Projet filière horticulture pépinière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet filière horticulture pépinière 2013-2017"

Transcription

1 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A1 : Développer les avantages concurrentiels des entreprises, à travers un appui économique individualisé Problématique Objectifs action Description action Résultat visé Indicateurs de suivi Mise en oeuvre Calendrier Coût La diversité des exploitations, métiers horticoles et marchés cibles ne permet pas de définir un modèle type d entreprise, ni de se rapprocher des référentiels technico économiques existants. En revanche, chaque entreprise a besoin de pouvoir se positionner, à tout moment, vis-à-vis de son environnement concurrentiel, de ses marchés, et de nouvelles opportunités techniques, organisationnelles ou commerciales. Il n existe à l heure actuelle aucune structure d appui en horticulture (publique ou privée) apportant une réponse en matière de stratégie globale d entreprise par l approche technico concurrentielle. Permettre à chaque entreprise de disposer d un regard extérieur et d une prise de recul pour mieux analyser son environnement concurrentiel et développer ses marchés. Garantir une approche totalement individualisée et confidentielle compte tenu des enjeux stratégiques propres à chaque entreprise. Prioriser des actions d amélioration à mettre en place dans les entreprises suivies, en terme de délais et de moyens Référencer les types d accompagnements possibles Quantifier les gains (qualitatifs et quantitatifs) attendus pour l entreprise. Mettre en place, au travers d une structure ad hoc (association), un accompagnement au développement des avantages concurrentiels, avec recrutement d un conseiller qui sera chargé de :. établir un plan de contact auprès de l ensemble des entreprises horticoles. proposer et réaliser un diagnostic sur les avantages techniques, économiques et concurrentiels des entreprises. mettre en place un système de référencement d accompagnements possibles. assurer une «garantie de bonne fin» des programmes d accompagnement entrepris Contribuer à la compétitivité des entreprises en les aidant à se positionner sur des segments de marché compatibles avec leurs avantages concurrentiels. Contribuer à une meilleure connaissance des entreprises à potentiellement de transmission. Favoriser l émergence de travaux collectifs. Nombre d entreprises contactées Nombres d entreprises ayant réalisé un diagnostic sur leurs avantages concurrentiels Nombre d entreprises ayant lancé un plan d amélioration de leurs avantages concurrentiels AAA Le coût de chaque prestation dépendra de la taille de l entreprise et de la diversité des domaines d activité stratégiques traités.

2 Participation Conseil régional En 1 ère estimation, le potentiel annuel d entreprises :. de type 1 (producteurs-détaillants) est de 15 pour un nombre de jours de 4 par dossier (3 200 ), soit au total. de type 2 (circuits de distribution spécialisés, groupes nationaux, enseignes de distribution) de 7 pour un nombre de jours de 6 par dossier (4 800 ) soit Total annuel , soit une valeur moyenne de / dossier (prise en charge de 50% des audits : (( *3)* ) Participation Etat sur 2013

3 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A2 : Développer les échanges techniques source de compétitivité Problématique Objectifs action Description action Résultats visés Indicateurs de suivi Mise en œuvre La compétitivité passe par la maîtrise des coûts, mais aussi par le renouvellement des méthodes, process et modes d organisation. Les programmes d innovation et notamment de recherche et développement concernent la plupart du temps des entreprises de type industriel ; peu de petites entreprises ont la capacité (temps et financement) d accéder à ces dispositifs. Les futurs salariés ou chefs d exploitation doivent avoir accès aux nouvelles technologies ou process pour répondre aux enjeux horticoles futurs. Les centres techniques et les structures pédagogiques disposent d outils pouvant être mis à la disposition des professionnels. Développer les échanges professionnels sous forme de clubs techniques, développer les tests privés pour la production. Développer les synergies entre centres techniques et structures pédagogiques. Sécuriser les process et leur adaptation en entreprise par des phases pilotes et un accompagnement méthodologique Utiliser les savoir-faire et optimiser les outils collectifs existant ; Favoriser les échanges techniques inter régionaux Sur le modèle des clubs professionnels PBI ou plants potagers existants, il s agit de prolonger les actions entreprises et développer de nouveaux clubs techniques régionaux ou inter-régionaux (action collective). Le travail se fera en liaison avec les laboratoires (IRBI, etc ), les experts des ressources humaines (Gehodes), pour démultiplier les retombées concrètes de ces réflexions. Les nouveaux thèmes de travail envisagés sont les déchets et l environnement, la modularité des équipements, les jardins vivriers, l aménagement des espaces urbains. NB : pour la PBI, on en est à la phase d intégration des méthodes PBI dans les centres pédagogiques et auprès des salariés des entreprises (méthodes, vocabulaire de vulgarisation Développer les essais privés sources de compétitivité et permettre aux petites entreprises d y accéder. (action individuelle) Créer un réseau de compétences techniques favorisant l accès à l innovation. Permettre aux pôles de compétitivité (VEGEPOLYS, Cosmetic Valley, DREAM, VALBIOM ) de lancer des programmes d accompagnement et de répondre aux attentes de la filière horticole, en liaison avec la CRA et la Chambre régionale des métiers. Améliorer la compétitivité des entreprises par des actions de mise en œuvre concrètes. Nombre d entreprises et de structures pédagogiques intégrées aux clubs professionnels Nombres de clubs, avec minimum 2 à 3 réunions par an et par club Nombre d essais privés engagés par la production. CDHRC / Chambre d agriculture du Loiret / Arexhor Pays de la Loire

