flexion des poutres à plan moyen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "flexion des poutres à plan moyen"

Transcription

1 Méthode des éléments finis : flexion des poutres à plan moyen Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique 24 mars mars 211

2

3 Table des matières 1 Rappels et hypothèses Définitions Hypothèses Champ de déplacements, déformations, contraintes et efforts résultants dans une section droite Équations d équilibre Modèle de Bernoulli Modèle de Bernoulli Matrices élémentaires Introduction Élément de poutre à section constante Fonctions d interpolation Utilisation des fonctions d interpolation Exemples Poutre soumise à une force nodale Poutre soumise à une force répartie Prise en compte d un appui élastique Poutre avec une rotule interne Problème à déplacement imposé Programmes Maple ber mat ber rot rig ber rig rot ber rot rot ber int ber int par ber interpolation ber int mat ber ex ber ex Modèle de Timoshenko Matrices élémentaires Introduction Élément de poutre à section droite constante Fonctions d interpolation Utilisation des fonctions d interpolation Partition du champ de déplacements en mouvement de corps rigide et mouvement de déformation pure : méthode de la tangente Exercices

4 3.2.1 Influence de l effort tranchant Poutre à section variable : intégration numérique Partition du champ de déplacements en mouvement de corps rigide et mouvement de déformation pure : méthode de la sécante Programmes Maple tim mat tim int tim int par tim int rem tim interpolation tim int mat tim rig def tan tim rig def sec Références 64

5 Chapitre 1 Rappels et hypothèses 1.1 Définitions Une poutre droite (figure 1.1) est un solide engendré par une surface plane A, constante ou non, dont le centre de gravité G décrit le segment G 1 G 2, le plan qui contient A restant normal à G 1 G 2. De plus, les dimensions de A sont faibles (sans être négligeables) par rapport à G 1 G 2. G 1 G 2 est la fibre moyenne de la poutre. A est la section droite de la poutre. Figure 1.1 Poutre droite 1.2 Hypothèses Nous adopterons les conventions et les hypothèses suivantes : x est l axe porté par le vecteur G 1 G 2. Le plan {x, y} est un plan de symétrie de la poutre. L axe z forme avec x et y un trièdre direct. ı, j et k sont les vecteurs unitaires des axes. Les axes y et z sont les axes centraux principaux de la section droite : y da = z da = y z da = (1.2.1) A A A

6 2 Flexion des poutres à plan moyen Le matériau est homogène et isotrope ; son comportement est linéaire et élastique ; E, ν, et ρ sont respectivement le module de Young, le coefficient de Poisson et la masse volumique du matériau. Les déplacements et les déformations sont petits. Au cours de la mise en charge (figure 1.2) : 1. les sections droites restent planes. 2. chaque section droite subit : une translation suivant y : v(x). une rotation autour de l axe Gz : θ z (x). 1.3 Champ de déplacements, déformations, contraintes et efforts résultants dans une section droite Figure 1.2 Déplacement de la section droite d abscisse x Compte tenu des hypothèses précédentes, le champ de déplacements s écrit (figure 1.2) : { u(x, y) = y θz (x) v(x, y) = v(x) (1.3.1) On en déduit : les déformations les contraintes (figure 1.3) : ε xx = u x = y θ z x σ xx = E ε xx = Ey θ z x, γ xy = u y + v x = θ z + v x ( ) v, σ xy = G k y γ xy = G k y x θ z (1.3.2) (1.3.3)

7 Rappels et hypothèses 3 les efforts résultants : N = où : Mf z = A Figure 1.3 Contraintes dans la section droite d abscisse x T y = A A y σ xx da = E θ z x σ xx da = E θ z y da = (effort normal) (1.3.4a) x A ( ) v σ xy da = G A k y x θ z (effort tranchant) (1.3.4b) Mf z k = (y j ) (σ xx da ı ) d où (1.3.4c) A A y 2 da = EI z θ z x (moment fléchissant) A est l aire de la section droite. I z = y 2 da est le moment quadratique de la section par rapport à Gz. G = A E 2 (1 + ν) est le module d élasticité transversal. (1.3.4d) le coefficient d aire cisaillée k y traduit le fait que le cisaillement n est pas uniforme dans la section ; il est défini par : Ty 2 = σxy 2 da (1.3.5) A k y A où σ xy (y, z) est le cisaillement dû à l effort tranchant T y déduit de la théorie de l élasticité [6, 13, 24, 25, 27, 29, 31, 37, 38]. Ak y est l aire cisaillée ou section réduite. Remarque : la contrainte normale dans la section droite est égale à : On en déduit la valeur maximale de σ xx : où W el.z = σ xx = y I z Mf z (1.3.6) σ max = σ xx max = Mf z W el.z (1.3.7) I z y max est le module de flexion élastique par rapport à z.

