Coût de production du raisin biologique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Coût de production du raisin biologique"

Transcription

1 Coût de production du raisin biologique Synthèse d enquêtes en Languedoc-Roussillon Nicolas CONSTANT

2 Méthode Etudier le coût de production du raisin à la parcelle Réalisation d enquêtes auprès de viticulteurs biologiques (après phase de conversion) Coûts de production estimés à la parcelle Description de l itinéraire technique 2010, sur 2 parcelles «contrastées en terme de difficulté de travail du sol» 35 Domaines enquêtés : Gard : 14, Hérault : 11, Aude : 6, Pyrénées Orientales : 4 67 parcelles

3 Hypothèses Coût de la MO : travaux non mécanisés : 12,5 /h, travaux mécanisés : 15 /h Coûts «lissés» sur plusieurs années : prise en compte du coût partiel d opérations non réalisées tous les ans (cf fertilisation) Coût de production ramené à la tonne de raisin, calculé à partir de l équivalence : 1 hl 130 kg Chaque parcelle a été attribué à un «territoire» : plaine, coteau, semi coteau Coût du matériel : BCMA, 2010: frais de fonctionnement + consommable + amortissement

4 Entretien du sol Rang / interrang, Nombre de passages, Temps d intervention Protection Fongici / insectici, Nombre de traitements, IFT Coût parcelle Fertilisation Quantité d azote apporté Divers Sarments : prétaille, taille, broyage, attachage Feuillage : effeuillage, épamprage, écimage, Relevage, éclaircissage, ébourgeonnage Vendanges Divers : gestion remplaçants, entretien palissage..

5 Détail de chaque segment de l itinéraire technique Prestation de service Main d œuvre Entretien du sol Intrants Mécanisation

6 Résultats

7 Données générales Tableau n 1 : répartition parcelles enquêtées par département et territoire Département Territoire Total / Plaine Semi coteau Coteau département Aude Gard Hérault Pyrénées-Orientales Total territoire

8 Données générales Tableau n 1 : Moyenne caractéristiques générales parcelles enquêtées Département Territoire Plaine Semi coteau Coteau Echantillon total Rendement 8,6 t 4,6 t 2,4 t 6,4 t Surface du domaine 58 ha 30 ha 24 ha 44 ha Année de certification AB Résultats du test de Newman et Keuls au seuil de 5% : les chiffres contenus dans deux cases de même couleur sur une même ligne du tableau ne sont pas statistiquement différents

9 Coût / ha Variabilité : x 3 (1673 / 4991 ) Avec le soutien financier de 9 : Réunion CER France -AIVB-4 octobre 2011

10 Coût / ha Coût/ha : effet «territoire» (plaine, semi coteau, coteau) non significatif, mais hiérarchie moyennes :

11 Coût / t Coût/t : effet «territoire» (plaine, semi coteau, coteau) significatif: Coût / t Plaine Semi Coteau Coteau Moyenne Mini Maxi

12 % différents segments de l itinéraire technique dans le coût / ha Réunion CER France -AIVB -4 octobre

13 % différents postes dans le coût / ha > aux autres territoires < aux autres territoires Réunion CER France -AIVB -4 octobre

14 Conclusion Grande variabilité coûts de production à l ha, Principal poste de dépense : main d œuvre (environ 50% du coût/ha), Territoire influence davantage la structuration du coût de production que le coût lui-même : + d intrants et de matériel sur les zones de plaine, + de main d œuvre sur les zones de coteau

15 Merci pour votre attention Travail réalisé avec le soutien financier de En collaboration avec

16 Coût de l'entretien mécanique du sol en zone non mécanisable au tracteur Anne de Chancel Chambre d'agriculture du Roussillon

17 Contexte : 10 captages prioritaires dans le Roussillon : La majorité dans : -la vallée de l'agly -le Cru Banyuls Cause : présence de désherbants dans les eaux ( triazines) Seuils dépassés en 2009 En baisse depuis Particularité de ces vignobles : désherbage en plein utilisé Depuis années

18 Banyuls : fortes à très fortes pentes, murettes et plantations étroites

19 Banyuls : fortes à très fortes pentes, murettes et plantations étroites

20 Vallée de l'agly : pentes plus faibles, murettes et plantations étroites

21 Vallée de l'agly : pentes plus faibles, murettes et plantations étroites

22 Objectif : trouver une aide à l'ha qui pourrait encourager les agriculteurs à abandonner les désherbants : - aide à l'ha = MAE : l'aide proposée pour l'engagement unitaire qui correspond à l'abandon désherbants en zone de plaine (cas général, avec calcul sur-couts basés sur le travail du sol 100% mécanisé au tracteur) aide proposée : -184 /ha pour la suppression désherbants -350 /ha pour le passage en bio Evaluation du surcoût dans zones non mécanisables au tracteur : - calcul fait à dire d'expert - enquête réalisée chez les vignerons deux zones

23 Rappels : outils utilisés en fonction pentes : Mais aussi débroussailleuse portative, chadic...

24 Résultat de l'enquête : Sur Banyuls Par traction animale /ha (soit 120 /hl de vin produit) à /ha (soit 387 /hl de vin produit) Par Chenillard (un seul cas sur Banyuls) /ha (soit 61 /hl de vin produit). Motoculteur : /ha (soit 193 /hl de vin produit). Débroussailleuse portative /ha (soit 230 /hl de vin produit) à /ha (soit 195 /hl de vin produit).

25 Résultat de l'enquête : Sur l'agly Par traction animale Entre et /ha soit 76 à 111 /hl Par Chenillard entre et /ha, soit 75 à 79 /hl Motoculteur : 1362,00 /ha, soit 68 /hl Treuil : /ha, soit 79 /hl environ.

26 Conclusion : Vu qu'un désherbage chimique est évalué à 390 /ha pour le cru banyuls (pompe à dos) 330 /ha pour la vallée de l'agly (pulvérisateur et lance) Les surcoûts s'échelonnent de 1440 à plus de 7000 /ha sur le cru Banyuls et de 849 à 1440 /ha pour la vallée de l'agly.

27 Merci pour votre attention En collaboration avec

Conversion à la viticulture biologique : Une diversité de situations à accompagner

Conversion à la viticulture biologique : Une diversité de situations à accompagner Conversion à la viticulture biologique : Une diversité de situations à accompagner SITEVI 2013 www.inra.fr/viticulture-bio 50% des surfaces «bio» sont en conversion 2011 : 7,4% de la SAU vigne (> aux objectifs

Plus en détail

ANALYSE de GROUPE Exploitations VITICOLES en Agriculture Biologique. RESULTATS des RECOLTES 2008-2009-2010 15 janvier 2013

ANALYSE de GROUPE Exploitations VITICOLES en Agriculture Biologique. RESULTATS des RECOLTES 2008-2009-2010 15 janvier 2013 ANALYSE de GROUPE Exploitations VITICOLES en Agriculture Biologique RESULTATS des RECOLTES -- 15 janvier 2013 Etude réalisée dans le cadre du projet transfrontalier Améliorer les performances économiques

Plus en détail

Mecacost, un outil de calcul du coût d utilisation des machines agricoles maintenant disponible sur Internet:

Mecacost, un outil de calcul du coût d utilisation des machines agricoles maintenant disponible sur Internet: Mecacost, un til de calcul du coût d utilisation des machines agricoles maintenant disponible sur Internet: http:mecacost.cra.wallonie.be Fabienne Rabier & Olivier Miserque, Centre wallon de Recherches

Plus en détail

Essentiellement naturelles excepté en Bretagne

Essentiellement naturelles excepté en Bretagne PRAIRIES PERMANENTES - Renouvellement Essentiellement naturelles excepté en Bretagne Les prairies permanentes des six régions enquêtées (Bretagne, Pays de la Loire, Haute et Basse-Normandie, Picardie et

Plus en détail

Spécificités et perspectives des filières viticoles bio

Spécificités et perspectives des filières viticoles bio Spécificités et perspectives des filières viticoles bio Déroulement : 1. Le marché des vins bio : où en est on? (Thierry Duchenne) 2. La filière viticole biologique du Val de Loire - Centre (Cécile Perret)

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION SUR LA PRODUCTION DE POMME DE TERRE ET DE CAROTTE POUR LES PRODUCTEURS DE ZOB (VAKINANKARATRA)

RAPPORT DE FORMATION SUR LA PRODUCTION DE POMME DE TERRE ET DE CAROTTE POUR LES PRODUCTEURS DE ZOB (VAKINANKARATRA) Centre d Expérimentation et de Formation en Fruits et Légumes Andranobe Antsirabe 110 Madagascar RAPPORT DE FORMATION SUR LA PRODUCTION DE POMME DE TERRE ET DE CAROTTE POUR LES PRODUCTEURS DE ZOB (VAKINANKARATRA)

Plus en détail

DEMANDE DE DEROGATION TEMPORAIRE A L INTERDICTION D EPANDAGE PAR VOIE AERIENNE DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES

DEMANDE DE DEROGATION TEMPORAIRE A L INTERDICTION D EPANDAGE PAR VOIE AERIENNE DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES DEMANDE DE DEROGATION TEMPORAIRE A L INTERDICTION D EPANDAGE PAR VOIE AERIENNE DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES MAI à AOUT 2015 Département du Haut-Rhin Demandeur : Coopérative Agricole de Céréales (68 COLMAR)

Plus en détail

L ENTRE PLANTATION une solution pour maintenir le potentiel de production?

L ENTRE PLANTATION une solution pour maintenir le potentiel de production? L ENTRE PLANTATION une solution pour maintenir le potentiel de production? Le vieillissement du vignoble, du fait d un renouvellement insuf sant, et l absence de solution ef cace pour lutter contre les

Plus en détail

UNE REVOLUTION DANS LA CONDUITE. Le Tbord en raisin de table

UNE REVOLUTION DANS LA CONDUITE. Le Tbord en raisin de table UNE REVOLUTION DANS LA CONDUITE Le Tbord en raisin de table Le Tbord : une révolution dans la conduite - La situation du raisin de table en France - Les raisons du changement de conduite - La mise en œuvre

Plus en détail

Les caractéristiques de la viticulture landaise

Les caractéristiques de la viticulture landaise Armagnac Mardi 20 décembre 2011 La tide d Armagnac Les caractéristiques de la viticulture landaise 1 Les zones d appellation Landes 1200 ha Gers 18500 ha 10 ha 100 ha 450 ha Le vignoble landais Evolution

Plus en détail

SOJA SEC BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009

SOJA SEC BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009 SOJA SEC BIO RESULTATS ECONOMIQUES 29 CALCUL DE LA MARGE BRUTE ( /HA) Seule, l aide couplée est retenue car elle est associée à la culture, contrairement aux DPU. Ces dernières aides sont propres à chaque

Plus en détail

UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE LE BILAN DES MINERAUX

UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE LE BILAN DES MINERAUX UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE LE BILAN DES MINERAUX 1. Présentation de la méthode 1. Objectifs Le bilan azote (N), phosphore (P), potassium (K) permet d observer ce qui se passe aux portes de l exploitation

Plus en détail

LENTILLE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009

LENTILLE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 2009 LENTILLE BIO RESULTATS ECONOMIQUES 9 CALCUL DE LA MARGE BRUTE ( /HA) La colonne «Mini» correspond au minimum de chaque thématique en ligne. Par exemple la charge de semis à /ha n a pas été obtenue avec