4 Calendrier Coût Clubs : Animation : 5 jours de travail de conseiller (Violaine LE PERRON ou autre) à 600 pour 1 journée d animation, soit par club sur la base de 3 journées de réunion par club. Ceci est hors frais de déplacement, infographie ou documentation à charge des participants Coût global annuel d animation de pour 6 clubs, soit pour 4 ans Interventions extérieures : à chiffrer Participation au financement d essais privés dans les TPE (fonds OSEO ou innovation?) ; 10 essais privés prévus par an, soit à de coût annuel, avec estimation globale de pour les 4 années Participation Conseil régional Participation Etat Budget global total : 500 K Prise en charge dans le cadre de la mesure 111 du FEADER

5 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A2bis : Poursuivre l adaptation des pratiques environnementales et favoriser l accès à de nouveaux publics pour la lutte intégrée Problématique Objectifs action Description action Résultats visés Indicateurs de suivi Mise en oeuvre Calendrier Coût Les engagements de respect de l environnement et les actions entreprises par les professionnels trouvent difficilement une valorisation au travers du prix de vente des produits horticoles. Les entreprises ou acteurs concernés par la mise en place de ces démarches ne sont pas répertoriés s ils n adhèrent pas à des réseaux techniques ou professionnels Il existe un déficit de communication sur les actions entreprises par les professionnels de la filière sur ce sujet. Il n existe pas de réseau DEPHY FERME pour l horticulture en Région Centre permettant de mesurer les impacts des nouvelles mises en pratiques environnementales. Favoriser le développement des nouvelles pratiques, notamment liées à la protection biologique intégrée, par la mise en place de missions techniques et d appui auprès des entreprises liées au végétal. Favoriser l esprit de filière au travers du développement du réseau d appui technique Développer les échanges transversaux (autres secteurs spécialisés ou ZNA) Développer le nombre de «conversions» aux nouvelles pratiques environnementales et à la lutte intégrée A partir des résultats obtenus (mobilisation et engagement de professionnels et de leurs équipes de travail) lors du précédent projet de filière, développer la communication pour attirer de nouveaux publics sur ce sujet. Communiquer sur les premiers résultats obtenus, notamment grâce au support vidéo réalisé dans le cadre du club PBI du CDHRC Poursuivre la synergie entre le développement de la PBI et le nombre d observateurs inscrits dans le réseau d épidémiosurveillance horticole régional. Mettre en place des lettres de mission techniques et développer les adhésions au centre technique horticole. Développement des mises en pratiques de lutte intégrée Amélioration des échanges transversaux avec les autres filières agricoles ou non agricoles Nombre de nouvelles lettres de mission techniques Nombre de nouvelles adhésions au centre technique horticole régional Nombre de nouveaux observateurs dans le cadre de l épidémiosurveillance Nombre de participants lors des échanges transversaux. CDHRCentre / CRAC Sur une base de 5 lettres de mission sur les pratiques environnementales par an, soit 15 missions (démarrage 2013 décalé compte tenu de la saisonnalité): Coût pour les 4 ans. Le coût inclut les démarches préalables de contact et de présentation des différents sujets aux publics concernés.

6 Participation Conseil régional Participation Etat (prise en charge de 50% des lettres de mission)

7 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises au travers d actions collectives et individuelles Action A3 : Favoriser les actions en faveur de l amélioration des conditions de travail Problématique La filière horticole et pépinière souffre d une image parfois peu flatteuse en termes de conditions de travail (écarts climatiques, travail physique ). Or l amélioration des conditions de travail est un facteur incontournable pour rester compétitif. Les producteurs souhaitent donc aujourd hui travailler sur ces axes pour trouver des solutions d amélioration. Objectif action Améliorer les conditions de travail dans les métiers de l horticulture et de la pépinière pour gagner en compétitivité et pour améliorer l image des métiers de la filière et créer une image plus attractive. Description action - Construction d un groupe d entreprise-pilotes volontaires et représentant la diversité des entreprises de la région - Un court questionnaire de pré-étude sur les aspects de qualité de vie et de santé et sécurité au travail est envisagé, à remplir par les chefs d entreprise et les salariés de ce groupe-pilote ; on pourra aussi se reporter aux réponses au questionnaire sur les projets potentiels des entreprises - Diagnostics sur ce groupe d entreprises pilotes, réalisés par des ergonomes ou accompagnés par des associations spécialisées telles que ceux de l ARACT et Gehodes, travaillant en complémentarité selon les thématiques à aborder. Une rencontre entre les porteurs de ces 2 dispositifs et les professionnels permettra de définir en amont les attentes et objectifs de chacun. Les thématiques de travail pourront s articuler autour de l ergonomie, la santé et sécurité au travail, ainsi que sur la qualité de vie au travail (parcours professionnel, développement des compétences ) - Partage d expériences entre professionnels et centralisation des actions prioritaires, pour proposer des plans d amélioration à moyen terme, à mettre en perspective avec d autres groupes de travail (innovation, mécanisation ) - Investissements, si besoin, en termes d outils techniques : ergonomie, automatisation, manutention, robotisation, protection des hommes et des cultures - Visites croisées sur chantiers en cours - Proposition d un projet abouti au cours des visites proposées lors de la journée filière Résultats visés De meilleures conditions de travail en entreprises, et des entreprises plus compétitives Une image de filière redynamisée Indicateur de suivi Nombre de diagnostics, efficacité des mesures Nombre de formations Investissements réalisés Communication auprès des salariés après améliorations Mise en œuvre UHRC en lien avec l ARACT et Gehodes Calendrier Coût. Diagnostics pour le groupe d entreprises pilotes (au moins 4) :. Animation partage d expériences de 1 journée par an (durant 3 ans)

8 Participation Conseil régional. Visites croisées sur chantiers en cours (2 journées par an).. Estimation 15 jours de travail animateur pour l année 1, 15 jours pour l année 2, 10 jours pour l année 3, 10 jours pour l année 4 = 50 jours à 500 soit pour les 4 ans. Prestation ARACT si recours à un questionnaire de ciblage des entreprises-pilotes (forfait / questionnaire pour 300 questionnaires remis) Total L appui de l ARACT au-delà du questionnaire sera gratuit si l action est validée dans les priorités 2013 de l Agence. Formations des salariés (FAFSEA) Investissements : cf fiche «investissements dans les entreprises» (Prise en charge de 50% du coût de l animation et de 80 % du coût des enquêtes) Participation Etat (prise en charge de 30% du coût de l animation sur 2013)

9 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises au travers d actions collectives et individuelles Action A4 : Développer la culture de l'innovation Problématique Objectif action Description action Résultats visés La filière horticulture pépinière a besoin d innovation, dans le domaine des produits, du conditionnement, des méthodes de production, de l organisation Il faut poursuivre et amplifier le travail sur l innovation, développer une véritable culture autour de ce concept, en s appuyant sur l antenne régionale VEGEPOLYS Développer la culture de l innovation dans la filière Développer les projets et les réalisations innovantes : ateliers d'émergence de projets émergents, actions collectives, groupes de réflexion sur des thématiques transversales... Assurer la veille concurrentielle nécessaire au repositionnement innovant des entreprises Plusieurs pôles de compétitivité sont présents sur le Bassin (Végépolys, Cosmetic Valley, DREAM...). Il est important de faire connaître et de s appuyer sur les activités de ces pôles afin de favoriser l'innovation dans la filière et de stimuler des rapprochements entre les producteurs et les centres de recherche. Un permanent du pôle Végépolys est présent en région Centre, des rencontres régulières sont à envisager entre les professionnels pour à la fois mettre en valeur des systèmes de production végétale respectueux de l environnement et de la santé mais aussi créer de nouvelles variétés qui ouvriront de nouveaux marchés. Pour ce faire : Réalisation d un repérage des innovations récemment conduites dans les filières végétales, mais également dans les autres filières agricoles et les autres secteurs (gamme, techniques de production, process de conservation, ) Inventaire des besoins du marché, veille concurrentielle, nouveaux usages : perspectives de développement à mener avec l étude prospective de Végépolys. Identification des freins au développement pouvant être levés par une ou plusieurs innovations, qu elles soient techniques, technologiques, marketing, packaging, etc (projets individuels et collectifs) Définition d une culture commune de l innovation au sein de la filière en vue de l émergence de projets collaboratifs à travers des ateliers de travail ou d émergences de projet, des conférences, des démonstrations Appel à projets innovants collaboratifs dans le domaine des cultures spécialisées. Un appel à projets est en cours de finalisation. Il concernera l innovation, qu elle soit de produit, de procédé, de service, marketing ou organisationnelle. Dans un souci d innovation proche du marché, le porteur devra être une entreprise. Le projet collaboratif comportera au moins deux partenaires, la collaboration avec les laboratoires de recherche régionaux sera encouragée. Emergence de projets innovants (on estime à 40 le nombre d entreprises d horticulture-pépinières de la région restant à prospecter et pouvant disposer potentiellement de projets d innovation)

10 Indicateur de suivi Mise en œuvre Calendrier Coût Participation Conseil régional Participation Etat Nombre de professionnels impliqués dans des groupes de travail VEGEPOLYS antenne Région Centre A caler avec l antenne régionale de VEGEPOLYS 70 jours sur 4 ans, à 580 /jour (NB : il est difficile de distinguer cette action du reste de l action VEGEPOLYS) Le poste d animateur VEGEPOLYS Région Centre est déjà financé par le Conseil régional, la CRA, La Chambre d agriculture du Loiret et le Crédit agricole des régions du Centre Remarques : Le repérage des entreprises, soit par leur intérêt pour la démarche, soit par un projet innovant mené à son terme ou non et dont elle pourrait témoigner, permettra de constituer le groupe de travail support de cette action. La filière a un représentant à la gouvernance de VEGEPOLYS.

11 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises au travers d actions individuelles ou collectives Problématique Objectifs action Action A5 : Organiser une logistique commune Grâce à son réseau routier, à l'implantation de nombreuses bases de logistique, à sa position centrale et à la proximité de l'ile-de-france, la région Centre dispose d'atouts importants en terme de logistique. Or, les conditions de transport des végétaux de la région sont souvent médiocres. La filière n'exploite donc pas suffisamment les atouts logistiques de la région. Optimiser les coûts de transport des produits de l'horticulturepépinière (améliorer la connaissance de la logistique, concentrer l offre, diminuer les coûts, améliorer la qualité du transport, diminuer le coût environnemental). Une 1 ère mission a été effectuée en Ce 1 er travail a permis de valider l intérêt de grouper les besoins de transport. Les gains financiers ont été vérifiés. Désormais, le groupe doit s agrandir, envisager des solutions de groupage, élaborer une charte commune. Description action Cette 2 ème étape consiste à : établir la liaison avec le projet Végémarché préparé par VEGEPOLYS proposer des solutions concrètes de groupages (affrètements, tournées ) identifier les entreprises pouvant intégrer ce groupe de travail. En priorité, il s agit de contacter les entreprises de la filière. Ensuite, l intégration d entreprises ayant une saisonnalité complémentaire pourrait être envisagée (ces entreprises peuvent ou non faire partie de l horticulture pépinière). Cette étape nécessite le recours à un consultant afin de disposer d un regard extérieur, d'identifier les facteurs de réussite du projet, de consolider l engagement des entreprises du groupe. L'implication dans cette étape exige un engagement fort des professionnels. Résultats visés Diminuer les coûts de transports des entreprises adhérentes. Pérenniser l action en intégrant 5 à 10 autres entreprises. Indicateurs de suivi Le nombre d entreprises impliquées dans cette mutualisation. La baisse des coûts de transport Mise en œuvre CRA Centre Calendrier Coût Coût du consultant ou d une personne extérieure (cabinet juridique, chargé de mission CER, CoopdeFrance ), évalué à HT Participation Conseil régional Participation Etat Temps d animation CRA estimé à 10 jours par an pendant 4 ans (580 / jour) (prise en charge de 50% de la prestation de conseil) (prise en charge de 30 % de la prestation de conseil)

12 Axe A L amélioration de la compétitivité des entreprises au travers d actions collectives et individuelles Action A6 : Améliorer la lisibilité des disponibles des exploitations Problématique Objectifs action Description action Résultats visés Indicateurs de suivi Il est souvent difficile pour les producteurs de pouvoir répondre à des commandes globales de collectivités, grossistes, jardineries. Afin de faciliter les partenariats entre entreprises régionales et ainsi de pouvoir proposer une offre globale aux clients ou se fournir en jeunes plants, une base de données interactive type site web pour les adhérents au système a été initiée, mais nécessite d être améliorée pour renforcer la logique de filière au niveau de l approvisionnement dans l ensemble de la Région 19 entreprises de la région se sont engagées dans l action. Depuis l été 2012, le site web a été mis en ligne sur la base du disponible de 4 entreprise-pilotes. D ici l automne 2012, l ensemble des disponibles des 19 entreprises sera mis en ligne, quel que soit le logiciel utilisé par l entreprise (difficulté technique de transfert des données solutionnée). Une charte d utilisation du site est en cours d élaboration. Les objectifs sont maintenant de :. Optimiser la base de données de disponible commun des exploitations et la rendre plus lisible à l échelle de la Région :. Rendre cohérentes les données entre producteurs, répartir les producteurs dans la Région, diversifier les productions proposées pour une gamme de plantes la plus large possible. Ouvrir la démarche à d autres producteurs de la région Optimisation du site web - Mise en place et mise en action du disponible - Initiation à l utilisation du site - Ergonomie du site (ex envisager une version mobile du site) Ouverture du site à de nouveaux adhérents - Recrutement - Mise en place des règles d usage et charte pour les nouveaux adhérents Optimiser le disponible de chaque exploitation Renforcer le partenariat entre producteurs de la Région Centre Redynamiser l image de la production régionale Augmenter la réponse des entreprises aux appels d offres (pour les entreprises concernées par les marchés publics, de production de jeunes plants, tournées vers l export, concernées par les structures de commercialisation) Nombre de producteurs adhérents Nombre de producteurs utilisant régulièrement le site (sondage avant/après ; nombre de réponses aux appels d offre) Mise en œuvre UHR Centre Calendrier Coût Temps d'animation : 10 jours/an x 4 ans (500 par jour), soit au total sur 4 ans Suivi du site web et coût d adaptation du logiciel (devis en cours) Participation Conseil régional (prise en charge de 50 % du coût de l animation en année 1 et 30 % en

13 année 2) Participation Etat (prise en charge de 30% du coût de l animation en 2013)

14 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises au travers d actions individuelles ou collectives Action A7 : Favoriser l évolution des pratiques grâce à l expérimentation Problématique Les programmes d expérimentation reposent sur la prise en compte de l évolution règlementaire, des besoins professionnels et des priorités d action en matière de développement durable. Ils s inscrivent donc dans une approche de moyen terme nécessitant des moyens techniques et des compétences en perpétuelle évolution, mais aussi prenant en compte l évolution des métiers horticoles (production, services, distribution, nouveaux usages). Ils ont pour objectif de préparer les facteurs clés techniques indispensables à la compétitivité des entreprises et à la pérennité de la filière. Une coordination avec les autres bassins de production est également nécessaire pour utiliser au mieux les spécialisations et savoir-faire de chacun. Objectifs action Assurer, au travers du CDHRC et des coordinations de programmes du bassin Loire Bretagne un programme d expérimentation adapté aux besoins de la filière Description action A partir des analyses de besoin des professionnels, des priorités régionales en matière de développement durable et d une segmentation des usages (actuels et futurs) des produits horticoles, établir un programme d actions pluriannuelles. Définir les évolutions nécessaires en matière d outils et configurer la station d expérimentation en conséquence Participer à la coordination interrégionale des programmes horticoles du bassin Centre Loire Bretagne et apporter les expertises nécessaires. Résultat visé 1/ Segmentation entre - essais méthodologiques de fond (fertilisation organique, limitation des intrants, produits et méthodes alternatifs ) - essais liés aux nouveaux usages et métiers de l horticulture (phytoremédiation, plantes industrielles ) - essais liés aux facteurs clés techniques transférables rapidement en entreprise. 2/ Réaménagement des outils de la station. Indicateurs de suivi Nombre d actions d expérimentation menées chaque année Nombre d actions de transfert technique auprès des entreprises Nombre d entreprises engageant des évolutions en termes de nouveaux usages ou en termes de nouvelles technologies. Mise en oeuvre CDHRCentre Calendrier Coût Programme d actions régionales : annuel, soit 1 million pour 4 ans Adaptation de la station, avec investissements sur l aménagement d aires sécurisées pour la phytoremédiation, et pour la gestion de l eau ( pour 4 ans) NB : selon évolution du projet de regroupement avec les Pays de

15 Participation Conseil régional Loire et la Bretagne, mise à plat de la station pour accompagner les métiers horticoles de demain (estimation 1,5 million ) Animation des programmes et diffusion : méthodes pratiques pour le transfert technique, portes ouvertes, démonstration en entreprises, mise à jour du site internet, films vidéo, diffusion de bulletins techniques (coût par an, soit sur 4 ans) (prise en charge de 36 % des programmes d expérimentation, de 33 % de la diffusion et du transfert et 66 % des investissements) Participation Etat (sur les programmes d expérimentation, et mesure 111 du FEADER sur transfert de technologie)

16 Axe A l amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A8 : Poursuivre l adaptation des pratiques environnementales Problématique Objectifs action Description action Résultats visés Indicateurs de suivi Mise en œuvre Calendrier Coût Participation Conseil régional Les engagements de respect de l environnement et les actions entreprises par les professionnels trouvent difficilement une valorisation au travers des produits horticoles. Les entreprises n ont pas toutes les moyens (temps, gestion, finances) de poursuivre ces démarches et de communiquer sur leur mise en œuvre. Simplifier les démarches et l accès aux aides environnementales s intégrant dans des démarches de production (gestion de l eau, protection biologique intégrée, gestion énergétique, gestion des déchets ) Poursuivre la valorisation sur les démarches environnementales engagées par la profession. Diffuser plus généralement les nouvelles pratiques et engager de nouvelles entreprises dans la démarche Favoriser les investissements liés aux plans d amélioration issus des diagnostics environnementaux, simplifier les conditions d accès aux aides (montage des dossiers, interfaces entre services instructeurs ) et développer leur communication. Développer les pratiques en amont (formations) pour sensibiliser les futurs professionnels et les synergies entre centres techniques et structures pédagogiques. S appuyer sur les méthodes liées à la certification environnementale horticole (Plante Bleue) pour porter les conduites de projet et valoriser les engagements vers cette démarche. Meilleur accompagnement de la profession sur le Plan Végétal pour l Environnement ou les systèmes d aides aux projets similaires. Augmentation de la visibilité sur les actions engagées, et du nombre d entreprises conduisant des projets d amélioration Nombre de dossiers PVE déposés par les entreprises (NB : actuellement ce nombre est limité, les critères étant compliqués, les zones non prioritaires non prises en compte, les compléments Agence de l eau complexes, la relation devant être établie entre l entreprise et la DDT, une communication sur AAP devant être menée ) Nombre de formations ou d ateliers pédagogiques sur les pratiques environnementales Nombre de diagnostics «Plante Bleue» Nombre de dossiers de certification environnementale Nombre de projets d amélioration et d investissements liés à la certification environnementale Nombre de communications. Nombre de conversions énergétiques. CDHRCentre Chiffrage précis selon résultat enquête auprès des entreprises sur leurs investissements ; menée à l été 2012 Estimation 10 jours de travail annuels d ingénieur pour travailler avec les centres de formation régionaux, soit par an ( sur 4 ans)

17 Participation Etat (prise en charge de 40% du coût de l animation des ateliers)

18 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A9 : Intégrer les nouvelles pratiques environnementales dans les systèmes de production Problématique La gestion de l eau répond à une nécessité technique et aux besoins de préserver les ressources. Les actions en matière d optimisation ou de reconversion énergétique sont souvent peu adaptées à la taille de l entreprise, et les conduites de projet très complexes. Les approches globales liées à l environnement sont peu développées et peu lisibles dans la filière horticole, leur approche économique souvent difficile à appréhender. Objectifs action Simplifier l accès aux pratiques environnementales et aux dispositifs de soutien par la mise en place de projets démonstrateurs spécifiques à l horticulture Poursuivre la communication sur les démarches environnementales engagées par la profession. Description action Favoriser les actions pilotes (qui, à la différence des clubs, concernent une mise en place spécifique, dans un centre de formation ou une entreprise et non un travail de récolte de données en groupe de travail collectif. Exemple : investissement production/vente détail dans un lycée) permettant de concilier approches environnementales et efficacité économique (notamment en matière de gestion de l eau, de protection biologique intégrée, d énergie, et de gestion des déchets) et développer leur communication (dimension «démonstrateurs, pouvant faire l objet ensuite d un transfert). Favoriser les investissements liés aux plans d amélioration issus des diagnostics environnementaux, S appuyer sur les méthodes liées à la certification environnementale horticole (Plante Bleue) pour porter les conduites de projet et valoriser les engagements vers cette démarche. Résultats visés Evolution des pratiques liées à l usage de l eau (quantitatif et qualitatif), de l énergie et des intrants biodégradables. Meilleures connaissance de la production d énergie verte Meilleur accompagnement de la profession sur les systèmes d aides aux projets Amélioration de l interface avec les projets de conversion énergétiques ou d utilisation de la biomasse. Indicateurs de suivi Nombre de projets d amélioration et d investissements liés à la certification environnementale Nombre de projets démonstrateurs retenus Nombre de communications. Mise en œuvre CDRHCentre Calendrier Coût Participation Conseil Appel à projets démonstrateurs? régional Participation Etat Cf dispositifs PVE et PPE

19 Axe A : L amélioration de la compétitivité des entreprises, au travers d actions individuelles ou collectives Action A10 : Investir dans les entreprises pour assurer leur pérennité Problématique Les entreprises de l horticulture-pépinière ont besoin d investir régulièrement, notamment pour moderniser leur outil de production, maîtriser l énergie, préserver la ressource en eau, développer la gestion de la production et la logistique, communiquer, préserver l environnement. Objectifs action Description action Ces investissements ont besoin d être effectués régulièrement, afin de disposer d entreprises «à niveau», anticipés, étudiés et préparés, bref d assurer la pérennité des entreprises. Permettre aux entreprises d investir régulièrement, et d assurer ainsi leur pérennité. Effectuer une enquête auprès des entreprises adhérentes au CDHRCentre et à l UHR Centre, afin de préciser les besoins en investissements, de les classer par nature et par année (enquête menée en août 2012). Appuyer les entreprises dans leurs projets d investissements. Résultats visés Indicateurs de suivi Inciter à certains types d investissements, par un soutien financier ciblé. Entreprises compétitives et «à jour» dans leurs investissements Nombre de PVE déposés par les entreprises (NB : actuellement ce nombre est limité, les critères étant compliqués, les zones non prioritaires non prises en compte, les compléments Agence de l eau complexes, la relation devant être établie entre l entreprise et la DDT, une communication sur AAP devant être menée ) Nombre de projets d investissements effectués Nombre de projets d investissements ayant fait l objet d un conseil par le CDHRCentre. Mise en oeuvre CDHRCentre Calendrier Coût Chiffrage précis selon résultat enquête auprès des entreprises sur leurs investissements (31 réponses, 185 projets d investissements recensés soit une moyenne de 6 par entreprise, représentant bien les divers types d entreprises) : * outils de production : 55 entreprises, pour * maîtrise de l énergie : 16 entreprises, pour * préservation ressource en eau : 21 entreprises, pour * autres investissements (dont études) : 20 entreprises, pour * gestion production et logistique : 33 entreprises, pour * communication : 32 entreprises, pour * préservation environnement : 8 entreprises, pour TOTAL : Tous ces chiffres sont évidemment pour les 4 années 2013 à 2016 Participation Conseil régional Aide aux investissements, notamment : * ayant trait la gestion de la production, à des investissements couplés à de l innovation, à la mécanisation de l expédition, à de nouveaux projets NTIC

20 Participation Etat (nouvelles technologies d information et de communication), à l aménagement de points de vente (si outils construits collectivement) * ayant trait à l ergonomie (action A3) * ayant trait aux actions-pilotes (action A8) * ayant trait à la mise en avant de la production régionale (actions B1, B2 et B2bis). * Aide aux investissements ayant trait à la modernisation des serres (PPE, circulaire serres) et à l environnement (PVE)

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export

Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export Fiche-action n 5.1 Accompagner les chefs d entreprise dans la définition de leur stratégie d export ACTION : - Nature (nationale/régionale) ; - Descriptif du contenu (éventuelles sous-actions ou phases

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat

Expérience des centres de formation de. l U.R.M.A Région Martinique. Chambre de Métiers et de l Artisanat Favoriser l insertion des publics les plus fragilisés Expérience des centres de formation de l U.R.M.A Région Martinique Chambre de Métiers et de l Artisanat Le concept de l URMA des Chambres de Métiers

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste».

Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers politique de la ville l offre de service «généraliste». CONTRIBUTION DE POLE EMPLOI Contrat de ville 2015-2020 Métropole Rouen Normandie Contribution écrite de Pôle emploi Pôle emploi met à disposition des demandeurs d emploi et des entreprises des quartiers

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing

CAHIER DES CHARGES. N 1 : Juin 2013. Consultation d experts en Communication et en Webmarketing CAHIER DES CHARGES Consultation d experts en Communication et en Webmarketing N 1 : Juin 2013 Date de publication : 11/06/2013 Date de clôture des candidatures : 25/06/2013 à 12h00 Le présent cahier des

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable

Référence à l Axe de la Charte du Pays : Faire de la qualité de vie un atout du développement durable Contrat de territoire2007 203 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour le logement et lutter globalement contre la vacance FICHE

Plus en détail

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises»

Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cahier des charges «Mission Placement à l'emploi / relation Entreprises» Cf. Note de cadrage PLIE pour l année 2015 1 ORIENTATION GENERALE L'intégration à l'emploi est un des axes prioritaires énoncés

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité

Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité Les leviers régionaux de soutien de la structuration de l offre en produits alimentaires de proximité Lycée agricole Edgar Pisani, Montreuil-Bellay (49) 11 octobre 2012 1. La PRI Jules Rieffel 1.1 Les

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Le club des experts de la CCIRE

Le club des experts de la CCIRE APPEL A CANDIDATURE Le club des experts de la CCIRE Date limite de remise des candidatures Le 30 octobre 2015 à 12h 1 I La problématique Les entreprises pour assurer leur développement dans les meilleures

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT?

TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT? TROISIEME PARTIE : QUELLES ACTIONS POUR DEVELOPPER L ARTISANAT ET LE COMMERCE SUR LE PAYS DE CHAUMONT? 3.1 Mettre en place une démarche qualité commerce : Pour fidéliser la clientèle outre la qualité des

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR DES ACTIONS DE FORMATION AUX TECHNIQUES METIERS DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises

Plus en détail

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015

PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION 2013 / 2015 PLAN D AMELIORATION DE LA QUALITE DES PARCOURS DE FORMATION / 2015 Dans un contexte où la sécurisation des parcours professionnels est devenue une priorité absolue, la qualité de la formation apparaît

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse Charte académique éducation entreprise Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse mai 2008 1 Préambule L académie de Toulouse, les fédérations de parents d élèves,

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie

Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Charte Bois Construction Rénovation Environnement Basse-Normandie Un programme pour l environnement, par le développement de la Filière Bois Construction & Rénovation en Région Basse-Normandie 2015 2020

Plus en détail

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération

Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération Ressources en ligne pour la mise en œuvre du Contrat de génération www.contrat-generation.gouv.fr 1. Emploi des seniors et gestion des âges Outil-Ages RH Pour soutenir la compétitivité de l entreprise

Plus en détail

Guide des prestations

Guide des prestations SOMMAIRE Guide des prestations Ensemble, construisons votre développement page 3 Créer, reprendre, une entreprise TRANSMETTRE UNE ENTREPRISE page 4 Connaître votre marché, VOtre territoire FORMER, GÉRER

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie

Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie OBJET Cahier des charges ACTION TRANSMISSION TRANSPORT Haute-Normandie Portée par Logistique Seine-Normandie (LSN) En partenariat avec l OTRE Normandie Ce document constitue le cahier des charges établi

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap»

«Accompagnement du recrutement et de l intégration de personnes en situation de handicap» : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles : Solutions stratégiques pour l emploi des publics sensibles 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE FORMATION «Accompagnement du recrutement

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques DEMARCHE QUALITE Référentiel A Grille d auto-évaluation de France Stations Nautiques F AFNOR Juillet 2004 Paragraphe Non appliqué En cours Maîtrisé Progrès Commentaire 3. ENGAGEMENTS F doit organiser une

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Appel à candidatures

Appel à candidatures Appel à candidatures Grand Prix national «le génie écologique au service des enjeux de la politique de l eau» 1 - contexte et objet de l appel à projets Le ministère de l Ecologie, du Développement Durable

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE

Sortez du Lot! Créateur. de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Sortez du Lot! Créateur de valeurs AUDIT ACCOMPAGNEMENT & ASSISTANCE À LA RÉPONSE FORMATION ET EXTERNALISATION DE VOTRE RÉPONSE Heureusement, un appel d offres n est pas qu une question d offres. Allô

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé»

Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Contrat d'étude Prospective «Industries de santé» Evolution prospective des métiers et recommandations en matière de ressources humaines Version du 17 janvier BPI 37, rue du Rocher 75008 Paris France Tel:

Plus en détail

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage

La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage La formation Ingénieurs par la voie de l'apprentissage Cadres dirigeants d entreprise de production agricole Mise à jour : 2 décembre 2014 Les 4 organismes pilotant la formation Ingénieur par apprentissage

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire!

L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! L association Val Bio Centre : Pour une agriculture durable dans une économie solidaire! Les Paniers Bio du Val de Loire, une filière bio et solidaire du producteur au consommateur Mars 2013 1 Présentation

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail