ÉTAT DES LIEUX DU DIGITAL EN FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTAT DES LIEUX DU DIGITAL EN FRANCE"

Transcription

1 DOSSIER DU MOIS ÉTAT DES LIEUX DU DIGITAL EN FRANCE Une récente étude signée TNS SOFRES s est intéressée à la place du digital dans plus de 50 pays. Elle offre une vision globale de l essor des nouvelles technologies, du mobile et des habitudes des Français et permet de le comparer à celui d autres pays. DES FRANÇAIS ÉQUIPÉS ET CONNECTÉS Les internautes français possèdent en moyenne 4,6 appareils numériques. Ils comptent donc parmi les mieux équipés de la planète, juste derrière les Suisses (4,7) et les habitants du Royaume-Uni (4,8). Juste derrière viennent le Japon (4,5) et les États-Unis (4,4). Les Français sont également très connectés : ils passent en moyenne 3,3 heures par jour sur Internet. C est plus que la TV (2,3 heures par jour), mais les deux usages ne sont pas incompatibles, comme le montre l essor de la social TV. Près de la moitié (48 %) des Français qui regardent la TV le soir sont simultanément engagés dans d autres activités digitales. Ces activités ne sont pas nécessairement en rapport avec l émission regardée, puisqu elles peuvent aller de la consultation d s à l e-shopping. De plus, près d un quart (23 %) des Français regarde régulièrement des programmes vidéo lorsqu ils sont sur Internet. LA TENDANCE MOBILE EN FRANCE L usage du mobile est relativement répandu chez les Français : 20 % des interrogés indiquent se saisir de leur appareil avant de sortir du lit. Au total, 24 % du temps connecté est passé sur un mobile en France. Ce score se retrouve dans la plupart des pays occidentaux ; leur adoption des technologies digitales s est faite sur le même modèle. En Afrique, par exemple, la donne est différente : le Kenya compte 97 % de connexions mobiles. Les objets connectés, eux aussi, présentent un potentiel encore inexploité en France. 17% des internautes français ont déjà utilisé des services qui relèvent de la maison connectée. QUELLES CONSÉQUENCES POUR LES MARQUES? Les nouvelles technologies font partie intégrante du quotidien de nombreux Français. Ainsi, 26 % des Français effectuent des achats en ligne et 45 % effectuent des recherches dans le but de faire un achat. Avec l essor du mobile, les consommateurs sont de plus en plus connectés : 22 % d entre eux font des recherches sur leur smartphone en magasin. Dans leurs recherches, les internautes sont d ailleurs plus nombreux à faire confiance aux informations trouvées sur les forums et réseaux sociaux (41 %) qu aux messages diffusés par les marques ou entreprises (34 %). Ces chiffres montrent toute l influence des ambassadeurs de marque et d une stratégie de Brand Advocacy cohérente pour les marques. Retrouvez à ce sujet notre article sur la façon dont le Brand Advocacy révolutionne la relation marque / consommateur. 69 % des internautes français se déclarent ouvert à l idée d entrer en contact avec les marques sur Internet. Une opportunité non négligeable pour ces dernières afin de se rapprocher de leurs cibles. Cette étude permet de dresser un profil-type de l internaute français d aujourd hui. Ses nouvelles pratiques, ses nouveaux modes de consommation et ses nouvelles attentes vis-à-vis des marques montrent tout le potentiel du digital dans la relation marque / consommateur. Les Français sont dans le top 3 des internautes les mieux équipés du monde Le potentiel du mobile reste en partie inexploité : il correspond à 24 % du temps connecté Près d un internaute sur 2 est influencé par le Social Media dans sa décision d achat

2 TENDANCES DU MOIS PINTEREST : CHIFFRES ET GRANDES TENDANCES sont toujours actives. Elles ont même gagné en activité, puisqu elles épinglaient en moyenne 42 images par an en 2010 pour 152 en Pinterest a longtemps été vu comme un réseau exclusivement féminin qui peinait à décoller en France. Pourtant, l essor mondial du réseau social commence à se faire sentir au niveau national et les caractéristiques-clés des utilisateurs évoluent : de quoi reconsidérer l intérêt de Pinterest? PINTEREST : UN TRAFIC CONSÉQUENT Le poids de Pinterest au niveau mondial n est plus à prouver. Selon SimilarWeb, le nombre de visites mensuelles du réseau social dépasse les 400 millions sur desktop. Bien que conséquent, ce chiffre ne représenterait qu un quart du trafic total de la plateforme, étant donné que cette dernière voit 75 % de ses visites passer par le mobile. La plateforme provoque 13 % du trafic entre réseaux sociaux et sites d e-commerce, ce qui fait de Pinterest la deuxième source «sociale» de trafic vers les sites marchands, loin derrière Facebook (63 %). Cependant, les utilisateurs de Pinterest consomment en général plus que ceux de Facebook : la valeur moyenne de leur panier atteint les 60 $. En France, le réseau social compte 1,85 million de visiteurs uniques (au mois d août 2014). Les Français commencent donc à adopter en masse Pinterest, mais la plateforme présente encore un potentiel non exploité dont les marques tentent de profiter. Dans le secteur de la beauté par exemple, 9 des 10 plus grandes marques mondiales possèdent un compte sur la plateforme. PINTEREST : QUELS UTILISATEURS? Pinterest abrite depuis sa naissance une majorité d utilisateurs féminins. La répartition évolue rarement : 80 % de femmes, 20 % d hommes. Au niveau des utilisateurs actifs, ce clivage est encore plus marqué : 92 % des épingles viennent de comptes féminins. Les thématiques qui attirent le plus les femmes sont le food, le DIY, la décoration d intérieur, les vacances et la beauté. Pourtant, les femmes pourraient perdre de leur influence sur le réseau social. 33 % des nouvelles inscriptions sont aujourd hui faites par des hommes, et dans certains pays émergents, la répartition hommes/femmes approche les 50/50. Tous les voyants sont donc au vert pour Pinterest, qui présente une croissance intéressante et semble se démocratiser auprès du public masculin. PINTEREST : UNE AUBAINE POUR LES MARQUES Au-delà de l audience importante et active du réseau social, c est également le comportement des utilisateurs qui peut profiter aux marques. Aujourd hui, 98 % des épingles sont en fait des liens hypertextes renvoyant à des images hébergées par des sites tiers. Les utilisateurs valident donc la fonctionnalité de Pinterest qui fait le bonheur de sites marchands tels qu Etsy. Plus surprenant, le bouton «pin it» ne représente que 8 % du total des épingles d Etsy sur Pinterest. Il ne suffit donc pas d utiliser cette fonctionnalité pour provoquer de l engagement sur Pinterest : une véritable stratégie de community management optimisée est indispensable. Enfin, la durée de vie d une épingle sur Pinterest est en moyenne de 3 mois et demi. À titre de comparaison, celle d un post Facebook est de 15 heures et celle d une publication Instagram de 22 heures. Une raison de plus pour les marques d investir le réseau social. Alors que l une des principales faiblesses de Pinterest était son faible impact en France et son audience exclusivement féminine, le futur du réseau social s annonce aujourd hui prometteur. Les tendances actuelles renforcent l intérêt que présente la plateforme pour les marques et pour des stratégies de community management adaptées. Pinterest possède maintenant près de 2 millions d utilisateurs uniques en France par mois 33 % des inscriptions récentes ont été faites par des hommes 98 % des épingles renvoient à des sites tiers Les femmes sont également plus fidèles à Pinterest : 84% des femmes inscrites lors de la première année de Pintrest

3 TENDANCES DU MOIS LES FRANÇAIS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX nombre d inscrits, le fonctionnement de Pinterest en luimême présente de nombreuses opportunités pour les marques, notamment en termes du trafic. Le constat est similaire pour Instagram, qui n est utilisé que par 5 % des Français même s il jouit d une notoriété honorable (62 %). Ces chiffres devraient encore augmenter en 2015, puisque près de la moitié des inscrits (41 %) possèdent un compte depuis moins d un an. Levier de marketing incontournable pour nombre de marques, les réseaux sociaux font aujourd hui partie intégrante du paysage culturel français. Une récente étude IPSOS a tenté de mettre des chiffres sur le rapport des Français à ces nouvelles plateformes. 97 % DES FRANÇAIS CONNAISSENT FACEBOOK Facebook reste le leader incontesté des réseaux sociaux en France. La plateforme fait aujourd hui partie de la culture générale française avec une notoriété qui atteint les 97 %. Ceux qui annonçaient la mort de Facebook sont loin de la vérité : 62 % des Français possèdent un compte. De plus, le réseau social continue d attirer les jeunes : 84 % des ans et 80 % des ans sont présents sur Facebook. Twitter jouit également d une notoriété conséquente puisque 9 Français sur 10 connaissent le réseau de microblogging. Cependant, seuls 17 % se déclarent inscrits sur Twitter. De leur côté, les services Google que sont YouTube et Google + abritent respectivement 31 et 32 % des Français. Des scores intéressants et similaires qui montrent que la stratégie de convergence de Google porte ses fruits au niveau national. SKYPE EN VALEUR SÛRE On notera également que plus de 90 % des sondés connaissent Skype et que 43 % possèdent un compte sur la plateforme de messagerie. Un beau score qui montre que les applications de messageries ont encore de beaux jours devant elles, notamment avec le virage pris par les messageries sociales. À titre d exemple, si seulement 4 % des Français sont inscrits sur WhatsApp, ils sont 39 % à connaître l application : le potentiel de l application rachetée par Facebook reste encore en partie inexploité en France, où les usages du Web mobile continuent de se développer. LE POTENTIEL D INSTAGRAM ET PINTEREST Malgré un trafic conséquent (1,85 million de visiteurs uniques par mois), seuls 3 % des Français seraient inscrits sur Pinterest. Ce réseau reste pourtant intéressant pour les marques, notamment au vu de l activité de ses membres et du rééquilibrage de la répartition hommes/femmes observé en Au-delà du Ces deux réseaux déjà très investis par les marques seront donc à surveiller de près dans les mois à venir, pour leur potentiel encore inexploité, mais également pour leur nouvelle approche du marketing digital. COMPORTEMENT DES FRANÇAIS VIS-À-VIS DES MARQUES 23 % des Français inscrits sur les réseaux sociaux suivent l actualité de marques ou entreprises. Cela se traduit par des interactions entre marques et internaute, que ce soit pour poser des questions à la marque (21 %) ou faire des suggestions (15 %). Alors que le nombre moyen d amis Facebook en France est de 177, 19 % des inscrits sur les réseaux sociaux ont déjà relayé l activité d une marque. Les messages des marques peuvent donc jouir d une viralité très forte s ils reposent sur une stratégie de community management judicieuse. Près d un tiers des utilisateurs des réseaux sociaux (30 %) a déjà exprimé sur ces plateformes une opinion favorable vis-à-vis d une marque ou d une entreprise. À l inverse, un quart de ces mêmes utilisateurs ont exprimé leur insatisfaction. Pour gérer ces clients satisfaits et exploiter les opportunités qu ils représentent, les marques ont tout intérêt à adopter le Brand Advocacy. Cette étude, qui repose sur un échantillon de plus de personnes, met en avant l omniprésence de Facebook et le potentiel des «jeunes» réseaux sur le territoire français. Elle confirme la part dominante du digital dans le quotidien des consommateurs et tout le potentiel marketing des plateformes sociales. Facebook reste le réseau social de référence, tant au niveau de la notoriété qu en nombre d inscrits Les réseaux en vogue (Pinterest, Instagram) présentent un potentiel encore inexploité 23 % des utilisateurs de réseaux sociaux suivent l actualité des marques ou des entreprises

4 FOCUS DU MOIS LA VEILLE CONCURRENTIELLE, PILIER DU MARKETING DIGITAL une donnée capitale de la veille concurrentielle car elle permet d appréhender les stratégies des marques rivales de leurs origines à leurs résultats. NOTRE SOLUTION : OPINION TRACKER Face à ces préoccupations et aux évolutions constantes des stratégies digitales, Groupe 361 a développé Opinion Tracker. Composée de plusieurs modules à la fois indépendants et complémentaires, cette solution permet aux marques d effectuer en temps réel une veille concurrentielle stratégique. Zoom sur trois de ses modules. La veille concurrentielle n est pas une nouveauté.l analyse des marchés, des produits et des stratégies des concurrents fait depuis longtemps partie des impératifs des marques. Aujourd hui, cet impératif est souligné par l essor du digital, qui ouvre de nouvelles perspectives d actions pour les marques et les consommateurs. UN OBJECTIF : MAÎTRISER SON ENVIRONNEMENT CONCURRENTIEL Les marchés sont en constante évolution en fonction de leurs acteurs. Adoption d une technologie innovante, développement d une nouvelle stratégie publicitaire, sortie d un nouveau produit : l environnement de chaque marque est grandement influencé par la concurrence. Pour répondre au mieux aux exigences des marchés et rester compétitives, les marques ont tout intérêt à mettre en place une surveillance stratégique de leurs concurrents afin de maîtriser leur environnement. La veille concurrentielle ne passe pas seulement par l étude des actions et prises de parole de la concurrence. Cette surveillance implique également l analyse de ce qui se dit sur les concurrents, comment ces derniers sont perçus par l opinion publique, pourquoi les consommateurs préfèrent leurs produits à d autres Pour maîtriser son environnement concurrentiel, une marque doit surveiller ses concurrents de manière globale et suivre leurs évolutions en temps réel. LE DIGITAL ACCÉLÈRE ET TRANSFORME LES MARCHÉS Ces impératifs sont d autant plus d actualité alors que le digital investit le quotidien des consommateurs, des entreprises et des marques. Les opportunités qu offre le Web sont nombreuses et diverses : fidélisation de l audience par les réseaux sociaux, jeux-concours en ligne, campagnes de Brand Content De nouvelles possibilités naissent chaque jour, au gré des évolutions des médias sociaux et des progrès technologiques. Une marque doit donc adapter sa veille concurrentielle aux nouvelles stratégies qu adoptent ses concurrents. Multiplication des canaux, ultra-segmentation des cibles, évolution des messages : le digital complexifie le suivi des concurrents et donne à la veille concurrentielle de nouvelles dimensions. Le Web permet également aux internautes de s exprimer sur les marques et produits qu ils affectionnent ou qu ils rejettent. L e-réputation des concurrents est aujourd hui Le module «Competitor Eye» surveille l écosystème digital des concurrents et détecte tout type de modification sur cet écosystème. Lancement de produit, nouvelle campagne marketing, modification tarifaire, mouvements humains : cet outil surveille tous les mouvements de la concurrence pour que les marques qui l utilisent gagnent en réactivité et en efficacité. Le module «WebTracker» collecte et analyse tout ce qui se dit sur le Web sur une marque donnée. Ainsi, les marques peuvent prendre en temps réel le pouls de l opinion publique, identifier les préférences des consommateurs et les grandes tendances qui influencent l e-réputation de leurs concurrents. Le module «Image Tracker» permet de connaître la notoriété d une marque par les images qui lui sont associées. Alors que certains réseaux sociaux à grande audience (Instagram, Pinterest ) misent avant tout sur le visuel, ce module peut s avérer prépondérant pour identifier des prises de position vis-à-vis d une marque ou d un produit. Des secteurs tels que la beauté ou le food, par exemple, sont aujourd hui très présents sur ces réseaux d images. L importance de la veille concurrentielle n est pas près de décroître. C est également l avis de Béatrice Romenteau, Responsable Veille et Web Intelligence chez Groupe 361 : «La concurrence n est plus seulement physique, elle est surtout connectée, à l heure où les espaces sociaux permettent aux entreprises de s affirmer dans un contexte international, de se mettre en lumière, de s exposer davantage et ainsi d attirer de nouveaux consommateurs. Sans connaître les forces et les faiblesses de ses concurrents, difficile de détecter les opportunités du marché, les nouveaux leviers de croissance ou de se protéger contre les risques auxquels d autres font face.» Une veille concurrentielle stratégique permet aux marques de gagner en maîtrise de leur environnement en gardant une vision globale de leurs marchés et de leurs concurrents Le digital, la vitesse de l information et les nombreuses prises de parole qu il provoque augmentent la nécessité d une stratégie de veille concurrentielle Les nombreux modules d Opinion Tracker permettent aux marques de suivre en temps réel la concurrence et de gagner en réactivité

5 FOCUS DU MOIS FACEBOOK CONTRE YOUTUBE : LA GUERRE DES VIDÉOS PUBLICITAIRES NOUVEAUX USAGES, NOUVEAU FORMAT Alors que les utilisateurs mobiles sont de plus en plus nombreux ( 703 millions d utilisateurs mobiles quotidiens en septembre % par rapport à 2013 ), la vidéo prend une place prépondérante sur Facebook. Lancé au mois de mars 2014, le format des vidéos publicitaires s est depuis élargi au-delà des 15 secondes des Premium Videos Ads. Intégrées au fil d actualité, les vidéos publicitaires interviennent en plus des formats classiques : colonne de droite, publications sponsorisées ou annonce sur les pages d accueil et de déconnexion. HÉBERGEMENT INTERNE POUR DE MEILLEURES PERFORMANCES Facebook préconise désormais aux annonceurs de télécharger directement les vidéos sur la plateforme pour de meilleurs résultats, chiffres à l appui : les publicités vidéo téléchargées directement affichent des images jusqu à 11 fois plus grandes dans le fil d actualité et aident à générer davantage de visionnages. Avec l hébergement interne, Facebook annonce une croissance de plus de 50 % du visionnage vidéo selon des données datant de juillet Une stratégie qui porte ses fruits, car le réseau social vient de dépasser YouTube en termes de vidéos diffusées sur desktop : respectivement 12,4 milliards de vues en août contre 11,3 milliards sur la même période. Une performance rendue possible grâce à l autoplay, qui consiste pour rappel au lancement automatique de la vidéo sans le son dès que l utilisateur la voit dans son fil d actualité. Il peut alors scroller s il n est pas intéressé ou activer le son en cliquant. Facebook préconise aux annonceurs de télécharger directement leurs vidéos sur la plateforme, une nouvelle forme d offensive contre YouTube. En août 2013, le réseau social a pour la première fois dépassé son concurrent en termes de vidéos diffusées sur desktop. Facebook mise sur le format vidéo pour booster son offre publicitaire, notamment avec de nouvelles statistiques et l autoplay La part d utilisateurs mobiles sur Facebook a augmenté de 39 % en un an, ce sont des membres plus exposés aux vidéos La nouvelle mise à jour apporte un autre avantage, des rapports d analyses complets permettant d avoir une vision d ensemble sur les performances : temps de visionnage par différents quartiles, clics, coûts par action Une nouvelle façon de mesurer le ROI sur les investissements en publicité digitale. Les vidéos hébergées par Facebook sont déjà valorisées par l algorithme depuis juillet dernier, il s agissait là d une première offensive contre YouTube, appartenant au concurrent Google pourtant utilisé par 70 % des Français entre 13 et 64 ans.

6 FOCUS DU MOIS BAD BUZZ, GESTION DE CRISE ET E-RÉPUTATION : TOP 5 DES PRATIQUES À ÉVITER 3 RAILLER SES DÉTRACTEURS : LA DÉCRÉDIBILISATION EN PÉRIODE DE CRISE 70 % des entreprises estiment que les nouveaux médias sont des accélérateurs de crise. Ce chiffre montre que les opportunités offertes par le digital sont contrebalancées par la crainte des menaces associées pour les entreprises. Nombreuses sont les marques à souffrir à un moment ou à un autre d un scandale (sanitaire, éthique, social ), d un bad buzz ou d une rumeur. La stratégie à adopter en période de crise varie selon les cas : voici le top 5 des pratiques à éviter. V1 LA PIRE SOLUTION EN PÉRIODE DE CRISE : L ABSENCE DE RÉACTION Il s agit d une des attitudes les plus fréquentes en temps de crise d e-réputation. Peur de communiquer, mauvaise estimation du potentiel de buzz, absence de dispositif de crise, latence d enquête Ne pas communiquer en réaction à une crise est toujours la pire des solutions. Au mieux, cela témoigne d une désorganisation complète de l entreprise. Au pire, cela laisse craindre que la situation actuelle soit plus grave qu il n y paraît. Prendre la parole, c est l occasion pour une marque de montrer qu elle a pris la mesure de la situation et qu elle est déjà en train de la régler. Pour que leur e-réputation ne dépende pas exclusivement de l opinion publique et des médias, les marques ont tout intérêt à faire connaître leur version de la crise. Prendre la parole, c est garder de l influence sur l interprétation des événements. 2 NIER EN BLOC : LA DÉSINFORMATION EN PÉRIODE DE CRISE Affirmer, se contredire, se rétracter : nier sans preuve et désinformer le public reste une pratique encore visible mais qui s avère très rarement payante, en particulier si elle est faite à dessein. Lorsque la vérité finit par éclater, son impact est double : à la crise originelle s ajoute la crise liée à la désinformation, dont la gravité peut démultiplier la menace globale. De plus, lorsqu une marque nie sa responsabilité ou cache son implication dans une crise, elle s expose à la perte de ses ambassadeurs de marque. La fidélité et l efficacité de ces derniers reposent sur la confiance qu ils entretiennent avec la marque, qui peut être durablement entamée par une mauvaise communication. Si l acquisition de ces ambassadeurs peut être une tâche ardue, les perdre peut ne prendre que quelques secondes. Ces communautés ne sont pas à sous-estimer, tant d un point de vue marketing (Brand Advocacy) que pour la défense de la marque en période de crise. Certaines marques tentent de diminuer la menace en tentant de décrédibiliser leurs opposants par le mépris ou la raillerie. Or ces deux stratégies provoquent en général plus de mal que de bien : elles ont tendance à exacerber les sentiments négatifs, à conforter les opposants dans leurs positions et à les pousser encore plus loin dans la mise en avant des points sensibles. Le cas Nestlé/Greenpeace concernant la déforestation et l huile de palme est un exemple édifiant de cette attitude non productive. Ce qui aurait pu n être qu un buzz modéré a pris une ampleur colossale lorsque Nestlé a sous-estimé l argumentaire de Greenpeace. L association écologiste a immédiatement réagi avec des moyens conséquents (création d un mini-site parodiant la publicité Kit Kat, un des produits phares de la marque). Ces échanges ont attiré l attention des médias et ont mis en avant une affaire qui aurait pu rester inconnue du grand public. 4 PÉCHER PAR EXCÈS : L HYPER COMMUNICATION EN PÉRIODE DE CRISE Ne pas communiquer a un effet dévastateur, mais trop communiquer peut également s avérer dangereux pour la marque. Communiquer de façon abusive et inadaptée sera perçu comme un aveu de faiblesse et de fébrilité de la marque. L équilibre entre manque de communication et trop-plein de communication est souvent difficile à trouver. Néanmoins, une marque aura toujours intérêt à «trop en faire» plutôt qu à taire les difficultés qu elle rencontre. 5 LE BAD-BUZZ ORGANISÉ COMME LEVIER MARKETING Certaines marques provoquent elles-mêmes un bad buzz pour gagner en notoriété auprès de leurs cibles. Cette pratique marketing engendre en général des résultats convaincants au niveau de la viralité et de la visibilité. En effet, la rapidité de l information procure une exposition conséquente au moindre élément pouvant causer un bad buzz. Ce type de stratégies nécessite évidemment un contrôle strict pour ne pas dégénérer et nuire plus qu il n apporte à la marque. On remarque également que les consommateurs sont de moins en moins dupes vis-à-vis de ces pratiques. Générer un bad buzz volontaire peut être perçu comme de la publicité peu imaginative, voire malsaine par les professionnels de la communication et le grand public. La gestion de crise est un exercice délicat pour toutes les entreprises. Pour ne pas subir d altération critique de leur e-réputation, les marques ont tout intérêt à développer une culture de crise forte en évitant les 5 mauvaises pratiques évoquées plus haut et à suivre les répercussions de leurs stratégies de communication. Nier la crise ou décrédibiliser les détracteurs ne constitue jamais une solution En période de crise, il vaut mieux trop communiquer que pas assez Provoquer un bad buzz à des fi ns marketing n est pas conseillé