8 4 Flexion des poutres à plan moyen 1.4 Équations d équilibre La poutre porte une force et un couple répartis d intensité linéique respectivement p y et m z. L équilibre du morceau de poutre (figure 1.4) compris entre les sections droites d abscisses x et x + dx s écrit au premier ordre près : T y + T y + T ( ) y x dx + p y dx = ρ v da dx = ρ A v dx (1.4.1a) A où : Mf z + Mf z + Mf z x dx + dx T y + m z dx = ( y ρ ü da A ) dx = ρ I z θz dx (1.4.1b) ü = 2 u t 2 = y θ z, v = 2 v t 2, θz = 2 θ z t 2 (1.4.2) Figure 1.4 Efforts sur le tronçon de poutre compris entre x et x + dx Après simplification, on obtient les deux équations d équilibre : T y x + p y = ρ A v (1.4.3a) Mf z x + T y + m z = ρ I z θz (1.4.3b) Ces équations s écrivent en fonction des déplacements : x ( θ z EI z x x ( GA k y ( v x θ z ) + GA k y ( v x θ z )) + p y = ρ A v (1.4.4a) ) + m z = ρ I z θz (1.4.4b)

9 Rappels et hypothèses Modèle de Bernoulli Le modèle ci-dessus est dit modèle de Timoshenko 1. Si la poutre est longue, on admet l hypothèse de Navier 2 -Bernoulli 3 : la section droite reste normale à la déformée de la fibre moyenne (figure 1.5) d où la relation cinématique : θ z = v (1.5.1) x Figure 1.5 Modèle de Bernoulli Dans ce cas, la relation de comportement (1.3.4d) s écrit : Mf z = EI z 2 v x 2 (1.5.2) Remarque : si la problème est stationnaire, la flèche v(x) est solution de l équation : EI z 4 v x 4 = p y (1.5.3) 1. Stephen P. Timoshenko ( ). 2. Louis Navier ( ). 3. Jacques Bernoulli ( ).

10 Chapitre 2 Modèle de Bernoulli 2.1 Matrices élémentaires Introduction L élément de poutre (i j), de longueur L, de moment quadratique I z et de module de Young E est soumis à une force et à un couple répartis d intensité linéique p y et m z. Figure 2.1 Élément de poutre (T yi, Mf zi ) et (T yj, Mf zj ) sont les efforts résultants dans les sections i et j. (v i, θ zi ) et (v j, θ zj ) sont les déplacements nodaux. En l absence de forces d inertie, les équations d équilibre (1.4.3) se réduisent à : dt y dx + p y =, En intégrant ces deux équations entre et x, il vient : T y (x) = T yi Mf z (x) = Mf zi x Remarque : l équilibre de l élément s écrit : T yi + T yj + p y (x) dx = Mf zi + Mf zj + L T yj + dmf z dx + T y + m z = (2.1.1) x T y (s) ds p y (s) ds (2.1.2) x x p y (x) dx + m z (s) ds (2.1.3) m z (x) dx = (2.1.4)

11 Modèle de Bernoulli 7 L intégration de la relation de comportement : Mf z = EI z dθ z dx (2.1.5) et de la relation cinématique (modèle de Bernoulli) : dv dx = θ z (2.1.6) entre et x conduit à l expression de la rotation des sections droites (pente) et du déplacement suivant y (flèche) : x Mf z (s) θ z (x) = θ zi + ds, v(x) = v i + EI z Remarque : la flèche peut être obtenue à l aide de la formule de Bresse 1 : x θ z (s) ds (2.1.7) x Mf z (s) v(x) = v i + θ zi x + (x s) ds (2.1.8) EI z Des conditions aux limites : v(l) = v j, θ z (L) = θ zj, T y (L) = T yj, Mf z (L) = Mf zj (2.1.9) on déduit l expression des efforts nodaux en fonction des déplacements nodaux : {f nod } = [ k ]{u} {f} (2.1.1a) où : T y () T yi Mf {f nod } = z () Mf = zi T y (L) T yj Mf z (L) Mf zj, {u} = v i θ zi v j θ zj (2.1.1b) Figure 2.2 Vecteur force équivalent aux charges réparties {f nod } est le vecteur des forces nodales. [ k ] est la matrice de rigidité élémentaire. {f} est le vecteur force équivalent aux charges réparties (figure 2.2). {u} est le vecteur déplacement élémentaire. 1. Jacques Bresse ( ).

12 8 Flexion des poutres à plan moyen Élément de poutre à section constante Remarque : les éléments décrits dans ce pararaphe sont utilisés par le logiciel RDM Flexion. L élément de poutre (i j) (figure 2.3), de longueur L, de moment quadratique I z et de module de Young E est soumis sur toute sa longueur à une force et à un couple d intensité linéique : p y (x) = p yi + ( p yj p yi ) x L, m z(x) = m zi + ( m zj m zi ) x L (2.1.11) Figure 2.3 Élement rigide-rigide L équilibre de l élément s écrit : T yi + T yj + L 2 (p yi + p yj ) = Mf zi + Mf zj + L T yj + L2 6 (p yi + 2 p yj ) + L 2 (m zi + m zj ) = La relation {f nod } = [ k ]{u} {f} s écrit (programme ber mat) : T yi Mf zi T yj Mf zj 12 6 L 12 6 L v i 4 L 2 6 L 2 L 2 θ zi 12 6 L v j sym. 4 L 2 θ zj 21 9 L { } L 2 L pyi L L p yj L 3 L L L = EI z L 3 { mzi m zj } (2.1.12) Remarque : si p yi = p yj = p et m zi = m zj = m, le vecteur {f} se réduit à : {f} = pl 12 6 m L + 6 m L (2.1.13) Élément rotule rigide L origine de l élément est une rotule d où : Mf zi =.

13 Modèle de Bernoulli 9 Figure 2.4 Élement rotule-rigide Avec cette condition, la relation {f nod } = [ k ]{u} {f} se réduit à (programme ber rot rig) : T yi 1 1 L v i = 3 EI z T yj L 3 1 L v j Mf zj sym. L 2 θ zj (2.1.14a) L { } 5 3 pyi { } mzi p yj m zj 7 L 8 L L L avec : θ zi = 1 2 L ( 3 v i + 3 v j L θ zj ) + L3 24 EI z ( 3 p yi + 2 p yj ) + L2 48 EI z ( m zi m zj ) (2.1.14b) Élément rigide rotule L extrémité de l élément est une rotule d où : Mf zj =. Figure 2.5 Élement rigide-rotule Avec cette condition, la relation {f nod } = [ k ]{u} {f} se réduit à (programme ber rig rot) : T yi 1 L 1 v i Mf zi = 3 EI z L 2 L θ zi T yj L 3 1 v j sym. (2.1.15a) L { } L 7 L pyi { } L L mzi p yj m zj avec : θ zj = 1 2 L ( 3 v i + 3 v j L θ zi ) L3 24 EI z ( 2 p yi + 3 p yj ) L2 48 EI z ( m zi m zj ) (2.1.15b)

14 1 Flexion des poutres à plan moyen Élément rotule rotule Les deux extrémités de l élément sont des rotules d où : Mf zi = et Mf zj =. Figure 2.6 Élement rotule-rotule Avec ces conditions, la relation {f nod } = [ k ]{u} {f} se réduit à (programme ber rot rot) : avec : T yi 2 1 = L T yj { pyi p yj } { mzi m zj } (2.1.16a) θ zi = 1 L ( v j v i ) + θ zj = 1 L ( v j v i ) L3 ( 8 p yi + 7 p yj ) + L2 ( m zi m zj ) 36 EI z 24 EI z L3 ( 7 p yi + 8 p yj ) L2 ( m zi m zj ) 36 EI z 24 EI z (2.1.16b) Remarque : la matrice de rigidité est nulle. Contraintes et déplacements L effort tranchant et le moment fléchissant sont donnés par : Mf z (x) = Mf zi T y (x) = T yi x x T y (s) ds = Mf zi T yi x + p yi x 2 p y (s) ds = T yi p yi x ( p yj p yi ) x2 2 L x m z (s) ds La contrainte normale dans la poutre est égale à : 2 + ( p yj p yi ) x3 6 L m zix ( m zj m zi ) x2 2 L (2.1.17a) (2.1.17b) σ xx (x, y) = y I z Mf z (x) (2.1.18) La rotation des sections droites et la déformée sont données par : θ z (x) = θ zi + 1 EI z = θ zi + 1 EI z + 1 EI z x Mf z (s) ds x (Mf 2 ) zi x T yi (p yi x ( p yj p yi ) x4 24 L m x 2 ) zi 2 ( m zj m zi ) x3 6 L (2.1.19a)

15 Modèle de Bernoulli 11 x v(x) = v i + θ z (s) ds = v i + θ zi x + 1 x (Mf 2 zi EI z 2 T yi + 1 x (p 4 yi EI z 24 + ( p yj p yi ) x 3 ) 6 x 5 12 L m x 3 zi 6 ( m zj m zi ) x4 24 L ) (2.1.19b) Cas particulier : si le chargement se réduit à une force uniformément répartie les relations ci-dessus deviennent : p yi = p yj = p, m zi = m zj = T y (x) = T yi p x Mf z (x) = Mf zi T yi x + p x2 2 x (Mf 2 zi x T yi θ z (x) = θ zi + 1 EI z v(x) = v i + θ zi x + 1 EI z (Mf zi x 2 2 T yi 2 + p x3 6 ) x p x4 24 Si p, l effort tranchant s annule pour x = x m défini par T y (x m ) = soit x m = T yi p. Si x m est compris entre et L, le moment fléchissant passe par une valeur extrémale : Mf z (x m ) = Mf zi T 2 yi 2 p ) Fonctions d interpolation Le déplacement suivant y est représenté par le polynôme du 3 e degré : d où la rotation des sections droites : avec les conditions aux limites : v(x) = a + a 1 x + a 2 x 2 + a 3 x 3 (2.1.2) θ z (x) = v x = a a 2 x + 3 a 3 x 2 (2.1.21) v() = v i, v(l) = v j, θ z () = θ zi, θ z (L) = θ zj (2.1.22) On en déduit l expression de v(x) en fonction des déplacements nodaux : v(x) = [N v (x)]{u} (2.1.23) d où : [ ] dnv (x) θ z (x) = {u} = [N θz (x)]{u} (2.1.24) dx avec les fonctions d interpolation (programme : ber int) (figure 2.7) : 1 3 ξ ξ 3 [N v ] T = L ( ξ 2 ξ 2 + ξ 3 [ ] 6 (ξ 2 ξ) ) T 3 ξ 2 2 ξ 3, [N θ z ] T dnv = = 1 L (1 4 ξ + 3 ξ 2 ) dx L 6 (ξ ξ 2 ) L (ξ 3 ξ 2 ) L (3 ξ 2 2 ξ) [ ] T dnθz = dx [ d 2 ] T N v dx 2 = 2 L 2 6 ξ 3 L (3 ξ 2) 3 6 ξ où ξ = x L L (3 ξ 1) (2.1.25)