Plus en détail

Les enjeux et les perspectives de la viticulture bio La production de vins bio en France

Les enjeux et les perspectives de la viticulture bio La production de vins bio en France La production de vins bio en France Service Economique Anne Forgeat Les productions de vins issus de l agriculture biologique dans le monde Les vins issus de l agriculture biologique dans le monde en 2009

Plus en détail

LUXOPUNCTURE EVALUATION DES TRAITEMENTS

LUXOPUNCTURE EVALUATION DES TRAITEMENTS LUXOPUNCTURE EVALUATION DES TRAITEMENTS A VISEE D'AMINCISSEMENT ET D'ARRET DE LA CONSOMMATION DE TABAC 256, rue Eugène Avinée 5912 LOOS FRANCE Tél. : +33 () 3 28 16 2 8 Fax : +33 () 3 28 16 2 89 www.tereo-int.com

Plus en détail

Mesp@rcelles : un outil pour y répondre

Mesp@rcelles : un outil pour y répondre RAPPEL SUR LES PRINCIPALES EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES Mesp@rcelles : un outil pour y répondre Dossier PAC, traçabilité, directive nitrates... Depuis quelques années, les agriculteurs et les vignerons en

Plus en détail

LES COMPTES DE STOCKS

LES COMPTES DE STOCKS LES COMPTES DE STOCKS Les coûts étant calculés par période (généralement tous les mois), les notions de stock initial et de stock final n interviennent pas qu une seule fois par an comme en comptabilité

Plus en détail

«Situation actuelle de la viticulture» Chiffres clés de la production viti-vinicole héraultaise

«Situation actuelle de la viticulture» Chiffres clés de la production viti-vinicole héraultaise «Situation actuelle de la viticulture» Chiffres clés de la production viti-vinicole héraultaise AG Confédération Paysanne 18 février 2010 Les acteurs de la viticulture héraultaise 3 866 exploitations viticoles

Plus en détail

REFERENTIEL BIO DU VIGNERON JURASSIEN Vente directe - Année 2012

REFERENTIEL BIO DU VIGNERON JURASSIEN Vente directe - Année 2012 REFERENTIEL BIO DU VIGNERON JURASSIEN Vente directe - Année 2012 Ce référentiel du vigneron jurassien version 2012 a été réalisé d'après les travaux d un partenariat Société de Viticulture du Jura, CER

Plus en détail

Panorama du secteur viticole indien. Laurent MAYOUX VINIFLHOR. 20 novembre 2008

Panorama du secteur viticole indien. Laurent MAYOUX VINIFLHOR. 20 novembre 2008 Panorama du secteur viticole indien Laurent MAYOUX VINIFLHOR 20 novembre 2008 Plan de l exposé Contexte socio-économique indien Origine et évolution du vignoble Caractéristiques techniques du vignoble

Plus en détail

LES COÛTS DE REVIENT EN VITICULTURE UNE ETUDE MENEE SUR LES EXPLOITATIONS VITICOLES DU BERGERACOIS

LES COÛTS DE REVIENT EN VITICULTURE UNE ETUDE MENEE SUR LES EXPLOITATIONS VITICOLES DU BERGERACOIS LES COÛTS DE REVIENT EN VITICULTURE UNE ETUDE MENEE SUR LES EXPLOITATIONS VITICOLES DU BERGERACOIS CER France DORDOGNE SERVICE ECONOMIQUE 28 1 1.1 La présentation de l échantillon CER France 24 1.1.1 Plusieurs

Plus en détail

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du Collège Montmorency Juin 2014 Introduction Le Collège Montmorency est un établissement d enseignement collégial public. Une nouvelle version de

Plus en détail

Aspects liés aux investissements

Aspects liés aux investissements Aspects liés aux investissements Comité 1 Modéré par M. Théophile Ogandaga 150 personnes, 50 recommandations Question clé n 1 Quels investissements sont prévus dans le programme GRAINE? Objectif Présenter

Plus en détail

Comité pour les Métaux Stratégiques

Comité pour les Métaux Stratégiques Comité pour les Métaux Stratégiques Présentation de Guerbet Une entreprise totalement focalisée sur les produits de contraste, les dispositifs médicaux et les solutions innovantes, indispensables à l'imagerie

Plus en détail

SEIDO. Internet des Objets. Lionel Capo-Chichi. 11 Décembre 2015

SEIDO. Internet des Objets. Lionel Capo-Chichi. 11 Décembre 2015 SEIDO Internet des Objets Lionel Capo-Chichi 11 Décembre 2015 Sommaire 1) Contexte du stage travaux antérieurs 2) Objectifs du stage 3) Résultats obtenus 4) Poursuite des travaux en 2016 2015 - Workshop

Plus en détail

Guy MICHEL agriculteur bio à Artonne (63) Guy MICHEL agriculteur bio à Artonne (63) Le désherbage mécanique :

Guy MICHEL agriculteur bio à Artonne (63) Guy MICHEL agriculteur bio à Artonne (63) Le désherbage mécanique : Présentation de ma ferme : Ferme de 52 ha située en petite Région Limagne nord (coteau de Limagne) Uniquement des cultures : Céréales : 61% (blé, épeautre,orge, avoine, seigle,sarrasin) Oléagineux : 15%

Plus en détail

Atelier sur la comptabilité analytique

Atelier sur la comptabilité analytique Atelier sur la comptabilité analytique SOMMAIRE La comptabilité d engagement Les comptes en T Les effets temps Les différents journaux Les documents supports en comptabilité Enregistrer les opérations

Plus en détail

Zéro Herbi Viti la conduite des vignes sans herbicides

Zéro Herbi Viti la conduite des vignes sans herbicides Lettre actualités n 72 - mai 2015 Zéro Herbi Viti la conduite des vignes sans herbicides C. Gaviglio : IFV Pôle Sud Ouest - Tél : 05 63 33 62 62 christophe.gaviglio@vignevin.com Zéro Herbi Viti la conduite