7 AILLEURS SUR LE WEB CROSS-CANAL : UN FACILITATEUR D ACHAT POUR UNE EX- PÉRIENCE CLIENT RÉUSSIE Avant de prendre sa décision d achat, le consommateur sonde plusieurs canaux pour se renseigner sur le produit souhaité. Un phénomène qui oblige les commerçants à digitaliser leur marque. Le cross-canal est un processus marketing qui, comme son nom l indique, vise à croiser plusieurs canaux. Là où le multicanal se caractérise par le cloisonnement de multiples réseaux, le cross-canal se distingue, lui, par l usage simultané de ces derniers. Il a un rôle capital de facilitateur d achat pour les consommateurs, leur apportant un réel confort dans leur parcours grâce aux avantages de chaque canal. Bien entendu, le cross-canal n est pas arrivé tout seul. Il est né en partie grâce à l avènement du mobile et d Internet, qui ont tous deux créé de nouveaux modes de consommation : les clients utilisent désormais de nombreux canaux pour effectuer leurs achats. Voici un exemple permettant de retracer le parcours type d un client «cross-canal» : 1) Un consommateur se renseigne sur le Web pour trouver un produit qu il convoite. 2) Il se rend ensuite en magasin pour le voir et le tester. 3) De retour chez lui, il se munit de sa tablette pour consulter les avis des autres internautes sur ce produit. 4) Il compare les prix sur les différents sites marchands ou sur des comparateurs spécialisés. 5) Son choix s arrête sur un produit ; il le commande depuis son Smartphone sur une plateforme e-commerce, en utilisant d éventuels codes promo trouvés sur le Web. 6) Il se le fait livrer en boutique ou en point relais, n étant pas disponible aux heures de passage du transporteur. Quels bénéfices pour les consommateurs et pour les marques? Ce parcours d achat est loin d être un cas isolé et les combinaisons de circuits sont infinies. En effet, les nouvelles technologies et la mobilité ont octroyé un don d ubiquité aux consommateurs, leur donnant le pouvoir d évaluer, de comparer et de mettre en concurrence de nombreux produits afin de trouver la meilleure offre au meilleur prix. Pas étonnant donc de voir apparaître de nouveaux concepts comme le «click-and-collect» (vérifier la disponibilité d un produit, le commander, le payer en ligne et le retirer en magasin) ou le «showrooming» (chercher un produit moins cher en ligne alors qu on se trouve dans un magasin). Les consommateurs sont digitalisés, mobiles, sociaux, connectés, agiles Autant de caractéristiques qui brouillent les pistes et rendent l effet «prédictif» difficile à appréhender pour les marques. Mais si le cross-canal confère un certain pouvoir au consommateur, la marque n en est pas lésée pour autant dans ce nouveau schéma. C est aussi l occasion pour elle de multiplier les opportunités de vente et d accompagner ses clients à chaque étape du processus d achat, en proposant des contenus pertinents et adaptés à chaque consommateur, à tous les points de contact. Adapter sa stratégie au cross-canal, c est donc admettre que le consommateur est à la fois on et offline et coller au mieux à son comportement. En d autres termes, il s agit de faire tomber les barrières entre le réel et le virtuel, les magasins traditionnels et les e-boutiques, pour les englober dans un tout indissociable. «La question n est plus d avoir une stratégie digitale, mais d avoir une stratégie dans un monde digital (*)». Cette phrase résume parfaitement l orientation que doit prendre l entreprise au moment de se «digitaliser». Une marque doit donc bâtir son écosystème digital afin de répondre au mieux aux attentes de consommateurs exigeants et informés, qui souhaitent pouvoir entrer en contact avec elle à n importe quelle heure du jour ou de la nuit. À l heure du tout instantané, quand le temps n est plus un critère, pas question d attendre l ouverture d un magasin physique quand on a prévu d acheter un produit en ligne via son mobile ou sa tablette, sous peine d aller frapper à la porte d un site concurrent. C est pourquoi toute marque doit s engager, si ça n est pas encore fait, dans la voie de la digitalisation et de la transformation numérique. Digitaliser sa marque pour une stratégie cross-canal optimale Aujourd hui, nombreuses sont les marques qui pensent que l e-commerce représente une réelle menace pour les magasins réels. Pourtant, les e-stores et les magasins traditionnels doivent être imaginés comme des circuits complémentaires, non comme des entités concurrentes. Pour un acteur comme L Oréal par exemple, «60 à 70 % des ventes réalisées, quel que soit le circuit, ont été influencées à un moment par le digital (**)». Digitaliser sa marque, cela signifie être présent tout au long du parcours d achat des clients : le faire de manière pertinente (c est-à-dire en offrant du contenu cohérent à chaque point de contact) lui permettra de ne pas décevoir ses consommateurs (90 % d entre eux se disent prêts à quitter une marque s ils sont déçus par la qualité de son service client). Pour cela, l adhésion des équipes et des dirigeants est un point essentiel à la bonne transformation numérique d une entreprise. «81 % des entreprises les plus performantes affirment que leur PDG est aussi un leader sur le numérique (*)». Les avis clients : étape majeure du processus d achat cross-canal Aujourd hui, rares sont les processus d achat qui n intègrent pas, à un moment ou un autre, la consultation des avis clients par les consommateurs. Dans un monde où le prix n est plus le principal facteur différenciant, les avis clients sont rois. Ce qui pèse dans la balance désormais, c est ce qui se dit d un produit ou d un service sur le Web par les autres consommateurs. En effet, n oublions pas que 92 % des internautes font confiance en priorité à leurs pairs et aux internautes avant d acheter un produit (***). Rentrer dans une optique de cross-canal, c est aussi prendre conscience que les avis clients sont une étape à part entière dans le parcours et que les consommateurs vont aller se renseigner avant d acheter. La transparence est donc un critère essentiel, et certaines marques l ont bien compris en affichant les avis de leurs clients sans modération sur leurs sites. On voit d ailleurs apparaître de plus en plus de plateformes de Brand Advocacy permettant de mettre en exergue des ambassadeurs de marques, véritables sources d influence auprès des futurs clients. En conclusion, le digital n est pas qu un simple nouveau vecteur de vente. Il doit être pensé comme un véritable univers complémentaire aux canaux traditionnels, dans lequel le consommateur sera guidé par la marque à chaque étape. Dans le secteur de la beauté par exemple, v89 % des internautes estiment que leur décision d achat a été affectée par des informations en ligne (****). Un chiffre conséquent, qui prouve que les marques ont tout intérêt à orienter leur digitalisation vers une expérience consommateur qualitative afin d accompagner les clients tout au long de leur processus d achat. Philippe Mauchamp Président Group 361 Sources : (*) Matthieu Aubusson Étude PwC «Digital IQ» (**) CosmétiqueMag n 154 (***) Étude Nielsen (****) Hong Kong Beauty Survey 2014