16 12 Flexion des poutres à plan moyen Remarque 1 : le champ de déplacements : Figure 2.7 Fonctions d interpolation v(x) = [N v (x)]{u} est le champ de déplacements exact pour un élément de poutre à section constante et non chargé : d 4 v EI z dx 4 = p y = (2.1.26) Remarque 2 : le champ de déplacements s écrit sous forme paramétrique : x(ξ) = 1 + ξ L ( 1 ξ 1) 2 (2.1.27a) v(ξ) = [N v (ξ)]{u}, θ z (ξ) = [N θz (ξ)]{u} avec les fonctions d interpolation (programme ber int par) : 2 (2 + ξ)(ξ 1) 2 [N v ] T = 1 L(ξ + 1)(ξ 1) (2 ξ)(ξ + 1) 2 L(ξ 1)(ξ + 1) 2 et les relations : f x = 1 J f ξ, [N θz ] T = [ ] T dnθz = dx [ ] T dnv = 1 dx 4 L [ d 2 ] T N v dx 2 = 1 L 2 6 (ξ 2 1) L (ξ 1)(3 ξ + 1) 6 (1 ξ 2 ) L (ξ + 1)(3 ξ 1) 6 ξ L (3 ξ 1) 6 ξ L (3 ξ + 1) dx = x ξ dξ = J dξ = L 2 dξ d où J = L 2 2 f x 2 = 1 2 f J 2 ξ 2, f(x) dx = J est le jacobien de la transformation géométrique x(ξ). 1 1 f(x(ξ)) J dξ (2.1.27b) (2.1.27c) (2.1.27d) Utilisation des fonctions d interpolation En utilisant l expression du champ de déplacements : { u(x, y) = y θz (x) v(x, y) = v(x) (2.1.28)

17 Modèle de Bernoulli 13 et les relations : { v(x) = [Nv ]{u} θ z (x) = [N θz ]{u} d où { v(x) = [Nv ]{ u} θ z (x) = [N θz ]{ u}, { u} = d {u} (2.1.29) dt on déduit l expression de l énergie de déformation et de l énergie cinétique en fonction des déplacements nodaux. L énergie de déformation est égale à : avec d où : En utilisant la relation : il vient : E def = 1 2 V ε xx = u x = y θ z x E def = 1 2 θ z (x) x où la matrice de rigidité [ k ] est égale à : = σ xx ε xx dv (2.1.3), σ xx = E ε xx (2.1.31) ( ) 2 θz EI z dx (2.1.32) x [ ] dnθz {u} = [B]{u} (2.1.33) dx E def = 1 2 {u}t [ k ] {u} (2.1.34) [ k ] = EI z [B] T [B] dx (2.1.35) Le travail des forces extérieures pour le déplacement v(x) et la rotation θ z (x) est égal à : W ext = v(x) p y (x) dx + où le vecteur force est égal à : {f} = θ z (x) m z (x) dx+{u} T {f nod } = {u} T ( {f} + {f nod } ) (2.1.36) [N v ] T p y (x) dx + L énergie cinétique est égale à : E cin = 1 ρ ( u 2 + v 2 ) dv 2 = 1 2 V ρ A v 2 dx où la matrice de masse [m] est égale à : ρ I z θ2 z dx [N θz ] T m z (x) dx (2.1.37) = 1 2 { u}t [m v ] { u} { u}t [m θz ] { u} = 1 2 { u}t [m] { u} (2.1.38) [m] = [m v ] + [m θz ] (2.1.39) avec [m v ] = ρ A [N v ] T [N v ] dx, [m θz ] = ρ I z [N θz ] T [N θz ] dx (2.1.4)

18 14 Flexion des poutres à plan moyen Le principe de Hamilton : δ t2 (E cin (E def W ext ) ) dt = {δu} avec {δu} t 1 } {{ } t=t1 = {δu} t=t2 = {} (2.1.41) énergie potentielle conduit aux équations de Lagrange : d dt ( Ecin u i ) + E def W ext = i = 1,..., 4 (2.1.42) u i u i soit sous forme matricielle : {f nod } = [m] {ü} + [ k ] {u} {f} (2.1.43) Cas particulier : la section droite est constante Si la section droite est constante, on obtient pour la matrice de rigidité et le vecteur force le même résultat qu avec la méthode précédente (programme ber int mat). On obtient de plus la matrice de masse : [m v ] = ρ A L L L 4 L 2 13 L 3 L L sym. 4 L 2 (2.1.44a) [m θz ] = ρ I z 3 L 36 3 L 36 3 L 4 L 2 3 L L L sym. 4 L 2 (2.1.44b) I z Si l élancement de l élément λ = A L 2 est petit, la contribution de la matrice [m θ z ] à la matrice de masse est négligeable. Pour un rond plein de diamètre D : λ = 1 ( ) D L Intégration numérique par la méthode de Gauss Dans la pratique les matrices [ k ] et [ m ] et le vecteur {f} sont évalués numériquement par la méthode de Gauss [5, 15, 17, 26] : 1 1 npi f(ξ) dξ f(ξ i ) w i (2.1.45) où npi, w i et ξ i sont respectivement le nombre de points d intégration, le poids et l abscisse du i e point d intégration (table 2.1). i=1

19 Modèle de Bernoulli 15 npi ξ i w i 1 ( 2 2 ± ± ) 1/ ( (8/9) ± ± ) 3/ (5/9) 3 2 ( ) 6/5 ± ± / ( ) 6/5 ± ± / (128/225) ( ± ± ) ( ) 161 5/ /14 ( ± ± ) ( ) 161 5/ /14 Table 2.1 Points d intégration et coefficients de pondération pour la méthode de Gauss Remarque 1 : un polynôme de degré inférieur ou égal à 2 npi 1 est intégré exactement par la méthode de Gauss à npi points. Remarque 2 : g(x) dx = L ( ) 1 + ξ g 2 L dξ L 2 npi i=1 ( ) 1 + ξi w i g L 2 (2.1.46) 2.2 Exemples Poutre soumise à une force nodale Une poutre droite (1,2,3) de section droite constante est encastrée en 1 et repose en 2 sur un appui simple. Soit EI z la rigidité linéique de flexion. Figure 2.8 Poutre soumise à une force nodale Elle porte en 3 une charge ponctuelle de composantes (, P, ) avec P >.