Plus en détail

Réduire les intrants : présentation d'une démarche systémique

Réduire les intrants : présentation d'une démarche systémique Réduire les intrants : présentation d'une démarche systémique Morgane Petitgenet, IFV/INRA Bordeaux UMR SAVE Laurent Delière, INRA Bordeaux UMR SAVE Ludivine Davidou, Chambre d'agriculture de la Gironde

Plus en détail

Pérennisation Projet de création d entreprise

Pérennisation Projet de création d entreprise www.btsag.com 1/6 24/09/2012 Pérennisation Projet de création d entreprise Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com ou http://www.btsag.com Utilisation : Reproduction

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS DE TRAVAUX VITICOLES

CONTRAT DE PRESTATIONS DE TRAVAUX VITICOLES CONTRAT DE PRESTATIONS DE TRAVAUX VITICOLES DESIGNATION DES PARTIES Entre les soussignés Raison sociale de l entreprise : Adresse du siège social : Représenté par : Siret n : TVA n : MSA n : Entreprise

Plus en détail

Question n 1 : Pour les deux filières de valorisation des pneumatiques, déterminez la marge sur coût variable et le résultat.

Question n 1 : Pour les deux filières de valorisation des pneumatiques, déterminez la marge sur coût variable et le résultat. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve de spécialisation Calculatrice électronique autorisée A.D. 2013 Concours externe et interne Dossier n 1 : Rentabilité des activités La société RenovPneu est une société

Plus en détail

Le trio œuvre chaque jour pour élaborer des vins de qualité, en respectant au mieux son terroir et son environnement.

Le trio œuvre chaque jour pour élaborer des vins de qualité, en respectant au mieux son terroir et son environnement. DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2016 En 1993, Roger Thiéry, un homme d affaires à la retraite, achète une propriété lotoise sur la commune de Saux, à l extrémité sud-ouest de la zone d appellation des vins de

Plus en détail

Fiche Technique. Abricot. Septembre 2008

Fiche Technique. Abricot. Septembre 2008 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Arboriculture Abricot Septembre 2008 Rédigée par : Eric HOSTALNOU Chambre d Agriculture du Roussillon Potentiel des marchés Production

Plus en détail

Les déchets d activités de soins (DAS)

Les déchets d activités de soins (DAS) DONNÉES 2013 De quoi parle-t-on? Les déchets d activités de soins (DAS) Les déchets d activités de soins sont les déchets issus des activités de recherche, de diagnostic, de suivi et de traitement préventif,

Plus en détail

Un modèle opérationnel pour le diagnostic des émissions de nitrate aux champs V PARNAUDEAU, R REAU, P DUBRULLE, A DUPONT, B ROBERT (INRA)

Un modèle opérationnel pour le diagnostic des émissions de nitrate aux champs V PARNAUDEAU, R REAU, P DUBRULLE, A DUPONT, B ROBERT (INRA) Un modèle opérationnel pour le diagnostic des émissions de nitrate aux champs V PARNAUDEAU, R REAU, P DUBRULLE, A DUPONT, B ROBERT (INRA) NOM DE L AUTEUR 03 / 12 / 2013 Agriculture, pertes d azote/de nitrate

Plus en détail

Réforme des rythmes scolaires Temps d Activités Périscolaires (TAP)

Réforme des rythmes scolaires Temps d Activités Périscolaires (TAP) Réforme des rythmes scolaires Temps d Activités Périscolaires (TAP) Présentation des résultats de l enquête réalisée auprès des animateurs des TAP Juillet 2015 Méthodologie Ce document présente les résultats

Plus en détail

Les consommations d eau et d énergie dans les chais. Année de référence 2012 - Bourgogne

Les consommations d eau et d énergie dans les chais. Année de référence 2012 - Bourgogne Les consommations d eau et d énergie dans les chais Année de référence 2012 - Bourgogne La viticulture en Bourgogne La Bourgogne est l une des régions les plus productives de vin en France avec près de

Plus en détail

Fiche Pratique Rédiger mon Plan Prévisionnel de Fumure

Fiche Pratique Rédiger mon Plan Prévisionnel de Fumure 1. Mettre à jour son assolement Menu : Exploitation - Parcelles Cliquez sur et renseignez la culture, le nom de la parcelle, la CIPAN et le précédent (si besoin). Si vous devez découper ou fusionner 1

Plus en détail

DOSSIER DE FIN D ETAPE 1. Pièce technique B9 Les enjeux fonciers

DOSSIER DE FIN D ETAPE 1. Pièce technique B9 Les enjeux fonciers LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES DOSSIER DE FIN D ETAPE 1 Pièce technique B9 Les enjeux fonciers Sommaire 1. Contexte général... 3 2. Méthodologie... 3 2.1. Hiérarchisation des enjeux...3 2.2. Comparaison

Plus en détail

Coût de la création d un hectare de vigne

Coût de la création d un hectare de vigne Coût de la création d un hectare de vigne 1 re FEUILLE Main d œuvre Matériel Fourniture Nature des travaux en h / HA en h / HA en / HA Analyse de sol Fumure minérale Fumure organique Chaulage Labour Façons

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 Redon Ferme agriculturelle de la Haie Gwénolé LE VERGE La Mézière Maraîchage diversifié, vente directe et circuits courts 2011 2013 Le projet Le projet est né d un collectif de 3 personnes qui ont le souhait

Plus en détail

ENQUÊTE «BESOINS EN MAIN-D'ŒUVRE»

ENQUÊTE «BESOINS EN MAIN-D'ŒUVRE» ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES PÔLE EMPLOI LANGUEDOC-ROUSSILLON AVRIL 2015 AVRIL 2015 N 15 ENQUÊTE «BESOINS EN MAIN-D'ŒUVRE» 2 700 PROJETS DE RECRUTEMENTS SUR LE BASSIN D EMPLOI DE BAGNOLS SUR CÈZE EN 2015 24

Plus en détail

François BERUD Avignon le 17 février 2015. Richard Tremblay

François BERUD Avignon le 17 février 2015. Richard Tremblay Conseils pour l amélioration des conditions de travail lors Sous-Titre de la taille et l épamprage. François BERUD Avignon le 17 février 2015 Richard Tremblay PARTENAIRES Vignerons/ pépiniériste : La roncière

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA VALEUR DU SERVICE D INTRAGAZ POUR GAZ MÉTRO. Préparée dans le cadre du dossier R-3811-2012. de la Régie de l énergie du Québec.

ÉVALUATION DE LA VALEUR DU SERVICE D INTRAGAZ POUR GAZ MÉTRO. Préparée dans le cadre du dossier R-3811-2012. de la Régie de l énergie du Québec. ÉVALUATION DE LA VALEUR DU SERVICE D INTRAGAZ POUR GAZ MÉTRO Préparée dans le cadre du dossier R-3811-2012 de la Régie de l énergie du Québec Par Antoine Gosselin, économiste Pour Fédération canadienne

Plus en détail

Le Centre d Etudes et de Ressources sur la Diversification et les références technico-économiques en matière de circuit courts

Le Centre d Etudes et de Ressources sur la Diversification et les références technico-économiques en matière de circuit courts Le Centre d Etudes et de Ressources sur la Diversification et les références technico-économiques en matière de circuit courts Création en 1990 du CERD à l initiative d agriculteurs évoluant sur des circuits

Plus en détail

LES ETUDES SECURITE ET LE TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES (annexes)

LES ETUDES SECURITE ET LE TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES (annexes) 8 LES ETUDES SECURITE ET LE TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES (annexes) 3 268 1017 Transport: évaluation du risque (3) Exemple : transport du 2,4-dichlorophénol depuis le site du Pont de Claix (données

Plus en détail

Maîtrise des pollutions d origine vinicole

Maîtrise des pollutions d origine vinicole Maîtrise des pollutions d origine vinicole 1 - La production de vin dans le val de Loire Le cours de la Loire et de ses affluents est ponctué de régions viticoles prestigieuses. On dénombre 69 appellations

Plus en détail

Deux principales caractéristiques du scanner doivent être déterminées avec cette étude : la précision et la répétabilité de la prise de mesure.

Deux principales caractéristiques du scanner doivent être déterminées avec cette étude : la précision et la répétabilité de la prise de mesure. OT World 2014 Evaluation de la technologie des caméras de profondeur (type Kinect) pour l acquisition de données 3D pour la réalisation d appareillages orthopédiques I. But de l étude Ce document vise

Plus en détail

Dinde standard. Analyse par lot (642 lots) Durée de lot > 75 jours Souches de type médium Marge PA /m 2 /lot P. 27

Dinde standard. Analyse par lot (642 lots) Durée de lot > 75 jours Souches de type médium Marge PA /m 2 /lot P. 27 Dinde standard Analyse par lot (642 lots) Durée de lot > 75 jours Souches de type médium Marge PA /m 2 /lot 20,4 20,2 20 19,8 19,6 19,4 19,2 19 18,8 18,6 18,4 18,2 2009 Trim.3 2009 Trim.4 2010 Trim.1 2010

Plus en détail

1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE

1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE Page : 1 / 8 1. QUEL VOLUME DE BOUILLIE CHOISIR EN DESHERBAGE L utilisation des spécialités herbicides nécessite une technicité de plus en plus grande pour réaliser des applications de manière à la fois

Plus en détail

Prime à l arrachage de vignes Bilan 2008/2009 à 2010/2011. Conseil spécialisé filière viticole du 21 mars 2012

Prime à l arrachage de vignes Bilan 2008/2009 à 2010/2011. Conseil spécialisé filière viticole du 21 mars 2012 Prime à l arrachage de vignes Bilan 2008/2009 à 2010/2011 Conseil spécialisé filière viticole du 21 mars 2012 Le dispositif d arrachage de 2009 à 2011 Un régime pour 3 campagnes avec un objectif d éliminer

Plus en détail

Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts. Coûts et gestion à base d activités

Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts. Coûts et gestion à base d activités Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts Coûts et gestion à base d activités 1 Introduction Un coût : valeur d un ensemble de consommations dont le regroupement est utile à la prise de décisions

Plus en détail

LES ATELIERS DU SIMA BILAN GAZ À EFFET DE SERRE DE L ACTIVITÉ DE COMPOSTAGE DES DÉCHETS ORGANIQUES

LES ATELIERS DU SIMA BILAN GAZ À EFFET DE SERRE DE L ACTIVITÉ DE COMPOSTAGE DES DÉCHETS ORGANIQUES LES ATELIERS DU SIMA BILAN GAZ À EFFET DE SERRE DE L ACTIVITÉ DE COMPOSTAGE DES DÉCHETS ORGANIQUES Conception d un programme de calcul pour les Agriculteurs Composteurs de France SOMMAIRE Contexte / Problématique

Plus en détail

Laverie Solidaire Dépôt-Vente. La Boîte à Linge 1/6

Laverie Solidaire Dépôt-Vente. La Boîte à Linge 1/6 Laverie Solidaire Dépôt-Vente La Boîte à Linge 1/6 Présentation du projet Résumé du projet Le projet repose sur la création d un espace comprenant une laverie solidaire (salle de lavage des tapis et laverie

Plus en détail

Synthèse des résultats

Synthèse des résultats Suivi du marché des installations individuelles solaires thermiques en France métropolitaine en 2011 Synthèse des résultats E- mail : observ.er@energies- renouvelables.org Septembre 2012 Observ ER Filière

Plus en détail

BAUX A FERME REVISION

BAUX A FERME REVISION BAUX A FERME REVISION Depuis octobre 2010, la révision des fermages se fait en fonction de l indice national des fermages qui est de 109,59 pour l année 2016, soit une baisse de 0,42 %. Concrètement, la

Plus en détail

Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques.

Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques. Architecture Matérielle des Systèmes Informatiques. S BTS Informatique de Gestion ère année THEME : L ORDINATEUR ET SON ENVIRONNEMENT Dossier 2 Les systèmes de numération : la base 2. Objectifs Maîtriser

Plus en détail

Alimentation en eau potable, ruissellement et assistance technique départementale. Commission Sud Essonne 02 décembre 2009

Alimentation en eau potable, ruissellement et assistance technique départementale. Commission Sud Essonne 02 décembre 2009 Alimentation en eau potable, ruissellement et assistance technique départementale Commission Sud Essonne 02 décembre 2009 Bilan et perspectives en matière d alimentation en eau potable Origine de l eau

Plus en détail

PREMIERE EVALUATION DES CAPTURES DE POISSONS PAR PECHE A LA LIGNE DEPUIS LE BORD DU LAC D ANNECY SAISON 2009

PREMIERE EVALUATION DES CAPTURES DE POISSONS PAR PECHE A LA LIGNE DEPUIS LE BORD DU LAC D ANNECY SAISON 2009 FEDERATION DE HAUTE-SAVOIE POUR LA PECHE ET LA PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE PREMIERE EVALUATION DES CAPTURES DE POISSONS PAR PECHE A LA LIGNE DEPUIS LE BORD DU LAC D ANNECY SAISON 2009 Enquête auprès

Plus en détail

Les voyages des Français en Normandie. en 2008

Les voyages des Français en Normandie. en 2008 Les voyages des Français en en 2008 Synthèse des résultats de l enquête Suivi de la Demande Touristique, pour la Méthodologie : L'enquête Suivi de la Demande Touristique est réalisée tous les mois depuis

Plus en détail

Spécificités en viticulture biologique

Spécificités en viticulture biologique Spécificités en viticulture biologique Eric L Helgoualch François Bérud A retenir avant traitement - Pas de plantes fleuries dans la parcelle => Broyage - Eviter les heures de butinage - Epamprage des

Plus en détail

LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS

LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS LA PREPARATION DE CHANTIER LES TEMPS BUTS Quelque soit l'industrie, il est nécessaire de posséder des catalogues de temps pour déterminer la valeur du travail. En effet il ne manque pas d'exemples où les

Plus en détail

Notice d utilisation du module de calcul des doses. Historique du projet Optidose et présentation des résultats. - Avril 2010 -

Notice d utilisation du module de calcul des doses. Historique du projet Optidose et présentation des résultats. - Avril 2010 - Notice d utilisation du module de calcul des doses Historique du projet Optidose et présentation des résultats - Avril 21-1- Notice d utilisation du module de calcul des doses I Quels paramètres faut-il

Plus en détail

Evaluation technico-économique d un atelier agroforestier

Evaluation technico-économique d un atelier agroforestier Evaluation technico-économique d un atelier agroforestier Investissement, Rentabilité, Temps de travail Thomas Borrell, INRA Montpellier CA Paris 26/01/2005 Introduction L agroforesterie est techniquement

Plus en détail

BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU

BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU CONSOMMATEUR VIS-A-VIS DES NITRATES EN 2012 Le code de la santé publique (CSP) établit le programme d analyses du contrôle sanitaire des eaux à mettre en œuvre

Plus en détail

«Billard hollandais»

«Billard hollandais» «Billard hollandais» Présentation sommaire Identification : Jeu d adresse Personne(s) rencontrée(s) : Confédération FALSAB Localisation municipalité) : (région, département, Hollande Indexation : Palet

Plus en détail

Comptabilité de gestion

Comptabilité de gestion Comptabilité de gestion Les coûts partiels Coûts -Coûts fixes : Ce sont des coûts indépendants qui ne dépendent pas de l'activité et permettent le bon fonctionnement de l'entreprise ( loyer, coûts administratifs,

Plus en détail

Conjoncture vitivinicole mondiale 2014

Conjoncture vitivinicole mondiale 2014 Paris, le 27 Avril 2015 CONFERENCE DE PRESSE Conjoncture vitivinicole mondiale 2014 Directeur Général Jean-Marie Aurand Eléments pour 2014 relatifs: Le potentiel de production La production de vin La consommation

Plus en détail

Dossier de candidature Prix 2016

Dossier de candidature Prix 2016 Dossier de candidature Prix 2016! Document à renvoyer complété à secretariat.coepia@dila.gouv.fr Dossier de candidature Comment présenter une candidature? Pour soumettre un projet et concourir pour le

Plus en détail

Chapitre 1: L analyse du résultat

Chapitre 1: L analyse du résultat Chapitre 1: L analyse du résultat I. Les trois niveaux du compte de résultat Le résultat d exploitation mesure la performance industrielle et commerciale liée à la gestion de l activité courante. 60 61

Plus en détail

LA METHODE DES CENTRES

LA METHODE DES CENTRES FORMATION INDIVIDUALISEE A LA GESTION DUT GEA LA METHODE DES CENTRES D ANALYSE OBJECTIF DU DOSSIER : «ETRE CAPABLE DE CALCULER UN COUT COMPLET PAR LA METHODE DES CENTRES D A NALYSE» Prérequis : Comptabilité

Plus en détail

UE 4 : Evaluation des méthodes d analyse appliquées aux sciences de la vie et de la santé

UE 4 : Evaluation des méthodes d analyse appliquées aux sciences de la vie et de la santé Sujet bonus de Biostatistiques n 1 UE 4 : Evaluation des méthodes d analyse appliquées aux sciences de la vie et de la santé Documents et calculatrices autorisés RECOMMANDATIONS IMPORTANTES AVANT DE COMMENCER

Plus en détail

De la vigne au vin Photo CIVA

De la vigne au vin Photo CIVA De la vigne au vin Photo CIVA Conception et rédaction Anne Freyder dessins André Rott Conseil Interprofessionnel des Vins d'alsace - 03.89.20.16.20 - bibio@civa.fr - 2007 La vigne est cultivée en Alsace

Plus en détail

La SAFER, un opérateur au service du territoire rural. Les caractéristiques du foncier rural Audois

La SAFER, un opérateur au service du territoire rural. Les caractéristiques du foncier rural Audois La SAFER, un opérateur au service du territoire rural Les caractéristiques du foncier rural Audois 1. La structure du foncier (base DGFIP 2010) 2. Le marché foncier (analyse des DIA) 3. Quelques problématiques

Plus en détail

Préambule. A g r i c u lt u r e. Références technico-économiques. Synthèse de données F i c h e s t e c h n i c o - é c o n o m i q u e s

Préambule. A g r i c u lt u r e. Références technico-économiques. Synthèse de données F i c h e s t e c h n i c o - é c o n o m i q u e s A g r i c u lt u r e biologique Réseau bio légumes rhône-alpes F i c h e s t e c h n i c o - é c o n o m i q u e s Références technico-économiques LEGUMES BIOLOGIQUES Synthèse de données 2009 Préambule

Plus en détail

HIERARCHIE DES COUTS ET COÛT COMPLET

HIERARCHIE DES COUTS ET COÛT COMPLET HIERARCHIE DES COUTS ET COÛT COMPLET Finalité de la démarche Calculer les coûts associés aux différentes étapes d'un processus industriel. Prérequis Notions de charges directes et indirectes, choix des

Plus en détail

BILAN ECONOMIQUE 2014 EN PRODUCTION AVICOLE BIOLOGIQUE

BILAN ECONOMIQUE 2014 EN PRODUCTION AVICOLE BIOLOGIQUE BILAN ECONOMIQUE 2014 EN PRODUCTION AVICOLE BIOLOGIQUE Juliette PROTINO 1, 1 SYNALAF, 7 rue du faubourg poissonnière, 75009 Paris INTRODUCTION En 2013, les poulets biologiques représentaient 1% des abattages

Plus en détail

MODULE 2205 : CALCUL ET ANALYSE DES COÛTS CORRECTION DES EXERCICES SUR LE CHAPITRE 7 LE SEUIL DE RENTABILITÉ

MODULE 2205 : CALCUL ET ANALYSE DES COÛTS CORRECTION DES EXERCICES SUR LE CHAPITRE 7 LE SEUIL DE RENTABILITÉ MODULE 2205 : CALCUL ET ANALYSE DES COÛTS CORRECTION DES EXERCICES SUR LE CHAPITRE 7 LE SEUIL DE RENTABILITÉ CORRECTION EXERCICE 1 CAS CUP 1. Compte de résultat différentiel de l entreprise CUP ELEMENTS

Plus en détail

NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE

NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE NOUVELLES CULTURES NOUVELLES SOURCES DE LITIÈRE PAR PIERRE BÉLANGER, agr. BÉLANGER Agro-consultant Inc. en collaboration avec le CRÉDÉTAO et la participation financière de la MRC et CLD de Papineau 30

Plus en détail

RDV Tech&Bio 2016. Réduction du cuivre en Charentes, Est-ce possible?

RDV Tech&Bio 2016. Réduction du cuivre en Charentes, Est-ce possible? RDV Tech&Bio 2016 Réduction du cuivre en Charentes, Est-ce possible? Utilisation du cuivre en Charentes Présentation basée sur l étude du réseau des 12 fermes de référence en viticulture biologique en

Plus en détail

EPAMPRAGE DE LA VIGNE : LIMITER L'UTILISATION DES INTRANTS

EPAMPRAGE DE LA VIGNE : LIMITER L'UTILISATION DES INTRANTS Compte rendu EPAMPRAGE DE LA VIGNE : LIMITER L'UTILISATION DES INTRANTS Auteur : Christophe Gaviglio - ITV France Midi-Pyrénées Contact : V innopôle BP 22 81310 Lisle sur Tarn Date de publication : mai

Plus en détail

Résultats pour la Belgique Analyse Contacts avec le Dentiste Enquête de Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Belgique Analyse Contacts avec le Dentiste Enquête de Santé, Belgique, 1997 7.3.1. Introduction L utilisation de soins dentaires en Belgique n est pas élevée, et ce plutôt parce que l on accorde peu d attention à la dentition qu à cause d une bonne hygiène dentaire. Les contacts

Plus en détail

ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE DE ROTATIONS EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES SANS ÉLEVAGE

ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE DE ROTATIONS EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES SANS ÉLEVAGE ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE DE ROTATIONS EN GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES SANS ÉLEVAGE Jean-François Garnier D après un travail de Jean-Baptiste Bonte (étudiant ISA Lille) ARVALIS Institut du Végétal Pôle

Plus en détail

Les projets de maisons individuelles en 2007

Les projets de maisons individuelles en 2007 Construction neuve de logements Les projets de individuelles en 2007 Deux logements neufs sur trois en, sont le fait d un particulier, qui dispose ou achète un terrain, pour faire construire sa maison.

Plus en détail

Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières. Madeleine Chagnon, Ph.D.

Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières. Madeleine Chagnon, Ph.D. Comment protéger les abeilles de la dérive de pesticides dans les cannebergières Madeleine Chagnon, Ph.D. Entomologiste, chercheure Professeure associée, Département des sciences biologiques, UQAM; Centre

Plus en détail

Fiche de poste Responsable des travaux et de la maintenance

Fiche de poste Responsable des travaux et de la maintenance Fiche de poste Responsable des travaux et de la maintenance Intitulé, type de contrat, type de poste Responsable des Travaux et de la Maintenance pour un Etablissement Public Administratif Contrat à durée

Plus en détail

I ) Ces affirmations sont-elles vraies ou fausses? 1- La taille d une personne varie proportionnellement à son poids. 2- Pour l essence, le prix à

I ) Ces affirmations sont-elles vraies ou fausses? 1- La taille d une personne varie proportionnellement à son poids. 2- Pour l essence, le prix à 1- Encore un tri de problèmes 2- Le segment, 1 ère approche 3- La règle de trois 4- Définition, propriétés, procédures induites, programmes 2008, repères 5- Suggestion d une progression 6- Exemples illustrés

Plus en détail

L OFFRE DE TRAVAIL. Application du schéma d analyse construit pour représenter le comportement de consommation : explication de l offre de travail.

L OFFRE DE TRAVAIL. Application du schéma d analyse construit pour représenter le comportement de consommation : explication de l offre de travail. L OFFRE DE TRAVAIL Application du schéma d analyse construit pour représenter le comportement de consommation : explication de l offre de travail. 1. Logique du raisonnement. Outils mis au point dans la

Plus en détail

1. Sur le cadre règlementaire : L Instance Nationale des Télécommunications,

1. Sur le cadre règlementaire : L Instance Nationale des Télécommunications, Décision n 83 en date du 12 décembre 2011 portant détermination du taux de rémunération du capital avant impôt à utiliser pour évaluer les coûts et les tarifs des activités régulées des opérateurs de réseaux

Plus en détail

LES BLOUSES ROSES Annexe 2014 des comptes consolidés ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES

LES BLOUSES ROSES Annexe 2014 des comptes consolidés ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES ANNEXE DES COMPTES CONSOLIDES SOMMAIRE I. Principes, règles et méthodes comptables 1.1. Principes généraux 1.2. Méthodes d évaluation pratiquées 1.2.1. Immobilisations 1.2.2. Amortissements des immobilisations

Plus en détail

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale!

La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! La canneberge en alimentation porcine : pas en gelée mais pour améliorer la santé intestinale! Journée sur l innovation en agriculture Alma, le 1 décembre 215 Nadia Bergeron, agr., M. Sc., Ph. D. Chargée

Plus en détail

Produire un vin industriel rentable en Languedoc

Produire un vin industriel rentable en Languedoc Produire un vin industriel rentable en Languedoc De la la vigne à la la bouteille Christophe ROUX Directeur secteur Aude ICV Quelques exemples de vin industriel Pris sur les différents continents Jacob/s

Plus en détail

Approche traditionnelle : La méthode des coûts complets. Rappels & développements

Approche traditionnelle : La méthode des coûts complets. Rappels & développements Gestion stratégique des coûts Approche traditionnelle : La méthode des coûts complets Rappels & développements BdS et JCS - 2010 Sommaire Les coûts complets : définition Retraitement des charges Charges

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MAÎTRE D OUVRAGE COMMUNE DE MORESTEL 38510 MORESTEL OBJET DU MARCHE RENOVATION DES BUREAUX DE LA GENDARMERIE MAPA (Marché Public à Procédure Adaptée) CADRE DE MEMOIRE TECHNIQUE

Plus en détail

FONCTIONS NUMERIQUES PROPORTIONNALITE

FONCTIONS NUMERIQUES PROPORTIONNALITE FONCTIONS NUMERIQUES PROPORTIONNALITE I DEFINITION En français, dans une phrase du type «la taille est fonction de l âge», «est fonction de» signifie «dépend de». En mathématiques la notion de fonction

Plus en détail

CHIFFRES CLES DE LA CHASSE SUR LES DEPARTEMENTS DU LANGUEDOC ROUSSILLON Edition 2011-2012

CHIFFRES CLES DE LA CHASSE SUR LES DEPARTEMENTS DU LANGUEDOC ROUSSILLON Edition 2011-2012 CHIFFRES CLES DE LA CHASSE SUR LES DEPARTEMENTS DU LANGUEDOC ROUSSILLON Edition 2011-2012 Thème 1 : Les chasseurs de la région Nombre de chasseurs et adhérents territoriaux par département (Campagne 2011-2012)

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire

Observatoire de la Consommation Alimentaire Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Œufs Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématiques appliquées à la

Plus en détail

L. Mérigot, G. Bellagamba, M. Kacel, C. Beque, L. Giovannetti, JC. Faivre-Pierret, MC. Simeoni, MP. Lehucher-Michel.

L. Mérigot, G. Bellagamba, M. Kacel, C. Beque, L. Giovannetti, JC. Faivre-Pierret, MC. Simeoni, MP. Lehucher-Michel. Evolution des contraintes psychologiques et organisationnelles d agents hospitaliers transférés entre deux sites d un même établissement. Comparaison avec une population non transférée L. Mérigot, G. Bellagamba,

Plus en détail

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES DEMANDEURS D EMPLOI AYANT BÉNÉFICIÉ DU PLAN 30 000

RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES DEMANDEURS D EMPLOI AYANT BÉNÉFICIÉ DU PLAN 30 000 26 juin 2014 - N 14.014 RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LES DEMANDEURS D EMPLOI AYANT BÉNÉFICIÉ DU PLAN 30 000 Le plan 30 000 mis en place lors de la conférence sociale de juin 2013 a permis l entrée dans le

Plus en détail