8 AILLEURS SUR LE WEB 2ÈME BAROMÈTRE DE L E-RÉPUTATION, DE L ATTRACTIVITÉ ET DE L INFLUENCE ONLINE DES ESC FRANÇAISES Dans un univers extrêmement concurrentiel, les grandes écoles de commerce françaises ont un besoin permanent de visibilité et d attractivité. À l heure du tout numérique et des étudiants ultra connectés, Groupe 361, en partenariat avec l Etudiant, a développé un baromètre de l e-réputation, de l attractivité et de l influence online des ESC françaises. INTERNET, PREMIÈRE SOURCE D INFORMATION DES ÉTUDIANTS Aujourd hui, les écoles sont amenées à composer avec leur environnement digital et leur e-réputation : pour 81 % des étudiants, Internet est la première source d information dans le choix d une école ou d une université. Les étudiants sont en attente d information : on compte chaque mois plus de 9 millions de recherches Google sur la thématique des écoles de commerce en France. Parallèlement à ce déplacement des sources d information, les écoles sont entraînées dans une spirale économique infernale. Les budgets doivent faire face à une hausse constante des rémunérations des professeurs, à un tarissement des ressources financières «classiques» et à de nouveaux acteurs qui se font de plus en plus présents (les pure players du MOOC, par exemple). Face à cette nouvelle conjoncture, les écoles sont non seulement amenées à prendre en compte leur dimension digitale, mais également à utiliser les opportunités du Web pour rester attractives et influentes. C est pour toutes ces raisons que Groupe 361, en partenariat avec l Etudiant, a développé le second Baromètre de l e-réputation, de l attractivité et de l influence online des ESC françaises. UNE MÉTHODOLOGIE EN PRISE AVEC LA RÉALITÉ DIGITALE DES ÉTUDIANTS Pour établir ce Baromètre, Groupe 361 a regroupé les écoles qui proposent les formations les plus qualifiantes (écoles mastérisées) et celles qui apparaissent dans les premiers résultats de recherche Google. Ce croisement de l offre des écoles et de ce que les étudiants voient lorsqu ils cherchent des informations a permis de prendre en compte 50 grandes écoles de commerce françaises. Pour évaluer ces 50 écoles, Groupe 361 a choisi d utiliser 5 indicateurs-clés : - Un indice de visibilité sur les résultats de recherche Google - Un indice de notoriété «Top of Mind» - Un indice de Brand Appearance - Un indice de maîtrise / volatilité des résultats - Un indice de Social Media Influence Le choix de ces indicateurs à la fois différents et complémentaires a pour objectif de donner une évaluation complète de la situation digitale des ESC françaises. L indice de Social Media Influence, par exemple, repose sur la solution Opinion Tracker, qui analyse l intégralité du Web social. Il prend en compte

9 AILLEURS SUR LE WEB le poids considérable des réseaux sociaux et de la recommandation dans la formation de l opinion estudiantine vis-à-vis des écoles de commerce. Il permet d évaluer les performances actuelles des écoles, mais également les opportunités qu elles ne parviennent pas à exploiter. UN RETARD DIGITAL QUE LES ÉCOLES DOIVENT RATTRAPER Le volume de recherches concernant les noms et thématiques des écoles de commerce correspond à une forte demande de la part des étudiants. Cette demande représente un fort potentiel pour les écoles, tant au niveau de la visibilité que du trafic Web. Cependant, ces dernières ne parviennent que trop rarement à proposer des contenus éditoriaux cohérents. Pire, les écoles adoptent en général des stratégies digitales conventionnelles et globalement peu différenciées. Une approche paradoxale au vu du potentiel que présente le digital et de la forte concurrence qui règne sur le marché des grandes écoles. Les écoles accusent un retard considérable, notamment dans l utilisation des nouveaux outils et des nouvelles approches. Le marketing Web des écoles de commerce est encore en phase d installation, alors que beaucoup d autres secteurs d activité en ont aujourd hui une pratique mature. Malgré un progrès notable dans l utilisation des médias sociaux, les écoles n ont pas encore pris conscience du potentiel de communication représenté par le Marketing Advocacy. La recommandation et les contenus générés par les utilisateurs (UGC) sont aujourd hui la première source d influence des générations Y et C. Or, les méthodes les plus récentes de Marketing Advocacy ne sont pas du tout utilisées. Enfin, on constate dans de nombreux domaines (le tourisme, notamment), les classements de réputation «classiques» (étoiles, récompenses ) ne sont pas suivis par les classements d e-réputation. Les nouvelles techniques de marketing digitales et leur maîtrise offrent des opportunités considérables aux «petits» et nouveaux acteurs du marché. Ce changement de paradigme pourrait également toucher les écoles de commerce. Vers une redistribution des cartes?

10 AILLEURS SUR LE WEB

Économie et réseaux sociaux

Économie et réseaux sociaux Économie et réseaux sociaux Forum financier belge Louvain-la-Neuve 23/10/2012 Économie et réseaux sociaux Olivier de Wasseige @defimedia.be Plus de 7 internautes sur 10 sont membres d au moins un réseau

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

Programme de formations Webmarketing & Réseaux sociaux

Programme de formations Webmarketing & Réseaux sociaux Programme de formations Webmarketing & Réseaux sociaux La Team Web Organisme de formation enregistré sous le numéro 91 34 08306 34 La Team Web SAS au capital de 10 000 8 rue de la Mairie / 34120 Lézignan

Plus en détail

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»:

Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Google et Kantar Media Compete publient la 3ème édition du «Baromètre sectoriel sur la performance de conversion des sites e-commerce en France»: Paris, le 11 juin 2014 Les dernières barrières à l achat

Plus en détail

S informer et se développer avec internet

S informer et se développer avec internet S informer et se développer avec internet S informer et se développer sur Internet - CCI Caen 03/03/2014 1 1 Le réseau internet Sommaire Internet : un média devenu incontournable S informer sur Internet

Plus en détail

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé?

n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? n 7 OPTIMISATION DU TUNNEL DE COMMANDE Etes-vous sûrs d avoir déjà tout testé? Le tunnel de commande, correspond aux différentes étapes que suit l acheteur, de son arrivée sur le site e-commerçant à la

Plus en détail

FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX Mélanie Hossler Olivier Murat Alexandre Jouanne FAIRE DU MARKETING SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX 12 modules pour construire sa stratégie social media, 2014 ISBN : 978-2-212-55694-0 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire

Observatoire de l e-tourisme. Sommaire 2 Sommaire Présentation de Next Content... 9 Nos activités... 9 NC Etudes... 9 NC Event... 10 NC Factory... 11 NC Formation... 12 NC Conseil... 13 Qui sommes-nous?... 13 L Observatoire des décideurs de

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 7, Les médias sociaux. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 7, WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada Présent dans plus

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

NOS SERVICES NOTRE METHODOLOGIE

NOS SERVICES NOTRE METHODOLOGIE 1 1 NOS SERVICES Nous vous proposons nos services pour renforcer et optimiser votre trafic sur internet et augmenter votre chiffre d affaires Search Engine Marketing * REFERENCEMENT NATUREL (SEO) * REFERENCEMENT

Plus en détail

Connaissez-vous vraiment les réseaux sociaux?

Connaissez-vous vraiment les réseaux sociaux? Connaissez-vous vraiment les réseaux sociaux? Digigirlz 17.03.2015 Sébastien PETIT, Social Media Lead, Microsoft @sepetit Les usages des français en 2015 84% des français sont des utilisateurs actifs

Plus en détail

Optimiser sa présence sur les médias sociaux

Optimiser sa présence sur les médias sociaux Optimiser sa présence sur les médias sociaux Cédric DENIAUD Co-fondateur associé du cabinet conseil Internet, The Persuaders Auteur de MediasSociaux.fr, CedricDeniaud et pour DocNews Cédric Deniaud Cédric

Plus en détail

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014

Digital Trends Morocco 2015. Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Moroccan Digital Summit 2014 #MDSGAM - Décembre 2014 Sommaire 04 Objectifs de la démarche 07 Méthodologie 05 Parties prenantes 09 Résultats de l étude 06 Objectifs de l étude 37 Conclusion 02 Contexte

Plus en détail

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder.

tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. 2015 tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. Pour réussir son année, 7 sujets majeurs à mettre sur votre to-do-list. Les 7 tendances du marketing BtoB à adopter sans tarder. Selon Laurent Ollivier,

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol

Pass / 28 Novembre 2012. By Philippe Coudol Pass / 28 Novembre 2012 By Philippe Coudol Un peu d histoire Quelques chiffres Les leviers de la stratégie digitale Les 10 secrets d un bon dispositif La visibilité Sur les moteurs Sur les médias sociaux

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n

De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n De l intérêt des Réseaux Sociaux pour i2n Caen le 03/04/2015 Pascal RENAUD Stage Chef de projet marketing et conception de site «Face à la vulgarisation des réseaux sociaux et à l audience qu ils entraînent,

Plus en détail

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège Lundi de l Economie l Numérique Mardi 19 novembre Les médias m sociaux Foix CCI Ariège Un réseau = une stratégie Se lancer dans une stratégie de médias sociaux ne se résume pas à ouvrir un compte Twitter

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Du Web to Store au Digital in Store

Du Web to Store au Digital in Store Livre blanc Du Web to Store au Digital in Store Quand votre audience online se transforme en acheteurs offline www.kontestapp.com Introduction Le commerce digital et le commerce traditionnel évoluent de

Plus en détail

Dopez votre présence en ligne grâce aux Médias Sociaux

Dopez votre présence en ligne grâce aux Médias Sociaux Dopez votre présence en ligne grâce aux Médias Sociaux Objectifs de l atelier Qu est-ce que sont les Médias Sociaux? Les Médias Sociaux dans votre stratégie référencement Etudes de cas/débat Qu est-ce

Plus en détail

L essentiel du référencement

L essentiel du référencement L essentiel du référencement Généralités Pourcentage de recherche via les différents moteurs Google : 90% Bing : 2% Yahoo : 2% Autres : 6% Visualisation des résultats de Google par les internautes 1 ère

Plus en détail

Le marketing digital

Le marketing digital François SCHEID Renaud VAILLANT Grégoire DE MONTAIGU Le marketing digital Développer sa stratégie à l ère numérique, 2012 ISBN : 978-2-212-55343-7 Introduction Bienvenue dans un monde connecté et interactif!

Plus en détail

Surveillez et gérez votre e-réputation ti sur internet

Surveillez et gérez votre e-réputation ti sur internet LUNDI 17 MARS 2014 LES ATELIERS PRATIQUES Surveillez et gérez votre e-réputation ti sur internet t Surveillez & Gérez votre E réputation Intervenant : Jérôme Richard Gérant de Digital Overview : Stratégie

Plus en détail

Eurateach labellisé par la région et le FAFIEC. Si vous remplissez les conditions suivantes : Votre entreprise compte moins de 250 salariés

Eurateach labellisé par la région et le FAFIEC. Si vous remplissez les conditions suivantes : Votre entreprise compte moins de 250 salariés > FORMATIONS CLES EN MAIN > FORMATIONS SUR MESURE Eurateach labellisé par la région et le FAFIEC Dans le cadre du Pacte Régional de Continuité Professionnelle signé par l Etat, la Région et les Partenaires

Plus en détail

COMMENT GERER SA E-REPUTATION?

COMMENT GERER SA E-REPUTATION? Il y a encore quelques années, l image d une entreprise s appuyait principalement voire essentiellement - sur une communication institutionnelle, construite par le biais de médias traditionnels. Internet

Plus en détail

Les réseaux sociaux : un allié efficace pour votre entreprise?

Les réseaux sociaux : un allié efficace pour votre entreprise? Les réseaux sociaux : un allié efficace pour votre entreprise? 78 % des entreprises affirment que les réseaux sociaux sont essentiels à leur croissance 80 % des internautes préfèrent se connecter avec

Plus en détail

PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE

PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE PRISMA OFFRE SÉMANTIQUE LA SÉMANTIQUE & LE DIGITAL Les internautes parlent des marques et de leurs usages de manière spontanée dans leurs échanges. Mais cette voix du consommateur est souvent sous exploitée

Plus en détail

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes

10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes 10 ème baromètre des comportements d achats multicanaux des internautes Mediametrie//NetRatings Une joint venture entre Médiamétrie et Nielsen + Médiamétrie : Société indépendante créée en 1985. Capital

Plus en détail

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement»

Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» Le programme d'accompagnement E-tourisme des CCI de Provence Alpes Côte d'azur Parcours : «Approfondissement» JOURNEE 1 : LA DEMARCHE MARKETING JOURNEE 2 : SITE WEB ET OPTIMISATION DE SA VISIBILITE WEB

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing.

Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Agence web marketing Pourquoi une agence de web marketing? Définition du web marketing. Internet est la plus grande vitrine imaginable pour présenter et vendre des produits et des services. En permanence

Plus en détail

augmenter votre visibilité sur internet

augmenter votre visibilité sur internet moteurs de recherche: référencement & positionnement augmenter votre visibilité sur internet Un guide écrit par Fabrice Perrin & Nicolas Jan blue-infinity Genève blue-infinity est une société leader dans

Plus en détail

Agence & co m : l agence du blog Webmarketing & co m

Agence & co m : l agence du blog Webmarketing & co m Agence & co m : l agence du blog Webmarketing & co m Top Classement Teads & Golden Blog Award 2013 (catégorie Marketing) + de 100 rédacteurs 250 000 visiteurs uniques/mois 64 000 fans sur Facebook 56 000

Plus en détail

Formations Web. Catalogue 2014 Internet Référencement Newsletter Réseaux sociaux Smartphone

Formations Web. Catalogue 2014 Internet Référencement Newsletter Réseaux sociaux Smartphone Formations Web Catalogue 2014 Internet Référencement Newsletter Réseaux sociaux Smartphone Formations Web CCI Formation vous propose 8 formations WEB 1 formation Smartphone Nos formations se déroulent

Plus en détail

DIGINEWS#10 MOBILE : CHIFFRES CLÉS & TENDANCES. groupe361 DOSSIER DU MOIS QU EST-CE QUE LE MOBILE? LA TABLETTE EXPLOSE.

DIGINEWS#10 MOBILE : CHIFFRES CLÉS & TENDANCES. groupe361 DOSSIER DU MOIS QU EST-CE QUE LE MOBILE? LA TABLETTE EXPLOSE. DOSSIER DU MOIS MOBILE : CHIFFRES CLÉS & TENDANCES QU EST-CE QUE LE MOBILE? Deux définitions Le mobile modifie non seulement les usages de la navigation web, mais également les modes de consommation. Au

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Sixième édition 1 er trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Gestion d E-réputation. Management de marque

Gestion d E-réputation. Management de marque Renforcez votre présence sur Internet Stratégie Digitale Gestion d E-réputation Community Management Management de marque Web Marketing 0 www.forcinet.ma 1 Qui Sommes-Nous? Forcinet est une entreprise

Plus en détail

DIGINEWS#9 SOCIAL MEDIA : UN ROI DIFFICILE À MESURER. groupe361 DOSSIER DU MOIS

DIGINEWS#9 SOCIAL MEDIA : UN ROI DIFFICILE À MESURER. groupe361 DOSSIER DU MOIS DOSSIER DU MOIS SOCIAL MEDIA : UN ROI DIFFICILE À MESURER De plus en plus d annonceurs investissent dans les médias sociaux. Le web offre depuis des années de nouvelles opportunités aux marques, qui n

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin

Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Booster son e-réputation : quels sont les enjeux pour son entreprise? Gauthier Blin Activités de la Société Argaus est une société de Conseil et Stratégie spécialiste du numérique. Argaus vous accompagne

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement.

Toutefois, elles éprouvent de réelles difficultés à mettre en place. les résultats ne sont pas mesurés systématiquement. Les entreprises sont conscientes de l intérêt du canal web pour leurs campagnes marketing. Elles l utilisent pour différents types d opérations et prévoient de poursuivre leurs investissements sur le marketing

Plus en détail

Etude Email Marketing Attitude BtoC - 2015

Etude Email Marketing Attitude BtoC - 2015 Etude Email Marketing Attitude BtoC - 2015 SOMMAIRE I. L étude en quelques mots II. Méthodologie & Profil des répondants III. Faits marquants IV. Personas V. Conclusion I. L étude EMA BtoC en quelques

Plus en détail

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86

http://myriam-webmarketing.blogspot.com myriam@fcwebmarketing.fr 06.63.93.14.86 1 Formations & Conseils Web Marketing Myriam GHARBI Formations & Conseils Web Marketing Vous êtes Auto-entrepreneur, Créateur d'entreprise, Salarié au sein d'une TPE, PME ou dans une Collectivité? Vous

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Benchmark. Community Management d agences de communication

Benchmark. Community Management d agences de communication Benchmark Community Management d agences de communication Méthode Comparaison d agences très présentes sur les réseaux sociaux, petites et moyennes. Indicateurs : présence sur les réseaux sociaux, nombre

Plus en détail

Cours de Community Management Master 2 CAWEB

Cours de Community Management Master 2 CAWEB Cours proposé le 19 novembre 2014 Cours de Community Management Master 2 CAWEB Chargé d enseignement : Max Schleiffer, consultant social media Tour de table Quelques mots avant de commencer... Notre programme

Plus en détail

SEARCH MARKETING DISPLAY & SOCIAL ADVERTISING

SEARCH MARKETING DISPLAY & SOCIAL ADVERTISING SEARCH MARKETING DISPLAY & SOCIAL ADVERTISING Mieux vaut faire une seule chose et la faire bien. Le cœur de métier d Ad s up est le Search Engine Advertising. Grâce à notre équipe expérimentée et au développement

Plus en détail

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes SOMMAIRE LES CONSTATS... 3 LA METHODOLOGIE... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 Google? Oui, mais pas que...4 Connectés, même en vacances!...4

Plus en détail

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014

Etre présent sur le Web sans site Web. 29 septembre 2014 Etre présent sur le Web sans site Web 29 septembre 2014 Présence sur le Web : une absolue nécessité pour le commerce de proximité Le Web-to-Store est un concept déjà bien ancré chez les internautes acheteurs

Plus en détail

Introduction & «raison d être» de l étude

Introduction & «raison d être» de l étude 1 Introduction & «raison d être» de l étude Le RTB (Real Time Bidding) est un nouveau mode d achat média programmatique, arrivé sur le marché de la publicité digitale depuis 2010. Basé sur l achat d espaces

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique 21 octobre 2010 - Institut océanographique de Paris La commercialisation du livre dans l univers numérique IV. Webmarketing et outils sociaux

Plus en détail

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication hotelbb.com Rejoignez-nous sur une problématique STRATéGIE : Faire de b&b hôtels, une marque «brand friend» Quelle communication de challenger

Plus en détail

2 ème Baromètre de - -line des ESC françaises

2 ème Baromètre de - -line des ESC françaises Baromètre 2 ème Baromètre de - et -line des ESC françaises ÉTUDE GLOBALE 2014-2015 11 Décembre 2014 GROUPE 361 EST L UN DES PIONNIERS DU «BRAND ASSET MANAGEMENT»* Groupe 361 fait une spécialité dans le

Plus en détail

Internet et les médias sociaux

Internet et les médias sociaux Internet et les médias sociaux Chiffres et tendances 2014 2,5 milliards d internautes à travers le monde Dont 1,9 milliard sur les réseaux sociaux > Soit 74% des internautes 68% des français sont sur les

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION DEVENEZ EXPERT DE VOTRE STRATÉGIE DIGITALE!

CATALOGUE FORMATION DEVENEZ EXPERT DE VOTRE STRATÉGIE DIGITALE! DEVENEZ EXPERT DE VOTRE STRATÉGIE DIGITALE! RéFéRENCEMENT NATUREL RéFéRENCEMENT PUBLICITAIRE RESEAUX SOCIAUX GOOGLE ANALYTICS E-MAIL MARKETING STRATéGIE DIGITALE écriture WEB VEILLE ET E-RéPUTATION CATALOGUE

Plus en détail

Bilan 2014 Projections 2015 13 ème édition Janvier 2015. #Obsepub

Bilan 2014 Projections 2015 13 ème édition Janvier 2015. #Obsepub Bilan 2014 Projections 2015 13 ème édition Janvier 2015 #Obsepub La méthodologie : recueil de données quantitatives et conduite d entretiens Collecte de données quantitatives, sous contrôle d un huissier

Plus en détail

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI)

Consumer. Fiche Synthètique. Journey. Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Fiche Synthètique Consumer Journey Enquête sur les parcours d achat Secteur Fournisseurs d accès à internet (FAI) Juillet 2013 1 Le secteur des télécommunications a subi des modifications qui ont permis

Plus en détail

NetObserver Europe. TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008

NetObserver Europe. TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008 NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Septembre 2008 Constat issu de la 17 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences de profils et de comportement

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

La publicité sur Internet, un gage de réussite

La publicité sur Internet, un gage de réussite 1 La publicité sur Internet, un gage de réussite mondiales, qui, plus encore qu à travers leur langue, ont le pouvoir de faire ou défaire une marque en un clin d oeil. Peu onéreuse, rapide, réactive, polyvalente,

Plus en détail

RÉSEAUX SOCIAUX & BTOB

RÉSEAUX SOCIAUX & BTOB Ecoute MOI Regarde MOI Recrute MOI Regarde MOI Accepte MOI RÉSEAUX SOCIAUX & BTOB Comment les investir? quels impacts sur le référencement? SOMMAIRE RÉSEAUX SOCIAUX & BTOB PANORAMA 2014 ET USAGES POURQUOI

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau.

Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau. COMMUNIQUE DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMEDIATE Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau. Neuilly sur Seine, le 26 janvier 2011 Digitas France (VivaKi/Publicis

Plus en détail

ANALYSE MARQUE NESPRESSO. La marque aux publicités stars. Digimind. Logiciels de veille, e-réputation et social media monitoring 1

ANALYSE MARQUE NESPRESSO. La marque aux publicités stars. Digimind. Logiciels de veille, e-réputation et social media monitoring 1 ANALYSE MARQUE NESPRESSO La marque aux publicités stars Digimind. Logiciels de veille, e-réputation et social media monitoring 1 Nespresso : une publicité qui crée l événement Le 29 octobre, la marque

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

LIVRE BLANC. Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients

LIVRE BLANC. Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients messaging LIVRE BLANC Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier et convertir ses prospects en clients SOMMAIRE Smart data, scoring et CRM automatisé : Comment acquérir, qualifier

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Quel que soit votre budget, vous pouvez diffuser vos annonces sur Google et son réseau publicitaire.

Quel que soit votre budget, vous pouvez diffuser vos annonces sur Google et son réseau publicitaire. Nous sommes là... Le Search Engine Advertising est au cœur de l activité de AdWorlds. Métier d origine de l agence, nous associons technologie de pointe et équipe expérimentée afin de conseiller un nombre

Plus en détail

ROI et performance web

ROI et performance web 1 intégrer la culture de l'optimisation àla stratégie Internet Paris Web, édition 2009 09 octobre 2009 Auteur : Arnaud BRIN 2 Optimisation? Les 5 dimensions de l optimisation web 3 optimisation démarche

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

DIGINEWS#13 LE SUPER BOWL VU PAR LES RÉSEAUX SOCIAUX. groupe361 DOSSIER DU MOIS

DIGINEWS#13 LE SUPER BOWL VU PAR LES RÉSEAUX SOCIAUX. groupe361 DOSSIER DU MOIS DOSSIER DU MOIS LE SUPER BOWL VU PAR LES RÉSEAUX SOCIAUX a gagné en volume et en étendue, montre que le Super Bowl a provoqué plus d engagement en 2015 qu en 2014 sur les réseaux sociaux. #SB49 : QUI A

Plus en détail

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie d'entreprise 15 A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie

Plus en détail

Réseaux sociaux et e-réputation mardi 8 septembre 2015

Réseaux sociaux et e-réputation mardi 8 septembre 2015 Réseaux sociaux et e-réputation mardi 8 septembre 2015 Programme PARTIE 1 - Internet et médias sociaux : chiffres-clés et tendances sociologiques PARTIE 2 Les géants Facebook et Twitter PARTIE 3 Les réseaux

Plus en détail

Brand content : les écarts entre l offre et la demande

Brand content : les écarts entre l offre et la demande 2014 Edition Spéciale 4 Intelligence Applied Les consommateurs sont de plus en plus nombreux, dans le monde, à se montrer très friands de brand content, et la plupart des marques sont prêtes à satisfaire

Plus en détail

La mesure de l audience des Médias Numériques, «who s who» : acteurs, indicateurs, enjeux.

La mesure de l audience des Médias Numériques, «who s who» : acteurs, indicateurs, enjeux. La mesure de l audience des Médias Numériques, «who s who» : acteurs, indicateurs, enjeux. 9 ATELIERS POUR COMPRENDRE LES ENJEUX DU NET // 27 MAI 2010 Digital Day 27 mai 2010 Mathieu Llorens Directeur

Plus en détail

Le FAQ de Syntec Conseil en Relations Publics 2014

Le FAQ de Syntec Conseil en Relations Publics 2014 Le FAQ de Syntec Conseil en Relations Publics 2014 Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les relations avec les publics Ce FAQ a été réalisé à la suite de rencontres entre des professionnels

Plus en détail

8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay

8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay Paris, le 14 novembre 2013 8ème édition du Baromètre du CtoC PriceMinister-Rakuten & La Poste, réalisé par OpinionWay En 2013, face à la crise, le CtoC, précurseur de "l économie collaborative" ou «sharing

Plus en détail

Conversion et e-commerce : la fidélité prime

Conversion et e-commerce : la fidélité prime Conversion et e-commerce : la fidélité prime Etude réalisée du 1 er au 28 février 2010 sur un périmètre de 8 sites d e-commerce audités par AT Internet. Les sites d e-commerce ont de plus en plus le vent

Plus en détail

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014

Les internautes français et la confiance numérique. Lundi 7 avril 2014 Les internautes français et la confiance numérique Lundi 7 avril 2014 Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain 1007 individus âgés de 15 ans et plus. La représentativité de l échantillon

Plus en détail

profil d utilisateur. collecte l ensemble

profil d utilisateur. collecte l ensemble CONNAISSANCE CLIENT : VERS UNE ATTRIBUTION CENTREE SUR L UTILISATEUR? David Nedzela Directeur Marketing Menlook ETUDE DE CAS : MENLOOK.COM Comment Menlook maximise le ROI de ses investissements e-marketing

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

Diagnostic numérique du Loir-et-Cher

Diagnostic numérique du Loir-et-Cher Diagnostic numérique du Loir-et-Cher 962 acteurs du tourisme sollicités 962 questionnaires envoyés 470 réponses Nombre de réponses par territoire : Vendômois Blois Chambord 69 451 réponses valides 47 %

Plus en détail

Stratégie Digitale. ECS 3 - Cours 1

Stratégie Digitale. ECS 3 - Cours 1 Stratégie Digitale ECS 3 - Cours 1 Je me présente Bonjour, je suis Laurence Belge, 47 ans, maman de Lily-Rose Ex directrice du pôle digital d NRJ, du marketing de Monster, des lancements produits et du

Plus en détail

SAN07 IBM Social Media Analytics:

SAN07 IBM Social Media Analytics: SAN07 IBM Social Media Analytics: Vos clients partagent leurs connaissances Déployez une stratégie gagnante! Eric Martin Social Media Analytics Leader Europe IBM SWG, Business Analytics @Eric_SMA 1 Le

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Tout Savoir. Tout Savoir 22/03/2013 CENTRE DE FORMATION ET DE RESSOURCES TIC. Nos actions centrées autour de. Un service de Proximité

Tout Savoir. Tout Savoir 22/03/2013 CENTRE DE FORMATION ET DE RESSOURCES TIC. Nos actions centrées autour de. Un service de Proximité CENTRE DE FORMATION ET DE RESSOURCES TIC L objectif : permettre aux professionnels de se familiariser avec les technologies, d'en suivre (voire d en anticiper) les évolutions, d'en identifier l'impact

Plus en détail

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers Responsable webmarketing International chez Jymeo Auteur de deux livres en web analytique aux éditions ENI Formateur et consultant indépendant

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

Optimiser le référencement naturel de son site web

Optimiser le référencement naturel de son site web Rodez, le 15 avril 2011 Les moteurs de recherche Les moteurs utilisés dans le monde Les moteurs utilisés en Europe Où clique un internaute? Référencement «payant» 35-40% des clics sur Google Référencement

Plus en détail