20 16 Flexion des poutres à plan moyen Partition des degrés de liberté Effectuons une partition des degrés de liberté en déplacements connus et inconnus ([1], [26]) : d où : θ z2 =? v 1 = {U L } = v 3 =?, {U S} = θ z1 = θ z3 =? v 2 = {U} = { } {UL } = {U S } θ z2 =? v 3 =? θ z3 =? v 1 = θ z1 = v 2 = On en déduit la localisation des degrés de liberté dans les matrices globales : v 1 θ z1 v {DDL} = 2 θ z2 1 v 3 2 θ z3 3 Étude élémentaire Les matrices élémentaires sont : v 1 θ {ddl 1 2 } = z1 v 2 θ z2 1 [k 1 2 ] = EI z L 3 v 2 θ, {ddl 2 3 } = z2 1 v 3 2 θ z L 12 6 L 12 6 L 12 6 L 6 L 4 L 2 6 L 2 L L 12 6 L, [k 2 3] = EI z 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2 Assemblage et calcul des déplacements inconnus Les déplacements inconnus sont les solutions de l équation [K LL ]{U L } = {F nod,l } : d où (ber ex1) : EI z L 3 Efforts et déplacements élémentaires 8 L 2 6 L 2 L 2 6 L 12 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2 θ z2 v 3 θ z3 = P θ z2 = P L2 4 EI z, v 3 = 7 P L3 12 EI z, θ z3 = 3 P L2 4 EI z Les efforts nodaux sont calculés à l aide de l équation {f nod } = [ k ] {u} (ber ex1) :

21 Modèle de Bernoulli 17 élément 1 2 : T y1 Mf z1 T y2 Mf z2 = EI z L 3 6 L 3 2 L 2 6 L {θ z2} = P L L 2 2 L élément 2 3 : T y (x) = 3 P, Mf z (x) = P (L 3 x) 2 2 θ z (x) = P x (2 L 3 x), v(x) = P x2 (L x) 4 EI z 4 EI z T y2 Mf z2 T y3 Mf z3 = EI z L 3 6 L 12 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 6 L 12 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2 θ z2 v 3 θ z3 1 = P L 1 Actions de liaison T y (x) = P, Mf z (x) = P (x L) θ z (x) = P ( L 2 4 L x + 2 x 2 ), v(x) = P x ( 3 L 2 6 x L + 2 x 2 ) 4 EI z 12 EI z Elles sont déduites des efforts élémentaires : F 1y = T y1 = 3 P 2 L équilibre de la structure est vérifié :, M 1z = Mf z1 = P L 2, F 2y = T y2,[1 2] T y2,[2 3] = 5 P 2 Représentations graphiques F 1y + F 2y + F 3y =, M 1z + M 2z + M 3z + L F 2y + 2 L F 3y = L effort tranchant T y (x) et le moment fléchissant Mf z (x) sont représentés sur la figure ci-dessous. Application numérique On donne : L = 9 cm, E = 2 MPa, σ E = 3 MPa, P = 15 dan. Le moment fléchissant maximal est Mf max = P L. Le dimensionnement en contrainte s écrit : d où : σ max = Mf max W el.z = P L W el.z < σ E W el.z > P L 15 9 = = 45 cm 2 σ E 3

22 18 Flexion des poutres à plan moyen Poutre soumise à une force répartie Figure 2.9 Poutre soumise à une force uniformément répartie La poutre droite représentée sur la figure 2.9 est encastrée en 1 et repose sur un appui simple en 2 et 3. Soit EI z la rigidité de flexion linéique de la poutre. La poutre porte une force répartie d intensité linéique 2 p entre les noeuds 1 et 2 et p entre les noeuds 2 et 3 avec p >. Partition des degrés de liberté Effectuons une partition des degrés de liberté en déplacements connus et inconnus ([1], [26]) : { } v 1 = θz2 =? θ {U L } =, {U θ z3 =? S } = z1 = v 2 = v 3 = d où : {U} = θ z2 =? { } θ z3 =? {UL } v = 1 = {U S } θ z1 = v 2 = v 3 = On en déduit la localisation des degrés de liberté dans les matrices globales : v 1 θ z1 v {DDL} = 2 θ z2 1 v 3 θ z3 2 Étude élémentaire Localisation des degrés de liberté : v 1 θ {ddl 1 2 } = z1 v 2 θ z2 1 v 2 θ, {ddl 2 3 } = z2 1 v 3 θ z3 2 Matrices de rigidité : 12 6 L 12 6 L 12 6 L 12 6 L [k 1 2 ] = EI z 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 L 3, [k 2 3] = EI z 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2

23 Modèle de Bernoulli 19 Vecteurs force : {f 1 2 } = pl 6 6 L 6 L, {f 2 3 } = pl 12 6 L 6 L Assemblage et calcul des déplacements inconnus Les déplacements inconnus sont les solutions de l équation [K LL ]{U L } = {F L } : EI z L 3 [ 8 L 2 2 L 2 ] { } θz2 2 L 2 4 L 2 = pl2 12 θ z3 { } 1 1 d où (programme ber ex2) θ z2 = pl3, θ z3 = pl3 168 EI z 56 EI z Efforts et déplacements élémentaires Les efforts nodaux sont calculés à l aide de l équation {f nod } = [ k ] {u} {f} (programme ber ex2) : élément 1 2 : T y1 6 L Mf z1 = EI z 2 L 2 T y2 L 3 6 L {θ z2} p L 6 Mf z2 4 L 2 6 L 6 L = pl L 27 4 L T y (x) = p 28 ( 29 L 56 x), Mf z(x) = p 28 ( 5 L Lx 28 x 2 ) L effort tranchant s annule pour x m = L : Mf z(x m ) = pl2 =.9 pl 2. θ z (x) = élément 2 3 : p x 168 EI z ( 3 L Lx 56 x 2 ), v(x) = p x2 168 EI z ( 15 L Lx 14 x 2 ) T y2 Mf z2 T y3 Mf z3 = EI z L 3 6 L 6 L 4 L 2 2 L 2 6 L 6 L 2 L 2 4 L 2 { θz2 θ z3 } pl 12 6 L 6 L = pl L 5 T y (x) = p 14 ( 9 L + 14 x), Mf z(x) = p 14 ( 2 L2 + 9 Lx 7 x 2 ) L effort tranchant s annule pour x m = 9 14 L : Mf z(x m ) = pl2 =.64 pl 2. θ z (x) = v(x) = p 168 EI z (L 3 24 L 2 x + 54 Lx 2 28 x 3 ) p x 168 EI z (L 3 12 L 2 x + 18 Lx 2 7 x 3 )

24 2 Flexion des poutres à plan moyen Actions de liaison Elles sont déduites des efforts élémentaires : F 1y = T y1 = 29 pl 28, M 1z = Mf z1 = 5 pl2 28 F 2y = T y2 (élément 1 2) T y2 (élément 2 3) = 45 pl 28 F 3y = T y3 = 5 pl 14 L équilibre de la structure est vérifié : F 1y + F 2y + F 3y 3 pl =, M 1z + M 2z + M 3z + LF 2y + 2 LF 3y pl2 2 3 pl2 2 = Représentations graphiques L effort tranchant T y (x) et le moment fléchissant Mf z (x) sont représentés sur la figure ci-dessous. Application numérique On donne : L = 1.4 m, σ E = 23 MPa, P = 2 dan/m. Le moment fléchissant maximal est : Le dimensionnement en contrainte s écrit : Mf max = 5 pl2 28 σ max = Mf max W el.z = 5 pl2 28 W el.z < σ E d où : W el.z > 5 pl = 28 σ E = 3.44 cm 2

25 Modèle de Bernoulli Prise en compte d un appui élastique Figure 2.1 Poutre soumise à une force uniformément répartie La poutre droite représentée sur la figure 2.1 est encastrée en 1 et 3. Le nœud 2 repose sur un appui élastique de raideur k. Soit EI z la rigidité de flexion linéique de la poutre. La poutre porte entre les noeuds 2 et 3 une force uniformément répartie d intensité linéique p avec p >. Partition des degrés de liberté Effectuons une partition des degrés de liberté en déplacements connus et inconnus ([1], [26]) : { } v 1 = v2 =? θ {U L } =, {U θ z2 =? S } = z1 = v 3 = θ z3 = d où : {U} = v 2 =? { } θ z2 =? {UL } v = 1 = {U S } θ z1 = v 3 = θ z3 = On en déduit la localisation des degrés de liberté dans les matrices globales : v 1 θ z1 v {DDL} = 2 1 θ z2 2 v 3 θ z3 Étude élémentaire Localisation des degrés de liberté : v 1 θ {ddl 1 2 } = z1 v 2 1 θ z2 2 v 2 1 θ, {ddl 2 3 } = z2 2 v 3 θ z3 Matrices de rigidité : 12 6 L 12 6 L 12 6 L 12 6 L [k 1 2 ] = EI z 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 L 3, [k 2 3] = EI z 6 L 4 L 2 6 L 2 L 2 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2

26 22 Flexion des poutres à plan moyen Vecteur force : {f 2 3 } = pl 12 6 L 6 L Assemblage et calcul des déplacements inconnus Les déplacements inconnus sont les solutions de l équation [K LL ] {U L } = {F nod,l } + {F L } : [ ] { } { } EI z 24 v2 k v2 L 3 8 L 2 = + p L { } 6 12 L d où et : θ z2 v 2 = pl4 48 EI z C, θ z2 = pl3 96 EI z, C = kl3 24 EI z F 2y = k v 2 = pl 2 C 1 + C Figure 2.11 Déplacement v 2 et action de liaison F 2y en fonction de la raideur k du ressort Les autres réactions d appui sont données par l équation {F nod,p } = [K P L ] {U L } {F P } : F 1y 12 6 L M 1z = EI z 6 L 2 L 2 { } v2 F 3y L L θ z2 pl/2 6 L 2 L 2 pl 2 /12 d où : F 1y = pl 16 M 3z 3 C 1 + C, M 1z = pl C 1 + C, F 3y = pl C C L équilibre de la structure est vérifié : { F1y + F 2y + F 3y pl = Poutre avec une rotule interne M 1z + M 3z + LF 2y + 2 LF 3y 3 pl 2 /2 =, M 3z = pl C 1 + C La poutre représentée sur la figure 2.12 a une section droite constante de moment quadratique I z. Figure 2.12 Poutre avec une rotule interne

27 Modèle de Bernoulli 23 Soit E le module de Young du matériau. Les deux éléments (1 2) et (2 3) sont liés entre eux par une rotule. L ensemble est encastré en 1 et 3. L élément (2 3) est soumis à une force uniformément répartie d intensité linéique p avec p >. Partition des degrés de liberté La structure est représentée par un élément rigide rotule (1 2) et un élément rotule rigide (2 3). Effectuons une partition des degrés de liberté en déplacements connus et inconnus ([1], [26]) : v 1 = {U L } = { v 2 =? } θ z1 =, {U S } = θ z2 = v 3 = θ z3 = d où : {U} = v 2 =? { } v 1 = {UL } θ = z1 = {U S } θ z2 = v 3 = θ z3 = On en déduit la localisation des degrés de liberté dans les matrices globales : v 1 θ z1 v {DDL} = 2 1 θ z2 v 3 θ z3 Étude élémentaire v 1 θ {ddl 1 2 } = z1 v 2 1 θ z2, [k 1 2 ] = 3 EI z L 3 1 L 1 L L 2 L 1 L 1 v 2 1 θ {ddl 2 3 } = z2 v 3 θ z3 θ z2 = 1 2 L ( 3 v v 2 L θ z1 ) [k 2 3 ] = 3 EI z L L 1 1 L L L L 2 θ z2 = 1 2 L ( 3 v v 3 L θ z3 ) p L3 48 EI z, {f 2 3} = p L L

28 24 Flexion des poutres à plan moyen Assemblage et calcul du déplacement inconnu Le déplacement inconnu v 2 est solution de l équation : 6 EI z L 3 v 2 = 3 p L 8 d où v 2 = p L4 16 EI z On en déduit la valeur de la pente au noeud 2 : θ z2 = 3 p L3 32 EI z sur l élément (1 2) et θ z2 = 7 p L3 96 EI z sur l élément (2 3) Efforts et déplacements élémentaires Les efforts nodaux sont calculés à l aide de l équation {f nod } = [ k ] {u} {f} : élément 1 2 : T y1 Mf z1 T y2 Mf z2 = EI z L L 6 L 2 L L 6 L 4 L 2 { v2 θ z2 } = p L L 3 élément 2 3 : T y (x) = 3 p L 16, Mf z (x) = 3 p L (x L) 16 θ z (x) = 3 p L x 32 EI z (x 2 L), v(x) = p L x2 32 EI z (x 3 L) T y2 Mf z2 T y3 Mf z3 = 3 EI z L L {v 2} p L L = p L L θ z (x) = T y (x) = p 16 (16 x 3 L), Mf z(x) = p 16 (3 Lx 8 x2 ) p (7 L L x 2 16 x 3 ), v(x) = p ( 6 L L 3 x + 3 L x 3 4 x 4 ) 96 EI z 96 EI z Remarque : on obtient le même résultat en utilisant la relation {f nod } = [ k ] {u} {f} de l élément rigide-rigide. Actions de liaison Elles sont déduites des efforts élémentaires : F 1y = T y1 = 3 p L 16 F 3y = T y3 = 13 p L 16 L équilibre de l ensemble est vérifié :, M 1z = Mf z1 = 3 p L2 16, M 3z = Mf z3 = 5 p L2 16 F 1y + F 2y + F 3y p L =, M 1z + M 2z + M 3z + LF 2y + 2 LF 3y 3 p L 2 =

29 Modèle de Bernoulli 25 Remarque : autre modélisation La poutre est représenté par deux éléments rigide rigide 1 2 et 4 3 avec la condition v 2 = v 4 (cette méthode est utilisée dans le logiciel RDM Ossatures ). La localisation des degrés de liberté dans les matrices globales s écrit : Les matrices élémentaires sont : v 1 θ {ddl 1 2 } = z1 v 2 1 θ z2 2 v 4 1 θ {ddl 4 3 } = z4 3 v 3 θ z3 [k 4 3 ] = EI z L 3 v 1 θ z1 v 2 1 θ {DDL} = z2 2 v 3 θ z3 v 4 1 θ z4 3 [k 1 2 ] = EI z L 3 L assemblage conduit à l équation : 24 6 L 6 L EI z L 3 6 L 4 L 2 6 L 4 L L 12 6 L 6 L 4 L 2 6 L 2 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L L 12 6 L 6 L 4 L 2 6 L 2 L L 12 6 L 6 L 2 L 2 6 L 4 L 2 v 2 θ z2 θ z4 = p L 12 6 L 6 {f 4 3} = p L L 12 6 L d où : v 2 = p L4 3 p L3, θ z2 =, θ z4 = 7 p L3 16 EI z 32 EI z 96 EI z Problème à déplacement imposé Énoncé La poutre droite représentée sur la figure ci-dessous est en acier de module de Young E et de limite élastique σ E ; elle a une section constante de moment quadratique I z. La section 1 est encastrée et la section 3 repose sur un appui simple ; la section 2 subit un déplacement vertical v 2 = d avec d >.

Yves Debard. Université du Mans Master Modélisation Numérique et Réalité Virtuelle. http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html

Yves Debard. Université du Mans Master Modélisation Numérique et Réalité Virtuelle. http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html Méthode des éléments finis : élasticité à une dimension Yves Debard Université du Mans Master Modélisation Numérique et Réalité Virtuelle http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 4 mars 6 9 mars 11

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

Cours de résistance des matériaux

Cours de résistance des matériaux ENSM-SE RDM - CPMI 2011-2012 1 Cycle Préparatoire Médecin-Ingénieur 2011-2012 Cours de résistance des matériau Pierre Badel Ecole des Mines Saint Etienne Première notions de mécanique des solides déformables

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Cours de Résistance des Matériaux (RDM) Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS... 2 2 INTRODUCTION... 3 2.1 DEFINITION

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE DES ÉLÉMENTS FINIS

MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE DES ÉLÉMENTS FINIS MISE EN ŒUVRE DE LA MÉTHODE DES ÉLÉMENTS FINIS R. HASSANI 2004-2005 Table des matières Introduction... p 5 Partie A Partie B Partie C Rappels et généralités A.1 L approximation par éléments finis...

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Maths MP Exercices Fonctions de plusieurs variables Les indications ne sont ici que pour être consultées après le T (pour les exercices non traités). Avant et pendant le T, tenez bon et n allez pas les

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3

Annexe A. Annexe A. Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3 A.3 Annexes Annexe A : Tableaux et données relatifs à la vérification par Eurocode 3... A.2 Annexe B : Format des fichiers générés et utilisés par CADBEL... A.11 Annexe C : Calcul de la résistance au flambement

Plus en détail

La méthode des éléments finis et le contrôle des calculs

La méthode des éléments finis et le contrôle des calculs Table des matières Techniques Avancées en Calcul des Structures Cours d option La méthode des éléments finis et le contrôle des calculs J.-P. Pelle ENS - Cachan Master MIS Parcours TACS Année universitaire

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B

Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B EXERCICE 1 (12 points) Devoir Surveillé n 5 BTS 2009 groupement B Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante. A. Résolution d une équation différentielle On considère

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Optimisation et programmation mathématique. Professeur Michel de Mathelin. Cours intégré : 20 h

Optimisation et programmation mathématique. Professeur Michel de Mathelin. Cours intégré : 20 h Télécom Physique Strasbourg Master IRIV Optimisation et programmation mathématique Professeur Michel de Mathelin Cours intégré : 20 h Programme du cours d optimisation Introduction Chapitre I: Rappels

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

Réalisation et modélisation de rubans déployables pour application spatiale

Réalisation et modélisation de rubans déployables pour application spatiale Réalisation et modélisation de rubans déployables pour application spatiale F. GUINOT a, S. BOURGEOIS a, B. COCHELIN a, C.HOCHARD a, L. BLANCHARD b a. Laboratoire de Mécanique et d Acoustique (LMA), 31

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Analyse en Composantes Principales

Analyse en Composantes Principales Analyse en Composantes Principales Anne B Dufour Octobre 2013 Anne B Dufour () Analyse en Composantes Principales Octobre 2013 1 / 36 Introduction Introduction Soit X un tableau contenant p variables mesurées

Plus en détail

Révision d algèbre et d analyse

Révision d algèbre et d analyse Révision d algèbre et d analyse Chapitre 9 : Intégrales triples Équipe de Mathématiques Appliquées UTC Mai 2013 suivant Chapitre 9 Intégrales triples 9.1 Motivation, définition et calcul de l intégrale

Plus en détail

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009

Université Joseph Fourier Premier semestre 2009/10. Licence première année - MAT11a - Groupe CHB-1. Contrôle Continu 1, le 9/10/2009 Université Joseph Fourier Premier semestre 9/ Licence première année - MATa - Groupe CHB- Contrôle Continu, le 9//9 Le contrôle dure heure. Questions de cours. ) Soit f :]a, b[ ]c, d[ unefonctionbijectiveetdérivabletelleque,pourtoutx

Plus en détail

Fonctions de deux variables. Mai 2011

Fonctions de deux variables. Mai 2011 Fonctions de deux variables Dédou Mai 2011 D une à deux variables Les fonctions modèlisent de l information dépendant d un paramètre. On a aussi besoin de modéliser de l information dépendant de plusieurs

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

ANALYSE STATIQUE D UNE POUTRE SOUMISE A UNE CHARGE VARIABLE

ANALYSE STATIQUE D UNE POUTRE SOUMISE A UNE CHARGE VARIABLE ANALYSE STATIQUE D UNE POUTRE SOUMISE A UNE CHARGE VARIABLE Description du problème L écoulement sur une plaque plane fait partie des problèmes classiques de la mécanique des fluides les plus étudiés.

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions de plusieurs variables Bernard Ycart Ce chapitre contient des techniques que vous utiliserez très souvent en physique, mais les justifications

Plus en détail

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS

SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR CONCEPTION DE PRODUITS INDUSTRIELS SESSION 214 ETUDE DE PRODUITS INDUSTRIELS SOUS EPREUVE E51 MODELISATION ET COMPORTEMENT DES PRODUITS INDUSTRIELS Durée : 4 heures Aucun

Plus en détail

Méthode des éléments-finis par l exemple

Méthode des éléments-finis par l exemple par l exemple Daniel Choï 1 LMNO Groupe Mécanique Modélisation Mathématique et Numérique Université de Caen, Bld Maréchal Juin, 14032 Caen Cedex, France Version Avril 2010 1. daniel.choi@unicaen.fr Ce

Plus en détail

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations

IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations IV- Equations, inéquations dans R, Systèmes d équations 1- Equation à une inconnue Une équation est une égalité contenant un nombre inconnu noté en général x et qui est appelé l inconnue. Résoudre l équation

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux

TUBES ET ACCESSOIRES Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux TUBES ET ACCESSOIRES 47 Serrurier A ailettes Construction Canalisation Spéciaux Possibilité d autres sections sur demande. Les caractéristiques indiquées sont théoriques et non garanties. TUBES 48 TUBES

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Département de Génie Civil

Département de Génie Civil Sommaire Chapitre 01 : RAPPEL... 5 I Rappel de mathématiques... 5 I-1 Equation du 1 ier degrés à deu inconnues... 5 I- Equation du Second degré à deu inconnues... 5 I-3 Calcul d intégrale... 6 I-4 Equation

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Hervé Oudin. HAL Id: cel-00341772 https://cel.archives-ouvertes.fr/cel-00341772v1

Hervé Oudin. HAL Id: cel-00341772 https://cel.archives-ouvertes.fr/cel-00341772v1 Méthode des éléments finis Hervé Oudin To cite this version: Hervé Oudin. Méthode des éléments finis. École d ingénieur. Ecole Centrale de Nantes, 2008, pp.63. HAL Id: cel-00341772 https://cel.archives-ouvertes.fr/cel-00341772v1

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail