin 1996, modifié par le règlement (CE) n 828/2003 du 14 mai 2003, reconnaît l Epoisses en tant qu Appellation d Origine Protégée (AOP). L aire géographique d appellation couvre une large partie ouest de la Côted Or, deux cantons de la Haute-Marne et trois cantons du département de l Yonne. Elle correspond aux terres liasiques ou marneuses des étages géologiques du Jurassique.

3 L Epoisses : fromage d appellation d origine protégée L Epoisses est un fromage fabriqué exclusivement avec du lait de vache entier, à pâte molle obtenue par coagulation à dominante lactique d une durée d au moins 16 heures. Il est ensuite mis en moule, égoutté spontanément pendant environ 2 jours, salé au sel sec, séché puis affiné en cave pendant au moins 4 semaines. Il fait alors l objet de soins attentifs et est lavé à l eau et au marc de Bourgogne de une à trois fois par semaine. L Epoisses prend alors progressivement sa couleur naturelle, ivoire orangé à rouge brique selon sa maturité. Cette couleur est due exclusivement à la pigmentation des bactéries de surface, ferments du rouge en particulier, l utilisation de colorants étant interdite. Avec un minimum de 50 % de matière grasse et de 40 % d extrait sec, un fromage de 250 grammes nécessite 2 à 2,2 litres de lait entier. La production annuelle d Epoisses se situe autour de tonnes (chiffres 2010). Deux commissions professionnelles, dont les membres sont désignés par le Syndicat, sont chargées de veiller au respect de la réglementation dans le cadre du contrôle interne : La Commission d Examen Organoleptique : Elle est chargée par l organisme Certificateur d organiser les dégustations de contrôle externe sur les fromages, afin de vérifier, que les fabricants fermiers et laitiers mettent sur le marché des produits conformes aux exigences du décret. Elle est composée de représentants des transformateurs, de techniciens et d usagers du produit. Le Comité de Conciliation : Il est chargé d organiser les contrôles internes dans les ateliers de transformation et chez les producteurs de lait, afin de vérifier régulièrement, dans une démarche de progrès, que les opérateurs répondent dans leurs pratiques de production aux exigences du cahier des charges. Il est composé de trois représentants des fromageries, un représentant des producteurs fermiers, et trois représentants des producteurs de lait. Le Syndicat de Défense de l Epoisses a par ailleurs choisi comme Organisme de Contrôle chargé des contrôles externes l Organisme Certificateur Certipaq.

4 Sommaire 1. Documents à conserver 2. Aspects réglementaires 3. Conduite du troupeau 4. Sols et fumures 5. Alimentation des vaches laitières et des génisses 6. Aspects sanitaires 7. Plans d audit AUDIT D IDENTIFICATION AUDIT INTERNE DE SUIVI

5 Documents à conserver Le producteur de lait tient à disposition dans le classeur, les éléments documentaires dont il dispose et qu il renseigne régulièrement (autocontrôle) pour s assurer du respect des règles de production de l AOP Epoisses. Ces documents sont personnels, à l usage de l éleveur, et font figure de preuve auprès des agents techniques chargés par le Syndicat de Défense de l Epoisses des contrôles internes, ou lors des opérations de contrôle externe. Dans le cadre du contrôle interne, des audits dits de suivi sont régulièrement réalisés par les techniciens agréés pour aider l éleveur à s assurer de la conformité de ses pratiques avec l AOP. A l issue de l audit, un plan de progrès est établi. Aspects réglementaires : Cahier des charges ou décret(s) ministériel(s) relatif(s) à l Epoisses et règlement technique d application Tableau des principaux points à contrôler Accords interprofessionnels relatifs à l Epoisses Déclaration d identification Habilitation délivrée par l Organisme de Contrôle Contrats de livraison Audits internes : Plans d audit AUDIT D IDENTIFICATION (en cas de 1 er audit) AUDIT INTERNE DE SUIVI Rangement classeur Epoisses Rangement à préciser (...)

6 Documents à conserver Sols et fumures : Cahier d épandage (...) Document d enregistrement de la fertilisation organique et de l exploitation des surfaces en herbe Conduite du troupeau : Charte des bonnes pratiques d élevage (...) Cahier de mouvement des animaux (...) Documents d Accompagnement bovins (...) Documents de suivi de la production laitière (...) Alimentation : Document d enregistrement des fourrages et co-produits distribués aux vaches laitières Plan d alimentation des génisses Attestation des fournisseurs d aliments agréés Étiquettes d aliments (...) Factures d aliments (...) Résultats d analyse de fourrages (...) Résultats d analyse d eau (...) Aspects sanitaires : Plan qualité (...) Attestation de formation à l écologie des germes pathogènes et à l analyse de risques (...) Mises à jour du plan qualité Résultats d analyses de lait (...)

7 PRODUCTION LAITIÈRE Principaux point à contrôler, valeurs de référence et méthodes d évaluation (Décret n du 15 septembre 2010) ) 1 Principaux points à contrôler Valeurs de référence Méthodes d évaluation Producteurs de lait dans l aire géographique d appellation Bâtiment d élevage et terres fourragères en zone AO P 2 Races de vaches laitières autorisées Codes races autorisés : BA 21, TE 35, MO 46, FP 67, HM 84 3 Choix des semences de taureaux 4 Surface des pâturages TP > 0 pour au moins 50% des semences indexées (insémination) ou ascendance positive des taureaux (monte naturelle) Surface minimale par vache en production : 20 ares (de la mise à l herbe jusqu au 15 juin minimum) 5 Surface en herbe (affouragement en vert) Surface minimale par vache en production : 15 ares (de la mise à l herbe jusqu au 15 juin minimum) 6 Entretien des surfaces fourragères Délai d exploitation des prairies après > fertilisation organique 30 j (sauf utilisation de compost) 7 Entretien des surfaces fourragères Pas d effluents de volailles sur prairie 8 Alimentation du troupeau laitier Utilisation stricte de matériel végétal autorisé

8 PRODUCTION LAITIÈRE (suite) Principaux point à contrôler, valeurs de référence et méthodes d évaluation (Décret n du 15 septembre 2010) Principaux points à contrôler Valeurs de référence Méthodes d évaluation 9 Alimentation des vaches laitières 10 Alimentation des vaches laitières 11 Autonomie alimentaire du troupeau 12 Autonomie alimentaire du troupeau 13 Autonomie alimentaire du troupeau Part de l herbe dans la ration de base des vaches en production > 50 % (de la mise à l herbe jusqu au 15 juin minimum) Part des aliments secs grossiers et de l enrubanné dans la ration de base des vaches en production > 30 % (hors période de mise à l herbe) Fourrages grossiers strictement issus de la zone AO P (hors co-produits agricoles) Part des aliments issus de la zone AOP dans la ration totale du troupeau laitier > 85 % (en moyenne annuelle) Part des aliments issus de la zone AO P dans la ration totale journalière du troupeau laitier > 80 % 14 Alimentation des vaches laitières Utilisation stricte de compléments autorisés 15 Alimentation des vaches laitières Part des compléments dans la ration totale des vaches laitières < 30 % 16 Alimentation des génisses Part d ensilage dans la ration totale des génisses < 50 %

9 Audit Interne de Suivi des élevages en filière Epoisses Rapport d audit 1/4 Auditeur : Nom, prénom :... Tél. :... Organisme :... Adresse :... Audit réalisé chez : Nom, prénom :... Raison sociale de l exploitation :... Le :... Les exigences non-respectées (réglementation AOP) : préciser la nature et le niveau des écarts constatés : 1. : : : :... Les exigences non-respectées (accord(s) interprofessionnel(s)) : préciser la nature et le niveau des écarts constatés : 1. : : : :... Rappel du précédent plan de progrès : Date d engagement :... Actions envisagées (avec calendrier de réalisation) :... Remarques et commentaires : Signature de l auditeur :

10 2/4 Audit Interne de suivi - Synthèse de respect du cahier des charges POINTS A CONTROLER VALEURS DE REFERENCE VOTRE ELEVAGE COMMENTAIRES Races laitières autorisées BA 21, TE 35, MO 46, FP 67, HM 84 N V..L.et code race si manquement MANQUEMENTS (m,m,g) Maintien du potentiel fromager Insémination artificielle : TP >0 pour au moins 50 % des semences indexées Monte naturelle : ascendance positive des taureaux Autonomie alimentaire 85 % au moins des aliments de la ration totale des V. L. proviennent de la zone AOP Autonomie journalière 80 % Fourrages grossiers issus de la zone AOC (hors co-produits) Total : Produit : RATIO : Total : Produit : RATIO : Utilisation de fourrages secs 30 % de fourrages secs minimum dans la ration d hiver des V. L. (ration journalière) Utilisation du pâturage 20 ares minimum / V. L. au pâturage 15 ares en cas d affouragement en vert Fourrages secs : Total fourrages : RATIO : surface pâturée : Nombre de V.L. 50 % d herbe minimum dans la ration (jusqu au 15 juin) RATIO : Herbe Total fourrages : RATIO :

11 3/4 Audit Interne de suivi - Synthèse de respect du cahier des charges POINTS A CONTROLER VALEURS DE REFERENCE VOTRE ELEVAGE COMMENTAIRES Utilisation de concentrés Pratiques d affouragement Entretien surfaces fourragères Alimentation des génisses Maximum de 30 % de concentrés dans la ration totale de l année Utilisation de concentrés autorisés Utilisation de fourrages autorisés Absence OGM ( 0,9 %) Mise à disposition de foin en cas d utilisation d enrubanné (>60 % MS) Contrôle MS enrubanné Pas d effluents de volailles sur prairie Délai de 30 jours après fertilisation organique Minimum 50 % de fourrages secs dans la ration d hiver des génisses Documentation Documents disponibles et à jour : DI et/ou habilitation OC Décret Cahier d épandage Enregistrements alimentations (VL, génisses) Facture, bons de livraisons aliments Consommation concentrés Consommation totale RATIO Fourrages secs : Total fourrages : RATIO : MANQUEMENTS (m,m,g) CONTRÔLE DE L AFFOURAGEMENT LE JOUR DE L AUDIT Valeurs obtenues Commentaires

12 Audit Interne de Suivi des élevages en filière Epoisses Plan de progrès / Plan de mise en conformité A.O.P. Audit réalisé chez : Nom, prénom :... Raison sociale de l exploitation :... Le :... 4/4 PLAN DE MISE EN CONFORMITÉ A.O.P. Actions :... Délai :... PLAN DE PROGRES (Accords interprofessionels) Protocole de mise en œuvre :... Calendrier prévisionnel de réalisation :... Fait le :... Signature de l éleveur

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Cahier des charges. Emmentaler. Dispositions générales. Description du produit. Enregistré comme Appellation d origine protégée

Cahier des charges. Emmentaler. Dispositions générales. Description du produit. Enregistré comme Appellation d origine protégée Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Secteur Promotion de la qualité et des ventes Cahier des charges Emmentaler Enregistré comme

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE

APPEL d OFFRE AUDIT DU DISPOSITIF CHARTE DES BONNES PRATIQUES D ELEVAGE Confédération Nationale de l Elevage 149, Rue de Bercy 75 595 PARIS CEDEX 12 Tél. 01.40.04.51.10 Fax. 01.40.04.51.22 c.allo@cne.asso.fr delphine.neumeister@idele.fr simon.fourdin@idele.fr APPEL d OFFRE

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT

AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT AMELIORER LA COMPOSITION DU LAIT Cet appui comporte 2 étapes : Un diagnostic qui démarre par une mise à plat de la problématique de l éleveur (Quelle est sa perception de la situation, est il ou non satisfait?quelles

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES

GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES ID-SC-178- GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES GUIDE PRATIQUE ELEVAGE DE VOLAILLES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Conversion = art. 17 RCE 834/2007 et art. 36, 37 et 38 RCE 889/2008 Mixité= art.11 RCE 834/2007

Plus en détail

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS

La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS La Certification des Matières Fertilisantes et Supports de Culture par Bureau Veritas Certification et Qualité-France SAS 15 novembre 2011 Qui sommes-nous? Le Groupe Bureau Veritas en bref Fondé en 1828,

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DE L ORIGINE ET DE LA QUALITE LE LABEL ROUGE SIGNE D UNE QUALITE SUPERIEURE. BRUXELLES ; 5 FEVRIER 2007.

INSTITUT NATIONAL DE L ORIGINE ET DE LA QUALITE LE LABEL ROUGE SIGNE D UNE QUALITE SUPERIEURE. BRUXELLES ; 5 FEVRIER 2007. LE LABEL ROUGE SIGNE D UNE QUALITE SUPERIEURE. BRUXELLES ; 5 FEVRIER 2007. Intervention de M. PRUGUE, Président de l INAO. Historique de l'origine et de la qualité Etapes juridiques 1905 -Définition des

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine

Organisme Certificateur Associatif. la qualité a une origine Organisme Certificateur Associatif la qualité a une origine Présentation de CERTIPAQ - Association Loi 1901, à but non lucratif, créée en 1997 - Spécialisée dans les filières agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Exemple de signe français d'identification de la qualité et de l'origine. La Marque Agriculture Biologique AB 1/2. http://agriculture.gouv.

Exemple de signe français d'identification de la qualité et de l'origine. La Marque Agriculture Biologique AB 1/2. http://agriculture.gouv. Exemple de signe français d'identification de la qualité et de l'origine La Marque Agriculture Biologique AB 1/2 http://agriculture.gouv.fr «L'agriculture biologique (AB) garantit une qualité attachée

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2010

Version abrégée des exigences bio 2010 Version abrégée des exigences bio 2010 Extrait du Classeur de fiches techniques "Agriculture biologique" http://www.srva.ch/scripts/publications/publications.php?id_page=119&type=16 Réalisation : FiBL,

Plus en détail

L'Appellation d Origine Contrôlée "Rhum Agricole Martinique" 28/06/2006 1

L'Appellation d Origine Contrôlée Rhum Agricole Martinique 28/06/2006 1 L'Appellation d Origine Contrôlée "Rhum Agricole Martinique" 28/06/2006 1 L A.O.C., c est la fusion entre : UN TERROIR (Sol Climat) 1 ou +sieurs VARIETES VEGETALES UNE TRADITION & SAVOIR FAIRE CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Dispositions générales Obligatoire pour la production, la transformation et la commercialisation des produits végétaux et animaux ( sauf aquaculture ) issus

Plus en détail

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant :

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant : Annexe CHAPITRE I er. Conditions zootechniques pour le taureau dont le sperme est collecté, traité ou stocké en qualité de sperme de bovin reproducteur de race pure dans un centre de collecte agréé A.

Plus en détail

NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT

NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT NORME CODEX POUR LE CAMEMBERT CODEX STAN 276-1973 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique au Camembert destiné à la consommation directe ou à un traitement ultérieur conformément à la description

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Check-list SUISSE GARANTIE Lait et produits laitiers

Check-list SUISSE GARANTIE Lait et produits laitiers Date : Organisme d inspection/ de certification : Lieu : Auditeur Nom : Tél. : Entreprise N d identification : Nom : Responsable SUISSE GARANTIE : Nom : Courriel : Autres collaborateurs interrogés, avec

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL. Il y a un proverbe qui dit «Les paroles s envolent mais les écrits restent». C est pourquoi nous

CONTRAT DE TRAVAIL. Il y a un proverbe qui dit «Les paroles s envolent mais les écrits restent». C est pourquoi nous CONTRAT DE TRAVAIL PRÉAMBULE Il y a un proverbe qui dit «Les paroles s envolent mais les écrits restent». C est pourquoi nous conseillons à l employeur et à l employé(e) d établir clairement les conditions

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015

Version abrégée des exigences bio 2015 Version abrégée des exigences bio 2015 pour : Ordonnance Bio Extrait du classeur de fiches techniques «Agriculture biologique» Réalisation : FiBL, Institut de recherche de l'agriculture biologique. Adaptation

Plus en détail

Compte-rendu Voyage d étude méthanisation TERREBIOGAZ Sarl TERRECOSOL

Compte-rendu Voyage d étude méthanisation TERREBIOGAZ Sarl TERRECOSOL Compte-rendu Voyage d étude méthanisation TERREBIOGAZ Sarl TERRECOSOL www.terrecosol.fr 1 Rue Jean-Baptiste Bardinal 19240 Varetz Tel : 05.55.85.09.94 1. INTRODUCTION L objectif de ce voyage est de visiter

Plus en détail

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008

SÉANCES PLÉNIÈRES. 10 Avril 2008 SÉANCES PLÉNIÈRES 10 Avril 2008 119 120 LA QUALITE : DU SOL AU LAIT Ekaitz Mazuste 1, Maité Goienetxe 1, Anne Haegelin 2 1 Association B.L.E., 32 rue de la Bidouze 64120 Saint-Palais 2 Pôle Scientifique

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO

LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO LES ENTREPRISES DE TRANSFORMATION EN BIO Le contexte règlementaire Ce document est la propriété d Ecocert. Il ne peut être reproduit sans son accord. Le contexte règlementaire La règlementation Le process/

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique

Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique Version abrégée des exigences bio 2007 Fiche technique Extrait du Classeur de fiches techniques " Agriculture Biologique " http://www.srva.ch/scripts/publications/publications.php?id_page=119&type=16 Réalisation

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit

Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit LES MATIERES GRASSES : De l auge à l assiette Les lipides sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, notre alimentation doit en contenir. On les trouve dans le beurre, l huile, mais

Plus en détail

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Groupe engagé qui initie, transforme et commercialise à ses marques des produits biologiques et écologiques issus du végétal Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Euro - Nat SA Jatariy SRL

Plus en détail

La certification analytique des produits d origine dans la filière vinicole française

La certification analytique des produits d origine dans la filière vinicole française Avril 2011 MEMORANDUM La certification analytique des produits d origine dans la filière vinicole française Étude Juridique des textes de droit européen et de droit français régissant le contrôle officiel

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE

PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE PRÉSENTATION DU PLAN DE CONTROLE HUILE D OLIVE TYOUT - CHIADMA Présenté à : Essaouira le 25 Décembre 2009 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. OBJET DU PLAN DE CONTRÔLE 2. CHAMP D APPLICATION DU PLAN DE CONTRÔLE

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Réglementations applicables aux exploitations agricoles Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en élevage caprin Aspects réglementaires Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Réglementation

Plus en détail

CHARTE QUALITE ET CONDITIONS D ACHAT DE «Lait cru chaud par la Fromagerie BEILLEVAIRE» Date d effet : à compter du 1 er avril 2010

CHARTE QUALITE ET CONDITIONS D ACHAT DE «Lait cru chaud par la Fromagerie BEILLEVAIRE» Date d effet : à compter du 1 er avril 2010 CHARTE QUALITE CHARTE QUALITE ET CONDITIONS D ACHAT DE Entre La SARL BEILLEVAIRE, Située à La Seiglerie 44 270 MACHECOUL Représentée par Monsieur Pascal BEILLEVAIRE, en qualité de Directeur Général Et

Plus en détail

MONT D'OR ou VACHERIN DU HAUT-DOUBS

MONT D'OR ou VACHERIN DU HAUT-DOUBS MONT D'OR ou VACHERIN DU HAUT-DOUBS SERVICE COMPETENT DE L'ETAT MEMBRE Institut National des Appellations d'origine 138 avenue des Champs-Elysées 75008 PARIS TEL : 45.62.54.75 FAX : 42.25.57.97 GROUPEMENT

Plus en détail

Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage

Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage Aide à la conception de systèmes de production innovants à l'échelle de l'exploitation agricole Cas des exploitations de polyculture-élevage P.-Y. Le Gal, Cirad, Umr Innovation, Montpellier N. Andrieu,

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. Etude de la fabrication du Saint-Nectaire

DOSSIER TECHNIQUE. Etude de la fabrication du Saint-Nectaire DOSSIER TECHNIQUE Annexe 1(p.2) Annexe 2 (p. 3 à 7) Annexe 3 (p.7 et 8) Etude de la fabrication du Saint-Nectaire Documents d étude concernant la valorisation d un sous-produit de la fabrication du Saint-Nectaire

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter

GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter ID-SC-190 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES 10/02/2014 GUIDE PRATIQUE ABATTOIRS, ATELIERS DE DECOUPE ET BOUCHERIES : Les bonnes pratiques à adopter Références règlementaires :

Plus en détail

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral

Politique agricole 2014-17. Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Politique agricole 2014-17 Position d Uniterre sur le message du Conseil fédéral Août 2012! Valentina Hemmeler Maïga, permanente syndicale! Responsable dossiers politiques agricoles et souveraineté alimentaire!

Plus en détail

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010

Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Informations Janvier 2010 Le Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Informations Janvier 2010 Actus : La prime à la chèvre et le Code Mutuel Dans le cadre du bilan de santé de la PAC, il a été instauré une prime à la

Plus en détail

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont

FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont Bien alimenter et abreuver FUne alimentation équilibrée et un abreuvement de qualité sont indispensables pour assurer un bon niveau de production et une bonne santé aux animaux du troupeau. Les fiches

Plus en détail

Conception d une fromagerie/chèvrerie

Conception d une fromagerie/chèvrerie Conception d une fromagerie/chèvrerie Christophe BEALU CA79 Agnès CHABANON - FRESYCA CAPRINOV 27 novembre 2012 Sommaire 1 Conception générale 2 Plan fromagerie 3 Plan chèvrerie/fromagerie 4 Règlementation

Plus en détail

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION

TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION TOUTES LES INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA CERTIFICATION Le label «Terroir Fribourg» Par la marque régionale fribourgeoise : L Association pour la Promotion des Produits du Terroir du Pays de Fribourg Table

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

Accords de libre-échange

Accords de libre-échange Accords de libre-échange (UE / Canada, UE / Etats-Unis, UE / Mercosur) Quels que soient les enjeux commerciaux au niveau mondial, peut-on raisonnablement détruire la filière viande bovine française et

Plus en détail

L appellation EDITO. N Spécial 10 septembre 2014. Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Chaource

L appellation EDITO. N Spécial 10 septembre 2014. Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Chaource L appellation N Spécial 10 septembre 2014 EDITO Edito Spécial : Lancement des actions de communication de la filière AOP Des actions de communication fleurissantes! Pour bien commencer la rentrée, quoi

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec

Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Règlements du plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec Table des matières Page A) Plan conjoint des producteurs de chèvres du Québec 2 B) Règlement sur le fichier et sur les renseignements des

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION

DEMANDE DE SUBVENTION Midi-Pyrénées avril 2015 DEMANDE DE SUBVENTION INVESTISSEMENTS DES EXPLOITATIONS ENGAGEES DANS UNE FILIERE DE VALORISATION RECONNUE (MESURE 4 DISPOSITIF 412) Cette demande d aide une fois complétée constitue,

Plus en détail

Processus d accompagnement pour la certification Halal

Processus d accompagnement pour la certification Halal Page 1 Organisme mandaté par bureau certitrace www.halal-institute.org Processus d accompagnement pour la certification Halal 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

Réunion de lancement de la certification. pour les Espaces Numériques de Travail. Réunion de lancement de la certification

Réunion de lancement de la certification. pour les Espaces Numériques de Travail. Réunion de lancement de la certification pour les Espaces Numériques de Travail 1 Sommaire Présentation du contexte Objectifs, contraintes / opportunités et limites Processus général de certification Fichier de critères Organisation des groupes

Plus en détail

Appellation d origine protégée (AOP) : Un même signe de reconnaissance pour toute l Union Européenne

Appellation d origine protégée (AOP) : Un même signe de reconnaissance pour toute l Union Européenne Appellation d origine protégée (AOP) : Un même signe de reconnaissance pour toute l Union Européenne Sommaire Pourquoi ce logo unique? AOP, AOC quelle différence? Appellation d'origine, quel intérêt? Pour

Plus en détail

Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait

Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Des pratiques au service de l alimentation humaine : La production

Plus en détail

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Nom : Prénom :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Il sera transmis aux organismes

Plus en détail

Le safran du Quercy, épice «made in France»

Le safran du Quercy, épice «made in France» Le safran du Quercy, épice «made in France» des hommes une passion un terroir DIAPOSITIVE 1 Sommaire Historique de la relance en Quercy Définition générale du safran Une filière proche des hommes La démarche

Plus en détail

Le conseil autour de l économie

Le conseil autour de l économie Le conseil autour de l économie Démarches, outils et référentiels Christine GUINAMARD et Nicole BOSSIS www.idele.fr 1 Les objectifs de l atelier Objectifs de l atelier : partager ce qui existe, l améliorer

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Newsletter Eurofins Certification Octobre 2015

Newsletter Eurofins Certification Octobre 2015 Newsletter Eurofins Certification Octobre 2015 BRC : une nouvelle version française est parue Elle est disponible gratuitement sur le site internet du BRC (Bookshop) et a remplacé la précédente version

Plus en détail

b. les communes d Orges et de Vugelles-la-Mothe du district d'yverdon; c. les alpages des communes de Bassins, Le Vaud, Arzier et St-Cergue; et

b. les communes d Orges et de Vugelles-la-Mothe du district d'yverdon; c. les alpages des communes de Bassins, Le Vaud, Arzier et St-Cergue; et Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Secteur Promotion de la qualité et de ventes Cahier des charges Vacherin Mont-d Or enregistré

Plus en détail

CHARTE NATIONALE D ENGAGEMENTS DES CFA ET DES CFPPA

CHARTE NATIONALE D ENGAGEMENTS DES CFA ET DES CFPPA COMMISSION EUROPEENNE Fonds social européen Action réalisée avec le soutien du Fonds social européen CHARTE NATIONALE D ENGAGEMENTS DES CFA ET DES CFPPA Référentiel de Certification de Service AFAQ Service

Plus en détail

Directives pour les marques régionales Partie B Prescriptions de branche spécifiques aux denrées alimentaires, fleurs et plantes

Directives pour les marques régionales Partie B Prescriptions de branche spécifiques aux denrées alimentaires, fleurs et plantes Directives pour les marques régionales Partie B Prescriptions de branche spécifiques aux denrées alimentaires, fleurs et plantes Propriétaire: CI produits régionaux Dernière actualisation: le 20.11.2014

Plus en détail

Note d application. Anne Richard/Stéphanie Saint-Léger. Edith Wickleder/Evelyne Tanguy

Note d application. Anne Richard/Stéphanie Saint-Léger. Edith Wickleder/Evelyne Tanguy Note d application Accord interprofessionnel national relatif à la présence d inhibiteurs dans le lait de vache et aux modalités de prise en charge des coûts du 15 novembre 2011 homologué par arrêté le

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT SANITAIRE POUR LES FROMAGERIES FERMIERES ET AUTRES ATELIERS LAITIERS FERMIERS

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT SANITAIRE POUR LES FROMAGERIES FERMIERES ET AUTRES ATELIERS LAITIERS FERMIERS 1 DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT SANITAIRE POUR LES FROMAGERIES FERMIERES ET AUTRES ATELIERS LAITIERS FERMIERS Ce document est utilisable par les petits établissements fermiers ou artisanaux sous réserve

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Charte graphique. Bourgogne Tourisme 2009

Charte graphique. Bourgogne Tourisme 2009 Charte graphique Bourgogne Tourisme 2009 2009 : un tournant dans la communication touristique de la Bourgogne. Notre offre est en pleine mutation pour répondre aux nouveaux modes de consommation de nos

Plus en détail

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 3/2014 (13 17 Janvier 2014)

Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE. Semaine 3/2014 (13 17 Janvier 2014) Chine - Rapport Veille Médiatique 中 国 法 国 工 商 会 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE FRANÇAISE EN CHINE Semaine 3/2014 (13 17 Janvier 2014) Publication : China Food Newspaper Date de publication : 15 Janvier

Plus en détail

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements

) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013. Sommaire général : Avertissements ) REFERENTIEL 2014 des réseaux d élevage Auvergne, Lozère, Aveyron Conjoncture 2013 Sommaire général : Avertissements Fiches techniques - bovins lait - bovins allaitants - cultures Fiches économiques -

Plus en détail

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège

Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Approvisionnement de la Restauration hors domicile en circuits courts en Ariège Lancement d une plate-forme de distribution des produits locaux en 2011 Demande en produits locaux pour la RHD L Ariège s

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui

Plus en détail

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives»

«Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» «Orientations pour la mise en place des référentiels QHSE en Coopératives» Contact : Stéphanie Costa et Christophe Gualtieri 2014 Sommaire Préambule... 2 Les principaux avantages des référentiels de certification...

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Nom: Labels alimentaires suisses

Nom: Labels alimentaires suisses Certains produits alimentaires suisses sont estampillés avec des labels de qualité signalant qu ils dépassent les exigences minimales légales en matière de qualité, de protection des animaux, de protection

Plus en détail

Aperçu général IFS BRC

Aperçu général IFS BRC Aperçu général IFS BRC Il existe de très nombreux référentiels pour la maîtrise de la sécurité des denrées alimentaires DS3027 Aldi system Kraft food system ISO14001 EFSIS IFS Mc Donalds system AG9000

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio

L'introduction de produits bio en restauration collective. Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio L'introduction de produits bio en restauration collective Enjeux et impacts d'un projet de restauration collective bio Avant propos Produits bio et/ou locaux? - En cas d offre de produits bio insuffisante

Plus en détail

Conception d une fromagerie/chèvrerie

Conception d une fromagerie/chèvrerie Conception d une fromagerie/chèvrerie Christophe BEALU CA79 Agnès CHABANON - FRESYCA CAPRINOV 27 novembre 2012 Sommaire 1 Conception générale 2 Plan fromagerie 3 Plan chèvrerie/fromagerie 4 Règlementation

Plus en détail

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION COLLECTIVE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LA RESTAURATION

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif

Étude de définition de filière. Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR. Assainissement non collectif AMÉNAGEMENT CÔTES D ARMOR Assainissement non collectif Étude de définition de filière Cahier des charges pour l habitat individuel ( 20 eh) DiRECTION ENVIRONNEMENT 2 ÉTUDES DE DÉFINITION DE FILIÈRE Étude

Plus en détail

QUALITÉ-FRANCE SAS CS 63901 RENNES CEDEX Tél. : 02 99 23 30 79 Fax : 02 23 46 73 52 Courriel : anne.clamens@fr.bureauveritas.com

QUALITÉ-FRANCE SAS CS 63901 RENNES CEDEX Tél. : 02 99 23 30 79 Fax : 02 23 46 73 52 Courriel : anne.clamens@fr.bureauveritas.com Ce document constitue un guide, il est diffusé à titre d information. Il ne se substitue en aucun cas aux textes réglementaires en vigueur. QUALITÉ-FRANCE SAS CS 63901 RENNES CEDEX Tél. : 02 99 23 30 79

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

DEMANDE DE TRANSFERT DE QUOTAS LAITIERS

DEMANDE DE TRANSFERT DE QUOTAS LAITIERS DEMANDE DE TRANSFERT DE QUOTAS LAITIERS 1- LE DEMANDEUR 1 Producteur individuel NOM : DATE DE NAISSANCE : PRENOM : ADRESSE : CONJOINT : NOM et PRENOM Exploite-t-il séparément? Est-il actif sur l exploitation?

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser Rappel des 4 objectifs de la PAC - Objectif alimentaire - Objectif environnemental - Objectif territorial - Une PAC simple

Plus en détail

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or

L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or L ÉCO CONDITIONNALITÉ applicable aux aides du Conseil Général de la Côte-d Or Généralités Préambule Dans le cadre de son Schéma Départemental du Développement Durable (S3D), le Conseil Général s est engagé

Plus en détail

Informations sur l élevage de herd-book

Informations sur l élevage de herd-book Informations sur l élevage de herd-book Un programme d'élevage efficace, un herd-book flexible et des prestations de service modernes Vu la situation actuelle de l élevage bovin et de l exploitation laitière,

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Une journée pour vos projets de territoire Méthanisation : le projet de St Georges / Loire

Une journée pour vos projets de territoire Méthanisation : le projet de St Georges / Loire Une journée pour vos projets de territoire Méthanisation : le projet de St Georges / Loire 04 avril 2013 Sommaire : Les grands principes de la méthanisation Les faits déclencheurs Les étapes suivies Le

Plus en détail